Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport, fidèle ou non à lui-même ?

Coups de projecteur en guise d’ouverture

Jean Durry

Texte intégral

1Le sport « vécu » est tantôt source de plaisir et d’émotion partagée, tantôt occasion de déception ou d’indignation. Le sport pratiqué, même au niveau le plus modeste, également. Sur quels critères se fondent ces attitudes ? Fidélité ou infidélités aux fondements du sport ? Peut-on parler d’une évolution significative, à l’échelle des décennies ? S’agit-il, aujourd’hui, de refonder le sport ? Faut-il revenir aux sources du sport ? Doit-on actualiser le questionnement portant sur ses fondements ?

Conférence par Jean DURRY,
Écrivain, historien et analyste du sport et de l’olympisme

2Très chers amis,

3Une Université Sportive d’Été – la vingt-neuvième – qui démarre un 22 septembre c’est-à-dire à l’extrême frange de l’automne, voilà qui pique déjà la curiosité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que vous menez, que nous menons, des combats d’arrière-garde.

4Depuis le début de vos rencontres et de vos travaux – lancés dès le 25 juillet 1983 au CREPS de Boivre près de Poitiers avant que vous ne pérégriniez vers Bordeaux, Montpellier je crois, une première fois en 1990, puis à travers la France –, ces dialogues roboratifs proposés par les deux partenaires, l’Union syndicale des journalistes sportifs français créée en janvier 1958 et l’Union nationale des clubs universitaires qui célèbre cette année son Cinquantenaire, je me suis intéressé – de l’extérieur mais avec la plus grande sympathie évidemment – à ce théâtre unique de confrontations des points de vue sur l’évolution galopante du phénomène sportif. Sans pouvoir m’empêcher de me demander parfois : au-delà de ces débats si sincères et si animés, peut-il y avoir le moindre prolongement concret, une efficacité, un suivi, ou bien n’étaient-ce que des paroles destinées à se perdre dans le vent ?

5La réponse est double. D’abord, pour prendre conscience, pour déciller les regards, pour avoir une chance de faire avancer le schmilblick, il faut énoncer les choses, tenter de les analyser, parler, échanger. D’autre part, depuis 25 ans, verba manent, les mots sont fixés, grâce à la publication méthodique des Cahiers – merci Jean-Paul Callède, comme sur tant d’autres fronts, merci à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et son service de publications. Quel gisement de constats et de discussions parfois prémonitoires sur le sport et le temps qui passe.

6Ainsi, en secouant au tamis les Cahiers no 19 – correspondant à l’Université Sportive d’Été tenue à Lille en 2005 avec pour sujet : Le journaliste et le sport, responsable(s) ou otage(s) – scintille doucement une pépite, une de ces formules dont Ernest Gibert a le secret et dont on s’aperçoit qu’elle vient s’appliquer parfaitement à notre Université 2011 : « En fin de compte, l’objectif […], chaque année renouvelé, est d’essayer de faire en sorte que le sport, tel qu’il est, se rapproche du sport, tel qu’il devrait être, c’est-à-dire porteur de valeurs humanistes. »

7M’a donc été confié le rôle honorable et funambulesque de « l’ouvreur ». L’ouvreur doit tenter de déboucher la bouteille, de délimiter le thème choisi sans le limiter, de suggérer des pistes où tout à l’heure s’engageront ou non les participants, de dessiner le décor où vont prendre chair analyses, entretiens, controverses. Je vais m’y efforcer.

8Mais diable, comment aborder le sujet retenu par l’équipe préparatoire : « Le sport, fidèle ou infidèle à ses fondements ? »

9Et d’abord, qu’est-ce que le « fondement » ? Pour le Petit Larousse – édition 2002 dite du « cent cinquantenaire » –, il s’agit de « l’élément essentiel servant de base », « les fondements de la société », ou en philosophie de « l’ensemble des postulats d’un système ».

10Pour Le Grand Robert de 1962, c’était « le point d’appui, le fait justificatif d’une croyance ou d’une réalité », étayé par des « faits observables, des vérités d’évidence ».

11Quant aux « fondamentaux », ce sont (Larousse) les « Principes, [les] idées constituant le fondement et l’essence d’une science, d’une doctrine, d’un art ».

12L’argumentaire du sujet choisi souligne qu’il s’agit ici du « sport, saisi dans son évolution récente » ; et vos documents préparatoires précisent que « ces fondements ne sont pas à rechercher dans un passé déjà éloigné ou dans une idéalisation quelque peu factice ». Mais où placer le curseur ?

131986, parution des premiers Cahiers ?

141961, naissance de l’Union nationale des clubs universitaires ?

151958, lancement de l’USJSF ? Soit il y a plus de cinquante ans ?...

16Il m’a semblé qu’il fallait partir résolument en amont – et licence m’en a été donnée. Partir des premières foulées du « sport moderne », c’est-à-dire du xixe siècle, afin de tenter de voir avec vous quels seraient justement les « fondements » initiaux, de quelle façon ils se sont trouvés progressivement modelés, et mis en cause, si enfin une « fidélité » à ces fondements est chimérique ou possible.

17Au départ, le sport eut besoin de prosélytes. Peu à peu, il s’imposera, qu’on le veuille ou non, comme un fait de société. Aujourd’hui, qu’est donc « le Sport », phénomène de masse mondialisé, provoquant de nouveau des détracteurs acharnés qui rejettent ce qu’à juste titre ou non ils tiennent pour des assertions péremptoires, mais vides de toute substance ?

18Comment donc jalonner pour vous le parcours sur lequel nous allons nous engager, en nous tenant au fil rouge d’une certaine chronologie ? En toute humilité et de préférence à mes propres et creuses élucubrations, j’ai pensé qu’il existait des marqueurs, textes et prises de position que je crois tout à fait significatifs, d’auteurs très variés, qui vont me permettre d’essayer de tenir la gageure.

