Desktop versionMobile version

Le sport dans la France d’aujourd’hui

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture de l’université sportive d’été

Mohamed Ourak and Ernest Gibert

Full text

Photo 1 – À la tribune, de gauche à droite, le président Ernest Gibert et Mohamed Ourak, Président de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Photo 2 – À la tribune, de gauche à droite, Edwige Avice, Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports ; Alain Braun, animateur ; Jean-François Renault, de l’UJSF, et Alain Loret, Professeur des Universités.

Photo 3 – François Alaphilippe, Professeur émérite à l’Université de Limoges.

Photo 4 – Une partie de l’auditoire. Au premier plan, Colette Andrusyszyn, administratrice de l’UNCU et du CNOSF.

Pr. Mohamed OURAK
Président de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

1L’Université qui vous accueille pour une nouvelle Université Sportive d’Été, l’Université de Valencienne et du Hainaut-Cambrésis a été fondée il y a une quarantaine d’années. Il s’agit d’une Université pluridisciplinaire avec une implantation sur un territoire peuplé densément et de tradition industrielle et commerciale.

2Notre Université, qui se veut être une Université de taille humaine, rassemble quelque 10 000 étudiants et étudiantes, ce qui représente 7 ou 8 % de la population étudiante de la région Nord-Pas-de-Calais. L’offre de formation se caractérise par une bonne adéquation entre son environnement économique et une très forte professionnalisation. La recherche menée dans différents laboratoires contribue à ce rayonnement. Ces laboratoires travaillent sur des thématiques originales traitées en collaboration étroite avec les secteurs applicatifs.

3L’accueil des étudiants est l’une de nos préoccupations. La qualité de vie sur le Campus Mont Houy également. La culture, en particulier avec l’Institut Culturel Universitaire, le sport, avec une trentaine d’activités et des équipements sportifs de qualité, le loisir, bien sûr, sont pris en considération.

4Je n’oublie pas de citer le Valenciennes Université Club. Le VUC bénéficie d’une installation sur le site de l’Université. Son secrétariat général occupe des locaux à proximité de la Maison des services à l’étudiant.

5C’est donc par de chaleureux mots de bienvenue que je vous accueille, au nom de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis. J’ai connaissance du thème que vous allez traiter dans le cadre de cette USE. Il s’impose, au titre de l’actualité, mais il n’est pas simple et le programme que vous avez élaboré est dense. Nous ferons notre possible pour vous assurer le confort matériel et technique de l’Université.

6Bienvenue à tous et à toutes. Il me reste à vous souhaiter également bon travail.

Pr. Ernest GIBERT
Président de l’UNCU

7Madame la Ministre, Monsieur le Président, chers collègues, l’heure des remerciements n’est pas encore venue, même si nous aurions bien des raisons de remercier avant l’heure.

8Aussi, je voudrais simplement vous dire combien nous sommes heureux de nous retrouver ici, à Valenciennes ; pour deux raisons principales.

9La première raison tient au choix du lieu que nous avons retenu. Vous savez sans doute que l’Université Sportive d’Été, qui en est à sa trentième édition, est le fruit de la collaboration de l’Union des Journalistes de Sport en France et de l’Union Nationale des Clubs Universitaires. C’est un partenariat entre journalistes et universitaires qui date donc désormais depuis longtemps et auquel nous sommes très attachés. Notre volonté est de tourner, comme les cirques en France, et d’organiser à chaque saison l’USE en un endroit différent. À Valenciennes donc cette année, et pour la première fois.

10Dans l’ordre de création des Clubs Universitaires, dont certains sont centenaires, le Valenciennes Université Club est l’un des plus récents. Il est aussi l’un des plus dynamiques. La proximité du Lille Université Club, avec lequel il entretient des liens de bon voisinage, ne suffit pas à expliquer la qualité de son ambiance et de ses résultats. Ils sont le fruit de l’engagement de son Président et de son équipe, de l’implication de ses membres et de leur attachement aux valeurs dont les Clubs Universitaires sont porteurs.

11La deuxième raison de notre satisfaction n’est pas indépendante de la première. Elle tient à la qualité des relations qui se sont créées, tissées, cultivées, entre l’Université et le Club Universitaire. Vous venez, Monsieur le Président, de les rappeler. L’importance donnée ici au sport dans l’Université, l’implantation du Club Universitaire sur le site de l’Université, sa reconnaissance dans la vie de l’Université et dans la relation de celle-ci avec la cité, correspondent, à bien des égards, aux orientations politiques qui sont les nôtres.

12Nous sommes donc très sensibles à la qualité de votre accueil, à la place que vous nous avez accordée, et nous nous efforcerons donc, au cours de cette 30e édition de l’USE, d’être à la hauteur de votre confiance.

