Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 2. « Le terrain de l’information produite par les moyens de communication »

Ernest Gibert

Texte intégral

1Le sport et les supports de l’information, le sportif et le journaliste ont en commun une histoire à laquelle l’actualité ajoute sans cesse de nouvelles pages. La masse d’informations et d’images produites aujourd’hui sur le « sport » n’est-elle pas un risque pour le journaliste ? Comment affirme-t-il son identité professionnelle et les qualités indispensables à l’exercice de son métier ?

Présentation par Ernest GIBERT,
Président de l’UNCU

2L’un des enseignements de la journée d’hier est que l’on ne peut pas se poser la question de la pertinence des fondements du sport, de leur maintien ou de leur évolution dans un cercle fermé. Tout effort de réflexion sur ce sujet, qui n’a de sens que s’il se transforme ensuite en action, doit donc être conduit avec tous les acteurs majeurs qui ont fait que le sport est devenu ce qu’il est, et qui feront qu’il deviendra éventuellement autre chose. Les médias sont l’un de ces acteurs majeurs. Ils ont évidemment un rôle capital dans le sport, notamment dans une partie de l’histoire du sport puisque, on l’a rappelé, ils sont souvent co-organisateurs. Ce ne sont pas toujours eux qui font l’événement, mais ce sont eux qui le font valoir. De là à leur faire supporter tous les maux, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir. Le monde des médias a toute sa place, ici, dans la réflexion commune. Il ne doit pas être présenté comme accusé, comme il l’est trop souvent, mais comme un partenaire avec lequel il convient de s’entendre, et d’abord de s’entendre sur le sens des mots.

  • 1 Jacques Marchand, Responsables… Déontologie pratique et vécue du journalisme de sport, un métier p (...)

3J’ai eu, il y a quelques instants, une conversation avec Jacques Marchand. Il m’a chargé de vous dire combien il regrettait de ne pas être parmi nous, de vous transmettre ses amitiés, et nous souhaitait bon courage. Dans un ouvrage publié en février qui fait le point à la fois sur sa carrière et sur sa vie, et qui s’intitule : Responsables… Déontologie pratique et vécue du journalisme de sport, un métier parfois méprisé, souvent critiqué, et toujours envié1, Jacques Marchand explique qu’aujourd’hui, lorsqu’on parle de sport et lorsqu’on parle de journalistes, on fait usage de mots qui ont des significations multiples, et derrière lesquels se cachent des réalités très diverses.

4Alors, je crois qu’il faut tenir compte de cette réalité complexe, ne pas mettre tous les journalistes dans la même catégorie, ne pas oublier que la profession a connu une évolution considérable, et que la révolution d’Internet en modifie encore la nature.

5Pour parler de ces sujets, Jean-François Renault est l’un des plus qualifiés pour le faire. C’est avec grand plaisir que je l’accueille avec vous aujourd’hui.

6J’évoquais hier les Assises nationales du sport qui se sont tenues ici il y a vingt ans. Le nombre de journalistes dont la plume comptait, qui se sont intéressés à l’événement, a été relativement réduit. Tu nous as alors apporté un concours, plus que précieux, capital, dans la préparation, la réalisation et surtout dans l’analyse de la portée que pouvait avoir cet événement. Je sais que tu m’en voudrais si je faisais ton panégyrique. Alors, je dirais simplement que dans le monde de la presse et du sport, Jean-François est de ceux dont la parole et la plume inspirent le respect et font vivre les idées.

Jean-François RENAULT,
Ancien Directeur adjoint de la rédaction de L’Équipe

7Bonjour à tous,

8C’est vrai, et ce n’est pas Jean Durry qui va me contredire, que le journaliste de sport est toujours le journaliste de sport, ce n’est pas le journaliste sportif. Quand bien même Pierre de Coubertin, Henri Desgranges, Gabriel Hanot étaient journalistes, ce sont aussi de grands créateurs des événements sportifs mondiaux qui nous interpellent et nous intéressent aujourd’hui. Et qu’en est-il aujourd’hui ?

9Est-ce que le journalisme repose sur des fondements ? Non, a priori. Est-ce que les fondements sont toujours les mêmes aujourd’hui que ceux du siècle dernier ? Non et surtout pas par rapport à la situation observable trente ou quarante ans en arrière, époque où j’ai démarré dans cette carrière.

10Ce thème convient bien, y compris les interrogations qui l’accompagnent, parce que les 2 et 3 novembre prochains, nous organisons notre congrès annuel national de l’UJSF à Clermont-Ferrand, sur le thème « Les nouvelles contraintes nuisent-elles à l’indépendance du journaliste de sport ? ». Il est question du journaliste de sport, parce qu’on sera rassemblés dans le cadre de l’UJSF, mais on pourrait étendre à l’indépendance du journaliste « tout court ».

11Il y a 35 ans encore, le sport était un ménage à quatre avec le dirigeant, l’athlète, l’entraîneur et le journaliste. Nous avions des proximités permanentes et étroites. Je vais citer quelques exemples : un très bon confrère du Figaro, Joseph Leal, disparu aujourd’hui, s’est retrouvé embarqué dans l’aventure de Bernard Bourandy, DTN d’aviron à l’époque, qui n’avait pas d’argent car, à cette époque-là, les DTN avaient beaucoup moins d’argent qu’aujourd’hui, et qui était bien embêté parce qu’il devait emmener une remorque à bateau à Berlin-Est. C’est donc notre ami Joseph qui a mis la remorque derrière sa voiture et qui est parti à Berlin pour faire le batelier et le reportage. Personnellement, il m’est arrivé aussi des entreprises magnifiques, par exemple quand Jean-Paul Pierrat en 1978 a eu une médaille de bronze aux championnats du monde de ski de fond. Le monde du ski nordique en France en 1978, ce n’était presque rien, et j’ai donc été embauché sur la ligne d’arrivée, avec le chrono et je donnais les écarts à Jean-Paul par rapport à ses adversaires.

12Aux Jeux olympiques d’hiver en 1980, à Lake Placid, un garçon qui s’appelait Yvon Mougel, un type formidable, est arrivé quatrième malheureusement. J’étais au stand de tir et je notais toutes les cibles des adversaires potentiels d’Yvon, et on retransmettait cela par talkie-walkie aux entraîneurs. Ces quelques anecdotes, c’est pour vous dire cette proximité que l’on avait parce que nous étions évidemment passionnés. Mon plus grand souvenir, c’était sur la pelouse de l’INSEP, à côté de Joseph Maigrot, qui était en train de chronométrer le relais 4 x 100 qui allait décrocher une médaille de bronze à Mexico.

13Il nous est arrivé à cette époque de dormir dans la même chambre que les athlètes ou les entraîneurs, en raison des difficultés de logement, et cela ne nous posait absolument aucun problème. Même au Japon en 1981, pour un stage de l’équipe de France qui se déroulait pendant dix jours, on dormait sur le tatami tous les soirs et c’était formidable.

14Des personnes comme Jean-François Lamour, Jean-Luc Rougé, Roger Bambuck, Fabien Canu, Bernard Bourandy, Philippe Boisse, Jean-Michel Oprendek, sont devenus des amis parce que nous avons effectué tout un parcours ensemble, parce qu’à cette époque-là on avait sans doute davantage le temps de partager, davantage la passion de notre métier, on avait plus le temps de réfléchir, de discuter, de rencontrer, et surtout cette proximité qui nous faisait obtenir la confiance des athlètes.

15Les nouvelles contraintes nuisent-elles à l’indépendance ?

16Je répartirai ces contraintes de la façon suivante :

  • les contraintes économiques ;
  • les contraintes professionnelles ;
  • les contraintes technologiques ;
  • les contraintes du sport lui-même.

Les contraintes économiques

17Le monde de la presse, vous le savez, n’appartient plus guère aux gens de presse. C’est un constat qui date d’une douzaine d’années et maintenant les grands groupes de presse, tels que nous les avons connus, sont rares.

18Le Figaro appartient à un avionneur.

