Version classiqueVersion mobile

Le sport malade de ses contradictions…

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. « La formation »

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Animateur : Jean-Paul Schneider

1Je remercie tous ceux qui participent aujourd’hui et notamment ma voisine de gauche, qui a fait le déplacement le plus long, puisqu’elle vient du Portugal.

2La façon la plus simple de commencer est de demander à chacun des présents, même si la plupart sont connus de tous, de bien vouloir se présenter pour situer à la fois leur personne et surtout leur activité.

Jean CAMY

3Je suis professeur à l’Université Claude Bernard à l’UFR STAPS de Lyon, responsable également d’un Observatoire européen de l’emploi sportif, c’est une des raisons pour lesquelles on m’a demandé de prendre la parole ce matin.

Jean-Pierre ROUSSEL

4Je suis Président de la Commission Nationale Formation au CNOSF, professeur à la Faculté des Sciences du Sport de Lille 2.

Michel DARRAS

5Je suis Chef du Département Prospectives et Réglementations à la délégation formation du M.J.S.

Salomé MARIVOET

6J'enseigne la sociologie à la Faculté de Motricité Humaine à l’Université Technique de Lisbonne. Je travaille sur la question de l’éthique sportive et sur les habitudes sportives. Je réalise des statistiques en matière de participations sportives dans le cadre d'un projet européen, qui s’appelle le CAMPAS. J'ai réalisé aussi des études sur la violence dans le sport.

Gérard EJNES

7Je suis journaliste, actuellement directeur adjoint de la rédaction au journal L’Équipe. Je suis essentiellement en contact avec des sportifs de haut niveau ; par mes activités annexes, je suis au contact de jeunes sportifs de haut niveau qui s’initient aux métiers de la communication, notamment avec Jacques Marchand dans le cadre de l’INSEP et du CFJ.

Jean-Paul SCHNEIDER

8Nous avons, au cours des journées précédentes, beaucoup parlé de guerre. D’ailleurs, le vocabulaire que nous employions nous renvoyait à un contexte plus ou moins guerrier : il a été question de défense, de contre-attaque, de zone de résistance. Alors que nous abordons aujourd’hui le problème de la formation, j’ai l’impression que tout se présente comme si on allait parler de préparation militaire. Il est vrai que lorsque je me suis livré à cette préparation, il y a bien longtemps, l’adjudant qui faisait les cours, nous a expliqué que le début de la sagesse militaire était de ne pas s’exposer au feu de l’ennemi. Il était entendu que l’ennemi avançait toujours à découvert et que nous, bien cachés, nous lui tirions dessus. Il a semblé, à écouter hier Claude Chevally, que finalement c’est plutôt ce que nous considérons à tort ou à raison comme nos adversaires qui avaient l’art d’avancer à couvert et que nous, nous étions plutôt à découvert.

9Cela concerne la façon générale dont nous avançons, mais pas tellement les problèmes de formation. Sur ces problèmes, nous sommes plutôt bons, en effet nous sommes insaisissables parce que nous sommes indéfinissables. Il est vrai que la formation en sport est une sorte de nébuleuse qui concerne toute une série d’aspects de la question, qu’il faudra essayer de débroussailler un peu aujourd’hui.

10Je voudrais simplement rappeler en ouverture les différents problèmes auxquels renvoie cette question de la formation en sport.

11Il est question évidemment, et dans un contexte plus spécifiquement universitaire, de formation de jeunes, en STAPS, à des métiers du sport. Cette formation déjà pose des problèmes de contenu (vous savez les débats qui ont lieu sur la place des activités physiques par exemple dans cette formation, sur l’équilibre entre le médical, le sociologique, le psychologique, le physique dans la perspective de la formation des professeurs d’éducation physique notamment). Cela pose aussi le problème de la disproportion des inscrits et des débouchés. Cela nous renvoie d’ailleurs à un problème d’image que nous avions rencontré lors de la première séance. Cette image du sport agit sur les jeunes, de sorte qu’un nombre croissant, démesuré parfois, de jeunes se précipite vers ces formations. Patrick Bauche nous a parlé du désir, qu’il fallait essayer de satisfaire, puisqu’il était cause de jouissance. Certes, il n’empêche que la nature du désir est anarchique et que toutes les sociétés ont toujours eu comme règle, pour préserver l’ordre social, de placer le désir en résidence surveillée.

12Du même coup, se pose la question de savoir comment on va pouvoir répondre à ce désir des jeunes, soit par la répression pure et simple, numerus clausus, encore faudrait-il que le numerus clausus s’applique à l’ensemble d’un territoire, et du territoire européen. On se souvient, par exemple, dans certaines disciplines universitaires, des effets pervers entraînés par l’application du numerus clausus en Allemagne, et du non numerus clausus en France, ce qui fait que les étudiants allemands non acceptés dans les filières allemandes sont simplement arrivés dans les filières françaises en grand nombre. Ou alors, il s’agit de canaliser ce désir, c’est-à-dire diversifier les formations, inventer des formations nouvelles susceptibles de répondre à la fois à l’attente des jeunes, mais aussi de mieux les orienter dans les professions et débouchés existants.

13Le deuxième problème concerne cette fois-ci la formation initiale et continue des cadres techniques, des cadres sportifs. Les connaissances techniques aujourd’hui évoluent très rapidement. Elles concernent aussi bien les matériaux, on pense à la perche, au ski, à la bicyclette, voire à la matière dont sont faits les maillots, notamment les maillots des nageurs, que la connaissance du geste technique et l’étude scientifique du geste technique le plus approprié. Vous vous souvenez que les premières Universités Sportives d’Été avaient eu lieu à Poitiers et que le laboratoire de notre collègue Junqua portait justement sur l’étude systématique du geste technique, étude cinétique, étude de mécanique des fluides, etc.

14Cela porte enfin sur les recherches des nutritionnistes, des médecins, voire cette science un peu trouble des potions permises (Claire Condemine nous en a fait un brillant exposé), on pourrait ajouter d’ailleurs une formation de plus en plus nécessaire dans certains milieux, sur une sorte de rhétorique de la bonne conscience, qui pourrait elle aussi intéresser un certain nombre de gens. Quoiqu’il en soit, il est évident que les cadres techniques ont besoin d’une formation, et d’une formation constante pour suivre les progrès notamment de la science. Il n’empêche que cet aspect de la question requiert des compétences extrêmement pointues que nous n’avons pas ici aujourd’hui à aborder. C’est néanmoins un problème qui concerne la formation en sport.

15Troisième aspect, la formation des dirigeants. On assiste maintenant depuis une vingtaine d’années à une professionnalisation de plus en plus grande des activités de gestion des clubs. S’il faut toujours des porteurs de ballons et des laveuses de maillots, les règles de la fiscalité par exemple requièrent, pour être appliquées avec rigueur, une formation, une compétence qu’il n’est plus possible à un bénévole pris au hasard d’exercer. Par conséquent, cette question va poser d’autres problèmes, en fait deux problèmes. D’une part, le problème de la formation-information de ces cadres dirigeants des clubs, dont malheureusement la fonction est de « boucher des trous », c’est-à-dire de venir toujours après pour remplacer, essayer de donner un savoir que l’on n’a pas eu à temps. Puis, l’autre aspect de la question est celui de la qualification du bénévolat. Problème délicat, soulevé depuis longtemps, qui d’ailleurs va se reposer dans un contexte européen très particulier ; nous aurons l’occasion d’en reparler.

16Quatrième dimension, celle d’une formation que j’appellerai formation ouverte des athlètes. Il convient cette fois-ci de penser à la préparation dès avant le haut niveau, ou le plus haut niveau possible, à l’après-haut niveau. Là aussi, Patrick Bauche nous a beaucoup parlé de l’athlète blessé, sortant de l’ère de la performance et arrivant à une solitude frustrée parfois extrêmement difficile à vivre. Il faudrait donc réussir à faire cohabiter formation de l’athlète et formation professionnelle de l’homme et du citoyen. Cette cohabitation est d’autant plus difficile que la formation sportive est de plus en plus prenante. L’obligation de performance implique un entraînement de plus en plus intense, et d’un autre côté, il est évident aussi que les résultats sportifs sont susceptibles d’apporter à la fois l’argent facile et la griserie de la gloire qui, d’une certaine façon, peut aveugler certains sur l’après-performance. La question est simple : qu’est ce qui est actuellement tenté en Europe et en France pour résoudre ce problème.

17Enfin, dernier point, la formation éthique ou déontologique du sportif. Vous vous souvenez, Seci Mecheri nous a expliqué une chose simple, importante. Je le cite : « la façon dont l’athlète a été amené à faire du sport est déterminante pour la manière dont il appréhende le problème du dopage ». Cela signifie en fait que cette formation morale de l’athlète commence bien avant le temps des performances et je dirais même, bien avant le temps de la pratique sportive.

18Seulement, le problème, sur ce point-là tout le monde est à peu près d’accord, est de savoir comment faire pour que le discours sur l’exigence morale ne serve finalement la cause qu’il prétendait énoncer, c’est-à-dire que le piège que je vois et sur lequel nous serons obligés de répondre ce matin, sera de savoir dans quelle mesure cette espèce de dénonciation systématique des dérives du sport, cette revendication de vertu dans le sport ne finit pas par constituer un rôle social, rôle bien déterminé qui finalement rend service à nos adversaires, sorte de rôle de pleureuse officielle et vite oubliée. Finalement, l’efficacité de ce discours moral ne peut s’inscrire que dans la durée. Les conclusions de Gilles Goetghebuer se posaient à nous avec évidence, vous vous en souvenez, il faut à la fois moraliser et intellectualiser le sport, rompre avec l’hypocrisie, faire un effort sur soi-même, porter un regard critique sur la performance. C’est vrai, mais vous vous souvenez tous, sans doute, du froid jeté dans le milieu sportif par une petite phrase de Luc Alphand après une course perdue : « après tout cela n’est que du sport ». Je crois que le mouvement sportif n’est pas prêt à accepter aujourd’hui la relativisation du sport.

