Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 5. « Le terrain de l’éducation : de quelques textes fondateurs aux dispositions actuelles »

Robert Denel

Texte intégral

1Le sport est considéré comme un domaine privilégié d’éducation dans la maîtrise des techniques du corps et des conduites sociales. Assiste-t-on à une baisse de vigilance au regard de cette exigence d’éducation ? Qu’en est-il au niveau de ce lieu de passage obligé de la jeunesse qu’est l’école ? Existe-t-il une pratique du sport qui puisse ne pas être éducative ?

TABLE RONDE

Présentation par Robert DENEL,
Secrétaire général de l’UNCU

2Participent à cette table ronde :

3Jean Durry, historien du sport, écrivain, journaliste à ses heures et fondateur du musée national du Sport dont il fut également le premier conservateur. Vous le connaissez ; il a été présenté avant sa conférence d’ouverture de l’USE par Ernest Gibert.

4Faut-il présenter Joël Delplanque ? Il est un fidèle parmi nous, qui a déjà participé à plusieurs USE. Joël a un parcours tout à fait étonnant et remarquable, depuis le handball avec Nelson Paillou, le CNOSF, puis le ministère en tant que conseiller et ensuite Directeur des sports au sein de ce même ministère, Inspecteur général et maintenant Président d’une Fédération française de handball qui rayonne sur le sport français. Nous sommes fiers d’avoir à nos côtés le président d’une fédération qui, à la fois chez les filles et les garçons, a obtenu des résultats mondiaux. Il faut savoir aussi que cette fédération compte en son sein un certain nombre d’enseignants et d’enseignantes d’éducation physique qui œuvrent auprès des jeunes, dans la proximité. L’essor de cette fédération est un exemple du rôle éducatif du sport.

5Je rappelle un paragraphe du texte de présentation : il y a tout lieu de penser que l’évolution du sport réfracte à sa façon l’évolution de la société contemporaine, avec ses réussites, mais aussi ses ombres et sa part d’incertitude. Pour autant, la comparaison ne peut être maintenue jusqu’au bout car le sport est d’abord, pour une majorité de personnes, dès le plus jeune âge, un domaine dans et par lequel se réalise un processus de socialisation et une dimension majeure de l’éducation, des apprentissages, une construction individuelle au contact de l’autre. En d’autres termes, le sport est culture, c’est-à-dire un moyen de médiation entre l’individu et la collectivité, alors même que la société dans son ensemble est traversée par des lignes de force et de tension.

6Ce point de vue exprimé étant rappelé, on peut quand même s’interroger pour savoir si c’est vrai dans tous les cas, et je pense que ce sera le sujet aujourd’hui.

Jean DURRY

7L’ensemble de ce qu’on a entendu ici a été d’une rare qualité, c’est-à-dire que sur tous les terrains sur lesquels l’USE avait placé le sujet, les intervenants étaient tout à fait remarquables. Il n’y a aucun doute sur le fait que cette Université Sportive d’Été a déjà atteint son but.

8Ce que l’on a entendu est plein de bons sentiments, de bonnes paroles, même s’il y a eu des controverses, mais ce que l’on va se demander, c’est si le sport aujourd’hui est vraiment éducatif, si l’éducation a quelque chose à tirer du sport, et quelle est la réalité. Cela n’est peut-être pas aussi évident que cela.

9Ce qui est vraiment curieux, c’est que l’on se demande quelle est la place du sport dans l’éducation aujourd’hui. Vous avez choisi deux personnes pour débattre : Joël Delplanque et moi. Joël est un enseignant au départ, c’était le début de sa carrière, et moi je suis tout sauf un enseignant, c’est-à-dire qu’un peu partout on m’appelle « Monsieur le Professeur ». Je ne suis pas du tout professeur, et pourtant je suis un éducateur dans la mesure où tout ce qu’a été le musée national du Sport et la façon de le construire, et d’autre part toutes les conférences ici ou là à travers le monde, essayent sincèrement d’apporter quelque chose, une pédagogie, un enseignement, un contenu.

10Je vais passer la parole à Joël et nous allons entrer dans le vif du sujet qui va être de se demander si, aujourd’hui en 2011, on peut dire que le sport est éducatif, et d’autre part s’il a une place dans l’éducation de ce pays, ce dont je doute de plus en plus.

Joël DELPLANQUE

11Je crois que si Jean n’est pas effectivement enseignant, l’on peut convenir que l’éducation n’est pas le fait exclusivement des enseignants ni même du milieu académique de manière plus générale.

12Si on accepte cette appréciation, le cadre associatif dans lequel le sport prend son essor offre des capacités d’éducation et des situations d’une grande richesse et d’une non moins grande diversité, pour permettre à chacun de se construire et d’être en situation d’épanouissement, de progrès et de responsabilités.

13La question « Fidélité ou infidélités aux fondements du sport ? » est une question que je me pose quasiment de façon quotidienne, en qualité de responsable de la Fédération française de handball qui traverse une période de transformation ou de mutation d’une ampleur qui lui était inconnue à ce jour.

14Je dois en effet en priorité m’assurer que l’équité des compétitions que nous organisons est strictement respectée.

15Pour que cette équité soit respectée, il faut que l’univers des règles dans lequel le handball et le sport en général évoluent, soit bien compris pour être ensuite respecté.

16Cet univers de règles constitue les outils dont dispose la communauté du handball, pour faire en sorte que les confrontations sur le terrain soient les plus loyales possibles et qu’elles respectent les valeurs sportives. C’est aussi cet univers qui caractérise notre fédération qui s’est construite à partir de ce corpus évolutif et au sein duquel il conviendra de s’interroger de manière à vérifier s’il respecte les fondements du sport dans leur esprit et dans leur mise application.

17Pour en assurer la cohérence, la Fédération française de handball a choisi l’option d’une unique juridiction d’appel des sanctions disciplinaires ce qui lui vaut d’accueillir les clubs de tous niveaux depuis le niveau de pratique départemental jusqu’au niveau professionnel le plus élevé. Cette immersion permet le contact avec les faits de jeu et la relation directe avec tous les acteurs bénévoles et professionnels ainsi qu’une équité de traitement. C’est aussi un lieu d’observation privilégié de la vie fédérale et de règlement des conflits.

18Pour exercer cette responsabilité fédérale complexe et souvent passionnelle, il faut veiller à la séparation des pouvoirs et éviter que le pouvoir exécutif du président ne vienne interférer dans le pouvoir disciplinaire. Les tentations sont grandes car les interventions ou les pressions qui s’exercent sont nombreuses. Il en va de la crédibilité fédérale mais aussi des principes fondamentaux de séparation des pouvoirs.

