Version classiqueVersion mobile

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

La démocratie a-t-elle sa place dans le sport ?

Alain Garrigou

Texte intégral

Conférence d’ouverture par Alain GARRIGOU
Professeur de Science Politique, Université de Paris X-Nanterre

1Merci pour votre accueil excessivement bienveillant. Je ne parle pas de la question posée, que j’appellerai « piégeuse » parce que c’est exactement une question de sondage. De ces sondages où l’on veut que des personnes répondent « oui ». On leur demande par exemple, est-ce que vous êtes favorable au démantèlement des camps illégaux de Roms ? Si les camps sont illégaux, vous êtes sûrs d’obtenir un nombre plus élevé de « oui » que si vous n’aviez pas mis « illégaux ».

2Le titre est une question biaisée mais quand elle m’est posée, c’est forcément avec humour. Bien entendu, c’est une incitation à la provocation, mais imaginez que je réponde « non » à cette question. Cela serait une expérience digne de la conférence des avocats. Il y a des exercices comme cela où l’on vous pose des questions idiotes et il faut tenir un propos minimalement censé, du moins jusqu’à ce qu’on ait quitté la salle.

« La démocratie a-t-elle sa place dans le sport ? »

3Oui, bien sûr. La réponse est dans la question en l’occurrence. Si l’on commence à atteindre les choses intéressantes au-delà des prolégomènes, c’est parce qu’évidemment il y a un biais normatif : bien sûr, nous sommes tous démocrates. À la limite, ceux qui ne le sont pas sont plutôt les autres, quelques autres, mais ce type de réflexion n’est pas un point de vue scientifique.

Qu’est-ce que la démocratie ?

4Ceux qui font une sociologie critique savent bien que ceux qui définissent la démocratie et qui disent surtout que ce que l’on fait n’est pas démocrate sont ceux qui prétendent avoir la bonne définition de la démocratie.

Au nom de quoi détiennent-ils la bonne définition de la démocratie ? Qui est-on pour dire que ceci est démocratique, que cela n’est pas démocratique ? »

5Tout le monde est en principe démocrate et ce biais normatif est d’abord subtil. Pourquoi ? Parce que cela commence sans que l’on s’en rende compte et si je ne méfiais pas, je commencerais par : la démocratie, c’est cela et donc on va confronter le fonctionnement du sport à ce que j’ai défini comme la démocratie. De ce point de vue-là, je suis dans la norme mais j’ai opéré un petit coup d’État symbolique. C’est donc ce biais normatif qu’il faut absolument éviter et ce n’est pas si évident que cela.

6Le biais normatif n’empêche pas que la question se pose. Nous avons tous été confrontés, à un moment ou à un autre, à des situations qui choquent, qui contreviennent à nos principes de citoyens. Vous avez tous assisté à ce que l’on appelle péjorativement des « magouilles », des petits secrets qui relèvent d’abord tout simplement de l’univers politique car, à observer le sport, il faut bien constater que l’on n’est pas en terrain inconnu quand on s’occupe de la politique. Il est donc impossible de ne pas poser la question malgré l’obstacle normatif.

7Pour ma part, avant d’écrire sur le sport, j’ai découvert la question sur un stade, à l’entraînement du jeudi soir, dans une équipe de rugby à l’époque de l’amateurisme marron… L’équipe locale d’une ville du Sud-Ouest de 25 000 habitants s’est faite enguirlander parce qu’elle avait perdu le match à domicile. J’étais au milieu des joueurs, on m’appelait « l’étudiant », manière de me mettre (gentiment) à part. Je n’étais pas dans l’équipe première et donc pas rétribué. Par contre, j’ai pris aussi une « engueulade » majeure destinée à tous les équipiers de l’Équipe première qui avaient perdu le match.

8Le Président, petit entrepreneur local, ancien joueur lui-même, deuxième ligne, est arrivé et a tenu un discours aux joueurs assis sur la pelouse pour leur dire des choses abominables. Au milieu de cette scène, je me suis dit : « moi, j’entendrais cela, je me sentirais concerné, je me lèverais et je partirais ». Pourquoi je ne l’ai pas fait, moi ? C’était un peu après Mai 68, il y avait des choses que je ne supportais pas. Ce discours d’autorité était doublement inadmissible et s’adressait :

  1. à des plus jeunes. C’est fondamental pour le rapport de pouvoir dans le sport. Il s’adressait à des plus jeunes que les dirigeants. Il y avait une vingtaine d’années d’écart entre le Président et les joueurs.
  2. à des ouvriers. Ils étaient traités comme des ouvriers dans une petite entreprise où les ouvriers n’ont rien à dire.

9Et en plus, ils étaient considérés comme des gamins.

10Je trouvais, pour le coup, que la violence symbolique était extrêmement forte. Étant remplaçant, je ne me suis pas senti concerné. C’était tout de même contraire à ce que j’entendais dans cet univers sur l’harmonie, l’amitié, la solidarité dans le sport. Là, c’était une sacrée douche froide. Qu’est-ce qui était vrai ? Ce que l’on entendait quand on arrosait une victoire, les fêtes que l’on organisait dans les clubs pour créer l’ambiance, où l’on se retrouvait entre amis ? Ou était-ce ce que j’avais entendu, le discours du patron à l’ouvrier, aux petits gamins ?

11Les deux sont vrais et je pense que ce genre d’expérience, quand on devient universitaire, doit nourrir des interrogations. Quand on commence à travailler sur le sport, c’est-à-dire à faire des enquêtes, des recherches, on considère que cette interrogation sur la démocratie dans le sport est posée par le mouvement sportif lui-même dès ses origines, c’est-à-dire quand on commence à faire ce que j’ai fait dans les années 70 à l’époque où les dossiers sur le mouvement associatif – type loi 1901 ou antérieurs – des Archives départementales n’étaient pas encore ouverts. Petite annotation sur l’état de la recherche à la fin des années 70 : les spécialistes allaient encore rarement exploiter les informations qui se trouvent dans les archives. À l’usage, on constate bien vite que certains cartons d’archives sont ouverts fréquemment et d’autres jamais. La différence perceptible, c’est une question d’épaisseur de poussière. Mais c’est un plaisir de la recherche que d’entrer dans ces dossiers fermés ; un phénomène de sécrétion d’endomorphine sans doute comme dans les courses de fond. Au début, c’est difficile mais progressivement au bout de deux ou trois heures on commence à se sentir porté. Ce n’était qu’une digression...

