Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

La difficile professionnalisation des journalistes de sport

Texte intégral

  • 1 Tous mes remerciements s’adressent à Roger Pureur (Faculté des Sciences du Sport de l’Université d (...)

Remarques autour de l’entretien avec Jacques Marchand1 par Sébastien Fleuriel, Professeur de Sociologie à l’Université Lille 1, Institut de Sociologie et d’Anthropologie

  • 2 Sur la question des rapports de dépendances multiples qu’entretiennent les journalistes à leurs so (...)
  • 3 Lire V. Boussard, D. Demazière, P. Milburn (eds.), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’u (...)

1Le contexte de développement médiatique des spectacles sportifs les plus populaires (football, rugby, cyclisme, athlétisme, jeux olympiques,…) n’a probablement jamais autant produit d’indices du faible degré d’indépendance des journalistes de sport vis-à-vis de leur spécialité : emprise croissante des droits audiovisuels sur le spectacle, apparition systématique de consultants sportifs de renom dans les reportages, scandales sportifs plus souvent levés par des journalistes non issus du sérail, esquissent les traits les plus saillants d’une soumission progressive aux ordres économique et sportif. Ce constat, qui n’est pas limité au seul domaine sportif et s’applique à nombre d’autres univers sociaux couverts par la presse et les médias2, ne rend pourtant guère justice aux conditions de genèse de la profession des journalistes de sport. À rebours d’une indépendance journalistique souvent sacralisée et perçue comme en perpétuel déclin depuis la Libération, les faits propres à l’histoire sociale des journalistes sportifs viennent paradoxalement rappeler un lent processus de conquête de reconnaissance et d’autonomie professionnelle depuis l’après-guerre. Le témoignage ici restitué de Jacques Marchand revient sur l’histoire invisible de ce groupe professionnel particulier en quête de légitimation et de reconnaissance vis-à-vis de ses pairs et confrères journalistes en général3. Né à Paris en 1921, Jacques Marchand est en effet l’une des figures marquantes de cette histoire et a œuvré tout au long de sa carrière à la structuration et à l’organisation de la spécialité journalistique au travers de multiples registres, depuis l’exercice effectif du métier dans différents supports de presse, la formation des plus jeunes dans les écoles de journalisme, jusqu’à son engagement syndical affirmé.

2C’est par l’intermédiaire d’un ami commun que l’initiative d’un entretien de longue durée a pu être acquis à la toute fin du mois de janvier 2011. Nous avions pour cela convenu de passer la journée entière au domicile même de Jacques Marchand avec une première séance de travail avant le déjeuner, axée sur les évolutions de la profession, puis une seconde l’après-midi plus orientée vers les éléments de trajectoire personnelle du journaliste. Celui-ci étant régulièrement sollicité pour des entretiens, étant de surcroît un professionnel de la parole, la phase d’adaptation à la situation d’enregistrement s’est avérée presque inutile. C’est du coup le plan inverse qui s’est déroulé avec une entrée de plain-pied dans son histoire biographique et il est probable que les résistances à l’objectivation de son histoire intime, manifestée pour la circonstance sous la forme d’une réticence à parler de soi au nom de la pudeur (« ma carrière, ce n’est pas l’essentiel »), ont pu être partiellement vaincues par la caution apportée par notre ami commun venu faire le lien entre nous tous.

3L’hypothèse selon laquelle l’analyse d’un cas singulier peut apprendre sur l’histoire de son groupe social et professionnel de référence paraissait d’autant mieux crédible que Jacques Marchand a traversé les différentes institutions journalistiques en y occupant des fonctions officielles dont les plus connues sont celles résumées dans les quatrièmes de couvertures des ouvrages successifs qu’il a publiés, notamment comme président et membre fondateur de l’Union Syndicale des Journalistes de Sport Français, de l’Association mutuelle des journalistes de sport (AJS), président du Centre de formation et perfectionnement des journalistes (CFPJ, école de la rue du Louvre), président de la commission de formation de l’Association internationale de la presse sportive (AIPS)… Si questionner Jacques Marchand équivaut alors à faire parler les institutions qu’il a été amené à représenter, la réciproque n’est pas moins vraie sous l’hypothèse de chercher à comprendre ce que la trajectoire sociale de l’auteur doit en propre aux institutions qui l’ont fait journaliste selon des opportunités, des possibles qui méritent d’être contextualisés. Ceci afin d’éviter toute analyse surplombante des faits qui rendrait totalement indépendante la vie des idées portées par Jacques Marchand de la vie des institutions dans lesquelles ces idées prennent cours.