19La réalisation de ce premier objectif fait parfois l’objet de tensions et de pressions excessives, car outre être un univers de règles comme je viens de le rappeler, la fédération est aussi un univers de passion, d’engagement et de tensions. Tout dirigeant doit concilier de la façon la plus pertinente et la plus intelligente possible la passion qui environne le sport, et le respect rigoureux de ces règles qui permet à cet affrontement de se dérouler dans des conditions de respect mutuel de tous les acteurs de la compétition.

20Le handball est entré dans le monde professionnel à une période relativement récente pour le secteur masculin et plus récemment encore avec le secteur féminin. Cette entrée récente et progressive nous permet jusqu’à ce jour de maintenir une grande cohésion entre le secteur amateur et professionnel, se traduisant par exemple par la participation des centres de formations des clubs professionnels à la filière de renouvellement de l’élite qui composera les équipes de France. C’est le modèle européen préconisé par les ministres des Sports de la Communauté européenne fondé sur la solidarité entre tous les niveaux de pratique qui s’applique au sein de la FFHB.

21Dans ce souci de bonne compréhension des décisions et d’éducation, toutes les décisions sont très détaillées et publiées sur le site de la FFHB comme le code du sport le prévoit.

22J’insiste sur ce souci d’explication car il a un caractère préventif, éducatif et en outre, il a vocation à éteindre ou à réduire les passions qui accompagnent les faits de jeu ayant fait l’objet desdites procédures disciplinaires.

23Outre la préservation de l’unité et de la solidarité des pratiques au sein de la fédération, la stimulation de la vie associative sportive, la garantie des procédures disciplinaires respectueuses des droits de la défense, il convient également de souligner la volonté politique qui doit nécessairement accompagner une fédération quand elle décide de mener des politiques à l’adresse de tous les publics.

24C’est cette volonté qui est sollicitée dans la promotion du handball féminin qui fait l’objet, depuis de longues années au sein de la FFHB, d’une réelle équité de traitement.

25Avec un taux de pratique de près de 40 % de licenciées féminines, la FFHB se rapproche de la parité chez les pratiquants. Beaucoup d’efforts demeurent pour atteindre les mêmes objectifs chez les dirigeantes, les arbitres ou les entraîneurs. Toutefois, en ayant soutenu la création d’une ligue féminine professionnelle au sein de la FFHB après le mondial de 2007, des progrès substantiels de structuration des clubs sont encours de réalisation. La volonté de qualifier nos deux équipes aux prochains Jeux olympiques célébrerait cette politique. L’espoir d’un podium pour chacune est un rêve éveillé que nous imaginons.

26Aujourd’hui le handball bénéficie d’une notoriété qui n’était pas la nôtre encore il y a quelques années. J’ai pensé que nous pouvions mettre à profit cette notoriété fondée à la fois sur les succès des équipes de France mais aussi sur une image positive du sport professionnel de haut niveau. Avec l’aide d’ambassadeurs tels que Nikola Karabatic ou Allison Pineau, nous avons la possibilité de mener des politiques innovantes de développement du handball et de conduire grâce à elles des actions de solidarité. C’est sur ces bases que nous avons construit un partenariat avec l’Agence pour l’éducation par le sport qui devrait déboucher sur un programme fédéral de solidarité par le handball. La préservation des fondements du sport dans la Fédération française de handball s’appuie sur la préservation de l’unité de la fédération entre le monde amateur et le monde professionnel naissant, la valorisation de la vie associative et de l’engagement bénévole, l’émergence des compétences au service d’un projet commun de développement dans les territoires, l’accès au handball de tous, sans exclusion, un programme de développement du handball masculin féminin équilibré, une séparation des pouvoirs garantissant le bon fonctionnement de l’institution fédérale, des outils de communication au service des clubs visant à consolider la communauté des handballeurs et hanballeuses.

Jean DURRY

27Après cette première approche brillante des affres d’un président d’une Fédération heureuse, je voudrais revenir au fondement des fondements, au fondement premier. Le thème de votre Université Sportive d’Été est : « Le sport est-il resté fidèle à ses fondements ? » Pourquoi, au départ, considère-t-on que le sport est éducatif ? Il faut remonter aux pionniers, ce sont d’abord Georges de Saint-Clair qui a un peu moins de 40 ans et qui arrive tout à coup en 1884 comme secrétaire général du Racing dont, en quelques mois, il va faire le Racing Club de France. À ce moment-là, c’est une distraction de jeunes aristocrates qui, au Bois de Boulogne, en tenue de jockey, sous des pseudonymes plus ou moins spirituels, font des courses exactement comme dans une réunion hippique, avec des paris, des prix en espèces, etc. Georges de Saint-Clair va dire : « Assez de ces amusettes, je viens de Grande Bretagne, et le sport est une éducation, le jeu sportif est une éducation. »

28Puis, bien entendu, il va y avoir Pierre de Coubertin. En 1883, il a vingt ans, il va faire une série de voyages en Angleterre et en tirer ceci : il découvre alors « cette chose inattendue et cachée, un plan de formation morale et sociale dissimulé sous le couvert des sports scolaires ». Coubertin a été un pédagogue avant tout, toute sa vie, et tourné vers la jeunesse, mais il a aussi été un marginal, c’est-à-dire qu’il attendait beaucoup de l’Université ; d’ailleurs beaucoup des grands moments de l’histoire olympique et des initiatives de Coubertin se sont joués dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Coubertin était un éducateur qui, par exemple en 1910, avec le prix Nobel de physique qu’était Gabriel Lippmann, a publié de nouveaux programmes d’enseignement secondaire absolument révolutionnaires, et dont bien entendu l’université n’a tenu aucun compte. C’étaient des programmes révolutionnaires parce que Coubertin – et cela reste totalement valable aujourd’hui – refusait l’empilement des connaissances, cet empilement qui fait que nous sortons du lycée à peu près sans rien savoir parce qu’il est impossible d’additionner tout cela, ce qui rend aussi impossible tout essai idéal de synthèse. Donc, disait Coubertin, à cet empilement des connaissances, à cette synthèse forcément inapplicable, il faut substituer l’analyse. Si jamais vous arrivez à inculquer aux enfants ce qu’est l’analyse, ils auront les clés du savoir.

29Pour en revenir au sport, Coubertin a considéré absolument que c’était un mode d’éducation. Il voulait régénérer ce pays, totalement assommé par le désastre de la guerre de 1870-1871, et cherchait comment le faire à travers la jeunesse. Et c’est après ce voyage en Grande-Bretagne qu’il revient avec cette idée à l’époque baroque, inattendue : « il faut donner dans l’éducation une place au sport ». Voilà pourquoi, dès le départ, on pose presque le postulat que le sport est éducatif.

