Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « Qui gouverne au niveau du terrain ? Pratique contre règlement, innovation contre frilosité des autorités administratives, tentation du haut niveau contre pratique pour le plus grand nombre, performance contre santé, etc. »

Robert Denel

Texte intégral

Robert DENEL,
Secrétaire Général de l’UNCU et animateur de la séquence

1Pour reprendre l’image du puzzle utilisée par Jean Durry, nous allons tenter de compléter le tableau en ouvrant cette quatrième séquence intitulée : « Qui gouverne au niveau du terrain ? »

2Auparavant, rappelons que les sessions antérieures ont permis de montrer la complexité des situations. La politique, l’économie, les médias infléchissent ce qui devait – ou ce qui aurait dû – rester du domaine de la compétence du mouvement sportif. Et ceci est perceptible à la fois au niveau national mais plus encore à l’échelle internationale. Cependant, le mouvement sportif, en France avec le soutien de la puissance publique, ou dans sa dimension internationale, dispose d’une certaine latitude d’action. Mais il est vrai que les situations d’interdépendance dans lesquelles il se trouve – Alexandre Husting parlait d’une réalité systémique du sport – sont complexes.

3Nous allons aborder ces questions à l’échelle du terrain et, pour cela, je vais présenter les personnes qui vont traiter le sujet avant de donner la parole à la salle.

4Lise Legrand, que vous connaissez probablement, qui est de l’Entente Lutte Côte d’Opale, dirigeante maintenant de la Fédération Française de Lutte, mais surtout médaillée de bronze en 2004 aux Jeux Olympiques d’Athènes, deux titres de championne du Monde, quatre titres de championne d’Europe, vingt titres de Championne de France.

5Alain Piron, ancien DTN d’Athlétisme, et dont j’ai appris qu’il était l’un des initiateurs d’une culture dijonnaise sur la préparation physique. Il a collaboré au Centre d’Expertise de la Performance et a établi les bases de la motricité au service des exigences du sport de haut niveau. Ce que j’ai dit est incomplet, mais c’est l’essentiel. Il aura sûrement l’occasion de nous apporter quelques précisions.

  • 1 . Williams NUYTENS, L’épreuve du terrain. Violences des tribunes, violence des stades, Rennes, PUR, (...)

6Williams Nuytens est Professeur des Universités à l’UFR STAPS de Liévin et en même temps Directeur du Laboratoire SHERPAS qui travaille sur les pratiques sportives et le spectacle sportif avec toutes ses conséquences, notamment dans le domaine de la violence et des hooligans. Il a publié deux ouvrages importants sur ces questions, et dans deux genres d’écriture1.

7Gérard Perreau-Bezouille, avec qui je partage une amitié liée à nos parcours en matière de réflexions sur le sport au sein du Groupement National des Clubs Omnisports, dont il est désormais le coprésident, au sein de l’Université Sportive d’Été à laquelle il a participé à plusieurs reprises, et dans le cadre des Assises Nationales du Sport depuis 1991. Il est actuellement Premier Adjoint au Maire de Nanterre et a exercé d’autres responsabilités auparavant, notamment dans le domaine de la Jeunesse et des Sports. Son parcours militant a inclus le drame du Conseil Municipal de Nanterre au cours duquel il avait maîtrisé un tueur fou, et il lui en est resté une blessure. C’est un ancien joueur de handball, dirigeant du Club Omnisports de Nanterre. Il est agrégé d’économie et de gestion, encore une activité de formation de formateurs.

8Je vais demander à Gérard Perreau-Bezouille d’apporter son témoignage d’homme de terrain et de nous donner sa réaction, son commentaire sur les propos qu’il a entendus, notamment dans les séquences précédentes.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE,
Premier Adjoint au Maire de la ville de Nanterre
Coprésident de la Fédération Française des Clubs Omnisports

9Le thème de notre débat du jour « Qui gouverne ? », si je le transporte dans le champ des politiques publiques et dans le champ du politique, me renvoie à un terme que je n’aime pas trop : la gouvernance.

10C’est un mot à la mode, qui nous vient du monde de l’entreprise et qui est aujourd’hui utilisé à tout propos. Depuis la Banque Européenne présentée comme un lieu de gouvernance économique, en passant par la gouvernance du taux d’intérêt du livret de caisse d’épargne qui n’est plus un acte politique et pour lequel ont été multipliés les critères afin d’éviter que ne pèsent dessus trop d’enjeux, jusqu’à l’échelon politique la plus proche des citoyens : le conseil de quartier qui s’est structuré, lui aussi sur des éléments de gouvernance...

11Ce phénomène s’accompagne d’une multiplication d’autorités dites indépendantes qui prennent place dans de nombreux champs de la société : la sûreté nucléaire, les libertés publiques, les médias. Pour moi, cela permet de masquer le fait ou du moins d’induire, de faire croire, qu’il n’y aurait plus de choix politique, plus de décisions, plus de débat. De ce fait, il n’y aurait plus qu’une sorte de modèle unique : la gouvernance dont le fonctionnement se ferait forcément avec les bons rouages et qui in fine construirait une sorte de ville, une sorte de sport, lissé, aseptisé, et peut-être même franchisé !

12Je crois au contraire, et c’est le sens de mon engagement dans le sport comme dans la cité, qu’il y a besoin de réhabiliter la citoyenneté, l’intervention des gens, la politique de manière générale, de réinjecter du subjectif, pour parvenir à des choix qui auront été forgés à l’occasion de débats, sur des aspérités, des oppositions, des héritages divers, et qui fondent la diversité des villes comme celle du sport, laissant toute leur place aux mémoires, aux individualités, et aux projets.

13Les mots ne sont jamais neutres, d’importants glissements sémantiques ont eu lieu ; nous sommes passés du concept de « démocratie » à celui de « gouvernance ».

14Récemment j’ai été invité à un colloque à Amsterdam. Le thème abordé était le suivant : « L’adhésion aux projets ». La manière dont les expériences y étaient souvent présentées est symptomatique de ce que je veux mettre évidence : il n’y a pas de débat, pas de contradiction, pas de désaccord. Ce qui préoccupe, ce sont les projets et la manière dont on peut faire en sorte que les gens y adhérent. Il ne s’agit plus de « faire avec » ou de « faire ensemble », mais de « faire pour », ce qui, de mon point de vue, pose problème puisque cela démontre que nous ne sommes plus dans une construction démocratique. D’autant plus qu’à ce phénomène s’ajoute un second : un retour très fort de l’expertise qui, de fait, élimine/réduit la crédibilité de ceux qui ne sont pas experts. Je crois aussi qu’à force de poser le consensus comme préalable à tout débat public autour de projets prédéfinis, il n’y a plus de débat possible ni de positionnement par rapport aux projets – j’y inclus le projet sportif – et à terme cela décrédibilise la concertation parce que, finalement, on vend des choses toutes préparées.

15Pour retrouver du sens, je crois qu’il est nécessaire de redonner de la place à la confrontation d’idées, aux aspérités des points de vue. Tout est conçu pour fuir ces temps de contradiction, les projets eux-mêmes et les décisions qui sont prises n’apparaissent pas comme le fruit d’un travail collectif. Je crois que dans la décision démocratique la place du débat, de la confrontation, est aussi importante que la décision formelle elle-même ; il est donc nécessaire de retrouver des formes qui permettent de répondre à ces enjeux-là.

16À ces évolutions s’en ajoute une autre, l’hyperpersonnalisation, qui se retrouve dans toutes les structures, tous les lieux, dans pratiquement tous les champs de la société. On met au centre du jeu des « patrons » et ce sont eux qui parlent, qui décident, minorant la réalité du travail collectif lorsqu’elle existe.

17Dans nos échanges, j’ai entendu également à plusieurs reprises l’utilisation de « société civile », c’est un terme qui est parfois un peu convenu et qui, pour moi, désigne une sorte de petit monde, un premier cercle de quelques personnes initiées présentes un peu partout. Bien sûr ces personnes, qui jouent le rôle d’intermédiaires, apportent d’autres expertises, des contrepouvoirs, mais elles ont tendance, en s’en proclamant les porte-paroles, à empêcher les gens « ordinaires » d’être associés réellement aux projets qui se mettent en place.

18N’accordons-nous pas trop d’importance à ceux qui parlent « pour le compte de », « à la place de », qui usent souvent d’un « nous » faussement collectif alors que cela exprime en réalité un vrai « je », un vrai « moi », qui, s’il était pleinement assumé, serait peut-être plus mesuré et assumerait davantage le propos qu’il porte ! Tout cela contribue à extérioriser les acteurs, et pour ce qui nous concerne, les acteurs du projet sportif. Conséquence plus grave, cela peut amener à leur effacement des processus de gouvernance.

19Pourquoi en sommes-nous là ?

20J’ai noté trois facteurs qui peuvent contribuer à l’expliquer : d’abord une généralisation de la concurrence à tous les domaines, ensuite le fait que les sociétés sont de plus en plus hyper individualisées et, enfin, le fait que les différentes échelles de vie s’enchevêtrent de manière complexe conduisant à des pertes de repères. Tout cela déstabilise la société et les manifestations en sont nombreuses – la montée du rejet de l’autre par exemple – et provoque beaucoup de doutes. Les conséquences sont d’autant plus fortes que ce mouvement semble difficilement contrôlable. Face à la difficulté et à la complexité, la tendance est d’aller chercher un consensus rapide qui permette de tranquilliser, d’apaiser, d’éviter les affrontements. C’est une manière courante de réagir et de gérer les situations. Ces dernières sont de plus en plus gouvernées, policées – et ce n’est pas seulement l’apanage du Président sortant – c’est réellement maintenant un mode de vie à tous les niveaux.

21On peut distinguer trois façons de gérer les affaires publiques : multiplier les annonces ; ou bien éviter de prendre des responsabilités en les diluant derrière un grand nombre de structures, ce qui aboutit à un système de gouvernance incompréhensible et compliqué ; ou enfin multiplier les cibles qui se retrouvent toutes mises en relation avec des objectifs généraux qui sont eux-mêmes très consensuels. Qui n’est pas d’accord avec « cohésion sociale », « développement durable », « innovation », « répondre à la compétition économique », « participation citoyenne » et « efficacité » ? Y sont ajoutés des objectifs et des sous-objectifs qui rentrent dans ces thèmes-là, qui amènent à de nombreuses annonces mais qui ne font pas de la politique publique, pas de la gestion publique, pas du projet, et qui, surtout, ne sont pas travaillés avec un minimum de critères permettant de construire de l’évaluation citoyenne. Car, s’il est souhaitable d’avoir de nombreux projets, très souvent pour ne pas dire toujours, il leur manque le rapport au suivi et à l’évaluation.

