Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sport sans artifice au sport bionique

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture de l’université sportive d’été

Christian Bénézis, Colette Andrusyszyn, Jean-Paul Callède, Michel Rieu, Jean-Louis Balmes, Thierry Buffalon, Jean-Michel Martin, Robert Denel, François Favier, Bernard Andrieu, Olivier Coste, Alain Braun, Rheda Taïar, Jean-Louis Michel et Gérard Messin

Texte intégral

Photo 1 – L’accueil de l’USE. De gauche à droite Christian Bénézis, Colette Andrusyszyn et Thierry Buffalon.

Photo 2 – Séance d’ouverture. De gauche à droite : Daniel Bonzoms, Colette Andrusyszyn et Jean-Paul Callède.

Photo 3 – Le Professeur Michel Audran.

Photo 4 – Le Professeur Bernard Andrieu.

Photo 5 – Table ronde. De gauche à droite : Sylvain Paillette, Anne Marcellini, Christian Montaignac, Olivier Coste et Jean-Paul Callède.

Photo 6 – Un public très attentif.

« J’ai rendez-vous avec Cabu », par Christian MONTAIGNAC
In Memoriam…
[…]. C’est un lundi, il est 20 heures. On vient de boucler le dernier Charlie-Hebdo, rigolo brûlot de nos kiosques qui charge entre deux outrances, deux persiflages mêlés de vinaigre et de poudre à éternuer.
[…]
Cabu s’approche. Sous la corolle des cheveux, de studieuses lunettes, sous les lunettes un sourire de timide à vie. Et derrière le sourire ?... On ne sait où se tient ce bon diable qui nous observe pour accoucher de dessins vérités, de traits de lumière féroces. Ce Duduche est bien le Daumier de ce temps. Un fusain comme un scalpel. Des yeux qui ne pardonnent pas. Et une irrésistible manière de cacher son jeu de massacres. Le sport est passé par ses doigts, plus particulièrement notre vieux coq gaulois qui s’en est reparti déplumé, piteux. La parole, elle, est plus enrobante, plus indulgente dans une voix qui n’est qu’un murmure.
« Le sport c’est provincial. Je suis de Châlon-sur-Marne. Il m’est arrivé de voir l’équipe de Reims quand elle marchait bien. C’était Reims contre le reste de la France. On ne pensait pas « Polonais » et pourtant il y en avait, non on pensait à la Champagne. On était les plus forts parce que Reims était le plus fort. Toutes les qualités passaient par Reims. C’est cela le sport, il faut faire des camps, affirmer sa supériorité. Je sais bien qu’il vaut mieux faire le sport que la guerre mais enfin ce qui me paraît grave c’est le côté cocorico. »
[…]
Plus tard, toutes révoltes bues, il me viendra une idée complètement loufoque sur le macadam. « ça leur ferait drôle* si demain ils étaient des milliers à crier « Allez Charlie ! » sur l’air de « Allez les Verts ! » Au fait : ça serait bêtement méchant ou méchamment bête
 ?
* Il s’agit de Cabu, Reiser, Gébé, Cavanna (NDLR).
MONTAIGNAC Christian, Face au sport. Un regard d’ailleurs, Paris, Éditions Albatros, 1981. « Charlie-Hebdo. Pour grands enfants bêtes et méchants », p. 121-127 (extraits).

Christian BÉNÉZIS,
Vice-Président du Conseil Général de l’Hérault, Président de Hérault Sport

ALLOCUTION DE BIENVENUE

1Chers amis,

2Chers participants venus à l’Université d’été,

3Chère Présidente de l’Union nationale des clubs universitaires,

4Je suis très heureux de vous accueillir à Montpellier pour une nouvelle Université sportive d’été. Le président du Conseil général de l’Hérault, André Vezinhet, vous prie de bien vouloir l’excuser ; il est retenu par d’autres obligations. Il m’a chargé de vous transmettre ses mots de bienvenue et ses vœux de réussite pour votre Université d’été.

5Je suis certain que vous serez installés ici dans des conditions optimales pour conduire vos travaux. Dans la mesure du possible, je serai présent parmi vous et je sais que vous ferez du très bon travail si j’en juge par le programme de votre colloque.

6Je ne vais pas vous faire l’injure de rappeler que François Rabelais a inspiré le nom du bâtiment que certains appellent familièrement le « Paquebot ». Dans le Tiers Livre, ce savant de la Renaissance écrit une phrase qui peut être lue et entendue comme une déclaration humaniste majeure : « Je ne bâtis que pierres vives, ce sont les hommes ». Cette profession de foi indéfectible en l’homme, vivifiée par l’art et l’éducation, à la fois celle du corps et de l’esprit, est au cœur de la réalisation du bâtiment qui vous accueille pour quelques jours. Cet équipement est déjà inscrit dans notre patrimoine du XXIe siècle, tant par son architecture, sa conception d’ensemble que par les multiples activités qu’il abrite ou génère. Le bâtiment installé au cœur de Pierresvives, la Cité des savoirs et du Sport pour tous, est un concept voulu par le Président Vezinhet et son équipe. C’est l’architecte Zaha Hadid, récompensé par le prix Pritzer en 2004, qui a su retranscrire ce concept au travers de l’édification d’un bâtiment aux formes modernes et audacieuses.

7Inauguré au mois de septembre 2012, l’édifice a pour ambition de rassembler les hommes, d’abattre les murs artificiellement dressés entre les publics de la culture et ceux du sport.

8J’aurai l’occasion de vous le faire visiter un peu plus tard. Il réunit les Archives départementales, la lecture publique avec une médiathèque départementale très fréquentée. Il est doté d’un amphithéâtre d’une capacité d’accueil de 210 places, d’une galerie d’exposition, d’un espace jeunes citoyen. Hérault Sport, qui a succédé à l’ancien Office Départemental des Sports, y est installé. Le tout accueillant un programme très dense d’activités culturelles et même des démonstrations sportives.

9Le site a également toute son importance. La ZAC Pierresvives est un éco-quartier de 10 hectares à la jonction de La Paillade, Alco, un quartier sensible dans lequel une majorité de personnes sont en difficulté d’emploi, Malbosc et Celleneuve. Le chantier n’est pas terminé. Le secteur sera profondément modifié, notamment par des déplacements dits « doux » : zones piétonnières, pistes cyclables.

10Permettez-moi d’ajouter quelques éléments d’information sur la Maison des sports. Conventionnée par le Département de l’Hérault, notre Maison départementale des sports, dont le nouveau siège est tout proche d’ici, agit au service des dirigeants, bénévoles fédéraux et enseignants. 51 comités départementaux et des organismes partenaires y sont accueillis. Elle vise à promouvoir tous les sports, et sur tout le territoire.

11C’est au plus près des acteurs du sport, pratiquants de tous les niveaux, sans exclusive, qu’Hérault Sport intervient en mutualisant des moyens d’organisation spécifiques et en favorisant l’émergence de projets. Outre les multiples interventions scolaires dans les écoles et collèges avec l’USEP 34 et l’UNSS, quelques chiffres vous permettront d’apprécier l’effort déployé : le soutien à l’action des bénévoles sportifs autour de 1 000 tournois, 275 courses pédestres, 56 régates, plus d’un millier d’événements allant du sport de masse à des manifestations exceptionnelles, actions socio-sportives en partenariat avec les associations de quartiers sur une dizaine de sites mobilisant quelque 3000 jeunes, etc. Ou, pour l’aborder autrement, ce sont plus de 250 communes concernées, près de 4 000 journées d’animation partagée, qui sont autant d’occasions de construire « sur le terrain » de la qualité de vie, de la solidarité et du bien-être social. Hérault Sport, ce sont également des conférences, des journées d’études toujours très suivies. Voilà, très rapidement esquissé, le cadre de notre action.

12Je vous souhaite à nouveau une excellente Université sportive d’été, et bon travail.

ALLOCUTION D’OUVERTURE

Colette ANDRUSYSZYN,
Présidente de l’UNCU

13Bienvenue à la 31e Université sportive d’été.

14Depuis 1983, l’Union nationale des clubs universitaires, avec la collaboration de l’Union des journalistes de sport en France, l’UJSF, organise ce rendez-vous.

15Séminaire de réflexions, d’échanges et de recherche, l’USE rassemble des sportifs, bénévoles et pratiquants, des universitaires, des journalistes, des représentants de collectivités locales et territoriales, des institutions, autour de thématiques concernant le fait sportif, son implication dans la société, ses interactions avec les valeurs humanistes, sociétales, éducatives, le sport santé.

16Ces USE font l’objet d’une publication universitaire fort recherchée.

17De plus, la coproduction avec l’UJSF apporte une dimension réflexive sur la place du journaliste sportif dans l’évolution du sport.

18Je citerai Jacques Marchand, Président honoraire de l’UJSF et cofondateur de l’USE, qui m’écrivait dernièrement que le journaliste devait se considérer comme « l’instituteur des adultes ».

19Nous avons abandonné l’organisation du Stage de communication pour les jeunes, axé sur la sensibilisation aux différentes formes de presse – écrite, audio et visuelle –, le public étant difficilement mobilisable sur ces dates de rentrée.

20Pour rester fidèle à ces échanges sur le sport et le journalisme, une journée débat UNCU/UJSF sera programmée début 2014 à Bordeaux.

21Chaque USE est portée par un club universitaire, en maillage avec son territoire et ses partenaires : l’Université, les collectivités locales, les institutions. Pour la quatrième fois depuis trente ans, le MUC nous accueille. Il est utile de rappeler les rendez-vous antérieurs :

  • En 1990, pour une USE préparatoire des Assises nationales du sport, que nous avons réalisées l’année suivante, toujours à Montpellier, accueillant 900 personnes.

  • En 1996, pour traiter du thème « Un autre sport ».

  • En 2011 pour examiner « Le sport dans son évolution récente ».

  • En 2013, aujourd’hui et pour quelques jours, pour cerner d’autres aspects, défis et enjeux du sport de demain en gestation.

22Le MUC est un exemple reconnu, quasi parfait, de la concrétisation de l’esprit qui anime les clubs universitaires : l’ouverture de l’université sur la cité, par sa mutualisation des moyens humains et matériels autour des valeurs humanistes et éducatives au service du sport pour tous et à tous les niveaux.

23Aussi, je remercie les partenaires qui nous accueillent dans ce magnifique « Paquebot », notamment le Conseil général de l’Hérault et Hérault Sport, en présence de son Président, le docteur Christian Bénézis, Vice-Président du Conseil général de l’Hérault.

24En cette ouverture, je remercie le Montpellier Université Club et ses dirigeants, mais d’autres occasions se présenteront pour le faire de façon plus personnalisée au cours de cette USE.

25Cependant, il nous est un devoir de faire une exception. Je voudrais saluer, en votre nom à tous, la mémoire de Jean-Louis Coufy, disparu le 24 août dernier, muciste de longue date, trésorier du MUC Général et impliqué dans la création et le développement de nombreuses sections sportives et événements du club. Je m’associe à la peine de sa famille, ses amis et les dirigeants qui ont eu le plaisir de le côtoyer.

26Enfin, je terminerai en soulignant combien la plupart des USE, depuis leur création, ont été pionnières dans le choix des thèmes et ont souvent ouvert la voie pour de nouveaux travaux de recherches ou pour des applications majeures.

27Je citerai un seul exemple récent.

28En 2010, à Aix-en-Provence, nous avons traité du thème Virtualité, Sport et Cybersport. Le livre est exposé à l’entrée de l’auditorium, avec la série des actes des diverses USE.

29Or, le JDD du 18 août 2013 découvrait « le phénomène e-sport ». « Ils sont 15 millions dans le monde et plus de 500 000 en France à pratiquer des compétitions jeux et sport vidéo. Un nouveau business ».

30Alors, aujourd’hui, réunis à Montpellier, que pensez-vous du sport bionique pour demain ? Amélioration ou condamnation ? Émancipation ou asservissement ?

31À vous de proposer des analyses, de susciter des réflexions, de peser les progrès accomplis et leurs conséquences, voulues ou non, et d’ouvrir des perspectives d’avenir claires et si possible largement partagées.

Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue au CNRS, GEMASS (Paris), UNCU

INTRODUCTION AUX TRAVAUX

32En quelques mots, il s’agit d’abord de rappeler quelle a été la gestation difficile de cette problématique sur le sport bionique, une gestation qui, de toutes les manières, nous occupe quasiment une bonne année chaque fois qu’une USE s’achève pour préparer la suivante. En proposant une problématique autour du sport bionique, nous avons essayé, comme vient de le dire Colette Andrusyszyn, notre présidente, de baliser le terrain, non pas pour apporter un point de vue supplémentaire, mais en nous donnant la possibilité de réunir un certain nombre de spécialistes et de bénéficier ainsi, sur des thèmes spécifiques, de regards croisés portés sur une question qui est tout de même assez largement ouverte.

33En effet, on peut la considérer comme ouverte au moins dans la mesure où il est difficile parfois de faire la part entre les recherches, les acquis de la recherche, fondamentale ou appliquée, des dimensions fictionnelles ou des itinéraires franchement utopiques. Tous ces éléments-là sont à prendre en considération. À établir de strictes lignes de démarcation, on pourrait nous objecter par exemple que bien des anticipations envisagées dans le passé ont été ultérieurement concrétisées, des obstacles de tous ordres levés, etc. Au-delà de ce type de constat, des interrogations subsistent, d’autres surgissent qu’il convient de ne pas esquiver. Y a-t-il une pression idéologique autour de ces problématiques ? Et y a-t-il une sorte de culture technicienne qui impose des progrès à l’Homme ? Et dans ce cas, s’agit-il d’une continuité ou d’une rupture dans l’ordre de la civilisation ? Risque-t-on de changer ou de devoir changer de paradigme en délaissant celui de l’Humanisme ? Est-il toujours question de l’Homme à ce propos ?

34Si l’on s’en tient au domaine considéré par les spécialistes, l’homme bionique, de par ses capacités, est situé à l’articulation du vivant (en tant qu’être doué de conscience), du biologique (avec des fonctions à restaurer, à suppléer ou à augmenter), de la mécanique, voire de l’électronique (destinées l’une et l’autre à l’optimisation des fonctions indiquées, qu’elles soient physiques, mentales, ou adaptatives). Dès lors, toute une série de questions ne manquent pas de surgir. On peut, dans les limites de cette présentation succincte, les ramener à trois principales :

  • Le sport bionique, avec ou sans guillemets, est-il le prolongement logique du sport de haut niveau, axé sur l’amélioration des performances et le progrès des techniques ?

  • Autre piste d’investigation : le sport bionique est-il au contraire l’expression d’un dévoiement ou encore un risque potentiel de dévoiement du sport ?

  • S’agissant des personnes handicapées et du handisport, le principe d’un corps réparé, ou d’un corps d’athlète non valide augmenté peut-il s’appliquer au-delà de ce qu’on pourrait appeler une intégrité individuelle restaurée et commune à tous les sportifs ?

35En choisissant d’aborder le thème du « sport bionique », au niveau de la commission USE, nous avons, dans un premier temps, constitué un certain nombre de dossiers de presse, lu ou relu des ouvrages savants. Il nous est apparu que Montpellier faisait figure de lieu d’excellence. Il s’agit d’une bonne place forte pour poser ces questions, réunir des personnes compétentes pour en débattre et dégager des pistes prometteuses. D’abord parce que, comme cela a été dit à l’instant, à Montpellier, grâce à l’équipe du MUC, il y a un rodage ancien, une expérience incontestable, une proximité avec l’Université, avec les collectivités territoriales et d’éminents spécialistes, universitaires ou autres ; autant d’atouts pour aborder les questions qui nous préoccupent pour l’occasion. Les orateurs qui vont se succéder à la tribune nous permettent d’ores et déjà de considérer que nous avons réussi à réunir, grâce à leur présence, un ensemble d’intervenants porteurs des avis les plus autorisés. Quelques-uns, pour des contraintes professionnelles de dernière minute, n’ont pu se joindre à nous mais ils nous ont assuré de leur soutien et nous connaissons leurs travaux. Tout ceci est un gage de réussite. La contribution des uns et des autres est indispensable.