30Quelque chose m’avait alléché dans les documents de préparation de cette USE. Il était dit que ce matin on allait nous présenter quelques textes fondateurs et qu’à partir de cela nous verrions si, oui ou non, ils étaient respectés. Mais quels textes fondateurs ? Est-ce qu’il s’agit du décret du 3 février 1869 par lequel Victor Duruy établit la gymnastique obligatoire dans les établissements du secondaire ? Est-ce qu’il s’agit de la loi du 27 janvier 1880, par laquelle Jules Ferry – après Jules Simon, grand ministre de l’Instruction publique pendant trois ans – institue la gymnastique dans les écoles élémentaires filles et garçons ? C’est très intéressant parce que cela vient un ou deux ans avant les grandes lois de Jules Ferry sur la gratuité, la laïcité et l’accès pour tous de l’enseignement, qui sont les bases de la République. Est-ce cela les textes fondateurs ? Ou est-ce la loi Mazeaud du 27 octobre 1975, première loi en France pour le développement de l’éducation physique et du sport ? Est-ce la loi Avice du 16 juillet 1984 qui, là aussi, fait avancer le système ?

31Je voudrais donc savoir quels étaient les textes fondateurs qu’on voulait nous proposer, et si effectivement nous pouvons voir si aujourd’hui, dans les établissements scolaires et universitaires en France, le sport est un moyen d’éducation.

Robert DENEL

32L’élaboration de la problématique de cette USE 2011 et la mise au point du programme se sont échelonnées sur plusieurs réunions. Les « quelques textes fondateurs » auxquels nous pensions alors pouvaient être de différente nature, les personnalités pressenties pour participer à la table ronde se caractérisant par des engagements singuliers dans le domaine du sport et appartenant à des milieux professionnels non moins spécifiques. Par exemple, un juriste, un écrivain, un enseignant d’EPS, un philosophe, un recteur d’académie, un président de fédération, un journaliste, un ministre des Sports, etc., peuvent chacun avoir en tête des textes qu’ils considéreront comme étant « fondateurs », dès lors qu’il faut envisager « le terrain de l’éducation ». De ce point de vue, l’outillage législatif auquel vous venez de faire allusion est partie intégrante de ces textes fondateurs. C’est évident. Pareillement, dans votre conférence inaugurale, des noms illustres, des titres d’ouvrages évoqués relèvent, me semble-t-il, de ce type d’inventaire. Ce n’est pas le spécialiste de la pensée de Pierre de Coubertin que vous êtes qui me contredira.

33S’agissant du terrain de l’éducation, c’est un patrimoine à inventorier, à connaître, à mettre en perspective. Aujourd’hui, avons-nous l’équivalent de ces textes fondateurs ? Peut-on mobiliser des textes refondateurs ? Les dispositions actuelles, la réalité quotidienne, les pratiques en matière d’éducation, sont-elles à la hauteur du niveau d’exigence défini par tel ou tel texte de référence ? Puisque cette USE entend se situer par rapport aux fondements du sport, il est évident que ceux-ci ont été explicités, rappelés, actualisés peut-être sous divers angles d’approche.

34Se pose ensuite la question de l’articulation entre éducation et engagement pratique. Comment se construit une expérience ?

35Joël Delplanque nous a montré que finalement s’il n’avait pas, lui, une formation et une éducation de base, et une connaissance du sport vue sous l’angle éducatif, je ne suis pas sûr que l’attitude qu’il adopte à la tête de la fédération serait la même. Je me pose donc la double question suivante : « Est-ce que l’éducation est un préalable à la pratique et aux fonctions des dirigeants ? » ou bien « Est-ce la conséquence de cette pratique ? ».

Joël DELPLANQUE

36Cette semaine, nous sommes allés au ministère de l’Éducation nationale, à l’occasion de la journée du sport scolaire. Le soir, six ou sept présidents de fédérations ont été amenés à signer cette fameuse convention qui lie le ministère de l’Éducation nationale à certaines fédérations, dont l’USEP et l’UNSS. Chaque président de fédération a exposé combien le sport est éducatif. Cela ne répond pas directement à ta question parce que celle-ci est assez fondamentale, mais j’ai bien aimé notamment l’intervention de Serge Lecomte, Président de la Fédération française d’équitation, qui d’abord a rappelé la féminisation de la pratique de l’équitation dans notre pays. On peut penser que les deux questions que tu formules s’épaulent mutuellement, pour ainsi dire. Deuxième point : dans le monde virtuel dans lequel aujourd’hui baignent les jeunes, le sport offre un retour à des situations concrètes, réelles, qui lui sont apparues comme de hautes valeurs éducatives par rapport à ce monde virtuel.

37Quand je me suis présenté à la présidence de la Fédération française de handball, j’avais pris le temps de réfléchir assez longuement à ce qu’allaient être éventuellement mes axes et mes objectifs, et j’ai établi un programme sur dix ans, pour que s’installent progressivement les évolutions, pour que les mentalités évoluent. Ce ne sont pas des choses que l’on peut décréter et faire en une saison et, finalement, dix ans c’est bien court.

38Deuxième aspect : au travers de ce texte élaboré par des groupes de réflexion, avant que le Conseil d’administration de la fédération ne s’empare de ces orientations, je voulais qu’elles soient appréhendées et comprises par chacune de ces personnes pour qu’elles les guident, les orientent, les accompagnent, les aident, les soutiennent dans l’action qu’elles ont amenée les unes et les autres dans leur secteur, dans un souci de cohérence, dans un souci d’accompagner une communauté comme la nôtre qui est forcément extrêmement diverse, quelquefois même un peu disparate. Le souci de l’unité me paraissait aussi très important à faire valoir.

39Il me semble qu’offrir la possibilité d’un parcours, de la construction d’une vie à laquelle un groupement comme la Fédération française de handball peut contribuer, est fondamental, que l’on soit pratiquant, que l’on soit juge, arbitre, officiel, dirigeant à l’échelon local, départemental, régional, national, européen et international. Sur des parcours de vie qui peuvent être d’une très grande richesse, aider et accompagner des femmes et des hommes qui, par ailleurs, exercent des responsabilités dans leur famille, dans leur vie professionnelle, devient une ardente obligation. J’ai pensé qu’être à la fois acteur de sa vie propre, bien entendu, et cette construction qu’elle est, pouvait être une richesse. Ce souci d’orientation me paraissait important. Je le dis d’autant plus que, encore une fois, le handball est sans doute dans un moment de sa vie très particulière, avec une accession au professionnalisme. Et bien entendu, les gardiens du temple s’inquiètent, s’interrogent sur cette évolution que j’essaye de conduire, peut-être de maîtriser. Est-elle effectivement compatible avec les enseignements initiaux qui ont été donnés à ces jeunes quand aujourd’hui on a, comme dans tous les sports professionnels, des comportements plus difficiles ?

