Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 1. « Le terrain de l’accomplissement personnel »

Jean-Michel Martin

Texte intégral

1Le terrain de l’accomplissement personnel. Sportives et sportifs engagés dans le haut niveau font le pari de la réussite et de l’excellence, dans un contexte fortement concurrentiel. Leur arrive-t-il de douter sur les moyens permettant d’y parvenir ? Qu’advient-il lorsque la fin visée prend l’aspect d’un horizon incertain, voire inaccessible ?

TABLE RONDE

Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire général adjoint de l’UNCU

2Avant de demander à nos deux invités de se présenter, je voudrais tout d’abord vous faire part des excuses de Yohann Diniz, recordman du monde de marche (50 km), retenu au dernier moment par d’autres obligations. C’était le troisième invité pour cette table ronde.

Romain BARRAS,
Champion d’Europe 2010 de décathlon

3Je suis décathlonien, cela fait une dizaine d’années maintenant que je suis au Pôle France d’entraînement de Montpellier. Mon palmarès : champion du monde universitaire en 2003, plusieurs fois vainqueur de la Coupe d’Europe de décathlon en 2003, 2006 et 2010, cinquième aux Jeux olympiques en 2008 à Pékin et champion d’Europe en 2010 à Barcelone.

4Je suis professeur d’éducation physique, je m’entraîne toujours et je prépare les Jeux olympiques de Londres. Je viens d’être recruté par l’UFR STAPS de l’Université Montpellier 2.

Jérôme VALLÉE
ex-capitaine du Montpellier Rugby Club

5J’ai joué à Montpellier pendant douze saisons ; j’ai été capitaine pendant cinq saisons ; j’ai commencé dans un petit club, à Ussel, en Corrèze, où j’ai appris les vraies valeurs du rugby et partagé de très bons moments dans un esprit totalement amateur. Quand j’ai commencé à jouer en 1996, le rugby n’était pas encore professionnel, nous jouions (notamment à Ussel) pour le maillot, pour défendre notre clocher.

Jean-Michel MARTIN

6Durant l’été dernier, j’ai été marqué par une information pourtant presque confidentielle. Le perchiste Pierre Quinon, recordman du monde en 1983, huitième athlète français champion olympique en athlétisme à Los Angeles en 1984, premier athlète tricolore à s’imposer aux Jeux olympiques dans une épreuve de saut et ce à Los Angeles, est décédé à l’âge de 49 ans seulement. Le décès est sans doute consécutif à un suicide.

7En ce moment même, je me suis rappelé les propos de la très riche USE de Nantes : Le Crépuscule des Dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ? Tout d’abord les propos de Jacques Marchand qui disait que les journalistes n’étaient pas très prolixes quand quelque chose n’allait pas chez les sportifs de haut niveau.

8Cette information m’a touché et m’a conduit à refeuilleter les cahiers de l’USE de 2003. Je n’y ai pourtant pas trouvé les propos qui avaient été tenus sur Pierre Quinon. Je pense que le cas de cet athlète avait été abordé au cours d’échanges dans la partie offde l’USE. Pourtant l’échec de reconversion de Pierre Quinon avait été abordé. J’ai même en souvenir la conclusion de l’échange qui mettait en avant le fait qu’il n’avait jamais pu porter ou supporter le poids de la pratique sportive de haut niveau et du cortège de manifestations sociales qui l’accompagne. D’une certaine manière, l’information de l’été ne m’a malheureusement pas beaucoup surpris. C’est, en revanche, dans l’avant-propos de notre ami Jean-Paul Schneider, que l’actualité de cette table ronde était évoquée directement. Puisque nous sommes dans le temps d’ouverture de la première table ronde de la présente USE, pour nos nouveaux invités, je rappellerai ce qu’il disait à propos de l’USE : « Depuis 1981, date du lancement de l’Université Sportive d’Été, se sont multipliés un peu partout séminaires, colloques, journées d’études sur le sport. Des fondateurs nombrilistes pourraient mesurer à cette inflation le succès de leur entreprise, née il y a plus de vingt ans, de la rencontre d’une poignée de sportifs, de journalistes et d’universitaires de bonne foi. Nous préférons y voir le signe que les menaces sur le sport se font de plus en plus pressantes, de plus en plus spectaculaires et que, en face d’elles, de plus en plus de femmes et d’hommes ressentent la nécessité de les maîtriser, voire de les contrer. En cela, nous n’étions pas mus par un quelconque souci d’hagiographie, fût-elle critique, mais par le sentiment d’une urgence : il fallait permettre au sport de suivre le mouvement de l’histoire, de s’adapter aux mutations d’une société qui le nourrissait et qu’il avait pour mission d’enrichir ; mais il fallait l’aider aussi à ne pas se dénaturer dans ses conversions, à rester fidèle à l’humanisme qui le fonde et qui fait sa dignité. »

9J.-P. Schneider disait également : « Il faut à l’athlète de haut niveau une remarquable force de caractère pour ne pas être saisi de vertige au milieu du tourbillon artificiel qu’on entretient autour de lui. D’ailleurs, pris entre le temps des entraînements, celui des épreuves et celui des indispensables récupérations, il ne peut guère se concentrer que sur son activité. Quant à ceux qui gravitent autour de lui, les entraîneurs, journalistes, dirigeants, spectateurs mêmes, qu’ils posent un pied seulement sur cette étrange planète, et les voilà happés par le mirage, progressivement persuadés de son exclusive importance et gagnés à leur tour par la frénésie de ce monde de paillettes et de sueur. C’est ainsi que dans les esprits se substitue à l’évidence le leurre à la constatation qu’il y a une vie en dehors et après le sport l’idée fallacieuse qu’il n’est de vie que du sport. »

10Dans les mêmes cahiers de l’USE, un propos de la championne de ski Régine Cavagnoud, malheureusement décédée en octobre 2001 au cours d’un entraînement qui, dès 14 ans, écrivait à ses parents les propos suivants : « Je suis une championne, nos mondes sont différents, vous ne pouvez pas comprendre, je ne suis pas comme les autres, je suis une sportive de haut niveau. » Voilà donc une activité humaine capable de produire un investissement si spécifique que les athlètes de haut niveau peuvent se trouver parfaitement isolés, dans un monde à part, différent des autres.

