Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Qui gouverne au niveau international ? Les marques ? Quelques pays développés ? Une oligarchie olympique ? L’association de ces trois acteurs ? »

Jean-Louis Michel

Texte intégral

Jean-Louis MICHEL,
Administrateur de l’UNCU et co-animateur de la séquence

1Nous avons évoqué les conditions d’expression de la démocratie dans le sport, et les conditions requises pour l’exercice légitime du pouvoir ou plus exactement l’exercice du pouvoir légitime, en introduction de l’Université sportive d’été avec Alain Garrigou. Puis nous avons étudié les diverses formes de gouvernement du sport et, ce matin, le gouvernement du sport en France.

2Nous avons un peu débordé du thème avec François Alaphilippe, en faisant quelques rapides incursions sur le sport international. Or c’est l’objet de cette troisième séquence, que j’animerai avec Jean Durry, écrivain, initiateur et premier conservateur du Musée du Sport, auteur de divers ouvrages qui font référence, accessoirement même journaliste quand il intervient dans des émissions télévisées. Mais c’est surtout l’historien du sport en France et l’analyste avisé de la réalité du sport d’aujourd’hui que nous avons sollicité.

3Jean-François Renault, que l’on a déjà entendu, représente l’Union des Journalistes de Sport en France. Il abordera l’impact économique des événements sportifs à l’échelle planétaire.

4Alexandre Husting, enseignant chercheur à l’Université Libre de Bruxelles, nous permettra d’approcher la gouvernance du sport à l’international, en mettant l’accent sur l’Europe.

5Je me permets d’insister sur ce que je disais ce matin, c’est-à-dire qu’il y a deux points à considérer. La gouvernance du sport c’est, d’une part, le financement du sport et, d’autre part, la réglementation et l’organisation. Je tiens à cette distinction parce que nous avons vu dans les interventions et échanges qui ont précédé, centrés sur la France, que nous avions surtout parlé de financements complémentaires ou croisés, comme auprès de l’État et/ou des collectivités locales.

6Mais au plan international, il y a plusieurs institutions qui gèrent. On peut se pencher par exemple sur des expériences développées dans divers pays, notamment comment leurs dirigeants ont gouverné le sport dans les pays totalitaires avec les conséquences prévisibles quant à ce que l’on peut imposer aux gymnastes ou à certains athlètes... On peut penser à d’autres exemples, de pays relativement libres dans lesquels c’est la puissance économique, comme aux États-Unis, qui est au premier rang. Ceci est du droit comparé de la politique, comparé sur le plan sportif à l’international.

7Nous avons ensuite la gouvernance internationale : est-ce que ce sont les marques, les pays développés, j’ajouterai pour ma part les pays émergents dans certaines formes de développement, compte tenu de la démocratisation du sport au travers de l’égalité des États dans les droits de vote, notamment pour les Jeux olympiques ou pour les Championnats du Monde.

8Et enfin, il faut mentionner l’oligarchie qui n’est pas qu’olympique puisqu’il y a aussi l’oligarchie des fédérations internationales. Cette oligarchie se caractérise, à mon sens, essentiellement par l’âge canonique de ses dirigeants, mais elle s’accompagne également de la restriction des équipes dirigeantes concernées, limitées à une poignée de décideurs qui restent entre eux et se renouvellent a minima par la cooptation, sans qu’il y ait une quelconque démocratisation dans l’exercice du pouvoir. Ce qui fait que le mouvement sportif lui-même, au plan international, ne peut que se scléroser, sauf à être bousculé par les interventions des marques et des pays développés.

Jean DURRY,
Écrivain, historien et analyste du sport et de l’Olympisme,
Co-animateur de la séquence

9Il y a presque un an, le 22 septembre 2011, j’avais le plaisir d’être parmi vous à l’occasion de la séance d’ouverture de la 29e Université Sportive d’Été à Montpellier. Mon sujet avait été « Le sport est-il ou non fidèle à lui-même ? ». Cette année, le sujet est tout à fait d’une autre nature. Nous sommes une des cinq pièces du puzzle qui a été ingénieusement préparé par les organisateurs de l’USE. Jean-Louis Michel a rappelé les sujets qui sont déjà traités. Cet après-midi, c’est « Qui gouverne au niveau international ? », tout à l’heure « Qui gouverne au niveau du terrain ? », et demain ce seront « Les perspectives pour une refondation possible du sport français ».

10Jean-Louis ne s’est pas présenté lui-même. C’est évidemment un des piliers solides de l’UNCU. Pour ce qui est de Jean-François Renault et Alexandre Husting, je voudrais ajouter une ou deux choses.

11Dans un premier temps, nous avions pensé avoir comme intervenant Alain Lunzenfichter. Il a suivi les Sports olympiques, il est aujourd’hui président de l’Association Internationale des Journalistes Olympiques et a parachevé sa carrière de journaliste à L’Équipe au moment des Jeux olympiques de Londres. Évidemment, il connaissait parfaitement le sujet des relations internationales du sport, en particulier la mécanique intérieure du CIO. Mais avant lui, et au-dessus de lui, Jean-François a été celui qui dirigeait tous les sports olympiques à L’Équipe, donc il est évident qu’il connaît aussi bien qu’Alain ces problèmes.

12Pour ce qui est d’Alexandre Husting, Docteur en Sciences Politiques à la célèbre Université Libre de Bruxelles, c’est un chercheur qui a publié plusieurs travaux qui font autorité, soit seul, soit avec un équipier ‒ qui a le nom d’un ancien vainqueur du Tour de France en 1929, qui s’appelait Maurice Dewaele ‒ sur l’Union Européenne, le Sport et en particulier le football. Il fait partie de la famille de l’Université d’Été puisqu’en 1999 il avait fait une intervention au titre superbe sur « Le sport malade de ses contradictions, l’Europe médecin imaginaire ? ».

13Mon introduction au débat, je l’effectuerai en en deux temps. C’est-à-dire que le sport, au début, c’était quelque chose de tout simple : courir plus vite que l’autre, taper dans un ballon ou lancer un caillou, lutter pour faire toucher l’adversaire des deux épaules. Puis, petit à petit, l’arbre a grandi, les branches et le feuillage se sont multipliés et le sport a généré une série d’institutions, de structures qui sont censées le soutenir, mais qui peut-être l’emprisonnent, le cernent au point de le remettre en question.

14Le premier temps sera celui de l’histoire parce que c’est peut-être l’avantage d’un historien, ou le risque parfois, mais il en est conscient, qu’il essaye de montrer les choses avec du recul, de préciser ce que les Anglais appelleraient le « background », je ne dirais pas ici l’arrière-plan, mais tout ce qui a nourri le terreau pour arriver à l’arbre d’aujourd’hui, en liaison avec notre sujet.

QUI GOUVERNE LE SPORT ?

15Il y a d’abord les structures sportives internationales. Le processus est clair. Au commencement, des gens se réunissent pour jouer, puis ils forment des associations, des clubs et des groupements nationaux. Mais ces groupements nationaux, un jour, éprouvent le besoin, parce que le sport est un phénomène international et un phénomène de rencontres, de se coordonner au niveau international.

16Voici quelques dates. Le premier groupement du genre, et c’est tout à fait dans l’esprit de l’époque, c’est la gymnastique en 1881, puis viennent le tir en 1887, le patinage et l’escrime en 1892, et à partir de 1900 des fédérations très importantes auxquelles la France est particulièrement liée : le cyclisme en 1900, le football en 1904, ces deux fédérations sont créées à Paris ; puis il y aura en 1913 l’escrime et le tennis. Dans tout cela, l’influence française est quasi prépondérante. Je n’ai pas cité une fédération qui, elle, est créée à l’initiative du suédois Sigfried Edström ‒ lequel fut président du Comité International Olympique, le deuxième après Coubertin, juste au sortir de la Seconde Guerre mondiale ‒ c’est la fédération internationale d’athlétisme. Elle est fondée au moment des Jeux olympiques de Stockholm en 1912, et contrairement à ce qu’aurait souhaité sans doute Pierre de Coubertin. Parce que, de toutes ces coordinations de mouvements internationaux, on peut toujours aller plus loin dans la pyramide, celui qui a pris tous les autres de vitesse fut bien Coubertin quand, en 1894, à l’occasion du Congrès du 16 au 23 juin à la Sorbonne, il lança le mouvement olympique, immédiatement suivi de la création de ce qu’on appelle à l’époque le « Comité International des Jeux Olympiques », qui va devenir le « Comité International Olympique » dans les années suivantes. Et en 1914, se tient à Paris le Congrès du vingtième anniversaire du rétablissement des Jeux, c’est-à-dire de la création du mouvement olympique. Cela se passe à la Sorbonne et c’est déjà un moment où se jouent la lutte et l’équilibre des pouvoirs. Pour la première fois, le Comité International Olympique y réunit également les premières fédérations internationales et les Comités Nationaux Olympiques qui commencent à émerger un peu partout dans le monde. Ils n’étaient que quelques-uns à l’époque ; à la cérémonie d’ouverture des récents Jeux olympiques de Londres ont défilé les représentants de 204 à 205 Comités Nationaux Olympiques existant juridiquement ou non. On voit l’évolution.