40Je crois que ce qui a, aujourd’hui encore, fait le succès, indépendamment de nos résultats, c’est que chaque fois que nos équipes quittent un hôtel, tous les responsables de l’hôtel les remercient pour leur comportement. Comment cela se manifeste-t-il ? Premièrement, en saluant, en disant « bonjour », deuxièmement en se tenant à table correctement, troisièmement en ne salissant pas les chambres comme cela arrive quelquefois, quatrièmement en respectant les gens que l’on rencontre. C’est aussi simple que cela. Cela peut vous paraître élémentaire, mais je peux vous assurer qu’à chaque fois que nous arrivons et que nous quittons un hôtel, on souligne le bon comportement de nos filles et de nos garçons.

41Autre exemple : dans cette manifestation que j’évoquais tout à l’heure, avec le ministre de l’Éducation nationale, j’étais avec un certain nombre de dirigeants d’autres disciplines, que je ne citerai pas. Quand on fait un match à Montpellier ou ailleurs, parce que nous avons été soutenus économiquement, il est clair que le maire de la commune, le président du Département ou de la Région demandent à ce que l’équipe vienne en mairie ou ailleurs, à l’hôtel du Département ou de la Région, pour organiser une petite manifestation. L’équipe de France, qu’elle soit féminine ou masculine, arrive en tenue, au complet, avec ses meilleurs éléments, et elle joue le jeu, se prête aux questions, aux échanges, etc. Ces dirigeants d’autres disciplines me disaient que pour eux ce n’était pas possible, leurs joueurs n’y allaient pas.

42Les nôtres y vont parce que c’est obligatoire, parce qu’il n’est pas question qu’ils n’y aillent pas, et personne ne se pose d’ailleurs de question à ce sujet. Tout le monde est présent.

43Je crois donc que le sport de haut niveau, le sport professionnel, avec les dérives dont il fait l’objet quelquefois, n’est pas une fatalité. On peut l’améliorer, le corriger, mais pour le corriger il faut effectivement faire tout un travail en profondeur, dans les clubs, auprès des entraîneurs, auprès des dirigeants, dans le fonctionnement, dans vos institutions, dans des gestes et des choix simples. J’ai tenu à mon statut de bénévole à la présidence de la Fédération française de handball, non pas parce que je suis un militant de l’ancienne école, mais parce que je pense que c’est en phase avec mon milieu, c’est homogène, il n’y a pas de rupture. J’ai décidé d’être fidèle aux fondements, à l’histoire de notre fédération, et je proposerai que mon successeur puisse être indemnisé, dans les règles d’un encadrement financier précis. Pourquoi ? Parce que je pense qu’avec l’évolution que va connaître notre sport, pour être présent à l’échelon international, européen, et voyager comme je l’ai fait quasiment chaque semaine dans les provinces, il ne faut pas avoir 65 ans et être retraité comme moi. Il faut être jeune, il faut avoir vécu un handball contemporain, qui n’est pas le mien, mais celui que sont en train de vivre aujourd’hui ces jeunes depuis l’ère Costantini, qui a été le signal de l’ère de l’évolution du handball. Mais, dans l’équipe que je vais composer, je veux que les garçons de cette génération, qui ont été des leaders sur le terrain, qui sont des leaders dans la vie civile, puissent demain profiter de cette expérience et la transférer. Il est de ma responsabilité de détecter aujourd’hui ce type de personnes pour espérer que les fondements de notre fédération, ce qui en a fait son unité, ce que j’appelle notre singularité, celle que les profs de gym ont bâtie il y a 40 ou 50 ans à l’INSEP, soient toujours vivants et transparaissent dans le monde professionnel que nous essayons de construire.

Jean DURRY

44Je voudrais à mon tour parler de handball. Le handball a été ce que l’on appelle un « petit sport ». Il commence à onze en plein air, dans les milieux scolaires. Il tente tout de même en 1970 l’aventure d’organiser des championnats du monde en France et on se dit, à ce moment-là, que cela va décoller, mais cela ne décolle pas. Les résultats sont difficiles et il va bien entendu y avoir cette figure charismatique qui est celle de Nelson Paillou, lequel va non seulement promouvoir le handball, mais ensuite va se montrer un grand dirigeant de l’histoire du sport français, avec un enthousiasme, un charisme, une chaleur et aussi un sens des réalités qui aboutit par exemple à la construction de la Maison du Sport, à Paris, contre vents et marées. Mais les résultats ne sont pas encore là. Puis va venir l’époque de Daniel Costantini qui est, pendant plus de 400 matchs, l’artisan d’une grande équipe de France qui se forme, avant son successeur actuel qui est absolument remarquable, Claude Onesta.

45Et tout à coup, voilà que le handball s’installe au premier rang, d’une façon qui semble exemplaire avec des garçons exemplaires – quand on a la chance de les rencontrer et de les connaître un peu, je peux vous dire que quelqu’un comme Nikola Karabatic, qui est vraiment de l’étoffe des grands sportifs au niveau mondial, est doté d’une grande simplicité et d’une grande gentillesse ; il est le contraire du sportif à grosse tête, et la façon d’ailleurs dont il est finalement, au détriment de certains avantages financiers, revenu vers Montpellier, était tout à fait exemplaire.

46Joël, vous êtes tellement exemplaires, que je voudrais demander si vous ne jouez pas un peu de cela comme argument « marketing », en vous situant par rapport à d’autres sports qui seraient moins exemplaires que vous. Pourquoi tout le monde vous a-t-il pris en sympathie ? La France et les Français, dans une période comme celle-ci où il y a peu d’occasions de se réjouir, aiment les sportifs qui gagnent, c’est évident, et si vous n’accumuliez pas les victoires, vous auriez moins de public. Mais tout de même, vous avez été pris en sympathie parce que, au-delà du discours classique des sportifs (« oui, nous formons une équipe, nous savons réagir, etc. »), vous êtes vraiment étonnants de sportivité, de gentillesse, et d’ailleurs vous pouvez un peu servir de locomotive parce que ce qui se passe dans le basket français actuellement, avec comme chef de file un Tony Parker, c’est au fond dans l’esprit de ce que vous avez montré. Alors, en te taquinant, je te demande si vous ne vous servez pas de cette jolie façade comme argument marketing.