11Alors, il m’a semblé qu’à Nantes, en 2003, nous avions déjà bien analysé la vie de l’athlète en tant que telle, formalisée dans l’une des conclusions de cette USE : « Le plus important semblait être tout ce qui précède la carrière de l’athlète de haut niveau, son éducation, sa formation, sa préparation dans tous compartiments de la vie pour qu’il puisse aborder sereinement ses chalenges sportifs et sa reconversion. »

12Aujourd’hui, l’important pour nous est de savoir comment les athlètes vivent cette activité d’athlète de haut niveau. Quelle est leur vie ? Quelle est leur situation par rapport à la société ? Est-ce que cette situation particulière a pour eux une signification particulière ?

Romain BARRAS

13En ce qui concerne le sport de haut niveau, je pense que le problème vient du fait que l’on en fait un monde à part. À partir du moment où les instances ne vont pas réellement faire vivre le sportif dans une réelle société mais dans une société d’assistanat, où tout lui sera dû, on tombera dans des dérives dites du sport de haut niveau. Dans certains centres de formation de football par exemple, les athlètes ont tout quand ils le veulent, ils ne se rendent pas compte de la difficulté, de la valeur de l’argent, de la valeur des choses, et même de la valeur du travail. C’est tellement facile qu’une fois que l’on est dans l’engrenage, on est obligé d’y arriver.

14Pour prendre mon expérience personnelle, celle de l’athlétisme et des épreuves combinées en général, on essaye de toujours avoir ce double projet. Il faut faire autre chose parce que cela structure une personne. Pour un jeune, il est important de savoir organiser son emploi du temps, de savoir à quel moment on fait du sport, à quel moment on n’en fait pas, comment on va s’organiser pour travailler le soir, travailler avant ou après les entraînements. C’est important parce qu’à un moment ou à un autre, malheureusement, le sport de haut niveau peut s’arrêter en raison d’une blessure, et quand on se blesse, si on n’a que cela comme centre d’intérêt, c’est tout son monde qui s’écroule. Si on a quelque chose à côté, on peut s’y raccrocher. Cela m’est arrivé souvent de me blesser, mais à chaque fois j’avais mes études, des diplômes à passer, j’avais une vie scolaire à côté et à laquelle pouvoir me raccrocher. Le sport de haut niveau, c’est bien sûr énormément de choix, on doit aller vers ces choix de récupération plutôt que de sorties, on doit s’entraîner tard le soir ou tôt le matin et donc se priver de rencontrer des copains ; mais c’est aussi énormément d’aventures humaines et d’expériences qui valent le détour et qui valent pour la vie en général, puisque grâce à cela, on va réussir à développer des traits de caractère qui sont non négligeables et utiles dans la vie d’après.

15J’étais quelqu’un d’assez timide et, grâce au sport, je suis allé vers les autres, j’ai rencontré des personnes exceptionnelles, j’ai pu aussi apprendre à m’exprimer devant des personnes, devant des médias, structurer une pensée pour pouvoir exprimer l’idée. Si le sport ne m’avait pas aidé, le sport de haut niveau qui plus est, je n’en serais pas où j’en suis aujourd’hui.

Jérôme VALLÉE

16Je rejoins Romain dans le sens où le sportif de haut niveau est placé dans un monde à part, et ce dès son plus jeune âge, à partir du moment où il entre dans un centre de formation. Ce que je reproche le plus aux centres de formation, comme l’a évoqué Romain, c’est le manque d’autonomie, le manque d’action. Le joueur est dirigé dans ce qu’il peut faire et à aucun moment il ne choisit. Il n’est pas acteur de sa formation. On est donc dans un cadre très rigide. Très tôt, il a une capacité de jouer en professionnel et, très rapidement, il quitte le système scolaire et universitaire, et se retrouve à passer son temps à faire de la préparation pour jouer un maximum de matchs. Les jeunes qui suivent cet itinéraire finissent leur carrière avec des bagages scolaires ou universitaires très faibles.

17Le salaire des joueurs professionnels renforce ce sentiment de monde à part puisqu’il ne correspond absolument pas à « la réalité », l’environnement devient donc particulier, sans rapport avec un quotidien ordinaire.

Jean-Michel MARTIN

18Vous avez pratiqué. Vous pratiquez encore le rugby. Comment vous situez-vous par rapport aux autres sportifs de haut niveau, qu’ils soient ou non professionnels ? Ceux qui ne gagnent pas du tout d’argent, ceux qui en gagnent beaucoup ?

Jérôme VALLÉE

19On se situe dans une moyenne très haute en termes de salaire mais c’est incomparable avec le monde du football. Quand j’ai fini ma carrière, je touchais 6 000 euros par mois. Je suis monté jusqu’à 11 000 euros. Mais encore une fois, je suis conscient que nous n’avons pas des salaires qui correspondent à ceux de la vie réelle. J’ai peur que les jeunes joueurs n’aient pas cette notion de différence. Ils ne font pas la relation avec le monde du travail, celui de la société de tout un chacun.

20Malheureusement, parfois, le salaire prime sur l’esprit, c’est-à-dire que des joueurs vont choisir un club plutôt qu’un autre, non pas parce que le style de jeu et l’état d’esprit lui correspondent mais parce que le club lui offrira la plus forte rémunération.

Romain BARRAS

21Une phrase m’a toujours choqué et on l’entend de plus en plus souvent chez les sportifs : « Aujourd’hui, j’ai fait le job. » En ce qui me concerne, l’athlétisme n’a jamais été mon travail, mon métier. J’ai la chance aujourd’hui de pouvoir vivre ma passion et survivre de ma passion, c’est-à-dire que je gagne assez d’argent pour être à l’aise – heureusement que j’ai aussi mon salaire de professeur à côté –, mais je peux vivre ma passion tous les jours, je peux aller m’entraîner, j’ai obtenu des aménagements grâce à la Faculté, grâce au ministère de l’Éducation nationale qui me permettent de la vivre à fond, et c’est une chance énorme.

