Version classiqueVersion mobile

Le sport malade de ses contradictions…

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. « L'image du champion »

Michel Lenguin

Texte intégral

Animateur : Michel LENGUIN
Professeur du Bordeaux Etudiants Club
Union Nationale des Clubs Universitaires

1Je suis chargé d’introduire le débat, et à ce titre, baptisé « animateur ». Un animateur doit être un boute-en-train, et le rôle de boute-en-train, vous diront les responsables soucieux de la préservation de la race chevaline, c’est justement de ne rien introduire. Paradoxes et délices de l’U.S.E. ! !

2En 1927, Jean Antoine, dans un article traitant de la psychologie du champion, écrivait : « depuis un quart de siècle, on assiste à l’éclosion d’un personnage nouveau qui a pris rang parmi les marionnettes de la société contemporaine. Le peuple a obscurément besoin de croire en quelque chose et la corruption des mœurs en place l’a peu à peu poussé à reporter ingénument son trop plein de foi vers ces êtres grands, beaux et naïfs qui luttent dans l’arène internationale ».

3Marionnette ! Son étymologie indique des comportements virginaux, qui ne sont pas ceux auxquels pense Jean Antoine. Il ferait plutôt allusion à la manipulation de personnages sur l’avant-scène d’un grand guignol qui dans ce cas, et en ces lieux, n’honore pas la mémoire des héroïques canuts de 1830.

4Guignol peuple encore l’imaginaire des enfants dans les jardins publics. Devenus adolescents, le sport, le champion peupleront-ils encore leur imaginaire ?

5Jean Antoine parle de personnages nouveaux. C’est vrai, les champions modernes qui incarnent l’héroïsme populaire sont très différents de l’athlète grec qui lui, n’est pas un héros. Ses exploits ne le personnalisent pas. Il n’est que l’apparence du divin. La perfection n’appartient qu’aux Dieux de l’Olympe, et les Dieux du stade n’apparaîtront que plus tard.

6Dans l’imagerie populaire, le champion sportif devient, pour chacun d’entre nous le héros représentatif de la condition humaine. Selon Alain Ehrenberg, l’héroïsme du champion, son image, n’est ni celle de son affranchissement, ni celle de la culture aristocratique. C’est celle de l’individu qui se singularise en s’extrayant de la masse, de l’anonymat. Cet individu est populaire parce qu’il est un modèle d’actions que tout un chacun peut pratiquer, s’approprier. Son statut tient de ses actes, il n’est pas dépendant d’une hiérarchie établie par la société. Les actes, ses hauts faits réalisés dans la compétition impliquent une égalité, non pas celle des participants, mais celle de la mesure qui permet d’apprécier les uns par rapport aux autres.

7Cette image de la performance du héros populaire, le plus souvent d’origine modeste, laisse penser que l’existence de l’individu est maîtrisable. C’est une image crédible et comme toute image crédible, elle est vraie ou fausse comme l’est la démocratie. L’image du champion n’est pas la représentation d’une réalité, mais la traduction d’un imaginaire. Parler de démocratie, c’est aussi parler de citoyenneté, qui veut que l’on considère, que l’on respecte, que l’on prenne en compte les valeurs propres à la Cité. Or, désormais, les communautés de pensées, les grands idéaux générés par les grands mouvements, puis élaborés par les institutions, vont éclater face aux initiatives et aux réalisations personnelles.

8La soif d’entreprendre de l’individu, la concurrence et la compétition font partie du nouveau paysage social, économique et politique. Le sport et le champion sont immédiatement mis en avant, rendant visibles les performances. La motivation du chef d’entreprise, des salariés a pour référence les comportements sportifs. Les injonctions ou les déclarations sont celles du vocabulaire sportif. Depuis deux décennies, la démocratisation n’a plus pour seul critère, celui de la consommation. Elle pousse chacun à la performance, chacun doit apprendre à trouver les clefs de sa propre existence et presque toujours dans la concurrence et dans la compétition. L’image de l’athlète, du champion, conduit à la recherche systématique de cette performance, mais l’association du sportif à ce mode d’entreprise l’a installé dans un nouvel imaginaire, celui de la réussite professionnelle.

9Le champion est devenu l’entrepreneur de sa propre vie, c’est ce que Alain Ehrenberg appelle la deuxième mythologie du champion. Nous sommes délibérément passés de la conception du héros moderne inventé par Baudelaire qui considérait tout individu comme le héros sans la gloire, à ce que l’on veut bien appeler la post-modernité où l’apparence, le paraître, sont considérés comme un devoir. Quel chemin parcouru depuis Emile Moussat qui, dans un article de 1937, couronné par l’Académie des Sciences Morales et Politiques, proclamait : « on n’a pas le Devoir de devenir champion ».

10Aujourd’hui, il est urgent de faire preuve et surtout étalage de la performance et c’est cette propension du paraître à tout prix, à tous les prix, qui précipitera cette dérive scandaleuse des comportements qui font du champion une vedette.

111966 ! Jean Meynard, Directeur des Études à l’École des Hautes Études écrit : « le sport n’est humain au sens strict du mot que dans la mesure où il saisit l’homme tout entier dans son individualité ou pour mieux dire dans sa personnalité ou dans sa sociabilité. Il est impossible de séparer dans l’éducation, l’évolution personnelle de l’évolution sociale. Le tort de beaucoup de pédagogues dont la doctrine n’est pas profondément enracinée dans le réel, n’est-il pas de proposer à l’imitation une certaine forme d’héroïsme avant même d’avoir exposé les éléments simples qui sont la condition sine qua non de la droiture, de l’honnêteté, de la discipline, c’est-à-dire la santé de l’âme et du corps. ».

12L’imitation à une certaine forme d’héroïsme, Baudelaire en avait perçu le cheminement par la drogue, l’artifice qui mène au « choix de son âme », ajoutons-y le corps.

13Dope ou drogue ? L’image ici est sérieusement brouillée. Alain Ehrenberg, toujours lui, analyse avec beaucoup de perspicacité le problème ambigu et benoîtement discuté par les différents utilisateurs, mieux encore par les bénéficiaires mercantiles de la pharmacologie. Les propagandistes commerciaux des produits pharmaceutiques estiment que se droguer signifie refuser le monde réel, ses contraintes, son code, ses lois. Par contre, ces mêmes discoureurs prétendent que se doper serait un processus nécessaire à l’affrontement du réel et un processus d’intégration. Subtile nuance ! Ces nouvelles conditions de vie proposées à tous, le sont aussi aux sportifs et aux champions qui en deviennent la caricature. Se doper pour affronter le monde réel, c’est se doper pour écraser la concurrence, l’adversaire, le match, à armes inégales où l’égalité de moyens est rompue. C’est en fait nier le caractère solidaire de la vie sociale, c’est mépriser l’autre, c’est un moyen de concurrence sans limites qui bouleverse, je le répète, les rapports sociaux, l’altérité.