19Le Monde, malgré son statut tout à fait particulier, a été obligé de détruire ce statut, même si la société des rédacteurs est toujours décisionnaire, mais Le Monde appartient désormais à ce qu’on appelle le trio « BNP » (Pierre Bergé-Xavier Niel-Matthieu Pigasse).

20Libération appartient à Rotschild.

21France Soir appartient au fils d’un oligarque russe.

22Voilà pour Paris, il n’en reste plus beaucoup, il reste le groupe Amaury pour Le Parisien et L’Équipe, et le groupe Bayard pour La Croix.

23Mais, surtout, c’est la presse quotidienne régionale qui évolue, à notre avis, mais pas dans le bon sens.

24L’exemple le plus frappant, c’est la mainmise par le Crédit mutuel sur les Dernières Nouvelles d’Alsace, Le Républicain Lorrain, l’Est républicain, Le Bien public, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Progrès et Le Dauphiné libéré. Cela veut dire que de Wissenbourg à Modane, c’est le même groupe de presse. Cela veut dire que bientôt il y aura des pages communes. D’ailleurs, tous ces journaux, aux Championnats du monde de natation à Shanghai, n’ont délégué que deux envoyés spéciaux qui ont travaillé pour l’ensemble des titres. Même chose pour les Championnats du monde d’athlétisme en Corée.

25Le groupe Centre Presse La Montagne a quasiment contrôlé La Nouvelle République du Centre-Ouest et est en train de négocier avec le groupe Rossel pour une fusion avec La Voix du Nord.

26La concentration est donc un appauvrissement évident, car les journaux perdent leur identité petit à petit.

27L’indépendance peut être mise en péril lorsqu’on travaille pour ceux qui ont acheté les droits de la compétition. Cela n’existait pas il y a trente ans, lorsque personne n’achetait les droits, même ceux des Jeux olympiques de Rome en 1960, en noir et blanc, alors que cela ne coûtait rien du tout.

28Vous connaissez le montant faramineux des droits de télévision pour le football en France ? 660 millions d’euros par an ! Alors, bien courageux est le confrère qui annonce que le spectacle proposé est nul. Il est quand même payé par le diffuseur qui a acheté les droits. Cela constitue donc une contrainte pour l’indépendance de jugement du journaliste. C’est surtout vrai pour les télévisions et les radios parce que, pour l’instant, les médias écrits n’ont pas les moyens d’acheter des événements. Prenons un exemple tout à fait d’actualité. Ce soir à Bercy, a lieu un France-Japon de judo, monté par la Fédération française de judo avec l’équipe de France et l’équipe du Japon en faveur des victimes japonaises du tsunami. C’est L’Équipe qui s’est accaparé cette soirée, mais n’en a tiré aucun bénéfice, je pense. Elle s’est même occupée de l’accréditation des journalistes, ce qui a valu de ma part une lettre de protestation. Ce match a été monté pour attirer le plus de monde possible à des fins solidaires mais les champions du monde du mois dernier ne seront pas là, ayant déclaré forfait pour des raisons de blessures ou autres. Les médias écrits ne sont pas encore dans le coup et je ne vois pas pourquoi ils y parviendraient. En revanche, ce sont les télévisions qui occupent le premier rang. Vous connaissez les luttes qui existent dans les télévisions pour avoir les droits et surtout le forcing des ligues professionnelles pour pouvoir récupérer le maximum d’argent.

29Alors, parallèlement, évidemment, pour mieux vendre leur produit, les chaînes de télévision et de radio font appel à des consultants, généralement d’anciens champions, d’anciens entraîneurs, dont la qualité est très inégale mais le nom clinquant. Pour des Reynald Denoueix, Jacques Monclar, Christophe Dugarry, excellents, combien y a-t-il d’indigents, à commencer par Sa Majesté Zidane, qui coûte une fortune puisqu’il prend 25 000 € par mois à Canal + pour intervenir deux ou trois fois…

30Quand on a vu arriver cette cohorte, on a voulu les convaincre en leur disant : « Si vous avez choisi notre métier, devenez journalistes et postulez à une carte de presse. » Ce n’est pas simple parce que pour avoir une carte de presse, il faut justifier de 50 % de ses appointements dans le journal ou la chaîne. Il y en a donc quand même quelques-uns qui ont des activités annexes ou qui ont des magasins, etc.

31En tout état de cause, les consultants prennent la place de journalistes. Mais c’est aussi parce que la profession n’a été ni attentive, ni ferme à un moment donné.

32À la fin des années 1960, les premiers consultants s’appelaient Michel Jazy et Pierre Albaladejo. À l’époque, l’USJSF a décidé de les interdire de tribune de presse. Je me rappelle très bien, à Colombes, pour le rugby, Roger Couderc (qui était alors à Europe 1) et Pierre Albaladejo étaient côte à côte, mais séparés par le grillage de partition de la tribune de presse. Ces temps, évidemment, ont bien changé. Aujourd’hui, une chaîne de radio, RMC pour ne pas la citer, est tentée de faire couvrir des matchs uniquement par des consultants ou des animateurs. L’UJSF a imposé un nombre à respecter, puisque c’est elle qui attribue un nombre de places en tribune de presse.

Les contraintes professionnelles

33Ce métier fait toujours autant rêver les jeunes qui veulent entrer dans les écoles de formation de journalistes. Or la concentration des titres, la disparition de certains d’entre eux, la diminution des recettes publicitaires font que, globalement, le marché de la presse n’est pas porteur. Je dirais même vulgairement que c’est un repoussoir pour quiconque veut trouver un emploi pérenne pour sa carrière.

34En effet, 13 écoles sont reconnues par la profession et mettent sur le marché, chaque année, environ 450 diplômés, à minimum Bac + 5, sans compter les écoles « bidon », généralement « pièges à fric ». Il n’y a donc pas de place, et sur les 450 diplômés, au moins 200 restent sans emploi en sortant des écoles professionnelles. Quand je suis sorti du Centre de formation des journalistes (CFJ) en 1966, j’ai pu choisir entre plusieurs journaux, et en CDI. Aujourd’hui, bon nombre de diplômés ne peuvent trouver qu’un CDD de trois mois, puis nourrissent la cohorte de ce que l’on appelle des pigistes. Sachez que la profession compte 14 % de chômeurs.

35Romain Barras, hier, nous disait que le journaliste ne s’intéressait pas au sport de base, au sport de masse. Dans L’Équipe, à l’époque, il y avait du sport scolaire, du sport universitaire, on avait un envoyé spécial aux Universiades, maintenant cela n’existe plus. Il n’y a plus de sport pour tous. Je vais prendre un exemple qui me fait un peu sourire, ce n’est pas en France, mais en URSS, où un journal, qui s’appelait Sovietski Sport, se vendait à 5 à 6 millions d’exemplaires tous les jours. C’était le journal officiel de sport de l’Union soviétique. Or, avec la disparition de l’Union soviétique, ce journal, qui continuait à vouloir traiter du sport pour tous, est mort. Un vrai journal de sport a été créé, Sport Express, avec l’aide de L’Équipe en 1993, qui a pris une très bonne place, mais Sovietski Sport est reparti depuis trois ans en ne parlant que du sport. Il est donc vrai que le sport est devenu spectacle, parce qu’il y a des spectateurs, tandis que le sport pour tous n’a pas de spectateurs, c’est simplement une velléité personnelle. Il y a le spectacle gratuit, si je puis dire, parce qu’il n’y a pas de droits de télévision, et là je revendique les sports que j’ai toujours couverts comme l’escrime, le judo, l’aviron, l’athlétisme ; et il y a des sports qui effectivement génèrent un gros apport de droits de télévision, et ce sont deux choses totalement différentes. Devra-t-on reprocher au sport d’être un spectacle à partir du moment où il respecte les règles telles qu’elles ont été conçues par l’usage ? Il est vrai aussi que grâce ou à cause de la télévision, certains ont changé leurs règles, c’est le cas du tennis de table, du volley-ball. Ceci étant, est-ce que cela dénature le sport ? Je ne le pense pas. De toute façon, le meilleur l’emportera toujours.