36Des lignes de force, de tension et d’opposition traversent la communauté du sport sur ces problèmes du sport dit bionique. Les unes en des termes sociaux et anthropologiques d’identité et d’altérité, d’autres en des termes d’ouverture ou de transgression des règles sur fond d’humanisme sportif. Les conséquences en sont majeures, quand bien même certaines d’entre elles sont encore potentielles, non advenues. Est-on en train d’inventer de nouvelles normes et de nouvelles valeurs ? Mais ces normes et ces valeurs dites nouvelles nous font-elles changer de modèle, de paradigme de référence ? En d’autres termes, est-on dans le domaine de l’humanisme ou dans quelque chose qui est de l’ordre du trans ou du post-humanisme ? Certains aspects se rapportent déjà, depuis quelque temps, par cas interposés, par exemple à la question des identités sexuées (un « homme » parmi les sportives ?) ou au problème des capacités mentales exceptionnelles, quelquefois quasi pathologique, observées chez certains joueurs d’échecs, de cartes, aux destins personnels souvent funestes. Et c’est vrai que l’Université sportive d’été tenue à Aix-en-Provence nous avait montré qu’il y avait lieu d’établir des rapprochements entre le cybersport et le sport tout court. Certaines formes de qualités ou de compétences, mais aussi des déviances et des limites à la condition humaine, méritent d’être reconnues entre les deux univers de pratique.

37Évidemment, nous aurons l’occasion de revenir sur la question du dopage, de l’usage de substances médicamenteuses illicites ou non. De même, nous allons en savoir plus sur les fonctions, les procédures rigoureuses qui permettent de débusquer les tricheurs. Ce sera important d’avoir le point de vue d’une jeune chercheuse qui, dans son mémoire de Master, a analysé entre autre le cas Armstrong. Son minutieux travail montre bien comment la supercherie médicamenteuse a su produire de façon contiguë des scénarios de diversion, à l’exemple des casques étudiés scientifiquement en soufflerie, avec une référence souvent omniprésente au programme américain « Discovery », et d’autres annonces qui ne pouvaient que forcer l’admiration et l’imagination… Et à travers cette simple illustration, il est important de comprendre que la supercherie côtoie parfois les progrès effectifs de l’Humanité, le tout étant emballé dans le papier cadeau d’une politique de communication. Sans oublier que ce papier cadeau est parfois couvert de l’écriture de certains journalistes.

38Alors maintenant, où en est-on au niveau de cette USE qui débute ? Voilà un autre point important. Habituellement, dans le cadre des USE, un petit groupe échange et formule quelques interrogations classiques et, pour qui connaît déjà l’esprit de nos USE, cela va de soi. Interrogations classiques ne signifie pas exercice de routine. Il s’agit de s’intéresser à des aspects du sport qui font problème ou pour lesquels les explications ou solutions proposées ne sont pas satisfaisantes. Sur le thème qui va nous occuper ces jours-ci, on a à faire à du progrès scientifique, mais aussi à de la tricherie, à de la démesure, à un scientisme ambiant qui est déployé, parfois aux limites de l’irrationnel, et qui entoure aujourd’hui, comme vous le savez, le sport d’exception. On peut se poser la question de savoir s’il ne s’agit pas là du risque – ou de la marque – d’un déficit de la raison qui ne devrait être comblé au plan politique que par un vrai projet de société, sans doute, et au plan du sport par une éducation appropriée. L’Éducation nationale, les journalistes, la jeunesse et les sports, les politiques porteurs d’un mandat d’élu, en particulier, doivent plus que jamais s’atteler à la tâche. Les progrès scientifiques et technologiques : médicaments, substances autres, matériels, appareils, etc., peuvent être détournés de leur finalité légitime s’ils sont susceptibles, au nom d’un certain sport, de produire des bénéfices financiers considérables. Le politique, bien sûr, ne peut pas, me semble-t-il, ne pas s’autoriser un droit de regard sur ces progrès du sport, même si ce n’est pas lui qui conçoit les programmes de recherches scientifiques et techniques, et encore moins les « programmes dérivés » et illicites qui en découlent.

39Existe-t-il actuellement une ou des instances capables de définir des normes, des règles et de réaffirmer des valeurs et une éthique sans lesquelles la communauté sportive ne saurait exister en tant que telle ? Finalement, la question qui est posée est de savoir si certaines recherches, en fait, au motif d’élever l’homme, n’abaissent pas, chez l’individu, sa part d’humanité ? Et c’est vrai pour le dopage, pour d’autres situations ou d’autres interventions. Quel est ici le rôle du journalisme de sport ? Prend-il part au débat. Et comment ? Les journalistes associés aux USE, en lien avec l’UJSF, contribuent à clarifier ces aspects. La présidente de l’UNCU, à l’instant, rappelait cette remarque de Jacques Marchand indiquant que le journaliste devait se considérer comme l’instituteur des adultes. Un certain journalisme de sport n’incite-t-il pas plutôt à faire l’école buissonnière ? Se contente-t-il de faire du héros sportif une sorte d’extraterrestre dont l’image le dispute à certains héros de fiction (des bandes dessinées ou des séries télévisées), quitte ensuite à revenir sur ces images enchanteresses pour dénoncer la tricherie, le complot de certains face à la communauté du sport ?

40Reculer ou faire reculer les limites est sans doute ce que l’on pourrait appeler une indéracinable ambition des hommes, des femmes, du genre humain. Il s’agit dans ces cas-là d’en finir avec la faiblesse, la maladie, la mort, l’insupportable, la finitude des personnes et, dans le sport, il s’agit en fait d’être le plus fort par rapport à cette faiblesse. Le plus fort qui peut s’entendre dans des échelles de valeurs très différentes. D’échapper aux blessures et aux accidents, avec la maladie ou le risque d’invalidation en arrière-plan, et de durer le plus longtemps possible... C’est aussi vrai pour les sportifs de haut niveau que pour des vétérans qui courent peut-être, les uns comme les autres, après une sorte de désir d’éternité à satisfaire, quelquefois d’ailleurs avec un soutien médicamenteux conséquent.

41Quand nous sommes venus la dernière fois à Montpellier, en 2011, nous avons cherché à analyser les fondements du sport et de l’activité sportive, qui se retrouvent dans le sens étymologique des mots « fondements » et « sport ». Nous avions exploré des pistes permettant de comprendre que ces fondements ne se limitent pas à des racines historiques mais qu’ils sont à revisiter comme une potentialité sans cesse actualisée et renouvelée. Nous allons probablement retrouver ce processus en action au cours de nos travaux.

42Au nom de la démocratie méritocratique, il s’agit de préserver l’égalité des conditions d’exercice, tout en préservant l’intégrité de la personne c’est-à-dire ne pas hypothéquer sa santé aujourd’hui et demain. Or ces deux principes, vous le savez, c’est-à-dire l’égalité des conditions et la préservation de la santé, sont quelquefois bafoués et désarticulés.

  • 1 Besnier Jean-Michel, Demain les post humains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Paris, Hache (...)
  • 2 Le Naour Jean-Yves, Les Soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011. La guerre a « entaillé les âmes, (...)

43À cette démocratie sportive méritocratique des champions et des championnes, est venue se greffer ou s’ajouter, peut-être plus tardivement, la démocratie égalitaire. En d’autres termes, l’égalité des conditions d’exercice doit valoir pour tout individu, valide ou handicapé (de naissance ou à la suite d’un accident), et ceci à tous les âges de la vie. Le risque est évidemment qu’en se réclamant des progrès biochimiques, biotechnologiques, cybernétiques ou autres, certains acteurs du sport outrepassent des limites. Il se peut alors que des observateurs attentifs envisagent, selon les termes du philosophe Jean-Michel Besnier1 que, « dans ce cadre-là, il y a peut-être le risque ou la possibilité d’un risque d’hybrider l’humain, l’animal et la machine, réaliser une intelligence non biologique, outrepasser systématiquement les limites que nous impose la nature » C’est là une référence importante. Le philosophe souligne les risques d’exagération, de glissement par rapport à des objectifs de départ tout à fait louables, voire des transpositions abusives dont certaines peuvent conduire nulle part. Ajoutons que, par rapport à ces situations, des apprentis sorciers pourraient retrouver, dans les multiples guerres du moment, la possibilité d’avoir du matériel humain de base pour expérimenter tout cela. On peut avoir l’impression qu’il s’agit de fiction ou de provocation, mais pour ceux qui ont lu l’ouvrage de Jean-Yves Le Naour, Les Soldats de la honte2 on sait bien que pendant la Grande Guerre la médecine militaire et la psychiatrie militaire sont allées très loin dans ce domaine pour essayer de ramener sur le front des soldats qui, d’une certaine façon, se trouvaient dans l’incapacité de bouger, au propre et au figuré. Nous savons également que la recherche « technologique » qui entoure la préparation du soldat, en particulier du soldat américain, et sa protection sur des théâtres d’opérations connus tend à le présenter comme invulnérable, presque immortel…

44Le sport est donc un domaine intéressant, plus encore pertinent, car il pose des limites et des conditions d’exercice précises, garanties par une institution. C’est un cadre qui mérite d’être étudié dans le détail. Le sport est confronté à des problèmes majeurs que les travaux de l’USE vont permettre d’aborder et de discuter.

  • 3 Voir par exemple l’ouvrage signé par ce skieur autrichien qui a vécu ses vingt premières années dan (...)
  • 4 Bohuon Anaïs, Le Test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ? Préface (...)

45Tout d’abord, les identités aujourd’hui stables d’hommes et de femmes vont-elles devenir facultatives ? Quand on suit les débats actuels, plus ou moins argumentés, sociologiques ou autres, sur la question du genre, de l’identité genrée pour utiliser une expression à la mode, évidemment il faut ajouter que le sport y est sensibilisé depuis déjà longtemps. Le mouvement sportif a été confronté aux questions de transidentité et d’intersexuation quand bien même les mots n’étaient pas encore utilisés. Il existe des témoignages émouvants3. Des protocoles de dopage ont produit des effets assez semblables. Aujourd’hui, des universitaires comme la socio-historienne Anaïs Bohuon4 permettent de mieux comprendre la réalité sociale des identités sexuées individuelles que la pratique sportive de compétition accueille.

46Ensuite, si l’on s’intéresse à la mécanisation du vivant, c’est-à-dire à la mécanisation de la personne entendue au sens d’appareillage, – là aussi dans quelle proportion, pour quelles raisons et avec quel usage ? – le sport y est confronté depuis qu’il s’est ouvert aux personnes affectées d’une invalidité physique.

47Enfin, un autre aspect pourrait tourner autour de la question du remodelage de la personne par rapport à certaines activités sportives qui nécessitent de la force ou d’autres qualités, ou des qualités supplémentaires comme dans le registre de l’esthétique. Je rappellerai par exemple, à propos du remodelage plastique de la personne, que les Miss françaises et même européennes, et leurs dauphines, qui sont sacrées sur le Vieux continent soulignent, pour le déplorer, qu’elles n’ont aucune chance d’être un jour ou l’autre Miss Univers. Elles précisent que, dans certains pays, sur d’autres continents, il existe un tel remodelage chirurgical des corps, en vue de ces concours planétaires, qu’il leur est impossible de candidater dans des conditions d’égalité objective. Ajoutons deux remarques en forme d’interrogation. Est-ce à dire que l’esthétique féminine valorisée par ces concours relève déjà d’une transhumanité féminine ? Et à quand, alors, une transhumanité masculine ? Doit-on écarter l’idée selon laquelle le sport ne sera jamais affecté par ce type de questions, un jour ou l’autre ? Répondre immédiatement par l’affirmative reviendrait à ne pas tenir notre USE.

48Terminons sur un autre emprunt au livre de Jean-Michel Besnier, déjà cité dans lequel figure une très belle analyse du cas Pistorius. Bien sûr, aujourd’hui, pour qui s’intéresse à la problématique posée dans le cadre de cette Université sportive d’été, l’athlète sud-africain est devenu une sorte de figure thématique obligée par rapport à laquelle chacun entend se situer lorsque son champ d’activité professionnelle l’y invite. Lui aussi a un point de vue intéressant à exprimer. Il nous dit pourquoi les marchands d’éthique sportive et olympique ont été amenés en 2008 à ne pas lui permettre, lui athlète prothésé, de participer aux épreuves des athlètes valides. Et quel est son point de vue en 2012, au moment des Jeux de Londres, puisque l’on sait que les lignes ont bougé, pour lui, à quatre années d’intervalle ? Il ne s’agit pas de nier que sa réussite sportive est le fruit d’un entraînement intense et rigoureux, servi par une volonté exceptionnelle. Mais elle résulte aussi des progrès scientifiques et technologiques qui sont source d’espérance et de délivrance pour une large part de l’humanité.

49L’émancipation prométhéenne, c’est finalement la conquête progressive de l’esprit sur la matière. Et, potentiellement, de l’ingéniosité technique qui restitue une/son entière unité à un corps humain incomplet. Cela nous renvoie bien sûr à l’antiquité gréco-latine, mais on peut se dire qu’aujourd’hui on est presque en passe de congédier la nature elle-même pour fabriquer une situation nouvelle dont il faudrait évidemment procéder à un balisage rigoureux. L’avenir du génie biotechnologique appliqué à l’hybridation de la machine et de l’humain se trouve assuré. Il n’est pas certain que nous puissions encore aller contre cet avenir, ni que nous sachions comment y bien vivre, indique Jean-Michel Besnier. C’est peut-être, à ce propos, le défi majeur que (se) pose cette Université sportive d’été 2013, organisée à Montpellier.

Les technologies d’amélioration des capacités humaines, par Pierre-Yves Cusset, département Questions sociales,
Centre d’analyse stratégique, Paris
(Note d’analyse 310 - décembre 2012)
Va-t-on voir se développer des technologies d’amélioration des capacités physiques et intellectuelles de l’être humain ? Quels enjeux sanitaires, éthiques et sociaux ?
Les technologies d’amélioration des capacités humaines
Depuis le début des années 2000, à la faveur notamment de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives, un certain nombre de rapports évoquent la possible mise au point de nouvelles technologies permettant d’améliorer significativement les capacités physiques et intellectuelles de l’être humain (human enhancement technologies). La réalité de ces avancées tout comme leur caractère désirable ou non font aujourd’hui débat. La majorité des scientifiques estime que nous sommes vraisemblablement encore assez loin des visions les plus futuristes, qu’elles soient enchantées ou au contraire catastrophistes, proposées par certains auteurs.
Certes, la connaissance du vivant et la capacité de l’homme à le manipuler ont beaucoup progressé, comme l’illustre par exemple l’émergence de la biologie de synthèse. Pour autant, les derniers développements de l’ingénierie tissulaire, de la thérapie génique, de la neuromodulation ou encore de la pharmacologie semblent indiquer que la mise au point de technologies capables d’augmenter significativement et sans danger les performances cognitives et/ou physiques de l’être humain relèvent toujours de l’hypothèse, même si celle-ci a gagné en crédibilité. En tout état de cause, le développement éventuel de ces technologies suscite des inquiétudes et interrogations nombreuses, à la fois en termes de risques sanitaires et environnementaux, de déstabilisation des équilibres sociaux et de remise en cause de principes éthiques fondamentaux. Cette note présente les principaux termes de ces débats.
Sommaire
Augmenter les capacités de l’homme : un vieux rêve dont on commence à (re) parler sérieusement
Technologies d’amélioration des capacités physiques et cognitives : l’état de l’art
L’amélioration des capacités humaines : une perspective qui inquiète
Mots clé : bioéthique, convergence NBIC, human enhancement technologies, transhumanisme, dopage.

Source : http://archives.strategie.gouv.fr/​content/​technologies-amelioration-capacites-humaines-na-310

Professeur Michel RIEU,
Président de l’Institut francilien de médecine du sport (IFMS)

CONFÉRENCE INTRODUCTIVE

Sport, Éthique, Biotique

50Je voudrais remercier l’ensemble des dirigeants de l’UNCU et du Montpellier Université Club. J’ai un certain nombre de souvenirs et celui des visages qui passent dans ma mémoire, à commencer par Jacques Marchand, toujours efficace et militant de la cause du journalisme de sport, puis Nelson Paillou qui venait apporter sa parole, et je ne pourrai pas non plus oublier Pierre Comte Offenbach : certains se souviennent de sa grande voix et de son bel humanisme. Autant de gens qui ont marqué ces différentes années.

51Je n’étais pas responsable d’un DEA de philosophie, mais de physiologie, et ne suis pas philosophe non plus. Vous m’avez donc confié une mission difficile, que je vais tenter d’aborder avec une espèce de bon sens paysan, puis je vais essayer d’aller au fur et à mesure un peu plus loin dans la réflexion.