Joël DELPLANQUE

47Je pense que nous avons assisté la semaine dernière à l’émergence d’une grande équipe de basket qui a fait un parcours absolument exemplaire. Elle a vraisemblablement montré que l’on peut aussi être dans un milieu professionnel bien supérieur encore sur le plan économique à celui de l’environnement du handball, tout en sachant accorder aux maillots de l’équipe de France la place, les efforts et les exigences qu’il entraînait.

48Oui, nous avons cette image et nous en usons. Claude Onesta a assisté au dernier congrès du Syndicat national des professeurs d’éducation physique et est intervenu pour dire la façon dont il concevait son managérat et la place qu’il occupait dans la gestion de son groupe. Oui, nous avons des contacts avec l’Inspection générale de l’éducation physique parce que ce sont des gens que l’on a côtoyés et que l’on côtoie, et c’est vrai qu’ils nous sollicitent beaucoup. D’abord pour faire la promotion de la profession, de la discipline, et effectivement pour montrer que l’on peut accéder à un monde professionnel et néanmoins se comporter de façon équilibrée, simple, naturelle. Nikola a été choisi par la Direction de l’UNSS pour être l’ambassadeur de l’UNSS. Il n’a pas gagné un centime pour le faire, mais l’a fait spontanément. Il a perdu son père en juin dernier. C’était, vous le savez sans doute, le gardien de but de handball de la grande équipe de Yougoslavie qui a été championne olympique à Moscou en 1980 et il n’avait de cesse que de répéter à son fils : « travail, travail, travail ». Tout cela dans un environnement familial de très grande proximité, et son père a marqué les enseignants d’éducation physique de la région depuis qu’il a quitté la Serbie. Si Nikola est ambassadeur de l’UNSS, c’est parce que, entre autres, son père a essaimé auprès de tous les enseignants d’éducation physique de la région, au sein de l’UNSS, à Frontignan singulièrement. C’est notre ADN, c’est la façon dont on s’est construit.

49Toujours dans la même semaine, nous avons accueilli trois nouveaux cadres techniques et nous en avons maintenant 62 à la Fédération française de handball. Il est vrai que massivement, jusqu’à maintenant, tous les cadres techniques étaient des professeurs d’éducation physique. Actuellement, ce sont des professeurs de sport. Un professeur de sport, aujourd’hui, est en général un licencié STAPS qui a fait un parcours de contrat aidé au sein de la Fédération française de handball, dans des fonctions de conseiller technique fédéral, qui a pu être, comme Laurent Puygségur, entraîneur d’un pôle, qui a pu mener des opérations de formation, des opérations de développement, et que la direction technique a accompagné dans des formations progressives mises en place pour permettre à celles et à ceux qui le souhaitent – puisque nous avons recruté une fille et deux garçons – de venir passer le concours interne ou externe de professorat de sport. Est-ce que cette nouvelle filière de renouvellement de l’encadrement technique de la Fédération française de handball produira les mêmes effets que ceux que l’on connaît aujourd’hui ? Il est prématuré pour répondre.

50Une deuxième voie qui est en train de s’installer également dans le domaine du recrutement de l’encadrement technique, c’est que dans cette génération de joueurs que tu évoquais, il y a deux garçons qui, incontestablement, ont la volonté de devenir entraîneurs, et surtout en ont la capacité, l’appétence, le goût. Pour ne pas les citer, il s’agit de Didier Dinart et Guillaume Gille qui, peut-être, dans cinq ou dix ans, seront les Daniel Costantini et les Claude Onesta de demain. Et je pense que si nous arrivions à organiser cette filiation dans les conditions que je viens d’indiquer, avec des garçons qui auront connu cette expérience du très haut niveau dans un monde professionnel que jamais le handball, jusqu’à ce jour, n’avait connu puisque ce sont des garçons qui sont allés soit en Espagne, soit en Allemagne, qui aujourd’hui parlent toutes les langues parce qu’ils sont capables de s’exprimer et de répondre aux journalistes de façon exceptionnelle, j’avoue que je serais content.

Robert DENEL

51Tu as été normalien, tu as une formation de base qui te permet peut-être maintenant d’être le dirigeant que tu es. Nous avons écouté Romain Barras hier et nous avons vu comment son environnement familial lui avait permis d’être ce qu’il est, c’est-à-dire un athlète exemplaire. c’est la même chose pour Jérôme. Cela m’amène à dire, au risque de me répéter : « Est-ce que véritablement l’éducation est un préalable à une pratique éducative du sport, ou est-ce que le sport est éducatif ? » Je voudrais avoir votre réponse. Christian Bénézis disait qu’un jeune qui était vraiment en très grande difficulté sociale ressortait avec un état d’esprit positif, grâce à l’expérience que procure le sport, etc. ; finalement l’encadrement familial de départ et l’éducation de départ étaient compensés par une éducation donnée par un entraîneur ou un enseignant. Vous allez donc me dire qu’à partir de là le sport devient éducatif, mais je me tiens à ma première question.

Jean DURRY

52La réponse, à mon sens, c’est que le sport, comme cela a été dit dans la conférence d’ouverture, peut être paré de toutes les vertus ou de tous les défauts. Le sport est nu et on en fait ce que l’on veut en faire.

53Bien entendu, le sport peut être éducatif si l’on pense que l’éducation est une éducation à une certaine rigueur morale, à l’application des règles et l’application intérieure d’un certain code ; si l’on imagine que le sport, comme le disait Coubertin, c’est la culture de la volonté, le sens de l’effort dans une société et un monde où, pour de très nombreuses raisons, « notre belle jeunesse » n’a plus forcément le sens et le goût de l’effort, parce que nous, les adultes, nous les en avons peut-être dégoûtés. Le sport, bien entendu, peut être éducatif, mais à condition de ne pas laisser les faibles sur le bord de la route. Si, dès le départ, seul l’aspect compétitif du sport est retenu, et que seuls les sports ayant de bons résultats ou des capacités sont considérés comme intéressants, alors on passe à côté. Cela a été le problème lorsqu’en 1967, des instructions préparées par les inspecteurs généraux Roger Delaubert et Gaston Roger ont été données dans ce sens. L’idée à ce moment-là, et Crespin était derrière, était que le sport prenne vraiment la place de l’éducation physique de façon à ce que l’on prépare ce que seraient les champions de demain. Dans ce sens-là, le sport peut être éducatif, mais la partie n’est pas gagnée d’avance et, avec malice, je pose la question suivante : Que va-t-il se passer si aux Jeux olympiques de Londres l’équipe de France de hand n’atteint pas la finale ou ne décroche pas la médaille d’or ? Vous préparez-vous à cette échéance possible ? Parce qu’il y a la dynamique du succès, bien sûr, mais…