22À mon sens, tout particulièrement au plan local, le défi auquel est confronté le champ politique c’est la crise de la démocratie qui se manifeste dans le manque de participation, dans le manque de confiance, dans la crise de représentativité. D’autant plus que le système est basé sur les partis alors que ceux-ci n’ont pas forcément beaucoup de légitimité, n’ont plus beaucoup d’adhérents et qu’ils représentent des affiliations politiques et sociales très spécifiques. Ce sont donc des questions très lourdes et des enjeux majeurs, mais que l’on retrouve dans d’autres domaines : le domaine économique, le domaine social.

23Cette question que je pose concernant mon action politique au niveau local, je me la pose aussi dans le sport parce que je pense que ce n’est pas une activité à part. Le sport est avant tout marqué par la société dans laquelle il s’inscrit. Il ne vit pas en dehors et il est confronté à peu près aux mêmes paradoxes, y compris dans son propre fonctionnement, dans notre propre fonctionnement : à partir de quelles bases nous nous plaçons pour prétendre à de l’autonomie, à du pouvoir ? Les mêmes questions se posent pour nous. Il y a une multiplicité d’intérêts au sein du mouvement sportif. Ils sont parfois convergents mais souvent contradictoires : dirigeants locaux, fédérations, sportifs, médias…, ce qui mène à des situations de concurrence, à des blocages et, sans doute, à des confrontations de pouvoirs des uns sur les autres.

24Une autre question est corollaire à celle de la gouvernance et de la façon dont on gère démocratiquement des projets, des processus : « au service de qui ? » et « au service de quoi ? »

25Avant tout, je me situe dans une logique qui est une logique d’émancipation humaine. C’est le prisme à travers lequel je regarde les dispositifs que l’on met en place. Ce qui me frappe, c’est le fait que les gens, en général, peuvent être en même temps pratiquants, adhérents, usagers, citoyens, on utilise même le mot « administrés ». Ils sont traités par de nombreux bouts mais rarement de manière globale et finalement, on ne leur reconnaît pratiquement jamais une réelle expertise, ni ne leur accorde une réelle place.

26Un petit mot sur Nanterre puisque vous m’y avez invité : Nanterre n’est surtout pas un modèle ; pour moi, dans la suite de ce que j’ai pu apprendre dans le sport, c’est plutôt un laboratoire, une chance aussi de pouvoir lier un travail de réflexion sur ce que l’on fait avec de la mise en pratique concrète et donc la confrontation à ce qui fonctionne ou pas. Nous avons donc essayé, par différents moyens, de rapprocher les citoyens de la décision. Ce que je dis là, je le dis pour les citoyens en général, mais c’est bien évidemment valable pour les acteurs sportifs.

27Par exemple, nous avons de grands rendez-vous citoyens qui s’appellent « Assises pour la Ville. » Le mot « Assises » n’est pas neutre, il résonne avec les Assises Nationales du Sport qui avaient été une bonne façon de construire les choses. La question est de pouvoir réaliser, à partir de temps forts de ce type-là, un vrai travail au-delà de ceux qui s’engagent traditionnellement et volontairement dans la vie publique et dans l’intérêt de la vie publique, le premier cercle que j’évoquais toute à l’heure. Nous avons multiplié les formes, par exemple, nous avons fait des « consult actions » dans lesquelles nous mettons des moyens, des agents communaux payés en heures supplémentaires, qui vont chez les gens avec des questionnaires, pour dépasser le côté « filtre » de la société civile habituelle. Nous avons également créé une Agora, maison des initiatives citoyennes dans laquelle a lieu pratiquement tous les soirs, une initiative citoyenne (débat, expo, projection de film, etc.).

28Nous avons également organisé des temps forts sur des sujets très divers, soit thématiques, soit plus généraux. Le dernier en date, par exemple, c’est un bilan à mi-parcours. Presque toutes les villes qui font un bilan à mi-mandat, adressent aux citoyens un beau rapport rédigé par le Maire. À Nanterre, nous avons essayé de faire différemment, avec les citoyens, en mobilisant les usagers du service public comme par exemple les parents dont les enfants fréquentent la restauration scolaire. Nous leur avons envoyé un questionnaire, de manière très large. Donc, vous voyez, nous sommes beaucoup dans la recherche de la démocratie la plus directe et aussi la plus complète possible. Nous avons fait des Assises Jeunesse par exemple où, grâce à la complicité des établissements scolaires, nous avons consulté tous les jeunes scolarisés. Mais ce n’est pas suffisant, il faut du travail qualitatif, il faut aussi être capable de dépasser le modèle traditionnel de la salle avec à la tribune les « sachant » et dans le public ceux qui viennent écouter/apprendre. C’est pour cela que, par exemple, nous avons fait un travail sur les blogs des jeunes de Nanterre, pour savoir ce qui s’y dit. Ils y parlent de choses qui sont leurs centres d’intérêts et ensuite nous avons organisé avec eux un « chat » qui s’est avéré être un bon moyen de les faire participer.

29Dans un contexte plus large et dans le cadre de nos réflexions sur la démocratie, je voulais dire aussi que, personnellement, je suis adepte d’une part de tirage au sort, y compris pour les assemblées comme le Sénat, c’est à mon avis un bon moyen pour insuffler une démocratie nouvelle. Nous l’avons déjà expérimenté sur un projet urbain, en créant des ateliers de concertation dans lesquels nous avons indemnisé des gens tirés au sort. Malheureusement, pour l’instant, on ne peut tirer au sort qu’à partir des listes électorales, cela limite l’éventail des gens que l’on peut associer.

30Alors, qu’en est-il pour le sport ? Je crois qu’il est important de bâtir de manière transversale. Je suis intervenu tout à l’heure peut-être un peu durement contre le fait de diviser le sport entre celui que l’on regarde, celui que l’on pratique, le sport de masse, etc. Je pense que la réalité est beaucoup plus compliquée que cela et ne permet pas ce genre de classement commode sans doute mais trop simplificateur, voire simpliste. Nous avons, par exemple, réalisé à Nanterre une étude qui s’appelait « Foot dans la ville, Foot pour la ville » et nous nous sommes aperçus que les mêmes jeunes qui sont dans le club omnisports font aussi du sport en pratique libre et revendiquent en même temps le fait d’avoir des créneaux pour faire du football en salle le soir, y compris au détriment de leurs copains de club de la section Badminton. Si on reprend un à un tous ces comportements sportifs, il est évident qu’ils composent ensemble une complexité sociale.

31Je me place aussi dans l’optique de travailler la participation, l’inclusion sociale, l’inclusion en général, l’implication à tous les niveaux, et évidemment l’outil qui permet cela au point de vue sportif, et qui a été développé pendant un temps par la FNOMS, c’est le projet sportif local. Je suis plutôt un fédéraliste, partant de la base de projets locaux pour essayer de remonter, de construire pas à pas des projets où l’on essaie d’impliquer beaucoup de gens et la diversité du sport depuis le quartier, en passant par la ville, jusqu’au niveau de la métropole, de la région.

32Nous avons eu une expérience qui s’appelait la « Charte du sport ». C’est l’Office Municipal du Sport qui y avait travaillé et nous avons également créé des comités d’usagers sur les terrains de proximité. Nous avons essayé d’associer les personnes concernées, toujours dans cet objectif de démocratiser largement nos actions et nos choix.

33Je crois que, contrairement aux apparences, les frontières internes qui séparaient de manière assez hermétique le monde sportif sont en train de s’ouvrir. C’est lié aussi aux évolutions des types de pratiques, ce qui amène à devoir prendre en compte d’autres dimensions. C’est pour cela que le projet sportif ne peut pas être que sportif. C’est aussi, forcément, un projet local. Nous travaillons sur l’idée « projet de vie, projet de ville ». Dans ce projet il y a une dimension sportive qui peut porter d’autres dimensions, et tout particulièrement le lien avec les dimensions urbaines. Nous avons eu l’occasion de parler il y a trois ans, à l’USE de Toulouse, de l’Arena ; c’est évidemment un objet qui dépasse très largement le sport, qui a une fonction urbaine et identitaire. Regardez les Jeux olympiques de Barcelone, c’est en même temps la restructuration urbaine de la ville de Barcelone et ce qui a marqué, symboliquement, le dépassement du Franquisme.

34Je pense que l’on doit aussi être capable, et c’est cela qui fait la force du sport, de lui laisser toute sa dimension transversale, sa capacité à drainer de l’imaginaire, à agglomérer des dimensions culturelles. Les relations des sports de rue avec la musique, avec le graff, avec la danse… font qu’il est aujourd’hui difficile de séparer ce qui est sport, de ce qui est culture, de ce qui est mode de vie. Il y a là des dimensions extrêmement différentes auxquelles nous devons être capables de joindre la dimension éducative que par ailleurs l’on met souvent en avant mais qui ne peut pas être la seule façon d’envisager les choses.

35En résumé, bâtir des projets transversaux avec des gens dans leurs diversités, qui soient multifacettes et qui permettent aussi de progresser tous ensemble en termes de connaissances, parce qu’il y a des expertises diverses que nous devons être capables de partager aujourd’hui, c’est un peu la dimension éducation populaire qu’on retrouve là. Par exemple c’est réussir à ce que l’expert en équipements sportifs soit capable d’expliquer au citoyen-usager pourquoi certains choix sont faits, de l’écouter aussi, et de convaincre ce dernier que le meilleur choix et retenu.

36Il est évident que le sport n’échappe pas aux paradoxes auxquels est confronté l’ensemble de notre société. Pour y faire face, je cherche à résister aux phénomènes que j’évoquais tout à l’heure. Résister, pour moi, c’est construire, c’est essayer de trouver des alternatives dans une visée foncièrement humaniste. Il est possible de faire bouger beaucoup de choses en mettant l’homme au centre de la démarche et grâce à cela nous pouvons bâtir des alternatives intéressantes. Le sport se situe en plein dans ce paradoxe-là parce que c’est un lieu où il y a de l’innovation, de l’apprentissage démocratique, de grandes valeurs communes qui sont partagées. Ces valeurs sont foncièrement à l’origine de l’engagement – militantisme, bénévolat, égalité, formation, accueil de tous, lutte contre l’exclusion –. Elles sont en même temps, que ce soit dans la ville ou dans un club, confrontées aux réalités d’un monde qui, évidemment, ne les partage pas, les dénature et même souvent, cherche à les utiliser contre elles-mêmes pour les pervertir et empêcher qu’elles puissent être productrices de l’émancipation dont je parlais tout à l’heure.

