Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Quatrième Partie. Réalités organisationnelles du sport et logiques spatiales

Présentation

Texto completo

1Le quatrième thème du séminaire porte sur la réalité organisationnelle du sport, qui peut prendre des formes complexes et variées, en fonction du cadre chronologique ou du cadre spatial privilégié. S’agissant de l’analyse des « systèmes du jeu », examinés dans la deuxième section de l’ouvrage, on a pu vérifier la pertinence de ces dimensions temporelles et spatiales. Ici, l’échelle de référence est tout autre. Elle prend en compte des aspects précis de l’innovation sportive.

2L’innovation technologique et technique est étudiée par Stéphanie Arquey, pour le sport de l’aviron, dans une période ancienne qui couvre les années 1830-1914. Le sport de l’aviron tend à s’autonomiser très tôt au sein des activités récréatives de navigation à l’aviron. L’auteur en dégage les étapes successives marquées par des choix innovants (privilégiant la vitesse, la performance) tandis que tombent en désuétude des solutions antérieures. Les plus infimes innovations (sièges coulissants, principe du porte-nage, les avirons eux-mêmes ou « pelles »...) ont des répercutions immédiates et décisives sur l’évolution des bateaux. Installés pour la plupart en bord de Marne ou de Seine, les constructeurs français rivalisent d’ingéniosité. L’enjeu est de taille : il s’agit de défier nos voisins d’outre-Manche. Cette innovation technique et technologique est indissociable d’autres avancées techniques qui, elles, portent sur les méthodes d’entraînement et de préparation physique des rameurs de compétition (avec l’invention d’appareils spécifiques) ou sur la rationalisation permettant de classer la valeur sportive des compétiteurs (entre autres les niveaux d’excellence, la distinction entre amateurisme et professionnalisme).

3Anne-Lise Hinnewinkel a étudié l’activité des clubs et autres associations sportives sous l’angle d’un mot d’ordre répandu aujourd’hui : la mise en avant de l’innovation dans les services sportifs associatifs grâce au recours au salariat. La puissance publique elle-même encourage les clubs à s’engager dans cette voie, au nom d’une certaine « crise » du bénévolat et sans doute parce que le sport est considéré comme potentiellement porteur d’emplois pour les jeunes. Afin de ne pas subir ces discours préconstruits, l’auteur a conduit une enquête de terrain portant sur une vingtaine de clubs amateurs et en s’intéressant à six disciplines sportives. L’adaptation au changement y apparaît posée de façon diversifiée. Pour ce type d’organisation, elle montre bien comment l’innovation ne saurait s’exercer unilatéralement à partir d’un capital humain (éducateur, entraîneur, promoteur de projet...) exogène. Elle résulte d’un ajustement réaliste entre le principe d’organisation associative du club, avec les valeurs qui le sous-tendent, le potentiel propre à tel ou tel sport et l’évolution des attentes en matière d’activités sportives. De même, la pérennisation des emplois sportifs ne saurait être traitée indépendamment de la spécificité de chaque association, de la discipline sportive concernée et de l’environnement socio-géographique du club. Autant de traits qui contribuent à la caractérisation nuancée des logiques spatiales de l’innovation.

4Avec l’analyse suivante, développée par Vincent Desthomas, on retrouve à la fois l’importance de la réalité associative du sport et l’incidence de l’environnement dans lequel tout club s’inscrit. L’auteur s’est intéressé aux stratégies de professionnalisation des clubs de rugby aquitains qui opèrent dans le haut niveau. Depuis une dizaine d’années, le rugby s’est engagé dans la voie du professionnalisme. En considérant trois clubs : Bègles, Agen et Périgueux, il propose une analyse comparative des stratégies de professionnalisation mises en œuvre par les équipes dirigeantes, en croisant ces informations avec le niveau de performance sportive atteint par chaque club et les caractéristiques de l’environnement économique de proximité. En fonction de ces éléments d’appréciation, il est possible de rendre compte du degré de rationalité des choix effectués selon l’option retenue : soit une stratégie mixte dans laquelle le secteur professionnel est intimement lié au club « communautaire » historique, soit une stratégie du « tout commercial » dans laquelle la « modernité » du rugby pro tourne le dos à l’associativité ancienne. À l’issue des trois études de cas, l’auteur montre que l’innovation ne saurait se décréter unilatéralement et que sa pérennisation exclut les sauts dans l’inconnu.