19La question alors se pose et elle est importante : comment rendre efficace la formation morale pour le plus grand nombre ? Toute formation est un pari sur l’avenir. Il forme des gens pour une efficacité à venir dans dix ans éventuellement, au terme de cette formation, et pour vingt ou trente ans, le temps de l’exercice de leur profession.

20Notre avenir à nous est pour l’instant, et sauf cataclysme, l’Europe.

21La question qui se pose et à laquelle nous allons essayer de répondre, est de savoir ce que l’on peut attendre de l’Europe et ce qu’il faut lui demander.

22Sur ce que l’on peut attendre, on a déjà quelques éléments de réponse. Yves Le Lostecque nous a rappelé que le Bureau du Sport comportait 6 personnes, et le Bureau de l’Agriculture, 2 000, à Bruxelles. Les chiffres sont éloquents. Il nous a pourtant dit aussi que dans la réorganisation de la Commission de Bruxelles, le Bureau du Sport était désormais rattaché à la Direction de l’Education, ce qu’il n’était étonnamment pas jusqu’à présent. On peut y voir comme l’indice d’un changement, d’une évolution qui va reconnaître le sport dans sa fonction éducative. Néanmoins, il faut bien rappeler en même temps les limites de cette action. Un certain nombre d’actions éducatives sont déjà entreprises par la Communauté Européenne, Erasmus, Léonardo… sont autant d’actions qui ont vu le jour, certaines avec succès.

23Quels sont les principes qui guident cette action ? Il y a d’une part le principe de mobilité, il s’agit en effet de favoriser la mobilité des étudiants. Il y a d’autre part le problème de reconnaissance des acquis. J’insiste beaucoup sur ce point, il s’agit de reconnaissance des acquis et non de reconnaissance des diplômes. Ce point est essentiel et il faudra que nous essayions de voir comment concilier ce que nous attendons de l’Europe et cette fameuse règle de la subsidiarité que je rappelais hier, qui est inscrite dans les réglementations européennes et qui maintient pour l’instant farouchement l’autonomie de chaque État.

24C’est dans ce cadre-là qu’il conviendra de définir ce que nous demandons à l’Europe, mais de cela nous allons parler maintenant. Je donne la parole à Jean Camy.

A - LE SPORT EST-IL FORMATEUR ?

Jean CAMY

25Après cette brillante introduction, je crains de ne pas être à la hauteur de la tâche qui m’a été proposée et peut-être de présenter des réponses qui apparaîtront à la fois triviales et limitées.

26Je vais essayer de mettre en relation d’une part la question de la formation, puis plus largement la question du développement du sport, puisque ces deux questions sont liées.

27La question de la formation concerne bien sûr les individus qui passent par le dispositif de formation et les objectifs propres que l’on peut affecter à cette formation, mais elle concerne aussi le devenir des institutions, de la société dans laquelle ces individus vont prendre place. Bien entendu, la formation supporte ou subit l’influence, l’impact de la façon dont cette société s’organise. Former à quoi ? A quelles perspectives ? C’est ce qui me conduit à rappeler d’une manière superficielle : qu’est-ce qui caractérise la transformation du monde du sport de ce qu’on pourrait appeler l’offre et la demande d’activité sportive aujourd’hui ?

28Si l’on essaie de présenter de façon rapide, on a l’image, mais ce n’est pas sûr que cela corresponde à une vérité historique. Le sport tournait auparavant autour d’un dispositif relativement unifié dont l’identité était clairement perceptible (ce qui s’est formé dans les collèges anglais au cours du 19ème siècle et qui a mobilisé une jeunesse en général favorisée autour d’objectifs d’éducation et de formation à la vie). Cette image que l’on a du sport organisé autour du dépassement de soi, de la confrontation loyale avec l’adversaire, dans une perspective éducative, ne correspond certainement pas à la façon dont on pourrait aujourd’hui rendre compte d’une manière « objective » de ce qu’il y a ou de ce qui se cache derrière le vocable de sport.

29Clairement, ce que l’on pourrait appeler l’apogée du mouvement sportif associatif et que l’on pourrait, de mon point de vue, situer dans le temps autour des années 60, a basculé. On est dans un univers caractérisé par la diversification des formes de pratiques et des objectifs de ceux qui sont engagés dans la pratique sportive. Cela veut dire que l’on a autour du sport des pôles qui correspondent à la fois à des motivations et à des offres de pratiques diversifiées. Par exemple, le sport de très haute compétition (et cela existe depuis le début du sport) s’est organisé comme une entreprise de spectacle. Le sport professionnel a ses règles propres, il devient un univers qui revendique plus ou moins fortement son autonomie et la capacité à gérer ses affaires sans s’embarrasser des règles et des problèmes que peut poser un mouvement sportif devenu plus une gêne qu’une aide au développement de ce sport.

30Il y a donc un dispositif professionnel avec ses objectifs, orienté vers le spectacle et qui a ses formes propres.

31Le sport loisir. Il faut savoir aujourd’hui que plus de la moitié de la population française est considérée comme ayant une activité physique et sportive régulière. Quand on interroge les pratiquants sur ce qui les motive à faire de la compétition, fondatrice de l’identité sportive, elle occupe une place tout à fait réduite dans leurs préoccupations. En revanche, la question de la mise en forme, de la santé, de la détente, de la mise en relation avec d’autres occupe une place bien plus importante. Dans ces conditions, ce pôle du sport loisirs qui était illégitime dans la logique du mouvement sportif, s’est développé un peu en parasite à l’intérieur de ce mouvement, et très souvent, à l’extérieur de lui, en s’appuyant sur des organisations commerciales ou qui n’étaient pas dans un objectif fondamentalement sportif.

32On a donc un mouvement sportif dont la forme traditionnelle de pratique, la compétition vers le niveau le plus haut possible, se trouve en situation difficile, de crise (nous verrons dans quelques instants quels sont les éléments de cette crise), qui doit cohabiter dans ce qu’on appelait traditionnellement la pyramide sportive, avec une usure au sommet et une usure, une dissolution à la base, et un affaiblissement, en tous les cas, une incapacité de la question de la compétition à recouvrir les motivations de la majorité de la population.

33A côté de cela, il y a ce que l’on pourrait appeler le sport adapté, pour utiliser la formule qui est utilisée en Europe, c’est-à-dire un sport destiné à couvrir ou à répondre à des objectifs qui sont ceux de personnes souffrant de handicaps ou de difficultés particulières, handicaps physique ou mental, ce qu’on appelle quelque fois handicaps sociaux. Le sport est alors appelé à la rescousse pour servir les besoins de l’insertion sociale, de la reconstruction du lien social, etc. Dans ces conditions, bien sûr, les formes ne peuvent pas être celles qui étaient classiquement développées par le mouvement sportif, avec une ambiguïté de ce mouvement sportif (il y a quelques années une confrontation entre le CNOSF et l’association Léo-Lagrange a eu lieu sur la capacité du mouvement sportif traditionnel à prendre en charge les questions de l’insertion sociale et manifestement on avait l’impression que le mouvement sportif jouait plus les gros bras, qu’il n’était pas vraiment en mesure de répondre à ces questions).

34Il y a donc un dispositif sportif caractérisé par la diversification, avec une évolution des demandes là aussi. Le monde sportif moderne est né dans une logique de l’association, c’est-à-dire de la mise en commun, du partage d’objectifs, de moyens mis ensemble pour des choses qui avaient de l’importance pour les participants. On glisse avec cette diversification, vers une demande qui s’exprime à la manière de consommateurs ou de clients dont l’exigence est désormais de venir dans les clubs sportifs qui sont des associations en les considérant de plus en plus comme des sociétés de service devant fournir de la qualité, en occultant la contrepartie de mobilisation qui est normalement corrélative à la question de l’association. La demande change et évolue, tout comme la part des pouvoirs publics surtout les collectivités locales, bailleurs de fonds très importants en France. Ils adoptent de plus en plus vis-à-vis du mouvement sportif une stratégie de contractualisation (on veut bien donner de l’argent mais on veut savoir à quoi il sert). Dans ces conditions, on impose en quelque sorte aux organisations, aux associations sportives, de penser leurs actions dans d’autres conditions. On les met en face de problèmes extrêmement difficiles à résoudre. J’ai vécu, et ce fut un moment drôle, au Ministère Jeunesse et Sports, l’arrivée du Président de la Fédération de jeux de quilles, à qui on venait de demander de présenter le contrat d’objectifs. Je suis originaire du Sud-Ouest, j’ai travaillé sur les jeux de quilles, je connais bien ce milieu. Voilà ce Président, plein de bonne volonté, inscrit dans une tradition, avec son béret et son accent, à qui l’on demandait « quelle est votre stratégie pour les quatre années à venir, quel est votre plan marketing ». Sachant qu’il en allait de la reconduction de sa subvention bien sûr, il a trouvé une réponse à ces questions, mais cela n’a pas pour autant changé sa manière de penser. On trouve alors un dispositif qui est poussé à évoluer d’une certaine manière par la demande des organisations externes du sport, ce qui entraîne globalement ce que j’ai appelé une crise du mouvement sportif, parce que confronté au sport professionnel, commercial de l’autre. Il doit faire face et il essaie de se poser la question de « comment redéfinir ses missions ». J’ai évoqué tout à l’heure la question de l’autonomisation du sport professionnel, je n’y reviendrai pas. C’est un véritable enjeu de la définition de ce que l’on appelle le modèle sportif européen. Doit-il y avoir une forme de solidarité, d’unité, et de quelle nature, entre le sport du plus haut niveau qui est maintenant un sport professionnel et le sport de la base ? Lorsqu’il n’est pas professionnel, c’est-à-dire engagé dans une logique commerciale, il est professionnalisé au travers d’un service public. J’ai entendu, il n’y a pas très longtemps, ce qui se disait à propos des nouvelles conditions de préparation de l’athlétisme français. On met maintenant des gens dans des staffs sous l’égide de fonctionnaires qui sont des cadres techniques payés par l’État. La France est fidèle à ce qu’elle a fait depuis les années 60, la construction d’un modèle de sport qui est le dernier ou l’un des derniers : un sport d’État, c’est à dire dans lequel l’État joue un rôle important. Le mouvement sportif associatif, avec ses structures traditionnelles, est de moins en moins capable d’assurer le plus haut niveau de production de performance. La tendance est à l’autonomisation du sport professionnel. Ce sport n’a pas spécialement envie de « partager » les bénéfices qu’il dégage grâce à son énorme médiatisation et le problème se pose donc à savoir : comment va-t-on arriver à gérer cette question ? De l’autre côté, le secteur des loisirs sportifs s’est « autonomisé » aussi. Ils ont été très mal pris en compte par le mouvement sportif. Et ainsi se sont créés des poches, des isolats où le loisir se développe dans des instances qui appartiennent à un autre univers. J’ai évoqué la crise du sport de compétition tiraillé entre les exigences de plus en plus importantes de la compétition, en termes de compétence, d’argent et les moyens de ce mouvement sportif. Enfin, tout cela conduit à une redéfinition des missions du mouvement sportif : quelle place doit-il avoir et de quelle manière peut-il encore se positionner à l’intérieur de ce dispositif éclaté ?