22Ensuite, une autre phrase revient souvent aussi : « Avec le niveau que tu as, tu gagnerais des millions au football ! Tu n’es pas jaloux par rapport à cela ? » C’est vrai que parfois cela me traverse l’esprit, je pourrais avoir une belle maison, une belle voiture, mais à côté de cela, je n’aurais certainement pas développé les valeurs que j’ai pu trouver dans mon sport, les expériences que j’ai pu connaître et construire, tout ce qui m’a été transmis, je ne l’aurais certainement pas trouvé dans un autre sport que le mien. Aujourd’hui, malheureusement, les médias donnent à ceux qu’ils veulent et prennent ce qu’ils veulent. Les médias aussi font la loi parce que plus un sport est médiatique, plus il y a de l’argent, plus les sponsors affluent. En ce qui concerne le décathlon, on en voit très peu à la télévision, c’est compliqué, donc tant que les médias ne voudront pas y mettre leur dévolu, on aura du mal à bien gagner notre vie en étant décathlonien. Je pense que ma carrière se terminera sur la satisfaction d’avoir gagné beaucoup plus que de l’argent.

Jean-Michel MARTIN

23Quelle différence, pour vous, y a-t-il entre ce que vous faites et ce que fait monsieur Tout-le-monde quand il fait du sport ?

24Pendant de nombreuses années, on a beaucoup prôné l’unité du sport entre le plus haut niveau et la pratique de masse. Est-ce qu’aujourd’hui, pour vous, l’unité du sport est une réalité, ou voyez-vous une autre structuration possible ? Comment voyez-vous les choses ?

Romain BARRAS

25Si on prend la définition du sport, elle est forcément compétitive, donc à partir du moment où il y a compétition, c’est pour être meilleur, soit meilleur que soi, en se dépassant, soit meilleur que les autres. Puis, il y a performance. Quand on dit performance, j’aime bien le mettre au pluriel, c’est-à-dire qu’à chacun ses performances. Quand j’arrive aux championnats du monde, mon but est de faire des performances pour battre les autres effectivement, mais peut-être que pour monsieur Tout-le-monde qui s’entraîne, sa performance sera de finir un marathon en cinq heures, et tout simplement de le finir, même en marchant.

26On parle souvent du sport de haut niveau qui demande beaucoup d’investissement, mais je pense que c’est l’excellence sportive qui demande de l’investissement. Peu importe son niveau en sport, à partir du moment où l’on veut être excellent dans un sport, excellence dans la pratique en termes d’investissement, cela demande les mêmes choses.

27Je me suis entraîné très longtemps dans le Nord, à Calais où j’étais le meilleur athlète, et le jour où j’ai disputé les championnats de France je suis devenu la star du club. Tous les jours, mes copains s’entraînaient autant que moi et en bavaient autant que moi, mais ils ne faisaient pas de performance.

28Une anecdote sur cet investissement : mon père qui était professeur d’EPS, mon premier entraîneur d’athlétisme, a entraîné un garçon qui pesait 140 kg, qui a fait un régime et est arrivé à 85 kg. Le jour où il est arrivé au club, il ne passait pas un 50 mètres haies avec la hauteur et l’écart poussins ; et au bout de quelques années d’entraînement il a réussi à faire un 110 mètres haies avec les 1,06 m et l’écart sénior. Mon père m’a toujours répété que sa plus grande victoire en tant qu’entraîneur, c’était ce garçon.

Jérôme VALLÉE

29Je trouve que la plus grosse différence entre le sport amateur et le sport de compétition, entre le sport amateur, le sport loisir et le sport de haut niveau, c’est l’obligation de résultats. Par exemple, quand on est sportif amateur et blessé, on ne peut pas s’entraîner mais ce n’est pas très grave. Mais quand on est blessé et sportif de haut niveau, il y a tout de suite des processus qui se mettent en place du côté du staff comme du joueur lui-même. Combien de temps va-t-on être blessé ? Dans combien de temps va-t-on pouvoir revenir ? Tout cela pour que le rendement du joueur soit bon, pour être le plus performant possible. Un joueur blessé est inutile pour l’équipe ; il n’est pas rentable. On va donc tout faire pour qu’il rejoue le plus rapidement possible quitte à anticiper sur la reprise prévue par les diagnostics des médecins, parfois même jouer contre l’avis médical. Il s’agit tout de même de la santé du joueur, mais lorsque l’on parle de se maintenir, de sauver le club ou de jouer un match des phases finales, le joueur et le staff sont prêts à tous les sacrifices… Je ne suis pas sûr qu’un joueur amateur joue un match avec la main cassée… Pour moi, c’est la grosse différence. Il est sûr que les résultats ont une grosse incidence sur les finances des clubs, si on joue la Coupe d’Europe, si on joue les meilleures équipes, les rentrées financières ne seront pas les mêmes… On va donc essayer d’avoir les meilleurs résultats possibles ou, à défaut, d’avoir des résultats suffisants pour se maintenir en haut de l’affiche. C’est la pression du résultat, on joue aussi parfois parce que l’on a l’obligation de résultat.

Jean-Michel MARTIN

30Vous parlez de la pression. Cette pression-là semble venir des médias, de l’argent. Mais n’y a-t-il pas là une spécificité qui fait que l’athlète de haut niveau serait toujours sous pression ?

Jérôme VALLÉE

31Oui, il est toujours sous pression. Je parlais des enjeux du club, de l’équipe mais le joueur lui-même se met aussi la pression pour jouer tout le temps. Lorsqu’on est sportif de haut niveau c’est qu’on est un compétiteur, on veut donc être le meilleur. Il y a donc cette pression humaine, lorsque le coach annonce l’équipe et que l’on est remplaçant ou pas dans le groupe. Si on est remplaçant, on se dit que la prochaine ce sera nous et on va tout faire pour y être. Les médias ont également une grande incidence sur le sport de haut niveau, notamment en matière de calendriers, qui font que les joueurs enchaînent les compétitions, les matchs, qui ne laissent jamais de temps de repos entre les matchs. Nous faisons parfois trois matchs en huit jours. Un match de rugby est tout de même violent. Là, on touche à la santé du joueur et je trouve que c’est grave. Tout cela pour des questions d’audience. Je me rappelle avoir joué des matchs en pleine canicule à 14 h avec une pause de 10 minutes en plus par mi-temps pour se réhydrater... C’est pour cela que je dis que la pression vient aussi des médias.

Jean-Michel MARTIN

32Jean Durry, dans sa conférence introductive, a cité symboliquement les Jeux de Mexico. À l’occasion de ces Jeux, Colette Besson considérait comme une victoire de pouvoir décrocher la septième place. Pour elle, arriver septième était une victoire car c’était mieux que sa place par rapport à son classement international de l’époque. Comment vous situez-vous par rapport à cet état d’esprit ? Est-ce que les médias ne vous poussent pas à ne considérer que seul un podium aura une importance ? Ou bien est-ce que vous avez une possibilité de voir les choses autrement ?

