Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Conclusions et clôture de l’université sportive d’été

Essai de synthèse des travaux de l’use et perspectives

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue au CNRS, UNCU

1Voici une 30e Université Sportive d’Été qui s’achève. Elle nous a réunis autour d’une question difficile : « Le sport dans la France d’aujourd’hui. Qui gouverne ? », une vaste interrogation elle-même déconstruite en fonction de questions plus précises scandant les séquences de travail successives. Sans forfanterie, nous pouvons considérer que cette « trentenaire » qu’est l’USE conserve l’allant de ses jeunes années et qu’elle a tenu, en 2012, toutes ses promesses.

2Ajoutons aussitôt que Monsieur Mohamed Ourak, qui lui a offert l’hospitalité et l’a accueillie en sa qualité de Président de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis, et notre ami Ali Ben Yahia, président du Valenciennes U. C., avec sa valeureuse équipe rapprochée, ont grandement contribué à cette réussite.

UNE QUESTION GÉNÉRALE ET DES QUESTIONS SPÉCIFIQUES ENVISAGÉES POUR CHACUNE DES SÉQUENCES

3L’architecture d’ensemble de l’USE était rythmée par des questions, une ou plusieurs questions pour chaque séquence. Ces questions n’ont pas laissé indifférent. Elles ont suscité des réactions, à la tribune, avec et parfois entre les intervenants invités, et dans la salle, au niveau des débats.

4Lors de la présentation de l’USE, Ernest Gibert avait précisé que la question qui servait de thème général « Qui gouverne le sport en France ? », était peut-être à comprendre comme, je le cite, « une vraie fausse question » Selon lui, en outre, la question pouvait sembler naïve, inutile, provocante, perturbante, perfide… Nous étions prévenus et invités à faire preuve de modération et de vigilance.

5Au moment où s’ouvre une nouvelle olympiade, a souligné Ernest Gibert, il convient de prendre du recul, sans céder au travers de la facilité et sans non plus perdre de vue que « le gouvernement du sport est un exercice difficile ». Faute de s’interroger sur ce que sont très précisément l’exercice du pouvoir et/ou celui de l’autorité, dans le sport, leurs conditions d’exercice et les fins visées, la tentation oligarchique est en position favorable pour s’installer, de l’extérieur ou de l’intérieur. En toute logique, il importait d’envisager une question fondamentale. Celle-ci a été soumise au Professeur de science politique Alain Garrigou.

6D’entrée de jeu, dans sa conférence introductive, Alain Garrigou a qualifié la question qui lui était posée : « La démocratie a-t-elle sa place dans le sport ? », de « question piégeuse », à laquelle on ne peut que répondre par l’affirmative. Le spécialiste de l’analyse critique des sondages ne pouvait se dispenser de cette remarque. « C’est cependant une question nécessaire », a-t-il immédiatement ajouté, dans la mesure où elle ouvre un colloque. Il faut donc l’accepter et tâcher d’apporter une réponse convaincante. L’orateur a choisi de se l’approprier, de la réapproprier – pour les besoins de l’USE, également – en cherchant à voir « comment on pouvait entendre cette question de manière utile ».

7L’examen du Pouvoir lui est apparu comme la démarche à entreprendre.

8Le pouvoir peut être caractérisé par trois critères :

  • sa concentration (concentration du pouvoir) : il peut être plus ou moins concentré, distribué ou non, diffus…
  • sa transparence : on parle souvent, à propos du pouvoir, d’obscurité, d’opacité, de dissimulation, de secret…
  • son autonomie (par opposition à hétéronomie, lorsqu’il est pénétré par des forces extérieures, noyauté, infléchi, affecté…).

9Le propre des « fausses vraies questions » est peut-être d’agir comme un révélateur. C’est comme un encouragement à redoubler de précision, tandis que des « questions bateau », qui sont souvent le propre des cénacles de « sportifs », appellent des réponses du même genre, c’est-à-dire sans relief ni imagination, répétitives et convenues.

10Le conférencier a montré comment il ne fallait pas tomber dans le travers normatif qui s’accompagne d’une idéalisation du sport. Celle-ci est incompatible avec l’effort d’objectivation qui s’appuie sur des études empiriques. Norbert Elias, en collaboration avec Eric Dunning, a montré que la réalité du sport « n’est pas tout à fait conforme à ce que l’on aimerait qu’elle soit ». Or ce travail de « désenchantement » du sport, qui oblige, entre autres tâches, à caractériser les formes du pouvoir et les luttes pour le pouvoir, dans et autour du sport, est une nécessité. Il incombait au politologue de montrer le chemin à suivre. À son avis, il est indispensable de multiplier les études de cas, compte tenu de la complexité du sport.

QUELQUE TEMPS FORTS DES SÉQUENCES DE L’USE

En France, qui gouverne le mouvement sportif ?

11La problématique a été posée en des termes précis par Alain Braun, en sa qualité d’animateur. Sa substantielle introduction a été suivie de trois analyses qui ont permis d’entendre successivement Edwige Avice, Alain Loret et Jean-François Renault.

12Madame Edwige Avice a apporté un éclairage décisif. La notion de « délégation d’une mission de service public » est un principe fort. Edwige Avice a rappelé que la loi de 1984, qui porte son nom, avait instauré le contrôle a posteriori et non a priori quant au respect des engagements pris par le Mouvement sportif avec le soutien de la puissance publique ; ce qui est un gage de confiance et doit être compris comme tel. Cette « délégation de puissance publique » est un principe fort, un acquis « révolutionnaire » d’une certaine façon, a-t-elle souligné.

13La compétence de l’État doit être comprise, également, dans le « partage des rôles ». L’État, par exemple, a un effet de levier (il décrète le label d’intérêt public, il apporte sa reconnaissance...). Parfois, le Mouvement sportif et/ou associatif a pu investir des domaines avant que l’État lui apporte son soutien (comme dans le cas du handicap, par exemple). On peut citer également le COSMOS, dont l’historique a été rappelé à un moment donné par François Alaphilippe.

14Dans la coopération qui caractérise le lien entre l’État et le Mouvement sportif, qu’est-ce que chacun peut apporter à l’autre ? Du côté de l’État, la « valeur ajoutée » peut être définie par les atouts suivants : l’État sait apporter de l’interministériel, il apporte l’école et l’Éducation nationale, il est susceptible d’apporter de l’ingénierie (ex. ingénierie juridique), enfin l’État apporte la qualité des formations, des diplômes et la garantit.

15Le Mouvement sportif se caractérise quant à lui par son militantisme (qui est la vertu du monde associatif), par sa capacité imaginative, par des expérimentations innovantes au plus près des populations. Et compte tenu de la situation économique que traverse actuellement la société française, le Mouvement sportif se montre particulièrement efficace auprès des publics fragilisés. Selon Edwige Avice, bon nombre de projets soumis à la Fondation du Sport Français, qu’elle préside actuellement, en attestent.

16Faisant suite, l’intervention d’Alain Loret a été incisive au point d’affirmer son opposition à l’analyse que venait de développer Edwige Avice. Il est revenu un instant sur la non-pertinence de l’approche décisionnelle en faisant référence au livre de Lucien Sfez : Critique de la décision (1981). On se souvient que cet auteur passe en revue les théories des organisations et de la décision pour conclure qu’une grande complexité de processus décisionnels enchevêtrés conduit à une dilution de ceux-ci dans le système social. Soit, mais c’est pour éviter de tomber dans l’océan de l’irrationalité que le modèle décisionnel ou le paradigme de la rationalité, fût-elle une rationalité limitée, restent des schémas d’analyse pertinents et applicables. Et Alain Garrigou a souligné que le modèle utilitariste de l’action collective, sportive ou autre, permet d’identifier des individus qui s’intéressent au pouvoir dès lors qu’il s’accompagne de gratifications individualisables. Alain Loret est revenu également sur l’utilisation de certains concepts comme ceux d’« acteurs du sport », alors que l’observation donne plutôt à voir des « agents » à l’œuvre (qui suggère l’idée d’activité quasi mécanique, dépourvue d’inventivité), ou d’« institutions sportives », une expression qui tendrait à souligner la fossilisation d’organisations jadis dynamiques.