35La façon dont on peut poser le problème de la compétence renvoie à deux questions : quelles sont les fonctions principales auxquelles on doit faire face et comment doit-on se préparer à remplir ces fonctions ; deuxièmement, de quelle façon adapter ces compétences au contexte spécifique : est-ce qu’on peut aujourd’hui former indifféremment aux différents métiers du sport, selon le secteur dans lequel on doit intervenir. Suivant le transparent, j’ai divisé de façon sommaire les compétences et surtout les fonctions pour lesquelles ces compétences sont mobilisables, en quatre catégories :

  • les fonctions de direction ;
  • les fonctions de productions techniques, produire de l’encadrement sportif ;
  • les fonctions d’administration ;
  • les fonctions d’accueil et d’entretien.

36Toute organisation sportive doit faire face à l’ensemble de ces fonctions et doit s’organiser pour cela.

37Ce qui caractérise la situation française par rapport à d’autres situations européennes, ce sont les formes de la professionnalisation qui se sont développées dans ces fonctions.

38Opposons le modèle français au modèle anglais. Le modèle anglais a un haut niveau de professionnalisation des fonctions de direction, c’est-à-dire qu’à côté des élus, il y a « des managers » professionnels qui sont là pour apporter un support, un soutien et appliquer les orientations politiques définies par le mouvement sportif. Pour vous donner une idée, il y a au Royaume-Uni un manager pour trois techniciens, c’est-à-dire trois entraîneurs, enseignants, animateurs. En France, la proportion est de un pour quinze. Les raisons pour lesquelles nous sommes dans cette situation et pour laquelle l’encadrement professionnel, la direction professionnelle du sport sont aussi faibles sont multiples. Elles tiennent en partie, mais cela est classique dans tout le mouvement sportif, à la résistance des dirigeants. Les difficultés de cohabitation entre dirigeants élus et dirigeants professionnels posent aussi des problèmes de légitimité des uns et des autres car cette cohabitation est toujours compliquée. Cela tient aussi à la réglementation française, entre autre à l’article 43 de la Loi 84, c’est-à-dire au fait que ce qui est réglementé en terme de profession, c’est l’encadrement technique. Les moyens des clubs sont donc essentiellement concentrés pour payer des entraîneurs ou des animateurs professionnels, au détriment de tout ce qui concerne le pilotage de l’organisation sportive. Pour être clair, les organisations sportives en France correspondent un peu à des usines, où les ouvriers seraient payés mais où l’encadrement serait bénévole. Peu d’entreprises tiendraient ce régime… C’est pourtant là-dessus qu’est construit le mouvement sportif français et il ne faut pas s’étonner des difficultés. Cette situation n’est pas du tout la même en Angleterre ou dans d’autres pays européens. Merci à l’article 43, mais il a d’autres intérêts…

39Deuxième élément, la promotion.

40Pour une entreprise qui est sur un marché, la question promotion est vitale, et toutes les formations mises en place par le dispositif public, ignorent ou minorent très souvent cette question. Encadrer des gens, ce n’est pas seulement fournir un service « technique », c’est aussi introduire ou mettre en œuvre une relation qui va les fidéliser, les mobiliser de façon durable. Ne pas tenir compte des conditions du milieu est une des choses que l’on reproche à certaines des formations actuellement en place.

41Nous allons voir maintenant comment on peut tracer, par rapport à ces difficultés de mise en œuvre des compétences, le bilan des formations existantes.

42Elles relèvent de trois organismes principaux : l’offre de formation, les insuffisances et les principes de construction d’une nouvelle offre.

43Quelle est cette offre de formation ? Actuellement, elle est triple : formations proposées par le mouvement sportif lui-même, diplômes fédéraux en règle générale ; formations proposées par le Ministère Jeunesse et Sports, essentiellement les brevets d’État ; formations proposées par les universités. Ce triptyque est déjà plus complexe que la majorité des autres dispositifs européens, puisque les brevets d’État est une originalité française que l’on ne retrouve ailleurs qu’au Luxembourg et en Catalogne. Ce monopole à l’accès de l’emploi sportif est une spécificité bien française du brevet d’État.

44Ce dispositif triple présente des insuffisances nombreuses. Je commence par celles du dispositif universitaire qui est probablement le plus critiquable. L’histoire de la formation universitaire dans le domaine du sport est liée à la formation des professeurs d’éducation physique, et la diversification des formations des UFR STAPS a pu correspondre à la montée en puissance des effectifs et à l’incapacité de trouver des débouchés pour ces personnes en formation dans le secteur de l’éducation. Les UFR ont fait des reconversions. Pour avoir été un ancien Président de la Conférence des Directeurs d’UFR STAPS et avoir vécu cette phase de la réorientation des UFR, en disant « nous ne devons plus être seulement des instituts de formation des professeurs d’éducation physique mais aussi des instituts de formation aux métiers du sport », c’était un déchirement, la rupture avec une tradition. Bref, les expériences et les données statistiques que nous avons, montrent que nous sommes pour le moment dans une situation de semi-réussite ou de semi-échec dans la professionnalisation. Pour quelles raisons ? D’abord, parce que les compétences de formation ne sont pas nécessairement présentes dans nos institutions pour préparer à tous ces nouveaux métiers du sport. Deuxièmement, parce que le monde du sport, qu’il s’agisse du sport commercial ou associatif, est constitué de très petites structures, et que dans celles-ci l’accès à la profession passe d’abord par la cooptation, par la reconnaissance de personnes que l’on a déjà identifiées, repérées, que l’on connaît. Les théoriciens disent que l’on est surtout dans un processus de socialisation, plutôt qu’un processus de développement des compétences. C’est-à-dire que c’est un endroit où il faut d’abord avoir été connu et reconnu pour pouvoir accéder à l’emploi. Dans ces conditions, seules les formations en alternance ont des chances de succès et les universités de ce point de vue sont très en retard.

45Deuxièmement, les formations universitaires : on a évoqué le problème du flux de jeunes mobilisés et enthousiasmés par la question du sport, et quelquefois d’autres aussi confrontés à l’échec partout ailleurs et qui se disent « je ne me débrouille pas trop mal en sport, pourquoi de pas aller là ». Bref, que ce soit pour des raisons positives ou négatives, ce flux de jeunes engagés dans des dispositifs de formation essentiellement orientés vers des formations à Bac + 4 ou 5, alors que ces formations ne correspondent pas au marché du travail. Celui que l’on a pu identifier avec des mesures qui ne sont absolument pas garanties, mais qui sont une première estimation, montre que les deux tiers des emplois, sont des emplois dont on pourrait situer la qualification dans le contexte français actuel, à un niveau Bac, voire, en tirant au maximum, à Bac + 2, et un petit tiers au maximum au-delà de Bac + 2, à Bac + 3, 4 et 5. Cela représente un flux d’environ 20 000 emplois par an. Cela veut dire moins de 6 à 7 000 emplois disponibles pour des jeunes à Bac + 4, + 5. Quand on regarde le recrutement des cadres à Bac + 4, + 5 dans les organisations sportives dont je parlais précédemment, le marché interne fonctionne à fond, cela veut dire très peu de chances pour un jeune diplômé de 23 ans de se voir confier d’entrée la responsabilité d’une structure. Très souvent, on va lui demander de passer par des échelons préalables. Or, là, la faiblesse de nos étudiants, souvent leur incapacité à tenir les fonctions qui se situent en dessous, fonctions d’interventions, d’encadrement, d’entraînement, les prive de leurs racines et les met très souvent en difficulté.

46Première difficulté donc, manifestement un désajustement de l’offre à la demande pour les formations universitaires.

47En ce qui concerne les formations du Ministère, je ne me permettrai pas devant un des responsables d’en faire la critique, je répéterai simplement ce que dit le Ministère lui-même. En effet, il considère que les brevets d’État ne sont pas en état de répondre aux besoins du marché du travail aujourd’hui. Il y a une nécessité profonde de renouveler la logique de formation et d’accéder à la délivrance de compétences par des unités capitalisables, selon la logique d’ailleurs, qui n’est pas une logique originale, développée dans le livre blanc par Edith Cresson en 92, et qui correspond à une réorientation des politiques de formation que l’on va retrouver un peu partout en Europe.

48Dernier volet, le mouvement sportif, en terme de formation, à la fois bénéficie et souffre de sa coopération extrêmement étroite en France avec le MJS. Il n’a jamais pu développer des formations de façon autonome. Sa préoccupation, le plus souvent, a été d’obtenir le brevet d’État qui lui donnait droit de cité : une reconnaissance. Cela a d’ailleurs été aussi une des sources de difficultés pour le développement de ces brevets d’État. Ils étaient vécus par les fédérations comme une espèce de drapeau qui allait d’une façon symbolique leur donner une légitimité.

49La formation dans les fédérations, dans le mouvement olympique, est souvent apparu comme une question secondaire. L’intérêt porté est tout à fait récent. Je crois que la création d’une branche avec des organismes représentatifs des employeurs, la mise en place du COSMOS en particulier va profondément changer les choses et les questions de la formation risquent d’être posées de façon différente.

50Cette situation française par ailleurs n’est pas extrêmement différente de la situation européenne, même lorsque les fédérations ont pris leur destin en main, comme c’est le cas en Allemagne lorsqu’elles ont créé des institutions et des instituts de formation professionnelle hautement développés. L’adaptation à la demande a souvent été difficile et on rencontre dans presque tous les pays d’Europe les défauts ou les difficultés que j’évoquais à l’instant à propos de la France.

