Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Le terrain socio-politique et sa défense de la culture sportive »

Jean-Louis Michel

Texte intégral

1L’impératif politique est-il orienté aujourd’hui vers la valorisation de la culture sportive ? Une culture accessible à tous ? Ou simplement à quelques-uns ? Du sport-spectacle ou une façon de cultiver sa santé ? S’agissant du sport, que reste-t-il de l’idée longtemps consensuelle de « service public » ? Céder ou concéder des terrains aux agents économiques ne risque-t-il pas d’accentuer les différenciations sociales observables ?

Présentation par Jean-Louis MICHEL,
Administrateur de l’UNCU

2Je suppose qu’ici, à Montpellier, il est inutile de présenter le Docteur Christian Bénézis qui est très impliqué dans la vie publique, depuis de nombreuses années, et en particulier dans les domaines qui touchent au sport et à la santé, plus encore dans la valorisation des relations entre les activités physiques et sportives et la santé publique. Il est l’instigateur de multiples initiatives et réussites qui font référence. Sur le terrain socio-politique, c’est un ardent défenseur d’une culture sportive qui doit permettre à chaque personne, jeune, adulte ou senior, de s’épanouir. La santé est une dimension majeure de la culture sportive. Sans plus tarder, je lui cède la parole.

Les « fondamentaux » selon Hérault Sport : sport de masse, sport de haut niveau, sport jeunesse, sport solidarité, sport nature
En 1980, voilà 30 ans, le Département de l’Hérault se dotait d’un outil novateur à une échelle départementale. A l’instar des Offices Municipaux des Sports, l’Office Départemental des Sport de l’Hérault voyait le jour, porté sur les fonds baptismaux par le Conseil Général de l’Hérault qui envoyait aux bénévoles du mouvement sportif héraultais un encouragement sans équivoque. Il s’agissait alors de mettre en œuvre une politique sportive dynamique d’animation sur l’ensemble du territoire départemental.
Le Docteur Pierre Bouyeron, Claude Barral puis Francis Boutes conseillers généraux en furent tour à tour présidents. Depuis 1998, sous la Présidence du Docteur Christian Bénézis, Vice-Président du Conseil Général de l’Hérault - Délégué à la santé, prévention, jeunesse, au sport, loisirs et au bien vieillir - la Prévention Santé et la Cohésion Sociale, par la pratique sportive, sont au cœur des actions menées par les agents d’Hérault Sport. Ils sont aujourd’hui 110 permanents au service du mouvement sportif héraultais.
Membre à part entière du Groupe Hérault, l’association qui a pris pour nom Hérault Sport en 2006, conserve son statut d’office départemental des sports et demeure affiliée à la Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports. Hérault Sport travaille au coté des Services du Département, en étroit partenariat, sous forme de coproductions, avec les 79 Comités Départementaux représentant les Fédérations Sportives Nationales à l’échelon départemental, les communes, les associations, les clubs, les écoles, les collèges, les lycées, les facultés et les Services de l’ Etat.
Véritable Plate forme opérationnelle départementale d’animation, Hérault Sport s’appuie sur quatre secteurs d’intervention pédagogique : Vie Fédérale, Société Solidarité, Sport de Nature Développement Durable, Enfance et Education Sportive et sur un Centre de Ressources Logistiques important, mettant à disposition tout au long de l’année une grande variété de matériel, pour être au plus près des acteurs du sport.
http://www.heraultsport.fr/​Actualites/​Herault-Sport-fete-ses-trente-ans-1980-2010-Saison-30_175.html

Docteur Christian BÉNÉZIS,
Vice-Président du Conseil général de l’Hérault,
délégué à la santé, prévention, jeunesse, au sport, loisirs et au bien vieillir,
Président d’Hérault Sport

3Bonjour à tous,

4Tout d’abord je vous remercie de m’avoir invité à la 29e USE.

5Je me souviens des premières USE organisées par l’UNCU, il y a 25 ans !

6Je suis élu depuis 1983, j’ai été 18 ans adjoint au Maire à la Mairie de Montpellier et cela fait maintenant 18 ans que je suis Vice-Président du Conseil général, chargé de la Prévention, de la Santé, de la Jeunesse, des Sports, des Loisirs et du Bien Vieillir.

7J’essaierai donc de bâtir mon intervention en m’appuyant sur ces deux charges d’élu, à la Ville et au Département de l’Hérault.

8J’aurais souhaité que Claude Allègre soit présent et ma déception aujourd’hui est d’autant plus grande. En effet, j’aurais bien aimé discuter avec lui de certaines choses parce qu’à l’époque où il était ministre de l’Éducation nationale nous avions eu quelques passes d’armes, parce que le sport chez l’enfant, en particulier par le biais d’activités physiques et sportives, de l’éducation physique et sportive, a été laissé-pour-compte, même par les différents gouvernements de gauche. Depuis 50 ans, quand je vois la place qui est consacrée à l’éducation physique et sportive dans les écoles, je trouve que c’est une honte, dans un pays comme le nôtre, que l’on aille vers une régression plutôt que vers une amélioration.

9Mais il en va de même aussi pour le sport structuré, le sport civil. Et quand on voit aujourd’hui le peu de place laissé aux collectivités territoriales dans les grandes structures qui gèrent le sport en France, le CNOSF, l’ancien CNAPS, je me dis et j’espère que dans les mois qui viennent il y aura peut-être du changement et que l’on donnera aux collectivités territoriales la place qu’elles méritent. Parce qu’aujourd’hui, si elles n’étaient pas là, à côté du monde ô combien important des bénévoles, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de sport en France, Tout au moins le sport tel que nous le concevons. Aujourd’hui on assiste à un sport à deux ou trois vitesses, le sport spectacle, le sport business et le sport professionnel d’un côté, qui prend toutes les parts du gâteau avec des droits télévisés, beaucoup de subventions, des partenariats privés. Aujourd’hui c’est la vitrine ! Bien sûr, on a besoin de cette vitrine pour faire exister l’idée que le sport peut apporter quelque chose, mais on en oublie les fondamentaux. Quand j’étais adjoint aux Sports, je me suis battu pour que la ville devienne une ville sportive avec, bien sûr, le développement du sport dans les quartiers, mais aussi et surtout l’aide à des sports émergents. À l’époque, nous n’avions qu’un seul sport de haut niveau en première division, le volley-ball ; depuis, en une dizaine d’années, nous sommes passés d’une dizaine de sports jusqu’à, aujourd’hui, 25 sports en première division nationale.

10Mais cela a un coût. Est-ce que les collectivités territoriales, avec l’argent du contribuable, sont là pour payer ce sport professionnel qui devient de plus en plus coûteux ? C’est une question que je me pose depuis longtemps, et si j’ai abandonné mon poste d’adjoint, en 2000, à la Mairie et à l’Agglomération, c’est bien parce que je n’étais plus en accord avec cet état de fait. Pourtant j’ai toujours œuvré pour une politique de péréquation de subvention entre le sport de haut niveau et le sport pour tous.

11Au Conseil général, nous favorisons le sport pour tous, le sport éducatif, le sport santé et les sports de pleine nature plutôt que le sport professionnel. C’est vraiment très lisible et transparent au niveau des montants des subventions. Et il nous fallait aller vers le développement de l’aide au sport pour tous, au sport santé, au sport non affilié au CNOSF, et surtout mettre en valeur les bénévoles. On le voit dans nos comités départementaux. Avec Hérault Sport (notre office départemental des sports de l’Hérault), je réunis régulièrement les 80 comités départementaux : on retrouve de moins en moins de jeunes dirigeants, de moins en moins de bénévoles, et si on n’y prend pas garde, dans les années futures, nous assisterons à la disparition de bien des associations. C’est pour cela que j’espère, dans les mois à venir, l’élaboration par l’État d’une véritable charte du bénévolat pour le sport pour tous et le sport amateur qui mettra en avant le contenu de ce que l’on pourra apporter au bénévole pour qu’il ait envie de venir rejoindre les rangs du sport pour tous et du sport fédéral amateur, et qu’il soit aidé, accompagné de moyens techniques et de subventions. Aucun gouvernement n’a eu le courage de le faire. Il aurait fallu, à un moment donné, créer un statut du bénévole. Nous essayons, à l’échelle de notre petit département, d’apporter notre contribution, mais le fait est qu’aujourd’hui, on assiste vraiment à une dichotomie, il y a d’un côté le « sport des riches » et de l’autre côté le « sport des pauvres ».

12À partir de là, la troisième dimension du financement du sport est celle de l’apport personnel des familles pour payer les stages et autres matériels ou vêtements. La part de l’État y est ridicule. Aujourd’hui, les collectivités territoriales, c’est 9 milliards d’euros pour les communes, à peu près 1,5 à 2 milliards d’euros pour les départements, un peu moins d’un milliard d’euros pour les régions, c’est énorme. Quant au budget de l’État, si on enlevait le Fonds national d’aide au sport (FNDS), il resterait 300 millions d’euros, ce qui est ridicule. Quand on sait que sur ces 300 millions, 80 % vont au sport de haut niveau, vous comprenez qu’il ne reste plus beaucoup d’argent pour aider et accompagner les bénévoles de tout le réseau associatif français.