Robert DENEL,
Secrétaire Général de l’UNCU et animateur de la séquence

37Merci Gérard. Avec toi, il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions !

38Je voudrais savoir maintenant comment Williams Nuytens, Lise Legrand et Alain Piron vont réagir par rapport à des situations qui correspondent à leur quotidien ou à des thèmes de recherche privilégiés. Tu as décrit la situation de Nanterre où le club omnisports est toujours un club omnisports – il y en a encore quelques-uns en France rassemblés au sein du Groupement national des clubs omnisports (GNCO) –, mais ce n’est pas le cas partout et, d’autre part, tu t’exprimes en qualité d’élu local.

39Dans le cadre de la présente séquence, il sera utile, par-delà les spécificités, d’une part, des contextes évoqués, et d’autre part des expériences de chacun, de vérifier si certains constats convergent ou non, si les problèmes rencontrés sont solutionnés de façon similaire ou non, et à quoi tiennent les réussites et les innovations. Ce type d’exercice nécessite de s’appuyer sur des études de cas, autant de constats établis par rapport à l’échelle locale quand on écoute les uns et les autres dans un certain nombre d’instances.

40Chacun d’entre nous a peut-être une perception particulière de ce qu’on appelle « le terrain »

41À première vue, le terrain est d’abord constitué de clubs et d’associations de base pratiquant le plus souvent le sport de compétition, ces groupements élémentaires étant eux-mêmes inscrits dans le cadre de ce que l’on appelle le mouvement sportif qui a fait l’objet des séquences précédentes.

42Au-delà de cet aspect qui relève d’une structuration très élaborée et hiérarchisée, il y a lieu de considérer au niveau du « terrain » tout ce qui concerne les pratiques associatives non compétitives de santé, d’hygiène, de bien-être, de lien social, sans oublier toutes les pratiques appelées faussement individuelles puisqu’elles s’exercent davantage, le plus souvent, entre amis ou en petits groupes d’habitués.

43Le terrain, c’est aussi des institutions, des collectivités locales, avec leur personnel politique et leur personnel administratif, des enjeux électoraux, des enjeux économiques, des influences, tout un système qui engendre des contraintes de tous ordres de plus en plus importantes, voire insupportables, s’appuyant quasi exclusivement sur des concepts de « communication », d’enjeux de politique locale, de principes de précaution, de règlements administratifs, etc.

44Il semblerait que ce soit ces derniers aspects qui gouvernent de plus en plus le sport local avec, pour conséquence, la priorité donnée à la performance tant au plan des équipements – et de leur utilisation prioritaire – qu’au plan financier.

45Les moyens financiers de plus en plus importants qui sont indispensables pour mettre en œuvre ce choix de la performance à tout prix sollicitent le monde économique qui, bien entendu, impose ses règles. La presse quotidienne régionale (ou PQR) rentre de plain-pied dans ce dispositif, voire même en est le chef d’orchestre dans certains cas. Dans bien des rubriques locales (communales !) de nos quotidiens régionaux, sous l’angle du sport, l’identité d’une ville, d’une localité n’est incarnée que par les « résultats sportifs » du week-end ou, en amont, les préparatifs des équipes. Le « vivre ensemble », la « participation citoyenne », la « convivialité », le « dynamisme associatif » sont ignorés dans la presse, s’agissant de sport, ou rapportés à des articles généraux sur l’ambiance de la ville, d’un quartier d’habitat collectif, etc.

46Circonstance atténuante : une certaine presse promeut le sport pour la santé et le bien-être, mieux que ne le fait parfois le corps médical. Effectivement, nous n’avons pas parlé du corps médical qui, pourtant, devrait avoir un rôle de décision important et devrait co-gouverner le sport pour le plus grand nombre.

47Peut-on espérer voir de véritables organismes coordonnateurs des différents moyens à mettre en œuvre, afin que les personnes physiques et morales, qui privilégient la personne dans toutes ses composantes, gouvernent réellement le sport de tous. Ainsi, les bienfaits de l’exercice physique, du jeu, des relations, de l’amitié feraient rentrer le sport de plain-pied dans la culture.

Williams NUYTENS,
Professeur des Universités, UFR STAPS de Liévin, Université d’Artois,
Directeur du Laboratoire SHERPAS

48J’ai été sollicité pour discuter la problématique d’une appropriation du sport par les acteurs de terrain. Ceci implique d’emblée, d’une part, de revenir sur la complexité d’un questionnement collé aux singularités empiriques et, d’autre part, de mettre un peu d’ordre dans ce qu’il faut entendre par là d’un point de vue sociologique. Faisons comme si celles et ceux qui découvrent ce texte peuvent être considérés comme des spécialistes de la question sportive ; des personnes capables de la mettre à distance aussi.

49Qu’est-ce qui gouverne le sport dans la France d’aujourd’hui ? Mais qu’est-ce que la France d’aujourd’hui ? Et qu’est-ce que le sport ? Ces interrogations constituent le premier écueil de la problématique. Celle-ci est extrêmement compliquée, dans son traitement, parce que les éléments qui la composent sont quasiment indéfinissables. La France d’aujourd’hui est une société « liquide » selon certains, c’est-à-dire une société sans références. D’autres diront que la France d’aujourd’hui est une société individualiste avec toutes les dimensions qu’induit la notion. D’autres encore la qualifieront de société de calcification où les liens sociaux se durcissent. D’autres avanceront aussi que l’on est dans une société de progrès social, de progrès économique, de traditions. Bref, dire ce qu’est la France aujourd’hui constitue un projet fantastique, quasiment impossible à tenir puisque son hétérogénéité donne raison et tort à chaque commentaire généralisé. Deuxième problème de la question : le sport. Qu’est-ce que le sport ? Si je partage la réduction qui s’opère fréquemment, le sport c’est la pratique. Mais avec plus de 360 activités répertoriées par le Ministère des Sports, que signifie précisément le terme même de pratique ? Là encore, la définition comme projet ou objectif intellectuel reste inaccessible. Il y a du sport dans le milieu fédéral, il y a du sport loisir, du sport formel, du sport informel, du sport sauvage. Dans le sport associatif, il y a du sport au féminin, du sport au masculin. Bref, pour paraphraser une formule rendue célèbre par Pierre Bourdieu s’interrogeant à propos de la jeunesse, le sport n’est qu’un mot. Le troisième problème que soulève notre débat découle des significations de « gouverner ». Dois-je moi aussi me rallier à celles et ceux qui font l’association avec la notion de « gouvernance » ? Et dans ce cas que faire de l’ingérence et de ses implications ? Que veut dire « gouverner » ? Pour les libres penseurs, gouverner c’est pourrir. Mais gouverner c’est imposer aussi, gérer, accompagner, faire agir, expliquer, empêcher. Alors quel sens faut-il donner au mot « gouverner » ? Je l’entends dans un sens plutôt positif et positiviste d’un certain point de vue : gouverner veut donc dire ici participer au changement social. Ces quelques détours ne règlent pourtant pas l’écueil des chausse-trappes qu’implique notre débat. Se poser la question « qui gouverne ? », c’est espérer pouvoir y répondre pour, au bout du compte, espérer changer des choses. C’est comme cela que j’ai considéré cette question parce que la sociologie que je pratique est une sociologie de terrain, accomplie sur des terrains très réduits, et qui tente modestement de changer des choses. Donc, poser la question de « qui gouverne ? » et y répondre c’est trouver une personne qui gouverne, c’est observer comment elle procède pour gouverner et essayer de lui dire des choses pour qu’elle change un certain nombre d’éléments dans la pratique et le spectacle sportif. C’est le premier point qui explique pourquoi le débat nous amène à une complexité qui fait problème.

50Le deuxième point renvoie à la racine idéologique contenue dans le débat. J’entends par là « partisane ». Toute tentative explicative dépend de l’angle d’attaque et de l’échelle saisis par le chercheur. Premier exemple : l’angle économique. Le sport en France aujourd’hui c’est environ 2 % du PIB soit 35 milliards d’euros de dépenses répartis par ordre décroissant de volume de dépenses entre les ménages, les collectivités territoriales, l’État, les entreprises. Par conséquent, attaquer la question du gouvernement du sport par l’angle économique, c’est consacrer ses principaux bailleurs de fonds. Bref, la participation au débat doit s’accorder avec les acteurs qui financent. Prenons un tout autre angle d’attaque : il sera lié à une définition de la France d’aujourd’hui qui est une définition tout à fait objective, mais en même temps tout à fait subjective et fabriquée (la France est un État en crise). Donc, si je prends cet angle d’attaque idéologique, je suis tenu de donner une définition adéquate du sport : par exemple « le sport aujourd’hui en France, c’est 120 000 salariés ». On voit bien comment la réflexion oriente l’analyse du gouvernement du sport à partir de cette dimension critique. Prenons un troisième angle d’attaque : « le sport aujourd’hui, ce sont des hommes et des femmes, mais, reconnaissons-le, c’est surtout un monde masculin ». Il y a beaucoup plus de pratiquants que de pratiquantes dans le monde fédéral, c’est également vrai au niveau des prises de responsabilités, et plus on s’éloigne du monde fédéral plus il y a de femmes mais, en même temps, plus on s’éloigne du monde fédéral plus il y a de personnes adultes. Y a-t-il une corrélation ? Ce n’est vraiment pas le cœur du débat ici. En même temps, je dois détailler le fait qu’il y ait plus d’hommes que de femmes. J’ai relevé un chiffrage du Ministère des Sports qui date de 2009 :

51Il y a environ 1 700 Conseillers Territoriaux Sportifs dont 1 600 hommes et 100 femmes.

52Au niveau des DTN : 65 hommes et 5 femmes.

53Au niveau des entraîneurs nationaux : 340 hommes et 40 femmes.

54Au niveau des CTR : 1 300 hommes et 200 femmes.

55Si je m’arrête là, en méditant sur ces données chiffrées, répondre à la question « qui gouverne le sport ? » m’oblige à tenir compte de ce que je viens d’énoncer et donc à m’attaquer à l’épineuse problématisation formulée en termes de domination masculine.