51Quelles sont, de ce point de vue, les perspectives vers lesquelles il nous faut aller, c’est le dernier point sur lequel je vais m’engager : qu’est-ce que l’Europe peut nous apporter ?

52D’abord, il faut essayer de voir le type de problème que l’Europe pose en tant que tel. L’Europe est un dispositif qui a d’abord été vécu en France comme un élément de déstabilisation de la politique de formation. Très clairement le dispositif français est original, comme l’Europe fonctionne à l’harmonisation, même si pour avoir assisté à une réunion épique des directeurs des sports des différents pays de l’Union Européenne au tout début des années 1989 ou 1990, où le représentant français, directeur des sports de l’époque avait dit « nous avons un formidable système de formation en France, on demande à l’Europe de le copier ». Inutile de vous dire que ce n’est pas la façon dont la plupart des pays d’Europe envisage l’harmonisation et l’intégration européenne.

53L’Europe a donc intégré ou introduit de la difficulté. Celle qui s’est vue en premier, c’est celle qui est née de la mise en place des deux directives générales concernant la mobilité des professionnels. Et on n’a pas encore digéré ces deux directives, de 89 et de 92, qui traitent des professionnels. La première dont la qualification se situe en dessous de Bac + 2, et la deuxième dont les qualifications se situent au dessus de Bac + 2. Le principe de la directive est simple. Tout professionnel qui est en mesure d’exercer son métier dans un des pays de l’Union Européenne doit être en mesure de l’exercer dans tous les autres pays. Pour résumé, lorsqu’il y a une claire différence de qualification entre la formation d’un pays et la formation d’un autre, on peut exiger une mise à niveau du migrant et la directive prévoit que le migrant choisisse soit un stage, soit une formation d’une durée maximum d’un an au terme de laquelle il aura le plein droit d’exercice de la profession en question. On se retrouve en face de quelque chose qui pose dans certains domaines des difficultés très importantes, mais en même tant, quand on regarde du côté de la défense (les moniteurs de ski sont là pour présenter le lieu même de l’affrontement et de la difficulté), on s’est posé partout la question de savoir si on n’allait pas voir débouler une horde d’étrangers venant s’installer en pays de cocagne qu’est la France et occuper les emplois des Français. Ceci pour vous donner une idée sur la mobilité telle qu’elle a été traitée lors des dernières années. Monsieur Darras pourra donner des chiffres plus précis. Au cours des deux dernières années, il y a eu moins de 100 demandes de mobilité de la part de citoyens de l’Union Européenne pour venir sur le territoire français. Les moniteurs de ski représentent plus de la moitié de ce nombre ; les hordes de « Huns » n’ont pas encore déferlé sur la France. A l’inverse, ce dispositif d’harmonisation implicite a contribué à prendre conscience des différences des niveaux de formation dans les différents pays d’Europe.

54Ce qui s’est passé paradoxalement, c’est qu’il y a eu une élévation vers le haut, c’est-à-dire que ceux qui étaient très décalés vers le bas ont cherché à transformer leur formation pour atteindre le niveau des qualifications les plus élevés. Le Portugal, par exemple, a modifié complètement son dispositif de formation, l’Espagne aussi, de manière à se remettre au niveau des meilleurs. Premier élément positif. Qu’est-ce que l’Europe peut nous apporter d’autre de positif ? L’Europe se fait par la réglementation, les directives de 89 et 92 en sont un exemple, mais elle se fait beaucoup aussi par une coopération spontanée, une confrontation des expériences des uns et des autres. Cela conduit inévitablement vers l’harmonisation. Les autres servent de modèle ou référence, et on sent qu’un rapprochement entre les différents pays s’opère. Le réseau européen des institutions du sport qui rassemble l’essentiel des 250 structures publiques, qu’elles soient universitaires ou non, qui s’occupent de formation en Europe est l’un des creusets de cette harmonisation.

55Le dernier volet, c’est l’intervention ou l’apparition de nouveaux modèles et leur généralisation. Ce qui se passe aujourd’hui en Angleterre, c’est-à-dire la mise au premier plan des partenaires sociaux, les représentants des employeurs, des employés, comme étant des vecteurs essentiels de la définition des nouvelles qualifications pour les métiers du sport, est un élément qui va, petit à petit, tirer l’ensemble des pays vers cette perspective. Il apparaît légitime, et c’est comme cela que les choses se passent dans l’essentiel des branches professionnelles, que les employeurs et les employés aient une responsabilité pour définir les qualifications nécessaires à la mise en œuvre de leur activité.

56De ce point de vue, jusqu’à la création du COSMOS et du SNEISS en France, les organisations n’étaient pas présentes. Quant aux organisations d’employés, n’en parlons pas ! Cela aboutissait à un fonctionnement dans le secteur associatif qui relevait plus de l’esclavage et des procédures pré-capitalistes que de l’exploitation de la force de travail. Paradoxalement, le droit du travail qui s’applique dans les structures commerciales garantissait un minimum de protection pour les salariés et c’est probablement dans le secteur associatif sportif que l’on observait les modes d’exploitation de l’homme par l’homme les plus développés. De ce point de vue, une moralisation de l’organisation des modes et des conditions de travail dans le secteur associatif est à développer, une des clés de la question du développement professionnel de cette branche.

57Si l’on revient à cette question du mouvement sportif associatif : j’ai évoqué précédemment qu’il était dans une logique de professionnalisation, que cette professionnalisation allait poser des problèmes puisque la cohabitation des professionnels et des bénévoles élus pose des difficultés. Chacun a sa légitimité. La réussite de la professionnalisation du secteur sportif, des organisations sportives, reposent largement sur la capacité de ces deux éléments clés du dispositif de développement du sport à cohabiter. Le point clé, c’est d’abord la formation des dirigeants élus. Ce sont eux qui ont entre les mains le devenir du mouvement sportif, très largement. Ce sont ces dirigeants qui doivent à la fois connaître leur rôle de dirigeant et de dirigeant bénévole, c’est-à-dire être capable de déléguer à des professionnels un certain nombre de tâches et ne pas se sentir dépouillés de leurs prérogatives.

58Deuxièmement, il faut que les professionnels aient une formation spécifique dans les organisations sportives. On a vu arriver des jeunes, frais émoulus d’écoles de commerce, qui voulaient appliquer dans les associations sportives les recettes de leurs écoles. Les associations sportives ne sont pas organisées selon la logique d’une entreprise, il faut l'adapter aux organisations sportives et tenir compte des valeurs, des orientations spécifiques de ces organisations. Là aussi il faut que les professionnels soient bien formés.

Gérard EJNES
Directeur adjoint de la Rédaction de L’Équipe

59J’ai l’habitude de côtoyer des sportifs de haut niveau et surtout de très haut niveau. Les problèmes ne sont plus du tout les mêmes que lorsque j’étais jeune journaliste concernant la formation des athlètes, des dirigeants ou même des éducateurs. Cela n’a plus rien à voir. Longtemps, le sport de haut niveau a été un moyen de promotion sociale. Maintenant c’est une fin. En effet, le problème n’est plus de savoir si on devient sportif professionnel, ce qu’on va faire après, mais c’est de devenir sportif professionnel.

60L’autre problème, c’est que chaque sport est différent d’un autre : un champion de football n’a rien à voir avec un champion olympique de tir à l’arc par exemple. Le champion de football n’a pas de souci à se faire pour sa future reconversion, contrairement au champion d’aviron ou de lutte qui a intérêt à y penser lorsqu’il est champion.

61Ce qui va attirer les jeunes vers le sport ou les faire rêver du haut niveau, c’est avant tout leur passion du sport. On ne peut pas gommer le lien entre la masse et l’élite, parce que la génération spontanée, ça n’existe pas : le champion vient forcément de la masse. Et si elle est de plus en plus séparée de l’élite, la source restera éternellement la même. Un champion a été un adolescent qui a fait du sport dans un club et qui a eu besoin d’éducateurs, de formateurs, d’entraîneurs, de dirigeants… Mais lorsqu’il évolue, par exemple, dans le monde du football et qu’il est doué à 12, 13 ou 14 ans, des gens vont s’intéresser à lui, rencontrer ses parents… La trajectoire du jeune adolescent va être modifiée. Dans les clubs de football, vous avez des clubs formateurs qui forment à la fois le sportif et le citoyen comme Nantes ou Auxerre par exemple. En plus de leur formation de futurs footballeurs, voire de futurs champions, les jeunes suivent des cycles d’études qui doivent les amener jusqu’au Bac. D’autres clubs plus importants, plus riches avec des ambitions plus élevées, ont des centres de formation certes, mais que de football.

62Pour revenir au sujet sur l’espace européen, premier constat : la barrière de la langue. Sans cette barrière, la mobilité géographique serait absolue. Or, elle ne peut pas l’être parce qu’il est très difficile de travailler dans un pays dont on ne parle pas la langue, à une exception près bien sûr : le sport de haut niveau ; pour jouer au football, il n’est pas nécessaire de parler la langue. On a actuellement des effectifs composés de joueurs venant de 7, 8, 9 ou 10 pays différents. L’entraîneur doit s’en débrouiller mais il faut croire que la langue, c’est le ballon qui la parle et pas les joueurs !

63En ce qui concerne la libre circulation, je vais prendre un exemple que j’ai lu dans L’Équipe, et qui pourra intéresser notre amie portugaise. Christian, le nouveau joueur du Paris Saint Germain, vient du Brésil. Comme beaucoup de brésiliens ont des origines portugaises, Christian a pu profiter d’un passeport portugais et évoluer dans l’espace communautaire, parce qu’il est venu jouer au Portugal entre 1993 et 1996, période durant laquelle il a contracté un mariage blanc qui, d’après lui, l’aurait marié à un autre homme, mais l’essentiel est qu’il soit considéré comme Portugais. Il peut ainsi jouer au P.S.G. grâce à son passeport portugais. Ces situations un peu folles et ridicules prouvent que pour les sportifs de très haut niveau, la circulation n’est pas vraiment un problème !

