Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Troisième Partie. Les politiques sportives : dynamiques spatiales et innovations

8. L’innovation partenariale dans les politiques sportives régionales

L’exemple Aquitain

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Introduction

  • 1 S’agissant de l’Aquitaine, il serait cependant inexact d’affirmer qu’il n’existe aucune publication (...)

1Pour l’étude des politiques sportives, l’échelon territorial des Régions est moins souvent pris en considération que le niveau national (la politique de l’État) ou le niveau local (en particulier les politiques municipales des villes). Or ce « point aveugle » est dommageable pour la compréhension du développement sportif territorial car les Régions constituent le niveau d’échelle le plus pertinent, situé à l’interface nationale et local. La présente analyse a pour objectif de fournir un éclairage sociologique, à bien des égards exploratoire, sur la structuration générale de la politique sportive de la Région Aquitaine1.

  • 2 Évidemment, d’autres disciplines sportives – clubs, équipes ou vedettes sportives – contribuent à l (...)

2La culture sportive est un excellent vecteur d’expression identitaire. Des disciplines sportives comme la pelote basque, le rugby à quinze, le surf-riding, leurs foyers de rayonnement et de diffusion, les clubs qui les supportent composent une cartographie régionale assez précise. Appréhendé sous cet angle, le sport est un bon opérateur qui permet de convertir de l’espace en territoire(s), c’est-à-dire en des espaces vécus, personnalisés, revendiqués comme tels, qui supposent une articulation récurrente entre, d’une part, sentiment d’appartenance, moyen de reconnaissance collective et, d’autre part, désignation de l’altérité. Ce type de différenciation entre l’entre soi et l’ailleurs ou l’autre se structure à différents niveaux d’échelle, propres à chacun de trois des sports retenus pour les besoins de l’étude. Il tend à prendre la forme d’une construction identitaire composée d’emboîtements jouant de l’alternative symbolique intégration/opposition, constitutive de toute culture sportive2.

  • 3 Le nouveau contrat est dénommé « Contrat de Projet ». Il coordonne les politiques publiques sur les (...)

3La Région est une collectivité territoriale jeune, même si certaines de ses racines puisent dans le passé. Son action, en matière de politiques publiques, reflète le modèle d’origine : une institution régionale conçue pour la planification, qui se retrouve aujourd’hui dans l’enchaînement des contrats de Plan État-Région(s). L’actuel contrat de Plan couvre les années 2000-2006. Il est sur le point de s’achever, bientôt relayé par le suivant qui portera sur la période 2007-20133. Aujourd’hui, les compétences et les moyens de la Région ne sont pas illimités. On sait que le budget de la culture et celui du sport des Régions sont en moyenne (au niveau national) chacun de l’ordre de 2 %. Ce qui est plutôt modeste. Pour autant, la culture (le patrimoine, les arts, l’artisanat...) et le sport (les sports, les clubs, certains événements, la nature...) bénéficient d’un soutien attentif de la part des Régions.

4De fait, en Aquitaine, le sport participe directement des formes et des expressions sociales, en particulier les disciplines déjà mentionnées : pelote basque, rugby (à quinze), surf et course au large. Dans ses documents à usage d’information et/ou de communication, la collectivité régionale leur accorde un intérêt constant, liant l’image et le commentaire. D’autres sports sont traités sous cet angle. S’y ajoutent des problématiques plus transversales comme la solidarité (avec l’accès des personnes handicapées aux activités sportives) ou encore le développement durable (les sports de pleine nature, la fréquentation des sites et le respect de l’environnement), par exemple. On pourra également rappeler les nombreuses publications qui sont régulièrement consacrées à ces sports : ouvrages savants, études documentaires, écrits littéraires et nouvelles, biographies de champions, belles pages de journalisme...

5Peuplée de trois millions d’habitants, répartis sur cinq départements, la Région peut être considérée comme plutôt sportive avec ses 738 000 licenciés (soit un Aquitain sur quatre) inscrits dans 9 600 associations de sports. Sans compter les dizaines de milliers de visiteurs et autres flux de touristes qui fréquentent la région pour s’adonner aux activités physiques et sportives.

6Quel est le cadre élémentaire de l’action conduite en faveur du développement sportif ? La pratique sportive envisagée dans sa grande diversité et, d’autre part, l’intervention et le soutien de la Région opérés dans ce domaine, sans oublier les rôles respectifs du Comité Régional Olympique et Sportif d’Aquitaine (CROS), le cas échéant des fédérations ou des ligues, et des services déconcentrés de l’État au niveau de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports (DRDJS), composent ce cadre de coopération et de développement concerté du sport. C’est d’ailleurs dans cette politique partenariale, dans cette dynamique de soutien apporté aux initiatives locales (communes, structures intercommunales et autres « territoires » de proximité, départements aussi) que les logiques d’innovation peuvent être observées et étudiées.

L’aquitaine : une entité régionale en quête d’identité culturelle ?

7Nous avons choisi d’aborder cette question à partir du fait sportif. Il est évident que l’approche par le sport est loin d’épuiser le sujet, si on établit une comparaison avec les problématiques de la formation, de l’emploi, du développement économique, de la recherche ou de l’innovation technologique, voir même de la culture. Pour autant, le sport apporte sa part d’originalité dans la mise en valeur de l’identité aquitaine. Jusqu’au tout début des années 1980, on parlait volontiers des « sports typiques du Sud-Ouest »... L’affirmation de la Région Aquitaine a contribué à remodeler à son avantage ces images de référence. Conjointement, le Conseil régional a su impulser un élan décisif qui permet à de nouveaux sports de s’imposer et de contribuer à promouvoir l’image de l’Aquitaine.

Naissance et affirmation de la région aquitaine

  • 4 Moulinier P., « Départements et régions : le tournant des années 1980 », dans Poirrier P. et Rioux (...)

8La collectivité territoriale qu’est aujourd’hui la Région Aquitaine s’est construite en plusieurs étapes. Historiquement, la mise en place d’échelons déconcentrés, au niveau régional, s’est effectuée lentement, en liaison avec les procédures générales de la planification et de l’aménagement du territoire. Dès 1955, un décret du 30 juin institua des programmes d’action pour 22 régions françaises. À l’époque, l’Aquitaine administrative comprend les cinq départements d’aujourd’hui. On considère que la création de la DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale), le 14 février 1963, est un jalon important dans la genèse des régions. Les Régions voient le jour en 1972, par la loi du 5 juillet, à l’époque sous la forme d’établissements publics aux compétences limitées. Les conseils économiques et sociaux, à l’époque dénommés « comités » se mettent en place à ce moment-là. L’assemblée régionale est élue au suffrage universel indirect. L’aménagement territorial et le développement économique sont les deux objectifs majeurs, liés l’un à l’autre. Le 4 janvier 1974, Jacques Chaban-Delmas devient le premier président du Conseil régional d’Aquitaine qui n’était alors qu’un simple établissement public régional. En 1976, le Conseil régional crée un ligne budgétaire « culture », et le politologue Jacques Palard4 montre comment on va passer, entre 1977 et 1981, « de la logique administrative à une logique politique ». Le 23 janvier 1979, André Labarrère, député maire de Pau, succède à Jacques Chaban-Delmas, député maire de Bordeaux, à la présidence de la région. Le 27 novembre 1981, c’est Philippe Madrelle, alors député-maire de Carbon-Blanc, conseiller général et président du Conseil général de la Gironde.

9Dans le secteur de la culture, à certains égards un domaine voisin de celui du sport, on voit se dessiner une évolution qui permettra de « retraiter » certaines problématiques de développement local en termes d’expressions identitaires et symboliques. Pour autant, l’histoire de la politique sportive régionale pour les années antérieures à la décentralisation, liée entre autres à l’aménagement du littoral aquitain, reste à écrire. Il y a là matière à étude.

10La reconnaissance politico-administrative de la Région devient effective avec la loi du 2 mars 1982 (relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions) bientôt complétée par les lois du 7 janvier 1983 (concernant la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État) et du 22 juillet 1983. La Décentralisation donne aux régions le statut de collectivités territoriales. L’exécutif est confié au président de l’assemblée régionale et non plus au préfet de région. Le président Philippe Madrelle fait édifier l’hôtel de Région, à l’ouest du quartier Mériadeck de Bordeaux. Le 15 avril 1985, Jacques Chaban-Delmas retrouve la présidence de la Région Aquitaine.

11La reconnaissance institutionnelle des régions acquiert sa pleine légitimité politique en 1986, avec les élections des Conseils régionaux au suffrage universel. L’Aquitaine devient une collectivité territoriale de plein exercice. Les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct. C’est selon ces modalités que Jacques Chaban-Delmas est élu président de ce nouveau Conseil régional le 21 mars 1986.

  • 5 Voir en particulier le document suivant. Région Aquitaine, Règlement d’intervention de la Région en (...)

12Dès lors, dans les vingt ans qui vont suivre, la prise en considération du fait sportif se concrétise par différentes opérations : souci de valorisation des particularismes culturels, soutien accordé à des « plans » régionaux d’équipements ou d’aménagements sportifs, aide accordée à des équipes ou athlètes d’élite ainsi qu’à des événements marquants, contribution à la construction ou à l’amélioration d’infrastructures sportives qui s’inscrivent dans une armature nationale (à l’exemple du CREPS Aquitaine, situé à Talence) ou du Lycée René Cassin de Bayonne (abritant le pôle national de haut niveau en pelote basque), préservation des espaces naturels, aide apportée à des programmes d’animation sportive, par exemple. S’appuyant sur la concertation et sur des partenariats efficaces, en Aquitaine, la territorialisation des politiques sportives est un processus particulièrement net qui s’opère dans la transparence5.

