Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « Le terrain du jeu, de l’entraînement, de la compétition et la formation de l’athlète »

Thierry Buffalon

Texte intégral

1On a pu identifier le terrain de rugby à « l’herbe de vérité ». D’autres terrains sportifs, de jeux en salle ou de toute autre forme, sont également des lieux de « vérité » : un point d’accord entre des athlètes ou des coéquipiers confrontés à l’adversaire et tout le travail de l’entraîneur. Comment l’entraîneur conduit-il à cette exigence ?

Présentation par Thierry BUFFALON,
Administrateur du Montpellier université club (MUC)

2Laurent Puigségur a une quarantaine d’années. Il a réalisé une remarquable carrière de handballeur international : il a été sélectionné 72 fois en équipe de France de handball, et a été le capitaine emblématique du Montpellier Handball. Christian Bénézis a rappelé tout à l’heure que nous avions à Montpellier la meilleure équipe de France et l’une des trois meilleures européennes. Laurent totalise dix titres de champion de France, un titre de champion du monde, et un titre en Coupe d’Europe. Maintenant, il a débuté une carrière d’entraîneur et c’est cet aspect-là qui nous intéresse. Il se trouve qu’il a commencé sa carrière au Montpellier Université Club, c’est certainement là le détail le plus important de son palmarès.

3Je passerai ensuite à Jean-Yves Cochand, responsable du pôle France de décathlon, installé à Montpellier, entraîneur notamment de Romain Barras que vous avez vu et entendu hier après-midi ; c’est un binôme. Jean-Yves Cochand est basé au CREPS de Montpellier, c’est ce qu’on appelle un entraîneur de haut niveau.

4Je terminerai par Richard Descoux, que j’ai le plaisir de voir très souvent en ce moment parce que nous avons des fonctions dans un établissement qui s’appelle le CFA des métiers du sport. Il a été DTN de la Fédération française d’athlétisme, il est Directeur adjoint du CREPS de Montpellier, en charge de la formation, mais il est aussi Président du Montpellier Athlétique Méditerranée qui est aujourd’hui le grand club d’athlétisme de Montpellier, dont le MUC Athlétisme est une partie, et lui aussi a débuté l’athlétisme dans le club universitaire.

5Ces trois intervenants ont en commun la particularité d’être passés aussi par le club universitaire et ils nous ont fait l’amitié de venir nous rejoindre cet après-midi.

6Le grand thème de cette USE est « Fidélité ou infidélités aux fondements du sport ? ». Nous allons aborder avec nos intervenants l’aspect entraînement, compétition et formation des athlètes, plutôt sous l’angle d’un sport collectif pour Laurent et plutôt sous celui d’un sport individuel pour les deux autres intervenants. Nous essaierons de voir comment aujourd’hui le rôle d’entraîneur, de cadre technique, se confond peut-être avec celui de père, de mère, de grand frère, de « psy », de caution ou de père fouettard. Comment ce rôle de l’entraîneur a-t-il pu évoluer depuis les vingt dernières années ? Et quelles sont aujourd’hui les difficultés qui surgissent par rapport aux fondamentaux du sport ?

Laurent PUIGSÉGUR

7Pour moi, il y a des fondements dans chaque sport, il n’y a pas de fondements du sport en général. Chaque sport a ses valeurs et amène quelque chose. Je suis persuadé qu’il ne faut pas mobiliser les mêmes valeurs pour faire du handball, pour faire de la natation ou de l’athlétisme.

8J’ai commencé ma carrière d’entraîneur il y a cinq ans, et en haut niveau depuis deux ans. J’ai eu en charge les filles et les garçons, des garçons de moins de 16 ans, des filles qui jouent en Nationale 2 amateur et une équipe de première division de handball masculin professionnel. J’ai donc eu la chance d’avoir tout un éventail de profils de personnes à manager, à gérer.

9On se rend compte qu’entre le sport de haut niveau et le sport amateur, de masse, les valeurs sont quasiment les mêmes. Les garçons que j’entraînais et qui étaient professionnels, ne venaient pas à l’entraînement parce qu’ils étaient professionnels, mais parce qu’ils avaient envie de s’y rendre, parce qu’ils étaient en train de vivre leur passion.

10J’ai eu une situation très difficile à maîtriser. J’ai commencé avec 15 matchs sans victoire, je me suis retrouvé à plus de la moitié du championnat avec 2 points, j’étais à 6 points des avant-derniers. Ma situation était donc vraiment dramatique. Et à partir du mois de janvier de la même saison, j’ai gagné huit matchs sur onze disputés et je me suis retrouvé huitième au classement, avec les mêmes joueurs, les mêmes horaires d’entraînement. Les seules choses qui ont changé ? En fait, c’est la malchance qui nous a oubliés. On a gagné un match, et à partir de ce moment-là, cela a été un déclic. Les joueurs se sont rendu compte qu’ils étaient capables de faire des choses et ils ont remis de vraies valeurs, des valeurs de combat, des valeurs d’abnégation, des valeurs collectives.

11Pour en revenir précisément au débat, vingt ans après, quand on implique les gens dans un projet, dans un objectif commun, notamment en sports collectifs, les valeurs sont toujours là. Même si aujourd’hui la société se recroqueville sur elle-même, l’égocentrisme domine. On voit qu’en sport, même en sport collectif, on arrive à faire ressurgir ces valeurs, les valeurs du sport et les valeurs du handball en général.

Richard DESCOUX

12Je rejoins Laurent sur de nombreux points mais pas sur tous, notamment en ce qui concerne les sports collectifs et les sports individuels. Je pense avant tout que la différence entre le métier d’entraîneur et celui de conseiller technique réside dans le fait que l’un est professionnel et l’autre non. C’est d’abord un état d’esprit et une culture. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’on naît entraîneur, mais pas loin. Je côtoie deux personnes du TUC qui ont effectivement compté dans ma carrière parce que, à travers elles, à travers ce que j’ai pu vivre avec le TUC, est né ce désir d’entraîner, de participer à la vie d’un club, et quelques années après j’ai pris ce relais et j’ai continué une route qui m’avait été tracée par Jean-Paul, Anne-Marie et d’autres de cette génération des Tucistes.

13Quand j’ai commencé à travailler en tant qu’éducateur entraîneur, la différence était qu’effectivement à cette époque-là, un athlète de niveau régional et un athlète international avaient quasiment la même manière d’aborder les choses. Nous avions dans le club des gens de très bon niveau, qui étaient internationaux, ils avaient la même manière de vivre la vie de tous les jours et la vie de leur carrière, comme le cadet ou le minime que nous étions à l’époque, et ils étaient traités par leurs entraîneurs quasiment de la même manière. Et puis, au fil du temps, le haut niveau a énormément progressé, notamment en athlétisme, les valeurs ont changé et le métier d’entraîneur et de conseiller technique, de ce fait, a été obligé lui aussi d’évoluer, ou alors de mourir. Un des critères extrêmement importants que j’ai relevé dans l’évolution, c’est la temporalité des événements. À l’heure actuelle, quoi que vous fassiez, quoi que vous puissiez dire, dans les millièmes de secondes, cela peut être mis ou remis sur les réseaux sociaux, un peu partout, tout se sait de l’autre côté du monde. À une certaine époque, comme à l’époque de Napoléon, voire avant, vous connaissiez le résultat d’une bataille trois semaines ou un mois après et la face du monde avait changé. Désormais, ce n’est plus possible. Mais il y a vingt ans, les résultats n’allaient pas aussi vite et maintenant les athlètes de haut niveau en arrivent à se méfier de tout parce qu’ils savent que tous leurs gestes, leurs dires sont épiés, leurs résultats sont analysés, comparés dans le millième de seconde. Cela a changé la donne du métier d’entraîneur.