56Que valent ces quelques détours ? Sont-ils utiles pour répondre aux questions que soulève le problème du gouvernement du sport aujourd’hui ? Je pense que oui parce que ces détours, qui n’en sont pas à mon avis, travaillent le débat pour en faire un objet. Pour le mettre à distance. Surtout ces « détours » justifient le fait que je revendique l’usage du terrain et des enquêtes sociologiques pour participer au changement social. Et en conséquence à notre débat. Parler du terrain, c’est en même temps beaucoup plus simple et beaucoup plus compliqué, parce que parler du terrain c’est parler d’expériences. Donc, je vais parler du terrain que je connais, avec les enquêtes que je fais et je vais prendre deux exemples pour répondre à la question. Le premier est tiré d’une partie de ma vie de chercheur qui était consacrée au spectacle sportif, c’est-à-dire aux supporters parce que, pour moi, parler des spectateurs du sport c’est parler du sport. J’évoquerai ensuite des enquêtes plus récentes que je mène avec mes collègues du Sherpas dans le monde de la pratique sportive. Dans les deux cas j’ai étudié les phénomènes de violence, c’est-à-dire les manquements aux règlements fédéraux et civils. Pourquoi la violence ? Parce que c’est un phénomène marginal, non pas au plan des émotions et de l’intensité du spectacle mais dans les faits. Je vais essayer de réinterpréter le problème qui nous réunit ici à partir de ce que mes enquêtes peuvent en dire.

57Qui gouverne les supporters de football dans la France d’aujourd’hui ? Il y a les règlements bien sûr, ceux de la société civile et ceux qui restent propres au club. Ce sont les réglementations locales et une réglementation beaucoup plus institutionnelle, étatique avec les mesures répressives ou préventives. En France, nous sommes plutôt sur un traitement répressif après avoir été sur du préventif. Je lis l’évolution des textes législatifs et je sais qui gouverne les supporters. En réalité, quand on connaît le terrain, on s’aperçoit que la dimension institutionnelle (c’est-à-dire le politique, le Ministère de l’Intérieur, les dirigeants des clubs professionnels) gouverne les supporters. Mais on sait aussi que ceux qui gouvernent les supporters, ce sont les leaders des groupes de supporters. Ils les gouvernent, ils les dirigent, ils leur imposent des façons de se comporter. Si je continue mon travail de terrain, je me rends compte que la dimension institutionnelle du politique, l’appareil sécuritaire policier, les dirigeants des clubs, le leader du groupe ne gouvernent pas le comportement des supporters. Parfois, ce sont des effets pervers. Exemple : pourquoi les supporters de Saint-Étienne sont-ils extrêmement agressifs à l’égard des supporters du Lille Olympique Sporting Club ? Qui gouverne ce comportement transgressif ? Mes résultats montrent que la réponse découle de la vengeance croisée aux jeux complexes des appartenances territoriales, identitaires. Et pourquoi les supporters du Football Club de Bruges sont-ils déjà venus commettre des agressions physiques dans le stade Bollaert lorsqu’il y a des matchs du type Lens-Lille ? Parce que les Lillois ne peuvent plus agresser directement les supporters Lensois puisqu’ils sont désormais surveillés ; donc les supporters lillois font appel à des groupes amis d’autres championnats. En l’occurrence ici ceux du Football Club de Bruges. Qui gouverne le sport, c’est-à-dire ici le comportement des supporters ? Certes, les textes, les dirigeants, les policiers, le leader du groupe, l’individu lui-même qui se gouverne, mais c’est surtout l’esprit de vengeance qui appartient à la culture supporteriste. Autrement dit à un compartiment de cette culture du « pauvre » remarquablement analysée par le sociologue anglais Richard Hoggart notamment ; que l’on songe ici à l’opposition fondatrice entre « eux » et « nous ».

58Passons à présent au monde de la pratique en parlant des arbitres. Qui gouverne le match de football ? Qui gouverne le terrain ? Le règlement fédéral, les dirigeants, l’entraîneur, les joueurs eux-mêmes, l’arbitre surtout, qui n’est pas le producteur de normes mais c’est lui qui applique les normes et les règles. On veut donc savoir qui ordonne, qui produit l’ordre social du sport en train de se pratiquer. Je regarde le comportement de l’arbitre, je vois quels sont les textes qui régissent son comportement et je sais qui gouverne le match de football. Ensuite, je m’enfonce un peu dans le terrain, je collecte des matériaux et on s’aperçoit que parfois certains matchs dévient, d’autres pas. Parfois, il ne se passe rien sur le terrain, donc on va dire qu’il est plutôt bien gouverné, et tout à coup surviennent des phénomènes d’agressivité et de violence. Cela peut être l’usage d’une arme blanche, des bousculades, des insanités. À cause de quoi ? Le sens commun nous dit que c’est le joueur qui a « pété un plomb » par exemple. Puis on effectue des entretiens auprès des arbitres, on collecte des matériaux, on réalise d’autres entretiens, on essaie de comprendre, et l’arbitre explique et s’explique. Tentons de nous projeter dans l’offre de discours d’un arbitre lambda : « moi, quand j’arbitre, je pense bien sûr au match, mais j’ai une telle maîtrise du match que c’est facile pour moi de gouverner un match. Mais je suis arbitre et je veux gravir les échelons de l’arbitrage, donc la situation que je vois c’est bien sûr le match en train de se faire, mais je vois aussi ma carrière. Lorsque je suis contrôlé, inspecté, noté, cette note définit ma progression dans ma carrière. Lorsque je suis contrôlé sur un match qui ne pose aucun problème, je suis obligé de montrer à mon contrôleur que je suis capable d’arbitrer des matchs à problèmes, alors je crée les problèmes moi-même ». J’ose encore vous soumettre la question : qui gouverne le sport ? Les textes, les joueurs, les dirigeants, l’arbitre et sa très grande compétence, mais aussi le fait que l’arbitrage se professionnalise et qu’il devient un enjeu économique pour l’acteur qui doit donc se distinguer des autres et faire la différence ; et qui en vient à gouverner contre l’ordre social prévu au départ par les règlements.

59Il est temps de synthétiser mon propos. J’ai commencé peut-être longuement à dire que la question méritait toute notre attention en dépit de sa complexité : les notions qu’elle contient sont très hétérogènes ce qui implique un exercice de segmentation. En fonction de l’angle, on est plus ou moins dans une posture idéologique. J’ai tenté ensuite, à l’aide de deux exemples issus des terrains que je connais, de vous montrer que personne ne gouverne le sport. Nous sommes face à une sorte de cohabitation de vecteurs qui participent, non pas d’un gouvernement au sens de la gestion et de la responsabilité, mais d’un gouvernement du point de vue d’une mise en ordre social du sport. Ce que je veux dire par là, c’est qu’en l’état actuel des choses, on a plutôt l’impression qu’à cause de cette réponse (peut-être un peu provocante) qui est donnée, changer la donne et changer le mode de fonctionnement du sport est quasiment impossible dans sa globalité. Donc, quand on veut résoudre ce genre de problème, on est obligé de segmenter l’objet, c’est-à-dire le sport, avec le haut niveau, le sport amateur, et quand on est dans le haut niveau ou l’amateurisme, on est encore obligé de le segmenter en catégories. Ces catégories, ce sont des pratiques différentes. Mais rendez-vous compte de la complexité qui consisterait à vouloir modifier maintenant le dessin général du sport ; ce serait pratiquement impossible. Et si on le décidait, cela nous conduirait à commencer par des supports, et quels supports utiliserait-on au départ ? Peut-être les pratiques les plus médiatisées, peut-être celles qui brassent le plus de licenciés et curieusement ce sont les plus médiatisées (plus d’un quart des licences sportives au total). Si on faisait cela, on ferait des erreurs parce que toutes les disciplines ne sont pas le football et le tennis. Ou alors on ferait autrement et on s’attaquerait d’abord au sport amateur, ce qui nécessiterait d’avoir un discours collectif dans le monde des dirigeants du sport amateur. Est-ce à dire qu’il faut décider de ne plus s’attaquer au problème ? Si l’objet et la tenue de cette manifestation ‒ l’USE 2012, la trentième d’une série ‒ montrent que ce n’est pas la solution que vous envisagez, il nous faut maintenant décider de son usage : cette manifestation peut-elle s’accompagner de propositions circonstanciées d’actions ?

Robert DENEL

60Merci à Williams Nuytens qui a développé ses interrogations de sociologue quant à la fausse simplicité de la question « Qui gouverne le sport ? » En conséquence, il souligne la nécessité de « segmenter » l’objet à analyser et il s’est livré pour nous à un exercice d’analyse appliquée se rapportant à ses terrains d’enquête qui sont précisément des terrains d’expression du sport.

Lise LEGRAND,
Championne du Monde de Lutte en 1995 et 1997

Robert DENEL

61Avec l’apport de Lise Legrand, nous allons changer d’angle de vue à propos du « terrain ». Je ne reviendrai pas sur ton palmarès remarquable. Pour autant, as-tu vécu dans ton parcours ces contradictions, ces cohabitations difficiles et ces enjeux qui sont exprimés dans l’intitulé de la séquence ? Quelle est ta réaction et quel est aussi ton point de vue distancié par rapport à cela ?

Lise LEGRAND

62Bonjour à tous.

63Je souhaite tout d’abord exprimer une réaction qui correspond au premier point de la problématique : « pratique contre règlement, engagement de l’athlète et prestation de l’arbitre ». Un point de vue par rapport au rôle de l’arbitre quand on se place sur le plan du haut niveau dans ma discipline sportive.

64J’ai toujours estimé que sur un tapis, même si je respectais les règles, c’était moi la patronne et ce n’était pas à l’arbitre de me pousser à la faute ou d’orienter mon match. C’était à moi de prouver que j’étais la meilleure, avec la volonté qu’il n’y ait pas de glissement au point que l’arbitre puisse l’interpréter en ma défaveur. Je n’ai jamais voulu laisser de place à une subjectivité d’arbitrage. C’était un simple témoignage sur le haut niveau, et vécu de l’intérieur.

65Au niveau de mon expérience du terrain, je suis présidente d’un club d’environ 250 licenciés et présidente du Comité Nord-Pas-de-Calais de Lutte. J’ai donc deux casquettes et deux points de vue à exprimer.