17Plus convaincant a été, de mon point de vue, son propos mettant l’accent sur le fait qu’une majorité de Français, aujourd’hui, pratique une activité physique et sportive sans se préoccuper de l’offre des clubs. Ce qui a été mis en place avec l’avènement de la Ve République n’est plus suffisant et doit être remis à plat. Pour autant, selon Edwige Avice, renoncer au principe de « service public » dans ce domaine, sachant les articulations directes du sport avec l’éducation, la santé et l’émancipation des personnes, jeunes et moins jeunes, des deux sexes, ce serait s’en remettre au modèle marchand et à la seule « loi du marché ».

18Jean-François Renault a montré, chiffres et exemples à l’appui, qu’on était arrivé, en France, selon son expression, « au bout du système ». Il serait temps de réfléchir à la nature du nouveau modèle à mettre en place. L’État administre. Il ne gouverne pas. Il ne manage pas. Et le Mouvement sportif sait-il gouverner ? Ce n’est pas certain. La situation vécue par certaines fédérations montre une confidentialité (pas ou peu d’intérêt des médias et des annonceurs publicitaires) quand d’autres sports bénéficient de droits de retransmission considérables. En outre, l’effort financier des collectivités locales est énorme, comparativement au budget du ministère des Sports. Comment coordonner les efforts dans un domaine qui se complexifie par différenciation des objectifs ?

19Que retenir au terme de cette première séquence ? Tout d’abord la densité des interventions et le caractère tonique des échanges marquant tantôt des convergences de points de vue, parfois des divergences assez nettes. Certaines prises de paroles ont valorisé la capacité des « délégataires » (très « majoritaires ») au sein du CNOSF à prendre en considération les demandes des « affinitaires » (et très « minoritaires ») ou celles de la population française en général. D’autres se sont montrées plutôt sceptiques, compte tenu de la distribution très inégalitaire du pouvoir au sein du CNOSF, pour reconnaître une articulation féconde entre la course aux médailles et les pratiques du sport pour tous. Se profilent alors deux orientations possibles. Faire le pari de la capacité adaptative et novatrice des instances aujourd’hui en charge du sport ou au contraire renouveler la distribution des pouvoirs sportifs dans une vision pluraliste garante d’une légitimité renouvelée. Doit-on continuer d’ignorer cette alternative et les conséquences qui en découlent ? Certainement pas.

Qui gouverne en dehors du mouvement sportif ?

20La deuxième séquence a permis d’entendre l’analyse du juriste François Alaphilippe. L’orateur est parti d’une formule empruntée au philosophe Bernard Jeu considérant que « la société sportive est une société contredite ». La formule est éclairante. Cette société sportive repose sur l’adhésion libre de ses membres, ce qui lui donne ainsi une vocation universelle, et elle est organisée selon un « système institutionnel complet ». Elle a pris appui sur la société civile et elle n’est pas – ou n’est plus – seule à s’autogouverner dans la mesure où elle est soutenue par l’effort financier de plusieurs partenaires, publics ou d’un autre statut. Quelques tableaux empruntés à l’économiste Wladimir Andreff ont permis d’identifier les différents acteurs financiers, en France, et de rappeler la grande diversité des situations nationales, à l’échelle internationale.

21En France, l’État, l’Europe, les collectivités territoriales pèsent sur les fédérations sportives, de même que le système commercial, les sponsors, les médias affaiblissent le pouvoir sportif et en particulier son pouvoir régulateur. Quant aux jeux et paris, leur reconnaissance récente par l’État (2010) tend sans doute à affaiblir le marché illégal mais le fait que ces jeux puissent abonder les finances du sport n’empêchera pas les risques de dérapage et de fraude.

22François Alaphilippe a terminé son exposé en considérant que la tutelle de l’État, en France, avait tendance à produire une sorte d’« endormissement » du mouvement sportif, plaçant celui-ci dans un rôle d’exécutant, à travers les procédures administratives mises en place jugées plutôt contraignantes.

Qui gouverne au niveau international ?

23Jean Durry a montré la complexité croissante de l’organisation sportive à l’échelle internationale. Les structures sportives comme le CIO, les fédérations internationales, les Comités nationaux olympiques, doivent composer avec la finance et l’économie, et depuis longtemps déjà avec la politique intervenue très tôt sur le théâtre sportif des relations internationales.

24Selon Jean-François Renault, la manne récoltée par le CIO permet d’identifier le rôle prépondérant de cette institution internationale. Au terme des derniers Jeux (Vancouver pour les Jeux d’hiver et Londres pour les Jeux d’été), le CIO a perçu 8 milliards de dollars, dont la moitié au titre des droits de télévision (1,2 million en 1960 ; près de 4 milliards en 2012…). 90 % de la somme est immédiatement reversée aux fédérations internationales, en fonction d’un classement en cinq catégories de sports, et à la famille olympique des nations (les CNO). Le CIO est donc un acteur de premier plan dans le gouvernement du sport.

25Pour Alexandre Husting, nous sommes passés d’une gouvernance exercée par les institutions sportives à une « gouvernance systémique », reposant sur une « coopération forcée » qui a substitué au modèle pyramidal classique une « structure « éclatée » où l’on trouve associés fédérations, ligues, syndicats, entreprises, télédiffuseurs, etc., sans oublier le rôle joué par l’Union européenne. Sous cet angle, le propos tenu par Alexandre Husting recoupe celui de François Alaphilippe, évoquant une indépendance très relative du mouvement sportif.

26C’est Jean-Louis Michel, secondé par Jean Durry, qui a animé les débats. Juriste de métier, il s’est montré très intéressé à l’idée que l’Europe pouvait apporter de la clarté et le cas échéant garantir le respect des sportifs et des règles du sport.

Qui gouverne au niveau du terrain ?

27Avec le « terrain », nous touchons une autre dimension du fait sportif qui se définit par tout un éventail d’ancrages concrets. Gérard Perreau Bezouille a témoigné de son expérience d’élu local de la ville de Nanterre. En préalable, il a montré un certain scepticisme relatif à l’utilisation de termes aujourd’hui très en vogue. La « gouvernance », selon lui, tend à effacer des expressions fondamentales comme « champ du politique », « réhabilitation du citoyen », « confrontation d’idées » La « société civile » correspond à un terme d’usage un peu convenu qui désigne tout un ensemble de personnes ressources, disposant certes d’une capacité d’expertise, mais qui risquent d’occulter la « démocratie » et la « parole vivante » des « gens ordinaires » La bonne façon de résister aux tendances passives qu’impose la société c’est de résister par la démocratie directe, en passant à l’action, et le projet sportif local, transversal, est une excellente occasion de la mettre en pratique, dans la confrontation des points de vue et des sensibilités.

28Alain Piron, en sa qualité d’entraîneur et d’ancien DTN d’athlétisme a revendiqué une conception plus positive de la gouvernance. En s’appuyant sur son expérience, il considère que l’on se trouve « dans un système composé d’un grand nombre d’éléments ». « Les décisions s’entrechoquent et finissent par s’équilibrer dans une solution terminale ». Les interactions finissent par définir un système ouvert qui se boucle sur une solution, bonne ou mauvaise, une forme de gouvernance, avant d’être perturbée par une autre configuration. Comme dans tout système de ce type, la part de l’agent (en tant que l’une des composantes du système) s’en trouve limitée.

29Williams Nuytens a proposé une approche en deux temps. Après avoir montré la fausse simplicité de la terminologie destinée au cadrage de la question, il s’est appuyé sur ses propres terrains d’enquête (le football) pour conclure que « personne ne gouverne le sport ». « Nous sommes face à une cohabitation » d’agents aux trajectoires singulières qui, au final, s’efforcent de concourir à « une mise en ordre sociale du sport ». L’environnement, le contexte du jeu peuvent permettre d’expliquer des comportements, attendus ou non, licites ou répréhensibles.

30Quant à Lise Legrand, son témoignage fut particulièrement précieux. Elle est une jeune femme, athlète couronnée dans une discipline, la lutte, que seuls les Jeux olympiques tirent de la confidentialité, tous les quatre ans, et une dirigeante convaincue. Elle s’investit sans compter pour le rayonnement de sa discipline sportive, de son club et en sa qualité de présidente du comité. Elle considère que le « cloisonnement » du sport, au niveau local, se traduit par une déperdition d’énergie. De nouvelles formes de solidarité sportive sont à inventer.

