Version classiqueVersion mobile

Le sport malade de ses contradictions…

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. « Les opa sur le sport »

Jacques Marchand

Texte intégral

Animateur : Jacques MARCHAND
Président Honoraire de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France

1TABLE RONDE

2Ernest GIBERT, U.N.C.U.

3André BUFFIERE, ex-champion de France de Basket, ex-entraîneur et capitaine de l’ASVEL Basket

4Jean-Claude MADELMONT, Président du Clermont-Ferrand Université Club

5Gérard PERREAU-BEZOUILLE, F.F.C.O.

6Claude CHEVALLY, journaliste à L’Équipe

Jacques MARCHAND

7Nous allons essayer tout d’abord de définir le sujet et ce que nous entendons par « OPA sur le Sport ».

8Ensuite, nous évoquerons des cas caractéristiques. Chacun pour sa part en connaît. Nous ne manquerons pas d’évoquer le problème du football car il est le plus crucial, le plus flagrant de certaines déviations. Nous aurons également à évoquer la télévision qui fait le spectacle sportif et tente de se l’approprier en déversant une manne d’argent pour acheter l’exclusivité des événements et les exploiter.

9On parle d’OPA. On aurait aussi pu dire simplement « le problème du sport et de l’argent » et surtout des méfaits de l’argent.

10A grands traits, sans faire d’historique, voyons le cheminement de ce qu’a pu être le financement du sport à travers l’histoire, relativement récente puisque le sport tel qu’on le connaît a pris corps au début de ce siècle.

11Qui finançait le sport à son origine ? Ceux qui le pratiquaient, c’est-à-dire qu’ils supportaient à la fois les frais de leur pratique et les frais des structures qui se mettaient en place. Ils payaient leur cotisation au club et leur licence à la fédération. Leur cotisation permettait de faire vivre le club et la licence permettait de faire vivre la fédération.

12La deuxième marche est le fait que le sport de haute compétition a attiré et a commencé à attirer au fil du temps un public. Rapidement, de l’intérêt, on est passé à la passion. Le public s’est passionné et on sait bien qu’à partir du moment où l’on veut satisfaire une passion, on est prêt à payer le prix de cette passion, si bien que sont arrivées des recettes et le sport a ainsi vécu de son spectacle et de ses recettes. C’est la deuxième étape que la plupart d’entre nous ont connue et vécue. Avec le recul, on peut considérer que c’était une période relativement calme, facile. Des problèmes de gestion se posaient et là où il y a problèmes de gestion, il y a préoccupations. C’était la période où la principale préoccupation d’ailleurs était cette distinction entre les amateurs et les professionnels. Avec le recul, on est tenté d’en sourire. C’était à l’époque des théories qui s’affrontaient, alors qu’aujourd’hui ce sont des forces commerciales qui s’affrontent, ce qui n’est pas la même chose.

13L’étape suivante : l’encadrement va se professionnaliser avec toutes les méthodes et les principes de l’amateurisme qui demeurent. Puis, intervient le partenariat, l’aide de publicitaires. Le soutien du sport lui-même a eu ses étapes, on est passé du mécène qui apportait son argent pour son plaisir, pour sa gloriole et entretenir sa propre notoriété, au sponsor qui, lui, recherche une retombée publicitaire. Inévitablement, il attendait de cette retombée publicitaire un profit.

14Nous passons alors de la notion de sponsor, de moins en moins discret, à la notion de partenaire. C’est d’ailleurs le terme qui va être rapidement utilisé — les sponsors veulent être des partenaires — puis, de cette notion de partenaire à la notion d’associé. A partir de ce moment-là, l’associé ne peut résister à l’envie de devenir le patron, surtout si l’opération est juteuse, et elle peut l’être simplement financièrement, mais aussi pour beaucoup d’autres raisons, en favorisant par exemple des ambitions politiques ou commerciales. La dernière raison est tout simplement parce que le fait d’être dirigeant, patron d’un grand club vous place au centre de l’actualité et vous installe dans la célébrité. Je dirais que c’est le mécanisme de la médiatisation qui alors se déclenche et on en arrive à la situation actuelle, où nous pouvons évoquer le terme d’OPA.

15Pourquoi le comité d’organisation de l’U.S.E. a choisi ce terme qui peut paraître prétentieux ? Il est évident qu’il faut voir aussi dans ce terme d’OPA un clin d’œil, il faut le prendre à la fois au sens propre et au sens figuré. Cela doit rester une image.

16Ce matin nous allons évoquer des exemples qui, s’ils ne sont peut-être pas tout à fait des OPA, sont cependant des cas où l’argent va jouer un rôle extrêmement important.

17Je ne suis pas économiste. Je vais demander à Ernest Gibert de définir de façon précise ce qu’est une OPA.

Ernest GIBERT

18Comme souvent à l’USE, Jacques Marchand le rappelait à l’instant, le titre est bien et mal choisi à la fois.

19Il est mal choisi parce qu’il n’y a pas eu, il n’y a pas d’OPA au sens du sigle : Offre Publique d’Achat. Mais il est bien choisi parce qu’il n’est pas exclu, dans l’avenir, notamment si certains clubs sont cotés en bourse, qu’il y en ait dans le futur.

20Une Offre Publique d’Achat, c’est une procédure qui permet à une entreprise de prendre le contrôle d’une autre entreprise, dite sociétaire, de type société anonyme, entreprise cotée en bourse.

21L’entreprise qui a la vocation d’en contrôler une autre, fait, comme le sigle l’indique, une Offre Publique, au cours de laquelle elle annonce qu’elle a l’intention d’acheter une quantité déterminée de titres, d’actions, par exemple un million d’actions, à un prix naturellement supérieur au cours du titre en bourse, au moment où la proposition est faite, et ce, sur une durée déterminée. Le nombre des titres qu’elle choisit est fonction de l’idée qu’elle se fait du pourcentage du capital qu’il faut détenir pour contrôler le pouvoir. J’ai l’air de m’écarter du sujet, mais il conviendra d’y revenir dans le futur.

22Naturellement tout ceci est soumis à une procédure, à un contrôle strict. Il y a deux cas de figure. Le premier est plus fréquent, c’est celui où l’entreprise convoitée est a priori d’accord. Les dirigeants de l’entreprise qui veut absorber et celle qui est susceptible de l’être, se sont rencontrés, se sont mis d’accord sur la procédure. Il ne reste plus qu’à convaincre les actionnaires.

23Il y a un deuxième cas de figure. Celui où les deux groupes dirigeants sont en désaccord. Dans le premier cas, l’OPA est amicale, dans le deuxième, elle est inamicale. Vous le savez, en France, les clubs ne sont pas cotés en bourse ; il n’y a jamais eu, il n’y a pas, et pour un certain temps encore, il n’y aura pas d’OPA. Demain peut-être, ce qui posera de nombreux problèmes, notamment sur la dimension du marché à prendre en compte.

24A priori, l’intitulé est mal choisi. Mais il est bien choisi, non seulement pour des raisons qui tiennent à l’anticipation, mais aussi parce que, dans ces opérations de main basse, parfois on pourrait même dire de « hold-up » sur une discipline ou sur une association, on trouve des objectifs strictement identiques à ceux qui poussent une entreprise à en absorber une autre. On a cité l’exemple du football, c’est parce que naturellement le football est considéré comme le sport médiatiquement et économiquement le plus porteur (cela ne touchera peut-être pas la balle au tambourin, bien qu’elle soit particulièrement intéressante). Les objectifs sont les suivants :

  • Il s’agit, par l’intermédiaire de cette mainmise, de capter le marché de tous les supporters et de tous ceux qui s’intéressent à la vie de l’association, et bien au-delà. Le marché des produits dérivés qui vont avec l’activité, est de plus en plus important. Il est bien d’avoir Ronaldo, c’est mieux d’avoir son maillot sur le dos. Les budgets sont phénoménaux. Le premier objectif, c’est donc la capture d’un marché que l’on rendra de plus en plus captif.
  • Il y a aussi un objectif d’images. Il s’agit de s’approprier, en collant à l’association le nom de la société, les traits distinctifs positifs qui font la valeur de l’association en question. A la fois de la discipline et de l’association elle-même avec son histoire. J’ai parlé de mainmise, au sens propre du mot, parce que l’OPA telle qu’on l’a entendue signifie aussi que cet objectif de contrôle économique ne peut être atteint que si ceux qui font main basse détiennent le pouvoir. Il s’agit en même temps de prendre le contrôle de l’activité du club, de l’association, le contrôle de la gestion, mais surtout de toutes les activités du club. Et vous remarquerez que, lorsqu’une grande entreprise fait une OPA sur un club, on assiste à la valse des dirigeants, au réaménagement de l’organigramme, à la redistribution totale des pouvoirs. Nous commettrions une erreur si nous utilisions le terme d’OPA sans centrer d’abord notre attention sur la volonté de prise du pouvoir, pour réaliser des objectifs à la fois économiques et sportifs ou qui sont économiques parce que sportifs. Ce processus n’est pas nouveau. Sans remonter loin dans le temps, vous vous souvenez de l’opération lancée par Lagardère sur Matra, le Racing. Lagardère ne cherchait pas une danseuse, celle-ci se fût-elle appelée Fernandez… Son objectif était de contrôler le club, non seulement dans sa partie football mais dans l’ensemble de ses activités dont certaines sont très nobles, conservatrices, anciennes. Le résultat n’a pas été à la hauteur de ses ambitions, on a changé tous ceux qui avaient été chargés de prendre des décisions, puis Jean-Luc Lagardère ayant changé d’idée pour ne pas avoir atteint ses objectifs, exit le Matra Racing.

25Bordeaux/M6, PSG/Canal +, Rennes/Pinault, l’O. L/Pathé… On pourrait démultiplier les exemples.

26Si nous avons retenu le terme « OPA », ce n’est pas parce qu’il en existe, que peut-être après demain il en existera, mais c’est que le point commun fort est le suivant : déterminer le fonctionnement de l’association sur la base d’objectifs économiques ne peut être fait qu’en en contrôlant le pouvoir. Ce qui pose tous les problèmes que Jacques Marchand a déjà évoqués et que nous avons vus dans d’autres Universités d’été, sur la relation entre ceux qui dirigent et ceux qui sont dirigés, entre les bénévoles et ceux qui ne le sont plus désormais, qui ne peuvent être que des professionnels, entre l’entraîneur et le patron du club, entre les pratiquants, les salariés et ceux qui les dirigent.

Jacques MARCHAND

27Pour bien fixer les idées après cette définition, dans le sport, si l’on veut trouver une image qui lui corresponde exactement, c’est le PSG. Du temps de Borelli, le PSG était un club comme beaucoup d’autres, jusqu’au moment où Canal + a apporté des capitaux. Très rapidement, en l’espace d’un an, nous avons vu Canal + prendre complètement les rênes, y compris la direction sportive. Le PSG a en effet été dirigé successivement par Michel Denisot, Charles Biétry. Encore aujourd’hui, le Président est un collaborateur de Canal +. C’est typique du sponsor qui est arrivé, a pris les capitaux et finalement a tout mangé, a tout pris à son compte.

28C’est vrai que c’est un cas type. Cela ne va pas être aussi net dans les exemples que nous allons évoquer, mais il y a toujours cette avancée indiscutable du publicitaire, du commercial, qui va faire reculer de plus en plus l’autorité sportive.

29Un exemple, pour sortir du football que nous évoquons toujours. Ma référence est le numéro de Stratégie de mars 99 que je trouve assez amusant. Il s’agit d’une OPA réalisée sur le Marathon de Paris. C’est l’image de l’épreuve la plus populaire, ouverte à tout venant, à tout courant. Le Marathon de Paris, à juste titre, a eu l’ambition d’avoir la notoriété d’un grand Marathon, comme celui de New York. Il a regroupé cette année 20 000 concurrents. La Ville de Paris qui, à travers cette opération, faisait sa propre promotion, a voulu donner un certain relief à son épreuve. Qu’a-t-elle fait ? Elle a fait appel à une société, Amaury Sport Organisation, qui appartient au groupe Amaury, dont L’Équipe et Le Parisien font partie.

30A partir de ce moment-là, l’A.S.O. a apporté sa contribution et ses principes, qui sont évidemment tout à fait commerciaux. Elle a commencé à utiliser Internet, puis à développer la gestion des produits dérivés, et enfin a ouvert des négociations pour les droits de télévision. De ce fait, la société Amaury a monté à la Porte de Versailles un salon de la course à pied, organisation qui prétendait déborder largement du cadre du Marathon pour attirer à cette occasion les sportifs étrangers et ainsi faire connaître Paris.