19Alors, respirons un grand coup. Et mettons-nous en route.

iLe socle

20Y a-t-il une essence intemporelle du Sport ?

21Tous les sectarismes, les dogmatismes, les intégrismes sont autant d’étrangleurs de la liberté de l’esprit. En matière de sport, à ceux qui jugent que le sport moderne est né au xixe siècle un point c’est tout, donnons acte que celui-ci se caractérise dûment par : l’unification mondiale des règles, une pratique ouverte à tous et non à de seuls privilégiés, une infrastructure et une spatialisation spécifiques – et envahissantes –, un calendrier autonome – et prolifique – détaché des fêtes païennes ou religieuses d’antan.

22Cela étant, il me paraît aveugle de nier la similitude fusionnelle des sentiments éprouvés par Koreibos, immobilisant un court instant en 776 avant Jésus-Christ ses pieds nus dans la raie de marbre marquant à Olympie la ligne de départ « du » stade, le stade originel ; et ceux ressentis par Jesse Owens, Carl Lewis, Usain Bolt, frémissants et tendus vers la même cible : devenir l’homme le plus rapide, devancer tous les concurrents.

23Au début était le jeu, impulsif, spontané : précéder l’autre à la course, lancer ce caillou plus loin, faire toucher le sol à l’adversaire – sous les formes les plus diverses, depuis la nuit des temps, existent à travers le monde mille manières de lutter.

24Oui, n’y a-t-il pas vraiment un essentiel du sport, avec ses actions, ses sensations, qui traverse toute l’histoire de l’humanité ?

25Cependant, revenu de l’Angleterre industrialisée, le sport tel que nous le connaissons de nos jours se répand de par le monde. Dans un pays comme la France, le « sport » ne touche d’abord qu’une très faible frange de la société ; et ses premiers adeptes doivent s’en faire les thuriféraires et les laudateurs, pour essayer de convaincre et conquérir l’opinion et de développer la pratique de ce qu’ils appellent « les sports athlétiques ».

26Parmi eux, Pierre de Coubertin qui n’a pas 27 ans lorsqu’en 1888-1889, il rejoint l’Union des sociétés françaises des sports athlétiques, encore toute récente. Il est représentatif parce que très vite il a sur le sport une vision, un projet et qu’il excelle à en formuler, dans une langue classique, les multiples aspects et données, les concepts et les développements à attendre.

27Dans son œuvre considérable – de 1886 à sa mort en 1937, plus de 15 000 pages imprimées, soit quelque 30 livres et près de 1 300 articles, sans parler de ses conférences, brochures, tracts, affichettes –, je me souvenais par exemple d’un texte où il décrivait avec chaleur les qualités nécessaires au joueur de football, – pris ici dans le sens de « rugby ». Je l’ai retrouvé pour vous. Il s’agit d’une petite chronique [mais d’une longue citation !] intitulée « Causerie du samedi » donnée dans la revue Les Sports athlétiques, le 20 février 1892. « La philosophie du football est […] digne qu’on s’y arrête. Le parfait footballeur doit, à tout instant de la partie, être prêt à ramasser ou à recevoir le ballon, à le passer, à courir, à charger, à prendre une décision rapide, à se taire et à obéir. Comptez, je vous prie, sans parler des qualités physiques, comptez combien de qualités morales sont ainsi mises à contribution, l’initiative, la persévérance, la possession de soi-même, le jugement, le courage. » [Jamais le découragement, toujours accepter les verdicts même injustes de l’arbitre, ne jamais non plus sacrifier « à son désir [de] quelque prouesse individuelle ».] « Nul ne m’ôtera de l’idée que le jeune homme qui est passé par là ne soit mieux préparé qu’un autre au football de la vie. […] Et à côté de la loi de labeur individuel qui vous commande d’être toujours prêt […] à aller de l’avant, il y a la loi de solidarité qui vous place […] sous la dépendance de vos concitoyens ; ils forment l’équipe dont vous êtes un équipier. »

28Quelques idées encore, puisque l’œuvre de Coubertin nous offre l’avantage de pouvoir y puiser d’un coup les arguments principaux, fondateurs du sport, en archétype du positionnement des pionniers, ceux qui ont édifié « le socle » tenu dès lors comme intangible – quand bien même il peut paraître abusif de prétendre voir dans le sport une doctrine morale par définition.

29Dès 1889, dans une longue conférence sur « L’éducation athlétique » prononcée devant le public attentif mais assez étonné de l’« Association française pour l’avancement des Sciences », il s’était situé sur un autre plan : « Le sport mène tout droit à cet idéal humain, la victoire de la volonté. C’est par là qu’il est grand, qu’il est philosophique, qu’il nous ramène [aux] doctrines stoïciennes. »

30Décidément celui qui a décidé d’accepter les contraintes d’un entraînement régulier « est plus vaillant, plus persévérant que les autres », « mieux armé pour les luttes de la vie » (6 juillet 1890).

31Et lorsqu’en 1894, il prendra sur lui de se rendre à Caen, pour s’y confronter à des médecins hygiénistes résolument hostiles à la pratique des sports pour les enfants d’âge scolaire, il ajoutera au fil de son exposé très construit et nourri une notion majeure : « L’hygiéniste […] engage [l’adolescent] à organiser sa vie physique avec modération. La voilà l’utopie ! […] Il faut parler d’effort et d’effort libre […] Laissez-les oser, l’audace est le grand levier. » C’est ce qu’il appellera plus tard « la liberté d’excès ». « Supprimer l’excès est une utopie de non-sportif. » (Mémoires olympiques 1931-1932).

32« Sport et liberté », un binôme capital pour Coubertin que ces maîtres-mots auxquels on n’a pas été assez attentif lorsqu’il conclut en 1890 l’un des chapitres de son troisième livre, les Universités transatlantiques en ces termes : « Poursuivons nos réformes […] et cherchons à réaliser le programme qui tient en ces deux mots : sport et Liberté. »

33Un long siècle plus tard qu’en est-il ? Et qu’en est-il des « fondements » ainsi posés d’emblée avec assurance et un optimisme peut-être injustifié ?