66Et tout d’abord mon point de vue de dirigeante locale. J’ai l’impression d’être toute seule en fait dans ma ville… Je crée de l’activité et le club dont je m’occupe offre un service aux pratiquants. Si je regarde à côté, autour de moi, il y a des choses formidables qui se passent mais il n’y a pas d’interaction entre les gens et les associations, quoiqu’il y ait une volonté politique d’établir des passerelles, des liens, mais on n’arrive pas à briser cela. Des offres se mettent en place au niveau départemental, mais pour moi la solution devrait être à l’échelle humaine, à l’échelle des relations de proximité. Certes, des formations et des réunions ont lieu aux niveaux intercommunal et départemental. D’ailleurs, soit dit en passant, on n’imagine pas le temps passé pour un bénévole en termes d’investissement, non seulement pour sa discipline mais également pour participer à ces réunions, à ces formations. Il faut tout faire et moi, concrètement, je n’ai pas encore trouvé la solution pour à la fois me former, m’aguerrir, être plus forte, donner des solutions à mes adhérents. Je suis donc bien embarrassée parce que je voudrais faire, partager, apprendre mais je suis toute seule.

67J’en viens maintenant à ma casquette de présidente de comité. Cette fonction me prouve aussi qu’il n’est pas simple de créer du lien et des interactions entre les clubs parce que j’ai l’impression que sur une politique fédérale, qui est logiquement commune, qui correspond à une volonté de fédérer, les gens ne s’y retrouvent pas en définitive. Pénétrer le tissu local est vraiment difficile parce que les gens vous répliquent : « nous ne sommes que des bénévoles, on fait ce qu’on peut ». Donc, j’essaie en tant qu’organe déconcentré de créer du lien entre les clubs locaux et la fédération. Mais il est vraiment compliqué d’obtenir une passerelle entre ces deux entités.

68Par ailleurs, il faut tenir compte d’un autre monde, en l’occurrence les institutions, les collectivités qui, à partir des statistiques, orientent les politiques à mener sur le plan local. Elles s’emploient à constater par exemple que là il manque de la pratique féminine, ou bien là de la pratique sportive en faveur du public en situation de handicap, etc., et donc elles financent des actions en direction de ces publics. De ce fait, quelle doit être notre position, par exemple en tant qu’association ? Se démultiplier en fonction des incitations plus ou moins pressantes qui mettent l’accent sur une aide financière ? Arrêter toutes les actions qui ne sont pas ou partiellement financées ?

69Ce genre d’influence nous oblige à repenser constamment notre activité alors que nous faisons des choses formidables sur le terrain, en particulier puisque nous créons du lien social. Nous voulons bien ouvrir une nouvelle activité, mais pas au détriment des autres déjà établies.

70Je n’avais pas prévu une longue intervention. Voilà pour moi l’essentiel. J’ai vraiment l’impression qu’il manque des liens entre tous ces acteurs qui sont importants, indispensables à vrai dire pour le monde sportif, parce que les associations locales, les associations régionales, les institutions, les collectivités font vivre le sport, apportent énormément aux futurs citoyens et citoyennes mais il manque de la connectivité entre toutes ces composantes essentielles, alors qu’il y a de la bonne volonté partout.

Robert DENEL

71C’est donc la bonne volonté qui gouverne, mais de façon dispersée, presque en ordre dispersé, et c’est ainsi que tu te sens un peu seule dans ton propre engagement. C’est une expérience difficile d’autant que tu es passée du statut d’athlète de haut niveau à celui de dirigeante, non seulement fédérale, mais régionale et locale. C’est une bonne expérience humaine, cela ne fait pas de doute, et nous allons voir ensemble si nous pouvons développer les points sur lesquels tu insistes.

Alain PIRON,
Entraîneur et ancien Directeur Technique National de l’Athlétisme

72Pour tenter de répondre à la question « qui gouverne dans le sport, au niveau du terrain », je m’appuierai sur l’expérience acquise dans trois des fonctions que j’ai exercées dans ma vie : enseignant, entraîneur, DTN.

73Dans chacune de ces fonctions, les décisions les plus importantes que je fus amené à prendre ne concernaient pas la gestion d’une structure ou d’un état stable, mais résultaient de la nécessité de diriger une construction et d’accompagner le développement vers plus de compétence et d’efficacité.

74C’est évidemment le cas pour le DTN qui doit orienter et diriger la politique sportive de sa Fédération, mais ça l’est tout autant pour l’entraîneur qui est en charge d’athlètes ou l’enseignant auquel est confié le développement moteur et intellectuel de ses élèves. L’un et l’autre doivent diriger la construction qui mène du débutant au plus haut niveau possible d’excellence.

75N’oublions jamais en effet qu’avant d’être des athlètes de renom, que les sponsors couvrent d’argent, les jeunes sportifs, garçons ou filles, commencent tous par être des débutants et qu’il est nécessaire que soit « gouvernée » cette ascension… Mais par qui ?

76Répondre à cette question oblige d’abord à constater qu’une multitude d’instances de décisions participent à la vie sportive, dont certaines peuvent se fédérer mais d’autres se combattre. La pratique de Haut Niveau, par exemple, nécessite l’intervention d’entraîneurs, de médecins, d’officiels, de dirigeants, de soutiens financiers publics et privés, etc. Bref, cette pratique n’est rendue possible que par l’implication d’un ensemble d’intervenants, ce qui pourrait faire penser à un attelage où chacun tire dans le même sens et où chaque décision vise le même but commun. Or la réalité est moins idyllique, car s’il est vrai que si chaque composante du système prend des décisions, c’est seulement dans son domaine de compétences et surtout en fonction de son intérêt particulier. Par exemple : les sponsors, tout comme d’ailleurs la télévision, ne manifestent pas grand intérêt pour le niveau départemental de la compétition mais ils s’arrachent l’image de l’athlète de renom. Le club, au contraire, sait qu’il faut investir dans la formation des jeunes pour récolter à terme ce qu’il a semé. Le compromis entre ces deux extrêmes est facile à trouver pour le club : d’abord obtenir des moyens financiers grâce aux athlètes de haut niveau, pour ensuite en consacrer une partie à la formation de jeunes anonymes. Cette situation, au sein de laquelle s’opposent des intérêts inverses et où la solution s’impose comme le meilleur compromis entre tous les compromis possibles, loin d’être rare, est au contraire une situation familière pour l’enseignant ou l’entraîneur. Par exemple, avant de décider du programme de musculation, l’entraîneur sait qu’à trop développer la force à l’aide de charges lourdes, l’athlète risque de perdre sa vitesse, mais qu’inversement développer la vitesse sans utiliser jamais de charges lourdes limitera le développement de la force et par là de la performance.

77De la même façon, plus le volume d’entraînement est important, plus la récupération devient nécessaire, d’où l’obligation de programmer l’entraînement (comme d’ailleurs l’enseignement) pour permettre le meilleur équilibre possible entre travail et repos. On pourrait multiplier les exemples de cet ordre mais tous montreront que dans un système composé d’un grand nombre d’éléments, les décisions s’entrechoquent et finissent par s’équilibrer en une décision terminale, bonne ou mauvaise, mais qui n’appartient à personne puisque chacun a tenté de l’influencer.

78Je ne suis donc pas d’accord avec l’affirmation entendue hier selon laquelle personne ne décide. Au contraire, selon moi, tout le monde décide et croit même sa propre décision fondamentale, centrale, mais personne ne gouverne si ce n’est l’ensemble. Mais il y a plus, car, si l’on comprend bien que dans tout système, y compris ainsi le système sportif français, chaque décision se heurte à un intérêt inverse, donc à un contre-pouvoir, on aperçoit moins que toute décision (au moment où elle est prise) remette en cause l’équilibre général du moment. Mais là encore, enseignants, D. T. N. et entraîneurs connaissent bien ces étapes, ces niveaux stabilisés où tout fonctionne si bien que l’on se contente de répéter ce que l’on sait faire. Mais les uns et les autres savent surtout par expérience que pour améliorer une situation donnée ou accompagner un apprentissage, il faut précisément rompre l’équilibre pour obliger à une rééquilibration à un niveau supérieur. De là à penser qu’il suffit de mettre en concurrence les intérêts opposés, il n’y a qu’un pas qu’il ne faut toutefois pas franchir car tous les équilibres sont possibles y compris les mauvais, alors qu’il faut privilégier et provoquer l’équilibre qui va dans l’intérêt général.

79Voici quelques exemples :

80Vous organisez un cross et cherchez des sponsors pour doter les courses des différentes catégories. Pas de problèmes pour doter la course élite avec ses athlètes connus et l’assurance de photos de podium dans tous les journaux. Mais qu’en sera-t-il pour la catégorie minime ? Personne ne semble intéressé, sauf peut-être si vous vous adressez à une compagnie d’épargne en lui montrant son intérêt à démarcher et fidéliser de futurs clients en accordant un Livret aux premiers arrivants.

81Autre exemple tiré de mes souvenirs de DTN : pour réduire les dépenses liées à l’organisation de stages nationaux, j’ai demandé aux entraîneurs nationaux, dont ce n’était pourtant pas la fonction, de démarcher auprès des Maires des villes proposant des conditions techniques et d’accueil suffisantes. En échange d’une large participation financière, l’équipe de France de la spécialité concernée s’engageait à participer aux opérations de promotion souhaitées par le Maire qui devait probablement penser que cela ne nuirait pas à sa réélection aux prochaines municipales mais évidemment l’engagement financier n’avait pas la même importance et dépendait largement du statut médiatique des différentes spécialités : toujours l’équilibrage en fonction des intérêts en présence.

82Ce troisième exemple est pris dans le domaine de l’entraînement. Par un gros programme de musculation, on obtient assez facilement une nette amélioration de la force. L’entraîneur espère alors une amélioration de la performance, mais il arrive souvent l’inverse, ce qui paraît incompréhensible. En fait l’augmentation du facteur force change les rapports caractéristiques qu’il entretient avec tous les autres facteurs de la performance comme la vitesse, l’angulation, l’amplitude gestuelle, etc., ce qui perturbe et altère l’équilibre général et explique la baisse transitoire de l’efficacité. Mais l’entraînement va permettre au système d’ensemble de se rééquilibrer à un niveau supérieur incluant cette force améliorée.