31Le budget de la course qui s’élève à 16 millions de francs est assuré par les clients de Dassault, dont Adidas, engagés pour quatre ans et qui en profitent pour lancer un vêtement portant le sigle « Marathon de Paris ». Les pâtes Lustucru ont saisi aussi l’occasion et ont quitté le Tour de France pour le Marathon et y investir 3 millions de francs. Sur les 16 millions de budget total, 3 millions viennent des pâtes. Avec cet argument cité dans Stratégie : « nous avons préféré être un partenaire principal et actif sur le Marathon, plutôt qu’un annonceur anonyme sur le Tour », avec toutefois ce clin d’œil (qui est aussi une explication du transfert Lustucru) qui promet de fournir des conseils nutritionnels aux concurrents et qui va leur offrir la veille de l’épreuve une pasta-partie. Ce qui prouve d’abord que le Marathon peut « nourrir son homme ». L’A.S.O. réussit ainsi cette OPA sur le Marathon, a transformé les concurrents, qui ne lui coûtent qu’une ration de nouilles à la sortie, en consommateurs de produits dérivés, tee-shirts, etc. Ce sont eux qui font le spectacle, ce sont eux qui le financent, ils sont à la fois les acteurs et les spectateurs, ils deviennent les consommateurs. C’est extraordinaire. C’est tout bénéfice !

32C’est un exemple, ce n’est pas le type même d’OPA, mais c’est un cas typique d’une épreuve connue, uniquement sportive, qui d’un seul coup, revêt un caractère commercial où l’on insuffle de l’argent dans le but d’en gagner encore plus. C’est un exemple du système qui n’a cessé de se développer.

33Chacun maintenant va apporter sa contribution. Je vais passer la parole à André Buffière, qui m’a dit tout à l’heure une phrase : « moi j’ai tout connu dans ma carrière ». C’est vrai que l’évolution que je viens de tracer à grands traits, en tant qu’observateur, il l’a connue, mais lui, totalement en acteur. Le point de départ, c’était le patronage et il va nous y ramener.

André BUFFIÈRE

34Je vais raconter ma propre expérience, qui n’est pas que la mienne, d’autres jeunes gens de l’époque ont connu la même chose, ils ont eu la chance ensuite de continuer comme entraîneurs.

35Après la guerre, les jeunes gens déçus des événements (certains avaient été prisonniers de guerre, d’autres avaient été dans la résistance, d’autres en travail obligatoire), étaient motivés par le sport. A cette époque, on ne trouvait que deux représentations bénévoles pour s’occuper des sportifs. Il y avait d’abord les patronages catholiques, c’est-à-dire les curés, et les patronages laïcs qui étaient les instituteurs. Motivés, les jeunes s’entraînaient beaucoup. Il n’y avait pas beaucoup de loisirs, par conséquent les vacances se passaient à l’entraînement du sport. Le curé n’était pas un technicien, il ouvrait la porte du patronage, il donnait les ballons. Il y avait toujours un ancien qui guidait les jeunes gens. De l’autre côté, les patronages laïcs, les instituteurs s’occupaient bénévolement des jeunes.

36Quelquefois, il y avait des frictions entre les deux. Un exemple. J’ai commencé très jeune dans l’équipe première à 15 ans. J’étais au patronage catholique. Pour rencontrer les laïcs, on ne m’a pas mis sur la feuille de match, parce que c’était plutôt une bagarre qu’un match.

37Ensuite, il y a eu les J.O. de 1948 : un événement extraordinaire. Puis, en ce qui concerne mon sport, l’équipe de France de Basket a réussi l’exploit de gagner la médaille d’argent aux J.O. de Londres. Là, il y a eu un événement. Pendant le stage de Fontainebleau — et à cette époque, c’était trois semaines de stage avec un préparateur physique, un kiné, un médecin — le Capitaine de l’équipe, Robert Busnel a reçu un télégramme de la fédération disant qu’il était suspendu pour fait de professionnalisme. Il n’a pas pu jouer à Londres. Il y avait eu, quelques années avant, en athlétisme, Ladoumègue, Nurmi qui avaient été suspendus pour fait de professionnalisme ; déjà il y avait des problèmes d’argent. La chance de Robert Busnel a été de finir manager de l’équipe qui a gagné la médaille d’argent, il était encore joueur à cette époque.

38Ensuite, l’équipe de France a continué un bon parcours dans des championnats d’Europe. Les principaux opposants à cette époque étaient les pays de l’Est. Pourquoi ? Parce que les équipes étaient déjà dans le professionnalisme. Les pays communistes mettaient leurs sportifs de haut niveau, soit à l’armée, soit aux chemins de fer, soit dans d’autres formations où ils ne faisaient que de l’entraînement Dans le palmarès des sports collectifs comme le basket, le volley…, on voyait beaucoup la Bulgarie, la Hongrie, d’autres pays de l’Est qui ne faisaient que cela.

39Nous, Français, travaillions et nous entraînions le soir. Nos stages étaient pris sur nos vacances. Seuls les Italiens avaient compris le problème dès le départ. Ils ont un peu copié sur les Américains, il y avait déjà des firmes qui s’occupaient des équipes sportives. Ce n’était pas des OPA, mais les grandes formations étaient achetées par une société, on avait du mal à s’y retrouver car tous les deux ans, les noms changeaient. Les Italiens ont donc copié les Américains et ont fait venir des étrangers.

40J’ai été une centaine de fois international, capitaine de l’Équipe de France pendant 7-8 ans. Au moment de rentrer dans la vie civile, j’avais changé de situation, car à cette époque, quand les joueurs partaient par exemple au championnat du monde en Argentine (je connais des joueurs de Villeurbanne qui n’ont pas pu y aller), il fallait prendre un mois de vacances : aucune entreprise n’acceptait que les gens s’absentent un mois. De ce fait là, j’ai atterri moniteur d’éducation physique dans l’enseignement catholique. Le Directeur de l’UGSEL m’a embauché pour m’occuper du basket dans les collèges catholiques (sur Lyon, il y en avait une dizaine).

41Au moment de finir ma vie de sportif, de joueur, je suis rentré dans les pétroles et un an et demi après, j’ai eu cette chance : la fédération française m’a proposé d’être entraîneur de l’Équipe de France. Je suis resté dans la vie civile 18 mois. En 1957, j’étais entraîneur de l’Équipe de France, proposé par la fédération. Je n’avais pas de carrière programmée, je n’étais pas enseignant, mais j’avais été capitaine de France, j’avais suivi tous les événements mondiaux de mon sport et la fédération avait jugé que j’étais capable d’entraîner l’Équipe de France.

42Cette carrière a duré jusqu’en 68. En 68, j’ai connu une expérience intéressante, j’ai été directeur des sports du Stade Auto Berliet. Je me suis alors aperçu des difficultés du sport corporatif. Il y a eu des amorces comme avec le C.O. Billancourt à Paris, champion de France de volley-ball. Malheureusement, un tiraillement permanent entre la direction et les syndicats entravait la bonne marche du sport dans l’entreprise. Moi qui aimais la compétition, j’ai fait un exploit, j’ai réussi à créer le bridge, le tarot… Nous avons essayé d’avoir une équipe compétitive et en deux, trois ans, nous avons fait la finale du Championnat de France contre Villeurbanne. Mais les moyens financiers n’ont pas suivi, ce fut impossible.

43L’argent commençait à entrer en jeu. A cette époque, le Stade Auto Berliet a continué dans les loisirs et il n’y a plus eu d’équipe de basket. Moi, je retrouvais ma passion, le soir, en entraînant, et le samedi, en manageant l’équipe.

44Puis, j’ai eu une proposition du Mans qui était parrainé par les Comptoirs Modernes. On arrive à la période des sponsors. Je suis parti de chez Berliet. La passion l’a emporté et je suis arrivé au Mans. C’était la première fois que j’avais un contrat « animateur culturel et sportif ». Dans les statuts, il y avait, à mon avis, animateur culturel et on a ajouté pour mon contrat « animateur sportif ». C’est ce qu’on pouvait déjà appeler une OPA des Comptoirs Modernes sur l’équipe de basket du Mans, dans le bon sens, puisque beaucoup de joueurs sont venus de l’extérieur et ont trouvé du travail aux Comptoirs Modernes qui était une grande société.

45J’y suis resté deux ans. Puis, Villeurbanne m’a demandé de revenir. C’est le seul endroit où j’ai accepté un retour. Il a fallu trouver une situation, car il n’y avait pas d’entraîneur professionnel. A l’époque, on appelait cela l’amateurisme marron. Les joueurs étaient aidés financièrement, ils obtenaient des crédits pour leurs maisons, leurs voitures. De 73 à 80, j’ai été entraîneur de Villeurbanne, avec un travail en partie à 80 % pour le sport.

46Puis, Villeurbanne a commencé à avoir des difficultés. En 1980, est apparu l’argent. Pour moi, il était impossible de continuer. Le Président le pensait aussi. Je lui ai dit que je pouvais rester, mais il n’a pas voulu faire de contrat d’entraîneur professionnel, cela n’existait pas. C’était un homme de parole, pas un homme de contrat.

47Je suis donc allé à Limoges où j’ai signé mon premier contrat professionnel, j’étais en fin de carrière, à 50 ans environ. Les joueurs commençaient à être rémunérés, mais modestement comparé à aujourd’hui. Je suis resté trois ans à Limoges, j’aurais pu continuer puisqu’on a gagné la Coupe d’Europe et le Championnat de France. Je suis parti après au Racing pour créer l’équipe de basket qui de 3ème division est montée en 1ère division. J’ai eu du mal à faire venir des jeunes. Par exemple, dans le 7ème arrondissement de Paris, toute personne qui faisait du sport, ne pouvait pas s’inscrire au lycée.

48Le professionnalisme a commencé réellement vers 85/86. L’ASVEL ne s’est jamais remise du professionnalisme et en 92, elle a déposé le bilan. La Mairie de Villeurbanne a sauvé l’affaire en réglant une dette énorme, considérant que son équipe était un patrimoine, c’est ce que disait Charles Hernu dans ses discours. L’ASVEL est reparti sur de nouvelles bases avec des partenaires. C’est pour cela que l’alimentation de Villeurbanne se fait par les partenaires. Ce sont des contrats professionnels. Ils ont copié sur ce que faisait le football auparavant, malheureusement dans ce qu’il y a de bon et de mauvais, je pense au centre de formation où le problème n’est pas réglé.

Jacques MARCHAND

49Jean-Claude Madelmont est président du C.U.C. Quand on parle du CUC, les anciens pensent basket, mais le Président va nous parler du rugby, discipline qu’il connaît bien, et essayer de nous dire comment et pourquoi le rugby est en pleine évolution, évolution un peu comparable à celle du basket. Le rugby est en effet entré dans une première phase de professionnalisme.

Jean-Claude MADELMONT

50Pour caler l’évolution récente du rugby, il faut revenir 4-5 ans en arrière et dire que le rugby est un sport singulier, par son nombre de pratiquants. Le rugby est relativement peu pratiqué. En France, c’est 250 000 licenciés. Faible nombre de pratiquants aussi dans le monde.

51La seconde singularité, c’est que ce sport permettait, permet encore à un certain niveau, de faire pratiquer toutes les qualités. Il y a donc un intérêt dans ce qu’il peut représenter comme image du panel d’une petite société.

52Autre particularité, il a des règles complexes, difficiles à suivre et seuls les aficionados ou les anciens pratiquants s’y reconnaissent, et encore… avec de temps en temps quelques difficultés. Il est très suivi par les anciens pratiquants ou les initiés et éventuellement quelques personnes qui viennent se montrer régulièrement sur les stades, mais surtout au Stade de France.

53Jusqu’en 95, on peut dire que le rugby pour son élite était semi-professionnel. Cela voulait dire clairement que les gens qui pratiquaient y compris au plus haut niveau arrivaient à mener de front un entraînement et pour une part, une vie professionnelle.

541995 est une date clef parce que c’est juste après la Coupe du Monde, sous l’impulsion de médias, que l’hémisphère sud est passé professionnel. Cela a eu des conséquences évidemment dans l’hémisphère nord, avec, pour chaque pays, à sa manière, une entrée dans le professionnalisme, plutôt mal que bien d’ailleurs. L’Angleterre y est entrée, la France aussi, avec, pour l’équipe de France, les succès que l’on connaît.

55Une autre conséquence de l’entrée du professionnalisme en France, c’est la totale rupture de niveau qui s’est produite dans la pyramide de la pratique : alors qu’il y avait une montée régulière des niveaux depuis le plus bas jusqu’à l’élite, là il y a une véritable cassure. Vous avez pu observer en football par exemple qu’une équipe de CFA 2 ou CFA 1 est capable de sortir une équipe de 1ère division, ou l’équipe d’Andorre de tenir en échec l’équipe de France. En revanche, je vous mets au défi de voir le Clermont Université Club, par exemple, tenir 5 minutes devant l’AS Montferrandaise, sans prendre 50 points et être blessée en plus.