La prise en considération du sport dans la politique publique régionale

13Plusieurs types d’actions structurent la politique de la Région en faveur du sport. Au cours des vingt dernières années, la politique conduite a gagné en rationalité. L’action de la Région s’est diversifiée, a acquis en cohérence au point de définir aujourd’hui un modèle d’ensemble bien structuré.

14Pour cette jeune collectivité politico-administrative, qu’est la Région (si on la compare aux communes – les villes – ou aux Départements), il importe de donner à voir et à lire une unité et une identité territoriales spécifiques. Dans le domaine qui nous intéresse, deux types d’éléments s’articulent. D’une part, le sport doit être traité comme un facteur d’homogénéisation territoriale et d’équité spatiale. Chaque Aquitain doit pouvoir trouver dans la proximité quotidienne un certain nombre de services, dont la possibilité de pratiquer des activités physiques et sportives. D’autre part, la réalité sportive dans la région considérée résulte en partie de divers héritages culturels porteurs de particularismes, d’appartenances et d’expressions identitaires que le haut niveau de compétition vient souvent renforcer. En outre, des sports qu’on pourrait qualifier de « réservés » ou d’élitistes, compte tenu des caractéristiques sociologiques de leurs pratiquants, doivent être popularisés (entre autres par la proximité des installations) et ils peuvent contribuer à l’attractivité symbolique des territoires. Toute politique sportive régionale se doit d’opérer un équilibre indispensable entre ces registres.

  • 6 Lanne L., « Politique. Conseil régional d’Aquitaine. Le plan golf : 13 parcours en 7 ans », Sud Oue (...)
  • 7 Ibid.

15Prenons pour illustration le Plan Golf impulsé officiellement par le Conseil régional d’Aquitaine à l’issue de la réunion du Bureau tenue à la fin du mois de juillet 1986. Le Président Chaban-Delmas, qui a doté la commune de Bordeaux d’un terrain de golf municipal, tient à démocratiser ce sport dont il est un pratiquant assidu. « L’Aquitaine s’intègre(ra) au plan national, le “plan vert” : dix golfs publics par an pour répondre à la croissance exponentielle du nombre de golfeurs (35 000 en 1980, 80 000 en 1985 en France) »6. « L’Aquitaine qui en compte quinze actuellement, se donne pour objectif d’en réaliser treize de plus d’ici sept ans. Le Conseil régional financera les golfs publics selon un cahier des charges précis » que les collectivités locales devront respecter. Ces équipements seront nécessairement des « golfs publics, ouverts à tous et à vocation éducative »7. L’argumentation privilégiée dans ce dossier montre bien comment l’image de l’Aquitaine, grâce au golf, est susceptible aussi de jouer sur deux échelles complémentaires : l’une internationale, l’autre locale, autour de tel ou tel équipement. Il conviendra ainsi de « s’adresser aux plus grands architectes spécialisés (Jack Niclaus, Ron Kirby, Jim Fasio, pourquoi pas) pour donner une image de marque internationale et développer une promotion-commercialisation de l’ensemble du circuit sur tous les parcours ». Et le journaliste Louis Lanne de résumer comme suit l’enjeu aquitain du golf, en se faisant l’écho des débats. « Plus que le football, le rugby ou la tauromachie, le golf intégré dans un plan de développement de l’environnement touristique, thermal et de qualité de la vie est l’atout le plus fort que l’Aquitaine peut jouer tant en France qu’à l’étranger pour attirer touristes, golfeurs et investisseurs ».

  • 8 Conseil Économique et Social d’Aquitaine, Le poids économique du sport en Aquitaine, 1992.
  • 9 Sud Ouest Surf. Lacanau Hossegor Biarritz. Voir l’article d’Arnaud Romera, « Conseil régional. L’op (...)

16Le 11 juillet 1988, Jean Tavernier succède à Jacques Chaban-Delmas à la présidence de la Région Aquitaine. Il sera confirmé dans ses fonctions le 5 juin 1989. Son successeur, Jacques Valade, ancien ministre et adjoint de Jacques Chaban-Delmas à la mairie de Bordeaux, est élu le 27 mars 1992 pour six ans. Il effectuera le premier mandat complet de président de l’assemblé régionale élue au suffrage universel. Au tout début de son mandat, dans l’hémicycle de l’Hôtel de Région, l’Avis du Conseil économique et Social d’Aquitaine, qui a diligenté un important rapport sur le sport8, est adopté en séance plénière le 26 octobre 1992. Le président Valade est convaincu de l’importance du sport. Il considère le surf comme « un fantastique moyen de promotion pour l’Aquitaine ». Dès l’été 1992, le Conseil régional en fait une priorité. Le supplément Sud Ouest Surf du 6 août 1992, s’en fait l’écho avec un article pleine page. « Depuis deux ans la Région s’est largement investie dans le surf (...), au point d’en faire le sport numéro un au niveau des aides financières pour l’exercice 1992 »9. L’article détaille ensuite les aides accordées par la Région pour soutenir le surf et les sports de glisse.

  • 10 Dans les rubriques relatives de sa bibliographie thématique au sport de haut niveau en Aquitaine, r (...)

17Sans pouvoir entrer dans le détail et suivre la chronologie des décisions qui ont jalonné et modelé la politique sportive de la Région10, venons-en aux années récentes.

  • 11 Voir par exemple le dossier de presse diffusé sous forme de plaquette par la Région Aquitaine, La r (...)

18Les documents de « pilotage » de la politique sportive régionale qui abordent ce domaine sous l’angle de l’équité socio-spatiale définissent le fait sportif selon trois axes développés en concertation avec les autres instances régionales (direction régionale de la Jeunesse et des Sports, Comité régional olympique et sportif) et les collectivités locales. Un premier axe envisage le sport comme un vecteur de l’aménagement du territoire (réalisation d’infrastructures sportives, aménagements liés à des sites de pleine nature), acquisition et mise à disposition de matériel technique, promotion du « sport pour tous », développement du « sport loisir », contrats d’objectifs passés avec des institutions régionales (pour le sport scolaire, par exemple). Un deuxième axe aborde le sport comme un élément important du lien social et de la citoyenneté. Le soutien aux associations, l’aide apportée à l’engagement bénévole (par la formation) l’encouragement au sport féminin, la prévention contre le dopage, la sensibilisation aux méfaits de la violence dans le sport, par exemple, s’appuient sur des actions menées en concertation avec d’autres partenaires habituels. Le troisième axe se rapporte au soutien apporté au sport de haut niveau. Le « club olympique aquitain », qui rassemble les meilleurs athlètes de la Région11, les aides personnalisées à de jeunes athlètes, le développement des sections sportives scolaires implantées dans les lycées, les groupements nationaux hébergés ou ayant leur siège en Aquitaine (CREPS Aquitaine, Fédération française de Surf, Fédération française de Pelote Basque, par exemple), le suivi médical de jeunes espoirs aquitains, sont autant d’aspects constitutifs de la valorisation de l’excellence sportive.

  • 12 Nous pensons en particulier aux travaux d’Yves Mény et Jean-Claude Thœnig ou à ceux de Pierre Mulle (...)
  • 13 Conférence Aquitaine du Plan, Aquitaine 2010, février 1999.
  • 14 Contrat de Plan État-Région Aquitaine 2000-2006, Aquitaine terre de progrès, terre de projets.
  • 15 Ibid., p. 11.

19L’action sportive régionale, qui ne saurait exister isolément, témoigne d’une cohérence générale. Cette dernière se vérifie aisément lorsqu’on lui applique les « grilles de lecture » classiques mises au point par les spécialistes de l’analyse des politiques publiques12. En outre, deux incitations permettent aux élus régionaux de légitimer le soutien au sport. La Loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire du 25 juin 1999 s’est fixé trois objectifs : favoriser l’égalité des chances entre les territoires, encourager le développement local, susciter de nouveaux emplois. Neuf schémas de services collectifs – dont celui du Sport – doivent faciliter la coordination de ces objectifs. Par ailleurs, la préparation du contrat de Plan État-Région (Aquitaine) s’est concrétisée par l’animation de neuf ateliers thématiques (dont les ateliers Espaces naturels, Jeunesse et Sport...) et cinq ateliers sectoriels (dont l’atelier Tourisme et Loisirs)13. Dans la plaquette qui présente le programme définitif14, le sport apparaît comme un véritable « outil d’animation du territoire »15.

  • 16 En collaboration avec la Préfecture de la région Aquitaine, la drdjs Aquitaine Gironde a d’ailleurs (...)

20Il n’en reste pas moins vrai que la réalité symbolique du sport, dans son traitement sous forme d’images et/ou de textes, tend surtout à privilégier le registre du patrimoine de culture (pelote basque, rugby, surf...) ou celui du patrimoine de nature (surf encore, activités de pleine nature comme la voile ou le VTT...), dans leurs différentes déclinaisons. Un partenariat privilégié s’est rapidement instauré entre une institution politico-administrative régionale (le Conseil régional d’Aquitaine) visant à imposer son image dans un champ socio-politique déjà dense, la direction régionale de la Jeunesse et des Sports (et ses directions départementales)16 et le « monde » sportif (clubs, comités, ligues, CROS Aquitaine...). Ce dernier étant susceptible d’apporter une note identitaire originale tout en étant confronté par ailleurs à l’élévation croissante des coûts financiers engendrés par l’activité sportive et par la constitution d’une élite.

