Version classiqueVersion mobile

Le sport saisi dans son évolution récente

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture de l’université sportive d’été

Daniel Bonzoms, Philippe Augé, Didier Delignières, Joël Abati, Philippe Guinot et Jacques Marchand

Texte intégral

Photo 1 – À la tribune, de gauche à droite, le président Ernest Gibert, le conférencier Jean Durry et Jean-Marc Michel pour l’UJSF.

Photo 2 – Jean-François Renault pendant sa communication.

Photo 3 – Thierry Buffalon, animateur de la 4e séquence.

Photo 4 – Le groupe des stagiaires.

Daniel BONZOMS
Montpellier Université Club

1Monsieur le Président de l’Université de Montpellier 1,

2Monsieur le Président de l’Union nationale des clubs universitaires, Chers amis,

3J’avais préparé cette ouverture en commençant ma version écrite par cette phrase : « Merci d’être venus aussi nombreux ! » Malheureusement, nous sommes moins nombreux que je ne l’avais espéré. J’étais persuadé que, suite à nos accords de partenariat, de nombreux étudiants de l’UFR STAPS seraient présents, mais on vient de me dire que, contrairement à ce qui était prévu initialement, ils n’ont pas pu être libérés ; ils sont tous en cours !

4Malgré ces absences, je suis heureux que l’organisation de cette Université Sportive d’Été et celle du stage communication, qui réunit huit stagiaires et un encadrement nourri, soient enclenchées. Nous travaillons à leur mise en place depuis de nombreux mois. J’espère que le cœur que nous avons mis dans cette opération de longue haleine donnera de beaux résultats.

5Je tiens particulièrement à remercier tous ceux et celles qui ont contribué au montage tant de l’USE que du « stage Com », les bénévoles de l’Union nationale des clubs universitaires et ses salariés à Lille et à Montpellier ; l’Université de Montpellier 1 et son Président, Philippe Augé, ici présent ; les bénévoles de l’Union des journalistes de sport en France et son Président, Jean-Marc Michel ; l’UFR STAPS de Montpellier et son directeur Didier Delignières, le personnel de l’UFR et ses services techniques qui ont trouvé des solutions à toutes nos demandes.

6Je remercie également les bénévoles, les salariés du Montpellier Université Club et son Président, Philippe Guinot.

7Je remercie enfin le Conseil régional du Languedoc-Roussillon et son Président Christian Bourquin, représenté ici par Joël Abati, chargé des Sports ; ainsi que les services d’Hérault Sport et son Président, Christian Bénézis, que nous aurons l’occasion d’entendre dans une conférence.

8Merci encore à toutes et à tous. Je vous souhaite une bonne Université Sportive d’Été à Montpellier.

Philippe AUGÉ
Président de l’Université Montpellier 1

9Monsieur le représentant du Conseil régional,

10Monsieur le Doyen,

11Mesdames et Messieurs les Présidents,

12En titre et qualité de Président, Mesdames, Messieurs, chers collègues et chers amis,

13Le rôle du Président d’Université, lorsqu’il accueille une manifestation dans ses murs ou plutôt dans les murs d’une de ses composantes, comme c’est la particularité de l’Université Montpellier 1, c’est de bien souligner à la fois d’unité de l’Université de référence mais également la spécificité de la composante universitaire mobilisée pour la circonstance.

14Bienvenue dans les locaux de l’UFR STAPS de l’Université de Montpellier 1, dans des locaux que vous connaissez puisque Montpellier devient, alors que vous en êtes à la 29e édition, un point d’étape ou un lieu de retour quasi permanent. En effet, je crois que c’est la quatrième fois, si je ne m’abuse, que cette USE est accueillie dans nos locaux. Cet accueil, les excellentes conditions de travail, vous les devez à d’autres partenaires institutionnels locaux. J’en ai pris connaissance.

15C’est dire tout l’attachement que vous devez avoir à Montpellier. Un attachement que vous avez encore aux responsables successifs de diverses structures – universitaires, sportives, administratives, politiques, sans oublier la presse – au niveau montpelliérain. C’est dire également le crédit que ces responsables et les institutions portent à votre Université d’été.

16Merci aussi à tous ceux qui ont été à la base de cette manifestation, l’Union nationale des clubs universitaires, l’Union des journalistes de sport en France, les collectivités (le Conseil régional, le Conseil général et la Mairie de Montpellier).