83Dira-t-on, à partir de ces exemples, que le sport est aux mains des puissances politiques, financières, mafieuses, techniques, médicales ? Évidemment non, car on a bien compris que la gouvernance est dans l’équilibre d’ensemble qui dépend lui-même de la puissance relative de chacune des composantes. Une habile politique consiste donc à estimer les intérêts contradictoires et à prévoir le jeu subtil des contre-pouvoirs pour éviter les excès qui interdisent d’atteindre le but poursuivi. On a vu ce que donnaient les excès de pouvoir d’États qui voulaient faire du sport un facteur de propagande politique à n’importe quel prix.

84Je suis pour ma part assez optimiste, malgré le dopage, malgré l’immoralité de certaines pratiques, car mon expérience m’amène à penser que tout poison possède son antidote et que tout excès est tôt ou tard compensé. Il est même selon moi rassurant de penser que le mécanisme d’équilibrage entre les extrêmes par exploration de tous les équilibres possibles, y compris ceux qui constituent des erreurs, est le seul qui puisse expliquer les progrès durables et faire comprendre ce qu’est la véritable efficacité. Il est en effet nécessaire de commettre des erreurs, non pas pour le plaisir de se tromper, mais pour être obligé d’apprendre comment les corriger. Bien sûr, on les corrige d’abord après coup en recommençant après chaque essai infructueux, mais on apprend ainsi à en réduire progressivement l’amplitude, pour enfin les compenser à l’avance, et alors ne plus les faire. Ainsi s’explique la création d’un savoir-faire nouveau.

85Mais cela explique aussi pourquoi chaque sujet est unique et quelquefois génial, car s’il est vrai que le mécanisme est commun à tous les hommes, chacun construit son équilibre personnel comme expression de ses différences et de son talent, à l’image de Fosbury ou de Jonathan Edwards.

86Voilà donc ce qui justifie mon optimisme : aucune des parties prenantes du système sportif français ne pourrait imposer longtemps son impérialisme par des décisions autoritaires. Et pour montrer à quel point ce mécanisme des compensations qui provoquent les oscillations vers le meilleur équilibre terminal est d’application générale, j’aimerais prendre un exemple dans un domaine inattendu : l’histoire des techniques du triple saut. Cet exemple montrera comment l’opposition entre intelligence motrice et intelligence conceptuelle a provoqué les oscillations entre force et vitesse jusqu’à l’équilibre actuel entre ces deux extrêmes. Simplifions, en distinguant quatre époques.

87Pour comprendre ce qui caractérise la première, il faut savoir ou se souvenir que le triple saut ne devint une discipline reconnue que longtemps après le saut en longueur, ce qui se produisit aussi lorsque le triple saut féminin fut créé à la fin du siècle dernier. Il était naturel que les premiers pratiquants de valeur soient des transfuges du saut en longueur déjà familiarisés avec les courses d’élan et les sauts dans le sable. Ces sauteurs inventèrent le « triple saut progressif », c’est-à-dire deux premiers sauts courts et un très grand dernier saut en longueur. Ce ne fut pas grâce à une analyse technique intellectuelle mais parce qu’en s’appuyant sur leurs acquis techniques antérieurs, ils interprétèrent les deux premiers sauts comme une continuation de la course d’élan pour retrouver leurs sensations de sauteurs en longueur lors du dernier saut. Il est remarquable de constater que l’intelligence motrice avait d’emblée compris la logique du triple saut et discerné ce qui en fait l’unité, c’est-à-dire la conservation de la vitesse lors des rebonds.

88La deuxième période est plus conforme à l’évolution habituelle d’une technique. N’étant plus des transfuges du saut en longueur, les sauteurs de cette époque sautent comme tous les débutants du monde en réalisant un grand cloche-pied comme au jeu de marelle, une très courte foulée de transition et un dernier saut en longueur. Cette période ne va pas durer longtemps car très vite l’intelligence conceptuelle va se manifester et retarder les progrès de plusieurs dizaines d’années. C’est hélas ce qui arrive lorsque la réflexion intellectuelle est mal conduite ou n’est qu’une manipulation d’idées sans relations avec les faits.

89Troisième période : les théoriciens constatant que le deuxième saut est beaucoup trop court mais s’appuyant sur une conception fausse de l’impulsion athlétique pensent que s’il est insuffisant c’est par manque de force et qu’il s’agit donc de développer cette dernière en augmentant exagérément le programme de musculation avec charges lourdes ou en faisant enchaîner des cloche-pieds sur 400 m. Cela débouche sur une manière de sauter en force, avec des bonds élevés en piston, appelée « technique russe » qui se caractérise par deux énormes premiers sauts mais un dernier saut très raccourci à cause de la perte de vitesse, ce qui pénalise la performance globale. Remarquons que nous sommes là à l’exact opposé, à l’extrême inverse du triple saut progressif de la première époque mais que nous en connaissons maintenant les causes.

90La quatrième période commence avec l’arrivée d’un Polonais : Joseph Schmidt qui bat le record du monde. Très rapide mais manquant de force, il ne peut réaliser les bonds élevés que lui demande son entraîneur en référence à la technique du moment. Laissant parler son intelligence motrice et ses sensations, il invente la technique des bonds rasants en ricochant sur le sol comme un galet sur l’eau. Pour la première fois depuis bien longtemps, grâce à cette conservation de vitesse, le dernier saut redevient le plus grand des trois comme à l’origine. Cette technique polonaise prévaut encore aujourd’hui et Jonathan Edwards, le recordman du monde actuel, représente le plus juste équilibre, et donc le meilleur compromis entre vitesse et force.

91À la fin de cette histoire, il est maintenant possible de se poser la même question que pour le sport en France : qui a gouverné pour permettre au record du monde d’être amélioré de plus de cinq mètres ? Qui gouverne l’évolution d’une discipline ? Est-ce l’intelligence motrice ou l’intelligence conceptuelle ? La force ou la vitesse ? Le talent individuel ou le modèle commun ? La réponse est à coup sûr : ni les uns, ni les autres…, mais tous y participent.

92Mais il est possible de tirer une leçon plus générale de tous ces exemples. On se félicite toujours d’un résultat positif, d’un progrès, d’une victoire mais n’oublions jamais qu’ils sont le résultat d’un long équilibrage. Car, s’il est vrai que tous les champions olympiques ne sont jamais que des débutants qui ont bien vieilli, c’est parce que le talent lui-même se construit et ne s’exprime qu’à l’aboutissement de cette construction.

Robert DENEL

93Dans mon questionnement tout à l’heure, j’ai évoqué le corps médical en disant qu’il prenait de plus en plus d’importance. Il ne gouverne pas mais je pense quand même que dans le développement du sport des familles, des enfants, l’approche se fait de plus en plus grâce au corps médical. Est-ce faux ou vrai ? A-t-il une tendance, lui aussi, à être l’un des éléments qui gouvernent les évolutions de la pratique ?

Alain PIRON

94En me référant aux différentes expériences que j’ai eues en étant DTN, je répondrai simplement que le corps médical sert à prévenir et à soigner. Et puis il y a l’abandon que les entraîneurs, et les sportifs en particulier, ont consenti vis-à-vis des « gourous » qui ont mis en place ce que l’on appelait le suivi biologique à l’époque et qui ont fait confiance aveuglément à ceux qui détenaient la connaissance. Ce n’était pas des médecins, mais plutôt des physiologistes en laboratoire, et c’est comme cela que s’est développée la pratique du dopage. Donc, pour moi, le corps médical n’a pas un énorme pouvoir dans la pratique normale, il en a pris dans certains pays et dans certains laboratoires qui ont eu de l’influence un peu partout, y compris dans le cyclisme et l’athlétisme aux USA. Pour autant, à mon avis, c’est un rôle qui ne relève pas du monde médical mais qui relève de la recherche en physiologie du corps, cela n’a rien à voir.

95Le constat que la pratique motrice est nécessaire pour la santé ne date pas d’aujourd’hui mais cette préoccupation se renforce.

Débat

Robert DENEL,
Animateur de la séquence

96Remercions tout d’abord les intervenants qui ont permis d’aborder la question centrale posée pour cette quatrième séquence : « Qui gouverne au niveau du terrain ? » Chaque approche a privilégié un angle d’attaque, en fonction de l’implication ou des responsabilités de chacun, hier et aujourd’hui. Qui souhaite intervenir ?

Alain BRAUN,
Administrateur UNCU

97Nous avons à la fois entendu « personne ne dirige » et « tout le monde gouverne », ainsi que la notion de « solitude ». Serait-ce donc le hasard et la nécessité qui régenteraient le sport, ou bien l’anarchie ?

Alain PIRON

98Qui gouverne ? De multiples décisions mais en interaction des contrepouvoirs. Le résultat équilibré donne la gouvernance.

Gérard MESSIN,
Président du Besançon UC et Administrateur de l’UNCU

99Je m’adresse à Gérard Perreau-Bezouille. Vous nous avez expliqué tous les efforts faits par la municipalité de Nanterre pour le bien-être de toute sa population et le soutien au club omnisports de Nanterre. Cependant, rien n’a été dit sur l’établissement universitaire énorme que vous avez sur votre territoire. Avez-vous des liens ? Faut-il en créer ? La Ville et l’Université, à notre époque, doivent s’associer pour une image et une réputation attractives et indispensables. Ne pourriez-vous pas provoquer l’ouverture réciproque avec l’Université, et – excusez ma pointe d’humour – faire un trait d’union en baptisant votre club omnisports le « Nanterre Université Club » ?

Jean-Luc METZGER,
SLUC Nancy

100Je réagis par rapport à « qui gouverne ? Tout le monde ou personne » et la dernière intervention me fait vraiment penser à ce que l’on étudie notamment en informatique, c’est-à-dire l’auto-organisation. Finalement, chaque décision individuelle génère quelque chose de complexe parce qu’un consensus se fait mais personne ne l’a décidé à un moment donné. Effectivement, les lois, en général viennent après la pratique, pour harmoniser un fonctionnement, pour faire en sorte que l’on canalise et que l’on puisse éviter les incidents. Finalement, la loi sert surtout à garantir que tout le monde puisse vivre sa liberté (selon l’adage : « celle des uns s’arrête là où celle des autres commence », le curseur étant fixé par la loi). Donc, cette auto-organisation fonctionne et crée effectivement toutes ces organisations.