Peut-on imaginer des perspectives de refondation du modèle sportif français ?

31Au début de cette ultime séance, Jean-Michel Martin a eu raison de faire référence à la Première Conférence Nationale du Sport qui s’était tenue en novembre 2008, à la Maison des Sports (Paris), quelques semaines après les Jeux olympiques de Pékin. Si la présente USE n’a pas la prétention d’être d’une envergure comparable à une Conférence nationale du sport, les thèmes qui ont été débattus ici en cette occasion, les personnalités présentes, la date elle-même, à quelques semaines suivant la clôture des Jeux de Londres, la qualité de l’accueil au sein de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis sont autant de traits qui incitent à faire le rapprochement. En 2008, Henri Sérandour, en dégageant des perspectives d’avenir autour de la question suivante : « Vers une nouvelle gouvernance du Sport ? », pointait quelques difficultés à « œuvrer au quotidien pour le bien du sport » de façon collective, souvent « les uns à côté des autres », et « plus rarement à l’occasion d’exercices obligés, les uns avec les autres ». Il semble bien, à écouter certains intervenants de l’USE que, quatre ans plus tard, bien du travail reste à accomplir.

32En outre, les expressions utilisées alors par Henri Sérandour pour évoquer le « Mouvement sportif » en relation avec les autres partenaires (État, collectivités territoriales, entreprises) ne valent-elles pas, déjà, à l’endroit du « Mouvement sportif » lui-même ? Si la gouvernance doit être partagée, en interne, encore faut-il que chaque composante du Mouvement sportif s’y retrouve et y retrouve son intérêt. Si tel n’est pas le cas, alors, c’est assez problématique. Je vous renvoie ici à tout un ensemble de remarques formulées par Robert Denel lors du débat de la première séquence.

UNE NÉCESSITÉ. FOURNIR UN TRAVAIL PRÉCIS SUR LES ASPECTS D’ORDRE CONCEPTUEL ET MÉTHODOLOGIQUE. UN ARRIÈRE-PLAN INDISPENSABLE

33Les mots simples : le « sport », la « société d’aujourd’hui », etc., par exemple, doivent être explicités. Ils supposent une complexité qui ne doit jamais être sous-estimée. Williams Nuytens nous a suffisamment mis en garde contre ces généralisations abusives.

34L’exercice du pouvoir, la prise de décision, la notion de décision relèvent également de la complexité, probablement d’une « complexité systémique », a commenté Alain Piron. On a retrouvé la même expression dans l’exposé d’Alexandre Husting.

35Il faut faire attention aux « gros mots », surtout lorsqu’ils sont utilisés dans des couples antithétiques du genre « service public/marché », « continuité/non continuité du service public », « sport institutionnel/sport sauvage (ou libre) », « sport qui se regarde/sport qui se pratique » Alain Loret a largement usé de ce type de vocabulaire suscitant des réserves parmi l’auditoire (Gérard Perreau-Bezouille et d’autres. « Je ne crois pas, je ne veux pas croire à la distinction entre sport qui se regarde et sport qui se pratique », a commenté François Alaphilippe)...

36Certains mots ont eu leur utilité, à un moment donné (se reporter à l’USE « Un autre sport », Montpellier 1996), mais ils peuvent avoir perdu de leur valeur opératoire et donc ne plus avoir de correspondance directe dans la réalité d’aujourd’hui. D’autres, surtout dans les couples antithétiques, condensent des options idéologiques tranchées.

37Donnons deux exemples.

38On a pu parler de « sport libre », sans contraintes institutionnelles, pour désigner un sport comme le surf. En maintenant cette appellation, qui était peut-être pertinente, ici ou là, au tout début de la pratique, les thèses récentes soutenues sur ce sport, précisément, montrent qu’il n’en est rien. Avec la massification du surf, sur le littoral atlantique, ce sport « libre », même pratiqué en petit groupe, est placé au cœur d’obligations multiples. Pour éviter des tensions, des conflits d’usage (ou de valeurs), diverses pratiques balnéaires coexistent et peuvent coexister par la médiation d’accords, de conventions, d’engagements impliquant la municipalité. Des Maisons de la glisse ont vu le jour, avec l’aide des collectivités territoriales. Les clubs ouvrent des écoles de surf, dont la conformité aux normes est vérifiée par les services extérieurs de l’État. Mêmes remarques concernant le vélo tout terrain, les courses festives et autres événements récréatifs en pleine nature, etc. À l’occasion de l’USE précédente, à Montpellier, Christian Bénézis avait dit tout le bien qu’il pensait du Conseil des Espaces, Sites et Itinéraires de nature (CDESI) de l’Hérault. Dans ce type de cas (et d’illustrations), une forme de gouvernance, une configuration en réseau peuvent être identifiés.

39De même, il ne faut pas penser que les processus décisionnels complexes échappent à l’analyse, agrégeant des décisions dont on ne peut pas ou plus repérer les étapes successives, les impasses, les arbitrages, les dénouements. Il s’agirait alors d’un processus « déresponsabilisant »... Dans le sport, il y a des décideurs, des prises de décisions dont la traçabilité est possible. On n’est pas dans l’invérifiable et dans le brouillard. André Bouvet en a apporté des preuves, exemples à l’appui, tirés de son expérience de directeur de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale. Lorsque le pouvoir s’accommode d’une certaine opacité, Alain Garrigou a indiqué que le travail du politologue, du sociologue, de l’historien, etc., était de permettre d’y voir clair. Renoncer à y voir clair serait contraire à l’activité du chercheur.

L’EXAMEN PRÉCIS DE LA RÉALITÉ DU SPORT À DES FINS D’OBJECTIVATION

40Le fait sportif est souvent, trop souvent peut-être, un fait qui résiste à l’analyse. Il « va de soi », selon la formule habituelle, et/ou il contribue à « l’enchantement du monde » (au sens que le sociologue Max Weber donnait au mot Bezauberung), à la façon d’un mythe. Il parle à l’imagination – une certaine imagination – et le journalisme – un certain journalisme – contribue à entretenir cet enchantement quitte parfois à changer de ton lorsqu’une supercherie est dévoilée au grand jour. Le champion d’exception d’hier est déclaré le lendemain abominable tricheur, même quand il s’agissait d’un secret de polichinelle.

Répondre aux questions correctement posées

41Il faut procéder à des études de cas. La préconisation a été formulée avec force par Alain Garrigou. Sur les questions relatives au pouvoir, les trois critères qu’il a mis en avant peuvent structurer une démarche féconde. En effet, la réalité n’est pas toujours contenue dans un discours dit de vérité, dit authentique, qui se berce d’autosatisfaction. Citons par exemple la thèse de Pierre Chazaud traitant du bénévolat. Bien sûr que le désintéressement et le dévouement du dirigeant pour la collectivité sont sincères, concluait-il, mais il ne faut pas sous-estimer que des intérêts plus personnels s’articulent sur le désintéressement valorisé. S’adressant au conférencier, Edwige Avice a eu raison de remarquer que l’analyse était « un peu sévère dans certains de [ses] développements » à ce propos, mais on connaît bien des exemples précis montrant des dirigeants qui s’accrochent à leur fonction... Le phénomène se retrouve en sport, en politique, dans l’entreprise, à l’université...

42Il ne faut pas sous-estimer la complexité du fait sportif. Si cette complexité est perdue de vue, on comprend bien l’inquiétude formulée par Bernard Blondeau, proviseur de lycée, venu en voisin, qui a conduit des expériences exemplaires d’éradication de la violence en milieu scolaire par le sport, avec un suivi réalisé par l’équipe de chercheurs d’Éric Debarbieux. Une tension positive s’instaure entre des études de cas (présentées) et la proposition d’une vue d’ensemble. Pourquoi ? Là encore, il s’agit de dépasser de fausses alternatives. Les deux démarches sont complémentaires l’une de l’autre. Le croisement de ces deux démarches : analytique (sur la base d’études de cas) et synthétique (globale, à des fins de généralisation), est un exercice indispensable. Sinon, comment poser une question qui ne peut qu’être récurrente, sachant l’étirement que connaît aujourd’hui le domaine du sport : unité ou diversité du sport ?