36Une dernière contrainte professionnelle, indépendante de la presse en elle-même, mais bien présente, est l’influence des 35 heures.

37Je prends l’exemple de L’Équipe. En 1998, en amont de la Coupe du monde de football, il a été décidé de créer, à l’essai, L’Équipe Dimanche. C’était donc le journal du septième jour. Malheureusement, le premier numéro fut consacré à la mort de Tabarly, on était loin de la Coupe du monde de football. Cela a tellement bien fonctionné que le patron a décidé de continuer le journal du septième jour, mais cela demandait 52 jours de travail supplémentaires, donc des jours de récupération. Au printemps 1999, ont été créées les 35 heures. Le patron de L’Équipe à l’époque, Jean-Pierre Courcol, qui a été très honnête sur l’affaire, a fait des 35 heures offensives, c’est-à-dire pour embaucher, et non pas des 35 heures défensives comme la majorité des employeurs, pour éviter de licencier. Donc, en huit mois de temps, on a créé un journal du dimanche, on a appliqué les 35 heures et on a embauché 62 journalistes. Cela a débouché sur quoi ? Avec des congés normaux, avec la récupération des 52 jours, avec les 35 heures, le journaliste de L’Équipe, et maintenant c’est valable dans tous les journaux qui ont une édition du dimanche, a 179 jours de non-travail par an. Certains disaient hier qu’il n’y avait plus de journalistes d’investigation. Comment voulez-vous investiguer avec 179 jours de non-travail, et avec des « gardes-chiourmes » dans chaque service pour bien vérifier que vous avez pris vos jours ? Il faut savoir qu’à L’Équipe, il y a un adjoint par groupe qui ne s’occupe que du planning des journalistes. En plus, ils doivent tous les prendre dans une période donnée. Il n’y a plus cette unité de travail, cette complicité, cette proximité qui pouvait s’établir avec des joueurs, des entraîneurs, puisqu’ils sont obligés de partager leur temps pour respecter les fameux 179 jours de non travail. C’est quelque chose qui, à mon avis, n’est évidemment pas une contrainte, mais qui explique les manquements dans le comportement des journalistes par rapport aux acteurs du sport.

Les contraintes technologiques

38Elles jouent pour tout le monde. La grande théorie des années 2004-2005 est de faire des groupes multimédias, qui font tout. Je vous rappelle que l’apparition d’Internet a été quand même monumentale. Fini, la vieille machine à écrire habituelle ! Mais, surtout, la création d’Internet a été diversement rentabilisée parce que, par exemple, on pourrait supposer que deux journaux « intelligents » comme Libération et Le Monde auraient pu dire : « Effectivement, Internet pour nous c’est formidable, donc on va faire payer ceux qui rentrent dessus. » Or, les populations de Libération et du Monde sont celles justement qui étaient plus enclines à aller vers Internet parce qu’elles disposaient de l’équipement adéquat. Le lecteur de base de L’Équipe, lui, n’a pas Internet. Le Monde et Libération au départ, contrairement à L’Équipe et au Figaro par exemple, ont fait l’accès gratuit à Internet. Là, leurs ventes « papier » ont baissé évidemment parce que les gens ne comprenaient pas pourquoi ils paieraient le journal alors qu’ils pouvaient l’avoir gratuitement sur Internet. Le mal était fait. Aujourd’hui, Libération ne vend pas à 30 000 exemplaires sur Paris. Le Monde, quant à lui, était à plus de 400 000 et il est à 280 000 actuellement. Ils n’ont donc jamais pu récupérer cette perte enregistrée au départ.

39Dans les groupes multimédias, mes confrères qui sont sur les événements sont virevoltants, ils sont équipés de plein de choses, ils font le papier pour le journal, puis ils envoient les résultats et un commentaire plus succinct pour Internet, et ensuite ils font une interview avec une caméra pour envoyer à l’équipe télévisée. Ils sont multicartes et cela veut dire aussi qu’il y a moins d’embauche. Ils ne sont pas exactement formés pour cela, mais on leur dit de se débrouiller. Ils sont devenus protéiformes. Cela étant, conséquence logique, on peut dire que cela manque de profondeur.

40Ce qui a changé aussi, c’est ce que l’on appelle les JRI, les journalistes reporters d’image, dont la formation est assurée dans les écoles professionnelles. Auparavant, il y avait un reporter, un caméraman, un preneur de son, quelquefois un éclairagiste. Tout le monde se déplaçait. Les JRI sont seuls, ils ont la caméra sur l’épaule, le micro qui dépasse, ce sont eux qui posent les questions, qui filment, qui montent. Donc, appauvrissement, non pas de journalistes, mais de métiers en correspondance, comme les preneurs de son, caméramans, etc. La formation de JRI est plus complète évidemment.

41Ces contraintes technologiques sont donc réelles et pesantes. Que va-t-il se passer ? On peut supposer que vu les avancées technologiques, il y aura encore autre chose très bientôt qui va amoindrir la réalité du travail des journalistes. Sans compter les incidences à la fois pour les chaînes, mais aussi pour les journaux écrits, c’est que les conditions économiques, la perte des rentrées publicitaires depuis 2001-2002 font que les gens se déplacent moins, il y a donc moins d’information individuelle, ciblée, typée, parce que l’on reprend les dépêches de l’Agence France-Presse.

Les contraintes du sport lui-même

42Réflexion globale : l’argent qui circule désormais dans le sport fait perdre de la proximité et de la convivialité à notre corporation. Pourquoi ? Parce que l’argent se traduit par l’existence d’agents, et les agents sont des empêcheurs « d’écrire en rond », parce qu’ils ont toujours une bonne raison pour protéger leurs joueurs. Pas tous, cependant.

43Argent aussi, où les clubs désormais imposent le huis clos. Certains entraîneurs peuvent décider le huis clos toute la semaine. Comment voulez-vous faire le métier dans ces conditions ? On a droit maintenant à deux entraînements par semaine et deux conférences de presse. Cela dépend de l’humeur de la personne, si elle ne veut rien dire, elle ne dit rien. C’est assez compliqué.

44Nous avons imposé dans tous les stades ce que l’on appelle des zones mixtes. C’est un endroit où les joueurs et entraîneurs doivent passer, ils répondent ou pas aux sollicitations des journalistes, certes, mais ils doivent passer là. Dans certains clubs, dans les vestiaires, ils ont construit une porte d’évacuation qui va directement sur le parking, sans passer par la zone mixte. Ce sont vraiment des contraintes.

45La contrainte du sport lui-même, ce sont les horaires, parce que cela dépend du diffuseur. Les matchs ont lieu à 19 h ou à 20 h, ce qui est très bien pour nous, mais certaines chaînes diffusent le match à 21 h, s’il y a prolongation ou tirs au but, le journal régional de l’équipe n’a pas le résultat, ce qui est inadmissible.

46Vieille réflexion du syndicat de la presse quotidienne régionale : ce n’est pas de notre faute, le papier coûte plus cher, La Poste nous oblige à avancer pour la distribution à nos abonnés, etc. La presse régionale perd chaque année entre 1,5 et 3 %, quels que soient les journaux. Si les chiffres de vente diminuent, c’est parce que leur journal ne répond pas à l’attente des lecteurs. Je suis bien placé pour le savoir : à L’Équipe, en 2001, on était à 410 000 exemplaires, on en est à 270 000 aujourd’hui. Je ne vois pas comment cela peut changer. Je ne veux pas dire que c’était mieux de notre temps, mais il n’empêche qu’on ne répond pas à la demande des lecteurs de L’Équipe et notamment au niveau des résultats. Or le lecteur de L’Équipe veut des résultats.