34Très vite, le sport s’édifie, se développe, s’affirme. Grandes compétitions drainant des foules croissantes. Premiers champions adulés. Matchs internationaux.

35Dans cette accélération, la mise en œuvre des Jeux olympiques des temps modernes, dont Coubertin à partir de la fin 1892 devient l’artisan, joue un rôle évident.

36En 1924, la tenue à Paris des Jeux olympiques d’été de la VIIe Olympiade voit éclore une floraison d’auteurs qui pourrait faire croire que « la partie est gagnée » par le sport désormais reconnu et légitime. Maurice Genevoix, Montherlant – dans son style ampoulé mais de haute tenue –, Géo Charles, André Obey et bientôt Jean Giraudoux, prennent parti. Et Jean Prévost, avec ses admirables Plaisirs des sports (1925, Gallimard) à la langue fine et précise, se montre sensible au sport de compétition, aux champions, à la justice – autre « fondement » – des verdicts du fil d’arrivée et du chronomètre, avec leurs résultats sans appel et immédiatement lisibles par tous. Mais l’auteur souscrit également à la nécessité et aux bonheurs du sport pour tout un chacun qu’il s’agisse du nageur se glissant dans l’« Amitié du fleuve » ; ou de courir tout simplement à travers bois en vivant ces moments d’euphorie si joliment ressentis et transposés par les mots : « Il parvenait à cette pleine conscience de ses efforts et de ses forces, d’où naissent le style économe et heureux et une richesse fraîche de l’esprit. »

37Le sport est désormais entré dans la vie. Cependant, lorsqu’en 1930 la collection « Leurs raisons » s’ouvre à Marcel Berger, afin que celui-ci puisse expliquer – ce qu’il fera presque naïvement – Pourquoi je suis sportif (Éditions de France), les premiers mots, timides, seront les suivants : « C’est un honneur pour le Sport… »

38Décidément, le sport est une culture. Mais le temps d’une critique du sport s’impose également. Non plus hargneuse et tout d’un bloc, comme celle du polémiste Léon Bloy répondant en 1910 à une enquête de Georges Casella sur Le sport et l’avenir (Mathot éditeur) : « Le sport est le moyen le plus sûr de produire une génération d’infirmes et de crétins malfaisants. » Non plus de principe mais reposant sur un examen fouillé des réalités de sa pratique. Lucide, Lucien Dubech se demande en 1931 Où va le sport ? (Alexis Rédier éditeur) et met en évidence la montée des périls – nationalismes partisans, empiétements du politique, problèmes posés par l’argent envahisseur.

39Plus fort encore, le pamphlet publié la même année par le Suédois Ivar Lo-Johansson, Mes doutes sur le sport (révélé par un article de Philippe Bouquet, en juin 1996, « Un détracteur du sport », pour un numéro spécial Sport et littérature de la revue Europe). Dans les dialogues qu’il imagine entre l’auteur et un certain Kvickenberg avec lequel il effectua son service militaire, puis qui devint un champion fameux mais s’est retiré des stades, Lo-Johansson attaque méthodiquement toutes les idées communément acquises et à l’époque déjà poncifs ressassés, et dénonce entre autres les méfaits du dopage. 1931, il y a 80 ans. « J’ai des doutes, des doutes désormais » bégaya-t-il sur un ton désespéré […] « les enfants eux-mêmes apprennent qu’on ne peut rien refuser au sport. Ils apprennent à y croire comme en une religion. Ils s’imaginent que l’honneur de la nation réside dans ce qu’apporte le sport. […] Les jours précédant une compétition, tous les participants sont sous pression, la presse et les commentaires, les paris et les supputations ne font qu’attiser le feu. Comment pourraient-ils prendre pour un jeu ce que le public prend très au sérieux ? La part du public, c’est l’excitation, la masse des spectateurs tape des pieds d’enthousiasme, à moins qu’elle ne siffle ou crie d’horreur. Les mots et les huées se mêlent aux fleurs et aux jets de pierre, c’est un chaos indescriptible. La suggestion de masse fait [du sportif] un simple instrument entre les mains de la foule ».

40Le ver est dans le fruit.

41Il n’importe. Faisant fi de toutes ces critiques, Émile Moussat, en 1936-1937, revient encore contre vents et marées à l’affirmation sans réserve de toutes les vertus présupposées du sport. Être chic ! De la morale du sport à une morale sportive sera même couronné par l’Académie des Sciences morales et politiques. Après avoir vanté dans un texte digne des cours d’instruction civique d’antan les différentes notions relevant de « La morale du sport », il pousse l’exercice jusqu’à rêver une transposition qui toucherait tous les aspects de l’existence placée dorénavant sous l’égide d’une « morale sportive », une « morale ardente […], active et libre, tonique et vaillante. Et nous en avons un urgent besoin […] la vie est le plus beau et le plus complet des sports ». « Sois jeune, sois libre et sois chic, c’est la devise du sportif. Cette morale est simple, elle est joyeuse, elle est pratique, elle est tonique. Ne serait-il pas temps de la transporter du stade dans la vie ? » Cette vision idyllique du sport, jusqu’à la caricature, ce creux devoir d’un écolier trop sage, nous apparaissent maintenant comme une curiosité, un objet suranné, oublié dans un carton dont il convenait tout de même de l’exhumer pour l’occasion.

II – La statue bouge

42Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, pratiqué sous ses diverses formes sur les cinq continents, le sport a pignon sur rue. Si cette pratique ne se généralise pas encore, elle se fait toujours plus nombreuse. Mais quel Sport ? Ses « fondements », ou supposés, demeurent-ils tels qu’ils furent en principe posés ?