14À l’époque, on prenait sa voiture et tous les soirs on faisait un club différent, on causait avec les entraîneurs, etc. Beaucoup de clubs ont gardé cette notion et le regrettent. Ce n’est plus possible, on n’est plus du tout dans ce système-là. Il faut comprendre qu’il est très difficile d’être à la fois un entraîneur de minimes et de cadets et un entraîneur de haut niveau. Un entraîneur de haut niveau, c’est une présence de tous les jours, de tous les instants, je l’ai vécu jusqu’en 1997 et quand je vois travailler Jean-Yves cela n’a pas changé, c’est-à-dire au moins six heures par jour sur le terrain, sans compter le relationnel que l’on peut avoir le soir avec les athlètes. C’est effectivement à l’heure actuelle un binôme complet avec une osmose qui doit être parfaite. Lorsque j’étais DTN, j’ai toujours dit que les entraînements par correspondance ou à distance ne pouvaient pas fonctionner en sport individuel. Il faut le contact humain, le rapport humain. Cette dimension reste donc quand même, et heureusement, c’est-à-dire le côté un peu maquignon de l’affaire.

15Mais l’évolution du sport à l’heure actuelle, c’est la prégnance des médias, des sponsors, la prégnance des dirigeants de grands clubs où le président veut des résultats parce qu’il a acheté un athlète 500 ou 600 millions d’euros. Des pressions existent et ne sont pas du tout les mêmes qu’il y a quelques années. Lorsque vous êtes entraîneur bénévole, vous pouvez toujours claquer la porte, mais quand vous êtes entraîneur rémunéré, vous avez un devoir de résultats. Laurent avait un devoir de résultats, on le lui a fait comprendre, heureusement il s’en est bien sorti à la fin de la saison, avec une attitude noble et grande permettant de dire : « Je m’en suis sorti, maintenant débrouillez-vous. »

16Je suis convaincu de la nécessité du professionnalisme des entraîneurs, parce qu’il y a un vrai métier derrière tout cela, et si je n’en étais pas convaincu, je ne serais pas responsable de formation au CREPS où l’on forme tous les ans entre 800 et 1 000 éducateurs. Sauf que nous sommes encore à la préhistoire de la professionnalisation en sport. À part dans de très grands clubs, ailleurs c’est encore quelque chose de tabou, et pourtant, si on veut des résultats, et pourtant même si on veut travailler avec des gens qui ne feraient que du développement, il faut des professionnels en face. La donne est complètement différente.

Jean-Yves COCHAND

17J’ai débuté comme cadre technique la même année que Richard, mais lui a quitté le milieu. J’ai donc la particularité d’être le plus ancien cadre technique en poste à la fédération depuis 1976. Avant cela, j’étais professeur d’éducation physique et je me suis toujours considéré davantage comme un éducateur que comme un entraîneur. Je pense avoir conservé cette fibre-là jusqu’à maintenant, même si les athlètes ont évolué, même si les résultats sont arrivés, même si la structure a changé.

18Comme le disait Richard tout à l’heure, le métier de cadre technique au départ était de faire à la fois de l’entraînement, du développement et de la formation. Maintenant, le cadre technique est soit entraîneur, soit promoteur, soit développeur. Le corps de métier a changé. Mais je trouve que ce qui a le plus changé, ce sont les structures de haut niveau.

19Il y a une trentaine d’années, les athlètes de haut niveau étaient disséminés un peu dans toute la France. Dans les petits clubs de France, il pouvait y avoir un athlète de haut niveau. C’est toujours un peu le cas mais les structures ont évolué, des pôles se sont développés, des centres d’entraînement et les athlètes sont un peu plus regroupés dans les structures de haut niveau. La pratique est donc différente et les contacts entraîneurs-entraînés sont forcément différents aussi.

Thierry BUFFALON

20Je pose la question suivante à tous les trois. Comment voyez-vous la différence qui peut exister entre l’entraîneur de sport collectif et l’entraîneur de sport individuel ?

Jean-Yves COCHAND

21J’ai la particularité d’entraîner le décathlon, une spécialité qui est assez particulière dans le monde de l’athlétisme : on passe beaucoup plus de temps à l’entraînement et en compétition, donc les rapports ne sont pas les mêmes. Nous avons des rapports qui se rapprocheraient davantage des sports collectifs. Les rapports que j’ai avec Romain Barras sont davantage des rapports père-fils. Pour les nouveaux athlètes qui arrivent, je suis leur second père, on passe tellement de temps avec eux, et eux passent tellement de temps ensemble qu’ils sont plus proches d’un fonctionnement de sport collectif qu’individuel.

Richard DESCOUX

22Pour moi, d’abord, en sports collectifs, il y a différentes strates de relation. On ne peut pas avoir la même relation lorsqu’on est entraîneur d’une équipe de football ou de rugby, avec des gens qui sont bien payés, qui viennent d’un peu partout, qui sont étrangers, qui n’ont pas été formés là, que lorsque l’on entraîne une équipe qui évolue dans un championnat amateur. Dans le premier cas, je pense que l’on a presque un rapport de patron à salarié. J’exagère beaucoup, mais ce n’est pas du tout le même affect ou la même empathie que l’on pourra avoir lorsqu’on se trouve à un niveau un peu inférieur ou avec des jeunes. J’ai été entraîneur de rugby avec Éric Béchu à Saint-Girons, le rapport que l’on a avec les rugbymen de Saint-Girons n’est pas le même que Béchu peut avoir avec les rugbymen de Montpellier, c’est évident.

23Pour ce qui est de l’athlétisme, effectivement, comme le dit Jean-Yves, il y a ce risque d’un rapport qui devient extrêmement fort, et même souvent trop fort. Le rapport filial ou le rapport symbiotique énorme peut vous détruire, détruire l’athlète mais également détruire complètement l’entraîneur, cela peut aller très loin. J’essaye de faire passer le discours : « vous vous aimez mais il faut savoir aussi de temps en temps se haïr un peu et se disputer », parce que ça va laisser une certaine distance qui va faire que l’affect ne l’emportera jamais sur la raison.

24Je l’ai surtout découvert en tant que DTN. Si l’on amène les entraîneurs à un championnat du monde, ils vont démoraliser tous les gens autour d’eux, car ils ressentent, à travers leurs athlètes, un stress énorme. Ils ont peur du résultat, de la presse, de la comparaison avec les autres entraîneurs… Ils sont alors extrêmement négatifs par rapport au groupe, par rapport à leurs athlètes. Il y a des entraîneurs très solides, mais ils sont peu nombreux. C’est dangereux et aucun entraîneur n’est formé à cela, ce qui est une lacune. Je pense que l’on arrive au haut niveau parce qu’on a croisé, en sport individuel, un jour dans sa vie un ou deux athlètes extrêmement brillants, mais encore faut-il avoir la carrure requise pour les encadrer. Il faut être très équilibré, avoir une vie personnelle que l’on peut détacher à tout moment de la vie professionnelle. Là, il y a une formation des entraîneurs de haut niveau, au moins en athlétisme, qui n’est jamais faite, parce qu’au bout d’un moment, l’entraîneur arrive avec son athlète, et on dit alors : « On ne va rien lui apprendre, c’est l’entraîneur de Madame Untel ou Monsieur Untel, et forcément il est bon, il est fort, il sait tout. » C’est faux. L’entraîneur fait aussi bien l’athlète que l’athlète fait l’entraîneur ; ensuite le problème est de savoir quelle est la limite entre les deux. Je pense donc qu’il y a une grosse formation à faire parce que l’entraînement de haut niveau n’est plus celui que l’on avait il y a vingt ans où là, dans la compétition, c’était tranquille, même pour le haut niveau.