17Vous avez choisi une thématique qui est, de prime abord, un peu particulière : « Le sport saisi dans son évolution récente. Fidélité ou infidélités à ses fondements ?… »

18Je ne vais pas débattre de l’infidélité. D’autres peuvent en débattre récemment par médias interposés ou autre.

19Le sport, quels sont ses fondements ? Quelles sont ses valeurs ?

20Vous qui êtes du milieu sportif, vous n’aurez sûrement pas la même approche que moi. Mais je vois ici, pour ma part, l’idée de collectif, l’idée de générosité, l’idée galopante d’échanges avec autrui, l’idée également de désintéressement notamment par l’implication de tous ceux qui sont proches des sportifs de quelque niveau que ce soit, et qui font en sorte de les accompagner au quotidien, pour leur permettre d’améliorer leurs performances, pour qu’ils se réalisent dans leurs projets et leurs aspirations.

21Les fondements, c’est peut être « la participation » et non pas « gagner », la « gagne » à tout prix. L’essentiel est de participer, a-t-on l’habitude de dire. En principe, on rappelle cela quand on a perdu. Quand on a gagné, on dit que l’essentiel était effectivement de gagner. Mais la participation, qui renvoie à une collectivité de référence, est peut être l’un des fondements majeurs à ne jamais perdre de vue.

22Mais alors, me direz-vous, aujourd’hui, que voit-on du sport ? D’un point de vue strictement professionnel, je n’appartiens pas au domaine sportif. Je suis juriste, fiscaliste. Mais si je me place en tant que citoyen, je suis à même de poser la question suivante : « Qu’est-ce que l’on voit du sport ? » On voit d’une part un sport de masse, un sport où il y a une population nombreuse qui manifeste de l’engouement pour la pratique ou pour suivre le sport, aussi bien amateur que professionnel. Et puis, de l’autre côté, il y a un autre monde, vu par le novice que je suis, c’est vrai. On ne peut que constater un certain décalage entre les deux plans de pratique, avec parfois un élitisme sportif des champions qui nous semblent loin, très loin de notre quotidien. Loin effectivement de ceux et celles qui les supportent, loin de ceux et celles qui ont investi émotionnellement afin d’être avec eux, avec parfois des comportements à la marge, inconvenants par rapport à ce que l’on attend d’un sportif qui est censé représenter un pays, une nation.

23Il y a parfois un grand décalage entre l’image que l’on a du sportif à travers les médias, notamment des sportifs de très haut niveau et puis, finalement, le comportement que l’on attend, en toute logique, des sportifs. Voilà rapidement évoqué un décalage qui ne peut que m’interroger.

24Est-ce que le sport aujourd’hui est un enjeu fédérateur pour la société ? Est-ce un vecteur de communication authentique, un vecteur d’images valorisantes ? Y a-t-il adéquation entre le comportement des sportifs engagés dans la haute performance et ce qui est attendu d’eux ?

25Voilà donc les quelques idées que je voulais exprimer à l’occasion de cette ouverture de votre Université sportive. Des idées peut-être formulées au niveau requis par des spécialistes, je le conçois aisément, mais je pense que le bon sens est susceptible de recouper les vues d’une pensée plus élaborée. Vous avez choisi quelque chose d’important, en retenant ce thème. Il ne faut pas oublier non plus la grande diversité qu’on peut observer entre les sports proprement dits. Tantôt tel événement sportif spectaculaire aura les faveurs de quelque chaîne de télévision, tantôt tel autre sport, tout aussi spectaculaire, sera passé sous silence…

26Je suis convaincu que le sport, dans la société, suscite « passion », « émotion », « rôle critique ». Donc, en débattant pendant ces quelques jours des fondements sportifs, en envisageant le comportement du mouvement sportif par rapport à ses fondements, vous mettrez sans doute en évidence combien la situation a évolué, au cours des décennies. En ne perdant jamais de vue la question des fondements ? En renonçant pour partie à ces fondements ? Vous avez choisi un thème qui va intéresser, au-delà des spécialistes, les novices, les candides dont je fais partie et nous sommes nombreux, ici à Montpellier mais également en France.

27Merci pour cette heureuse initiative. Je sais que vos travaux seront publiés et cela donnera un écho supplémentaire et durable à ce qu’auront été vos échanges.

