Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

Refonder le sport ?

Ernest Gibert

Texte intégral

1Le sport « vécu » est tantôt source de plaisir et d’émotion partagée, tantôt occasion de déception ou d’indignation. Le sport pratiqué, même au niveau le plus modeste, également. Sur quels critères se fondent ces attitudes ? Fidélité ou infidélités aux fondements du sport ? Peut-on parler d’une évolution significative, à l’échelle des décennies ? S’agit-il, aujourd’hui, de refonder le sport ? Faut-il revenir aux sources du sport ? Doit-on actualiser le questionnement portant sur ses fondements ?

Professeur Ernest GIBERT,
Président de l’UNCU

2À quelques années de distance, l’Union nationale des clubs universitaires et l’Union des journalistes de sport en France ont choisi de revenir à Montpellier une nouvelle fois pour trois raisons qui sont pour nous importantes.

3La première tient évidemment au Montpellier Université Club, non parce qu’il est devenu nonagénaire mais parce que, en dépit des vicissitudes que connaissent la plupart des clubs universitaires, il est devenu pour nous un club exemplaire, à la fois par le niveau de sa réussite sportive mais aussi par sa volonté de développer, dans un contexte qui n’est pas toujours facile, des liens étroits avec les Universités, en montrant concrètement que les valeurs du sport et celles de l’Université peuvent parfaitement s’associer. L’occasion que certains n’ont pas su saisir aujourd’hui, d’autres, avec plus de pertinence, sauront s’en emparer demain.

4À un moment où les universitaires étaient plus réceptifs, nous sommes, en effet, venus ici en 1990 pour préparer, avec d’autres, les Assises nationales du sport (ANS). Nous sommes revenus, en 1996, pour traiter d’un sujet qui était à l’époque plutôt d’avant-garde : « Un autre sport ». Il s’agissait de parler de ce qu’on appellerait aujourd’hui « les sports extrêmes ».

5La deuxième raison ne nous concerne pas seuls. Le 11 novembre prochain, symbolique involontaire, marquera le 20e anniversaire des Assises nationales du sport.

6Ces Assises nationales – certains qui les ont vécues sont encore présents dans cette salle – ont réuni près d’un millier de participants (pratiquants, dirigeants, représentants des pouvoirs publics et des collectivités territoriales, décideurs d’entreprises, éducateurs, journalistes,...). Aucun ne représentait le sport à lui seul, mais à eux tous ils portaient l’essentiel des questions que se posait à l’époque la société sportive et qu’elle continue – me semble-t-il – à se poser aujourd’hui, ce qui est d’une certaine façon l’objet de l’Université Sportive d’Été de cette année.

7Les trois grands principes – « pluralisme », « rassemblement », « indépendance » – sur lesquels étaient fondées les ANS, avaient eu ces trois jours-là un sens. Ils sont aujourd’hui encore plus nécessaires entre tous les partenaires du sport mais ils ont du mal à vivre. Au moment de la clôture, j’avais tenté de rassembler les multiples réflexions et les nombreuses propositions concrètes organisées autour de trois principes directeurs pour l’action :

  • Respecter la diversité, mais préserver l’unité.

  • Renforcer la concertation, mais préserver la cohérence.

  • Donner à l’éthique et à l’éducation la place qui leur revient pour contribuer au respect de l’homme et à sa valorisation.

8Ces trois principes n’ont rien perdu de leur actualité, à défaut du respect de leur exigence.

9Enfin, en dépit des apparences, la troisième raison pour laquelle nous avons choisi de venir à Montpellier était de faire coïncider cette 29e Université Sportive d’Été avec la rentrée universitaire dans une grande université.

10Je constate, je déplore comme vous, l’absence d’étudiants, mais ce qui n’aura pas été réussi ici le sera, sans doute, ailleurs avec d’autres, plus sensibles à l’importance des enjeux. Notre volonté de nouer plus solidement encore le lien avec l’Université et le Sport est intacte.

11Sur des questions telles que la place du sport dans l’université, ou la place de l’université dans le sport, le moment n’est pas d’en débattre aujourd’hui. Elles ont été largement approfondies lors de l’USE 2007, intitulée « Sport, Université, Europe », organisée à la Cité internationale universitaire de Paris.

12Je veux simplement rappeler ici qu’évoquer les rapports du sport et de l’université, ce n’est pas simplement parler du sport à l’université ou, plus largement, du sport universitaire, mais de ce que l’un par l’autre sont capables d’apporter à la société en matière d’éducation, d’intégration, d’humanisme, de contribution à ses valeurs.

13Or l’université et le sport ont tendance à se regarder avec une certaine distance. Sans être discontinus, ponctuels, sans qu’une véritable discussion, un véritable dialogue parviennent à s’installer entre les institutions qui ont la charge de les gouverner. Leurs rencontres sont d’ailleurs rares. L’ambition de l’USE est d’en fournir l’opportunité.

