Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 1. « En France qui gouverne le mouvement sportif ? »

Alain Braun

Texte intégral

Alain BRAUN,
Administrateur de l’UNCU et animateur de la séquence

1Bonjour à toutes et à tous, bienvenue à la première séquence de notre 30e Université Sportive d’Été. Cette séquence sera développée autour de la question suivante : « En France, qui gouverne le mouvement sportif ? »

2Pour tenter de donner des éléments de réponse à cette question, j’ai l’honneur et le plaisir d’accueillir à cette tribune :

3Madame Edwige Avice, ancienne Ministre notamment en charge de la Jeunesse et des Sports et qui eut également d’autres responsabilités gouvernementales. Elle fut aussi Présidente du Conseil National des Activités Physiques et Sportives lors des deux mandatures de cette organisation ;

4Monsieur Alain Loret, professeur des universités à l’Université de Rouen et auteur récent d’un pavé : Anticiper le sport de demain (2012), dont le propos est assez proche de nos préoccupations ;

5Monsieur Jean-François Renault, ancien Secrétaire Général et actuel Chargé de Mission auprès de l’Union des Journalistes de Sport en France (l’UJSF), une institution partenaire de longue date de l’Université Sportive d’Été. Lui-même est un habitué de nos USE.

6Je souhaite formuler une remarque préalable : le privilège de la première séquence est de ne pas risquer la répétition de ce qui a été déjà dit, même si des choses importantes ont été évoquées en introduction à cette Université d’été et lors de la conférence d’ouverture. Cependant, il s’agit aussi d’éviter le danger d’empiéter sur les thèmes des séquences qui suivront. Je demanderai donc à toutes et à tous de la vigilance pour que les uns et les autres restent bien dans le cadre de notre thème, tout en cherchant à profiter pleinement de la très substantielle expertise de chacun de nos intervenants.

7Je vous propose d’articuler notre séquence en trois parties :

  • les repères actuels à propos du modèle français,
  • l’intrusion du secteur lucratif dans les instances sportives,
  • les prospectives en matière de gouvernement.

8Ensuite, le débat s’engagera avec la salle et les trois intervenants pourront répondre aux questions.

I. Les repères actuels à propos du modèle français

9Entrons immédiatement dans le vif du sujet en plaçant d’abord quelques repères utiles. Nos références sont tirées du Code du Sport, du site du Ministère en charge des Sports et des statuts du CNOSF. Tentons d’abord d’identifier le mouvement sportif.

10S’agit-il des fédérations ? On peut lire dans les textes que l’État délègue aux fédérations le pouvoir d’organiser et de promouvoir la pratique. D’autre part, les fédérations sportives exercent leur activité en toute indépendance. L’organisation de la pratique sportive en France repose essentiellement sur le secteur associatif, les dirigeants responsables de la vie sportive sont des élus chargés d’appliquer un programme conforme aux vœux librement exprimés d’une majorité. Il en est résulté une assez large autonomie des fédérations qui constituent le mouvement sportif. On pourrait donc penser que ce sont principalement les fédérations qui sont et constituent le mouvement sportif.

11Quid du CNOSF ? Le principe de la coexistence et de la collaboration entre l’État et le mouvement sportif suppose un dialogue permanent qui est assumé par le Ministère des Sports, au nom de l’État, et par le CNOSF au nom du mouvement sportif. Aussi retrouve-t-on ces éléments dans les statuts et sur le site du CNOSF, article 2, alinéa 3 : « Le Comité National Olympique et Sportif Français a pour objet de promouvoir l’unité du mouvement sportif dont les composantes sont les fédérations sportives, les groupements sportifs qui leur sont affiliés et leurs licenciés de représenter le mouvement sportif ».

12Avec ses 16 millions de licenciés, 3 millions et demi-bénévoles, 180 000 associations sportives, 107 fédérations et groupements sportifs, 131 organes déconcentrés – les CROS, les CDOS, les Comités Territoriaux –, il apparaît ainsi que le CNOSF est LE représentant du mouvement sportif. Représente-t-il pour autant tout le sport, pour lequel on avance le chiffre de 36 millions de pratiquants, alors qu’il y a 16 millions de licenciés ?

13Qui gouverne ? La réponse à notre questionnement de départ semble simple : c’est le CNOSF. Mais il ne faut pas oublier deux ingrédients supplémentaires. D’une part, participent à l’Assemblée Générale du CNOSF avec voix délibérative, les 95 fédérations sportives réparties en 4 collèges, dont 29 fédérations olympiques, 47 fédérations nationales sportives, 14 fédérations multisports et affinitaires, 5 fédérations scolaires et universitaires, auxquelles il faut ajouter les 12 membres associés, les membres de nationalité française du CIO et le groupement des sportifs de haut niveau.

14Dans l’article 5.2.2 des statuts du CNOSF relatif au droit de vote, conformément aux dispositions impératives de la Charte Olympique, les fédérations olympiques disposent de la majorité absolue des voix, à savoir que 29 fédérations ont la majorité absolue sur 95. Ainsi, ce n’est qu’une partie du CNOSF qui véritablement gouverne le sport. On peut donc s’interroger sur sa légitimité actuelle à représenter l’ensemble du mouvement sportif. Ou à tout le moins rappeler cette situation et ensuite formuler la question.

15Une préoccupation grandissante est en train de traverser le mouvement sportif : il s’agit du rôle de l’État. L’État est responsable de la politique sportive en France. Il soutient la pratique par le biais de conventions d’objectifs et de la mise à disposition des cadres techniques. Le CNDS, important financeur, ayant le statut d’établissement public, est sous la tutelle du Ministère chargé des Sports, et enfin les fédérations sportives sont placées sous la tutelle du Ministère chargé des Sports.

16Dès lors, des fédérations prétendument indépendantes, un Comité Olympique soumis au diktat des fédérations olympiques et parfois des fédérations internationales, un État responsable et tutélaire doté du pouvoir législatif et d’un pouvoir financier, les conditions me semblent réunies pour des relations ambivalentes.

17Madame la Ministre, vous qui avez laissé votre nom à une loi sur le sport particulièrement dense, est-ce l’État, voire parfois le Président de la République, qui gouverne le mouvement sportif ? Est-ce pour vous une donnée incontournable ? Comment appréciez-vous la situation ?

18Ensuite, ce sera à Alain Loret d’intervenir, puis à Jean-François Renault.

Edwige AVICE,
Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports

19Étant donné que Denis Masseglia, président du CNOSF, n’est pas là, je vais me transformer en agent double : je vais parler du côté du mouvement sportif et du côté de l’État. Je ne vois pas comment on peut évoquer l’un sans l’autre.

  • 1 . Rapport d’information no 4395 déposé par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation (...)

20D’autre part, avant d’intervenir, je voudrais recommander à l’assistance le rapport d’information n ° 4395 qui est sorti au mois de février, avec comme Présidente de la mission Valérie Fourneyron, notre actuelle ministre, et dont le rapporteur est Gilles d’Ettore. Ce document s’intitule : Gouvernance des fédérations sportives, faire confiance au modèle associatif1. Tout le débat d’aujourd’hui peut très utilement être enrichi par ce travail. Une grande partie de la discussion de tout à l’heure y est déjà contenue, ainsi qu’une partie de la discussion que nous allons avoir.

21Je voudrais apporter quelques petites précisions qui vous expliqueront que mon propos vous paraîtra peut-être un peu décalé par rapport à celui qui précède.

22J’ai toujours eu une vie professionnelle, j’ai été neuf ans Ministre certes, dont trois ans aux Sports, mais je suis depuis très longtemps ingénieur financier et j’ai dirigé des entreprises. Actuellement, je suis Vice-Présidente d’un bureau de prévisions économiques et, en même temps, je dirige bénévolement, tout comme je le faisais pour le CNAPS, la Fondation du Sport Français. Le mouvement sportif est venu me chercher récemment, au moment où Henri Serandour est décédé, pour que je monte une fondation reconnue d’utilité publique, qui porte d’ailleurs son nom « Fondation du Sport Français Henri Serandour », et qui me permet aussi de m’exprimer comme je vais le faire devant vous parce que je vois très concrètement tous les jours ce que le mouvement sportif peut apporter à juste titre en innovations sociales.

23Donc mon propos n’est pas de critiquer tel ou tel, de réhabiliter tel ou tel. Je suis une femme extrêmement pratique, et je vais me situer sur le terrain du travail, de manière à préciser comment se partage le travail entre l’État d’une part et le mouvement sportif de l’autre, tout en étant consciente aussi qu’au moment même où je m’exprime, il y a à la fois une réflexion du côté de l’État et une réflexion très forte du côté du mouvement sportif, par rapport à ce qu’a décrit notre premier intervenant, plus exactement l’animateur de la séquence. Le mouvement sportif se rend compte qu’il y a des situations qui datent du passé et que, quoi que l’on fasse, ces questions de cumul des mandats, de longévité dans la fonction, de non-proportionnalité, entre autres, demandent des réflexions importantes sur le mode de scrutin. Actuellement, cette réflexion existe, je n’en ai pas la totalité de l’expression, je sais qu’elle est là et je vous suggère de demander à Denis Masseglia d’en faire le point. Cela pourra, je pense, enrichir votre débat.

24Souvent, quand on aborde ces questions de gouvernance, on est dans des jeux de rôle et parfois les crises de prestance : qui commande ici ? ; qui paye commande !… je l’ai vécu quand j’étais en fonction. Ce qui est très agaçant quand on est du côté de l’État face au monde associatif, c’est qu’on a le sentiment d’être là uniquement pour payer, ce qui est très difficile à accepter. On arrive avec de grandes idées généreuses et quand on est gouvernant, on a un privilège de regard. Vous n’imaginez pas combien la société française peut être corporatiste. Cette mosaïque d’intérêts particuliers est extraordinaire, et quand on est devant tout cela, on se demande comment réussir à faire passer l’intérêt général. Donc, il n’est pas extrêmement facile de gouverner, je voulais le dire en préalable ; c’est pourquoi je vais revenir aussi sur certains paradoxes de notre pays, des paradoxes politiques, des paradoxes culturels.

25Notre État, en France, est l’un des plus forts centralisateurs d’Europe, un des États constitués le plus tôt et en même temps, la loi de 1901 donne une liberté à toute organisation associative, y compris d’ailleurs dans ce qui vient d’être dit, puisque l’on voit qu’effectivement, dans le fondement du mouvement sportif, il y a cette indépendance reconnue. Je reviendrai sur la question de la tutelle.