21Peut-être faut-il noter une certaine évolution des sensibilités, en une vingtaine d’années. L’évocation volontairement détaillée du climat dans lequel avait été adopté en juillet 1986 le Plan Golf aquitain mettait largement l’accent sur l’importation (et le renforcement) d’un référentiel sportif plutôt « moderniste » (et pour partie « déterritorialisé »). L’engagement des clubs fanions dans la voie de la professionnalisation n’en était qu’à ses débuts. La déconcentration du sport de haut niveau venait à peine de se mettre en place avec l’installation des Centres permanents d’entraînement et de formation (circulaire du 21 février 1985 sur les CPEF). Une dizaine d’années plus tard, le référentiel intègre la réalité « patrimoniale » du sport (y compris pour le surf) et sa force identitaire tendent à mettre l’accent sur une expression « localiste » du sport, pouvant ouvrir sur le haut niveau de pratique tout en revendiquant un ferme ancrage territorial. Cette inscription territoriale du sport est un élément non négligeable du développement durable des collectivités humaines qui composent l’Aquitaine. Le sport participe de la vitalité socio-économique (création d’emplois, accueil du tourisme sportif, formations à l’encadrement des activités physiques et sportives...). Ces paramètres du sport sont devenus incontournables. Le 20 mars 1998, Alain Rousset, maire de Pessac qui fait partie de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), devient président du Conseil régional d’Aquitaine. Il va s’employer à mobiliser les ressources adéquates pour soutenir ce secteur tout en multipliant les partenariats concertés.

L’armature des sports « régionaux » en Aquitaine : une mosaïque identitaire bien intégrée

22Trois sports « régionaux » expriment chacun à leur manière une « identité aquitaine » : il s’agit de la pelote basque, du rugby et du surf. Leur implantation spatiale respective est originale et il n’y a guère que le rugby qui possède une bonne diffusion à l’échelle régionale (soit cinq départements) qu’on peut étendre aussi à l’ensemble d’une « France du Sud ». La pelote basque est fortement structurée à partir de son périmètre culturel et socio-linguistique d’origine (tout en étant implantée sur les cinq départements aquitains). Le surf, pour sa part, se limite au littoral aquitain (soit trois départements) même si l’exploitation « sportive » du mascaret donne matière à l’affirmation, dans l’arrière-pays, d’une nouvelle conception de la glisse mettant en valeur certaines portions fluviales de la Dordogne ou de la Garonne. Il est significatif que les agents administratifs en charge des sports à l’Hôtel de Région utilisent souvent l’expression « sports identitaires » pour désigner les trois sports cités. Il n’est pas possible de détailler les aides et subventions accordées par la Région à ces sports, qui se déclinent en faveur du plus haut niveau jusqu’aux actions de proximité d’insertion par le sport pour des jeunes en difficulté conduites par les clubs ou par d’autres associations (Surf Insertion, Drop de Béton...).

La pelote basque : du jeu traditionnel au sport moderne

23La pelote basque est bien antérieure à l’essor des sports athlétiques modernes. L’évolution et la modernisation du jeu de pelote ont eu lieu, pour une large part, sur place. Cette continuité spatiale et temporelle en fait l’héritière du jeu « traditionnel » de la pelote basque. Les premiers témoignages précis datent du début du xviie siècle. Par la suite, et jusqu’aux années 1880, il s’agit d’un jeu encore traditionnel autour duquel s’élaborent en partie l’identité locale et l’émulation entre les petites communautés composant le Pays Basque.

24Au début des années 1990, la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB) dont le siège est situé à Bayonne, rassemble 15 200ciés répartis en 291 clubs. À l’époque l’Aquitaine ne regroupait pas moins licencié 12 400 licenciés. Dix ans plus tard, l’effectif fédéral global dépassait les 19 000 licenciés, dont 15 000 licenciés domiciliés en Aquitaine, soit près de 80 % des compétiteurs, répartis dans quatre ligues : Pays Basque, Landes, Béarn, Côte d’Argent. La pratique féminine n’est pas négligeable (1 900 licenciées au total, soit 10 % de l’ensemble des licenciés). La pelote basque nécessite des équipements sportifs diversifiés (fronton place libre, trinquet, mur à gauche couvert, vaste jaï-alaï pour la cesta-punta...) qui apportent une note architecturale originale, parfois monumentale, et dont la réalisation suppose un savoir-faire spécifique. Le partenariat avec les entreprises permet d’affirmer une image associant « authenticité », « art de vivre » et « compétition ». Soucieux d’articuler « tradition » culturelle et « modernité » fédérale, les dirigeants de la FFPB s’emploient à développer les spécialités de pelote basque sur différents fronts : championnats internationaux, Jeux olympiques, championnats nationaux (et « grande semaine » estivale à l’occasion de laquelle se disputent nombre de finales fédérales dans différentes spécialités du jeu), pratique scolaire, clubs d’entreprises, etc., tandis que divers tournois contribuent à l’animation touristique et balnéaire locale.

Le rugby à quinze : la « reterritorialisation » associative par le ballon ovale

25Le rugby est un sport importé d’outre-Manche dans le dernier quart du xixe siècle. Il apparaît à Bordeaux d’abord au sein d’un confidentiel Bordeaux Athletic Club fondé en 1876 puis en 1892 avec les sociétaires du Stade Bordelais et du Sport Athlétique Bordelais, et un peu plus tard à Bayonne et à Pau. Rapidement, ce sport va passionner les populations scolaires et étudiantes puis se caractériser par une ré-appropriation culturelle dynamique. Le processus est à l’origine de « styles de jeu » contrastés qui sont la traduction symbolique et territoriale d’une émulation entre les localités du Sud-Ouest.

  • 17 Traitement cartographique à l’appui, la démonstration probante en a été faite par un géographe du C (...)

26Au début des années 1990, la Fédération Française de Rugby (FFR) rassemble 217 000 licenciés qui se répartissent en 1 766 clubs (principalement des sections de rugby intégrées au sein de clubs omnisports). Pour sa part, l’Aquitaine rassemble 37 700 licenciés (soit 17,4 % de l’effectif total) appartenant à 248 clubs (soit 14,6 % des clubs affiliés à la FFR) qui composent les comités Côte Basque, Côte d’Argent, Périgord-Agenais et Béarn. Dix ans plus tard, on décomptait dans la région 37 000 licenciés (pour 250 clubs), soit près de 20 % de l’effectif fédéral. En dix ans, l’Aquitaine a « perdu » 4 000 licenciés (il s’agit d’un phénomène général). Si la pratique du rugby est une particularité de l’Aquitaine, il convient de rappeler que le sport du ballon ovale s’inscrit dans un périmètre géographique débordant les limites régionales. Depuis la saison 1989-90, la FFR possède des équipes féminines (1 103 licenciées la première saison, 1 941 licenciées la saison suivante...). En Aquitaine, il existe près d’une trentaine de clubs féminins qui rassemblent 580 licenciées. Dans la région, les dirigeants du rugby s’emploient également à faire découvrir « la magie du rugby » aux plus jeunes grâce aux liens étroits entretenus avec l’Union Sportive de l’Enseignement Primaire (USEP) et avec les milieux scolaires et étudiants d’une façon générale. Le poids symbolique de l’Aquitaine, dans le domaine du rugby, n’est pas négligeable. Il est probablement supérieur à l’importance relative que lui donne son effectif de licenciés. Pour autant, sous la longue présidence d’Albert Ferrasse (1968-1991), le centre de gravité de la FFR se situait bien en Aquitaine, vers Agen, plus précisément17...

  • 18 D’après Jean-François Mézèrgues, « Le rugby des familles se porte bien », Sud Ouest Dimanche du 22 (...)
  • 19 Voir par exemple l’ouvrage de Sébastien Darbon, Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-V (...)
  • 20 L’Aquitaine, no 12, décembre 2004, p. 2.

27Longtemps, le « rugby des villages » a pu donner la réplique aux clubs des grandes villes. C’est exceptionnel aujourd’hui. Le rugby contribue localement à l’entretien du lien social. Le président du club d’Hagetmau (4 500 habitants et 180 licenciés au club de rugby), dans les Landes, souligne cette fonction : « Dans les campagnes, c’est l’occasion de se rencontrer, de parler avec les joueurs, avec toutes sortes de gens, de nouer des relations d’affaires aussi. C’est une convivialité qui fait également partie de la vie économique »18. Généralement, les entreprises locales entretiennent un partenariat régulier avec les clubs19 et, à ce propos, certains économistes n’hésitent pas à établir un parallélisme entre dynamisme des petites et moyennes entreprises (PME) et réussite rugbystique. Le rugby est partie intégrante d’un mode de vie inscrit dans un espace social bien défini. La professionnalisation du rugby, engagée dès 1995, tend désormais à autonomiser quelque peu les clubs qui évoluent dans les deux divisions du championnat « pro » mais comme ceux-ci restent liés aux grands clubs historiques du Sud-Ouest : Biarritz Olympique, SU Agen, Stade Bordelais, Section Paloise, Aviron Bayonnais, US Dax, CA Périgueux, etc., l’identification « communautaire » reste forte « vu le nombre de ses clubs évoluant au plus haut niveau, l’Aquitaine peut prétendre être la première région rugbystique », note-t-on dans L’Aquitaine20.

28L’organisation par la France de la Coupe du Monde de rugby, en 2007, suscite une effervescence sans pareille dans le monde de l’Ovalie. La Région Aquitaine apporte son soutien à l’événement et à sa préparation, puisque Bordeaux accueillera quatre matches. Un partenariat a été conclu avec le Groupement d’Intérêt Public créé pour l’organisation de la Coupe du Monde tandis qu’une mission est chargée de constituer un « Rugby Club Aquitaine 2007 », qui rassemblera des chefs d’entreprise de la région afin de développer des partenariats autour de l’événement.