Joël DELPLANQUE

54À chaque fois, nous sommes revenus à juste titre sur les questions : « Quels sont les fondements ? Quels sont ces textes fondateurs ? » J’y reviens encore parce que, tout d’abord, c’est ma responsabilité aujourd’hui, et que cette politique de ne laisser personne sur le bord de la route, de s’adresser à tous, d’avoir un discours où l’on a des lignes de conduite est indispensable. Je crois qu’au niveau d’une fédération ou d’une communauté plus généralement, on est capable de mener à bien l’ensemble de ces fonctions. On contribue à cet environnement positif qui peut effectivement orienter le sport dans la bonne direction, parce qu’il peut aussi prendre la mauvaise direction. On le sait tous. Je ne suis pas entraîneur, ce n’est pas moi qui anime les séances, ce n’est pas moi qui me trouve dans le vestiaire. Ma responsabilité est donc circonscrite dans les grandes options et dans le choix des femmes et des hommes qui vont mener ces options. Et si, encore une fois, je prends beaucoup sur moi pour essayer de clarifier ma pensée sur ce que j’imagine et ce que je vois, c’est pour m’assurer que ce que je dis fait écho éventuellement à celle ou celui avec lequel je suis en contact pour m’assurer que cela marche, que l’on pense la même chose. Quand j’ai répondu de façon provocante hier à Richard Descoux, hors micro, que j’étais le patron des directeurs techniques – je ne suis pas le patron bien sûr –, je voulais lui faire comprendre que c’était un débat qui n’avait pas beaucoup de sens, parce que quand on est attelé, comme directeur technique ou président, à la gestion d’une fédération, il faut que cet attelage soit solidaire. Si cette solidarité n’est pas en place, ce n’est pas le statut de l’un ou de l’autre qui va régler notre problème d’orientation, de respect et de fidélité aux fondements de l’athlétisme ou du handball, ou non. Donc, j’insiste beaucoup sur cet environnement en soulignant le fait qu’il comporte une forte connotation juridique. Par exemple, on ne peut plus aujourd’hui méconnaître le droit européen. Le droit européen vient demain s’immiscer dans ce que nous appelons notre mission de service public, dans notre délégation de pouvoir, qui est quelquefois contestée comme un acte d’excès de pouvoir par une autre conception, anglo-saxonne par exemple, du sport. À partir de là, quand vous avez cette insécurité juridique à l’échelon européen, quand vous ne savez plus exactement comment, demain, après les élections présidentielles, vont s’organiser les pouvoirs publics et les compétences des uns et des autres dans les territoires, quand vous voyez votre administration de tutelle se dissoudre dans l’eau, vous vous demandez où est le salut. Le salut est forcément au sein de notre communauté, dans notre capacité au travers de notre sport, de notre jeu, au travers d’encore plus de règles, de les faire évoluer, de les manager à l’échelon national, européen, international, pour que cette communauté conserve cette capacité de rassemblement. En fait, c’est de cela dont il s’agit. Le handball, certes, a aujourd’hui un nombre de licenciés important, en tout cas plus important qu’à l’époque de Nelson Paillou, mais son influence va au-delà, elle se répercute chez les enseignants.

55Comment peut-on demander à une équipe, à des entraîneurs de se préparer à la défaite ? Ce n’est pas possible. En prenant du recul c’est ce que l’on serait tenté d’appeler le syndrome roumain ou le syndrome suédois, parce que la Roumanie et la Suède ont dominé le handball pendant des années, comme la France l’a dominé ces trois ou quatre dernières années. Et que s’est-il passé ? On a vu une chute de l’influence roumaine et de l’influence suédoise. Il est évident que la France ne sera pas tout le temps championne. Première réponse : nous avons des garçons et des filles, donc si ça ne marche pas avec les garçons, peut-être serons-nous contents de trouver les filles sur le chemin. Deuxième réponse : nous sommes en train de mettre en place un programme 2020 de détection, d’accompagnement, relativement original, et où l’on espère que les fondements du sport seront respectés. Nous avons en effet détecté huit à dix garçons et huit à dix filles de 15 ans, considérés à très haut potentiel, avec lesquels nous avons fait un grand check-up physique, psychologique, etc., comme les équipes médicales qui entourent un patient. Nous avons pris à l’INSEP l’ensemble des composantes aujourd’hui de ce que l’on sait en matière de psychologie, de sciences, de médecine et autres. On a fait une sorte de diagnostic global pour en faire un programme et nous avons eu un contact direct avec les parents pour leur expliquer ce qu’on allait faire, ce qu’on faisait, ce qu’on imaginait à ce stade pour ces filles et ces garçons. Nous leur avons dit que si la confiance que nous mettions dans ces jeunes était partagée avec celle que les parents voulaient bien nous accorder, nous pensions que nous serions plus forts pour éventuellement que ces jeunes puissent résister à la tentation d’aller jouer très vite à Montpellier, ou ici, ou là. Il n’y aurait pas le temps de jeu nécessaire et le temps de formation ne serait pas pris en compte suffisamment et dans de bonnes conditions. Nous leur avons assuré que nous garantissions – dans un échange, dans un dialogue de confiance – un parcours de formation optimal.

56Ensuite, je pense que le caractère exemplaire, Jean, que tu évoques et qui est salué par le public, de la Fédération française de handball, sera mis à l’épreuve si d’aventure, aux Jeux de Londres, nous n’avions pas les résultats escomptés.