13Je voudrais donc lancer le débat à travers ce que j’appelle les vrais fondamentaux du sport. C’est d’abord l’éducation, ensuite la santé, la main dans la main avec le lien social, c’est indissociable. Je dis toujours que sans l’école, sans l’école de la République s’entend, beaucoup d’entre nous ne seraient pas là à discuter de la place du sport et de l’éducation physique à l’école. Nous faisions plus de sport et d’EPS que l’on en fait aujourd’hui dans nos écoles primaires et aux collèges. Il faut dénoncer haut et fort ce recul ; nous sommes quelques-uns à le faire, mais rarement entendus.

14Et quand je vois le peu de professeurs d’éducation physique qui sortent de nos UFR STAPS chaque année, avec le CAPES en poche, je me dis que l’on n’est pas près de voir se régler cette pénurie. Or c’est à l’école primaire que cela commence. Hier soir, je faisais une réunion d’organisation d’une mission européenne sur la prévention de l’obésité infantile par l’activité physique ; j’expliquais au groupe d’experts qui va m’accompagner en Catalogne que les problèmes d’obésité infantile ne doivent pas être identifiés à l’âge adulte mais dès l’école maternelle, et l’activité physique fait partie, en amont, des moyens de prévention.

15Nous avons lancé, en 1990, au Conseil général de l’Hérault, avec la direction de la Protection maternelle et infantile, une étude sur la prévalence de la surcharge pondérale et de l’obésité sur chez les enfants de 4-5 ans, en classe moyenne de maternelle.

16Actuellement, nous envisageons une étude en collège sur les classes de 6e et de 5e.

17Concernant les comportements alimentaires, nous sommes en Euro-Méditerranée occidentale, et donc l’accès aux légumes et aux fruits de saison devrait être plus facile que dans les pays nordiques. Qu’en est-il ?

18Concernant l’étude lancée par la Protection maternelle et infantile du Conseil général de l’Hérault et par l’Inspection académique, nous avons assisté à une courbe exponentielle en matière de surcharge pondérale et d’obésité, de 1988 à 2007. On est passé de 6 % de surcharge pondérale à 16 % en dix ans et on est passé de 2 % d’obésité chez les enfants de 4-5 ans à près de 5 % ! Cela veut dire que l’on a presque triplé la surcharge pondérale et l’obésité infantile en dix ans !

19Depuis 2007-2008, la courbe a commencé à s’infléchir, simplement en supprimant les collations du matin et de l’après-midi.

20Le Conseil général donne les moyens à son réseau de médecin et d’infirmière PMI, afin de poursuivre cet effort avec le corps de médecins et d’infirmières scolaires.

21Aujourd’hui, nous savons que le développement des activités physiques par l’EPS, par exemple, et la modification des comportements alimentaires dans les familles, sont deux paramètres essentiels dans la prévention de l’obésité infantile.

22Oui, nous devons donner cette dimension de prévention et de santé à l’éducation physique et sportive, et la défendre bec et ongles à l’école, si possible à l’école primaire, avant le collège.

23Ce sont des portes qui s’ouvrent chez les futurs professeurs d’éducation physique.

24Par ailleurs, il y a la nécessité d’une volonté politique, de faire accompagner cette démarche par le réseau éducatif. Avant de réussir à ouvrir la porte de cette sacro-sainte tour d’ivoire qu’est l’Éducation nationale, je peux vous dire que cela ne se fait pas sans « grincement de dents ». Quand on a la chance d’avoir sur place un inspecteur d’Académie qui est sportif lui-même et qui comprend ces problématiques-là, cela nous enlève une épine du pied et on peut poursuivre notre croisade pour une EPS de qualité à l’école primaire et au collège.

25C’est donc une des missions que l’on a mises en place, transversalement, avec le service de la Jeunesse, le service des Sports, le service de la Solidarité. Pourquoi ? Parce que nous nous sommes aperçus que c’est dans les quartiers les plus difficiles, où il y a le plus de chômage, où il y a le plus de minorités enclavées, que l’on retrouve le pourcentage le plus élevé de ces enfants en déshérence sur le plan physique et qui s’acheminent vers des problèmes sociaux mais aussi de santé. C’est donc là qu’il va falloir motiver, former, ouvrir les yeux des enseignants d’éducation physique pour leur dire qu’à côté de l’enseignement de l’éducation physique et sportive classique, il peut y avoir une place, ô combien noble, pour la prévention et la santé de ces enfants. Nous avons fait entrer 10 collèges dans notre dispositif de prévention.

26Mais l’absence d’enseignants, suffisants en EPS, à l’école primaire et même dans le secondaire, la difficulté des instituteurs pour développer, seuls, l’éducation physique et sportive nous ont conduits à développer, avec Hérault Sport, une « Mission Enfant et Éducation Physique ». Depuis 25 ans, Hérault Sport propose l’intervention de ces éducateurs sportifs dans les écoles, là où les enseignants nous ouvrent leurs portes – intervention dans le temps scolaire, mais aussi et surtout péri et en extra-scolaire.

27Mardi dernier, j’ai répondu à l’invitation de l’inspecteur d’Académie, pour la réunion de rentrée des principaux de collège et proviseurs de lycée.

28J’ai donc pu expliquer comment le département de l’Hérault s’impliquait par le biais d’Hérault Sport, dans le domaine des APS, EPS et de la Haute Qualité Alimentaire, pour les repas de midi, et le rôle dans les dispositifs de lutte contre l’obésité infantile. Ceci aussi va dans le sens d’une nouvelle dimension pour l’éducation physique, celle de la prévention et de la santé.

29Le deuxième paramètre, c’est le fait que l’on vit au bord de la Méditerranée, qu’il y a du soleil, des espaces, la possibilité d’utiliser les produits naturels de la région, et à partir de là on doit gagner la partie. C’est une des premières notes que je donne sur cette approche-là, et il y va, là aussi, de la culture parce que voir l’éducation physique par ce biais-là, au bord de la Méditerranée, c’est aussi mettre en avant ce que nos anciens, il y a 2 000 ou 2 500 ans, avaient déjà compris et avaient mis en place et en pratique.

30Le deuxième élément, je vous le disais, c’est le lien social. Quand je vois les diatribes qu’il y a eu autour de la « guerre des banlieues en 2005 », je me dis que là, encore une fois, on avait vu juste. Quand il y a trente ans, j’ai lancé l’opération « Place au sport dans les quartiers » sur la ville, et quand il y a vingt ans, nous avons initié des actions socio-sportives au Conseil général de l’Hérault, je ne pensais pas que l’on arriverait aux résultats que l’on a obtenus aujourd’hui. On a réussi à cibler, dans le département, 14 quartiers en difficulté ; il y en a 8 dans le tissu urbain, 6 dans le péri-urbain et le rural. À partir de là, on a essayé d’abord d’éveiller et de former le tissu associatif local par le biais des sports de rue devenus progressivement structurés, comme le football, le tennis ou autres. Ils se sont ouverts là aussi à d’autres missions que leur fédération leur donnait, on y a ajouté nos éducateurs sportifs et des travailleurs sociaux localement qui nous ont permis de construire des espaces sportifs, de mettre en place des stratégies, pour faire en sorte de maintenir le lien social et la paix sociale, par le « sport social ».

3114 quartiers difficiles ont été identifiés, ainsi que je viens de l’indiquer, et ce sont près de 2 000 à 2 500 jeunes, dans les rues, que nous avons essayé d’identifier et d’amener à activité physique dans ces quartiers difficiles.

32Cela fait vingt ans que nous avons mis en place cette politique sportive et volontariste, menée auprès des milieux défavorisés. Aujourd’hui, 15 % des jeunes rejoignent le tissu associatif (nous leur payons souvent leurs licences et leurs équipements) et nous permettons ainsi de diminuer les inégalités qui ne manquent pas d’exister dans ces quartiers en difficulté.

33Mais cela va plus loin et rejoint ce que je disais sur la santé. Aujourd’hui, suivant les quartiers où l’on vit, dans les familles engluées dans la précarité, suivant que les parents sont chômeurs où cadres supérieurs, la qualité de vie, l’accès à la santé, l’espérance de vie sont différents. Un audit a été mené sur les quartiers de ville et certains quartiers de Montpellier et les conclusions sont assez effarantes. Suivant que vous vivez dans les ghettos musulmans ou gitans, l’accès à la santé et à tous les soins est difficile, voire impossible. Il n’y a pas d’activité physique en dehors de l’école (et encore, souvent, ces enfants gitans sont déscolarisés). C’est sur ce constat alarmant que nous devons poursuivre les actions menées et nous donner les moyens pour gommer ces inégalités, subies de façon frontale par ces familles et ces enfants.

34Notre responsabilité d’acteur politique permet d’avoir une idée précise de la forme que doit prendre cette mission de santé et de citoyenneté, avec son maillage de proximité.

35Il faut que tout le tissu associatif s’associe à cette démarche-là. De la même façon qu’il y a 25 ou 30 ans, à Montpellier, j’avais demandé au club de football : « Que me donnez-vous en échange des subventions ? » Je leur avais clairement dit que, désormais, ce n’était plus une politique de guichet mais une politique de projet qu’il fallait déployer. Pour nous, le projet était libellé ainsi : « Venez avec vos staffs, avec vos entraîneurs, dans les quartiers difficiles, animer les mercredis sur nos aires de jeux, pour donner à ces jeunes, pour lesquels vous êtes des exemples, l’envie d’accéder à des formations, venez leur donner envie de s’en sortir. » Et là, l’État nous a aidés par le biais du CREPS, et même de l’UFR STAPS, et nous avons réussi tout doucement à tisser notre réseau. Cela, c’est aussi un des critères fondamentaux que le politique peut imposer pour réussir la partie.