43« Les règles du jeu » sont-elles en train de, ou doivent-elles, changer ? C’est ce que se demande en 1948 Étienne Lalou (L.U.F. Egloff), futur réalisateur de télévision avec Igor Barrère. Tiré de quinze années de pratique personnelle de l’athlétisme, son premier instantané reste positif. « Dès les premiers jours, on rencontre la joie, une grande joie saine et naturelle, une des rares joies humaines qui ne laisse pas de goût amer dans la bouche. » […] « Il est d’usage d’accorder au sport comme une chose allant de soi le bénéfice d’un certain nombre de vertus. »

44Mais, mais… « Le sport est une réalité de notre monde moderne. Le sport qui a cessé d’être un enfant a des papiers, un état civil et, déjà, une histoire qui deviendra un destin. » Il a généré un corset d’institutions – d’abord privées puis souvent publiques – structures qui semblent le soutenir, mais l’enserrent et l’étouffent. Se sont également multipliés, dès l’origine, « les exploiteurs [financiers] du sport ».

45« Le journalisme sportif doit à son tour être mis au ban des accusés. Car il a commis l’hérésie majeure de se faire presque exclusivement l’écho du sport professionnel, du sport qui rapporte, au détriment du sport désintéressé, vivifiant, qui est le sport de masse. » Il a sacrifié « l’aspect éducatif ».

46En vérité, le sport peut-il vraiment être considéré comme une école de la vie ? Au bout du compte, Lalou garde confiance dans le sport, facteur d’épanouissement individuel. Mais « tout est à refaire, y compris les fondations. Je dirai plus : les fondations surtout ».

47En France, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, l’emprise des pouvoirs publics s’est faite toujours plus prégnante. À la Libération, l’ordonnance du 28 août 1945 a introduit la notion essentielle de « Délégation de pouvoir » accordée ou non par l’État aux groupements et fédérations ; le sport est devenu l’affaire de la Nation.

48Après une période de flottement, le retour aux affaires du général de Gaulle et l’avènement de la Ve République confirment cette saisie par le politique. Voici venir les « Trente Glorieuses » économiques, et de 1958 à 1995 le chiffre des licenciés va passer de 2,5 à 13 millions répartis en plus de 160 000 associations.

49Qu’en est-il des « fondements » supposés du sport ? Un curieux objet, un document singulier, fige un moment l’image et la vision, et nous propose un corpus qui satisfait en tout cas ses auteurs. Il s’agit de l’Essai de doctrine du sport, étude de la Commission de la Doctrine au Haut Comité des Sports auprès du Premier ministre, soit 121 pages rendues publiques en 1965. Ne lésinant pas sur les moyens, Maurice Herzog, Haut Commissaire à la Jeunesse et aux Sports à partir de septembre 1958 – et qui va devenir secrétaire d’État, en poste jusqu’en janvier 1966 – a institué cette usine à gaz qui fonctionne de mai 1962 au 23 décembre 1964, 60 membres permanents, 10 sous-commissions assorties de groupes de travail, plus de 100 réunions et quelque 200 personnes consultées, et aboutira à ce rapport qui n’aura pas la moindre application et ira dormir au fond d’un placard. Herzog a curieusement choisi comme chef de cordée l’ancien « Mousquetaire » du tennis, Jean Borotra, aveugle fidèle du maréchal Pétain vainqueur de Verdun, et qui fut Commissaire Général à l’Éducation générale et aux Sports du Gouvernement de Vichy du 13 juillet 1940 jusqu’en avril 1942.

50Reste le document, non dénué d’intérêt sous certains aspects, qui distingue en deux titres : « le sport de la masse » et « le sport de haute compétition », pour aboutir à une conclusion affirmant un « choix de base » « le développement du sport moyen de formation » et la « responsabilité essentielle de l’École » ; et s’achève sur une « Déclaration de principes » en six points. Tout au long du texte, le sport est porté au pinacle, dans une prose châtiée et souvent répétitive : « Si [le sport] oppose à autrui, [il] doit toujours se pratiquer dans un esprit loyal et chevaleresque […]. La loyauté de la compétition garantit l’authenticité des valeurs établies sur le stade. […] Le dirigeant […] doit veiller au respect par tous du fair-play et favoriser, ainsi, la vocation du sport à servir l’humanisme et la paix. »

51Cependant, n’en déplaise à beaucoup, le sport – qui n’est pas un long fleuve tranquille et assoupi – déferle et s’installe toujours plus avant dans les habitudes, les mœurs et les esprits. Michel Clare, ancien athlète, émule d’Emmanuel Mounier et familier de la revue Esprit, devenu journaliste au quotidien sportif L’Équipe, s’attache à réunir en 1965 les éléments d’une Introduction au sport (Les Éditions Ouvrières, collection « Vivre son temps »), sobre et allant à l’essentiel en une centaine de pages. Intégrant nombre de citations éclairantes – ainsi de la phrase à la fulgurance inattendue de la philosophe Simone Weil : « le sport aurait pour fin essentielle de donner au corps humain cette souplesse, et comme dit Hegel cette fluidité qui le rend pénétrable à la pensée et permet à celle-ci d’entrer directement en contact avec les choses » (phrase reprise par Georges Magnane, in Sociologie du sport, Gallimard, collection « Idées », 1964) –, Clare met bien en relief que le sport est d’abord une expérience personnelle, qui peut devenir un jeu magique, une fête. « [Le sport], c’est d’abord une passion vécue en toute liberté […]. Un athlète qui s’avance sur la ligne de départ se dépouille de sa nationalité, de sa classe sociale. C’est un homme seul, soutenu par sa propre fierté. »

