Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Conclusion de l’USE et perspectives

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul Callède
Sociologue au CNRS, (MSH de Paris)

1Le thème retenu pour cette 29e Université Sportive d’Été : « Le sport saisi dans son évolution récente. Fidélité ou infidélités à ses fondements ? », était, à l’évidence, des plus ambitieux. Entendu de façon spontanée, quelle était l’intention ? Il s’agissait de repérer des liens précis, une filiation supposée ou réelle entre le sport aujourd’hui, à la fois complexe et diversifié, et des fondements à identifier et à caractériser. Ceci, de manière à voir si et dans quelle mesure le sport, dans la société actuelle, peut se prévaloir d’une fidélité à ses fondements ou non. Et dans quelle mesure de possibles infidélités, au pluriel, sont susceptibles de fragiliser une fidélité proclamée, bien que prise ponctuellement à défaut…

2Les différents temps de cette USE ont montré, nous semble-t-il, que la question était d’actualité, correctement formulée et qu’elle nécessitait une approche combinant différents angles d’attaque.

  • 1 CNOSF (coll.), Pour un humanisme du sport. Après un siècle d’olympisme, Paris, CNOSF-Éditions Revu (...)

3« Aujourd’hui, le sport n’est plus seulement du sport », a souligné Ernest Gibert au moment de l’ouverture de l’USE, tant il est évident que des facteurs, qui lui sont a priori extérieurs, ont investi son domaine propre. Au point sans doute de le dénaturer en partie, et parfois d’en faire moins que ce qu’il est ou peut être. Ernest Gibert a mentionné à ce propos l’analyse lucide développée par Jacques Ferran dans l’ouvrage collectif Pour un humanisme du sport1. En se développant, le sport a connu une véritable métamorphose. Jacques Ferran constate que « sa politisation inévitable, sa commercialisation flagrante et sa médiatisation démesurée ont modifié à la fois sa structure et son image ». Sans doute est-ce un triste privilège que le sport partage avec l’art et on trouverait aisément quelques propriétés communes aux deux domaines. Ce constat relatif au sport est d’autant plus saisissant que, comme l’ajoutait Ernest Gibert, nous ambitionnons, nous tous réunis à Montpellier, que « le sport [soit] plus que du sport ». Pareille optimisation mérite évidemment d’être explicitée de façon argumentée, témoignages, expériences et analyses à l’appui. Faute de quoi, nous en resterions aux belles formules. La suite des travaux de l’USE a permis de lever tous les doutes à ce sujet.

4Le plus logique pour bâtir une conclusion cohérente, représentative des analyses et des débats qui nous ont occupés les jours précédents, sans prétendre pour autant à l’exhaustivité, est de considérer brièvement quelques moments forts qui ont ponctué chacun des différents temps de l’USE, avec l’intention de dégager un fil conducteur.

5Jean Durry, à qui avait été confiée la conférence introductive, n’avait pas la tâche aisée. Il lui avait été donné carte blanche pour se saisir de l’intention des coorganisateurs consignée dans un bref document préparatoire. Mais nous étions certains qu’il saurait en tirer une contribution originale, créative, illustrée avec une grande maîtrise, et formulant in fine des questions majeures à aborder dans la suite des travaux.

6L’auditoire ne fut pas déçu. Pour engager le propos, une consultation des principaux dictionnaires s’imposait, comme un passage obligé, afin de vérifier quelles sont les façons savantes et précises d’aborder le terme de « fondement ». À l’évidence, il y a des nuances dont il convient de prendre le plus grand compte, non pas pour les réduire en une seule acception du terme « fondements », utilisé au pluriel, mais plutôt pour en respecter l’éventail des nuances : « base », « élément essentiel servant de base », « point d’appui », « fait justificatif d’une croyance ou d’une réalité », « principes » constitutifs « d’une science, d’une doctrine, d’un art »…

7Notons d’ailleurs que le sport est tout à la fois un art, une doctrine et une science selon l’intérêt précis qu’on peut lui porter, et l’on doit penser – ou souhaiter – que les étudiants inscrits dans les Facultés des sciences du sport, grâce à leurs enseignants, savent faire la part des trois registres.

8Dès lors, le conférencier avait le choix des armes et sa préférence est allée, pour le plus grand bonheur de l’auditoire, vers des textes, des publications qui sont comme un trésor de la langue du sport, où se côtoient écrivains, hommes de lettres, journalistes, historiens, sociologues, philosophes, figures historiques du sport moderne pour certains, pratiquants passionnés de sport pour d’autres.