28Je me souviens de l’année 2007. L’USE s’était tenue sur le thème « Le Sport, l’Université, la Société – En finir avec les espérances déçues ? ». L’idée directrice était de dégager la réalité authentique du sport, de manière à ne pas se bercer d’illusions par exemple. En fait, rien n’est définitivement acquis dans le domaine du sport. Et les fondements du sport ne sont peut-être que ce que nous en décidons, collectivement, périodiquement, afin de rester en concordance avec les principes sans lesquels le sport n’est plus exactement ce qu’il prétend être…

29C’est vrai qu’il faut débattre de thèmes, plus ou moins difficiles, revenir sur des choses qui sont a priori présentées comme des vérités. Débattre, parce que l’Université c’est également cela, une richesse, un échange, un débat pour pouvoir faire avancer les consciences.

30Je regrette effectivement qu’il y ait peu d’étudiants cet après-midi pour entendre les orateurs qui vont se succéder à la tribune, pour qu’ils puissent les interroger et le cas échant exprimer leur point de vue. Sans doute auront-ils la curiosité de feuilleter par la suite le volume des actes.

31Bons travaux à tous. Je vous remercie de m’avoir invité à m’exprimer à l’occasion de l’ouverture de cette Université Sportive d’Été 2011.

Didier DELIGNIÈRES,
Directeur de l’UFR STAPS de Montpellier

32Chers Présidents, chers collègues et chers amis,

33Nous avons le plaisir de vous accueillir à l’UFR STAPS de Montpellier pour diverses raisons.

34Ce qui me paraît en premier lieu important, c’est que l’UFR STAPS de Montpellier possède la particularité d’avoir conservé une culture sportive qui a disparu dans de nombreuses autres UFR STAPS de France. Ici, les étudiants bénéficient d’un volume important de pratique sportive. Nous recrutons des enseignants spécialistes, souvent d’anciens sportifs de haut niveau. Par exemple nous venons d’accueillir Romain Barras, champion d’Europe de décathlon, pour prendre en charge la spécialité athlétisme.

35Par ailleurs, l’UFR de Montpellier a toujours occupé une place importante dans la défense d’une éducation physique ancrée dans la culture sportive. Les stages Maurice Baquet, qui avaient lieu à un jet de pierre de notre faculté et auxquels ont participé nombre de nos enseignants, ont joué un rôle important à ce niveau.

36Enfin, les idées que j’ai tenté personnellement de développer pour l’éducation physique affirment avant tout qu’il n’y a guère de différence entre le sport et l’éducation physique ou plutôt qu’il faudrait minimiser au maximum les différences entre ces deux pratiques. Alors que beaucoup professent une défiance vis-à-vis du sport, je pense qu’il y a tout à gagner à intégrer le projet sportif, et les valeurs qu’il véhicule, dans les cours d’éducation physique.

37Il me semble donc qu’il existe des convergences fortes entre le thème de vos Rencontres et la philosophie qui anime notre Faculté. Vous êtes ici chez vous, et je vous souhaite de bonnes journées de travail, fructueuses et constructives.

Joël ABATI,
Chargé des sports, Conseil régional du Languedoc-Roussillon

38Bonjour à tous,

39Monsieur le Président de l’Université,

40Monsieur le Directeur de l’UFR STAPS de Montpellier,

41Chers amis sportifs,

42Au nom du Président Christian Bourquin, je crois qu’il est essentiel de pouvoir parler du sport surtout au cœur d’une institution comme cette Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique. Il est vrai que les étudiants ne sont pas là, occupés par leur propre rentrée universitaire. C’est pour eux, à mon avis, qu’il est important d’analyser l’évolution du sport en général. On ne peut que louer l’effort renouvelé que fait l’UNCU, dans son partenariat presque historique avec l’Union des journalistes de sport, pour comprendre l’évolution du sport dans la société.

43Il y a effectivement une évolution du sport et dans le sport. Celle-ci prend de multiples facettes. Le sport mène à tout, d’une certaine façon, et j’en suis un exemple. Je pense que le sport touche à différents secteurs et qu’il emprunte à d’autres domaines. Par exemple, il utilise les progrès technologiques pour améliorer ses propres matériels, au point parfois de transformer les pratiques. Le sport se diversifie presque à l’infini. On met sous un même mot des niveaux de pratiques, des formes de pratiques qui n’ont parfois plus grand-chose à voir les uns avec les autres. Mais ça dépend aussi des sports eux-mêmes. Certains conservent un lien de connivence avec l’activité élémentaire en club, à l’école, au collège. Pour d’autres, c’est moins évident.