101En revanche, par rapport à la solitude à laquelle on a fait référence, et que j’ai vécue dans le cadre d’une présidence de ligue également, je me demande s’il n’y a pas, à un moment, un décalage majeur entre les pratiques et les pratiquants sur le terrain et, dans tout ce système d’auto-organisation qui a pu se construire au-dessus, des gens qui cherchent des statistiques, extraient des valeurs pour que les régions et départements puissent se justifier, et qui sont totalement déconnectés d’une vision collective, d’un bien-être collectif. Et finalement, on arrive dans des réunions avec des débats qui n’en finissent pas, alors que l’on voudrait que des gens qui sont « au-dessus » s’intéressent aussi aux pratiques et aient une notion précise de ce qui se fait sur le terrain. À ce moment-là, peut-être y aurait-il moins de solitude. Telle est du moins ma conviction.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

102D’abord sur « hasard et nécessité », lors des premières interviews des médias après la tuerie de Nanterre à laquelle Robert Denel a fait allusion, ma première réponse a été de cet ordre : « hasard et nécessité ». Je me suis trouvé par hasard sur la route du tueur à un moment donné, et si je ne lui sautais pas dessus par nécessité, il allait me tuer… Je pense qu’effectivement, dans beaucoup de choses, il y a du hasard et de la nécessité, et que c’est aussi faire preuve d’humilité par rapport à ce qui se passe, de traiter certains événements de cette façon-là et de le porter ainsi dans la vie quotidienne.

103Dans un séminaire auquel j’ai participé, on m’a raconté que gouverner c’était « avoir une visée et trouver une majorité ». Je ne me retrouve pas beaucoup dans ce type d’affirmation parce que je crois que, quand on est élu d’un territoire, on a un devoir vis-à-vis des gens. D’abord, on les représente, on est là pour mettre en œuvre des orientations et ce que j’ai voulu exprimer tout à l’heure, c’est évidemment la question de la visée sportive en général. De nombreuses personnes « gouvernent » dans le sport. Par contre essayer d’élaborer une visée ou un projet partagé, de le travailler et de le construire avec tous, que ce soit dans le sport ou dans le projet de ville, c’est déjà autre chose. Et je trouve que c’est extrêmement important de travailler la visée collective.

104Cela m’amène évidemment à la question posée sur le rapport à l’Université. Je m’occupe d’un réseau de villes de banlieue dans le monde depuis une dizaine d’années. Il y a maintenant une centaine de villes qui correspondent dans une trentaine de pays du monde entier. C’est dans cette perspective que je veux situer ma réponse. À l’origine, le rapport de Nanterre à l’Université – qui est quelque chose de noble – est un peu le même que le rapport de Nanterre à une gare de triage ou à un nœud autoroutier. Je m’explique. La vision des pouvoirs centraux dans les métropoles a été pendant très longtemps de mettre dehors ce qui gênait ou ne trouvait plus sa place. L’Université a été installée sur un terrain militaire qui ne coûtait rien. Pour moi, par exemple, qui suis un pur « produit nanterrien », à mon époque, nous étions une dizaine de ma classe d’âge à rentrer à l’Université de Nanterre en 1969, ce qui est très peu. L’Université était en extraterritorialité. Elle avait été installée là par le pouvoir central, sans prise directe sur la population locale alors qu’évidemment il y avait plein de potentialités. Au départ, Nanterre n’est pas une ville universitaire, au sens classique du terme.

105Par association d’idée à l’Université, il en a été de même avec l’École d’Architecture. L’État a décidé de créer une École d’Architecture à Nanterre sans demander quoi que ce soit à quiconque. Cette école a été créée sur un terrain appartenant à l’État, elle a fonctionné pendant quinze ans, dépendant d’abord du Ministère de la Culture, ensuite rattachée administrativement pendant deux ans à l’Université sous le nom de « UP Architecture ». Puis, l’État a décidé de regrouper les écoles d’architecture de Paris et a fermé celle de Nanterre. Ce n’est pas une friche industrielle, mais une friche universitaire ! Nous avons une friche de formation, en plein cœur de la ville, un espace qui a été complètement délaissé. Voilà le traitement des villes de périphérie par les pouvoirs centraux. Une des questions majeures des métropoles aujourd’hui est de savoir si l’on va rester dans cette logique-là. Je pense que cela se pose différemment, toujours pour les mêmes raisons, des raisons de démocratie et pas de gouvernance. Maintenant, l’inversion démographique dans les métropoles va entraîner une inversion démocratique car plus de gens vivent en banlieue que dans le centre et il va bien falloir le prendre en compte.

106Ensuite, pour être complet, il faut savoir que beaucoup de relations se sont nouées, entre autres autour de l’aspect sportif. C’est d’ailleurs le secteur qui a lancé les relations avec l’Université, avec l’UEREPS à l’époque, sous la forme d’un échange d’installations, pour que des étudiants viennent encadrer dans notre club, etc., beaucoup de choses se sont faites avec les étudiants et certains de leurs enseignants. Les premières études qui ont été confiées aux laboratoires de la Faculté l’ont été dans le domaine sportif et, petit à petit, on est arrivé à un protocole d’accord très équitable. Je crois que ce qui permet de faire les liens c’est aussi et beaucoup la porosité entre les lieux. On est donc maintenant davantage engagés sur le développement d’habitats universitaires dispersés dans la ville.

107Notre club s’appelle « l’Entente Sportive de Nanterre ». Il a une histoire, une tradition. Un Nanterre Université Club a existé pendant un très court temps ; il semble, aux dires de certains, avoir été soutenu dans une logique de concurrence avec le club omnisports de la ville. En définitive, la situation n’a pas duré car nous n’avons pas voulu travailler dans cet esprit-là, mais plutôt dans la complémentarité.

108Maintenant, effectivement, nous cherchons à confier de plus en plus d’études sur la dimension urbaine. C’est aussi ce que je voulais rajouter à propos de l’École d’Architecture. N’est-ce pas un scandale que de l’avoir fermée ? Nanterre est une ville où il existait un travail concret engagé dans le domaine de l’urbanisme, de l’architecture, avec un potentiel de terrain, de développement... Elle est elle-même un témoin d’une époque et aujourd’hui cette École risque de devenir un domaine de squats ! Nous sommes actuellement en débat avec Alain Ducasse pour y créer une Université de la Cuisine…

Alain PIRON

109Je soulignais l’équilibrage entre les deux extrêmes qui donne l’équilibre terminal. Pour l’exemple que j’avais pris, de la force et de la vitesse, il faut explorer tous les compromis possibles jusqu’au moment où s’éliminent toutes les mauvaises solutions pour ne retenir que le meilleur équilibre. Chacun a le sien. Si aider financièrement les athlètes de haut niveau se justifie, il n’en va pas de même pour l’investissement financier en direction des jeunes athlètes en formation. Dans ce dernier cas, il vaut mieux investir dans la formation des entraîneurs et les soutenir dans leurs fonctions.

Jean-Michel MARTIN,
Administrateur de l’UNCU

110Je voudrais rappeler qu’il fut une période de l’histoire où le sport s’est transformé en jeu du cirque pour disparaître presque totalement, ce qui veut dire, en l’occurrence, que l’équilibre n’a pas bien fonctionné. Aujourd’hui peut-être, on pourrait retrouver une situation assez similaire. Rappelez-vous le signal d’alarme déclenché par les premières Assises Nationales du Sport.

111Gérard, tu as employé deux mots qui sont, je pense, vraiment essentiels pour notre réflexion, c’est le « hasard » et tu as parlé également de « projet ».

112Finalement, on peut constater que les décisions ne manquent pas. Ces décisions interviennent suivant le hasard du moment, dans des lieux différents et sans aucune concertation. Le hasard préside aux destinées du sport. Le Projet n’existe pas, il suit le déclenchement des décisions sans lien réel. Cela veut dire qu’aujourd’hui on se laisse conduire par les événements un peu comme le reflet du fonctionnement de notre société. On sait qu’avec ce type de fonctionnement sans contrôle, libéral au maximum, les plus riches deviennent de plus en plus riches et les plus pauvres deviennent de plus en plus pauvres. L’écart augmente régulièrement.

113Dans le domaine du sport, on a l’impression que cela fonctionne un peu de la même manière. Les clubs amateurs sont franchement confrontés à des difficultés souvent insurmontables, et l’accueil devient problématique. À côté, un « Anelka » à lui seul brasse plus d’argent qu’il n’en faudrait pour accueillir des milliers de jeunes. On subit le « Paris-Saint-Germain » avec l’argent du pétrole, etc. Les décisions du monde économique dans le sport nous conduisent à la même situation de traitement des hommes. L’immobilisme du mouvement sportif est, pour une part, responsable de ce décalage.

114Pour moi, le projet du sport n’est pas convenablement établi. Une véritable concertation conduisant à une définition humaniste, même s’il est besoin de remise en cause profonde et même si ce projet doit nécessairement évoluer au cours du temps, est indispensable. Le hasard et les décisions des autres sont trop faciles à invoquer. C’est ma proposition et j’aimerais connaître vos réactions sur le sujet.

Colette ANDRUSYSZYN,
Présidente du LUC, Vice-Présidente de l’UNCU

115Ma réflexion porte sur la dimension humaine qui nous gouverne. Nous avons peu parlé des émotions, de la passion. Les dirigeants que nous sommes y sont tous soumis à un moment donné et on peut se dire effectivement, qu’au nom de la passion, beaucoup de décisions irrationnelles sont prises, voire au plus haut niveau des décideurs. Cela rejoint le sentiment de solitude dont parlait Lise, qui est une émotion. C’est une dimension qui fait l’objet d’études en psychologie du sport ou de l’engagement associatif.

116Un autre point que je souhaite évoquer est lié à une proposition de ma part. « Qui gouverne sur le terrain ? » Évidemment, on peut penser que le pratiquant a son mot à dire et qu’il est censé être représenté par les structures qui l’accueillent. Mais celui qui est hors structures, comment l’entendre ? Comment connaître ses attentes, ses besoins pour que ceux qui gouvernent le prennent en compte ?

117On dit que le mouvement sportif ne tient pas compte de cette attente, qu’il gouverne à sa manière. Donc, comment améliorer ce dialogue ? J’ai eu l’occasion de participer à l’Assemblée Nationale du Sport qu’avait montée Chantal Jouaneau avec le concours du CNOSF, et qui était censée entendre tous les acteurs. J’y ai rencontré tous les corps constitués qui s’intéressent de près ou de loin au sport et j’y ai constaté une absence totale de l’usager lambda. Personne n’a trouvé la solution visant à le représenter. Aussi, les 35 % de pratiquants qui ne sont pas dans les structures, où peuvent-ils s’exprimer et comment les prendre en compte ? Cette dimension, c’est la recherche de terrain, avec une grande diversité de terrains d’expression de l’activité sportive, pour laquelle l’Université doit être beaucoup plus sollicitée qu’elle ne l’est, pour entreprendre et formaliser ce travail. Sans cela, comment connaître en toute objectivité ces pratiquants qui ne veulent pas forcément entrer dans des structures et pour qu’ils puissent être écoutés ?