  • 4 En référence à J. Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962.

4Le grand intérêt que voue le journaliste à la chose sportive dans son ensemble, et plus particulièrement aux spectacles sportifs populaires tels que la boxe, le cyclisme et les jeux olympiques, fait écho au bain culturel de son enfance qui assiste à la montée en puissance d’une civilisation du loisir4 dans le contexte historique des mouvements sociaux du Front Populaire d’abord, de la Libération ensuite. Jacques Marchand rappelle combien l’ont marqué les fréquents commentaires sportifs entre son père et son grand-père, et se dit durablement impressionné, comme tant d’autres de sa génération, par les départs du Tour de France qui prennent part devant le portail de l’école communale (« Nous sommes à ce moment-là en 1930 et pendant deux ou trois ans, de la grille de la mairie, j’assiste au départ du Tour de France de la grande époque »).

5Par ailleurs il est socialisé à la vie collective par le contact permanent avec l’équipe de football dans laquelle joue son père (« j’ai eu la chance d’être adopté dans l’équipe de football de mon père ») et qui tiendra auprès du fils un rôle d’accueil clandestin important pendant la guerre. Issu de la petite bourgeoisie parisienne en ascension (son grand-père adoptif est électricien, sa grand-mère paternelle infirmière, son père est dentiste, sa mère est femme au foyer), mais élevé selon ses propres mots comme « un gosse de la rue », cette expérience est aussi l’occasion d’entrer en contact avec des individus venant d’horizons sociaux très différents et de s’ouvrir à une relative mixité sociale que le sport semble parvenir, au moins dans les discours, à entretenir (« Cela m’a ouvert des horizons sur des classes sociales totalement différentes de la mienne » ; « le sport nous mettait à égalité. Quand on parlait boxe, on parlait boxe, que ce soit avec un ouvrier ou avec un patron »). Élevé dans une ambiance où le sport semble omniprésent, il pratique lui-même le basket et assume très jeune (17 ans) des responsabilités dans le club comme dirigeant et comme arbitre et se forge progressivement une conception du sport dont l’idéaltype devient le handball en vertu de son inscription historique dans le champ de l’éducation physique (« c’était un esprit hand et il y a toujours eu, dans le hand, l’esprit éducateur »). Univers de référence pour une grande part masculin, tant dans le sport que dans le journalisme, l’interviewé dit peu de chose du rôle des femmes dans sa trajectoire personnelle (« c’était une époque où les femmes ne travaillaient pas ») excepté l’épisode de rupture où il part vivre chez sa grand-mère. Néanmoins, la rigueur de l’analyse voudrait ici rappeler que la période balayée par l’entretien organisait fréquemment une division des tâches où le travail domestique (entretien du domicile et éducation des enfants) incombait à l’épouse pendant que le mari assurait une carrière professionnelle. Organisé selon ce modèle, le journaliste rappelle alors un milieu de travail marqué par la séparation des sexes et peu compatible avec la présence des conjointes (« on n’emmenait jamais nos femmes sur le Tour de France, ce n’est pas une vie familiale »).

  • 5 Ivan Chupin et Jérémie Nollet repèrent trois configurations historiques différentes du journalisme (...)