43Et qui, d’ailleurs, a intérêt à croire à l’unité ou au contraire à la diversité du sport ? Le sport dans la France d’aujourd’hui. Qui gouverne ? À cette étape de l’USE, il est apparu qu’il fallait combiner deux exigences.

44Pour cerner cette réalité complexe, il faut observer, comprendre, peser la diversité, considérer le pluriel là où on utilise habituellement le singulier. Ce qui n’interdit pas de tenter l’exercice inverse, penser ou tester l’unité à partir de la diversité, en termes de valeurs peut-être.

45Il faut nous appliquer à nous-mêmes une exigence de conceptualisation. Rappelez-vous ce qu’a dit François Alaphilippe au cours des débats, à ce sujet. Il a rappelé cette sentence de Confucius disant : « Si j’en avais le pouvoir, je recommencerai par nommer les choses ». Il importe de nommer précisément ce qui fait la réalité concrète du sport.

46Ce devoir d’inventaire est indispensable. Il permettra, entre autres, de respecter la mise en garde indiquée par Ernest Gibert : « Éviter de tomber dans le piège qui consisterait à étudier le sport tel qu’il devrait être ».

47Au fil des décennies, la politique de l’État s’est comme dilatée, avec un champ de compétences élargi, de manière à accompagner les transformations d’un domaine de pratiques en pleine expansion (le sport professionnel et le sport de haut niveau, la compétition de masse, les activités sportives pour tous, l’exercice physique comme enjeu de santé publique, les sports dits « à risque », le sport comme outil d’insertion et de cohésion sociale, etc.). De surcroît, le CNOSF, incarné par les membres dirigeants issus des principaux sports olympiques, qui y exercent le pouvoir décisionnel, entend s’imposer, dans cette configuration, comme le seul représentant de l’intérêt général (au niveau du mouvement sportif) qui, à l’évidence, se décompose plus que jamais en une diversité d’intérêts légitimes mais spécifiques.

Œuvrer sous quelle forme la meilleure possible ? la plus adéquate ?

48Sinon au sein d’une instance composée de/par ceux et celles qui s’intéressent au sport tel qu’il est, afin d’en dégager les points forts mais aussi de façon à cerner les lignes de faiblesse et l’arbitraire, exercice indispensable pour proposer des solutions et des perspectives de progrès. Soit :

49Les Universitaires seuls ? Non. La division du travail universitaire (droit, médecine, histoire, géographie, psychologie, économie, sociologie, sciences de l’information et de la communication, etc.) s’accommode de moins en moins d’une vue synthétique. Elle agit malheureusement à l’opposé de l’élaboration d’une culture générale.

50Le Ministère seul ? Non. Il a déjà beaucoup à faire, et être à la fois juge et parti le mettrait parfois en porte-à-faux. Une Interministérialité ? Sans préjuger des pesanteurs corporatistes, ajoutons qu’elle garantira un certain niveau de pluralisme.

51Le Mouvement sportif seul ? Non. D’ailleurs, ici, l’usage du singulier, qui revient à nommer le CNOSF, gomme la diversité qui le caractérise, dont les composantes constitutives n’auront/n’auraient pas la même réponse à fournir...

52Les Médias seuls ? Non. Le domaine à considérer est bien vaste, avec un registre allant de l’information à la communication. En matière d’information, le journalisme rend compte du sport (présente et commente l’actualité, engage des enquêtes et des investigations). Il ne saurait œuvrer au-delà de ce que sa déontologie professionnelle recommande.

53Une autre instance possible ? On peut penser aux officines qui sont comme les faux nez du système marchand. Elles s’intéressent uniquement aux publics solvables (du sport, du tourisme sportif, de l’entretien physique). Au nom du « professionnalisme », elles considèrent l’associativité sportive comme un modèle d’organisation dépassé…

54Arrêtons là l’exercice pour suggérer qu’une assemblée élargie, composée des forces vives du sport ou s’intéressant au sport, pourrait seule faire l’affaire à condition que trois principes soient respectés : pluralisme, rassemblement, indépendance. Sans nul doute faudra-t-il mobiliser d’autres groupements en charge du sport en France, qui n’ont pas été sollicités pour cette USE, et en priorité deux d’entre eux : d’une part les enseignants qui animent le sport scolaire, d’autre part les militants du sport en entreprise et les représentants des comités d’entreprise. Leurs responsables syndicaux respectifs s’emploient à développer ces domaines de pratique. Là encore, à l’École comme dans le monde du travail des lignes de tension et des enjeux sociétaux sont à clarifier.

55Les questions qui structurent les travaux de cette USE de Valenciennes : vraies questions et/ou fausses vraies questions, sont de nature à mobiliser les énergies, afin de mettre au jour des lignes de force et des tensions : volonté de mise ou de remise en question(s) contre refus de mettre ou de remettre en question(s)...

56Or de telles questions, à propos du sport, ont à voir, me semble-t-il, avec la conception de la démocratie et de la vie sociale en démocratie. Cet aspect mérite d’être méthodiquement exploré. Lorsque le choix des organisateurs de l’USE s’est porté sur Alain Garrigou, et que celui-ci en a accepté le défi, c’est sans doute plutôt au spécialiste de la pensée de Norbert Elias qu’au spécialiste de l’utilisation politique des sondages que ceux-ci songeaient. Mais il se trouve que les deux chantiers, les deux compétences de l’auteur se complètent. L’avènement du sport correspond à l’âge de l’avènement des démocraties, telle est l’hypothèse formulée par Elias. L’évolution du sport, l’évolution de la manière dont il est gouverné aujourd’hui, nous renvoient aussi à l’évolution de la démocratie moderne et de l’esprit démocratique. Alain Garrigou a réexaminé les thèses de Elias et Dunning soulignant une évolution parallèle, dans le sens d’un « processus de civilisation », entre code de conduite politique et code de conduite sportive. L’autocontrainte au niveau individuel, le self control, tendant à se substituer aux contraintes coercitives, arbitraires parfois, exercées sur les individus de l’extérieur… Pour autant une réversibilité du processus est toujours à craindre. C’est l’un des aspects de l’œuvre d’Elias que le conférencier connaît fort bien. L’appareil sportif français, à ses divers niveaux d’agencement, constitue un excellent terrain d’étude pour tester ce genre d’hypothèses.

57Les remarques suivantes n’engagent que moi mais tout sociologue du sport fera un constat similaire. Les textes et documents de référence élaborés par le CNOSF, tous de bonne facture, sont souvent construits de la façon suivante. Le sport est envisagé d’abord sous l’angle d’un enjeu de société (et de santé publique) que représente le développement des activités physiques et sportives pour le plus grand nombre. Dans un second temps, ces textes et documents soulignent un enjeu national qui repose sur l’excellence du sport de haut niveau et son rayonnement à l’international. Soit deux objectifs clairement identifiés. Cependant, une profonde inégalité de fait subsiste entre les différents collèges réunis au sein du CNOSF, tant au niveau de la représentation électorale qu’à celui, par voie de conséquence, de la contribution de chacun aux processus décisionnels. Transposé à la société appréhendée dans son ensemble, c’est un peu comme si des « citoyens » côtoyaient des « mitoyens » Et l’octroi de quelques postes honorifiques ne saurait faire illusion. Au discours célébrant la défense de « l’unité du Mouvement sportif », un sociologue formé par Pierre Bourdieu, par exemple, s’efforcera d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : « Qui aujourd’hui a intérêt à parler de “l’unité du Mouvement sportif” et/ou en son nom ? ».

LA RÉALITÉ DU SPORT TELLE QU’ELLE EST…

58Ne perdons pas de vue les deux aspects de la réalité : une réalité d’ensemble et des aspects concrets de la réalité.

Le modèle français, ou le partage du travail

59Madame Edwige Avice a eu de bonnes formules pour caractériser le modèle français qui lie la puissance publique (et ses services déconcentrés) au mouvement sportif. Suite à l’élan de la Libération, en France, c’est une dynamique contractuelle, le partage du travail, entre le Mouvement sportif et la puissance publique qui ont prévalu, réaffirmés par la loi de « 84 », dite encore « loi Avice », alors que se mettaient en place de nouvelles opportunités liées à la Décentralisation. De même, les communes, dans la proximité, se sont employées, dès les années 1960, à expérimenter cette dynamique contractuelle dans le périmètre de l’action sportive locale. La FNOMS a joué un rôle important dans la promotion de cette démocratie sportive de proximité.