56Il s’est donc produit une grande cassure de niveau. Cette cassure va au-delà de la pratique elle-même, cela va jusque, probablement, à un changement de règles. Il y aura deux rugby différents, le rugby de l’élite en terme de règles et le rugby des autres. Il restera le ballon ovale et les dimensions du terrain. Si on ajoute à cette cassure le risque d’une forme de désintérêt de la base pour son élite, on comprend bien que les risques d’OPA sur les clubs de l’élite est grand, parce qu’il faut qu’ils trouvent des moyens pour arriver à jouer, de l’argent pour les contrats… Ce qui est à craindre, c’est qu’on assiste, à travers cette montée rapide et mal gérée dans le professionnalisme, à une extinction du système plutôt qu’à un accroissement de ce sport. S’il n’y a pas de retombées médiatiques ou économiques par un manque du suivi du public, les opérateurs se désintéresseront bien évidemment de la pratique. Voilà le risque que je vois arriver dans le rugby.

Jacques MARCHAND

57Nous allons nous recentrer sur le point de vue européen dans la deuxième partie du débat. Nous y arriverons automatiquement avec le football surtout. Mais avant je vais demander à Gérard Perreau-Bezouille, Co-Président de la Fédération des Clubs Omnisports, d’élargir le sujet des OPA à l’ensemble du sport et en particulier dans sa pratique la plus populaire, celle précisément de tous les clubs omnisports.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

58J’aimerais revenir sur l’ambiguïté du terme OPA. Il y a un paradoxe. De plus, c’est en pleine actualité. Il y a un côté provocateur dans l’affaire : on sort des conclusions de l’OPA, des différentes OPA et OPE entre la Société Générale, la BNP et Paribas, etc. Je comprends bien l’idée, en même temps, je vois des limites.

59L’OPA, comme l’a définie précédemment Ernest Gibert, c’est quelque chose de très organisé, de très codifié, de transparent ; il y a une volonté de transparence, de publicité autour, d’organisation d’un marché qui est présenté comme l’archétype de la concurrence pure et parfaite. Je ne sais pas si dans le sport on est sur les mêmes fonctionnements. De même, il y a des organes de régulation, de contrôle des OPA qui sont très forts. Dans le sport, est-on dans les mêmes fonctionnements ? Je me demande si les facteurs de résistance internes au secteur sportif ne sont pas tels qu’il serait difficile d’envisager jusqu’au bout cette idée d’OPA. On le voit bien d’ailleurs avec la résistance forte qui se montre encore sur la cotation en bourse des clubs par exemple. C’est encore culturellement difficile de faire passer de telles idées.

60Je crois plutôt que dans notre secteur, on assiste à ce que l’on peut appeler OPA, mais d’un côté plus rampant, multiforme, parce que les points d’entrées sont l’argent, mais aussi d’autres formes de pouvoir. C’est plus compliqué que l’aspect purement financier. C’est souvent en creux, parce qu’il y a d’autres choses qui n’existent pas et qui font que les OPA prennent la place. Je pense surtout que c’est non transparent, et c’est une vraie question. Peut-être le côté intéressant de la notion d’OPA, d’un point de vue financier, c’est cette transparence, cette publicité… Dans le sport, on n’est surtout pas transparent dans ces domaines.

61Les outils pour faire des OPA n’existent pas concrètement pour l’instant, cela prend d’autres détours. Il n’y a pas de règle.

62Je voudrais émettre deux propositions pour situer ces OPA. D’abord, elles reposent sur la misère de ce secteur — et le témoignage précédent d’André Buffière est clair — : tout au long de sa carrière, il a été en quête de moyens financiers, entre autres. La misère de ce secteur est au centre du problème.

63Deuxième proposition, je crois que la place du bénévolat, la place de l’engagement intervient également à double titre dans cette affaire. Elle intervient en même temps comme un point de force, de résistance, mais aussi comme une faiblesse, parce que tout simplement, c’est un secteur qui de ce fait-là est peu structuré, il y a peu de salariés pour défendre le gagne-pain, leur activité. C’est donc un secteur très soumis aux enjeux de pouvoir, de valorisation qui sont extérieurs aux moyens.

64Cela se situe également dans un contexte, fixé à l’époque des années 70, de fort désengagement de l’Etat. Là encore, faiblesse, puisque forte dérégulation. Dans le même temps, avec ce désengagement, des besoins ont augmenté de manière très importante. Des associations n’ont pas le moyen de répondre efficacement à ces besoins. Il y a par exemple une massification du phénomène sportif, un élargissement de la pratique. On n’a pas forcément les moyens d’y répondre. D’ailleurs, maintenant, plus tardivement, on voit comment les collectivités locales commencent à s’investir différemment dans ce secteur.

65L’évolution très forte de la technicité a nécessité des moyens au moment où l’argent public se désengageait. Les marchés liés, tant de l’équipement lourd, collectif, les gymnases, que les équipements individuels, et cela a été souligné à plusieurs reprises, ont une influence énorme. Également, tout ce qui est autour de l’image, des structures de loisirs.

66Ce sujet me semble plus délicat qu’il ne paraît. Je préfère évidemment l’appellation « le sport et l’argent », parce que c’est clair, et plus facilement traitable. Mais je comprends le côté provocateur avec cette notion d’OPA.

67Cela va plus loin : si on prend le thème « sport et argent », cela nous amène à poser des questions de projet de société. Sport, argent, société, c’est lié. On est sur un secteur — et je parlais précédemment de pôle de résistance — où la rentabilité n’est pas partout le maître mot pour régler, faire des choix. On peut se poser la question de la finalité de la société : la rentabilité financière peut-elle régler toute la vie et entrer dans ce secteur d’une manière aussi forte ?

68J’ai une dernière proposition à faire. Je crois que sur tous ces aspects, on tourne trop souvent la tête vers le haut niveau, le sport spectacle, le sport professionnel. C’est illusoire. Il faut avoir une vision beaucoup plus globale du sport et de ses rapports à l’argent, parce que le problème de l’irruption de l’argent est tout aussi important et préoccupant dans le sport de masse.

69Je vous cite deux exemples : toutes ces usines à pratiques sportives, style gymnases clubs, etc. ont trouvé aussi un marché. Elles ont pris une place considérable, elles sont très structurées, il y a un syndicat national des exploitants d’installations sportives qui est très prégnant, qui va jusqu’à se payer le luxe d’écrire aux associations pour leur demander d’exiger la TVA à 5,5 % sur le sport, alors que, pour l’instant, quand on est associatif, on ne touche pas à la TVA. Il y a un côté pernicieux à nous faire entrer dans une logique commerciale, financière.

70Dans ce domaine, on peut aussi s’attarder sur le problème du sport en entreprise, et son évolution. Tout ce qui avait pu être réalisé avec les créations de clubs d’entreprise et l’évolution actuelle vers la sous-traitance complète donnée aux marchands de sport.

71Deuxième exemple pour illustrer cette préoccupation de ne pas en rester au sport spectacle, ce qu’on appelle l’autre sport (il y a eu une Université d’Été sur ce sujet), c’est un secteur sur lequel il faut porter toute notre attention sur les rapports « sport et argent ». Les marques dominent et organisent complètement la demande dans ce marché du sport non organisé, fun. C’est la démarche mercantile des grands équipementiers qui déterminent par exemple ce que devient le basket de rue, le ski où d’un seul coup le marché des planches est saturé et on se met à lancer d’autres pratiques, du monoski… Dans ce domaine, il y a aussi à étudier de manière très forte le rapport du sport et de l’argent.

72Je reste très sceptique sur les fausses oppositions. J’en ai noté quelques-unes qui sont réductrices, par exemple, l’opposition « sport de masse, sport de compétition », « sport amateur, sport professionnel », sport amateur qui serait « subventionnable » d’ailleurs, alors que le sport professionnel ne le serait pas, « organisés, inorganisés », « sport pauvre, sport riche »… Il me semble que c’est une façon de vouloir s’en tirer un peu trop vite en jetant un pôle pour en valoriser un autre. Or, je crois que les contradictions sont plus complexes. On ne peut pas s’appuyer aussi fort sur chaque pôle. Il est nécessaire de re-visiter la contradiction d’une manière un peu plus forte pour en tirer tout son dynamisme et avoir une analyse plus pointue.

73Le problème de l’argent dans le sport, des OPA éventuelles, est transverse, parce que le sport est un phénomène social total. Il faut donc avoir une vision globale pour réfléchir ensemble aux moyens de contrer cela. Je me situe dans le pôle de la résistance et de l’opposition, à cette façon de « financiariser », de transformer en marchandises une activité que j’ai à cœur. Il y a un pôle à renforcer et des embryons, ici ou là, de réflexion dans ce sens, je pense aux Assises Nationales du Sport, au groupe des 16, à d’autres lieux qui existent. Nous devons arriver à donner plus de cohérence, de dimension, à mieux structurer ce pôle dans les différences qui peuvent nous réunir également.

Jacques MARCHAND

74C’est très intéressant d’être passé de cas très particuliers à un cas général. Il est bien d’avoir réintégré l’ensemble du sport sur ce problème. Nous allons maintenant aborder un autre chapitre et entrer au cœur de notre thème, avec le football, qui va inévitablement nous ramener à des problèmes européens. Le football est à la fois le cas le plus spectaculaire et le plus alarmant. Je vais vous situer quelques réactions de la presse sur le sujet, ensuite je demanderai le témoignage d’un confrère et ami, Claude Chevally ; nous avons tenu à parler de l’ASVEL, nous trouvant ici à Villeurbanne. Claude Chevally évoquera aussi les problèmes du grand club de football de la région, l’O.L.

75Certains d’entre vous ont dû suivre une campagne qui a été très forte de la part du journal Le Monde sur les problèmes européens du football en mars dernier. Voici quelques titres de ce journal, qui sont autant de cris d’alarme :

76« L’argent fou menace le football », avec les sous-titres suivants :

  • le sport le plus populaire est saisi par une spirale financière ;
  • l’envolée des salaires met en péril économique l’équité sportive ;
  • l’entrée en bourse des clubs européens instaure un football à deux vitesses.

77Un éditorial et trois pages d’enquête sur le thème ont été publiés par Le Monde, dont un article qui rappelait les budgets (ce sont des points de repère qu’il faut citer) pour chaque club : 300 millions de francs pour le PSG, budget le plus important, 210 millions pour Marseille, avec en bout de chaîne, 66 millions pour Lorient et 60 millions pour Nancy.

78Le Monde arrive à cette conclusion : « l’inflation salariale menace-t-elle les finances des clubs de football ? » Si la hausse des salaires du football n’est pas stoppée, estimaient plusieurs dirigeants européens, cela ne touche pas que la France, de grandes équipes courent à la faillite. Une trentaine de clubs en Europe sont cotés en bourse. Cette évolution, dit Jean François Bourg, va dans le sens de l’histoire. Il continue : « l’écart se creuse de façon dramatique entre les clubs les plus riches d’Europe et le ventre mou des différents championnats nationaux. Manchester United avoue un budget de 880 millions ». Je vous rappelle : PSG, 300 millions. Bourg continue : « le football véhicule à lui seul dans le monde un chiffre d’affaires de 1 200 milliards ». Il constate, et c’est un témoignage important pour le thème de notre université d’été, « qu’on ne trouve rien sur le sport dans le traité de Rome, pas plus que dans les accords de Maastricht », il n’est donc pas possible, tout au moins pour l’instant, d’imaginer une harmonisation des règlements entre les différents pays d’Europe. Cela répond à une question qui s’est posée ces jours derniers. Bourg était interviewé par un confrère, Alain Mercier, et, à sa question : « pourrait-on en Europe imposer un salaire maximum à l’américaine ? » Sa réponse fut : « non, une telle mesure serait jugée irrecevable dans la plupart des pays européens, car elle serait contraire aux règles de la concurrence ». On revient toujours à ces fameuses règles de la concurrence.

79Et toujours dans la perspective d’une évolution d’inflation, abordons le financement des droits de retransmission de télévision. L’analyse de Jean-François Bourg est la suivante : « il y a encore des ressources avec les droits de TV, ceux de la Coupe du Monde par exemple, qui sont nettement inférieurs à ceux des J.O. La manne va donc augmenter, mais le danger est qu’elle sera partagée par un petit nombre de clubs. En Italie, comme en Angleterre, les clubs demandent à négocier eux-mêmes et directement les droits de TV », alors que vous savez que d’une façon générale, les droits de TV sont négociés directement avec les fédérations qui se sont attribuées ce droit. Je ne sais pas si en droit pur, elles sont les propriétaires des compétitions, mais dans les usages, c’est ainsi. Aujourd’hui les clubs se rebellent et cherchent à négocier directement les droits avec les télévisions.

80Jean-François Bourg poursuit : « dans une telle hypothèse, les plus pauvres seraient non seulement exclus du partage, mais ils risqueraient de perdre toute exposition télévisée ». Question : « la France pourra-t-elle suivre l’inflation européenne ? ». Réponse de Bourg : « certainement pas. La loi prévue par Marie-George Buffet interdit aux équipes françaises d’entrer en bourse, elle les prive ainsi d’une importante source de revenus et les place en position de faiblesse par rapport à une trentaine de clubs étrangers déjà cotés en bourse : une évolution qui va dans le sens de l’histoire ».

81Ce témoignage est important avant d’ouvrir la discussion parce qu’il donne des repères très précis. Jean-François Bourg est quelqu’un de tout à fait crédible, on peut donc prêter attention à son analyse.