44N’oublions pas le principal. Le sport est le cœur de notre projet social.

45Dans les actualités, dans les journaux, nous sommes au contact des grandes équipes. Tous les week-ends, et les lendemains de week-ends, on peut parler de rugby, de football, de basket, et autres. Mais avant tout, il ne faut pas perdre de vue que c’est cette politique dynamique de formation des jeunes qui permet cela. Le sport éduque.

46Regardez les centres de formation sur lesquels les clubs « élites » peuvent s’appuyer. Vous savez que la formation coûte cher, former des joueurs dans notre région pour les garder ensuite dans les clubs professionnels est une réussite. Ce n’est pas toujours le cas ailleurs.

47Avant tout, je voudrais que l’on n’oppose pas le sport amateur et le sport professionnel. Sans le sport amateur, on ne pourrait pas avoir de sport professionnel. Dans le sport amateur, ce sont les éducateurs qui inculquent les gestes techniques, les valeurs, la première expérience de la compétition, avec ses joies et ses peines, ses réussites et ses déconvenues. Mais pensez-vous qu’ils puissent regretter que des jeunes évoluent ensuite vers le haut niveau, le plus haut niveau ? Ce serait contraire à l’esprit du sport. Opposer amateurs et professionnels, sport du plus grand nombre et élite du sport serait une erreur. Les opposer entre eux, ce serait vraiment comme chercher à détruire ce que nous avons mis en place, ici, dans la région du Languedoc-Roussillon, à Montpellier et ailleurs, en faveur du sport entendu comme projet social, composante dynamique d’un projet de société.

48Je tiens donc à mettre en avant le sport amateur et les différents éducateurs qui, tous les week-ends, travaillent avec ces jeunes sur le terrain, sans perdre de vue que certains d’entre eux deviendront peut-être des sportifs de haut niveau. Quand ils arrivent dans les centres de formation, les jeunes ont déjà une bonne idée de ce qu’est le sport, de ce que le sport peut attendre d’eux autant que ce qu’ils peuvent eux-mêmes en attendre. Évidemment, cette construction ne se fait que progressivement.

49C’est d’abord dans les petits clubs qu’ils sont formés au quotidien, tous les week-ends. On leur apprend à bien se tenir. On leur apprend la morale parce qu’il y a également de la morale dans le sport. Il faut en tenir compte avec les dérives que l’on peut avoir et que l’on peut connaître de près quelquefois. Or le fait de constater les dérives telles qu’elles existent dans le sport : violence physique, irrespect envers l’arbitre, dégradation de matériel, etc., peut avoir des conséquences majeures : désintérêt pour la pratique sportive, impression que la loi du plus fort tend à l’emporter…

50Ces jeunes, les garçons autant que les filles, doivent se retrouver dans la société, éduqués. Plus encore, l’éducation est un facteur déterminant pour que le jeune appartienne à la société, la fasse sienne. Et sous cet angle, le sport est un excellent levier. Bien sûr, je n’oublie pas le sport pratiqué à l’école, au collège, au lycée dans les associations sportives d’établissement.

51Si le sport est un vecteur essentiel d’images, de communication, de rapports authentiques à autrui, il ne peut pas résoudre tous les problèmes de la société. Mais quel est le domaine d’activité qui, au sein de la société d’aujourd’hui, pourrait prétendre les résoudre ? Le sport est un des domaines où l’acte d’éducation est assez facile à observer.

52On peut éduquer les jeunes à travers les règles du sport. On peut leur permettre de se construire, de s’élever, d’avoir des objectifs. Le sport permet de se dépasser aussi. La combativité est également une chose essentielle pour les jeunes générations, apprendre cela par rapport à l’évolution du sport et l’évolution de la société est loin d’être inutile. C’est leur permettre d’être en concurrence, mais dans le plaisir du jeu et des règles. C’est essentiel.

53Cela véhicule aussi la cohésion sociale qui permet de jouer ensemble. Jouer seul finit par être un non-sens. Le sport, à l’unanimité, c’est l’expérience du groupe. Au rugby, on règle parfois un conflit dans la boue, en toute loyauté. À l’occasion d’un match de foot, sachant que c’est le seul endroit où on peut faire la paix, dans l’esprit du sport, les joueurs vont donner le meilleur d’eux-mêmes. Avant, on se réunissait dans les temples, maintenant c’est dans les stades que se font ces rassemblements.