60Le propos développé par André Bouvet, présent parmi nous lors de la séance de clôture de l’USE, s’est logiquement articulé avec cette approche. Il a mis l’accent sur deux points importants qui correspondent à une échelle précise pour la question générale « Qui gouverne ? ». Il existe une certaine dispersion des énergies, localement, dans le portage des projets sportifs. Pour autant, force est de constater la réussite de bon nombre d’expériences inscrites dans la proximité, autour du sport, en termes de cohésion sociale et de solidarité territoriale. De son point de vue, il conviendrait de « mettre en valeur ces expériences locales » qui montrent l’énergie déployée sous une forme coopérative. En des termes plus formels, c’est l’articulation entre le « vertical » (la politique sectorielle de l’État) et l’« horizontal » (la dynamique des territoires) qui mérite d’être considérée.

Des aspects, des points à examiner. Des chantiers à préciser

61Toujours par rapport à la question « Qui gouverne ? », en faisant varier les échelles de référence et sans perdre de vue l’articulation entre le général et le particulier, on retrouve ici une préconisation formulée par Alain Garrigou, nous invitant à examiner le sport « tel qu’il est » et non tel qu’on le raconte dans des récits ou des méta-récits répétitifs.

62Soit :

63– des chantiers de proximité, des études de cas : le pouvoir oligarchique qui cristallise l’action. Le renouvellement des acteurs/agents au sein du mouvement sportif. La place des femmes, trop peu nombreuses dans les postes à responsabilité...

64Ces études concrètes ne peuvent que nous ramener, dans bien des cas, à des questions plus ambitieuses, au plan théorique, comme celles qui tournent autour des questions de pouvoir, de stratégie et de position hégémonique...

65Prenons une illustration qui nous paraît significative tout en regrettant que le Président du CNOSF ne soit pas là pour s’exprimer et réagir.

66La santé par l’exercice physique est devenue un thème d’une brûlante actualité. À la veille des Présidentielles, à la fin de l’année 2011, le CNOSF avait souhaité que les candidats à la présidence de la République s’engagent formellement sur 5 objectifs et 12 propositions. Dans ce document, en première position, nous trouvons le constat d’une « absence d’actions en faveur du développement du sport dans les plans régionaux de santé publique », un axe de santé publique oublié alors que se dessine une politique sportive européenne 2020 marquée par cet objectif... Fort de ce constat, il était demandé aux candidats entrés en lice de « soutenir la politique européenne du sport axée sur cette problématique et (de) reconnaître le CNOSF comme opérateur incontournable sur le territoire français »... Le CNOSF a la mémoire courte. En 2006, la plaquette de synthèse des États Généraux du Sport, dans sa « Mise en œuvre des mesures pour le développement du sport » consacrait... une demi-page (ultime rubrique placée en avant-dernière page) à la santé par la promotion des APS en faveur de la population nationale sur les 38 pages de la plaquette...

67Le CNOSF a tendance « à nommer gouvernance ce qui n’est qu’une forme de commandement ». « Le CNOSF ignore jusqu’à l’investissement des fédérations multisports et affinitaires, des clubs qui s’emploient depuis plusieurs années à développer des actions exemplaires dans ce domaine avec le soutien des collectivités territoriales »... Je cite des propos entendus !

68Opportunisme de mauvais goût ? Conception dépassée du pouvoir sur des problématiques d’intérêt général ? Méconnaissance du travail en réseaux de proximité ? Des analyses relevant des sciences sociales s’imposent.

  • S’ouvrir à l’international. Comparer le modèle sportif français à d’autres modèles nationaux, de façon à éviter de s’en tenir à des naïvetés du genre : « Pourquoi le service public ? » « Promouvoir le marché », etc. Ce qui prévaut, ce sont des visions contrastées de la société, du progrès, y compris dans leurs rapports à la puissance publique. À niveau de développement économique comparable, il existe des modèles très différents (qui ont un profond enracinement historique). Jean-François Renault a insisté sur ces aspects. Les propositions de métissage, de greffes, etc., sont-elles pertinentes ?
  • L’Europe. À la suite de la contribution d’Alexandre Husting, on peut reprendre à notre compte un titre interrogatif du magazine Acteurs du sport (mars 2010) : « Une Europe du sport pour quoi faire ? ». Nous étions alors au lendemain de l’entrée en vigueur du traité européen de Lisbonne. C’est un chantier intéressant. L’Europe joue-t-elle sa propre partition dans le gouvernement du sport ? Partition peut s’entendre de deux façons : au sens musical (seule ou au sein d’un ensemble…), au sens de découpage (avec des ciseaux, au détriment de l’unité)... Agit-elle contre les États, contre le Mouvement sportif d’une nation, en faveur du marché, en faveur des sportifs, etc. ?

PRENDRE POSITION/ADOPTER UN POSITIONNEMENT FERME, AU TITRE DE L’USE ?...

69« Qui gouverne ? » Cette question majeure, qui préoccupe les spécialistes de la démocratie et/ou de la science politique, comme l’avait noté d’entrée de jeu Alain Garrigou, appliquée à différentes instances du sport, ne mérite-t-elle pas d’être reprise et approfondie ?

70Rappelons que la dernière séquence, qui était envisagée ce matin, préparée par Jean-Michel Martin, n’a pu être maintenue dans son intégralité. Son intitulé interrogatif : « Peut-on imaginer les/des perspectives de refondation du modèle sportif français ? », mérite d’être remis à l’ordre du jour. Déjà des pistes ont été suggérées.

71L’exercice peut être bénéfique. Devant l’ampleur du domaine, limitons-nous au périmètre national. Il suppose également de définir une certaine philosophie de l’action, de l’action collective, qui nous ramène à la question de la démocratie. Lors de ses propos introductifs à la première séquence, Alain Braun a mentionné, entre autres noms illustres, celui du philosophe et sociologue Jürgen Habermas. En effet, dans cette œuvre foisonnante mais d’une construction ordonnée selon des principes simples, on trouve des développements qui s’accordent avec nos préoccupations. « Au lieu d’imposer aux autres une maxime dont je veux qu’elle soit une loi universelle, je dois soumettre ma maxime à tous les autres afin d’examiner par la discussion sa prétention à l’Universalité » (Morale et communication, 1983, et 1996 pour la traduction française). Remplaçons « maxime » par « règle », « loi universelle » par « norme générale » et « universalité » par « généralité » et, rapporté au sport, invitons l’appareil dirigeant du CNOSF à réfléchir aux conséquences qui en découlent. Ce type d’exercice ouvre sur le « débat public », au sein duquel s’exerce, selon les propres mots de Habermas, la « démocratie délibérative ». Pour l’auteur, l’espace public permet une revitalisation de l’État de droit par la délibération constante et effective des individus et des groupes constitués. Rapporté au fait sportif, l’espace public permet une revitalisation du Droit au sport par la délibération constante et effective des individus et des groupes constitués.

72La complexité et la diversité caractérisent l’ensemble « Sport ». En assurer la gouvernance ne peut se faire que dans une conception « dialogique » des spécificités et un renoncement aux comportements « stratégiques » visant à appauvrir la dynamique d’ensemble et/ou à installer telle ou telle position hégémonique.

73Il importe de poser un cadre de référence exigeant au sein duquel la réalité dialectique de l’action sportive (Edwige Avice), la capacité d’écoute réciproque (Colette Andrusyszyn), la diversité des pratiques et des attentes (Alain Loret), l’idée de « confédération du sport » (Robert Denel), par exemple, ne peuvent que s’enrichir mutuellement. Dans le modèle français, le droit de regard et d’accompagnement que s’autorise l’État, est, nous a rappelé Edwige Avice, le garant de la qualité du « service public ». « Il y a beaucoup de richesse mais il faut dégager des perspectives permettant d’aller plus loin et autrement », a souligné Ernest Gibert. Si la manne qu’engendrent certains sports professionnels, d’une part, et les profits réalisés par certaines grandes entreprises françaises, d’autre part, sont des formes de richesse, soulignons que la puissance publique qui se décline de l’État à la municipalité, à condition de se montrer ferme, doit pouvoir jouer un rôle de médiation et d’incitation pour soutenir les pratiques sportives qui n’ont que la qualité humaine à exprimer en termes de richesse. Le moment n’est-il pas venu d’ouvrir le débat ?