64Je ne vais pas revenir, pour reparler de formation, sur l’exemple de Nicolas Anelka. Très franchement, à son niveau de salaire, il est inutile pour lui de s’occuper de sa formation. Son avenir et celui de ses descendants est assuré jusqu’à la 250ème génération !

65Malgré tout, la filière Sport Com existe quand même. Elle a été initiée par Jacques Marchand et impulsée par l’INSEP et le Centre de Formation des Journalistes à Paris. Elle concerne des sportifs de haut niveau, statutairement, qui souhaitent s’initier aux métiers de la communication. Entre le sport et la formation, ils doivent parvenir à trouver un équilibre. On se souvient, quinze ou vingt ans plus tôt, de la question qui se posait du choix entre la carrière sportive et les études. C’était une grande question ; maintenant, c’est évidemment une question que les jeunes ne se posent plus, c’est forcément à 99 % vers le sport qu’ils vont être attirés parce qu’ils vont pouvoir en vivre. Néanmoins, ils n’en vivront que durant leur carrière et seront obligés de penser à leur avenir. Jacques Marchand a pensé cette filière : fournir une formation à des sportifs de haut niveau en activité. Ils sont donc astreints à la fois à s’entraîner et à se former professionnellement. C’est très compliqué parce que les entraînements prennent de plus en plus de temps. Généralement, et c’est même la règle, les jeunes sont “sponsorisés” par leur fédération parce que ce sont des études qui ont un coût, et qu’ils ne peuvent pas se les payer. Les entraîneurs ont leurs intérêts d’entraîneurs : ils veulent leurs jeunes à l’entraînement, ont besoin de résultats pour justifier leur travail et leur présence. Nous, les professionnels de la communication qui sommes à ce moment-là des enseignants, avons effectivement beaucoup de mal, alors on fait de l’enseignement à la carte. Les sportifs partent en compétition, en stage d’entraînement. Au bout du compte, on a quand même quelques petites réussites. La responsable communication, attachée de presse du CNOSF, est une ancienne élève de Sport Com. Céline Géraud qui travaille à France Télévision est aussi une ancienne de Sport Com. Il y a quelques exemples même s’il s’agit de sportifs de haut niveau qui ne gagnaient pas leur vie avec le sport et qui ont été obligés de prendre en compte leur avenir d’après sport.

66Dans le football, le rugby (qui se professionnalise), le basket, le tennis, l’athlétisme, le cyclisme, la circulation des sportifs – aller courir dans une équipe espagnole, belge ou néerlandaise – ne pose aucun problème. Dans tous ces sports, la question de la formation d’après carrière fait de moins en moins partie des discussions parce que les meilleurs d’entre eux n’ont pas de soucis financiers. Ils cherchent simplement à s’occuper tout en sachant très bien qu’ils iront travailler dans des chaînes de télévision comme consultants. Il y a de plus en plus de chaînes avec paiement à la carte. Le sport se développe considérablement à la télévision et fait systématiquement appel à d’anciens champions qui ne deviennent pas journalistes mais qui restent consultants. A 15 ou 20 000 francs le match, à raison de trois ou quatre par mois, il n’est pas très grave de ne pas être journaliste ! Les sources de financement viennent essentiellement des grands médias audiovisuels. Lorsque Michel Platini était Président du C. F. O. (Comité Français d’Organisation), il était payé par Canal Plus à hauteur de 300 000 francs mensuels en échange de quelques interventions très ponctuelles.

67Les débouchés dans l’enseignement du sport sont limités. Tous les sportifs de haut niveau ne peuvent pas devenir entraîneurs. De plus il n’y a pas besoin d’autant d’entraîneurs qu’il y a de sportifs. Ces problèmes existent et l’on essaie de trouver des solutions notamment dans le domaine de la communication parce qu’il manque aux médias la compétence technique. Il est plus difficile d’intégrer d’anciens sportifs en presse écrite qu’en télévisuelle.

68Pour un sportif de haut niveau il est également possible de s’occuper de l’organisation d’événements ou de devenir agent de joueurs. La formation n’existe pas, elle se fait sur le tas, par relations. Ils se débrouillent entre eux, c’est un microcosme qui se nourrit lui-même. Mais il n’empêche que nous devons avoir sans cesse le regard tourné vers ceux qui ne profitent pas de toute cette manne financière offerte plus par les télévisions que par les fédérations ou le C. N.O.S.F. On doit essayer de les aider, d’en faire des éducateurs, des journalistes, des communicants.

69Hier soir, on parlait d’Annette Sergent qui travaille à la Mairie de Bron dans une mission qui ne la satisfait pas forcément, mais la Mairie l’ayant aidée lorsqu’elle était sportive, il est normal qu’il y ait un retour sur investissement. Les champions peuvent compter sur les municipalités ou les grandes sociétés comme EDF-GDF, par exemple. Les problèmes de reconversion sont un peu plus compliqués quand on a fréquenté le très haut niveau, l’hyper-professionnalisme et le monde de l’argent à tout va.

Salomé MARIVOET
Sociologue
Faculdade de Motricidade Humana
Universidade Técnica de Lisboa
PORTUGAL

L’ÉMERGENCE D’UNE NOUVELLE ÉTHIQUE POUR LE SPORT DU XXIe SIÈCLE

Introduction

70Le besoin de formation constitue aujourd’hui un besoin vital, aussi bien dans la société en général, comme dans la société sportive en particulier. Nous sommes confrontés à une production croissante de nouvelles connaissances, de nouvelles disciplines sportives, de nouvelles technologies. L’accès à l’information devient de plus en plus facile, et les réalités dans lesquelles nous intervenons présentent des contours nouveaux qui exigent de nous une meilleure formation.

71Structurer et sectoriser les nouvelles connaissances constitue une des nécessités formatives du sport, de façon à permettre l’actualisation et la spécialisation des différents agents sportifs.

72Mais de pair avec cette formation de caractère technique, il est également urgent d’encourager la réflexion sur les valeurs qui orientent l’action sportive, sur la responsabilité éthique et déontologique de la part des différents intervenants, de manière à trouver des consensus et des programmes d’action ajustés à la réalité avec laquelle les systèmes sportifs se trouvent confrontés aujourd’hui.

73L’Institution Sportive de la Modernité transporte dans ses idéaux les valeurs de la société industrielle et démocratique, et se constitue comme un espace social formatif par excellence.

74En réfléchissant à la crise de valeurs qui se fait sentir dans l’institution sportive, nous devons garder à l’esprit, d’une part, les transformations survenues dans cet espace social, et de l’autre, les changements constatés dans les sociétés plus avancées, très concrètement dans l’Union Européenne dont nous faisons partie.

75Les nouvelles valeurs de la société postindustrielle pénètrent toutes les institutions, et imposent certainement de nouvelles réflexions dans le domaine sportif, surtout quand on interroge des valeurs éthiques qui orientent l’action.

76Comme contribution à ce débat nous proposons une analyse sectorielle des différents contextes de la pratique, et une remise en équation des valeurs éthiques intrinsèques du sport dans le contexte des caractéristiques de la société actuelle.

77Le sport moderne, depuis le siècle dernier, s’est progressivement affirmé comme un espace social qui, en outre de promouvoir la culture physicosportive, revêt un caractère formatif.

78La dimension formative du sport moderne, découlant de l’éthique qui le distingue des pratiques physicosportives qui le précédèrent, est marquée par un ensemble d’idéaux-type qui en font un archétype de la société.

79Relégué à l’espace ludique, en dehors des dimensions « sérieuses » de la vie, comme le sont le travail, la science, l’argent, l’éthique du sport moderne supporte les idéaux de l’égalité des opportunités, du succès obtenu par le travail, de la loyauté, de la solidarité, du fair-play, de l’acceptation des « règles du jeu », de la soumission aux instances régulatrices, vues comme des entités impartiales et administratrices de la justice pure.

80Le sport organisé, possédant un encadrement organique, des structures disciplinaires et régulatrices propres, des règles bien définies, et des espaces et des temps délimités, permettrait de mettre en marche tous les ingrédients de la vie sociale en pure harmonie, de façon à socialiser les nouvelles générations dans le cadre des valeurs de la Modernité.

81Lorsque nous analysons le développement du sport tout au long de ce siècle, nous constatons que les valeurs éthiques dont il tirait son origine s’éloignent de plus en plus de la pratique courante. Mais nous constatons également qu’il a y eu, dans le domaine des pratiques sportives et dans la société en général, des transformations qui méritent notre attention lorsque nous voulons réfléchir sur les besoins de formation dans cet espace social.

82Pour ce qui est des transformations survenues dans le domaine sportif, nous constatons que si, d’une part — et ceci à partir de la deuxième moitié de ce siècle sensiblement — de nouveaux idéaux se sont affirmés dans le sens de revaloriser l’aspect ludique du sport encadré dans des styles de vie qui comportent des valeurs d’une culture physicosportive ; d’autre part, le niveau compétitif s’est intensifié dans certains secteurs et disciplines sportives où les intérêts se radicalisent et où les pressions financières deviennent source de mobilisation.

83L’accentuation du sérieux de l’espace social sportif se constitue comme l’une des caractéristiques les plus importantes de son développement. Le sérieux dans les techniques qu’il utilise, appuyées de plus en plus sur un ensemble de sciences qui investissent dans son perfectionnement ; le sérieux dans l’importance du résultat ; le sérieux dans la responsabilité accrue des experts qui y sont engagés, en termes médicaux, d’entraînement ou d’arbitrage ; le sérieux dans la forme : comment y investit-on, autant du point de vue financier que du point de vue des expériences individuelles.

84Les transformations survenues dans le domaine sportif mettent en évidence que le sport n’a jamais été, et ne l’est certainement pas actuellement, un espace à part des questions sérieuses de la vie, mais un espace social, bien qu’ayant des caractéristiques propres, qui comporte des niveaux de conflit et d’affirmation d’intérêts comme tous les autres espaces.

85Il est naturel qu’en tant qu’institution sociale, le sport cristallise un ensemble de valeurs et d’idéaux, qui incorporent des discours, qui préoccupent les pédagogues, et qui surtout, nous mènent à réfléchir sur la réalité actuelle et à nous interroger sur la route à prendre et, surtout, sur ce qui doit être fait pour en préserver les vertus éducatives.