Laurent PUIGSÉGUR

2580 % du travail que j’ai eu à faire portait sur les interactions humaines. Même pour des sportifs de haut niveau qui gagnent de l’argent, qui sont internationaux, on se rend compte que dans un sport collectif, ce qui est important, ce sont les relations qui existent entre eux. Je ne dis pas qu’ils doivent tous être copains mais il faut que les relations soient saines, honnêtes et claires. À partir du moment où, en tant qu’entraîneur en sport collectif, et qui a déjà réussi dans son équipe à ce que les relations entre joueurs soient claires et nettes, on peut toujours les faire aller vers un objectif commun. On a absolument besoin que tout le monde soit présent. Il y a des avantages et des inconvénients. L’avantage est que, techniquement, on a le droit de faire des erreurs, parce qu’il y a des gens à côté qui vont être capables de supporter ces erreurs, et à la limite de les bonifier. En sport individuel, techniquement, on n’a pas le droit à l’erreur. On se bat contre le chrono et, en plus, on se bat contre d’autres personnes. C’est donc quand même une grosse différence entre le sport collectif et le sport individuel, par rapport au stress et par rapport à la pression. Quand on sait que l’on peut s’appuyer sur des gens et que, pendant un match, on ne va pas se retrouver seul avec sa performance et ses doutes, à côté il y a des gens qui vont venir voir l’athlète, le rattraper, le récupérer parce qu’ils savent, eux, que si le joueur n’est pas apte, l’équipe ne le sera pas non plus. Mais c’est quand même plus facile, en tant qu’entraîneur de sport collectif.

26Sur l’aspect technique, les enchaînements, les combinaisons sont les mêmes, les systèmes défensifs sont quasiment identiques, donc cela se joue vraiment sur cet aspect mental afin de mettre tout le monde dans le même train pour aller sur le même objectif.

Jean DURRY

27J’ai été surpris par la vigoureuse entrée en matière de Laurent Puigségur lorsqu’au départ il a posé, sans précaution oratoire superflue, qu’il n’y a pas de fondements du sport en général, mais des fondements propres à chaque sport. C’est amusant parce que cela nous ramène en 1894, au moment où Coubertin invente les Jeux olympiques modernes, c’est-à-dire une réunion internationale et surtout une réunion omnisports où tous les sports de l’époque vont être présents, alors que jusque-là les sports s’ignoraient ou se méprisaient. Je pense donc que l’affirmation résolue que chaque sport a ses valeurs, ses fondements, n’empêche sans doute pas qu’il y ait des fondements du sport.

28D’autre part, quand il a évoqué les valeurs, la première valeur qui lui soit venue à l’esprit, c’est la « valeur de combat ». Il faudrait y réfléchir ensemble.

29C’est à Jean-Yves Cochand que je m’adresse. Hier, nous avons vu et écouté avec attention Romain Barras, un sportif comme on les rêve. On avait été surpris de le voir participer au Décathlon de Talence en fin de saison, sous le prétexte d’obtenir peut-être les points nécessaires pour se qualifier pour Londres 2012 ; en fait il y a peut-être aggravé une amorce de blessure. Je voudrais savoir, dans vos relations entraîneur-entraîné, quelle a été la part de l’un et de l’autre dans la décision d’aller à Talence, décision qui, peut-être, a posteriori, s’avérera génératrice de suites fâcheuses – ce qu’évidemment nous ne souhaitons en aucun cas.

Jean-Yves COCHAND

30Aux environs de mi-mai, j’étais à deux doigts d’arrêter la saison, pour me focaliser sur la saison olympique l’an prochain ; cela m’a traversé l’esprit plusieurs fois. Romain adore ce qu’il fait et, bien sûr, quand il a pris la décision d’aller aux Championnats du monde, j’étais à la fois heureux et réticent, et je le suis toujours pour la même raison en ce qui concerne le Meeting de Talence. Mais il faut savoir que le Meeting de Talence est la vitrine du décathlon mondial et français ; Romain est l’emblème du décathlon français. L’an dernier, il a tout réussi et, bien sûr, il a eu envie de se montrer et de gagner un peu d’argent, ce qui est normal. Sa décision, il l’a prise aussi parce qu’il n’a pas réalisé les minimas pour les Jeux olympiques, or sa condition physique, même à ce moment-là, lui permettait de le faire.

Richard DESCOUX

31L’entraîneur d’athlétisme ou l’entraîneur de sport individuel est continuellement confronté à des choix. Laurent Puigségur peut choisir le gardien ou l’avant-centre éventuellement, mais il a un match toutes les semaines. Nous, en athlétisme, non. Il faut choisir, il faut bâtir sa saison et plus on monte vers le haut niveau, plus on est sur la corde raide, parce qu’il y a le côté technique, mais comme je le disais tout à l’heure, il y a ce que l’on appelle « la règle des 3 M » : « Médiatisation – Mondialisation – Mercantilisme ».

32Les Médias : je me souviens qu’à une époque, dans La Dépêche du Midi, il y avait les résultats des championnats d’académie. Vous essaierez de voir s’ils y sont toujours aujourd’hui ; il n’y a même plus les championnats de France, de temps en temps, presque plus les championnats d’Europe, et un jour il n’y aura plus les Championnats du monde, il n’y aura plus tous les quatre ans que les Jeux olympiques. J’exagère bien sûr, mais ce sont les médias, notamment en France, qui décident de beaucoup de choses.

33La Mondialisation : on ne se réfère même plus au record de France, mais tout de suite au record du monde. Tout devient mondial, si vous n’allez pas vers une valeur mondiale, surtout quand on n’est pas trop loin, on se dit que l’on passe à côté de quelque chose, l’entraîneur aussi.

34Le Mercantilisme : le côté équipementier, les lunettes, etc. C’est de la publicité, du commerce, sauf que cela compte. J’ai vécu un peu avec Patricia Girard jusqu’aux Jeux d’Atlanta, et les championnats du monde ensuite de Bercy. C’était le début. J’avais la main sur elle et, au bout d’un moment, cela a été Adidas, etc. Lorsqu’il a fallu partir aux Jeux olympiques de Sydney, cela m’a valu d’être confronté à des choix. On m’a dit que toute l’équipe de France devait aller à Vittel parce que tous les sponsors étaient là-bas. Tous les entraîneurs sont venus me voir pour me dire que ce n’était pas possible à deux jours de partir pour Sydney. Or c’était obligatoire, et il a fallu emmener l’équipe de France à Vittel !

35Il faut composer avec ces « 3 M », même si vous êtes le meilleur entraîneur du monde, et quand bien même vous auriez fait la meilleure programmation du monde. Il advient qu’on doive satisfaire à certaines exigences... À Talence, dont nous venons de parler, c’est presque le même cas de figure, parce que Talence représente effectivement pour le décathlon une vitrine mondiale.

Jean-Michel MARTIN

36J’ai été étonné tout à l’heure quand Monsieur Descoux a souligné : « On n’a pas assez de professionnels. » Mais avec quel argent va-t-on les payer ?

Intervention

37L’un n’entraîne pas l’autre. Pour moi, être professionnel et aller dans la professionnalisation, ce n’est pas la même chose.

38La professionnalisation, c’est arriver à être le plus efficient possible dans la pratique, et ce n’est pas pour cela que l’on va gagner de l’argent ou chercher à en vivre. C’est faire preuve de professionnalisme. Par opposition à amateurisme, où souvent la bonne volonté, la volonté de bien faire ne sont pas forcément synonymes de compétence et d’efficacité.

39Être un professionnel, c’est être un salarié qui va s’occuper de remplir une fonction, etc.

Richard DESCOUX

40Je pense qu’à l’heure actuelle, les pratiquants, de quelque niveau que ce soit, demandent de plus en plus à ce que l’on soit professionnel envers eux, ils demandent de la qualité. Le misérabilisme sur les stades, les gens en ont assez. Ils préfèrent aller dans une salle de sport et payer, cher d’ailleurs, mais ils auront de la qualité. Si l’on ne va pas vers la qualité dans l’encadrement dans les clubs, les gens n’y viendront pas et ils auront raison. Et pour avoir cette qualité, il faut de l’argent. Or de l’argent, il y en a.