54La démocratie s’exprime aussi à travers le sport. À l’échelle du club, il n’y a qu’une équipe, qu’un maillot et qu’un seul objectif. Le sport permet la convivialité, l’échange autour d’un projet commun et parfois la réussite de l’impossible. Dans le cadre des championnats, c’est la rencontre répétée avec tout un ensemble d’équipes qui sont en concurrence les unes avec les autres. Mais l’objectif : gagner, se dépasser, tenter de faire mieux que l’adversaire, etc., ne fait jamais oublier que toutes ces équipes, tous ces clubs appartiennent à un même univers, un même ensemble sportif.

55Encore faut-il pouvoir disposer d’équipements sportifs, d’installations, qui puissent favoriser cet échange. Pour se confronter aux autres, il faut aussi développer des infrastructures adéquates. C’est principalement le rôle des collectivités territoriales. N’oublions pas, non plus, que le sport est un vecteur d’image.

56Le stade Arena Montpellier est une grande salle dite multi-fonctions. Elle a été inaugurée en septembre 2010, il y a tout juste un an. Elle permet de recevoir les manifestations sportives de très grande qualité. C’est la deuxième salle de France. Nous avons pris du retard en France au niveau des grandes salles. On fait évoluer les élites, c’est une bonne chose. On peut le vérifier en handball, en basket-ball. Il faut faire en sorte que ce soit grâce à ces salles omnisports polyvalentes, où justement on peut recevoir des spectacles (16 000 places dans l’arena Montpellier) mais aussi des matchs (9 000 places en configuration sport), que l’on puisse consolider ces élites de clubs ou d’équipe nationale.

57Le temps va me manquer pour évoquer d’autres aspects qui me semblent importants, et je ne doute pas que vous les évoquerez au cours de vos travaux. Ce que j’ai appelé tout à l’heure le « projet social » peut se décliner dans différentes résolutions. Développer le sport, c’est aussi aider les centres de formation, aider les jeunes qui y sont accueillis. C’est important. Il faut œuvrer également pour un véritable statut du joueur. Je rencontre tous les jours des sportifs qui sont en difficulté parce qu’on n’arrive pas à leur donner les moyens de s’exprimer mais également de négocier l’après-carrière sportive. Il faut préparer l’avenir. Vous savez tous que le sport est éphémère. Une carrière ne dure pas longtemps. Que fait-on après ? Si on n’est pas protégé et si on n’est pas préparé, on se retrouve à la rue comme tout le monde, sans travail, sans avenir.

58Je m’arrête là. En parcourant le programme de l’Université d’été, je ne peux que constater combien vos thématiques sont importantes. Des spécialistes peuvent en débattre. Des sportives et des sportifs pourront témoigner, apporter leur point de vue, leur expérience. Il faut ce débat, et sachez que la Région tient à s’y associer.

Philippe GUINOT,
Président du Montpellier Université Club (MUC)

59Monsieur le Président de Région,

60Messieurs les Présidents,

61Chers Amis,

62Je suis absolument enchanté de voir se réunir aujourd’hui à Montpellier, l’Université et le Montpellier Université Club, qui œuvrent dans l’esprit de ce qui a été exposé à l’instant par Monsieur le Président du Conseil régional.

63En effet, l’objectif du MUC est de conduire l’ensemble de la population vers l’activité sportive. Nous savons bien que financièrement le sport et les installations sportives coûtent de plus en plus cher. Nous savons bien que le sport est encore un des rares lieux où les bénévoles, et j’en vois ici qui remplissent la salle, montrent tous les jours leur dévouement et permettent au plus grand nombre de participer aux activités sportives. Je pense qu’il est important de le souligner, en particulier au moment d’ouvrir une Université sportive d’été qui aborde le sport saisi dans sa récente évolution au regard de ses fondements. Le bénévolat sportif, au sein du club, participe de ces fondements.

64Je rappelle également que le Montpellier Université Club, dans son activité du MUC Vacances, permet au plus grand nombre d’avoir des vacances. Cette initiative procède de la solidarité ; ce sont les gens les plus aisés qui, finalement, participent avec l’aide de la Région et du Département, et offrent ainsi à des enfants qui sans cela n’auraient pas les moyens de partir en vacances.