86La crise des valeurs ne se fait pas seulement sentir dans l’institution sportive, mais également dans toutes les autres institutions sociales. Ce fait rend sans doute plus complexe la réflexion sur les valeurs éthiques qui doivent orienter l’action sportive, et qui devront naturellement être présentes dans le domaine des programmes de formation.

87Comme contribution à ce débat je commencerai par la question de la formation, pour passer ensuite aux valeurs éthiques du sport.

La formation sportive : une acuité dans l’actualité

88D’une manière générale, la production de connaissances et surtout la divulgation et l’accès à celles-ci, nous obligent à une frénésie constante par le besoin d’être à jour dans tous les domaines du savoir, et le domaine sportif n’y fait pas exception.

89Il existe de nouvelles disciplines, de nouvelles recherches, de nouvelles technologies, de nouvelles formes de gestion, de nouvelles formes d’organisation, de nouveaux encadrements législatifs, enfin, un vaste ensemble d’informations qui a besoin d’être structuré et préparé pour chaque secteur, de façon à permettre l’actualisation des différents protagonistes dans le système sportif.

90De pair avec cette formation de nature plus technique il existe bien entendu, en tant que partie intégrante de la formation, la réflexion sur les idéaux, sur les valeurs directrices de l’action, sur la responsabilité éthique et déontologique de chaque agent sportif. Dans cette deuxième dimension de la formation, dont l’acuité est autant, ou plus importante que la première, la priorité doit à mon avis tomber sur la formation de formateurs, sans toutefois laisser de côté la formation de tous les intervenants dans le système sportif.

91Plus important que d’identifier une liste de valeurs et de comportements de référence, est « d’incentiver » le débat, de fomenter la réflexion chez ceux qui travaillent sur le terrain, d’échanger des expériences, de mener chacun à regarder au dedans de soi-même et de s’interroger : Quelles sont les valeurs ? Quelles sont ses pratiques ? De quelle façon articuler notre action avec nos idéaux en face des circonstances réelles et palpables de tous les jours ?

92Fortifier et édifier les valeurs qui préservent l’intégrité de l’homme dans le sport semble assurément une préoccupation partagée par un nombre toujours croissant d’agents sportifs.

93Quelles valeurs faut-il préserver ? Comment les fortifier ? Ces questions méritent certainement d’être analysées et d’obtenir des niveaux de consensus qui rendent réalistes les actions à entreprendre.

94Étant donné la diversité des pratiques sportives, autant en ce qui concerne les particularités des sports, comme en ce qui concerne les objectifs de ceux qui y prennent part, il faudra contextualiser les valeurs qui orientent l’action dans les différents univers.

95Je me demande si nous pouvons continuer à défendre les mêmes valeurs éthiques qui orientent l’action sportive, si nous tenons compte de la diversité de pratiques et d’engagements sportifs que nous rencontrons actuellement dans les systèmes sportifs. Cependant, il me semble que nous pouvons redéfinir des valeurs éthiques intégrateurs du sport, indépendamment du contexte dans lequel il évolue, et qui donneront certainement la primauté à la valeur et au respect du corps comme témoin de vie, à l’exhaussement de l’effort et du courage humain, et à la loyauté aux engagements.

De nouveaux besoins appellent à de nouvelles valeurs

96Plusieurs auteurs ont discuté les tendances de la société post-industrielle, et mettent en évidence la présente crise de valeurs et le scepticisme quant aux valeurs intégrateurs de la Modernité. L’insécurité constitue une des caractéristiques les plus saillantes des sociétés plus développées, parmi lesquelles les pays de l’Union Européenne. L’insécurité en face des désastres écologiques, en face des nouvelles maladies épidémiques, en face des limites de la science, en face de la fragilité du corps, parmi autant d’autres, est traité de forme explicative par plusieurs auteurs, notamment par Anthony Giddens dans son essai sur la Modernité Tardive et par Gilles Lypovetsky sur « L’ère du vide ou la société post-moderne ».

97Ces craintes ontologiques nous poussent à une réflexion sur nous mêmes, non pas tellement dans un sens individualiste, mais dans un sens d’un « nous » comme « être » humain, avec une capacité d’auto-réflexion Il est certain que ces inquiétudes et ces tendances qui s’affirment chaque fois plus dans la société retrouvent dans le sport des formes qui satisfont des besoins.

98Les sports d’aventure permettent à leurs pratiquants de contrôler leurs propres peurs, et de « jouer » avec les niveaux d’insécurité, en faisant des moments de pratique une source de plaisir et de vivacité, une rupture avec la routine, un investissement dans l’amélioration de la capacité émotionnelle de gérer le risque, l’imprévu et la peur.

99Il est bien entendu que ces nouvelles pratiques réaffirment l’importance de nouvelles valeurs dont témoigne le sport et qui en renforcent le caractère formatif.

La dimension formative du sport

100Autant au niveau des sports traditionnels comme au niveau des sports d’aventure, le sport possède la capacité de transmettre les valeurs éthiques de respect pour le corps et pour la vie, d’effort et de courage humain, de loyauté, de solidarité et de fair-play.

101Pour que la socialisation de ces valeurs devienne effective, et que les comportements qui en découlent soient une pratique généralisée, il ne pourra y avoir une survalorisation des résultats, au détriment du plaisir et de la réalisation qui en découle aussi bien de la part des pratiquants du sport, que de la part des experts et des organisations sportives.

102La société post-industrielle exalte l’homo ludens, ennoblit le plaisir et rehausse l’importance du corps, entrant en rupture claire avec les conceptions de la société industrielle qui donnait la prééminence au travail, à la productivité, et au corps en tant qu’instrument de travail.

103Il faut tirer parti de cette dimension du plaisir, du bien-être physico-psychologique, ce qui devra passer nécessairement par le renforcement de la dimension ludique du sport, surtout chez les enfants et les jeunes qui s’initient à une pratique sportive à l’école ou dans un club, et dans les autres espaces qui offrent des pratiques sportives à tous ceux qui ne visent pas la construction d’une carrière sportive.

104Pour ceux qui sont engagés dans la pratique sportive de compétition, les valeurs éthiques du respect pour l’intégrité physique, l’effort et de courage, la fidélité aux engagements, la solidarité entre les équipes et le fair-play, doivent certainement faire l’objet d’une attention spéciale chez les athlètes et les instances régularisatrices des cadres compétitifs, pour que la victoire soit digne.

105Dans le sport professionnel et de haute compétition, comme au sommet d’une carrière, les investissements financiers et personnels sont élevés, le but de l’action sportive est inéquivoquement d’obtenir la victoire, et d’« être le meilleur » n’est pas toujours synonyme d’un plus grand effort ou d'une capacité, car en règle générale les ressources techniques et financières sont déterminantes.

106Dans ce contexte, il me semble que l’on ne peut espérer des athlètes insérés dans le sport professionnel et de haute compétition que leur action soit orientée par les mêmes valeurs éthiques que les autres sportifs, mais on pourra attendre certainement que leur conduite soit orientée par de forts principes de loyauté déontologique, et de dignification du corps, de l’effort et du courage humain comme valeurs intrinsèques du sport.

107Pour que cette image gagne du terrain dans la réalité, il faut nécessairement la mobilisation des organisations sportives et de tous les protagonistes engagés dans ce secteur.

B - LA FORMATION : UNE INSTITUTIONNALISATION NÉCESSAIRE ?

Jean-Paul SCHNEIDER

108Les bénévoles doivent-ils apprendre à laisser la place à des professionnels comme l’a dit Jean Camy ?

Jean-Pierre ROUSSEL

109J’ai eu le plaisir de fréquenter les Assises Nationales du Sport et de travailler aux côtés de Jean Camy au CNOSF, il y a deux mois. J’ai l’habitude que le CNOSF et le mouvement sportif soient « écornés ». Franchement, les gens du CNOSF hésitent toujours à participer à ce genre de travaux, ce qui me fait dire qu’autant j’ai pu critiquer quelques propos de gens tout à l’heure, autant j’ai apprécié fermement les dernières phrases de Jean Camy. Le mouvement sportif qui est pour moi tout ce qui est mouvant autour du sport, toute la mouvance sportive, doit avoir des dirigeants formés, compétents. Et c’est là que le rôle du CNOSF est important, et notre rôle est important, celui de l’Europe sera important, mais en aucun cas aujourd’hui le sport n’est dirigé par des professionnels. Il est et il reste dirigé par le mouvement sportif.

Jean-Paul SCHNEIDER

110Pouvez-vous aussi évoquer le problème de la formation de dirigeants, c’est-à-dire cette formation dont je disais tout à l’heure qu’elle vient toujours en retard, puisqu’elle vise à boucher des trous, alors que Jean Camy a évoqué tout à l’heure la formation à des métiers du sport, c’est-à-dire une formation de type prospectif.

Jean-Pierre ROUSSEL

111Il est intéressant de bien comprendre que dans toute structure CNOSF, on crée des commissions souvent dans l’urgence. Néanmoins, la commission formation est une institution, elle a existé de tout temps. On a justifié son rôle comme étant prioritaire. Je ne dirais pas la même chose de la prévention sportive de lutte contre le dopage, ni de la commission des équipements, ni de la commission sport pour tous qui s’est créée parce qu’il y a eu une prise en compte de toutes les nouvelles pratiques. Mais la commission formation a toujours existé. Ce qui est nouveau, c’est sa composition. Dans cette commission qui comprend dix personnalités, vous avez des présidents de fédérations (3), mais elle est présidée aujourd’hui par moi-même, petit président de CDOS du Nord, c’est nouveau. Cela veut dire justement que l’on a voulu placer cette formation au plus proche de ceux qui ont besoin d’être formés.

112Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui le petit club est complètement sinistré au niveau de sa gestion. Les dirigeants de ces petits clubs ont un besoin impératif de formation. Notre rôle est de les aider. Les présidents de fédérations n’ont pas besoin d’être formés, ils ont des managers, des directeurs de ressources humaines, et pour certains, ils étaient DTN. Ils ont donc bénéficié de la formation professionnalisée avant d’accéder à la responsabilité de président de fédération.