Jean DURRY

57La question de Robert Denel avait deux faces. La première : faut-il être en préalable un éducateur pour faire du sport quelque chose d’éducatif ? J’avoue que je ne suis pas capable de répondre à cela. En revanche, sur la question « le sport est-il éducatif ? », oui, il peut être éducatif, mais il faut pour cela des moyens, des cadres, une pensée directrice. Y a-t-il aujourd’hui une pensée directrice dans le sport français ? Je ne le pense pas, les pouvoirs publics se délitent, le CNOSF n’a pas véritablement pris encore le leadership de ce que serait une pensée directrice du sport français. D’autre part, je vais aller jusqu’à une mise en accusation parce que nous sommes ici sur le domaine du sport scolaire et universitaire. Que s’est-il passé depuis Coubertin ? Il y a eu un débat en 1889, l’Union des sociétés françaises des sports athlétiques était à peine naissante, et Coubertin l’avait rejointe, à 27 ans, comme secrétaire général. À ce moment-là, il pensait à créer une Union athlétique scolaire pour des associations sportives scolaires. Et Saint-Clair l’a supplié de n’en rien faire pour que les associations scolaires puissent d’emblée entrer dans les effectifs de l’USFSA et les grossir. Coubertin a accepté mais l’a beaucoup regretté après parce qu’au début, en 1889, l’USFSA comptait seulement 7 clubs, les clubs civils étaient le Racing Club de France, le Stade Français et un club éphémère qui s’appelait Les Francs Coureurs, puis il y avait quatre associations scolaires qui étaient l’école Monge, futur lycée Carnot, le collège Rollin, Lakanal et l’école Alsacienne. Très vite, les associations scolaires, en trois ou quatre ans, ont été 70. Mais ensuite, comme elles étaient donc dans un organisme civil, les chefs d’établissement, les recteurs ont vu le développement des associations scolaires avec une grande méfiance. Elles ont végété. En 1914, il y avait à peu près 5 000 scolaires qui faisaient du sport. Or, Coubertin avait dit : « Comme en Grande Bretagne, il faut que les enfants aient la responsabilité de leurs associations scolaires, qu’ils soient les maîtres du jeu, ce serait une école de la démocratie. » Plus d’un siècle après, où en est-on ? Où en est le sport scolaire actuellement ? Quant à l’Université, à partir du moment où Pierre Mazeaud a mis fin à l’OSSU (Office du sport scolaire et universitaire) en divisant les trois ordres, c’est-à-dire l’USEP pour le primaire, l’UNSS pour le secondaire et puis la FNSU (devenue FFSU) pour le supérieur, ce fut presque un coup d’arrêt terrible pour le sport universitaire. Où en est le sport universitaire actuellement ? Les quelques grands clubs que furent naguère le PUC, le BEC, le SCUF qui avaient tellement d’importance dans le sport français, où sont aujourd’hui les grands clubs des Universités ? Ils se comptent sur les doigts de la main. Et bien sûr, nous avons un système qui n’est pas du tout le système américain, mais tout de même, je considère que l’on est tout à fait en recul. Dans ce tableau assez triste et qui nous indigne, il y a tout de même eu cet été une bonne note : Claude-Louis Gallien a été en Chine élu Président de la Fédération internationale du sport universitaire. On a parlé, à juste titre, de l’échec violent de cette simili candidature d’Annecy pour les Jeux olympiques d’hiver, mais dans la presse, y compris le Quotidien sportif qu’est L’Équipe, il n’y a même pas eu deux lignes pour parler de cette élection réussie. C’est toute cette géopolitique mondiale du sport, où notre pays est en recul, mais où heureusement il y a des îlots qui émergent comme le handball.

58Cette mise en accusation générale est située dans ce contexte où le sport spectacle et professionnalisé se développe d’une façon entraînant bien des problèmes. Mais, tout de même, le sport tel que nous l’aimons, s’il existe et j’espère qu’il existera longtemps, doit être éducatif et apporter quelque chose à la jeunesse, parce qu’encore une fois tout cela est toujours une préparation de l’avenir. Ce qui compte, et là le sport peut être un atout, c’est de préparer la jeunesse de ce pays à un paysage d’espoir et un paysage de certaine qualité morale leur donnant une chance de faire basculer la vie du bon côté.

Joël DELPLANQUE

59Dans ce paysage que Jean vient de décrire, et qui est effectivement, par certains aspects, alarmant, je crois que la nécessité d’une pensée, plus que jamais, s’impose, et s’il y a bien une fonction que l’Université d’Été peut remplir depuis toujours, c’est bien celle-là.

60Ensuite, je vais mettre un élément d’optimisme. Je pense que ceux et celles qui voulaient à une époque séparer le sport professionnel du sport amateur, le sport éducatif du sport spectacle, sont en train de changer d’avis. C’est peut-être le principe de réalité économique qui aussi est présent et que cette unité, qui fait partie des caractéristiques du modèle européen du sport, est une bonne manière de préserver cette fonction éducative essentielle.

61Je veux terminer sur cette note positive. Pensons à la construction européenne qui est dans l’état que vous savez aujourd’hui ; il n’en reste pas moins vrai que, quand on décide, comme Michel Platini l’a fait, de mettre en place le fair-play financier, on peut faire bouger les choses. On peut dire ce que l’on veut, mais regardez aujourd’hui le nombre de réunions de chefs d’État pour tenter de calmer tout ce qui se passe actuellement en termes financiers et autres… Lui l’a fait. C’est inimaginable, mais c’est accepté par les Espagnols, les Italiens. Il y a peut-être une opportunité à saisir dans ce monde qui s’interroge beaucoup et qui est un peu à la dérive, il y a peut-être quelque chose à renforcer, à construire autour de l’unité du monde sportif. Derrière l’unité, c’est le sport pour tous, la cohérence, le vivre ensemble, et c’est finalement la construction d’une société heureuse pour toutes et tous. C’est ce à quoi le sport apporte modestement, mais néanmoins efficacement dans certaines conditions, sa contribution.

Jean-Michel MARTIN

62Vous m’avez fait repenser à ce que j’ai lu, écrit au fronton de la mairie d’une petite ville traversée pour me rendre à l’Université Sportive d’Été : « Liberté Égalité Fraternité ». Vous nous avez presque donné une leçon « de liberté, d’égalité et de solidarité ». Vous nous avez quasiment produit une définition du sport actualisé sur ces points fondamentaux. Ce qui m’interroge tout de même, c’est la « liberté ». En effet, même si votre projet paraît très cohérent et bien articulé, on peut se poser la question de la définition de la « liberté » ? Est-ce une liberté débridée, économiquement sans limite, soit une « néo-liberté » ? Il semble que les responsables du sport aient souvent choisi ce chemin. En particulier quand il s’agit des facteurs économiques, cette liberté est utilisée dans tous les sens et surtout sans aucun contrôle. Si l’on ne peut être que ravi de voir que votre fédération développe un tel projet que l’on pourra appeler « projet éducatif », beaucoup d’autres ne fonctionnent pas de la même manière et on peut douter d’un quelconque « projet éducatif » sur ce point.