  • 5 Rosnay Joël de, 2020, Les Scénarios du futur, comprendre le monde qui vient, Paris, Fayard, 2008.

52Ainsi, j’ai le souvenir que lors d’intervention dans les écoles, pour faire bien comprendre aux enfants que le dopage consiste en un accroissement artificiel des capacités fonctionnelles de l’individu, je leur racontais la fable suivante : Imaginez deux jeunes amis s’exerçant au saut à la perche. Leurs performances sont de même valeur et varient de quelques centimètres en alternance, selon les moments. Cependant, un jour, l’un d’eux gagne brutalement 50 cm dans la hauteur de son bond. Devant l’étonnement général, il avoue qu’un dispositif ingénieux ayant pris la forme d’un puissant ressort inclus à l’intérieur de sa perche et se déclenchant au moment opportun, expliquait son exploit. Le dopage, concluais-je, ce n’est pas autre chose qu’un ressort pharmacologique placé à l’intérieur même de l’organisme du sportif. Ensuite, quelle ne fut pas ma surprise, en lisant un ouvrage de Joël de Rosnay5, d’apprendre que selon l’auteur : « De grands champions de tennis utilisent des raquettes aux bords en plastique très fins. Dans le plastique sont inclus des aimants. Lorsque la balle frappe la raquette, son énergie cinétique est transformée en une pression qui produit un courant électrique. Ce courant écarte les aimants et tend les cordes. Non seulement la force du bras est décuplée, mais l’impact de la balle et son rebond sont amplifiés. De plus, la raquette est très fine, par conséquent plus légère, permettant des effets de lift, plus difficiles avec une raquette à bords épais. »

53Je ne connaissais pas cette affaire et du coup j’ai laissé courir mon imagination. Je me suis dit qu’à l’intérieur du pédalier d’un vélo, on pourrait placer une invisible motorisation munie de micro-capteurs avec une mise en route à la demande, soit par le coureur lui-même, grâce à des micro-émetteurs implantés dans son corps, soit par son directeur sportif à partir de la voiture suiveuse.

54Il est de fait que les avancées dans le domaine des sciences fondamentales au cours du XXe siècle sont en train de déboucher sur des applications technologiques remarquables qui sont le fruit d’un mariage entre des secteurs scientifiques qui jusqu’alors étaient éloignés l’un de l’autre : les sciences du vivant, notamment la biologie moléculaire et la génétique, les sciences de l’ingénieur, plus particulièrement les nanotechnologies et les sciences informatiques.

55Ce rapprochement a pour conséquence de totalement modifier les modes d’intervention sur le vivant et notamment sur l’être humain et les relations de ce dernier avec son environnement physique et social.

56Il n’est pas bien entendu de mon propos de dresser l’inventaire de ces nouvelles technologies qui sont rassemblées globalement sous le terme de biotique, et dont les sujets d’études sont très variés. Je vais simplement vous donner quelques exemples rapides. On connaît les bio-puces qui permettent, dans certaines circonstances, de définir les caractéristiques générales d’un individu. Actuellement, de nombreux laboratoires tentent de mettre en place des pilules ou des implants intelligents capables de libérer d’une manière régulée les produits qu’ils contiennent pendant des durées pouvant atteindre plusieurs mois. Les biocapteurs (implantés à l’intérieur de l’organisme ou externes), peuvent analyser en continu l’état biologique ou physiologique des sujets. Des puces électroniques, qu’on appelle les neuropuces, sont d’ores et déjà implantées dans le cerveau pour stimuler certains neurones spécifiques dans la maladie de Parkinson. Il est possible de modifier le fonctionnement des cellules grâce aux techniques transgéniques. Enfin, la mise au point de nano laboratoires permettra sans aucun doute, et permet peut-être déjà, l’analyse simultanée, à grande vitesse, de plusieurs centaines de milliers de paramètres biologiques. Mieux, grâce aux techniques confondues du génie génétique, des nanotechnologies et de l’informatique, il est même envisagé par certains apprentis sorciers, de recréer un alphabet génétique et un équivalent de l’ADN et de l’ARN entièrement différent de celui qui existe. Cette biologie de synthèse débouchant ainsi sur une reconstruction et une nouvelle programmation du vivant.

57Il n’est nul besoin d’aller plus loin dans cette énumération pour constater que tous ces produits de la biotechnologie vont, à moyen terme, profondément modifier la médecine pour le plus grand bien des malades, espérons-le.

58Mais il n’est pas non plus exclu d’imaginer qu’elles pourraient aussi être utilisées chez les individus en bonne santé avec le seul objectif d’augmenter leurs capacités physiques ou intellectuelles et/ou même d’ouvrir sur des procédures de sélection génétique.

59Le Sport est à l’évidence directement concerné par de telles tentations. Or, en ce domaine et de tout temps – je l’ai vécu notamment dans le domaine du dopage – deux opinions s’affrontent :

60L’une, fidèle à la philosophie coubertinienne, considère que le Sport occupe une place à part car il a pour but essentiel de promouvoir l’Être humain et ses qualités notamment, le dépassement de soi, l’observance des règles et le respect de l’adversaire.

61L’autre exprime l’idée que le Sport fait partie de la vie, qu’il répond aux grandes évolutions sociétales et qu’il ne peut se détacher de l’environnement social, politique, économique, médiatique et scientifique au sein duquel il se pratique. Il doit donc bénéficier de toutes les avancées de la connaissance.

62Ainsi, par exemple, comme le soutiennent les thuriféraires de cette opinion : dans une société où l’assistance médicamenteuse est devenue la règle, notamment en matière de prévention (nouvel argument de marketing pour l’industrie pharmaceutique), il est difficile de justifier la lutte contre un dopage qui, selon les partisans de cette théorie, devrait devenir licite et placé sous contrôle médical. D’après eux, cette démarche répressive devenue extraordinairement coûteuse constituerait, en outre, une entrave aux libertés individuelles. D’ailleurs, disent-ils, l’expérience américaine l’a montré, la prohibition favorise le développement des trafics et de la criminalité.

63Cette position n’est pas celle de l’orateur et je vais tenter de vous faire partager mon point de vue sans nier la valeur des arguments précédents et en reconnaissant que certaines de ces nouvelles technologies pourraient être effectivement utilisées, pour améliorer le suivi de l’entraînement, le suivi médical et la sécurité du sportif.

64Cependant on ne peut pas occulter des questions aussi importantes que :

65Le problème des enfants auxquels on offre comme exemple les sportifs de haut niveau encensés par la presse écrite et audio-visuelle. À partir de quel âge devrait être permise et organisée l’utilisation de ces nouveaux procédés ? En effet, vous le savez bien, on ne naît pas champion, on le devient. Ainsi, depuis le minime jusqu’au sportif de haut niveau, il existe un continuum fait de sélections successives qui doivent répondre à un strict caractère d’égalité. Or, le coût économique vraisemblablement élevé de la mise en place et l’exploitation de tous ces appareillages sophistiqués comprenant l’investissement initial, la maintenance et l’interprétation des données débouchera sur une ségrégation favorisant les couches sociales les plus favorisées.

66La notion même du « sport santé » est-elle compatible avec cette conception du sport ? La première rejoint la pensée rousseauiste : « si on s’éloigne de la nature, l’Humanité se dégrade », soulignait le philosophe.

67On voit bien que le débat se situe à un autre niveau. Pour renouveler une expression bien connue : « L’homme réparé oui, l’homme augmenté peut-être pas ». En fait, cette question qui interpelle le sport pose le problème éthique plus général du rôle moral de la science et du sens du progrès, vaste programme. C’est pour cette raison que, me sentant bien incapable d’avancer tout seul dans cette aventure intellectuelle, j’ai cru devoir faire appel – pour étayer le propos – à des réflexions issues d’auteurs autrement plus prestigieux que moi-même. Aussi vais-je devoir faire appel, au fil de mon propos, à des réflexions issues d’auteurs autrement plus prestigieux que votre serviteur.

68Dans une telle démarche scientiste, l’Être humain n’est plus le sujet mais l’objet du système : le sportif devient un cobaye, un animal d’expérience. En effet, porteur de technologies nouvelles, il devient la vitrine des équipes scientifiques et des industriels qui les ont façonnés, comme les mannequins sont la vitrine des grands couturiers. Qui doit monter sur les podiums ? Quelle signification revêt (donner à) l’exploit sportif ? Que représente cet individu muni de tout son attirail : pour le public et pour lui-même ? Il y a là une véritable crise identitaire. Je voudrais vous citer un paragraphe de Joël de Rosnay que j’ai trouvé parfaitement bien adapté au problème : « Nous assisterons en quelque sorte à une “machinisation” du biologique et à une “biologisation” des machines. L’interface entre les deux deviendra de plus en plus floue. L’homme devra alors se poser la question de son identité. Qui est l’“homme”, s’il est fait de biopuces implantables, de tissus greffés provenant de l’ingénierie tissulaire ? l’homme de 2020 ou de 2050 continuera-t-il d’être mesuré à l’aune de l’humain ou à celle de la machine ? ». En termes prosaïques, cela signifie : à qui donnera-t-on la médaille : au sportif ou au scientifique ? Pire, la progression des connaissances concernant les déterminismes génétiques qui sous-tendent la réalisation d’une performance peut nous faire basculer dans le risque de l’eugénisme par le biais d’une sélection précoce basée sur les caractéristiques génétiques des individus sans aller, espérons-le, jusqu’à la mise en œuvre de fécondations in vitro programmées, sombrant alors dans le cauchemar du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley.

  • 6 Freud Sigmund, Malaise dans la civilisation (1929), cité par le philosophe Georges Canguilhem dans (...)

69Soumis aux pressions économiques nationalistes médiatiques, le monde sportif saura-t-il résister aux ambitions et à la rapacité ? Nous avons déjà le problème des paris. Selon Freud6 : « La question du sort de l’Espèce humaine me semble se poser ainsi : le progrès de la civilisation saura-t-il, et dans quelle mesure, dominer les perturbations, apporter à la vie en commun par les pulsions humaines d’agression et d’autodestruction ? ».

  • 7 Nietzche Friedrich, Le Gai Savoir (1882), Livre V, 343, Paris, Gallimard (Coll. Folio Essais), 1985
  • 8 Rostand Jean, Pensées d’un biologiste, Paris, Stock, 1955.
  • 9 Freud Sigmund, Moïse, son peuple et la religion Monothéiste (1939), trad. française 1948, Paris, Ga (...)

70C’est vrai dans le sport. Notre société, en tout cas occidentale, est confrontée à un réel problème de valeurs, qu’elle n’a pas encore surmontées. Et actuellement (merci de m’avoir fait faire cette réflexion), la pensée nietzs chéenne7 prend tout son sens : « Dieu est mort » et, du coup, nous sommes libérés des anciennes contraintes morales : « A la nouvelle que le vieux Dieu est mort, nous nous sentons comme touchés par les rayons d’une nouvelle aurore : notre cœur à cette nouvelle déborde de reconnaissance, d’étonnement, de pressentiments, d’attente – voici l’horizon à nouveau dégagé,… voici permise à nouveau toute audace de la connaissance ». Libres mais pour faire quoi ? Le mythe du Surhomme, cher à Nietzche et reflet d’une post-humanité peut-être fruit du progrès, me conduit à vous citer deux réflexions plus réservées quant à l’espoir assuré d’un futur radieux. La première très célèbre, est du biologiste Jean Rostand8 : « La science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d’être des hommes » ; la seconde, de Sigmund Freud9, date de 1938 (ce qui explique le propos) : « Nous découvrons avec surprise que le progrès a conclu un pacte avec la barbarie ». Dans le sport, si la valeur dominante, vraiment considérée, se révélait être « l’Argent », la barbarie c’est alors la corruption, la fraude, le mensonge auxquels s’ajoute le chauvinisme.

71C’est pourquoi le mouvement olympique doit mener une réflexion profonde, prospective et durable sur son avenir à l’instar de celle, humaniste, qui avait été à l’origine de la rénovation des JO à l’époque de Pierre de Coubertin. La lutte pour préserver « l’esprit du sport », tel que le concevaient ses fondateurs, sera dure, mais elle doit être engagée, opiniâtre et gagnée ; sinon pourquoi conserver un événement qui ne sera devenu qu’une trompeuse mascarade ?

72En conclusion, oui, l’utilisation des techniques les plus modernes doit permettre d’accroître la sécurité du pratiquant sportif, d’améliorer les méthodes d’entraînement et d’augmenter le périmètre de vie des personnes handicapées ou vieillissantes mais, selon moi, ces mêmes techniques ne doivent en aucun cas porter atteinte à la nature de l’individu c’est-à-dire à son authenticité physiologique et morale. Or, cette authenticité de l’Être constitue à mes yeux l’essence même du sport !

73Cela veut dire qu’il faut rétablir une définition forte du sport. Je ne suis pas sûr qu’à l’heure actuelle les instances internationales se préoccupent beaucoup de cette affaire.

74En fin de compte, pour terminer, je ne reprendrai qu’une phrase à propos de laquelle nous avons tous largement disserté lorsque nous étions en classe de philosophie, elle est de notre vieux Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il avait raison, et le feu est déjà dans la maison.

75Je vous remercie de votre attention.

Débat

Jean-Paul CALLÈDE, Animateur du débat

76Merci au Professeur Michel Rieu. Le conférencier nous avait dit d’entrée qu’il n’était pas un philosophe de formation, ni de déformation, mais nous pourrions en douter, après avoir entendu sa conférence. À tout le moins, nous avons compris que, dans cette discipline, il a fait largement des progrès depuis sa classe de terminale et ce, grâce aux fondamentaux acquis durant les années de lycée.

77Nous pouvons lancer le débat. À qui la première intervention ?

Jean-Louis BALMES, médecin, Santé publique

78Je voudrais rebondir sur la dernière citation : « Science sans conscience ». Qu’est-ce que c’est ? N’est-ce pas la négation même du progrès ? Je crois que ce type de réflexion doit être partie prenante pour apporter des éléments de réponse aux questions posées. D’ailleurs je crois que vous l’avez fait de façon tout à fait pertinente.

79Le deuxième point, c’est que nous travaillons dans des fictions pour lesquelles l’homme est un symbole, une construction purement fictionnelle. Si nous avons les mêmes fictions, nous raisonnons de manière saine. Si nous n’avons pas les mêmes utopies, et surtout si nous quittons la majorité, alors nous sommes considérés comme anormaux. Je crois que ce questionnement qui nous est apporté, qui nous montre qu’il y a d’autres fictions que celles sur lesquelles on s’est construit, pose vraiment ce problème. Et je partage absolument avec vous cette difficulté de cerner la question : « qu’est-ce qu’un homme ? » et, dans le prolongement de la précédente : « qu’est-ce qu’un homme sportif ? » Je crois que c’est le fond de la question. L’individu devient de plus en plus transparent puisqu’actuellement on peut enregistrer les idées avec les neurosciences, on peut donc prendre en partie le contrôle d’un homme.

80J’en viens à la question que je souhaite vous poser : que vient-on demander ici au sport en termes d’identité ?

Michel RIEU

81Concernant la première question, Rabelais y a répondu en disant que « Sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». C’est exactement la réponse à votre question.

82Pour le reste, je crois que c’est un problème de définition du sport. Est-ce que le sport doit correspondre au respect de l’authenticité de l’être ou non ? Je ne peux pas y répondre. J’ajoute : mon avis oui, mais mon avis est celui d’une fourmi dans un monde extrêmement complexe. Ce que je regrette, c’est qu’actuellement j’ai l’impression que les plus hautes instances du sport international qui gèrent les Jeux Olympiques, qui étaient au départ l’expression d’une pensée humaniste, n’y réfléchissent pas, en tout cas depuis Samaranch. On n’a pas l’impression qu’il y ait eu beaucoup d’évolution dans le domaine de l’humanisme, en particulier si on le réfère au sport.

Thierry BUFFALON, Président du MUC

83Votre phrase de conclusion « L’incendie est déjà dans la maison » est inquiétante, évidemment. Ma question est donc la suivante : dispose-t-on du matériel nécessaire pour éteindre l’incendie ?

Michel RIEU

84C’est tout le problème évidemment, et je pense que cela passe par une prise de conscience de la société en général. Le sport, tel qu’il est maintenant, c’est-à-dire le sport médiatique, ne tient que par le sport spectacle.