9En décrivant successivement trois itinéraires successifs, trois vastes cercles de lectures et d’auteurs, il a réussi la gageure de ne jamais oublier en chemin toutes les nuances relevées préalablement lorsqu’il s’agit de définir les fondements du sport. Ainsi, « le socle », avec, entre autres, Pierre de Coubertin, Géo Charles, Jean Prévost, Marcel Berger, Lucien Dubech, Ivar Lo-Johansson, Émile Moussat… ; « la statue [qui] bouge », avec Étienne Lalou et un ouvrage fondamental : Les Règles du jeu, Georges Magnane, à la fois romancier et sociologue, Michel Clare, Hubert Lucot… ; « Une culture vivante », avec Bernard Jeu, Yves Vargas, Jean-Jacques Bozonnet, Benoît Heimermann, Michel Serres, Isabelle Queval et quelques autres. Telles sont les trois boucles d’un périple qui nous conduit du stade d’Olympie, en 776 avant Jésus-Christ au… dimanche 18 septembre 2011, c’est-à-dire au lendemain de la victoire de l’équipe de France de basket-ball ouvrant à celle-ci les portes de la phase finale du tournoi des Jeux olympiques 2012, à Londres.

10Jean Durry a su éviter les pièges de ce qui procède sans doute d’une fausse alternative : s’enfermer soit dans une vision historique des faits sportifs et des faits d’écriture sur le sport, soit dans une vision présentiste de ces mêmes faits ou encore une exégèse présentiste de textes fameux. En effet, une démarche d’élucidation des fondements du sport qui ne serait que conforme aux canons de l’investigation historique risque(rait) de nous faire manquer l’essentiel en nous ramenant au mieux à la tradition (à respecter), au pire à une idéalisation (fictionnelle) du passé, récent ou lointain. L’autre voie possible, alors, pour essayer de définir les caractéristiques des fondements du sport serait de se cantonner dans une démarche présentiste, faisant de l’interlocuteur d’aujourd’hui le contemporain privilégié d’auteurs et de textes anciens, trop anciens peut-être, au risque de verser rapidement dans l’uchronie ou dans l’anachronisme.

11Le conférencier nous a montré avec virtuosité qu’il s’agissait de combiner les deux démarches pour parvenir à saisir ce qui fait la légitimité de la question posée : « Le sport saisi dans son évolution récente. Fidélité ou infidélités à ses fondements ? » D’ailleurs un certain nombre de textes mentionnés, citations à l’appui, montrent bien leur double potentialité expressive, dans le champ historique, comme témoignage d’une époque, et dans le champ axiologique, celui des valeurs. Cependant, dans la performance accomplie par l’orateur, il n’y avait aucune intention de verser dans l’exégèse ou l’herméneutique. Tout le mérite revient à l’orateur d’avoir composé cet itinéraire complexe et patiemment jalonné. « […] La fresque ainsi brossée, montrant les modifications incessantes des données et des points de vue, était passionnante, je l’espère », indiquait au moment de conclure Jean Durry, interpellant ainsi son auditoire.

12Rassurons-le ; la démarche fut non seulement passionnante mais décisive pour le lancement des séquences successives des travaux de l’USE. D’autant que Jean Durry a proposé ensuite pas moins de huit questions ou groupes de questions modestement désignées comme étant « d’autres pistes à explorer », alors qu’elles sont majeures et touchent à des points névralgiques. Le sport est-il un monde où souffle l’esprit ? Le sport s’est-il imposé comme élément d’éducation ? Le sport n’échappe-t-il pas aux sportifs ? Faut-il admettre les formes de la « violence annoncée », qui accompagnent souvent le sport ? Le sport procède-t-il d’une mystification capitaliste ? Le conférencier avait pris le soin de ne pas oublier d’évoquer les actuels détracteurs du sport les plus incisifs comme Jean-Marie Brohm ou tout récemment Robert Redeker.

13L’Université Sportive d’Été était lancée sur la bonne orbite.

14Abordons maintenant les séquences successives de l’USE en nous efforçant de ne pas tomber dans les travers de la logique du catalogue. Les animateurs et les personnalités invitées à s’exprimer sur tel ou tel thème nous y ont grandement aidé. L’Université d’été s’est progressivement enrichie au fil des séquences successives. C’est aussi ce dont nous voudrions témoigner.