12Revenons à la question de la démocratie. Les premières associations de la fin du XIXe et du début du XXe siècles avaient des statuts très égalitaires. Ceux-ci révèlent une sorte d’utopie sportive qui inspire les clubs bourgeois aristocratiques. Ces statuts des premiers clubs sont bien connus maintenant dont les noms – Athletic Club ou Club universitaire – véhiculaient déjà cette utopie sportive fondée sur une communauté de pairs c’est-à-dire de jeunes entre lesquels il n’y avait pas de différence de classe, ou du moins, on l’ignorait. Du point de vue des valeurs, c’est l’âge du sport aristocratique.

13On peut hésiter, à certains égards, à parler d’une sorte d’égalité aristocratique, celle des meilleurs, celle issue des beaux milieux sociaux ; et puis on pourrait dire aussi bien que cela relève de ce qu’on pourrait appeler un communisme utopique, cette chaleur, cette solidarité produite par le jeu, par le plaisir, avec un pouvoir électif qui reste modeste. La question de l’égalité a donc été posée par les premiers sportifs organisés en clubs. Elle s’est posée ensuite quand il y a eu une diversification sociale du mouvement sportif, dans ce que l’on appelle la « popularisation ». des sports. En d’autres termes, les clubs ont élargi la base sociale de leur recrutement, un succès qui portait le défi de la diversité et donc des inégalités sociales.

14Elle est posée d’une deuxième manière quand arrivent dans les clubs sportifs des dirigeants car, très vite et surtout dans les clubs des jeunes issus d’un milieu populaire, interviennent des dirigeants sportifs c’est-à-dire des gens qui souvent, du moins aux débuts des sports, n’avaient jamais pratiqué. Mais au XIXe siècle, avant les clubs, etc. ; ils avaient joué à autre chose et en tout cas, pas aux jeux anglais. Souvent, c’étaient d’autres raisons qui les amenaient à la tête des clubs, l’aisance sociale et la vocation publique. Sortes d’équivalents des évergètes décrits par Paul Veyne, ils avaient en tant que propriétaires fonciers fortunés un terrain à offrir comme terrain de jeux ou bien du temps à consacrer à des missions sociales. Alors qu’il était plus difficile pour les classes populaires d’accéder aux équipements, le plus souvent des espaces dédiés aux sports de plein air (jeux de ballon, épreuves d’athlétisme…), l’arrivée d’adultes a permis de résoudre ces problèmes en même temps qu’elle posait la question « qui dirige ? » ou « qui gouverne ? »

15Il s’agit encore d’un gouvernement local très étroit où une division des tâches élémentaires apparaît entre des petits notables qui dirigent et des jeunes qui pratiquent ou s’amusent. Ainsi cela commence-t-il à occuper la vie des clubs telle qu’elle est relatée dans la presse locale après la Première guerre mondiale. Pour certains sports, la « professionnalisation » et la « marchandisation » sont arrivées très vite. Je pense au cyclisme lié à la presse. Là, les dirigeants sportifs qui se sont affirmés puis imposés sont des dirigeants économiques et des chefs d’entreprise. Le cyclisme a été certainement le sport le plus avancé en la matière mais quand est arrivée l’automobile, le même mouvement a associé la compétition sportive et la presse avec, en arrière-plan, le monde de l’industrie.

16Cette question n’est pas seulement historique. Je dirais que l’histoire est en quelque sorte fossilisée, mais fossilisée comme quelque chose de toujours vivant. Donc le terme n’est peut-être pas objectivé dans les valeurs sportives, dans tout le discours sportif construit autour, puisque le discours sportif auquel croient forcément un peu les sportifs, c’est une éthique, la fraternité.

17On a fait souvent remarquer que dans la trilogie républicaine – « Liberté, Égalité, Fraternité » – un terme paraissait peu exploité du point de vue de la politique : la « Fraternité » Dans le sport, il en est beaucoup question sous ce mot ou avec d’autres très proches, voire équivalents. Quant aux mots « Liberté » et « Égalité », ce sont des valeurs démocratiques de l’utopie sportive. Si tout était à l’image de ce tableau idéal, la question ne se poserait pas : le sport serait fondamentalement démocratique. Et ce tableau n’est pas fictif même si l’utopie sportive peut coexister, cohabiter avec des mécanismes de pouvoir tellement ordinaires qu’on les retrouve dans tous les secteurs d’activité de la société. La question se pose donc comme une tension.

18Je suis censé introduire la problématique de cette Université sportive d’été à partir de la démocratie en évitant le biais normatif et pour cela, aborder notre problème de manière empirique et pragmatique, à partir de critères réels. Avons-nous un moyen de mesurer la fraternité, la liberté, etc. ? Difficile bien évidemment. Il me semble pourtant que, s’agissant de la démocratie telle que l’on peut en observer des propriétés ou des indices, il est indispensable de distinguer trois critères qui permettent de poser la question pour le sport et peut-être au-delà du sport.

19Le premier critère, sous-jacent à l’emploi du terme démocratie, est celui de la concentration du pouvoir. Le pouvoir est-il concentré ou au contraire diffus ? C’est quelque chose qui est accessible à l’observation, ce ne sont pas que des discours, des évaluations, des opinions. Par exemple, dans son ouvrage Qui gouverne ? Robert Dahl essaie de savoir qui gouverne en repérant des décisions, c’est-à-dire quelque chose qui est observable.

20Le deuxième critère, qui me paraît un trait de définition sans lequel il n’y a pas de démocratie, c’est la transparence du pouvoir. Comme la concentration du pouvoir et l’autoritarisme s’opposent à la démocratie, l’opacité s’oppose à la démocratie en interdisant le contrôle de l’autorité.

21Enfin le troisième critère est l’autonomie du secteur sportif. Autrement dit, il s’agit que le sport obéisse à ses propres impératifs et non à ceux de la politique ou des affaires. Tout le monde sait que c’est extrêmement complexe car il y a de nombreux acteurs sportifs. Il y a l’État mais également aujourd’hui les entreprises avec le sponsoring, les médias qui sont des acteurs économiques jouant de leur ambiguïté, de leur ambivalence.