85Est-ce que le public va comprendre un jour qu’en fait il assiste à un défilé de mannequins ? Un jour, ce sera le défilé de mannequins de telle ou telle entreprise ou de tel ou tel laboratoire de recherche. Tant qu’il n’y aura pas de prise de conscience générale, que chacun trouvera des avantages financiers et de notoriété à cette démarche, je ne vois pas comment on peut éteindre le feu.

Jean-Michel MARTIN, Administrateur de l’UNCU

86Les pompiers, quels peuvent-ils être ? Les scientifiques ? Les journalistes ? Les patrons d’entreprises ? Les philosophes ? La question est quand même difficile à appréhender, et a fortiori les pistes de réponses, parce qu’aujourd’hui on se rend compte que le monde du sport est un monde qui s’est complètement marginalisé par rapport à la science et qui est complètement tourné vers l’économie. Comment peut-on réagir et agir ?

Michel RIEU

87On connaît des spécialistes autoproclamés ravis d’avoir des sujets humains comme cobayes. On le voit, ce n’est pas un problème. Encore une fois, s’il n’y a pas une conscience collective prise à partir notamment de l’éducation, mais encore faudrait-il que les éducateurs eux-mêmes soient sensibilisés à ce problème, peu d’espoir pour que l’on ait une chance d’avancer. Quand on voit ce que sont les spectacles sportifs en ce moment, c’est à frémir : vous tapez dans un ballon et on vous donne je ne sais combien de millions d’euros.

Robert DENEL, LUC, administrateur de l’UNCU

88Comment parvenir à cette prise de conscience ? Est-ce à une catégorie de personnes que tu as citées ou à des personnalités comme Joël de Rosnay de le faire, de montrer le chemin ? N’est-ce pas du côté de l’interdisciplinarité qu’il faut se porter, c’est-à-dire en privilégiant la capacité à travailler ensemble, en permettant une confrontation des points de vue, qu’on y arrivera ? Aujourd’hui, il existe un déficit de pensée. C’est une chose qui n’existe pas et c’est peut-être la solution à envisager. En définitive, je n’imagine pas une catégorie de personnes compétentes pour traiter de la question. Je me centre sur l’urgence des questions à résoudre et j’en oublie de chercher celui ou ceux qui seront à la hauteur de la situation. Pour autant, je ne les vois pas pompiers. C’est peut-être davantage toute une série d’approches disciplinaires, croisées, qui permettrait que l’on puisse trouver la raison ou la retrouver.

Jean-Paul CALLÈDE

89C’est un peu comme cela que j’ai entendu votre mobilisation, votre plaidoyer au titre de la société. Une prise de conscience est indispensable, avec tout un travail de sensibilisation mené en amont. Or le mouvement olympique international, avez-vous dit, semble peu enclin à relever le défi. Puisque l’on parle de pompiers, il faut peut-être identifier aussi tous les pyromanes qui travaillent, les uns de concert, d’autres de façon clandestine et isolée. Et la foule de curieux que ce type de situation attire en masse.

Michel RIEU

90Actuellement, dans le domaine de la technologie, il y a un rassemblement, une convergence qui pourrait servir d’exemple.

François FAVIER, enseignant à la Faculté des Sciences du Sport de Montpellier

91Je crois qu’il est complètement utopique d’espérer trouver des pompiers car, dans le cas du sport spectacle, c’est un système entièrement basé sur un modèle économique et qui ne peut disparaître que de sa propre mort. Effectivement, c’est peut-être une prise de conscience collective qui permettra un retour au raisonnable. On peut également se dire que quand il n’y aura plus personne pour assister aux spectacles sportifs, peut-être qu’à ce moment-là la sphère se dégonflera.

92Je voudrais faire également une remarque : vous avez parlé du fait de taper dans un ballon ; un geste élémentaire qui permet de gagner parfois beaucoup d’argent. Il semblerait que le football, en France, en termes de fréquentation des stades, commence à fléchir un peu. Cela ne veut pas forcément dire que l’engouement collectif va se porter sur d’autres sports. D’ailleurs ceux qui analysent la culture sportive propre au football infirmeraient ce déplacement d’intérêt. Mais peut-être qu’au bout d’un moment, effectivement et tout simplement, les gens seront lassés d’aller voir des mannequins et des équipes de mannequins. L’exemple du tennis féminin me semble être un très bon exemple. Il est apprécié car il paraît plus conforme à la réalité que nous nous faisons du sport. Moins d’enjeu, moins d’argent, etc. Peut-être que les gens vont finir par se désintéresser du sport spectacle et se recentrer sur la pratique de l’activité physique. Quand nous parlons de sport, il est indispensable d’apporter une précision supplémentaire. Il s’agit de distinguer le sport de très haute performance de la simple activité physique.

Michel RIEU

93Ceci dit, il y a quand même de nombreuses personnes qui vont voir les expositions de haute couture pour regarder les mannequins défiler, et c’est très bien. Je ne suis pas tout à fait opposé à ce qu’il y ait des matchs entre hommes bioniques, mais il faut que les gens le sachent et ne soient pas abusés. Il faut remettre les identités à leur place et ne pas gruger les gens. L’affaire Armstrong est une tromperie extraordinaire, et même, pourrait-on ajouter, une tromperie admirable. Tout le public a été grugé, il y avait derrière cela toute une complicité des communicants et des organisateurs bien sûr. Quand nous y repensons, avec le recul, ce fut extraordinaire. Si les gens avaient su en toute connaissance de cause qu’Armstrong se dopait, que les autres, coéquipiers ou adversaires, se dopaient, ils auraient suivi le Tour de France en regardant une compétition entre dopés. Le principal, c’est de le savoir. Et pour le podium, on aurait mis sur la même marche qu’Armstrong, les médecins, les pourvoyeurs de produits dopants, etc., pour que ce soit bien clair. Il faut simplement que les choses soient bien identifiées. Faute de quoi, rien ne peut être entrepris, en termes de prise de conscience. Je suis en pleine utopie, dans l’immédiat, évidemment.

Jean-Paul CALLÈDE

94L’utopie dont vous parlez n’est pas l’illusion, qui produit un effet masquant, pas plus que la supercherie, qui est synonyme de tromperie. Le débat s’est engagé à propos d’une phrase fameuse de Rabelais, sur laquelle Michel Rieu a conclu sa conférence. Avec la perspective de l’utopie, nous renouons avec la réflexion des humanistes, toujours portée vers la culture, l’éducation et la diffusion du savoir. C’est peut-être à cette catégorie de personnes ressources à laquelle faisait allusion Robert Denel à l’instant. Avec la complexité des savoirs et des savoir-faire, une telle ambition ne peut être actuellement que portée par une intention collective. Puisque la conférence d’ouverture était placée sous le signe de la philosophie, citons l’humaniste anglais Thomas More qui, en pleine Renaissance, a publié L’Utopie (1516), la présentation d’une société d’un lieu qui n’est nulle part, étymologiquement, doublée d’une analyse critique de la société réelle. Rappelons au passage que les héros de Rabelais, Gargantua et Pantagruel, ont fait séjour dans la cité d’Utopie ! Dans « Des esclaves » (Livre second), Thomas More indique que « l’esclave étranger devient libre en touchant la terre d’Utopie ». Ne peut-on pas se demander si la terre d’Utopie, en termes d’idéaux, ne fait pas cruellement défaut aux entrepreneurs actuels du sport spectacle, tournant le dos aux intuitions premières de Coubertin et produisant en définitive des esclaves du sport. Or c’est bien cette « terre d’Utopie », à laquelle nous renvoie Michel Rieu, qui seule garantit aux sportifs et aux sportives de s’affranchir des fers. Une incursion dans la philosophie n’est jamais un exercice vain.

  • 1 Stenger Thomas et Coutant Alexandre (dir.), Hermès, no 59, Ces réseaux numériques dits sociaux, 201 (...)
  • 2 Kleinpeter Édouard (dir.), L’Humain augmenté, Paris, CNRS (coll. Les Essentiels d’Hermès), 2013 (21 (...)

« Dire le progrès », par Édouard KLEINPETER,
Ingénieur de recherche au CNRS, responsable de médiation scientifique à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
Quel futur souhaitons-nous construire ? Quelle évolution pour notre société hautement technologisée ? Par bien des égards, les problèmes que pose l’homme augmenté sont des réactualisations de controverses anciennes, sans doute exacerbées par nos ardents désirs de machines. Beaucoup de mots sont attachés aux technologies des sciences de l’information et de la communication, repris à leur compte par les technoprophètes : réseaux sociaux1, intelligence distribuée, cerveau global, avatar digital, objets intelligents, post-et transhumain, hybridation, Big data et data mining, Cloud computing, identité numérique, etc. Mais comme le pointe Jean-Michel Besnier, nous manquons encore de potentiel langagier qui nous permettrait de mettre la technologie elle-même, avec ses aspects positifs et négatifs, en mots, donc en culture. Les controverses autour des notions d’homme et d’humain augmentés prennent sans doute racine dans cette incapacité que nous avons à exprimer nos désaccords, à trouver le vocabulaire qui nous permettrait de comprendre la « langue de l’autre ». Donner à comprendre que des visions du monde se confrontent, chacune se revendiquant du même progressisme humaniste, en soulignant l’urgence d’une réflexion commune sur ces sujets est l’objet de ce numéro des Essentiels d’Hermès2.

  • 3 EA 4360 APEMAC/EPSaMetz, MSH 5 Lorraine USR CNRS 3221, Associated Member UMR 7268 CNRS ADES.

Professeur Bernard ANDRIEU,
Philosophe, Faculté des sciences du sport, Université de Lorraine3

CONFÉRENCE INTRODUCTIVE

La bionisation sportive : Augmentation du corps, Activation neuroprothétique et bionisation du schéma moteur

  • 10 Andrieu Bernard, 2010, « La bionisation de l’homme », dans Claude Amey, Éliane Chiron, Corps et art (...)
  • 11 http://www.liberation.fr/sports/2013/02/20/le-corps-est-mon-arme_883260

95La bionisation sportive repose sur trois innovations scientifiques et techniques10 pour connecter directement le système biologique et le système de compensation. Oscar Pistoruis11 n’est pas un sportif bionique car sa prothèse est apposée autour de ses moignons. Même si son agentivité sportive a pu introduire une mixité compétitive en validant, au prix d’un combat juridique, la participation dans des compétitions avec des valides au plus haut niveau comme au JO de Londres. Nous entendons par bionisation sportive les modes de connexions directes (soit par la chimie, l’activation cérébrale, le dopage ou la bionique) :

  • l’augmentation du corps naturel par le moyen de techniques implémentées de manières chimiques, génétiques ou mécaniques ; diminuée par des déficits fonctionnels ;

  • la neuroprothèse motrice qui se connecte directement dans l’activation des réseaux et zones cérébrales pour mettre en œuvre des actions motrices avec une modélisation d’avatars ;

  • la bionisation du schéma moteur par la connexion du système biologique et nerveux avec des systèmes d’exosquelettes ou de prothèses commandés par le cerveau moteur.

  • 12 Sandel Michael J., “Bionic Athletes”, 2007, in The Case Against Perfection : Ethics in The Age of G (...)

96La bionisation s’inscrit dans un nouveau contexte technologique qui ne sépare plus le monde et le corps en raison d’une invalidité ou d’une inadaptation. Dans le monde corporel, une écologie technologique est instaurée en maintenant un lien continu et interactif entre les systèmes biologiques et les procédés technologiques. Les athlètes bioniques, selon Michael J. Sandel, sont la conséquence de l’enhancement de la performance12 qui a procuré une amélioration des talents et des qualités disproportionnés au regard des qualités naturelles de l’individu. Nous nous dirigeons vers un corps multi-relationnel, multi-technique. Nous aurons des relations avec des corps humains mais plus seulement. La technique va devenir bio-artificielle. Demain, il y aura une complémentarité entre trois corps : le corps physique, les objets connectés et l’avatar (notre projection ou personnage dans un monde virtuel, ndlr).

97Nous allons vers une hybridation à travers quatre techniques (voir tableau page suivante).

L’augmentation du corps est-elle une extension du sport ?

98Chacun entretient avec soi un culte de la performance (Ehrenberg, 1987, 268) dans un show méritocratique. L’éthique puritaine du marathonien (Faure, 1987, 39) rationalise l’effort sans vécu émotionnel. Le culte de la forme et de l’apparence (Perrin, 1984 ; Louveau, 1992 ; Andrieu, 1994, Travaillot 1998) définit le style de vie de chacun dans une somaesthesie (Shusterman, 2007) et une éthique du corps. Le jogging est pour Paul Yonnet (1948-2011) un sport anti-héros mais qui participe de la culture physique et psychique de l’endurance : le jogger (Yonnet, 1985) rechercherait ainsi à l’échelle de son corps une nouvelle économie énergétique où l’exploitation de sources d’énergie externes (absorption/utilisation maximale d’oxygène) se combine avec une exploration des sources possibles d’énergie interne, défendant ainsi une éthique écologique du corps. S’accomplir ou se dépasser est devenu, selon Isabelle Queval (2004) moins une alternative qu’un conflit entre être bien pour être mieux et être mieux pour être bien. L’injonction normative est à la fois une prescription individuelle de soi par soi et un processus de création de l’individu de ses propres normes posant le problème de la subjectivation (Andrieu, 2007).

99Cette médecine de l’amélioration (Missa, 2009), enhancement (Savulescu J., Nick Bostrom eds., 2009, Tolleneer, 2013), renouvelle la réflexion sur la philosophie du dopage (Missa, Nouvel, 2011). Faut-il nécessairement éviter le dopage sans interroger en profondeur la recherche permanente de la performance ? La recherche biomédicale trouve dans une médecine personnalisée les nanotechnologies (Santella, 2005 ; Bert Gordijn, Ruth F. Chadwick, 2008) susceptibles de fournir des opportunités de procédés internes inédits.

Technique d’Hybridation/ Vécu immersif

Identité Personnelle

Sensation corporelle

Dépendance
Autonomie

Le corps sportif

Techniques d’immersion virtuelle
(Réseaux sociaux, numérisation, avatar)

Out-body expérience (Blanke, 2008)
Sortie du corps
Interfaces

Illusion corporelle
Body-Swapping (Petkova, Ehresson, 2008)
Neuro Feeback (Lachaux/ BrainTV)
Cyberesthésie (Yann Minh)

L’illusion du membre fantôme (Ramachandran, 1996
Réhabilitation par le virtuel

Sport virtuel et en ligne
Jeu en 3D
Décorporation numérique
Capteurs biosensoriels
Motricité virtuelle

Techniques d’implémentation technologique (bionique, neuroprothèses, RIFD, implants, camera Go Pro)

Hybridation technologique avec un prolongement identitaire

Augmentation sensorielle

Libération du handicap par connexion directe avec le système nerveux

(Oscar Pistorius)
Michael Mc Naughton

Techniques de regénération sensorielle (auto-santé, cellules souches, chimère)

Autosanté
Autoguérison

Augmentation de la performance, et du corps propre

Reprogrammation du corps

Dopage (EPO, Aicar, corticoides, anabolisants, hormones de croissance, amphétamines, Sarns)

Techniques de délégation génétique
(PMA, don, clonage, mère porteuses GPA)

Anonymat

Eugénisme
Amélioration
Sélection

Selection génétique des athlètes
Dépistage génétique

100Les nouveaux outils du diagnostic moléculaire font ainsi espérer depuis une dizaine d’années une évolution de la médecine vers des traitements mieux ciblés et visant une amélioration plus directe des performances (Havry, 2010). Mais le dépistage précoce des athlètes et leur surentrainement au prix de leur jeunesse reposent désormais sur des technologies du diagnostic moléculaire au service de la médecine personnalisée (techniques de séquençage haut débit, microarrays notamment). Dans une même visée de profilage (détection précoce des troubles psychologiques et physiologiques, profilage génétique en génétique du développement, identification biométrique, customer-centric marketing) se met en place ce que l’on appelle le dopage génétique. Comme l’a démontré Andrew Miah (2004) l’amélioration génétique des corps rend désormais invisible les procédés tant les performances sont améliorées tant dans la vitesse que dans l’intensité de l’effort physiologique et l’augmentation des capacités (Savulescu, Meulen et Kahane, 2011).

