Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Conclusions

Jean-Paul Callède et André Menaut

Texte intégral

1Le sport, dont la place dans la société contemporaine ne cesse de croître, confirme sa complexité quand il s’agit de connaître le fonctionnement de l’homme en situation extrême et/ou concurrentielle. Cette dimension se retrouve, en outre, dans l’étude de l’homme en groupe, des groupes entre eux, et de l’environnement matériel, technique, social, économique et culturel qui constitue l’arrière-plan de la vie sportive. Il y a, à l’évidence, un très grand nombre de difficultés pour définir l’objet (ou les objets) de recherche dans ce domaine. En effet, l’épistémologie sous-jacente à l’analyse de celui-ci laisse apparaître une complexité des objets à construire et à étudier. La diversité de cette réalité en accentue la nature dynamique. Les interactions entre celle-ci et l’environnement sont plurielles et évolutives. S’agissant ici de pratiques sociales, la propriété émergente constituée par leur caractère paradoxal induit des modes d’analyse par synthèse globalisants mais non totalisants, intéressant des niveaux aussi bien macroscopiques que microscopiques. Ce tout nouveau domaine d’expérimentation, de recherche de l’excellence, de la compétition, de l’optimisation des ressources nécessaires est aussi un défi aux disciplines scientifiques traditionnelles : son approche est nécessairement pluridisciplinaire dans la mesure où elle nécessite l’association des disciplines traditionnelles pour étudier l’objet. Elle est aussi interdisciplinaire dans la mesure où s’impose une coopération des disciplines classiques pour déterminer et atteindre des objectifs d’intervention. Par sa nature même, l’objet (ou les objets) d’études en Sciences du Sport est donc à la fois stratifié, segmenté et intégré, susceptible d’être abordé par une pluralité de méthodologies.

La construction d’un objet de recherche. Complexité sociale du sport, pluralité des approches et exigence épistémologique

2Dans cette perspective la tenue d’un séminaire commun à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et à la Faculté des Sciences du Sport et de l’Éducation Physique (Université Victor Segalen Bordeaux 2) ne pouvait être que bien venue, originale et porteuse de promesses de collaborations encore plus approfondies.

3Sur la forme, tout d’abord, puisque non seulement ces moments sont autant d’occasions pour les doctorants de roder leurs thèmes de recherches, mais ils permettent aussi un enrichissement réciproque des institutions, des équipes et des disciplines. Sur le fond ensuite et surtout, dans la mesure où le thème de ce séminaire : l’innovation avec ses dimensions spatiales, sociales, technologiques, économiques et géostratégiques trouve dans le sport, et par la nature même de celui-ci, un indicateur et un analyseur hautement sensible des changements sociaux, et des transformations aussi bien technologiques, voire biotechnologiques, qu’organisationnelles et géopolitiques de la société actuelle.

4Par ailleurs, le sport est le produit d’un environnement dont il absorbe et reproduit à sa manière le bon et le moins bon. Il est probable que sa structure simplifiée dualistique le désigne comme le parangon des vertus et des vices de nos sociétés contemporaines. Il possède en réalité toutes les caractéristiques d’un modèle que l’on peut considérer comme un intermédiaire à qui nous déléguons la fonction de connaissance ou plus précisément de réduction de « l’encore énigmatique » et avec lequel le chercheur « joue ». Le modèle acquiert alors une force heuristique propre qui permet de mieux appréhender la complexité des réalités sociales et sociétales contemporaines.

5Le sport constitue ainsi doublement un modèle : c’est un modèle normatif lieu d’interaction sociale, hautement privilégié, où la définition des enjeux, des tâches, des stratégies des acteurs est entièrement explicite. Les règles du jeu qui régissent le sport peuvent être par leur intelligibilité, leur lisibilité, qualifiées d’exemplaires. Cet aspect autorise à prendre la mesure des normes et des vecteurs de l’innovation dans le champ sportif mais aussi des obstacles à celle-ci. C’est également un modèle analogique au sens scientifique du terme, c’est-à-dire un laboratoire où va pouvoir se révéler, s’exprimer d’une manière plus intense la dialectique de la coopération et de la compétition de l’homme avec l’homme et avec l’environnement.