41L’autre côté, le vrai côté professionnel, m’a éveillé à un moment donné dans ma carrière d’entraîneur. Quand une athlète gagnait, à l’époque, entre 50 000 et 60 000 francs par mois et que je touchais 1 250 francs environ, je me suis posé des questions, je me suis dit que j’étais un instrument. On m’a dit que j’étais payé pour cela. Au bout d’un moment, je me suis dit que je n’arrivais plus à avoir les moyens financiers de suivre cette personne, avec les moyens qu’elle pouvait avoir à côté. Je me suis donc dit qu’il fallait que j’arrête. Je me suis arrêté, mais pour d’autres raisons. C’était un vrai dilemme pour moi et j’étais, à un moment donné, à deux doigts d’aller discuter avec l’athlète pour lui dire qu’elle devait me payer un différentiel, sinon je ne pouvais plus suivre. Je me suis donc dit qu’il fallait devenir professionnel dans notre attitude, et que c’était à cette condition-là qu’on nous reconnaîtrait. Je me suis rendu compte que lorsque je porte la cravate, on me parle autrement que quand je suis en survêtement. Il faut les deux, il faut professionnaliser le sport pour pouvoir aller jusqu’à donner de l’excellence aux gens que l’on va avoir devant nous, quitte à ce qu’ils payent plus cher. Et je crois qu’il ne faut pas avoir peur d’être des entraîneurs aussi bien payés, ou presque, que les gens qui sont autour de vous. On baigne dans une culture, en France, où l’on a honte d’être bien payé.

Jean-Michel MARTIN

42Cela nous rapproche directement de la formation parce que, dans les UFR STAPS, si on dit aux étudiants qui arrivent une phrase comme : « pendant 30 ans, j’ai entraîné de nombreux sportifs et je n’ai jamais touché un centime », ils vous rient au nez pour commencer, puis vous indiquent qu’ils sont à l’UFR STAPS et qu’ils veulent d’abord gagner de l’argent. La qualité, l’excellence, etc., ça passe après. C’est sous cet angle que cela pose problème.

Jean-Yves COCHAND

43Il y a des différences énormes d’un sport à l’autre, les différences dont parlait Laurent tout à l’heure. Nous sommes vraiment les parents pauvres du sport français. Romain a dû vous le dire hier, heureusement qu’il a assuré son avenir socioprofessionnel, comme la plupart des décathloniens d’ailleurs. Ce n’est pas le décathlon qui va les faire vivre et ce n’est pas le décathlon qui fait vivre les entraîneurs. Les seuls professionnels que l’on a chez nous, ce sont les cadres techniques. Il y a trois ou quatre cas en France, pas plus, d’entraîneurs qui vivent de l’athlétisme autrement qu’en étant cadres techniques.

Thierry BUFFALON

44Dans ce que vous venez de dire, rien ne remplace une formation dans la transmission de tout ce que vous pouvez donner à vos athlètes, équipes, etc. Cela ne peut être considéré que si vous êtes professionnels et reconnus d’un certain niveau. Est-ce comme cela que vous voyez les choses ? Est-ce cela l’évolution ? On ne peut plus être cadre technique « pour la gloire » sinon on n’est pas considéré par le milieu. Ce matin, on a parlé des agents. L’agent technique ou l’agent financier ?

Richard DESCOUX

45Les cadres techniques souffrent d’un complexe de non-reconnaissance et le seul moyen d’être reconnu est de « sortir » un athlète ou d’entraîner une équipe, quel que soit le sport. Il n’y en a pas beaucoup à qui vous allez confier du développement et qui va rester dans l’ombre car cette dimension n’appelle pas les médias.

46Le cadre technique à l’heure actuelle a beaucoup plus intérêt à aller vers une équipe ou aller entraîner des gens pour être reconnu, avoir un nom, être présent dans les médias, etc., que de rester dans l’ombre d’un métier qui peut être, personnellement, enrichissant mais qui ne va pas forcément le mettre en valeur.

47Et sur une carrière qui s’allonge sur 41 ou 42 ans, rester dans le même système, même dans le privé, ce n’est pas très bon. Plus vous restez dans le même système, plus on vous dit que vous n’avez pas su évoluer, donc que vous n’êtes forcément pas très bon. C’est important.

48On ne va pas parler que des cadres techniques, mais les entraîneurs ont intérêt à sortir avec un bagage le plus important possible, et je crois qu’il faut que les UFR STAPS et les CREPS soient les plus efficients possibles. Que ce soit des gens de terrain ou des théoriciens, il faut que ce soit de très bons spécialistes. Je pense que quand on est bon, on se fait payer plus cher.

Jean-Paul BREFEIL

49Le problème que tu viens d’évoquer, Richard, je l’ai connu il y a une dizaine d’années, à peu près. Un entraîneur engagé dans une compétition internationale a vu cette année-là le maire de sa commune intervenir sur le problème du statut de l’entraîneur, dont le rôle est essentiel en athlétisme, en décathlon ou en sport collectif. Or cette situation financière est déséquilibrée. Il y a dix ans on en parlait déjà. Un entraîneur aux États-Unis gagne plus que correctement sa vie. Pourquoi ne fait-on pas le constat que ce problème perdure ? Et à qui il appartiendrait de le régler ? Parce que l’on ne peut pas répondre que tout le monde s’en fiche.

Jean-Yves COCHAND

50Je n’ai pas de réponse, mais je connais un peu le fonctionnement qui existe aux États-Unis. Jamais une université en France n’est venue chercher un athlète pour le faire signer dans son université. La mentalité est donc complètement différente. Certains de mes décathloniens sont démarchés tous les ans pour aller s’entraîner aux États-Unis. C’est la première différence. Un de ces athlètes, qui était à Montpellier avec moi, est parti vivre aux États-Unis. Quand il a fait sa première séance d’entraînement là-bas, il a demandé à l’entraîneur s’il pouvait revenir. L’entraîneur lui a répondu oui et lui a dit combien cela coûtait. Il n’y a pas un entraîneur en France, du moins en athlétisme, qui se fait payer pour et par ses athlètes, c’est ce que voulait dire Richard. En revanche, les agents, eux, se payent 18 ou 19 % de l’ensemble de ce qu’ils gagnent.

Richard DESCOUX

51L’athlète va payer son podologue, son kinésithérapeute, son sophrologue, etc., mais il ne lui viendra jamais à l’idée de payer son entraîneur. Pourquoi ? Parce que la France, depuis de Gaulle, a décidé qu’on allait mettre à disposition des sportifs français des fonctionnaires, des cadres techniques. C’est une chose magnifique mais c’était aussi un grand mal.

52Si on veut aller nager dans une piscine, on nous réclame de l’argent, de même que pour entrer sur un court de tennis, un terrain de golf. En revanche, en athlétisme, c’est « portes ouvertes », tout le monde entre, tout le monde sort, on peut courir dans la rue.

53Il y a des professeurs de judo, des professeurs de tennis, mais je n’ai jamais vu de professeurs de perche, de professeur de haies, et pourtant… Il y a aussi cette connotation que nous avons, qui est très dévalorisante, qui fait que l’on n’est pas reconnu sur les capacités que l’on possède. C’est un autre facteur qui fait que l’athlétisme doit être peu cher, si ce n’est gratuit, les installations doivent être merveilleuses et vous devez avoir à votre disposition un entraîneur. Quand on réunit ces trois éléments, on va vers le misérabilisme, on ne peut pas s’en sortir. Mais quand on évoque l’idée qu’il faut changer tout cela, que la cotisation va coûter plus cher, que vous allez devoir payer votre entraîneur, les gens s’offusquent. Un tel principe est quasi impensable. Tous les athlètes étrangers que j’ai rencontrés ont tout de suite voulu savoir combien je demandais et ils étaient stupéfaits quand je leur disais que c’était gratuit.