22La réflexion de type scientifique consiste à reprendre ces trois critères pour en évaluer la place dans l’organisation sportive. Et la question suivante : la démocratie a-t-elle un rôle dans le sport ? n’entraîne plus une réponse morale – la démocratie c’est bien – ou une réponse relative – la démocratie c’est mieux et il faut donc en payer les coûts – mais une réponse plus surprenante : la démocratie est une condition d’efficacité, on pourrait dire aussi de bonne gestion ou de bonne gouvernance.

Premier critère : la distribution du pouvoir

23Nous avons tous connu des expériences qui contredisaient l’idéal de démocratie dans le sport, du moins tel qu’il est formulé dans l’utopie sportive. On peut s’accorder sur le fait que, sans être complètement égalitaire, l’utopie sportive a quelques effets pour continuer à inspirer les uns et les autres. Sinon, quelles spécificités aurait le sport au regard d’autres activités sociales en matière de concentration du pouvoir ?

24La dénégation du pouvoir parcourt les discours sportifs où l’on se réclame des valeurs de communauté. Si on écoute les dirigeants sportifs, ils n’ont pas de pouvoir. Mais cette dénégation se retrouve plus ou moins partout. En politique même, elle n’est pas absente. Dans un univers qui me paraît aux antipodes de la démocratie, celui de l’entreprise, on entend aujourd’hui – c’est même une caractéristique forte me semble-t-il de l’idéologie managériale – on entend le chef d’entreprise « décontracté » tenir des propos parfaitement démocratiques. Aujourd’hui, ceux qui perdent leur travail doivent sentir le caractère fictif de cette dénégation. Dans le sport professionnel, le démenti cinglant de la perte d’emploi existe mais il est tant de manières de sentir sinon l’inégalité, du moins le côté merveilleux et un peu mensonger de la réussite sportive que tout y est exprimé en des termes singuliers. La tension est là, et tout simplement j’essaie de mettre le doigt sur un trait des relations sociales en général mais qui est plus ou moins fort selon les activités sociales. C’est ce que l’on pourrait appeler en déformant un peu l’expression et le sens que Max Weber accorde à cette expression : « un enchantement du monde ». Le désenchantement du monde chez Weber, c’est enlever toute cause surnaturelle d’explication des choses du monde. C’est quelque chose d’intéressant parce que, bien sûr, on peut en apprécier les conséquences, hier par rapport à aujourd’hui. S’il y a une épidémie de choléra, si le chiffre du chômage est très élevé, on ne va pas aujourd’hui mettre en cause les mœurs et imputer ces problèmes à la « mauvaise vie », les « mœurs de jouissance et d’insouciance » de notre époque, etc. Or cela se faisait encore autour de la moitié du XIXe siècle. Les paysans bretons en 1835 pensaient que Dieu avait puni les hommes avec l’épidémie de choléra.

25Ce qu’il faut observer, c’est que notre monde reste d’une certaine manière « enchanté », c’est-à-dire que nous avons sans doute des intérêts, une certaine propension à embellir, à projeter du magique, du merveilleux sur nos activités.

26Les journalistes sportifs font ce travail. Comme des prêtres du sport. Ils ne parlent pas latin, une langue réservée à une cléricature et au fondement de son pouvoir mais, tout au contraire, un langage commun propre à un culte exotérique. Nous sommes passés de l’ère des cultes ésotériques aux cultes exotériques, selon des formulations que l’on trouve chez Thorstein Veblen. Il suffit d’écouter les journalistes sportifs qui hurlent, emploient souvent le qualificatif « historique ». En exagérant à peine, le profane a du mal à comprendre comment on peut s’exciter autant lorsque dans une étape plate, les commentateurs s’enthousiasment. En ce sens, les relations sportives sont enchantées parce qu’on y préfère une description merveilleuse à une description réaliste. Le travail scientifique peut avoir du mal à trouver sa place, lorsqu’il s’agit d’étudier le sport, alors qu’il est un travail de désenchantement du monde. Un sociologue de mes amis disait « quand on fait du travail scientifique, il faut être dur ». C’est quelqu’un de charmant par ailleurs. Il faut accepter de soumettre les choses auxquelles on tient le plus à la raison critique. L’activité scientifique n’implique pas le masochisme mais elle implique cette étape d’objectivation.

27Dans la question du sport, d’autres traits fonctionnels impliquent le pouvoir, l’existence du pouvoir. Mais on ne peut pas considérer ces relations comme s’il s’agissait de relations politiques habituelles entre des citoyens c’est-à-dire des adultes. Très souvent, le sport met en relation deux populations clairement distinctes : des jeunes et des adultes. Et toujours, l’âge est une dimension structurante puisque la pratique est l’affaire des jeunes et la direction celle des adultes. On retrouve donc la même distinction que dans la plupart des activités éducatives. Par conséquent, on ne saurait parler du sport comme d’une démocratie car cette activité n’en relève pas légalement, ni du point de vue de l’expérience, ni du point de vue de la compétence. À la limite, il est absurde de poser la question de la démocratie avec des poussins ou des cadets à l’exemple de ce que l’on peut envisager dans un univers de citoyens. Les dirigeants ne sont pas leurs représentants qui tiennent la légitimité de l’élection ou qui l’auraient usurpée. Le pouvoir reste le pouvoir mais n’implique pas la même autorité ; la légitimité reste la légitimité mais elle a des sources spécifiques, l’élection sans doute mais aussi l’altruisme, la compétence sportive ou toute autre compétence utile à la communauté sportive. Et, en même temps, on ne saurait ignorer que l’éducation sportive n’est pas séparable de l’éducation citoyenne comme cela a été si bien compris par les régimes qui ont voulu fabriquer des humains à la mesure de leurs exigences qu’elles soient l’exaltation du patriotisme ou la soumission au régime politique en place. C’est finalement, sous cet angle de vue, assez proche de l’enseignement. Le sport est aujourd’hui éloigné de telles formules d’embrigadement des masses mais, pour autant, est-on sûr qu’il contribue à l’éducation de citoyens ? Il me semble que c’est souvent le cas, ne serait-ce que dans le respect réciproque qui entoure le plus souvent les relations sportives entre adultes et jeunes. À cet égard, la démocratie a assurément sa place dans le sport qui en serait une sorte de propédeutique.