14Quand le sport devient une profession, un mode de vie à part entière, l’invitation à consommer des stimulants devient une incitation à la toxicomanie. En fin de compte, ce double comportement du champion nouveau, gérant une vie en recherche perpétuelle de concurrence, d’affrontement et de performance, avec pour corollaire un repli dans un monde artificiel, dans cet « abri privé » dont parle Hannah Arendt, qui tient, « du manque de courage et s’inscrit dans la fausse apparence ». Ainsi, au-delà bien sûr du très grave problème de santé individuelle ou publique qui est posé, le fondement de l’imaginaire populaire basé sur cette notion essentielle de la mesure équitable des uns par rapport aux autres, n’a plus de sens, s’écroule, et avec lui ce qui était l’apparence crédible du champion.

Jacques MARCHAND
Président Honoraire de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France

15Il n’y a pas une, mais des images du champion, qui varient bien sûr, avec le temps, cela va sans dire, qui varient avec les époques, les modes.

16Il faudra cependant distinguer ces différentes images. Il y a l’image naturelle, elle l’est de moins en moins, mais elle a existé. Il y a l’image fabriquée qui est celle qui nous est livrée en général. Enfin, il y a une image qu’il faut évoquer, ce que j’appelle l’image historique, c’est-à-dire celle qui est fixée, je dirais, à jamais dans la légende.

17Il y a aussi l’image que le champion veut se donner au public, qu’il cherche à donner et l’image que le public lui-même se crée du champion, qu’il veut, qu’il entend recevoir. Quelquefois ce n’est pas tout à fait la même chose.

18Un mot sur l’image historique. C’est une image immuable, fixée à jamais dans la légende. Pour nous, Français, c’est par exemple Jean Bouin, Carpentier, Ladoumègue… C’est même Cerdan (je l’évoquerai plus longtemps tout à l’heure) parce que lui aussi, à la suite de sa disparition tragique, est entré vivant dans sa propre légende. Malheureusement, je dois faire là un constat qui me touche, me préoccupe, me donne beaucoup de travail en ce moment, l’image historique s’efface. Le milieu sportif la laisse s’effacer sans réagir. On est en train de voguer allégrement vers l’ignorance presque totale de l’histoire du sport et des sportifs qui en ont fait la popularité. Je le constate très volontiers auprès des jeunes, en tant qu’enseignant. Mais on ne fait rien pour entretenir cette image, pour la raviver. J’essaie avec l’Association des Journalistes Sportifs en particulier, de faire une opération pour rappeler quels ont été les grands noms qui ont marqué ce siècle, et cela dans toutes les disciplines. Je rencontre quelquefois de l’indifférence, des oppositions qui sont liées à d’autres intérêts. Certains veulent exploiter ce sujet et en faire une affaire commerciale.

19Ce qui m’inquiète c’est qu’autant de jeunes ne savent plus à quoi correspondent les grands noms qu’ils évoquent eux-mêmes. Quand ils parlent de Jean Bouin, ils savent que c’est un stade, sans plus. Rolland Garros, aussi. Carpentier, une halle… C’est dommage. Des tests effectués auprès d’étudiants, en particulier à l’INSEP, ont abouti à des résultats désastreux.

20C’est une des responsabilités du mouvement sportif d’entretenir ce souvenir.

21Je reviens à l’image. Qu’est-ce qui fait l’image du champion ? Quels sont les facteurs qui interviennent ? Personnellement, je juge en tant que professionnel, car nous, journalistes, sommes des fabricants d’images. C’est notre métier de traduire des images, mais en même temps de les modeler avec notre talent, notre réaction. Il est évident que dans l’image que l’on va donner d’un champion, d’une championne, on va essayer de cerner la personnalité du sujet, mais aussi à travers nous-mêmes et avec nos propres réactions.

22Les facteurs qui interviennent portent sur le palmarès, le comportement de l’athlète. La presse, inévitablement, est toujours intermédiaire entre le public et l’athlète lui-même. Ce qui a été vrai et suffisant longtemps ne l’est plus aujourd’hui, car s’ajoute ce et ceux qui influencent et modifient l’image. Ces trois éléments, palmarès, comportement et relations avec la presse, sont représentatifs d’une certaine époque pour moi, début de ma carrière après la Libération. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui, parce que d’autres éléments interviennent.

23Alors, qu’est-ce qui modifie l’image ? Parfois l’athlète lui-même qui veut en changer, mais ce peut être aussi son entourage, sa famille, le club. S’il s’agit, et c’est de plus en plus souvent le cas, d’une image commerciale ou d’une image commercialisée, alors interviennent pour façonner cette image du champion et pour l’adapter à ses intérêts, l’agent qui prend d’autres dénominations, il s’appelle impresario, manager, intermédiaire, conseiller en communication. Ces gens, de toute façon, travaillent à leur compte, ou pour celui d’une entreprise qui, elle, s’attribue le titre de sponsor, mais se comporte dans les faits comme le propriétaire d’un club ou d’un groupe d’athlètes, comme on est propriétaire d’une écurie de course.

24Les méthodes sont les mêmes parce qu’elles répondent à une nécessité de rentabilité, donc de résultats médiatisés. Je n’ouvrirai pas là une parenthèse qui serait extrêmement longue : quand nous parlons de rentabilité et de nécessité de résultats, cela entraîne toutes les dérives que vous connaissez.

25Il faudra donc distinguer l’image que j’appellerai l’image naturelle du champion, de l’image trafiquée et artificielle. Une image réelle d’un côté et virtuelle de l’autre.

26Au début de ma carrière, j’ai connu un Marcel Cerdan qui avait une image nature. On prend l’homme, le sportif tel qu’il est, sans rien modifier, avec ses défauts, ses énormes qualités, sans chercher à ridiculiser plus spécialement ses défauts ou ses déficiences.

27Puis, les circonstances, l’époque aussi, ont fait de Marcel Cerdan un véritable symbole. C’est vrai qu’il est intervenu dans des conditions tout à fait exceptionnelles, parce qu’il est le premier champion français de la résurrection de la France, sitôt après la Libération. Il a symbolisé d’un seul coup la victoire, et d’un vigoureux coup de poing, pour un public et plus que pour un public, pour tout un peuple qui sort de plusieurs années d’humiliation, de la défaite et de l’occupation. Inévitablement, l’image est forte, frappante pour l’opinion. Cette image va apparaître d’autant plus reluisante, scintillante, qu’elle s’allume sur un écran resté longtemps noir avec les années que la France venait de vivre.

28C’est le destin qui s’acharne à faire de Marcel Cerdan, terrassé en plein ciel et en pleine gloire, ce héros que le public admire.