5Ces trois analyses sont autant d’exemples permettant d’interroger l’actualité sportive. Le rowing (on désigne ainsi le sport de l’aviron avant la Première Guerre mondiale) montre que l’innovation technique, aux effets multiplicateurs, est un processus en actes repérable depuis fort longtemps. La voile fournirait un exemple historique analogue. Toutefois, dans le cas de l’aviron, c’est aussi la fédéralisation des sociétés sportives, les compétitions de plus en plus nombreuses, la fascination de la performance tangible (la vitesse) et le prestige national, bien relayés par la presse, qui constituent aussi des ressorts du progrès dans le choix des matériaux et la conception des bateaux. Les Îles britanniques, la France, l’Italie, etc., ont apporté jadis leur contribution... Aujourd’hui, de grands industriels sont en charge de produire cette excellence, traversée par les effets de la mondialisation. Désormais, la Chine est omniprésente dans la diffusion des bateaux de compétition sur le marché international...

6La problématique récente de la professionnalisation sportive au sein des clubs montre clairement une double orientation : produire une élite sportive engagée dans la compétition (mais le rugby pro peut-il ignorer le rugby amateur des bourgades ?), ouvrir de nouveaux services dans le cadre des clubs (petite enfance, multiplication des activités de loisir et d’entretien, à tous les âges de la vie...) (mais à terme, ne risque-t-on pas de dénaturer, d’annexer et de « municipaliser » la philosophie de l’associativité ?). L’innovation peut être contre-productive, si elle est mal engagée dans ou par le club. De même qu’elle peut s’appuyer avec succès sur une réalité organisationnelle du sport : le modèle associatif, que certains ont trop vite fait de reléguer dans un passé révolu.

  • 1 Andreff W. (dir.), Économie politique du sport, Paris, Dalloz (Centre de droit et d’économie du spo (...)
  • 2 Gasparini W. (coord.), L’organisation sportive, Paris, éd. Revue EPS, 2003, 127 p.
  • 3 Chantelat P. (coord.), La professionnalisation des organisations sportives. Nouveaux enjeux, nouvea (...)

7La transformation accélérée des organisations sportives est un fait constaté. Dans des analyses de référence, Wladimir Andreff avait noté que la France se définissait par l’importance de l’implication des pouvoirs publics et du mouvement sportif de type associatif. Ceci a pu constituer « une barrière ou un frein à la pénétration des intérêts économiques privés dans le sport », notait-il1. Aujourd’hui, les organisations sportives, y compris les associations, s’ouvrent à l’emploi rémunéré, du fait de leur complexité croissante, de l’évolution de la demande sociale et des compétences exigées en matière d’administration ou d’encadrement pédagogique2. La professionnalisation des ressources humaines et des compétences sportives se traduit par des modifications, des changements et/ou des résistances qui ont été explorées dans un ouvrage coordonné par Pascal Chantelat3. L’innovation n’est ni automatique, ni la simple résultante de contraintes structurelles. Elle est fondamentalement sociale et suppose la mise en situation d’acteurs, placés parfois en position critique, dont l’action répond à des logiques diverses, affectives, symboliques autant qu’économiques.

Notas

1 Andreff W. (dir.), Économie politique du sport, Paris, Dalloz (Centre de droit et d’économie du sport), 1989, 239 p. Cit. p. 4.

2 Gasparini W. (coord.), L’organisation sportive, Paris, éd. Revue EPS, 2003, 127 p.

3 Chantelat P. (coord.), La professionnalisation des organisations sportives. Nouveaux enjeux, nouveaux débats, Paris, L’Harmattan, 2001, 379 p., coll. Espaces et Temps du Sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540