74L’USE de Valenciennes pourrait être ainsi un exercice préparatoire, au même titre que d’autres initiatives qui vont être conduites à l’aube d’une nouvelle olympiade.

75Naturellement, ce n’est pas votre serviteur, quelque peu commis d’office pour un essai de synthèse des travaux de l’USE, qui décide... Toutefois, en tant que participant de cette USE, attentif aux contributions de chacun et aux débats suscités, esquissons un canevas autour de quatre points :

76Reprendre une excellente formule « Qui gouverne le sport, gouverne plus que le sport ». La formule est belle et féconde car elle autorise deux lectures possibles. Ceux qui s’accrochent au pouvoir, dans le domaine du sport, le font pour les bénéfices que leur procure le sport. En dirigeant le sport, ils obtiennent des gains qui dépassent le sport tout en l’appauvrissant.

77Une autre lecture est possible. En favorisant l’expression de la complexité, de la diversité et de la pluralité dans l’accès aux responsabilités, le gouvernement du sport ouvre largement la perspective et enrichit la société. Le pouvoir d’entreprendre doit être mieux partagé, équitablement partagé. Et les perspectives de refondation du modèle sportif, auxquelles il vient d’être fait mention à l’instant, sont comme un exercice obligé, conforme à la lecture adéquate de la formule.

78Aujourd’hui. Une occasion favorable. L’olympiade qui couvre les années 2013-2016 va s’ouvrir. Les sportifs et les sportives sont revenus de Londres (Jeux olympiques, Jeux paralympiques). On connaît le nom des médaillés et médaillées, leur nombre également. On connaît de ce point de vue le rang occupé par la France. Des élections vont avoir lieu. Des bilans vont être dressés, à tous les échelons du sport. Des professions de foi vont suivre, en vue des nouveaux mandats à remplir. Ce moment de refondation est une fenêtre favorable. L’horizon des prochains Jeux d’Été est à quatre ans. Pour autant, le travail de refondation ne se limite pas à une question de médailles…

79Le débat peut-il mobiliser et rassembler toutes les forces vives du sport, dont certaines n’attendent plus grand chose des pouvoirs constitués d’aujourd’hui ? Dans une période de crise économique et de réduction des dépenses publiques (RGPP), ne faut-il pas reconnaître l’action des institutions sportives qui se déploient sur le terrain et qui ne disposent principalement que de leur force militante ? L’exigence bureaucratique décourage bien des acteurs du terrain. Certains clubs renoncent même à solliciter le CNDS... Il est vrai que les opérations aidées… se surajoutent au quotidien. Rappelez-vous le témoignage de Lise Legrand. Par ailleurs, trop d’institutions verticales opèrent comme autant de filtres.

80Faut-il en faire une annonce officielle ? Et comment ? Sur le fond, sans doute serait-il nécessaire de forger un intitulé et un cadre de référence suscitant l’adhésion, déclinés en trois ou quatre thèmes forts et fédérateurs, avec des objectifs ciblés susceptibles de mobiliser largement. Le pouvoir d’entreprendre dans des domaines comme : l’Éducation, la Formation, la Santé, la Solidarité... Dans la forme, sans doute serait-ce une maladresse que de vouloir « refaire » le rassemblement ANS de Montpellier (1991) qui a été suivi de plusieurs rendez-vous importants, sans oublier ses activités actuelles, consignées dans les numéros de la Lettre ANS, qui sont développées désormais dans le cadre du Comité National des Assises Permanentes du Sport. Le sigle se superpose, ironie de l’histoire immédiate, à celui du CNAPS (le Conseil national des activités physiques et sportives) supprimé au début de l’été 2008, autre ironie de l’histoire immédiate ?, dans la grande salle du CNOSF. À une vingtaine d’années de distance, c’est aussi une génération nouvelle qui doit se manifester et prendre le relais pour défendre une conception pluraliste du sport qui laisse toute leur place aux sportifs et sportives d’excellence.

81Compte tenu des éléments sur lesquels se termine cet essai de synthèse des travaux de l’USE, et afin de ne pas confisquer la parole finale, je la rends immédiatement à Jean-Michel Martin.

Débat

Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire Général adjoint de l’UNCU, animateur de la séance de clôture

82Il nous reste effectivement un peu de temps. Certains d’entre vous souhaitent-ils réagir à ce qu’ils ont entendu tout au long de cette Université Sportive d’Été ou faire des remarques sur le thème ? Vous avez la parole.

Ernest GIBERT,
Président de l’UNCU

83Je crois qu’il faut que nous tirions les leçons de cette synthèse qui n’était pas un résumé et qui ouvrait bien des pistes. Nous n’avons pas organisé cette Université d’Été simplement pour le plaisir, qui est grand, de nous rencontrer entre habitués, de rencontrer d’autres personnes, qui ne le sont pas moins, et d’agiter des idées.

84Nous ne l’avons pas organisée non plus, je veux le dire en préalable, avec l’intention d’aborder ce sujet sous un angle critique. Il y a des critiques à faire, mais nous n’avons pas besoin d’une Université Sportive d’Été pour cela. Mais qui aime bien châtie bien, et doit commencer par se châtier lui-même. Donc le but n’était pas non plus de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et il fallait aller bien au-delà de ce constat. Je dis cela parce que j’ai senti, au cours de ces deux jours, que pour quelques-uns on n’allait pas assez loin dans la critique, et que pour d’autres on commençait à dépasser les bornes.

85Par ailleurs, il est vrai que lorsque les universitaires le disent, cela paraît suspect, nous n’avons jamais pensé que sur ce sujet nous étions des donneurs de leçons et que nous avions le modèle qui convient. Notre désir n’est pas d’énoncer ce qui doit être fait, mais de faire en sorte qu’on entreprenne une réflexion pour l’action, et qu’elle puisse se faire avec d’autres.

86« Qui gouverne le sport, gouverne plus que le sport » : si j’ai employé cette formule au moment de l’ouverture, c’était dans mon esprit tout simplement le prolongement d’une idée banale que j’exprime assez souvent, qui est « le sport c’est plus que du sport ». Quand on a dit cela, ensuite il faut développer.

87Comment faire ? En discutant en aparté avec quelques-uns, nous faisons le constat partagé que si nous n’avions pas organisé les Assises Nationales du Sport dans l’esprit qui était le leur il y a vingt ans, le moment serait opportun de le faire. J’ajoute à cela que pour aborder le sujet aujourd’hui et faire avancer les choses, le moment est venu de dépasser les idées. Je veux dire qu’il faut peut-être renoncer temporairement à prendre le sujet dans sa globalité, mais le reprendre par un nombre limité d’entrées qui montrent bien que le sport est plus que du sport et donc ne concerne pas qu’un petit monde enfermé sur lui-même. D’où la suggestion que je ferai, dans le prolongement de ce que Jean-Paul Callède a dit, c’est que dans un délai très rapide nous préparions un texte fort sur cette idée « qui gouverne le sport, gouverne plus que le sport », à partir de trois ou quatre sujets concrets qui concerneraient par exemple la santé, l’éducation, les jeux en ligne et leurs conséquences, et qui montrent que l’on a besoin, pour que le sport ne soit pas dépassé, de reprendre ces sujets à partir des enjeux qu’il représente pour les acteurs qui sont à la base et qui en sont la raison d’être. Afin que l’on soit en mesure de faire vivre plus de participations, de démocratie, ce qui amène à réfléchir à la manière dont on peut prendre des décisions pour construire une politique.