82Je vais demander à Claude Chevally de nous parler de l’O.L.

Claude CHEVALLY

83On peut profiter de l’exemple de l’Olympique Lyonnais pour expliquer comment on peut arriver à parler de notion d’OPA sur un club par un pouvoir économique, ou par un individu.

84Comment l’O.L. a-t-il pu être pris en mains par un homme essentiellement, et par un groupe maintenant, sur une vingtaine d’années ? Il faut savoir qu’au milieu des années 70, l’O.L. était un assez bon club du football français, même s’il n’avait jamais gagné de titre, qui commençait à être confronté au problème du financement et de l’argent. A Lyon, pendant longtemps, les présidents du club qui se sont succédé, étaient des gens avec un certain rang social, mais pas forcément très argentés. En tout cas, ils n’avaient pas d’argent à investir, même si, pendant quelques années, un industriel lyonnais, M. Forest, Vice-Président du Club, a pu souvent mettre la main à la poche pour payer ce qui était dû à certains joueurs. Il s’agissait bien entendu de sommes très éloignées de celles que l’on connaît maintenant. C’était du bricolage, et le budget du club était essentiellement alimenté par les recettes au guichet et par les subventions de la ville. Il y avait donc sans arrêt une bataille entre la direction du club et les élus, pour essayer d’augmenter la part des subventions publiques, pour évidemment élever le budget du club et en principe élever le standing de l’équipe, jusqu’au jour où il s’est avéré que cette course un peu folle et vaine ne donnerait rien. Malheureusement, le déficit s’aggravant d’année en année, il a fallu vendre des joueurs, les meilleurs. Résultat des courses, l’équipe baissait au classement, avec de moins en moins de monde, donc de moins en moins d’argent. Cela a incité les pouvoirs publics à dire : « c’est bien beau de nous demander de multiplier la subvention par 1,5, ou 2 ou 3, ou de boucher le trou en fin de saison, mais vous vous rendez bien compte que l’année dernière, vous aviez 10 000 spectateurs de moyenne, maintenant vous n’en avez plus que 8 000. Vous avez de moins en moins de public et vous demandez plus d’argent ». C’était insoluble.

85Il est arrivé un moment où une réflexion s’est installée. Dans les couloirs, les gens se sont posé la question de savoir s’il n’y avait pas quelqu’un, quelque part dans la région, qui pourrait peut-être relancer l’affaire, s’adapter à des méthodes plus modernes, sachant qu’à Bordeaux, à Saint-Étienne, à Paris, on avait déjà amorcé le mouvement.

86Le Président Roger Micheau qui a dirigé le club de 77 à 80, était syndic des agents de change à la Bourse de Lyon, proche de Francis Collomb, alors Maire de Lyon. C’est à cette occasion, alors qu’il avait un pied dans le football, l’autre dans la bourse, qu’il a essayé de trouver un jeune patron dynamique pouvant peut-être faire l’affaire, un peu à la façon de Bernard Tapie à Marseille, qui à cette époque était paré de toutes les vertus et qu’on pensait être le dynamiteur du football français.

87On est tombé sur Jean-Michel Aulas, jeune patron de la Cegid, entreprise d’informatique, dont la croissance exponentielle était assez impressionnante à l’époque. Il avait un intérêt pour le football ; il n’avait jamais joué au football, au départ il était handballeur, mais il s’intéressait beaucoup au monde du sport. De plus, il avait beaucoup d’ambition. Il semblait faire l’affaire. Il a donc accepté de rentrer au Comité de gestion de l’O.L. Il a été coopté, il n’a jamais été élu d’ailleurs, en même temps que 3 ou 4 de ses amis, parce qu’il va de soi qu’il arrivait mais pas seul. Il savait par ailleurs, étant informé de l’intérieur, que l’O.L. était une forme de chapelle et qu’il n’était pas facile de gouverner, parce qu’il fallait tenir compte de la section amateur, des membres associés, des institutionnels. Ce n’était pas facile, il valait mieux arriver avec des gens pour vous soutenir.

88Au départ, c’était simplement pour voir, pour aider le club, puis en l’espace de quatre mois, il s’est aperçu qu’il y avait beaucoup de faiblesse dans le système, que finalement les gens en face avaient une moindre résistance. Il s’est emparé des rênes du pouvoir en quatre mois, beaucoup plus vite que prévu, sans avoir pu jauger vraiment ce qu’était le football professionnel. Ce n’est pas parce qu’on a été handballeur amateur à Villefranche-sur-Saône que l’on est à même de savoir comment fonctionne le football professionnel, surtout pendant une période de transition et que c’était encore plus compliqué que dans les années précédentes.

89Tant bien que mal, le passage de pouvoir s’est fait entre Charles Midérian qui était président de l’époque et Jean-Michel Aulas qui s’est littéralement emparé du pouvoir, qui a fait un tour d’honneur au stade Gerland, avant même d’avoir trouvé quoi que ce soit. En 1987, il est devenu Président de façon d’ailleurs assez mystérieuse, parce qu’on ne sait pas très bien le jour où il l’est devenu, il n’y a pas eu d’assemblée générale, de réunion. On a appris un beau jour que Jean-Michel Aulas était Président de l’O.L.

90Depuis 1987, c’est lui qui dirige le club. Progressivement, il a installé ses méthodes, sa philosophie, pour en arriver à ce que l’on sait aujourd’hui. Cela n’a pas été très facile, parce que malheureusement sa connaissance du milieu du sport professionnel et de ses rouages lui ont laissé croire que ce qu’il avait pu réussir dans le milieu de l’informatique pouvait se transformer dans le sport professionnel. La petite différence, d’ailleurs, c’est qu’il y a beaucoup d’industriels ou d’économistes qui pensent que l’on peut reproduire les mêmes schémas. Si on sait gérer une entreprise, il n’y a pas de raison de ne pas savoir gérer le sport. Il y a une petite différence : si on fabrique des savonnettes, des allumettes ou des chaussettes, un bon produit, une bonne chaîne de fabrication, un bon réseau commercial, tant bien que mal on vend. Le problème c’est qu’en sport, vous êtes bien placés pour savoir que l’on peut gagner, mais on peut perdre aussi ; on disait également que 30, 40 clubs européens allaient se partager le gâteau, mais il faut savoir quand même que si un jour il y a un championnat d’Europe (et l’on va y arriver dans un délai plus court que prévu), sur ces trente là, il y en a un qui sera trentième et dernier.

91Chaque Président de club s’imagine qu’il a la bonne méthode pour arriver en haut et rentabiliser son affaire, être champion. Or, malheureusement, il n’y a qu’un champion à la fin de l’année. C’est ce qui a compliqué les choses, car il a mis très longtemps avant de comprendre cela. Même maintenant d’ailleurs, il a un peu de mal, chaque fois qu’il y a une défaite, il a l’impression qu’elle tombe du ciel, que ce n’était pas prévu puisqu’on avait fait tout ce qu’il fallait. Il y a forcément un éliminé sur deux dans un match.

92Progressivement. il a appris certes, mais la marche a été difficile. Il faut savoir que tout cela a été fait avec la complicité active ou passive des pouvoirs locaux, qu’ils soient municipaux, départementaux ou régionaux, qui, finalement ont vu d’un très bon œil que quelqu’un prenne à son compte la marche de ce club, en essayant d’en profiter pour évidemment donner moins d’argent, tout en gardant un droit de regard, ne serait-ce que parce que les installations sont fournies par la ville, ce qui donne une forme de droit.

93Il y a eu dix ans relativement difficiles, avec beaucoup d’erreurs, des dépenses d’argent inutiles, des rapports souvent orageux avec les supporters mais aussi la presse et les élus. Il y a eu des matchs entre le Maire de la Ville, Michel Noir et Jean-Michel Aulas par voie de presse interposée, qui ont valu leur pesant de « gratons », comme on dit à Lyon. Mais progressivement, on s’est aperçu, d’une part, qu’à partir du moment où les pouvoirs politiques abandonnent volontiers la gestion, parce que cela permet des économies et moins de problèmes pour lesquels ils ne sont pas faits, d’autre part, qu’avec l’impact des médias, le développement de la télévision, la médiatisation du foot, il y a de plus en plus de spectateurs et que tous ces gens-là peuvent fournir un jour ou l’autre des clients pour autre chose que pour un billet d’entrée, cela peut être par exemple des produits dérivés, on s’est aperçu que progressivement, il y avait une emprise de cette direction.

94On peut dire qu’aujourd’hui Aulas a pratiquement assis sa position sur le club, il a mis dix ans, il y est arrivé. D’abord, il a créé une structure juridique qui est la plus adaptée à son souhait pour l’instant, en répétant depuis 3, 4 ans qu’à la première occasion, et quand l’État donnera l’autorisation, il passerait en bourse, pour pouvoir passer un stade supérieur, mais pour l’instant il est au maximum de ce qu’il peut faire. Quand il a pris le club, celui-ci était en association classique, quand il y a eu la nouvelle loi concernant les associations adaptées au sport professionnel, dont il est d’ailleurs l’un des initiateurs, il a sauté sur l’occasion. Il a cumulé pendant longtemps les fonctions de Président d’association et de Président de la SAOS, alors qu’au départ la loi demandait que les deux pouvoirs soient rapidement séparés, mais à Lyon apparemment, il n’y avait pas de clients pour présider l’un des deux. Donc, il a pratiquement dit qu’il était président des deux, pendant dix ans, ce qui lui a permis de bien quadriller le terrain et d’asseoir son pouvoir.

95Ensuite, il s’est mis en quête de gros sponsors, parce qu’il va de soi que lui, pour « acheter le pouvoir », il a donné au départ une caution de 20 millions de francs, sachant que le déficit, quand il est apparu était de l’ordre de 7,5 millions. Si vous réussissez à avoir trois années de suite un budget positif, le cautionnaire peut retirer sa caution, on estime à ce moment-là qu’il n’a plus besoin de continuer à mettre ses billes. Donc, en tout et pour tout, il a mis 20 millions de francs de caution, pendant trois ans, point à la ligne !

96C’est une OPA finalement qui suppose d’avoir une somme de garantie, mais à aucun moment, Aulas n’a payé quoi que ce soit… C’est un point à faire connaître, il ne faut pas croire que ces gens-là distribuent l’argent et que c’est normal qu’ils en retirent ensuite les dividendes, ils ne donnent rien du tout finalement. Ils se débrouillent pour faire casquer les autres. Aulas a donc essayé de trouver un maximum de sponsors. Justin Bridou a longtemps donné 7 millions par an. Cela s’est avéré ensuite insuffisant. La Sodexho est ensuite arrivée et a donné 35 millions. Fin 98, une perche a été tendue à Pathé, société de communication, de télévision qui cherchait à placer ses billes dans un club de football qui rapidement a fait affaire avec Aulas, en apportant un pactole de 100 millions de francs, ce qui lui a permis de rentrer dans le comité de gestion, ensuite dans la société Holding qui a été créée. Comme l’argent appelle l’argent, il va de soi qu’un important entrepreneur local qui était en quête d’un nouveau terrain pour s’installer, il s’agit du patron d’Infogrames, Bruno Bonnel, — il pensait aller à Londres d’ailleurs, plus pratique pour s’ouvrir sur les États-Unis. Il allait partir, mais sous la pression des pouvoirs locaux qui lui ont donné, à un tarif défiant toute concurrence, un terrain à Lyon pour l’installation de sa nouvelle entreprise. En échange, il a donné un peu d’argent à I’O.L.

97Arrive donc également Bonnel d’Infogrames, en même temps que Pathé. Les mauvaises langues disent que « son associé est un fana de foot, a donné un peu d’argent à Saint-Etienne, pour équilibrer dans la région… ». Je pense que ce n’est pas le vrai motif.

98Aujourd’hui, on peut donc dire que l’O.L. n’est plus du tout le club de la ville de Lyon, même s’il est encore subventionné notamment par le canal d’achats de places. Même si ces gens-là jouent au stade Gerland, installation municipale. C’est un club privé dirigé par trois hommes, Jérôme Sédoux, PDG de Pathé, Bruno Bonnel, directeur d’Infogrames et Jean-Michel Aulas, PDG de la Cegid et accessoire-ment membre de la Ligue Nationale de Football.

99La dernière étape, c’est le passage en bourse. C’est une question de temps. A un moment ou à un autre, l’Etat va finir par s’y résoudre, ne serait-ce que pour s’aligner sur les autres pays européens — la loi va peut-être nous y obliger. A ce moment-là, ces gens-là seront prêts. Ils ont l’argent nécessaire. Il faut savoir que lorsque Aulas a pris le club en 1987, son premier budget a été de 17 millions de francs (il avait tenu cela pour un exploit, puisque le budget précédent était de 11,5 millions, avec une ardoise d’environ 8-9 millions). Il est arrivé, il a fait un budget de 17 millions, a fait voir de suite qu’il augmentait le budget de 30 %. Le budget de cette année de l’O.L. est de 320 millions de francs.