Le surf (ou surf-riding) : d’un modéle culturel nouveau à l’affirmation d’un « style de vie »

29Le surf est un sport d’apparition relativement récente en France. Il a été importé d’outre-Atlantique, plus exactement de la côte californienne. Les débuts du surf sur la côte basque datent de 1957 et le premier club fut fondé à Biarritz deux ans plus tard : le Waïkiki Surf Club. D’autres, également spécialisés dans ce sport de glisse, vont suivre. La Fédération Française de Surf Riding se structura en mars 1964. Les championnats d’Europe furent organisés en 1971 à Seignosse (Landes) et, à partir de cette époque, l’élite des surfeurs français va pouvoir se confronter régulièrement aux meilleurs mondiaux. En 1990, la Fédération Française de Surf et Skate regroupait 4 600 licenciés qui se répartissaient dans 125 clubs. À elle seule, l’Aquitaine regroupe 3 500 licenciés (soit 75 % de l’effectif total) et 55 clubs (soit près de 53 % de l’ensemble), au sein des comités Côte Basque, Landes et Gironde. Pour autant, le nombre des licenciés ne reflète pas l’engouement réel des jeunes pour le surf – pas nécessairement des compétiteurs – dont la pratique n’est pas définie par la prise d’une licence et l’adhésion à un club. À l’époque, des décomptes réalisés sur plusieurs sites laissent supposer que 25 000 personnes pratiquent assez régulièrement le surf en France, soit un licencié sur 5 surfeurs déclarés. En d’autres termes, ce nouveau modèle de culture sportive est assez affranchi de la réalité associative du club et les adeptes du surf font preuve de mobilité. Ils se déplacent volontiers d’un site à un autre.

30La Fédération Française de Surf (FFS) a son siège à Hossegor (Landes), idéalement placé sur le littoral aquitaine entre la côte basque et la Gironde. En 2000, le surf rassemble en Aquitaine 12 000 licenciés (soit 75 % de l’effectif fédéral, qui s’élève à 15 000 licenciés) répartis dans plus de 50 clubs, sans compter les milliers de stagiaires qui s’initient à ce sport dans les différentes « écoles de surf » du littoral, durant les périodes de vacances. En 2003, on estime à 40 000 personnes, l’effectif de stagiaires qui ont découvert ce sport. Aujourd’hui, les clubs de l’Aquitaine rassemblent 15 500 licenciés (dont 2 900 féminines).

  • 21 Garicoix M., « Les sports de glisse conquièrent l’Aquitaine », Le Monde du jeudi 4 juin 1998, p. 18
  • 22 Garicoix M., « L’industrie du surf trouve en Aquitaine un nouvel eldorado. Une industrie de la glis (...)
  • 23 Pour prendre la pleine mesure socio-économique de ce phénomène, nous renvoyons le lecteur à l’analy (...)

31L’évolution récente du surf est spectaculaire. L’image de ce sport est largement diffusée dans les supports de communication et d’information des trois départements concernés et de la Région Aquitaine. Donnons deux illustrations qui permettront de saisir la réalité concrète qui rend crédible le message médiatique. En Gironde, le Lacanau Surf Club organise le Quiksilver Lacanau Pro, une étape importante du circuit professionnel. En 1989, pour la 10ème édition, les 200 compétiteurs (hommes et femmes) ont attiré 200 000 spectateurs. En 1969, le club regroupait 17 licenciés. Il a dépassé le cap des 400 licenciés en 1989 et des 500 trois ans plus tard... Les sports de glisse ont conquis l’Aquitaine, sa population et ses vacanciers, avec des retombées économiques indéniables. Les nouveaux acteurs économiques, associés à ce développement, sont autant de partenaires ou sponsors. Selon Michel Garicoix, les sports de glisse – qui ne se limitent pas au surf, évidemment – ont généré plus d’un millier d’emplois21 et l’on décompte trois mille emplois permanents deux ans et demi plus tard, non compris les saisonniers22. « Activité encore marginale il y a seulement dix ans, le secteur de la glisse [pèse] près de 4 milliards de francs en 2000, contre 600 millions en 1994 », note le journaliste. Cette culture sportive incarne désormais un « style de vie » qui profite largement à l’image de l’Aquitaine23.

32L’examen des trois disciplines sportives (d’autres pourraient d’ailleurs compléter ce tableau) permet d’ébaucher une « grille de lecture » culturelle – et quasi patrimoniale – du sport en Aquitaine.

Les caractéristiques systémiques d’une politique régionale du sport en Aquitaine

33Pour apporter leur soutien au sport, le Conseil régional et son président se doivent de manifester un nécessaire parti pris d’exhaustivité afin de ne pas léser telle zone géographique, tel sport, telle structure sportive dans la distribution des aides et des soutiens. Pour autant, on ne saurait nier qu’en termes de représentations collectives, de communication sociale et de stratégies de « mise en scène » de l’Aquitaine par le sport, l’information peut être plus ou moins « parlante ». Il est possible cependant de dégager une logique d’ensemble. Le corpus de textes et images utilisé pour cette partie de l’étude est indiqué dans chacune des sections qui suivent.

Propositions pour une « grille de lecture » territoriale du fait sportif aquitain

34Détaillons tout d’abord le double impératif auquel est confrontée une politique publique culturelle et/ou sportive régionale obligée d’articuler équité spatiale et soutien aux identités locales. En effet, pour comprendre l’essai de synthèse interprétative qui suit, il faut se rappeler une remarque formulée plus haut. Le traitement du sport à l’échelle régionale suppose la prise en considération de deux aspects : d’une part, l’exigence d’équité socio-spatiale (l’offre sportive locale – à destination du contribuable – doit être effective et de qualité), d’autre part, la mise en valeur symbolique des « territoires » du sport (patrimoine de culture et/ou patrimoine de nature) dessine une spécificité régionale forte. Ces deux marqueurs (qualité de vie, d’une part, traditions et opportunités locales, d’autre part) contribuent à faire de l’Aquitaine une région attractive ou se présentant comme telle. Plusieurs brochures, de format variable, et des dépliants consacrés aux sports et aux activités physiques et sportives permettent d’illustrer la « grille de lecture » décrite ci-après.

35En Aquitaine, on repère aisément deux types de particularismes, concernant le sport (des « familles » de sports et les groupements qui les portent : les clubs, les comités et les ligues), pouvant être définis en termes de supports du développement local. Soit, pour les tendances globales, la caractérisation suivante, présentée selon une logique de valorisation, de conversion ou de consolidation :

  • D’une part, le patrimoine de culture, avec des sports comme la pelote basque, le rugby (principalement), le basket-ball (dans une moindre mesure) qui structurent des communautés que les particularismes socio-linguistiques viennent renforcer. D’autre part, le patrimoine de nature, aux opportunités relativement diversifiées, dont la mise en valeur a permis récemment d’un côté l’essor des sports de glisse (surf, voile, planche à voile, canoë-kayak...), de l’autre le renouvellement des usages sportifs de la montagne (ski, snowboard, raquette, canyoning...). Sans oublier ici le rôle pédagogique des bases de plein air et de loisirs (BPAL) et des Parcs naturels.

    • 24 Citons par exemple le guide pratique illustré et bilingue : Golf sur la Côte Basque et la Côte Land (...)
    • 25 Voir la brochure bilingue éditée par le Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine (avec le soutien de (...)
    • 26 Pour mentionner un document ancien, citons la brochure suivante : La Tombelle H. de, Samazeuilh J.,(...)

    Dans le second cas, si la voile et le canoë-kayak ont déjà une « histoire ancienne », en Aquitaine, il est clair que la valorisation récente du patrimoine de nature, avec les « nouvelles pratiques » est en train de « construire » progressivement un patrimoine de culture (permettant d’identifier le littoral aquitain en référence aux sports de glisse avec maîtrise de la vague) : une conversion du patrimoine de nature en patrimoine de culture. L’aménagement des terrains de golf illustre également cette tendance articulant sport et nature24. On peut en dire autant des usages « sportifs » du vélo25 et du cyclotourisme26.

    • 27 Voir le guide Aquitaine. Tourisme équestre. La passion du cheval, qui détaille toutes les possibili (...)

    Dans d’autres cas, toujours relatifs à l’Aquitaine, c’est la densité du patrimoine de culture (par exemple le pôle international de Préhistoire de la vallée de la Vézère), avec son pouvoir attractif, qui permet d’engager localement une consolidation du patrimoine sportif, de culture (par exemple autour de la pratique du cheval, de la randonnée équestre27, de la randonnée pédestre, des parcours pour VTT...) ou de nature (descentes de rivière, camps itinérants pour des groupes de jeunes, randonnées...) avec des niveaux de diversification variables.

  • Enfin, une dernière tendance, qui obéit également à la logique de consolidation de la spécificité sportive, est repérable pour l’ensemble du littoral aquitain, avec des interrelations entre l’affirmation d’un particularisme local (autour du surf et des sports de glisse...), d’autres sports de plein air ou de pleine nature (terrains de golf, complexes tennistiques, réseaux de pistes cyclables, réseaux de randonnées diverses...) et des structures d’hébergement qui impliquent différents opérateurs (secteur privé, tourisme associatif, UCPA, comités d’entreprises...).