13Entrons donc, sans plus attendre, dans le contenu d’un sujet qui pourrait d’ailleurs aussi bien concerner les universités que ceux qui gouvernent le sport.

14Qui gouverne le sport en France ? Dans la présentation de ses thématiques, l’USE a toujours manifesté une préférence pour les fausses-vraies questions. Des questions banales et pourtant dérangeantes, le monde du sport n’a pas le monopole ; celle-ci, comme bien d’autres, pourrait aussi légitimement être posée à propos d’autres formes de l’activité en société et à bien d’autres institutions qui sont censées les gouverner.

15Le sport dans la France d’aujourd’hui : qui gouverne ? Selon l’interlocuteur qu’elle interpelle, la question paraîtra naïve, provocatrice, voire perfide. Naïve et inutile, à ceux qui pensent que tout va au mieux dans le meilleur du monde du sport (peu probable) ou qu’il en coûterait davantage d’y changer l’ordre des choses de ne pas l’y notifier. Provocatrice et perturbante, si on pressent en l’entendant que la question porte en elle-même sa réponse et que l’on s’en tiendra à une simple interpellation. Perfide, enfin, pour qui suspectera ses auteurs de vouloir grossir la critique pour satisfaire des jeux de pouvoir et favoriser l’installation de nouvelles coalitions d’intérêts.

16Dans notre esprit, le choix de la thématique de cette 30e USE exclut toute naïveté, provocation et perfidie. Il répond à une nécessité et s’opère à un moment opportun. D’abord parce qu’au moment où s’ouvre une nouvelle olympiade, il est naturel de chercher à faire un point et de prendre du recul pour mieux imaginer l’avenir sur les problèmes de fond que le sport doit résoudre. Surtout, chez nous en France, mais aussi à bien d’autres endroits, le pouvoir du sport, dans ses principes, dans ses formes et dans ses modalités d’expression, apparaît de plus en plus dépassé ou au moins en décalage par rapport aux transformations et aux attentes de la société. C’est vrai quant à sa nature, à son organisation, à l’image qu’il donne et dans ses rapports à la société. Sur ces sujets, nous ne sommes évidemment pas les seuls à disposer de la capacité et de la légitimité à ouvrir le débat. Mais nous sommes à notre place et dans notre rôle car l’USE – 30 ans de collaboration entre journalistes et universitaires – est un espace de réflexions et de propositions qui n’a pas pour vocation de s’inscrire dans les combinaisons des jeux de pouvoir.

17Pourquoi avoir circonscrit le sujet seulement à la France, alors que le champ qu’il couvre, de même que les problèmes qu’il porte, est de plus en plus largement ouvert aux effets de la mondialisation ? Entre la France et le Monde, l’Europe est un niveau intermédiaire dont on peut d’ailleurs s’interroger, sinon sur son existence, du moins sur sa réelle capacité d’influence pour ce qui concerne le sport. Pour justifier ce choix, il ne viendra à l’esprit de personne l’idée imprudente d’avancer comme argument qu’il existe sur ce sujet une supériorité française qui lui donne une valeur d’exemple, si ce n’est une vocation à la transposition universelle.

18En revanche, il y a bien en matière d’organisation et de gouvernement du sport, une « exception française ». Elle tient à l’existence d’un ministère spécifique des sports, dont l’intitulé (Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative) varie – comme le champ de ses attributions – au fil des compositions gouvernementales. Il en résulte une certaine forme de cogestion, entre l’État et le mouvement sportif, dans une relation certes dissymétrique aux rapports d’influence variables selon le temps et la personnalité des acteurs. Avec un point commun aux deux protagonistes incertains : assez souvent, ceux qui gouvernent sont bien éloignés de la base des pratiquants. Peut-on parler pour autant à leur sujet de deux oligarchies cogestionnaires ? Il sera intéressant et instructif d’entendre ce qu’en pensent ici leurs représentants.

19Cette situation est-elle pertinente, porte-t-elle autant d’arguments que celle qui conduit à défendre la valeur de l’exception française en matière de culture ? Le sport en France est-il mieux gouverné qu’ailleurs, au point de pouvoir servir de modèle ? Je ne suis pas tout à fait sûr que ces deux questions méritaient vraiment d’être posées.

20Par contre, il ne fait pas de doute que les problèmes rencontrés en France dans le gouvernement du sport se retrouvent pour la plupart ailleurs, dans d’autres pays et au niveau international (celui des fédérations du même nom, ou du CIO par exemple). Cela n’explique ni ne justifie qu’à peu près à tous les niveaux le même constat se dessine : le gouvernement du sport est généralement le fait d’un petit nombre. Il serait intéressant de comprendre pourquoi le sport se prête aussi facilement au gouvernement oligarchique.

