Version classiqueVersion mobile

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Troisième Partie. Les politiques sportives : dynamiques spatiales et innovations

7. Équipements sportifs et création de valeur : une problèmatique innovante ?

Arnaud Pedenon

Texte intégral

Introduction : Impacts économiques et bénéfices sociaux du sport

1Souvent utilisées dans le but de légitimer les investissements des collectivités publiques, les études d’impact économique ont été largement diffusées y compris dans le domaine sportif. À tel point, qu’à l’heure actuelle, il n’est pas une manifestation sportive d’envergure internationale qui n’ait fait l’objet de telles études d’impact.

  • 1 Après 2012, le potentiel de développement induit par les Jeux était évalué à 5 milliards d’euros p (...)
  • 2 Qui devait respectivement participer au financement global à hauteur de 1 milliard d’euros pour la (...)

2La candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques en 2012 en fournit un exemple d’actualité. Une étude réalisée par le cabinet de conseil en stratégie Boston Consulting Group (BCG) et commanditée par le comité Paris 2012, estime que l’organisation des Jeux dans la capitale française pourrait générer 6 milliards d’euros de retombées économiques pour la France, entre 2005 et 20121. En plus de ces bénéfices économiques, les Jeux à Paris entraîneraient, selon cette même étude, une forte hausse des activités sportives en France, avec 600 000 licenciés supplémentaires dans les clubs et 1,9 million de pratiquants réguliers hors club. Des arguments de poids au moment de convaincre les différents partenaires publics : que ce soit la région Île-de-France, ou l’État2, mais également pour convaincre le contribuable. Au-delà de ces bénéfices tangibles escomptés, le comité Paris 2012 invoquait également les bénéfices intangibles induits par l’organisation d’une telle compétition : qu’il s’agisse de la promotion de l’image de la France, de sa capacité à organiser des manifestations d’envergure planétaire, ou du développement durable de la ville de Paris…

3Cet exemple introduit une distinction qui opère communément dans ce type d’étude entre les bénéfices tangibles et intangibles. Les bénéfices tangibles ou matériels ont une valeur déterminée sur un marché : le coût de la construction d’un équipement sportif étant valorisé par un prix établi sur un marché, contrairement aux bénéfices intangibles ou immatériels pour lesquels il n’existe pas de marché. En effet, quel prix convient-il d’affecter au bien-être généré par la pratique dans un espace sportif aménagé ? C’est pourquoi, il convient dans un premier temps d’apporter quelques pistes afin de répondre aux deux questions suivantes : quel intérêt présente l’évaluation des espaces sportifs publics et quelles valeurs mesure-t-on ? Enfin, dans un deuxième temps, seront présentées deux méthodologies d’évaluation des biens non marchands.

Les valeurs des espaces sportifs publics

Pourquoi mesurer la valeur des espaces sportifs publics ?

4Une analyse de la littérature fait apparaître quantité de travaux scientifiques, d’intérêt inégal, portant sur l’impact économique du sport professionnel, ou des grandes manifestations sportives qui contrastent avec le peu d’intérêt porté par les chercheurs, ou tout du moins un manque de publications traitant de l’impact des espaces sportifs publics. Pourtant une mesure de la valeur créée par ces espaces présente de multiples intérêts :

  • Au niveau macro-économique, une telle évaluation constitue une aide à la décision pour les collectivités afin de déterminer, entre autres, les priorités qu’il convient de retenir, compte tenu d’une allocation limitée des ressources.
  • Au niveau micro-économique, en offrant une estimation des bénéfices, face à des coûts connus, elle permet d’établir des bilans coûts/avantages indispensables pour effectuer des choix d’investissements et de projets de façon rationnelle.
  • Enfin, en chiffrant le retour sur investissement pour la collectivité, elle constitue dans certains cas un outil de marketing politique dans le but de convaincre contribuable et partenaires. Pour revenir à l’enquête réalisée sur l’impact de l’organisation des Jeux olympiques à Paris, la diffusion des résultats auprès du grand public a constitué la première étape d’une stratégie de communication visant à mobiliser collectivités, entrepreneurs et de façon plus large, l’ensemble des Français, et ainsi de faire valoir un soutien unanime et populaire. Le résultat de cette campagne de promotion apparaît notamment dans une enquête menée en décembre 2004 par le MEDEF Paris auprès de 1 500 chefs d’entreprise parisiens sur la candidature de la capitale française. Parmi les principales conclusions de cette enquête, on retiendra que 79 % des chefs d’entreprise sont favorables ou très favorables à la candidature de Paris, et que 54 % des chefs d’entreprise estiment que les Jeux auront un impact économique positif au moins à court terme.