36L’activité sportive – abordée à partir de la documentation illustrée disponible –, qu’elle soit soutenue par la Région, par chacun des cinq Départements aquitains (les DDJS et les CDOS), voire même par de multiples unités se rapportant à des échelles plus petites (« pays », communautés de communes, cantons, villes...), peut être analysée à partir de cette « grille de lecture » de facture systémique. Celle-ci permet de dégager des formes d’action coordonnées, des complémentarités indispensables et une logique d’ensemble favorisant l’intégration fonctionnelle et la cohésion du territoire (des territoires...). En matière de pratiques sportives, les particularismes locaux, qui résultent tantôt d’un « héritage » historique, tantôt d’une « construction » récente, doivent tenir compte de la diversité des publics (résidents locaux, vacanciers, touristes, séjours scolaires...) et des rythmes collectifs de pratique (activités saisonnières ou continues, du fait de la péri-urbanisation des sports de pleine nature, par exemple). Les incidences économiques, en matière d’hébergement, de séjour, de restauration, de services divers, sont plutôt bien maîtrisés. Il s’agit aussi de prévenir les phénomènes de sur-fréquentation sportive des sites, les possibles dégradations de ces espaces et les conflits d’usages qui pourraient en résulter.

Deux autres études thématiques : la place du sport dans les enjeux aquitains

  • 28 « Du côté des régions et des départements. Région Aquitaine », Sport dans la Cité, no 157, 4ème tri (...)
  • 29 Jordan R., « Contrat de Plan État-Région. Les attentes du mouvement sportif », Sud Ouest du lundi 1 (...)
  • 30 Ibid.

37De fait, la politique sportive conduite par la Région Aquitaine est considérée comme plutôt exemplaire. La revue Sport dans la Cité lui a consacré une pleine page à la fin de l’année 199828. Autre fait significatif, au moment des derniers arbitrages du contrat de Plan État-Région, la ministre de la Jeunesse et des Sports vint à Bordeaux, le samedi 16 octobre 1999, pour participer au Forum des activités physiques et sportives organisé par le Conseil régional. L’enveloppe de l’État « devrait se situer autour de 50 millions de francs, mais déjà l’Aquitaine figure comme région-pilote suscitant une attention particulière du ministère de la Jeunesse et des Sports », indique la journaliste qui couvre la manifestation29. Parmi les idées avancées à l’occasion du forum, on retiendra, entre autres, l’utilité de créer « un observatoire régional sport et insertion », « un observatoire économique du sport »30.

  • 31 Un autre périodique à été diffusé auparavant, sous la présidence de Jean Tavernier et de son succes (...)

38Les études thématiques annoncées se limitent à deux « ensembles ». Une première étude prend en considération le bulletin d’information du Conseil régional : L’Aquitaine, qui a vu le jour au début de l’année 2002, à l’initiative du Président Alain Rousset, et qui en est aujourd’hui au numéro 22 (décembre 2006)31. Il nous a semblé intéressant d’intercaler un examen des professions de foi des candidats et autres documents qui ont été publiés et diffusés au moment des dernières élections régionales de mars 2004, de manière à cerner l’intérêt porté au sport dans le cadre de cette information. Au besoin, d’autres articles publiés dans la presse régionale serviront à étayer le propos.

  • 32 L’Aquitaine, éditorial du Président, no 12, février-mars, p. 3.

39Examinons tout d’abord le périodique L’Aquitaine, du premier numéro de ce bulletin de liaison, trimestriel, daté de février-mars 2002, jusqu’à celui qui précèda les élections de mars 2004 : le numéro 12. Il s’agit d’un périodique destiné autant aux Aquitains qu’aux non Aquitains pour informer les uns et les autres des réalisations majeures de la Région et des actions qu’elle soutient : « qu’il vous éclaire sur ce qu’est, sur ce que fait notre collectivité, la plus jeune et sans doute la plus innovante dans le paysage institutionnel de notre pays », indique le Président Alain Rousset32.

40Chaque numéro accorde un intérêt particulier au (x) sport(s) (articles, photographies commentées, annonce d’événements et de manifestations à venir, portraits...). Évidemment, le fait sportif est traité conformément à la hiérarchie des rubriques qui composent l’action de la Région. Toutefois, pour le sport, l’information proposée doit être replacée dans le principe de la série que constitue ce périodique. On constate un souci évident d’équité et d’équilibre dans l’information : randonnées à bicyclette sur les itinéraires balisés, pelote basque à Anglet, Rip Curl Air Festival à Hossegor, athlétisme... (no 3), tir à l’arc, Jeux para-olympiques, golf (no 5), voile, randonnée, surf, sports en eaux vives... (no 6), cross Sud Ouest, roller, équitation... (no 7), ski dans les Pyrénées, athlétisme, pelote basque, natation... (no 8). Une discipline sportive évoquée en fonction d’un événement et/ou d’une localité, agrémentée le plus souvent d’une photographie, cède la place à de nouvelles informations dans les numéros qui suivent. Chaque lecteur « sportif » peut aisément retrouver mentionnés les sujets qui l’intéressent.

  • 33 L’Aquitaine, no 5, avril 2003. Nous avons analysé de façon détaillée ce programme innovant dans la (...)

41À l’évidence, le sport suscite un large consensus au sein de l’assemblée régionale. Une seule exception, semble-t-il, concerne la voile et la course au large. Le navigateur Yves Parlier bénéficie depuis plusieurs années d’une aide conséquente de la Région pour la course au large et les compétitions transatlantiques. À partir de 2001, l’ingénieur en matériaux composites envisagea un nouveau projet : la construction d’un hydraplaneur de soixante pieds susceptible de naviguer à plus de 40 nœuds, « avec une fiabilité totale, grâce à un procédé inspiré de l’hydravion » pour le traitement des coques. « Une technologie de pointe et des créations d’emplois » en perspective... Le projet est présenté au public à la « Foire Expo » de Bordeaux (mai-juin 2003), sur le stand du Conseil Régional33.

  • 34 Le Gardien N., « La question du dimanche » : « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquitains d (...)
  • 35 Ibid.

42L’aide de la Région pour le programme développé par Yves Parlier, qui couvre la période 2001-2006, a atteint 4,5 millions d’euros auxquels viennent s’ajouter la contribution de deux entreprises : Médiatis (organisme de crédit à la consommation), à hauteur de 5 millions d’euros et vingt-quatre autres partenaires, dont France Télécom, pour une aide de 5,5 millions d’euros. Depuis le mois d’août 2001, en deux ans, 4 entreprises et 35 emplois directs ont été créés, et 60 autres emplois induits se répartissent dans une trentaine d’entreprises régionales mobilisées autour du programme. Le périodique L’Aquitaine met en avant les exploits et autres expérimentations technologiques du navigateur arcachonnais et de son équipe, avant et après la mise à l’eau de l’hydraplaneur baptisé Médiatis Région Aquitaine, effectuée à la fin du mois de janvier 2004. Pourtant, un article paru dans le journal Sud Ouest en septembre 2003 fit entendre un son de cloche sensiblement différent. Interrogé par un journaliste34 de Sud Ouest pour « la question du dimanche », le vice-président du Conseil régional, Sylvano Marian, avoua avoir trouvé « insupportable » que le navigateur basque Pascal Bidegorry ait été contraint de disputer la Solitaire du Figaro 2001 sur... Île-de-France, alors qu’il était le vainqueur de l’édition précédente. Son rôle d’élu à la Région est de veiller à ce que les champions du Béarn ou du Pays Basque ne soient pas lésés. « À partir de là, je me suis battu pour que ça ne se produise plus ». À l’évidence, la gauche plurielle à la tête de la Région Aquitaine a dû surmonter des tensions internes assez vives. À l’avenir, la Région Aquitaine se doit d’aider tous ses meilleurs sportifs. Après « vingt-quatre mois de combat »35, cela aboutira à une subvention de 70 000 euros permettant au skipper basque de terminer quatrième de la Solitaire sur Région-Aquitaine. En cette fin du mois d’août 2003, l’honneur était sauf.

  • 36 L’Aquitaine, no 7, octobre 2003, p. 7.

43Le journaliste Nicolas Le Gardien n’est pas très tendre en évoquant les choix opérés dans ce domaine par la Région, même si d’autres acteurs locaux sont à critiquer. « La Région, elle, souffle depuis longtemps dans les voiles d’Yves Parlier, lui offrant 4,5 millions d’euros pour la période 2001-2006 et son hydraplaneur. Elle a en revanche longtemps ignoré les autres [navigateurs] ». C’est, nous semble-t-il, en fonction de ces éléments publiés dans le quotidien régional, au mois de septembre 2003, qu’il faut lire – et comprendre – la pleine page intitulée : « La Région aime le grand large »36. Soit un véritable triptyque. « Didier Munduteguy : le cap-hornier qui sait parler aux lycéens », « Yves Parlier : recherche, innovation et création d’emplois », « Pascal Bidegorry : la passion de la compétition ». Un encadré présente l’association Aquitaine Jeunes Talents qui permettra l’éclosion d’une nouvelle génération de marins.

  • 37 Mais il est vrai que la réussite se fait quelque peu attendre. Nicolas Le Gardien (« la question du (...)

44Ainsi, à partir de l’été 2003, la Région va repenser sa logique de soutien à la voile au large, y compris sous l’angle de la communication. L’aide accordée à Yves Parlier relève de l’innovation technologique37. Ce n’est pas sur le chapitre sport qu’est soutenu le navigateur et ingénieur d’Arcachon mais sur les chapitres création ou innovation. « Il utilise des matériaux composites de la région, sous-traite avec des entreprises locales pour un projet unique », justifie Sylvano Marian. Ce dernier insiste sur une autre décision destinée à compenser « le manque de dynamisme de la voile en Aquitaine ». « Nous avons donc décidé d’aider l’accès au haut niveau, notamment à travers Aquitaine Jeunes Talents ». « En aidant les skippers, nous voulons montrer ce que ça peut rapporter en terme d’image ». Une manière aussi de donner l’exemple. Mais il est vrai qu’en Aquitaine, les entreprises sont assez peu sensibles au sponsoring sportif, et elles le sont moins encore pour la voile.

