Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Conclusions et clôture de l’université sportive d’été

Conclusions et clôture de l’université sportive d’été

Jean-Michel Martin

Texte intégral

Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire Général adjoint de l’UNCU,
animateur de la séance de clôture

1Mesdames, Messieurs, bonjour.

2Nous voici réunis pour le dernier temps de cette Université Sportive d’Été.

3Avant de développer quelques points d’analyse, je tiens à saluer la présence de Monsieur André Bouvet, Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, qui nous fait l’honneur de sa participation.

4Nous allons entamer cette dernière matinée par son intervention. Contrairement à ce qui se fait habituellement d’une séquence à l’autre, je ne vais pas me lancer dans la présentation d’un bilan intermédiaire puisque nous allons bientôt enchaîner sur les conclusions et perspectives, au terme de cette trentième Université Sportive d’Été.

5En accord avec les organisateurs de l’USE, nous avons décidé de réunir en une seule session la dernière séquence et la conclusion. En voici les raisons.

6Ce qui aurait dû constituer une cinquième séquence de l’USE autour de la question suivante : « Peut-on imaginer les perspectives de refondation du modèle sportif français ? » n’a pu se faire comme initialement prévu. En effet Pierre Mathiot, qui devait intervenir ce matin a été retenu à Lille. C’est fort dommage. Je rappelle que Pierre Mathiot est Professeur des Universités en Science politique et Directeur de Sciences Po Lille. C’est un spécialiste des questions de décisions publiques et de l’analyse des politiques publiques. En outre, il est depuis plusieurs années membre du jury du concours d’entrée de l’École Supérieure de Journalisme de Lille. Nous connaissons cette école prestigieuse pour avoir été reçus à l’occasion d’une Université d’été antérieure, avec Jacques Marchand et toute l’équipe du Stage Com. Il aurait été intéressant d’entendre Pierre Mathiot sur les questions qui nous occupent.

7Monsieur André Bouvet, qui nous a fait l’amabilité de se joindre à nos échanges, apportera une contribution importante en sa qualité de représentant majeur de la puissance publique et des services déconcentrés de l’administration en Région. Nous l’en remercions par avance.

8Le président du CNOSF, Denis Masseglia, quant à lui, est retenu par le Président de la République pour accompagner ce dernier aux Jeux Paralympiques de Londres. Nous tous, nous connaissons bien la position de Denis Masseglia et nous aurons l’occasion, dans les jours qui viennent, de le rencontrer, de l’entendre sur bien des aspects qui auront été débattus ici, dans le cadre de l’Université de Valenciennes, et le cas échéant de confronter ses positions avec certaines de celles qui se dessineront au terme de cette Université Sportive d’Été.

9Je m’étais permis, au cours de l’été, en préparant ce temps de l’USE, de tracer quelques lignes de ce que pourrait être cette dernière séquence, en me disant à l’époque que j’aurais vraisemblablement à les réajuster, voire à les modifier en fonction de ce qui se serait dit lors des séquences occupant les jours précédents. Finalement, il me semble que, pour une bonne part, je peux reprendre ce que j’avais imaginé tout en essayant de bien montrer que nous nous situons ce matin au moment où nous devons faire des propositions. C’est d’ailleurs la vocation de l’Université Sportive d’Été : faire en sorte d’être « un centre de réflexion, de propositions et d’actions » utile à la Collectivité. J’ai donc revu ma copie et voici une problématique plus élaborée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search