5Aussi, avant d’envisager différentes méthodes de mesure de la valeur créée par un espace sportif public, il convient au préalable de recenser les différentes valeurs qui contribuent à former la valeur globale d’un tel espace.

De quelles valeurs parle-t-on ?

6La valeur économique totale d’un bien se décompose en valeur d’usage et de non usage. La valeur d’usage regroupe un ensemble de bénéfices attachés par les agents à l’utilisation d’un bien. Cette valeur d’usage peut être directe, lorsqu’elle est liée à l’utilisation directe d’un bien (cela pourra être les revenus des organisateurs d’une manifestation sportive, par exemple) ou indirecte, lorsqu’elle est liée aux bénéfices retirés de l’utilisation indirecte d’un bien (plaisir lié à l’utilisation d’un sentier forestier pour la pratique de la randonnée).

7Mais ces valeurs d’usage ne rendent pas compte de l’ensemble des bénéfices que les individus retirent de l’existence des espaces sportifs publics. En effet, celles-ci ne permettent pas de prendre en compte l’incertitude qui caractérise l’usage futur du bien : sera-t-il toujours disponible demain et à quel prix ? Autrement dit, quel est le coût réel d’une décision impliquant l’irréversibilité ?

Schéma 1 - Décomposition de la valeur économique totale

Schéma 1 - Décomposition de la valeur économique totale
  • 3 Weisbord B.A., « Collective-consumption Services of Individual-consumption Goods », Quaterly Journa (...)
  • 4 Krutilla J.V., « Conservation Reconsidered », American Economic Review, no 47, 1967, p. 777-786.

8La mesure de la valeur des biens publics suppose donc de prendre en compte d’autres dimensions que les seules valeurs d’usage direct ou indirect. En effet, les agents économiques peuvent aussi leur attribuer une valeur pour garantir une possibilité pour de futurs usages qui n’existent pas aujourd’hui, on parle alors de valeur d’option. Selon Weisbord, qui introduisit en 1964 ce concept de valeur d’option, si l’on est confronté à une décision aux conséquences irréversibles – l’abandon ou le non entretien d’un sentier de randonnée par exemple – certains individus accepteraient de payer une certaine somme d’argent pour conserver la possibilité de fréquenter ce sentier de randonnée dans un avenir plus ou moins lointain3. De même, lorsqu’un projet de développement a des conséquences irréversibles et lorsque le niveau d’informations est suffisant pour apprécier convenablement l’ensemble des coûts et des bénéfices, il est possible d’intégrer dans la procédure de choix une quasi-valeur d’option représentant le bénéfice social lié à une amélioration future de l’information. Enfin, Krutilla suggère de prendre en compte une valeur d’existence dans les choix publics, lorsque certains projets ont des conséquences irréversibles, car les individus valorisent l’existence de biens publics, même s’ils sont sûrs de ne jamais jouir de ces biens4. Ce concept de valeur d’existence intègre la valeur de préservation pour les générations futures.

9Cette typologie des valeurs d’un bien non marchand pose néanmoins le problème de l’estimation de ces valeurs. En d’autres termes, se pose la question suivante : comment mesurer les valeurs d’usage et surtout de non usage d’un espace sportif public ?

Quelques méthodes de mesure de la valeur des espaces sportifs publics

10Dans le cas des biens marchands, les économistes font référence au marché pour déterminer la valeur d’un bien. Par un ajustement mécanique entre l’offre et la demande, le marché révèle la valeur des biens. Les biens non marchands ne faisant pas l’objet d’échanges sur un marché, il ne leur est associé aucun indicateur apparent de valeur : ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils n’ont pas de valeur. C’est pourquoi certains économistes ont développé des outils théoriques et méthodologiques autorisant l’évaluation des biens non marchands.