17Autre date importante, 1994. À Paris La Défense se déroule le Congrès du CIO et le Congrès du Centenaire du mouvement olympique. Samaranch, qui est à ce moment-là Président du CIO, essaye lui aussi de mettre en place, et en équilibre, les pouvoirs entre le CIO, les fédérations internationales, les comités nationaux olympiques, parce qu’il y a maintenant un gâteau financier que tout le monde essaye de se partager. Ce n’est pas seulement le pouvoir théorique, c’est également le pouvoir de l’argent. Cela dit, à la fin de son règne, puisqu’il a été président du CIO de 1980 à 2001, Juan Antonio Samaranch, devant les difficultés, les problèmes d’éthique, les problèmes de lutte pour le pouvoir, est obligé de lâcher du lest sur un principe qui était fondamental, celui de la cooptation des membres du CIO, que l’on accusait d’être un cercle fermé, et cela va aboutir très vite au fait que maintenant le CIO est composé de 70 membres classiques, plus 45 autres soit 15 représentants es qualité des fédérations internationales, 15 représentants des comités nationaux olympiques et 15 athlètes. On parlera peut-être tout à l’heure du cas de Tony Estanguet.

18Donc, voilà ce qu’il en est des structures sportives internationales, un des axes de la gouvernance du sport. Cette gouvernance du sport, pour utiliser ce néologisme contemporain, est un problème qui, maintenant, intéresse tout le monde. En 2009, à Grenoble, un colloque a été organisé par Michaël Attali et son équipe, qui a porté sur cette gouvernance du sport mais les problèmes sont de plus en plus pointus.

19Deuxième axe : la finance et l’économie. Je ne partirai pas des 500 drachmes que Solon avait fixées comme limite pour la rétribution des vainqueurs d’Olympie. C’était une somme à l’époque puisque cela représentait 500 moutons. Non, j’en viens à notre sport de compétition à nous. Très vite, l’argent a été présent. C’était le cas pour les combats de boxe à poings nus du XVIIIe et du début du XIXe siècle avec de considérables paris. Très rapidement, à la fin du XIXe siècle, la presse a commencé à jouer un rôle et il y a eu des constructions d’installations définitives, en particulier de très nombreuses constructions de vélodromes, de stades. À partir de l’ouverture de ces équipements, c’est un public, c’est de l’argent, ce sont des recettes. Imaginez lorsqu’en 1901 on a inauguré Wembley, les Anglais attendaient pour la finale de la Cup 125 000 spectateurs et ils furent un peu débordés ‒ le service d’ordre étant constitué d’un policier à cheval ! ‒ et il y était venu environ 200 000 postulants. Donc ce sont déjà des recettes, et pour la boxe, on n’a jamais fait mieux au point de vue recettes de spectateurs assistant aux combats que pour les matchs de Carpentier contre Dempsey et Dempsey contre Gene Tunney dans les années 1920. Donc il y a l’argent et il y a bien sûr cette lutte entre les tenants d’un amateurisme pur et dur, c’est la conception des gentlemen anglais de la fin du XIXe siècle, une sorte d’aristocratie de l’argent où on n’aurait pas le droit de toucher un centime pour faire du sport. Cette époque-là est totalement dépassée. Aujourd’hui, on sait que pour faire du sport à temps quasi plein, comme le font les athlètes, il faut avoir des ressources financières, et que l’argent existe ; c’est une réalité.

20Et on en arrive à la phrase de Juan Antonio Samaranch en février 1987 : « On ne saurait concevoir le sport sans sa commercialisation nécessaire et inévitable ». C’est le patron du Comité International Olympique qui fait ce constat. Cela veut dire notamment que le CIO, qui était pauvre jusqu’au moment des Jeux olympiques de Rome en 1960, première mondialisation télévisée en couleur en direct, le CIO commence à être une puissance financière comme l’est par exemple la Fédération Internationale de Football qui possède dans ses coffres des sommes absolument faramineuses. On voit que dans toute cette évolution, l’argent est plus que jamais présent ; le CIO met en place dans les années 80 les premiers de ses programmes « top olympic programs » de sponsoring, c’est-à-dire que maintenant on va chercher l’argent et au moment des Jeux olympiques d’Albertville en 1992, Killy a inventé un club Pierre de Coubertin, donc du nom du fondateur du mouvement olympique, qui était chargé de chercher de gros sponsors.

21Et puis, il y a cette présence financière des médias, la presse est elle-même organisatrice de nombreux événements sportifs comme le Tour de France lancé en 1903, ou comme les Coupes d’Europe de Football créées en 1956 et qui ont engendré d’innombrables épreuves, et il y a aussi les droits télévisés qui sont aujourd’hui l’une des mannes du sport.

22La politique. Au début, le sport n’est rien d’autre qu’une distraction entre des individus mais, bientôt, la politique joue son rôle. Par exemple, dès les Jeux olympiques d’Athènes en 1896 car le Premier Ministre grec est contre. En effet à l’époque, la Grèce était dans une situation financière lamentable, et il avait dit qu’il ne pouvait pas assumer le coût de l’organisation des Jeux olympiques. Son gouvernement est tombé là-dessus et les Jeux olympiques ont été soutenus par une émission de timbres du gouvernement grec. À Stockholm en 1912, Coubertin louvoie pour que la Bohême puisse avoir sa propre équipe et non pas au sein de l’Autriche-Hongrie, et pour que la Finlande puisse avoir sa bannière et non pas au sein de l’équipe de Russie. Donc les problèmes de politique existent d’emblée, et en particulier pour la France, c’est après les Jeux de 1912 que les gouvernements commencent à s’intéresser à la question parce que les Jeux de 1916, ceux de la VIe Olympiade, qui n’auront jamais lieu, étaient prévus à Berlin. Et comme les résultats français à Stockholm avaient été honorables mais sans plus, la puissance publique commençait à se préoccuper de ce que serait une préparation de la France aux Jeux olympiques.

23Et puis, dans l’entre-deux-guerres, Jean-Louis a parlé des pays totalitaires, mais justement c’est à ce moment-là que l’Italie mussolinienne, l’Allemagne qui passe sous Hitler en 1933, même le Japon, sont des pays totalitaires qui commencent à utiliser le sport pour fortifier leur puissance et leur emprise sur la planète.

24Après la Seconde Guerre mondiale, cela va être l’illustration de la Guerre Froid où les États-Unis et l’URSS, qui est entrée dans le mouvement olympique en 1952 à Helsinki, luttent pour avoir le plus grand nombre de médailles. C’est le fameux tableau des médailles qui, je le rappelle, est un tableau officieux et non pas officiel du Comité International Olympique. Nous allons aboutir au fait qu’en 1988, à Séoul, en tête du tableau des médailles nous avons deux entités qui n’existent plus aujourd’hui et qui sont l’URSS, devant la RDA et les États-Unis. Vous savez qu’à Pékin en 2008, la Chine a réussi à devancer les États-Unis mais ce score a été inversé à Londres.

25Voilà donc trois axes essentiels pour la gouvernance du sport : structures sportives internationales, finance et économie, politique.

26Dans un deuxième temps, j’en viens maintenant aux pistes évoquées par les organisateurs de l’Université Sportive d’Été de cette année et que Jean-Louis a mentionnées tout à l’heure. Il y aurait les marques. Cela veut dire par exemple, qu’aux Jeux de Londres, le 100 mètres a été gagné par Puma qui disposait d’un vecteur courant assez rapide et se nommant Usain Bolt, que tous les Jeux étaient équipés par Adidas, et que, d’autre part, Nike a tout de même eu droit à sa publicité grâce aux pointes du vainqueur du saut à la perche, un certain Lavillenie. Les marques ce sont des budgets, c’est un marché, mais il y a quelque chose que nous n’avons pas encore évoqué, ce sont les agents. C’est un groupe de gens que l’on pourrait appeler des parasites, qui sont censés défendre, par exemple les intérêts des joueurs de football, ou s’occuper de la communication des athlètes. Ces agents prennent une importance énorme, celui d’Usain Bolt par exemple est une puissance alors qu’il n’a pas 35 ans, et surtout ils mettent des barrières pour l’accès direct aux sportifs. Aujourd’hui, quand vous essayez de contacter un athlète, vous devez passer par son agent, et si son agent n’est pas d’accord, vous aurez beau joindre l’athlète directement, il ne bougera pas.

27Voilà donc un élément de gouvernance du sport que nous n’avons pas évoqué et qui existe.

28Les pays développés. À Londres, 85 pays ont obtenu au moins une médaille mais en réalité c’est toujours la même dizaine ou quinzaine de pays qui domine l’histoire et le palmarès olympique. Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon ont publié un livre à ce sujet en 2004 intitulé Olympisme, bilan et enjeu géopolitique. Effectivement, ce sont toujours les mêmes pays : les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande Bretagne, l’Australie, le Japon, la France, l’Italie, l’Allemagne, etc. C’est toujours à peu près le même groupe qui dévore l’essentiel du gâteau. Et puis il y a quelques pays particuliers, qui peuvent être le Kenya, l’Éthiopie pour la course à pied de fond, la Jamaïque en sprint, qui tirent leur épingle du jeu et qui réussissent, à travers le sport, à s’inscrire sur la planète comme ce fut le cas pour la RDA, mais aussi pour Cuba ou la Bulgarie en haltérophilie.

29Il y a également des pays en développement et nous allons prendre un cas très particulier, celui d’un pays qui fait jouer à la fois sa puissance politique et sa récente puissance économique. Je veux bien entendu parler du Qatar. Il a investi la bagatelle de 145 millions d’euros pour constituer l’équipe du PSG cru 2011-2012 et octroyé à un joueur un salaire annuel de 14 millions d’euros plus les primes, ainsi qu’un salaire mensuel à une autre de ses nouvelles recrues qui est de 780 000 euros ! En même temps, il fait jouer sa puissance d’argent et sa puissance politique, ce qui lui a permis d’obtenir l’organisation de la Coupe du Monde de Football au Qatar en 2022 et de rafler au nez de la France l’organisation du Mondial de Handball en 2015, alors que la France avait tout de même quelques titres sportifs pour y prétendre. Donc on sent comment tout cela évolue.