29C’est d’un tel réalisme que l’image qu’il nous en reste aujourd’hui est presque irréelle. Ceux qui ont vécu cela avec le recul du temps – il m’arrive quelque fois de l’évoquer avec son fils – finissent par se faire une image qui devient une sorte d’image irréelle. C’est pourquoi j’ai signalé que son image était nature. Elle a été nature jusqu’au moment où il a rencontré Edith Piaf. A partir de là, cette image s’est modifiée. Pourquoi ? Parce que Piaf a voulu faire de lui son amant préféré et rendre publique la chose. Elle a tenté de le changer, de l’éduquer, de lui enseigner les bonnes manières, de l’intéresser à la littérature et la musique. Cerdan n’était plus du tout le même homme. Edith Piaf le faisait pour son bien, mais était-ce le sien et celui des producteurs de spectacles ou le bien de Cerdan ?

30A cette même époque, apparaît un nouveau nom, celui de Louison Bobet qui est devenu populaire lui aussi, un peu avant d’obtenir des résultats et de gagner le Tour de France. Sa popularité est due aussi à une image de son temps parce qu’il était fils de boulanger d’un village de Bretagne et parce qu’il avait été FFI (Force Française de l’Intérieur, corps de résistants contre l’occupant nazi) dans les maquis de sa Bretagne natale. Cette image va ensuite se compléter par l’élément essentiel qui est le palmarès, quand il va remporter plusieurs Tours de France.

31Toujours à la même époque, vous avez Robic qui va devenir populaire, presque sans palmarès, uniquement en raison d’un physique disgracieux et d’un mauvais caractère, que les journalistes que nous étions, exploitaient. Nous nous régalions à raconter ses histoires. On en a fait le « biquet », la « tête de cuir », etc. C’est devenu une image, un personnage.

32Voilà trois exemples d’images populaires du milieu du siècle.

33Je vais maintenant faire un saut dans le temps pour analyser deux cas d’actualité qui nous placent dans un contexte complètement évolué : Nicolas Anelka et Richard Virenque.

34Le cas Anelka, Jean-Paul Schneider l’a évoqué ce matin, frappe l’imagination, alerte, inquiète par sa démesure : un salaire de deux millions de francs par mois, un transfert entre Arsenal et le Real de Madrid évalué à 220 millions de francs. Cela marque l’image du joueur.

35Qui est Anelka ? Les descriptions qui en sont faites sont contrastées. Les images se superposent très différentes, les unes des autres. Arsène Wenger qui a bonne presse – ses propos sont paroles d’évangile pour les journalistes – nous dit par exemple : « le joueur Anelka a bafoué les valeurs d’un club londonien. »

36Il n’y a pas qu’Anelka, il y a son entourage, ses frères vont être traités de « voyous » par Michel Denisot. Cela marque. Quand Michel Denisot porte un tel jugement, cela passe dans le public. D’ailleurs les frères répondent à Denisot et à tous ceux qui jugent sévèrement la pression sur leur cadet : « on ne nous aime pas, mais si Nicolas était entouré de tocards, on lui ferait faire n’importe quoi, nous, on connaît la musique ». Cela va apporter encore des éléments pour l’image de Nicolas. Ce dernier, d’ailleurs, approuve ses frères, leur méthode correspond à sa conception du métier de footballeur qui est effectivement décrite selon l’expression de l’un de mes confrères comme « un jeune mec qui se fout des usages. L’amour du maillot et la fidélité d’un club sont des trucs de journalistes qui n’existent pas, qui servent aux dirigeants à se faire le plus de fric possible sur le dos des joueurs ».

37C’est bien l’image d’un révolté de banlieue qui est aussi donnée. Pour lui, la société n’a pas de règle. Si elle en a, ce ne sont pas les règles traditionnelles. C’est donc une nouvelle image du champion. Comme ne cessent de le commenter mes confrères, raconter cela contribue considérablement à renforcer cette image du champion rebelle. Riche, super riche, cet homme qui vaut deux millions par mois symbolise parfaitement la misère des banlieues. Et les jeunes mélangeront à la fois son talent, ses dons exceptionnels de footballeur, son comportement d’indépendance et d’impertinence.

38Si ce comportement finit par jouer contre lui, ce qui est à craindre, et le détruit, la morale ne sera pas ce qu’elle pourrait être, parce que le héros des jeunes sera cette fois la victime. Il fera figure de victime d’une société qui le rejette et d’une presse qui n’aura cherché qu’à exploiter sa notoriété.

39Deuxième exemple récent : l’image de Virenque. Elle est encore plus difficile à analyser, plus compliquée. Richard Virenque, c’est l’image éclatée et dont les éclats s’affrontent. Pour les uns, il est le faussaire, le « faux jeton ». Pour les autres, il est un héros. Il reste le chouchou d’une grosse partie du public. Enfin, pour ceux qui ne sont ni dans un camp, ni dans un autre, il est simplement l’instrument d’un système.

40Le phénomène Virenque mérite attention parce qu’il répond aux normes actuelles de l’image du champion, sa popularité, si l’on y réfléchit, tient beaucoup plus à ses petits pois qu’à son palmarès pour le moins léger. Lequel d’entre nous est capable aujourd’hui de réciter son palmarès ? Tout le monde sait qu’il porte un maillot à petits pois et que ce maillot le rend populaire. Son nom est attaché à Champion, de plus il a la bonne marque ! C’est formidable d’être le champion de Champion, cela le valorise. Le port du maillot devient son objectif principal, puisqu’il est le ferment de sa popularité, ce qui a encore été vérifié cette année. Sur le Tour de France, ce n’était pas le classement qui l’intéressait. Il est beaucoup plus reconnu avec ses petits pois puisqu’il ne peut se faire reconnaître avec un maillot jaune qu’il n’a jamais porté. Ces petits pois sont sa toison de popularité. Le public y mord parce que derrière, il y a tout un système, une organisation commerciale qui met en musique.

41Les athlètes qui vont prendre la parole après moi ne sont pas obligés de partager mon analyse. Je vais terminer en faisant appel à notre équipe de communication. J’ai demandé à nos stagiaires de projeter le reportage qu’ils ont réalisé sur des champions interviewés et ce qu’en pensent les hommes et les femmes de la rue.

42(Projection d’un reportage effectué en complément par les stagiaires de la section communication).

Luis SOLAR
Director de la Planification - Ayuntamiento de Bilbao-Kirolak
Instituto Municipal de Deportes

LES SÉLECTIONS NATIONALES DANS LE CONTEXTE « EUROREGIONAL »

43Aborder cette question, me conduit à approfondir les deux aspects confluents dans le titre : le sport et la territorialité.

44Dans un sens strict, ces deux concepts n’ont à priori aucun lien nécessaire. Cependant, si nous prenons en compte le fait que le sport suppose une recherche d’affrontement dans laquelle chacun des opposants se positionne sur une échelle de valeurs en fonction des résultats obtenus face à ses adversaires, nous nous trouvons face à un paramètre mesurant la valeur sportive d’un « individu », d’un « club », d’une équipe ou d’un ensemble d’individus réunis au sein d’une territorialité délimitée.

45Ainsi, le sport de haut niveau constitue un test d’évaluation de la valeur des personnes et/ou des équipes considérées individuellement, ou regroupées au sein d’un ensemble social, constitué sur la base du volontariat en fonction des intérêts, des couleurs, des goûts, des sympathies pour un club ou selon le lieu de naissance ou de résidence, dans le cadre d’un certain périmètre géographique.