Rappels sur la théorie économique normative

11L’analyse qui suit trouve ses fondements dans la théorie du bien-être néoclassique. Cette approche normative traite des implications logiques de différents jugements de valeurs sur l’organisation de la société. Elle s’appuie sur la construction d’un bien-être que la collectivité retirerait d’un état de l’économie sur la base des préférences individuelles. C’est donc une approche d’essence individualiste permettant d’arbitrer entre plusieurs modes d’organisation de la société. Au sein de cette théorie sont considérées comme socialement optimales les allocations de ressources dites Pareto optimales, c’est-à-dire telles qu’il n’existe pas d’autres allocation permettant d’augmenter le bien-être d’un individu sans faire baisser celui d’au moins un autre individu. La théorie économique normative utilise également le critère de Pareto-optimalité dans l’évaluation de l’efficience des politiques publiques, notamment dans le cas de biens publics quasi privés lorsqu’il existe un risque de saturation de l’offre au regard de la demande.

12Pour illustrer cela, prenons le cas de l’affectation de créneaux d’utilisation d’un espace sportif par la commune propriétaire du bien. La quantité de biens étant limitée, une allocation des créneaux d’utilisation sera dite Pareto optimale s’il est impossible de trouver une autre allocation qui améliore le sort de quelqu’un et ne dégrade le sort de personne. Pour une allocation Pareto efficiente, la commune propriétaire doit choisir un point sur la frontière. Celui des points de la frontière qui apparaît le plus souhaitable est fonction d’un choix politique, d’un jugement de valeur sur l’importance relative de l’utilité de A et de B.

Schéma 2 - La frontière d’efficience (Pareto-optimal)

Schéma 2 - La frontière d’efficience (Pareto-optimal)

13L’évaluation d’un bien non marchand repose sur la mesure de la variation du surplus économique qui résulterait pour un individu de la modification de la qualité des services rendus par ce bien. Le surplus du consommateur était simplement la différence entre le consentement à payer maximal pour acquérir un bien et le prix de ce bien. En d’autres termes, lorsque l’utilité marginale d’une certaine quantité d’un bien est supérieure au prix du marché, le consommateur bénéficie d’un surplus.

14Considérons un bien qui est caractérisé par une certaine utilité pour un individu donné. La figure 3 représente la courbe de demande ordinaire, c’est-à-dire la relation qui existe entre le prix du bien (en ordonnée) et la quantité demandée (en abscisse). Le fait que l’utilité marginale du bien soit (généralement) décroissante en fonction de la quantité explique la forme de la courbe : la première unité consommée procure une utilité supérieure à la seconde, elle-même supérieur à la troisième, etc.

Schéma 3 - Utilité et surplus du consommateur

Schéma 3 - Utilité et surplus du consommateur

15Supposons que le prix soit égal à P1. La quantité demandée par le consommateur est alors Q1. Le prix de marché P1 correspond au montant que le consommateur est disposé à payer pour acquérir la dernière unité du bien. Pour consommer les premières unités de ce bien, le consommateur court était prêt à payer plus cher que P1. L’utilité procurée par les premières unités est donc supérieure à celle procurée par la dernière unité consommée. La différence, pour toutes les unités antérieures à la dernière, entre le prix réellement payé (P1) et le prix que le consommateur aurait été prêt à payer est appelé le surplus du consommateur. Sur la figure 3, le surplus se procure par la consommation d’une quantité Q1 de bien à un prix unitaire P1 correspond à la surface P0P1B.

16L’intérêt de définir le surplus est avant tout de calculer sa variation contre une situation de référence et une situation variante. Supposons que le prix du bien baisse de P1 à P2. La quantité consommée augmente alors de Q1 à Q2. Le nouveau surplus du consommateur correspond alors à la surface P0P2 C et l’on définit la variation de surplus du consommateur par la différence entre les deux surplus, c’est-à-dire la surface P1 P2 BC. Par simplification, la variation de surplus entre les situations 1 et 2 est souvent appelée surplus du consommateur induit par le passage de la situation 1 à la situation 2. Dans le cas où l’accès aux biens n’a pas de coût (le prix est nul, ce qui est le cas pour la majorité des espaces sportifs publics), le consentement à payer est dans ce cas égal à l’ensemble de la surface sous la courbe de demande reconstituée.