6Jacques Marchand se destinait initialement à reprendre le cabinet dentaire paternel (« un beau cabinet dans Paris ») et avait pour cela entamé sa formation en première année d’école dentaire après l’obtention de son bac de philosophie. Le renoncement à se comporter en héritier fait suite à une dispute avec son père. Bien qu’assez peu dramatisée (« un matin, on s’est disputé comme peuvent le faire un père et un fils »), cette discorde marque, à la manière d’un détonateur, une rupture irrémédiable dans son orientation professionnelle qui le conduit à la carrière de journaliste de sport. Cette opportunité, présentée comme un pur coup du sort (« ce sont simplement les hasards de la vie »), doit cependant sa concrétisation à une double détermination à la fois personnelle et conjoncturelle. Ce que Jacques Marchand présente comme un coup de tête (« puisque c’est comme ça, je vais faire un autre métier ») résulte en effet d’antécédents qui préparent la décision finale de tenter sa chance dans la presse avec la rédaction des comptes-rendus de matchs de basket du club où il adhère et qu’il propose à la presse locale. Bien qu’il en minimise la portée (« Savoir écrire ? Non… Qu’est-ce que c’est que savoir écrire ? »), sa formation scolaire, attestée par l’obtention du bac de philosophie, soit une formation à la lecture et à l’écriture, composait probablement un bagage suffisamment discriminant dans l’immédiat après-guerre pour se lancer légitimement dans une carrière intellectuelle. Mais tout ceci n’aurait sans doute rencontré aucun écho particulier si, par ailleurs, le contexte conjoncturel, celui de la Libération, n’avait pas fixé un faible droit d’entrée dans la profession journalistique où quasiment tous les coups étaient possibles pour peu qu’on en avait les dispositions requises. La Libération marque en effet une nouvelle ère du journalisme qui s’affranchit partiellement des figures traditionnelles de l’écrivain, de l’homme de lettres ou encore du politicien, appelés, avant guerre, à occuper la scène journalistique à la manière de Jean Jaurès directeur de L’Humanité, de Jules Ferry journaliste à La Gazette des tribunaux, ou encore de Léon Gambetta à La République Française (Chupin, Nollet, 2006)5. Aussi, le renouveau de la profession, limitant la porosité des frontières avec le politique et privilégiant le journalisme de métier, dans une période de purge de la presse collaborationniste (« tu veux écrire, tu veux réussir dans ce métier, etc., mais surtout un conseil : pas une ligne dans la presse collaborationniste ») ouvre une infinité de possibles où la circulation d’un journal à l’autre, le recrutement spontané des uns et des autres, deviennent monnaie courante. Conscient de la structure d’opportunité offerte par cette période particulière (« Je n’ose pas répéter à un jeune aujourd’hui comment j’ai débuté, que décidant à 10 heures du matin de devenir journaliste, je l’étais devenu à 14 h 30, ce qui est impossible aujourd’hui »), Jacques Marchand rappelle en définitive que tout restait à faire et à inventer en matière de presse (« nous avons refait notre profession, nous l’avons reconstruite à notre image »).

  • 6 Sur cette question, lire B. Dargelos, D. Marchetti, « Les “professionnels” de l’information sporti (...)

7Ces caractéristiques, qui tiennent à leur configuration historique, expliquent, en partie au moins, les modalités d’entrée dans la profession rencontrées par Jacques Marchand. Elles sont principalement constituées d’un apprentissage sur le tas passant par tous les stades de fabrication d’un journal, de sa mise en page à son impression, et surtout par la plupart des fonctions associées au métier, depuis celle de téléphoniste jusqu’à celles de chef de rubrique puis de rédacteur en chef. Ces modalités, constitutives d’une connaissance approfondie des caractéristiques propres de la profession, justifient alors les engagements militants de Jacques Marchand aussi bien dans la formation des jeunes entrants que dans le syndicalisme de corporation. Alors que rien ne le prédisposait spécifiquement au militantisme syndical (« mon père n’a jamais fait de politique »), son milieu social d’origine, celle de la petite bourgeoisie parisienne, le place en position privilégiée pour s’indigner ouvertement de la faible considération dont font preuve les journalistes de sport d’une manière générale, souvent perçus comme des supporters autant que comme des analystes6. On ne saurait également négliger l’efficacité du réseau social dont il fait régulièrement état et dont les personnalités soulignent leurs hautes propriétés sociales ainsi que leur position stratégique dans les processus de décision. Figure multipositionnelle s’il en est, à la confluence de l’activité syndicale, de la formation des journalistes, de la pratique journalistique, de l’organisation de spectacles sportifs, Jacques Marchand s’est de fait constitué un réseau social à la mesure des diverses responsabilités occupées (cf. Repères biographiques de l’auteur) : que ses interlocuteurs soient des sportifs de renom (Marcel Cerdan, Louison Bobet,…), des entrepreneurs de presse (Henri Desgrange, Jacques Goddet,…), des membres de gouvernement (Marceau Crespin, François Mitterrand,…), ou encore de hauts dirigeants fédéraux ou sportifs (Nelson Paillou, Philippe Chartrier,…), Jacques Marchand semble pouvoir dialoguer avec toute l’aisance et l’aplomb que peut lui conférer son milieu d’origine.