46En ce sens, le sport classe les personnes, les équipes, les clubs et les territoires sous la forme de listes, par exemple : le champion est suivi du second puis du troisième ainsi de suite jusqu’à l’antépénultième, l’avant-dernier et enfin le dernier.

47Cette capacité à rassembler des personnes et des groupes fut dès l’origine de la structuration du sport (à la fin du XIXe siècle) utilisée par les États comme un élément de différenciation par rapport aux autres structures étatiques, comme un facteur de propagande extérieure et comme un élément de cohésion interne.

48Nous devons considérer que les 50 premières années de développement du sport coïncident avec une multitude de guerres et de mouvements frontaliers en Europe, en particulier, ceux provoqués par les deux dernières guerres mondiales.

49L’utilisation du sport par une organisation de l’État incertaine et instable eut en Europe au début du siècle dernier des causes identiques ou proches de celles qui peuvent se présenter de nos jours en Afrique :

  • prestige extérieur,
  • création du concept d’État en interne et en externe,
  • création d’un sentiment d’appartenance par des voies plus rapides et plus spectaculaires que celles qui seraient induites par une répartition équitable des ressources ou une recherche d’efficacité sociale et politique en matière sanitaire, éducative et culturelle.

50Cette thèse soutenue par des auteurs tels que Jean-Marie Brohm, Richard Rose ou Youcef Fates n’est pas inadaptée à l’analyse d’États dans lesquels on procède à un transfert de compétences liées à la création « d’États-Unis d’Europe » dont la formation nous est présentée d’une part comme une nécessité économique et d’autre part, comme une généreuse perte des compétences de l’État au profit du bénéfice commun.

51Ainsi acceptée, cette prise de position politique qui se développe en Europe occidentale, nous nous dirigeons vers un super État européen compétent en matière de politique agraire, commune d’armée, commune de libre circulation des travailleurs, de la formation universitaire harmonisée et des citoyens communautaires.

52Face à cette avancée, peu de points d’ancrage subsistent pour fonder un étatisme dont la configuration fondamentale s’est constituée à partir des effets de la révolution industrielle. Cependant, parmi ces points, un des plus importants reste le sport.

53Le sport éprouve beaucoup de difficultés à rompre les amarres avec sa structure centenaire et il en est ainsi car les grandes compétitions internationales qui mettent en présence des États ont réussi dans plusieurs cas et dans certains sports à générer une authentique manne financière à partir d’opérations médiatiques qui poursuivent (à mon avis) comme objectif secondaire et pervers une exaltation étatique qui s’éloigne des principes fondateurs qui guident la nouvelle Union européenne.

54L’État actuel a un ancrage difficile au sein de l’Europe unie et il ne peut, ou mieux, il ne doit pas exacerber les positions nationalistes et moins encore en faisant appel aux sentiments primaires que suscitent les compétitions sportives.

55Si nous avançons vers une armée commune, vers une politique de la pêche et agricole communes, vers l’Euro commun, nous devrions cheminer vers des sélections de football ou de handball européennes, mais nous nous trouvons confrontés dans un secteur à un élément culturel qui ne peut être comparé au cas américain. Les équipes des USA ont joué un rôle important dans la prise de conscience d’un peuple. Dans le cas présent, en Europe, une telle prise de conscience n’est pas nécessaire ; l’Union européenne peut être une nécessité économique, mais elle n’est en aucun cas un agglomérateur culturel qui réunisse de nouvelles cultures au détriment des cultures existantes.

56Dans notre situation, la conscience d’être un peuple existe déjà. Dans certains cas, elle coïncide avec la configuration géographique des états, dans d’autres non. Quelle que soit la situation, ceci me paraît moins important quand l’État en question a commencé un processus de désintégration lié à la création de l’Europe.

57Dit d’une autre manière ; si les États se diluent dans une formation de nature « super Etatique », les entités culturelles ont davantage de raisons d’exister quelle que soit leur taille.

58Je considère, à partir de cette perspective, que peuvent avoir une possibilité de futur immédiat les sélections nationales au sein de l’Europe des peuples et des régions.

59Par ailleurs, en changeant totalement le sens de mon propos, je voudrais envisager la viabilité de telles sélections d’un point de vue juridique selon la perspective de logique d’associationnisme sportif et à partir d’un éclairage historique.

60La structure centenaire du sport entretient des relations internationales qui lui sont propres en utilisant à ces fins les fédérations sportives supra-nationales, c’est-à-dire les fédérations continentales ou internationales. Ainsi, la U.E.F.A., la FIFA, la FINA, la I.A.F. ou le C. I. O. sont constitués en organes qui garantissent la compétition officielle entre sportifs, clubs ou sélections de pays ou d’États. Mais en réalité que sont ces organismes ? La réponse est simple : ce sont des organisations non gouvernementales c’est-à-dire des O.N.G. pour lesquelles la question de leur « internationalité » est une question « de fait » et non de droit, puisque leur champ d’action dépasse celui des États, elles ne sont pas sujettes au droit international, mais soumises à la loi du pays ou de l’État dans lequel elles ont leur siège.

61Ainsi, le CIO est régi par des lois suisses, la pelote basque (Fédération Internationale de Pelote Basque), par les lois espagnoles ou plutôt dans ce cas par celles du Parlement basque puisque son siège se trouve dans la ville d’Irun. Les fédérations internationales sont, de ce fait, des entités juridiques étatiques dont l’activité internationale ne donne lieu en aucune manière à des relations institutionnelles internationales formalisées.

  • 1 Loi 10/1990, du 15 octobre relative au sport, page 36, Madrid, Editorial Civitas, 1993.

62Dans ce domaine, il existe une certaine confusion à laquelle ont contribué les fédérations internationales elles-mêmes et certaines législations des États. Par exemple, la loi espagnole sur le sport du 15 octobre 1990 dit dans son article 33.2 que « les fédérations sportives espagnoles représenteront l’Espagne dans les activités sportives à caractère international1 ». A la lumière d’une telle représentativité, les organismes internationaux du sport se sont attribués un rôle d’arbitrage des relations internationales initiées par le sport.

63Mais ce qui est vrai, c’est que cette représentativité et ces modes de relations internationales sont supposées mais juridiquement inexistantes.

  • 2 S.T.C. 165/1994, du 26 de Mayo, Cité par Agirreazkuenaga, I. Dans « Intervention publique dans le (...)
  • 3 Alvarez-Santullano Luengo, Cité par Agirreazkuenaga, op. cit., p. 387 et 388.