Application à des biens marchands et non marchands

17L’analyse qui précède constitue un cadre théorique de portée assez générale. Elle peut s’appliquer à des biens marchands et à des biens non marchands. La modernisation ou l’aménagement d’un espace sportif public ou a contrario la dégradation, l’absence d’entretien peuvent en effet être analysés comme des pertes ou des gains de surplus. À titre d’exemple, considérons une rivière fréquentée par un nombre N de kayakistes. Chacun d’entre eux a un consentement à payer supérieur ou égale à ce que lui coûte la possibilité de naviguer ; même si l’accès à la rivière est gratuit, il existe généralement des coûts de transport ou des coûts correspondant au temps passé sur place. Chaque kayakiste retire donc un certain surplus de son accès à la rivière et l’on peut, en théorie calculer le surplus total. On peut considérer que celui-ci mesure l’avantage que les kayakistes retirent de leur fréquentation de la rivière. Aussi, une détérioration de la qualité des eaux réduira le consentement à payer des kayakistes potentiels. En modifiant la courbe de demande, cette pollution diminuera à la fois le surplus de chaque kayakiste et leur nombre. La perte de surplus correspondante peut être considérée comme une valorisation ou monétarisation des dommages causées aux kayakistes par la pollution des eaux. En pratique, la situation s’avère plus complexe : la rivière pouvant servir à d’autres catégories d’agents, comme les adeptes de la pêche, de simples promeneurs, des touristes et pouvant également générer des effets marchands (entreprises organisant des descentes en canoë-kayak).

18On distingue généralement deux grandes familles de méthodes d’évaluation, suivant que l’observation des comportements est possible ou pas. Dans le premier cas, il s’agit de méthodes indirectes qui se fondent sur l’observation des comportements pour en déduire une mesure de surplus ; dans le second, il s’agit de méthodes directes qui consistent à interroger directement les individus sur leur consentement à payer ou à recevoir, pour révéler leurs préférences. Les deux principales méthodes reposant sur une observation des comportements sont la méthode des « coûts de déplacements » et celle des « prix hédoniques ». Lorsque ces méthodes d’observation ne sont pas possibles, il reste la possibilité d’interroger directement un échantillon d’individus sur leur consentement à payer pour avoir un accès à un espace sportif ou plus généralement un bien non marchand. C’est la méthode dite « d’évaluation contingente » (MEC) qui revient à recréer artificiellement un marché qui n’existe pas. Cette méthode a été beaucoup utilisée depuis 10-15 ans du fait de son apparente facilité d’application et de sa capacité à rendre compte à la fois des bénéfices d’usage et de non usage.

La méthode des coûts de transport ou « coûts de déplacement »

  • 5 Hotelling H., « Multivariate Quality Control », in Eisenhart C., Hastay M.W. and Wallis W.A. (eds.) (...)

19La méthode des coûts de transport ou méthode des « coûts de déplacement »5 repose sur l’idée que les individus expriment l’intensité de leur demande d’usage pour un bien non marchand par l’ensemble des dépenses qu’ils engagent pour s’y rendre et le visiter. L’objectif est de construire une courbe de demande qui exprime le consentement à payer maximal d’un individu. En d’autres termes, il faut tenter d’anticiper la modification de « consommation » du bien lorsque le « prix » (ou coût d’accès) augmente. On en déduira le surplus social.

20Pour mieux comprendre le principe de cette méthode, voyons une application simplifiée de celle-ci. Soit un espace sportif dont on cherche à connaître la valeur annuelle. Ce site est fréquenté par des individus issus de trois zones géographiques A, B, C, classées par ordre de distance moyenne d’accès.

Schéma 4 - Fréquentation d’un espace sportif selon trois zones géographiques

Schéma 4 - Fréquentation d’un espace sportif selon trois zones géographiques

21Le tableau suivant fournit la fréquentation observée du site par origine géographique des usages sportifs.