100Cela ne fait jamais que douze ans. La progression exponentielle du budget et l’importance progressive prise par le club est évidente. Il est devenu une véritable industrie et une figure de proue de l’industrie locale. Est-ce bien, est-ce mal, c’est un autre problème. Cela débouche maintenant sur une tentative de développement sur le sport du grand Lyon, parce que, parallèlement à l’activité sportive, Aulas a imaginé de développer les produits dérivés avec un catalogue d’environ 1 200 articles, a monté une billetterie informatisée (n’oublions pas qu’il travaille dans l’informatique). C’est assez conséquent. Également un système de transport par avion. Tout cela évidemment est intéressant dans le système capitaliste, si on le développe. L’O.L. pour le développement ne peut pas faire grand chose, sinon viser le titre, mais cela ne changera rien au niveau commercial. Le stade fait 40 000 places, le soir il y a 40 000 personnes. L’année prochaine, il n’y en aura toujours que 40 000.

101Il a donc essayé de trouver autre chose. Il est en train d’y arriver, c’est-à-dire qu’il a commencé à prendre 2 % de participation dans le capital de l’ASVEL, qui est passé en S.A. O.S. l’année dernière. Lui réclame 34 %. Ce n’est qu’une question de mois, plus que d’années, pour arriver à ces 34 %, la minorité de blocage. A ce moment-là, il aura plus qu’un droit d’entrée à l’ASVEL…

102Des contacts sont en train de se nouer actuellement avec les rugbymen du CS Bourgoin Jallieu, club phare de rugby de toute la région. Je pense qu’à aucun moment, il n’envisage d’intervenir dans la marche sportive de ces clubs : le basket ne l’intéresse pas fondamentalement et le rugby encore moins. Mais en revanche, ce qui l’intéresse beaucoup, c’est précisément de pouvoir étendre toute sa billetterie, ses produits dérivés, à ces deux clubs phares, ce qui fait qu’il aura un grand club de foot, un grand club de basket et un grand club de rugby, il aura monté un véritable réseau commercial. Et, en corollaire, ce n’est pas le moindre de ses projets, il faut savoir que dans les jours à venir, l’O.L. va lancer sa chaîne de TV privée, qui va s’appeler OLTV. L’équipe de base est à peu près constituée. Dans un premier temps, il y aura une demi-heure de reportages sur l’O.L., en accord avec TLM qui sera probablement l’opérateur retenu. Mais cela, évidemment, présage autre chose. Un jour, à moins de catastrophe, l’O.L. aura vraiment sa chaîne de TV. L’implantation qu’il a prise dans l’ASVEL et dans le rugby avec Bourgoin va lui permettre de diversifier : au lieu de ne donner que des images de foot, il donnera également des images de basket et de rugby, et tout cela dans le cadre de l’ouverture qui est en train de se produire sur les moyens télévisuels, où le droit d’images va certainement être redistribué, et on est loin d’imaginer ce qui va se produire.

103Quand il sera propriétaire de ces images, dans ces trois clubs, il pourra les vendre le prix qu’il souhaite, il les distribuera comme il veut. Simplement, cela impose que ces clubs soient de haut niveau et suscitent la demande. Ce sera son dernier travail, pas forcément le plus simple, parce que pour le reste, il y a un savoir-faire. Réaliser des OPA sur le foot, sur l’O.L., sur l’ASVEL, sur Bourgoin, quand on sait faire, quand on a les influences, l’argent, on y arrive, c’est une question de temps.

104Après, pouvoir vendre ces images et son image de marque, c’est plus compliqué, parce qu’il va falloir être confronté à l’Inter de Milan, Dynamo de Kiev, Liverpool et consorts. Là, il y aura 50 clubs au départ, un seul qui gagne à l’arrivée.

105Voilà rapidement l’histoire et les limites du système et surtout les perspectives offertes, avec les points d’interrogation que cela suppose.

Jacques MARCHAND

106Il faudrait revenir un peu sur les problèmes de télévision parce que c’est une cheville, c’est la manne d’argent que la télévision a amenée qui provoque par ricochets tous ces bouleversements. Des questions ont été posées ; c’est à nous de nous prononcer pour savoir si l’on doit respecter la fameuse Loi Pasqua qui finirait — dans l’esprit bien sûr y compris comme dans l'esprit de la Communauté Européenne d'ailleurs — par tarir les subventions des collectivités locales pour les professionnels. On reviendrait quasiment à un sport de masse, sport qu’a défini tout à l’heure Gérard Perreau-Bezouille et qui, effectivement, est notre préoccupation principale. Peut-être aussi y a-t-il d’autres problèmes ? Que va-t-il se passer en particulier avec la position de notre ministre actuel concernant les clubs professionnels ? Il est évident que cela va être un des points chauds de la rentrée. Le Président Aulas, dont il a été question, est justement à la tête de la fronde contre le ministre, voulant absolument, avec d’autres, à ce qu’il y ait cette ouverture en bourse.

André BUFFIÈRE

107J’ai fini comme dirigeant, donc ce n’est plus d’actualité. On peut avoir été entraîneur professionnel et, par passion, devenir dirigeant bénévole. De ce fait, j’ai fini Président d’un Club de Nationale 2 et c’est là où je me suis aperçu des difficultés pour trouver des bénévoles, surtout en ce qui concerne des divisions inférieures où l’on ne peut pas se mettre en avant, où l’on ne peut pas être en photo dans le journal toutes les semaines. Là réside la grande difficulté. Ensuite, j’ai fait partie de la S.E.M. (Société d’Économie Mixte) de Villeurbanne. Je passais d’un budget de 800 000 F en deuxième division de Basket, avec un budget de 40 millions de francs à l’ASVEL. Quand les réunions commencent à 20 h, à 20 h 01 on parle d’argent, à 20 h 30 on parle d’argent, et quand on finit à 22 h 30 on parle encore d’argent. Bien sûr j’y étais préparé, mais cela crée quand même un problème de morale et de réflexion. D’autre part, comme j’ai toujours été un formateur, à notre époque, comme entraîneur il fallait absolument former si on voulait avoir des résultats. Sans formation, ce n’était pas possible. Maintenant, on peut acheter des joueurs. En basket, ou dans d’autres sports de ce type, on peut presque faire le classement par le budget et on se trompe rarement ; à une place près, le budget définit le classement. Quand je posais des questions sur le centre de formation, pour me faire plaisir on mettait à l’ordre du jour en février le centre de formation, mais on s’apercevait que cela n’intéressait pas les dirigeants puisqu’ils étaient là pour les questions financières et pas pour les questions de formation.

108Dans la dernière explication qu’a donnée Claude Chevally, au sujet de l’O.L., Monsieur Aulas, au départ, a cherché à prendre plus de capital parce qu’il a demandé 34 % de la part de minorité de blocage. Il amenait 8 millions et réclamait le blocage qui est de 34 %. La Mairie de Villeurbanne a refusé parce qu’elle tient à son patrimoine. Elle est rentrée dans la S.E.S. alors qu’elle n’y a pas droit, par l’intermédiaire du club. Les collectivités locales peuvent rentrer quand c’est une S.E.M., mais n’ont pas le droit quand c’est une S.E.S. De ce fait-là, comme l’a dit Claude, il est rentré avec 12 %, mais je pense que vu les problèmes financiers permanents, je vois bien finir l’O.L. dans le capital à 34 % dans les années à venir.

Jacques MARCHAND

109Un témoignage qui déborde peut-être un peu sur le thème de demain, avec la formation, mais on n’oubliera pas ce que vient de nous dire André Buffière, et qui est important, et demain on le rappellera, effectivement il semble que les dirigeants se préoccupent de moins en moins des problèmes de formation.

Un intervenant dans la salle

110J’ai une question pour Monsieur Gibert. Vous avez parlé de plusieurs entreprises rentrant dans le monde du football, qui voulaient avoir le pouvoir d’un club de football. La Ville de Strasbourg, maintenant, depuis deux ou trois ans, a donné le club à un groupe américain Mac Cormack. C’est tout à fait nouveau parce que je crois qu’en France il me semble bien que ce soit le seul club dirigé par un groupe étranger, même pas européen, américain. Pensez-vous que c’est une chose à laquelle on n’avait pas pensé, c’est-à-dire que les entreprises américaines viennent maintenant directement choisir des clubs européens ? Est-ce que cela peut amener à une déviance ou pas du tout ?

Ernest GIBERT

111Je ne voudrais pas qu’il y ait d’ambiguïté, mais notre rôle est d’analyser les choses telles qu’elles sont et la remarquable étude de cas présentée par Claude Chevally est tout à fait éclairante et permet de répondre, en partie, à la question posée. Pour une société française ou étrangère, son objectif est moins d’entrer dans le football pour le football que de capter directement et indirectement des marchés qui l’intéressent, et d’introduire un mode de pilotage de l’association qu’elle prend sous son contrôle dans sa stratégie d’ensemble. Donc, c’est moins le football qui l’intéresse que l’utilisation de ce vecteur parmi d’autres dans un portefeuille d’activités. Qu’il s’agisse d’une société française ou étrangère, cela n’a pas beaucoup d’importance. Sans doute, le phénomène de mondialisation joue-t-il moins dans les activités sportives en Europe qu’ailleurs, mais croire que l’on arrivera à protéger nos frontières, c’est une illusion.

112Alors, déviance ou pas ? Cela dépend de quel point de vue on se place. Si on se place du point de vue de l’éthique sportive, on peut être très préoccupé parce que manifestement les objectifs prioritaires ne sont pas des objectifs sportifs ; ce sont des objectifs extra-sportifs, essentiellement de nature économique, parfois même extra-économique aussi.

113Au plan de la cohérence économique, il n’y a absolument rien à redire. Naturellement, le cas de Strasbourg est assez exemplaire ; je connais beaucoup moins le football que tous ceux qui sont ici mais j’ai l’avantage de l’âge. Le Racing Club de Strasbourg se caractérise depuis une vingtaine d’années par des agitations perpétuelles et une succession d’échecs. On peut se demander si cela n’a pas été une erreur que de l’avoir choisi. Mais des raisons particulières ont fait que ce choix a été effectué. On juge les résultats en fonction des résultats du Racing Club de Strasbourg. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance dans la stratégie du groupe ; son problème était d’avoir un point d’entrée en Europe, Strasbourg la fausse capitale de l’Europe. Si on continue à juger en terme de valeur du sport ou de résultat sportif, on se trompe. Si on continue à juger sur la base de l’image que nous avons d’un système économique, qui est celui de la France il y a quarante ans, on est aussi tout à fait en dehors. Vous avez noté au passage que la plupart des entreprises qui ont été citées sont des entreprises de services, c’est-à-dire de l’immatériel, qu’elles ont des portefeuilles d’activités hétérogènes au plan technique, au plan des éléments de production qui les composent, au plan géographique. C’est un œuf dans un panier qui en comprend beaucoup. Ce qui a été fait à Strasbourg ne visait pas principalement Strasbourg. On visait, me semble-t-il, une expérimentation et une entrée dans l’entité européenne. C’est volontairement que je ne parle pas de marché européen. Ce qui n’a pas été résolu, c’est la question de la distribution et du contrôle des pouvoirs au Racing Club de Strasbourg, mais c’est une autre affaire. Ce que l’on voit à Strasbourg, on le verra dans d’autres villes qui présentent un intérêt géo-économique.

Robert DENEL

114Je n’ai jamais vu quelqu’un donner de son temps ou de ses moyens, à quoi que ce soit sans qu’il y trouve un intérêt propre. L’intérêt diverge donc. Une société commerciale va donc logiquement y trouver un intérêt commercial. Et c’est très bien parce que cela crée de l’emploi. Les patronages, j’y suis allé, dans les deux la même semaine ; tantôt chez les curés, tantôt chez les laïques. Je peux vous dire que le basket, ils s’en fichaient !

115On a parlé des Collectivités territoriales ; vous connaissez des Collectivités territoriales qui donnent de l’argent sans qu’il y ait une contrepartie ? Ne noircissons pas le tableau en disant qu’il en va toujours ainsi dans tous les domaines, mais il est logique que lorsque quelqu’un apporte des moyens, il ait quelque part en tête de se servir autant qu’il sert.

116On sait très bien, et Gérard Perreau-Bezouille l’a dit tout à l’heure, que lorsqu’un intervenant du monde économique arrive, ce n’est pas pour vous dire « on vous donne de l’argent et vous faites ce que vous voulez avec ». La question est de savoir si le pouvoir sportif demeure, c’est-à-dire si la règle du sport demeure. Y a-t-il des tentatives pour faire en sorte que cette règle ne soit plus respectée, contournée, truandée, ou n’existent elles pas ? C’est le vrai problème, et effectivement cela m’intéresse de savoir jusqu’où cela va. Les informations qui nous arrivent divergent, ne sont pas toutes du même acabit.