65Le MUC s’inscrit dans cette action sociale et je tiens, ici, à l’affirmer très fortement.

66Merci.

Contribution de Jacques MARCHAND,
Président honoraire de l’Union des Journalistes de Sport en France

67Une autre époque…

68Vivre les neuf dixièmes d’un siècle, dont plus de soixante ans au cœur des activités sportives nationales et internationales, est sans doute un privilège, parfois lourd à porter, mais passionnant, et qui fournit à l’intéressé un petit droit d’inventaire.

69Vous me permettrez d’en user, en m’invitant aujourd’hui à participer à votre réflexion : fidélité ou infidélités aux fondements du sport ? Peut-on parler d’une évolution à l’échelle des décennies ?

70D’abord, quel chemin parcouru ?

71J’ai été concerné par le sport, comme la plupart d’entre vous sans doute, dès mon enfance, par une ambiance familiale. Mon père, mon grand-père et même parfois ma mère parlaient sport entre eux, donc me parlaient sport.

72Leur vocabulaire m’était familier, ma formation s’est naturellement complétée dans les jeux d’écoliers, en cour de récréation, et plus tard, adolescent, dans le club sportif de mon village, le seul dont j’ai été adhérent et jeune dirigeant, au début de la guerre, lorsque les adultes étaient mobilisés ou prisonniers.

73Une éducation vous arrive d’où elle peut, à condition de l’accepter et de s’y attacher.

74Après guerre, mes fréquentations de jeune journaliste m’ont aidé à connaître, découvrir et comprendre le sport tel qu’il s’offrait à notre compréhension. C’est un énorme avantage d’avoir entendu Jean Borotra, même sans partager toutes ses convictions, Gaston Meyer pour sa vision déjà révisée et modernisée mais encore fidèle de l’Olympisme, Jacques Goddet, type du vieux sportman à l’anglaise, pour sa conception passionnée du journalisme au service du sport, Félix Lévitan pour son réalisme et son efficacité à entreprendre et convaincre, Hubert Beuve-Méry pour sa rigueur éthique, Philippe Viannay, l’ancien combattant des maquis pour sa passion de l’enseignement du journalisme, Maurice Vidal pour la conscience qu’il faut accorder à nos commentaires, en fonction d’une vraie et solide culture du phénomène sportif.

75Et puis, en complément, la confrontation en direct avec les réalités et les héros du sport eux-mêmes, apprendre la boxe avec Marcel Cerdan, découvrir le cyclisme d’après-guerre avec Fausto Coppi, Louison Bobet, André Darrigade, Jacques Anquetil et tant d’autres.

76Comme mes confrères de même génération, mais des autres spécialités qui faisaient leurs classes avec les célébrités du football, du rugby, du basket, de l’athlétisme et d’une multitude de disciplines pratiquées et appréciées.

77À la Libération, anciens rappelés pour reprendre du service dans la presse sportive en raison de leur expérience, et jeunes inexpérimentés mais aguerris par les événements auxquels ils avaient été confrontés, nous avions en commun de vouloir reconstruire un monde sur les bases d’un humanisme universel, y compris dans le sport.

78Et surtout dans le sport.

79Qu’en reste-t-il ?

80De beaux souvenirs.

81Pour nous, le sport était encore une culture comme nous l’avaient appris nos parents et nos éducateurs formés à cette école.

82Aujourd’hui, regardez ou lisez le sport, c’est du commerce, comme le reste.

83Les éditeurs, pour ne pas dire les journalistes qui se confondent avec eux, sont des marchands de papier et le sont viscéralement depuis Théophraste Renaudot, comme les bonimenteurs des radios et des télévisions sont des marchands d’ondes, plus soucieux de nous accaparer par la sensation de leurs révélations, nous charmer, nous distraire.

84On bute sur cette réalité ; depuis qu’elle se vend, l’information est un produit commercial.

85Il faut s’y résoudre en toute connaissance.

86Cela n’empêche pas pour ceux qui sont conscients de cette situation, de limiter les effets nocifs.

87Et certains de mes confrères s’y efforcent encore aujourd’hui, comme hier, au mieux de leurs possibilités.

88Et nous ne cessons, dans nos instances sérieuses de formation, de les y encourager.