30Le troisième registre qui a été évoqué, c’est une oligarchie. Par oligarchie, et au sens large, j’entends l’administration olympique et les administrations sportives. Le CIO par exemple, à partir de Samaranch, puisque c’est lui qui a fait du CIO une puissance financière, a pour politique d’avoir maintenant dans ses réserves au moins une olympiade d’avance, c’est-à-dire quatre années dans le cas où pour une raison extraordinaire, une édition des Jeux n’aurait pas lieu. Ce sont des sommes absolument considérables et l’administration du CIO, avec ses commissions, ses groupes de travail, est d’une puissance que vous n’imaginez pas. Songez qu’au seul Musée Olympique, il y a plus de 60 employés à temps plein, et si je vous parlais de la Fédération Internationale de Football Association, ce sont des sommes colossales qui s’écoulent. Lorsque Jean Havelange, brésilien ‒ aujourd’hui retiré de tout à un âge canonique parce qu’il était gravement accusé de corruption et d’avoir touché des pots de vin ‒ lorsqu’il arrive à la présidence de la FIFA en 1974, il n’y a presque rien dans les caisses et quand il s’en va il y a quelque chose comme 20 milliards de dollars.

31Toutes les fédérations internationales ont maintenant leur immeuble, leur communication, etc. Tout tourne autour de l’argent. Et je n’ai pas évoqué les médias, auxquels je reviens un instant car maintenant la plupart des budgets de toutes les grandes organisations internationales, comme des fédérations nationales, comme des clubs, dépendent du « pactole » plus ou moins important des droits des télévisions.

32Je n’ai pas évoqué le pouvoir des médecins ou pseudo-médecins, des savants ou pseudo-savants, et c’est bien entendu toute la question du dopage. Et par association d’idées, je pense également aux paris. Voilà quelque chose de nouveau depuis cinq ans, parce qu’on est loin des simples grilles de concours de pronostics de football d’autrefois en Angleterre ou en Italie, c’est maintenant une industrie mondiale qui a bien entendu inéluctablement entraîné la corruption partout et c’est tout à fait dramatique.

***

33Nous avons ainsi effectué un tour d’introduction assez large et assez précis. Qu’est-ce qui explique enfin cette sorte de folie planétaire qu’engendre aujourd’hui le sport ? Comment traiter le phénomène de la masse, le phénomène de la foule qui comprend les pratiquants et les spectateurs sur les gradins du stade ou devant leur écran ? Sont-ils conditionnés ? Comment peut-on aller jusqu’à dire, comme l’a fait avec humour l’entraîneur écossais Bill Shankly : « le sport ce n’est pas une question de vie ou de mort, c’est beaucoup plus que cela » ? Qui gouverne le sport, qui gouverne les masses, quel est le pouvoir des sportifs, quel est le pouvoir du public ? Voilà le tour d’horizon brossé, je vous remercie de votre attention, et maintenant nous allons alternativement poser des questions à Jean-François Renault et Alexandre Husting.

Jean-Louis MICHEL

34Sur la question des marques, je pense que d’autres éléments sont à définir. Les médias ont aussi insisté pour le changement des horaires des matchs, notamment de football, quand on doit les faire jouer à Marseille à 14 heures en plein mois d’août, lorsqu’on a des horaires de télévision arrêtés de façon à ce que les images soient reçues aux États-Unis à la bonne heure. Le pouvoir des médias est important au niveau international. C’est là où l’on se pose tout de même des questions sur le rôle des fédérations, le rôle des comités qui sont sous l’influence de ces marques. N’y a-t-il pas là des choses à combattre ?

35Jean-François Renault va sans doute nous donner des exemples au travers des Jeux olympiques, sur cette influence des marques et des publicitaires, notamment dans le cadre de la durée des mi-temps, le fait qu’en basket-ball on soit passé de 2 à 4 « mi-temps », c’est un pouvoir que se sont donné les marques sur le sport.

Jean-François RENAULT,
Ancien Secrétaire Général de l’Union des Journalistes de Sport en France

36Rappelez-vous ce qu’était la situation en 1981. À l’époque, on sortait du boycott des Jeux de Montréal (1976) par 26 pays africains, on sortait des Jeux de Moscou (1980) boycottés par la majorité des pays dits libéraux, sauf la France, et que se passe-t-il en 1981 ? Monsieur Mac Cormack décide de créer les « Goodwill Games » pour anticiper évidemment une possible annulation des Jeux de Los Angeles ainsi que les Russes l’avaient déjà fait savoir en disant « puisque les Américains et tous les autres ne sont pas venus à Moscou, nous n’irons pas à Los Angeles ». Ces Goodwill Games voulaient signifier que c’était des jeux sur invitation et dans des sports qui convenaient aux télévisions de Monsieur Mac Cormack, de son empire. Normalement, quand même, on se dirige vers la tenue des Jeux de Los Angeles, mais à l’évidence, on sait que le CIO jouait très gros sur Los Angeles. Heureusement, grâce au patron de Los Angeles, Monsieur Peter Ueberroth, on dégage un bénéfice de 4 millions d’euros. Donc, les Jeux furent relancés alors qu’ils auraient pu mourir et on verra par la suite que la situation s’est considérablement améliorée.

37Alors, le CIO, que fait-il pour le sport ? On va s’apercevoir que, finalement, le CIO fait beaucoup, et d’abord parce qu’il reçoit beaucoup. Sur l’Olympiade hiver et été, c’est-à-dire Vancouver et Londres, qui s’achève – on n’y inclut pas les Jeux Paralympiques parce qu’ils ne sont pas du domaine du CIO mais de l’IPC (International Paralympic Committee) – les revenus du CIO ont été de 8 milliards de dollars. Ces 8 milliards de dollars se découpent de la façon suivante :

  • 50 %, c’est-à-dire 3,9 milliards pour les droits de télévision ;
  • 957 millions, c’est-à-dire un huitième pour ce que l’on appelle le « olympic partner », qui a remplacé le « olympic program », c’est-à-dire les sponsors qui étaient onze ;
  • 2,5 milliards de dollars pour les sponsors particuliers à Londres qui étaient 52 ;
  • 850 millions pour les tickets ;
  • 250 millions pour ce que l’on appelle « le licencing », c’est-à-dire les « goodies » qui étaient d’ailleurs à Londres totalement nuls.

38Est-ce que le CIO garde tout cela ? Il n’en garde qu’à peine 10 % parce que la volonté du président actuel, Jacques Rogge, c’est d’avoir en banque l’équivalent d’une session olympique au cas où il y aurait un grand événement, une guerre, etc., qui annulerait les Jeux.

39Ce qui veut dire que plus de 90 % de cette manne sont reversés, quasiment immédiatement, aux comités olympiques, aux fédérations internationales, à l’organisateur des Jeux et ce que l’on appelle la solidarité olympique. Par exemple, sur les droits de télévision, Londres va recevoir un milliard de dollars. À Vancouver, on avait reçu 414 millions. L’argent va aussi vers les comités nationaux olympiques. Comme Juan Antonio Samaranch a pu le dire, il y a un trépied : les FI, les CNO et le CIO. Le trépied est donc alimenté par le CIO. Sur l’olympiade 2005-2008, les comités nationaux olympiques ont reçu 372 millions de dollars, dont 139 au titre du marketing et 233 au niveau de la solidarité. La solidarité va surtout vers les pays en voie de développement. L’un des plus beaux exemples qui demeurent, c’est la Mozambicaine, Maria Mutola, dont vous avez sans doute entendu parler, qui a été double championne olympique et quadruple championne du monde de 800 mètres. Un entraîneur a détecté ses qualités, la solidarité olympique l’a prise et l’a mise dans une université américaine et elle a travaillé toute sa carrière aux États-Unis pour obtenir le palmarès que vous savez. Cela s’appelle la solidarité olympique.

40En ce qui concerne la France, le CNOSF a reçu 2,5 millions de dollars au titre du marketing, et 150 000 dollars au titre de la solidarité, parce que bien évidemment un pays comme la France a moins besoin de solidarité que le Viêt-Nam ou le Mozambique.

41Vous avez ensuite la redistribution, et c’est intéressant dans le thème qui nous préoccupe, sur les fédérations internationales. Elles vont se partager 350 millions d’euros sur Londres et se sont partagé 159 millions sur Vancouver 2010. Cela se passe de la façon suivante : il y a un classement en 5 niveaux pour les Jeux d’Été.

421er niveau : l’athlétisme,

432e niveau : le basket, la natation, le tennis,

44Puis le 3e, le 4e et le 5e niveau avec les autres sports.

45Tout l’art des fédérations internationales est d’essayer de passer de 5 à 4, ou de 4 à 3, puisque chaque niveau correspond évidemment à l’enveloppe qu’elles reçoivent.

46En ce qui concerne l’athlétisme, cela va jusqu’à 17 millions de dollars, mais pour le taekwondo ou le tir à l’arc, vous ne touchez que 2,5 millions de dollars, ce qui est quand même considérable. Si le CIO ne redonnait pas cet argent à ces petites fédérations, il n’y aurait plus de fédérations internationales de ces petits sports puisqu’il serait impossible de faire vivre leur activité.