28Lorsque l’on a parlé par exemple d’évaluer les professeurs en France comme au Canada, des collègues ont objecté de manière provocatrice : « l’université ce n’est pas la démocratie ». Oui, il peut y avoir d’autres critères que les valeurs démocratiques, d’égalité, etc. Ces critères sont bien présents dans le sport, les performances exigeant la discipline et l’autorité. Dans une équipe, il y a un capitaine. Quand il faut expliquer la victoire ou l’échec, on l’explique par les éléments tactiques, stratégiques mais aussi par des éléments de pouvoir car la discipline c’est le pouvoir. Finalement, cela nous ramène à toute l’histoire du mouvement sportif. Celui-ci est un mouvement d’organisation depuis la fin du XIXe siècle. En affirmant « qui dit organisation dit oligarchie », Robert Michels a posé la plus cruelle des objections aux partis démocratiques – c’était son problème – mais aussi aux mouvements sportifs. Comme les partis, ceux-ci sont non seulement des lieux de pouvoir mais de concentration du pouvoir. À n’en pas douter, la remarque aurait pu être aussi adressée aux organisations sportives qui en étaient à leur début en 1914. L’histoire des organisations sportives montre qu’il y a des différences de compétences progressivement acquises, des ressources relationnelles et des ressources externes. À partir du moment où le sport est légalisé, la compétence juridique devient utile pour maîtriser les organisations sportives. Bref, les instances sportives (les fédérations) sont des organisations qui génèrent le pouvoir. C’est là que Michels est embarrassant par ses analyses pénétrantes. Ce pouvoir est non seulement concentré, c’est-à-dire contraire à la morphologie du pouvoir démocratique, mais je dirais qu’il s’agit d’un pouvoir largement discrétionnaire. C’est-à-dire qu’il se masque en tant que pouvoir autocratique. Dès lors, dans quelle mesure permet-il de poser la question « qui gouverne ? ».

29Il existe une querelle de nominations en France entre les politologues et les sociologues du politique. On aurait dit de Robert Dahl qu’il était politologue mais aux États-Unis il aurait été « political scientist ». Il a réalisé une étude empirique sur New Haven, ville où était située son Université. Il essayait de répondre à la question du pouvoir avec un critère – la décision – selon une problématique positiviste empirique. Plutôt que de poser une question : « Qui a le pouvoir ? », « Comment fait-on ? », il est préférable d’observer qui décide et plus largement les processus décisionnels, comment on décide de faire ou l’on tente de repérer le cheminement jusqu’à la formulation de la décision prise. Le livre de Dahl est riche mais il en reste surtout cette approche décisionnelle.

30Il a eu beaucoup de succès même si très vite on s’est aperçu que cela ne fonctionnait pas complètement. Alors, des spécialistes comme Peter Bachrach et Morton Baratz ont soutenu que, aussi importante que la décision, était la non-décision. Comment arrive-t-on à empêcher quelque chose ? Il est difficile d’observer la non-décision, certes. Mais généralement, qu’est-ce que la non décision ? C’est un peu comme les jouettes en politique. C’est généralement discret, évasif et cela ne laisse pas beaucoup de trace. Encore la non-décision suppose-t-elle une question, un enjeu. Il faut donc les avoir plus ou moins formulés. Or, une bonne partie de nos activités est bornée par l’horizon du « politiquement pensable » c’est-à-dire ce qui peut émerger comme problème, c’est la définition même des problèmes et des choix à faire. Il est bien clair qu’après tout, il suffit de réfléchir. On fait par exemple des choix qui semblent évidents, et on décide d’aller dans cette direction. Ceci, au niveau de chacun d’entre nous. Il est enfin des objections encore plus catastrophiques à cette démarche empirique comme, par exemple, l’absence de décision observable à l’origine de la solution finale qui a fait disparaître six millions de personnes.

31L’espace social sportif est spécialement complexe. Je vais adopter une posture naïve en disant que je m’y perds souvent en matière d’organisation sportive. Il y a de nombreux intervenants (le secteur sportif, le secteur politique, le secteur économique dont les médias) et le secteur sportif est complexe avec une fédération pour chaque sport, des fédérations multisports, des associations diverses, des ministères de tutelle, des organisations internationales, des organisations professionnelles et amateurs. Et il y a beaucoup de sports, prolifération utile pour augmenter le nombre de médailles des différentes nations. Il n’est probablement personne qui connaît précisément ne serait-ce que tous les sports dits olympiques. Et chaque fois, on assiste à la mise en place d’organisations spécifiques pour les nouveaux sports inscrits ou non dans les programmes olympiques. Il y a eu un conflit récemment entre le skate à voile et la planche à voile parce que l’un n’était pas inscrit au prochain programme des Jeux Olympiques, alors que l’autre était désinscrit. On devine alors la manière dont opèrent les intérêts et les activités de lobbying. Il est si difficile de s’y retrouver qu’il est spécialement nécessaire d’effectuer une analyse empirique des décisions dans le sport. Les études scientifiques du sport ne sont pas très anciennes. Elles ont en partie commencé dans les années 1960 en Angleterre avec Norbert Elias et Eric Dunning, les créateurs du Centre for Sociology of Sport. Or ces études ont montré que la réalité n’est effectivement pas tout à fait conforme à ce que l’on aimerait qu’elle soit. La voie empirique, c’est-à-dire l’étude de cas pour y parvenir, serait tout aussi utile, également, pour des problèmes de performances. On rencontre ainsi dans le sport ce qu’on appelle dans l’entreprise des crises managériales. Petite anecdote : j’ai été invité sur France Culture un dimanche après-midi pour la tranche des gens qui rentrent chez eux en voiture et qui, coincés aux péages ou dans les embouteillages, sont des auditeurs presque captifs. J’étais là pour parler de l’héroïsme mais j’avais envie de parler de la Coupe du Monde de football et en particulier de l’élimination de l’Équipe de France. L’animatrice m’a rétorqué : « elle n’est pas éliminée, elle n’a pas encore joué ». J’ai maintenu : « si, elle est déjà éliminée ». Je ne suis pas prophète mais il était évident que l’Équipe de France, à l’époque, était en pleine crise de management. Ou plutôt, cela était si peu masqué et seulement possible parce que le public n’était censé n’en rien savoir. J’ai rencontré des supporteurs en partance pour l’Afrique du sud avec des illusions telles qu’il fallait vouloir rester aveugle pour croire aux chances de l’équipe.