89Je vais tenter d’éclairer à travers l’histoire cette évolution des objectifs et des intentions qui les soutiennent, la belle histoire du Tour de France cycliste qui n’a de secrets (en principe) pour personne mais que je connais un peu plus, parce que cette histoire me passionne et que je me suis trouvé à participer directement à son évolution durant une quinzaine d’années, en particulier en me penchant sur l’avenir du Tour, en créant un centre de formation appelé le Tour de l’Avenir, destiné, selon le désir de Jacques Goddet, à préparer des générations futures de coureurs, en favorisant l’apprentissage des meilleurs routiers parmi les professionnels de l’Ouest et les amateurs d’État des pays de l’Est de grande valeur certes, mais qui ne connaissaient et ne pratiquaient pas la montagne.

90Remontons le temps…

91Henri Desgrange n’a pas construit le Tour de France sur une idée de son jeune collaborateur Géo Lefèvre par hasard.

92Il cherchait – et ne croyait pas avoir si bien trouvé – à sauver son quotidien sportif, créé en 1900, dont les ventes étaient en perdition depuis qu’il avait dû, sur décision judiciaire, cisailler son titre.

93L’Auto-Vélo pour concurrence déloyale envers son concurrent Le Vélo qui roulait bon train, seul en piste depuis décembre 1892. Perdant sa vocation cycliste associée, L’Auto perd du même coup sa clientèle cycliste qui retourne immédiatement chez son concurrent.

94L’annonce de l’organisation d’un Tour de la France par son audace frappe l’imagination populaire. La vente de l’Auto en ressent rapidement les effets.

95Le rapport était simple au départ : le Tour (comme le cyclisme en général) est une invention des journalistes pour faire vendre des journaux. Le cyclisme doit tout au journal qui l’organise et le journal doit ses ventes à l’événement qu’il organise.

96Durant les quinze années où j’ai assisté Jacques Goddet, dans sa voiture directoriale du Tour de France, sachant qu’il téléphonait chaque matin au siège du journal pour prendre connaissance des chiffres de vente de la veille, j’avais la température exacte de l’événement et de ses effets.

97« Jacques », me disait-il, « certains matins, le Tour s’endort, les ventes ne décollent pas » ou d’autres jours plus radieux au contraire : « La course intéresse et passionne le public, les ventes sont en hausse… »

98C’était pour nous capital et même vital, surtout à l’époque des équipes nationales, durant laquelle l’organisation prenait en charge tous les frais de la course.

99Donc pas question de gagner de l’argent, mais il fallait tenter de ne pas en perdre.

100En compensation, nous faisions remonter les ventes de nos journaux, ce qui suffisait à notre bonheur.

101Nos confrères des avant-guerres, les Desgrange et leurs précieux collaborateurs, et même ensuite notre propre génération y compris Jacques Goddet et aussi Félix Lévitan, étaient déjà harcelés par Émilien Amaury, le grand-père, pour tenter de rentabiliser l’opération Tour… D’où le retour aux équipes commerciales, qui a marqué une rupture de moyens, mais surtout de conceptions. Nous avons été des rêveurs et des naïfs.

102Nous étions, génération de la fin du siècle dernier, des poètes attardés la tête dans les nuages.

103Les organisateurs du Tour moderne ont les pieds sur terre ; en créant l’ASO (Amaury Sport Organisation), ils ont installé une entreprise commerciale pour exploiter le Tour et d’autres organisations sportives juteuses. Ils ont complètement dépossédé les journalistes de leur jouet.

104Ont-ils eu raison ?

105Commercialement et dans l’immédiat, certainement…

106Et comme le sport n’est plus qu’un vaste commerce, il fallait suivre et même anticiper…

107Mais la valeur sportive (je dis bien sportive et pas seulement spectaculaire… ce qui est facile avec le cadre naturel d’un tour de la France) est-elle assurée ?

108L’avenir répondra. Il y a un sérieux hic. Le Tour alimente et enrichit confortablement l’organisation du Tour, mais ne finance pas pour autant le sport cycliste.

109Voilà une mutation qui n’a jamais été expliquée et exposée clairement au public et ne peut l’être tant que le groupe Amaury sera aussi propriétaire des organes de presse qui pourraient l’expliquer et s’en préoccuper.

110Exemple typique d’une évolution et du passage d’une préoccupation strictement sportive et journalistique (les deux sont liées) à une préoccupation strictement commerciale.

111Nous sommes passés d’un Tour, agent publicitaire qui apporte une notoriété au journal qui l’organise, à un Tour agent commercial de la firme qui l’organise.