47L’escrime, par exemple, qui est au rang numéro 4, touche 4 millions de dollars, ce qui lui permet de faire vivre son siège et d’avoir des activités.

48Le marketing, c’est 957 millions d’euros. Il y avait 11 sponsors sur l’olympiade, cela fait donc environ 90 millions pour chaque sponsor sur l’olympiade. Quand on dit sponsor, on ne peut pas y déroger. Par exemple, pour Visa, il est impossible de tirer de l’argent dans le Parc olympique si l’on n’est pas chez Visa. Sébastian Coe a dit dans une boutade d’humour douteux, comme l’est souvent l’humour anglais, « comme Adidas est sponsor des Jeux, il est l’équipementier de tous les volontaires, etc., ne pourrait-on pas empêcher les spectateurs qui entrent dans le parc olympique d’être habillé en Nike ou autre ? » Vous voyez jusqu’où l’on va…

49Sur ces 957 millions d’euros du marketing, 50 % vont à l’organisateur, c’est-à-dire à Londres, 40 % vont aux Comités Nationaux Olympiques et 10 % pour le CIO.

50Les Jeux sont-ils importants pour les sports ? Oui, parce qu’ils veulent que le spectacle proposé soit le meilleur possible, évidemment. J’ai le souvenir de discussions entre Samaranch et René Roch, Président de la Fédération Internationale d’Escrime, parce que c’est un sport que je suivais, et Samaranch a dit à René Roch « Supprimez-moi ces fils électriques, faites que l’on voie la tête des tireurs, faites des masques transparents, sinon on vous retire du programme olympique ». Cela a permis à la fédération d’escrime de faire travailler ses chercheurs, ses fabricants sur les masques transparents et sur l’escrime sans fil, ce qui est quand même beaucoup plus agréable maintenant. Donc, CIO a une influence sur les fédérations qui sont dans sa gouvernance ; je vous rappelle qu’il y en a 26 l’été et 3 l’hiver. Les fédérations internationales ont aussi fait changer des règlements pour satisfaire les droits de télévisions. Pour commencer, il y a eu les tie break en tennis, puis en volley-ball, le règlement en volleyball a changé car maintenant un match peut durer 2h15 alors qu’il durait 5 heures avant, même chose en tennis de table. Donc, pour le spectacle télévisé, on a essayé de dégraisser certaines règles.

51En ce qui concerne l’oligarchie, qui dit oligarchie fait penser à oligarque. Le président de la Fédération Internationale d’Escrime est Monsieur Ousmanov, l’un des oligarques russes le plus proche de Poutine ; le président de la Fédération Internationale de Judo est Monsieur Marius Vizer qui est un oligarque roumain basé en Hongrie à la tête d’affaires de jeu et de casino. Leur rêve à tous est de devenir membre du CIO. Le nombre de membres cooptés par pays a diminué, et d’après les nouvelles règles de 1999, théoriquement à l’avenir il n’y aura plus qu’un membre par pays coopté.

52Les droits de télévision ont commencé à Rome en 1960, juste pour l’Europe avec les États-Unis qui recevaient les bandes films le lendemain. Cela rapporta 1,2 million de dollars en 1960 et 3 milliards 914 millions pour l’olympiade actuelle.

53L’EBU (European Broadcasting Union), qui représente l’Europe comme vous le savez, a payé 942 millions d’euros pour 2010-2012, mais sous l’influence du CIO et notamment de celui qui devrait être normalement le prochain président du CIO, Thomas Bach, l’EBU a explosé et maintenant ils font du gré à gré avec les pays. Notre chance pour l’instant, c’est que France Télévisions a signé jusqu’en 2020, ce qui veut dire qu’après 2020 nous verrons les Jeux sur des chaînes cryptées et payantes, ce qui est assez inadmissible quand on connaît l’histoire des Jeux olympiques qui, je vous le rappelle, est une compétition sportive multiple qui se déroule dans les stades, sans aucune publicité, mais les coffres forts sont remplis avant même que les compétitions commencent.

Jean DURRY

54Merci beaucoup à Jean-François de toutes ces précisions qui font rêver et donnent même le vertige, y compris les anecdotes personnelles. Et maintenant je me tourne vers Alexandre Husting en lui posant une question : le sport qui échappe de plus en plus au pouvoir public, est-ce qu’il n’échappe pas aussi aux sportifs ? On serait intéressé de savoir comment Alexandre voit la chose et notamment sur le plan de l’Europe qu’il connaît particulièrement. Ainsi, il va se situer et situer l’Europe par rapport aux problèmes de gouvernance que nous avons évoqués.

Alexandre HUSTING,
Chercheur au Centre d’Étude de la Vie Politique,
Université Libre de Bruxelles

55Je remercie l’Union Nationale des Clubs Universitaires pour son invitation. Ce n’est pas la première fois que j’interviens dans ce cadre et c’est à chaque fois un réel plaisir pour moi parce que les sujets sont toujours intéressants. Je le dis volontiers parce que le sujet proposé, au départ, paraît toujours assez simple. Or ce n’est pas si simple que cela. Quand j’ai eu des échanges avec Robert Denel à ce propos, et de façon à préparer mon intervention, celui-ci m’a dit qu’il attendait de moi un mélange d’analyse et de réflexion.

56Au niveau de l’analyse, j’ai derrière moi plusieurs publications universitaires, quelques recherches et, au niveau de la réflexion, je suis depuis quelques années conseiller d’un ministre luxembourgeois pour lequel je m’occupe des affaires européennes. J’ai donc régulièrement la chance d’être au cœur du système, d’observer et de participer.

57Je ne vais pas évidemment développer une présentation fastidieuse et académique en vous assommant par des subsidiarités, des questions préjudicielles, des recours, etc. Je vais plutôt partager avec vous quelques idées, quelques réflexions, peut-être aussi susciter de votre part un certain nombre de questions.

I. « QUI GOUVERNE ? » UNE QUESTION INTÉRESSANTE

58La question « qui gouverne ? » me paraît très intéressante parce qu’elle se rapproche des débats anglo-saxons sur la gouvernance sportive. Poser cette question démontre déjà qu’il n’est pas ou qu’il n’est plus évident que ce sont les fédérations qui gouvernent le sport, en tout cas pas seules, sans référence aux autres secteurs, qu’ils soient publics – les États et l’Union Européenne – ou bien privés – comme les entreprises. D’une gouvernance du sport par les institutions sportives en quasi totale autonomie jusqu’au début du XXe siècle, on est passé à ce que l’on appelle une gouvernance systémique qui traduit en fait une coopération forcée, contrainte avec différents acteurs et, comme on verra par la suite, notamment avec l’Union Européenne. Il aurait été impensable, à mon sens, il y a encore une quinzaine d’années, d’imaginer pour des présidents de fédérations sportives de devoir justifier ou présenter à Bruxelles le règlement sportif sur le recrutement des joueurs étrangers, sur la vente des droits télévisés, sur les règles de transfert, etc. En tant que conseiller, j’ai la chance d’accompagner régulièrement des présidents de fédérations luxembourgeoises à Bruxelles, pour qu’ils viennent justifier pourquoi, à tel article, ils ont prévu de placer deux jeunes issus d’un centre de formation, peut-être de demander une indemnité de transfert, etc. Et, alors que j’évolue dans ce modeste milieu sportif luxembourgeois, je repense à ces présidents de fédérations qui un mois, deux mois ou trois mois auparavant, avaient été acclamés à l’occasion d’une assemblée générale, et qui se trouvaient là, à Bruxelles, en train d’attendre dans une sorte d’antichambre près de la Commission Européenne... Je me dis que c’est quelque chose de relativement neuf et je vous expliquerai par la suite ce qui induit ce changement de mentalité où, de décideurs autonomes, ils se sont progressivement retrouvés partenaires ou demandeurs.

59Depuis la seconde moitié du XXe siècle, il n’a pas échappé à l’observateur sportif, qu’il soit averti ou non, qu’à la fois le modèle sportif et la gouvernance sportive ont subi une mutation profonde. En ce qui concerne le modèle sportif, on est passé d’une belle structure pyramidale du mouvement sportif que vous connaissez tous, où les fédérations internationales sont au sommet et les clubs à la base, à une structure complètement éclatée où se retrouvent associés les ligues, les syndicats, les entreprises, les agents, les télédiffuseurs et même les opérateurs de paris parfois.

60Je me souviens d’une conférence organisée il y a une dizaine d’années par la Commission Européenne à laquelle j’étais invité, au terme de laquelle il était ressorti comme conclusion qu’en fait le modèle sportif traditionnel bien connu, ce fameux modèle pyramidal, était très satisfaisant mais que rien ne nous garantissait qu’on puisse encore l’assurer sur le long terme.

61Avant les années 90, avant l’apparition de sponsors multimillionnaires ou multimilliardaires, de droits « télé » exorbitants, du fameux arrêt Bosman de 1995 sur lequel je reviendrai brièvement, avant l’apparition de groupes sportifs privés dans le football mais qui existent aujourd’hui également dans le cyclisme ou dans le basket-ball, les choses étaient plus ou moins simples. À la base de la pyramide, on avait les clubs et les joueurs, en haut trônaient les fédérations internationales. C’est un modèle simplifié évidemment, plus complexe dans la réalité car aucun de ces acteurs ne travaillait et n’évoluait de manière totalement isolée. Or le modèle a évolué. Si aujourd’hui vous entendez parler d’une réforme de la Ligue des Champions de Football, elle ne peut plus se faire sans l’accord des prestigieux clubs européens. Ils disent, schématiquement, « soit vous acceptez nos recommandations, soit nous organisons un championnat fermé, dissident, et vous organiserez vos grandes compétitions nationales prestigieuses avec des clubs de seconde division ». Ce changement de perception, c’est l’arrêt Bosman qui l’a entraîné, en 1995. Outre les conséquences juridiques sur lesquelles je ne reviendrai pas ici, il y a surtout eu un renversement de la pyramide de pouvoir. Le pouvoir s’est maintenant déplacé vers les joueurs, les clubs et les ligues professionnelles.