45Par ailleurs, la voile rassemble en Aquitaine des licenciés dans une quarantaine de clubs (28 clubs affiliés en Gironde, 9 dans les Landes, 9 dans les Pyrénées-Atlantiques et 2 en Dordogne). 150 régates officielles sont organisées chaque année sur l’ensemble des plans d’eau de la région sous l’égide de la ligue d’Aquitaine et de la Fédération française de Voile.

46À quelques mois des élections régionales, il n’est pas question que la gauche plurielle, qui dirige la Région depuis mars 1998, affiche des dissensions sur la scène publique.

47Les élections Régionales de 2004 sont fixées au 21 mars (1er tour) et au 28 mars (2ème tour). Il n’est pas inintéressant d’examiner la façon dont le sport est évoqué par les listes en présence. Quelles informations pouvons nous tirer des textes produits par les principaux partis politiques ?

48La liste du CPNT (Chasse-Pêche-Nature-Tradition), conduite par Jean Saint-Josse, maire de Coarraze et député européen, détaille la thématique « Culture-Sport-Jeunesse », avec la nécessité d’« enseigner les langues régionales », tout en insistant sur la défense et le maintien « de nos traditions les plus emblématiques », « chasse, pêche, corrida, course landaise, ortolans, gavage des oies et des canards »..., et ceci, « contre les assauts des verts, des écologistes extrêmes et de l’Europe ». Parmi les candidat(e)s, on dénombre une ex-championne de France et du Monde (par équipe) de ball-trap, un président de club de surf-casting (Dax) et un président de club cyclotouriste du Lot-et-Garonne.

49La liste présentée par l’UMP est conduite par Xavier Darcos. La question des « loisirs » et de la « culture » (« patrimoine », « langues régionales », « gastronomie », « rayonnement culturel ») est évoquée ; sans plus. Dans la liste des candidats en Gironde, on note la présence de Michel Andrieux, champion olympique d’aviron.

  • 38 Assez curieusement d’ailleurs, quand on connaît l’importance des réalisations caractérisant ces sec (...)

50La liste de l’UDF est conduite par François Bayrou. Son programme se présente sous la forme d’un fascicule de 64 pages illustrées. Les « sportifs » et le sport sont traités dans le chapitre « L’aquitaine, cap sur les talents » (p. 18), qui traite également de la culture (les arts et la culture sont évoqués aussi p. 35) et des jeunes. Le document indique deux objectifs : « créer le Pôle aquitain du sport de haut niveau » et « mettre en valeur les sports “régionaux” »38. On trouve aussi mention du « tourisme », des « équipements de loisirs », de l’aménagement de « chemins de randonnées pédestres et cyclables », des « activités de glisse (mer et montagne) ». Parmi les illustrations figurent le rugby, le basket-ball et le snow-board. La liste UDF bénéficie du soutien d’un sportif : Gernot Rohr, l’ancien footballeur professionnel des Girondins de Bordeaux.

  • 39 Cette déclinaison sectorielle (et technique) de l’action en faveur des sports prévoit de soutenir « (...)

51La liste regroupant le Parti socialiste et les Verts est conduite par Alain Rousset, le président du Conseil régional sortant. Elle bénéficie du soutien de Jean Lacouture, grand spécialiste de rugby, tout comme l’universitaire Pierre Sansot, du soutien de Serge Simon, ancien international de rugby, de Patrick Estanguet, médaillé olympique en canoë-kayak, et de Dahbia Rigaud, médaillée aux championnats d’Europe d’haltérophilie. Le paragraphe qui traite du sport s’inscrit dans la valorisation d’« une région humaniste et conviviale ». Pour autant, la politique sportive est uniquement traitée selon les caractéristiques d’une politique sectorielle39. En revanche, pour les fascicules diffusés dans chacun des départements, l’accent est mis sur un « autre élément fort : le choix d’un soutien privilégié aux sports identitaires pour l’Aquitaine (rugby, pelote basque, surf, voile, VTT...) », avec deux photographies (pelote basque et surf).

52La Liste Citoyenne d’initiative communiste est conduite par Annie Guihamet, conseillère régionale sortante. Quelques lignes seulement évoquent l’art, la culture (le soutien aux « intermittents du spectacle »), la valorisation des « langues régionales », sans citer le sport.

53S’il est utile d’apprécier, sous l’angle d’une esquisse comparative, comment est traitée la thématique sportive en vue du premier tour des élections régionales, il convient de rappeler que sa place reste confidentielle au regard de ce que sont les grands thèmes envisagés : emploi, formation, recherche, infrastructures de liaison, développement durable, etc.

54Les élections régionales d’Aquitaine sont un succès pour la gauche socialiste et les Verts. Alain Rousset retrouve son fauteuil de président. Quelques semaines plus tard, le 28 avril 2004, il est élu président de l’Association des Régions de France (l’ARF : un organisme créé en 1998).

55Revenons maintenant à l’examen du périodique L’Aquitaine, à partir du bulletin no 9, daté de mai 2006, qui fait le bilan des élections régionales et met l’accent sur les orientations privilégiées pour les prochaines années. Pour traiter de l’actualité sportive, on retrouve le même principe d’équité : voyage rugbystique au Japon des lycéens d’Agen, circuit mondial du rugby à 7, handball féminin avec les internationales championnes du monde originaires de la région, 1ère Coupe du monde de canoë marathon en Dordogne, championnat de France de badminton à Bordeaux, Grand Prix de Pau Formule 3 – Euro Cup (no 9) ; surf à Lacanau et à Biarritz, randonnées (à pied, à cheval, en roulotte) (no 10) ; rugby à quinze, jumping, cyclisme, la nouvelle glisse à La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées) (no 12) ; un nouveau programme de développement du sport en Aquitaine, semi-marathon de Bordeaux, moto verte en Périgord, le Parc des Landes de Gascogne à vélo (no 13), découverte du rugby par les jeunes des quartiers sensibles à Agen, Internationaux professionnels de Cesta Punta à Saint-Jean-de-Luz, le vignoble médocain en VTT, ouverture de la saison des courses landaises (no 14). Dans les numéros qui suivent, d’autres disciplines sont mentionnées : voile, beach-volley, vol à voile, escalade, tir à l’arc...

56Dans le numéro 13 (mars 2005), Stéphane Delpeyrat (maire de Saint-Aubin, dans les Landes), le nouveau vice-président chargé du sport et du mouvement sportif est présenté au lecteur. C’est l’occasion pour cet élu de présenter les orientations envisagées par la Région pour les prochaines années. Stéphane Delpeyrat « s’apprête à approfondir et diversifier les politiques sportives de la région ». Le budget régional consacré au sport a augmenté de plus de 10 % en 2005. Suit une énumération des axes selon lesquels se développe l’intervention de la Région : conventions signées avec les 9 clubs de rugby engagés dans les championnats de France du Top 16 et de Pro-D2, auxquelles viennent s’ajouter des conventions analogues pour le football et le basket-ball, encourager la pratique du sport féminin, compléter la formation des jeunes sportifs, favoriser l’accès au sport des personnes handicapées... S’y ajouteront des actions nouvelles : création d’une « bourse aux initiatives », avec appel à projets, mise en place d’un centre de formation d’apprentis « métiers du sport », élaboration d’un programme de formation des bénévoles, conception d’un contrat d’insertion à l’intention des sportifs de haut niveau en fin de carrière...

57À partir de ce numéro 13, sans négliger l’actualité sportive, le périodique L’Aquitaine propose régulièrement des « dossiers thématiques » traités sur une pleine page : « La Région soutient le handisport » (no 14, mai 2005 ; no 17, décembre 2005), « Découvrir l’Aquitaine à pied, en vélo ou en bateau » (no 15, juillet 2005, 2 pleines pages), « Aquitaine : la Glissicon Valley s’organise », avec la mise à l’étude d’un pôle de compétitivité glisse (no 18, février-mars 2006), « Le sport scolaire : de l’amateur au haut niveau... » (no 19, avril-mai 2006), « Sport, loisir et handicap » (no 20, juin-juillet 2006), « Le rugby en Aquitaine », traité en relation avec la Coupe du Monde 2007 (no 21, octobre-novembre 2006 et no 22, décembre 2006-janvier 2007).

Conclusion

58Le sport contribue de façon non négligeable à l’intégration territoriale et symbolique de la Région Aquitaine, tant celle éprouvée à l’intérieur de son propre périmètre par les Aquitains eux-mêmes, que celle perçue à l’étranger, en termes d’image(s) attractive(s) de l’Aquitaine. Pour autant, la problématique « sportive » comporte plusieurs facettes.

  • 40 Fradet M., « la question du dimanche » : « Que représente le sport et l’activité physique dans la r (...)

59Jean-Claude Labadie, président du Comité régional olympique et sportif d’Aquitaine, insiste volontiers sur la géographie du sport aquitain et sur cette facette culturelle. « On est attelé à un socle de tradition lié au climat et à de micro-terroirs, comme le canoë en Dordogne, la pelote au Pays basque, la voile sur le bassin ou le surf sur la côte landaise »40. La dimension culturelle et identitaire de trois des sports retenus : pelote basque, rugby (à quinze) et surf, qui correspondent à des modèles culturels bien identifiables, contribuent à la définition des formes et expressions sociales qui structurent le territoire de la région. Encore faut-il ne pas oublier qu’en leur temps, ces sports ont été comme autant d’indicateurs de la transformation et de la modernisation des sociétés locales. Par eux-mêmes, ils ont constitué des traits tangibles du changement culturel et de l’innovation sociale et des logiques spatiales qui la caractérisent.