26Je souhaite également attirer votre attention sur un autre aspect. C’est un paradoxe qui n’est pas valable que dans ou pour le sport. Nous avons un pays où la notion de service public est quasiment une conquête révolutionnaire, – c’est-à-dire que l’intervention publique est extrêmement forte dans de nombreux domaines la santé, l’éducation, etc., – mais en même temps, depuis le Général de Gaulle, c’est également l’État qui est reconnu dans toute l’Europe comme étant celui qui a le plus été capable de monter de l’économie mixte. Nous sommes exactement dans un débat public/privé, si on veut le mettre sur le terrain politique mais aussi sur le terrain économique. Ce terrain public/privé n’est pas très simple à pratiquer. Ce n’est pas le mariage de la carpe et du lapin, mais cela pourrait l’être. Cela peut être des intérêts très divergents, des intérêts convergents ; le monde associatif, que je sache, est un monde privé, et c’est la société civile. Il est investi juridiquement de puissance publique quand il a une délégation de puissance publique, que j’ai moi-même créée par la loi de 1984. Ce qui veut dire aussi qu’il faut faire très attention au mot « tutelle ». La tutelle peut être un préalable ou un a posteriori. J’ai créé un contrôle a posteriori. C’est une différence de taille : on donne, en étant d’accord sur un contrat, à quelqu’un qui est en face, et qui est un partenaire, les moyens de son travail, et on vérifie à la sortie si le contrat est ou a été respecté. Ce n’est pas lui imposer par injonction un travail précis, mais il se présente avec des objectifs à lui et il décide de faire de ces objectifs au service de l’intérêt général un effort pour son pays. Dans la mesure où la puissance publique est tenue de l’aider, en conséquence, elle doit le contrôler à la sortie, parce que c’est l’argent du contribuable qui est requis.

27À partir de là, il faut se poser la question suivante : « Gouverner, cela veut dire quoi ? ». Quand vous examinez la définition, c’est « administrer et diriger ». Chacun, à sa manière, de l’État ou du mouvement sportif, administre et dirige. L’État doit administrer et diriger pour une population de 65 millions de personnes ; le mouvement sportif doit effectivement diriger et administrer par rapport à un énorme écheveau, dans lequel, et vous avez cité des chiffres, on dénombre 16 millions de licenciés, des milliers d’associations et 3,5 millions de bénévoles. Je reviendrai sur le bénévolat, étant moi-même bénévole, parce qu’il ne faut pas oublier cette dimension dans notre réflexion d’aujourd’hui. C’est à la fois une dimension de l’économie sociale et une philosophie de l’action.

28Par rapport à ces deux grands acteurs que sont l’État et le mouvement sportif, si vous voulez essayer de faire l’analyse qui pourrait convenir au thème de notre journée, je vais me placer sur ce dont j’ai la pratique :

  • le partage des rôles,
  • une relation dialectique,
  • un partenariat qui n’est intéressant que lorsque l’on recherche des deux côtés une vraie plus-value.

29Et je vais dire en quoi on peut apporter plus du côté de l’État ou du côté du mouvement sportif. Je suis bien placée à la Fondation du Sport pour voir que le mouvement sportif, actuellement, pour des sujets sociétaux extrêmement lourds comme le handicap, est le seul à pouvoir aller à des endroits où l’État ne peut pas aller. La couverture des besoins ressemble parfois à une dentelle. On peut avoir de belles intentions mais quelquefois on n’est pas à la hauteur de la réalisation. Ce que je constate, c’est que dans des domaines sociétaux lourds de sens, le mouvement sportif est un partenaire extrêmement utile, et quelquefois il est même le seul à intervenir.

I. LE PARTAGE DES RÔLES

30On peut considérer que la balle est aujourd’hui largement dans le camp du mouvement sportif pour ce qui est de sa modernisation, de ses réformes, des passerelles à établir, mais il faut que l’État l’aide à se faire respecter. À un moment donné, l’État s’affaiblit parce qu’il a moins d’argent, il a besoin d’être aidé de l’extérieur, et le mouvement sportif a tout son rôle à jouer.

31En ce qui concerne le partage des rôles, l’État a bien entendu un rôle nécessaire dans le financement, la formation, il est un garde-fou pour la sécurité, pour la santé, pour l’environnement. Mais j’attire votre attention sur un point : l’État a un effet de levier. Quand il donne son label, comme par exemple la reconnaissance d’utilité publique, la délégation de service public, ce simple acte juridique et politique a pour effet de mobiliser d’autres efforts que les siens autour du bénéficiaire. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas imaginer que les collectivités locales, qui apportent aujourd’hui 30 % de tout le financement du sport, se mobiliseraient s’il n’y avait pas cette reconnaissance de l’État. Comment imaginer aussi que les forces économiques s’associent à la démarche pour des politiques sans intérêt pour l’État ? C’est impossible. Cette garantie est nécessaire, et le fait que l’État la donne entraîne, pour le mouvement sportif, certains effets positifs qu’il doit mesurer. La part de l’État dans le financement total est plus élevée que dans d’autres pays d’Europe, mais n’est que de 9 % seulement dans l’ensemble des financements. Ce sont encore les familles qui payent le plus, à hauteur de 51 %, et c’est vrai dans toute l’Europe, ce qui d’ailleurs entraîne une réflexion sur le montant des cotisations et sur les financements propres du mouvement sportif. Vous parliez du lucratif, mais il faut déjà réfléchir à l’autofinancement. Généralement, les cotisations sont très faibles et il y a manifestement en France un vrai problème du juste prix du service rendu.

32En ce qui concerne le mouvement sportif, je disais tout à l’heure qu’il y a des cas où il est le seul à pouvoir intervenir, mais lui appartiennent évidemment les efforts quotidiens : la proximité, la responsabilité sportive olympique ou pour le sport pour tous, la gestion de ses propres structures, et c’est un rôle absolument irremplaçable qui est réalisé d’ailleurs largement grâce à des bénévoles mais aussi grâce aux cadres techniques, qui ne sont pas extrêmement nombreux en France, mais qui sont indispensables au fonctionnement.

II. LA RELATION DIALECTIQUE

33Quand on est en fonction, on sait qu’il y aura débat entre l’État et le Mouvement Olympique. J’ai eu des débats parfois vifs avec Nelson Paillou, des débats intéressants et de longue durée avec le Président Serandour, et puis Denis Masseglia étant aujourd’hui le principal mécène de la Fondation du Sport, nous nous voyons régulièrement et échangeons sur la manière d’orienter les choses. Je crois qu’il est très intéressant d’avoir un rapport dialectique, c’est-à-dire de ne pas être seul dans son coin, être sûr de ses vérités, et cela aussi bien pour l’État que pour le mouvement sportif, pouvoir se confronter, dialoguer, échanger, essayer de voir quelles sont les améliorations possibles. L’État essaye toujours d’associer le monde associatif aux politiques publiques parce que c’est aussi un moyen de les diffuser plus facilement. Il y a malgré tout, dans ce dialogue un peu musclé, quelque chose d’important qui peut faire avancer. Si vous ne discutez pas, si vous n’êtes pas un peu dans la confrontation, pourquoi auriez-vous envie d’évoluer, et d’un côté et de l’autre ? J’ajoute que nous sommes quand même dans une situation où, avec la décentralisation, il y a des opportunités pour le mouvement sportif, avec le fait qu’il y a manifestement maintenant aussi, au niveau des régions, la volonté de prendre un pouvoir économique plus fort, d’avoir plus de responsabilités, d’exister à l’international. À l’évidence, il y a d’autres cartes à jouer.

34Certains sujets sont devenus lourds de sens et ne l’étaient pas à l’époque où j’avais mes responsabilités ministérielles. Le thème de la santé est devenu omniprésent, le principe de précaution, la sécurité, le dopage, l’environnement également. Quand j’exerçais mes fonctions, on n’avait pas créé des Plans départementaux des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR) ; aujourd’hui les sports de nature sont devenus une dimension absolument incontournable du sport, y compris pour le loisir, et également pour le secteur lucratif.

III. LE PARTENARIAT ET LA « PLUS-VALUE » QU’APPORTE CHAQUE PARTENAIRE

35Nous sommes dans un nouveau contexte et il faut se poser la seule vraie question : « qu’est-ce que chacun peut apporter à l’autre ? ». Ce n’est pas la peine de revendiquer une autorité du côté de l’État s’il n’a rien à donner. Ce n’est pas la peine de revendiquer une indépendance totale du côté du mouvement sportif s’il se situe dans un enfermement qui a été parfois dénoncé ce matin. En même temps, il faut se dire qu’une structure ancienne peut effectivement avoir tendance à se répéter, à se reconduire. Qu’est-ce que chacun peut apporter à l’autre ? Je vais donner des exemples très précis.

36L’État peut apporter un interministériel. Quand j’ai créé le statut de l’athlète de haut niveau en France, j’étais un ministre pauvre et je devais préparer les Jeux olympiques sans grand argent alors qu’aucune considération n’était accordée aux athlètes de haut niveau. Mon mari étant partiellement d’origine américaine, j’avais l’habitude des États-Unis et j’avais été très frappée là-bas par la manière dont on traitait les sportifs. Reconnus dans les entreprises, bien accueillis, c’était un plus dans le curriculum vitae. J’ai donc essayé de jouer cette carte et la première personne avec laquelle je l’ai jouée est Louis Mexandeau, Ministre des Postes. J’ai eu la chance qu’il accepte, parce qu’il avait dans son giron une ASPTT (association sportive) très puissante et qu’il était ministre, donc investi d’un certain pouvoir. C’est donc le Ministère des Postes et Télécommunications qui a signé le premier contrat – 40 postes – pour les athlètes de haut niveau. Ce n’est donc pas le mouvement sportif qui avait pu le faire, parce qu’il n’en avait pas les moyens ni les introductions, c’est le gouvernement qui l’a initié et accompli. L’interministériel est une méthode de travail très importante. Je rappelle au passage que le CNAPS, que j’ai dirigé sept ans, avait repris la méthode en permettant aux différents ministères d’être présents.

37L’État peut avoir un grand pouvoir sur les rythmes scolaires, ce qui n’est pas facile. Si on veut que notre pays soit sportif, que le tiers-temps pédagogique soit reconnu, et les écoles ouvertes au monde du sport, il faut que l’État s’en mêle.

38Il y a des ingénieries utiles que l’État peut aussi proposer à ses partenaires parce qu’il dispose d’un corps de hauts fonctionnaires et de techniciens compétents et spécialisés.

39Par exemple, quand on a réfléchi sur la mise au point des statuts types, il n’était pas inutile d’apporter un peu d’ingénierie juridique à des fédérations qui sont composées de bénévoles, surtout les petites, et qui n’ont pas forcément tous les instruments sous la main, ni l’argent afin de payer un avocat pour faire ce travail.

40L’État, évidemment, peut aussi se pencher sur la question des normes, sur la qualité des formations parce que si une formation n’est pas reconnue avec sa qualité, il n’y a pas d’emploi à la clé. J’apprécie la diversité des formations qui sont données maintenant et qui permettent à des jeunes que le sport intéresse d’exercer ensuite des métiers de management.

41Et puis l’État peut fédérer, mobiliser des moyens pour aider à l’organisation de grandes compétitions, par exemple.

42Voyons maintenant ce que sont les ressources mobilisables du côté du mouvement sportif. Le mouvement sportif a pour lui une caractéristique totalement irremplaçable à laquelle j’ai été extrêmement sensible quand j’ai pris mes fonctions, c’est le militantisme. C’est une donnée assez rare. En effet, des personnes, indépendamment de toute rémunération, sont capables de donner de leur temps, de leur intelligence, de faire des choses imaginatives, de travailler à des niveaux locaux. Le militantisme est tout à fait extraordinaire et on me dit que la source est en train de se tarir. Je crois que c’est la vertu principale du monde associatif et, en particulier, du monde sportif. C’est avec cela, je pense, que les arguments peuvent être discutés, et que des politiques imaginatives peut-être peuvent être conduites. C’est très intéressant, et je le vis avec la Fondation car nous lançons des appels à projets. Nous voyons remonter des projets originaux, que l’État n’a pas du tout inventés, mais que parfois le monde sportif a inventés avec des entreprises, à des niveaux locaux, avec des collectivités également.