64Quatre ans après l’approbation de l’actuelle loi espagnole sur le sport, c’est-à-dire en 1994, une sentence du Tribunal Constitutionnel précisait que les relations sportives de l’Espagne avec les autres États ou pays ne constituaient pas des relations internationales dans la mesure où elles ne peuvent être comprises comme telles que « les relations de l’Espagne avec les autres pays indépendants et souverains et avec des organisations internationales gouvernementales2 ». Sur ce même thème, Luengo Albarez-Santullano se prononce de la manière suivante en 1994 « il est très discutable que la participation d’une entité privée à une compétition sportive puisse être qualifiée de représentation », et il continue en précisant « il est douteux que l’on puisse attribuer à une entité privée la représentation même ponctuelle de l’État lui-même »3.

65La supposée représentativité des États dans les compétitions sportives, tout comme les non moins supposées relations internationales qui sont nouées dans ces compétitions, supposent sans aucun doute le recours à des arguments qu’élèvent les États contre la participation internationale des peuples, ou nations sans État, c’est-à-dire contre un nouvel ordre structurel du sport au sein de l’Europe des peuples. Ces arguments se voient confortés par l’ambiguïté calculée des organismes sportifs internationaux.

66Ainsi, par exemple, on dit qu’un pays devient membre du CIO ou de la FIFA, quand en réalité le Comité Olympique International ne possède pas de pays membres sinon des personnes individuelles qui sont les représentantes dans leur propre pays du Comité International Olympique.

  • 4 Charte Olympique, article 34.

67Le même CIO, qui organise des compétitions entre individus ou sélections de pays, s’empresse de donner sa propre définition du pays « tout pays, état, territoire ou portion de territoire que le CIO considère selon son absolu pouvoir discrétionnaire comme une zone de juridiction ayant un Comité Olympique National reconnu4 ». Dans l’article suivant, la charte olympique précise que la reconnaissance d’un comité olympique national est de la responsabilité unique du comité international olympique.

68C’est-à-dire que le CIO en tant qu’organisme non gouvernemental d’entité juridique privée soumis à la législation suisse a l’entière capacité d’accepter comme « pays olympique » quelconque « pays, état, territoire ou portion de territoire » qui souhaite — et ceci serait la seule condition — participer aux jeux olympiques.

69Des questions similaires se posent pour les Fédérations Internationales de Natation, d’Athlétisme ou de Football : elles évoquent des pays sportifs, des régions footballistiques ou d’autres notions indéterminées, ce qui non seulement leur permet d’accepter qui elles souhaitent mais leur confère aussi une apparence d’organisation supra étatique avec les bénédictions gouvernementales du monde entier.

70Il est vrai que nous appartenons à une réalité fédérativo-juridique qui n’est pas universelle bien qu’elle s’inscrive dans une tendance actuelle à laquelle l’Espagne participe. Il existe d’autres situations étatiques dans lesquelles les fédérations sportives sont des organes de l’administration dont toutes les fonctions ont un caractère administratif.

71Mais, même dans le cas ou les textes légaux peuvent conférer aux sélections nationales la représentation officielle d’un État, nous nous trouvons confrontés au caractère démesuré d’une situation qui apparaît comme ridicule : une manifestation culturelle ne va pas représenter son réalisateur, son créateur mais l’État dans lequel elle se produit.

72Ceci paraît exagéré. Il est vrai que la peinture, la littérature ou le cinéma d’un pays donnent des indications sur le niveau culturel de ce même pays, mais tout ceci reste très éloigné de la représentation d’un pays et de ses habitants vu sous l’éclairage des institutions, de la Loi.

  • 5 François Brune, « Un résumé de la condition humaine » ; Le Monde Diplomatique, revue no 39, mai-ju (...)

73Il faut bien distinguer ce phénomène de l’identification du spectateur à sa propre équipe : « nous avons gagné », « nous avons bien joué ». En réalité, ces manifestations correspondent à une illusion de participation5 motivée par l’identification, qui représente une altération individuelle ou collective de la conscience face à un phénomène passionnel.

74Phénomène et passion, par rapport auxquels peut prendre de la distance et s’abstraire tout spectateur dont la maturité, l’équilibre et la capacité du jugement rendent possible des attitudes personnelles qui ne soient pas affectées par la standardisation.

75Mais cette réflexion nous confronte à un paradoxe étonnant : la maturité de la population comme conséquence du processus éducatif des personnes est une mission qui incombe à l’administration éducative. Cependant, le développement et la présence d’une telle maturité portent fortement atteinte à certains intérêts économiques et politiques, même dans le cadre des régimes démocratiques modernes et occidentaux.

76En Espagne, nous vivons les conflits quasi permanents de la lutte pour les droits de retransmission télévisée de la Ligue de football. Cette dispute permanente n’est pas seulement une lutte purement économique face aux chiffres d’audience que ce sport peut représenter.

77Le gouvernement n’est pas resté à l’écart de ce conflit, il y a même participé activement quand il a intuitivement senti le danger que représentent les millions de téléspectateurs qui se connectent à des chaînes de télévision, qui de manière supposée ou effective sont contrôlées économiquement et idéologiquement par l’opposition politique.

78Mais l’importance économique du football est dépassée de loin par sa transcendance comme facteur de socialisation, comme « agglutineur » de sentiments comme générateur de conduites communes et comme créateur de consciences collectives.

  • 6 Manuel Vasquez Montalban, « une religion laïque », Le Monde diplomatique, revue n ° 39, 8 juin 199 (...)

79La religion laïque, comme dirait Vasquez Montalban6, constituée par le football, représente une occasion rêvée de donner la conscience d’être un peuple dans les situations où ce sentiment n’a pu être obtenu par d’autres voies.

80Nous avons déjà fait allusion dans cet exposé aux raisons qui prévalent en Afrique pour augmenter la participation internationale des équipes nationales. Ainsi, il se produit quasiment la même chose lorsque le sport est doté d’un statut privilégié « d’intérêt national » rassembleur des volontés en vertu du seul argument (jamais avoué par ailleurs) de populisme.

81De telle forme et de telle manière, qu’au travers des sentiments primaires d’appartenance collective, de l’illusion d’action, masquée en identification et en passion socialisante, on obtienne et l’on maintienne l’esprit d’être un peuple que le sport semble porter en lui- même.

82Mais cette tactique qui vise à la « nationalisation » des sentiments n’est qu’une autre illusion sortie du chapeau de l’intuition : le sport n’est pas parvenu à créer un sentiment, le sentiment d’être Yougoslaves chez les Croates, les Bosniaques ou les Slovènes et bien qu’il soit vrai que ces derniers aussi ont succombé à la tentation d’avoir recours à la FIFA avant même de se tourner vers l’O.N.U. pour s’affirmer comme un peuple. Il n’en est pas moins vrai et évident que la conscience nationale de ces peuples a survécu comme tant d’autres indemne dans un contexte politique d’opposition sans qu’il n’y ait d’équipes nationales pour s’identifier et ceci tout au long de nombreuses générations de telle manière que les plus jeunes auraient pu s’aligner avec la sélection de l’État, derrière un seul drapeau.