14Au fond, vous le voyez, les raisons ne manquent pas pour expliquer le choix de Montpellier et d’un sujet – « Le sport saisi dans son évolution récente. Fidélité ou infidélités à ses fondements ? » – qui n’est pas indépendant de sa localisation.

15• Depuis 1991, qu’avons-nous fait de ces vingt ans ? Que sont devenus les principes de pluralisme, de rassemblement, d’indépendance ?

  • 1 Cf. Jacques Ferran dans Pour un humanisme du sport. Ouvrage collectif, Paris, CNOSF-Éditions Revue (...)

16La réalité constatée oblige à dire que la situation n’a pas changé ; elle s’est même plutôt aggravée. Je partageais déjà, à l’époque, l’analyse faite par Jacques Ferran1 qui, constatant que le sport avait subi, en se développant, une véritable métamorphose, indiquait : « La place qu’il occupe à tous les étages de la société, les fonctions qu’on lui attribue dans des secteurs aussi divers que la santé, l’éducation, le spectacle, les échanges internationaux et même la paix sociale, sa politisation inévitable, sa commercialisation flagrante et sa médiatisation démesurée ont modifié à la fois ses structures et son image. »

17Jacques Ferran, dont nous aurions aimé qu’il soit avec nous aujourd’hui, en concluait : « Son développement et son succès prodigieux semblent le menacer plus sûrement que ne ferait son effacement, ou du moins tendre à le transformer en autre chose, qui ne mériterait peut-être plus le nom de sport. »

  • 2 Dans une interview publiée récemment dans le quotidien L’Équipe.

18Tout cela signifie aujourd’hui que le sport n’est plus seulement du sport. Pour nous ici, tel que nous ambitionnons qu’il soit, le sport est plus que du sport. Pourtant, force est de constater qu’il est loin d’être toujours à la hauteur de nos espérances, surtout lorsqu’il se replie égoïstement sur lui-même. À tel point que certains, tel Alain Finkielkraut2, se demandent : que reste-t-il du sport dans le sport ? Qu’un passionné comme lui en conclue que « le sport, qui a contribué à civiliser l’Europe, est devenu une composante majeure du processus actuel de décivilisation » devrait nous porter à plus de réflexion. En effet, à considérer les dérives du sport-spectacle, dont la principale raison d’être est celle de l’argent, on est navré de constater trop souvent qu’il y a de moins de moins de sport dans le sport.

19Disons-le sans ambiguïté, sans pour autant nous poser en vestales du temple de la vertu sportive, nous sommes fréquemment agacés par le silence des autorités morales du sport (cf. la main de Thierry Henry) ou par leur absence de courage face aux politiques (le maintien grotesque de la candidature d’Annecy aux J.O. d’hiver par exemple). Dans le sport d’aujourd’hui, trop de dirigeants évoquent la vertu et n’en ont – en réalité – qu’une petite. Eyes wile short, voilà bien ce qui les caractérise. Le moment est pourtant venu de garder les yeux ouverts. Quant à ceux qui, comme nous peut-être, prêchent la bonne parole, constatons, avec Jacques Marchand, que bien souvent ils tournent en rond sur eux-mêmes et prêchent dans le vide.

20Mais ne soyons pas nostalgiques ; le sport change et il changera encore. La véritable question est de savoir si nous voulons être des acteurs – sinon les maîtres – de son changement.

21 Le sens du sport a changé et il s’éloigne de son essence. Le sport devient de plus en plus hétérogène, attrape-tout parfois dans ses formes de pratiques, dans le champ social qu’il couvre, les ambitions qu’il revendique et les attentes qu’il suscite. Dans le même moment, il paraît s’éloigner toujours davantage de ce qui a constitué et justifié son essence, c’est-à-dire de ses fondements et de ses valeurs. Le sport tremble sur ses fondements et vacille ; vat-il finir bientôt par s’effondrer comme il le fit déjà une fois dans l’Antiquité ?

22Pour éviter cette issue fatale, sens et essence doivent désormais se rapprocher. Sans parler pour autant de concepts, entendons-nous sur le contenu donné aux mots. L’usage du mot sens doit se comprendre ici selon ses deux acceptions : à la fois comme signification et comme direction ou trajectoire. Cela nous amène donc à nous interroger simultanément sur la pertinence – ou l’utilité – du contenu du sport d’une part, et sur l’évolution de son implication – voire de son imbrication – dans la société, de l’autre. Piloter dans la bonne direction ne se limite pas à faire preuve de bon sens ; cela nécessite d’être au clair sur l’essence, c’est-à-dire sur le maintien de la pertinence de ce qui fait la raison d’être.

23Partant de là, deux conceptions et par conséquent deux voies d’action sont ouvertes. La première est normative, conservatrice au sens premier du mot. Elle amène à considérer qu’il existe pour le sport des valeurs inaliénables, intangibles qui constituent son essence. Le sport ne peut – ne doit – durablement s’en écarter. S’il le fait, il doit corriger sa trajectoire. Reste à savoir par qui et comment.