62Concernant la gouvernance sportive, nous sommes passés d’une quasi totale indépendance envers le secteur public et un secteur sportif qui organisait son activité selon ses propres règles et ses objectifs, à un nouveau modèle dans lequel les organisations sportives sont de plus en plus sujettes au respect de l’autorité de l’État et de la règle de droit commun. Les plus averties des fédérations sportives avaient senti le vent venir dans les années 70 avec les premiers arrêts de la Cour de Justice de Luxembourg, mais c’est un phénomène qui n’a cessé de s’amplifier durant les années 90, à tel point que se pose aujourd’hui la question de l’autonomie sportive qui s’estompe au profit d’une relative indépendance.

63Récemment encore, les instances sportives internationales, FIFA, CIO, dénonçaient régulièrement cette perte d’autonomie et disaient que les affaires du sport devaient être traitées par le sport. Elles dénonçaient, je cite ici une déclaration récente du président de la FIFA, les tentatives du gouvernement comme des organismes gouvernementaux supranationaux de contrôler le sport, et que cette tendance s’était particulièrement accentuée ces dernières années, notamment en Europe.

64Aujourd’hui, l’Union Européenne intervient dans le cadre contractuel des joueurs, mais aussi des clubs et des médias. Les associations de joueurs professionnels, les agents et les sponsors disposent de moyens de pression suffisants pour que leurs intérêts respectifs soient garantis et défendus. Dès lors, l’ancien modèle, le modèle anglais que l’on appelle « Top down », c’est-à-dire « de haut en bas », a laissé la place à un modèle plus complexe de réseaux, de relations entre les différents acteurs, ceux que l’on appelle dans le jargon européen et sportif les « stakeholders », un terme que l’on ne traduit même plus mais qui, en fait, regroupe l’ensemble de tous ces intervenants du secteur sportif qui ne sont pas que les fédérations sportives. Et ces différents « stakeholders », qu’on peut traduire en français par les diverses « parties prenantes », concluent des alliances en fonction du contexte. C’est ce que l’on appelle, en science politique, une configuration systémique.

65Ce changement de gouvernance entraîne également des changements politiques majeurs. D’abord, il est clair dans ce contexte que plus aucun changement ne peut avoir lieu sans négociation entre les différentes parties. Un changement de programme aux Jeux olympiques se fait, non plus d’autorité mais par une négociation.

66Deuxième changement : les institutions sportives ne contrôlent ou ne gouvernent plus le sport dans son entièreté. Et lorsqu’elles le contrôlent ou le gouvernent, c’est sur la base d’une acceptation négociée au préalable avec l’ensemble des acteurs, plutôt qu’en fonction d’un diktat imposé autoritairement à des acteurs qui seraient restés passifs. La question d’ailleurs régulièrement posée est de savoir si les fédérations peuvent bien être encore aujourd’hui à la fois régulatrices et opératrices de leur activité. C’est-à-dire simplement, et formulé en d’autres termes, est-ce qu’elles peuvent à la fois définir les règles du jeu et commercialiser le jeu ? Est-il normal que jusqu’à une époque récente, le même organisme qui sanctionnait les athlètes pour dopage était aussi le même organisme qui vendait les droits de l’événement sportif ? Une question a été réglée dans le secteur de la compétition automobile, sous la pression de la Commission Européenne au début des années 2000. La Commission Européenne a vu apparaître de nombreuses plaintes concernant la Fédération Internationale Automobile qui, à la fois était propriétaire d’un circuit, propriétaire d’écuries, et qui vendait des droits de temps en temps. Donc, à un moment donné, la Commission a dit à ses dirigeants : « il y a une concentration des moyens, un abus de position dominante, c’est vous qui décidez du « qui participe », c’est vous qui vendez les droits, c’est vous qui vendez les images télévisées. Il y a peut-être un peu trop entre les mains d’une seule et même personne ». Et la Commission a réglé les choses très facilement et a demandé aux dirigeants de scinder leurs activités, en arguant du fait qu’il n’était pas normal que l’organisme qui détermine, lors d’un Grand prix, qu’une écurie puisse changer quatre fois de pneus, puisse courir avec un aileron qui ne dépasse pas de plus de trois millimètres, et que ce soit encore le même organisme qui vende les droits de télévision. La Commission leur a donc demandé de se scinder en deux organismes distincts, ce que la Fédération Internationale Automobile a accepté de faire en disant « nous avons une partie purement commerciale, le droit s’y appliquera, et nous avons une partie purement sportive où on demande aux instances censées appliquer le droit commun de ne pas venir nous ennuyer parce que, dans ce domaine, nous avons des règles purement sportives. Ne mettez pas du droit sur la durée que prend un Grand prix de Formule 1 »…

67Quelle serait encore, aujourd’hui, la légitimité d’une fédération européenne ou internationale occupée à définir seule le contenu d’un contrat de travail sportif, sans associer à cette réflexion les employeurs réels que sont les clubs et les ligues ? C’est ce que la Commission Européenne appelle régulièrement « le dialogue social dans le secteur du sport » en disant « si vous voulez que vos règlements ne soient plus contestés, mettez tous les acteurs autour de la table et produisez en concertation un règlement admis par tous ». Dans la réalité, les choses sont plus compliquées puisque se pose souvent la question de la réelle représentativité des groupes consultés. Souvent, malheureusement, en tout cas dans le sport, ce sont ceux qui font le plus de bruit qui sont les plus structurés, les plus présents à Bruxelles et qui sont reconnus comme des acteurs susceptibles de participer aux négociations.

68Toujours concernant l’évolution de la gouvernance sportive, la multiplication croissante des décisions des tribunaux, aux niveaux national et européen, démontre cette fameuse perte d’autonomie et l’amorce d’une collaboration forcée avec les autorités publiques. Bref, on évolue plutôt vers une semi-autonomie ou une autonomie encadrée. Ce lien entre le monde sportif et le secteur public est présent partout en Europe, à des degrés différents, plus forts en France, moins forts en Angleterre, mais je ne vais pas vous faire l’affront, ici chez vous, de vous expliquer l’organisation du sport en France.

II. « QUI GOUVERNE AU NIVEAU INTERNATIONAL ? »

69Depuis les années 70, pour ceux qui ont suivi et connaissent les relations entre Union Européenne et sport, en l’absence de toutes compétences sportives, l’Union Européenne, et ceci à deux reprises, a décidé, décrété, affirmé qu’à partir du moment où le sport constitue une activité économique, il se voit soumis aux principes fondamentaux sur lesquels repose la construction européenne, c’est-à-dire la liberté de circulation des travailleurs et la saine concurrence.

70Elle le rappellera avec force au milieu des années 90 avec le fameux arrêt Bosman, très médiatisé. Je ne rentre pas sur les conséquences juridiques de celui-ci, mais insiste plutôt sur ce qu’il a fait penser aux fédérations sportives nationales et internationales, qui se sont dit qu’elles étaient en train de perdre leur fameuse autonomie. Et au fur et à mesure des années après l’arrêt Bosman, on a vu et on voit apparaître une démultiplication des litiges devant les instances européennes. La majorité de ces litiges a été tranchée en faveur des organisations sportives. Ainsi, il y a eu l’arrêt de Liège dans les années 2000. Quelqu’un conteste le principe des sélections nationales ou compétitions internationales. En l’occurrence, une « judokate » dit : « pourquoi je ne pourrais pas aller moi-même m’inscrire à une compétition privée – c’était le tournoi de judo de Paris Bercy – frapper à la porte et demander à l’organisateur de m’engager ? ». Elle n’était pas sélectionnée par la Belgique, officiellement elle était classée 3e et seuls deux athlètes pouvaient être inscrits.

71Deuxième affaire : le cas soulevé par un joueur de basket-ball finlandais. Le jour où son club est en faillite, il décide de proposer ses services à un autre club. La fédération refuse et lui demande d’attendre la période des transferts avant de changer de club. Le basketteur privé de matchs répond à la fédération qu’il est un agent économique et qu’il va là où on lui offre du travail. La Cour de Justice lui demande cependant de respecter la période des transferts, sinon le public n’aura plus aucune visibilité sur le monde sportif.

72D’autres contestations peuvent apparaître, par exemple à propos de la composition des équipes nationales par les seuls ressortissants nationaux. Jusqu’à présent, si c’est encore autorisé, c’est parce que depuis des années la Cour de Justice reconnaît à titre exceptionnel que les équipes nationales soient composées par les seuls nationaux. Ce n’est pas une mauvaise idée.

73Les questions de dopage aussi ont été traitées par la Cour de Justice à Luxembourg pour deux nageurs dopés, qui ont été suspendus pendant quatre ans. Je vais revenir sur ce cas. La Cour dit qu’il faut des contrôles pour assurer une équité de la compétition sportive, pour assurer la santé des sportifs. Et qui dit contrôle, dit sanction en cas de manquement à la règle.