Deuxième critère : la transparence

32Tout le monde le sait, tout le monde le voit, c’est public mais personne ne comprend. Pourquoi ? Parce que c’est flou et compliqué d’abord. Je crois que cet été, la Coupe d’Europe a donné une répétition atténuée du même phénomène. On ne remédie pas facilement à une crise de management surtout lorsqu’une partie des acteurs sont les mêmes. Cette fois, je n’ai pas eu l’occasion de choisir le sujet d’une intervention médiatique mais j’aurais proposé la question suivante : Pourquoi l’équipe de France a-t-elle toutes les chances d’être éliminée au premier tour de la Coupe d’Europe de Football avant de commencer ? Je constate que cela s’est reproduit parce qu’il n’y a pas eu diagnostic sur la situation. Il n’y a eu personne pour faire ce travail dans les organisations sportives, dans leur complexité ou autre, et il y a de toute évidence certaines raisons pour ne pas recourir à un audit extérieur. Les mêmes résistances que dans un parti politique ou toute organisation marquée avec des intérêts très forts. Il est d’ailleurs remarquable de retrouver souvent dans les fédérations sportives des phénomènes politiques tels que la stabilité du personnel dirigeant, le clientélisme ou des élections sans compétition, etc. Autant de mécanismes de fonctionnement qui contribuent à l’établissement d’un pouvoir discrétionnaire et à son maintien.

33La question du contrôle réciproque, de l’interdépendance des acteurs du mouvement sportif essentiellement, relève déjà de la transparence. Elle doit cependant aller au-delà, et valoir pour l’extérieur, à savoir le public. Son implication se pose ici parce qu’au regard des critères démocratiques, le terme public est parfaitement ambivalent. Il renvoie à l’univers de la Cité, à la citoyenneté, mais il y a aussi le public du fait de la spectacularisation du sport, le fait que le sport soit devenu un spectacle et donc que les consommateurs, qui sont des consommateurs payants, aient des droits. En étant occultées, les crises managériales ne respectent pas le public. Dans la dimension politique de la citoyenneté, la performance est une image politique positive ou pas d’une collectivité, qu’il s’agisse d’un pays ou d’un village. Dans la dimension économique, les consommateurs ont droit à la qualité du spectacle. Même pour des jeunes, la solution de l’éducation autoritaire, qui peut s’imposer très tôt dans la pratique sportive, n’est pas une expérience anodine. Donc il faut bien voir qu’il existe des conditions d’opacité structurelles. La démocratie a également une place dans la complexité organisationnelle du sport. Le fait d’introduire de la transparence peut changer et simplifier cette complexité organisationnelle. Les conditions d’opacité structurelles, c’est aussi le pouvoir, avec ses stratégies, etc. Donc, il y a du secret, et c’est bien là la question. Les mécanismes de transparence existent aussi dans le monde de l’économie. Les sociétés sont tenues de présenter leurs comptes certifiés par un expert-comptable. Rien de tel dans le sport professionnel, le football par exemple, alors qu’on sait bien le rôle majeur que jouent certaines banques dans ce domaine. Où est la transparence ? Il est peut-être possible d’imaginer des mécanismes qui soient à la fois plus démocratiques, c’est-à-dire plus transparents, et plus efficaces. L’efficacité est une exigence, me semble-t-il, à cette transparence à la fois morale et pragmatique, c’est-à-dire en termes de morale, de vertu et d’efficacité.

Troisième critère : l’autonomie du sport

34Outre les crises de management que j’évoquais, un cas me paraît plus grave, c’est celui du dopage. En parlant de transparence, l’affaire Festina par exemple, en 1998, a été révélée par une chaîne de télévision mais pas par son service « sport ». Les journalistes du service « société » sont allés fouiller les poubelles après que les équipes aient quitté les hôtels et y ont trouvé des seringues. Le rédacteur en chef a été convoqué par le Président de France Télévision. Ce dernier lui a dit que ce n’était pas bien. Il est vrai que le Tour de France a été sponsorisé par le Crédit Lyonnais et par cette chaîne de télévision publique. Finalement, ce n’était pas complètement une convocation disciplinaire. Elle signifiait que le dirigeant de chaîne pouvait dire qu’il avait convoqué le rédacteur en chef. C’est un service qui s’autonomise et qui dit quelque chose que tous les journalistes sportifs connaissent et qui présente une réalité du sport, là où tous les journalistes sportifs mentent ou ont menti, ou plutôt s’agissait-il d’une réalité déniée par leur silence. Allez voir dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) ce que racontaient les journalistes sportifs avant et après : il ne s’est rien passé sinon le sport. Ils ne font pas ou plus leur boulot. Ils sont soldés. Dès lors, la question du dopage n’est évidente. La démocratie dans le sport, c’est s’interroger pour apporter des éléments de réponse à la question suivante : dans quelle mesure le secteur sportif est-il autonome, indépendant de valeurs, de pratiques, d’intérêts qui viennent d’autres univers ? Or, bien entendu, le problème du mouvement sportif c’est sa forte hétéronomie. On en connaît les traductions politiques les plus extrêmes, celles des pays soviétiques. Nous avons mis sur des stades des athlètes qui étaient là pour des raisons de nationalisme sportif, politique, etc., où le sport devenait une affaire d’État. Le sport y a gagné beaucoup, dans certains cas de figure. Sans doute. Cela n’empêche pas de se poser la question qui suit : existe-t-il, en matière de soutien au sport, un point d’équilibre dans l’intervention de l’État ?