43Je vais donner l’exemple de ce qui a été fait par la Fédération Sportive et Culturelle de France. Il s’agit d’un projet que l’on a aidé : dans des quartiers extrêmement pauvres, on sort toute une famille pendant un week-end et on proportionne les sports à l’âge des différents membres : le jeu des 3 raquettes. On nous a demandé très peu d’argent pour financer l’équipe pédagogique mais l’idée était géniale.

44Une autre idée est née dans le Nord de la France. Le projet s’appelait « Les femmes du fan », et permettait à une mère de famille amenant ses enfants au club de football après avoir fait ses courses, de se voir proposer pendant son attente, une activité sportive, et pas forcément en football.

45Je pense aussi à une autre expérience qui a été menée avec Schneider Electrique qui, par l’intermédiaire de son comité d’entreprise, a financé les membres de son personnel pour qu’ils acquièrent des formations. Ils sont allés aider des fédérations pour faire faire du ski à une famille complète, dont une personne handicapée, avec du ski en fauteuil, dans une région de montagne.

46Aujourd’hui, effectivement, il y a une opportunité à saisir pour le mouvement sportif, non pas pour se libérer de la pesante tutelle de l’État mais pour prendre ses pleines responsabilités, étant entendu qu’il est souvent sollicité, parce que nous traversons économiquement une période difficile.

47À la Fondation du Sport Français, nous travaillons aussi en faveur du sport pour les chômeurs. En effet, nous nous sommes rendu compte que quand les gens étaient très longtemps au chômage, hommes ou femmes, ils n’avaient plus aucun ressort pour se mobiliser pour aller chercher du travail. Nous nous sommes dit que la solution serait effectivement de leur proposer, outre des métiers sportifs si c’est possible, une remobilisation à travers éventuellement des fédérations sportives, des clubs sportifs qui leur permettent de retrouver un regard sur eux-mêmes plus positif. Nous travaillons là-dessus et nous avons beaucoup intéressé la Fédération du Sport en Entreprise sur ce thème.

48J’en ai terminé et je me tiens à votre disposition pour la suite car je suis encore opérationnelle dans le monde du sport.

49Merci de votre attention.

Alain LORET,
Professeur des Universités,
Rédacteur en Chef de Sport Web Intelligence

50Il est très impressionnant d’intervenir après Madame Edwige Avice dans la mesure où elle a laissé son nom à une loi qui structure encore aujourd’hui, et probablement pour longtemps, d’après ce que je viens d’entendre, le sport français. Et c’est d’autant plus impressionnant lorsque l’on n’est pas d’accord, en termes d’approche. Je vais donc essayer de mettre en évidence un certain nombre de logiques sur lesquelles nous travaillons, sans esprit polémique bien entendu, car nous nous situons dans une logique de dialogue, de débat.

51Tout d’abord, je voudrais revenir sur un certain nombre d’éléments qui ont été évoqués préalablement, notamment la notion de décision abordée par Alain Garrigou. Il s’agit de savoir si, dans le monde du sport, il y a des décideurs. J’aurais tendance à répondre non, et je voudrais faire référence à l’un des théoriciens de la décision, Lucien Sfez, que j’ai eu la chance, lorsque j’étais étudiant, d’entendre à plusieurs reprises, et dont j’ai lu l’ouvrage qu’il a publié il y a environ 25 ans et qui s’intitule Critique de la décision. Il met en évidence le fait que dans une organisation qui a atteint un certain niveau de complexité, il est extrêmement difficile, voire impossible, d’identifier le décideur. Il prend un exemple, que je vais restituer immédiatement et qui va vous permettre de comprendre exactement quelle est la difficulté théorique de cela, c’est la construction du RER en région Île de France. Il démontre, dans cet ouvrage, qu’il est absolument impossible d’identifier le moment, et donc la personne ou bien le groupe de personnes ou encore l’organisation, qui a décidé que le RER serait construit, parce que la complexité était tout à fait extraordinaire, et j’aurais tendance à penser qu’aujourd’hui, dans le monde du sport, on est à peu près dans la même situation. La complexité des structures qui tentent, tant bien que mal, plutôt mal que bien, de piloter le sport français aujourd’hui, est telle qu’il est absolument impossible de savoir qui décide.

52Contrairement à ce que vient de dire Madame Avice, je ne pense pas qu’à aucun moment, et depuis probablement une bonne vingtaine d’années, l’État français soit en mesure de décider quoi que ce soit dans le domaine du sport. Je ne pense pas non plus que le mouvement sportif, contraint qu’il est par la tutelle administrative qu’il subit depuis quasiment un demi-siècle en France, soit aujourd’hui dans une situation de pouvoir décider quoi que ce soit. Les collectivités locales et territoriales sont à peu près dans la même situation ; je dirai même que pour elles c’est encore plus compliqué de trouver un interlocuteur. Il y a un tel enchevêtrement de structures, d’institutions devant elles, lorsqu’elles doivent dialoguer, qu’il leur paraît absolument impossible de trouver le bon interlocuteur.

53Les collectivités locales, l’État, le mouvement sportif, mais il y a d’autres acteurs, et d’ailleurs vous remarquerez que dans le monde du sport on ne parle pas de décideurs mais d’acteurs, qui sont à mon avis plus des agents sociaux que des acteurs sociaux.

54Il y a bien entendu les entreprises, qui cherchent tant bien que mal à trouver une place à hauteur des partenariats financiers qu’elles apportent aux acteurs sportifs, aux acteurs institutionnels. Les entreprises ne trouvant pas leur place, le dialogue avec qui que ce soit est extrêmement difficile. Donc, les entreprises ne sont pas non plus des structures décisionnaires.

55Ensuite, le cinquième partenaire du sport français, c’est la société. C’est, comme cela a été rappelé, probablement 30 à 35 millions de Français qui pratiquent, non pas du sport, mais une activité physique. Et là, il s’agit de bien mesurer la différence qui existe entre la demande sociale de sport contemporaine et l’offre du service public. On peut dire brièvement que l’offre du service public, depuis déjà plusieurs décennies, ne rencontre plus la demande sociale. C’est très facile à démontrer. La demande sociale, aujourd’hui, est exprimée globalement par 30 à 35 millions de Français, dont 15 à 16 millions sont licenciés. Cela veut dire que les licenciés étant des pratiquants bien particuliers, dont la moyenne d’âge, dans certaines disciplines, est inférieure à 15 ans, si on devait les interroger, est-on certain qu’ils revendiqueraient une pratique sportive correspondant à l’offre du service public ? Un certain nombre d’études sociologiques aujourd’hui démontrent exactement l’inverse.

56Prenons maintenant les pratiquants non licenciés, que le mouvement sportif a pris l’habitude d’appeler depuis pas mal de temps les « pratiquants sauvages ». Cette notion de pratiquants sauvages dit bien le monde, la distance qui existe entre ce qu’ils sont, en termes de pratique non pas sportive mais de pratique physique, et ce que l’offre du service public, qui ne correspond pas à leur demande, leur propose. Ils ne prennent pas en compte l’offre du service public, donc ils pratiquent de manière sauvage, c’est-à-dire sans être licenciés et sous des formes diversifiées. Il est intéressant d’observer que cette catégorie de la population française pratiquant une activité physique, quelquefois une activité sportive, alors que la moyenne d’âge des licenciés est de 15 ans, leur moyenne d’âge à eux est de 39 ans pour les femmes et de 40 ans pour les hommes. En outre, en nombre, ces actifs non licenciés sont majoritaires. On est donc là dans une configuration où l’on voit bien qu’il n’y a pas une population sportive, mais a minima trois :

  • les femmes, qui ont de tout temps et encore aujourd’hui – il faut quand même observer qu’aucune fédération olympique n’est présidée par une femme en France – été relativement rejetées par la société sportive, revendiquent un certain nombre de pratiques, de services, à partir d’une demande que l’on commence à bien cerner aujourd’hui,
  • les hommes adultes qui, eux également, revendiquent un certain nombre de pratiques, différentes de celles des femmes, et que l’on commence également à cerner correctement,
  • les adolescents, contraints et forcés d’être licenciés, parce que si on leur demande véritablement ce qu’ils veulent faire, certaines études montrent que ce n’est pas eux qui répondent mais leurs parents, et la réponse des parents est paradoxale. Des études ont été menées sur un certain nombre de villes françaises, notamment la ville de Caen, où des familles ont été interrogées pour savoir quelle était la structure de la décision que ces familles prenaient lorsqu’il s’agissait, à la rentrée de septembre, d’inscrire leur enfant dans un club sportif. Tout le monde imaginait que la réponse allait correspondre à ce que nous pensions d’un certain nombre de disciplines sportives. Le judo parce que c’est éducatif, la natation parce que cela fait travailler les grandes fonctions physiologiques, etc., des idées reçues étaient exprimées d’une certaine façon sous forme d’hypothèses et ces hypothèses ont été invalidées lorsque les résultats ont montré qu’au sein de la famille, et contrairement à ce que l’on pensait, ce n’était pas le père qui prenait la décision, mais la mère, qui choisissait un club, donc une discipline, non pas en fonction de l’intérêt éducatif ou physiologique de la discipline, mais en fonction d’un certain nombre de critères très particuliers.

57Le premier critère, extrêmement surprenant, c’était la possibilité, au moment où la maman arrête sa voiture, de faire sortir son enfant ou ses enfants pour qu’ils viennent prendre leur sac dans le coffre de la voiture en toute sécurité. Autrement dit, si le club n’avait pas de parking, la maman ne le choisissait pas. En termes de décision, cela soulève quand même un certain nombre de points d’interrogation.

58Le deuxième critère, c’était l’horaire, il fallait que le club ouvre entre 17h et 19h30.

59Le troisième critère, c’était la distance du club par rapport au centre commercial. Il fallait que la distance permette à la maman, durant le temps où elle déposait son enfant dans le club jusqu’à la fin de l’activité, de faire ses courses.

60Autrement dit, on voyait très bien, à partir de cette étude, qui a été confirmée par d’autres enquêtes, que les décisions en matière de choix de pratique sportive ne correspondaient pas du tout à ce que l’on pouvait imaginer, et surtout à ce que pouvaient imaginer les institutions sportives.

61Et là, je voudrais m’arrêter sur le terme « institutions » parce que cette notion montre qu’en France, à partir du moment où le mouvement sportif a acquis cette dimension institutionnelle dès lors que l’État lui a donné cette délégation de mission de service public, il a perdu toute forme d’autonomie en termes de décision. Et ceci pour une raison extrêmement simple. Vous savez probablement qu’une institution n’est jamais le moteur d’un changement social. Une institution est une structure qui attend, avant de prendre en compte le changement social, qu’il soit fait un certain nombre de démonstrations à propos du caractère avéré du changement social. Sa pertinence sociale, sa puissance économique en particulier. Autrement dit, aujourd’hui, parce que le mouvement sportif a acquis cette dimension institutionnelle, il n’est pas en mesure de suivre le changement social.

62Et c’est le troisième niveau de mon argumentation, et c’est là où je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’a proposé Madame Avice, c’est parce que tout simplement le service public du sport a formaté selon des logiques qui datent très clairement d’une bonne cinquantaine d’années, alors que la demande sociale s’est exprimée en termes de rupture par rapport à ces logiques institutionnelles, disciplinaires, réglementaires, à partir de la fin des années soixante-dix et durant toute la décennie 80.