  • 41 Rappelons que pour ces deux sports, le découpage des ligues et comités s’affranchit quelque peu des (...)
  • 42 « Avec un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros, 5 000 emplois permanents et autant de saisonn (...)

60Tout en conservant son particularisme socio-linguistique, la pelote basque a dépassé la confidentialité des petites communautés rurales lorsque le littoral de la côte basque s’est ouvert au tourisme et aux mouvements de populations. Le rugby (comme mode de vie) s’est diffusé en s’appuyant sur l’associationnisme (bientôt garanti par la loi de 1901) et il a permis une modernisation de l’espace public local (et sa laïcisation), à l’échelle des localités. Aujourd’hui ces deux sports, qui marquent des terroirs précis41, se prêtent aisément à un traitement sémiologique d’une grande lisibilité. En outre, ils offrent l’avantage de pouvoir faire l’impasse sur d’autres pratiques culturelles « traditionnelles » : la corrida, la chasse (au filet pour l’ortolan ou au pylône pour la palombe, à la tonne pour le gibier d’eau...), qui comporteraient un risque évident de dissonance cognitive pour l’information diffusée à l’attention des touristes vacanciers de l’Europe du Nord... En revanche, les courses de vaches landaises, la pêche à la canne (surfcasting) trouvent leur place dans la documentation publicitaire. Pour autant la pelote basque et le rugby ne sont pas enfermés dans le passéisme nostalgique. Les aires de jeux indispensables à la pelote basque : trinquets, murs à gauche, jaï alaï témoignent d’une innovation technologique et architecturale originale. Le rugby des clubs s’ouvre au professionnalisme afin d’être compétitif au plan international. Quant au surf, contemporain à l’origine de l’essor de l’individualisme sportif de masse, il est également devenu un support incontournable du développement local42 et le « lieu » privilégié de protection des mammifères marins, de défense du patrimoine de nature, des plages et de l’environnement...

61Ces trois sports renvoient précisément à trois générations de modèles culturels du sport. Ils s’enracinent chacun dans des valeurs relativement spécifiques, soit la « tradition culturelle », l’« associationnisme sportif » et, enfin, la « pleine nature » et/ou l’« écologie » réconciliés avec l’innovation technologique et la prospérité économique.

62Voyons maintenant la réalité d’une politique publique. Le Conseil régional d’Aquitaine a su élaborer au fil des ans, par-delà l’alternance des majorités et grâce à une direction administrative compétente, une politique cohérente de soutien au développement sportif. Son effort vise à respecter le principe d’une équi-répartition des soutiens apportés dans ce cadre spatial. En outre, il s’agit d’une politique qui se combine avec diverses politiques sportives locales et qui implique aussi d’autres partenaires : acteurs économiques, publics ou appartenant au monde sportif. L’éventail des interventions de la Région dans le vaste domaine du sport autant que les montages socio-économiques et les types de partenariats encouragés incitent le cas échéant à l’utilisation du pluriel : « les politiques sportives de la région »...

  • 43 Mény Y. et Thoenig J.-C., Politiques publiques, Paris, PUF, 1989 (voir p. 130 et suivantes).
  • 44 Ibid.

63Il n’en reste pas moins évident qu’on peut identifier clairement les cinq critères d’une politique publique définis par Yves Mény et Jean-Claude Thœnig43. Rappelons ces critères : un « cadre général d’action » dépassant le niveau des simples mesures isolées, la définition de buts et d’objectifs à atteindre en fonction de normes et de valeurs, un ensemble de mesures concrètes qui sont les supports de cette politique, l’identification de publics à atteindre, un dispositif décisionnel d’allocations de ressources avec des prescriptions réglementaires incluant le cas échéant des modalités coercitives. Les grilles de lecture – territoriale, culturelle, organisationnelle et événementielle – esquissées dans le cadre de cette étude permettent de qualifier l’action de la Région Aquitaine. Il s’agit d’un modèle systémique ouvert (s’appuyant sur des incitations, des négociations, des partenariats et des conventions), qui épouse les dynamiques et les opportunités locales tout en les optimisant. « Un effort très maîtrisé », souligne l’actuel vice-président de la Région en charge du sport. Le budget affecté au sport en Aquitaine est passé de 4,8 millions d’euros en 2004 à 6,4 en 2006 (« affecté pour moitié au fonctionnement et à l’investissement »44). Il paraît pertinent d’utiliser le concept de gouvernance territoriale à propos de la politique sportive déployée par la Région. Si la puissance publique (la Région, l’État, les collectivités locales) joue un rôle majeur, d’autres institutions et acteurs interviennent dans l’action collective, en pleine confiance partagée, contribuant ainsi à l’expression des identités de terroir. Pour le dire autrement, l’interdépendance dynamique des intervenants tend à produire des mécanismes de gestion territoriale favorables à la mise en valeur des identités locales.

64Pour autant, le sport ne saurait se limiter à ses aspects symboliques les plus emblématiques (excellence sportive et sports « identitaires). La vitalité des clubs, y compris les plus modestes, est un signe tangible de développement local. Les actions sportives conduites au quotidien auprès des jeunes ou des familles, dans les zones dites sensibles, urbaines pour la plupart, ou bien dans certains zones rurales excentrées, par exemple, contribuent à la structuration du cadre de vie et à l’enrichissement du lien social. Le soutien aux associations sportives locales, qui ne bénéficient pas d’un traitement médiatique servant la politique de communication, ne sert-il pas une bonne cause sociale, celle de la qualité de vie et de la solidarité territoriale ? Et il s’agit là, par cette forme d’éducation sportive, d’une image de la région marquée par le souci de n’oublier aucun des Aquitains.

65Appréhendé sous l’angle des logiques spatiales de l’innovation, le fait sportif méritait bien le détour consistant à l’analyser dans un cadre de référence régional : l’Aquitaine, qui constitue également un niveau d’échelle important dans la conduite des politiques publiques territoriales.

Bibliographie

Bibliographie

Aquitaine. Tourisme équestre. La passion du cheval, 24 p., ill.

Callède Jean-Paul, « Cultures sportives et identité de l’Aquitaine : représentations collectives et mise en valeur d’une politique publique », Entre textes et images. Regards croisés sur la culture en Aquitaine (actes du 57e Congrès de la FHSO, Bordeaux, 5 juin 2004), Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, no 6, 2005.

Chazel François (textes réunis par), Pratiques culturelles et politiques de la culture, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987.

Conseil Économique et Social d’Aquitaine, Le poids économique du sport en Aquitaine, 1992 (doc. multigr.).

Darbon Sébastien, Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-Vincent-de-Tyrosse, préface de Marc Augé, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1995.

Duboscq Pierre, « La FFR : géographie d’un pouvoir symbolique », dans B. et al. (dir.), Géopolitique du sport, Université de Besançon, 1990.

Erraïs Borhane et al. (dir.), Géopolitique du sport, Université de Besançon, 1990.

Fradet Michel (« la question du dimanche ») : « Que représente le sport et l’activité physique dans la région ? », Sud Ouest Dimanche du 29 janvier 2006 (Cahier Sport).

Garicoix Michel, « L’industrie du surf trouve en Aquitaine un nouvel eldorado. Une industrie de la glisse créatrice d’emplois », Le Monde du mercredi 13 décembre 2000.

Garicoix Michel, « Les sports de glisse conquièrent l’Aquitaine », Le Monde du jeudi 4 juin 1998.

Golf sur la Côte Basque et la Côte Landaise, 2001, 136 p., ill.

Honta Marina, Les territoires de l’excellence sportive, Bordeaux, PUB, 2002.

Jordan Régine, « Contrat de Plan État-Région. Les attentes du mouvement sportif », Sud Ouest du lundi 18 octobre 1999.

L’Aquitaine à vélo (Cycling through Aquitaine), janvier 2004, 31 p., ill.

L’Aquitaine, no 5, avril 2003.

L’Aquitaine, no 7, octobre 2003.

L’Aquitaine, no 12, décembre 2004.

L’Aquitaine, no 18, février-mars 2006.

La Tombelle Henry de, Samazeuilh Jean, Guide Touristique Sud-Ouest. Cyclotourisme, Canoé, Camping, Bordeaux, Éditions Delmas, 1938, 69 p., phot.

Lanne Louis, « Politique. Conseil régional d’Aquitaine. Le plan golf : 13 parcours en 7 ans », Sud Ouest du 29 juillet 1986.

Le Du Francis et Reneaud Martine (dir.), Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998.

Le Gardien Nicolas (« la question du dimanche ») : « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquitains de course au large ou de séries olympiques quittent-ils la région ? », Sud-Ouest Dimanche du 14 septembre 2003 (Cahier Sport).

Mény Yves et Thoenig Jean-Claude, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989.

Mézèrgues Jean-François, « Le rugby des familles se porte bien », Sud Ouest Dimanche du 22 mai 1983.

Moulinier Pierre, « Départements et régions : le tournant des années 1980 », dans Poirrier P. et Rioux J.-P. (dir.), Affaires culturelles et territoires, Paris, La Documentation française (Comité d’histoire du ministère de la Culture), 2000.

Plaquette Région Aquitaine, La région Aquitaine « terre de champions », 17 septembre 2003, 15 p., ill.

Poirrier Philippe et Rioux Jean-Pierre (dir.), Affaires culturelles et territoires, Paris, La Documentation française (Comité d’histoire du ministère de la Culture), 2000.

Région Aquitaine, Règlement d’intervention de la Région en faveur du sport adopté en séance plénière des 17 et 18 juin 2002, 31 p. multigr.