21On ne peut échapper à ce premier constat, paradoxal au moins en apparence : le plus souvent, le gouvernement du sport est un système fermé dans un monde ouvert ; peut-être même de plus en plus fermé dans un monde de plus en plus ouvert.

22Se poser la question de savoir qui gouverne le sport dans la France d’aujourd’hui n’est donc ni innocent ni futile. Le sujet est bien actuel, surtout à un moment où nous sommes entrés, pour une durée qui pourrait être plus longue que prévue, dans une période de doute et de crise (de crise car de doute, de doute car de crise ?). La question est d’importance car, même si c’est à lui qu’elle est appliquée, elle ne concerne pas que le petit monde d’un sport considéré stricto sensu. Qui gouverne le sport gouverne plus que le sport. Appliquée au sport, la question de la gouvernance dépasse la cause qui lui est propre et va bien au-delà de l’espace naturel qu’il occupe ; ce qui en démultiplie les enjeux (éthiques, politiques, sociaux, économiques, de santé publique, environnementaux ou technologiques). La relation entre la société et le sport est de plus en plus étroite, ainsi que l’ont montré, depuis près d’un quart de siècle déjà, les travaux de Norbert Elias (Sport et Civilisation, 1994). La connaissance du sport, et notamment celle de ses modes de gouvernement, est devenue une des clés de la connaissance de la société. À l’évidence, en retour, la connaissance de la société est indispensable pour comprendre l’évolution du sport et de sa gouvernance.

23Au moment d’entamer notre réflexion, il est difficile d’éluder une question qui vient spontanément à l’esprit : faut-il gouverner le sport et a-t-il envie de l’être ? « Il y a bien autant de paresse que de faiblesse à se laisser gouverner », la maxime de La Bruyère n’est pas dépourvue de sens. Il est libre le sport, entend-on parfois. Ne peuvent y croire que ceux qui l’auraient vu voler. Si tel était le cas, il aurait le choix entre deux occurrences : l’absence de contrôle ou l’autocontrôle. La première suppose l’absence de règles ou de système de codification ; elle paraît antinomique entre la quasi-totalité des pratiques sportives. Quant à la seconde, dont rêvent certains dirigeants qui la confondent avec l’autarcie, elle suppose un degré de sagesse, de respect de l’autre, de maîtrise, qui ne correspond pas (pas encore !) à l’état d’avancement de nos sociétés : le sport ne peut donc échapper à la nécessité d’être gouverné, ce qui ne signifie pas automatiquement qu’il soit toujours gouvernable.

24Admettons donc une fois pour toutes, et pensons-y avant d’être critiques, que le gouvernement du sport est un exercice difficile. Si l’on ose s’autoriser cette facilité, gouverner le sport c’est du sport. Qu’il convient de prendre à cœur sans se prendre trop au sérieux car on peut dire du sport ce que pensait Gustave Flaubert du jeu d’échecs : « trop sérieux pour un jeu, trop futile pour une science ».

25La difficulté vient notamment de ce que, comme le notait Roger Chartier (dans son introduction à la traduction française du livre de Norbert Elias et Eric Dunning, Sport et Civilisation) « Le sport ne peut pas être caractérisé à partir d’une fonction unique (magique, religieuse, rituelle ou autre) qui, partout et toujours, serait identique ». Si l’on ajoute à cela que le gouvernement du sport s’applique à tout un ensemble de disciplines dont chacune est régie par un corpus de règles dont la codification et le contrôle lui sont propres, on prend facilement la mesure de la difficulté de l’exercice à réaliser lorsqu’il s’agit de trouver un équilibre stable entre le plaisir et la contrainte.

26Le gouvernement du sport s’applique donc à un ensemble dont la diversité et la complexité sont les deux traits caractéristiques. Complexité des règles. Diversité de finalités, de perceptions, d’objectifs, de valeurs, d’intérêts, d’horizon de référence. Tout cela constitue un système de contraintes (au sens mathématique) lourd qui est inhérent à la nature même de l’objet à gouverner. Pour s’en sortir, il faut être capable de dégager quelques points communs forts et partagés à partir desquels on définira des principes de gouvernement qui rassemblent et se prêtent à l’action. On demande donc bien des qualités à ceux que nous chargeons de gouverner le sport. S’ils ne les possèdent ou ne les maîtrisent pas, le pouvoir passe ailleurs. D’autant plus que l’administration du sport se professionnalise. Dans de nombreuses instances sportives, ce sont de plus en plus des professionnels de la gestion qui définissent les orientations et qui les appliquent. Cela concourt à la domination croissante d’une élite bureaucratique sur le plus grand nombre. Le gouvernement du sport est bien un système de plus en plus fermé. Le sport peut-il échapper à cette montée des oligarchies que l’on constate dans la plupart des activités humaines ; rien n’est moins sûr aujourd’hui.