74D’autres décisions, cette fois-ci en droit de la concurrence, peuvent être relevées. Évoquons notamment les fédérations de football qui disaient : « ce serait peut-être bien que durant le week-end nos fédérations nationales puissent être autorisées à interdire la retransmission des matchs à la télévision pendant certaines plages horaires, pour que les gens ne regardent pas le football chez eux mais se déplacent sur les stades ». Et la commission a dit oui, c’est une entrave officiellement à la liberté de circulation des services, mais vu l’objectif final qui est d’assurer une vie sociale, acceptons-en le principe.

75La vente collective des droits télévisés est aussi un problème au regard des droits européens si on devait l’appliquer stricto sensu. Un agent économique vend son produit. Il n’est nulle part prévu qu’il doit partager ses bénéfices avec l’ensemble des acteurs économiques du secteur. La Commission dit oui, mais si vous ne le faites pas, c’est la solidarité sportive qui disparaît. Donc, on est aussi ici en situation d’équilibre précaire, mais acceptons le principe parce que la finalité est certainement bonne.

76Après ces quelques décisions intéressantes pour le mouvement sportif, il y a également d’autres décisions où l’on considère qu’il y a eu atteinte à l’autonomie du mouvement sportif. Depuis lors, le mouvement sportif aimerait bien une exception sportive ou une spécificité sportive. Cette spécificité sportive est reprise aujourd’hui dans le Traité de Lisbonne de 2007, l’article 165 sur le sport dit, et j’en cite une partie : « compte tenu de ses spécificités, de ses structures fondées sur le volontariat ainsi que de sa fonction sociale et éducative », etc., etc. Donc, voilà ce qu’est le sport tel qu’il est appréhendé par les institutions européennes. Il faut tenir compte de ces spécificités. Le problème c’est que, dans le texte, il n’est nullement défini ce qu’on entend par « spécificités sportives ». Et régulièrement, dans plusieurs études, des chercheurs démontrent que, évidemment, on est arrivé dans une situation d’insécurité juridique parce que tout règlement sportif pourrait faire l’objet d’une contestation devant les tribunaux. C’est déjà le cas au niveau national et c’est le cas régulièrement au niveau européen.

77Ce sentiment a été renforcé par un arrêt de la Cour de Justice rendu en 2006, c’est l’Arrêt Meca-Médina, l’affaire concernait les deux fameux nageurs, David Meca-Medina et Igor Majcen, suspendus pour dopage. Ils avaient été testés positifs à la nandrolone pendant une compétition de la coupe du monde, et suspendus par la Fédération internationale (FINA). Et dans une petite phrase sibylline, la Cour dit « Si l’activité sportive en cause entre dans le champ d’application du traité, les conditions de son exercice sont alors soumises à l’ensemble des obligations qui résultent des différentes dispositions du traité ». Que veut dire cette phrase ? Pour schématiser, la Cour dit « Écoutez, il n’y a pas de règles purement sportives. À partir du moment où une règle sportive a une éventuelle dimension économique, elle peut ou doit être soumise à l’examen du juge communautaire ». Et là est le « couac », évidemment, parce qu’à l’exception du poids d’un ballon de football ou de la taille des buts, toute autre règle sportive a évidemment un impact économique. La rétrogradation d’un club en seconde division en fin de championnat est une règle purement sportive. La limitation du nombre de clubs admis à participer à la Ligue des Champions est une règle sportive. La limitation du nombre de clubs admis à participer à une première division de football est une règle sportive. La suspension d’un joueur pendant plusieurs matchs à cause d’un mauvais tacle, interprété comme fautif, est une sanction sportive, mais il y a des conséquences économiques également.

78Donc, il n’existe plus, dit la Cour, de règles purement sportives. En gros, tout peut être soumis à l’examen du Juge Communautaire aujourd’hui.

79D’ailleurs, le titre du communiqué de presse de la Cour m’avait fait sourire, parce qu’elle avait rendu son arrêt dans l’affaire justement des deux nageurs suspendus pour dopage : « La réglementation anti-dopage du CIO relève du droit communautaire de la concurrence ». Qui gouverne le dopage ? Le droit communautaire de la concurrence.

80Comme je l’ai indiqué en introduction, si l’on ne peut pas dire que l’Union Européenne gouverne aujourd’hui le sport, on peut quand même affirmer qu’elle est devenue un acteur à part entière, un acteur qui génère des normes, un régulateur au travers des règles du marché commun. Elle est associée à l’organisation du sport et je parlais bien en introduction d’une gouvernance systémique.

81Ainsi, si aujourd’hui, ce qui m’a toujours semblé normal, lorsqu’un club libère ses joueurs pour une compétition internationale, que le club soit rémunéré, c’est quelque chose de relativement récent. Si ce changement a été opéré notamment par la FIFA, c’est simplement parce qu’à un moment donné deux joueurs ont déposé plainte devant la Cour de Justice. Donc, quand je disais l’Union Européenne, agent de transformation, je ne me trompais évidemment pas.

82Ce que je viens de montrer ici, c’est l’érosion progressive du pouvoir autonome de l’organisation du sport par les fédérations sportives. Mais qu’en est-il, que reste-t-il du pouvoir des États ? Il suffit de constater le nombre de plaintes qui sont déposées suite à des financements publics au niveau national d’infrastructures sportives. Ainsi, une plainte a été déposée pour le financement d’un grand stade en Allemagne, des plaintes ont été déposées pour le financement de stades de football en Hongrie, une plainte a été déposée pour la manière dont le mode de construction et de financement du Stade de France avait été prévu, des plaintes ont été déposées pour des remontées mécaniques qui, pour le versant côté italien, sont financées par l’État, et pour l’autre côté sont privées. Des questions sont posées à propos du financement sur fonds publics de piscines communales chez nous.

83Outre les questions de financement, rappelez-vous pour ceux qui ont suivi ce sujet également, le fameux projet de loi Lamour qui visait à interdire la cotation des clubs de football en bourse. Si Jean-François Lamour a dû revoir sa copie, à un moment donné, c’est simplement parce que Bruxelles lui a dit : « Écoutez, vous êtes en pleine entrave avec la liberté de circulation des capitaux et je vous prie de ne pas voter et accepter votre disposition comme telle car, de toute façon, nous la taclerons par la suite ». Donc, s’il est revenu sur sa copie, c’est sous la pression européenne. Si les centres de formation, dans quatre ou cinq disciplines sportives, peuvent toujours être financés en France sur fonds publics, c’est parce que quelqu’un est allé à Bruxelles et a demandé l’autorisation pour le faire.

84Puisque je parle de financement, je vais faire une petite parenthèse. Je ne connais pas le budget français de financement des infrastructures sportives, mais le financement communautaire est aussi amené à prendre de plus en plus d’importance. Et qui paye, décide, généralement, mais dans le cadre de l’Euro de Football 2012 en Pologne, la Pologne a pu rénover mille stades sur la base des 25 milliards de fonds structurels qui lui ont été alloués par l’Union Européenne... Le saviez-vous ?

85Au vu des exemples que je viens de passer en revue, je crois pouvoir dire que l’Union Européenne s’est souvent montrée garante de la défense des valeurs du sport contre ceux qui ne voient dans le sport qu’un simple divertissement, un spectacle à commercialiser, et pour qui les règles sportives sont souvent un obstacle à cette commercialisation. L’article 165 du Traité de Lisbonne rappelle qu’avant tout le sport est une manière de vivre, un état d’esprit, et qu’en tant que tel il doit être protégé. Bref, et je m’en réjouis, cet article ramène le sport sous l’angle d’une politique publique.

86J’arrive au terme de mon intervention. Si je n’ai pas entièrement répondu à la question « Qui gouverne le sport au niveau international ? », j’espère au moins avoir réussi à démontrer que ce ne sont plus les fédérations sportives seules, agissant isolément dans une tour d’ivoire en Suisse, mais que ces mêmes fédérations, en association souvent forcée avec d’autres acteurs comme l’Union Européenne, au moins tentent de préserver certaines valeurs comme la santé, l’éducation, la solidarité, alors que d’autres acteurs y voient certainement un simple produit comme un autre, servant de support pour vendre des maillots ou bien permettant de faire de l’audience ou encore de s’assurer une notoriété et une visibilité sur la scène internationale.

87Je vous remercie.

Jean-Louis MICHEL

88Je vous remercie très sincèrement pour votre intervention qui nous donne du baume au cœur. Hier nous étions partis sur du pessimisme quant au mouvement sportif qui ne pouvait pas se gouverner lui-même. Aujourd’hui, vous nous avez laissé penser que le rôle des juridictions, le rôle de l’Europe pouvaient intervenir pour apporter un peu de clarté et garantir le respect des sportifs et des règles sportives. Que les tribunaux soient amenés à trancher, cela ne peut que satisfaire l’avocat que je suis mais, d’un autre côté, je reviendrai sur un point à propos des clubs et de l’UEFA. Je veux parler de la règle du fair play financier, qui a été instaurée par Michel Platini à la tête de l’UEFA, et le conflit que cela génère avec les clubs de football les plus riches, ceux qui ne font pas de bénéfice mais qui voient leurs partenaires, leurs actionnaires investir de l’argent régulièrement. Il y a, là aussi, une règle d’équité et de solidarité qui correspond un peu à l’éthique sportive que nous défendons depuis des années, et je pense qu’au niveau international il existe des fédérations qui jouent un rôle important. À l’inverse, qu’en est-il lorsqu’il n’y a pas de fédérations ? En matière de boxe, par exemple, il n’y a pas moins de quatre fédérations dans le monde. Il n’y a pas de règles, pas de fédération internationale, et ce sport est d’ailleurs en perte de vitesse.