Romain BARRAS

33J’ai le sentiment que dans tous les domaines, les généralités sont très mauvaises. Il ne faut pas classer les médias comme le grand méchant loup ou le diable. Certains médias sont très compréhensifs, ils nous suivent depuis de nombreuses années et vont se satisfaire autant que nous de nos performances. Ensuite, il est vrai que d’autres ne voient que la médaille. C’est aussi la dérive, parfois, de certaines instances ministérielles ou fédérales… Par exemple, aux Jeux olympiques, si on n’a pas décroché de médaille, on n’est rien, personne ne vous parle sauf les gens que l’on connaît. En 2008, j’ai été cinquième aux Jeux olympiques et ce fut le plus beau jour de ma vie de sportif. Avec les médias, cela se passe bien, quand je suis arrivé au Club France, on m’a fait descendre de mon petit nuage en me laissant comprendre que, finalement, la place de cinquième était davantage une déception qu’une satisfaction. Je pleurais parce que j’étais heureux d’avoir été cinquième, et ils me disaient qu’ils comprenaient mes larmes parce que je n’étais pas loin du podium, alors que c’était l’inverse, j’étais très content d’avoir terminé cinquième.

34Le média français n’aime pas le sport, s’il n’y a pas un Français dans le sport on ne va pas forcément regarder. Dans les pays comme l’Allemagne, les pays nordiques, on regarde le ski de fond parce qu’on aime le ski de fond. On aime réellement la pratique sportive, on aime la performance, les gens connaissent les athlètes. En France, on connaît les Français et on va voir les Français qui performent.

Jean-Michel MARTIN

35Quel est pour vous l’objectif d’une saison sportive ? Est-ce être premier ?

Jérôme VALLÉE

36À Montpellier, on a traversé des périodes très difficiles. Nous avons joué pour maintenir le club pendant des années et des années. Quand je suis arrivé en 1999 (le rugby n’était toujours pas officiellement pro), il n’y avait pas d’objectif particulier si ce n’était alors de se faire plaisir, de se maintenir évidemment mais nous ne pensions pas à monter en top 16. Dans ce cas, se maintenir, c’était une saison réussie.

37Et puis Didier Nourault est arrivé. Il a commencé à structurer le groupe de l’équipe première, a rajouté des entraînements et nous avons commencé à gagner de plus en plus de matchs. Puis, au cours de la saison 2002-2003, on s’est dit que nous pourrions peut-être nous qualifier, nous avons fini par aller en finale et l’avons remportée.

38L’année dernière, c’est Fabien Galthié qui est arrivé. Ne connaissant pas le groupe, il nous a dit qu’il ne savait pas ce qu’il pouvait attendre de nous. Nous n’avions donc pas d’objectifs clairement définis si ce n’est de faire le mieux possible sachant aussi qu’il était impensable d’envisager la descente. Nous sommes allés en finale et l’avons perdue de peu. C’est un véritable échec : tout près du but après avoir mené pendant près de 70 minutes mais nous ne pouvons évidemment pas dire que cette saison est un échec parce que c’est la première fois que l’on a disputé une finale. On ne l’avait pas imaginé : Montpellier en finale ! C’était quelque chose d’exceptionnel. Je garderai toujours l’image de la ville de Marseille et du Vélodrome aux couleurs du club et tout le monde chantant « ici, ici, c’est Montpellier… ». C’est différent dans un sport individuel.

Jean-Michel MARTIN

39Comment envisagez-vous personnellement la troisième mi-temps ?

Jérôme VALLÉE

40La troisième mi-temps a beaucoup changé. Quand je suis arrivé à Montpellier, j’ai retrouvé un club familial avec un esprit amateur. Nous nous retrouvions régulièrement après les entraînements pour manger ensemble, on se voyait en dehors des matchs et des entraînements, nous étions une vraie bande de copains. Pas un match ne se terminait sans que nous ayons bu plusieurs bières ensemble et cela se terminait souvent très tard. Maintenant, il y a toujours un très bon état d’esprit, mais lorsque l’on sort de l’entraînement qui a commencé à 7 h 30 du matin et fini vers 13 h 30, il nous tarde de rentrer manger, nous reposer et profiter de notre famille. Et puis, physiquement, cela devient difficile, j’ai fini de jouer cette saison à 35 ans et je ne pouvais pas me permettre de faire ce que je faisais quand j’étais étudiant. Le problème aussi est que les entraînements sont de plus en plus exigeants en matière de condition physique et le moindre écart se paye.

41Là, je sais par exemple que très peu de gens sont sortis de Montpellier depuis le début de la saison. Par contre quand j’ai commencé à jouer à Ussel, c’était différent. On partait en déplacement, il y avait toujours cinq ou six caisses de bière dans la soute, des casse-croûte, du vin rouge, et quoi qu’il arrive on passait un bon moment dans le club house avec l’équipe adverse. Maintenant, on pense plutôt au match suivant, à récupérer et à se mettre dans de bonnes conditions pour la semaine d’entraînement qui va suivre.

Jean-Michel MARTIN

42Quand on dit sport, on pense aussi fête. Le considérez-vous comme tel ?

Romain BARRAS

43Oui, le sport doit rester une fête. Il y a tellement d’enjeux maintenant que même si on veut vraiment faire la fête, on ne le peut pas parce que l’on va être jugé tout de suite, pointé du doigt. Je pense que le rugbyman que l’on va trouver en boîte de nuit, assez tard, alors qu’il a un entraînement le lendemain matin, n’a plus le droit à l’erreur. En athlétisme, on n’a pas cet esprit d’équipe qui nous pousse à sortir ensemble ; en tout cas ce n’est pas toutes les semaines que ce type d’occasion se présente. On est dans une activité où l’on a un ou deux objectifs dans l’année, et soit il est atteint, soit il ne l’est pas. Je pense que le sport doit rester une fête, on fait quand même quelque chose de sympa tous les jours. Je ne vais pas à la mine, je ne travaille pas en usine, je suis au soleil à Montpellier sur un stade. Même dans la souffrance, c’est la fête.