Jean DURRY

63Le sport n’a d’intérêt, rappelez-vous Coubertin qui, en 1890, prônait « sport et liberté », que s’il est une libération de l’être humain. Le sport est une culture vécue. Le psychisme et le corps ne font qu’un, qui est l’être lui-même, et le sport insère dans le concret, le tangible, avec une intensité de sensations et de sentiments qui est unique. C’est le sport dans toute sa beauté, mais aujourd’hui, les sportifs ne sont-ils pas pris dans un carcan qui les étouffe complètement ? Parce que, si le but est de gagner à tout prix, à partir de ce moment-là l’athlète, comme ses entraîneurs éventuellement, est véritablement pris à la gorge. Il faut voir ce qu’est un village olympique. C’est un endroit absolument merveilleux où les athlètes et les cadres sont vraiment frères et sœurs, où, au self, vous faites la queue derrière Michael Jordan, les petits sportifs demandent des autographes aux grands, etc. Le village olympique est donc merveilleux, mais en même temps quel stress, quelle angoisse pour certains, et si par malheur, dans les deux ou trois premières journées, on ne remporte pas une des fameuses médailles, ce sont alors des mines consternées et une atmosphère funèbre qui s’abattent sur l’ensemble de l’équipe. Si le sport consiste à être pris dans ces contraintes de l’argent, qui aboutissent à des solutions invraisemblables comme ces équipes d’Angleterre où il n’y a plus un seul joueur anglais sur le terrain, si le sport aboutit à vous mettre dans une cage dont vous ne pouvez plus vous échapper et où tout dépend du résultat, cette liberté est en train de disparaître et, à ce moment-là, pour moi, le sens profond du sport disparaît.

Joël DELPLANQUE

64La notoriété de la Fédération française de handball lui a apporté 100 000 jeunes supplémentaires au sein de la fédération en moins de dix ans, avec notamment des programmes nouveaux, ce que l’on a appelé « le handball premiers pas » pour les 6-9 ans. Cela nous a amenés à faire évoluer nos principes pédagogiques, à mettre en place des programmes particuliers, à associer les parents dans le processus éducatif où l’on est dans des questions de motricité, de socialisation, etc., qui sont des exercices plus essentiels que fondamentaux que l’on veut essayer de passer.

65En juin prochain, au Comité olympique, l’ensemble de la communauté des entraîneurs éducatifs de la Fédération française de handball va consacrer deux ou trois jours exclusivement à l’interrogation suivante : « Notre pédagogie à l’adresse de ces jeunes est-elle suffisamment adaptée, fluide, progressive, etc. ? », avec notamment une question qui m’a surpris la première fois que je l’ai entendue : « Quelle place de la compétition dans le cursus éducatif de ces très jeunes ? », avec, comme on sait le faire au sein de la Fédération française de handball, des gens de conviction qui disent « oui », d’autres qui disent « peut-être », d’autres encore qui disent « non », mais les uns et les autres avec force et véhémence. Tout cela fera l’objet d’un creuset en juin avec tous les leaders de cette réflexion.

  • 1 « L’Amiral » est le nom familier dont était affublé Nelson Paillou, tel l’amiral anglais Nelson, l (...)

66Si on a signé cette semaine une convention avec les fédérations scolaires et le ministère de l’Éducation nationale, nous savons bien que les relations avec l’école sont des relations difficiles, que le sport scolaire est en difficulté. Cette période n’est peut-être pas aussi favorable que nous l’espérions, mais notre mission essentielle est d’être en capacité de s’adresser aux jeunes, et les jeunes c’est l’avenir. L’avenir d’une discipline, l’avenir d’un sport, ce sont les jeunes, comme l’a dit Jean. Nous sommes du passé et avons comme seule vocation à organiser le passage, le témoin aux autres générations. Et j’espère avoir réussi à vous faire comprendre que c’est une question qui m’interpelle tous les jours. Savoir dans quelles conditions je vais essayer d’être fidèle à ce que l’« Amiral1 » m’a transmis en son temps, et ce que je vais transmettre à celui qui va me succéder, sont pour moi deux préoccupations indissociables. À la fois pour garder cette essence qu’est l’éducation par le sport, mais en même temps en essayant aussi, par le principe de réalité, de concrétiser ce qui doit l’être pour préparer le handball de demain.

67Peut-être ai-je abusé de la « fenêtre de notoriété » qui était la nôtre à l’occasion des résultats obtenus. Soit, mais si nous n’en avions pas usé, je n’aurais pas signé avec Canal + le contrat sur les quatre prochaines années, qui vont exposer le championnat dans des conditions exceptionnelles de technologie. Je ne sais pas si vous avez suivi les soirées du jeudi sur Canal + qui sont désormais consacrées au handball. J’ai connu le handball quand Pierre Fulla venait à Saint-Maur avec une caméra, en disant : « je filme le mur de Saint-Maur », puisqu’à l’époque la tribune était d’un seul côté et qu’en face, il y avait le mur... Aujourd’hui, au premier match de handball retransmis, il y avait douze caméras. Alors vous imaginez le spectacle sportif que les téléspectateurs pouvaient suivre à l’époque avec Pierre Fulla ; vous pouvez le comparer avec celui auquel ils ont droit aujourd’hui. Ce n’est pas le même.

68Mais en même temps, suis-je fidèle aux fondements du sport quand les gens de Canal + me disent qu’il faudra que les oreillettes des arbitres soient aussi dans les oreilles des commentateurs, que les arbitres puissent être entendus par les téléspectateurs, et que l’on puisse savoir exactement ce qui se passe ? Les arbitres de handball ne sont absolument pas préparés aux mots qu’ils devront dire, aux actes, aux gestes. Je suis persuadé que dans les propos qu’ils vont tenir, les décisions qu’ils vont prendre, des choses vont se passer. On dit oui à Canal + parce que l’on pense que ce sera pour nous une bonne occasion d’expliquer ce jeu qui est quelquefois très rapide, etc. Ce sera sans doute l’occasion de dépasser le cadre affectif de la notoriété, qui se limite encore à un cercle d’initiés, et de montrer que le spectacle du handball, servi par une évolution assez considérable de ses règles, peut s’ouvrir à un large public. Est-ce que l’on est fidèle aux fondements quand on prend une décision comme celle-là, quasiment dans l’heure qui suit, en sachant que l’on va engager toute la communauté des arbitres avec, à terme, une probable influence sur leur préparation, leur formation, la façon dont ils devront désormais se comporter sur le terrain et dans les médias ?

69C’est ce que nous vivons aujourd’hui les uns et les autres, mais cela n’empêche pas que le premier objectif de la Fédération française de handball est de garder le cap et les contacts avec les enseignants, avec le milieu scolaire. Deuxièmement, on ne laisse personne au bord de la route. Troisièmement, on a la même politique déterminée à l’adresse des garçons et des filles. Nous souhaitons que le renouvellement de notre élite se fasse de la façon la plus harmonieuse possible pour que le parcours de ces jeunes soit, depuis le début jusqu’au bout, exemplaire.

Robert DENEL

70Ce sera le mot de la fin. Il me reste à remercier nos deux orateurs.

Notes

1 « L’Amiral » est le nom familier dont était affublé Nelson Paillou, tel l’amiral anglais Nelson, lorsqu’il était secrétaire général du BEC, par la suite président de la Fédération française de handball et plus tard président du CNOSF.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search