52Le sport, comme le monde et la société, ne cesse de bouger. En 1965, au détour du deuxième de ses cinq chapitres, dévolu au « Mouvement olympique », Clare rappelle comme allant de soi : « [Les Jeux] réunissent en un concours sincère et impartial, des amateurs de toutes les nations. » Amateur, amateurisme : parmi les « fondements » du sport de compétition contemporain, est-il d’autres notions, d’autres mots qui aient été plus discutés, plus controversés que ceux-là ? En ces années 1960, alors que les récents Jeux olympiques de Rome ont marqué le démarrage irrésistible d’une ère nouvelle avec les premières retransmissions télévisées mondiales en couleur, dont les prolongements à venir vont bouleverser économiquement, et moralement sans doute, l’environnement du sport, c’est une période-charnière : la statue, le statut du sport, bouge sur son socle. Georges Magnane (Sociologie du sport, op. cit., 1964) introduit une notion nouvelle, qualifiant le sport comme « une activité de loisirs dont la dominante est l’effort physique, participant à la fois du jeu et du travail », vocable qui témoigne d’une véritable mutation. Clare ne manque pas de se référer longuement aux différents discours, par exemple place Fontenoy en 1963, authentiques et décapants, du Directeur général de l’Unesco René Maheu, qui veut que le professionnalisme des champions soit reconnu et s’élève avec vigueur contre le fait que « les rencontres [internationales] sont de plus en plus gagnées – je veux dire perdues – par le nationalisme, le chauvinisme, le racisme même… ». Michel Clare, lui, considère que le sport est « à la croisée des chemins ».

53Autre jalon, autre marqueur de qualité : la monographie donnée en 1967 par Hubert Lucot à « La nouvelle [petite] encyclopédie » de Hachette, Le Sport. Faut-il des surhommes ?, attachante par la simplicité et la portée d’un texte qui aborde, mine de rien, toutes les facettes du sujet. « Le sport existe depuis toujours et depuis très peu d’années », « le sport a acquis pour beaucoup d’entre nous la même évidence, la même nécessité que le pain, le vin, la voiture et la télévision ».

54Lucot isole bien l’un des « fondements » majeurs du sport, maintenant « vocable à valeur universelle » : « l’important est de vaincre dans le cadre d’une réglementation écrite. Sinon il s’agit d’amusement, pas de sport ». En raison de multiples facteurs, le progrès des performances est logique. Mais attention : « De [simple] pratique, le sport est devenu spectacle, devant un public payant. » Et voici que se précise maintenant une systématique du « Dopage » [Clare, Introduction au sport, op. cit., chapitre « Doping », et loi du 2 juin 1965]. Par touches apposées d’un pinceau léger et compréhensif, Lucot restitue le sport du milieu des années 1960, il y a donc près d’un demi-siècle, ce sport où les femmes se taillent lentement leur place, ce sport qui pose la question dont René Maheu s’était également préoccupé, du devenir des êtres une fois passé le temps si bref de leur splendeur d’athlète.

55En 1967, Hubert Lucot, en se demandant à son tour « Où va le sport ? » reprend à un rien près le titre d’une pièce de Diderot : Est-il bon ? Est-il méchant ? Telle est en tout cas la situation, à ce moment d’une histoire du sport qui n’en est, dit Lucot, qu’à ses « balbutiements ».

III – Une culture vivante

56« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » : ainsi vers 490 avant Jésus-Christ Héraclite parla-t-il d’Éphèse, le philosophe pré-socratique, signifiant par là que l’Univers est en devenir perpétuel. Durant les quatre dernières décennies, la bulle du sport n’a cessé de gonfler. Le Sport est une culture, vivante, s’il en est. Le sport a son langage. Dans le tourbillon, est-il resté fidèle à lui-même, à ses « fondements » prétendus, qui seraient sa moelle épinière ?

57En 1968, année fertile par ailleurs en événements de toute nature, quatre ans après Tokyo et l’Asie, les Jeux olympiques touchent à Mexico l’Amérique latine, à 2 250 mètres d’altitude : 5 532 athlètes de 112 pays disputent 172 épreuves ; quatre années encore et à Munich le nombre des accrédités des médias dépassera ce chiffre, frôlant les 6 000 ; et l’effroyable attentat du 5 septembre au village olympique démontrera par l’absurde quelle caisse planétaire de résonance offrent les grands événements sportifs. En 1968 également, Wimbledon ouvre grand les vannes au tennis « Open ».

58L’interminable conflit entre les tenants de l’amateurisme et ceux pour lesquels il s’agit d’une notion dépassée, obsolète, devenue pratiquement inapplicable, bascule. Le mot « amateur » va disparaître quasi subrepticement de la Charte olympique dans les années suivant le Congrès de Varna 1973, mais il faudra attendre « l’ère Samaranch » pour que l’épineux « article 26 » devenu sans objet soit carrément supprimé et que les meilleures athlètes du monde sans distinction puissent prendre part aux Jeux, à compter de Séoul 1988.

59Enfle constamment le pactole des flux financiers, abreuvé maintenant par le trio « événements sportifs – retransmissions télévisées – sponsors » lesquels grouillent autour des athlètes ou des organisations. Juan Antonio Samaranch, devenu en 1980 à Moscou le septième Président du Comité international olympique et le second après Coubertin à avoir pris un rôle déterminant dans l’histoire du mouvement, affirme sans ambiguïté en février 1987 que : « Le sport ne pourrait plus vivre sans sa commercialisation nécessaire et inévitable. » C’est une lame de fond.

60Devant ces bouleversements, ne faut-il pas changer les outils d’analyse ? Bernard Jeu rassemble autour de lui une équipe, et son œuvre culmine avec un Essai de déduction générale des catégories sportives d’une rare virtuosité intellectuelle où il se fond au sein du Centre lillois de recherche en analyse du sport, pour traiter De la vraie nature du sport (Vigot, 1985). Élaborant un système d’une cohérence remarquable, il établit d’abord « les fondements premiers d’une réalité », logique du sport – morale du sport (respect des règles) – politique du sport ; fait suite une deuxième trilogie, qui insuffle la vie et l’émotion, esthétique du sport – dont le geste a besoin de l’écho médiatique – symbolique – signes et références – archéologie du sport ; enfin, pour assimiler, il faut parcourir les itinéraires de la troisième trilogie : histoire du sport, sociologie du passé – sociologie du sport, au présent cette fois – perspectives du sport, tentative pour maîtriser le futur. Une étonnante démonstration et de nouvelles clés de décodage.