Jean-Michel MARTIN

44Jérôme évoquait tout à l’heure les calendriers sportifs. Aujourd’hui, on se rend compte que les obligations des athlètes ont été à peu près multipliées par deux depuis vingt ans. Peut-on dire que l’on demande deux fois plus aux athlètes en 2011 qu’en 1991 ? Comment vivez-vous cet état de fait ?

Jérôme VALLÉE

45Il y a deux côtés. D’abord celui où l’on a la possibilité de plus de choses, d’aller jusqu’au bout de ses limites, de voir vraiment de quoi l’on est capable puisque l’on a toutes les conditions pour y aller et être le meilleur. Ensuite un autre côté où, malheureusement, il y a trop de pressions pour laisser reposer les joueurs. C’est donc une évolution à double tranchant.

46Le gros avantage, c’est que la multiplication des entraînements au profit de la performance nous permet, techniquement et stratégiquement, de faire un véritable bond en avant. Au niveau des touches, des mêlées, des lancements de jeu (…), tout est beaucoup plus précis et diversifié. En termes de temps de jeu effectif, la condition physique actuelle des joueurs a permis de multiplier ce temps par rapport à ce qui existait avant. Physiquement, sur le terrain, les joueurs vont plus vite, sont plus forts, les impacts sont de plus en plus impressionnants. Mais le côté négatif, c’est que la santé des joueurs est mise en jeu.

Romain BARRAS

47Ce que vient de décrire Jérôme, c’est typiquement « sports collectifs ». En athlétisme, on a la liberté du calendrier, on choisit les compétitions que l’on veut faire. On souffre peut-être plus d’un manque de compétitions dans le décathlon que d’une multiplicité des compétitions. Je fais trois ou quatre décathlons par an parce que cela demande énormément de récupération après. J’ai déjà battu le record du monde en faisant six décathlons dans la saison, mais l’année suivante, j’ai un peu payé cet effort au niveau de la récupération.

Jean DURRY

48Je voudrais revenir sur Colette Besson. Quand Romain nous a raconté la scène bouleversante au sujet de ses larmes de joie tenues par les tenants de la « médaillite » pour des larmes de déception, on a évoqué Colette Besson. J’ai eu la grande chance de la vivre, non pas devant un écran de télévision, mais bien sur les gradins du stade de Mexico, cette dernière ligne droite où elle sort cinquième du virage, passe une concurrente, encore une autre – elle est alors médaille de bronze – une autre et Lilian Board coiffée un mètre avant le fil : elle est championne olympique ! Ce qui m’a frappé, c’est qu’ensuite l’héroïne nationale a été toute seule, personne ne l’a soutenue, accompagnée, aidée. Elle n’a pas pu trouver les postes qu’elle devait avoir, elle a dû partir outre-mer et, jusqu’à ce qu’elle ait rencontré son mari Noguès, sa vie n’a pas été facile. Elle ne s’en plaignait jamais. Ma question est la suivante : qui, dans le sport français aujourd’hui, prépare les sportifs à la suite des événements une fois la « carrière finie » ? Est-ce que c’est l’État ? Est-ce que c’est le club ? Que fait aujourd’hui Jérôme, puisque pour Romain la voie est tracée, et qui vous aide à préparer l’avenir ? Voilà vraiment une des questions fondamentales qui se pose pour le sportif de haut niveau, pour celui dont la « première vie » est nécessairement limitée dans le temps.

Jérôme VALLÉE

49On a la chance aujourd’hui d’avoir un syndicat de joueurs qui nous aide. Pour ma part, je suis toujours resté en activité, je travaillais à Hérault Sport depuis sept ans, j’ai toujours eu ce souci-là mais je constate que les joueurs d’aujourd’hui s’en soucient de moins en moins. J’avais anticipé la fin de ma carrière, ce qui ne m’empêche pas aujourd’hui de mûrir d’autres projets, de réfléchir exactement à ce que je veux faire, mais j’ai un emploi qui me plaît, disponible tout de suite après m’être arrêté de jouer. À part Proval, le syndicat des joueurs, c’est à chacun de se débrouiller, le jour où nous arrêtons il n’y a plus personne pour nous dire quoi faire, vers qui aller. C’est paradoxal parce que l’on est tellement assisté par le club, pendant notre carrière pour la performance, pour les démarches administratives, pour trouver un logement, nous donner les horaires des entraînements, le programme physique des vacances (...) ; et quand tout cela s’arrête on a l’impression d’avoir été abandonné, livré à soi-même alors que c’est la vraie vie qui commence…

Romain BARRAS

50En préambule, je vais être assez critique, j’ai été beaucoup aidé par l’État, par l’Éducation nationale qui m’a détaché à l’UNSS, qui m’a permis de m’entraîner, qui maintenant à l’Université de Montpellier me laisse aussi le temps de m’entraîner en me donnant un emploi du temps à tiers temps. Donc, effectivement, des choses sont faites. Le gros bémol, c’est qu’on nous aide en France quand on est arrivé. Or quand on est arrivé, la plupart du temps on n’a plus besoin d’être aidé. En revanche, il faut être aidé pour y arriver. En France, on ne nous donne pas les moyens de ces objectifs, on veut des médailles olympiques mais on ne donne pas les moyens matériels, financiers, pour que les athlètes de haut niveau se préparent réellement. Et quand je dis « athlètes de haut niveau », je parle plutôt des athlètes de haut niveau amateur dans certaines disciplines olympiques plus confidentielles, qui puissent vraiment se préparer dans des conditions optimales, sans avoir ce souci de la reconversion ou du moment présent, c’est-à-dire comment manger ou comment payer son loyer. C’est dommage, effectivement, d’aider les gens quand ils ont des résultats.

Robert DENEL,
Secrétaire général du l’UNCU

51Vous arrive-t-il parfois de douter ?

Romain BARRAS

52D’abord, je n’ai pas une énorme confiance en moi, je doute beaucoup de mes moyens physiques et mentaux pour parvenir à la performance de haut niveau. Effectivement, quand j’arrive sur un stade, la plupart des concurrents sont plus forts que moi. Ce manque de confiance doit être travaillé, mais le doute fait partie intégrante de la pratique de haut niveau et me permet aussi de me remettre en cause plus souvent que d’autres, de chercher les moyens de combler ces vides que j’ai l’impression d’avoir.

53Ensuite, pour ce qui est des moyens que l’on nous impose, on est dans un sport individuel et on donne ce que l’on veut bien donner. Si demain, j’ai envie de poser mes pointes et d’arrêter l’entraînement, ce ne sera pas un problème. Je n’ai pas signé de contrat.