15Une première séquence, en forme de table ronde, animée par Jean-Michel Martin, a réuni Romain Barras et Jérôme Vallée autour du thème « Le terrain de l’accomplissement personnel ». L’un et l’autre, sportifs d’excellence, considèrent comme une erreur de faire du sport de haut niveau « un monde à part » où le sportif finit par manquer d’autonomie : « il n’est pas acteur de sa formation ». Le fait d’avoir une vie scolaire, de suivre des études, une formation aide à surmonter une blessure, par exemple. « On peut s’y raccrocher » a dit Romain Barras. Jérôme Vallée lui aussi travaillait par ailleurs, alors qu’il était sportif. « J’ai toujours eu ce souci-là. » Il constate que les joueurs, aujourd’hui, s’en préoccupent de moins en moins. « Pour être épanoui, il faut pouvoir se reposer sur autre chose » (que le sport). Dans la définition du sport, nous ont-ils dit, entrent les notions de compétition et de résultats. Ces notions valent pour tous les niveaux de pratique mais il est vrai que dans le sport dit de haut niveau, « l’obligation de résultats », « la pression du résultat », indique Jérôme Vallée, sont omniprésentes. Dans un sport d’équipe, la pression s’exerce au plan élémentaire, « lorsque le coach annonce la composition de l’équipe » (les titulaires, les remplaçants…), au plan des dirigeants, avec une exigence de résultats conditionnant le niveau de championnat pour la saison suivante, le budget et le train de vie de l’équipe. La pression, c’est également ce qu’imposent les médias. En athlétisme, c’est un peu différent, rappelle Romain Barras. En décathlon, « on a la liberté du calendrier », des choix sont possibles. À les entendre, on comprend aussi l’importance que tient l’entourage familial, l’importance accordée à l’éthique, à l’estime de soi, à la volonté de se réaliser dans et par le sport (et, de ce fait, ne pas être tenté par le dopage, par exemple). Jean-Michel Martin, en sa qualité d’animateur, est revenu à plusieurs reprises sur le risque de désocialisation de l’athlète rendu à sa solitude lorsqu’il n’est plus sportif de haut niveau ou blessé sérieusement. L’USE de Nantes (2003), qui traitait du crépuscule des dieux, avait permis d’identifier en négatif ce qui est apparu ici en positif : l’importance de l’entourage proche, celle du club, du « double projet », des valeurs du sport, qui ne sont pas toujours ce qu’en répercute la presse de sport. Pour autant, le sport saisi dans son évolution récente n’est plus le sport des années 1980 ou de la décennie suivante. En rugby, par exemple, « les joueurs enchaînent les compétitions, les matches. […]. Là, on touche à la santé des joueurs ». On retrouve également l’influence des facteurs a priori extérieurs au domaine propre du sport. L’intrusion du monde économique, de la communication à outrance, des agents de joueurs…

16Pour la seconde séquence, la parole fut donnée au journaliste Jean-François Renault, présenté par Ernest Gibert comme un des fidèles de l’USE. Avec lui, nous avons quitté le cercle étroit dans lequel le sportif est directement engagé, par sa pratique, pour aborder le journalisme, « le terrain de l’information produite par les moyens de communication ». Le journalisme sportif a partie liée avec l’histoire du sport. Le fait est connu. Sport et journalisme ont une histoire commune et certains médias sont même à l’origine de la création d’événements sportifs prestigieux. Jean-François Renault, exemples et témoignage personnel à l’appui, a montré combien la relation entre le journaliste et le sportif avait évolué au cours des trois ou quatre dernières décennies. « Cette proximité qui nous faisait obtenir la confiance des athlètes » s’est transformée. De la distance a été mise et tout un ensemble de contraintes sont venues compliquer la situation initiale. Elles sont de quatre ordres. Parmi les contraintes économiques, retenons que « le monde de la presse n’appartient plus guère aux gens de presse ». Pour la presse quotidienne régionale, on assiste à une concentration qui s’accompagne d’« un appauvrissement évident, car les journaux perdent leur identité petit à petit ». S’ajoutent les contraintes professionnelles. Elles débutent désormais dès la sortie des 13 écoles « reconnues par la profession ». Chaque année, elles livrent sur le marché environ 450 diplômés, « à minimum Bac + 5 », dont 200 environ se retrouvent immédiatement sans emploi. L’influence « des 35 heures » a eu un impact négatif sur le travail de journaliste au point de conduire chaque journaliste à une situation de « 179 jours de non-travail par an ». Il faut connaître ce contexte, cette situation avant de déplorer la disparition d’un journalisme d’investigation. Les contraintes technologiques sont réelles et pesantes. La tentation a été de faire « des groupes multimédias ». Les journalistes qui y opèrent sont « virevoltants » et tout « cela manque de profondeur ». La création d’Internet a été « diversement rentabilisée » et, de ce fait, bien des ventes « papier » ont régressé. Jean-François Renault a passé en revue ces récentes avancées technologique qui conduisent à un certain appauvrissement du domaine. L’arrivée des journalistes reporters d’images, par exemple, tend à supprimer toute une dynamique « de métiers en correspondance » (reporter, cameraman, preneur de son, éclairagiste…). Les contraintes du sport lui-même. « L’argent qui circule dans le sport fait perdre de la proximité et de la convivialité à notre corporation. » Le débat a permis de revenir sur certains aspects et d’aborder des contraintes qui se greffent sur les précédentes : contrainte de l’instantanéité (de l’avis de Jean-François Renault, elle est présente depuis longtemps), contrainte des agents (ces « empêcheurs »…), qui s’interposent entre l’athlète et des sollicitations extérieures, comme celles des journalistes. En ce qui concerne les accréditations, il est indispensable que les journalistes défendent leur statut professionnel et refusent d’être comparés à des animateurs ou identifiés comme tels par les boîtes de communication. De ce point de vue, il est regrettable que l’adhésion à l’UJSF ne soit pas aussi massive que par le passé, lorsque des batailles importantes ont été gagnées. Actuellement, sur les 4 000 journalistes de sport, à peine 1 400 sont adhérents à l’UJSF. Malheureusement, à beaucoup il manque une culture générale indispensable, et ce « manque de fondements », lié en partie à la non-adhésion à l’Union, se traduit par un manque de conviction, un manque d’assurance dans le métier. Or le journaliste a un rôle d’information, d’éducation et d’analyse. La liberté de la presse est garantie, nous semble-t-il, par la démocratie en même temps qu’elle en est l’une des expressions privilégiées. Un journalisme de sport exigent, indépendant des puissances d’argent, est donc une garantie précieuse pour que le sport, en particulier celui de la haute performance, soit toujours replacé face à la question de ses fondements, de ses valeurs, et de sa prétention à l’exemplarité.