63Ce qui fait qu’aujourd’hui, pour proposer une synthèse, parce que le sport possède cette dimension institutionnelle, cette dimension politique, parce que le sport est devenu – et on se demande bien pourquoi d’ailleurs – un service public –, le dogme interdit toute approche objective et distanciée.

64D’ailleurs, pourquoi le sport est-il un service public ? Ce qui m’étonne toujours, c’est que personne ne se pose la question. Est-ce qu’effectivement le sport doit rentrer dans les prérogatives régaliennes de l’État au point de devenir un service public ? À quel titre devrait-il le faire ? C’est une question que je laisse en suspens, mais la question est intéressante parce qu’à partir du moment où le sport est un service public, le service public fige l’offre de l’État dans des logiques qui sont des logiques institutionnelles obligatoirement datées. Et de fait, aujourd’hui, le sport est daté parce que l’offre du service public correspond à une conception d’une activité physique et sportive, qui est également olympique, et qui date de la première moitié du XXe siècle. Or nous sommes au XXIe siècle.

65Là où je veux en venir, c’est que dans ces conditions, la réalité même de la gouvernance des processus de prise de décision dans le domaine du sport, relève tout d’abord d’un contexte extrêmement complexe et que, de ce point de vue là, il est absolument impossible de savoir qui décide. Et je pense, Madame Avice, que vous pourriez facilement être d’accord avec moi pour dire que l’État ne décide pas. J’achève mon intervention sur cet aspect.

Edwige AVICE

66Je ne suis pas d’accord avec vous. L’État, c’est un gouvernement, ce sont des institutions qui sont démocratiquement élues ou désignées, et qui sont là pour décider, sinon je ne vois pas pourquoi elles existeraient. On peut effectivement supprimer le Parlement, les institutions et laisser tout au marché. Si je vous comprends bien, votre conclusion pourrait se résumer de la manière suivante : « puisque l’État n’est pas compétent et que le Mouvement Sportif ne l’est pas plus, alors c’est le marché qui va dire le jeu. » Je suis très basique dans mon raisonnement et très logique aussi. Et surtout, je le répète, pas du tout d’accord avec votre manière de présenter la situation.

Alain LORET

67Je vais simplement, en conclusion, vous relater une anecdote que j’ai vécue récemment dans le cadre d’un colloque organisé en France sur le sport. Il y avait 300 personnes dans la salle, en grande majorité des représentants des collectivités locales et territoriales. Nous étions en train de débattre d’un certain nombre de choses lorsque la salle, et je dis bien la salle, a pris la parole, a pris le pouvoir en disant que nous étions « complètement à côté de la plaque » dans ce que l’on était en train d’expliquer, parce que « le problème n’était pas là ». « Le problème, nous le vivons au quotidien dans nos villes, dans nos communautés de communes. Le problème est de savoir qui doit décider, et là, à ma grande surprise, la quasi-totalité des représentants des collectivités a affirmé que le décideur ne peut être que le payeur. C’est évidemment discutable. Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui c’est culturellement ancré dans les dispositifs de gouvernance du sport au niveau des territoires. Alors, si le décideur est le payeur, comme l’État ne paye pas ou très peu, il ne peut pas être le décideur.

68Je vais prendre un autre exemple qui est à la fois une provocation et une caricature : le budget des sports aujourd’hui est inférieur aux droits de télévision que touche la ligue de football professionnel. Il s’agit de prendre la mesure du problème. Si l’État n’est pas en mesure de payer et si ce sont les collectivités qui assurent la plus lourde charge en termes d’allocations de ressources humaines et financières pour le sport, alors le décideur ne peut être que les collectivités locales et territoriales dans leur ensemble, et non pas le marché.

Edwige AVICE

69Comme j’étais mise en cause pour la loi de 1984, je veux donner une explication à la salle. Cette loi a été faite après une concertation d’environ deux ans avec le mouvement sportif et tous les partenaires du sport, et c’est fonction d’une revendication très ancienne du mouvement sportif qui voulait cette délégation de service public, qui voulait sa reconnaissance, que le texte a été adopté. Le mouvement sportif a considéré que c’était une avancée plutôt qu’une marche arrière.

70Il y a un autre point sur lequel je dois apporter une précision. Nous avons mené une étude au CNAPS pour vérifier, c’était une des lignes de travail qui nous avaient été données, quelles étaient les volontés des utilisateurs, des usagers par rapport aux pratiques sportives. Et nous avons vu effectivement se poser le problème du zapping chez des jeunes, c’est-à-dire : « je vais dans un club, je m’intéresse à tel sport, je n’ai pas envie de prendre une licence parce que quelque chose d’autre m’intéresse aussi, etc. ». Car être durablement figé dans une activité sportive, ce n’était pas conforme à ce que voulaient les jeunes interrogés. Une étude européenne vient de paraître sous la bannière de la Commission qui a regardé ces évolutions de près, et indiqué que la notion de club omnisports pouvait être très intéressante par rapport à ces changements d’attitude. Il y a aussi de nombreuses pratiques de loisirs qui se développent et qui rentrent, pour beaucoup, dans le secteur marchand, mais ce n’est pas là le cadre de notre discussion aujourd’hui.

Jean-François RENAULT,
Ancien Secrétaire Général de l’Union des Journalistes de Sport en France

71Le sport français a toujours été assis entre deux chaises, entre le sport tout étatique des pays socialistes et le sport tout libéral notamment des pays nord-américains. On s’aperçoit qu’aujourd’hui on est au bout de ce système-là. Je parle ici au niveau des résultats parce que je ne suis pas là pour parler du nombre de licenciés et du nombre de pratiquants.

72Nous nous en sommes aperçus à Londres, où les résultats de la France ont stagné, parce que je pense que l’on arrive à la fin de ce système et qu’il va falloir choisir un autre modèle.

73Déjà, je crois inutile et non nécessaire de faire désormais une partition entre sport amateur et sport professionnel. Je suis persuadé que cette partition n’existe plus, voir l’exemple de Teddy Riner qui émarge à 1,5 million d’euros par an, c’est-à-dire le salaire d’un très bon joueur de ligue 1 et trois fois le salaire des meilleurs joueurs de rugby en France. Donc, pour moi, il n’y a plus vraiment de sport amateur à partir du moment où les sportifs de haut niveau en France réussissent à gagner leur vie avec les conventions d’objectifs, avec les accords dans les entreprises. La partition se fait maintenant sur les sports qui ont les droits de télévision et ceux qui ne les ont pas. Nous le verrons demain, au niveau de l’étranger, s’il n’y a pas de rétrocession du CIO sur les fédérations internationales de deuxième rang – et ce n’est pas péjoratif de parler ainsi –, ces sports n’existeraient plus, et c’est grâce aux droits de télévision qu’ils sont connus. Alain Loret disait tout à l’heure effectivement que le budget annuel du Ministère des Sports est de 280 millions d’euros, c’est-à-dire 0,13 % du budget national. 280 millions d’euros, alors que les droits du football, 152 millions, plus les droits du rugby, 32 millions, c’est pour une seule année. Et eux, football et rugby, ils ont l’assurance d’avoir signé pour quatre ans. Est-ce que cela va continuer ? Madame Avice le sait bien, il y a toujours des serpents de mer… Est-ce qu’il va y avoir encore un Ministère des Sports ? Nous avons quand même eu cinq ministres en cinq ans.

74À ces 280 millions s’ajoutent les 250 millions du CNDS. Par des arguties comptables, le CNDS, qui s’appelait FNDS il y a quatre ans, avait 800 millions, maintenant il est tombé à 250 millions, et personne ne sait trop comment cette différence peut s’expliquer.

75Rappelez-vous en 1996, deux jours avant l’ouverture des Jeux d’Atlanta, Guy Drut, Ministre des Sports à l’époque, s’était fait prendre de vitesse par Bercy qui avait annoncé qu’il allait mettre à la disposition des fédérations les cadres que l’État payerait. Ce fut donc un mouvement de panique générale à Atlanta, les entraîneurs nationaux se sont mis quasiment en grève. Donc, dans ce budget de 180 millions d’euros, 90 millions, soit la moitié, ont servi à payer les 1 470 cadres mis à disposition des fédérations par l’État français. Alors, supposez que l’État ne finance plus les cadres, ces 90 millions sont égaux aux 90 millions des conventions d’objectifs des fédérations. C’est-à-dire que si Bercy décide de remettre à disposition des fédérations les cadres, il n’y a plus de fédérations capables de vivre.

76J’ai simplement choisi l’exemple de la Fédération Française d’Escrime, son budget total est de 6 231 000 euros, convention d’objectifs 3 184 000 euros, c’est-à-dire 52 % du budget qui proviennent de l’État. Les licences, 1 499 000 euros, c’est-à-dire 24 % du budget. L’escrime française est le sport le plus médaillé aux Jeux. Le Championnat du Monde a eu lieu en novembre 2010 au Grand Palais, lieu prestigieux, or l’escrime n’a pas de sponsors. Le retour de partenariat est de 7 % simplement, avec des actions ponctuelles. C’est donc une fédération totalement dépendante, évidemment de l’État, comme la majorité des fédérations qui n’ont pas les droits télévisés.

77Les fédérations, qui n’ont pas droit à des retransmissions parce que personne ne veut payer pour un Championnat d’Europe de Lutte ou un Championnat du Monde de Taekwondo, seront définitivement tributaires de l’effort de l’État, si effort il y a, ce qui n’est pas le cas pour le football, le basket professionnel, le tennis, tous ces sports que vous connaissez et que vous voyez à longueur d’année sur les écrans.

78Il y a très peu de partenariats privés dans l’organisation du sport en France, si ce n’est les sports de télévision. On peut dire que l’État administre, mais ne manage pas, et le sport français aurait besoin de davantage de management, notamment pour le haut niveau.

79Partenariat public/privé : je ne voudrais pas prendre l’exemple de l’IN-SEP, la merveille que tout le monde nous envie. C’est sans doute l’établissement le plus achevé dans le monde, bien avant celui de Canberra ou celui d’Indianapolis. La rénovation de l’INSEP, qui a été lancée par Marie-George Buffet et poursuivie par Jean-François Lamour, l’a fait devenir un grand établissement public, avec la possibilité de délivrer des diplômes universitaires mais aussi, parallèlement, vu que cela coûte de plus en plus cher, les frais annuels pour un sportif sont passés à 9 000 euros, soit 7 500 pour la fédération et 1 500 pour l’athlète. Vous me direz que 9 000 euros c’est à peu près le prix d’un studio par mois dans Paris, tandis que là-bas ils sont logés, nourris et soignés. Certes, mais cela commence quand même à faire beaucoup et dans certains sports, notamment les sports de combat, on a besoin de « chair à canon » pour les titulaires, et donc il faut du monde pour s’entraîner tous les jours.

80Puisque l’INSEP, l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, est devenu un grand établissement public en 2009, il s’est cru obligé de créer une Direction des Politiques Sportives, ce que l’on appelait, auparavant, la Préparation Olympique mise en place en 1986, avec 70 personnes, pas de budget et aucune réactivité. Voilà pour démontrer l’exemple de cette administration qui est faible financièrement, mais lourde finalement de par son emprise.