88Il y a plusieurs manières de faire. Je crois qu’il faudrait faire ce manifeste, le prononcer et le faire porter auprès de l’opinion publique par l’intermédiaire de trois ou quatre organes de presse, en nous appuyant sur le soutien de l’UJSF, et aller le porter rapidement auprès de ceux qui sont les principaux acteurs en France. Le hasard fait que nous allons rencontrer la nouvelle Ministre des Sports prochainement, donc il faudrait que ce soit prêt pour que l’on puisse en discuter avec elle. En ce qui concerne Denis Masseglia, qui n’est pas là ce matin, nous aurons une discussion avec lui. Peut-être est-ce le moyen de reprendre, sans réorganiser des ANS, un travail en partenariat avec des acteurs du sport mais aussi avec d’autres qui lui sont rattachés pour l’occasion, pour faire des propositions concrètes afin de traiter un petit nombre de sujets concrets. C’est une autre manière de faire avancer les processus de décisions.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE,
Premier Adjoint au maire de la ville de Nanterre

89Dans le prolongement de ce qui vient d’être dit, je voudrais exprimer trois pistes de réflexion.

90D’abord, je partage en beaucoup de points le propos de Jean-Paul Callède tout à l’heure sur la nécessité de faire le tri entre le sport tel qu’il est et le sport tel qu’on se le représente, tel qu’on a l’habitude de le saisir à travers des modèles, tel qu’on se l’imagine, tel qu’on l’idéalise… et de réfléchir davantage sur les réalités concrètes, sur le sport tel qu’il est aujourd’hui dans la société telle qu’elle est aujourd’hui.

91Si on prend l’exemple du rapport à l’image, aux médias, à la télévision, quand on dit que la place de l’image est devenue trop importante aujourd’hui, ce n’est pas un problème propre au sport, mais une réalité globale liée à l’évolution des pratiques sociales : il y a maintenant plus de téléspectateurs que de spectateurs. Donc, la place plus importante donnée aux médias est directement liée à l’évolution de la société. Prenons bien le sport dans son rapport à l’évolution du monde, dans le réel. Réagissons bien dans ce rapport au réel.

92Ma deuxième idée tourne autour du thème « le sport plus que le sport » et évidemment sur ce que, ici, on porte ensemble. La Fédération Française des Clubs Omnisports et l’UNCU ont en commun le fait que « penser le sport, c’est penser omnisports » dès que l’on traite de projets, de globalité ; cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rentrer dans la dialectique qui a été portée tout à l’heure entre « diversité et unité du sport, des sports ». Bien sûr qu’il y a de la diversité et de l’unité, mais si on veut passer à une réflexion portant sur une vision plus globale, c’est forcément par l’omnisport qu’on peut la porter, d’autant que cette réflexion se situe dans la relation, l’interaction avec d’autres projets. J’ai essayé hier, par exemple, de montrer la relation au projet local. Le sport structurant est un sport omnisports. Évidemment, les structures destinées à promouvoir le sport en France sont dans une réelle difficulté, prises en étau entre les responsabilités de l’État et celles du mouvement sportif. Ce dernier est essentiellement organisé sur la verticalité des spécialités. Le premier cité, l’État, est décrédibilisé par son désengagement permanent, la disparition des personnels. Un problème qui se pose à la base a peu de chance de remonter. Le club omnisports, l’office municipal des sports, l’adjoint aux sports… peu importe, un cadre omnisports, peuvent tenter, même simplement le temps d’une réunion, de dépasser le simple cadre de la pratique pour essayer de construire du projet. Mais lorsque les problèmes posés, les embryons de solutions évoquées, remontent au niveau national, ils se retrouvent sans cadre de traitement réel puisque la structuration pyramidale écrème, arase, empêche l’innovation. Le sport de base, avec sa vie quotidienne et sa richesse sociale, n’est plus représenté, il reste l’agrégation de choses qui sont disposées en parallèle.

93Enfin, c’est ma troisième remarque, je crois que pour pouvoir avancer, il faut de la concertation. Maladroitement, les ministres successifs ont tous cherché à organiser des États Généraux, des temps de réflexion, mais bien entendu c’est complexe, de plus en plus d’ailleurs, en rapport avec d’autres catégories, d’autres secteurs de la société. Il est donc nécessaire d’ouvrir très largement la concertation, que ce soit au niveau local ou national. Cela pose évidemment la question de la démocratie. On se retrouve souvent dans une concertation qui n’est tournée que vers les corps constitués habituels, qui sont aussi en même temps des filtres d’expressions différentes qui ne remontent donc pas à ces niveaux-là. Il y a nécessité de travailler sur l’avènement de structures qui seront différentes.

94Nous avons la chance de rencontrer Madame la Ministre très prochainement et, évidemment, nous porterons ces idées-là auprès d’elle de manière forte, j’essaierai aussi d’être l’interprète de ce que j’ai appris ici.

Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue au CNRS, UNCU

95Si nous sommes à la recherche, pour l’exercice qu’évoquait Ernest Gibert, de quatre ou cinq thèmes, je crois que ce que Monsieur le Directeur Régional évoquait, c’est-à-dire le manque de visibilité des expériences locales qui réussissent, et qui renvoient d’ailleurs à la notion de cohésion et de solidarité territoriales, par rapport à la verticalité, c’est quelque chose qui, à mon avis, mériterait d’être creusé. Nous avons tout de même la chance d’avoir en France un ministère qui se décline jusqu’à l’échelon territorial élémentaire, sans oublier la décentralisation et même les nouvelles unités territoriales dites d’intercommunalité, qu’elles soient urbaines, périurbaines ou rurales. Les clubs, les comités au sein des Comités olympiques et sportifs départementaux, font un travail très constructif. Pour ma part, je le constate pour le CDOS de Gironde. Pourtant, d’un étage à l’autre, CDOS, CROS, CNOSF, les priorités semblent souvent s’inverser. Comment se fait-il que cette innovation à la « périphérie » ne soit pas considérée par le « centre » ? Le politologue Pierre Muller considère qu’un cadre de référence pertinent pour penser les politiques publiques doit permettre d’identifier deux processus dynamiques : l’articulation global/sectoriel (entendons l’articulation cohésion gouvernementale/action des divers ministères) et l’articulation centre/périphérie (entendons l’articulation vision nationale/diversité des territoires de vie). Il n’y a pas lieu de penser la verticalité contre l’horizontalité, et vice versa. Pourtant, c’est ce que nous constatons le plus souvent.

Daniel BONZOMS,
SMUC, administrateur de l’UNCU

96J’ai une contribution à vous apporter sur des engagements différents qui sont à la limite du milieu sportif. J’ai été moi-même engagé dans le Conseil d’Administration d’un centre social. Cette structure propose diverses activités qui ne sont pas forcément sportives, en tout cas beaucoup moins sportives que bien d’autres, mais qui font une place à l’activité physique. Et là, ce n’est pas un projet qui est mis en place, mais simplement une réponse à la demande d’un public qui souhaite et veut « bouger ». Les dirigeants du centre social n’ont pas de projet sportif particulier. Ils essayent de faire coïncider une demande du public et une offre possible. Donc, là, il y a de la transversalité puisque le « sport » n’est pas complètement isolé. Il est au milieu d’autres activités sociales qui facilitent peut-être la cohésion sociale. On considère toujours le projet sportif, le dirigeant sportif, mais il ne faut pas perdre de vue que le sport n’est pas l’exclusivité du dirigeant sportif. D’ailleurs les enquêtes statistiques nationales autant que l’observation permettent de s’en rendre compte.

André BOUVET,
Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale du Nord-Pas-de-Calais

97Dans la gouvernance, l’État, ses acteurs locaux, des textes de référence, des moyens financiers, des décisions, je confirme que les process sont quand même localisables, traçables, etc., lorsque l’on souhaite comprendre l’articulation entre le local et le national. Un de mes sujets de préoccupation et de mes interrogations, lorsque je suis arrivé dans le service, à la Direction régionale, était le suivant : où on commence et où on s’arrête ? La liaison que vous connaissez bien – sport amateur et sport professionnel – par exemple, quelles compétences de l’État, quelles responsabilités ? De même, aujourd’hui, avec la problématique du développement commercial d’un certain nombre d’activités physiques et/ou sportives, la proposition d’une offre sportive sur un registre commercial, lucratif, dont je perçois qu’il monte en puissance. Quel degré d’exigence ? A-t-on des gens qualifiés ? Comment peut-on intervenir ? Il y a là aussi un vrai sujet. Et puis il y a également la montée en puissance du lien Sport-Santé. Je vois au moins deux sujets différents mais tout à fait intéressants. Il y a une ligne qui concerne l’engagement du corps médical à différents niveaux et dans différentes disciplines pour mettre en avant la dimension préventive. De même, l’activité sportive peut participer au processus de soins, en réparation, et là encore avec des gens qualifiés. Il y a des choses nouvelles et intéressantes à créer. Il y a ce côté très professionnel et le côté « pour tous », l’activité physique pour les personnes obèses, pour les personnes âgées dans les maisons de retraite, pour les personnes handicapées et la promotion d’un sport pour tous. Ce sont des éléments importants. De telles pratiques sont indispensables. Comment les développer ? Le mouvement sportif est-il le bon interlocuteur ? Le seul interlocuteur ? Sommes-nous là dans la politique sportive ? Ou à l’articulation de plusieurs politiques ? Qui répond ? Qui fait ? Il y a un certain nombre de disciplines et de dirigeants sportifs qui s’investissent sur ces sujets et qui proposent des choses et d’autres pas. J’observe en tous les cas une poussée forte en ce domaine qui mérite la plus grande attention. Le sport n’est pas que le sport du stade, dans le gymnase ou le jeu sur la pelouse.