36L’éducation à l’école, la santé à l’école et en dehors de l’école, le tissu social, le lien social sont autant de domaines qui se complètent. Je n’ignore pas que quelques voitures brûlent de temps en temps, mais il n’y en a pas beaucoup. L’enjeu majeur est ailleurs.

37Nous avons passé des partenariats avec des clubs phares de la ville, afin que des places de spectacles sportifs puissent être offertes aux plus démunis. En football par exemple, 50 000 places sont négociées chaque année. Le club donne 1 €, le Conseil général donne 1 € et le District, Comité départemental, donne également 1 €. Donc, pour 3 €, on a un billet. Au début, quand on a lancé l’opération, on s’est aperçu que, devant le stade, la plupart des billets donnés étaient revendus ! Aujourd’hui, ne peuvent aller voir les matchs que les jeunes qui sont encadrés (un éducateur pour cinq jeunes). Le Département fournit souvent le transport quand ils viennent de loin parce que nous souhaitons que toutes les écoles de football, de rugby, de handball du département puissent profiter de cette démarche-là. C’est au prix de cette démarche partenariale que nous maintenons la paix sociale et surtout que nous développons, avec le réseau associatif, le lien social. Aujourd’hui, ce sont près de 1 500 associations qui sont soutenues sur des projets dans lesquels on retrouve une composante d’éducation, de santé et surtout de lien social.

38Il faut des moyens pour cela. Ils sont de deux ordres.

39D’abord en équipements. Depuis quinze ans, nous construisons un gymnase de type C au pied de chaque collège du département. Sur 79 collèges, nous en sommes à 65 gymnases financés à 100 % par le Conseil général de l’Hérault. Ce sont donc, chaque année, 10 à 15 millions d’euros qui sont consacrés à la construction de ces équipements couverts (budget du pôle de l’Éducation).

40Autre volonté : dans tous les départements que vous visiterez, vous ne trouverez des piscines couvertes que dans le tissu urbain. Quid des autres enfants, ceux du rural, qui ne peuvent aller nager que deux mois par an, quand il fait beau, tandis que, le reste du temps, la piscine est fermée ?

41Nous avons donc mis en place un « plan piscines ». Tous les ans, le Conseil général cofinance une piscine couverte sur des bassins de population qui sont de 20 000 à 50 000 personnes. Aujourd’hui, on travaille main dans la main avec les communautés de communes, et on en est à la cinquième piscine construite. J’espère que d’ici 2025, il y aura 20 piscines de plus dans le tissu rural.

42Toujours cette volonté de péréquation et d’égalité entre rural et urbain.

43Outre les subventions, il y a un budget de 15 millions d’euros : 3 millions pour l’accompagnement du sport de haut niveau, professionnel ou amateur et 12 millions pour le reste du sport, sport amateur, fédérations confondues, affinitaires ou non, les non-licenciés. Enfin, il y a Hérault Sport avec son budget consolidé de 9 millions d’euros, outil de terrain, des comités, des bénévoles. Hérault Sport accompagne les clubs ou les communes qui n’ont pas les moyens de faire de l’événementiel ou de l’organisationnel.

44C’est la troisième dimension de la politique que nous menons à l’échelle du Département.

45Hérault Sport est né de la volonté politique du Département de développer cette philosophie, alors même que le sport n’est toujours pas une compétence obligatoire dans notre collectivité.

46C’est vrai qu’aujourd’hui, quand on voit l’évolution des choses, où l’État, avec ses caisses vides, étrangle de plus en plus les collectivités locales, on se dit qu’un jour ou l’autre, peut-être, on ne pourra pas continuer à faire ce type de politique-là. Si dans la loi sur la Révision générale des politiques publiques, le sport devient une compétence obligatoire, cela va peut-être changer les choses pour les départements, mais il ne pourra plus y avoir de cofinancement croisé entre Région et Département, Agglomération et Ville par exemple. Les uns s’occupant de subventions, les autres d’équipements, et chaque fois qu’il y aura des équipements, ils seront soit régionaux, soit départementaux, et il sera difficile de les cofinancer. Actuellement, le fait d’avoir la compétence générale nous permet la construction de gymnases auprès des collèges et de piscines.

47Pour nous, les choses sont simples. Dans une collectivité comme la nôtre, on doit prendre en compte des hommes sur des territoires. On ne saurait aider les hommes sans mettre en place une stratégie, sans les asseoir sur leur territoire. C’est pour cela que notre volonté politique est fondamentale, nous souhaitons l’équipement de l’ensemble des territoires.

48Sinon tous les départementaux ruraux seront en difficulté avec la nouvelle loi. Parce que si on privilégie les agglomérations, et c’est ce qui se passera dans cette nouvelle loi, qu’adviendra-t-il des 25 départements ruraux français ?

49Nous avons la chance d’avoir un département mixte où 55-60 % de la population s’est installée dans les villes. Il y a eu un exode rural comme dans les autres départements de France, mais nous avons essayé de maintenir des pôles d’activités et d’actions sur le secteur rural et aujourd’hui, grâce à Hérault Sport, tous les matins une trentaine d’éducateurs sportifs partent dans les petits villages ou dans les gros centres de l’arrière-pays. Nous avons la chance d’avoir un département béni des dieux, avec cent kilomètres de frange littorale. On vient de finir de mettre en place le plan des activités nautiques par le biais de la CDESI (Commission départementale des Espaces, Sites et Itinéraires). Dans l’arrière-pays, avec ses rivières, ses lacs et ses forêts, nous avons construit 1 400 kilomètres de pistes de VTT et de sentiers de grande randonnée. Aujourd’hui, le plan départemental des Espaces, Sites et Itinéraires relatifs aux sports de pleine nature est la seule compétence obligatoire des départements en matière de sport.

50C’est cela aussi la culture du sport et, en même temps, le respect du territoire, du terroir.

51Ensuite, nous continuons à aider les sports traditionnels, la course libre, le tambourin, les joutes. La course libre pratiquée entre Petite Camargue et Camargue est une tradition.

52La culture est de tradition. Nous sommes l’un des seuls départements, avec celui du Nord, avec l’Italie et un peu le Mexique, à pratiquer la balle au tambourin et on continue à vouloir qu’elle soit présente sur nos places de village parce que, encore une fois, c’est la culture de la tradition. Et enfin, il y a les fameuses joutes, que tout le monde connaît, sur les canaux à Sète ou à Frontignan. C’est aussi cela, le rapport des hommes à leur territoire.

53Le levain des activités sportives est le symbole de la culture et des traditions locales.

54Le Département consacre près de 30 millions d’euros pour les équipements et les subventions, et il a surtout une volonté politique et une logique d’accompagnement – et c’est cela la quadrature du cercle – entre les plus jeunes (c’est-à-dire l’école, le collège) et les plus âgés (les seniors). Aujourd’hui, nous vivons à l’heure de la longévité et le Département soutient l’opération « Bien vieillir ».

55En 2011, 30 % de la population du département a plus de 65 ans, c’est-à-dire 7 points de plus que la moyenne nationale. Cela vient du fait aussi qu’il y a une transhumance des pays du Nord vers les pays du Sud. Nous recevons chaque année, avec le Président Vezinhet, les nouveaux Héraultais. Cette année, ce sont près de 15 000 personnes qui se sont installées dans notre département et 35 % d’entre eux ont plus de 60 ans. Ce sont des retraités qui viennent chercher le soleil et l’alimentation méditerranéenne.

56C’est pour cela que nous avons lancé, il y a dix ans, l’opération « Bien vieillir dans l’Hérault » avec des pays de l’Euro-Méditerranée occidentale, à l’échelle internationale. Toutes ces populations de nos pays européens et des pays du Maghreb, qui travaillent dans le même sens, par le biais encore une fois de l’activité physique et de la modification des comportements alimentaires.

57Voila, c’est notre façon à nous, dans l’Hérault, de conjuguer sport, culture, éducation, santé et cohésion sociale.

58Volonté politique, s’il en est, de notre exécutif, autour du Président André Vezinhet.

59Je vous remercie pour votre attention.

Débat

Jean-Louis MICHEL

60Merci Christian Bénézis. Vous vous sentez investi d’une mission de service public qui n’est pas dans la loi puisque vous n’avez pas de délégation spéciale au niveau des collectivités locales dans le cadre du sport.

61J’ai retenu de vos observations que vous mettiez l’accent sur la santé, l’éducation, l’écologie dans la mesure où vous nous avez parlé des tracés pour le VTT au travers des forêts du Haut-Languedoc. Je vais formuler une première question pour lancer le débat. Dans ce cadre-là, est-ce que vous pouvez déléguer cette mission de service public du sport dans le cadre des délégations de service public qui existent par la loi et qui permettent notamment aux associations d’intervenir et de faire vivre cette culture sportive que l’on voudrait maintenir dans le cadre de ces principes et de ces fondements, puisque c’est le thème de notre USE ?