27Quoi qu’il en soit, le sport a besoin d’être gouverné et, nous sommes certains à le penser, d’être gouverné autrement. Gardons-nous de tout angélisme, le moment n’est pas, ou pas encore, de rêver au gouvernement du sport tel qu’il devrait être, mais de réfléchir aux modalités d’amélioration qui permettent d’agir sur le gouvernement du sport tel qu’il est aujourd’hui et, si cela est possible, tel qu’il sera demain.

28Voilà pourquoi nous avons choisi, pour cette 30e USE, de vous inviter à un voyage – à une croisière immobile – dans le gouvernement du sport. Voyage, voyage…

29Le voyage (1re séquence) commence par l’intérieur (En France, qui gouverne le mouvement sportif ?). L’État ou le mouvement sportif représenté par le CNOSF ? Domination de l’un sur l’autre, cogestion équilibrée ou dissymétrique : le débat n’est pas qu’interne. Quelle que soit la légitimité de ces deux acteurs majeurs, chacun sait qu’aujourd’hui le pouvoir est plus souvent en dehors que dedans. Alors, qui gouverne effectivement en dehors du mouvement sportif ? (2e séquence). La salle du bal des prétendants est à portes largement ouvertes ; ils sont nombreux à s’y présenter. Le politique, l’économique, les médias, l’Europe, qui l’emportera sur les autres dans le tourbillon de la valse du pouvoir ? Qui sera condamné à faire tapisserie ? D’autres prétendants, invités ou non, se présentent à la porte (3e séquence). Ils ont une dimension et/ou un statut intérieur (marques, pays, CIO) qui les dispense de présenter leur invitation car leur champ d’intervention est celui du Monde.

30Mais que veulent ceux qui sont les adeptes habitués de la boule au plafond (les sportifs), qui a le choix de la musique et de son temps, qui fournit les instruments, qui tient la baguette plutôt que la chandelle et fait en sorte que les adeptes du dance floor soient présents dans la salle et en ressortent satisfaits ? Bref, (4e séquence), qui gouverne au niveau du terrain ? On voit que la question devient très compliquée. D’autant qu’à chacun pourrait s’appliquer cette réflexion de Tocqueville : « Tel qui laisse volontiers le gouvernement de toute la nation dans les mains d’un maître regimbe à l’idée de ne pas avoir à dire son mot dans l’organisation de son village ».

31L’exercice qui nous est proposé est bien compliqué. C’est pourtant le défi que nous allons devoir relever si nous voulons répondre utilement à la question de la 5e séquence : Peut-on imaginer les perspectives de refondation du modèle sportif français ?

32Derrière toute cette démarche, même si le mot n’a pas encore été prononcé, se profile une question centrale, qui vaut d’ailleurs pour tous les autres champs de l’action humaine et que mériteraient de se poser bien d’autres institutions, c’est la question de la démocratie. Celle par laquelle nous avons choisi de débuter. La démocratie a-t-elle sa place dans le sport ? De toutes ces interrogations, c’est la plus importante sans doute si nous voulons garder quelque espérance au moment de chercher à savoir qui gouvernera demain.

33C’est à cette question, et sans doute à bien d’autres, qu’a bien voulu accepter de répondre Alain Garrigou. Professeur de Science Politique à l’Université Paris X-Nanterre, devenue aujourd’hui Université de Paris-Ouest. Créateur de l’Observatoire des Sondages, auteur notamment d’un ouvrage intitulé L’ivresse des sondages, publié en 2006, le Professeur Garrigou n’hésite pas à engager la polémique, parfois même avec les conseillers du Prince.

34La démocratie n’est pas à vendre (2011) est l’un de ses derniers ouvrages qui avait attiré notre attention. En outre, Alain Garrigou est un passionné de sport et fut – en son temps – un observateur avisé et amusé du monde du rugby et de ses notables que certains appelaient parfois « les gros pardessus ». Il est donc parmi les mieux qualifiés pour nous parler de la démocratie dans le sport, de ses voies, de ses fins, de ses formes, voire de son absence.

List of illustrations

Caption Photo 1 – À la tribune, de gauche à droite, le président Ernest Gibert et Mohamed Ourak, Président de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4492/img-1.jpg
File image/jpeg, 216k
Caption Photo 2 – À la tribune, de gauche à droite, Edwige Avice, Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports ; Alain Braun, animateur ; Jean-François Renault, de l’UJSF, et Alain Loret, Professeur des Universités.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4492/img-2.jpg
File image/jpeg, 240k
Caption Photo 3 – François Alaphilippe, Professeur émérite à l’Université de Limoges.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4492/img-3.jpg
File image/jpeg, 224k
Caption Photo 4 – Une partie de l’auditoire. Au premier plan, Colette Andrusyszyn, administratrice de l’UNCU et du CNOSF.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4492/img-4.jpg
File image/jpeg, 290k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search