35J’interrogeais hier un ami coréen pour savoir comment la Corée du Sud avait eu autant de médailles aux Jeux Olympiques avec à peine un peu plus de quarante millions d’habitants. Fallait-il avancer, comme facteur explicatif, l’État ou l’entreprise ou la passion sportive ? Il paraît que c’est tout ensemble que ces facteurs ont joué, mais c’est très nationaliste quand même. L’État met beaucoup d’argent, les gros conglomérats aussi, comme Samsung par exemple, et cela rencontre dans la population des attentes mêlées qui relèvent de la politique, du goût pour le sport, etc. Il y a donc une vraie passion dans l’histoire de ce pays. En la matière, il y a des dérives passées et des dérives présentes. A-t-on trouvé un équilibre ? La situation a beaucoup changé depuis quelques décennies. Il me semble qu’aujourd’hui que l’hétéronomie vient essentiellement du monde économique. Les médias ont été les premières entreprises, avec par exemple l’Auto journal, à imposer leur présence dans le sport comme organisateurs de compétitions. Les équipementiers ont suivi. Le patron d’Adidas était allé à Melbourne en 1956 avec des chaussures de sport dans ses bagages pour les donner aux sportifs qui disputaient les Jeux olympiques. Les équipementiers sont devenus de grandes entreprises aujourd’hui avec le développement d’un secteur para-sportif, celui du sportswear. Et d’autres acteurs économiques sont intervenus pour des raisons qui sont celles du sport en tant que porteur de valeurs, d’énergie, de courage, etc. Ces grandes entreprises, banques ou autres, investissent sur le sport sans aucun rapport, sinon symbolique, avec leur activité. La pression est extrêmement forte et l’hétéronomie va très loin, jusqu’à influencer les choses qui étaient jusqu’à maintenant uniquement sportives, à savoir les règles du sport. Qui a dicté récemment ou influencé les règles du sport et le calendrier sportif dans un sport comme le rugby ? C’est Rupert Murdock – je ne sais pas s’il est sportif – qui, au titre de patron de presse, a provoqué la professionnalisation du rugby. On connaît la suite. Il a ainsi amorcé une transformation des règles du jeu pour répondre à des impératifs de spectacle, notamment en améliorant la dynamique du jeu. Les télévisons demandent que les temps morts soient supprimés et les techniciens du sport (les nomothètes) ont acquiescé.

36Le deuxième cas, le plus grave car il est dévastateur pour l’éthique sportive, c’est le dopage. Le dopage est peut-être quelque chose d’endogène au sens où la logique de performance pousse à maximiser les rendements et peut conduire souvent à tricher, surtout si la croyance s’installe que tout le monde triche. On retrouve le même phénomène, le même mécanisme que dans le financement politique illicite. Les partis politiques ont recours à des financements illicites parce que les adversaires sont censés le faire. Pour gagner le Tour de France, il faudrait se doper parce que tout le monde se dope… Et si on ne se dope pas, on ne gagnera pas. Il est extrêmement difficile de sortir de ce cercle vicieux.

37Il y a un siècle, les moyens étaient plus artisanaux, c’était à la gnôle, aujourd’hui c’est à l’EPO ou autre chose. En disant ceci, je vais passer pour quelqu’un de pessimiste parce qu’en l’occurrence, en un siècle, cela s’est aggravé. Passer de la gnôle à l’EPO, cela veut dire qu’on n’a pas su arrêter. Tout simplement. Et de ce point de vue là, ce sont ces valeurs d’autonomie, celle de la loyauté sportive, du fair play qui me semblent transgressées. En utilisant des circuits, des réseaux de financement, des organisations de tricherie, le sport est de plus en plus étranger à lui-même. On pourrait employer le mot « aliéné » en l’occurrence. En devenant une parfaite métaphore des valeurs de productivisme, c’est-à-dire de la performance à n’importe quel prix, notamment au prix de quelque chose que le code du travail interdit, c’est-à-dire le surmenage, les sportifs, en particulier les sportifs de haut niveau ne s’appartiennent plus. Les sportifs professionnels sont les seuls travailleurs – et d’ailleurs leur vocabulaire ne cesse d’invoquer le travail – qui ne sont pas soumis à une durée légale du temps de travail et qui mettent manifestement leur santé en jeu. Cela fait un certain temps que l’on sait aujourd’hui que le sport, notamment de haute compétition, fait souvent des vieux amochés.

38C’est typiquement une question de démocratie que d’envisager une information et un débat sur la relation du sport et de la santé. Et cette simple dimension suffirait à elle seule à répondre à notre question de départ.

Débat

Ernest GIBERT,
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

39Merci beaucoup pour cette présentation passionnante et dont je ne doute pas qu’elle suscite de nombreuses interrogations ou réactions. Il nous reste quelques minutes pour débattre.

Edwige AVICE,
Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports

40Bonjour, j’ai écouté avec beaucoup d’intérêt les deux présentations extrêmement organisées. Ma première réflexion est que je vous ai trouvé un peu sévère avec le monde du sport. Sans doute était-ce pour que, dans les interventions suivantes, il y ait des voix qui s’élèvent, peut-être la mienne d’ailleurs, pour nuancer le propos. Sévère, parce que, appartenant au monde de l’entreprise, je peux vous dire que le monde du sport n’est pas pire que celui de l’entreprise par rapport à la notion de pouvoir, par rapport aux oligarchies. Le monde du sport appartient à une société, il est poreux à la vie de cette société et il est assez normal qu’il en prenne quelques caractéristiques.

41Ensuite, ayant une expérience assez pluraliste et surtout des différentes tranches d’âge, je me rends compte que tout le monde ne se bat pas pour prendre des responsabilités gratuites et que l’on arrive à des oligarchies faute de combattants. Dans beaucoup de cas, les seuls à vouloir prendre des responsabilités sont sans cesse réélus et c’est vrai dans tout le monde associatif ; alors vous avez forcément à la fin une certaine reproduction des rôles qui peut apparaître comme un manque de démocratie volontaire mais, honnêtement, l’inertie du corps social très souvent provoque cette situation.

42Le problème posé, et j’y reviendrai tout à l’heure, est celui de la démarche efficace pour renouveler les rôles. Je suis absolument persuadée que le mouvement sportif lui-même est très preneur de cette évolution parce qu’il se rend bien compte que c’est cela qui le fera encore respecter davantage. Mais la réalité est prosaïque, que ce soit en politique, dans le syndicalisme, dans le monde associatif et dans le monde sportif. Dès qu’une responsabilité est gratuite et lourde, les bonnes volontés ne se bousculent pas au portillon.