17La troisième séquence de l’USE examinait « le terrain politique et sa défense de la culture sportive ». Le docteur Christian Bénézis a choisi d’aborder la série de questions qui lui était adressée non pas tant en termes de fondements que de « fondamentaux ». Les « vrais fondamentaux du sport », a-t-il martelé à plusieurs reprises, ce sont « d’abord l’éducation, ensuite la santé, la main dans la main avec le lien social ». Donner cette dimension de prévention et de santé à l’éducation physique et sportive dans le cadre de l’école, dès le primaire, est indispensable. Un autre enjeu majeur porte sur le « lien social ». Il n’est pas question d’opposer les manières ou les niveaux de pratique du sport les uns les autres.

18Dans l’Hérault, c’est toute une politique contractuelle qui a été mise en place, mobilisant les établissements scolaires, les clubs et les associations mais aussi le CREPS et l’UFR STAPS. Le maillage territorial, qui couvre l’ensemble du département, permet de favoriser l’équité socio-spatiale. Si les espaces urbains bénéficient de certaines opportunités, Christian Bénézis a montré que l’effort doit porter également sur les territoires ruraux de proximité, en termes d’équipements sportifs pour une desserte locale, sur la mise en valeur du patrimoine de nature, avec le fonctionnement efficace d’une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires. Les associations peuvent être accompagnées dans l’organisation d’événements destinés à assurer la promotion d’un sport, d’une localité, d’une population socialement fragilisée, etc. Depuis de nombreuses années déjà, le département de l’Hérault, avec son outil Hérault Sport mis en place pour remplir des missions fixées par la collectivité territoriale, fait figure de département pilote. Cette collectivité territoriale montre aussi la capacité d’initiative et de coopération élargie (à l’échelle d’une vaste zone du bassin méditerranéen) lorsque l’État n’est pas à même d’assurer le financement et le suivi de certains programmes sport et santé (promotion de l’exercice physique), alimentation et santé (lutte contre l’obésité et la malbouffe) dits nationaux. L’échange avec la salle, conduit de main de maître par Jean-Louis Michel, a permis de connaître les différents fronts sur lesquels œuvre le Conseil général, sans pour autant négliger l’apport du sport et des sportifs de haut niveau qui prennent place dans une cohérence d’ensemble, une unité du sport. Tel est le principe défendu par Christian Bénézis.

19Nous aurions peut-être pu lui demander si le politique n’utilise pas, dans certains cas, le sport à son propre avantage, et connaître son opinion à ce propos. Le sport spectacle, le sport vitrine, lorsqu’ils sont sous la coupe du politique, restent-ils fidèles aux fondements du sport ?

20La quatrième séquence, « Le terrain du jeu, de l’entraînement, de la compétition et la formation de l’athlète », était centrée sur la figure de l’entraîneur. Elle ouvrait la perspective envisagée lors de la première séquence, afin de la compléter et en plaçant à nouveau l’analyse sur le terrain de l’éducation. Cette fois-ci sous l’angle de l’entraîneur et de son travail, « entraînement, compétition et formation des athlètes », pour reprendre la formule de Thierry Buffalon, l’animateur de la séquence.

21« Le sport… Fidélité ou infidélités à ses fondements ? » Laurent Puigségur a considéré qu’il y a « des fondements dans chaque sport », plutôt que « des fondements du sport en général ». Ajoutant aussitôt que les valeurs sont similaires entre le sport de haut niveau et le sport de masse, il a rappelé celles qui ont permis à l’équipe de handball qu’il entraînait de renouer avec la victoire : « des valeurs de combat, des valeurs d’abnégation, des valeurs collectives ». Autour d’un objectif commun, d’un projet partagé, « on arrive à faire surgir ces valeurs », « les valeurs du sport et les valeurs du handball en général ». Au risque de devoir renoncer à ce qu’il avait d’abord indiqué... Pour autant, l’idée intéressante, et qui serait à creuser, tient dans la formule utilisée : « arriver à faire surgir des valeurs ». Le sport se pratique sur un fond de règles précises, de règles techniques partagées mais les circonstances font qu’une dimension supplémentaire, celle des « valeurs humaines », peut se formaliser et enrichir le jeu proprement dit et la vie collective de l’équipe.

