Version classiqueVersion mobile

Le sport malade de ses contradictions…

 | 
Jean-Paul Callède

Avant-propos

Texte intégral

1La réflexion contemporaine sur le sport cultive le paradoxe et s’enferme dans une voie sans issue : pétrie de bons sentiments, elle ne cesse de plaider en faveur des « valeurs » du sport, et dans un même mouvement, au nom du « réalisme », elle renie ce qu’elle vient de défendre. Aussi, l’Université d’Été 1999 a pris pour sujet précisément cette impasse et s’est penchée sur quelques-unes des zones de tension que sous-tendent des conflits, menaçant à court terme de conduire à des explosions.

2La première concerne l’image du champion. Qu’on se rappelle l’extraordinaire enthousiasme qui a accompagné la finale de la Coupe du Monde de Football, génératrice d’images de fraternité entre gens de couleurs, de races, d’horizons différents, merveilleuse figure d’un sport qui unit les uns et les autres dans une fête pour tous. Mais qu’on se souvienne aussi du Tour de France, et de la désolante image du champion, tricheur ou poussé à la triche, qui, quelques jours à peine plus tard, s’est imposée au public. Qu’on se rappelle les soupçons venus ternir le championnat de football italien, ou certains tournois de tennis, ou rencontres d’athlétisme… Images paradoxales, relayées bruyamment par des médias friands « d’événements ». Tous compromis ? Et combien de temps encore, dans ces conditions, pourra rester crédible le discours sur les valeurs du sport ?

3Certains, devant cette situation, se prennent à rêver d’un sport « bio », garanti « sans engrais chimique ». Faut-il en effet imaginer comme inévitable une fracture du sport, avec d’un côté les gladiateurs du cirque à grand spectacle, champions dopés à mort et jetables une fois leur performance acquise, et de l’autre un sport santé, pratiqué par le grand nombre, à l’abri des surenchères, de la performance et de l’argent ? Ou faut-il au contraire essayer, comme on tente de le faire aujourd’hui, d’aller vers un sport qui définisse les limites à ne pas franchir ? Louable entreprise mais difficile, voire irréalisable, car quelles seront ces limites, et comment les définir ? En bref, nous venons de cerner là les contours d’une seconde zone de tensions, qui dérive de la première et qui en annonce une troisième.

4Cette troisième zone est celle qui voit se développer les OPA sur le sport. Ces offres publiques d’achat, de glissements en dérapages, finissent par conduire à des dérives potentiellement explosives. Tout le monde a encore à l’esprit la crise récente née de la volonté d’organiser, au niveau UEFA, une « super coupe d’Europe de Football » réservée aux clubs les plus argentés et donc censés être les plus forts. Le divorce entre un sport de « riches » et un sport de « pauvres », cette fois, a été empêché de justesse, au prix d’un compromis d’ailleurs peu raisonnable. Mais pourra-t-il être évité longtemps ? Là encore le drame guette, et attend son heure pour éclater.

5Du même coup d’ailleurs se pose — et c’est la dernière zone de tensions qui sera étudiée —, la question de la formation. Quelle définition donner à cette formation quand l’avenir du sport apparaît aussi incertain ? Quand se précipitent en nombre sur certaines de ces « filières » des jeunes gens dont un sur vingt seulement trouvera demain un débouché, et après-demain un sur trente ou sur quarante ? Et comment imaginer la requalification du bénévolat dans un univers en mutation rapide et incontrôlée ? Admettons que les formations aujourd’hui dispensées doivent être amendées, voire transformées. Mais par quoi les remplacer pour éviter qu’elles ne se transforment en course au mirage ?

6Toutes ces zones apparaissent comme des lieux de tensions internes au sport, tensions plus ou moins reconnues, encore latentes souvent mais qui éclatent en épiphénomènes de plus en plus vifs et de plus en plus dramatiques. Or, tous ces conflits risquent d’entrer dans une phase active avec l’imposition d’un autre paramètre, extérieur celui-là, et qui est l’Europe. Mais l'Europe peut être également un nouvel espace de référence susceptible d'encourager la recherche de solutions intéressantes. L’introduction de la dimension européenne n’est pas vraiment prise en compte par les clubs sportifs aujourd’hui.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search