54Je suis allé à Francfort à un colloque sur les clubs où nous avons dit que la cotisation annuelle à Montpellier était de 140 euros par an. Divisez-le par le nombre d’heures, cela doit faire environ 10 centimes d’euros par heure.

55En Islande, les clubs payent eux-mêmes la location de leur stade, et leurs entraîneurs. Cela ne représente pas 140 euros, mais 800 euros par an. Ce n’est pas dans notre culture, alors que dans la culture anglo-saxonne, tout service se paye. Le fait d’aller chercher sur le terrain, tous les jours, un bénévole qui est là à votre service devrait se payer. Tout le monde n’est pas de mon avis, mais ce n’est pas grave.

Jean-Yves COCHAND

56Un petit phénomène se développe en athlétisme actuellement, qui évolue depuis trois ou quatre ans. C’est le « coach athlé santé ». On arrive à une situation délirante qui fait que les coachs athlé santé, qui travaillent depuis deux ans, sont rémunérés relativement bien, alors que l’entraîneur qui est dans le club depuis trente ans, qui a sorti des athlètes, ne touche rien.

Richard DESCOUX

57Parce que la personne qui vient faire de l’athlé santé est prête à payer pour le faire, alors que les parents qui envoient leur enfant pour apprendre à sauter à la perche ne sont pas prêts à payer le service.

Thierry BUFFALON

58Je disais à Laurent que lorsque des parents inscrivent un enfant dans une section du club universitaire, on leur dit que cela coûte 180 euros à l’année. Les mêmes parents, du moins certains d’entre eux, viennent ensuite au MUC Vacances inscrire leur enfant pour faire du rafting pendant dix jours. Cela coûte 800 euros mais ne leur cause aucun problème.

59J’ai envie de vous poser une question Messieurs : qu’est-ce qu’un bon entraîneur aujourd’hui ? Est-ce celui qui donne le plus, qui reçoit le plus ?

Laurent PUIGSÉGUR

60Si on reprend les 3 M de Richard, le bon entraîneur est celui qui gagne. Pour l’instant, nous sommes des intervenants qui travaillons avec des équipes, des sportifs de haut niveau. Je crois qu’il y a une grande différence aussi entre le haut niveau et l’entraînement des jeunes ou l’entraînement des séniors qui n’ont pas la prétention d’aller en haut niveau.

61Je voudrais ajouter quelque chose par rapport aux cadres techniques. Je ne suis pas un historien, mais j’ai l’impression que les modes de recrutement pour les cadres techniques ont changé. Il y a vingt-cinq ans, la grande majorité des gens qui partaient vers l’entraînement ou devenaient cadres techniques étaient la plupart du temps des professeurs de gym. Maintenant, ce sont des jeunes qui ont 25 ans, qui passent par un diplôme spécifique et qui ne veulent pas être profs de gym. Ils veulent être entraîneurs. La population a donc changé. Autant la population des sportifs a changé, autant il en va de même pour la population des entraîneurs. C’est quelque chose à prendre en compte, notamment par rapport aux valeurs. Est-ce que les entraîneurs, maintenant, ont cette notion des valeurs des fondements du sport ? Est-ce que les valeurs qui ont fait venir les gens dans le sport il y a 25 ans, en tant que cadres techniques ou entraîneurs, sont identiques ou correspondent aux mêmes aspirations que maintenant ? Je ne pense pas car l’argent entre en jeu aujourd’hui. Les gens viennent pour gagner de l’argent. Après, ils vivent tout de même leur passion. Je me suis toujours régalé dans ce que j’ai fait et mon moteur, incontestablement, c’est la passion. On a envie de faire progresser notre sport et, dans une moindre mesure, c’est individuellement l’estime de soi et de montrer à tout le monde que l’on vaut quelque chose. Dans cette société, il faut travailler pour être reconnu.

Jean DURRY

62Je voudrais revenir sur la remarque, très intéressante, qu’a faite Richard Descoux au sujet des cadres techniques. Nous sommes en 2011, alors ensemble remontons les siècles, comme disait naguère Jean Carmet en entrant en scène avec son tambour dans le spectacle des « Branquignols ». Il y a un homme dont le nom est peu souvent évoqué, et que je considère comme un des inventeurs des structures françaises du sport de compétition, c’est Marceau Crespin. Délégué à la préparation olympique, il va devenir Directeur des sports des années 1960 jusqu’au milieu des années 1970. C’est lui qui a inventé les cadres techniques, à un moment où le sport français de compétition n’avait pas encore de vraies structures. Quand il crée les cadres techniques à ce moment-là, les Directeurs techniques nationaux, les conseillers techniques régionaux, c’était une novation absolument capitale et qui nous a fait progresser.

63Mais ce qui s’est passé ensuite, c’est que ces cadres techniques sont des fonctionnaires, et si certains d’entre eux, la plupart, ont gardé ce qu’est la vocation des entraîneurs, des cadres techniques, d’autres se sont révélés médiocres. À ce moment-là, on s’est aperçu que l’on ne pouvait plus s’en débarrasser. C’est ainsi que, petit à petit, s’est posé le problème d’une cristallisation de cadres techniques, dont certains ne faisaient pas l’affaire. Ma remarque était simplement que nous sommes en 2011, mais qu’il faut se resituer par rapport à l’histoire du sport français.

Thierry BUFFALON

64Dans le prolongement de ce que vient de rappeler Jean Durry, peut-être faut-il poser la question suivante : est-ce que les cadres techniques doivent toujours être des fonctionnaires ? Je peux vous dire que tous les pays du monde envient notre système de cadres techniques et ne comprennent pas qu’avec ce système-là, on ne soit pas encore meilleurs. Qui est le patron des cadres techniques ?

Jean-Yves COCHAND

65Je partage le jugement émis sur certains de mes collègues. En revanche, je mets entièrement la faute, au départ, au manque de directives des fédérations, des directions régionales, et au manque de contrôles. On peut faire son métier de cadre technique pendant trente ans en se cachant derrière de beaux documents que personne ne lit à la fin de la saison, que le directeur régional met dans un tiroir. Pour moi, la faute est aux fédérations et aux directions régionales qui n’ont pas assez donné de directives précises. Que fait le cadre technique ? Il ne doit pas uniquement entraîner et former.

Richard DESCOUX

66Je pense que le corps des cadres techniques fonctionnaires n’est plus adapté. La raison en est, à l’heure actuelle, qu’on ne peut pas faire fonctionner le sport tel qu’il est devenu avec des fonctionnaires.

67Le patron est celui qui paye, et celui qui paye c’est l’État. Le premier patron d’un cadre technique fonctionnaire, c’est donc l’État, et pas le président de la fédération. C’est le ministre des Sports, via le Directeur régional. Ensuite, il y a le président de ligue. Vous savez que le cadre technique peut se cacher où il veut. Il va voir son directeur régional quand ça ne va pas avec son président de ligue, et vice-versa. Et puis s’il y a un gros club pas loin de chez lui, il peut aussi se cacher dans ce club, etc. C’est la réalité. Je l’ai vécue depuis une trentaine d’années. Là-dessus, il y a de l’argent qui arrive. Il y a des sports avec des entraîneurs très bien payés, beaucoup mieux payés que les fonctionnaires. Il y a aussi des cadres techniques qui ont deux métiers ; ils sont payés en tant que fonctionnaires et ils exercent un deuxième métier.