22Selon Jean-Yves Cochand, et sans vouloir éviter la question relative aux fondements du sport, a-t-il indiqué, il faut reconnaître que l’activité d’un cadre technique a considérablement évolué. Désormais, les athlètes de haut niveau sont généralement regroupés. Il y a une trentaine d’années, ils étaient disséminés un peu partout en France. Le métier de cadre technique était de faire à la fois de l’entraînement, du développement et de la formation. Aujourd’hui, son travail est centré sur l’une de ces trois dimensions. La relation entraîneur-entraîné a évolué. Pour Richard Descoux, en athlétisme, il y a le risque d’un « rapport » qui deviendrait trop fort et susceptible de détruire non seulement ce rapport entre deux personnes, mais également et l’une, et l’autre : « un rapport symbiotique énorme », qui « peut détruire l’athlète mais également détruire l’entraîneur ». On peut s’aimer, certes, mais aussi « savoir, de temps en temps se haïr un peu et se disputer », souligne Richard Descoux. L’un ne saurait absorber l’autre. Voilà bien un fondement qui ne doit peut-être pas beaucoup au passé du sport tant la situation du haut niveau, de nos jours, est singulière. Si l’on se place du point de vue de l’entraîneur, indique-t-il, avoir la carrure d’entraîner des athlètes brillants suppose d’être « équilibré, d’avoir une vie personnelle que l’on peut détacher à tout moment de la vie professionnelle ». La remarque est à rapprocher du témoignage fourni par Romain Barras lors de la première séquence de l’USE. Le sport de haut niveau c’est « énormément d’aventures humaines et d’expériences qui valent le détour », ce sont parfois des déceptions et des blessures. Il faut donc avoir aussi un autre centre d’intérêt auquel pouvoir se raccrocher : « à chaque fois, j’avais mes études, des diplômes à passer, une vie scolaire à côté à laquelle pouvoir me raccrocher ». On retrouve ici, côté athlète, le principe mis en pratique du « double projet ». Cet aspect a été repris par Laurent Puigségur évoquant sa concertation avec la proviseure du lycée de Nîmes au moment de sélectionner de jeunes handballeuses pour intégrer le pôle espoirs féminins. Côté entraîneur, d’une façon générale, note Richard Descoux, ces aspects devraient relever d’une formation des entraîneurs qui, selon, lui n’est pas faite. « L’entraîneur fait l’athlète et l’athlète fait l’entraîneur. Le problème est de savoir quelle est la limite entre les deux. » Dans un sport d’équipe, on retrouvera des aspects comparables avec, sans nul doute, la complexité supplémentaire introduite par le collectif de joueurs ou de joueuses. La maîtrise des interactions humaines occupe l’essentiel du temps, et ce pour que « les relations qui existent entre les joueurs soient saines, honnêtes et claires ». « Surveillez votre entraîneur », nous enjoint Laurent Puigségur. « Quand on est passionné, on ne se rend pas compte […] et on va plus loin que ce que l’on aurait dû. Je me suis retrouvé diabétique »…

23De cette séquence, nous retiendrons les éléments suivants. Tout d’abord, sans doute existe-t-il des valeurs spécifiques à chaque sport, en partie compte tenu de ses propriétés psychomotrices et/ou sociomotrices pour utiliser ici le vocabulaire forgé par Pierre Parlebas. « Je pense que l’affirmation résolue que chaque sport a ses valeurs, ses fondements n’empêche sans doute pas qu’il y ait des fondements du sport », a tenu à rappeler Jean Durry dans cet échange. On a là un premier périmètre des valeurs du sport, un périmètre qui est d’ailleurs à l’origine du fait sportif, à la fois comme acte historique fondateur et comme trait constitutif du sport actuel en train de se pratiquer. Il correspond au domaine propre du sport. Deuxième remarque, la distinction statutaire entre l’athlète (garçon ou fille, homme ou femme) et l’entraîneur (homme ou femme) peut s’avérer être aujourd’hui plus problématique que par le passé dans le sport de haut niveau dès lors qu’elle est fusionnelle. Se dessine ainsi, et ce sera une troisième remarque, un autre périmètre, plus élargi, qui correspond au périmètre de réalisation sociale de soi. Le sportif confirmé ou sur le point de l’être doit se garantir en dehors du sport. C’est indispensable, surtout en cas de déconvenue (blessure tenace, objectif contrarié, échec sportif, non-renouvellement d’un contrat…). L’entraîneur, lui aussi, doit avoir une vie sociale qui ne le réduit pas au terrain du sport. Dès lors, cette triangulation, qui ne limite pas le sportif et l’entraîneur à une relation duelle exclusive et excessive, de face à face, fait intervenir – ou devrait faire intervenir d’autres acteurs. Pour les sportifs et sportives, ce sera la famille, l’époux, l’épouse, par exemple, et pour les plus jeunes les parents. Ce peut-être également un chef d’établissement attentionné, un enseignant référent (au collège, au lycée, en pôle, à l’Université), un employeur si l’athlète se partage déjà entre le sport et une activité professionnelle régulière.