Tableau 8 - Fréquentation du site par origine géographique

Zone

Population permanente

Coût par visite

Nombre de visites

Taux de visite (pour 1 000 hab.)

A

10 000

1

5 000

500

B

40 000

3

12 000

300

C

100 000

5

10 000

100

22Il est ainsi possible de tirer une relation entre coût par visite et taux de visite :

Graphique 6 - Relation coût de visite-taux de visite

Graphique 6 - Relation coût de visite-taux de visite

23Cette relation sera utilisée par la suite pour prédire les taux de fréquentation. Si les individus de la zone A qui étaient confrontés à un coût d’accès de 1 voient maintenant ce coût passer à 2, on suppose qu’ils fréquenteront dans la même proportion que les individus d’une zone qui ont un coût de transport de 2. D’après le graphique précédent, ce taux est de 400 pour 1 000 habitants (400/1 000). On en déduit une fréquentation totale des individus de la zone A de 10 000*(400/1 000)= 4 000. Ainsi une hausse d’une unité de coût d’accès se traduit par une baisse de fréquentation de 1 000 visites. On peut ainsi calculer de la même façon les niveaux de chaque zone et le niveau total de fréquentation pour chaque valeur de pseudo-péage.

Tableau 9 - Nombre de visites en fonction du coût additionnel

Tableau 9 - Nombre de visites en fonction du coût additionnel

24La mise en relation du coût additionnel et du niveau total de fréquentation permettent d’obtenir une véritable fonction de demande.

Graphique 7 - Fonction de demande de fréquentation

Graphique 7 - Fonction de demande de fréquentation

25Même si la tendance actuelle est de lui préférer la méthode d’évaluation contingente, la méthode des coûts de transport présente l’intérêt de reposer sur l’observation de comportements réels des individus. Cependant, cette méthode est affectée de deux types de biais :

  • Le premier biais est lié au fait que cette méthode mesure le prix effectivement payé pour visiter le site, alors que les visiteurs seraient peut-être prêts à payer plus. De ce fait, la valeur attribuée au site par cette méthode peut être sous-estimée.
  • Le second biais est lié au fait que seules sont interrogées les personnes qui fréquentent effectivement le site. Or d’autres personnes peuvent également accorder une valeur au site (valeur d’existence, valeur de non usage) sans pour autant le fréquenter.

26Aussi, comme nous avons pu le voir, les aspects liés à l’incertitude et aux valeurs d’existence prennent une place prépondérante et leur valorisation ne peut être envisagée qu’à travers la méthode d’évaluation contingente.

La méthode d’évaluation contingente

27La méthode d’évaluation contingente (MEC) est une des rares méthodes d’évaluation des biens non marchands qui ne s’appuie pas sur les comportements observés, mais utilise la reconstitution d’un marché fictif pour obtenir une révélation directe des préférences des individus. Son principe est le suivant : pour connaître la valeur qu’un individu accorde à un bien non marchand, on l’interroge directement à l’aide d’un questionnaire d’évaluation sur la somme qu’il est prêt à payer pour la conservation ou l’amélioration de ce bien (CAP). Plus précisément, on demande directement aux individus la somme qu’ils consentiraient à payer pour bénéficier d’un avantage (CAP), ou inversement ce qu’ils consentiraient à recevoir pour être dédommagés de la nuisance subie ou de la perte d’un avantage (CAR). Cette approche comporte deux avantages :

  • Elle permet d’estimer la valeur d’un projet avant sa mise en œuvre. Elle devient ainsi un instrument d’aide à la décision.
  • Elle permet de résoudre les problèmes de valorisation en incertitude.

28Par ailleurs, l’expérience a montré que les résultats obtenus à l’aide de cette méthode sont fiables et cohérents avec ceux obtenus à l’aide d’autres méthodes, telle la méthode des coûts de transport.