54En ce qui concerne le dopage, j’ai été très clair et précis là-dessus, ce que je fais, je le fais parce que j’en ai envie et je le fais pour voir ce que je peux faire moi-même. J’ai envie de me lever le matin, de me regarder dans la glace en me disant : « Les performances que tu as réalisées aujourd’hui sont dues à toi et à toi seul, peut-être à ton coach, à tes parents, à ton entourage, mais pas à la petite pilule bleue. » Effectivement, des gens vous en parlent à certains moments de doute, mais on a une éthique ou on n’en a pas. Mon père ne m’a pas formaté pour être un athlète de haut niveau, mais éduqué pour être simplement un athlète, et même un homme. Pour lui, le sport était un prétexte pour devenir quelqu’un, de la plus belle des manières, mais pas pour devenir un champion. Avec cette philosophie-là de l’apport du sport, à quoi cela me servirait de me doper ? Cela va me créer des performances artificielles. Bien sûr, la plupart du temps, les Américains par exemple se dopent pour gagner plus d’argent. Effectivement ils vont gagner plus d’argent mais ils auront cette ombre au-dessus d’eux-mêmes toute leur vie. Ce n’est pas du tout mon credo.

Jean-Michel MARTIN

55Vous dites que les Américains font cela pour gagner en sport, et donc gagner de l’argent. Il n’est pas sûr du tout, en raison de leur culture, que le fait de se doper corresponde pour eux à une situation anormale. En revanche, nous apprécions très largement votre point de vue. Par contre, dans les sports collectifs, on parle beaucoup moins de dopage, avez-vous une opinion sur la question ?

Jérôme VALLÉE

56Dans le milieu du rugby, ce fléau n’est pas encore monnaie courante. Concernant les moyens qui sont en place, à notre disposition, on a tout ce qu’il faut pour être le meilleur possible. Il y a une salle de kiné, une salle vidéo, des kinés et des préparateurs physiques toujours disponibles pour nous aider à mieux récupérer, être plus fort, plus rapide (...). Je ne parlerai pas d’éthique car chacun voit comment il veut atteindre sa meilleure performance. Pour ma part, je n’ai jamais été confronté au dopage, on ne m’a jamais proposé de produits illicites et je n’ai jamais vu quelqu’un en prendre. J’ai toujours pensé qu’il y avait une vie après le rugby qui serait plus longue que le temps de la carrière sportive, et je n’ai pas voulu l’hypothéquer, mais surtout je sais que je ne dois rien à personne ni à quoi que ce soit. Plus la victoire est difficile, plus elle est belle.

Alain BRAUN,
PUC, Administrateur de l’UNCU

57Je souhaiterais qu’on revienne au double projet, à la pression sur le résultat. Je voudrais savoir ce qui vous a personnellement amenés à mettre la pression sur la formation extra-sportive, et si vous avez quelques suggestions simples, faciles à mettre en œuvre, pour améliorer la situation. Qu’est-ce qui vous a poussés personnellement à faire autre chose que simplement du sport de haut niveau ?

Jérôme VALLÉE

58Ce qui m’a poussé, c’est la précarité du statut de joueur de haut niveau : les contrats sont d’un an, deux ans, trois ans au maximum, nous ne sommes pas à l’abri d’une grave blessure qui peut compromettre une carrière. Et puis je pense que, pour être épanoui, il faut pouvoir se reposer sur autre chose, savoir que l’on a quelque chose d’autre qui rend notre situation tout de suite moins précaire. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire après le rugby ? Qu’est-ce que je peux faire à part du rugby ? Ce sont autant de questions fréquemment posées par des rugbymen, ou qui devraient l’être…

59Lorsqu’on ne joue pas, quand on est blessé, on peut se projeter dans d’autres projets et les faire avancer. On n’est pas simplement un pion mais on devient réellement acteur de son avenir.

Romain BARRAS

60Je pense que la réalité est presque pessimiste. Les jeunes aujourd’hui pensent très peu à leur avenir. Je suis professeur à la faculté des Sports et la moitié des étudiants de mes promotions ne savent pas ce qu’ils vont faire, bien qu’ils soient engagés dans une voie professionnelle. Ce n’est donc pas particulier aux sportifs de haut niveau. À l’heure actuelle, ce qu’ils veulent c’est gagner de l’argent tout de suite et sans rien faire.

61Ce qui m’a poussé à faire des études, c’est mon éducation. Mes parents m’ont donné le sens du travail. J’aime comprendre et connaître les choses, et chaque jour j’essaye de me cultiver un peu plus et de trouver des moyens pour me cultiver. Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Vu l’encadrement et le cocon dans lequel se trouve le sportif, c’est un public que l’on peut vraiment sensibiliser. Quand Jérôme parle d’une sensibilisation par des conférences, des témoignages de parcours de vie sportive, c’est forcément par là qu’on peut faire comprendre aux jeunes la réalité (…). Quand on voit des exemples comme celui de Jérôme en rugby, grâce à sa reconversion, grâce à son palmarès, à sa carrière, on peut leur expliquer que lui aussi l’a fait. Il y a des disciplines où c’est plus facile. En athlétisme, c’est très simple ; à part une dizaine d’athlètes qui gagnent très bien leur vie, les autres sont des smicards. Par contre, dans le football, pour faire passer ce message-là, c’est autre chose. Le message actuellement dans le football, ce n’est pas de trouver une reconversion mais de savoir comment on va gérer son patrimoine, pour ne pas le dilapider n’importe comment. Tout le monde a sa part de faute dans cette situation, mais je n’ai pas non plus de solution miracle pour intéresser les jeunes à leur avenir.

Christian PELTIER,
NUC, Administrateur de l’UNCU

62On est sur le terrain de l’accomplissement. Romain Barras a parlé de son père, Jérôme Vallée a parlé de ses trois enfants. Je me pose la question : où trouvez-vous aujourd’hui le « ressourcement » pour gérer la pression, et tout ce qui fait cet environnement-là ? Autre point : je n’ai pas encore entendu parler de la notion de club. Qu’est-ce que le club représente pour vous aujourd’hui, vous qui êtes maintenant bien au-delà de l’environnement club ? Romain participe-t-il à l’interclubs, par exemple ?