6Cette dialectique nous révèle également les effets pervers de l’innovation, c’est-à-dire des effets non intentionnels engendrés cependant par des actions plus ou moins complexes qui, elles, sont intentionnelles. Cette dynamique suppose des changements, voire des ruptures dans le renouvellement de l’innovation et dans les logiques spatiales d’émergence qui la caractérisent. Dans certains cas, ce sont les effets pervers de l’innovation qui obligent à inventer des solutions nouvelles.

7Au total, il devient évident que l’analyse du phénomène sportif à travers ses différentes composantes (organisations, acteurs, enjeux, pouvoirs, stratégies) ainsi que l’étude de ses productions traditionnelles et novatrices (pratiques, spectacles, discours, cultures, techniques, pédagogiques, espaces, marchés) donne de la matière aux thématiques ouvertes par les logiques spatiales de l’innovation. En retour, le sport a un effet structurant sur les trajectoires de l’innovation, convertissant de l’espace – ou des espaces – en territoire(s).

Un Séminaire de recherche qui a tenu ses promesses

8Le séminaire qui s’est tenu au mois de février 2005 s’est prolongé sous la forme de plusieurs rencontres moins formelles, jusqu’au mois d’octobre 2006, qui ont permis d’échanger et d’apporter des améliorations aux études initialement présentées. Avec le recul que suppose la préparation d’un ouvrage collectif, il est possible d’ébaucher un bilan.

9Quels sont les apports de la problématique du sport au sein du programme quadriennal de recherche Logiques Spatiales de l’Innovation et au programme d’activité défini pour l’équipe d’accueil Vie sportive : Tradition, Innovation, Intervention (EA 498) ?

10À bien y réfléchir, l’étude du phénomène sportif, considéré sous l’angle des dynamiques spatiales, permet de retrouver, à partir d’un domaine d’étude à la fois singulier et complexe, des hypothèses de travail, des analyses et des esquisses de modélisations similaires à celles qui sont développées à propos d’autres thèmes de recherches.

11Dès lors, le principal acquis résultant de cette mobilisation collective ponctuelle autour d’un séminaire, à l’articulation de plusieurs disciplines des sciences de l’homme et de la société, est d’apporter la confirmation que le sport n’est pas un objet de faible pertinence ou d’une moindre intelligibilité scientifique que d’autres, habituellement plus en vue.

12Il s’agit là d’une conviction partagée. Les collaborations fécondes, soutenues par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, auxquelles est régulièrement associée la Faculté des Sciences du Sport de l’Université Bordeaux 2, depuis une vingtaine d’années, sont une réalité connue. Dès le mois d’avril 1987, le Professeur Pierre Guillaume, directeur de la MSHA, avait accueilli les Journées d’études Sport et changement social. Son successeur, le professeur Jean Dumas, devait apporter son soutien efficace au programme quadriennal de recherches pluridisciplinaires Sports, couvrant les années 1991-1994-95. Autant dire que ces initiatives institutionnelles, et d’autres encore, s’efforcent de retraduire cette « conviction partagée » en termes de programmes d’études pluridisciplinaires et de publications d’ouvrages.

Un bilan d’étape qui invite à engager de nouvelles études et recherches

13Aux différentes échelles spatiales considérées, à la diversité des « pôles » d’action étudiés (organisations, lieux précis, structures agencées en réseaux finis ou, au contraire, en réseau à essaimage progressif, zones géographiques ou territoires culturels ou politico-administratifs…), s’est posée, de façon plus ou moins explicite, la question des « normes » qui contribuent à l’affirmation de l’innovation (et à sa compréhension pour les chercheurs qui s’y intéressent). On constate à la fois une convergence et une certaine diversité des normes, au regard des acteurs impliqués dans l’interaction sociale. Le calcul d’intérêt – spécifiques et/ou partagés – dépasse la visée simplement utilitariste. L’analyse des rôles et des attentes qui régissent l’interaction ne présente aucune difficulté particulière. Cependant, ce « calcul d’intérêt », tout en étant un ressort important de la motivation, ouvre sur un plan de référence plus décisif : celui des règles sociales de l’échange, des stratégies mises en œuvre et des valeurs de référence.

14Cette perspective mériterait d’être approfondie dans le cadre de travaux ultérieurs portant sur les systèmes d’innovation sportive, leur(s) typologie(s) et leur(s) modélisation(s). Le groupe rassemblé dans le cadre du séminaire de février 2005 entend bien s’atteler à cette tâche tout en s’ouvrant à de nouvelles collaborations.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540