  • 7 Sur la sociologie du journalisme en général, lire E. Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La D (...)
  • 8 Sur l’histoire du développement du cyclisme et de ses rapports avec les différentes industries qui (...)
  • 9 En référence aux travaux de Dominique Marchetti sur la structuration du champ journalistique dans (...)

8Doté de toutes les armes, socialement comme professionnellement, pour discuter « en principe » à parité avec les patrons de presse, il s’élève, aux côtés du syndicat, contre les pratiques en vigueur pour faire reconnaître la spécialité sportive à part entière (« nous n’étions pas reconnus comme journalistes »). Celle-ci émerge en effet dans des conditions historiques qui la placent d’emblée en situation d’étroite dépendance vis-à-vis des domaines qu’elle couvre : dans bien des cas, les spectacles sportifs sont créés et stimulés soit par les patrons de presse pour renouveler et conquérir un lectorat populaire7, soit par les industriels pour assurer une promotion de masse de leurs produits8. Jacques Marchand revient par exemple sur les liens étroits entre la création du Tour de France et le journal L’Auto (« Cette idée du Tour de France lui a paru être une idée qui allait relancer le titre de L’Auto ») pour expliquer ses réticences initiales à travailler au journal L’Équipe parce que ce dernier « dirigeait le sport ». La traduction matérielle des rapports de dépendance des journalistes de sport vis-à-vis de leur objet se concrétise par des situations qui les marginalisent régulièrement de leurs homologues généralistes9 notamment par l’absence de carte professionnelle, par l’existence de rétributions directement assurées par l’organisateur de l’événement (désigné dans l’entretien comme « le système des enveloppes »), et par l’absence de grilles salariales de référence. Les prises de position de Jacques Marchand s’attèlent alors à faire lever, autant que faire se peut, ces particularismes (« après Guerre, on a réussi à stopper tout ça ») au profit d’une meilleure intégration de la spécialité dans la profession en général, ainsi qu’à réduire les relations de dépendances avec les organisateurs de spectacles, notamment par l’aménagement d’un espace de travail accrédité et sanctuarisé sur les lieux des événements, les tribunes de presse, et l’accès inconditionnel à celles-ci.

9Bien que portées à titre individuel par le journaliste, ces conquêtes s’inscrivent aussi dans un processus de nature collectif et syndical lui-même subordonné au fonctionnement de la corporation dans son ensemble. Comme le suggère l’entretien, les stigmates de la spécialité sportive ont parfois aussi pu se transformer en ressources quand le jeu des rapports de force entre tous les protagonistes menaçait de conduire à une situation stérile. Dans le processus de désignation du président de l’école de journalisme de Paris, dont l’enjeu est important parce qu’il marque l’accès et le contrôle de la formation des nouveaux entrants, Jacques Marchand parvient paradoxalement à cette haute responsabilité en vertu de sa spécialisation sportive qui neutralise toutes les autres positions syndicales, lui faisant constater qu’« encore une fois, ce sont les circonstances qui ont fait que je me trouvais là à ce moment-là. En tous les cas, c’est le but que nous poursuivions depuis quinze ans ».

  • 10 Ibid.
  • 11 Sur le rôle de l’éthique comme forme de bonne conscience professionnelle, se reporter à S. Fleurie (...)