101Car l’entraînement quotidien transforme le corps jusqu’à la limite biopsychologique du sujet. La volonté de l’athlète peut, dès l’effort répété et accumulé, aller au-delà des limites convenues mais le corps peut céder physiquement comme dans l’effondrement du marathonien ou lors de la fringale du cycliste. Le sport devrait être limité par la nature ; or les capacités naturelles de l’individu définissent une certaine plasticité plutôt qu’un déterminisme inné d’activité. L’apprentissage développe cette plasticité en incorporant des états de fatigue toujours plus intenses. Le sport rejoint ici le projet des sciences biologiques en dépassant la nature par la mise en culture du corps. La performance du record participe donc d’une logique différente de celle de l’entretien de son propre corps. Comme le souligne Yves Travaillot les pratiques d’entretien du corps établissent depuis 1985 une relation moins intime entre forme, santé et beauté au profit d’un hédonisme revendiqué (Travaillot, 1998, 175-201). Le concept de forme est en perte de vitesse pour être remplacé par l’apologie des médecines douces ou naturelles. Le rituel d’entretien participe d’une écologie corporelle (Andrieu, 2009, 2011) à l’inverse de la construction artificielle du sportif de haut-niveau. Le paradoxe de notre société est à la fois de mettre en scène la compétition inégalitaire du sport spectacle et de développer le culte individuel du corps. Chacun admet pour lui-même, dans une autosanté (Andrieu, 2012), la recherche d’une harmonie naturelle avec son corps tandis que collectivement, il est vrai de plus en plus par les médias interposés, chacun subit aussi l’idéologie combative de corps artificiellement professionnalisés (Moles, 1998).

102Ces corps professionnalisés doivent dépasser la nature par la mise en culture de leurs particules élémentaires : aliments, hormones, oxygénation, neurones… La relation à la nature est différente selon que le sport vise la santé ou la performance. Les logiques d’entretien physique du corps font de la régularité le principe de l’harmonie naturelle de l’individu avec son corps. L’entretien ne dépasse pas le capital naturel du corps : il le développe selon les limites de son économie interne. Au contraire, si le sport moderne est devenu un avatar de la science biologique, c’est en raison de l’amélioration artificielle du corps. L’économie de soi n’est plus seulement narcissique comme dans les années du body-building. Là où la révolution politique a échoué, l’évolution occidentale de l’individu peut désormais réaliser des corps nouveaux.

103La philosophie de la personne déshabilitée (Winance, 2001) et de l’activité physique adaptée (Michaluk, 2011), qui n’est plus seulement une philosophie de l’accessibilité mais de la viabilité (Legg, 2001, 29), inscrit la sémiotique des jeux para-olympiques dans la mise en spectacle de l’inclusion d’Oscar Pistorius éliminé, comme un autre athlète valide, en demi-finale du 400 mètres des JO de Londres, apogée d’une reconnaissance ou d’une banalisation du cyborg (Norman, Moola, 2011).

104Cette hybridation des pratiques par la présence ensemble de sportifs valides et adaptés est aussi bouleversement de l’imaginaire du corps ; la difficulté est d’imaginer et d’accepter une nouvelle image du corps qui place l’altérité sans une altération fonctionnelle mais sans idéalisation d’un retour au corps parfait (Smith, 2008, 145). Car l’inclusion du handicap produit aussi des effets d’intégration en retour dans la population dite valide (Brasile, 1992, 295). Jean-Christophe Rufin (2012) imagine dans sa fiction ce « stade des re-corps » car « l’homme valide n’intéresse plus personne, je suis désolé de le dire. Tandis que l’homme réparé… La nouveauté de cette année était l’entrée en lice de seniors valides. » Reconnu comme handicap le grand-âge pourrait devenir une occasion, dès lors que le terme de vieillir a été jugé trop négatif par la ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, en juillet 2012 au profit de celui « l’avancée en âge », le nouveau terrain d’un équipement amélioratif.

105Si les progrès technologiques en normalisant l’être handicapé comme un standard transhumain (Van Hilvoorde, Landerweerd, 2010, 2224) sont parvenus à reculer l’âge de la mort en améliorant les conditions même de l’existence, cet allongement de la vie, du moins en Occident, repose sur un aménagement indéfini par l’handicapabilité (Jespersen, McNamee, 2008). Par handicapabilité (handicap/ability), nous entendons une adaptation de la capacité fonctionnelle lorsque le développement ou l’état du corps physique trouve dans la technique et dans l’aménagement de l’environnement les moyens de l’hybridation du corps et de ses fonctions trop souvent interprétée comme une déshumanisation (Culbertson, 2007). À la différence du handicap, l’handicapabilité, comme nouvelle recatégorisation de la performance handicapée (Jones, Howe, 2005, 138) performe la technique en modifiant les limites, autant que possible, de la dépendance.

106Les représentations produites par une société du corps abîmé (Joly, 2009) dépendent des valeurs, des systèmes imaginaire et symbolique. En maintenant des systèmes binaires d’opposition entre le normal et le pathologique, comme entre le corps valide et le corps handicapé, se maintient un dualisme des personnes : la distinction réelle des qualités corporelles sert de critère de sélection et de stigmatisation en raison de la différence de matérialité des corps. Mais cette qualification du corps relève d’une construction culturelle qui maintient des oppositions entre normal-anormal pour maintenir les différences idéologiques comme des différences ontologiques entre les individus d’une même communauté.

107La déstigmatisation, comme l’a établi Anne Marcellini (2005), implique une désmonstruoisation du corps accidenté, déficient et infirme. Le corps abîmé a été compris comme une monstruosité de la nature (Betterton, 2006, 81) car toujours lié à la crainte de l’anomalie biologique produite par le corps maternel par l’incertitude de l’enfant. Les disabilities studies ont définitivement sorti le handicap de la monstruosité naturelle pour le constituer comme une identité politique et sociale. Les « Disembodied Studies » sont reconnus désormais dans la logique de ce que nous appelions Le corps dispersé en 1993, c’est-à-dire l’impossibilité de clôturer le corps dans un seul discours épistémique ; ainsi le corps est abîmé par la prise même du modèle et du discours sur sa matière, en raison même de ce que Judith Butler appelle les limites discursives (Butler, 1993, XI) : ainsi la matérialité du corps subit la répétition rituelle des normes, car la construction culturelle du genre produit la matérialité du corps, du sexe, du handicap ; c’est le discours qui matérialise le corps en morceaux, fragments, objets. Le discours abîme le corps en le matérialisant comme abîmé, partiel, imparfait.

108À la différence des prothèses mécaniques qui équipaient encore les amputés de la guerre du Vietnam, la prothèse bionique est un nouveau moyen de déshandicaper (Andrieu, 2010) l’amputé(e) en lui permettant de réaliser une activité physique autre que la simple marche. Là où la marche pouvait assurer une autonomie toute relative, la prothèse carbone hybride le corps selon les activités à réaliser, en changeant de prothèses comme on change de chaussures ou de lunettes. Mais avec la prothèse bionique, l’activation de prothèses par le cerveau moteur d’objet développe des interfaces directes. Ainsi Andrew Schwartz (2006 ; 2008) a appris à des singes à mouvoir un bras artificiel en simulant un mouvement de leur propre bras : l’animal peut ainsi, par sa seule pensée, saisir un morceau de nourriture à l’aide du bras artificiel et le porter à la bouche.

109Le handicap (Gorin, 2010) tend à être décatégorisé avec la bionique et avec les Brain-Intreface Machine car ces techniques immersives ne trouvent plus dans l’immobilité motrice un obstacle à l’exécution de l’action !

La neuroprothèse motrice

110L’évolution technologique démontre combien l’immersion du corps dans l’écran va le transformer en écran lui-même. Le producteur de film Morton Heilig développe, en 1962, Sensorama, un appareil permettant de visionner un film à trois dimensions par une stimulation multisensorielle : l’effet environnemental était limité à 100° dans un habitacle individuel dont le siège possède un système vibratoire, sans intégrer la capacité du spectateur à contrôler l’environnement par une interaction avec lui.

  • 13 Depuis 1992 il dirige avec Thomas Sheridan la revue Presence : the Journal of Teleoperators and Vir (...)

111Ivan E. Sutherland (1938-) invente en 1963 le premier système graphique interactif (TX2-Sketchpad Project) au MIT : en 1966, Bob Sproull et lui mettent au point pour la compagnie Bell Helicopter le système pour l’entraînement militaire des pilotes, puis en 1967 un « Head-Mounted Display », préfiguration du casque virtuel. En 1968, Thomas Furness13, actuellement directeur d’Human Interfaces Technologies Lab (HIT Lab), construit pour Wright-Patterson Air Force Base des cockpits dont l’environnement perceptif est tridimensionnel avec des modalités sensorielles tactiles, auditives et visuelles.

112En 1969, Myron W. Krueger incorpore l’image corporelle de la personne dans le programme graphique de l’ordinateur, instaurant ainsi une interactivité, non plus représentationnelle et tierce, mais directe et active : en inventant le terme de réalité artificielle en 1973, il crée Videoplace en 1974 qui fonde l’art électronique du corps. Au même moment, en 1971, Nolan Bushnell (1943-) invente, après avoir construit en 1970 son premier ordinateur de jeu Computer Space, le premier jeu vidéo d’arcade Pong pour sa société Atari (1972), sorte de jeu de tennis qui développe le réflexe manuel et visuel.

  • 14 Duguet Anne-Marie, 2002, Déjouer l’image. Créations électroniques et numériques, Paris, J. Chambon, (...)

113L’invention en 1977 par Thomas Zimmerman du Data Glove installe sur la main un gant bio-virtuel qui est représenté dans l’ordinateur, établissant une corrélation directe entre le corps physique et le corps virtuel. La CAVE (Cave Automatic Virtual Environment) modifie le vécu corporel de la virtualité en définissant une voûte immersive car l’ensemble du corps : « ce serait alors le corps du visiteur qui ferait écran, mais cet écran ne projette pas d’ombre derrière lui14 ». Jaron Larnier invente au début des années quatre-vingt le terme de réalité virtuelle par la mise au point des premières implémentations informatiques dans la simulation chirurgicale.

114Le Nintendo Power Glove, mis au point en 1988 par Chris Gentich, prolonge l’immersion en faisant éprouver des sensations par des capteurs bio-sensoriels apposés sur la main elle-même. Le bodypad oblige le joueur à devenir le pad par des capteurs disposés sur le corps qui permettent de diriger les mouvements des personnages virtuels. La combinaison bio-sensorielle instaure quant à elle le virtuel dans la combinaison d’un bio-pod, d’un casque virtuel, d’un power-glove dans une CAVE ce qui produit une immersion totale du corps physique.

115Et le progrès se poursuit avec l’apparition de consoles de jeux vidéo septième génération, des consoles de salon interactives cherchant de plus en plus à nous faire incarner le héros en nous impliquant corporellement. WII de chez Nintendo ouvre le bal en 2004 proposant comme particularité d’utiliser un système capable de détecter la position, l’orientation et les mouvements dans l’espace de la manette. Le joueur pour la première fois peut contrôler par le mouvement, le jeu actif. En 2008, sort la Kinect – initialement connu sous le nom de code Projet Natal – ce périphérique est destiné à la console de jeux vidéo Xbox 360 et permet de contrôler par le corps du joueur, sans aucune manette, les jeux vidéos. Une nouvelle manière de regarder la télévision, les films, d’écouter sa musique ou de jouer, car la télécommande c’est nous. Et l’immersion dans le jeu se veut de plus en plus intense avec une extension de la Xbox 360 et de la Kinect, avec le projet Illumiroom dévoilé en janvier 2013. Cette nouvelle combinaison de périphériques permet une projection visuelle en 3D au-delà de votre écran de télévision. Le projet Omni quand à lui vous permet de vous déplacer naturellement et librement dans les mondes virtuels en immersion dans le cœur même de votre jeu vidéo grâce à un dispositif de plate-forme et une paire de lunettes Oculus Rift. Dans un concept relativement similaire mais un peu plus volumineux, il vous sera possible d’ici peu de temps de vous procurez la VirtuSphere. Cette technologie cherche à développer une plate-forme de locomotion se composant d’une sphère creuse de 3 mètres de diamètre permettant aux joueurs de s’immerger complètement (ou presque) dans leur expérience virtuelle interactive. La société canadienne Thalmic Labs, avec son concepteur Stephen Lake, a présenté en 2013 Myo, un brassard qui se porte à l’avant-bras droit. Il est capable d’interpréter les contractions musculaires de l’utilisateur lorsqu’il bouge la main et ses doigts. Il permet de se substituer à une souris ou une manette de jeux pour piloter un ordinateur ou diriger un drone. Puisqu’en captant la contraction des muscles de l’avant-bras, le système peut anticiper le mouvement des doigts qui auront lieu une fraction de seconde plus tard. Une fois la commande envoyée via une liaison Bluetooth 4.0 Low Energy, l’utilisateur est immédiatement informé qu’elle a été prise en compte par un retour tactile sur le brassard.

  • 15 http://www.emotiv.com/
  • 16 http://www.neurosky.com/
  • 17 http://www.mindball.se

116Avec les neuroprothèses implémentés dans le cerveau le contrôle à distance d’un robot ou d’un ordinateur connecté en wifiest possible. Emotivo15, Neurosky16 avec son Mindset proposent d’utiliser seulement les courants électriques du cerveau par la disposition de bio-senseurs sur le corps et le crane. Emotiv Epoc est une interface personnelle du cerveau humain avec un ordinateur en relevant les signaux électriques qui sont produits pour détecter les pensées, les sensations et les expressions corporelles. En reliant l’activité cérébrale avec un casque qui la convertit en mouvement à distance d’une balle équipée d’un récepteur, MindBall fait croire à une télékinesie. En réalité Mindball Game17 se joue à deux joueurs qui contrôlent une balle par leurs vagues d’ondes cérébrales. Le résultat du déplacement est représenté graphiquement sur un moniteur qui montre l’activité cérébrale.

  • 18 Lachaux J.-P. et al., 2007. Brain TV : a novel approach for online mapping of human brain functions (...)
  • 19 Lachaux J.-P., 2011, Le Cerveau attentif, Contrôle, maîtrise, lâcher-prise, Paris, O. Jacob.

117Jean-Philippe Lachaux, chercheur dans l’unité dynamique cérébrale et cognition de l’Inserm à Lyon, a créé une télévision du cerveau ou de Brain TV18 sur le même principe. Ses travaux portent sur la visualisation en temps réel des activités cérébrales pour le sujet épileptique. À la différence des dispositifs ludiques qui ne font que récolter l’activité EEG du cerveau, une neuroprothèse est implémentée dans le cerveau du patient. Avec le Brain TV, le sujet implanté peut voir, contrôler et moduler l’activité de son cerveau sur les bases du neurofeedback et des interfaces cerveau – machine (BCI). Le cerveau est attentif19 à l’interaction avec le monde en activant en dessous du seuil de conscience sans que le sujet s’en rende compte sur le moment mais dont les effets vont venir modifier l’état, l’intensité et la nature de ses représentations.

  • 20 http://www.youtube.com/ watch?v=TJJPbpHoPWo
  • 21 http://www.braingate.com
  • 22 http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=4564179n
  • 23 http://www.braingate.com

118La possibilité de contrôler le bras d’un robot pour boire a été démontrée par Matt Nagle20 le premier à être implanté par un système BrainGate21. BrainGate est une nouvelle technologie mise au point par Cyberkinetics qui par un Bionic chip implanté dans le cerveau peut enregistrer les impulsions électriques et les transmet par wifià un ordinateur qui l’interprète. Cathy Hutchinson22, paralysée depuis plus de 14 ans et incapable de parler, a utilisé un BrainGate system23. L’implant permanent est immergé dans le cerveau et ne peut repérer le codage neuronal.

  • 24 http://www.loria.fr/~bougrain/index.php/Site/Bio
  • 25 http://www.loria.fr/images-1/journee-corps-et-robots

119Notre collègue et chercheur Laurent Bougrain24 du Loria sur nos questions nous a donné ce texte, suite à notre collaboration au colloque Robots & Corps, Immersion écologique & Cognition incarnée25 coorganisé avec Christine Bourjot et Nicolas Rougier, sur l’origine des neuroprothèses :

120« Concrètement, les neuroprothèses se divisent en deux classes en fonction de l’imagerie cérébrale mise en place : les invasives et les non-invasives. Dans le premier cas, l’activité cérébrale utilisée pour déclencher une action comme un mouvement de bras robotique est enregistrée au cœur des neurones du cortex moteur à l’aide d’électrodes intracérébrales. Individuelles ou plus communément maintenant regroupées en matrice par centaine, leur positionnement nécessite une opération chirurgicale afin d’accéder au cortex. Les électrodes permettent d’enregistrer les charges électriques des neurones. Le taux de décharge par seconde est une information couramment prise en compte pour observer le fonctionnement de neurones. Dans le second cas, l’activité électrique des neurones est observée depuis la surface du crâne.

