Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Propos / Prises de position de Jacques Marchand

Texte intégral

1Propos recueillis au travers de quelques Cahiers de l’USE.

Cahiers de l’USE no 5, Les Hommes du Club, dirigeants et techniciens : responsables ou otages (Boulouris, 1989)

2« Dirigeant = militant historiquement indispensable à la création et à l’organisation, au développement du sport, et cela depuis plus d’un siècle, et encore aujourd’hui, indispensable au fonctionnement de l’activité sportive. »

Cahiers de l’USE no 6, Pour des Assises Nationales du Sport (Montpellier, 1990)

3« Préconisation pour le journaliste de sport : une formation basée sur une triple culture :

  • La culture générale
  • La culture professionnelle (spécifique au journaliste)
  • La culture sportive (spécifique au journalisme de sport)

4Seule une presse crédible est elle-même la garantie de la sincérité de la compétition sportive.

5Un journal de sport, comme tout autre journal, est un produit commercial, conçu et fabriqué pour se vendre.

6L’information sportive a un rôle formateur naturel. L’information, par définition, est toujours formatrice d’opinions. »

7« Complicité permanente du sport avec le journalisme sportif puisque leur développement a été mené de front.

8Le journaliste spécialisé en sport est d’abord un journaliste comme les autres, mais aussi un journaliste pas comme les autres.

9L’essentiel passe par la conscience et la formation des journalistes.

10Le journaliste de sport doit garder sa responsabilité dans le domaine du sport et pour rendre compte de ses déviations, car il a aussi des devoirs. »

11« La presse, sous toutes ses formes (écrite, audio et visuelle) est directement impliquée dans le développement et l’économie du sport.

12La tendance d’une presse à pratiquer le “plein la vue”, le spectaculaire et le sensationnel, au détriment de l’enquête, l’investigation et la réflexion, a contribué à faire oublier les valeurs pédagogiques et éthiques du sport. »

13« L’action menée par les journalistes pour obtenir le droit à l’information et préserver leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs sportifs et économiques est essentielle pour garantir aux yeux du public la sincérité de la compétition sportive. »

Cahiers de l’USE no 12, Un autre club sportif pour le xxie siècle ? (Nîmes, 1997)

14« Journalisme réel = information de proximité.

15Le sport qui ne s’ouvre pas à la communication, dans sa conception la plus large et la plus diversifiée, sans se contenter uniquement de la publicité et de la propagande, se condamne à l’anonymat. »

16« Liberté du journaliste = choisir le sujet, les phrases, les mots, juger de l’importance d’une manifestation. »

17« Mission humanitaire, humaniste grâce aux clubs et grâce au sport. C’est à travers le sport que les pays en développement commencent à apercevoir la citoyenneté. »

Cahiers de l’USE no 14, Le sport malade de ses contradictions… l’Europe médecin imaginaire ? (Lyon, 1999)

18« Le sport, comme tant d’autres activités, a subi les conséquences d’une mondialisation brutale, que les fédérations n’ont peut-être pas eu la volonté réelle de réguler. Certaines d’entre elles ont bien profité et ont exploité cette évolution, ce qui a permis de dire que les fédérations les plus riches ont pu s’enrichir et que les fédérations les plus pauvres n’ont fait que s’appauvrir. »

19« Nous sommes tous coupables de ce laisser-aller.

20Sur le dopage par exemple, nous avons tous réagi, protesté, mais nous avons fini par nous résigner. Je plains mes jeunes confrères en activité qui, à la fois, en savent trop et n’en savent pas assez, qui évoluent entre ce qu’ils peuvent dire sans trop choquer l’opinion et sans se couper du milieu sportif, avec lequel les tensions ne cessent de s’accentuer, puis ce qu’ils voudraient dire. Ils sont astreints à nager entre ces contradictions. »

21« Il faut faire passer un message “vrai coup de gueule” pour réveiller les consciences qui sont encore saines. »

22« On est en train de voguer allègrement vers l’ignorance presque totale de l’histoire du sport et des sportifs qui en ont fait la popularité. On ne fait rien pour entretenir ni raviver cette image. C’est l’une des responsabilités du mouvement sportif d’entretenir ce souvenir.