Christian BÉNÉZIS

62Vous parliez d’écologie et c’est peut-être là que j’ai le plus de problèmes. Non seulement on sait qu’avec les écologistes ce n’est jamais facile, mais il y a aussi des normes européennes implacables. Les préfets ont pour mission de faire appliquer la circulaire du 30 juillet 2010 relative à gestion contractuelle des sites Natura 2000. Si c’est mis en place, Natura 2000 anéantira la moitié du réseau associatif rural sur les activités de pleine nature. Dimanche dernier, je participais à la traversée du Larzac en VTT, on était presque un millier. Si Natura 2000 était vraiment opérationnel, les autorités publiques nous auraient obligés, puisqu’il y avait plus de 500 participants, à faire un audit en amont. Qui va faire l’audit ? Combien ça va coûter ? Qui va payer ? C’est pour cela que j’ai dit au préfet que nous ne voulions pas, au Conseil général, entrer dans ce dispositif, en revanche nous aiderons les groupements d’associations de sport de pleine nature à rester avec nous dans le cadre du PDESI (plan départemental des espaces, sites et itinéraires). Il y a une obligation par la loi, nous l’avons mise en place en 2008 et plus de 800 sites sont proposés à l’agrément du PDESI. Mais si cette nouvelle directive de Natura 2000 est mise en place, un bon nombre de manifestations qui dépassent 500 participants seront en difficulté, parce qu’en amont, elles nécessiteront des autorisations qui ne seront pas données systématiquement, un audit sera demandé avec un coût et cela risque de faire des dégâts : un véritable « trou dans la couche d’ozone » au niveau du tissu associatif héraultais pour les activités de pleine nature et touchant surtout le territoire rural !

63Pour en revenir à votre question, oui, service public bien sûr, toutes ces déclinaisons que j’ai faites de la politique départementale en matière de jeunesse, de sport, de loisirs sont une délégation de service public, et le réseau associatif est présent avec Hérault Sport.

64Hérault Sport, justement, est l’interface entre la volonté politique des élus et le travail des projets, amenés par le tissu associatif. D’ailleurs, Hérault Sport est une structure associative qui est gérée par un Conseil d’administration de 26 membres avec une majorité de membres élus bénévoles du monde sportif. Dans le bureau exécutif, il y a 12 membres dont 7 élus du monde sportif et 5 conseillers généraux. En 1998, lors de mon élection, j’ai souhaité modifier les statuts afin que, d’une part, le conseil d’administration d’Hérault Sport qui comporte 26 membres soit en majorité géré par les sportifs (14 élus avec seulement 12 représentants parmi les conseillers généraux) et, d’autre part, que la présidence puisse être assurée par un élu du monde sportif.

65Le réseau associatif est unanime, les responsables du MUC présents ici pourront en attester, avec la logistique et les moyens en hommes et en matériel qu’Hérault Sport met à la disposition du monde sportif héraultais, nous sommes présents sur le terrain du lundi au dimanche soir, toute l’année. Nous couvrons plus de 2 000 manifestations sportives, accompagnons 3 500 associations. C’est un élément fort de la volonté politique du département.

Jean-Louis MICHEL

66Si j’ai bien compris, votre mission de service public rentre dans le cadre de protection de la santé, de l’éducation, d’un maintien écologique pour les sports de plein air, et également le rôle social qui nous paraît essentiel.

67Vous avez quand même octroyé une aide conséquente au sport de spectacle. Est-ce que, pour vous, l’image d’efficacité de votre Conseil général, c’est la réussite du sport de spectacle ou la réussite au niveau social et de tout ce que j’ai énuméré ?

Christian BÉNÉZIS

68Sur les 15 millions d’euros d’équipement en gymnase des collèges et les 15 millions d’euros de subvention pour le sport Héraultais, seuls 2,5 millions d’euros sont consacrés au sport de haut niveau. En ce qui me concerne, je souhaite que dans les années qui viennent, le sport de haut niveau soit financé par l’agglomération de Montpellier et la ville de Montpellier, car le sport de haut niveau est une vitrine pour la ville et l’agglomération, laissant le Conseil général financer le sport amateur, le sport pour tous, le sport santé, en accompagnant des dizaines de milliers de bénévoles et d’adhérents sur tout le territoire et dans sa déclinaison rurale. Le Conseil général et Hérault Sport sont là pour assurer l’équilibre entre le sport fédéré, le sport santé, le sport social.

69Il en va de même pour les manifestations. Nous consacrons 15 % du budget aux manifestations locales ou départementales. Nous ne souhaitons pas subventionner les grandes manifestations internationales. Deux exemples, pour démontrer notre philosophie :

  • Actuellement, se déroulent à Montpellier les championnats du monde de GRS. Nous avons refusé de donner le moindre centime à l’organisation d’une telle manifestation parce que ce n’est pas à nous, Conseil général de l’Hérault et contribuables, de financer la Fédération internationale de gymnastique rythmique.
  • Autre exemple, j’ai reçu dernièrement le président de la Fédération française de basket-ball, qui souhaite organiser à Montpellier les championnats d’Europe féminins en 2014 et masculins en 2016.

70Il leur faut plusieurs millions d’euros. Ils souhaitent demander une grosse participation aux collectivités territoriales ; j’ai répondu négativement au président de la FFBB et lui ai demandé de chercher surtout des sponsors privés.

71Le public héraultais viendra et paiera sa place, mais nous achèterons des places, comme nous l’avons fait pour les jeunes de la GRS, afin que les plus défavorisés puissent assister à ces manifestations.

72Je préfère donner 20 000 euros au club de GRS local plutôt que 400 000 euros, comme demandé lors de l’organisation des championnats d’Europe de basket-ball. Cela s’appelle de la cohérence en matière de politique sportive. Nous sommes là pour accompagner le sport dans toutes ses dimensions, hors grandes manifestations internationales et hors sport professionnel.

Jean-Louis MICHEL

73Votre communication au niveau du Conseil général se fait essentiellement sur le sport pour tous, pour le développement de la population héraultaise, dans son ensemble. Mais n’avez-vous pas rencontré des problèmes au niveau de la différence entre l’agglomération et le monde rural ? Je sais que vous avez accompagné des actions dans le cadre du monde rural. Cette culture sportive qui existait au travers des clubs de football ou de rugby, réussissez-vous à la maintenir grâce à votre activité, grâce à votre soutien ?

Christian BÉNÉZIS

74Oui, l’ASBH rugby (Association sportive Béziers Hérault) n’existerait plus si nous n’avions pas poursuivi le vote de subventions pour ce club héraultais le plus huppé du monde du rugby local, alors que depuis plusieurs années ils étaient descendus en fédérale 1. Cette année, ils remontent en pro D2 et nous continuerons à maintenir cette aide à hauteur de 450 000 euros de subvention par le biais de l’aide à l’association et au centre de formation. En effet, sur les 2,4 millions d’euros consacrés au sport de haut niveau, surtout professionnel, ce sont les clubs qui font l’effort de la formation et qui bénéficient de cette aide et de cet accompagnement. Les sommes sont en effet consacrées aux écoles de rugby, aux jeunes en formation et aux espoirs.

75Il y a des conventions signées pour que les grands clubs puissent accompagner, avec leurs équipes technique et médicale, les clubs les moins huppés.

76Aujourd’hui, par exemple, Montpellier Rugby réussit sa mutation professionnelle et possède un grand centre de formation. Trois des internationaux de l’équipe de Montpellier sortent de ce centre de formation et des écoles de rugby des petits clubs avoisinants.

77Aujourd’hui, Montpellier Rugby est partenaire avec près de vingt écoles de rugby de clubs de la périphérie de Montpellier, ce qui lui donne sa richesse et ce qui nous permet de justifier aussi les subventions que nous leur votons.

78Le deuxième volet de la participation financière au sport de haut niveau, je le répète, c’est l’achat de places. Je souhaite que les jeunes des quartiers défavorisés puissent aller aux grands spectacles sportifs avec l’aide du Département. C’est aussi une volonté politique de notre exécutif.

79Lundi dernier, je présentais à la session du Conseil général la nouvelle politique jeunesse.

80Le fait d’avoir cette délégation transversale comme je l’ai aujourd’hui, c’est 15 ans de travail et de cogitation, cela me permet d’aller chercher 1 ou 2 millions d’euros de plus (étalés sur trois budgets) dans le cadre de la politique jeunesse.

81Une des prochaines missions du Conseil général sera de payer les licences UNSS à tous les élèves de 6e qui rentreront dans les 80 collèges. Mais de la même façon que nous le faisons pour les enfants de 11 à 15 ans, nous le ferons aussi pour ceux qui sont sortis du dispositif scolaire, en essayant de les accompagner jusqu’à la professionnalisation et en les aidant à obtenir le permis de conduire avec un coût d’apprentissage de la conduite qui sera le dixième de ce que cela coûte quand c’est l’individu ou la famille qui doit le payer. Ce sont ces missions-là qui nous permettront de sortir de ces ghettos et de la « tanguisation » de notre jeunesse actuelle. Aujourd’hui, quand on examine les données démographiques sur le département, on s’aperçoit que 190 000 jeunes ont moins de 25 ans.