117Tout à l’heure, notre collègue disait que dans le fond, le classement se fait par l’argent. Peut-être que dans le basket c’est vrai, puisqu’il le dit, mais dans le football ce n’est pas vrai. Ernest Gibert vient de dire à l’instant que finalement le problème n’est pas le résultat sportif, c’est autre chose. Il est évident que le phénomène de l’argent joue, il ne faut pas l’occulter. Quand on a un budget de 60 millions, on a moins de chances que lorsqu’on dispose de 300 millions ; mais ce n’est pas, à mon avis, une condition nécessaire et suffisante, en tout cas je n’en ai pas l’impression. Si c’était le cas, ce n’est même pas la peine de faire des championnats, c’est stupide, on n’a qu’à classer en fonction du budget d’achat de joueurs. Je crois qu’il ne faut pas pousser les choses trop loin.

118Deuxième question : quel rôle l’Europe politique va-t-elle jouer par rapport à cette fameuse règle sportive ?

Jacques MARCHAND

119Avant de passer la parole à Claude Chevally, je ferai simplement une remarque puisque vous prétendez que dans le football, ce n’est pas l’argent qui fait le classement. Je crois qu’il y a une différence entre le basket et le football. Nous, qui sommes un peu ici dans un milieu de basketteurs, on a toujours considéré que le football était un jeu de hasard par rapport au basket. Le basket est beaucoup plus strict, il y a un respect des valeurs, en raison de la forme même du sport, il y a cinq joueurs. En tout cas, il y a très rarement de grosses surprises au basket : c’est la nature du jeu qui veut cela. Mais il est indiscutable que les clubs les plus riches ont beaucoup plus de facilités.

Claude CHEVALLY

120Juste une précision sur la hiérarchie par rapport au budget. Effectivement, ce n’est pas forcément le plus riche qui est champion, le deuxième plus riche qui est vice-champion, etc. Mais je vais reprendre le classement du Championnat de France de football de la saison dernière. Premier : Bordeaux ; deuxième : Marseille ; troisième : Lyon ; quatrième : Monaco. Ces quatre équipes figuraient parmi les six plus gros budgets du Championnat. En basket, la finale opposait Pau à l’ASVEL, les deux plus gros budgets du championnat. En rugby, le Stade Français a été champion d’entrée, grâce à l’argent ; ce n’est pas grâce à la culture rugbystique de Paris ! On peut prendre tous les grands sports collectifs attractifs et médiatiques, malheureusement, et on peut étendre cela aux autres pays européens. Manchester est effectivement le club le plus riche du monde. Il a réussi à gagner le Championnat, la Coupe, la Coupe d’Europe. En Italie, le titre tourne entre la Juventus, l’Inter, Milan AC et même une équipe comme Naples qui s’appuyait sur un fort tissu populaire, maintenant, ne peut plus lutter car les actions sont en baisse. En Italie aussi, les clubs les plus riches sont champions. En Espagne, c’est une « balade » entre Barcelone et Réal Madrid, une année l’un une année l’autre. Au Portugal, c’est Benfica ou Porto, ou le Sporting, c’est-à-dire les trois clubs les plus riches, et on peut reproduire les exemples à l’infini. Malheureusement, je crois qu’il y a une hiérarchie établie par l’argent.

121Pour revenir à la question de Robert Denel, à savoir si l’accession à l’Europe va permettre de garder une certaine morale sportive, je suis sceptique. Je m’aperçois que les clubs les plus riches vont former une sorte de petit comité ; ils sont déjà en train de s’en occuper au niveau du football. L’U.E.F.A. a d’ailleurs de très gros problèmes pour sauvegarder sa Ligue des Champions. Quatre ans que cela dure. L’U.E.F.A. tente de trouver des moyens, elle vient encore d’inventer une réforme en essayant de créer des matchs supplémentaires, en intégrant tout le monde. Chaque année le problème revient. Les huit clubs associés dans cette histoire (Milan, Barcelone, Réal Madrid, Marseille, Borussia Dortmund, Manchester, Ajax Amsterdam) sont en train d’essayer de calculer comment organiser leur propre championnat des grands clubs. L’U.E.F.A., pour l’instant arrive à contrôler tant bien que mal. Elle dit que ce championnat serait illégal mais il faut être sérieux. Illégal, certes, mais les télévisions iront-elles filmer Ajax-Manchester, ou Strasbourg-Karlsruh. On en revient encore au pouvoir de l’argent. Si un jour les capitalistes du sport veulent vraiment prendre leur indépendance et s’organiser comme ils veulent au niveau européen, j’ai peur qu’il n’y ait pas grand chose qui puisse leur résister, et surtout pas les institutions, même l’U.E.F.A. qui est pourtant un organisme particulièrement solide, y compris sur le plan financier.

122Le deuxième problème, lié au premier, est effectivement la médiatisation. Il est évident que les télévisions se « fichent » complètement de la qualité sportive. Pour elles, ce n’est pas un problème. Il n’y a qu’à regarder Canal Plus régulièrement, chaque fois vous avez droit aux meilleurs matchs. Ce qui les intéresse, c’est faire briller leur business avec une belle affiche. Il est effectivement plus intéressant de présenter Ajax-Manchester, même si cela doit être un match minable, car vous aurez 40 ou 50 millions de téléspectateurs européens que deux clubs moins prestigieux dont le jeu sera plus spectaculaire. Ce n’est donc plus l’intérêt sportif qui est en jeu, c’est le choc des géants, le choc des pouvoirs, le choc des budgets, le choc des stars. Le véhicule de médiatisation, c’est toujours l’argent et les stars.

123Troisième problème : les clubs les plus riches sont en train de se doter de véritables armadas médicales ou para-médicales pour essayer de faire en sorte que leurs joueurs soient l’objet de soins « appropriés ». On voit ce qui se passe en Italie où ils essayent de débusquer, difficilement, les tricheurs. Opération rendue délicate dans la mesure où les laboratoires ont toujours une longueur d’avance. Il ne faut pas dire « ce sont des racontars de journalistes », ce n’est pas vrai ; tout le monde sait très bien que les médecins, les ostéopathes, les guérisseurs, etc., toute la famille médicale, ont un rôle de plus en plus important. Encore une fois, les clubs riches pourront se payer de plus en plus de chercheurs, de laboratoires, contrairement au petit club qui, lui déjà, a du mal à payer ses déplacements et défrayer ses joueurs. Pour cela je pense que, malheureusement, l’élargissement à l’Europe va augmenter l’impact de l’argent et va limiter l’esprit sportif.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

124Je voudrais réagir face à un fatalisme, une inéluctabilité. J’ai beaucoup de respect pour Jean-François Bourg que vous avez cité longuement tout à l’heure, mais j’ai sous les yeux un article du Monde de décembre 1998 qui est titré « A la City, les Anglais ont moins la cote ». Il faut voir qu’en Angleterre les clubs ont été introduits en bourse dans les années 80. Un cabinet d’audit a fait un bilan annuel sur les finances du football, qu’est-ce qu’on en tire ? « Les clubs vivent au-dessus de leurs moyens, c’est devenu leur règle. Ils constatent l’écart croissant entre les cinq premiers clubs de Division 1 et les 72 autres clubs. Les ressources traditionnelles de financement des pertes, d’exploitation des clubs se tassent. Dans l’ensemble, la City a montré une baisse d’intérêt à l’égard de l’investissement dans le football ». Conclusion du rapport : « des stratégies de survie, des fusions de clubs et d’autres dispositions doivent aujourd’hui être le mot d’ordre ».

125J’ai l’impression que l’on retourne à la case départ. Des besoins financiers nécessitaient l’introduction en bourse. Finalement, quinze ans après cette introduction en bourse, on se retrouve dans une situation quasi identique. Face à cela, je crois qu’il y a un besoin de résistance, il est nécessaire d’avoir une autre conception. Peut-il y avoir une OPA, une entrée en bourse de l’éthique, du lien social, du rapport du sport à la citoyenneté ?

126J’entends par ailleurs « maintenant, c’est un combat perdu, il y a deux sphères différentes, il faut faire la part du feu, il y a un secteur commercial perdu, dont il ne faut plus s’occuper ». Si je rentre dans cette dynamique-là, j’aimerais que l’on m’explique de manière précise comment se construisent les frontières, où est la frontière ? Est-ce un problème de niveau de pratique, un problème de discipline sportive, un problème de budget, et à quel budget cela se situe ? Parce que, sinon, je ne vois pas comment faire la part du feu, je ne vois pas où s’arrête mon intervention et où est l’intervention des autres. Je crois que le problème, face à la « financiérisation », est un problème d’ailleurs beaucoup plus vaste dans la société, y compris en Europe, et j’ai espoir — dans un sursaut de valeur — dans l’intervention des premiers intéressés, c’est-à-dire des sportifs eux-mêmes, des dirigeants, des entraîneurs. C’est comme cela que l’on peut réussir à faire bouger les choses. Je crois qu’au niveau de l’Europe, c’est pareil, un Parlement Européen vient d’être élu. Concrètement, que peut-on avoir, nous, de l’intérieur du sport comme propositions à apporter pour faire bouger les choses ?

Jacques MARCHAND

127Gérard Perreau-Bezouille est en train d’anticiper sur ce que je voulais dire, il a tout à fait raison, c’est notre préoccupation. Il faut fournir des munitions à ceux qui feront la synthèse de nos travaux. En effet, qu’allons nous pouvoir proposer, et sur quels points pouvons-nous installer la résistance que vous avez évoquée ? Revenons à l’ouverture ; pour que nos travaux soient efficaces, il faut quand même que l’on ait quelques points forts, qu’on puisse s’y accrocher.

128Tout à l’heure, Claude Chevally disait que l’U.E.F.A. perdait de son pouvoir. La Communauté Européenne y a quand même participé. Il est bien évident que le fait de cette fameuse liberté de concurrents a fait que les pouvoirs sportifs européens, qui étaient bien installés cependant, se sont trouvés d’un seul coup complètement désarmés et n’ont pu empêcher une évolution que, cependant, leur propre règlement avait prévu. C’est cela, je crois, le véritable problème. Et un peu la contradiction de ce que nous a affirmé ici, à cette même tribune, le représentant de la Communauté Européenne, en nous rappelant que le Traité d’Amsterdam souligne l’utilité publique et sociale du sport. Alors, d’une part, il y a utilité sociale du sport et utilité publique, et d’autre part bien sûr le traité européen met en cause non seulement les aides publiques, on revient à l’affaire Pasqua, et en France le problème va se poser aussi, cela sera une des actualités de la reprise, que va-t-il se passer ? Est-ce que le Gouvernement actuel, dont la tendance est de continuer à donner un certain nombre de subventions — je reviens là à un exposé qui a été fait aux Assises Nationales du Sport à Lille où la Ministre des Sports et le Président du Conseil Régional nous ont expliqué très clairement que si on applique complètement la Loi Pasqua qui d’ailleurs va dans le sens européen, on va sans doute priver les grands clubs, mais on va priver aussi les clubs moyens. Quelles seront les victimes ? Les clubs de basket, de hand, de volley en particulier si on arrête définitivement les subventions des Autorités Territoriales. C’est véritablement un problème que l’on n’a encore pas résolu. Et d’un autre côté, la Communauté Européenne s’est trouvée un peu complice de la proposition de la Super Ligue de Football, projetée par Média Partner. On continue à être vraiment dans des contradictions et on n’en est pas sorti. Je ne sais pas si nous pouvons dégager une opinion sur ces différents problèmes. Mais, encore une fois, quels sont les points de résistance que nous devons essayer de renforcer ? C’est cela, je crois, le but de notre discussion maintenant.

Robert DENEL

129Au niveau de la construction européenne, je crois que l’on va nécessairement vers l’Europe, y compris dans le domaine du sport, mais est-ce que le fait que la Communauté Européenne se dégage de toute responsabilité dans, notamment, le domaine du sport, ne donne aucun aval, aucune habilitation au pouvoir sportif de caractère européen, encore que l’U.E.F.A. ne dépende pas de la Communauté Européenne ? Est-ce que les fédérations des pays membres ont intérêt à constituer une confédération ou une fédération forte qui est habilitée, reconnue par le pouvoir européen, pour permettre d’établir des « contre-feux », et maintenir le contre-feu par rapport à toutes les attaques qui peuvent provenir du système de l’intervention de l’argent ?

Claude CHEVALLY

130Je crois qu’effectivement on peut imaginer que dans un délai relativement bref, même si cela dure dix ans, il y aura peut-être des confédérations européennes de football, de basket, de hand-ball. En matière de sport, il faut bien faire la distinction entre deux mondes qui s’éloignent de plus en plus. Cela me fait penser au problème du petit commerce et des grandes surfaces. Quand j’étais gamin, on n’imaginait pas que les grandes surfaces fonctionneraient, et on s’aperçoit vingt ans après que des petits commerces se sont adaptés, que les marchés sont de plus en plus florissants parce que c’est une autre forme de vente. Mais pour la consommation, on peut dire que les grandes surfaces ont « bouffé » tout le monde. Et là, on est à peu près dans ce domaine-là, c’est-à-dire que je pense que le sport professionnel, l’argent, la puissance d’argent, la puissance médiatique va balayer tout le reste, et il y aura donc deux sports en fait. Les confédérations auront un très gros travail à effectuer pour encadrer, organiser le sport dit de masse, ce qui n’est pas « infâmant ». Mais, en revanche, je suis persuadé que le sport professionnel, le sport business et le sport spectacle vont échapper complètement à ces gens-là, parce qu’ils s’organiseront en conséquence ; de la même façon que pour les grandes surfaces, ce sont des multinationales que personne ne contrôle, ni les États, ni les syndicats, ni quoi que ce soit parce qu’à la limite, à la fin, cela finit par être personne. Je crois que nous sommes dans cette situation-là. Très honnêtement, je vois cela dans un délai de vingt ou vingt-cinq ans.