Jérôme VALLÉE

63Aujourd’hui, quand je rentre chez moi, mes priorités sont mes enfants et ma femme.

64J’ai toujours eu cette double volonté de réussir professionnellement et sportivement. Quand ça n’allait pas sportivement, je me reportais sur mon travail. Quand j’étais blessé, j’essayais toujours de me dire que c’était une période difficile mais que j’en ressortirais toujours plus fort, alors je travaillais mes points faibles pour le rugby et mes projets professionnels.

65En ce qui concerne le club, j’ai vécu une aventure sportive et humaine. Je suis arrivé dans un club peu structuré et je le quitte sachant qu’il va disputer la plus grande compétition des clubs de l’hémisphère nord. Nous avons grandi ensemble, traversé des périodes très difficiles mais aussi de joies encore bien plus intenses. J’ai appris à jouer à Ussel, un tout petit village, où j’ai appris et partagé les valeurs de solidarité, d’amitié, d’entraide et c’est ce que j’ai retrouvé et essayé de cultiver à Montpellier. J’ai fait beaucoup de sport quand j’étais jeune, mais dès lors que j’ai mis le pied dans le rugby je n’en suis jamais ressorti. Le club devient votre seconde famille.

Jean-Michel MARTIN

66Nous avons la chance, ici, d’avoir deux garçons qui sont près de leur famille. Lors de notre USE de Nantes, certains athlètes nous disaient leur difficulté après être partis pendant huit ou dix jours, vivant sur un nuage complet dans des compétitions de très haut niveau. Rentrer à la maison et essayer simplement de discuter avec leur épouse devenait une épreuve, tant ils se sentaient ailleurs et les mondes étaient tellement différents qu’ils avaient de réelles difficultés à communiquer durant de trop longues périodes.

Romain BARRAS

67En ce qui concerne le « ressourcement », les moyens de se ressourcer, pour ma part, c’est ma faculté à séquencer ma vie qui m’aide. J’ai une vie d’athlète, une vie professionnelle, une vie familiale, une vie avec mes proches. Quand je sors du stade, c’est fini, je ne vais pas penser outre mesure à ma performance ou à ma pratique.

68Il y a quelques années, quand je suis arrivé à Montpellier, j’avais un collègue d’entraînement qui, pendant que l’on faisait cuire les pâtes, faisait des mimes de javelot. C’est impossible pour moi, quand je sors du stade je pense à autre chose.

69Pour le club, je suis toujours dans mon club d’origine, j’y suis licencié depuis l’âge de 7 ans ; cela fait donc très longtemps que j’y suis et, effectivement, j’ai reçu plusieurs propositions, notamment de Lagardère Racing qui m’a fait des ponts d’or pour que je vienne. J’ai préféré rester dans un club où mon père est vice-président, mon frère président, mon oncle trésorier, etc. Ce que j’aime voir ici à Montpellier, c’est le MUC, qui organise des interclubs comme j’aime les voir, avec des gens qui ne sont pas des mercenaires, qui ne viennent pas seulement pour les interclubs mais qui ont une vraie identité de fait, de partage pendant la compétition. Si je devais changer de club, ce serait pour un club comme celui-là. Ce sont ces clubs qui m’attirent, où il y a un réel esprit de famille, où l’on se sent bien, etc.

Intervention

70Je ne suis pas attaché de presse de l’INSEP mais je voudrais dire qu’actuellement il existe 48 formations différentes à l’INSEP et tous ceux qui sont à l’INSEP ne sont pas champions du monde ou champions olympiques. Ils peuvent y suivre, s’ils le désirent, toutes sortes de formations (en électricité, en décoration d’intérieur, etc.).

Autre intervention

71J’ai cru comprendre, concernant les dates de matchs, qu’il y avait de plus en plus de pression par rapport aux pouvoirs d’image, etc.

Romain BARRAS

72Je reviens sur l’INSEP et suis tout à fait d’accord avec Jérôme sur le fait que quand on veut, on peut. Des moyens sont donnés aux sportifs qui arrivent à l’INSEP, qui ont un niveau, et on leur propose effectivement des formations. C’est vrai aussi dans les CREPS, mais malheureusement, de plus en plus, on perd ce côté populaire des CREPS où maintenant on n’accueille plus que l’élite, alors qu’avant les CREPS, créés dans les années 1940, formaient les futurs professeurs et éducateurs sportifs. Il y avait une réelle volonté de formation. Les sportifs eux-mêmes étaient formés dans les CREPS, par la suite grâce aux pôles espoir, aux pôles France, etc. Aujourd’hui, si on n’est pas sur les listes de haut niveau, on ne peut plus accéder au CREPS. Or, les critères sont de plus en plus élevés pour accéder aux listes de haut niveau. Avant, il fallait être qualifié aux championnats d’Europe ou aux Championnats du monde pour y figurer, maintenant il faut être finaliste et bientôt il faudra être « podiumal » aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques. Finalement, on va faire des CREPS à deux ou à trois, et on retrouve le même problème à l’INSEP. Donc, finalement, les groupes d’entraînement qui sont une part primordiale de la performance de l’athlète ne servent à rien, parce que l’argent dicte les critères. On a un tel budget que l’on ne peut pas faire autrement. On a des objectifs mais on ne s’en donne pas les moyens, on oublie certains paramètres. Certains disent qu’il faut donner beaucoup d’argent à l’élite pour avoir des médailles. Oui, mais cette élite, qu’est-elle sans son groupe d’entraînement, et qu’est le groupe d’entraînement sans sa formation d’avant, etc. ? On prend les problèmes à l’envers.

Jean-Michel MARTIN

73On pourrait imaginer mettre les moyens sur des groupes d’entraînement dans les clubs et que les bons entraîneurs viennent dans ces clubs, plutôt que sur des structures fédérales un peu artificielles ?

Philippe FONTAINE,
Comité régional des offices municipaux du sport de La Réunion

74Je viens de l’île de La Réunion et je voudrais rebondir sur le « ressourcement » des athlètes évoqué précédemment par Jean-Michel Martin et Romain Barras. Le terrain de l’accomplissement ne peut se passer de ce « ressourcement » personnel indispensable à chacun. Je vous laisse donc imaginer le sentiment d’abandon qu’éprouvent tous les sportifs domiens à un moment ou à autre de leur carrière sportive. L’éloignement : 10 000 km ; le prix moyen du voyage : 1 000 €, n’est pas à la portée de tous. Le sportif de l’Outre-Mer se trouve presque en situation d’exil sur le sol métropolitain. Et il faut repenser les conditions d’accueil, les conditions de recrutement des jeunes pour « alimenter » les clubs nationaux ou les équipes de France.