82Nous devons accompagner ces jeunes sur certaines actions, par le biais du réseau obligatoire de l’école, mais ensuite sur une professionnalisation, un accès au logement par exemple. Pour le logement, nous avons mis en place une opération que nous avons appelée Concorda-Logis qui permet à de nombreuses personnes de plus de 65 ans de pouvoir héberger, sous leur toit, un étudiant en difficulté pour obtenir une chambre. Je crois beaucoup à l’intergénérationnel. Nous avons ainsi demandé à ces seniors d’accepter de prendre ces étudiants sous leur toit, nous payons la quote-part de loyer qu’ils vont leur réclamer mais nous demandons en contrepartie aux étudiants d’accompagner les personnes âgées pour faire les courses au moins une fois par semaine, de manger avec elles une ou deux fois par semaine et de les faire « bouger » deux ou trois fois par semaine au moins vingt minutes. On a lancé cette opération il y a trois ans et 250 à 300 étudiants sont déjà dans ce circuit. Je trouve que ce n’est pas suffisant et j’ai convoqué la directrice de l’association – parce que je le fais aussi sous forme associative, celle-ci étant la plus souple pour moi –, pour qu’ils se donnent d’autres moyens. Leur siège social est au Centre régional des œuvres universitaires (CROUS), ils travaillent donc de plain-pied avec le service des œuvres universitaires. Là aussi, c’est l’opportunité de faire la quadrature du cercle. Si je favorise les étudiants de l’UFR STAPS, c’est parce qu’ils sont porteurs de valeurs par le biais des activités physiques adaptées qui permettent justement aux aînés de mieux vieillir, de vieillir en meilleure santé, d’aller vers un mieux-être et vers le rester jeune.

83Voilà les grandes lignes de ces politiques qui s’intéressent à toutes les classes d’âge, depuis la politique de la jeunesse jusqu’aux personnes âgées guettées par le risque de la dépendance. C’est par le biais de l’activité physique et des différents réseaux que nous avons développés par volonté politique départementale que nous sommes en train de faire reculer le seuil de la dépendance.

84Cela fait quinze ans que nous avons mis en place certaines actions, et trois étudiants à l’UFR STAPS travaillent aujourd’hui sur la restitution de ces quinze années. Je n’ai pas encore les résultats mais je suis sûr que l’on va obtenir un gain de recul de la dépendance des personnes âgées, de l’ordre de cinq à six ans, ce qui est énorme.

85Voilà comment, en partant de l’activité physique, on peut aller vers des notions de service public qui dépassent largement les fonctions initiales de l’éducation physique ou de l’activité physique.

Jean-Louis MICHEL

86Vous avez évoqué Hérault Sport. Est-ce que Profession Sport est totalement différent ? Est-ce toujours sous l’égide du Conseil général de l’Hérault ?

Christian BÉNÉZIS

87Hérault Sport est un outil qui a été créé par le Conseil général pour gérer la Maison départementale des Sports elle-même créée en 1980, à l’initiative du Comité régional olympique et sportif, de la Direction régionale de la Jeunesse et des Sports et pour la création d’un Centre médico-sportif.

88On s’est vite aperçu que le monde sportif ne serait pas capable de gérer cette Maison départementale des Sports. On a donc décidé de créer un office qui allait la gérer par le biais de subventions du Département (la subvention initiale, lors de la création de l’Office départemental des sports de l’Hérault, était de 50 000 francs).

89Aujourd’hui, le budget consolidé d’Hérault Sport, qui a remplacé l’Office départemental des sports de l’Hérault, est de 9 500 000 euros.

90Hérault Sport c’est aujourd’hui 120 éducateurs et administrateurs à plein temps et 250 vacataires de l’UFR STAPS à temps partiel, une véritable armée en ordre de marche. La moitié du personnel à plein temps est détachée de l’administration du Conseil général de l’Hérault.

91Hérault Sport assume quatre missions déléguées par le Conseil général de l’Hérault :

92– Première mission : la mission sur l’école. On s’est dit qu’il fallait absolument pénétrer l’école primaire et l’école maternelle ; on va donc envoyer des éducateurs sportifs dans les écoles qui le souhaiteront pour accompagner les professeurs des écoles dans le développement et l’éveil moteur des enfants. C’est une direction qui fonctionne bien.

93– Deuxième mission : l’aide au sport fédéral. Ce sont toutes les aides logistiques, aussi bien en matériel qu’en hommes, que nous apportons au tissu associatif et aux bénévoles pour les accompagner dans la mise en place de leur stratégie. La semaine dernière, j’ai reçu un club de coureurs de fond qui souhaite faire le trail du lac du Salagou, une de nos merveilles environnementales du département. Ils ont besoin d’une cinquantaine de bénévoles et ne les ont pas, ils ont besoin de logistique, d’un car-podium et d’autres moyens. Nous allons mettre tout cela à leur disposition, et le 8 octobre 2012 on lancera le premier trail autour du Salagou. Je veux que ce soit le tissu associatif qui le porte ; nous, nous leur apportons l’aide et logistique.

94– Troisième mission : les activités de pleine nature. Je vous ai dit tout à l’heure la chance que nous avions d’être dans un département comme le nôtre, avec ses 90 km de frange littorale au bord de la Méditerranée et son arrière-pays fait de lacs, de forêts et de rivières.

95Nous avons aujourd’hui mis en place une commission départementale des espaces des sites et des itinéraires qui nous permet de développer l’excellence sur l’ensemble des sites, itinéraires et espaces.

96– Quatrième mission : le pôle social. Elle consiste en la mobilisation et l’envoi d’éducateurs sportifs, qui peuvent avoir été formés sur le terrain, et qui sont accompagnés de travailleurs sociaux et de psychologues quand c’est nécessaire, ce qui représente 50 à 60 personnes. Cela nous permet de couvrir aujourd’hui le territoire dans les quartiers les plus défavorisés, quartiers que l’on a réussi à cibler au nombre de 14. Grâce à Hérault Sport, on peut être au courant sans arrêt des difficultés qui peuvent naître ici ou là, surtout dans l’urbain (8 quartiers), mais aussi dans le péri-urbain et dans le rural (6 quartiers des bourgs centres). La force de ces équipes est de répondre à tout cela.

97Aujourd’hui, on a individualisé les cas, c’est-à-dire qu’à côté des éducateurs sportifs, il y a des psychologues, des travailleurs sociaux qui viennent là, non pas pour ficher les jeunes en difficulté, mais pour connaître leurs réels problèmes, savoir s’ils ont accès à la santé, s’ils sont scolarisés, comment on peut les accompagner et les aider, pas seulement en leur donnant un ballon et en leur disant de taper dedans. C’est cela toute cette mission extraordinaire que porte Hérault Sport par le biais de cette direction socio-sportive et de santé.

98Dans l’intitulé du sujet que vous m’avez proposé, c’était surtout de cela que je voulais parler. C’est sûrement une des missions les plus nobles et extraordinaires que j’ai eu à mener dans ma vie. C’est quelque chose de porteur, on n’en attend pas un retour ni des remerciements, mais on constate simplement le maintien de la paix sociale, l’établissement de liens sociaux entre les différentes communautés, alors qu’à l’époque certains de leurs membres passaient leur temps à se battre. Aujourd’hui, ils sont capables de se rencontrer sur des terrains de football ou des gymnases, de monter des équipes mixtes, de respecter les règles du jeu, de respecter les arbitres. Les femmes sont capables d’enlever leur tchador ou leur voile et de faire de la gymnastique avec les autres femmes, et ne sont pas rejetées par ces dernières. Si on ne veut pas continuer à perpétuer les ghettos, si on veut vraiment humaniser nos villes et notre département, si on veut apporter égalité à l’ensemble de la population, il faut que tous les habitants du département puissent avoir accès à tous les équipements et surtout tous les territoires.

99Et le fait d’avoir un outil associatif comme Hérault Sport permet de répondre à la demande pratiquement au jour le jour. Dans notre stratégie, nous mettons en avant la notion de « stade naturel ». Pour moi, tout le département, sur tous ses territoires, doit être un stade naturel, c’est-à-dire que tout le monde doit pouvoir y avoir accès, les handicapés, les valides, les Maghrébins, les Gitans et autres, les enfants de 5 ans comme les personnes de 90 ans. Il faut absolument que tous les équipements puissent être ouverts et utilisés par tous.

100Auparavant, les principaux de collèges gardaient la clé du gymnase après 17 heures. Je leur ai dit que le gymnase avait été construit entre la cour du collège et le quartier parce que je souhaitais que les associations locales du quartier puissent y avoir accès le soir. À tel point qu’aujourd’hui on a inversé le problème, c’est-à-dire que j’ai enlevé la responsabilité de gestion de l’équipement aux collèges et que je l’ai donnée aux municipalités et aux communes. C’est encore le Département qui paye les heures d’éducation physique d’un équipement qui a été construit à 100 % par le Département, qui est dans l’équipement départemental qu’est le collège, mais c’est la commune qui le fait fonctionner. En effet, le Département paye chaque année, par équipement, les 2 000 heures d’éducation physique du collège qui sont consacrées à nos enfants par le biais de l’enseignement, de la classe de 6e à la 3e. Cela aussi ne me satisfait pas tout à fait parce que je souhaite qu’il y ait une vraie démocratie participative pour la répartition des créneaux. L’équipement est à tout le monde, et sur tout le territoire autour, il faut que le tissu associatif puisse y avoir accès. Ce sont des nuances qui nous permettent de rester transparents, de rester logiques et cohérents dans notre approche. En 15 ans, le département de l’Hérault a construit et financé à 100 % 55 gymnases à proximité ou dans l’enceinte des collèges (sur 79 collèges, 65 ont un gymnase couvert à ce jour). De plus, le département de l’Hérault cofinance la construction d’équipements aquatiques couverts (piscine) surtout dans le secteur intercommunal, rural.