23C’est notre métier de traduire des images, mais en même temps de les modeler avec notre talent, notre réaction. Il est évident que dans l’image que l’on va donner d’un champion, on va essayer de cerner la personnalité du sujet, mais aussi à travers nous-mêmes et avec nos propres réactions. La presse, inévitablement, est toujours intermédiaire entre le public et l’athlète lui-même. »

24« Les trois éléments – palmarès, comportement et relations avec la presse – sont représentatifs d’une certaine époque pour moi (après la Libération), mais ce n’est plus le cas aujourd’hui car d’autres éléments interviennent. Image modifiée par l’athlète lui-même, ou par son entourage, ou par son agent => image commerciale. »

25« Rentabilité et nécessité de résultats = dérives. »

26« Image naturelle du champion à distinguer de l’image trafiquée et artificielle. »

27« OPA = problème du sport et de l’argent, méfaits de l’argent. »

28« Si la télévision a envahi complètement le sport, de haut niveau toujours, c’est d’abord qu’elle y a apporté énormément d’argent. Les fédérations se sont laissé tenter, elles ont tout vendu, même leur âme. Pour passer à la télévision, certaines d’entre elles sont allées jusqu’à modifier les propres règles de leur discipline, parce qu’elle n’était pas suffisamment médiatique. D’un autre côté, si elles ne passent pas à la télévision, elles ne trouvent pas de partenaires. »

Cahiers de l’USE no 17, Le Crépuscule des Dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ? (Nantes, 2003)

29« Il est nécessaire de connaître et comprendre le passé pour mieux maîtriser l’avenir, et le journalisme n’échappe pas à cette règle.

30Le métier de journaliste est d’avoir l’honnêteté de dire et d’écrire ce que l’on pense, et que son public pense aussi.

31Les premiers principes enregistrés deviennent des préceptes pour la vie. »

Cahiers de l’USE no 18, Le club sportif à l’épreuve de l’économie et des politiques locales (Lille, 2004)

32« Il est nécessaire de rappeler à l’opinion publique, au mouvement sportif qui a parfois la mémoire courte, à tous ceux qui paradent dans le sport pour y trouver leur profit, et sans doute à la presse sportive moderne elle-même, mal informée, mal éduquée ou frappée d’indifférence, ce que les journalistes du sport, et surtout les vrais pionniers de la profession, les “défricheurs” de la presse sportive, ont apporté au sport, à son développement, à sa notoriété et à sa popularité. »

33« Les médias d’aujourd’hui, mais déjà ceux d’hier, pour mieux le faire vivre et mieux en vivre, ont apporté au sport le meilleur et le pire, en favorisant son engagement excessif dans la voie de la commercialisation. »

34« Avec ses qualités et ses défauts, la profession mérite pourtant un hommage et une reconnaissance. »

Cahiers de l’USE no 19, Le journaliste et le sport. Responsable(s) ou otage(s) (Lille, 2005)

35« Marottes (points tenant à cœur) de Jacques Marchand :

  • L’histoire, sans laquelle le présent reste opaque
  • La nature spécifique du journalisme de sport
  • L’éthique, la formation, les déformations, la résignation »

36« Caractéristique essentielle du journalisme de sport par rapport à ses confrères de l’information générale : il est lié plus que tout autre à la matière qu’il traite, surtout par le passé car, à l’origine, il a créé le sport, l’a développé et l’a popularisé pour se fabriquer sa propre actualité.

37Seul le journaliste de sport anime et parfois crée de toutes pièces l’événement qu’il commente (le Tour de France cycliste en est une illustration centenaire). »

38« On s’est bien battu pour la liberté de la presse, mais la liberté commune, courante, banale a disparu comme par enchantement devant les exigences économiques.

39La presse, de tout temps, a eu comme principal objectif de se vendre pour vivre, ou seulement survivre, mais ce qui était sa nécessité n’était pas son but, ni même sa raison d’être. »

40« Le sport apolitique et la presse sportive qui ne fait pas de politique = foutaises.

41Les deux grands quotidiens de sport, modèles d’apolitisme, ont une origine strictement politique. »

42« La presse sportive est plurielle, comme pratiquement tous les genres comme la presse de l’information. Elle peut être sérieuse dans ses analyses, scrupuleuse et se vouloir éducative.

43Mais le sport a aussi sa presse de clinquant avec la “sensationnalisation” du moindre fait voué à la postérité et à la légende. »

44« L’intérêt économique du sport se confond ou s’ajoute à l’intérêt économique de la presse depuis l’origine => confusion d’intérêts. »

45« Jacques Marchand inquiété et agacé par la démission d’une profession qui ne réagit pas collectivement à ses propres dérives.

46Lâcheté, relâchement des principes, abandon, en oubliant de les défendre et de les imposer, ne sachant plus les faire respecter.