47Donc, c’est cet argent qui, à mon avis, fait perdre la notion de convivialité dont je parlais au début. Vous ajoutez les 179 jours de non travail, plus les agents, plus le huis clos, il n’y a plus de proximité, on ne fait plus partie de cette famille de quatre membres : dirigeant, entraîneur, athlète, journaliste. Tout cela a disparu et je ne vois pas comment on va y revenir. Je ne suis pas désespéré parce que l’on met en image les sports professionnels, ceux qui sont très diffusés, ceux qui imposent des contraintes, mais quelqu’un comme Teddy Riner est encore formidablement accessible, comme Alain Bernard d’ailleurs. Tant mieux pour les journalistes. Je pense que la dichotomie existe vraiment, et comme je vous le disais hier, pour l’escrime qui est quand même le sport le plus médaillé de l’histoire des Jeux, il faut savoir que la Fédération française d’escrime n’a pas un partenaire financier. Ces sports-là demeurent fidèles à leur histoire, à leurs traditions, à leur enseignement, il est donc très facile de travailler avec eux parce que nous n’avons aucune contrainte extérieure qui nous empêcherait d’avoir une approche, une convivialité, une amitié entre un journaliste et un champion ou un entraîneur.

48Je vous recommande le livre de Jacques Marchand, Responsables…, déjà mentionné. Essentiel, remarquable, et tel que Jacques Marchand peut le faire, lui qui est toujours notre maître à tous.

Ernest GIBERT

49Je te remercie au nom de celles et ceux qui sont là, et qui ont eu le privilège de t’entendre. Tu as, sur cet aspect de la relation entre le sport et les médias, remis la réflexion à sa place.

Débat

Jean DURRY

50Jean-François Renault a eu un grand mérite, celui d’avoir dirigé à L’Équipe le groupe des sports olympiques. En dehors des Jeux eux-mêmes et de la période des Jeux, j’imagine qu’il n’était pas tellement facile de défendre les rubriques olympiques à la fameuse conférence quotidienne de rédaction.

51Dans le feu de l’action, il y a une contrainte dont il n’a pas parlé, et qui est devenue maintenant terrifiante, c’est celle justement de l’instantanéité entre le match et ce qui doit être livré au journal. C’est-à-dire que, même si le match a lieu à 19 h, « la copie » doit être envoyée au journal au fur et à mesure de la partie, même si les résultats ne sont pas encore connus, si bien que cela rend impossible tout travail de réflexion.

52Ma deuxième question, très naïve, s’adresse aux organisateurs de cette Université Sportive d’Été et concerne les jeunes qui suivent le stage de formation au journalisme, en lien avec l’USE. Pourquoi n’assistent-ils pas aux conférences ?

Jean-François RENAULT

53L’instantanéité existait avant. Par la force des choses, vu mon âge, je me suis vu plusieurs fois dans des stades, au fin fond de l’Europe, notamment à Oslo pour l’athlétisme où trois records du monde tombaient en une demi-heure ; on n’avait pas de tribune de presse, on n’avait qu’un stylo au milieu du public sous la pluie, on avait un téléphone dans le couloir du vestiaire, et on était 18 à vouloir téléphoner. Donc, on allait voir le gardien du stade dans sa guérite, on sortait des billets et on lui prenait sa ligne pour dicter le papier au téléphone. C’était magnifique et jamais on ne manquait un papier, parce que l’on savait se débrouiller. Maintenant, les jeunes, quand ils arrivent dans les stades, grâce à l’UJSF notamment, ont tout l’équipement nécessaire installé, l’éclairage, la télévision, les prises de courant, etc.

54Je me rappelle des matchs de football qui commençaient à 20 h 30 à l’époque, et le journal devait boucler à 22 h 15. Les confrères du football écrivaient l’action en sténo jusqu’à la 75e minute. Donc, l’instantanéité a toujours existé.

Ernest GIBERT

55Une rapide réponse à la deuxième question de Jean Durry. La relation entre le stage de communication et cette partie publique de l’USE a toujours été continue ; et nous estimons, à tort ou à raison, que c’est aux responsables du stage de communication de définir avec les stagiaires quels seront leurs centres d’intérêt. Car ce n’est pas une initiation au journalisme, c’est un stage de présentation, de découverte, à la fois du journalisme et d’eux-mêmes. Le choix qui a été fait cette année par les responsables du stage de communication a été de construire des reportages, réalisés plutôt à l’extérieur, qui seront présentés le dernier jour. Voilà l’explication.

56Pour ma part, je pense que pour eux il eût été bien d’entendre hier la séance d’ouverture, et je crois aussi que pour eux la séquence de ce matin était un moment privilégié pour avoir une idée beaucoup plus profonde. Ils se rattraperont, ils savent lire, il y aura une publication et ce qui a été dit ne sera pas perdu.

Christian PELTIER

57Je me permets de préciser, à partir de mon attention toujours portée, au fil des ans, sur le stage communication, que nos stagiaires se sont bien approprié les thèmes de notre USE 2011. Des reportages sportifs choisis vont porter sur le rugby et le football. Leurs travaux sont illustrés généralement en s’appuyant sur le contexte local et de proximité. En l’occurrence, ils rapporteront des instantanés de la relation du journaliste avec l’entraîneur, le joueur et le public.

Jean-Louis MICHEL,
Administrateur de l’UNCU

58Deux observations, en ce qui concerne les contraintes, sur le rôle des agents. Dans le cadre de la culture sportive, les agents ont brouillé beaucoup de choses, notamment vis-à-vis des journalistes, mais même vis-à-vis de nous. J’ai tenté de faire venir des nageurs du Cercle des nageurs de Marseille à cette Université Sportive d’Été, et ils sont passés par les agents. Or ils sont à la Faculté des Sports de Marseille en tant que sportifs de haut niveau. Cela laissait penser à une autre solution.

59Ma deuxième observation porte sur la presse quotidienne régionale. Vous dites qu’elle ne traite pas le sport en profondeur. Je prends un exemple très local qui concerne La Provence. Le cyclisme et le concours de boules du Provençal sont traités en détail avec les classements, chacun sait combien de temps il a mis pour parcourir Marseille-Cassis. Donc, je trouve que, là, la presse sportive régionale a quand même un rôle important.

Jean-François RENAULT

60Heureusement qu’ils font encore cela, sinon plus personne ne les lirait. Ce n’est pas en faisant les pages 2 et 3 sur le Rwanda et la chute de la bourse qu’ils vont vendre des journaux, mais sur la proximité. Il y a dans toute la France des villes de 4 000 ou 5 000 habitants où il se passe quelque chose, où il y a des gens intéressants, où il y a du travail d’investigation, de rencontre, de proximité.

Robert DENEL

61On peut regretter que le travail d’investigation des journalistes soit extrêmement rare et ait presque disparu. Connaît-on les raisons de cette situation ? Est-ce la faute des journalistes, la faute des médias, ou d’autres… ?

Jean-François RENAULT

62Bien sûr qu’il y a encore, dans les magazines sportifs, de l’investigation. Mais je vous l’ai dit tout à l’heure, avec les 179 jours de non-travail marqués au stabilo par l’adjoint, comment voulez-vous faire un vrai travail d’investigation qui peut durer une semaine en étant libre de son emploi du temps ? Je m’interroge aussi. Est-ce que la jeune génération est encore portée vers cela ? Je n’en suis pas sûr. Est-ce que les titres de journalisme de sport sont adaptés à cela ? Est-ce que les patrons de journaux veulent justement de cela ? Je n’en suis pas convaincu non plus. En plus, le marché est assez réduit concernant les magazines d’investigation et de reportage sur le sport. Je ne dis pas cela pour d’autres parties du journalisme, notamment le journalisme politique avec ce que l’on appelle des reporters de guerre. Ce sont des personnes exceptionnelles qui sont d’ailleurs majoritairement des femmes, qui partent en Libye.

63En guise d’anecdote, voici un souvenir. Quand j’étais encore en responsabilité à L’Équipe, chaque soir je faisais le tour de tout le monde. Un jour, il était 17 heures ; je passe auprès d’un collègue. il me dit qu’il doit aller chercher ses enfants à l’école et qu’il finira son papier en revenant… Avant, on finissait le journal, on jouait aux cartes jusqu’à 23 heures le soir. Cela sentait l’imprimerie, le papier, la chaleur, etc.