121À cette époque, Eberhart Fetz apprend à des singes à contrôler volontairement l’activité de leurs neurones, avec l’aide d’une visualisation du taux de décharge d’un neurone. Les chercheurs commencent à comprendre que les mouvements sont principalement contrôlés par un ensemble de neurones situé dans le cortex moteur. Au début des années soixante-dix, Jacques Vignal introduit le terme « interface cerveau-ordinateur » pour signifier qu’il doit être possible de réaliser des dispositifs qui enregistrent l’activité corticale sur le cuir chevelu et l’exploitent pour interagir avec un ordinateur. Au début des années quatre-vingt, Edward Schmidt a évoqué la possibilité que les commandes motrices volontaires puissent être extraites de l’activité neuronale du cortex moteur primaire et utilisées pour contrôler un dispositif prosthétique conçu pour restaurer en partie le contrôle moteur. Peu de temps après, Apostolos Georgopoulos parvient à décoder la direction du mouvement à partir de l’activité d’une population de neurones. L’activité de neurones du cortex moteur primaire s’avère être liée à une direction particulière du mouvement. Certains neurones déchargent plus lors d’un mouvement du bras vers la droite, d’autres pour un mouvement vers la gauche, etc. Cette association est apprise en enregistrant l’activité des neurones lors de mouvements imposés dans différentes directions. Il est ensuite possible d’en déduire la direction d’un mouvement du bras en observant l’activité de ces neurones.

Tableau de synthèse à partir du texte de Laurent Bougrain (LORIA, 2013)

Degrés d’Immersion cerveau/Corps/esprit

Mesure d’immersion

Techniques immersives

Sensations émersives

Sport bionique

Interface physique

Détecteurs de présence corporelle

Lecture de la motricité par des capteurs

Mouvement virtuel d’avatar à partir de mouvement physique

Kinect

Casques virtuels

Récolte de l’activité

Lecture des ondes cérébrales

Out body experiences
Sentir l’avatar

Mindball Game
Emotiv Epoc
Neurosky

Crane

Les signaux mesurés rendent compte de l’activité d’une grande population de neurones et leur qualité

les potentiels évoqués cognitifs, les potentiels évoqués visuels stables, les ondes cérébrales

Emersion involontaire de l’activité cérébrale et cartographie de l’activité in neuro

Eberhart Fetz apprend à des singes à contrôler volontairement l’activité de leurs neurones,

Electrodes intracérébrales

électro-encéphalographie

d’enregistrer les charges électriques des neurones.
Le taux de décharge par seconde

Émersion de l’activité intracérébrale avec visualisation graphique

Hans Berger, 1920 EEG
Jacques Vignal (1970) introduit le terme « interface cerveau-ordinateur»

Neuroprothèse
Nerfs

Stimulation des nerfs

les implants cochléaires disposés dans les oreilles sont des neuroprothèses.
Des électrodes stimulent les nerfs de la cochlée

Il a également été en mesure de jouer à des jeux vidéo tels que Neural Pong et de commander volontairement l’ouverture et la fermeture d’une prothèse demain.

Edward Schmidt Apostolos Georgopoulos
Brain TV

Bionique
Neuroprothèse
Muscles

perceptions enregistrées par des capteurs

prothèses myoélectriques captent l’activité électrique des muscles pour contrôler la prothèse

Réapprentissage neurosensoriel

Sportif bionique
Michael McNaughton
Claudia Mitchell
Neural Pong
BrainGate 2

122Les années quatre-vingt-dix voient l’apparition de matrices d’électrodes qui permettent d’enregistrer plusieurs centaines de neurones au lieu des dizaines obtenues par des électrodes individuelles. Au début des années deux mille, les travaux portent sur le décodage d’un mouvement dans l’espace plutôt que dans un plan, sur la vitesse du mouvement ainsi que sur la préhension. Ces travaux sont menés chez des singes, principalement des macaques. À la même époque, Chaplin met en place une expérience dans laquelle l’activité neuronale enregistrée dans une population de neurones du cortex moteur permet à un rat de contrôler le mouvement d’un levier motorisé pour s’alimenter. L’année suivante, le même type d’expérience est réalisé avec un singe.

123En 2006, la société Brain Gate étend ces travaux chez l’homme. En effet, un homme de 25 ans qui a eu, en 2001, la moelle épinière sectionnée entre les vertèbres cervicales C3-C4, ce qui a entraîné une tétraplégie complète, se voit implanter en juin 2004 une matrice d’électrodes de 4 millimètres de côté dans l’aire dédiée au bras et à la main du cortex moteur primaire. Un deuxième homme de 55 ans ayant eu une lésion médullaire complète au niveau de la vertèbre C4 depuis 1999 a également participé à l’étude. Les participants devaient imaginer des mouvements des mains séparés ou conjoints, du poignet, du coude ou de l’épaule. Certains neurones se sont révélés plus actifs sur une imagination motrice particulière, d’autres sur plusieurs imaginations et d’autres encore sur aucune. Il leur a également été demandé d’imaginer un déplacement de curseur sur un écran, afin d’atteindre des cibles visuelles placées aléatoirement. Parallèlement, un technicien déplaçait à la souris le curseur vers la cible.

124Finalement, après analyse des signaux enregistrés, il a été possible de mettre en relation l’activité correspondant à l’imagination de mouvement du bras par le premier participant avec des mouvements du curseur. Un logiciel permettait au participant d’ouvrir un message électronique, de dessiner et d’ajuster le volume et la chaîne d’un poste de télévision. Il a également été en mesure de jouer à des jeux vidéo tels que Neural Pong et de commander volontairement l’ouverture et la fermeture d’une prothèse de main. Ces travaux ont montré qu’il est possible de décoder l’activité des neurones du cortex moteur primaire chez l’Homme et de l’exploiter pour permettre le contrôle d’un ordinateur ou d’une prothèse de la main. Velliste et ses collègues ont montré en 2008 que des singes peuvent moduler leur activité corticale pour contrôler un bras robotisé afin de se nourrir. Enfin, en 2012, le système BrainGate 2 a permis à des patients paralysés de contrôler un bras robotisé pour boire. »

Le sport bionique des vétérans26

  • 26 Ce chapitre a été publié plus longuement dans notre livre B. Andrieu, 2012, L’Autosanté. vers une m (...)

125À la différence des prothèses mécaniques (Nicogossian, 2009 ; 2012) qui équipaient encore les amputés de la guerre du Vietnam, la prothèse bionique est un nouveau moyen de déshandicaper (Andrieu, 2009) l’amputé(e) en lui permettant de réaliser une activité physique autre que la simple marche. Déshandicaper consiste à sortir le sujet amputé de la situation d’iniquité motrice qu’il subit pour le rendre plus actif et autonome en transformant son handicap en une situation nouvelle par l’équipement d’une prothèse qui va lui permettre de réunifier son schéma corporel. Là où la marche pouvait assurer une autonomie toute relative, la prothèse carbone hybride le corps selon les activités à réaliser, en changeant de prothèses comme on change de chaussures ou de lunettes. Mais avec la prothèse bionique, l’activation de prothèses par le cerveau moteur d’objet développe des interfaces directes. Ainsi Andrew Schwartz (2006) a appris à des singes à mouvoir un bras artificiel en simulant un mouvement de leur propre bras : l’animal peut ainsi, par sa seule pensée, saisir un morceau de nourriture à l’aide du bras artificiel et le porter à la bouche.

126Un des premiers hommes équipés, Jesse Sullivan, 58 ans, peut utiliser son bras bionique en commandant ses mouvements avec son cerveau. Sauf qu’ici, le bras en question est une prothèse, un bras bionique de dernière génération, qui lui a été implanté par les scientifiques de l’institut de réadaptation de Chicago (Karmarkar et al., 2009). Cet électricien américain, qui avait perdu ses deux bras à la suite d’un accident provoqué par une décharge électrique, peut de nouveau disposer de son autonomie. Il peut maintenant soulever son coude ou ouvrir et fermer sa main. La prothèse lui permet même d’effectuer des mouvements précis, comme ouvrir une boîte de conserve ou décapsuler les bouteilles.

127Claudia Mitchell est une jeune femme marine américaine de 25 ans, qui a perdu en mai 2004 la totalité de son bras gauche, amputé au ras de l’épaule, dans un accident de moto. Comme 26 000 autres Américains amputés du membre supérieur chaque année, elle a rejoint les amputés nord-américains, qui sont au nombre de 1,8 million. La plupart des prothèses actuelles utilisent pour leurs déplacements des moteurs électriques, habituellement commandés par les signaux myoélectriques volontaires (envoyés par le cerveau) dans les muscles agonistes-antagonistes qui restent au-dessus du membre amputé. Les chirurgiens du Rehabilitation Institute of Chicago sont en effet parvenus à reconnecter indirectement son cerveau avec son bras prothétique.

128Cette reconnexion utilise les extrémités des nerfs moteurs coupés du bras amputé (nerf médian, nerf radial, nerf brachial) sont en quelque sorte déroutées chirurgicalement vers un groupe de muscles de la paroi thoracique. L’extrémité du nerf médian amputé est par exemple connectée au muscle pectoral, qui envoie un signal « ouvert/fermé » à la pince des doigts. La puce embarquée pourrait analyser une centaine de signaux neuronaux et commander jusqu’à vingt-deux fonctions distinctes de la prothèse. L’avancée scientifique (Kuiken, 2007 ; 2004) est la « réinnervation motrice ciblée », et elle permet à Claudia Mitchell non seulement de bouger le bras et le poignet spontanément, mais bientôt de recevoir aussi des informations sensitives sur la pression, la température, l’angulation des doigts et des articulations de sa prothèse biomécanique. Claudia Mitchell peut ainsi écrire, porter une tasse pleine de café à ses lèvres, serrer votre main, tourner les pages d’un livre.

129Cette anthropologie clinique des sens (Vigarios-Viste, 2009) permet de décrire une sémiologie vécue de la déconstruction et de la reconstruction, sous greffe ou prothèse, de l’identité faciale et du sentiment de soi dans le corps propre : depuis le symptôme découvert et identifié, la modification du temps et de l’espace, la réorganisation affective de l’entourage, les réhabilitations plus ou moins réussies avec les prothèses, tant d’éléments ici essentiels pour, de l’intérieur même du récit, trouver matière aux descriptions d’une nouvelle subjectivation. La prothèse est devenue une performance (Kurzman, 2003) moins esthétique que subjective par la modification des conditions et des modes d’action. Car, ainsi déshandicapé de son syndrome, le sujet peut accomplir des performances impossibles jusque-là même si cette performativité est difficile à reproduire et à incorporer sans un apprentissage lent et progressif qui est le processus même de réhabilitation.

130Maintenant, ceux qui perdent des bras obtiennent souvent l’Utah3 Arm qui permet le mouvement simultané du coude, de la main et du poignet, offrant le mouvement que les anciennes prothèses ne pouvaient réaliser. Celles-ci sont accrochées avec le SensorSpeedHand, avec des capteurs électroniques aux bouts du doigt qui facilitent la saisie des objets. Pour des jambes, C. Leg est une prothèse qui contrôle les temps du mouvement pendant 50 secondes pour aider à l’équilibre du corps. De retour au pays, les amputés de l’Irak obtiennent des membres artificiels pilotés par ordinateur permettant un équilibre plus grand et davantage de mobilité.

131Le sergent de 1ère classe Michael McNaughton, démineur (il saute sur une mine à Noël 2002) et amputé le 8 janvier 2003 de la guerre d’Afghanistan (dans l’opération Operation Enduring Freedom in Afghanistan) a bénéficié de cette technique bionique. La prothèse prend beaucoup moins d’énergie quand McNaughton marche. « Parfois c’est dur à expliquer, parce que vous devez être un amputé pour connaitre la différence. Mais le C. Leg est tellement plus lisse. Il essaye d’imiter exactement ce que la jambe gauche fait », a dit McNaughton. « Je peux faire des pas plus naturels. Avec celui-ci vous pouvez descendre de rampes beaucoup plus faciles. Avec la prothèse conventionnelle vous devez vous baisser. » Il reçoit la visite du Président Georges W. Bush au Walter Reed Army Medical Center le 17 janvier 2003. Il peut être prothésé grâce à un don de Hanger Orthopedic Group. Le Président et McNaughton ont parlé de courir et Bush a promis de courir avec lui quand il sera « fully recovered and able to run with his prosthetic leg », a dit le porte-parole de La Maison Blanche Scott McClellan. Il a couru un mile avec Président George W. Bush le 14 avril 2004 dans les jardins de la Maison Blanche, participant ainsi, à travers les photographies largement diffusées, à une nouvelle utilisation idéologique des amputés de guerre. Il appartient au National Guardsman from the Louisiana’s 769th Engineer Battalion. Son courage et son sacrifice pour « la défense de la liberté » sont alors mis en avant pour montrer la réinsertion par le sport des amputés de guerre afin d’éviter l’image des anciens amputés du Vietnam abandonnés dans des fauteuils, sans programme de réhabilitation. En 2004, à 32 ans, il court Hope & Possibility race in Manhattan’s Central Park (sponsorisé par Hanger Orthopedic). Il déclare : « If I was able to, I’d go over there tonight », au New York Journal News en affirmant « I believe in what President Bush is doing. Once a soldier, always a soldier ».

Conclusion

132L’augmentation du corps, l’activation neuroprothétique et la bionisation du schéma moteur posent des problèmes d’éducation pour le sport bionique. Michel Rieu le rappelle à propos du dopage en démontrant combien « Le cas Armstrong est l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire. Il n’est pas un cas isolé. Son auréole a été consolidée au fil des années. Lance Armstrong est le produit d’un système, celui du pognon, de la gagne à tout prix, du retour sur investissement » (Rieu, 2012). Les intérêts des acteurs, contre l’esprit sportif lui-même et les intérêts communs des associations sportives (Callède, 1992), et notamment des intérêts matériels, peuvent détourner ces progrès dans la connaissance de la profondeur du corps en les mettant au service de la vanité et de la recherche de l’argent.

133Pourtant, ces nouvelles techniques ouvrent le sport à des publics jusque-là éloignés des pratiques corporelles car notre conception du corps est bouleversée par elles : la dépendance devient une autonomie relative, le handicap est en partie résilié et l’action motrice peut être commandée directement par le cerveau plutôt que par la conscience. La pluridisciplinarité du sport bionique suppose que nous ayons conscience combien l’action motrice met en jeu, non seulement des tactiques praxéologiques (Parlebas) ou des compétences tacites (Delignières), mais aussi des activations dont les effets peuvent surprendre non seulement le sujet lui-même mais les autres partenaires aussi. Une plus grande acceptation des autres est possible si nous comprenons que le corps humain ne fonctionne pas seulement avec la conscience mais dans la relation avec le monde.

Augmentation (Enhancement)

134Andrieu B. 2008, Devenir Hybride, P.U. de Nancy, Préface Stelarc.

135Culbertson L., 2007, “‘Human-ness’, ‘dehumanisation’ and performance enhancement”, Sport, Ethics & Philosophy, Vol. 1 Issue 2, p. 195-207.

136Kuiken, T.A. et al., 2004, “The use of targeted muscle reinnervation for improved myoelectric prosthesis control in a bilateral shoulder disarticulation amputee”. Prosthet. Orthot. Int., 28, p. 245-53.

137Kuiken T.A. et al., 2007, “Targeted reinnervation for enhanced prosthetic arm function in a woman with a proximal amputation: a case study”. The Lancet, 369, p. 371-380.

138Murray T.H., Maschke K.J., & Wasunna A.A., eds., 2009, Performance–Enhancing Technologies in Sports : Ethical, Conceptual, and Scientific Issues, Johns Hopkins University Press.

139Nicogossian J., 2009, De la reconstruction à l’augmentation du corps humain en médecine restaurative et en cybernétique, Thèse soutenue à l’Université de Sydney.

140Queval I., 2004, « Axes de réflexion pour une lecture philosophique du dépassement de soi dans le sport de haut niveau », Science & Motricite, Vol. 2 Issue 52. p. 45-82.

141Queval I., 2004, S’accomplir ou se dépasser - Essai sur le sport contemporain, Paris, Gallimard.