24Malheureusement, sur ce périmètre social et encore familier, où les règles de confiance réciproque sont simples à établir, viennent se greffer, de plus en plus, d’autres agents, extérieurs au domaine propre du sport. Ce que Richard Descoux a appelé « la règle des 3 M » : « Médiatisation – Mondialisation – Mercantilisme », au nom de laquelle opèrent ces agents. Venant du dehors, centrées sur l’exploit, l’exploitation et l’exceptionnel à tout prix, ce sont ces nouvelles composantes qui tendent à déplacer le centre de gravité de la culture sportive, à tirer cette dernière hors de ses fondements, à « modifier sa structure » dirait Jacques Ferran. Ces agents traitent le sportif, l’équipe et leurs performances comme un objet de consommation, une source de revenus ou un faire-valoir à stimuler des consommations connexes (les offensives publicitaires, par exemple). C’est donc, potentiellement au moins, un puissant facteur de déstabilisation du sport, y compris dans ses fondements. La puissance de ces « 3 M », plus ou moins cumulée, risque fort de déplacer le centre de gravité du sport.

25La cinquième et dernière séquence, abordant explicitement le terrain de l’éducation, a pu être entendue, à juste raison, comme l’ébauche d’une conclusion, au terme des pérégrinations thématiques qui l’avaient précédée. Le talent des deux personnalités en tribune, Jean Durry et Joël Delplanque, y est pour beaucoup. Le premier nommé, d’entrée de jeu, a pu souligner que « l’ensemble de ce que l’on [avait] entendu ici [était] d’une rare qualité ». « Sur tous les terrains sur lesquels l’USE avait placé le sujet, les intervenants étaient tout à fait remarquables. » C’est lui-même qui a apostrophé Joël Delplanque pour entrer dans le vif du sujet, pour cet ultime débat : « Se demander si, aujourd’hui, en 2011, on peut dire que le sport est éducatif, et d’autre part, s’il a une place dans l’éducation de ce pays. »

26La réponse détaillée fournie par l’actuel président de la Fédération française de handball a été convaincante et précise. Le dirigeant a placé la question des fondements sur un double point d’appui, dans sa filiation historique et au plan de son développement actuel. « La question “fidélité ou infidélités aux fondements du sport ?” est une question que je me pose quasiment de façon quotidienne », surtout dans « une période de transformation ou de mutation » sans précédent, nous a confié ce responsable de fédération.

27Sa présentation a fourni un éclairage précis sur ce que nous venons d’appeler le périmètre premier, un premier périmètre du sport et de ses valeurs : « un univers des règles », a indiqué Joël Delplanque, « les outils dont dispose la communauté du handball », dans un souci d’équité (entre handball masculin et handball féminin, par exemple), de loyauté dans les confrontations sportives et pour que celles-ci « respectent les valeurs sportives ». Les règles (du jeu) sont premières et les valeurs sportives s’y adossent. Dans le handball français, il existe « une unique juridiction d’appel des sanctions disciplinaires », qui couvre du niveau départemental au niveau professionnel. Nous avons déjà relevé cette idée selon laquelle le sport est un, c’est-à-dire présente une unité, de la plus modeste des prestations sportives à la plus élevée dans le niveau des performances.

28Dès lors que le sport de haut niveau doit s’adapter au contexte international, la fédération a mis en place une réflexion collective pour penser cette évolution. « Offrir la possibilité d’un parcours dans la construction d’une vie […] que l’on soit pratiquant, juge, arbitre officiel, dirigeant […] peut être d’une grande richesse », tant pour les hommes que pour les femmes. S’agissant du programme 2020 de détection, la vingtaine de garçons et de filles détectée l’a été sur la base de relations de confiance impliquant les parents concernés, la crédibilité de l’INSEP, avec la garantie d’un parcours de formation optimal pour chaque jeune. On retrouve à nouveau le double projet et la mobilisation des parents. L’unité du handball, à la fois souhaitée, préservée et mise à l’épreuve par l’évolution du sport de haut niveau, n’est jamais perdue de vue par ceux et celles qui en ont la charge. Il est vrai que la place qu’y occupent les enseignants et enseignantes d’EPS y est pour beaucoup. En développant le sport professionnel, en s’ouvrant à la sollicitation des grands médias, l’équipe dirigeante du handball français entend préserver son entité, son identité propre. Un contrat a été signé avec Canal + pour la retransmission des matchs « dans des conditions exceptionnelles de technologie ». Ce sera un formidable outil de promotion de ce sport. Il est évident que la demande faite par Canal + au sujet des arbitres (que les échanges qui passent par les oreillettes des arbitres soient également dans les oreilles des commentateurs…), rapportée par Joël Delplanque, anecdotique de prime abord, est le type même du détail qui engage bien au-delà de la décision ponctuelle. C’est d’une part la fidélité aux fondements qui se trouve réinterrogée et, d’autre part, la volonté de ne pas céder à l’arrivée intrusive d’acteurs qui n’appartiennent pas au premier périmètre du sport. Mais le cas n’est pas nouveau puisque nous savons déjà que le sport et les médias ont déjà une longue vie en commun, épisodiquement ponctuée, dans certaines circonstances ou pour certains sports, de scènes de ménage.