Jacques MARCHAND

131Ce qui veut dire que l’on va vers un sport « à l’américaine », selon toi ? Oui, mais le sport à l’américaine, effectivement qui est tout à fait en dehors de tout service d’État, est quand même très strict dans ses règles. Vous disiez que l’U.E.F.A. ne dépendait pas de la Communauté Européenne, sans doute, mais elle en subit les effets !

André BUFFIÈRE

132Ce n’est qu’en France qu’il y a un problème avec la Loi Pasqua, pourquoi ? Les Italiens, les Espagnols — à part le Real de Madrid parce que le roi donne un découvert à la banque espagnole — ce sont les firmes qui s’occupent du sport de haut niveau. Je pense que les subventions sont faites pour les jeunes, pour les clubs et pas pour le sport professionnel. Il faut bien définir les deux choses. Jamais les mairies n’ont donné quelque chose en Italie ou en Espagne ! C’est un problème spécifiquement français. Je comprends très bien que les clubs professionnels doivent se gérer par eux-mêmes, par les aides, le sponsoring, etc., mais que les subventions doivent être réservées aux bénévoles qui ont d’énormes difficultés. Chez nous, nous avons le problème des clubs qui forment, il y a moins de bénévoles, moins d’aide, c’est un grave souci actuellement !

Un intervenant dans la salle

133Je suis étudiant en histoire du sport, et plus spécialement en histoire du spectacle sportif. Vous avez parlé de la confrontation entre deux logiques, la logique économique et la logique sportive, et du rôle de l’Europe. Je voudrais quand même dire que ce sont les fédérations, l’U.E.F.A., la FIFA qui ont fait entrer en fait « le loup dans la bergerie » parce que ce sont elles qui ont passé des accords avec les chaînes de télévision pour s’accaparer une manne financière de plus en plus importante. Il y a donc déjà là une ambiguïté de la part des autorités sportives.

134Ensuite, concernant les OPA sur le sport, il y en a une qui a été évitée, c’est celle de Robert Murdoch qui voulait s’accaparer Manchester United. Il me semble que c’est le Gouvernement anglais qui a empêché cette mainmise d’avoir lieu pour des raisons de concurrence médiatique, de droits télévisés.

135C’est peut-être l’Europe qui va finalement sauver la logique sportive par des réglementations puisque les fédérations apparemment n’en ont plus les moyens maintenant. Les États vont peut être essayer de sauver la logique sportive, ou ce qu’il en reste, contre la logique commerciale. Concernant le rugby, c’est aussi Robert Murdoch qui a eu beaucoup d’influence sur la professionnalisation galopante du rugby dans l’hémisphère sud. On assiste à un sport à deux vitesses, à deux niveaux ; un sport commercial purement spectaculaire ; et d’un autre côté un sport de masse.

Jacques MARCHAND

136Effectivement, cela a déjà été évoqué depuis le début de nos débats. Le gouvernement anglais s’est opposé à une véritable opération d’OPA. Reste maintenant le point que vous avez soulevé, à savoir les problèmes de la télévision. Si la télévision a envahi complètement le sport, de haut niveau toujours, c’est d’abord qu’elle y a apporté effectivement énormément d’argent. Les fédérations se sont laissé tenter, elles ont tout vendu, même leur âme. Pour passer à la télévision, on sait très bien jusqu’où les fédérations sont allées, jusqu’à modifier les propres règles de leur discipline, parce qu’elle n’était pas suffisamment médiatique. Et d’un autre côté, peut-on leur en faire totalement le reproche, alors que l’on sait très bien que si elles ne passent pas à la télévision, elles ne trouvent pas de partenaires. C’est cela le grand problème, et on n’est pas sorti de cette ambiguïté ; et je ne vois pas actuellement comment on en sortira.

137Pour la télévision on a tout laissé faire, il n’y a pas seulement que le pouvoir sportif, il y a aussi le pouvoir politique. Mes camarades se souviennent sans doute ici de discussions que nous avions au CREPS de Boivre avec Henri de Virieu à l’époque, où nous parlions de la perspective du « Pay per view ». On disait : « les Américains doivent maintenant acheter le droit de voir une retransmission de match. Un de ces jours, cela va nous arriver en France, mais nous, les Français on va réagir, on va protester, on ne va pas laisser faire cela ! ». C’est arrivé tout naturellement et il n’y a pas eu une seule protestation, ni du pouvoir sportif, ni du pouvoir politique, ni des téléspectateurs qui ont sorti leur argent et qui sont passés au « pay per view ». On paie déjà une redevance, on paie pour Canal Plus par exemple, en plus de l’abonnement, on va maintenant acheter tel ou tel match. Qui a protesté de cette évolution ? Personne ! Pourquoi, parce que cela rapporte de l’argent à tout le monde.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

138Je voudrais répondre sur les commerces, parce que c’est vraiment la bonne comparaison. Il y a plusieurs années, on a laissé les grandes surfaces se monter d’une manière sauvage, sans régulation, sans intervention massive de l’État. On a fini par le fait que les plus gros mangent les plus petits. Si c’est cela que l’on me réserve, je ne suis pas d’accord et je me bats pour l’instant pour que l’on essaie de réguler. Pour réguler, il faut évidemment qu’il y ait des lieux d’intervention. La preuve, sur le commerce, c’est qu’en ce moment la Commission d’Urbanisme Commercial refuse toute implantation d’hypermarché, elle essaie, mais en tous les cas elle se bat dans ce sens-là. Actuellement, des Collectivités locales rachètent des épiceries parce que tout l’aspect de lien social, de relation aux habitants a été cassé. Si c’est cela que l’on me promet dans l’avenir, je vais continuer de me battre pour pouvoir avoir une vue d’ensemble sur le sport car l’enjeu est là. Et les outils de régulation, qu’ils soient au niveau de l’État ou au niveau de l’Europe, nécessitent de l’argent et des moyens d’intervention. J’entends ce que l’on dit sur les subventions et je crois aussi que c’est un moyen d’intervention des Collectivités publiques qui peuvent avoir un intérêt. J’ai été Président d’un club de 6 000 adhérents avec une section volley en Pro B ; la section volley participe aux projets de mon club, elle participe à la vie locale. Des joueurs sont payés, mais il y a aussi des joueurs qui sont formés dans mon centre de formation et la Ville subventionne. Je veux que la ville puisse continuer de subventionner.

Ernest GIBERT

139Sur le fond, je n’ai pas du tout d’opinion contradictoire avec celle de Gérard Perreau-Bezouille mais je voudrais simplement recaler les choses.

140La comparaison en effet entre les grandes surfaces et le petit commerce est tout à fait pertinente. Il a existé une régulation, c’est la fameuse Loi Royer. Cette loi avait bien pour objectif de protéger le petit commerce par la mise en place des Commissions Départementales d’Urbanisme Commercial. La loi a permis toutes les malversations que l’on sait, tous les financements occultes dont, pour partie d’ailleurs, le sport a quelque fois bénéficié. En résumé, la réglementation n’est pas la fin en soi. On a tort de se voiler la face pour ne pas voir la réalité qui nous déplaît, que nous condamnons.

141Le mouvement illustré par Claude Chevally est en marche. On peut contester sa valeur éthique. Il est bien plus fort que l’Europe, dont personne ne connaît exactement quel est le périmètre, à tel point que certains parmi vous ont été obligés de faire une distinction entre l’Europe de la Communauté, l’Europe politique, l’Europe géographique et l’Europe de l’U.E.F.A. par exemple.

142Et puis, penser que ce sont les dirigeants du sport qui vont être capables de relever le défi, c’est vraiment de notre part un témoignage profond d’inconscience. Ce sont les dirigeants du sport — Jacques Marchand l’a rappelé — qui sont à l’origine de la faillite dans la relation avec les médias. Non seulement ils ont été demandeurs, mais il est arrivé à des fédérations de proposer de payer pour passer à la télévision. On sait aussi que leur mode de formation, leur légitimité sont quand même d’un niveau tout à fait contestable. Est-ce que ce sont les interlocuteurs dont on a besoin pour aller changer l’ordre des choses, alors que de l’autre côté on a affaire à des professionnels qui ont leur propre logique. Et si on a toujours opposé logique économique et logique du sport, on n’a jamais été capable de dire quelle était la logique du sport.

143Par conséquent, face à ce mouvement qui se présente, nous n’avons pas de contrepartie à offrir. Et ce ne sont certainement pas les acteurs du jeu actuel qui sont susceptibles non seulement d’être les porte-drapeaux mais d’entraîner derrière eux une adhésion.

144J’ai appris avec vous une grande nouvelle, c’est que la Communauté Européenne avait été mandatée pour écrire un rapport d’une vingtaine de pages et que pour ce faire elle avait entrepris un tour de consultation informel de tous les dirigeants des fédérations qui demanderaient à parler. On les connaît. Grâce à ce rapport, on sera sauvé. La place qui a été faite au sport dans la Communauté Européenne est inexistante, mais elle est celle que nous avons voulu lui donner.

145Je voudrais conclure sur ce point, non pas pour régler définitivement le débat parce qu’il est très difficile de convaincre quelqu’un qui est à la fois instituteur et curé. Ce n’est pas en criant, comme l’a dit un homme célèbre « l’Europe, l’Europe, l’Europe » que le sport va être sauvé. Ce n’est pas par les voies habituelles qu’on y parviendra, alors peut-être faut-il reprendre le problème dans un autre sens. L’Europe sera ce que nous voulons qu’elle soit, c’est-à-dire ce que nous demanderons à nos politiques de faire. Commençons par demander à nos représentants du monde du sport de faire ce que nous voulons, si nous le savons, faisons en sorte qu’ils aient un impact suffisant auprès de la représentation politique et après on pourra traiter le sujet. Mais penser, comme on l’a entendu dire dans bien des domaines, par exemple au moment du début de l’entrée de l’argent dans le sport ; je me souviens de réunions du CNOSF où certains Présidents de fédérations intervenaient en disant « il faut interdire de donner de l’argent aux athlètes ». Cela a connu un remarquable succès ! La forme incitative a été à l’envers. Faisons en sorte d’avoir des idées claires sur le type du sport que nous voulons. Je ne sais pas s’il est bien ou mal qu’il y ait deux sports ! Mais on y va ! Voyons comment on pourra influencer les véritables décideurs pour préserver un certain nombre de valeurs, mais cessons de nous voiler la face !

Claude CHEVALLY

146Maintenant, dans le sport, il y a deux administrations pratiquement dans tous les pays européens de l’espace européen classique. Il y a deux gestionnaires. Finalement, on a beau dire qu’il y a une délégation qui lie les ligues aux fédérations mais il ne faut pas oublier que les fédérations sont faites pour régenter le sport amateur, et le vrai pouvoir du sport spectacle est tenu par les ligues : la Ligue de Football, la Ligue de Basket, la Ligue de Volley-Ball, et c’est partout pareil, en Italie, en Espagne, en Allemagne et ainsi de suite. On s’aperçoit, ce qui est plus pervers, que l’espace européen va prendre, en tous cas au niveau du sport professionnel, les chemins que malheureusement on est en train de lui décrire. Il y a beaucoup plus d’entente souterraine entre les ligues allemandes, espagnoles, italiennes, françaises et anglaises, qu’entre les fédérations ; sachant que les représentants des fédérations — Présidents et autres — s’ils se retrouvent à des cocktails, ils ne prennent que très rarement des décisions communes et ne se réunissent jamais pour discuter vraiment de leur sport. Ils s’occupent de leurs amateurs dans leur pays respectif. Contrairement, les ligues professionnelles des différents sports se contactent, montent des projets, essayent en tout cas de faire profiter leur petit commerce. C’est un indice supplémentaire pour démontrer qu’effectivement il y a deux sports. Il y a le sport professionnel spectacle avec des gens qui l’administrent selon leurs canons — et maintenant qu’on les a laissés faire je ne vois pas comment on pourrait revenir en arrière — et les fédérations et le sport de masse qui a sa place et sa raison d’être, mais ce sont des cousins, sans plus, je ne pense pas que ce soient les mêmes.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

147Il serait souhaitable que les spectateurs fassent le choix et parfois justement donnent raison à ceux qui se battent avec peu de moyens, et sur des notions sportives pures. Malheureusement, les chiffres prouvent que ce n’est pas cela qui se passe, parce qu’il suffit de regarder les assistances dans tous les stades de banlieues où des petites équipes jouent en honneur, en CFA, etc., je peux vous dire que c’est catastrophique. Parfois, il y a dix entrées alors qu’il y en avait encore 450 il y a dix ans. En revanche, il y a 40 000 spectateurs ce soir à Gerland. C’est cela le problème. Les spectateurs se laissent embarquer par cette notion de sport-spectacle. Ils préfèrent vivre dans une ambiance pendant deux heures, voir des types se taper dessus, huer, applaudir, discuter, plutôt que d’aller voir l’équipe locale qui défend leurs couleurs. Je ne suis pas très optimiste.