112Nuance qui explique le décalage des époques.

113La question que se posent aujourd’hui les participants à l’USE de Montpellier n’est certainement pas la question que se posent les dirigeants qui entendent présider au destin du sport national ou du sport international.

114Sinon, ils renonceraient immédiatement à leurs fonctions…

115Nous ne traitons pas de sport, ou tout au moins traitons très peu de sport, mais essentiellement de spectacle sportif.

116Le sport exige le spectacle sportif qui doit être rentabilisé comme tout spectacle. Pourquoi ne pas se l’avouer et renoncer ainsi à tromper son monde ?

117Redonner une fonction et une vérité aux mots, ne pas les trafiquer et ne pas les mitonner à toutes les sauces commerciales.

118Je suis arrivé à un âge où l’on ne peut que s’obstiner à se répéter.

119Ce que je déplore, c’est que l’on n’utilise pas notre langue qui est pourtant riche, claire et précise pour dire les choses telles qu’elles sont devenues.

120Jean-Paul Callède connaît ma marotte… tout mettre sur le dos et sous le nom de « sport » qui ne dit plus rien pour prétendre tout dire.

121On continue à utiliser le mot « sport » sans nuances et sans qualificatifs, en créant et en entretenant la confusion, alors qu’il serait si simple de préciser et de qualifier le genre de sport, évoquer le sport éducatif, le sport loisir, le sport détente ou le sport spectacle.

122Car en fait on n’écrit dans la presse, on ne parle dans les radios, on ne montre sur les chaînes de télévision que du sport spectacle sans jamais vouloir le dire.

123Et pourtant le spectacle est une activité parfaitement honorable, admise et particulièrement prisée lorsqu’il s’agit des arts.

124Pourquoi ferait-on la fine bouche pour le sport ?

125Les champions sont bien rétribués comme des vedettes.

126Il existe une industrie du sport qui rapporte (donc qui exploite) beaucoup.

127Le sport appartient à la loi du marché.

128Je veux bien pour la forme appeler les spectateurs « supporters » pour mieux les fidéliser et les attacher à leur club et à leur passion, mais cette passion, ils la paient et ils sont surtout des clients rançonnés, comme tous les clients, par la loi du marché.

129Il faut leur dire, même s’ils préfèrent ne pas le savoir, et même s’ils sont agacés qu’on le leur dise, parce que simplement, c’est plus honnête de dire la vérité.

130Aujourd’hui, on ne cherche plus à savoir quelle raison il faut attribuer au sport. Tout le monde s’accorde, y compris les autorités morales, chargées de sa « gouvernance », expression refuge de mode qui couvre tout et n’importe quoi, à considérer que le sport spectacle impose la raison commerciale, parce qu’elle est la seule rentable.

131Et tout le système en dépend.

132Point final.

133Voila pour le sport spectacle.

134Pour l’autre sport, celui qui survit dans la tourmente commerciale et médiatique, le sport consacré à la formation tant physique que morale de l’individu, le sport éducatif, il faut se réunir, se regrouper pour en parler, comme vous le faites…

135J’ai constaté récemment, dans un magazine spécialisé, que Yannick Noah, toujours apprécié du public populaire, partageait nos préoccupations et appelait les privilégiés du sport à plus de décence. Il prédisait un cataclysme si les mœurs et les esprits ne changeaient pas pour redonner au sport ses valeurs d’origine.

136C’est encourageant.

  • 1 Cette communication a été lue par Jean-Marc Michel présent à l’ouverture de l’USE. Le lecteur trouv (...)

137Le peu que nous serons entendus est essentiel parce que le sport que nous défendons et essayons de protéger, c’est lui qui entretient la conscience1.

Notes

1 Cette communication a été lue par Jean-Marc Michel présent à l’ouverture de l’USE. Le lecteur trouvera page 189 et suivantes un « Hommage à Jacques Marchand », animateur indéfectible et perspicace des Universités Sportives d’Été.

Table des illustrations

Légende Photo 1 – À la tribune, de gauche à droite, le président Ernest Gibert, le conférencier Jean Durry et Jean-Marc Michel pour l’UJSF.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Photo 2 – Jean-François Renault pendant sa communication.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Photo 3 – Thierry Buffalon, animateur de la 4e séquence.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4387/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Photo 4 – Le groupe des stagiaires.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4387/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search