  • 3 Cf. Jean-Paul Sartre, L’Existentialisme est un humanisme, Paris, Les Éditions Nagel, 1946.

24La seconde conception est de type existentialiste, au sens sartrien. Elle pose que le sport – tel l’homme – existe d’abord, se rencontre, surgit dans le monde et se définit après. Comme l’homme, le sport naît du néant au sens où il n’est d’abord rien. « Il ne sera qu’ensuite, et il sera tel qu’il se sera fait3. » Cette conception du sport ne nous éclaire pas sur la façon dont se constituent ses assises même s’il est vrai que, d’une certaine manière, l’essence naît du sens.

25Tout cela peut vous sembler bien abstrait et ne constitue sans doute pas la bonne démarche dans laquelle il convient de s’engager ici. Il n’en demeure pas moins que les pauses consacrées à la réflexion sur le sport, sur son essence et sur son sens sont utiles et nécessaires. Les réflexions qu’elles portent sont susceptibles d’avoir des incidences très concrètes sur l’avenir du sport, et peut-être même sur le maintien de son existence ; plus largement, sur la hiérarchie des valeurs dans notre vie sociale et sur le maintien de certaines d’entre elles.

26 En réalité, chacun a son idée du sport et sa perception de la fidélité et/ou de l’infidélité à ses fondements. C’est pourquoi le moment est venu, à commencer par ceux qui pensent gouverner le sport, de garder les yeux ouverts et d’accepter la diversité des éclairages. Jacques Marchand, qui l’a écrit dans son dernier ouvrage, l’aurait dit mieux que moi aujourd’hui : « Seule une réflexion commune, à égalité de pouvoir et dans le respect de chacun, peut déboucher sur une réelle prise en compte de cette “certaine idée du sport” qui doit, à tout prix, prévaloir. »

27Une certaine idée du sport, qui n’est pas propre à chacun, qui n’est pas figée une fois pour toutes, mais qui permet de porter – par le sport – des valeurs éventuellement changeantes auxquelles nous croyons, voilà qui justifie notre engagement. Cela explique que, vingt ans après, nous ayons éprouvé le besoin de revenir à Montpellier, pour cette USE 2011, des personnalités venant de tous les terrains d’expression du sport pour mieux éclairer le rapport entre le sport, saisi dans son évolution récente, et des fondements propres ou partagés sans lesquels il n’aurait de véritable raison d’exister.

28Oui, le sport prend un nouveau sens ; ne refusons pas de l’admettre mais agissons en sorte que ses moyens de vivre ne remettent pas en cause ses raisons d’exister. N’oublions pas, notamment, que le sport est d’abord un humanisme et qu’un sport qui ne serait plus éducatif ne pourrait être considéré comme du sport.

29Pour ce qui est de ses fondements, gardons-nous de la nostalgie passéiste comme de l’idéalisation abstraite. Le temps de la refondation du sport est venu. Le moment est donc venu de nous interroger ensemble sur les quelques valeurs et sur leurs incidences concrètes qui, dès aujourd’hui et pour demain, justifieront que le sport continue à exister. Pour l’avenir du sport, sans compromission, mais avec ambition, fidèles aux espérances de notre jeunesse, soyons réalistes, demandons l’impossible.

30C’est avec plaisir que, pour ce faire, j’accueille en votre nom Jean Durry.

31Sans jamais être intervenu à l’USE, Jean Durry est depuis longtemps des nôtres. Si nous avons attendu la 29e édition pour faire appel à son talent, ce n’est pas pour le faire languir ni parce que les nombreux sujets des éditions précédentes n’entraient pas dans le vaste champ de ses centres d’intérêt et de ses compétences. Simple question de circonstances. Sur un sujet comme celui-ci, il eût été en revanche inconséquent de se priver de son concours.

32Auteur de nombreux ouvrages au style clair et passionné, historien éclairé et éclairant du sport, fondateur du musée du Sport, à la fois porteur et analyste de la pensée coubertinienne dont il sait mieux que quiconque explorer les racines et dégager les enseignements, Jean Durry est au fond plus universitaire que bien des universitaires dans l’acception noble que nous donnons à cette fonction.

33C’est avec grand plaisir que je lui cède la parole pour la présentation de l’une de ces grandes fresques qu’il sait si bien brosser avec exactitude, profondeur, humour et passion.

Notes

1 Cf. Jacques Ferran dans Pour un humanisme du sport. Ouvrage collectif, Paris, CNOSF-Éditions Revue EPS, 1994, p. 89-107.

2 Dans une interview publiée récemment dans le quotidien L’Équipe.

3 Cf. Jean-Paul Sartre, L’Existentialisme est un humanisme, Paris, Les Éditions Nagel, 1946.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search