10Bien que résolument assumées, les positions de principe du journaliste n’en demeurent pas moins parfois paradoxales et ne suffisent pas toujours à lever les contradictions inhérentes à la spécialité. Condamnant par exemple vertement l’autorité monopolistique et exclusive que L’Équipe exerce sur le monde sportif, il y entre malgré tout (dès 1954) pour soutenir et organiser à partir de 1961 une compétition cycliste taillée sur mesure (Le Tour de l’Avenir) au nom d’un pragmatisme de circonstance selon lequel « si c’est pour laisser le cyclisme à d’autres organisateurs privés qui ne soient pas des journalistes, ce sera pire qu’avec les journalistes ». Ici, les débats sur l’opposition entre « juge et parti » d’une même réalité, sur la relation ambiguë de grande proximité aux sources, notamment avec les sportifs, sur la polarisation contradictoire entre presse commerciale et presse intellectuelle ressurgissent de manière traditionnelle au champ journalistique dans son ensemble10. Les modalités de régulation des comportements, les lignes de démarcation entre les bonnes et les mauvaises pratiques dépendent alors autant d’une ligne de conduite individuelle parfois ténue et que Jacques Marchand désigne comme « éthique personnelle », que d’un contrôle collectif chapeauté par une déontologie corporatiste. Les liens d’amitié qui unissaient le journaliste à Marcel Cerdan sont l’occasion de revisiter ces zones d’extrême ambivalence où les relations affectives, mais aussi les confidences faites en off au détour d’un vestiaire ou d’un pot de fin de match de basket, deviennent accessoirement une ressource journalistique de premier ordre, susceptible de procurer un avantage différentiel par rapport à la concurrence. Érigée en vertu professionnelle enchantée11, l’éthique personnelle montre alors les limites de la régulation collective de la profession tant elle semble dépendante d’un arbitraire individuel et de facteurs exogènes inégalement distribués tels que l’éducation ou la formation selon les propres mots du journaliste : « On ne peut pas complètement éliminer l’affectif. C’est là où une éthique est nécessaire ; je ne parle pas de déontologie qui est, pour moi, quelque chose de général, qui est une règle pour toute la profession et que l’on doit tous appliquer. En ce qui concerne l’éthique, comme je l’explique dans mon prochain bouquin, chacun d’entre nous a son éthique personnelle, qui est due à son éducation, à sa formation. »

  • 12 Sur la caractérisation explicite de ces contraintes dans la PQR, lire F. Ohl, « Le journalisme spo (...)

11De même, la tension entre nécessité commerciale et nécessité éducative de l’information journalistique vient se résoudre chez Jacques Marchand par une partition territorialisée de la production où la presse quotidienne régionale (la PQR dans le jargon) remplit une fonction éducative (« c’est un journalisme d’éveil ») comparativement aux livraisons de la presse nationale et de L’Équipe notamment (« Se figurer que l’éducation sportive se fait uniquement à travers L’Équipe est faux ; L’Équipe n’est absolument pas un journal éducateur »). On ne saurait toutefois manquer de souligner la situation de domination objective de la PQR relativement à la hiérarchie professionnelle en vigueur et aux contraintes qui s’exercent localement12, et du coup d’interpréter le point de vue de Jacques Marchand comme une manière d’atténuer ses propres contradictions par la réhabilitation symbolique d’un secteur traditionnellement délaissé et dans lequel il n’a en définitive que peu œuvré.

  • 13 Sur la promotion de la passion comme droit d’entrée exclusif dans le monde sportif, S. Fleuriel, « (...)
  • 14 D. Marchetti, « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, 1, 111, 2002, p. 22-55.

12Enfin la spécialisation sportive du métier, encadrée par deux risques opposés (une ultra-spécificité qui justifierait alors que les journalistes de sport soient définitivement marginalisés du reste de la profession et inversement une faible spécificité justiciable d’aucun particularisme), est assumée dans l’entretien par la mise en avant d’un droit d’entrée classique à l’univers sportif, la passion partagée de la pratique sportive13, nécessité (« faire partie de la famille ») qui heurte en contrepoint le spectre du consultant, spécialiste du sport mais ignorant tout du métier. Ces deux impératifs (faire ou avoir fait soi-même du sport, tenir à distance les consultants) viennent ainsi borner et définir un périmètre de sauvegarde relativement acceptable du travail journalistique sportif selon le double repoussoir stratégique du ni candide sportif ni journaliste béotien interdisant de principe au journaliste généraliste comme au consultant toute tentative de prédation du domaine14.

  • 15 En référence à la sociologie de groupes professionnels et à leur dynamique de formation telle que (...)

13De tous ces éléments d’entretien ressort une image nuancée et paradoxale de la spécialité journalistique : face au sentiment d’une profession en perte de vitesse au regard des enjeux économiques qui la dépassent largement, la perspective historique rappelle d’où sont partis les journalistes de sport, si loin dans la dépendance, que l’intégration au corps professionnel dans son ensemble reste à saluer : élévation de la formation, obtention de la carte professionnelle, intégration à une grille salariale de référence, accréditation indépendante des organisateurs de spectacles déterminent un socle commun d’avancées sociales. Mais, comme tout groupe professionnel, sa formation semble bien plus participer d’une dynamique en perpétuelle discussion que d’une définition figée et définitivement acquise15. Dans cette perspective, le journalisme de sport d’aujourd’hui ne semble pas moins autonome qu’hier, mais il promet encore de belles luttes pour ne pas céder du terrain et pour assurer sa position.