83En partant de la réflexion précédente, nous considérons le sport davantage comme un canaliseur de passions et de sentiments que comme une manière de forger ces mêmes passions et ces mêmes sentiments : le football ne crée pas la conscience d’être un peuple même si une telle conscience peut mettre à profit l’état émotionnel collectif d’une rencontre sportive pour affleurer et se manifester.

84En conséquence, la perspective juridique ne constitue pas un obstacle de poids à donner réalité aux sélections nationales dans le contexte « Eurorégional ». C’est l’idée que nous avons tenté d’argumenter et qui se dégage de travaux tels que celui du Professeur de Droit Administratif de l’Université du Pays Basque dont Inaki Agirreazkuenaga « Intervention publique dans le sport ».

85Mais les aspects juridiques ne sont pas l’unique versant du problème que nous évoquons. Les sélections nationales correspondant à des pays, à des États ou des régions, peuvent être considérées comme une réalité, selon la logique de l’associationnisme sportif.

86Le réseau civil constitué par les clubs et les Fédérations correspond dans les pays libres et démocratiques à la capacité des personnes et des groupes à s’associer.

87Quand on limite la possibilité de participer à une compétition à certains clubs contre d’autres, du simple fait qu’ils appartiennent à différents États, ce qui se produit d’une certaine manière, c’est une « administrativisation » du sport, ce qui le fait dépendre de l’action publique de l’État.

88Ainsi, nous ne pouvons pas évoquer un interventionnisme réduit, si les limites géographiques s’alignent sur les pouvoirs étatiques.

89Par ailleurs, faire coïncider les territoires de compétences des fédérations avec les divisions administratives des États permet probablement de simplifier les aspects organisationnels, mais ne peut en aucun cas dans un régime de liberté conférer au système fédéral la capacité administrative exclusive et l’exclusivité officielle d’organiser les tournois et les championnats sportifs.

90En conséquence, la limitation géographique de la pratique sportive et l’attribution d’une compétence exclusive sont deux aspects qui portent atteinte à la liberté individuelle des personnes et des groupes.

91Si l’on se réfère aux faits, ces deux limitations ont été réduites en pièces en de nombreuses occasions et les exemples sont nombreux d’organisations sportives modèles et de première importance mondiale qui ont dépassé de semblables barrières en imposant des logiques différentes de celles du classique fédérationnisme-étatisme.

92Les grandes épreuves cyclistes comme le Tour, le Giro ou la Vuelta, dépendent d’organisations privées étrangères, dans une mesure au système fédéral. Le Tournoi des Cinq Nations de rugby, la NBA en basket, les épreuves de Formule 1, l’A.T.P. Tour ou les grands combats de boxe professionnelle font référence à un autre monde du sport dans lequel l’activité fédérale est secondaire voire inexistante.

93En football, le dénommé G-14 (groupe 14) menace l’exclusivité de l’U.E.F.A. au travers de l’apparition de « Media Partners » et, si ce phénomène se produit dans les sports d’élite en général très professionnalisés, d’autres sports purement amateurs et considérés comme totalement récréatifs, ne sont pas exempts de la tentation de fuite hors du système rigide imposé. Il s’agit du surf, du windsurf, des sports d’aventure et d’autres activités encore dans lesquelles les compétitions officieuses présentent un caractère plus prestigieux et transcendant que celui des compétitions officielles.

94Les équipes d’État ont un sens si elles correspondent à des unités de sentiments communs, dans ce cas et dans ce cas seulement, elles auraient un sens dans la continuité de la logique associative. Mais ces « unités-sentiments » existent de manière totalement naturelle au sein de réalités culturelles de taille humaine compréhensible et abordable qu’elles coïncident ou pas avec des États. Ainsi, les sélections nationales au sein de l’Europe des Peuples et des régions ont un sens que leur attribue la liberté associative, la capacité d’auto-organisation et l’homogénéité des sentiments.

95Le fait d’imposer des sélections et des compétitions entre États basées sur l’unique argument de la simplification des structures n’a plus de sens aujourd’hui.

96Dans un autre ordre des choses et sous l’angle de la vision historique et de la tradition des organismes internationaux du sport, le thème qui nous préoccupe a été résolu depuis toujours avec un certain sens de l’équilibre. En essayant de ne pas gêner les États les plus forts et de prendre en compte parallèlement d’importantes réalités sportives n’appartenant pas à des unités étatiques.

  • 7 Coubertin, Revue Olympique, avril 1911, p. 51-52, Extrait de Pierre de Coubertin, Textes choisis, (...)

97Dans tous les cas, l’opinion officielle des organismes internationaux du sport, illustrée par l’ambiguïté calculée que nous avons déjà évoquée, présente dans les dénominations de « pays sportifs », « région footballistique » ou d’autres similaires, possède un antécédent très clair en la personne de Pierre de Coubertin qui en 1911, répondant aux protestations d’un journaliste autrichien du fait de l’acceptation de la participation de la Finlande ou de la Bohémie aux Jeux olympiques de 1912, disait « j’affirme qu’une Nation n’est pas nécessairement un État indépendant et qu’il existe une géographie sportive qui dans certains cas peut différer de la géographie politique ». Le fondateur du CIO lui-même fait référence au « Bureau Européen des Fédérations de Gymnastique » pour étayer son point de vue, car cette Fédération de caractère européen appliquait ce même critère depuis sa fondation7.

98L’étatisme paraît s’être installé avec une énorme force après les deux guerres mondiales de 1914 et 1939, davantage comme une nécessité politique de consolidation des frontières et des États que comme une division logique basée selon la perspective de la promotion du sport de la libre association et de la tradition historique. Par ailleurs, cette demande a été basée sur des arguments juridiques qui manquent de poids.

99Les arguments présentés nous paraissent suffisamment solides pour nous conduire à proposer la participation des Fédérations Basques au niveau supra étatique.

100Selon ce point de vue, nous croyons adapté non seulement au droit sinon conforme à la logique associative et aux bases philosophiques du sport moderne l’article de la loi basque sur le sport qui porte sur ce thème.

  • 8 Loi 14/1998, du 11 juin du Sport du Pays Basque, article 16.6.

101Littéralement, l’article 16.6 de la loi dit : « la Fédération basque de chaque modalité sportive sera l’unique représentante du sport fédéral basque au niveau de l’État et au niveau international8 ».

102Ce texte tente d’échapper à l’erreur que commet la loi espagnole de 1990, quand elle dit que les sélections espagnoles représentent l’État espagnol et plus tard, en 1994, ce texte fut considéré comme inconstitutionnel, comme nous avons pu le souligner.

103Les Fédérations basques ne représentent qu’elles-mêmes et non Euskadi au sein de quelque aire géographique que ce soit.

104Ceux qui prétendent limiter leur représentativité au niveau de l’État sombrent encore dans une erreur ancienne qui consiste à attribuer à des entités privées comme les Fédérations, la capacité de représenter à une société complète et à son organisation étatique.

  • 9 Loi 14/1998, op. cit., article 25.