68Donc, le jour où on dit que le patron du cadre technique est le président de la fédération, via le président de la ligue, cela va plaire, mais il ne peut pas être fonctionnaire. Le jour où l’on dit que c’est le ministre des Sports et que le président de la fédération n’a pas son mot à dire, on est encore dans un flou artistique, surtout pour le pauvre cadre technique. Et les jeunes qui arrivent le vivent encore plus mal parce qu’ils se demandent qui les gouverne.

69Il y a quand même des directions régionales en France où le directeur régional dit qu’il est de sa compétence d’orienter, au même titre que le président de la ligue.

Thierry BUFFALON

70Ce qui est sûr, c’est que l’on est ici en plein dans le thème puisque l’on cherche l’évolution « fidélité, infidélités ». Des solutions valables hier, peut-être indispensables, ne le sont plus aujourd’hui, ou devraient être remises à plat. Je reviens à ma question : « Qu’est-ce qu’un bon entraîneur aujourd’hui ? » Seul Laurent a répondu.

Jean-Yves COCHAND

71Si on lit L’Équipe, le bon entraîneur est celui qui a son nom dans L’Équipe le plus souvent possible. Je ne me suis jamais considéré comme cela, je me suis considéré davantage comme un éducateur, plutôt que comme un entraîneur. Pour moi, un bon entraîneur est celui qui a des résultats, et les résultats ce n’est pas que le haut niveau, c’est aussi le côté humain, le côté formateur d’athlètes.

Richard DESCOUX

72Je rejoins ce que dit Jean-Yves, bien sûr, et je rajouterai qu’un bon entraîneur est un entraîneur qui dure dans le temps. Il y a beaucoup d’entraîneurs « éclair ». Le bon entraîneur est celui que l’on ne quitte pas, on est bien avec lui, on reste avec lui, on a confiance en lui, quel que soit le niveau. Cela peut être du confort. Le bon entraîneur est celui qui a des athlètes qui restent longtemps avec lui, peut-être toute une carrière parfois, et qui vit sa passion à travers ses relations humaines, quel que soit le niveau effectivement des résultats.

Thierry BUFFALON

73Je prends l’exemple du football. Je suis toujours surpris de voir un entraîneur de football, le cas actuel est l’international Didier Deschamps. Personne ne dénigre sa valeur, ni ses résultats antérieurs en matière de football. Mais là, actuellement, il est sur la sellette parce qu’il n’a pas gagné un seul match et la question se pose : « Doit-on le virer ou pas ? » Le PDG dit qu’il est là pour longtemps... Ce qui me surprend, c’est que l’on vire un entraîneur en disant qu’il est mauvais, or cet entraîneur repart dans une autre équipe et là il est bon. Comment expliquez-vous cela ?

Laurent PUIGSÉGUR

74Déjà, il faut remettre tout à sa place. Didier Deschamps est très bien installé à Marseille. Il a fait gagner des titres à l’équipe de Marseille, des titres qu’elle n’avait pas eus depuis vingt ans. Je peux vous dire que les supporters à Marseille sont heureux d’avoir Deschamps et que pour eux, il n’est pas sur la sellette.

75Alors, peut-être que pour les dirigeants, il y a des interactions financières ou autres, qui font qu’il faut faire passer des rumeurs et que le club doit sortir la tête de l’eau et être davantage vu que ne le permet Deschamps. On voit bien la communication exagérée du club. Dès que quelque chose est dit, c’est diffusé sur toute la planète. Cela a ses limites dans l’information et dans la vérité de l’information. Qui a dit que Deschamps était sur la sellette ? Ce ne sont pas des techniciens, des cadres ou des entraîneurs, mais des journalistes qui extrapolaient.

76Il faut savoir le prendre en compte quand on est sportif de haut niveau et entraîneur. De même, il faut savoir que quand on dit quelque chose, cela va être transformé. Il faut faire très attention à sa communication.

Jean DURRY

77Un entraîneur qui a eu quinze défaites par an, ce n’est déjà pas mal. Mais il y a eu un exemple contraire : l’équipe de Sedan, qui régnait sur la deuxième division en 1955, ce qui inspira à Antoine Blondin un pastiche extraordinaire du Vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway. Le pastiche était le suivant : c’était Sedan qui, après des mois d’invincibilité, ramenait une défaite, mais une belle défaite, magnifique, 5 à 0. Alors, le vieil entraîneur était content d’avoir enfin une défaite à ramener dans ses filets parce qu’il allait pouvoir un peu respirer. Mais au fur et à mesure, dans le train qui rentrait vers Sedan, il entendait par les radios que les médias transformaient cette défaite, trouvant toutes les excuses possibles, en une magnifique histoire morale. Quand ils arrivèrent à Sedan, c’est comme s’ils avaient gagné ! Un Antoine Blondin éblouissant de talent…

Thierry BUFFALON

78Tout à l’heure, Richard disait qu’un bon entraîneur est celui qui dure. Et puis, à l’instant, il disait que l’on doit pouvoir se renouveler. À propos de Dechamps, cela fait longtemps qu’il est là, cela use et peut-être qu’il lui faut se remettre en question. Est-ce que la stabilité n’est pas aussi un critère de qualité ?

Richard DESCOUX

79Ce que je voulais dire, c’est que je pense que le vestiaire use, au bout d’un moment. On a des exemples en rugby et en handball. On se rend compte à l’heure actuelle que des méthodes trouvent leur fin avec le même collectif. À un moment donné, le club a intérêt à changer d’entraîneur. Pour moi, changer d’entraîneur trop souvent est très mauvais, mais changer d’entraîneur régulièrement, c’est aussi relancer une équipe avec un nouvel homme, une nouvelle approche, une nouvelle méthode.

Jean-Yves COCHAND

80Il faut regarder les résultats dans le temps. Le bon entraîneur est celui qui a de bons résultats régulièrement, avec des hauts et des bas, en fonction des recrutements, etc.

Thierry BUFFALON

81On peut avoir l’impression, sur les deux modèles que vous représentez aujourd’hui, le sport collectif et le sport individuel, que le binôme, le couple constitué par l’athlète et l’entraîneur ne peut que se terminer par une rupture, un divorce presque, pour employer ces termes-là, encore plus dans l’affectif.

82En ce qui concerne le rythme des entraîneurs, il y a des contre-exemples, on parlait de Patrice Canayer à l’instant, en aparté, mais on voit des gens entraîner pendant un ou deux ans, se faire éjecter, puis rebondir ailleurs et être meilleurs. Comment peut-on expliquer cela ? Est-ce que ce sont les médias, le temps qui passe très vite, la fugacité des choses ?

Laurent PUIGSÉGUR

83Il y a des interactions humaines, je le répète, qui sont vraiment importantes. Moi, je ne me suis pas fait renvoyer par mes joueurs, mais par les dirigeants. Il n’y a pas de recette miracle. Didier Deschamps a entraîné trois clubs et a gagné avec ces trois clubs. Qu’on l’apprécie ou pas, il m’intrigue et m’intéresse. C’est quelqu’un qui a des résultats avec des équipes totalement différentes. Il arrive aussi à faire jouer des stars capricieuses, ce qui n’est pas évident. Il arrive à se faire respecter là où il est. Peut-être qu’un entraîneur a aussi besoin d’être écouté, d’être respecté, et qu’au bout d’un certain temps, tout cela s’amenuise. Mais comme tu le notais à l’instant à propos de Patrice Canayer, on a l’exemple inverse. Quand Richard dit qu’il faut de la nouveauté, il y a deux options : soit on change d’entraîneur et on garde l’équipe, soit on garde l’entraîneur et on change la moitié de l’équipe.

84Si on prend un entraîneur qui n’a pas de budget au départ, il est obligé de travailler sur la formation et sur les jeunes, et ce qu’on lui demande, ce n’est pas de gagner mais faire de l’argent, prendre un jeune de 17 ans à 1 million et le revendre 5 ans après pour 30 millions.

Thierry BUFFALON

85Est-ce que l’on pourrait appeler cela un gestionnaire de patrimoine humain ?