89Enfin, au niveau des États, un point m’a interpellé. C’est que lorsqu’un État intervient dans le fonctionnement d’une fédération, la fédération peut être radiée. On l’a vu en matière de football. Dans certains pays africains, l’État décide de destituer les élus des fédérations pour les remplacer par des politiques, et c’est une règle où les fédérations internationales jouent un rôle important ; c’est une règle que l’on doit connaître.

90Je conclurai sur un élément international dont nous n’avons pas parlé : la religion. On vient de le voir pendant les récents Jeux olympiques, sur le port du voile par les femmes pour la pratique sportive. Il y a aussi un pouvoir qui est donné aux religions ou aux pays religieux.

91Voilà les quelques remarques que je voulais formuler avant de vous passer la parole.

Jean DURRY

92Après le débat, nous devrons évoquer une question importante parce que c’est l’une des raisons d’être de ce colloque, c’est « la place de la France ». Elle exerçait ce que l’on appelle une troisième voie entre l’amateurisme d’État, tel qu’il existe ou a existé dans les pays totalitaires, et le sport universitaire à l’américaine. Est-ce que cette troisième voie existe encore et quelles peuvent être nos chances d’obtenir une grande organisation sportive ?

Débat

Jean DURRY,
Co-animateur de la séquence

93Nous accueillons maintenant des étudiants. Nous vous remercions d’être là et de représenter brillamment le corps estudiantin auquel, en principe, est destinée l’Université Sportive d’Été. C’est au moins l’un de ses objectifs. Merci de vous présenter.

Pierre BAUMONT

94Je suis étudiant en 3e année de STAPS, donc à la Faculté des Sports, et aussi élu au Conseil d’Administration de l’Université. Je souhaite poser une question concernant les agents de sportifs. J’aimerais savoir ce que vous pensez de l’influence, et donc du pouvoir, que peut avoir un agent comme Monsieur Bernes dans l’équipe de France de football. Et pensez-vous que ce genre de situation soit compatible avec l’esprit et l’éthique du sport ?

Jean DURRY

95Nous sommes ici à Valenciennes, et cela nous évoque inéluctablement un certain match de 1993 et ce qui s’est passé. Alors il est apparu, à des gens qui sont à l’extérieur mais très proches du sport, tout à fait étonnant de voir Monsieur Jean-Pierre Bernes revenir dans le monde du football comme un agent extrêmement influent, agent non seulement de joueurs, mais aussi d’entraîneurs ou coachs appelés éventuellement à devenir « l’homme de l’équipe de France ».

96Cela nous a donc extrêmement troublés, mais il y a un instant on évoquait toute la rigueur juridique qui peut être nécessaire et utile pour le sport. Il convient ici de parler du problème du doublement de la peine. Quand quelqu’un a purgé sa peine, n’a-t-il pas le droit de revenir et de se refaire une vie ? Un certain Alberto Contador vient de faire une démonstration éblouissante de ce qu’est le retour d’un sportif au Tour Cycliste d’Espagne, alors Monsieur Bernes n’aurait-il pas le droit d’avoir une seconde vie ?

97En revanche, ce qui me trouble profondément en dehors de l’aspect moral que je vais laisser de côté, c’est le mélange des genres ; et qu’il soit l’agent de nombreux joueurs et qu’il soit l’agent éventuellement du sélectionneur de l’équipe de France. Alors, je ne suis pas marseillais, mais comme chacun sait, Marseille est l’un des poumons du football français. Voilà en tout cas les réflexions que suscite votre question.

Alain LORET

98La façon dont tu as présenté les choses brillamment tout à l’heure a laissé de côté, de mon point de vue, deux éléments de pouvoir, dont l’un qui me paraît aujourd’hui caricatural dans la façon dont des acteurs étrangers aux institutions sportives interviennent.

99Le premier de ces acteurs, ce sont les assureurs. Aujourd’hui, j’ai le sentiment que l’ensemble des métiers liés à l’assurance et surtout à la réassurance vu les montants des sommes qui sont engagées lorsque l’on parle d’événements sportifs internationaux comme les Jeux Olympiques, ces acteurs-là sont devenus quasiment les premiers, tout simplement parce que si, comme cela a été le cas pour les Jeux olympiques d’Athènes, quelques semaines avant l’organisation des Jeux, l’assureur fait défaut, alors les Jeux n’ont pas lieu. On est donc là devant un nouvel acteur qui s’est immiscé de manière caricaturale dans la prise de pouvoir dans le monde du sport, qu’il faut impérativement prendre en considération dès lors que l’on veut tenter d’être exhaustif.

100Le deuxième acteur dont tu n’as pas parlé, et pour cause, ce sont les acteurs liés à ce que nous appelons l’économie criminelle et organisée. Aujourd’hui, dans un certain nombre de secteurs du sport, ces acteurs-là sont quasiment ceux qui sont en mesure de faire la pluie et le beau temps. Alexandre Husting a organisé, il y a trois ou quatre ans, à la demande l’UEFA, un séminaire à l’Université Libre de Bruxelles qui a regroupé un certain nombre d’experts européens, justement pour tenter d’y voir clair dans la façon dont les mafias interviennent dans l’économie du sport professionnel.

101Donc, les assureurs et l’économie criminelle organisée me semblent être aujourd’hui deux acteurs majeurs de l’organisation du sport international en termes de pouvoir.

Jean DURRY

102En général, quand les interventions d’Alain Loret et les miennes ont l’air contradictoires, comme ce fut le cas dans une célèbre soirée à Besançon, elles sont en réalité très complémentaires. L’histoire des assureurs et des réassureurs entre dans la vision du poids de la finance et de l’économie sur le sport. De la même manière qu’en 1978 à Strasbourg j’ai assisté à la scène suivante : Strasbourg organisait les Championnats du Monde de Gymnastique. Catastrophe, deux jours avant les championnats, grève de la télévision française. Cela voulait dire pour l’organisateur que les sponsors ne paraîtraient plus à l’écran, qu’ils allaient se retirer, et que peut-être il n’y aurait pas de championnats du monde. L’organisateur, heureusement pour lui, était à Strasbourg, il a donc traversé le Rhin et a obtenu par miracle que ses championnats soient retransmis par une télévision allemande.

103Quant au crime organisé, lorsque j’ai parlé tout à l’heure des paris et de la corruption, il est évident que si je n’ai pas prononcé les mots qu’Alain Loret a utilisés, je faisais référence à ce domaine. En effet, derrière tout cela se trouve maintenant le crime organisé, danger absolument terrible pour le sport car, de ce point-là, de cette pieuvre-là, il est de plus en plus difficile de se libérer.

Alexandre HUSTING

104J’ai eu la chance de travailler pour une étude, disponible sur le site de la Commission Européenne, sur la manipulation des résultats sportifs. Brièvement, aussi pour ne pas faire de ce sujet le plus grand des fantasmes, même si je partage tout à fait les inquiétudes d’Alain Loret, cela reste encore par rapport à l’ensemble de la criminalité internationale un tout petit secteur, ce qui explique bien souvent qu’il y ait très peu d’enquêtes, très peu de moyens, très peu de personnels qui travaillent sur ce sujet-là.

105Plutôt que le danger réel, c’est la menace qui est importante de voir un jour ces groupements criminels tellement phagocyter le sport, que plus personne ne verra et n’appréciera une compétition sportive en ayant encore l’émotion que procure l’incertitude du résultat final. C’est l’angoisse des fédérations sportives actuellement. Je crois qu’elles s’investissent autant dans la lutte contre la manipulation des résultats pour des questions éthiques et morales, c’est évident, mais elles le font aussi parce qu’elles savent très bien qu’à terme c’est le crédit de leurs manifestations sportives qui risque de disparaître. La menace est effectivement très grande ; elle n’est pas neuve. Je suis un passionné de boxe également et les arrangements sur les compétitions de boxe sont aussi vieux que la boxe. C’est également vrai pour les courses hippiques. Ce qu’il y a maintenant de neuf, c’est que le nouvel opérateur qui est lié aux paris, et notamment les paris en ligne, a fait qu’il est aujourd’hui très simple d’être installé quelque part du côté de Macao, ou sur l’une des îles au large de la Grande Bretagne qui permettent avec une législation très souple d’accueillir un bureau avec deux ordinateurs, et des gens proposent des paris, touchent de l’argent, ce que je trouve extrêmement effarant, sans rien produire, rien redistribuer, rien partager ni avec les pratiquants, ni avec les fédérations. Nous avons insisté tout à l’heure sur la nécessaire solidarité olympique. Cependant, il y a une réelle menace : c’est celle de ces groupes criminels qui n’investissent pas le sport par passion pour le sport simplement, mais qui l’investissent en tant que secteur dont ils savent qu’il est très amateur, très peu structuré, très peu organisé et dans lequel on sait qu’il est très facile d’entrer. Il suffit d’approcher un joueur qui, pour des raisons de crise en Grèce, en Albanie, etc., n’est plus payé depuis deux mois, et de lui dire de dégager le ballon à la vingtième minute en dehors du terrain. Il le fait, et les gens parient sur cela… La menace est réelle.

106J’ai eu des échos comme quoi il y avait au dernier tournoi de Roland Garros des personnes dans le stade qui avaient leur téléphone portable et qui envoyaient le résultat une demi-seconde ou une seconde avant que l’arbitre ait pointé son résultat sur son PDA officiel. Une seconde dans le système des paris, c’est dix fois plus qu’il ne faut pour empocher un million.