Un intervenant dans la salle

148Juste une petite remarque. Aux Assises Nationales du Sport, dans un forum où il était question de l’Europe, les spectateurs qui avaient assisté à la Coupe du Monde de Football, se plaignaient d’avoir été manipulés et avaient envie d’être acteurs. J’ai trouvé cette notion un peu nouvelle ; il y a une émergence quand même d’une certaine prise de conscience par rapport à tout cela. Les gens se rendent bien compte qu’il y a beaucoup d’argent et que finalement cela commence à tout dénaturer, y compris l’esprit sportif. Et peut-être qu’ils n’en ont pas envie, comme moi !

Un autre intervenant de la salle

149Je voulais vous poser une question au sujet de l’influence de l’argent sur le sport universitaire. On a parlé des rapports entre le sport spectacle, le sport argent et le sport de masse, mais nous sommes ici plus particulièrement une Union de Clubs Universitaires. Si on regarde le modèle américain, il semble que le sport universitaire soit l’antichambre du sport spectacle et que l’on aille puiser dans les équipes universitaires les futurs acteurs du sport spectacle. Je suppose que le sport universitaire américain est financé et qu’il y a aussi une grande influence de l’argent sur le sport universitaire. Est-ce que cela risque de menacer le sport universitaire français ? Y a-t-il déjà des signes ? Faut-il chercher à échapper à cela ou serait il bénéfique pour le sport universitaire de trouver les mêmes sources de financement que le sport spectacle ?

Claude CHEVALLY

150Cette question peut être élargie parce qu’elle contient aussi « Pourquoi sommes-nous encore en train de nous poser cette question-là en France ? Qu’est-ce qui fait, dans l’histoire et les traditions de notre pays, qu’il existe encore un fort pôle d’associations 1901, alors que dans d’autres pays visiblement cela a l’air d’être résolu depuis longtemps ? » Évidemment, on constate qu’il y a deux sports, mais à ce moment-là il faut aussi savoir quels sont les critères discriminants. Sport professionnel ou sport amateur, ce n’est pas un critère. Je connais des sportifs professionnels, des champions de France, qui gagnent 7 000 francs par mois. Ceux-là font-ils partie du sport spectacle, du business, etc. ? Cela pose quand même le problème de la régulation. Je vous rappelle que le budget Jeunesse et Sports est de 0,17 % ; le budget de la Culture est à près d’1 % cette année ; on paye, par exemple, des subventions importantes pour l’Opéra de Paris, l’Opéra de Lyon et personne ne se pose de questions là-dessus. Qu’est-ce qui produit, dans notre tradition et notre histoire, ces phénomènes-là ?

Ernest GIBERT

151Le sport américain est basé sur le sport universitaire. En France la situation est tout à fait différente. Le sport universitaire est dans le sport, par conséquent il est soumis — tenant compte de ses spécificités, peut-être de certaines valeurs qui lui sont propres — aux mêmes problèmes que l’ensemble du mouvement sportif, aux mêmes contradictions, parfois aux mêmes errements. Le sport et l’argent sont un sujet qui ne nous est pas étranger, que nous n’avons jamais su traiter convenablement, mais qui nous a amenés à quitter progressivement le haut niveau dans un certain nombre de disciplines, même si nous sommes parfois encore présents dans certaines d’entre elles. Le volley, le hand-ball, le basket, pour ne parler que des sports collectifs, il y a quelques années encore, étaient des sports où nous étions présents. Nous avons vu, comme les autres, les risques de l’introduction de l’argent. Mais nous n’avons rien pu faire. Aujourd’hui, nous subsistons encore un peu en hand-ball, en volley, dans des conditions qui ne sont pas forcément très satisfaisantes au plan de l’éthique, mais on ne peut pas se retirer partout. C’est dire que nous n’avons pas résolu le problème. Alors, on peut le faire de deux manières. Soit en jouant le jeu comme les autres et je n’aurai pas la prétention de dire que ce que Monsieur Aulas a réussi, l’universitaire peut le réussir, il peut en parler, mais ce n’est pas sûr qu’il puisse le faire. Mais on pourrait entrer dans ce jeu-là ; si on veut le faire il faut le faire de manière ouverte, dire pourquoi et peut-être aussi le conduire différemment. On peut aussi essayer de se maintenir en pensant que ce système qui existe, qu’on ne peut pas nier, qui a une force indiscutable parce qu’il a en lui-même non seulement des sources de perversion mais des points de faiblesse, il sera passager. Il sera passager notamment parce que viendra un moment où les travers seront trop visibles, où on finira par se demander pourquoi un entraîneur d’une équipe classée deuxième au dernier Championnat de football a dans son portefeuille beaucoup de joueurs qui ne sont pas dans son club, qui sont dans les écuries d’en face, et les spectateurs finiront par considérer qu’on s’est un peu trop moqué d’eux et que ce n’est pas exactement ce qu’ils attendent. Mais on peut attendre encore très longtemps pour qu’il se passe quelque chose. On peut proposer des alternatives à l’argent mais ce n’est pas ce que je vais traiter ici.

152Bref, le sport universitaire en France est dans une impasse, mais il a une responsabilité particulière, non pas parce qu’il est au-dessus des autres, mais parce que dans sa nature il est en situation d’avoir plus de formateurs que d’autres. Je ne fais pas partie de ceux qui affirment que c’est le sport universitaire qui sauvera le sport. Quand c’est dit par des gens de l’extérieur comme cela a été dit, on l’enregistre avec une certaine surprise. Mais il ne pourra intervenir que si on donne au sport sa place dans l’éducation, et le passage à l’Université, c’est très important, la relation entre l’Université et la Cité sera peut-être le moyen de montrer qu’on peut associer les deux bouts du sport dans des domaines particuliers, dans des cas très spécifiques. Aux États-Unis, la relation entre le sport universitaire et l’argent est extrêmement forte du début à la fin, de l’entrée du financement au fonctionnement et jusqu’à la sortie. L’argent en soi n’a pas forcément vocation à être sale, l’argent est un moyen, dans certains cas il peut être une fin. C’est l’usage des moyens qui compte. C’est justement parce que les dirigeants, entre autres ceux du sport universitaire, se sont conduits trop longtemps comme observateurs ou ont voulu jouer le petit jeu des autres, que nous sommes arrivés dans cette impasse.

153Enfin, ne comparons pas la France et les États-Unis parce que ce n’est pas strictement comparable au plan du sport universitaire, et de la place qui est faite au sport dans l’éducation. Je ne sais pas si la voie américaine est la bonne ; en tous cas si le sport universitaire, par l’image qu’il véhicule, était un moyen de réintroduire l’argent dans le sport, il ne faudrait certainement pas le refuser par principe. Il devrait y avoir une réflexion profonde et rapide sur la manière dont on l’utiliserait, à quelles fins, en faisant en sorte que le sport universitaire continue à baigner dans l’ensemble du sport en général.

Jean-Paul SCHNEIDER

154Tout d’abord, j’ai été, comme tout le monde, impressionné par la démonstration de Claude Chevally qui nous a montré que ces OPA étaient de véritables parties d’échecs, et à long terme. Comme tout bon joueur d’échecs, la stratégie consiste à ne pas montrer les coups que l’on va faire. Ce n’est donc qu’après coup que l’on découvre l’enchaînement des actions. Je doute que le mouvement sportif, et le mouvement sportif universitaire peut-être encore moins que les autres, soit, d’une façon ou d’une autre, capable d’entrer dans ce jeu, de le contrer, et surtout de le contrer sur la longue durée puisque l’on a parlé de dix, quinze ou vingt ans. Je ne vois pas très bien comment nous entrerions dans ce jeu-là.

155En revanche, il nous appartient d’organiser des zones de résistance, qui doivent se situer en dehors de ce système. Ernest Gibert a rêvé de l’universitaire génial, le « Kasparov » de l’économie qui pourra placer comme cela ses coups d’une façon irrésistible. Mais en attendant qu’il vienne, je crois qu’il faut plus modestement organiser la résistance. On attend beaucoup de l’Europe, mais je crois qu’il faut rappeler que d’abord les politiques qui sont à l’Europe, nos députés européens en l’occurrence, sont eux-mêmes extrêmement partagés sur l’image, la représentation qu’ils se font de cette Europe, et les fonctions qu’ils lui donnent.

156D’un autre côté, je voudrais rappeler aussi un principe énoncé par Yves Le Lostecque lors de la première journée, qui est un des principes du fonctionnement de la Communauté Européenne : celui de subsidiarité. C’est-à-dire que la Communauté Européenne se met au pas des réglementations particulières des États. C’est donc dans un premier temps, au niveau de notre pays et de nos réglementations, qu’il faut peut-être commencer à trouver les zones de résistance, quitte à essayer après de les fédérer au niveau de l’Europe.

157Autant j’ai été impressionné par Claude Chevally, autant je ne suis pas tout à fait sûr de le suivre dans l’analyse qu’il fait, même si les chiffres sont incontestables. C’est vrai que le match de football de division d’honneur réunissait autrefois 150 spectateurs, et n’en réunit plus que dix aujourd’hui. D’un autre côté, aussi, j’ai été spectateur assidu du Racing Club de Strasbourg dans les années 50-60. L’équipe était composée de gens du cru soutenus par un public du cru. On a rappelé que c’était le public qui apportait sa passion au spectacle et que, d’une certaine façon, c’était la passion du public qui faisait le spectacle. Je me demande si n’est pas en train de naître quelque chose d’important : une sorte de désir de renouer avec ce que j’appellerai un « sport du terroir ». L’expression est mauvaise, mais il s’agit d’enraciner d’abord le sport et les acteurs du sport dans le terroir où ils pratiquent ; et peut-être est-ce là une des possibilités d’organiser la résistance. Devant l’équipe africano-sud-américaine du Racing Club de Strasbourg, je suis encore, mais occasionnellement seulement, un spectateur « dépopulaire ». J’entends quand même monter des grondements qui me paraissent porteurs d’espérance.

Jacques MARCHAND

158Je trouve votre expression « sport de terroir » tout à fait significative et très bonne, même à retenir. C’est vrai que le sport de terroir a quand même été aussi une des bases du sport national. S’il n’y a pas de sport de terroir, la pyramide s’écroule.

Un intervenant dans la salle

159Jusqu’à présent on a considéré le haut de la pyramide, c’est-à-dire le sport spectacle, le sport de haut niveau. On n’a pas considéré le sport dans son ensemble et si on avait voulu, au plan économique, analyser dans le détail, on verrait que des études ont été faites il y a peu de temps. Le poids économique, c’est environ 70-80 milliards de francs et là-dedans le sport dit de haut niveau et les sponsors, c’est peu de choses. On s’est focalisé sur cet aspect et on ne s’est pas demandé qui sont les autres financeurs ; on a oublié notamment la commune, la ville, celle qui supporte plus de 25 % de ces 70 ou 80 milliards. Je pense que les racines du sport sont là, c’est ce qui nous différencie de nos cousins américains. Nous sommes dans un système bien français qui fait que la commune a un rôle énorme. La bataille n’est pas perdue, les moyens d’action se trouvent d’abord au niveau des citoyens. C’est d’abord la commune, le budget des sports qui doit faire des choix. Il y a le sport de masse et le sport de haut niveau. Si ces élus se sont entourés du mouvement sportif organisé, cela a encore beaucoup plus de poids.

160D’autre part, les lois de décentralisation prévues pour rapprocher les citoyens des élus, nous permettent maintenant d’agir par exemple plus facilement au niveau du département, même si on parle de le supprimer. Parce qu’il y a des structures du mouvement sportif, comités des OMS, qui permettent d’agir pour limiter, au niveau du budget des sports du Conseil Général, cet aspect communication du sport de haut niveau. Là, les citoyens ont leur mot à dire parce que je pense qu’effectivement dans le sport, comme pour les autres secteurs d’activités, l’Europe ne se fera que par l’action des citoyens à tous les niveaux, et nous en sommes très loin dans ce domaine.

161Je reste donc très optimiste. A terme, effectivement, il y aura rupture entre ce sport spectacle et ce sport de masse qui, en définitive, est l’essentiel. Je fais partie de la Fédération des OMS où l’on dit et l’on répète que le sport est le compagnon de toute une vie. Cette autre dimension nous permettra de résoudre ces problèmes-là auprès de nos élus, au niveau européen.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search