Notes

1 Tous mes remerciements s’adressent à Roger Pureur (Faculté des Sciences du Sport de l’Université de Lille 2), à l’origine de cette initiative, sans qui cet entretien n’aurait jamais eu lieu en suscitant l’intérêt et le concours de l’Union Nationale des Clubs Universitaires. Je remercie également Isabelle Coulon qui a assuré avec efficacité la transcription intégrale des échanges enregistrés.

2 Sur la question des rapports de dépendances multiples qu’entretiennent les journalistes à leurs sources, on pourra notamment se reporter aux travaux coordonnés par Ivan Chupin et Jérémie Nollet : I. Chupin, J. Nollet (eds.), Journalisme et dépendances, Paris, L’Harmattan, 2006. Sur les contraintes qui pèsent plus spécifiquement aujourd’hui sur le champ journalistique : P. Champagne, « Le journalisme à l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132, 2000, p. 3-7.

3 Lire V. Boussard, D. Demazière, P. Milburn (eds.), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010. Les auteurs soulignent combien la reconnaissance d’un groupe social comme groupe professionnel constitue à la fois un enjeu interne pour les membres du groupe, et injonction externe pour plus de professionnalisme comme gage de qualité.

4 En référence à J. Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962.

5 Ivan Chupin et Jérémie Nollet repèrent trois configurations historiques différentes du journalisme. Une première période qui court de la fin du xixe siècle à 1940 est marquée par une forme de journalisme attaché à des organisations politiques ou à des groupes sociaux subordonnés à des patrons de presse. La seconde prend naissance à la Libération avec un processus de structuration de la profession largement encadré par l’État. La dernière débute à la fin des années 1970 jusqu’à nos jours et se caractérise par une diversification et une différenciation des réseaux dans lesquels les journalistes s’insèrent. I. Chupin, J. Nollet, « Jalons pour une sociologie historique des interdépendances du journalisme à d’autres univers sociaux », in I. Chupin et J. Nollet (eds.), Journalisme et dépendances, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 15-36.

6 Sur cette question, lire B. Dargelos, D. Marchetti, « Les “professionnels” de l’information sportive entre exigences professionnelles et contraintes économiques », Regards sociologiques, 20, 2000, p. 67-87.

7 Sur la sociologie du journalisme en général, lire E. Neveu, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2001.

8 Sur l’histoire du développement du cyclisme et de ses rapports avec les différentes industries qui l’ont porté, lire la thèse de N. Lefevre, Le cyclisme d’élite français : un modèle singulier de formation et d’emploi, Nantes, Université de Nantes, UFR de Sociologie, 2007.

9 En référence aux travaux de Dominique Marchetti sur la structuration du champ journalistique dans son ensemble et des relations entre les spécialités en particulier : D. Marchetti, « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, 1, 111, 2002, p. 22-55.

10 Ibid.

11 Sur le rôle de l’éthique comme forme de bonne conscience professionnelle, se reporter à S. Fleuriel, C. Delmas, « Une vision enchantée de la vie professionnelle : l’éthique à l’épreuve des conditions du travail sportif et journalistique », Les cahiers du journalisme, 11, 2002, p. 34-47.

12 Sur la caractérisation explicite de ces contraintes dans la PQR, lire F. Ohl, « Le journalisme sportif, une production sous influence. L’exemple de la presse quotidienne régionale », Regards sociologiques, 20, 2000, p. 89-106.

13 Sur la promotion de la passion comme droit d’entrée exclusif dans le monde sportif, S. Fleuriel, « Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts », Sociétés Contemporaines, 3, 2006, p. 85-103.

14 D. Marchetti, « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, 1, 111, 2002, p. 22-55.

15 En référence à la sociologie de groupes professionnels et à leur dynamique de formation telle que la présentent Didier Demazière et Charles Gadea : D. Demazière, C. Gadea, Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte, 2009.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540