81En ce qui concerne les collectivités locales et territoriales, par rapport aux 180 millions du budget du Ministère des Sports, elles mettent 12,5 milliards d’euros par an « dans le bassinet », c’est-à-dire 31 % du total, contre 9 % pour l’État.

82Où peut-il y avoir une liaison entre toutes ces entités ? Le Conseil Général de Loire-Atlantique est-il intéressé par la création d’un Sport Études de neige à l’Alpe-d’Huez, et les gens de la Savoie sont-ils intéressés par la création d’un Sport Études de Voile à Quiberon ?

83Donc le problème, et ce seront aussi mes mots de conclusion, c’est qu’il ne peut pas y avoir une politique commune de toutes ces ressources et je ne vois pas trop comment faire pour qu’il y ait une coordination des efforts accomplis, en dehors des efforts statutaires, c’est-à-dire les stades et les installations sportives pour les enfants des collèges et les jeunes des lycées. Où peut-il y avoir une coordination ? Qui peut assurer cette coordination à partir du moment où le seul lieu où les gens se rencontrent, mais avec un petit pouvoir financier, c’est à travers le CNDS ? Personne ne peut gérer la grosse manne concernant le sport parce qu’elle est totalement individualisée et dépendante d’une région, d’une ville ou d’un département.

Alain BRAUN,
Animateur de la séquence

84Passons à la deuxième partie de notre séquence, que j’avais intitulée « L’intrusion du secteur lucratif dans les instances sportives ».

II. L’INTRUSION DU SECTEUR LUCRATIF DANS LES INSTANCES SPORTIVES

85Les aspects économiques seront approfondis dans une autre séquence de l’USE ; nous resterons donc centrés ici sur la partie structurelle.

86Plusieurs décisions, propositions récentes méritent de retenir notre attention. Suite aux événements de la dernière Coupe du Monde de Football, une des principales mesures adoptées lors des Assises du Football a consisté à augmenter le nombre de représentants de la Ligue Professionnelle de Football au Conseil d’Administration de la FFF. Dans la désignation des sept membres représentant le mouvement sportif à la Conférence Nationale du Sport, le Président du CNOSF fait figurer le Président de l’Association Nationale des Ligues de Sport professionnel. Dans les récentes préconisations du CNOSF, afin d’améliorer la gouvernance des fédérations, on peut lire : « Le CNOSF recommande d’ouvrir les fédérations aux sociétés commerciales et les fédérations doivent engager en leur sein un vrai débat sur la pratique, comme par exemple installer des passerelles entre le secteur associatif et le secteur commercial ». Et pourtant, le serment prononcé par les membres du CIO mentionne qu’ils s’engagent à demeurer étrangers à toute influence commerciale. Faut-il en conclure qu’une révision du serment olympique est nécessaire ? Sommes-nous sur le chemin du « tout lucratif » dans le sport ? La défense de l’unicité du sport, comme cela a été souvent évoqué : à vrai dire celui centré sur l’argent, celui centré sur les médailles et celui centré sur l’homme, reste-t-elle une approche crédible en dehors des formules incantatoires ?

Alain LORET

87Je voudrais d’abord revenir sur les derniers éléments qui ont été évoqués et qui me semblent absolument essentiels. On parle de service public du sport et la définition d’un service public, c’est tout simplement quelque chose qui est accessible à n’importe quel citoyen, où qu’il se trouve. Autrement dit, il n’y a pas de ségrégation géographique lorsque l’on parle de ou du service public. Or, dans le domaine du sport, on est en train de dire que ce sont les collectivités locales qui, d’une certaine façon, non seulement organisent, mais financent le service public. Or chacun sait que les moyens des collectivités locales ne sont pas les mêmes. Cela veut donc dire très clairement que le service public du sport n’existe pas, parce que entre un citoyen qui habite le sud-est de la France et un citoyen qui habite le nord de la France, sachant que les collectivités desquelles ils ressortent n’ont pas les mêmes moyens pour organiser, financer le service public, parce que les collectivités n’ont peut-être pas non plus la même vision du service public, cela veut dire que chacune des collectivités va organiser son propre service public. Il est donc justifié de dire et d’affirmer que le service public est peut-être acquis au niveau régional, mais certainement pas au niveau national. Le simple fait de considérer que le financement du sport n’est pas homogène au niveau de tous les départements français, met immédiatement en évidence les limites du service public sportif.

Edwige AVICE

88Ce n’est pas du tout un sujet dont je suis une spécialiste, mais je me réfère à ce fameux rapport d’information qui explique très bien qu’il existe deux catégories de ligues : les ligues pour les sports collectifs et celles pour les sports individuels. Un paragraphe, sans répondre totalement à ce que vous disiez, donne des préconisations : « Il serait sans doute souhaitable dans ce cas que le pourcentage de droit de vote des ligues professionnelles soit plafonné réglementairement pour éviter une sur-représentation du secteur professionnel dans les instances fédérales. Il convient de rappeler en effet que la part des voix des professionnels dans les instances électives de la Fédération Française de Football est passée, depuis la dernière réforme de ses statuts, de 25 à 37 %, ce qui ne correspond pas du tout à la répartition réelle du nombre d’adhérents entre clubs amateurs et professionnels, et semble par conséquent une prise en compte quelque peu excessive de leur poids économique ».

89Il est dommage que Denis Masseglia ne soit pas là pour nous éclairer parce que vous connaissez bien le débat. Il y a une revendication des ligues professionnelles de plus en plus forte d’être, premièrement, totalement associées aux gouvernances fédérales, avec une forte représentativité, et d’autre part, d’avoir une certaine autonomie de fonctionnement par rapport à leur propre structure ce qui, évidemment, n’est pas dans la logique de l’unité du mouvement sportif.

Alain LORET

90Je considère qu’il n’y a pas un sport mais de multiples façons d’appréhender le concept de sport et je vous propose simplement d’en distinguer deux facettes : le sport qui se regarde et le sport qui se pratique. Si on considère le sport qui se regarde, on est clairement dans une logique économique, c’est une industrie de la production et de commercialisation des images. De ce point de vue là, pour tout ce qui relève du sport qui se regarde, les acteurs économiques ont toute leur place et je dirais même qu’ils doivent prendre en considération, doivent piloter le sport qui se regarde, tout simplement parce qu’il y a, derrière, des logiques de profit. Le terme peut peut-être choquer lorsque l’on parle de sport. Je suis universitaire, doyen d’une faculté des sciences du sport et je viens, lundi dernier, d’accueillir une promotion de licences première année, ils étaient 620 dans l’amphi. Je me demande, lorsqu’ils vont sortir, pour un certain nombre d’entre eux, avec soit une licence professionnelle, soit un master 2e année, c’est-à-dire un Bac + 5, combien d’emplois vais-je être en mesure de leur offrir. Je connais à peu près le potentiel d’emplois sportifs en Haute-Normandie ; chaque année c’est une quarantaine d’emplois. 620 étudiants, d’un côté, dont la majorité veut rester en Haute-Normandie, de l’autre côté, un nombre d’emplois qui correspond à une peau de chagrin. Je me dis alors qu’il faut créer les conditions favorables pour faire émerger de l’emploi et, pour ce faire, il convient de se rapprocher de ceux qui savent le faire, à savoir les acteurs économiques. Nous sommes donc dans une logique, dès lors que l’on parle du sport qui se regarde, de rapprochement des réseaux de financement du sport pour créer les conditions de l’emploi pérenne, de l’emploi qui permet aux intéressés d’accomplir des carrières. C’est la raison pour laquelle nous avons créé à Rouen, il y a maintenant treize ans, un master de marketing du sport professionnel. Nous sommes engagés dans une logique de création d’emplois liés au sport qui se regarde.

91En ce qui concerne le sport qui se pratique, j’aurais tendance à dire que le service public se situe là, c’est-à-dire dans le sport vecteur de lien social, dans le sport facteur de santé, facteur d’éducation. Autrement dit, nous sommes dans une logique où l’État, s’il veut s’en donner les moyens, qu’il n’a pas malheureusement, pourrait effectivement avoir des prérogatives régaliennes.

Edwige AVICE

92Ayant à m’occuper, au titre de la Fondation du Sport Français, du sport pour les handicapés, je souhaiterais vraiment que ce soit un sport qui se regarde. Je partage assez largement ce qui vient d’être dit ; appartenant au monde de l’entreprise, je ne fais pas d’exclusive et j’estime qu’il est très important effectivement que le monde économique puisse être mobilisé pour la cause du sport. En France, il apporte à peu près autant que l’État, soit 10 %, ce qui n’est pas énorme, pour d’autres pays c’est beaucoup plus. Mais, ce qui me paraîtrait tout à fait intéressant, c’est que ce monde économique, et c’est pour cela qu’il faut défendre la loi sur le mécénat et éviter que l’on supprime tous les avantages liés au mécénat, puisse faire vraiment du mécénat par rapport à beaucoup de disciplines sportives qui, autrement, n’ont pas les moyens de se développer, ni les moyens d’avoir une visibilité – parce qu’il faut de l’argent aussi pour avoir une visibilité. À la télévision, on a pu voir quelques images sur les Jeux Paralympiques, plus que d’habitude, mais il a fallu du mécénat pour cela. Donc, en proposant des politiques imaginatives, on pourrait avoir des liens un peu différents avec le monde économique. Je pense qu’il faudrait mobiliser davantage le MEDEF sur l’accompagnement des sportifs de haut niveau. Il y a toute une série d’actions à lancer en direction du monde économique. Autant il est très choquant de voir les déversements d’argent qui se font sur certains sports, et pour des résultats et des comportements douteux, autant la mobilisation généreuse du monde économique pour accompagner certains sports, certains équipements sportifs, ne me paraît pas du tout à refuser. Je fais moins la distinction entre le sport qui se pratique et le sport qui se regarde ; j’espère que tous les sports se regarderont !

Jean-François RENAULT

93Les partenaires économiques vont de toute façon vers les sports qui se regardent. En France, il est difficile de passer des accords avec de grandes entreprises nationales, comme cela se fait en Allemagne ou en Italie.

François ALAPHILIPPE
Professeur émérite à l’Université de Limoges

94Je ne crois pas du tout à la distinction entre le sport qui se regarde et celui qui se pratique, et surtout, je ne veux pas y croire. Le sport est fait pour être regardé. Je sais que l’idée refait surface en ce moment d’une séparation complète entre le sport professionnel et celui qui ne l’est pas. Je trouve que nous allons laisser le sport, lorsqu’il n’est pas professionnel, dans une situation bien difficile, alors qu’il devrait être soutenu par celui qui vit de lui en définitive. Dans la fédération où j’ai vécu et où je viens encore de temps en temps, j’ai tout fait à une époque pour que la Ligue de Cyclisme, qui s’était constituée de manière un peu pirate, revienne au sein de la fédération. C’était d’ailleurs avant que je n’en prenne la présidence et j’ai essayé de réduire les difficultés qui existaient entre la fédération et cette ligue. Cela a très bien fonctionné jusqu’à il y a peu de temps où, pour des difficultés qui étaient à mon avis très surmontables, elles se sont séparées, mais je crois que si on veut maintenir une ligue professionnelle dans une fédération, il ne faut pas que ce soit une institution d’une dimension trop importante. Pour le football, on comprend qu’il y ait une dissociation institutionnelle, mais dans le cyclisme il y a environ 150 professionnels en France. Cela a très bien vécu au sein de la fédération. Nous étions d’ailleurs, à ce moment-là, une des seules ligues qui n’avait pas la personnalité juridique. Le Comité Directeur a pensé, et nous avons modifié les statuts en ce sens, que dans ce cas il fallait leur concéder ou leur reconnaître une place plus importante dans le comité directeur fédéral parce que c’est quand même l’affichage de la fédération, ce sont les meilleurs athlètes. Et je crois que cela a été très bien vécu. Il y a seulement deux ou trois ans que la ligue a repris son envol pour des questions de nombre d’emplois, de constitution de comité d’entreprise, pour des détails en fait.