75Je citerai l’exemple de deux jeunes âgés de 15 ans, faisant partie de l’équipe de France de squash. Le père a déménagé de La Réunion pour la métropole afin d’accompagner ses enfants et de rester à leurs côtés. Cette mobilité n’est pas permise à tous.

Jérôme VALLÉE

76Oui, bien sûr, cette situation existe. On a beaucoup plus de gens du Pacifique qui jouent en championnats français, et souvent ils arrivent ici très jeunes et c’est très difficile. La vie est complètement différente, ils n’ont pas de repères et je trouve grave de laisser des jeunes joueurs dans un milieu qu’ils ne connaissent pas, car ils sont complètement perdus. Je pense qu’il y a beaucoup d’efforts à faire sur l’accueil des personnes qui arrivent de l’étranger ou d’outre-mer pour justement les intégrer à notre société, notre culture, parce que c’est complètement différent.

Romain BARRAS

77Un des plus gros viviers de l’athlétisme français, ce sont les Antilles françaises, et la Réunion. Notons au passage que nous avons la chance d’aller en stage là-bas. Ce sont des jeunes qui ont des qualités tout à fait différentes, à la Martinique ou en Guadeloupe, qui sont plus sur des qualités musculaires et de vitesse. Les Réunionnais sont très coordonnés et sentent les choses. On s’attache toujours à faire des actions avec les jeunes dans les clubs ou dans les écoles quand on y va, donc on peut le remarquer, et il est vrai que la Fédération française d’athlétisme met en place le plan Antilles-Guyane, qui a pour ambassadrice Marie-José Pérec. On essaye effectivement de délocaliser ces compétences et de donner les moyens, pour que les jeunes puissent rester s’ils le souhaitent. Je ne pense pas qu’il y ait déjà eu un précédent en athlétisme, avec quelqu’un qui aurait choisi de rester en Guadeloupe ou en Martinique, et qui aurait été privé de l’équipe de France. Jusqu’à maintenant, il est vrai que l’on entendait souvent : « S’il ne rejoint pas l’INSEP ou s’il ne rejoint pas la Métropole, il ne progressera pas. » Peut-être que les entraîneurs sont moins bien formés, qu’il y a moins de compétences ou de grandes compétences dans les îles qu’en métropole, mais il ne faut pas faire abstraction de toute cette dimension psychologique, cette perte de repères quand le jeune arrive dans un environnement qui lui est étranger. En athlétisme, des Réunionnaises et des Tahitiennes souvent très douées arrivent en métropole et prennent 10 kilos pendant la première année, parce que le mode d’alimentation ici est totalement différent. En athlétisme, le poids pour une fille est important. Souvent, ces filles venant de ces îles sont plus sur des profils de sauteuses ou de coureuses. Elles perdent un an ou deux en métropole.

Jean-Michel MARTIN

78Pour clore cette table ronde, quel est votre avis sur le sujet envisagé pour l’USE : « fidèle, ou infidèle aux valeurs d’origine ? »

Jérôme VALLÉE

79Les valeurs fondamentales du sport sont malheureusement mises un peu de côté au profit de la recherche de performance. Les performances sont plus élevées, on arrive à un taux de technicité plus important, plus agréable pour le spectateur, mais malheureusement on perd en convivialité, en esprit de famille. Ce ne sont plus des supporters qui viennent encourager dans les tribunes leurs équipes mais des spectateurs qui viennent assister à un spectacle.

80Sur le terrain, on est plus efficace, on est plus à l’aise, plus fort, mais à côté de cela, ce sont des sacrifices, l’esprit d’équipe se perd beaucoup au détriment de la réussite personnelle. En fin de saison on sait reconnaître un joueur en fin de contrat d’un autre pour lequel le contrat a été renouvelé…

81Quand je suis arrivé à Montpellier, s’agissant de tous ceux avec qui j’ai joué en 1999, j’en revois quasiment 75 %, ou bien on prend des nouvelles. Maintenant c’est différent, on vit une aventure qui peut être extraordinaire mais elle sera souvent sans lendemain.

Romain BARRAS

82L’an dernier, l’équipe de France d’athlétisme et l’équipe de France de natation ont porté haut les valeurs du sport, c’était inscrit partout, mais quelles valeurs ? Le savoir gagner, la joie, l’entraide, etc. Dans quels sports ? Je pense que tous les sports ne portent pas les mêmes valeurs, et qui plus est tous les sportifs ne portent pas les mêmes valeurs ensemble. Est-ce que tous les joueurs d’une équipe sont exemplaires ? Les médias vont montrer davantage les dérives du sport que les qualités. Ils mettent en avant ce qui va faire vendre du papier ou de l’image.

83Aujourd’hui, les valeurs du sport se trouvent ailleurs que dans les papiers des journaux, elles se trouvent sur les terrains, peut-être pas sur les terrains du plus haut niveau, mais sur les terrains de la formation. C’est pour cela qu’on les retrouvera à plus haut niveau ; on retrouvera les valeurs que l’on a inculquées aux jeunes.

84Les généralités font beaucoup de mal, et parler sans précisions, dans certains termes, fait beaucoup de mal au sport, souvent. Le sport a beaucoup plus de vertus que de dérives, et il faudrait les redire et les marteler dans la tête notamment des jeunes qui arrivent dans le sport. Or on n’a plus du tout les mêmes centres d’intérêts, entre jeunes et aînés ou adultes, et je me demande parfois s’ils s’intéressent à quelque chose, en dehors de Facebook. Mais je ne désespère pas, j’essaie de les tirer vers le haut et de leur inculquer certaines valeurs d’humilité, de travail, d’entraide, etc.

Jean-Michel MARTIN

85Nous voici parvenus au terme de cette table ronde. Je tiens non seulement à vous remercier, mais aussi à vous faire part du ressenti de cette heure et demie passée ensemble. Vous nous semblez être de vrais exemples pour la jeunesse et nous espérons que cette forme d’admiration que j’exprime soit pour vous un remerciement. Au regard de notre engagement humaniste dans le sport parce que vous le mettez réellement en œuvre sur le terrain. Encore félicitations !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540