61Dans une petite étude sans a priori, Yves Vargas réfléchit en 1992 Sur le sport (P.U.F., « Philosophie »), le sport devenu objet d’investigation universitaire. « Si on [admet] que la vie en général est un combat, alors le sport devient […] une idéologie, une vision du monde. Mais le sport [et son credo : « que le meilleur gagne »], ce n’est pas la réalité de la vie. » Si le sport séduit tous azimuts, c’est parce que de manière apparemment linéaire, il rejoint l’idée de la « Philosophie des Lumières » selon laquelle « l’humanité [ne cesse de] progresser, et [d’]améliore[r] en dépassements successifs ses états antérieurs ».

62C’est le sport tel qu’il se vit en 1996 qu’aborde le journaliste du Monde Jean-Jacques Bozonnet dans un « Sport et société » de poche bien charpenté : « Aux racines du sport », « Le sport et les idéologies », « Sport et argent », « Sport et violence », « Sport et santé », « Sport et intégration ». Des vocables nouveaux s’imposent, les « fondements » en sont-ils ébranlés ? Modifiés ? Mis en question ?

63Une quarantaine de pratiques nouvelles liées à l’utilisation de matériaux inédits ont surgi. Trop de sport tue-t-il le sport ? Peut-on se satisfaire de « l’exclusion [méthodique] du plus faible, de celui [abandonné sur le bord de la route] qui n’a pas le niveau, au profit du plus fort » ? Tandis que le marché du sport-loisirs est devenu secteur économique à part entière.

64xxie siècle, bonjour ! Une décennie encore et nos pas vont rejoindre le sport tel qu’en lui-même aujourd’hui, en ce 22 septembre 2011.

65En 2001, Dominique Baillet s’attaque à regrouper et creuser Les Grands Thèmes de la sociologie du sport (L’Harmattan, collection « Logiques sociales »). Il ne saurait négliger Pierre Bourdieu qui applique au sport son concept de l’habitus de classes, ni les hypercritiques assénées par Jean-Marie Brohm qui dénonce à répétition la « liaison consubstantielle entre le monde de production capitaliste, [son] principe de rendement et le sport de compétition, liaison qui exclut bien évidemment toute possibilité de définir le sport comme une espèce de jeu libre et spontané ».

66Dans ce « monde enchanté » du spectacle sportif, « un paravent qui permet de dissimuler certains aspects ignominieux du monde » – comme aurait dit Karl Marx – peut-on encore parler de ce qui serait « l’esprit sportif » tel qu’en 1987 l’avait scruté Jean-Paul Callède, un esprit qui œuvrerait « comme une âme ou un principe transcendant et universel » ?

67Alors que commencent de monter de tous côtés les critiques d’un modèle idéalisé qui ne serait en fait qu’une fiction, et les rejets de la notion de « fondements » du sport qui se seraient imposés d’emblée de manière immanente et irréfutable, Éloge du sport (paru en France en 2006, Maren Sell Éditeurs) d’Hans Ulrich Gumbrecht (né en 1948 en Allemagne, professeur de littérature comparée à l’Université de Stanford, Californie), vient avec panache et intrépidité s’inscrire à contre-courant des sarcasmes lâchés du bout des lèvres par la plupart des universitaires et intellectuels. « Fou de sport depuis toujours », il affirme crânement sa « volonté de reconnaître et d’apprécier la beauté du sport en tant qu’incarnation des plus hautes valeurs d’une culture ».

68Le rôle prépondérant des médias, leur poids, leur position en porte-à-faux, sont fréquemment décortiqués, qu’il s’agisse de leur déformation du match, de la détérioration par des commentaires plus ou moins stéréotypés et faussés au départ. L’université d’été de 2005 déjà évoquée a exploré ce champ. À noter que, lors d’une des synthèses de débats, Jean-Paul Schneider rappelait qu’il incomberait au journaliste un « devoir de transmission des valeurs morales », puisque « à la différence d’autres domaines de l’activité humaine, le sport était consubstantiel aux valeurs morales qu’il véhicule » – ce qui reprenait les présupposés habituels.

69L’énorme chaudron du sport bouillonne. Décidément, la pression est trop forte : partout de par le monde, prolifèrent cancéreusement tout autre chose que des « incidents », des « faits divers ». Du volcan jaillissent, à intervalles toujours plus courts, des jets de lave incandescente.

70Il faut le constater. Il faut comprendre. Le sport demeure-t-il cette distraction, cet amusement qu’avaient voulu et façonné les pionniers ? On lui avait, presque de confiance, prêté beaucoup de vertus. Étaient-elles imaginaires ? Des « fondements » présupposés, que subsiste-t-il ?

71Il faut de nouvelles grilles d’analyse. Pour les chercheurs comme pour l’honnête homme, il devient indispensable de repartir de données fiables, dépoussiérées et mises à jour. C’est ce que vient avec bonheur proposer une équipe, Jean Saint-Martin, Tony Chapron, Philippe Liotard, conduite par Michaël Attali. Le Sport et ses Valeurs (Éditions La Dispute, 2004) nous ouvre les yeux et secoue tous les tabous.

72En vérité, le sport est nu, il « ne recèle aucune vertu propre ». Face à ce « ramasse-mythe des temps modernes » qu’est le sport, on prend conscience que « les réalités désavouent chaque jour l’humanisme affiché » ; ainsi par exemple « le mythe olympique [ne] participe[t-il] pas à l’évidence [d’]un aveuglement collectif [ ?] ». « Le sport tel qu’il est […] s’éloigne de plus en plus des idéaux sur lesquels il est censé s’appuyer. »

73Alors que la société se délite de toutes parts, « les valeurs [prêtées au] sport [apparaissent] d’autant plus vivaces qu’elles tendent à s’affaiblir ailleurs et font office de substituts aux dysfonctionnements sociaux ». Pourtant, « il paraît utopique […] que le sport puisse modifier l’ordre social dans la mesure où il est en lui-même le produit ».