Notes

1 S’agissant de l’Aquitaine, il serait cependant inexact d’affirmer qu’il n’existe aucune publication universitaire de référence. Deux ouvrages majeurs sont disponibles, mais ils se limitent à la prise en considération du sport de haut niveau. Le Du F. et Reneaud M. (sous la direction de), Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998 ; Honta M., Les territoires de l’excellence sportive, Bordeaux, PUB, 2002. Voir également : Callède J.-P., « Cultures sportives et identité de l’Aquitaine : représentations collectives et mise en valeur d’une politique publique », Entre textes et images. Regards croisés sur la culture en Aquitaine (actes du 57e Congrès de la FHSO, Bordeaux, 5 juin 2004), Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, no 6, 2005, p. 109-125.

2 Évidemment, d’autres disciplines sportives – clubs, équipes ou vedettes sportives – contribuent à l’expression de ces identités territorialisées. La voile au large, avec l’aide qu’apporte la Région au navigateur Yves Parlier, depuis une quinzaine d’années, mérite d’être également citée. Cette « vitrine de l’innovation technologique » de l’Aquitaine (étudiée dans un autre chapitre du présent ouvrage p. 49) est comme le versant complémentaire du soutien apporté à la voile (sur dériveurs) et aux trois « sports identitaires » mentionnés.

3 Le nouveau contrat est dénommé « Contrat de Projet ». Il coordonne les politiques publiques sur les enjeux d’aménagement du territoire, du développement économique et de la cohésion sociale.

4 Moulinier P., « Départements et régions : le tournant des années 1980 », dans Poirrier P. et Rioux J.-P. (dir.), Affaires culturelles et territoires, Paris, La Documentation française (Comité d’histoire du ministère de la Culture), 2000. Voir p. 101-121. L’auteur rappelle que les travaux sur la politique culturelle régionale en Aquitaine conduits par Jacques Palard, chercheur à l’IEP de Bordeaux, et le colloque initié par François Chazel, tenu à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine en avril 1985, sont les rares analyses de référence traitant de l’action culturelle régionale antérieure à la décentralisation. Chazel F. (textes réunis par), Pratiques culturelles et politiques de la culture, Pessac, MSHA, 1987.

5 Voir en particulier le document suivant. Région Aquitaine, Règlement d’intervention de la Région en faveur du sport adopté en séance plénière des 17 et 18 juin 2002 (31 p. multigr.).

6 Lanne L., « Politique. Conseil régional d’Aquitaine. Le plan golf : 13 parcours en 7 ans », Sud Ouest du 29 juillet 1986.

7 Ibid.

8 Conseil Économique et Social d’Aquitaine, Le poids économique du sport en Aquitaine, 1992.

9 Sud Ouest Surf. Lacanau Hossegor Biarritz. Voir l’article d’Arnaud Romera, « Conseil régional. L’option surf », p. 9.

10 Dans les rubriques relatives de sa bibliographie thématique au sport de haut niveau en Aquitaine, rappelons que Marina Honta mentionne quatorze titres d’études dont une bonne moitié d’entre elles ont été conduites par des acteurs sociaux – directeurs administratifs, élus politiques, élus du mouvement sportif –, entre 1989 et 2000. Honta M., op. cit., p. 349-354.

11 Voir par exemple le dossier de presse diffusé sous forme de plaquette par la Région Aquitaine, La région Aquitaine « terre de champions », 17 septembre 2003. La région accorde un parrainage personnalisé de 4 500 euros par an à 13 athlètes pré-sélectionnés pour les futurs Jeux olympiques d’Athènes (2004). En 1989, le président du CROS, Jean Broussin, avait suggéré la création d’un « club » olympique Aquitaine, en vue de l’échéance des Jeux olympiques de Barcelone (1992). En 1990, le parrainage personnalisé est en moyenne de 900 euros par an et par athèlte. L’idée va faire son chemin…

12 Nous pensons en particulier aux travaux d’Yves Mény et Jean-Claude Thœnig ou à ceux de Pierre Muller consacrés à l’analyse des politiques publiques.

13 Conférence Aquitaine du Plan, Aquitaine 2010, février 1999.

14 Contrat de Plan État-Région Aquitaine 2000-2006, Aquitaine terre de progrès, terre de projets.

15 Ibid., p. 11.

16 En collaboration avec la Préfecture de la région Aquitaine, la drdjs Aquitaine Gironde a d’ailleurs élaboré sinon un outil d’aide à la décision tout au moins un document de travail : Schéma de services collectifs du sport. Contribution de l’Aquitaine (projet), février 2000.

17 Traitement cartographique à l’appui, la démonstration probante en a été faite par un géographe du CNRS, Pierre Duboscq, « La FFR : géographie d’un pouvoir symbolique », dans Borhane Erraïs et al. (dir.), Géopolitique du sport, Université de Besançon, 1990, p. 265-274.

18 D’après Jean-François Mézèrgues, « Le rugby des familles se porte bien », Sud Ouest Dimanche du 22 mai 1983.

19 Voir par exemple l’ouvrage de Sébastien Darbon, Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-Vincent-de-Tyrosse, préface de Marc Augé, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1995.

20 L’Aquitaine, no 12, décembre 2004, p. 2.

21 Garicoix M., « Les sports de glisse conquièrent l’Aquitaine », Le Monde du jeudi 4 juin 1998, p. 18.

22 Garicoix M., « L’industrie du surf trouve en Aquitaine un nouvel eldorado. Une industrie de la glisse créatrice d’emplois », Le Monde du mercredi 13 décembre 2000, p. 14.

23 Pour prendre la pleine mesure socio-économique de ce phénomène, nous renvoyons le lecteur à l’analyse développée par Sophie Herrera-Cazenave dans la première partie du présent volume, p. 73.

24 Citons par exemple le guide pratique illustré et bilingue : Golf sur la Côte Basque et la Côte Landaise, édité chaque année. Nous avons consulté l’édition 2001 qui présente pas moins de 12 terrains de golf. « The Basque-Landes coast, renowned for its climate, its beaches, gastronomy, and countryside, is now attracting a sporting clientele, seduced by the quality, diversity and beauty of its golf courses », p. 3.

25 Voir la brochure bilingue éditée par le Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine (avec le soutien de la Région), L’Aquitaine à vélo (Cycling through Aquitaine), janvier 2004. Le document propose la classification suivante : 3 Circuits littoral, 4 Circuits Patrimoine, 1 Circuit Vignoble, 4 Circuits Nature.

26 Pour mentionner un document ancien, citons la brochure suivante : La Tombelle H. de, Samazeuilh J., Guide Touristique Sud-Ouest. Cyclotourisme, Canoé, Camping, Bordeaux, Éditions Delmas.

27 Voir le guide Aquitaine. Tourisme équestre. La passion du cheval, qui détaille toutes les possibilités offertes par la Région.

28 « Du côté des régions et des départements. Région Aquitaine », Sport dans la Cité, no 157, 4ème trimestre 1998, p. 51.

29 Jordan R., « Contrat de Plan État-Région. Les attentes du mouvement sportif », Sud Ouest du lundi 18 octobre 1999.

30 Ibid.

31 Un autre périodique à été diffusé auparavant, sous la présidence de Jean Tavernier et de son successeur Jacques Valade, mais il ne nous a pas été possible de reconstituer la série de bulletins. Agir en Aquitaine (no 2, mai 1991 ; no 3, juin 1991…) était conçu selon des principes de composition analogues à ceux de L’Aquitaine.

32 L’Aquitaine, éditorial du Président, no 12, février-mars, p. 3.

33 L’Aquitaine, no 5, avril 2003. Nous avons analysé de façon détaillée ce programme innovant dans la première partie du présent ouvrage, p. 49.

34 Le Gardien N., « La question du dimanche » : « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquitains de course au large ou de séries olympiques quittent-ils la région ? », Sud Ouest Dimanche du 14 septembre 2003 (Cahier Sport).

35 Ibid.

36 L’Aquitaine, no 7, octobre 2003, p. 7.

37 Mais il est vrai que la réussite se fait quelque peu attendre. Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche ») : « Que peut-on retenir de la première saison de l’hydraplaneur d’Yves Parlier, mis à l’eau il y a treize mois, et qu’attendre de la deuxième ? ». Économie. « Médiatis et le Conseil régional d’Aquitaine, principaux partenaires, sortent heureux et gagnants des premiers mois ». Sud Ouest Dimanche du 16 janvier 2005 (Cahier Sport).

38 Assez curieusement d’ailleurs, quand on connaît l’importance des réalisations caractérisant ces secteurs d’intervention et leur dynamisme... depuis une vingtaine d’années.

39 Cette déclinaison sectorielle (et technique) de l’action en faveur des sports prévoit de soutenir « le développement des écoles de sport », « la formation qualifiante des cadres et des dirigeants bénévoles », « la création d’emplois de techniciens fédéraux », de mettre en place « un schéma directeur des équipements sportifs (en concertation avec l’État, les collectivités locales et les fédérations) », d’accorder un « soutien aux pôles régionaux de sport de haut niveau ».

40 Fradet M., « la question du dimanche » : « Que représente le sport et l’activité physique dans la région ? », Sud Ouest Dimanche du 29 janvier 2006 (Cahier Sport).

41 Rappelons que pour ces deux sports, le découpage des ligues et comités s’affranchit quelque peu des frontières départementales.

42 « Avec un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros, 5 000 emplois permanents et autant de saisonniers, l’Aquitaine revendique sa position de première région européenne de la glisse et la Région prépare un dossier pour un nouveau pôle de compétitivité glisse », peut-on lire dans L’Aquitaine, no 18, février-mars 2006, p. 11.

43 Mény Y. et Thoenig J.-C., Politiques publiques, Paris, PUF, 1989 (voir p. 130 et suivantes).

44 Ibid.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540