Conclusion

29Pour conclure, bien que les applications de ces méthodes se soient essentiellement concentrées dans le champs de l’évaluation des ressources environnementales, la première étude utilisant l’évaluation contingente réalisée par Davis en 1963 suggère pourtant que ces méthodes sont particulièrement adaptées à l’évaluation des usages récréatifs de biens publics (forêt, parc…). L’ambition d’une application de ces méthodes aux espaces sportifs publics sera donc, d’une part, d’enrichir les champs de ces méthodes et, d’autre part, d’élaborer une méthodologie à même d’évaluer la valeur d’espaces sportifs publics aussi différents qu’un sentier de randonnée, une piscine ou encore une base nautique.

30On peut d’ores et déjà esquisser un programme de travail jusqu’à présent peu formalisé tandis que les politiques d’équipement et/ou d’aménagement sportifs deviennent particulièrement complexes, obligeant ainsi à faire des choix ou à définir des priorités.

31L’application des ces méthodes aux espaces sportifs publics pourra également apporter un nouvel éclairage relatif à un certain nombre de questionnements relevés dans la littérature spécialisée. Soit, en particulier, les interrogations suivantes :

  • Quel est l’impact du moyen de paiement (droit d’entrée, impôt…) sur le consentement à payer pour un espace sportif public ?
  • Comment la méthode dite d’évaluation contingente (MEC) appliquée à un parc municipal d’espaces sportifs peut-elle prendre en compte le degré de substitution des biens à l’intérieur de ce parc, voire même le degré de substitution de l’offre de communes voisines ou de l’offre privée ?
  • Comment les agents valorisent-ils une augmentation qualitative de l’offre d’espaces sportifs publics ou a contrario la réduction des sacrifices ou des risques liés à l’usage de ces biens ?

Bibliographie

Bibliographie

Carson Richard T., Mitchell Robert C., Using Surveys to Value Public Goods : the Contingent Valuation Method, Resources for the Future, 1989.

Davis Robert K., The Value of Outdoor Recreation : an Economic Study of the Maine Woods, Ph. D. dissertation, Cambridge, Mass., Harvard University, 1963.

Davis Robert K., « Recreation Planning as an Economic Problem », Natural Resources Journal, no 3, 1963, p. 239-249.

Desaigues Brigitte, Point Patrick, Économie du Patrimoine Naturel, la valorisation des bénéfices de protection de l’environnement, Paris, Éditions Economica, 1993.

Hotelling Harold, « Multivariate Quality Control », in Eisenhart C., Hastay M. W. and Wallis W. A. (eds.), Techniques of Statistical Analysis, New York, McGraw-Hill, 1947.

Krutilla John V., « Conservation Reconsidered », American Economic Review, no 47, 1967.

Weisbord Burton A., « Collective-consumption Services of Individual-consumption Goods », Quaterly Journal of Economics, no 78, 1964.

Notes

1 Après 2012, le potentiel de développement induit par les Jeux était évalué à 5 milliards d’euros par an pendant 10 ans, avec la création de 42 000 emplois pérennes !

2 Qui devait respectivement participer au financement global à hauteur de 1 milliard d’euros pour la région Île-de-France et à hauteur de 1,2 à 1,3 milliard d’euros pour l’État.

3 Weisbord B.A., « Collective-consumption Services of Individual-consumption Goods », Quaterly Journal of Economics, no 78, 1964, p. 471-477.

4 Krutilla J.V., « Conservation Reconsidered », American Economic Review, no 47, 1967, p. 777-786.

5 Hotelling H., « Multivariate Quality Control », in Eisenhart C., Hastay M.W. and Wallis W.A. (eds.), Techniques of Statistical Analysis, New York, McGraw-Hill, 1947.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 - Décomposition de la valeur économique totale
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Schéma 2 - La frontière d’efficience (Pareto-optimal)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Schéma 3 - Utilité et surplus du consommateur
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Schéma 4 - Fréquentation d’un espace sportif selon trois zones géographiques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 6 - Relation coût de visite-taux de visite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 9 - Nombre de visites en fonction du coût additionnel
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 7 - Fonction de demande de fréquentation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

Ancien ATER à la Faculté des Sciences du Sport, Université Victor Segalen Bordeaux 2. Gérant de WEB Stratégies (conseil en communication), Nanterre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search