74Face à ce déferlement, une notion telle que le fair-play – qui n’était peut-être qu’un instrument de la lutte des classes – a-t-elle encore un sens ? À rebours de l’époque, certains en restent convaincus. Ainsi, à Varsovie, sous la direction de Zofia Zukowska et Ryszard Zukowski, un groupe d’auteurs, essentiellement est-européens, s’attache à cerner l’actualité du Fair-Play in Sport and Olympism – Opportunity of Utopia (2010).

75Si pour Habina Zdedska, « le Fair-Play représente le plus élégant des modes de vie – dans le sport et hors du sport », son compatriote tchèque Bohuslav Hodan dans sa dissection au scalpel rappelle que « le sport a toujours été un reflet de la société » et montre à quel point des ligues ad hoc et des clubs ont pris l’affaire en mains et « qu’ils sont comme dans toute autre branche, orientés avant tout dans la maximisation des profits ».

76Sport de notre temps, sport d’aujourd’hui, quel es-tu ?

77Une ultime approche nous en propose une lecture pointilliste, prenant la forme d’entretiens en tête-à-tête avec des figures de proue de la société actuelle ou des hommes et femmes de pensée aux origines multidirectionnelles.

78Au niveau du journalisme, Benoît Heimermann a conduit pour L’Équipe-Magazine une série de rencontres réunies en 2007 dans un volume intitulé Parlons sport (Éditions Panama). Ils sont dix à y dire leur intérêt personnel ou non pour le sport, et ce qu’à leurs yeux il peut représenter dans la vie des hommes de cette planète. Voici François Weyergans qui voudrait « essayer de comprendre à quoi ça rime, cette sorte de folie planétaire qui vide les rues » ; Jérôme Charyn qui pointe que « dans une société sans idéologie ni principes véritables, les sportifs sont […] nos derniers héros. Avec eux nous assistons à une forme de cannibalisme moderne. Chaque jour, le public réclame sa part de chair fraîche et de muscles rebondis » ; Raymond Depardon ; Emir Kusturica ; Jean-Luc Godard : « la politique, le cinéma, la littérature mentent […] pas le sport […] une certaine vérité demeure. » ; Michel Serres : « Instrument pédagogique hors pair, le sport interdit le mensonge, le sport apprend le réel. » « Mais maintenant s’il ne s’agit que de gagner, alors je suis écoeuré jusqu’à la mort. »

79Michel Serres est également au rendez-vous d’une remarquable entreprise menée par l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, sous forme de documents audiovisuels réalisés par Benjamin Pichery fixant une série d’entretiens, dix également, conduits par le philosophe François L’Yvonnet aux questions particulièrement pertinentes. La quintessence de ces entretiens a été reprise en un volume de premier ordre à tous points de vue : Regards sur le sport (2010, Éditions du Pommier pour l’INSEP). Le sport y est traité transversalement en fait social total. Il s’agit d’un ouvrage venant à bon escient clore, momentanément, notre quête, en leur éventuelle et incessante mouvance, des « fondements » auxquels le sport serait ou non resté « fidèle ».

80Chacun des dix entretiens est placé ici sous un mot clé au singulier : corps, dopage, évolution, histoire, jeu, mouvement, performance, peuple, valeur, vitesse.

81Michel Serres revient donc sur l’irremplaçable intérêt pédagogique du sport, qui permet d’apprendre par corps. « Dans le spectacle sportif, il y a la règle des trois unités du théâtre classique : d’action, de temps et de lieu […]. Mais aujourd’hui [n’existe plus] [qu’une seule question], un seul suspense : Qui va gagner ? La société du spectacle est intoxiquée. »

82Georges Vigarello, en historien, rappelle que « le sport, tel qu’il se met en place à la fin du xixe siècle pourrait, ambition nouvelle, amener les individus à avoir des comportements moraux ». « La pratique sportive devient un lieu où s’effectue de façon quasi idéale le vœu, le souhait, la vision de la société démocratique. »

83Si André Comte-Sponville assume de tenir le sport à distance – « Disons-le clairement, le sport, humainement, socialement est quelque chose de secondaire. » « Une société comme la nôtre, où l’on adule le sport et où l’on n’a pour la politique, de plus en plus, que mépris ou dérision, est une société qui va mal » –, Edgar Morin estime « qu’un beau spectacle sportif fait partie de la qualité de la vie » et « qu’il faut avoir connu l’ivresse du stade ».

84Isabelle Queval – seule femme, je le remarque, retenue parmi les vingt interlocuteurs – montre que de « l’accomplissement de soi » des Anciens, on est passé avec le sport moderne au « dépassement de soi », et qu’en toute logique le « sport de haut niveau nous présente un monde de l’excès ».

85Pour Paul Yonnet enfin, sociologue, « le sport-spectacle n’est pas du tout un phénomène d’apaisement, mais [d’agitation permanente] de sentiments qui ne sont pas du tout pacifiques, qu’ils soient de satisfaction ou d’insatisfaction d’attente, de ressentiment… ». « C’est aussi au travers du sport que se manifeste le fait qu’un individu appartient à une communauté […] locale, régionale, mais surtout nationale. »

***

86Le sport est-il resté fidèle à lui-même ? à ses « fondements » ? et lesquels ?

87Nous sommes venus à bout de notre steeple-chase. Pourtant, le parcours, de jalon en jalon, de point de repère en point de repère, d’étape en étape, était ardu, il couvrait plus d’un siècle ; mais la fresque ainsi brossée, montrant les modifications incessantes des données et des points de vue, était passionnante, je l’espère, parce qu’elle ouvrait tous les débats qui vont animer ces trois journées d’Université Sportive d’Été.

88En fait, il y aurait encore bien d’autres pistes à explorer, de questions à se poser. Au vol, et de façon non exhaustive :

891 – Le sport est-il un monde où souffle l’esprit ?