64Avec les nouvelles technologies, beaucoup de choses se sont déshumanisées alors que dans notre métier l’humanisme est très important. Maintenant, les journalistes sont derrière leur écran, ils traitent les dépêches mais ne font plus de trottoir.

Jean-Michel MARTIN

65Aujourd’hui, l’image domine l’information par sa facilité d’accès au grand public. Cette même information est relayée en direct avec Internet sans la chercher. On a l’impression que l’information qui passe par l’image nous est imposée. La presse écrite semble ne faire que suivre le même style d’information. J’ai pourtant le souvenir des années 1970, lorsque le championnat de France universitaire, pourtant compétition de moindre importance, figurait dans les colonnes de L’Équipe. Je me souviens très bien des étudiants lecteurs de L’Équipe de l’époque. Compétiteurs et suiveurs analysaient, cherchaient la trace de leurs exploits. L’Équipe était le vecteur de leur propre épopée. Ces étudiants ne manquaient jamais les articles des « avant-matchs » et des « après-matchs ». On pouvait dire que la symbiose entre le journal et les acteurs était réalisée.

Jean-François RENAULT

66Je suis d’accord et je pense que les patrons de presse veulent faire de bons journaux, mais en ont-ils les moyens ? Je n’en suis pas sûr du tout. Je pense que dans la presse quotidienne régionale, l’essentiel devrait être basé sur la proximité, sur les gens qui vivent dans le périmètre de ce journal, qui peuvent être des sportifs, mais aussi d’autres personnes intéressantes. Malheureusement, la presse quotidienne régionale repose sur du factuel, dans les petites villes, comme le tournoi de bridge des anciens ou le ramassage des ordures. Non, il faut parler des gens, et à partir de ce moment-là, ils parleront autour d’eux. Est-ce que la presse quotidienne régionale veut le faire ? Non. Le bassin d’Arcachon compte un million de personnes l’été et le journal Sud-Ouest n’a rien trouvé de mieux que de fermer l’agence d’Arcachon. Or si vous envoyez des jeunes journalistes débrouillards sur le bassin d’Arcachon, ils ramèneront tous les jours une page et demie avec de nombreuses personnes qui existent sur le bassin d’Arcachon ou le fréquentent. Cela peut être telle ou telle vedette ou celui qui fait des churros, ou celui qui joue de la guitare le soir, ou celui qui s’occupe du SAMU social, etc. Résultat : comme il n’y avait plus d’agence à Arcachon, c’étaient les mêmes annonces qu’au mois de novembre, alors qu’un million de personnes passait là tout l’été.

Alain BRAUN

67À un moment donné le groupe Canal + était propriétaire du PSG, qui jouait au Parc des Princes géré par Canal +, lequel retransmettait les matchs ; il s’agissait donc d’un circuit assez fermé. Et parallèlement, tout à l’heure, vous disiez qu’à l’époque de Roger Couderc, le consultant était de l’autre côté du grillage. Je crois avoir entendu qu’à un moment donné qu’il y avait une menace sur des journalistes, notamment en envisageant de leur faire payer leur place en vue d’une retransmission de la rencontre.

Jean-François RENAULT

68Non, je disais simplement que lorsque nous attribuions le nombre de places, RMC – pour ne pas les citer – était tentée de dire : « Trois consultants ou animateurs. » Nous leur avons dit non : un journaliste et deux journalistes. Il n’était pas question de payer, c’était une question de répartition des places.

Alain BRAUN

69Mais n’y a-t-il pas eu, à un moment donné, une menace de vous retirer le choix de la désignation de ceux qui accèdent à la tribune de presse ?

Jean-François RENAULT

70Non. Quand je suis arrivé dans la profession, les anciens m’ont fait signer la carte UJSF avant de signer mon contrat avec le patron. Maintenant, sur 280 journalistes à L’Équipe, 40 à peine sont à l’UJSF parce qu’ils n’ont pas connu tous les problèmes que l’on a eus.

71Il faut que l’UJSF dure, perdure, se renforce. Sinon, les boîtes de communication accréditeront qui elles voudront et quand elles voudront, selon les ordres du patron et de celui qui paye. C’est fondamental et, malheureusement, je pense que les jeunes confrères ne le comprennent pas assez. Or l’enjeu est de taille. Le jour où cela leur tombera dessus, ils diront que l’UJSF devait vivre.

Jean-Louis MICHEL

72L’année dernière, Manchester a imposé aux journalistes radios de payer leur place pour entrer dans le stade.

Jean-François RENAULT

73L’UJSF a agi en alertant l’UEFA et cela s’est annulé. Mais, cette année, cela s’est renouvelé, et les radios françaises ont boycotté l’événement. Ce sont des menaces permanentes et on arrivera à ce que les journalistes payent pour entrer dans les stades.

Jean DURRY

74Je souhaite dire un mot concernant les agents. L’Académie des Sports de France attribue chaque année un Grand Prix et diverses distinctions dont le Prix Olympique. Il y a deux ans, elle a choisi Alain Bernard, champion du 100 mètres nage libre à Pékin. Le rencontrant à Paris, je lui apprends ce choix et il est très heureux. Je l’informe de la date et il me confirme sa présence. Mais, n’étant pas passés par l’agent, nous n’avons plus jamais entendu parler d’Alain Bernard. Il n’a répondu à aucun courrier, il n’a pas été présent à la cérémonie.

75Quant aux contraintes technologiques qui évoluent à chaque époque, deux anecdotes me reviennent. En 1949, c’était la grande année Coppi-Bartali en Italie, ce duel à mort qui faisait rire aux larmes les Français. À cette époque, les journalistes avaient évidemment la grande crainte de ne pouvoir accéder à une fameuse ligne téléphonique. Et sur le Tour d’Italie, le Giro, se trouvait un très grand journaliste de cyclisme, Albert Baker d’Isy, qui travaillait pour plusieurs journaux dont l’un était rue de Rivoli. Tous les journalistes étaient là agglutinés et pas un n’arrivait à avoir la ligne. Arrive Baker, superbe, il passe devant ses confrères, fait un petit signe de tête à la standardiste, entre dans la cabine et, immédiatement, il a la ligne. Tout à coup, les journalistes le voient fou furieux, s’agiter, vociférer et sortir de la cabine : on lui avait passé Rivoli en Italie.

76Plus tard, Édouard Seidler se trouve aux Jeux asiatiques où il est assez difficile de réussir à faire passer un télex. Il faut aller à la poste centrale, attendre pendant des heures et cela ne passe pas. Et puis, enfin, miracle, au centre de l’organisation, au QG, il a un accès direct à la machine. Il passe son long reportage sur l’épreuve du jour et il sort, soulagé. Puis, dans le couloir, il jette un coup d’œil machinal sur le bureau d’à côté, et la machine à télex du bureau 38 n’arrivait que sur la machine du bureau 39 ! C’est dire que les contraintes technologiques des journalistes sont en effet toujours présentes.

Alain BRAUN

77Dans ton intervention, tu mentionnais que tu ne savais pas comment serait l’avenir, mais compte tenu que l’avenir s’écrit souvent selon le passé et le présent, as-tu une petite vision malgré tout sur la possible évolution du métier de journaliste ?

Jean-François RENAULT

78Très franchement, non. Si je plaisantais, je rappellerai un aphorisme que j’ai proféré à plusieurs reprises : « Gutenberg vaincra. » Je crois que c’est assez mal engagé, mais il n’empêche que je défendrai Gutenberg jusqu’à ma mort. Non, je crois très franchement que l’écrit va rester et il faudrait que les journaux comprennent enfin que le journalisme c’est quand même de la proximité en même temps que de l’analyse. Je pense que l’écrit va continuer malgré les concentrations qui sont délicates pour la profession, bien évidemment.

79Concernant les radios, je pense qu’elles vont évoluer. J’en discutais justement avec des confrères de RMC. Ils n’auront plus besoin d’avoir un boîtier pour retransmettre, ils auront une sorte de casque et parleront en direct en permanence.