47Toute une génération (après-guerre) a accédé trop facilement au statut de journaliste sportif professionnel, sans contrôle réel sur la double compétence exigible concernant les techniques et l’éthique du sport et du journalisme qui doivent aller de pair. »

48« Candidature de Paris aux JO 2012 : absence d’initiative de la presse sportive actuelle qui a reçu le colis tout fait, tout empaqueté, pour consommation immédiate par les services de la communication et du marketing. »

49« Presse restée muette face à une anomalie : le sport réservé au même moment à l’éducation physique à l’école. Aucune enquête sérieuse publiée. Information escamotée ou totalement ignorée.

50Pas d’esprit critique de la part des journalistes. »

51« Bannière « amour des jeux » = campagne pour l’argent des jeux => principaux bénéficiaires : industriels de haut niveau, médias, politiques et dirigeants.

52Sornettes diffusées par la presse qui a accepté de mener des campagnes qui relevaient plus de la promotion que de l’information. »

53« Jacques Marchand refuse de supprimer le quotidien spécialisé qui appartient au patrimoine du sport français auquel il a contribué. »

54« La presse sportive se complait souvent dans le ridicule en traitant des bobos ou des états d’âme de ses héros, mais les éditeurs et les diffuseurs poussent à ce genre d’informations “au ras des pâquerettes” ».

55« La clientèle sportive est une clientèle bien particulière qui n’a pas les mêmes réactions que celle de la presse des informations et des faits divers.

56Clientèle compétente, exigeante, passionnée et impatiente => nous avons dû imposer des moyens de transmission rapides pour répondre immédiatement à ses attentes. »

57« La clientèle sportive est aussi plus qualifiée que toute autre clientèle.

58Le lecteur d’un article sportif a souvent une compétence égale, voire supérieure, à celle du journaliste qui l’a écrit. »

59« Contrairement à l’information générale, l’information sportive évolue dans un cadre défini à l’avance. »

60« Le quotidien sportif français conserve un rôle pilote dans la société du sport, souvent critiquable mais attachante. Si la France devait perdre un jour son quotidien sportif, c’est que le sport lui-même serait gravement atteint, pour ne pas dire foutu. »

« Différence entre la presse et les journalistes.
Faire la distinction et la sélection des responsabilités.
Sans les journalistes, le courant humaniste ne passerait pas. »

61« Le critère n’est pas seulement de plaire et de flatter, il est aussi d’informer et de rendre service => notion essentielle pour le sport. »

62« Intérêts de la presse pour le sport spectacle :

  • Presse = support économique du sport car principal moyen d’expression publicitaire des sponsors
  • Événement = matière première du journal. Le sport alimente régulièrement l’actualité internationale, nationale, régionale, locale, en événements programmés donc attendus par un public intéressé. »

63« Les journalistes sont donc harcelés par la mise en forme de la copie de nombreux correspondants et il leur reste peu de place et peu de temps pour faire une analyse en profondeur du phénomène sportif.

64La presse ne remplit pas toujours sa mission qui est de flétrir les abus, mais si elle le fait, on l’accuse de vanité moralisatrice.

65Si le journaliste n’a pas la force de caractère de son indépendance, il est complice de tout :

  • De son éditeur
  • Du club local
  • Des organisateurs professionnels
  • De ses propres relations, de ses amitiés, complicité humaine. »

66« L’indépendance relève certes de l’éthique personnelle du journaliste, mais elle ne peut s’affirmer que dans un contexte privilégié.

67Notre préconisation, c’est d’avoir pour l’homme, l’autre, celui qui n’est pas soi-même, l’élan de sympathie, au sens étymologique du mot, donc de l’admettre, de le tolérer avec ses différences, ses qualités et ses défauts. »

68« Penser à toutes nos responsabilités n’est pas toujours facile quand on prend la plume ou le micro à chaud, à travers nos impressions et nos émotions.

69De l’humanisme, on en fait plus volontiers avec le retour au calme, quand les passions sont tombées. »

70« Nécessité d’une formation et d’une culture, car le sport est culture. Alors, pourquoi le sport n’aurait-il pas un centre culturel ? En réunissant nos efforts, nos volontés, nos moyens, peut-être pourrions-nous le fonder et le faire officialiser pour transmettre les grands courants : humanisme, olympisme, fair-play et sport sans violence.

71Dans ce centre culturel, proposition d’un centre de formation ou institut de la presse sportive :

  • Mieux initier les journalistes aux techniques, évolutions, règles, histoire des sports
  • Donner aussi au monde sportif une connaissance de la presse sportive telle qu’elle fonctionne et telle qu’elle peut être abordée. »

72« Le courant d’humanisme, dans la presse et ailleurs, ne peut passer que là où il y a une indépendance complète vis-à-vis des contingences matérielles du sport spectacle.

73Et il ne peut y avoir indépendance sans compétence, donc sans culture et sans formation. »

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540