Jean-Yves COCHAND

86Je dirai que le bon entraîneur est celui qui a privilégié une bonne relation avec ses athlètes parce que personne n’a rien à lui reprocher sur le plan humain, alors que l’entraîneur qui a cherché les résultats par tous les moyens au détriment de la personnalité des athlètes, a eu plus de problèmes avec ses athlètes. Donc, d’un côté, il y a l’entraîneur qui a eu des résultats, qui peut se regarder dans la glace et discuter avec tous ses athlètes ; et de l’autre côté il y a un manager manipulateur, et ce n’est pas la définition que je me fais d’un bon entraîneur.

Richard DESCOUX

87Qui connaissait Pierrot Carraz, celui qui a détecté Christophe Lemaitre, il y a deux ans ? Pourtant, cela fait trente ans qu’il entraîne à Aix-les-Bains, c’est un des meilleurs entraîneurs de sprint. Personne ne l’avait mis sur le devant de la scène. Il a 74 ans et il a sorti Lemaître. Pierrot Carraz a passé sa vie au bord d’un terrain, c’est certainement un extraordinaire entraîneur, mais on ne retiendra de lui que Lemaitre.

Jean-Michel MARTIN

88Il faut changer la politique actuelle de haut niveau, parce que tout à l’heure, on l’a bien dit, avant c’était des profs de gym, et maintenant ce sont des spécialistes, éducateurs ou pas. Toutefois, je m’interroge. Le standard de formation, que peut-il être aujourd’hui ? Correspond-il aux pratiques actuelles des athlètes de haut niveau ?

Laurent PUIGSÉGUR

89Je parle sous le contrôle de Joël Delplanque pour dire ce qui se fait au niveau du handball. Au niveau du handball mondial, nous avons, je pense, quasiment eu la meilleure formation au niveau des entraîneurs. On a mis en place il y a une quinzaine d’années, par rapport à cette désaffection, à ce désintéressement, des formations qui sont des formations de référence au niveau européen. Une des pistes à explorer, c’est donc d’abord la formation des entraîneurs. Ensuite, l’autre question spécifique est la suivante : est-ce qu’on est en 2011 ? Je dis non, parce que l’on ne peut jamais y être vraiment. On a toujours un train de retard sur les avancées technologiques, sur tout ce qui arrive en termes de sciences ; on se retrouve « à la rue ». Il y a quinze ou vingt ans, on faisait du travail de préparation physique et on se rend compte maintenant que c’était « bidon ». J’ai fait, il y a vingt ans, des préparations physiques où l’on courait 30 kilomètres, et on s’est aperçu au bout de dix ans que cela ne servait à rien, que notre sport était plutôt un sport de résistance, donc qu’il fallait plutôt travailler sur les facteurs physiques, et c’est la musculation qui a fait avancer tout cela. Le but du jeu est de rattraper ce retard le plus vite possible, cela se fait en colloque où les entraîneurs de D1 et de D2 se réunissent deux fois par an pour discuter des avancées, de ce qui se passe au niveau mondial, etc. Je pense que l’on a un bon exemple au niveau du handball par rapport à cela, c’est-à-dire toujours essayer de s’accrocher au plus près du renouvellement des savoirs et des savoir-faire. C’est comme pour le dopage ; on est au top niveau, à ceci près que des médecins ne sont pas encore formés.

Jean-Yves COCHAND

90J’évoquais tout à l’heure les structures en disant qu’elles avaient beaucoup évolué en vingt ans, et dans la structure il y a le staff, l’équipe.

91Il y a vingt ans, quand je m’entraînais, j’étais tout seul, j’étais masseur, je transportais les athlètes, je préparais le matériel. Maintenant, autour de moi, j’ai un préparateur physique, un préparateur mental, une équipe de kinésithérapeutes. Je pense que c’est cela qui a le plus évolué et que c’est dans cette évolution-là qu’il y a encore le plus à chercher. Encore faut-il avoir l’état d’esprit pour accepter de se remettre en question, ce qui n’est pas toujours le cas.

Thierry BUFFALON

92Dans une école de commerce et de management, les enseignants disent que sur dix élèves qui rentrent, il y en a trois qui sont nés pour être managers, trois qui vont apprendre les techniques pour pouvoir être un manager correct, et les autres ne seront jamais de bons managers.

93Richard, tu disais tout à l’heure que l’on naît manager. Pensez-vous tous les trois qu’il y en a qui sont faits pour diriger, et d’autres non ?

Richard DESCOUX

94Ce sont deux choses différentes à mon avis. Je pense que diriger cela peut s’apprendre, manager cela s’apprend aussi, mais on a la fibre ou pas. Cela rejoint ce que je voulais vous dire aussi, standardiser c’est appauvrir, parce que standardiser veut dire que tout le monde est dans le même moule, on entraîne comme cela, on court comme cela, etc., et quelque part il n’y a plus cette part de disponibilité, ce petit éclair de génie. Il faut laisser une part d’invention et de liberté aux gens.

95Il y a des gens qui sont managers, même dans la vie courante, vous avez envie de les suivre. Mais ce n’est pas forcément des patrons ou des directeurs. Je crois que le bon entraîneur ou le bon manager, c’est celui que l’athlète a envie de suivre, tout simplement. Si un entraîneur se pose en patron ou en directeur, c’est la pire des choses à mon avis.

Laurent PUIGSÉGUR

96Dans le mot « entraîneur », il y a « entraîner » et notre travail c’est d’entraîner les athlètes, avec de la joie, de la bonne humeur, etc., c’est important.

97Est-on entraîneur ? Je ne pense pas que l’on soit entraîneur, en revanche je pense que pour être un bon entraîneur, il faut avoir de l’aura et du charisme, notamment en sport collectif. En sport individuel, on doit gérer une personne, donc la relation peut être bonne. En sport collectif, j’avais vingt joueurs à l’entraînement, et si on n’a pas un peu de charisme, un peu d’aura et que les joueurs ne nous respectent pas, on ne peut pas les faire progresser.

98Pour moi, la plupart des entraîneurs qui avancent et qui marchent, ce sont des gens qui sont capables de parler à peu près correctement devant une foule, des gens qui, lorsqu’ils arrivent quelque part, ne passent pas inaperçus. Je pense que c’est quelque chose que l’on a ou que l’on n’a pas.

99Ensuite, il y a des entraîneurs, que je connais, qui sont des besogneux, qui se sont battus et qui, pendant vingt ans, ont suivi des formations, ont travaillé durement, et sont devenus de bons entraîneurs. Ils n’avaient peut-être pas les capacités ou les qualités au départ, mais c’était leur passion, ils avaient envie de faire cela et y sont arrivés à force de travail et d’abnégation.

Danièle NICAISE,
Union nationale des clubs universitaires

100Jean-Michel, tout à l’heure, a posé une question sur la politique de haut niveau, car il voulait évoquer devant vous la notion éducative, parce que cela a été souvent dit, on a parlé de la technicité, mais pas d’éducation. Je m’adresse à Jean-Yves Cochand, que mettez-vous derrière ce mot « éducation » ? Comment dirigez-vous vos athlètes de façon à ce que le mot éducation ait un vrai sens ?

Jean-Yves COCHAND

101Je n’ai pas que de la technique à leur transmettre. Ce qui m’importe, c’est qu’ils se regardent dans la glace tous les matins et qu’ils soient contents d’eux, qu’ils assurent leur avenir avant d’assurer leurs meilleures performances, c’est tout. L’éducation, pour moi, c’est tout cela, qu’ils soient des hommes avant d’être des athlètes. Je leur dis toujours que je ne peux donner que ce que je reçois. Richard disait tout à l’heure que les relations pouvaient être difficiles. Oui elles sont difficiles. Moi, je suis un entraîneur affectif, mais il y a des entraîneurs qui sont plutôt militaires. Ce que j’appelle l’éducation, c’est cela, c’est que vingt ans après on puisse encore se téléphoner, discuter, etc.