105Les Fédérations n’ont pas cette capacité, le caractère privé de leur nature juridique les en empêche et cette représentativité ne figure pas dans les missions publiques à caractère administratif que leur attribue la loi pour le moins dans le cadre de la loi basque sur le sport9.

106Ainsi, nous considérons que les sélections nationales ont la possibilité d’exister dans un contexte « eurorégional ».

107Les motifs de leur présence correspondent à des arguments beaucoup plus solides, à notre avis, que ceux qui sont opposés par leurs détracteurs.

108Si le futur de ces sélections dépend des organismes internationaux du sport, laissons-le entre leurs mains sans tenter d’intervenir et de les influencer. Ceci serait une preuve adéquate de notre foi dans l’associationnisme privé, toute autre démarche relèverait d’un interventionnisme inadapté à notre époque.

109Traduction assurée par Sophie Herrera-Cazenave. Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique. Université Victor Ségalen Bordeaux 2.

Synthèse du débat

Sylvie HAMEZ

110L’ASUL accueillait pour leur seizième édition l'Université Sportive d’Été. C’est donc sur les bords du Rhône et de la Saône que journalistes, universitaires, sportifs, médecins confrontèrent leurs réflexions, interrogations, réponses sur le sujet périlleux : le sport malade de ses contradictions, l’Europe médecin imaginaire.

111A l’orée de cette fin de siècle et de cette fin de millénaire, le sport n’a jamais suscité autant d’intérêts (un nombre croissant de pratiques, de licenciés, 18 millions en France), autant de convoitises économiques (les batailles à coups de millions de dollars des fabricants en témoignent), autant de rivalités médiatiques démesurées pour l’obtention de droits télévisés. Ces marchands du temple-sport vendent, achètent, prennent, jettent, reprennent à force d’enchères les hommes, sportifs, pantins soumis aux portefeuilles des uns, aux dollars des autres… Pantins gonflés à l’EPO, dopés aux billets verts avec comme seul maître le roi money. Violence, dopage, corruption jalonnent désormais le parcours du langage sportif. Et le fossé désormais se creuse de plus en plus entre sport loisir et sport d’élite, entre bénévoles et professionnels. Les uns ne servant plus nécessairement les autres. Les autres se servant de plus en plus des uns.

112« Plus vite, plus haut, plus fort ». Mais à quel prix aujourd’hui ? Cet adage avait un sens jadis. Celui qui poussait le sportif, l’homme, à dépasser l’autre, à se dépasser lui-même. A force de travail, de sueur, d’entraînements… Le sport actuellement n’a pris le sens que de la démesure et de la tricherie, sens interdit, voie sans issue où le mérite de la performance ne revient qu’à des laboratoires en quête d’une nouvelle pilule miracle qui fera avancer l’athlète plus vite, plus haut, plus fort au nez et à la barbe des contrôles anti-dopage. On le sait, les laboratoires ont toujours une longueur d’avance… Comment enrayer cette spirale infernale ? Autant de questions que nos universitaires de l’été tenteront de résoudre ou tout du moins de poser.

113A ces contradictions multiples, de nouveaux paramètres complexifient un peu plus un problème déjà presque insoluble. La nouvelle législation européenne permettra-t-elle d’affronter les problèmes, de les contourner ou de les éviter. N’est-ce pas utopique d’espérer le remède miracle ? N’est-ce pas aussi simpliste de penser que l’Europe ne fera que les démultiplier ? Questions de dosage, questions sages.

114Le champion d’hier forçait l’admiration, suscitait les vocations. Le champion de demain forcera la suspicion. Le champion modèle de référence aura-t-il encore sa place ? Vers qui se tourneront les yeux admiratifs de nos enfants ? Vers des idoles virtuelles ? Héros du Net et des autoroutes de l’information ? Pourtant il est encore de grandes fêtes sportives, souvenons-nous de la France championne du monde en 98, faites de communion, d’émotion. Des moments hors du commun comme seul le sport peut nous en faire vivre… Pas de frontières à ce monde-là… Pas de doute non plus… Expiés les péchés par excès de substances douteuses. Oubliée la bagarre des géants Nike et Adidas. Seule la victoire avait un sens… Quelle image le champion donne-t-il aujourd’hui de lui-même ? Une image édulcorée, adulée comme celle donnée par nos champions du monde de football par exemple ? Une image frelatée comme celle donnée par les consommateurs de dope ?

115Et cette image est-elle naturelle, fabriquée ? Dans ce cas, par qui ? Médias, agents, entraîneurs, sponsors, famille… ou le champion lui-même ?

116De nos jours, les champions ont évolué et n’attendent plus que l’histoire leur modèle une image… Comme le rappela Jacques Marchand, il est loin le temps où le discours du champion se résumait à un réducteur « je suis content d’avoir gagné ». Aujourd’hui les clubs ont pris conscience qu’il fallait savoir aussi se servir d’un micro. Pas tous. Seulement certains clubs ont fait prendre des cours à leurs athlètes.

117La télévision a-t-elle donné une image plus réelle ? Pas sûr. Car elle a aussi ses exigences, ses choix. Le choix même suppose une prise de position.

118Maintenant si l’athlète veut sortir du peloton, il doit aller au devant des médias.

119C’est un vrai problème qui ne cessera d’évoluer, d’influencer et d’influer sur le sport lui-même, sur l’image que l’on peut se faire du sport.

120Quant aux journalistes, continua Jacques Marchand, aucun ne peut prétendre donner la « bonne » image. Nous sommes tous sous pression, avec et sans « s » au bout du mot. Des pressions souvent économiques et commerciales.

121La première question s’adressa à Jean-François Saurin (Directeur Technique et National de la fédération française de ski). Les champions sont-ils différents dans leur comportement en stages d’entraînement et avec les médias ? Ce dernier s’empressa de préciser qu’un champion se mesurait avant tout à son palmarès. Les médias arrivent ensuite pour en faire des vedettes. Mais le fait de savoir utiliser un micro n’a jamais fait avancer plus vite à ski ou à vélo. Jean-François Saurin enchaîna : « A l’époque du développement des stations de sport d’hiver, on a beaucoup parlé des champions comme Annie Famose ou des sœurs Goitschell. Depuis cinq ans, nous avons gagné la Coupe du Monde de descente, la Coupe du Monde au général. On a même eu un champion olympique, après trente ans ! Mais les médias n’en ont pas donné le même écho qu’à l’époque où il fallait lancer les stations de ski.

122La médiatisation dépend également du lieu où l’on se trouve. En Autriche, par exemple, dans les vingt premières émissions de sport classées au niveau de l’audience, il n’y a que du ski tout comme en Finlande et en Norvège. En Allemagne, vous trouvez le football aux deux premières places et juste après le saut à ski. Si je vous demande qui est Raphaël Poiret, peu de gens seraient capables de répondre. Il est pourtant le vainqueur de la Coupe du Monde de Biathlon. En Allemagne, il est adulé.

123Le champion doit être quelqu’un qui correspond à l’image que l’on se fait du sport. Image qui peut être différente en fonction des pays.