Bernard BLONDEAU,
Proviseur honoraire

43Je suis impliqué dans le milieu du football au niveau de la Ligue, ancien entraîneur moi-même, je suis proviseur honoraire (Anzin, Roubaix et Le Quesnoy) et Président de la Commission régionale mixte « Football en Milieu Scolaire ».

44Je trouve, Madame la Ministre, que votre intervention, votre analyse de la société, est globale et sans concession. Bien sûr, vous avez raison de souligner que bien des similitudes peuvent être mises en évidence entre des domaines très différents : le sport, l’entreprise, le domaine politique, j’ajouterai peut-être l’École et le domaine de l’éducation. Pour autant, cela ne doit pas nous interdire de souligner la diversité qui caractérise chacun de ces domaines. Votre question portant sur la démocratie dans le sport n’aurait-elle pas demandé une démarche analytique ? Le regard porté ne doit-il point être différent selon les différents sports, le contexte professionnel ou amateur, sport individuel ou sport collectif ? Et même si vous l’avez approché, peut-on parler de démocratie dans le jeu, entendu au sens le plus concret du terme ? Existe-t-elle ? Peut-elle exister ? Si ce n’est qu’il y a la règle et la loi qu’il faut respecter, par contre dans le jeu c’est fondamentalement le respect des différences physiques, athlétiques, techniques des partenaires et des adversaires qui doit être entretenu. Ensuite, à la périphérie du cœur des rencontres, qu’est le jeu ? Il y a les mécanismes fonctionnels et comportementaux des dirigeants, mais Monsieur Garrigou, vous en avez parlé. Enfin, cette périphérie est animée et vibre par les partenaires dans leurs diversités, dont font partie effectivement le milieu économique et les médias, qui ne sont pas sans interférences sur le cœur du problème. Je reviens à ma question initiale : n’eût-il pas fallu plutôt trouver une question qui nous invite à engager une démarche analytique, et ce plutôt qu’une démarche globale ?

45Votre intervention, Madame la Ministre, m’a semblé être une analyse des mécanismes de fonctionnement de notre société contemporaine dans sa globalité. Dans le domaine du sport, il me semble qu’il convient de diversifier les domaines et d’étudier les cas de figure identifiés. La généralité peut opérer contre une analyse précise des mécanismes qui, justement, la contredisent. Elle risque de faire obstacle à l’étude de la complexité du sport.

Alain GARRIGOU

46Je réponds à Madame la Ministre : il est vrai que Robert Michels, que j’ai déjà cité, inclut bien la question du bénévolat. De même, dans son étude de la bureaucratisation des Soviétiques dans la Russie d’après 1917 (Des Soviets au communisme bureaucratique, 1980), Marc Ferro observait qu’on retrouvait toujours les mêmes personnes dans les réunions et ils finissaient par devenir les permanents. Alors on dira que c’est un modèle, une sorte d’application du modèle « olsonien » de l’action collective, c’est-à-dire des références pour aider à comprendre. Émile Durkheim disait que : « la science ne mériterait pas une heure de peine si elle ne servait à quelque chose ». Je pense qu’aujourd’hui on manque de beaucoup d’idées dans l’action publique. Il existe une médiocrité intellectuelle absolument extraordinaire. Dans son livre Logique de l’action collective (trad. 1978), Olson expliquait que l’action collective n’est pas rentable, n’est pas profitable sauf pour ceux qui en tirent des biens divisibles, c’est-à-dire des honneurs, des gratifications, etc., parce qu’il y a toujours quelqu’un ou quelques-uns qui en tirent. C’est peut-être un des problèmes du désinvestissement de l’action sportive des dirigeants. Je veux dire que l’on ne trouve pas beaucoup de volontaires pour remplir les fonctions lorsque les rétributions sont insuffisantes. Ce constat peut s’éclairer du point de vue du modèle « olsonien ». Bien sûr, c’est un modèle utilitariste et on peut le critiquer comme on peut le faire pour tout modèle. Il n’empêche que l’on observe des mécanismes de démobilisation ou aussi bien de désinvestissement, dans le sport ou dans d’autres types d’engagement, qui sont motivés par les déceptions.

47Il y a des moyens d’y réfléchir, et il faut s’en donner la peine. C’est un mécanisme lourd, très difficile que cette analyse du pouvoir, des organisations et de la démocratie, et je pense qu’on ne peut maîtriser ces phénomènes, ces processus qu’en les pensant, en pensant combien il est difficile d’objectiver ces situations, combien on retrouve cela depuis les Soviets de Marc Ferro jusque dans toutes les formes d’organisations qu’on peut étudier. Quand on peut commencer à comprendre, on peut commencer à agir et cela renvoie donc à cette question de la complexité.

48Bien sûr, je m’abrite derrière un point de vue un peu en surplomb parce que je suis moins engagé maintenant sur les observations du mouvement sportif. Vous êtes plus compétents que moi en la matière, et mon rôle ici est plutôt d’apporter ce type d’éclairage. Je suis bien conscient de cette diversité, c’est pourquoi j’ai suggéré des études de cas parce qu’effectivement le mot « sport » couvre tout et des choses de plus en plus différentes. J’ai cité quelques sports mais certains ont une vocation sociale ou mondaine plus que d’autres. On peut distinguer le football des cités du golf, par exemple. Certaines personnes vont dans des clubs en tant que consommateurs, d’autres en font un usage pédagogique comme par exemple les parents qui envoient leurs enfants faire l’apprentissage d’une pratique, et certains en font même des garderies, etc. Sans doute, plutôt que de parler du sport, faudrait-il parler « des usages sociaux » du sport, pour reprendre une vieille formule. Je crois que les dirigeants sportifs sont peu ou prou confrontés à ces usages extrêmement différents qui souvent sont implicites, mais qui font parfois de notre société un vaudeville c’est-à-dire une scène où les acteurs se croisent, se parlent mais ne parlent pas de la même chose, tout en croyant se comprendre. Quand je pensais études de cas, je voulais dire exigence analytique, c’est-à-dire mieux comprendre les usages du sport, étant donné que tout pousse à ne pas le faire. Pourquoi ? Parce qu’entre le sport et le public, il y a les médias. Les médias, c’est la fascination pour certains sports et une certaine approche du sport qui est celle de la prouesse. On pourrait dire que les médias ont « marchandisé » l’idéal aristocratique de la prouesse. La logique médiatique de focalisation de l’attention sur un petit nombre de sports-spectacle fausse notre point de vue tellement nous sommes soumis, exposés à cette vision du sport qui est une vision parmi d’autres : pour le public, le sport, c’est d’abord des émissions de sport. Cela ne facilite pas, certes, la lucidité mais il faudrait avoir des études sur l’organisation de sports nouveaux, du cerf-volant acrobatique par exemple.