102Dans le recrutement que l’on a sur le pôle à Montpellier, on ne prend personne si le candidat n’a pas un double projet, scolaire et sportif.

Richard DESCOUX

103Il faut savoir une chose, c’est que des gens n’iront peut-être jamais s’entraîner avec Jean-Yves parce que sa personnalité et son affect ne leur conviennent pas. Ils iront plutôt peut-être avec Lucas en natation qui, à mon avis, a un autre type de charisme que Jean-Yves. Ensuite, il faut respecter tout le monde.

104À un moment donné, on nous avait demandé des définitions : éducateur, animateur, entraîneur, etc. Il faut arrêter de jouer sur les mots, un entraîneur est un éducateur, un bon manager doit aussi être éducateur, on fait de l’éducation continuellement, un animateur à bas niveau est un éducateur. Il y a des éducateurs purs qui ne seront peut-être jamais entraîneurs, c’est autre chose, sinon le reste est de la sémantique.

Laurent PUIGSÉGUR

105Il faut distinguer le sport de haut niveau et le sport de masse. J’ai travaillé pendant un an à la Ligue Languedoc-Roussillon de handball, où j’étais entraîneur du Pôle Espoir féminin à Nîmes, avec des jeunes filles de 14 à 16 ans. J’étais un éducateur pur et simple.

106Je reviens aussi sur le double projet. J’ai eu la chance de faire la rentrée et de faire les choix pour les joueuses qui me semblaient être assez fortes pour venir au pôle. Donc, je suis allé voir la proviseure du lycée Daudet de Nîmes et je peux vous dire qu’à Daudet, au niveau éducatif, on est encore sur le double projet. Une élève qui avait 13,5 de moyenne n’a pas été prise parce qu’elle bavardait en classe. Donc, aujourd’hui encore, dans certains endroits, les gens sont conscients que cela ne va pas arriver comme cela et que le double projet est vraiment primordial.

107Ensuite, quand on est avec le haut niveau et des professionnels, on n’est plus éducateur dans le sens littéral du terme. Mais on est un guide de vie, encore. Comme Jean-Yves, j’avais beaucoup d’affect avec les joueurs, et là, l’éducation se fait davantage par une méthode filiale, père-fils, moins dans la pratique et plus dans la vie normale. Normalement, quand on récupère une équipe professionnelle, on ne doit plus être un éducateur, mais un manager et un entraîneur. On ne peut pas non plus toujours se mettre à la place des parents et à celle des gens qui doivent gérer ce genre de choses. On a eu ce problème à l’école pendant un moment, où l’on pensait que les professeurs et les instituteurs prenaient la place des parents.

108Les entraîneurs de jeunes ne parlent quasiment jamais avec les jeunes, mais avec les parents. Quand on voit un parent qui est tout le temps sur son fils, il faut discuter avec lui et savoir pourquoi. Il ne faut pas être vindicatif, mais plus ça va, plus on se rend compte qu’il y a au niveau des parents des carrières ratées, que l’on essaye de récupérer avec ses propres enfants.

Thierry BUFFALON

109Toujours au niveau des valeurs éducatives, d’après vous, le sport peut-il amener des valeurs éducatives à des jeunes qui n’auraient pas eu la chance d’avoir cela chez eux ? Qu’en pensez-vous ?

Jean-Yves COCHAND

110Je pense qu’il n’y a pas de hiérarchie là-dedans, il y a les deux aspects. Romain est issu d’une famille où son père est professeur de gymnastique. L’éducation était déjà faite un peu avant et il a la chance de faire le plus beau des sports du monde, où les valeurs sont évidentes. Romain est champion d’Europe et il n’a pas gagné une seule épreuve au championnat d’Europe, ce qui marque la spécificité de l’épreuve. Le meilleur au 100 mètres peut être le dernier au 1 500 mètres, donc forcément il y a plus de respect qu’ailleurs, il y a plus de respect de l’entraîneur.

Laurent PUIGSÉGUR

111Ce qui est intéressant et ce qui peut être dangereux, c’est que j’ai l’impression que le sport est un des derniers bastions où l’on a des règles, où tout est régi par des règles, et c’est intéressant pour des jeunes issus de familles qui ont des problèmes, qui n’ont pas réussi à éduquer correctement leur enfant. Je m’explique. Le sport peut être un vecteur très important, notamment dans les cadres et dans la règle. Pourtant, le sport, c’est aussi se libérer, mais on se rend compte que si l’on veut faire un sport collectif par exemple, il faut absolument se plier aux règles, sinon cela ne fonctionne pas. Dans un sport dit individuel également, sans doute. Dans la société en général, il n’y a plus beaucoup d’endroits comme cela et c’est peut-être pour cela aussi que les parents inscrivent de plus en plus leurs enfants en sport et dans les associations sportives. Parce que cela leur permet d’éduquer un peu leurs enfants, d’apporter à ceux-ci un plus dans l’éducation.

Gérard CROS,
Président de la Ligue de baseball Languedoc-Roussillon

112J’ai beaucoup apprécié cette discussion sur « qu’est-ce qu’un entraîneur et un éducateur ? », parce que j’ai la chance, pour ma part, d’avoir quelqu’un d’exceptionnel au sein du club. Je me suis demandé aussi quelle est la qualité du dirigeant qui est capable de sélectionner et de garder un entraîneur. J’ai un entraîneur qui travaille tout le temps, qui est marié à son sport. Il parle trois langues, il est capable à la fois d’entraîner des équipes jeunes et l’équipe élite de très haut niveau. En tous les cas, au niveau éducatif, c’est quelque chose qu’il sait faire passer. On a un certain nombre de principes, on entraîne nos jeunes dans un sport collectif où l’on a besoin de respecter les arbitres et les adversaires, c’est aussi quelque chose que l’on essaye de faire passer parce que les jeunes ne vont pas gagner beaucoup d’argent. Ils font cela par passion. C’est là où l’on retrouve notre rôle éducatif.

Laurent PUIGSÉGUR

113Surveillez votre entraîneur. Quand on est passionné, on ne se rend pas compte de ce que l’on fait et souvent on va plus loin que ce que l’on aurait dû. Je me suis retrouvé diabétique il y a deux ans et suis absolument persuadé qu’il y a un lien de cause à effet. Le métier d’entraîneur est, à mon avis, un métier à haut risque en terme physique.

114Une anecdote : le jour où j’ai arrêté à Nîmes, le 18 juin, je me suis retrouvé à la maison et j’ai fait une chose que je n’avais pas faite depuis deux ans, ne penser à rien. Je vous assure que c’est très agréable. Quand j’étais avec mes joueurs, je pensais toujours à eux, même le soir chez moi, j’étais toujours dans ma pratique, je me régalais mais je m’en suis rendu malade.

Thierry BUFFALON

115En conclusion, je pense que pour le moins on peut constater qu’il y a une évolution, qu’elle n’est pas terminée, et qu’il y a des différences entre les appréhensions que l’on peut avoir de l’entraîneur, du manager, de l’éducateur. Je remercie Gérard d’être intervenu à l’instant parce que, finalement, dans toutes les composantes que l’on a explorées, analysées, discutées depuis jeudi, celle de dirigeant n’a pas été évoqué. Il est bénévole aussi, il doit être de plus en plus professionnel dans son engagement, il n’est pas rémunéré. On retrouverait dans cette problématique certains des traits dont nous avons parlé pour l’entraîneur. Peut-être est-ce le thème d’une future table ronde ou séquence pour une prochaine USE, et pourquoi pas de l’USE 2012.

116Je remercie Laurent Puigségur, Jean-Yves Cochand et Richard Descoux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search