124D’autre part, un champion, au moment où il vient de réussir sa performance, est toujours moralement seul, même s’il est très entouré. C’est aux Jeux olympiques de Nagano que je m’en suis aperçu. Après sa descente, Jean-Luc Crétier est venu me demander si je pouvais rester avec lui toute la journée. Pourtant, je peux vous assurer qu’il n’était pas seul car il était sollicité de toutes parts, télévisions, sponsors… » Annette Sergent, championne du monde de cross-country vint corroborer ces propos. « Mon image s’est, pour ma part, construite au fur et à mesure de ma carrière. Le palmarès est à la base de cette image. Mais le contexte dans lequel on fait ses performances a également son importance. La première année où j’ai été championne du monde en 1987, ce fut l’euphorie. Je ne m’attendais pas à de telles retombées. En effet, l’année précédente j’avais terminé troisième et il n’y eut aucun écho. Deux places avaient changé ma vie. En 1989, j’ai été de nouveau championne du monde et là, il n’y a plus rien eu du tout. La même année, des législatives m’avaient volé la vedette. Il n’y avait dans les journaux aucune place pour le sport.

125Notre image appartient complètement aux médias, à un contexte, au public. Elle ne dépend pas seulement de nous. Je pense que le champion, à un moment donné, a un choix à faire : soit il reste lui-même, soit il se conforme à ce qu’on attend de lui. Ce n’est pas facile car le champion est souvent pris dans un engrenage avec les sponsors, les médias et les sollicitations diverses. Il n’a pas le temps de prendre du recul. En ce qui me concerne, il a fallu que j’arrête pour me rendre compte de ce qui s’était passé.

126Je crois que la grosse difficulté du champion est d’être un modèle, une idole. Il doit être parfait, à la limite de « l’inhumain ». Comment faire la part des choses entre ce qu’il est vraiment et ce qu’il doit représenter ? »

127Jean-Michel Martin poursuivit sur la délicate question de la propriété du résultat. A qui appartient-il ? A l’athlète, au club, à la ville ? Dans l’annonce de leurs résultats, les médias ne citent que la ville. Volontairement extrémiste dans ses propos, Jean-Michel Martin suggéra d’attaquer les journalistes pour faire en sorte de re-donner la propriété du résultat à l’athlète ou au club et non plus à tous ceux qui gravitent autour.

128Jacques Marchand nous remit alors en mémoire la polémique qui avait opposé médias et publicitaires, quelques années plus tôt. A l’époque, les journaux ne voulaient plus publier les publicités sur les maillots. L’association de tous les journaux de la presse quotidienne décida donc de gommer les noms des sponsors sur les maillots. Ce qui provoqua un procès que perdirent les journaux. En effet, la propriété était indiquée sur le maillot.

129Alors, qui est propriétaire du nom ? Pour Jacques Marchand, il s’agit bien du club, « même si, pour des questions pratiques et de rentabilité, il faut souvent serrer les lignes. »

130A son tour, Michel Lenguin déplora que le nom du club associé à l’athlète ne soit jamais mentionné. Pourtant, le club a besoin des structures locales et territoriales car le sport de haut niveau vit pour une grande partie des subsides des collectivités locales et territoriales.

131Bref, cette réussite, finalement à qui revient-elle ? A l’athlète, à l’entraîneur, au DTN, aux politiques, aux journalistes ? Si chacun se sent investit de sa part de responsabilité, laissons néanmoins à l’athlète la plus grosse part du gâteau… Car après la gloire qu’advient-il de lui ?

132Le problème fut tout d’abord soulevé par Colette Andrusyszyn. « Personne n’est maître de l’image du champion. L’échec n’est plus toléré. Cette situation entraîne par conséquence la sortie de carrière. Pourquoi ne donne-t-on pas la possibilité au champion de devenir un ex-champion ? » On occulte complètement désormais que derrière l’athlète, il y a un être humain avec une identité qui s’est construite tout au long de sa vie et pas seulement au faîte de sa gloire. A l’heure de la rentabilité à tout crin, le champion est devenu un produit jetable dès qu’il n’est plus à même d’être performant. Selon Jacques Marchand, cela serait dû essentiellement à la multiplication des compétitions. D’un point de vue humain, c’est terrible.

133Annette Sergent apporta son témoignage : « Les dernières années où je courais, mes résultats étaient évidemment moins bons. Moi, je voulais continuer parce que je me faisais encore plaisir. Ce fut le regard des autres qui fut le plus terrible. J’y lisais de la pitié et l’envie de me dire « il faudrait que tu arrêtes maintenant, tu n’es plus assez bonne ». Je les dérangeais car l’image que je leur donnais n’était plus la même. Je n’étais plus ce que j’avais été. Cela peut pousser au dopage car, nous aussi, on aimerait continuer à être cette image ».

134Qui doit se sentir coupable, ou plutôt responsable ? Les médias ? Ils sont en effet le miroir d’un acte sportif réalisé par un homme ou une femme. Cet acte va être relaté, amplifié ou minimisé. Ce qui entraînera une plus-value ou une moins-value de l’athlète.

135Jean-François Saurin apporta quelques pistes sur cette question sensible. « La performance appartient au champion. Mais ce dernier est seul. Même si aujourd’hui, on trouve derrière lui des sponsors, des avocats, des agents. Autant de personnes qui exploitent cette performance. Le champion aujourd’hui est à l’image de la société. L’image du champion ne sera altérée que dans la mesure où la société évoluera dans un sens qui ne sera plus celui du sport ».

136Robert Denel apporta au débat son habituelle touche optimiste et conclut : « Dans la mesure où un champion met en exergue le résultat, quand il ne gagne plus, cela devient embêtant. Le résultat est éphémère, en effet. Il y a des champions adulés du public qui n’ont jamais obtenu de grands résultats. Pourquoi ? Parce qu’ils ont su mettre en valeur d’autres qualités morales, humaines… et finalement n’est-ce pas cela l’essentiel ! »

Notes

1 Loi 10/1990, du 15 octobre relative au sport, page 36, Madrid, Editorial Civitas, 1993.

2 S.T.C. 165/1994, du 26 de Mayo, Cité par Agirreazkuenaga, I. Dans « Intervention publique dans le sport », p. 71.

3 Alvarez-Santullano Luengo, Cité par Agirreazkuenaga, op. cit., p. 387 et 388.

4 Charte Olympique, article 34.

5 François Brune, « Un résumé de la condition humaine » ; Le Monde Diplomatique, revue no 39, mai-juin 1998, p. 36-37.

6 Manuel Vasquez Montalban, « une religion laïque », Le Monde diplomatique, revue n ° 39, 8 juin 1998, p. 80 à 82.

7 Coubertin, Revue Olympique, avril 1911, p. 51-52, Extrait de Pierre de Coubertin, Textes choisis, tome II, Zurich, Weidman, 1986.

8 Loi 14/1998, du 11 juin du Sport du Pays Basque, article 16.6.

9 Loi 14/1998, op. cit., article 25.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search