Jean-Louis MICHEL

101On s’interrogeait sur les infidélités aux fondements du sport. Quand je vous écoute, les fondements du sport dans l’Hérault, c’est le rôle social d’abord, cultiver sa santé, l’éducation, les activités de pleine nature. Tout cela nous éloigne du spectacle du sport, sauf que vous offrez des places pour les activités sportives de haut niveau, encore que, quand on voit un match de football Montpellier-Marseille, où on s’écharpe, où on se tire le maillot, où on s’injurie, c’est justement un mauvais exemple. Peut-être que le monde du rugby ou celui du handball est préférable. Je voulais quand même vous féliciter parce que vous nous avez redonné sinon l’Optimisme avec un O majuscule, tout au moins une grande part d’optimisme.

Christian BÉNÉZIS

102« Nous sommes un mauvais exemple. » J’ai reçu tous les directeurs de l’UNSS au lycée Jean Monet en juin dernier et ils m’ont demandé d’intervenir sur ce sujet. On donne 350 000 euros à la Direction départementale de l’UNSS qui est logée dans nos locaux, et on l’accompagne avec un partenariat. Dimanche après-midi, je vais remettre des récompenses à Villeneuve-lès-Maguelone, juste à côté de la prison, là où il y a un grand espace de sport ; il y a 1 500 handballeurs de moins de 14 ans qui en décousent dans un tournoi fantastique en co-partenariat UNSS - Comité départemental de hand-ball - Hérault Sport. C’est de cette façon que nous arriverons à maintenir l’espoir que le sport chez les jeunes respecte les fondamentaux d’égalité de partage et de respect.

103Nous, politiques, nous donnons de façon cohérente de l’argent pour le sport, alors que d’autres collectivités préféreront l’apporter à la culture mais pour nous, sport et culture sont intimement liés. Je regrette parfois que la culture ne soit réservée qu’à une certaine élite alors que nous, nous nous battons pour développer le sport, sous toutes ses facettes et surtout pour tous. Notre rôle de politique, et je ne suis pas seul, est de faire en sorte que tout le monde, sur le territoire, puisse avoir accès au sport, ainsi sport et culture vont de pair, la main dans la main, en redonnant espoir et légitimité à tous nos jeunes.

104Aujourd’hui, on ne finance plus le football, mais nous finançons l’équipe féminine de football, une des meilleures équipes en France et qui a un bon centre de formation.

105En revanche, nous continuons à subventionner le handball et le rugby parce qu’ils nous renvoient à ce que j’appelle la TVA, c’est une « valeur ajoutée » que le sport de haut niveau peut apporter au sport de quartier ou au sport de village, l’environnement de chaque club phare accompagne les clubs les moins huppés.

106Je vous expliquais auparavant que dans notre club phare de rugby, le Montpellier Hérault Rugby, trois internationaux sortent de notre petit club du pic Saint-Loup et de Jacou, dans lequel les enfants ont appris à jouer au rugby dès leur plus jeune âge. De la même façon, au handball, on a la chance d’avoir le meilleur club français, pour ne pas dire un des trois ou quatre meilleurs clubs européens. Aujourd’hui le budget du handball est de l’ordre de 8 à 9 millions d’euros, dont les deux tiers sont apportés par les collectivités territoriales. Moi, j’ai commencé à me retirer et leur ai dit d’aller chercher l’argent chez les privés, chez les mécènes, chez les sponsors. Nous n’avons pas à financer un club européen. En revanche, en rugby, l’ASBH, l’AS Béziers Hérault, a un excellent centre de formation. C’est le Conseil général de l’Hérault qui a financé à 100 % la construction de ce centre de formation. Grâce aux jeunes rugbymen issus du centre de formation, j’espère que Béziers pourra se maintenir en Pro D2 en fin de saison. Le rugby professionnel a pris de telles dérives au niveau financier que les villes moyennes n’ont aucune chance d’avoir des clubs en Top 14. Vous verrez que les derniers qui existent finiront par disparaître, comme Biarritz et Bayonne. Il est impossible qu’à 3 kilomètres d’intervalle il y ait deux clubs opérant en Top 14. Cela veut dire que dans dix ans, si on continue dans le rugby professionnel à vouloir copier le football, il n’y aura plus que dix à quinze villes en France qui pourront avoir le luxe d’un club en Top 14. Les autres, là où est pourtant la culture rugby, joueront en division inférieure, en fédérale, et ils s’amuseront autrement, mais auront de moins en moins de subventions parce que, malheureusement, les collectivités territoriales ne regardent que leur nombril et ne voient que la cerise sur le gâteau (ce qui n’est pas notre cas). C’est pour cela que, s’il ne tenait qu’à moi, il n’y aurait plus un centime de subvention pour le sport spectacle et le sport professionnel. Je pense qu’il y aura encore une ou deux années où l’on va continuer à faire comme on le fait aujourd’hui avec la formation et avec un retour social vers les équipes du rural et de l’interurbain. Cette cohérence-là, au niveau de la ville, s’était déjà posée. Quand Georges Frêche, maire de Montpellier, a commencé à financer les équipes de haut niveau dans plusieurs sports, j’ai demandé qu’une péréquation et une équité puissent être maintenues entre le sport de quartier et le sport de haut niveau. Malheureusement, après quelques années, 90 % des subventions allaient au sport de haut niveau pour seulement 10 % dans les sports de quartier. À compter de là, j’ai demandé que le financement du sport de haut niveau se fasse par le biais de l’agglomération de Montpellier, ce qui a été fait en 1995. Aujourd’hui, il ne reste plus à la ville de Montepllier que le sport de quartier, le sport à l’école ; le département subventionne, lui, le sport pour tous, le sport santé, le sport éducatif, la formation, et laisse de côté le sport spectacle et l’événementiel. Ainsi la cohérence est maintenue. Encore faudra-t-il que la nouvelle loi permette de la poursuivre.

Jean-Louis MICHEL

107Merci. Je retiens votre phrase « le sport est une culture ».

108Est-ce que cela ne vous tente pas d’appuyer l’idée de la performance, de la valorisation dans vos clubs de haut niveau ? Est-ce que, dans le cadre de vos subventions, vous n’en tenez pas compte ?

Christian BÉNÉZIS

109Dans certains sports oui. Par exemple, aujourd’hui, on a un jeune qui sort du quartier du Petit Bard, un des quartiers difficiles de Montpellier, il a été champion de France du 800 mètres en 2010 et prépare les Jeux de Londres. Il est devenu l’ambassadeur du département de l’Hérault et nous le soutenons. Il représente l’espoir que l’on peut s’en sortir par le sport, l’espoir qu’un jeune qui a usé ses fonds de culotte dans un quartier réputé très difficile, sur les bords de La Mosson, peut devenir aujourd’hui champion de France du 800 mètres. Nous l’aidons à porter les couleurs de l’Hérault et ses propres valeurs, pour qu’il puisse aller aux Jeux de Londres dans les meilleures conditions et qu’il fasse le meilleur résultat possible. Je suis partant pour ces choses-là. Cela ne coûte pas aussi cher que le football, le handball ou le rugby. Cet athlète sert d’exemple pour les jeunes, par ailleurs, on essaie d’obtenir le meilleur niveau possible pour tous les gamins des quartiers difficiles. Mais loin de nous les mercenaires, ceux qui viennent simplement chercher leur chèque à la fin du mois comme on a pu le voir à certains moments, cela n’existe plus chez nous, en tout cas pas dans le département de l’Hérault.

Patrice GARCIN,
Aix Université Club

110Je pense que tout ce que nous avons entendu dans cette assemblée nous rappelle les bienfaits du sport, pour l’école, la santé, dans les quartiers etc. Nous en sommes tous convaincus ! Dans votre département, tous les moyens qui ont été engagés dans ce sens témoignent d’une réelle volonté politique, par ailleurs indispensable. En revanche, on a vraiment l’impression que cette volonté politique dépend d’un seul homme, qu’il soit Adjoint aux Sports ou Vice-président délégué aux Sports…

Christian BÉNÉZIS

111On en revient à la question des hommes. Dans le sport, comme dans la vie, les hommes sont indissociables des territoires, et il en sera toujours ainsi. Cette volonté politique ne peut s’exprimer sans le soutien, les yeux fermés, du Président du Conseil général, André Vézinhet. Cela dure depuis vingt ans. J’y ai investi toute ma vie, ma chance c’est d’avoir réussi à garder mon métier, comme dénominateur commun, le sport et les sportifs. Ma grande force a été d’y croire et de réussir à faire passer les messages et accompagner les actions.