29Quelques mots, au passage, sur l’absence d’étudiants et d’enseignants de l’UFR STAPS de Montpellier, il est vrai en pleine semaine de rentrée universitaire, alors même que le grand amphi de l’établissement nous était attribué. Il serait mal venu de penser à une stratégie délibérée d’évitement ou d’ignorance affectée pour un rassemblement qui prétend au label universitaire ! Ce serait à la fois faux, gratuit et malveillant. Étonnant, toutefois, qu’aucun étudiant, aucun enseignant de cette institution n’ait poussé la curiosité d’entrer dans l’enceinte et pris le temps de s’asseoir pour écouter un moment des orateurs et des analystes majeurs, versés dans la connaissance du fait sportif, ou pour prendre part aux discussions. Nos horaires débordaient le plus souvent de ceux habituellement dévolus aux enseignements. Sachons aussi balayer devant notre porte. Depuis quelque temps déjà, certains clubs universitaires, leurs dirigeants, ne déploient pas une énergie excessive pour inclure fermement l’USE et son thème d’actualité, chaque fois renouvelé, dans les occasions de se réunir en dehors de l’assemblée générale annuelle de l’UNCU... L’effectif restreint des participants, ici même, s’en ressent.

30Pour autant, nous faisons le pari que l’explication principale est ailleurs. À l’évidence, le monde universitaire qui s’intéresse au Sport le fait de plus en plus sur la base d’une spécialisation des savoirs disciplinaires et de la division du travail scientifique. La maîtrise de ces impératifs est propre à tracer une carrière professionnelle reconnue dans un microcosme de « pairs », à coup d’impact factor engraissé par des publications portant sur des micro « territoires » de compétence, voire sur des domaines ésotériques, sans grand enjeu théorique, pour parler comme Pierre Bourdieu, si on les compare à ce qu’est la réalité anthropologique, culturelle, politique et sociale du sport. En majorité, les étudiants semblent s’accommoder du type de diffusion du savoir qui en découle… Malheureusement, ces savoirs universitaires, s’ils sont indispensables, ne préparent pas à une vue générale et pénétrante portée sur le sport. De même, il est vrai que l’expérience sportive, acquise dans le club ou en dehors de ce cadre, se cantonne souvent dans des clichés ou des formules convenues lorsqu’il s’agit de l’exprimer, de l’expliciter ou de la transmettre. Un effort spécifique, accompli collectivement, est nécessaire afin de produire une compréhension adéquate du fait sportif.

31Au cours de la cinquième et dernière séquence, Jean Durry a confié avoir été « alléché dans les documents de préparation de l’USE » et par ce qui était annoncé : « on allait nous présenter quelques textes fondateurs » « et […] à partir de cela nous verrions si, oui ou non, ils étaient respectés »… Et voilà que le conférencier sollicité pour l’ouverture de l’USE, après avoir magistralement construit pour la circonstance un itinéraire à la fois raisonné et plein de hardiesse parmi de nombreux textes fondateurs et leurs auteurs, a esquissé un tout autre parcours jalonné cette fois-ci par un outillage législatif fameux dont la plupart des initiateurs sont passés à la postérité. Que faut-il en conclure ? Divers angles d’approche du fait sportif et de son évolution, plusieurs itinéraires, qu’il est possible d’emprunter, sont indispensables. Souvenons-nous d’une des définitions les plus abouties proposée pour « fondements » : les principes constitutifs « d’une science, d’une doctrine, d’un art »… Robert Denel en charge de l’animation de la séquence, en cela, a pu rassurer Jean Durry. Pensons également aux apports des journalistes, ici même, avec les efforts conjugués de Jacques Marchand et de Jean-François Renault.

32Littérature, droit, histoire, journalisme, sciences de l’éducation, sciences sociales, science du politique, etc., peuvent être mis en réciprocité de perspective, dans le cadre privilégié des Universités Sportives d’Été, tandis que les acteurs du terrain, à savoir les sportifs, les entraîneurs, les dirigeants, les enseignants d’EPS, les médecins, etc., obligent à aller au-delà des simples constats, au-delà de la mise en évidence des permanences et des changements, pour traduire leurs modèles explicatifs et d’autres en propositions d’action, en expérimentations et en innovations.

33Dans l’immédiat, depuis quelques éditions déjà, les participants aux USE échangent en des assemblées relativement restreintes. Mais c’est peut-être à elles et à des initiatives du même genre d’imposer une autre façon d’aborder le sport. L’ouvrage auquel il avait été fait référence par Ernest Gibert, au tout début de cette USE : Pour un humanisme du sport (1994), à propos de la contribution de Jacques Ferran extraite du travail collectif d’un groupe rassemblé par Bernard Jeu au sein de la Commission recherche du CNOSF, en constitue un excellent exemple. L’ouvrage, se félicitait Charles Pigeassou dans sa note de lecture (1995), présente « l’immense mérite de ne pas offrir une orthodoxie mais d’apporter un regard constructif et chargé d’acuité pour énoncer les enjeux du sport de demain et dénoncer les pièges qui jalonnent son développement ». Puisse cette Université sportive d’été de Montpellier (2011) être perçue comme visant des objectifs similaires. Depuis l’année 1994, et sans revenir à la pensée d’Héraclite d’Éphèse cher à Jean Durry, force est de constater que beaucoup d’eau a coulé sous les ponts d’argent et d’or du sport spectacle.