142Tolleneer J., Sterckx S., Bonte P., 2013, Athletic Enhancement, Human Nature and Ethics, Threats and Opportunities of Doping Technologies Series: International Library of Ethics, Law, and the New Medicine, Vol. 52, XIV, 315 p., 7 illus.

143Van Hilvoorde I., Landerweerd L., 2010, “Enhancing disabilities: transhumanism under the veil of inclusion?”, Disability and Rehabilitation, 32(26) : 2222–2227.

Dopage

144Andrieu B. (ed.), 2013, Éthique du sport, Lausanne, éd l’Âge d’homme.

145Breivik G., 1987, “The doping dilemma. Some game theoretical and philosophical considerations”, Sportwissenschaft, 17(1), pp. 83-94.

146Callède J.-P., 1992, « L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements », Le sport… à corps perdu, revue Sociologie Santé, décembre, no 7, pp. 89-120.

147Fignon L., 2009, Nous étions insouciants et jeunes, Paris, Grasset.

148Hauw D., 2011, « Commande et autonomie dans l’activité des sportifs de haut niveau : des savoirs pour une autre éthique du dopage », dans Missa J.-N., Nouvel P. (eds.) Philosophie du dopage, Paris, PUF, pp. 217-234.

149Ohl F., 2009, « Le dopage des apparences : le cas du bodybuilding. Dépendances », 37, pp. 16-19.

150Ohl F., 2011, « La lutte contre le dopage est-elle éthique ? », Pertinence, 4, pp. 192-212.

151Simon S., 1998, « Soigner le dopage, c’est l’accepter », Libération, 8 décembre.

152Rieu M., 2012, « Lance Armstrong a été prévenu avant tous les contrôles », Le Monde, 25 août.

Débat

Jean-Paul CALLÈDE, animateur du débat

153Merci Bernard pour cette conférence qui nous permet d’avoir en un temps limité une vue précise et ordonnée portant sur un vaste domaine qui donne parfois l’impression de combiner la vie et la technique, l’humain et la chose, le réel et le virtuel...

154Les questions du public sont attendues.

Colette ANDRUSYSZYN, Présidente du l’UNCU

155J’aimerais savoir où nous en sommes en France par rapport à cette expérimentation, voire même cette application très importante développée par la recherche américaine. Un début de réponse a été donné puisque vous nous dites que les STAPS s’en saisissent.

Bernard ANDRIEU

156Dans mon université, celle de Nancy, nous venons d’investir 30 000 euros pour acheter des capteurs permettant de modéliser des avatars, mais nous avons eu zéro centime en SHS. Un des grands problèmes tient au fait que de nombreux laboratoires ont investi dans ces machines-là, alors que le débat tel que je vous l’ai présenté est un débat que l’on n’a pas forcément avec nos collègues qui investissent beaucoup d’argent, qui ont des laboratoires certes performants, mais parce qu’ils sont extrêmement finalisés sur la performance. Ce sont des outils qui servent beaucoup pour la performance. Il suffit d’aller sur Internet pour voir le type de matériel qu’ils ont à leur disposition. Par ailleurs, nous ne sommes pas les seuls. Aujourd’hui, l’armée française commence à lancer des programmes bioniques, il y a une équipe suisse et une équipe française, mais ce ne sont pas les STAPS qui travaillent dessus.

157Un des grands problèmes qu’il faut indiquer, c’est la caractéristique du public qui peut bénéficier des prothèses bioniques. Bien entendu, c’est le public handicapé, puisque maintenant il faut avoir quelqu’un qui soit en situation de réhabilitation motrice ou d’adaptation. Aujourd’hui, dans le handisport en tout cas, tel que je le connais, ce sont effectivement plutôt des prothèses mécaniques qui posent d’autres problèmes. Avec Éric Dugas, nous allons faire soutenir la thèse de Rémy Richard qui a travaillé sur le football en fauteuil. On voit très bien que, dans le verbatim des joueurs, il y a aussi beaucoup de choses de l’ordre de l’hybridation, de l’ordre de l’inclusion dans la machine, de l’ordre de la continuité entre la balle et le fauteuil. Il y a donc beaucoup de choses qui ne sont pas simplement technologiques, mais psychiques. Anne Marcellini a travaillé sur le problème du rêve. Elle pourra nous en parler.

158On évoquait la pluridisciplinarité et on est là, vraiment, sur un sujet qui pourrait être pluridisciplinaire. Je la pratique parce que je suis à un niveau qui me permet institutionnellement de pouvoir le faire mais nous n’avons pas d’équipes pluridisciplinaires sur la question. Nous avons des équipes essentiellement liées à des centres de rééducation, mais le niveau technologique est tel, par exemple les implants que fait Laurent Bougrain sur les personnes handicapées, qu’il faut pouvoir l’assimiler. Nous avons fait ensemble un colloque sur « Sport et Robotique ». J’ai accédé à l’information, mais c’est d’un tel niveau technologique international que nous sommes, en SHS, nécessairement peu préparer à soutenir un débat. Mais cela n’empêche pas d’y réfléchir parce que, philosophiquement, les enjeux sont de définir ce qu’est la conscience, la motricité, l’incorporation d’une technique sportive, etc.

Olivier COSTE, médecin à la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Languedoc-Roussillon

159Je vous remercie de cette introduction préalable, capitale à mon avis compte tenu de la thématique de cette Université Sportive d’Été. J’ai appris des choses et cela me paraît important car je vais intervenir vendredi et le fait d’avoir assisté à votre conférence est capital pour moi parce que j’aurais pu faire fausse route.

160Au préalable, dans la conférence d’ouverture, Michel Rieu a parlé de dopage et, effectivement, je pense qu’il faut bien déterminer ce concept, il ne faut pas mélanger les notions d’hybride, de bionique, de dopage et autres même si, à mon avis, il y a certainement un continuum technologique quelque part, et vous l’avez évoqué tout à l’heure.

161Ma question est un peu plus précise : vous nous avez montré des photos de personnes amputées, le but du jeu étant de restaurer de la meilleure des manières leurs fonctions physiologiques. Avez-vous des exemples concrets d’athlètes bioniques dans le sport, à savoir le domaine tel qu’il est conçu par Pierre Parlebas, c’est-à-dire réglementé ? Avez-vous des exemples dans le handisport ou dans le sport valide ?

Bernard ANDRIEU

162Les seuls athlètes bioniques qui existent aujourd’hui sont des athlètes qui sont financés par la DARPA aux États-Unis et qui, donc, participent à des compétitions militaires. La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) est l’agence américaine responsable des projets en recherche avancée pour la Défense. J’ai rédigé un article sur les amputés de guerre. Le problème que vous posez est celui du dopage technologique qui avait été évoqué avec la question des combinaisons. Donc, aujourd’hui, il n’y a pas de compétitions parce que, tout d’abord, il n’y a pas suffisamment d’athlètes. En effet, cela coûte des milliers de dollars pour équiper des personnes de ce type-là. Ensuite, le problème que cela posera, c’est le problème de l’évaluation de la performance. Rappelez-vous qu’avec Pistorius, il a fallu expertiser ce qui provenait véritablement de la prothèse. Là, c’est encore plus compliqué. Pour moi, la question de la délimitation entre le système biologique et le système technologique va presque être ou devenir impossible à partir du moment où il y a une incorporation, une modification. Je participe la semaine prochaine à un colloque à Clermont-Ferrand sur « Médecine et Addiction » où l’on va parler des jeux vidéo et des effets de modification de la motricité par l’incorporation chez les enfants. Finalement, une fois que vous êtes équipés, vous êtes transformés. C’était plus facile quand on avait des choses mécaniques. En effet, on pouvait sortir l’instrument et faire un calcul sur l’instrument. Mais là, nous sommes sur des systèmes où, finalement, on est en train de reconfigurer le mental, le cerveau va fonctionner directement sur la machine. Le problème qui va se poser aux experts, c’est l’évaluation.

163J’ai essayé de demander à rencontrer ces patients pour faire des verbatim, mais c’est « secret défense ». Je sais que des équipes de psychologues sont autour de ces gens-là, ils font les études mais, pour l’instant, nous n’avons pas les résultats à disposition.

164Je crois que la question qui se pose, ce n’est plus la compétition sportive mais un autre type de relation.

Alain BRAUN, PUC, administrateur de l’UNCU

165Vous avez longuement abordé la question de l’influence de l’utilisation de prothèses sur le schéma corporel et vous avez parlé d’interactivité. Et dans cette interactivité, vous avez surtout insisté sur l’aspect avatar mais est-ce que, justement, la limite n’est pas la réponse à la question « qui commande » ? Parce que si c’est l’individu qui commande, même avec son entraînement bionique, j’aurais tendance à ajouter en disant que c’est le progrès, et que tout va bien.

Bernard ANDRIEU

166Ce n’est pas aussi simple. Quand j’ai vu l’entraîneur du sprinteur Jimmy Vicaut, à l’INSEP, Guy Ontano, qui a une machine pour lui apprendre à courir plus vite, c’est-à-dire pour créer une représentation de ce qu’est courir à 30 kilomètres heure. C’est exactement ce que j’essaye de dire, l’objectif est que l’athlète ait une représentation de son corps telle qu’il ne l’a jamais eue. Jimmy vit cela en situation de « non-contrôle » parfois, parce qu’il est emporté par la machine. Il est en situation immersive de non-contrôle involontaire mais, en ayant vécu cette expérience-là, il va forcément avoir une représentation différente de lui-même. Il va prendre conscience de ce que son corps est capable de faire. On s’aperçoit aujourd’hui en philosophie que le corps vivant va au-delà du corps vécu. On a un écart aujourd’hui entre le corps vivant qui a des capacités que nos technologies actuelles permettent de révéler, et la représentation du corps vécu que se fait le sujet qui, elle, est construite par la culture, par le passé, par les techniques, etc. Bien évidemment, la confrontation entre les deux va modifier fondamentalement la représentation que vous avez de votre corps vécu.

Alain BRAUN

167Quelque part, c’était un peu là-dessus que reposait la pliométrie, en avance sur les autres, dans la mesure où cela permettait de mobiliser des unités motrices plus importantes que celles utilisées par la volonté. Mais sur la thématique du « qui contrôle », il me semble que c’est là que se situe la limite de ce qui est acceptable en sport, si on veut toutefois garder quelques vertus à cette notion d’acceptabilité réfléchie.

Bernard ANDRIEU

168Ce dont je parle, ce sont les équipements qui sont embarqués dans le corps. Je suis actuellement en train de travailler sur la question de l’immersion. En fait, ce vers quoi on va, c’est l’idée de se mettre dans des dispositifs de l’ordre de l’involontaire pour les reconquérir ensuite par la volonté. Dans une certaine mesure, s’immerger dans un milieu, dans un type de mouvement, dans quelque chose dont je n’ai pas forcément la connaissance, va me permettre d’acquérir une expérience qui va venir modifier fondamentalement la connaissance que j’avais de mon propre corps. C’est-à-dire que le corps n’a pas de limite, le corps n’a de limite que parce que finalement il y a l’éthique, la morale, les règlements, mais en réalité il n’y a pas de limite. En vérité, la technique que je vais faire supporter à mon corps et qui va être implémentée dans mon corps, va me donner une autre représentation de ce qu’est véritablement le corps vivant. Je crois que nous sommes aujourd’hui dans cette difficulté, à la fois morale et juridique.

169Jean-Paul Callède a dit que j’étais quelqu’un de représentatif, mais je suis extrêmement minoritaire. Dans le débat francophone, voire anglophone, nous sommes plutôt dans des positions très technophobes, c’est-à-dire des positions qui disent que c’est très dangereux. Je suis dans une position mixte, c’est-à-dire une position que l’on appelle en philosophie faible, c’est-à-dire que cela casse tout le temps, cela ne fonctionne pas, c’est éphémère. Par contre, ces types de dispositifs vont changer complètement la représentation que nous allons avoir du corps. Il ne s’agit pas de dire que l’on va télécontrôler tout le monde à distance, etc. Ceci, c’est de la fiction que l’on vend socialement et cela fonctionne très bien, la peur du télécontrôle. Mais, en réalité, quand vous regardez sérieusement ces travaux-là, on est plutôt dans l’idée que le sujet va pouvoir effectivement avoir un nouveau rapport à soi. Bien sûr, la tentation du télécontrôle existe toujours. Fondamentalement, si l’on veut réfléchir à ce qu’est le sport et à ce qu’est l’utilisation du corps, il faut peut-être s’y intéresser, comme l’a fait Georges Vigarello d’ailleurs dans son merveilleux livre sur l’histoire du sport et la technique, au feed back, c’est-à-dire « qu’est-ce que la technique produit bien évidemment sur le corps ? ».

Robert DENEL

170Ce n’est pas une découverte nouvelle. Toutes les techniques ont transformé nécessairement l’athlète et lui ont fait faire des choses qu’il n’était pas susceptible de faire avant. Cela n’est pas répréhensible, c’est dans la logique des choses, c’est le progrès. Ce qui est embêtant, c’est quand ce progrès commande. Ce qui améliore le geste et la perception de son corps, c’est merveilleux, mais ce qui transforme l’individu en un objet et non pas en un acteur, c’est dangereux.

Bernard ANDRIEU

171Ces techniques sont très invasives et c’est ce que j’ai essayé de vous montrer, y compris sur le problème de la délimitation entre la vie privée et la vie publique. Je n’ai pas eu le temps de l’évoquer, mais nous avons d’énormes problèmes à propos de ces aspects.

Rheda TAÏAR, Professeur de Biomécanique à l’Université de Reims

172Si on prend la problématique « qui contrôle ? », vous nous avez donné un exemple d’un point de vue mécanique, c’est la prothèse en natation, où c’est beaucoup plus le matériau qui contrôle le mouvement, et plus le « Brain Computing Interface », donc l’exemple « Relation Cerveau Mouvement ».

173Sur l’exemple de la natation, vous nous avez dit que l’on ne nageait plus comme avant, en raison des combinaisons. Je ne partage pas du tout cet avis là car je développe ces combinaisons depuis 23 ans, et s’il y a une chose qui ne peut pas permettre de modifier un mouvement, c’est bien une combinaison. Une combinaison de natation ne permet même pas de faire flotter un doigt. L’exemple concret est que, maintenant, on est repassé sur des shorts et non pas une combinaison complète. Ce qui a fait beaucoup plus l’évolution de cette partie, ce sont, plus fondamentalement, les évolutions techniques en termes de travail, d’entraînement. Ce sont elles qui font que quelqu’un arrive à nager en 46 secondes sur un 100 mètres. Donc, cela veut dire que la combinaison, même si on est passé maintenant à des shorts comme dans les derniers championnats du monde, la preuve en est concrète, me semble-t-il : ce n’est pas la combinaison qui fait modifier la nage et que ce sont davantage les techniques gestuelles.

Bernard ANDRIEU

174Marcel Mauss explique dans son travail sur Les techniques du corps que, précisément, une technique peut être dite incorporée. Je ne dis pas que c’est la combinaison qui a changé, mais qu’elle a provoqué une modification dans la possibilité de ce qu’était mon corps, les sensations internes. Je ne parle pas du matériel. Cela a quand même des conséquences pour le nageur.

Redha TAÏAR

175Concernant l’évolution des prothèses, on est capable actuellement de faire marcher un hémiplégique qui a subi un aplatissement de la moelle épinière, ce qui était impossible quelques années auparavant. D’un point de vue médical, ces évolutions sont une bonne chose, mais du côté du sport, ce ne peut être qu’une évolution technologique.

Bernard ANDRIEU

176Quand on a proposé aux enfants sourds de s’équiper d’implants pour apprendre à parler, il y a eu tout un mouvement au sein de la communauté des sourds qui ne souhaitaient pas forcément que nos enfants soient implémentés. Ne pas être implémenté définit aussi une culture avec un langage, une communauté, etc. On s’est donc aperçu qu’il y avait des conflits intéressants, de types générationnels et communautaires, entre des gens qui bénéficiaient précisément de ces techniques et qui accédaient au monde du son et les autres. En d’autres termes, certains se posent le problème de savoir s’il faut généraliser une technique. À partir du moment où on la généralise, il est évident qu’on va changer aussi la communauté et le type d’interface sociale entre les individus.