112Hérault Sport est vraiment une armée extraordinaire parce que, à côté du personnel, très compétent et motivé, il y a tous les comités départementaux et tous les bénévoles. Quand je réunis l’Assemblée générale d’Hérault Sport, il y a 500 participants parce qu’ils savent le bien-fondé des actions que nous menons tous ensemble et ce sont eux qui portent les projets. On a réussi à supprimer cette idée que la subvention était inéluctable et obligatoire, c’était à l’époque où j’appelais cela « la politique de guichet ». Aujourd’hui, si l’association ne présente pas de projet, et ne porte pas les valeurs que le sport véhicule, elle n’a aucune chance d’obtenir une subvention. Dimanche matin, autour du Salagou, un jeune qui sort de l’UFR STAPS a monté une journée multisports et il était venu me voir il y a six mois pour me demander de venir parler du sport chez l’enfant. Nous avons mis à sa disposition 35 personnes d’Hérault Sport pour l’accompagner, parce qu’il n’était entouré que de quelques bénévoles. Je suis sûr que des centaines de personnes, des plus petits jusqu’aux plus âgés, seront autour du Salagou, les uns faisant de l’aviron, les autres du pédalo, du VTT ou de la pétanque, et ce sera une journée de développement multisports pour une population qui n’a pas l’habitude de vivre tout cela parce qu’elle n’en a pas les moyens, pas les équipements, parce qu’elle vit loin de ce site naturel qui est le lac du Salagou. C’est pour cela que je porte depuis des années ce concept « stade naturel », en clamant : « Quels que soient vos moyens, vous pouvez toujours pratiquer, quels que soient vos moyens, nous pouvons y ajouter les nôtres. » On parle toujours d’équipements structurés, mais on peut aussi pratiquer une activité physique dans des équipements naturels non structurés. C’est pour cela que le PDESI, est une chance, que la loi de 2004 a permis aux Conseils généraux d’agréger autour de la Commission départementale des Espaces, des Sites et des Itinéraires, toutes sortes d’associations et de structures, y compris chasseurs, pêcheurs et propriétaires des lieux. Cela nous a pris du temps pour mettre en place cette stratégie et aujourd’hui, la PDESI se réunit deux fois par an pour faire voter par le Conseil général les sites retenus pour un label, un agrément, « Hérault Loisir Nature ».

113Il y a huit jours, avec le Président André Vézinhet, nous sommes allés donner le départ de la traversée du Larzac. Le département venait de terminer 188 kilomètres de pistes et de sentiers de grande randonnée entre le fin fond du Larzac et le Cap d’Agde. Ce sont maintenant plus de 1 000 kilomètres qui ont été balisés et mis aux normes, et il manque encore 200 ou 300 kilomètres pour faire la boucle du département. Et un jour, pourquoi pas, nous pourrons faire par étapes le tour du département en vélo, à cheval ou à pied, simplement pour le plaisir de pratiquer et de partager ces espaces protégés et aménagés. C’est également une notion que l’on essaie de développer à travers les activités que l’on met en place, c’est le partage, c’est cela la vraie démocratie participative, c’est mettre les gens devant leurs responsabilités, leur donner les moyens de les assumer et faire en sorte qu’ils le fassent ensemble. La vraie démocratie n’est pas facile à mettre en place et il est encore moins facile de la voir perdurer.

114C’est un peu la philosophie qui nous anime et j’espère qu’elle pourra durer après nous.

115Hérault Sport est un vivier où s’échangent des projets, des envies, des idées, encore faut-il que les politiques les entendent, soient ouverts à ces démarches-là et qu’ils soient capables ensuite de prendre la décision de le faire.

Jean DURRY

116Vous nous parlez de stades naturels. Alors, d’abord merci à Hérault Sport puisque, hier, à notre sortie de la gare, c’est une voiture labellisée Hérault Sport qui nous attendait pour nous conduire jusqu’à l’Université !

117Ensuite, je voudrais parler de la politique des stades dans une ville comme Montpellier. Pour l’athlétisme, vous avez le stade Philippides ; pour le football le stade de la Mosson ; le handball c’est maintenant l’Arena après le cher palais des sports René-Bougnol. Le rugby c’est le stade Yves-du-Manoir, le volley-ball c’est Pierre-de-Coubertin. D’ailleurs, j’aimerais bien survoler en hélicoptère Montpellier pour comprendre comment, dans une agglomération d’environ 250 000 à 300 000 personnes, peuvent être implantées et gérées toutes ces installations.

118La question évoquée hier est vraiment une question que je me pose de plus en plus pour la politique nationale du sport. Que pensez-vous de cette multiplication à laquelle adhèrent aveuglément tous les politiques ? Les très grands stades de football vont encore s’accroître pour le Championnat d’Europe des Nations 2016, le rugby est en train d’essayer d’imaginer son stade de France à lui, et partout cela prolifère. Alors qu’évidemment, dans les problèmes du sport d’aujourd’hui, il y a ces effets de masse que plus personne n’arrive à maîtriser et qui sont dus à ces stades et à ces foules énormes. Qu’en pense l’élu ?

Christian BÉNÉZIS

119Je ne cautionne pas du tout la politique de construction des grands équipements, mais ce n’est pas mon problème et je ne me permettrai pas de dire quoi que ce soit. Quand la France veut organiser les Jeux olympiques ou les Championnats du monde de handball, elle doit se doter d’équipements pour le faire. Mais elle doit aussi réfléchir au fait que ces équipements coûteux, qui seront vides les neuf dixièmes du temps, ne seront jamais équilibrés sur le plan financier. J’étais contre la construction de l’Arena. Heureusement qu’ils vont équilibrer le budget avec Johnny Hallyday et Christophe Maé… Ce n’est pas le sport et le handball montpelliérains qui vont permettre d’équilibrer des budgets.

120Un exemple flagrant, l’équipe de hockey sur glace qui est en première division, possède une belle patinoire avec une aire d’entraînement et une aire de compétition. Aujourd’hui on leur demande de venir jouer à l’Aréna. Chaque fois qu’un match doit être organisé, il faut fabriquer la glace et cela coûte des centaines de milliers d’euros. Encore une fois, on demande aux collectivités territoriales d’aider à régler la note. Je me refuse de rentrer dans cette stratégie. Que les hockeyeurs restent dans leur belle patinoire Végapolis.

121C’est vrai que la construction de l’Arena a coûté 80 millions d’euros. Il faut maintenant la rentabiliser.

122Sur la ville de Montpellier, en 20 ans, on a construit plus de 180 équipements de quartiers, il faut donc qu’une cohérence se fasse d’abord sur le terrain, mais l’État n’y contribue pas. Parfois il faut des centaines de milliards pour construire des équipements hypersophistiqués, qui ne seront utilisés que quelques fois par an.

Colette ANDRUSYSZYN

123C’est plus un constat qu’une question. Hérault Sport permet de fédérer tous les savoir-faire et de leur donner un sens. C’est pour cela d’ailleurs que cela fonctionne bien, à chaque fois cela s’inscrit dans une perspective. En construisant ce formidable outil qu’est Hérault Sport, tu aurais pu vouloir, derrière lui, tout aligner. Or, en t’entendant et vu tout ce qui se développe, il me semble d’une part que tu as su déléguer aux structures qui savaient faire et d’autre part su faire naître des structures là où il y avait des manques. C’est cette capacité-là que je voudrais saluer parce que beaucoup de structures territoriales ont plutôt tendance à vouloir mettre tout le monde sous un même chapeau. Finalement, concevoir l’aménagement d’un territoire en donnant la possibilité à tout le monde de s’exprimer, c’est peut-être déjà une fidélité à un des fondements du développement du sport.

Christian BÉNÉZIS

124Merci Colette. C’est vrai que le pouvoir rend un peu fou et ce qui m’a sauvé, c’est le fait de pratiquer un métier. Je jongle entre les deux, parce que ma passion et ma conviction, je les fais passer aux gens qui sont autour de moi, et ce sont eux qui les mettent en application. Cette armée est en ordre de marche et cette politique, cela fait maintenant presque 25 ans qu’on l’a mise en place, 15 ans qu’on la gère de très près, et 15 ans que l’on a modifié les statuts d’Hérault Sport pour que ce soit le monde sportif qui élève le bébé. Aujourd’hui, quand je tiens mes Conseils d’administration, je suis plus à l’écoute qu’à l’ordre. Pour nous, il est important de partager tout cela. De toute façon, la décision nous appartiendra, je veux dire la décision politique, mais toujours à l’écoute de l’utilisateur.

125Pour parler de Profession Sport et Loisirs 34, il y a eu une diatribe ces dernières années sur Profession Sport parce qu’elle était financée à 50-50 par l’État et le Département. Ensuite, depuis deux ou trois ans, l’État s’est désengagé comme il le fait malheureusement dans beaucoup de secteurs, et nous finançons Profession Sport à 75-80 %. Il était donc normal que le Conseil général garde le leadership. Il y a eu une bagarre pour la présidence, parce que le politique faisait de l’ingérence sur le sportif. On a réglé le problème il y a deux mois. J’ai demandé à ce que ce soit un représentant du monde sportif qui prenne la présidence de Profession Sport, j’ai demandé à tous les élus politiques qui étaient dans le Conseil d’administration de démissionner, y compris moi. À présent, je pense que Profession Sport va pouvoir à nouveau prendre son envol. Ils vont se loger avec Hérault Sport dans le projet Pierre Vives, avec la construction de la nouvelle maison des sports et là, on aura la culture et le sport ensemble, côte à côte ; c’était un vieux rêve que de dire que le sport et la culture devaient être la main dans la main. Mais ils doivent l’être à égalité. Pendant 20 ans, la ville et l’Agglomération de Montpellier, sous la présidence de Georges Frêche, on donnait entre 10 et 20 milliards à la culture pour un orchestre de Montpellier et en construisant le Corum avec son auditorium. C’est là que nous avons souhaité faire valoir l’importance du sport, même avec des moyens moindres que ceux de la culture.