François ALAPHILIPPE,
Professeur émérite à l’Université de Limoges

49Il est vrai que l’attachement au pouvoir varie selon les fonctions exercées ; mais aussi selon les personnes : chacun d’entre nous peut y être plus ou moins sensible et le vivre à sa manière. Mais je crois que, dans le monde du sport comme ailleurs, une constante se vérifie souvent : plus on reste au pouvoir, plus on a envie d’y rester. De là, l’établissement des oligarchies dont il était question tout à l’heure, en particulier dans le gouvernement des fédérations.

50L’explication tient-elle dans le déclin du bénévolat et la raréfaction des vocations et des compétences ? On le dit ; mais l’effronté de service serait tenté d’opposer que ceux qui déplorent ce phénomène pourraient bien le faire pour se justifier d’être eux-mêmes dirigeants depuis fort longtemps ! C’est du reste, au moins en partie dans l’espoir de préserver leur position, qu’à tort ou à raison, certaines majorités fédérales en place ont fait adopter un scrutin de liste avec représentation proportionnelle.

51Il est vrai aussi que la dureté des temps rend chacun de plus en plus attentif à préserver son activité professionnelle ; ce qui réduit certainement l’attrait d’une carrière de dirigeant bénévole. Cette évolution contribuera peut-être à faire admettre plus aisément que les responsabilités doivent « tourner » : ce qui, à mon sens, est indispensable, surtout au niveau d’une fédération. Je le pensais déjà avant d’être candidat à une présidence fédérale ; même si j’ai beaucoup aimé l’expérience – en l’occurrence, complètement bénévole –, elle m’a totalement confirmé dans cette position.

52Je suis convaincu qu’il y aura toujours des dirigeants bénévoles… à condition qu’un système oligarchique « pétrifiant » ne s’impose pas, les faisant renoncer à améliorer leurs compétences, ou les plaçant dans une situation consistant à attendre leur tour… La vie est courte et l’énergie est rare : c’est pourquoi je suis farouchement partisan de l’alternance au pouvoir et d’une limitation des mandats, en nombre et en durée.

Jean-Luc METZGER
SLUC Nancy

53Je me demande s’il n’y a pas quand même deux catégories distinctes d’organisations sportives et de directions de clubs ou d’associations. J’ai l’impression que dans des petites structures, où il n’y a effectivement rien à gagner, les responsables sont difficiles à trouver, ce sont toujours les mêmes que l’on retrouve d’une année à l’autre, et je pense qu’il y a malgré tout beaucoup de démocratie parce qu’ils acceptent d’être dirigeants avec un maximum de transparence, en écoutant autour d’eux. Ils sont peut-être là souvent, longtemps aussi, mais dans une acceptation totalement démocratique de ce qui peut se faire en tenant compte de ce qui est exprimé autour d’eux.

54En revanche, j’ai le sentiment que dès que l’on commence à entrer dans la compétition surtout de haut niveau, quand il y a la télévision, quand l’argent intervient de façon déterminante, on passe à un stade complètement différent où l’opacité est totale, où les dents sont très longues, où effectivement les dirigeants n’y vont pas pour n’importe quoi. Là, effectivement, il n’y a plus aucune démocratie possible.

Alain GARRIGOU

55Ce que vous venez de dire correspond exactement à ce que nous apprend la sociologie des organisations. À partir du moment où il y a des rétributions, symboliques ou matérielles, ou les deux ensemble, il y a pléthore de candidats aux postes de responsabilités. Dans les petites organisations assez informelles, là où il n’y a pas de rétributions fortes, cela peut marcher à l’altruisme. Quant à la solution que vous donnez du non-cumul des mandats ou de limitation des mandats, c’est une réponse très rationnelle surtout pour un utilitariste. En politique, la question du non-cumul des mandats a émergé à partir de la décentralisation. C’est une création de trophées et l’un des problèmes de la compétition est la rareté des trophées. On le sait, dans les petits clubs, c’est le père ou la mère d’un enfant qui profite du fait de l’accompagner sur le terrain de sport pour accepter un jour des responsabilités, d’être président, secrétaire ou trésorier. Mais à partir du moment où il existe un certain nombre de tensions, une compétition pour le pouvoir tendue et implacable, par exemple, avec des dysfonctionnements du type cumul qui donnent par exemple des conflits d’intérêts, les coûts de l’action collective s’élèvent. Sans doute, limiter le nombre de mandats et interdire le cumul des mandats peuvent-ils créer des occasions d’intéresser des gens afin qu’ils tentent leur chance, gèrent, réussissent ou échouent, puis se retirent pour laisser la place. J’en suis en partie convaincu même si cela n’exclut pas une certaine période de transition et d’adaptation aux nouvelles règles du jeu. C’est une solution d’une simplicité telle que tout le monde la connaît, il faut l’appliquer.

Bibliographie

Ouvrages et auteurs cités

Peter BACHRACH et Morton BARATZ, « Two faces of Power », American Political Science Review, Vol 56(4), 1962.

Robert DAHL, Qui gouverne ?, Paris, Armand Colin, 1971 (trad. de Who Governs ?, Yale University Press, 1961).

Norbert ELIAS et Eric DUNNING, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 (trad.).

Robert MICHELS, Les Partis Politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Paris, Flammarion, 1919 (traduit de Political Parties. A sociological study of the oligarchical tendencies of modern democracy, 1915).

Paul VEYNE, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1976.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search