177Je crois qu’il faut distinguer où on en est technologiquement, et, à la suite de quoi, les fédérations, les communautés, les sociétés, les États, les religions, etc., prennent des positions qui ne relèvent pas de la technique, mais qui relèvent de leur représentation des valeurs qu’ils veulent mettre en avant, du type de socialisation qu’ils veulent faire. Je ne prêche pas pour un positivisme scientiste rationnel. Simplement, en défendant la thèse de la mixité, il faut bien s’apercevoir qu’aujourd’hui on aura forcément des gens qui seront des intégristes, c’est-à-dire qui resteront dans l’idée que le corps doit être entièrement « naturel », c’est-à-dire non équipé, des gens qui seront complètement dans le post humanisme disant alors qu’il faut passer de l’autre côté, avoir un corps entièrement virtuel, un avatar, hyper technologique, et des gens qui seront dans l’entre deux. La question économique se pose également. C’est la question de la disponibilité, de la représentation, de l’accessibilité sociale, et vous voyez déjà les problèmes que cela pose dans l’acceptabilité sociale. Pour le dire autrement, il ne suffit pas d’avoir des athlètes comme Pistorius. Quand il va falloir vendre des prothèses aux milliers de personnes qui vont être amputées du diabète aux États-Unis, le grand débat sera de dire que l’on va se servir de l’image de marque de ces athlètes équipés. Mais ce sera pour dire « ces gens-là font du sport, et on vous demande juste de marcher dans la rue avec une prothèse ». L’objectif ne sera pas d’avoir des milliers de personnes prothésées de la jambe qui vont courir comme y est parvenu Pistorius ; c’est l’idée que finalement il y aura une acceptabilité sociale qui sera différente par l’intermédiaire du sport.

Redha TAÏAR

178Il en ressort tout de même que, quoi que l’on fasse, le corps s’adaptera toujours.

Bernard ANDRIEU

179Je le pense, parce que le corps, c’est d’abord le corps vivant. Malheureusement, en Occident, nous pensons que le corps, c’est le corps vécu, et la grande critique que je fais dans mon travail, c’est la critique de la notion d’isoler le corps vécu du corps vivant. Je pense que l’un des grands problèmes écologiques de fond auquel nous sommes confrontés, c’est de considérer que nous voulons écologiser un environnement alors qu’en réalité notre corps capte des informations pré-motrices, pré-affectives, etc., bien avant la conscience.

Jean-Michel MARTIN

180Votre propos m’interroge un peu sur les aspects éducatifs du sport. Je vais vous relater une petite expérience qui me fait poser deux questions.

181Première anecdote, je suis en train de regarder un match de basket de moyen niveau, et la mi-temps a lieu. Et que se passe-t-il ? Les enfants du coin viennent s’amuser sur le terrain à tirer au panier avec les ballons qui restent là. À un moment donné, je vois un garçon de 11-12 ans qui part du milieu du terrain, qui commence à faire un double pas à la ligne des tirs à distance, et qui réalise un magnifique double pas, il devait être un assidu de la NBA, donc l’image l’avait marqué. Il arrive pour mettre le ballon dans le panier, or il était à trois mètres du panneau de basket... Je me pose la question suivante : est-ce que pour lui, c’est positif ? Est-ce que son corps vivant va devenir celui qui va mettre le panier, ou est-ce négatif en ce sens qu’il ne pourra jamais réaliser cela ? Et là, il aura une désillusion terrible. Ma seconde question est celle-ci : n’est-ce pas le média qui l’a complètement fabriqué ?

Bernard ANDRIEU

182Le média lui a donné une représentation de ce que pouvait faire le corps humain. Ensuite, le corps vivant fait ses propres synthèses. Il fait des synthèses opératoires et même pré-motrices. Psychologiquement, le jeune peut être déçu si l’on se place du côté du corps vécu, c’est-à-dire de la conscience de l’acte qu’il a accompli et qui fait qu’il échoue. Mais, fondamentalement, il peut avoir la possibilité de faire cette synthèse et de pouvoir accomplir le geste en inventant son propre geste. Il y a l’imitation et il y a aussi le fait que le corps vivant va créer ses propres synthèses techniques. Donc, je crois qu’il faut tenir les deux. Les psychologues du sport vous diraient effectivement qu’il y a une dimension éducative importante à propos de la question de l’acceptation du réel, de la limite du corps, puisque nous avons tous un corps limité. C’est ce qu’a dit Marion Bartoli, de manière très intéressante. Après avoir gagné le tournoi de Wimbledon, le 6 juillet dernier, elle a pris sa retraite dans la foulée de son titre en se justifiant ainsi. Finalement, elle a passé des années à aller au-delà des limites du corps vivant. Dans une certaine mesure, on peut reculer ses propres limites mais il y a aussi la limite de son corps vivant. Il ne faut pas croire que le corps vivant, c’est la panacée, il est adaptable mais il y a aussi une limite physiologique, etc. C’est pour cela d’ailleurs que le dopage est venu se poser en tant que solution. Il faudra que le jeune fasse une synthèse avec son propre corps. Dans mon jeu vidéo, je suis très fort, mais quand je vais sur le terrain, il y a un écart entre mon corps réel et l’image, et cet écart existera toujours. Par contre, je sais faire un certain nombre de choses parce que j’ai fait des synthèses opératoires avec mon corps physique qui n’est pas génial. Et comme vous le savez déjà, c’est très important pour l’expérience de l’enfant, par exemple.

Jean-Louis MICHEL, SMUC, administrateur de l’UNCU

183Deux faits dont j’ai entendu parler, mais j’aimerais avoir votre réponse à ce propos. En matière de tir sportif, il m’a été indiqué qu’il existait des appareils qui permettaient d’assurer une maîtrise totale du geste du tireur, que ce soit au biathlon ou au tir sportif de gros calibre par exemple. Ma deuxième question concerne les courses longue distance avec, non plus du dopage proprement dit, mais des appareils qui permettent la sécrétion de certaines hormones qui manquent à certains moments. Est-ce que vous pensez que c’est actuellement pratiqué par certains sportifs de haut niveau ?

Bernard ANDRIEU

184Sur le premier point, je n’ai pas de réponse technique parce que je n’ai pas étudié la question, mais du coup je vais aller voir. La seconde question que vous me posez, c’est celle des implants. On maîtrise relativement bien cette technique qui consiste à provoquer une stimulation en mettant un implant qui va permettre effectivement une plus grande sécrétion. Je n’ai pas de preuves, mais je sais que cela se fait pour la douleur, pour la maladie de Parkinson, et on commence à essayer de le faire pour la maladie d’Alzheimer. Nous sommes sur des techniques beaucoup plus immersives. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup sur les « nanos » et nous sommes très préoccupés par le fait que ce sera quasiment invisible. C’est ce que je disais tout à l’heure sur la question du continuum. Vous avez une osmose entre le système biologique et le système technologique qui fait que, bien évidemment, vous n’avez plus la possibilité d’un contrôle externe, sans compter avec la question du contrôle interne qui pose problème.

185Bien sûr que l’on peut revenir en arrière, mais je préfère réfléchir aux conséquences, quand c’est technique, et comment on peut arriver à en avoir un contrôle, une connaissance, pour qu’il y ait un vrai débat public. Regardez ce qui se passe sur Fukushima, c’est quand même dramatique que 300 tonnes d’eau contaminée se déversent dans le Pacifique tous les jours. On ne sait pas contrôler actuellement la radioactivité, et là on a une centrale, un espace physique, un rayonnement, etc. Pour revenir à la question que vous posez, je vous parle de techniques où l’on n’a même pas de rayonnement, nous sommes face à des techniques qui vont être complètement « invisibilisées ».

186Dans l’Est de la France, nous avons un gros débat actuellement sur l’enfouissement des déchets. Ce sont des techniques que l’on peut relativement contenir et contrôler, mais en réalité, si on les met dans le corps, on le voit déjà avec la radioactivité, pour la contrôler, il est certain que de toute façon il y aura une osmose avec le système biologique. Le grand enjeu technologique, c’est l’osmose aujourd’hui, et cela, malheureusement, on en parle très peu dans le débat public.

Gérard MESSIN, Besançon UC, administrateur de l’UNCU

187C’est une question purement médicale que je vous pose. Avez-vous rencontré des équipes qui essaient de soigner les victimes d’AVC, chez qui la moitié du corps est paralysée et l’autre pas. Existe-t-il des puces susceptibles de remplacer les neurones qui ont été détruits et de remettre en marche la partie du corps déficient ?

Bernard ANDRIEU

188Remettre en place la partie du corps déficient, je n’en ai pas constaté. Par contre, passer par un autre lieu dans le cerveau pour activer effectivement un membre déficient, cela se fait. Auparavant, on pensait qu’il y avait un cerveau droit et un cerveau gauche. Aujourd’hui, on sait très bien que des parties peuvent être lésées d’un côté et que l’on peut très bien les activer de l’autre côté. Je sais que pour la parole, cela s’est fait, mais je n’ai pas le détail du procédé sous les yeux. C’est un peu renvoyer à la question que pose ce colloque : est-ce une amélioration ou est-ce un remplacement, une substitution ? Selon tout ce que je vous ai montré, on pourrait penser que c’est de l’amélioration, mais très souvent c’est une substitution fonctionnelle. Bien sûr, cela améliore, mais fondamentalement cette intervention ne veut pas dire que cela va mieux marcher, ce sont des systèmes qui dysfonctionnent aussi beaucoup.

189La seule équipe que j’ai rencontrée s’occupe des implants dans le cerveau. Je rencontre les scientifiques, mais pas les patients, car les équipes sont fermées.

Jean-Paul CALLÈDE

190Un grand merci à nos conférenciers. Le professeur Michel Rieu n’a pu participer au second débat car il avait des obligations familiales prévues de longue date. Les deux conférences peuvent être lues ou entendues comme étant complémentaires l’une et l’autre, abordant et scrutant, voire arpentant des domaines spécifiques. Bien entendu, nous avons noté la remarque faite par le médecin de la direction régionale Jeunesse et Sports. En tant qu’organisateurs, nous avions recouru dans nos textes préparatoires à une utilisation quelque peu générique et générale du terme « sportif bionique ». Si nous avions eu un balisage plus précis, nous aurions satisfait quelques attentes, mais en même temps nous nous serions privés de certains échanges. Il faut ajouter que nous soupçonnions la complexité de la question sans même se faire une idée précise des réponses à apporter. C’est donc à nos conférenciers et autres invités que revient la tâche de différenciation et d’identification des cas de figure. Comme l’a dit Bernard Andrieu, un gros travail de clarification conceptuelle est indispensable, lui-même en est incontestablement un ouvrier majeur, infatigable même, et quelque peu isolé dans son travail universitaire, comme il l’a indiqué. J’espère que les séances qui vont suivre nous permettront de progresser, étape après étape. J’ajouterai, à titre personnel, que l’Université Sportive d’Été 2013 me semble fort bien lancée.

« Une remise en question des philosophies du progrès », par Bertrand DURING,
directeur de l’UFR STAPS de l’Université Paris-Descartes
L’ouverture du monde sportif vers les sciences de l’homme et de la société a, dans un premier temps, contribué à améliorer un peu plus les performances, mais a surtout, dans un second temps, remis en question la relation simple entre sciences, progrès des performances et progrès de l’homme : celui-ci, défini comme totalité, unité du psychique et du somatique, peut en effet gagner en puissance sans gagner en sagesse, augmenter ses performances sans accroître ses chances de bonheur.
DURING Bertrand. « Un apport réciproque. Les sciences du sport ne se contentent pas d’améliorer les performances physiques ; elles aident aussi à une meilleure compréhension de l’évolution de nos sociétés », Revue TDC (CNDP), Sciences et sport, no 1034, 15 avril 2012, p. 8-13. Cit. p. 13.

Notes

1 Besnier Jean-Michel, Demain les post humains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Paris, Hachette Pluriel, 2012.

2 Le Naour Jean-Yves, Les Soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011. La guerre a « entaillé les âmes, elle a rendu fou », indique l’auteur. Comment éviter ces « traumatismes » qui se manifestent par les signes suivants : paralysie, cécité, tremblements, corps pliés, mutisme ? s’interrogent les chefs de guerre.

3 Voir par exemple l’ouvrage signé par ce skieur autrichien qui a vécu ses vingt premières années dans la peau d’une femme. Schinegger Erik/Erika, L’Homme qui fut championne du monde, Paris, Michel Lafon, 1989 (239 p., ill.). Traduit de l’allemand : Mein sieg über mich-Der mann, der weltmeisterin wurde, 1988.

4 Bohuon Anaïs, Le Test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ? Préface d’Elsa Dorlin, Paris, L’Harmattan, 2012 (192 p.)

5 Rosnay Joël de, 2020, Les Scénarios du futur, comprendre le monde qui vient, Paris, Fayard, 2008.

6 Freud Sigmund, Malaise dans la civilisation (1929), cité par le philosophe Georges Canguilhem dans « La décadence de l’idée de progrès », Revue de métaphysique et de morale, no 4, 1987, pp. 449-454.

7 Nietzche Friedrich, Le Gai Savoir (1882), Livre V, 343, Paris, Gallimard (Coll. Folio Essais), 1985.

8 Rostand Jean, Pensées d’un biologiste, Paris, Stock, 1955.

9 Freud Sigmund, Moïse, son peuple et la religion Monothéiste (1939), trad. française 1948, Paris, Gallimard (Coll. Idées Nrf), 1980.

10 Andrieu Bernard, 2010, « La bionisation de l’homme », dans Claude Amey, Éliane Chiron, Corps et arts, Paris, Klincksieck.

11 http://www.liberation.fr/sports/2013/02/20/le-corps-est-mon-arme_883260

12 Sandel Michael J., “Bionic Athletes”, 2007, in The Case Against Perfection : Ethics in The Age of Genetic Engineering, Harvard University Press. Reprinted dans Mike mcNamme ed., The Ethics of Sport. A Reader, 2010, Routledge, p. 208-213 ici 209.

13 Depuis 1992 il dirige avec Thomas Sheridan la revue Presence : the Journal of Teleoperators and Virtual Environment, MIT Press.

14 Duguet Anne-Marie, 2002, Déjouer l’image. Créations électroniques et numériques, Paris, J. Chambon, p. 209-210.

15 http://www.emotiv.com/

16 http://www.neurosky.com/

17 http://www.mindball.se

18 Lachaux J.-P. et al., 2007. Brain TV : a novel approach for online mapping of human brain functions. Biol Res, 40 : 401-413

19 Lachaux J.-P., 2011, Le Cerveau attentif, Contrôle, maîtrise, lâcher-prise, Paris, O. Jacob.

20 http://www.youtube.com/ watch?v=TJJPbpHoPWo

21 http://www.braingate.com

22 http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=4564179n

23 http://www.braingate.com

24 http://www.loria.fr/~bougrain/index.php/Site/Bio

25 http://www.loria.fr/images-1/journee-corps-et-robots

26 Ce chapitre a été publié plus longuement dans notre livre B. Andrieu, 2012, L’Autosanté. vers une médecine réflexive, Paris, Armand Colin, préface Christian Hervé.

Notes de fin

1 Stenger Thomas et Coutant Alexandre (dir.), Hermès, no 59, Ces réseaux numériques dits sociaux, 2011.

2 Kleinpeter Édouard (dir.), L’Humain augmenté, Paris, CNRS (coll. Les Essentiels d’Hermès), 2013 (210 p.). Extrait de la Présentation générale. « L’homme face à ses technologies : augmentation, hybridation, (trans) humanisme », p. 28-29.

3 EA 4360 APEMAC/EPSaMetz, MSH 5 Lorraine USR CNRS 3221, Associated Member UMR 7268 CNRS ADES.

Table des illustrations

Légende Photo 1 – L’accueil de l’USE. De gauche à droite Christian Bénézis, Colette Andrusyszyn et Thierry Buffalon.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photo 2 – Séance d’ouverture. De gauche à droite : Daniel Bonzoms, Colette Andrusyszyn et Jean-Paul Callède.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 3 – Le Professeur Michel Audran.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 4 – Le Professeur Bernard Andrieu.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 5 – Table ronde. De gauche à droite : Sylvain Paillette, Anne Marcellini, Christian Montaignac, Olivier Coste et Jean-Paul Callède.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Photo 6 – Un public très attentif.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

Auteurs

Vice-Président du Conseil Général de l’Hérault, Président de Hérault Sport

Médecin, Santé publique

Enseignant à la Faculté des Sciences du Sport de Montpellier

Médecin à la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Languedoc-Roussillon

Professeur de Biomécanique à l’Université de Reims

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540