Jean DURRY

118D’abord, merci à nos quatre intervenants de leur variété d’approches.

119Gérard nous a dit que « gouvernance » ne signifiait pas forcément « démocratie ».

120Notre sociologue met et remet en question toutes les questions.

121Lise nous a dit la solitude de la lutteuse de fond, devenue ensuite dirigeante.

122Enfin, Alain nous a relaté toute son expérience sur le terrain, ce que j’ai aussi vécu en sa compagnie.

123Quelques remarques, si vous le voulez bien.

124Il est un sport où je sais ce qui gouverne, c’est la boxe où c’est non seulement le KO et le chaos qui gouvernent puisqu’il y a maintenant plusieurs fédérations, d’innombrables titres, et que tout cela ne signifie plus rien du tout.

125Deuxième point, la démonstration sur le triple saut était éblouissante, à une nuance près, c’est qu’aux Jeux olympiques d’Athènes en 1896, le triple saut était déjà au programme et que, sauf erreur de ma part, le premier médaillé olympique français fut justement un triple sauteur. Donc, on ne peut pas dire que le triple saut soit venu longtemps après la longueur, sauf à considérer la pratique féminine, et je le dis naturellement avec le sourire.

126La chose essentielle pour beaucoup d’entre nous, c’est que le sport n’a d’intérêt que s’il est un épanouissement, une libération de l’homme et de la femme. Alors, aujourd’hui, qui d’entre vous peut nous assurer que le sportif sur le terrain reste un homme ou une femme libre ?

Lise LEGRAND

127En ce qui concerne mon expérience de sportive, à tous les âges de ma jeunesse, de petite fille jusqu’à l’athlète de haut niveau, je n’ai pas le souvenir d’avoir été contrainte par quoi que ce soit. Je me suis toujours sentie libre dans ma pratique. Par contre, sur le haut niveau, quelques exigences m’ont quand même obligé à me dépasser, mais c’était accepté librement.

128En ce qui concerne le mouvement sportif, je suis assez optimiste parce que j’ai l’impression que les gens se réveillent en se disant qu’ils ont trop souvent été oubliés ou écartés du projet. Par exemple, sur la construction d’équipements sportifs, pour aménager une salle de lutte on ne nous consultait pas sur la surface à créer pour pouvoir y mettre un tapis. Désormais, c’est le cas, les collectivités s’adressent aussi aux « spécialistes » avant de construire un équipement spécifique. Je pense donc que les consciences évoluent au niveau des institutions et au niveau du mouvement sportif.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

129Par rapport à l’intervention de Jean-Michel Martin, je pense que la société est inégalitaire et que le sport n’y échappe pas. On ne peut pas lui demander de porter plus que ce qu’il peut donner. Il peut et doit aussi être un lieu où l’on conteste, mais comme les choix principaux sont faits ailleurs, nous ne pouvons qu’apporter une contribution. Par contre, les choses sont peut-être plus exacerbées dans le sport, amplifiées, parce qu’il y a une portée symbolique différente. C’est le paradoxe auquel nous sommes confrontés à partir du moment où l’on considère que l’on veut faire changer les choses. Je me situe dans un champ de recherche d’émancipation, de recherche de transformation… je suis aussi confronté au fait que je me trouve dans la société telle qu’elle est, que j’ai des responsabilités et des décisions à prendre dans cette société. Donc, il ne faut pas se tromper de combat.

130J’adhère pleinement à ce que tu dis sur la subjectivité. Je suis pour réhabiliter des gens concrets, pour qu’ils soient au cœur des projets, avec leur passion, avec leurs difficultés, leur imaginaire, leurs envies, leur souffrance – 25 % des enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté à Nanterre – je n’ai donc pas présenté un monde idéal mais des choses que nous essayons de réaliser ; la solitude des dirigeants et les difficultés au quotidien existent à Nanterre aussi. Notre responsabilité est de partir de ces différentes subjectivités pour construire des projets objectifs. C’est un enjeu majeur pour des hommes politiques qui sont engagés dans cette logique de travailler « au service de », d’être « les représentants de », et non pas d’être là pour être forcément réélus. Je compare souvent d’ailleurs l’exercice que je fais depuis vingt ans en tant que responsable politique à ce que fait une gymnaste qui monte sur une poutre. Elle monte sur la poutre, non pas pour tomber mais pour y rester, et en même temps elle prend le risque d’aller sur cette poutre d’où elle peut tomber. Je crois qu’il est très important d’être dans cette situation-là : si on se trompe, on tombe de la poutre et quelqu’un d’autre fera peut-être mieux, ce qui permettra de progresser. Je crois donc que ce sont beaucoup de paris humains, beaucoup de rapprochements. Nous venons de ressortir une exposition de la FFCO sur les cinq sens, sur l’idée de partage et de découverte du sport à partir de sensations, à partir du vécu des gens, de façon à sans doute essayer de les attirer pour que, à partir de là, ils aillent un peu plus loin et évidemment toujours dans les contradictions que cela porte. Je crois aussi que toutes les vertus que l’on donne au sport ont leurs vices « associés ». Il est nécessaire d’avoir une vision dialectique, c’est comme tout à l’heure à propos de la société inégalitaire. Le sport antiraciste, lieu de partage, c’est magnifique. J’ai eu des témoignages de jeunes boxeurs qui disaient être sortis de leur quartier à Nanterre ou même du « 9-3 » grâce à la boxe thaïlandaise, mais pour autant ils ne se sont pas tous engagés. Il y a donc à chaque fois de la prise de responsabilité et de la déresponsabilisation. Et par ailleurs, leur a-t-on fait confiance ? Je critiquais le monde politique, mais regardons-nous ! Quel est le secteur où il y a le plus de cooptation, le plus de sexisme, où le fonctionnement est pyramidal, sinon le sport ? Et qu’en est-il du mythe du bénévole ? On pardonne tout. Certains bénévoles disent « on fait ce que l’on peut », mais d’autres affirment « je suis bénévole donc j’ai tous les droits ». Quand on est bénévole, on travaille avec les autres, on écoute aussi ce que peuvent apporter les chercheurs et on collabore ensemble pour construire le projet. L’exception sportive est construite un peu dans la même idée. Beaucoup de mythes dans notre monde méritent d’être remis à leur place parce qu’ils donnent des prérogatives et justifient un certain « pouvoir ». Discutons avec les autres, traitons des contradictions, ayons des échanges et construisons ensemble.

Alain PIRON

131Le risque d’appropriation du sport par les puissances de l’argent serait vrai si ces dernières n’étaient pas qu’un élément du système et si l’augmentation de leur influence ne provoquait pas de réactions correctives, quelles qu’elles soient. C’est pour cela que l’on peut valablement être optimiste, surtout dans un pays démocratique et à long passé humaniste.

132Quant à la question évidemment intéressante portant sur la liberté ressentie par l’athlète, je pense qu’un athlète, comme d’ailleurs un violoniste en apprentissage, ne se sent jamais libre tant qu’il n’est pas affranchi des contraintes techniques de la pesanteur. Son refuge qui l’accompagne toute sa vie, c’est le rêve. Le rêve qu’il vole ou survole, avec le risque de croire qu’il volerait encore plus légèrement dans le vide.

133C’est à peu près ce que déclare l’athlète lorsque, par hasard, il bat son record et dit n’avoir rien ressenti : il s’est libéré pour un instant de tout ce qui lui pesait tant lors des entraînements. Si la perfection du record est si rare, c’est qu’elle suppose un équilibre optimal entre une multitude d’éléments, ce qui supprime toutes les sensations de résistance et lui procure cette impression de liberté totale qui le rapproche de son rêve.

Robert DENEL

134Je vous propose que nous terminions le débat sur cette image toute aérienne et d’apesanteur. Nous étions partis du terrain…

  • 2 Extrait de : Vers un nouveau Service Public du Sport ? actes du 6e rassemblement national des ANS, (...)

Philippe Machu, Président de l’UFOLEP (Union française des œuvres laïques d’éducation physique)
Libérer l’imagination au regard des situations observables dans l’évolution du sport2
[…]
Je suis frappé des limites que des réalismes divers imposent à un frémissement d’utopie. D’abord, il me semble que l’on dit les limites avant d’oser rêver, ce qui me peine un peu parce que nous sommes là aussi pour rêver l’avenir.
On sent bien que dès lors que l’on parle de sport pour tous, il y a les limites entre la nature du sport et les vertus du sport. Le sport semble excessivement codifié ; le sport peut-il être un vecteur multiple ouvert qui vole au secours de la société ? Je pense qu’il ne faut pas (se) limiter tout de suite et que le sport peut avoir ces vertus-là, dès lors qu’on lui assigne un certain nombre de fonctions qui sont tout aussi nobles les unes que les autres, aussi bien pour monter sur la marche la plus haute du podium que pour aller au secours des quartiers, ou de contribuer à la bonne santé de la population dans son ensemble.
Par ailleurs, il me semble que l’on pose aussi des limites dans une sorte de conservatisme, légitime mais en même temps sclérosant, ou dans une sorte de justification de l’existant des structures, que ce soit les associations, les CDOS, les CROS. Sont-ils aussi vivants qu’on l’imagine ou que l’on voudrait ? Sont-ils dans le sport de notre pays des acteurs aussi dynamiques que cela ? Le CNOSF également a ses limites, ne serait-ce que par ses statuts, ses composantes, etc. Donc, peut-il s’ouvrir à toutes les aspirations ?
[…]

Notes

1 . Williams NUYTENS, L’épreuve du terrain. Violences des tribunes, violence des stades, Rennes, PUR, 2011, (coll. « Des Sociétés »). Williams NUYTENS, Au pays des pieds carrés. Un récit du football du dimanche, Saint-Cyr-sur-Loire, éd. Alan Sutton, 2006.

2 Extrait de : Vers un nouveau Service Public du Sport ? actes du 6e rassemblement national des ANS, Lille, 18-19 mars 2001 (voir p. 69 et 70).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search