107C’est la raison pour laquelle un système de brouilleurs est en cours de réalisation et il semblerait qu’en Angleterre, tout particulièrement, ce soit le cas.

Jean DURRY

108C’est pourquoi, sans doute, il y avait quelques hochements de tête vigoureux dans l’auditoire lorsque vous avez dit que finalement ce n’était pas encore très grave, qu’il s’agissait d’un petit secteur économiquement parlant, etc., de la même façon qu’on dit que l’économie du sport elle-même représente très peu de chose par rapport à l’économie mondiale.

Ernest GIBERT

109J’ai eu tort de hocher la tête parce que la dernière partie de votre propos permet d’aller beaucoup plus loin dans le sujet. Je ne fais pas une fixation sur le crime organisé, même si c’est un sujet qui ne se limite pas au sport.

110Néanmoins, je voudrais dire que trois menaces sont importantes, et ce d’autant plus qu’on a éventuellement affaire à des gouvernants du sport qui ne gouvernent pas grand-chose, et que, pour certains d’eux en France, il serait bon de rappeler à la décence, à l’éthique et au courage.

111Les risques existent depuis un certain temps déjà, et ils se révèlent de façon plus ouverte. Ils sont d’abord importants en matière de dopage parce qu’une partie du système est fondée sur l’économie souterraine. Ils existent par l’intermédiaire de la présence des agents de plus en plus forte dans les transferts de joueurs ; je n’ai pas besoin de citer un des noms d’agents dont les rapports avec la pègre sont patents ; je n’ai pas besoin non plus de fournir la démonstration qui consiste à faire apparaître avec évidence que c’est un moyen parmi d’autres de blanchiment de l’argent sale.

112Enfin, vous avez terminé là-dessus à juste titre, il y a un sujet de préoccupation majeure auquel il faut prendre garde, c’est celui des jeux en ligne ; l’emprise du crime organisé s’y fait sentir de plus en plus fort.

Jean DURRY

113Évoquons maintenant de nouveau le problème de gouvernance et de place dans le sport international. La place de la France a été essentielle en tant que créatrice. Un Français a imaginé les Jeux olympiques ; deux Français qui étaient Henri Delaunay et Jules Rimet ont imaginé la Coupe du Monde de Football et l’ont construite. Les Français ont créé les Jeux Mondiaux Universitaires avec Jean Petitjean en 1923, c’est aujourd’hui la deuxième manifestation omnisport mondiale après les Jeux olympiques. Les Français ont imaginé en 1956 la Coupe d’Europe des Clubs Champions de Football qui a ensuite essaimé dans tous les sports et à travers le monde.

114Quel est aujourd’hui le poids de la France ? Il y a eu plusieurs échecs récents, dont le dernier, celui de la candidature d’Annecy, proprement humiliant puisque la France a recueilli 6 voix en tout et pour tout sur les quelque 110 votants du CIO. Avons-nous une chance de pouvoir être candidat aux Jeux olympiques de 2024, Centenaire des Jeux olympiques de 1924, par exemple ? Quel est le poids de la France ? J’aimerais bien que Jean-François Renault réagisse à mon propos et aux questions que je viens de formuler.

Jean-François RENAULT

115Tu as raison de dire que nous avons été à l’origine de beaucoup d’événements, de beaucoup de compétitions. Aujourd’hui, si on prend les fédérations olympiques, il y a deux présidents de fédérations internationales qui sont Yvon Mainini pour le basket-ball et Bernard Lapasset pour le rugby, puisque vous savez que le rugby est devenu olympique depuis le mois dernier. Rajoutons Michel Platini, président de l’UEFA et futur possible président de la FIFA. À ma connaissance, il y a deux secrétaires généraux de fédérations internationales qui sont Jean-Luc Rougé au judo et Joël Delplanque au handball, ainsi que deux membres au CIO qui sont, comme vous le savez, Jean-Claude Killy et Guy Drut, dont l’efficacité et l’importance ne sont toujours pas encore prouvées. Nous sommes donc dans une faiblesse insigne par rapport à d’autres pays qui, comme la Grande-Bretagne et l’Italie, ont des représentants dans de nombreuses fédérations au plus haut niveau.

116Une sorte de comité s’est créé au Ministère pour répertorier ceux qui pourraient, avec un peu d’efforts et de travail, gagner une place dans les fédérations internationales mais cela prend beaucoup de temps. On en revient à la gouvernance en France parce que l’on s’aperçoit aussi que dans certaines fédérations nationales, des gens sont là, gentils, vaillants, dévoués mais n’ont peut-être pas la capacité pour diriger une fédération nationale, surtout que certaines fédérations nationales prennent de l’ampleur. Cela se répercute et s’amplifie au niveau international parce que, maintenant, pour être président ou membre du comité exécutif d’une fédération internationale, il faut avoir un pédigrée autre que d’être simplement bon copain avec tout le monde. Je pense qu’une formation de dirigeant international devrait être entreprise, mais quand on sait que la formation du dirigeant national n’est toujours pas commencée en France, cela nous laisse du temps pour réfléchir.

Jean DURRY

117Ajoutons-y un motif d’espoir et d’incertitude en même temps. J’ai évoqué le nom de Tony Estanguet tout à l’heure. Comme vous le savez, Tony Estanguet, prestigieux sportif, triple médaillé d’or olympique de son sport, a été candidat à la Commission des Athlètes. Cette commission représente aujourd’hui 15 membres du Comité International Olympique pour huit ans après leur cessation d’activité. Elle existe depuis l’an 2000. En 2000, la France n’avait qu’à se baisser à Sidney pour qu’un certain David Douillet devienne membre de la première Commission des Athlètes. Or, à peine le tiers de la délégation française glissa son bulletin dans l’urne. Le président du Comité olympique de l’époque n’avait pas réussi à mobiliser les nôtres, les pouvoirs publics non plus, et David Douillet n’a pas été élu.

118Depuis 2000, pas un seul athlète, non seulement français, mais francophone, n’est apparu dans cette commission, sauf à la rigueur le marocain El Gueroudj, ce qui veut dire que l’influence notamment anglo-saxonne, l’influence scandinave, l’influence germanique, des influences qui ne sont pas toujours favorables à notre pays, ont pu jouer et nous avons été absents.

119Cette fois-ci, pour Tony Estanguet, les choses avaient été beaucoup mieux préparées et d’autre part il a eu sa troisième médaille d’or. 21 athlètes étaient candidats et Tony Estanguet a été battu : 4 membres seulement étaient élus et il est arrivé en 6e position. Mais il s’est trouvé que des réclamations ont été portées contre un Japonais et un Taïwanais, accusés d’avoir fait campagne pour eux-mêmes à l’intérieur du Village olympique. Je ne comprends d’ailleurs pas bien comment on peut être candidat à une élection sans faire campagne pour soi-même ! Ils ont donc été radiés et Tony Estanguet, devenu quatrième, apparaîtrait donc comme membre du CIO et un espoir, avec des idées et une volonté. Seulement, l’ennui c’est que l’un des deux candidats – et le deuxième va le faire aussi – a fait appel et maintenant la décision est reportée. Même si le président du CIO, Jacques Rogge, a fait comprendre que le CIO était certain de l’exclusion du Japonais et du Taïwanais, l’appel va quand même être jugé un beau jour par le Tribunal Arbitral du Sport et Tony Estanguet n’est pas encore membre du CIO. Ceci simplement pour vous dire la difficulté qu’il y a maintenant, dans l’enchevêtrement des pouvoirs, de faire entendre la voix de la France en dehors du problème général de la place de la France dans le monde.

120En effet, dans cette séquence, nous nous sommes demandés « qui gouverne le sport international ? », mais je vous dirai « qui gouverne le Monde ? ».

Jean-Louis MICHEL

121Merci Jean pour ton intervention qui servira de conclusion.

122Quoi qu’il en soit, j’ai un sentiment d’optimisme sur le contrôle des fédérations, même s’il y a encore des difficultés à surmonter. J’ai l’impression que c’est mieux contrôlé que ce que l’on pensait, et ceci grâce à ce que j’ai entendu cet après-midi. Les juridictions interviennent, elles contrôlent même l’aspect économique. Dans la mesure où – Alexandre Husting le rappelait tout à l’heure –, l’aspect économique est contrôlé par la Cour à Luxembourg, il y a quand même cet aspect-là qui peut permettre, eu égard à l’exception sportive rappelée par le Traité de Lisbonne, d’avoir de l’espoir au moins au niveau européen. Effectivement, on oublie les sportifs eux-mêmes, nous n’avons parlé que du sport organisé, pas de celui que certains pratiquent de façon libre, parce que là il n’y a pas de réglementation, pas d’organisation internationale, et les flux économiques engendrés se rapportent aux domaines des loisirs et du tourisme sportif. Ils concernent des personnes. Dans les États, au contraire, cette organisation existe au niveau des missions de service public qu’évoquait François Alaphilippe. Je pense qu’Alexandre Husting aurait sans doute des éléments à nous fournir sur le rôle incitatif de l’Europe en matière d’activités sportives pour tous. Au terme des travaux de cette séquence, effectivement, l’économie et la finance interviennent, les États interviennent, la religion intervient également au niveau du fonctionnement et du gouvernement du sport international. Mais il y a des moyens de contrôle. Et quand il y a la possibilité de faire fonctionner un contre-pouvoir, il faut toujours espérer, et ce sera ma conclusion.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search