80Il faut voir l’importance que Canal + a apportée dans la technologie, c’est extraordinaire. D’ailleurs, deux ou trois des réalisateurs de Canal + sont choisis pour être réalisateurs aux Jeux olympiques. Vous savez qu’aux Jeux olympiques, c’est un assemblage de réalisateurs venant de pays différents, selon leur discipline de prédilection et leur qualité de retransmission. Et Canal + a fait un travail absolument génial sur tous les sports qu’ils ont apprivoisés, le football, le rugby, l’athlétisme… Canal + a atteint pas mal de perfections à mon avis. Jusqu’où iront-ils ? Je ne sais pas.

Jean-Michel MARTIN

81Tout à l’heure, tu parlais des modifications des règles de tel ou tel sport dues à la presse et en particulier aux médias. Au basket, deux des règles fondamentales ont été complètement inversées. L’image du basket actuel à la télévision c’est le dunk, alors qu’auparavant, les joueurs n’avaient pas le droit de toucher au panier. La seconde règle fondamentale, c’est l’absence de contact. Pour régler les problèmes d’image qui limitaient le nombre de téléspectateurs aux initiés, on a simplifié les règles en autorisant et en codifiant le contact. C’est donc vraiment l’image qu’en donne la télévision qui a transformé la règle du basketball. Ces évolutions ont-elles amélioré le sport en question ? Pourquoi pas. Mais le plus souvent, c’est en diminuant les subtilités du sport qui en faisaient l’attrait. C’est bien la preuve de la puissance de l’audiovisuel sur le fonctionnement interne du sport.

Colette ANDRUSYSZYN,
Présidente déléguée du Lille Univerité Club (LUC)

82Je voudrais revenir sur le sport de masse qui n’est plus traité par les journalistes, au profit du sport spectacle. Est-ce que le journaliste a encore une ligne rédactionnelle en faveur du sport éducatif, ou encore en faveur de ces articles de fond qui relèvent du journalisme d’investigation ? On nous dit que cela n’intéresse plus les lecteurs. Oui, mais est-ce que ce n’est pas montrer un certain mépris envers la capacité de discernement du lecteur et est-ce que, finalement, les journaux n’ont pas les lecteurs qu’ils ont formés, voire déformés ?

Jean-François RENAULT

83Excellente intervention. Je revendique tout à fait le rôle éducatif du journaliste, et notamment du journaliste de sport, mais il est de plus en plus difficile de pouvoir le faire puisque les contours dans lesquels évolue désormais le journaliste, à commencer par le contour géographique de son journal, ne peuvent plus permettre d’être, comme on l’était à l’époque, davantage « transmetteur ». Le journaliste de sport est aussi quelqu’un qui doit d’abord garder mesure dans son jugement. Oui, le journaliste de sport a un côté éducatif dans son écriture ou dans sa retransmission audiovisuelle, mais il est de plus en plus difficile de le faire. Et deuxièmement, je ne suis pas persuadé que la génération actuelle ait cette appétence pour continuer à rétrocéder, si je puis dire, une partie de sa connaissance, de sa culture, à travers des écrits ou la télévision, de façon à donner quelque chose d’éducatif. Disons que l’époque ne veut plus cela et qu’il y a tellement de journaux spécialisés – beaucoup plus qu’il y a trente ans. La France est le pays en Europe qui a le plus de presse magazines, donc les cibles ont changé. Mais sur le plan fondamental, je ne dis pas que le journaliste est un éducateur dans le sens où vous l’êtes ou l’avez été, vous, généralement dans vos carrières. Pour autant, il a obligatoirement un côté éducatif à rétrocéder à ses lecteurs, et notamment aux lecteurs qui sont les plus jeunes.

Alain BRAUN

84Dans plusieurs exemples célèbres, j’ai aussi entendu des propos restant très distanciés vis-à-vis de comportements pourtant plus que répréhensibles.

Christian PELTIER

85Sur la relation aux lecteurs, aujourd’hui on voit comment les jeunes pratiquent l’information avec toutes les nouvelles technologies, l’Internet, les tablettes, etc. N’y a-t’il pas là justement une évolution complète et un risque de dématérialisation de l’information ? De plus, à observer comment les jeunes réagissent et comment ils suivent par exemple les matchs de football, les résultats avec tout le développement du « e-sport », nous constatons qu’ils créent des contenus d’analyses, d’observations, ils ouvrent des forums, des blogs… Cela apparaît quelque peu débridé mais n’est-ce pas là un nouveau journalisme ?

Jean-François RENAULT

86Premièrement, je me demanderai si c’est du journalisme. Deuxièmement, tout ce que tu dis me paraît aller vers un appauvrissement général et global. Évidemment, tous les médias, tous les titres sont présents sur Internet, c’est de l’instantané, du résultat, c’est un circuit d’information, point final. Évidemment, le journal écrit n’aura pas de lecteurs le lendemain matin parce que le lecteur aura tout su la veille au soir mais, je le répète, pour moi, ce n’est pas du journalisme, c’est créer un circuit d’information. Malheureusement, je pense que beaucoup ne se reposent que là-dessus en disant « je sais », mais « je sais que je ne sais rien », comme disait la chanson. On a l’impression que de plus en plus de gens se satisfont de cela en disant « je sais, j’ai vu, j’ai compris », mais en fait ils n’ont rien compris du tout, ils ont vu le résultat, c’est tout. Le rôle du journaliste est d’aller plus loin, de faire des analyses, de proposer des commentaires. C’est de plus en plus difficile maintenant, si ce n’est dans un journal écrit. Ce n’est pas sur un iPad qu’on va avoir une analyse.

87Je ne trouve pas que tout ça aille dans le bon sens au niveau de la culture, parce que le journalisme peut déboucher sur de la culture, tout de même, et j’espère qu’il le fait fréquemment. C’est un état de fait contre lequel personne ne pourra aller, et ce n’est pas rassurant.

Intervention

88Les « gratuits », les journaux gratuits, selon vous est-ce de l’écrit ?

Jean-François RENAULT

89Oui, c’est de l’écrit, mais il faut les fabriquer ! On les a le lendemain matin à la porte du métro, mais il faut les imprimer, donc ce n’est pas de l’instantané. Les gratuits ont fait mal effectivement à la presse en général, mais c’est en train de s’estomper, parce que cela coûte beaucoup d’argent, ils sont rachetés. J’ai l’impression qu’ils ne progressent plus en France, il n’y a pas de nouveaux journaux gratuits dont on annoncerait la création prochaine.

Robert DENEL

90Les journalistes sont chargés d’une mission importante, voire d’intérêt général, d’information, d’investigation, de sensibilisation… Peuvent-ils exercer cette mission en toute liberté, dans un volume horaire annuel de travail limité, lorsqu’ils sont salariés d’une société de presse ?

91Pourquoi ne pas exercer de façon libérale cette profession, de la même façon qu’un médecin ou un avocat ? Les grands journalistes d’investigation adoptent souvent ce statut.

Jean-François RENAULT

92Ce que tu dis est intéressant. C’est bien flatteur pour nous autres de mettre le journaliste au même niveau qu’un médecin ou un avocat. Je ne revendiquerai pas ce parrainage ou cette parité. Le médecin et l’avocat me paraissent avoir un rôle plus éminent dans la société que le journaliste, qui est considéré assez souvent comme un saltimbanque.

93Concernant ta deuxième partie d’intervention, pour avoir de l’influence, il faut être publié ou écouté ou être vu. Si tu veux faire du journalisme libéral, tu vas tomber dans la cohorte des pigistes, tu vas te vendre pour vendre tes papiers. Donc, la liberté telle que tu l’envisages dans la profession n’existe pas. Elle existe dans les faits parce que tu es pigiste, mais les pigistes sont en majorité des « crève-la-faim », malheureusement.

94Le journaliste qui veut faire de l’investigation, malgré les 179 jours de non-travail, peut le faire, aller jusqu’au bout. Il peut prendre du temps à lui. Avec ce côté hachoir de la vie de tous les jours, les 179 jours de non-travail, il n’en a pas envie. Quand on part sur un dossier d’investigation, cela peut durer deux jours ou un mois.