902 – En 2011, le sport s’est-il vraiment imposé comme un élément d’éducation ?

913 – Si le sport est fondamentalement une culture, pourquoi tant de dirigeants sont-ils indifférents, fermés à cette dimension, et à l’inverse ne reste-t-on pas surpris comme s’en étonnait déjà Michel Clare, que le monde dit culturel continue d’en faire si peu de cas ?

924 – Le sport, qui échappe de plus en plus aux pouvoirs publics, n’échappe-t-il pas aux sportifs ? Il vivait initialement dans sa bulle et s’y complaisait. De nos jours, ce n’est plus possible : la justice civile, la police, les douanes l’ont envahi. Des décisions extérieures tel l’arrêt Bossman en 1995, des investigations comme celles consécutives à l’affaire de corruption OM-Valenciennes de 1993 ou l’affaire Festina nouée en 1998, sont venues troubler sa quiétude, sinon faire vaciller ses « fondements ».

935 – Si je n’ai que peu évoqué les détracteurs actuellement les plus violents du sport, et plus précisément du sport de compétition, qui peuvent s’appeler Jean-Marie Brohm, Michel Caillat, Marc Perelman – Le Sport barbare. Critique d’un fléau mondial – voire Robert Redeker – Le Sport est-il inhumain ? –, dans la mesure où ils peuvent paraître systématiquement systématiques en refusant tout aspect positif au jeu sportif, il n’en reste pas moins qu’ils ont souvent servi de révélateurs en passant au crible un phénomène que l’on a présenté dès l’origine et si longtemps comme lisse et sans problèmes.

946 – Ce sont bien eux qui ont montré à quel point le sport est devenu avant tout dans beaucoup de secteurs une activité de communication et de finances. Est-il sain, et compatible avec quels « fondements », que la somme dispensée par les chaînes de télévision soit devenue la ressource principale d’un sport qui ne peut plus s’en passer au point d’accepter de modifier ses règles sous les diktats des magnats de « l’étrange lucarne » ? Le sport, ses affaires de corruption, l’engrenage des paris, ses clubs achetés et revendus par des milliardaires, est-il en fait autre chose qu’une mystification capitaliste ?

95Il y eut ce qu’on appelait « la glorieuse incertitude du sport ». Ne tendelle pas constamment à se réduire comme peau de chagrin, avec la mise en place de systèmes de plus en plus fermés induisant en faveur des plus riches la quasi-inéluctabilité de résultats favorables, ce qui annihile tout aléa, contrairement au principe central de la compétition sportive ?

967 – Peut-on continuer indéfiniment à augmenter le nombre et la capacité des stades ?

978 – Oui, il faut l’admettre, le sport, facteur d’équilibre personnel et considéré comme un élément de valorisation des hommes et des femmes, est menacé.

98L’obsession de la performance et du classement dans les compétitions de masse n’est-elle pas ridicule ? Mais quelle autre formule trouver ?

99Comment pouvons-nous admettre la « violence annoncée » ? Le rejet de « l’autre », les algarades folles entre « supporters » et la contestation constante des décisions de l’arbitre, et ces conflits allant jusqu’à mort d’hommes ?

100Sur un autre registre mais dans le même ordre d’idées : assez de poings tendus, de vociférations et rictus guerriers, de comportements grossiers – mis à la mode par Jimmy Connors, McEnroe, Maradona, et leurs émules –, de roulades par terre stéréotypées, de tours d’honneur emmaillotés de drapeaux quasiment imposés. Les sports collectifs ne se réduisent-ils pas progressivement à des brutalités, des tirages de maillots constants, quand ils ne tournent pas à la bataille rangée ?

101J’en ai terminé.

102« Le sport apparaît comme une sorte d’incarnation de la Démocratie, car il est par excellence l’école où se côtoient l’entraide et la concurrence », disait Pierre de Coubertin le 17 juin 1914.

103Le sport apparaît comme une évasion, voire un refuge. Est-ce encore le cas ? Mais cette échappatoire de la vie ordinaire dans un monde parallèle n’est-elle pas un trompe-l’œil ?

104Les sportifs sont-ils des hommes et des femmes libérés et libres ? Ou bien sont-ils emprisonnés dans un carcan qui les contraint et les écrase, avec un seul impératif : gagner à tout prix ?

105Peut-il exister une morale du sport ?

106Le Sport est-il resté fidèle à lui-même et à ses « fondements » ?

107Dimanche 18 septembre 2011

108La veille, en Lituanie, à Kaunas, l’équipe de France de basketball, en battant celle de Russie par 79 à 71, vient non seulement de se qualifier pour la finale du Championnat d’Europe qui l’opposera à l’Espagne mais aussi pour la phase finale du tournoi des Jeux olympiques de Londres de 2012, ce pour quoi la génération Parker s’évertuait en vain depuis dix ans. Tony Parker – mercenaire de la NBA américaine, multimillionnaire en dollars et trois fois champion en 2003, 2005 et 2007 – a déclaré : « C’est vrai que gagner avec l’Équipe de France est devenu une obsession. Je viens tous les étés, gratuitement, pour l’Équipe de France. Je m’en fous si je me blesse, si les Spurs de San Antonio et Greg Popovich me crient dessus. Je donne mon cœur et mon corps à l’Équipe de France et enfin être récompensé, c’est beau. Il y a eu beaucoup d’émotion après ce match. Quand tu passes à travers de si peu chaque année, c’est fort d’y arriver enfin. [Oui,] c’est quand même fort ce qu’on a fait. Je suis content enfin de récompenser tous les gens qui ont cru en moi, qui avaient envie de voir réussir ma génération, tous les gens qui nous ont suivis depuis le début. C’est une aventure humaine et c’est pour cela que le sport c’est beau. »

109Au royaume du sport, la bataille continue pour que le sport demeure fidèle à lui-même, tel que nous avons cru en lui.

110Très chers amis, je vous remercie de votre attention.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search