Version classiqueVersion mobile

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Perspectives et prolongements possibles

Yannick Lung

Texte intégral

  • 1 Bouneau C. et Lung Y., Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, MSHA, 2006. Vo (...)
  • 2 Larique B., « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovati (...)
  • 3 Herrera-Cazenave S., « Les sports de glisse en Aquitaine : d’une croissance spontanée à un développ (...)

1Pour un économiste de l’innovation, un programme de recherche portant sur les logiques spatiales de l’innovation – même interdisciplinaire – intègre certainement des travaux sur les activités de hautes technologies (comme les technologies de l’information et de la communication ou les biotechnologies), mais il ne songera pas nécessairement au sport. Pourtant ce domaine a pris une place importante dans le programme quadriennal de la Maison des Sciences de l’Homme (2003-2006) grâce à la présence active des chercheurs en sciences sociales centrés sur ce champ. Outre le séminaire de février 2005 dont est issue la présente publication, rappelons qu’un atelier sport a été organisé à l’occasion du colloque de mi-parcours, qui s’est tenu à la MSHA au mois de novembre 2004, concrétisation d’un fonctionnement en réseau avec des collègues de l’Université de Toulouse. Les contributions présentées dans cet atelier constituent la deuxième partie de l’ouvrage Les territoires de l’innovation, espaces de conflits1. Une autre communication a fait l’objet d’une publication séparée dans un numéro double de la revue Flux consacré au thème Innovations et territoires2. Si l’on ajoute que deux participantes du séminaire ont été invitées et auditionnées par le Conseil National des Activités Physiques et Sportives, présidé par Mme Edwige Avice, sur la problématique Sport et Innovation sociale3, on peut considérer que les compétences réunies dans le champ du sport au sein du programme Les logiques spatiales de l’innovation bénéficient d’un certain rayonnement, que la publication du séminaire ne fait que confirmer.

2Le présent ouvrage collectif témoigne bien de l’intérêt du champ et de la pertinence du questionnement sur l’innovation dans le sport, questionnement qui rejoint celui qu’on retrouve dans d’autres domaines plus industriels (comme l’automobile) ou de haute technologie. On y retrouve aussi bien des enjeux associés aux innovations technologiques que ceux relatifs aux changements organisationnels (l’organisation du jeu) et, plus largement, aux modifications des pratiques sociales (exemple de la yole).

  • 4 Voir le dernier ouvrage de Bourg J.-F. et Gouguet J.-J., Économie politique du sport professionnel (...)
  • 5 La dépense nationale sportive représenterait 1,7 % du PIB en France.

3Certes la professionnalisation croissante du sport fait entrer ce champ dans ce qu’affectionnent d’étudier les économistes, à savoir le marché : la cotation en bourse des sociétés sportives, notamment dans le football, est l’aboutissement de ce processus de marchandisation du sport4. Du fait de cette évolution, le parallèle entre compétition sportive et concurrence sur un marché, rivalité entre firmes dépasse aujourd’hui la simple métaphore. Si dans les différents secteurs, la concurrence repose de plus en plus largement sur la capacité à innover des entreprises, la compétition sportive devient une concurrence entre entreprises, entre organisations sportives. À travers l’innovation technologique ou organisationnelle dans le sport, l’enjeu n’est plus seulement le résultat sportif, mais aussi les enjeux économiques et financiers associés dans la mesure où les clubs professionnels sont de véritables entreprises, les activités sportives étant une activité économique à part entière (que l’on songe aux milliards brassés par l’UEFA ou par le Tour de France, au jeu des médias en matière de retransmissions des évènements sportifs)5.

4L’enjeu économique du sport a des dimensions territoriales évidentes, ce qui renvoie à des innovations en matière d’usages des espaces pour les activités sportives, mais aussi à des phénomènes d’agglomération spatiale des activités centrées sur l’innovation technologique et plus largement sociétal dans certains sports. Au même titre que la mécanique ou l’électronique, on voit se développer des systèmes productifs locaux ou, plus encore, des pôles de compétitivité (fondés sur le renforcement des interactions entre science et industrie) autour d’activités sportives.

5Ce n’est pas le moindre mérite de ce volume que de rappeler que la question de la logique spatiale de l’innovation ne tient pas aux seuls enjeux concernant l’industrie manufacturière (automobile ou aéronautique) ou encore les activités de haute technologie, mais qu’elle concerne tout autant les activités de service : le sport, bien sûr pourrait-on ajouter après la lecture de cet ouvrage, mais aussi d’autre secteurs comme le tourisme.

6Nul doute que le nouveau programme quadriennal de la MSHA sur Les trajectoires de l’innovation (2007-2010), prolongeant le programme sur Les logiques spatiales de l’innovation, permettra d’approfondir cette confrontation des champs sur des questionnements communs, qu’il s’agisse du rôle des normes dans les processus d’innovation ou encore des trajectoires des territoires innovants.

Bibliographie

Bibliographie

Bouneau Christophe et Lung Yannick, Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, MSHA, 2006.

Bourg Jean-François et Gouguet Jean-Jacques, Économie du sport, Paris, La Découverte, 2001.

Bourg Jean-François et Gouguet Jean-Jacques, Économie politique du sport professionnel : L’éthique à l’épreuve du marché, Paris, Vuibert, 2007.

Herrera-Cazenave Sophie, « Les sports de glisse en Aquitaine : d’une croissance spontanée à un développement maîtrisé. L’exigence de l’innovation », Rapport 2004 au Parlement et au Gouvernement portant sur « Sport et innovations sociales », Conseil National des Activités Physiques et Sportives (CNAPS), août 2005, 123 p., p. 98-103.

Larique Bertrand, « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890-1940 », Innovations et territoires, Flux, no 63-64, janvier-juin 2006.

Moravie Magy, « La yole ronde en Martinique, facteur d’innovation sociale », Rapport 2004 au Parlement et au Gouvernement portant sur « Sport et innovations sociales », Conseil National des Activités Physiques et Sportives (CNAPS), août 2005, 123 p., p. 109-113.

Notes

1 Bouneau C. et Lung Y., Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, MSHA, 2006. Voir la deuxième partie : « Conflits dans l’usage de l’espace public et pratiques sportives innovantes », p. 115-182.

2 Larique B., « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890-1940 », Innovations et territoires, Flux, no 63-64, janvier-juin 2006, p. 7-19.

3 Herrera-Cazenave S., « Les sports de glisse en Aquitaine : d’une croissance spontanée à un développement maîtrisé. L’exigence de l’innovation, dans Conseil National des Activités Physiques et Sportives, Rapport 2004 au Parlement et au Gouvernement portant sur « Sport et innovations sociales », août 2005, voir p. 98-103 et Moravie M., « La yole ronde en Martinique, facteur d’innovation sociale », op. cit., p. 109-113.

4 Voir le dernier ouvrage de Bourg J.-F. et Gouguet J.-J., Économie politique du sport professionnel : L’éthique à l’épreuve du marché, Paris, Vuibert, 2007 et leur livre plus ancien Économie du sport, Paris, La Découverte, 2001.

5 La dépense nationale sportive représenterait 1,7 % du PIB en France.

Auteur

Professeur de sciences économiques à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, Directeur de l’IFREDE.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search