126Aujourd’hui, au Conseil général, sous la houlette du président André Vézinhet, on a d’abord mis en place une stratégie qui correspondait à nos idées profondes et à nos envies : tous les sports, pour tous et sur tous les territoires. Il est évident qu’il est plus facile de faire passer le message.

Jean-Michel MARTIN

127Le MUC Volley-Ball a pris le nom de Montpellier Volley depuis je crois dix ans. Une section du MUC est donc devenue, sans doute sous une contrainte indirecte, un club municipal, car on ne voit pas la raison de changer de nom pour le plaisir. Qu’en pensez-vous ?

Christian BÉNÉZIS

128Si j’avais été président du MUC, je ne l’aurais jamais accepté. Là aussi, c’est de l’ingérence, et c’est ce type d’ingérence qui a fait que je me suis fâché avec Georges Frêche, parce qu’on était ensemble depuis le début, et à un moment donné ce n’était plus possible. Par-delà les dérapages et autres qu’il a pu faire, il y avait quand même sur le fond des choses qui dérangeaient, une prégnance, une ingérence du politique sur les sportifs.

129Il y a huit ou dix ans, j’ai été surpris que le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin me choisisse en tant qu’expert pour le programme « Bien vieillir ». On a mis en place le premier plan « Bien vieillir » national, et puis plus rien, pas une ligne budgétaire. J’étais obligé de me payer le billet de train chaque mois pour aller travailler sur le plan national et un beau jour j’ai demandé à ce que l’on nous donne les moyens de travailler, que l’on nous donne un budget sur ce thème porteur. Démission.

130Quand il y a eu Raffarin 2, le nouveau ministre des Personnes âgées m’a demandé de revenir dans ce comité d’experts. J’ai répondu par l’affirmative mais à deux conditions : je lui ai demandé de me payer les frais de déplacement et de créer des lignes budgétaires. Effectivement, aujourd’hui, 7 à 8 millions d’euros sont répartis sur les différentes agences régionales de santé pour des projets émergents des Départements ou des Régions, un tiers de la somme restant au niveau national pour des projets nationaux.

131Actuellement, à la demande de l’Union européenne, nous bouclons un programme de prévention de l’obésité infantile avec nos amis de l’Euro-Méditerranée occidentale (Espagne, France, Portugal, Italie). En 2004, déjà, j’ai proposé la mise en place du plan « Bien bouger, bien manger, pour mieux vieillir dans l’Hérault ». Aujourd’hui, un conseil scientifique présidé par la faculté de Médecine et l’UFR STAPS, avec le comité de pilotage que je préside, regroupe tous les professionnels et toutes les personnes ressources intéressées par l’accompagnement des personnes âgées, par l’activité physique adaptée et la nutrition.

132Hérault Sport est le moteur de ces initiatives.

133On a mis en place une tournée départementale du « bien vieillir » et du « bien grandir », avec une demi-douzaine d’éducateurs sportifs et une demi-douzaine d’associations, avec un car-podium, des diététiciens, de psychologues, de médecins et nous intervenons dans les CCAS de ces communautés de communes afin de faire bouger nos séniors et nos jeunes.

134Notre force a été de dire : « Nous n’avons rien inventé, mais par contre nous l’avons fait. »

135Je suis venu dans le Nord à l’époque où Patrick Bacquaert, médecin du sport, avait monté une opération avec le Conseil général du Nord qui lui avait donné un million de francs pour créer des centres d’évaluation de la condition physique. J’ai créé le premier ici dans les années 80, mais resté sans suite faute de moyens. Patrick Bacquaert avait obtenu les moyens au Conseil général du Nord pour en mettre en place une bonne dizaine. Seulement, deux ans après, le Conseil général a changé de majorité et ne lui a plus donné un seul centime. Bilan : tout a fermé. Assurer la continuité. Notre chance ici, c’est d’avoir la majorité : sur 49 conseillers généraux, on est 45 socialistes. C’est donc plus facile. Cela veut dire que l’on peut assurer une continuité, mais ensuite il faut de la cohérence, de la justice et de l’équité dans ce que l’on propose.

Robert DENEL

136À l’approche des élections législatives et des présidentielles, qu’est-ce qui émerge des commissions sport des différents partis, et en particulier de la commission sport du Parti socialiste ?

Christian BÉNÉZIS

137Ils s’en fichent complètement. En 2000, j’étais assez proche de Lionel Jospin et, à l’époque, on avait voulu préparer un plan sport pour sa future présidentielle. Le candidat nous avait réunis à Toulouse et il m’avait été demandé d’exposer mes visions d’une politique sportive nationale, si Lionel Jospin était élu. J’en accepte le principe. Je vais donc à Toulouse et fais mon introduction en disant : « Avant de commencer mon propos, je profite de la présence de Monsieur le Premier ministre pour lui dire que c’est une honte, dans un pays comme le nôtre, qu’un gouvernement de gauche ne consacre que 0,15 % de son budget à la politique de la jeunesse et du sport. » Tout le monde m’a applaudi. Sauf lui. J’ai fini mon discours et au début du repas, François Hollande est venu me chercher pour me dire que le Premier ministre voulait me voir. Je vais donc voir Lionel Jospin, qui me reproche d’avoir dit cela devant 2 000 militants. Je lui ai répondu que si on ne pouvait pas dire ces choses-là entre nous, à trois mois d’une élection présidentielle, quand pourrions-nous le dire ? C’était l’acte 1.

138Il y a un mois, en août 2011, aux Journées de La Rochelle, alors que je logeais avec ma famille sur l’île de Ré, j’ai rencontré Lionel Jospin et son épouse. J’ai trouvé là un homme décontracté, à qui j’ai reposé la question, en lui demandant s’il ne croyait pas qu’en 50 ans dans le vaste domaine du sport et des APS, avec son rôle dans l’éducation, ses incidences positives sur la santé, sur le maintien de la paix sociale, etc., le gouvernement de la France aurait pu consacrer plus de 0,15 % du budget à le jeunesse et aux sports. Bien sûr, il m’a répondu qu’il n’avait pas conscience de cette notion lorsqu’il était Premier ministre. De la même façon, quand Nicolas Sarkozy est venu devant le CNOSF promettre en 2007 3 % pour la jeunesse et le sport, j’étais sûr qu’il ne tiendrait pas sa promesse, il ne savait même pas ce que voulait dire 3 % d’un budget pour la jeunesse et pour le sport. Bilan : aujourd’hui, 50 ans après, seul 0,15 % du budget de la France est encore consacré à la jeunesse et au sport. Et heureusement que les collectivités territoriales ont pris le relais et utilisent l’argent du contribuable pour mettre en place leur stratégie, alors qu’elles n’ont pas le sport comme compétence obligatoire, je le rappelle.

139C’est cela faire de la politique et c’est ce qui est le plus gratifiant : servir une cause humaniste et citoyenne, celle du sport, outil de culture et de développement individuel et collectif.

Jean-Louis MICHEL

140Je vous remercie encore de votre témoignage qui m’a rendu plus optimiste sur les infidélités aux fondements du sport. Je pense qu’il y a encore des endroits, le Conseil général de l’Hérault entre autres, qui sont fidèles aux fondements du sport, et qui en apportent au quotidien la preuve par l’action.

« Fondements des politiques du sport »
Extraits du chapitre 2, intitulé « Fondements des politiques du sport » (en France) du rapport d’expertise collective Activité physique. Contextes et effets sur la santé, Paris, INSERM, 2008, p. 32-34.
Il est possible de dégager les fondements des politiques sportives conduites en France. Ces fondements paraissent réactualisés au fil des décennies, en fonction de l’importance accordée au sport de compétition, au rayonnement de la France et au prestige que favorise la réussite sportive au plan international, du soutien à l’éducation physique et sportive ou aux activités physiques et sportives du plus grand nombre, du rôle dévolu au sport (décliné dans une diversité d’expressions) en tant qu’outil pédagogique d’éducation de la jeunesse et d’intégration sociale.
(…)
En outre, à l’échelle des décennies, il faut comprendre la désignation précise du ministère des Sports comme le reflet de préoccupations qui correspondent pour partie aux missions et orientations programmatiques du moment. Quelles sont les conjonctures pendant lesquelles la question de la santé occupe une place prépondérante ? Dans des périodes de « reconstruction nationale » (1919 et les années suivantes, 1944 et les années suivantes), la santé publique est à l’ordre du jour. Dans les années de croissance économique et d’euphorie sportive (années 1960 et 1970, voire début des années 1980), elle tend à s’estomper. A l’aube du XXIe siècle, le thème de la santé ressurgit en France, de même qu’il a ressurgi ailleurs, souvent mis en avant comme une urgence par les pouvoirs publics, dans les nations confrontées aux maux des « pays riches » (sédentarité, déclin de l’activité physique à l’âge adulte, mauvaises habitudes alimentaires, vieillissement, maladies connexes et diverses...).
Dans une période complexe, à l’exemple de la situation actuelle (diversification des profils socio-démographiques de la population française, différenciation des niveaux de vie, nouvelles pauvretés, sédentarité accrue, pollutions urbaines...), du fait aussi de la complexité du domaine de l’activité physique et sportive – et des confusions de sens qui l’accompagnent – la problématique « Activité physique et santé », aux différents âges de la vie, et pour les représentants des deux sexes, doit être (re)mise à l’ordre du jour, avec un affichage ministériel fort. »

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search