Robert DENEL,
Secrétaire Général de l’UNCU

98Mon club, le Lille Université Club, comporte plus de 14 000 adhérents et seulement 3 500 compétiteurs, les autres souhaitant simplement pratiquer du sport dans une association. On ressent d’ailleurs parfois plus de satisfaction à s’occuper de ceux-là parce qu’ils y trouvent épanouissement, bonheur et santé, alors que les compétiteurs sont très exigeants et ils quittent souvent le club s’ils n’obtiennent pas immédiatement satisfaction.

99Les dotations financières de l’État ou des collectivités sont dirigées essentiellement vers les résultats sportifs. Il est donc difficile de s’occuper du reste de la population dans un cadre associatif, parce que soit les gens ont les moyens nécessaires et ils partent dans le privé s’ils ne sont pas satisfaits, soit ils veulent s’inscrire dans une association qui est obligée, elle aussi, de les faire payer. Les seules aides dont nous bénéficions sont l’aide à l’emploi. Les associations sont placées dans un dispositif fragile au sein duquel elles sont souvent obligées de licencier des animateurs ou d’arrêter une activité faute d’argent, parce que le fait associatif ne peut pas se comparer au fait commercial.

100Qui décide ? C’est quand même l’État qui nous dit de nous engager en début d’année dans des contrats aidés et qui nous dit six mois plus tard qu’il n’y a plus d’argent ! Comment voulez-vous mener une action durable, sérieuse, de qualité par rapport à une demande nouvelle de la population qui exige des professionnels ? Nous ne sommes plus dans le bénévolat. Un bénévole va s’occuper gratuitement d’une équipe qui a des résultats, bien que maintenant ce ne soit plus tout à fait le cas. Mais pour des gens qui demandent à pratiquer une activité de qualité avec des cadres diplômés, il faut de l’argent. Pour la formule « qui paye décide », ce sont quand même les citoyens qui payent mais qui ne décident pas. Si c’était le cas, je pense qu’ils décideraient peut-être, et à l’avantage de l’association, de mesures plus encourageantes, plus satisfaisantes, plus durables que celles qui existent actuellement.

101Qui gouverne ? Ce ne sont donc pas les citoyens, mais la puissance publique au niveau national et au niveau local.

102Actuellement, c’est le mouvement sportif qui dirige le sport, or tous les citoyens qui font du sport, qui pratiquent une activité physique et sportive, doivent pouvoir s’exprimer autant que ceux qui ont des médailles. Ce sont ceux qui produisent des médailles qui décident pour les autres finalement. Il faut renforcer les clubs affinitaires pour que tous ceux qui le souhaitent fassent du sport en milieu associatif. Le « sport sauvage » existe parce que nous sommes incapables d’associer ceux qui font du sport de manière individuelle. Or les adeptes du « sport sauvage » ne demandent qu’à faire du sport associatif parce qu’ils se retrouvent spontanément en groupes, entre amis. En effet, faire du sport va nécessairement vers la rencontre avec l’autre, même si ce n’est pas de manière organisée et systématique.

103À l’échelle nationale, ce sont les entreprises, qui financent parce qu’il faut de l’argent pour les médailles, mais elles n’aident pas le sport pour tous, alors que celui-ci exige finalement de la professionnalisation et de l’organisation. Il y a même des entreprises qui se désintéressent du sport de leurs propres salariés et qui préfèrent soutenir des champions ou des championnes, effet d’image oblige.

104Nous ne sommes pas assez forts là-dessus et devons réclamer une fois pour toutes que les critères de décisions changent.

Ali BEN YAHIA,
Président du Valenciennes U.C.

105Lorsque l’on se retrouve à l’échelle régionale sur la présentation des financements CNDS où les politiques décident des orientations, un certain nombre de dirigeants sont présents et interpellent l’État sur ces financements, entre autres les 30 % dédiés aux quartiers sensibles. Le souhait particulier exprimé est de dire que, le sport étant intégrateur, il faut développer la pratique sportive dans ces quartiers, en faire un levier éducatif et amener les filles à l’activité sportive, surtout quand on est confronté aux problèmes culturels de ces quartiers. Pour autant, il est vrai que le sport de masse aujourd’hui souffre beaucoup.

106Comme le dit pertinemment Robert Denel, la compétition est bien soutenue lorsqu’elle commence à atteindre un certain niveau. Lorsqu’on en est à promouvoir des actions hors compétition, c’est plus difficile. Pourtant l’activité sportive organisée a des exigences en partie similaires. Les contraintes liées à la sécurité ont un coût, tant sur l’équipement que sur l’encadrement. Nous ne sommes pas des professionnels, mais notre action développée au sein des clubs est de qualité et nous nous mettons au niveau des professionnels.

André BOUVET

107Votre colloque, en termes d’actualité et de calendrier, vient à un moment opportun. Effectivement, aujourd’hui, sur au moins une partie de la gouvernance, à travers le débat sur la décentralisation et donc à propos du rôle de l’État, par effet collatéral, on s’intéresse à des aspects du type : quel élément du pouvoir sportif ?, quel élément pour les collectivités locales ?, etc., dans la gouvernance. Vous êtes dans l’actualité de ces deux mois. Les arbitrages, c’est en septembre et octobre, donc les rendez-vous auxquels vous faisiez allusion me semblent vraiment être dans le timing, ce qui est important pour une expression collective, si tant est que vous souhaitiez la faire à ce stade.

108Deuxième réflexion, sur les modalités de gestion, j’ai plaidé sur des pluri annualités. Dans le rôle de l’État, il y a des choses à moderniser et j’ai fait un certain nombre de propositions. L’État n’est pas sans ressources. J’en veux pour preuve deux exemples. Le droit au logement, la problématique du droit à l’hébergement, le fait que nos concitoyens seront assurés d’être demain dans un logement, quel qu’il soit, en articulant l’efficacité des acteurs compétents. De même, quand on veut combiner les compétences des acteurs du monde sportif, du monde de la santé, du monde de la cohésion sociale, s’il y a un sens majeur à donner, à travers les organisations administratives, c’est bien cet axe de développement du sport pour tous. L’État donne aujourd’hui un certain nombre d’impulsions, peut-être pas encore suffisamment organisées, mais elles sont là, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’interrogations légitimes qui se posent. Il faut comprendre que les réorientations à opérer ne sont pas simples.

109Dernier élément dont je souhaite faire part, à propos des finances publiques que vous connaissez. J’observe que les moyens mis par l’État pour le sport ont été maintenus. La part du sport pour tous et la part du haut niveau sont des vrais sujets.

Jean-Michel MARTIN,
Animateur de la séance de clôture

110Voilà une clôture d’Université Sportive d’Été à laquelle nous n’étions pas habitués puisqu’elle se termine sur un débat qui ébauche déjà des perspectives à considérer pour une refondation du modèle sportif français : constats, inerties, asynchronies, atouts, interrogations, propositions… Il s’agit d’un exercice qui mérite d’être remis à l’ordre du jour. Cette tâche nécessairement collective n’est pas simple mais elle sera bénéfique et susceptible de proposer des solutions nouvelles à des questions préoccupantes, que nul ne peut à lui seul, régler ni même, pour certains acteurs du mouvement sportif, ignorer.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search