Edwige AVICE

95Dans la question qui a été posée sur les aspects lucratifs, il y a un cas concret que nous avons eu à traiter au CNAPS. Dans certaines fédérations sportives, il y a la présence d’intérêts économiques, par exemple le ski et les remontées mécaniques. Le débat avait été très vif et nous avions souhaité que leur apport financier soit plafonné au-dessous de la minorité de blocage pour ne pas leur donner le pas sur toute décision. Mais on voyait bien l’embarras des fédérations qui, étant elles-mêmes dépourvues de grandes ressources, comptaient absolument sur cet apport extérieur pour vivre et mener leur politique. C’est donc un sujet très délicat.

Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire Général adjoint de l’USE

96J’aime bien la subtilité analytique d’Alain Loret quand il distingue « le sport qui se regarde » et « le sport qui se pratique », tout simplement parce que, par médias interposés, c’est quand même bien l’objectif premier, et de l’économie et des politiques. Quand je dis des « politiques », c’est que le sport qui se regarde, si vous l’observez, c’est toujours de l’unisport dont il est question. Tout à l’heure, on a parlé de club omnisports. Nous pouvons estimer que c’est une révélation en 2012, puisque, depuis maintenant trente ans, tous les politiques au plan local ont passé leur temps à casser du club omnisports pour mettre en avant, non pas le sport qui se pratique, celui que les impôts des contribuables doivent aux contribuables, mais le sport qui se regarde. Je ne pense pas faire une grosse erreur en interprétant la pensée de nos responsables élus dans les collectivités locales et territoriales. C’est « on connaît ma ville grâce au sport ». Et ceci, vous pouvez le constater de manière flagrante tout simplement par l’évolution de la dénomination des clubs. En vingt ans, on peut dénombrer les clubs de haut niveau qui ont changé de dénomination en associant, le nom de la ville d’abord, puis celui du département ou de la région, tout cela pour l’image uniquement. Donc, on est bien dans le sport qui se regarde. J’accuserais presque les politiques d’une utilisation peu conforme à la destination de l’utilisation de nos impôts. Leur rôle n’est pas de nous faire regarder quelque chose, mais de donner la possibilité aux clubs de faire pratiquer le sport pour des raisons sociales et de santé publique. Cette subtilité-là n’a pas pour but d’opposer le sport professionnel au sport amateur. C’est simplement une remarque qui doit permettre un regard introspectif sur le rôle de nos dirigeants politiques durant ces dernières années, et l’impact sur l’état actuel du sport en France en particulier. Aujourd’hui, je ne suis pas certain que tous en aient une conscience aussi claire.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE,
Premier Adjoint au Maire de la ville de Nanterre,
Coprésident de la Fédération Française des Clubs Omnisports

97Nous avons un « os à ronger » avec le sport qui se regarde et le sport qui se pratique ; et je n’ai pas envie de ronger cet os-là. Je n’ai pas envie de ronger en général tout ce qui travaille les choses sur fond de dichotomie et d’opposition binaire. Cela rejoint des questions qui se sont posées pendant longtemps autour de « sport de masse et sport de haut niveau », ou de « sport professionnel et sport amateur ». J’ai écrit à plusieurs reprises que le sport n’était pas sécable. Et justement, dans le sujet même que l’on traite aujourd’hui, je crois que l’on cherche à gouverner un projet sportif qui prend toutes les dimensions du sport et tout ce que cela peut apporter. Sur chacun des exemples qui ont été cités, je peux très rapidement montrer pourquoi cette division, entre le sport qui se pratique et le sport qui se regarde, n’est pas opérante. En ce qui concerne le lien social autour du projet, nous sommes par exemple allés en finale de Coupe de France de basket avec une équipe issue des quartiers de Nanterre qui, petit à petit, est montée régulièrement. Il y avait 6000 Nanterriens à Bercy, et ils constituaient le lien social de la ville. C’était un travail authentique créé avec des gens de manières très diverses et qui s’appuyait sur une composante du sport. Je crois aussi que si on travaille les questions de manière coupée, et de cette façon dichotomique, on fait entrer encore plus les marchands du temple dans le sport.

98Un autre bon exemple peut se rapporter à l’inverse, avec ce que sont parfois, dans le sport qui se pratique, les sports dits libres ou sauvages, parce qu’ils sont hors structures. Ils se pratiquent dans un individualisme parfois affolant, sans aucun lien social, et pourtant c’est du sport qui se pratique. On ne peut le contester. À travers ces deux simples exemples, je veux montrer que le sport de performance peut drainer toute une mobilisation sociale de qualité et l’enrichir tandis que l’individualisme sportif élémentaire peut être quasiment sans aucun impact social…

99Donc, je crois que l’on a intérêt, dans la réflexion que nous avons engagée, à bien prendre en considération toutes les dimensions du projet sportif, afin de savoir comment il se construit avec tous les acteurs, comment il est partagé, comment les débats sont montés, plutôt que dans l’opposition entre tel ou tel type de pratique. Je crois que du sport pour tous au sport de création – j’utilise volontairement le terme « sport de création » parce que quand on est entraîneur d’une grande équipe, on est dans le même fonctionnement que pour un opéra ou une pièce de théâtre, on met en scène des choses importantes – cela nécessite des moyens effectivement, mais on ne peut pas les opposer.

Edwige AVICE

100Je voudrais répondre sur les politiques, les femmes et les hommes engagés dans la politique, qui ne méritent ni cet excès d’honneur, ni cette indignité, pour avoir assisté et encore récemment à des présentations sportives annuelles dans des grandes villes et des petites : Marseille, Paris, Issy-les-Moulineaux, Clermont-Ferrand, etc. Je peux vous dire que leur premier soin est de bien montrer qu’ils ne sont pas complètement mariés à l’équipe gagnante qui fait la une des journaux. Ainsi, le moindre club, le moindre bénévole, le moindre vétéran recevait une médaille, était à l’honneur. Les politiques sont bien plus populaires en insistant sur le sport pour tous que sur le sport roi qui fait la une des journaux. Je vous assure que c’est vraiment un constat qui vaut partout.

Alain LORET

101Sur la réalité que vous avez évoquée, concernant les pratiquants libres ou sauvages, j’observe qu’ils sont majoritaires aujourd’hui en France, c’est-à-dire qu’il y a plus de Français qui pratiquent en dehors des institutions sportives qu’il n’y a de licenciés dans les fédérations sportives.

102Alors, la question est simple : quelle est la place d’un service public dans ce cas-là ? Imaginons ce que serait la Poste par exemple, si une majorité de Français ne consommaient pas le service postal, mais utilisaient un autre service privé. Quel serait l’avenir du service public ? Je pense que si nous sommes dans une logique comme celle-ci et si nous acceptons que cette logique perdure et se développe, car les pratiquants libres ou sauvages sont de plus en plus nombreux, c’est le sport en tant que service public qui va être en danger très rapidement et gravement.

Alain BRAUN,
Animateur de la séquence

103Le dernier grand point que j’avais annoncé, était de donner ou de dégager ensemble quelques pistes pour un meilleur gouvernement du sport. Envisageons ce troisième et dernier volet de la séquence.

III. PROSPECTIVES EN MATIÈRE DE GOUVERNEMENT

  • 2 . Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1995. (coll. Champs Es (...)

104Dans ce domaine je retiendrai le mode de désignation des dirigeants. Il est mentionné dans les préconisations du CNOSF : « il convient de s’interroger sur ses membres, leur prise en compte et leur représentativité ». Il ne peut être fait l’économie des réflexions du politologue Bernard Manin développées dans son ouvrage Principes du gouvernement représentatif2 sans faire ici référence particulière à l’histoire du mouvement olympique. L’auteur attribue un caractère anti-démocratique, inégalitaire, oligarchique ou aristocratique, ce dernier qualificatif étant pris dans le sens de pouvoir bénéficier d’un statut supérieur dans la société, et non d’une noblesse héréditaire. Il y vante en revanche les avantages de la désignation d’une partie des représentants par tirage au sort. Ensuite, on peut s’inspirer des réflexions capitales de Jürgen Habermas qui met en évidence l’incapacité des sociétés, bien que parmi les plus avancées sur les plans social et démocratique, à percevoir les inspirations en évolution permanente à l’œuvre dans les sociétés civiles pluralistes. Où placer le curseur entre le gouvernement participatif et la représentation absolue, dont la théorie de Thomas Hobbes, selon laquelle le peuple n’existe que par son représentant, constitue la plus remarquable formulation. Dès lors, toute une série de questions apparaissent. Quelle désignation des dirigeants ? Quelle forme de démocratie ? Quelle organisation ? Quelle structuration dynamique ? Quelles pistes à venir se dessinent ?

Colette ANDRUSYSZYN,
Administratrice de l’UNCU et du CNOSF

105Je fais partie effectivement des élus au CNOSF qui sont sur une position quelque peu minoritaire puisque les fédérations affinitaires n’ont pas beaucoup la parole auprès des représentants majoritaires des fédérations olympiques, et pourtant nous sommes quelques-uns à essayer de faire entendre notre voix.

106Donc, je ne répondrai pas directement à cette question mais, malgré tout, je donnerai un éclairage de l’intérieur.

107D’abord, je me permets de revenir sur une phrase de Monsieur Loret : « L’institutionnel ne peut pas suivre l’évolution du mouvement social ». Soit, et je mets le CNOSF dans l’institutionnel. On peut admettre, mais sous réserve de le vérifier, que l’institutionnel a toujours un décalage par rapport à la dynamique du mouvement social, mais cet écart suppose aussi une possibilité de réajustement. Et c’est bien dans ce cas, évidemment, que le mode dialectique qu’évoquait Madame Avice est absolument nécessaire. Et dans un pays démocratique comme le nôtre, quand on affirme cela, on doit aussi dire qu’il faut développer la dialectique avec la base.

108Le second aspect de mon propos est plutôt une réaction. Je commence à avoir le moral très bas suite à nos propos actuels qui me semblent tourner un peu au déballage de dysfonctionnements.

109Je souhaite apporter un témoignage direct, si j’ose dire. Quand je me retrouve au sein du Conseil d’Administration du CNOSF, pas toujours d’accord effectivement avec les points de vue majoritaires qui sont exprimés, je dois constater qu’il y a tout de même, au sein de cette institution, une capacité d’écoute démocratique. Et je me dis que si une institution commence à se poser des questions, elle est en voie d’évolution, d’amélioration.

110Les modes électifs du mouvement sportif font partie actuellement d’un débat au CNOSF. Donc, la gouvernance du mouvement sportif est en plein débat. Quelques recommandations sont déjà passées de manière officielle, à savoir la limitation du nombre de mandats, la limite d’âge, le caractère paritaire, etc.