34Reprenons les termes utilisés par Jacques Marchand dans son intervention lue au moment de la séance d’ouverture pour mettre en valeur ce sport « qui survit dans la tourmente commerciale et médiatique » ; pour ce sport « consacré à la formation tant physique que morale de l’individu, le sport éducatif ; il faut se réunir, se regrouper pour en parler, comme vous le faites… […]. Le peu que nous serons entendus est essentiel parce que le sport que nous défendons et essayons de protéger, c’est lui qui entretient la conscience ». Voilà bien, sur le fond, le maître mot, le mot de la fin qui s’impose et, sur la forme, le signe d’un réconfort puisque ce même mot – conscience – dévoile pour nous ce qui constitue un des fondements du sport le plus accessible à chacun et à chacune. À condition que l’éducation nous y ait préparé.

35Dès lors, nous pouvons nous quitter rassurés, en pensant que l’Université Sportive d’Été, organisée conjointement par l’UNCU et l’UJSF, a encore de beaux jours devant elle, et nous donner rendez-vous à l’été prochain pour sa trentième édition.

Comité National Olympique et Sportif Français (1994). Pour un humanisme du sport. Après un siècle d’olympisme
Paris, CNOSF-Editions Revue EPS, 254 p.
La publication de cet ouvrage est un événement à double titre. Tout d’abord parce que le Comité National Olympique et Sportif Français n’a pas l’habitude de publier des ouvrages d’éthique et de philosophie sportive. De ce point de vue, on saluera les différentes contributions qui constituent un guide et une grille de lecture pour comprendre les enjeux contemporains du sport et de l’olympisme et positionner le mouvement olympique pour demain. Ensuite, en affichant son message le mouvement sportif français donne, à l’occasion du centenaire du Congrès olympique du CIO à Paris en 1994, un souffle nouveau à son axiologie. Il ne s’agit pas seulement de la dépoussiérer, il s’agit surtout de l’actualiser : la pression autour du sport et de l’olympisme s’est accrue et s’est déplacée à la mesure de son impact social. Le contenu de l’ouvrage, empreint de la philosophie de Bernard Jeu et relayé par une large équipe de contributeurs, est précieux pour le mouvement sportif car il se situe davantage sur une philosophie de l’action que sur une philosophie des idées.
L’ouvrage organisé en quatre parties analyse le sport et l’olympisme dans son historicité et sa contemporanéité. La recherche de filiation et de permanence entre le passé et le présent constitue l’axe essentiel des deux premières parties. Yves Pierre Boulongne étudie l’origine, l’évolution et le message de l’olympisme contemporain alors que Bernard Jeu trace l’essence et les fondements culturels du sport et de l’olympisme.
La troisième partie, la plus importante en volume, donne à partir de neuf contributions une analyse du sport et de l’olympisme à travers son interaction avec la sphère sociale. Les zones d’intervention (télévision, médias, argent, politique, art) font chacune l’objet d’une étude menée sur les points de friction et des formes de contribution. Ces travaux ont été réalisés par un groupe d’experts qu’avait regroupé Bernard Jeu au sein de la Commission recherche du CNOSF avant sa trop brutale disparition.
La quatrième partie est centrée sur une approche philosophique où l’action de la science, la place de la morale et la force de l’imaginaire dans le sport sont décryptées. S’il n’est pas facile aujourd’hui de réfléchir à l’objet sport du fait de la place sociale de cet objet et des ramifications qu’il génère dans différents secteurs de la société, cet ouvrage présente l’immense mérite de ne pas offrir une orthodoxie mais d’apporter un regard constructif et chargé d’acuité pour énoncer les enjeux du sport de demain et dénoncer les pièges qui jalonnent son développement.
Pour citer cet article :
Référence électronique
Charles Pigeassou, « Comité National Olympique et Sportif Français (1994). Pour un humanisme du sport. Après un siècle d’olympisme », Corps et culture [En ligne], Numéro 1 1995, mis en ligne le 11 mai 2007, Consulté le 28 novembre 2012. URL : http://corpsetculture.revues.org/​281

Notes

1 CNOSF (coll.), Pour un humanisme du sport. Après un siècle d’olympisme, Paris, CNOSF-Éditions Revue EPS, 1994 (254 p.). Mentionnons l’excellent compte rendu de cet ouvrage paru dans la revue Corps et culture publié par Charles Pigeassou, à l’époque maître de conférences et enseignant-chercheur à l’UFR STAPS de Montpellier. Corps et culture (en ligne), numéro 1, 1995, mis en ligne le 11 mai 2007.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search