113Notre rôle dans cette commission a été de créer des outils et de les mettre à la disposition des dirigeants. On a ainsi créé la mallette du dirigeant et essayé de la faire connaître partout en France. Puis on a créé un document qui s’intitule « Se former pour mieux diriger » : dix modules peuvent être déclinés en deux heures ou en 25 heures.

114C’est là que vous, universitaires, avez un rôle important : à la faculté des Sciences du Sport, ces modules ont été intégrés dans la formation des étudiants. En DEUG 2, nous allons avoir un module de 50 heures : « la vie associative ». Le mouvement sportif trouverait son bonheur si les étudiants, futurs responsables de demain, avaient les compétences pour diriger une association sportive, ou s’ils avaient acquis des qualités de connaissance de la vie associative. On a créé des diplômes universitaires. Jean Camy aurait dû parler des collectivités locales et du CNFPT, car il y a des formations très riches, telles que le D.U. APS des collectivités qui calquent évidemment tout ce qui est formation pour les concours de conseillers (en janvier 2000).

115Je rêve que l’Europe reprenne à son compte ces formations, ces contenus d’enseignement, car ce qui est important, ce n’est pas les formations (on parle de formation initiale, de formation continue, de formation des dirigeants, des étudiants), mais les contenus d’enseignement qu’on y met.

116J’avoue que le CNOSF se croit omnipotent sur ce domaine. Il est vrai qu’il a voulu labelliser ces différents contenus, mais qu’importe, ces contenus n’ont pas été créés et initiés par le CNOSF, mais par des universitaires et des gens du mouvement sportif. Si on arrivait à les faire valider au niveau européen, on aurait bien avancé au niveau de la formation de nos dirigeants, sources de bonheur pour nos clubs de l’an 2000.

Jean-Paul SCHNEIDER

117Puisque l’on évoque les problèmes de formation des dirigeants, je pense que le moment est venu de donner la parole à Michel Darras pour qu’il évoque à la fois les problèmes de formation relevant du Ministère, puisque l’on a parlé de l’originalité que représentait dans le paysage européen les brevets d’État, mais aussi, en tant que chef du département de la prospective, des perspectives d’avenir et en particulier de collaboration européenne.

Michel DARRAS
Chef du Département de la Prospective et de la Réglementation au Ministère de la Jeunesse et des Sports

118Il y a beaucoup de choses à dire par rapport à l’exposé de Jean Camy, qui déborde largement de la formation.

119Je vais reprendre chronologiquement l’ordre d’intervention de Jean Camy sur les fonctions du mouvement sportif, sur la réalité actuelle et les perspectives.

120Par rapport à une question qu’il a évoquée sur la solidarité du sport professionnel, je peux annoncer aujourd’hui que le projet de loi sur le sport inclut bien dans son article 24 modifié un fonds de mutualisation sur les retransmissions télévisées des événements sportifs en France. Cette disposition est bien intégrée dans le projet de loi. Ce souci est partagé par la Ministre, Mme Marie-George Buffet qui se bat pour que cette disposition figure dans le projet de loi qui sera ensuite explicité dans la loi de finance. C’est un point important, puisque le mouvement sportif sur l’ensemble des pratiquants fait la formation des athlètes, des sportifs, et qu’ensuite se dégage une élite de haut niveau peu importante, et que les retombées du sport professionnel, sport spectacle doivent revenir à ceux qui investissent à la base. Ce fonds de mutualisation servira à aider les associations sportives en complément du FNDS qui devrait aussi être budgétisé (ce qui pose un certain nombre de problèmes techniques).

121Ensuite, j’interviendrai sur la prospective en terme de débouché sur l’Europe, puisque votre université d’été tourne sur « l’Europe, médecin imaginaire ».

122Jean Camy a bien abordé le problème de la formation. Il faut aborder un autre volet. Il y a une finalité à la formation : on ne forme pas simplement pour que des individus soient plus riches à la sortie qu’à l’entrée. Ce serait une finalité intéressante, mais ce n’est pas pour cela uniquement. L’intérêt premier de la formation c’est de permettre à des individus de pouvoir se positionner sur le marché du travail, et d’avoir ensuite, les meilleures possibilités d’intégration, d’insertion dans le monde du travail, puis de faire preuve de compétence professionnelle, car dans le marché du travail c’est ce que l’on demande.

123Le Ministère Jeunesse et Sports est plutôt sur le versant de la professionnalisation et Jean Camy a abordé très rapidement la démarche actuelle qui conduit notre réflexion. Rapidement, du point de vue historique, on a parlé des brevets d’État, de leur inadaptation. Ces brevets d’État ont été créés il y a trente ans, ils ont été conçus sur le mode académique : on est parti de contenus, on les a certifiés et l’on a pensé après. Étant dans une période de croissance économique (c’était la fin des Trente glorieuses), on a cru que les connaissances acquises en situation professionnelle créeraient des compétences. Dans beaucoup de cas, c’est ce qui s’est passé. En effet, les individus mis en situation professionnelle, à partir des aptitudes, des capacités, des connaissances, ont effectivement construit des compétences en milieu professionnel. C’était tout à fait possible dans cette période.

124Le décret fondateur du brevet d’État est de 1972 et il a été construit sur cette base-là, il était déjà l’extension d’un ensemble de dispositions, loi de 1948 pour le ski par exemple… qui avaient déjà visé quelques disciplines à risque, où il y a avait une organisation professionnelle qui se faisait jour.

125Deux éléments ont concouru à ce que ce dispositif devienne inadapté. Premièrement, la récession économique dans les années 70. Il n’y avait plus la possibilité pour tous ceux qui sortaient du système de formation dans ces circonstances de pouvoir construire les compétences, et les employeurs ont demandé à ce que les personnes soient opérationnelles immédiatement à l’entrée en fonction, d’où l’importance de construire des compétences et de valider ces compétences avant d’entrer en fonction. La deuxième raison a été la structuration professionnelle du milieu. On est parti d’un milieu professionnel des métiers du sport qui était embryonnaire au milieu des années 70, à, maintenant, dans les années 90, un milieu qui se structure et qui a besoin effectivement d’avoir les mêmes conditions que toutes les branches professionnelles.

126D’où deux mesures importantes sur lesquelles nous travaillons actuellement. La première, c’est la création d’une commission professionnelle consultative. Le COSMOS, représentation professionnelle des employeurs du mouvement sportif, est associé au groupe de travail qui devrait être dans la commission du conseil consultatif. Commission professionnelle consultative qui, je le rappelle, est une commission chargée d’étudier tous les problèmes d’emploi et de formation.

127Cette commission professionnelle du conseil consultatif viserait les métiers du sport et de l’animation. Elle est en cours de constitution et d’installation.

128La convention collective des métiers du sport est le deuxième sujet sur lequel nous travaillons. On en parle depuis des années mais elle a beaucoup avancé. J’ai été à la dernière réunion du groupe technique. Le protocole des moyens à mettre en place a été accepté par tous. Maintenant, on est dans la dernière ligne droite de la mise en œuvre de cette convention : une commission paritaire va travailler en amont sur les problèmes d’emploi et de formation.

129Ces deux éléments nous paraissent donc incontournables et constitutifs de la branche professionnelle des métiers du sport.

130Dans le même esprit, nous nous sommes penchés sur la réforme totale des formations basées sur le mode académique, pour répondre à la motivation que je viens d’indiquer, c’est-à-dire de partir de la réalité des activités professionnelles des métiers du sport. Premier problème, celui du champ, sur lequel va s’inscrire cette démarche. Ce champ n’est déterminé que par les partenaires sociaux au sein de la convention collective. Nous avons cependant une certaine idée du champ puisque nous avons travaillé avec des représentants des professionnels, employeurs comme salariés, au sein d’un groupe de travail mis en place depuis un an au MJS.

131Deuxièmement, à partir de là, le travail consiste à repérer les emplois types, à élaborer des fiches d’activité par rapport aux fonctions, ensuite des référentiels de compétence… Nous avons traité en priorité tous ces référentiels de compétence sur le niveau 4. Je précise pour ceux qui ne sont pas familiers de la grille d’homologation, qu’il s’agit du niveau du baccalauréat. Il est apparu, après concertation avec les différents professionnels, le mouvement sportif et les employeurs potentiels, que le niveau 4 était le niveau le plus important à régler. Jean Camy l’a précisé, mes chiffres sont tout à fait récents. 73 % des emplois du domaine se situent au niveau 4 et 80 % entre le niveau 3 et le niveau 4. Les chiffres sont éloquents. Des formations expérimentales de niveau 4 ont été mises en place dès le début de cette année. Elles sont en cours de réalisation dans les régions choisies et nous les suivons sur leurs réalisations, ce qui va nous permettre de mettre en place le dispositif réglementaire : sortir le décret qui va organiser ces formations, ensuite tous les arrêtés d’application de ce décret. Sa sortie est prévue en fin d’année et les arrêtés d’application paraîtront dans la foulée.