111De l’évolution, il y en a besoin. Je ne défends pas l’image actuelle et je pense que nous devons continuer à faire des propositions et à emprunter tous les chemins institutionnels possibles par les CROS, les CDOS et les clubs. Il y a du travail à accomplir, j’en suis consciente, parce qu’il est vrai, et là je reprends ma casquette de fédération affinitaire, que la reconnaissance de la licence affinitaire n’est pas du tout une affaire gagnée. Cette licence, qui concerne de nombreux groupements et dans laquelle se reconnaissent bon nombre de pratiquants que la compétition ne motive pas, permet de caractériser un vaste public de pratiquants qui viennent facilement vers les affinitaires. Nous avons beaucoup de chemin à accomplir pour faire bouger, à mon sens, le mode représentatif de ces pratiquants sportifs. En effet, qu’est-ce qu’une licence ? Prendre une licence, c’est faire acte d’adhésion à un mode de fonctionnement, reconnaître les réglementations que l’on a envie de se donner pour la pratique de son sport. Cette licence peut être délégataire pour faire de la compétition avec un objectif de performance, ou affinitaire pour faire le sport de tous et dans une certaine forme de convivialité. Chacun peut ou doit pouvoir y trouver sa place.

Bernard BLONDEAU,
Proviseur honoraire, président de la commission mixte « football en milieu scolaire » à la Ligue régionale Nord-Pas-de-Calais

112Je reviens sur le sport qui se regarde et le sport qui se pratique. Je ne pense pas qu’il faille se fixer sur la dichotomie apparente. C’est notre société contemporaine qui se construit autour de l’image, de l’instantané et de l’émotion. Les hommes des médias ont très vite compris que le sport est une dramaturgie. Je ne suis pas d’accord sur le fait que les médias choisissent des ligues et je pense, au contraire, qu’ils recherchent des dramaturgies. Ils ont su choisir les Jeux olympiques de VTT parce qu’il y avait de la souffrance, du doute, du questionnement et de l’émotion.

113D’autre part, je m’autorise à nous provoquer, nous ici présents ! J’ai 65 ans et c’est entre nous, ou pour le dire autrement entre adultes d’une même génération, que nous parlons de l’avenir du sport et de la manière dont il faut ou faudra manager. Est-ce suffisant ? Quelqu’un a dit tout à l’heure « qu’une structure ancienne avait tendance à reproduire, non à rénover, ni à réactualiser, ni à moderniser ». Je pense que le challenge dans les jours qui viennent serait que nous soyons chacun tuteur d’un jeune. J’ai travaillé dix ans dans les quartiers sensibles et la richesse de l’imagination et de l’innovation est générée par nos jeunes. Il faut aller les rencontrer, les écouter, ils n’ont pas toujours raison mais c’est justement notre sagesse qui doit permettre de canaliser les émotions et les énergies pour pouvoir avancer.

Jean-Pierre LEFEVRE,
Rouen Université Club

114Madame la Ministre, à propos des politiques publiques, je voudrais signaler qu’il y a un ministre dont on n’a pas parlé. Il s’agit de Maurice Herzog. Sous la présidence du Général de Gaulle, il a fondé selon moi les politiques publiques d’encadrement du sport qui ont donné les bons résultats que l’on a observés en France. Une grande part des fondements de cette politique se situe dans la période 1959-66, rappelons-le. Pour autant, il semble que ce modèle soit épuisé et je prendrai quelques exemples.

115Un ancien DTN de l’Escrime me disait récemment que les cadres de l’escrime français sont partis travailler en Chine et en URSS, avec, à la clé, 30000 euros par mois, un appartement, etc.

116Deuxième cas, l’INSEP, qui est devenu établissement public à caractère scientifique et professionnel, est selon moi un échec parce que l’on a des universités en France qui sont faites pour ce type de tâche. C’est ce que les Anglais ont compris.

117Le déclin de l’escrime aux Jeux olympiques de Londres, et l’affaiblissement du cyclisme sont les conséquences de ces faits. Pour le cyclisme, ce sont des universitaires, des enseignants chercheurs qui fabriquent les champions cyclistes anglais qui nous ont battus. Votre successeur actuel, Madame Valérie Fourneyron, est une ancienne collègue de ma faculté, avec qui on a travaillé pendant une certaine période. J’attends beaucoup de sa politique. Avez-vous une idée des projets politiques possibles pour défendre une certaine idée du sport, des clubs universitaires par exemple qui sont quand même en déclin depuis vos responsabilités gouvernementales ? Je sais que vous avez connu le PUC, le SMUC, etc. Ces grands clubs ont fait les beaux jours du sport français en leur temps. Avez-vous une idée des politiques qui vont se mettre en place pour préserver ce patrimoine avec des politiques publiques susceptibles de défendre les valeurs auxquelles nous adhérons, avec des cadres techniques bien formés et bien payés ? Avez-vous une idée qui permettrait d’envisager la fin de cette concurrence entre Jeunesse et Sports et les Universités ? Comment donner aux universitaires, dont c’est le métier et la qualité, cette possibilité de faire des recherches financées, par exemple pour la performance sportive ? Voilà des questions que je pose à une ministre qui est clairement située politiquement et qui, aujourd’hui, a un successeur dans cette filiation, disons de la gauche. Quelle va être la politique conduite ou à conduire ?

Edwige AVICE

118Je dirai tout d’abord qu’il y a une règle du jeu. Je ne suis pas ministre en exercice et je ne vais certainement pas me substituer à Valérie Fourneyron qui est une grande amie et qui a travaillé avec moi pendant sept ans au CNAPS. J’ai une petite idée de ce que l’on a fait ensemble, parce qu’elle a été une compagne de route, et une meilleure idée de ce qu’elle est susceptible de faire pour la suite. C’est une femme intelligente, motivée. Le sport est un véritable sujet pour elle et elle est médecin. Dans le domaine universitaire et dans le domaine du sport santé, elle a des idées très fortes. Je pense que vous ne serez pas déçus.

119Je voudrais revenir à quelque chose de très important qui a été dit par Monsieur Blondeau. C’est un sujet que je n’ai pas abordé dans mon propos et cependant j’avais prévu de le faire. Vous savez qu’au niveau du gouvernement, il y a même actuellement des postes qui sont prévus pour cela, y compris dans les entreprises. On va faire un contrat de génération. Or, j’estime que le véritable contrat de génération qui existe déjà en France, c’est celui qui lie le mouvement sportif et les jeunes. À quel endroit, dans quel domaine peut-on trouver plus d’investissement, de seniors et de retraités, gratuitement et en faveur des jeunes, sinon là ? C’est absolument irremplaçable. Quand on représente 16 millions de licenciés, c’est-à-dire 20 % de la population française, et que l’on dispose déjà de ce contrat de génération, on est très certainement dans le service public. Il faut surtout que cette notion reste, sinon cela donnera tous les arguments possibles à l’État pour se désengager financièrement, et les collectivités locales, par effet de levier, suivront le mouvement.

120Je voudrais aussi revenir sur un point qui m’embarrasse, c’est que, finalement, faute d’avoir ici même la présence de Denis Masseglia, le débat est très inégal. Je ne sais si on ne prête qu’aux riches mais, dans les prises de parole entendues, on a surtout prêté du négatif au mouvement sportif. C’est là un point de vue que je ne partage absolument pas. Si cela devait être la conclusion de ce colloque, je regretterais vraiment d’être venue et j’estimerais n’avoir pas fait mon travail, y compris sous l’aspect pédagogique, pour expliquer que ce n’est pas ainsi que cela se passe. Cela se passe effectivement parfois de façon conflictuelle, mais toujours dialectique, et chacun est capable d’y mettre du sien.

121On essaye d’ouvrir ensemble des pistes d’avenir depuis un bon moment. Quand on a essayé, avec le CNAPS, d’ouvrir le jeu en direction des forces économiques, des syndicats, de l’interministériel, on a fait en sorte que des passerelles existent partout, pour mener ensemble des politiques de santé, d’environnement, et c’est cela qu’il faut tenter de poursuivre.

122Je ne suis pas forcément pour la création d’un CNAPS numéro 2. Au cours de votre séminaire, vous verrez petit à petit que vous arriverez à un système en étoile, avec l’obligation de négocier, de travailler avec des intervenants multiples et de trouver des terrains d’entente et de progrès.

123Aujourd’hui en France, nous avons un problème de vieillissement de la population, un problème de relation entre les générations, on accuse les gens de plus de 60 ans d’avoir la vie facile par rapport à des jeunes qui ne l’ont pas. Nous sommes donc dans l’ardente obligation de réconcilier les générations. Il faut absolument qu’un support soit apporté par les plus âgés vis-à-vis des plus jeunes. Ce qui a été dit à ce propos est extrêmement bien et je crois que le mouvement sportif est vraiment un exemple. C’est assez profond, que de relever ce genre de défi, quand on regarde la sociologie de la société française.

124Je vous demande instamment de considérer que le mouvement sportif peut être un facteur de progrès et si je n’avais pas eu ce sentiment quand j’ai pris mes fonctions de Ministre de la Jeunesse et des Sports, j’aurais quitté mon poste tout de suite, parce que je n’aime pas les simples postures honorifiques. J’étais assurée, en travaillant avec lui, que l’on arriverait à des résultats.

Jean-Pierre ROUSSEL,
Président du CDOS du Nord, ancien enseignant à la Faculté des Sciences du Sport de l’Université Lille 2

125Nous avons l’habitude, dans le mouvement sportif, d’être assez vilipendés. Monsieur Loret nous promet depuis des années des cataclysmes, ce qui n’est toujours pas arrivé, et le mouvement sportif existe toujours. Et il est à même de s’adapter, d’innover. Simplement, il faut éviter tout ce qui est facteurs différentiels ; n’opposons pas les hommes et les femmes, n’opposons pas le sport qui coûte et le sport qui rapporte. Ce mode d’exposition binaire ne saurait apporter des solutions concrètes.

126Au demeurant, je dois ajouter qu’Alain Loret évoque toujours des questions de fond. Il est bon d’y réfléchir d’une manière intense, en des termes concrets et pragmatiques, et cela permet de solidariser le mouvement sportif.

Alain LORET

127Je n’ai jamais dit que j’étais contre le mouvement sportif, je milite au contraire pour qu’il retrouve toute son importance sociale, son importance historique. Je milite pour une nouvelle autonomie du mouvement sportif.

Robert DENEL

128Certes, des efforts sont faits pour donner la parole à un plus grand nombre de pratiquants, mais le pouvoir décisionnel se situe toujours au niveau des mêmes fédérations : le CNOSF, c’est d’abord le « CNO… » et le « … SF » vient après. Ce sont bien les fédérations olympiques qui décident. Le mode d’élection au CNOSF est tout à fait antidémocratique.

129Le CNAPS a été créé suite aux Assises Nationales du Sport de Montpellier organisées par l’UNCU. Un effort appréciable avait été fait par le Ministère des Sports pour permettre à ceux qui n’ont aucun pouvoir de décision, ni d’expression au CNOSF, de faire partie de cette institution aux côtés des 26 représentants désignés par le CNOSF.

130Un large panel d’organisations qui ne gèrent pas le sport, mais s’intéressent au sport, a pu prendre la parole.

131Malheureusement, le CNOSF, à l’époque, a tout fait pour décrier, voire condamner cette structure, considérant – à tort, évidement – qu’elle lui faisait concurrence.