95Ensuite, tu dis que les grands journalistes d’investigation ne sont pas attachés à un média. on peut penser à quelqu’un comme Pierre Péan qui vient de sortir un livre. Évidemment, mais Pierre Péan, au départ, travaillait bien dans un média, ensuite il a gagné un peu d’argent et il a publié son premier livre qui lui a rapporté de l’argent. Il a pu se mettre tout seul, il a continué d’écrire et de vendre des livres, etc.

96Au départ, tous ces grands journalistes d’investigation étaient dans un média, quel qu’il soit.

Intervention

97Est-ce qu’il y a des journalistes de sport à l’AFP ?

Jean-François RENAULT

98Bien sûr, il existe un très grand service de journalistes de sport, et je vous rappelle que le chef des sports de l’AFP était Charles Bietry. Il est rentré à l’AFP en 1968 et l’a quittée en 1984 pour créer le service des sports de Canal +, et c’est lui qui avait eu l’exclusivité mondiale du massacre intervenu lors des Jeux de Munich, en 1972.

Intervention

99N’y a-t-il pas non plus une autre contrainte qui serait davantage liée finalement non pas au journaliste mais d’une manière générale à la société qui subit de plus en plus diverses informations ? Ce qui fait, qu’au bout du compte, il ne saurait plus trop où donner de la tête ? Il a peut-être besoin de ce travail d’investigation à l’heure actuelle.

Jean-François RENAULT

100La réflexion est intéressante. À peine 10 % de Français ont toutes les chaînes de télévision, ainsi que l’iPad, iPod, Facebook, Twitter, etc. 90 % de gens, chez eux, ont la télévision, mais pas la TNT, pas d’ordinateur, et n’ont donc pas accès à tout cela, encore que la situation est actuellement en train d’évoluer. Ils ne constituent donc pas la cible première des journaux, des radios, etc. Je ne pense pas que le journaliste ait été obligé de changer à cause de cela, mais je dis qu’il va être obligé de le faire maintenant parce que certains accès sont privilégiés, avec des accès d’informations aux médias, mais pour moi ce n’est pas du journalisme, c’est de l’instantané, de l’information. Alors, est-ce que rétrocéder de l’information est du journalisme ? Par définition, oui, mais ce n’est plus fait par des journalistes, ce sont des canaux d’information humains qui donnent des informations à des canaux d’information techniques. Cependant, je ne pense pas que le journalisme fondamental va changer à cause de cela.

Intervention

101Vous disiez tout à l’heure que les lecteurs voulaient des résultats. Des nouvelles disciplines se développent avec un grand nombre de participants, souvent. On peut les suivre sur Internet. Que font les journalistes ?

Jean-François RENAULT

102À L’Équipe, à une époque, on avait une moyenne de 32 sports traités dans le journal par jour ; c’est moins maintenant. Tu dis qu’il y a un grand nombre de gens qui suivent certains sports sur Internet, cela ne doit pas faire grand monde quand même. On ne peut pas tout donner dans un journal. comme je vous disais, la France se caractérise par la presse magazine la plus importante d’Europe. Il doit donc y avoir des revues spécialisées de trail, de surf, etc., bien évidemment. Il ne faut pas accuser les journaux de ne pas rendre compte de tout, on ne peut pas tout abriter. Entre ce qui est nourricier, c’est-à-dire avant tout le football, et les bonnes actions (tir, lutte, etc.), il ne reste plus beaucoup de place. L’Équipe est une vieille dame que l’on a du mal à violer, donc pour qu’un sport entre dans L’Équipe, il doit faire ses preuves. Je me rappelle qu’en 1983-1984, le triathlon commençait à se développer mais il était complètement désorganisé. Je me suis adressé aux responsables de cette discipline sportive. Avant que le triathlon n’entre à L’Équipe, je leur ai demandé de s’organiser, d’élaborer leur règlement. Et on a eu, au bout du compte, le triathlon en distance olympique.

Colette ANDRUSYSZYN

103Justement, nous avons très peu abordé la presse spécialisée. Comment se porte-t-elle ? On en parle très peu, or cela peut être un indicateur des pratiques, des attentes. Est-ce que cette presse vit toujours bien ? et les journalistes qui la font, comment se situent-ils ? As-tu des éléments là-dessus ?

Jean-François RENAULT

104La presse magazine de sport est moins forte aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a vingt ans. Beaucoup de titres ont disparu et les titres restants sont en baisse de vente par rapport aux quinze, vingt dernières années, que ce soit France Football, Tennis Magazine qui, à une époque, était vendu à 120 000-130 000 exemplaires. Aujourd’hui Tennis de France n’existe plus, de même que Ace, tandis que le bulletin officiel de la fédération, Tenis Infos, reste confidentiel. Il y avait trois revues de basket et il n’y en a plus qu’une seule car elles ont fusionné ensemble. Les revues fédérales ont du mal à se développer car comme elles ne peuvent pas être distribuées automatiquement à tous les licenciés, sinon elles perdent la commission paritaire, c’est donc une action volontaire velléitaire de s’abonner. La revue fédérale, ce n’est pas grand-chose, 2 500 exemplaires pour l’aviron, 10 000 exemplaires pour l’athlétisme et à peine plus pour le judo qui a pourtant 570 000 licenciés. La presse magazine de sport se porte moins bien aujourd’hui qu’il y a vingt ou vingt-cinq ans parce qu’il y a un problème économique dans ce pays.

105L’Équipe coûte 1,10 € le journal, L’Équipe Mag c’est 2 €. Cela revient à 32 € par mois. L’Équipe est un journal fondamental pour les « fondus » mais n’est plus essentiel pour les gens qui ont des soucis financiers. France Football, qui était monté à plus de 200 000 exemplaires, est maintenant à moins de 80 000. Pourquoi ? Parce que c’est un journal de complément du football, alors ou on achète cela ou on achète L’Équipe, mais comme dans L’Équipe maintenant on donne de plus en plus de football – économie oblige – ceci tend à détruire France Football.

106Je pense donc que si la presse magazine va plus mal, c’est aussi lié à un problème économique général au sein des ménages ; on ne peut plus acheter ce que l’on veut comme on le faisait encore il y a sept ou huit ans.

Jean-Paul BREFEIL
TUC, Administrateur de l’UNCU

107L’Équipe était un journal généraliste qui nous parlait de tous les sports. De plus en plus, l’essentiel du journal est consacré au football et quelques pages au rugby les lendemains de match du Tournoi des Six Nations ou des journées du Top 14. Les autres sports sont réduits à la portion congrue. Il est des numéros de L’Équipe qui ne disent rien de l’athlétisme considéré pourtant comme un sport fondamental, le sport olympique par excellence. N’y a t-il pas là une dérive uniquement tournée vers le maximum de ventes ?

Jean-François RENAULT

108Tout d’abord, il y a de l’athlétisme tous les jours dans L’Équipe.

109Ensuite, l’histoire de L’Équipe, depuis 1945, repose sur l’athlétisme avec Gaston Meyer, le pape, Robert Pariente, le « sous pape ». Quand je suis entré à L’Équipe, le premier test concernait l’athlétisme. On passait tous par l’athlétisme qui a toujours été très privilégié.

110On n’a pas parlé tout à l’heure des contraintes du sport. Pour un sport comme l’athlétisme, il y a maintenant des contraintes de calendrier. pour les grands meetings s’il n’y a pas Christophe Lemaitre et Renaud Lavillenie, cela n’intéresse personne. Avant, c’était magnifique, on avait des matchs internationaux, des France-Finlande-Suède, les gens adhéraient. Maintenant, il n’y a plus de matchs internationaux, l’équipe de France est représentée une fois dans la saison. Les meetings de la Ligue de diamant n’intéressent les Français que s’il y a Lavillenie ou Lemaitre.