132Voilà pour ce qui concerne la réflexion et la prospective. Nous sommes totalement, et cela rejoint la démarche de la Grande-Bretagne, à la base de cette réflexion sur les activités professionnelles et la formation à partir de ces activités professionnelles. On voit de suite la contradiction apparente, parce qu’elle n’est pas de fond, avec les formations universitaires. Le problème réside aussi dans la relation avec les STAPS. Je suis issu d’une UFR STAPS, je voudrais insister sur les relations qui vont s’instaurer entre les différentes formations. Pour preuve, nous travaillons depuis un an et demi au sein d’une commission mixte, entre l’Éducation Nationale et Jeunesse et Sports. Nous avons abouti à un certain nombre de résultats. Je les précise. Deux arrêtés du 27 juillet sont parus au J.O. du 13 août. Ils permettent au titulaire de la licence STAPS de bénéficier de la qualification actuellement en application de l’article 43 de la loi de 1984. C’est très compliqué. Comme les licences n’avaient pas de mentions, il n’y en avait que pour la maîtrise, nous avons été obligés de travailler en deux temps. Premier temps, ce qu’on appelle le stock : tous ceux qui étaient titulaires de la licence seront traités par une attestation de « qualification d’aptitude ». A partir d’un dossier et d’une épreuve éven-tuelle, ces candidats se verront octroyer une attestation qui leur permettra d’avoir exactement (c’est ce que dit le décret de 1991) les mêmes droits et avantages que la possession du titre national, c’est-à-dire le brevet d’État correspondant à l’activité pour laquelle ils seront candidats. Ceci pour traiter le stock de ceux qui ont la licence jusqu’à cette année universitaire, 1998/1999. Pour l’avenir, sur la base de deuxième arrêté qui modifie celui du 30 novembre 1992, tous ceux qui sont titulaires d’une licence STAPS, par le biais d’une épreuve de certification intégrée dans le cursus, avec un jury qui sera paritaire entre Jeunesse et Sports et les Universités, pourront obtenir une qualification d’État qui leur permettra d’accéder à un emploi en application de l’article 43 de la loi de 1984. Ceci pour dire que les modifications que j’évoque vont dans le droit fil de ce qui a été fait depuis un an et demi. En revanche, ce qu’a dit Jean Camy est tout à fait juste. Nous ne pouvons travailler pour l’instant qu’à partir du niveau 3 en correspondance avec le DEUG. La licence ne sera pas examinée tout de suite.

133Si vous avez vu le document qui a été transmis le 12 mars 1999, il y aura bien des relations étroites entre les formations Jeunesse et Sports et les formations universitaires. Des passerelles seront installées entre ces différentes formations. Nous devrions pouvoir assez vite trouver des modus vivendi sur ces passerelles entre Éducation Nationale et Jeunesse et Sports. Ce que je viens donc de dire n’est absolument pas antinomique et ne remet pas en cause la démarche mise en place depuis 18 mois entre les deux ministères. D’ailleurs, le projet de loi parle bien d’un service public de formation unique, qui va intégrer les établissements Jeunesse et Sports, les établissements de l’Éducation Nationale et ceux des autres ministères. Il y a bien volonté politique au niveau national d’harmoniser le service public de formation en France.

134Ceci concerne les formations françaises. Sur le plan européen, on a adopté la stratégie du balancier, en sachant que comme tout balancier, on ira vers l’équilibre. Il n’empêche et Jean Camy l’a précisé, qu’un certain nombre de pays européens sont en train de structurer leurs formations et les conditions de la pratique des activités. On s’oriente donc vers ce balancier qui revient vers une partie médiane.

135Par rapport à ce qu’a dit Jean Camy, je vais apporter quelques contradictions et je m’en excuse. Nous ne sommes pas le seul pays à réglementer au niveau national. Je citerai le ski et l’Italie où des lois d’État réglementent la profession et la formation conduisant à la profession. Nous ne sommes pas le canard boiteux de l’Europe, d’autres pays le font.

136Sur le plan des directives, il faut rétablir les informations. La directive 49-48 de décembre 1988 portait sur les formations de l’enseignement supérieur d’au minimum trois ans. C’est celle de 92-51 qui a élargi aux formations universitaires d’un an. Nous, avec les brevets d’État, ne sommes plus sur la 92-51 du 18 juin 1992.

137Je précise que ces directives sont en application depuis les traités de Rome et d’Amsterdam… Autant les directives en droit communautaire doivent être transposées en droit national, autant les traités sont applicables de plein droit. En particulier, le principe nous concernant sur la libre circulation des travailleurs, est applicable de plein droit. Si nous ne permettons pas cette libre circulation, nous sommes justiciables de la Cour de Justice de la Communauté Européenne, ce qui ne nous est pas arrivé encore mais qui risque de nous « pendre au nez ».

138Nous avons en effet un système compliqué saisi parfois comme une entrave. Dans le dispositif général, je précise que nous avons pour cinq métiers une dérogation à l’article 14 (et ce n’est pas neutre) : les moniteurs de ski, les guides de haute montagne, de spéléo, les moniteurs de parachutisme, de plongée… On est en pleine actualité, puisque cette dérogation était caduque au 31 juillet 99 et que la commission dans sa réunion du 14 juillet 99 l’a reconduite pour les guides de haute montagne et pour la spéléologie. On a reconduit à titre probatoire pour un an, le parachutisme, la plongée. Pour le ski, c’est une reconduite timide avec des conditions telles que nous sommes en train d’examiner comment on va pouvoir la mettre en place pour l’année 99/2000.

139Enfin, concernant les demandes d’emplois en France, un millier de communautaires ont sollicité durant la période des trois dernières années l’établissement en France. Rien que pour le ski, la centaine citée par Jean Camy concerne uniquement la saison d’hiver 98/99. Les chiffres ne sont pas énormes, mais plus importants. Ce n’est pas non plus le flux qui va déborder les vallées savoyardes… On n’en est pas encore là.

140En ce qui concerne l’Europe, nous sommes sur la base actuellement de discussions où il va falloir relâcher notre dispositif pour être mieux en harmonie avec les droits communautaires.

141Le projet de loi sur le sport, pour terminer, prévoit un certain nombre de libéralisations. Il est bien question de ne pas abandonner l’article 43, mais de le modifier pour ne plus faire porter l’obligation de qualification que sur un certain nombre d’activités, de métiers, qui sont fixés par un décret en Conseil d’État ; les autres activités n’étant pas réglementées, c’est-à-dire que n’ayant plus obligation (puisque nous étions dans la réglementation de la profession) d’avoir une qualification, n’importe qui pourrait encadrer, y compris les communautaires. En revanche, nous allons renforcer l’activité réglementée. Non seulement, il y aura obligation de qualification, mais on renforce aussi la responsabilité de l’organisateur ou de l’exploitant de l’établissement. Contrairement à l’ancienne note 84 où l’éducateur était toujours en première ligne quand il y avait des sanctions à mettre en œuvre.

Synthèse du débat

Sylvie HAMEZ

142Plusieurs points dans la perspective européenne ont été abordés lors de cette matinée de travail. Différents problèmes ont donc été posés. Beaucoup ont dérivé vers une perspective plus hexagonale, par exemple les problèmes de contenu des enseignements ou de disproportion entre les nombreux inscrits et les débouchés des étudiants en STAPS. L’Europe pourra-t-elle donner des réponses aux jeunes, s’interrogèrent plusieurs participants. La vraie solution est avant tout individuelle, répondit Gérard Ejnes, et se mesure à la puissance du travail de chacun.

143Les nombreuses interrogations n’ont pas empêché l’émergence d’ébauches de solutions. La première à retenir fut celle de Jean Camy qui a dit : « l’Europe progresse par la réglementation, c’est vrai, mais elle progresse aussi par des échanges, des harmonisations, qui se font à la base en dehors de toute réglementation. » Pourquoi ne pas doubler les rencontres européennes qui peuvent être organisées entre sportifs ou entre dirigeants ? Ce serait une manière de commencer, à l’échelon le plus modeste, à échanger et peut-être à travailler à une harmonisation. Cette fois, on parle d’une harmonisation à la base, pas imposée par l’administration, comme le releva très justement Jean-Paul Schneider.

144La deuxième idée évoquée fut la formation en dix modules. Cette formation est certes typiquement française mais a vocation d’être généralisée en Europe. Il serait intéressant d’étudier les expériences de ce type déjà accomplies en Europe de manière à généraliser ou à harmoniser le modèle français.

145Une autre piste relevée serait la formation en langues de l’athlète, et notamment de l’athlète de haut niveau. Comme le souligna Gérard Ejnes, ce sportif sera amené à circuler de plus en plus dans l’espace européen. Jean-Paul Schneider avança que cette formation en langues devrait pouvoir être assurée par les Universités et pas seulement par des officines privées, comme on le voit jusqu’à présent.

146Le suivi des cadres techniques inspira également nos participants et la question fut posée, au vu de l’évolution toujours plus rapide des nouvelles technologies, de la nécessité d’une formation continue plutôt que d’une formation simplement initiale. Gérard Perreau-Bezouille montra à ce sujet les différents enjeux pour travailler sur une convention collective. L’un d’eux touche la relation formation, qualification, niveau de rémunération. Combien cela va-t-il coûter à l’employeur ? Si on forme des cadres, il faut avoir les moyens de les payer. Gérard Perreau-Bezouille conclut : sur les conventions collectives, l’idée de professionnalisation d’un secteur est un enjeu majeur, car garant du développement de ce secteur, garant de sa pérennité.

147A la suite, fut inévitablement évoquée la formation des bénévoles. Comment la penser et l’organiser. Pour reprendre les propos de Jean Camy : être bénévole, c’est un engagement, les formes pédagogiques ne doivent donc pas être un obstacle. Il faut prendre en considération l’expérience du dirigeant de club et son statut.

148Enfin, la dernière idée concernait la formation éthique. Salomé Marivoet a dit une chose importante en réponse à une question. La formation éthique n’est pas une formation livresque, ni une formation magistrale. Elle est une formation pratique, quotidienne, qu’il faudrait inscrire dans l’exercice de tous les jours.

149La société est en train de se transformer et ces mutations s’exercent contre nous. Jean-Paul Schneider souligna qu’il était nécessaire de s’adapter. En effet, ces mutations n’affectent pas que les équilibres sociaux, ils affectent aussi les valeurs sur lesquelles se construit notre société. Par conséquent, il est important d’orienter la réflexion vers une adaptation éventuelle des nouvelles valeurs, précisa-t-il.

150La formation éthique reste avant tout une éducation qui ne concerne pas que l’athlète en train d’accomplir ses performances. Elle concerne l’homme tout au long de son parcours. C’est donc au niveau de l’éducation qu’il faudra revenir sur la question, mais d’une éducation européenne.

151Malgré tant d’efforts et tant de cris d’alarme, il est proprement renversant que la machine infernale qui commença à se mettre en route il y a quelques années, puisse continuer à produire du dopage, à bafouer tant de valeurs. Mais il est plus inouï encore (quoique moins désastreux) qu’une large part d’intellectuels, aveuglés par leurs lunettes idéologiques, soient incapables de considérer que la seule tâche urgente est de s’y opposer en mettant en place tous les moyens possibles, à commencer par la formation.

152L’USE a, quant à elle, fait sa part de travail…

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search