132Finalement, le CNAPS a été dissous. Je veux bien croire que c’est par souci d’économie, façon Révision générale des politiques publiques (la fameuse RGPP). Cela conduit à donner le pouvoir aux mêmes fédérations et à supprimer la parole à tous ceux qui veulent s’intéresser au sport.

133Le CNOSF ne peut prétendre représenter l’ensemble des Activités Physiques et Sportives en France. Le CNOSF a tendance à nommer « gouvernance » ce qui n’est qu’une forme de commandement. Il ignore jusqu’à l’investissement des fédérations multisports et affinitaires et des clubs qui s’emploient depuis plusieurs années à développer des actions exemplaires, avec le soutien des collectivités territoriales.

134Si l’on se réfère à l’esprit démocratique et à la légitimité du pouvoir, qui, si j’ai bien compris, sont au fondement de la société et de ses institutions cardinales, le CNOSF, c’est une conception dépassée du pouvoir sur des problématiques d’intérêt général et une méconnaissance du travail en réseau de proximité.

135Pourquoi ne pas faire une confédération regroupant un certain nombre de secteurs, celui du sport olympique, celui des fédérations unisports, scolaires, universitaires, affinitaires du sport à l’échelle locale, à l’école… ?

136Si le pouvoir olympique doit demeurer aux fédérations olympiques d’un côté, si le mouvement sportif veut s’ouvrir à toutes les formes de pratiques, il faut qu’il modifie ses structures et devienne une sorte de confédération.

Alain BRAUN

137Ajoutons qu’aucune des propositions émanant du Collège des Fédérations Affinitaires et Multisports dans les deux dernières années n’a été retenue par le CNOSF. C’est tout de même un signe.

Alain LORET

138Il ne suffit pas de critiquer, il faut aussi faire des propositions. Le problème est qu’elles sont extrêmement difficiles à formaliser. Donc, pour essayer d’aller à l’essentiel, depuis un peu plus de neuf mois maintenant, nous effectuons un travail de recherche à travers le monde entier, pour voir dans un certain nombre de pays au même potentiel économique, social et culturel que la France, comment les uns et les autres s’y sont pris pour développer une pratique physique sportive, et notamment dans le domaine de l’olympisme, c’est-à-dire du sport qui se regarde. Nous avons identifié un pays majeur dans ce domaine-là, c’est-à-dire un pays qui a le plus progressé au cours des quatre dernières olympiades, il s’agit de l’Angleterre. Nous avons donc fait un travail que l’on appelle « de curation », nous sommes allés chercher l’information, que nous avons publiée sur un site gratuit intitulé « sportwebintelligence.fr » et nous avons mis en évidence comment les Anglais s’y sont pris.

139Il faut savoir que tout est parti pour l’Angleterre, un peu comme pour la France en 1960 avec le Général de Gaulle, d’un « plantage », d’un échec cuisant à Atlanta. La Grande Bretagne était la 36e nation olympique à Atlanta. L’année suivante, un certain nombre d’initiatives ont été prises en Angleterre et un décret royal a créé une organisation intitulée « UK Sport », qui existe toujours aujourd’hui et qui va d’ailleurs poursuivre son activité jusqu’aux Jeux de Rio. C’est grâce à UK Sport, à toute la stratégie extrêmement riche, précise, fouillée, profonde, qui a été mise en place, que Londres a battu Paris en 2005 à Singapour, parce que le travail qui a été réalisé en amont l’a été bien plus tôt que pour ce qui concerne la France, un travail de lobbying beaucoup plus important, et surtout, contrairement à la France, c’est UK Sport, c’est-à-dire non pas la Grande-Bretagne, non pas le gouvernement anglais qui a porté le dossier, mais le mouvement sportif anglais. Alors qu’en France, ceux qui ont porté le dossier sont les politiques : Jean-François Lamour, le Maire de Paris et le Président de la Région Île-de-France. Et c’est en grande partie pour cela, parce que le dossier était trop politique, que Paris n’a pas obtenu les Jeux. UK Sport a mis en place toute une procédure, ils ont obtenu en 2005 les Jeux et à l’issue des Jeux olympiques de Londres, en 2012, ils étaient la 3e nation, à l’échelle mondiale, avec 65 médailles, dont 30 médailles d’or. Ils sont passés, en quatre olympiades, d’une médaille d’or… et 36e nation, à 30 médailles d’or, soit la 3e nation. Nous sommes allés chercher comment ils avaient fait, et qui s’appelle de l’intelligence économique ; nous avons trouvé les éléments qui s’appellent le programme de développement « Team 2012 », et c’est quelque chose d’extrêmement fouillé et riche. Donc ce que nous préconisons, c’est que la France s’inspire de ce travail si nous voulons obtenir le même type de résultats. Il a fallu quatre olympiades aux Britanniques, ce qui nous amène, pour la France, à l’horizon 2028.

Robert DENEL

140J’entends bien, mais ce système était-il profitable à la fois pour les médailles et pour les citoyens anglais ? Ou uniquement pour les médailles ? Pour les médailles et sûrement pas pour les citoyens anglais ?

Alain LORET

141C’est évidemment la question de fond. La question de fond, c’est « le sport qui se regarde », l’intérêt économique de la Grande Bretagne. La logique était une logique économique. Pour vous donner un petit exemple, entre 2007 et 2012, la Grande Bretagne a organisé plus de 100 événements sportifs internationaux dans 35 villes différentes. En France, nous en sommes très loin. Il y a aussi toute une logique politique derrière, je ne l’ignore pas, avec beaucoup d’hypocrisie peut-être, avec des éléments qui ne peuvent pas plaire à tout le monde mais qui ont fait leurs preuves.

142La Grande Bretagne a lancé tout un programme d’aide au développement sportif pour tous les pays africains. Le résultat est que ces pays-là ont voté pour Londres. Il faut savoir ce que l’on veut. Si l’on veut effectivement que le sport français rayonne, il nous faudra du temps, des moyens et surtout un projet, que nous n’avons pas aujourd’hui.

Jean-François RENAULT

143Il y a un pouvoir économique en Angleterre que nous n’avons pas en France.

144Par exemple, les champions ont reçu un million de livres chacun sur l’olympiade, la natation anglaise a eu 31 millions de livres sur l’olympiade simplement, et tout cela grâce à des fonds privés. En France, personne n’est capable de mettre de l’argent et surtout personne n’est capable de ramasser l’argent.

Robert DENEL

145Je reviens à mes questions. Est-ce qu’un pays sportif est celui qui a des médailles ou celui qui a le plus grand nombre de pratiquants ?

146Le Canada n’a quasiment pas de médailles, mais c’est probablement l’un des pays les plus sportifs du monde.

147Je formule d’autres questions. Diriger le mouvement sportif, c’est diriger par qui, pour qui et pour quoi faire ?

Alain LORET

148Effectivement, personne ne pose la question du pourquoi.

149En ce qui concerne l’équipe de France de handball, celle-ci totalise 5 titres de champion du monde, 3 titres de champion olympique. Pourquoi faudrait-il que les handballeurs français décrochent un 6e titre de champion du monde et un 4e titre de champion olympique ? À quoi ça sert ? En France, ça ne sert à rien. Nous avons conceptualisé quelque chose qui s’appelle la « postproduction des médailles ». On sait produire des médailles, on ne sait pas les post produire, les mettre en évidence, c’est-à-dire que l’on ne sait pas faire en sorte de valoriser ces médailles, dans quelque domaine que ce soit.

150On ne parle plus de l’équipe de France de handball depuis quasiment deux semaines, et on n’en parlera plus avant les prochains Championnats d’Europe ou du Monde.

151Donc la question du pourquoi est absolument essentielle. Il faut mettre en place un dispositif qui nous amène à réfléchir sur les raisons pour lesquelles il faut ou il faudrait que la France brille au niveau sportif au plan international.

Ernest GIBERT

152Je crois qu’au cours des dernières minutes nous nous sommes éloignés du sujet, et paradoxalement, nous nous sommes rapprochés de la réponse à la question qui était posée dans cette première séquence « Qui gouverne le mouvement sportif en France ? »

153À flatter l’idée selon laquelle le mouvement sportif en France est exceptionnel, on sait qu’il a toutes sortes de qualités, puisque ce sont les nôtres. À force d’afficher cette attitude, on ne risque pas d’avancer beaucoup, car si on regarde concrètement les choses, quelle politique sportive existe en France ? Qui, ensemble ou séparément, en opposition ou en coopération, de l’État et du mouvement sportif est capable de l’énoncer ? La réponse depuis 25 ans au moins est claire : ni l’un ni l’autre. Alors, je crois que cela amène à un peu plus de décence chez les uns et chez les autres, et qu’il y a au sein du mouvement sportif, pourrait-on dire, la même chose que du côté des politiques en prenant une position critique pour essayer d’aller plus loin ensuite, en commençant d’abord, pour chacun, à balayer devant sa porte. Comment se fait-il que cela ne choque personne, au sein d’un Comité Olympique, d’avoir parmi ses rangs un ancien ministre condamné à plusieurs reprises ? Comment, derrière cela, peut-on défendre l’éthique ? Comment conserver en son sein des présidents de fédérations qui ont fait l’objet de condamnations – je ne veux pas citer les noms, non pas par peur mais par pitié – et que l’on rencontre régulièrement au premier rang des estrades ? Comment peut-on donner des leçons après cela ? Comment peut-on penser que le sujet crucial, c’est celui de la désignation des dirigeants, et croire qu’il suffit d’une pincée de femmes en plus, d’une petite poudre de jeunesse, pour que les choses changent ? Comment peut-on croire que lorsqu’on a été élu dirigeant tout est réglé et que la vraie question c’est sans doute celle du choix des dirigeants, mais sur la base d’un projet, d’une politique, et sur leur capacité ensuite à l’assumer, à la défendre et à s’y faire juger ? On est quand même du côté des politiques, du côté des dirigeants du mouvement sportif, très loin de cela. Cela m’embête de le dire parce que c’est de notre responsabilité, à nous aussi, nous avons de l’amitié pour les uns et pour les autres, une sorte de connivence, mais tant que l’on ne brisera pas ces tabous, et il ne s’agit pas de dénoncer mais d’aller plus loin, sans cela, on risque fort de faire du sur place. Quant aux Jeux olympiques, comment a-t-on pu avoir l’idée saugrenue d’essayer de sauver Annecy en étant complètement ridicules ?

154Donc, il y a, contrairement à ce que l’on pense, certes beaucoup de richesses, mais beaucoup de chemin à faire, et pour ma part je serais très déçu si, au cours de ces trois jours, sans tout révolutionner, nous n’étions pas capables de dégager ensemble, avec les uns et avec les autres, quelques perspectives qui permettent d’aller plus loin et autrement.

Alain BRAUN

155Je vous propose de mettre un terme à cette première séquence de l’Université sportive d’été sur ce propos d’Ernest Gibert qui nous projette déjà dans les étapes suivantes de l’USE. Je renouvelle mes remerciements aux trois intervenants de la tribune.

Notes

1 . Rapport d’information no 4395 déposé par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation en conclusion des travaux de la mission sur la Gouvernance des fédérations sportives, présenté par M. Gilles d’Ettore, député. Présidente de la commission : Mme Valérie Fourneyron. 22 février 2012.

2 . Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1995. (coll. Champs Essais), 2008 (rééd.).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search