Jean DURRY

111Descendant direct de L’Auto, le journal L’Équipe actuellement pose un problème curieux. Il y a trois rubriques majeures : le football, l’automobile, le tennis. Le rugby est renforcé et d’autre part L’Équipe essaye depuis dix ans d’inventer un impact des sports américains. Mais le problème pour le lecteur quotidien, c’est que maintenant L’Équipe a parfois jusqu’à 30 pages. La lecture complète de ce journal commence à prendre un temps totalement déraisonnable, et pour celui qui essaye de lire deux journaux par jour qui sont L’Équipe et Le Monde, il devient presque impossible de concilier ces deux lectures. Et, chose curieuse, alors que d’une part certains sports nouveaux pénètrent dans le journal, quelques petites rubriques maintenant se cantonnent aux blessures, aux transferts, potentiels ou pas, et à des avalanches de résultats – comme la rubrique Boxe –, alors que maintenant il existe quatre fédérations mondiales, que les titres ne veulent plus rien dire et que le journaliste n’arrive pas à donner une sorte de hiérarchie qui fait comprendre ce sport. D’autre part, une autre évolution me frappe, c’est que contrairement à ce qu’on disait, depuis un an environ, on commence de nouveau à privilégier dans L’Équipe de très grands « papiers », c’est-à-dire une interview de deux pages de tel ou tel athlète et, de nouveau, on semble essayer d’aller en profondeur. Quelle est la politique de ce journal ? et pourquoi cette idée de faire un journal de 24 à 30 pages ? Sans parler de cette Équipe du dimanche, qui est terrible, puisqu’auparavant on pouvait dételer un jour par semaine, alors que maintenant paraît chaque jour un numéro du journal. Plus de relâche possible, donc…

Jean-François RENAULT

112Premièrement, L’Équipe du dimanche connaît un grand succès et constitue la deuxième vente de la semaine après celle du lundi, puisqu’elle traite évidemment des résultats.

113Deuxièmement, L’Équipe a un coefficient CESP de lecture de 6,1, c’est-à-dire que chaque journal acheté est lu par 6,1 personnes. On a remarqué de manière factuelle, ponctuelle et qui existe réellement, que dans certains milieux, par exemple les usines, un seul individu achète le journal et partage la lecture avec ses amis, puisque l’un ne lit que le rugby, l’autre ne lit que le football et le troisième le cyclisme.

114La semaine dernière, il y a eu 32 pages, mais ce n’est pas fréquent, il faut vraiment que de nombreux événements soient mêlés, en ce moment la Coupe du monde de rugby, le championnat de France de football, etc. Cela peut descendre à 16 pages, le nombre normal.

115Il est vrai que L’Équipe a, depuis un an, développé ces doubles pages qui varient au gré de la semaine entre enquêtes et reportages. Si elle fait deux pages comme cela tous les jours, elle va tuer le magazine du samedi, sauf que le magazine du samedi est une vente forcée, on ne peut pas choisir, on est obligé de le prendre. Je pense qu’il y a des doubles pages, telles qu’elles passent depuis six ou huit mois, qui iraient très bien à L’Équipe Mag. Je trouve cela bien parce que cela redonne à L’Équipe une assise qui est quand même nécessaire dans le sport aujourd’hui. Globalement, c’est bien fait.

Ernest GIBERT

116On est beaucoup plus éclairé après t’avoir entendu.

117Dans l’ouvrage que j’ai déjà cité : Pour un humanisme du sport (1994), Jacques Ferran considère que le resserrement et l’irréversibilité des relations entre le sport et les médias mettent en péril l’équilibre même du système sportif.

118Jacques Ferran dit aussi que le traitement du sport par les médias risque d’en modifier l’image, et surtout les valeurs. S’agit-il d’un appauvrissement, d’un rétrécissement des valeurs ou, au contraire, d’un enrichissement ? Est-ce que cela fait partie de la responsabilité d’un journaliste de sport ?

Jean-François RENAULT

119Je dirais que cela devrait l’être. De même que l’on parlait tout à l’heure de son rôle éducatif, je ne sais pas si c’est vraiment fait et si ça va bien dans l’air du temps. Je suis assez frappé par exemple par des joueurs de football qui sont sous contrat et qui, tout à coup, ne viennent plus à l’entraînement, ils font le bras de fer avec leur club, ils sont sanctionnés en CFA… Il est quand même inadmissible que des joueurs sous contrat agissent de cette façon. L’Équipe ne s’est pas prononcée sur ce sujet. De même, je trouve que ce n’est pas bien du tout que L’Équipe ne se soit pas prononcée clairement contre la candidature d’Annecy pour les Jeux olympiques. C’était tellement évident, mais il était aussi évident de dire pourquoi les deux membres français du CIO n’ont pas tout fait pour empêcher cette candidature d’Annecy.

120Donc, oui, Jacques Ferran a raison, et je pense qu’il nous manque quand même, dans le journalisme de sport, des consciences professionnelles. Il y en a moins qu’il n’y en avait à l’époque, parce que la vie va plus vite, parce qu’il y a 179 jours d’absence, parce que sans doute les journalistes ne sont-ils pas autant accrochés que dans les décennies antérieures.

121Nous, on finissait à 23 heures, etc., alors que maintenant ils sont fonctionnarisés. On ne peut pas faire ce métier avec des horaires formatés. Tout ce que nous soulignons en découle, en grande partie, et on manque dangereusement de profondeur.

Ernest GIBERT

122Si on croit en une refondation du sport, elle doit s’appuyer sur la jeunesse, et par conséquent ne pas négliger sa dimension éducative. On vient de l’entendre, les supports des médias ont changé, notamment sous le poids de la technologie, les jeunes font de moins en moins partie du lectorat. Nous, comme toi, on espère que Gutenberg va gagner ; mais pour le moment, il régresse. Alors comment le journaliste peut-il faire en sorte, sans intervenir à la place des responsables du sport, que ce en quoi il croit dans le sport et qui est la raison pour laquelle il a choisi d’être journaliste de sport, soit à la hauteur de ce qu’étaient ses ambitions ? Bref, que la thématique des valeurs, sans qu’elles soient abstraites mais concrètes, parce que la réalité concrète c’est lui qui la décrit et qui l’analyse, soit le support par lequel le sport puisse redevenir vraiment du sport.

Jean-François RENAULT

123Premièrement, il faut que le journaliste de sport s’engage plus qu’il ne le fait aujourd’hui. Il ne faut pas que ce soit simplement un passe-plat. Celui qui s’engage à l’UJSF est celui qui s’engage dans ce métier, qu’il aime, qu’il a envie de défendre, avec lequel il va aller jusqu’au bout de sa vie. Il y a 4 000 journalistes de sport en France et 1 400 à l’UJSF. Je pense que cela passe d’abord par un engagement retrouvé du journaliste de sport par rapport aux événements – il y en a, même pour les « chapeauteurs », ceux qui font le papier de tête ; ils s’engagent.

124Mais pour s’engager davantage, il faut que cela repose sur une plus grande culture personnelle et une plus grande culture du sport, et je remarque que bien souvent beaucoup de lecteurs connaissent mieux le sport que le journaliste qui l’écrit. Ils ne lisent plus, n’ont plus de culture générale. Quand sont arrivées les 35 heures en 1999, on a pensé qu’ils en profiteraient pour s’améliorer, aller dans les bibliothèques, mais pas du tout !

125Cela manque de fondements, et sur le manque de fondements on ne peut pas s’engager davantage parce qu’on n’a pas d’assurance, on n’a pas de force en soi, on est un peu incertain.

Ernest GIBERT

126Merci Jean-François pour cette belle conclusion.

127« Indignez-vous » ne suffit pas, même dans une petite brochure. C’est « engagez-vous » qui convient. Notre espérance est que le sport et les médias, qui n’ont jamais été antagonistes, jouent de mieux en mieux ensemble, et pour cela il était bien que nous essayions aujourd’hui d’être à peu près au clair sur nos responsabilités mutuelles.

Notes

1 Jacques Marchand, Responsables… Déontologie pratique et vécue du journalisme de sport, un métier parfois méprisé, souvent critiqué, et toujours envié, Biarritz, Atlantica (coll. « Aventure des Journalistes sportifs »), 2011.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540