Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Deuxième Partie. Les « systèmes de jeux » : créativité et/ou normalisation…

5. Rugby, style de jeu, identité locale et mondialisation

Frédéric Marchet, Gilles Uhlrich, Daniel Bouthier y Alain Mouchet

Texto completo

Introduction

  • 1 Devaluez J., Pour un nouveau rugby. De la coupe du monde 1999 au Super 12 et au Tri Nation. 2000, p (...)
  • 2 Pociello C., Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Métaillé, 1983.
  • 3 Duboscq P., Rugby parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998.
  • 4 Crozier M. et Friedberg E., L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.
  • 5 Callède J.-P., L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive, Bord (...)
  • 6 Haudricourt A.-G., La technologie science humaine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’H (...)
  • 7 Combarnous M., Comprendre les techniques et la technicité, Paris, Éditions Sociales, 1984.
  • 8 Vigarello G., Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Robert L (...)
  • 9 Feenberg A., Critical Theory of Technology, 1991.
  • 10 Clot Y. et Faïta D., « Genres et styles en New York, Oxford University Press, analyse du travail. C (...)
  • 11 Perrin J., « Méthodologie d’analyse des systèmes techniques », dans Les figures de l’irréversibilit (...)

1La mondialisation, la médiatisation du rugby international et professionnel conduisent-elles, comme le soutiennent un certain nombre de discours, à une homogénéisation du jeu ? Nous examinerons cette question à la lumière de deux études récentes, l’une consacrée à l’analyse des conceptions locales du rugby et du projet de jeu prôné au sein du club, l’autre à celle du jeu produit par les équipes majeures du rugby international. Influences dominantes des traditions et de la culture locale voire nationale, ou bien du modèle médiatisé du rugby moderne international1 ? Entre « guerre des styles »2 et professionnalisation et mondialisation du jeu3, l’évolution sensible est-elle aussi univoque qu’il y paraît ? Une approche sociologique des organisations4, et notamment sportives avec Jean-Paul Callède5, permet de mieux approcher les éléments identitaires des clubs. Une approche plus technologique en tant que science humaine au sens d’André-Georges Haudricourt6, considérant la technicité comme une expression de la culture et de l’intelligence humaine7 est aussi mobilisées ici pour étudier les migrations et les transformations des innovations techniques dans les pratiques corporelles8. Les évolutions techniques contribuent-elles comme le suggère Andrew Feenberg9, à laisser davantage de place aux compétences et à l’initiative humaines ? Dans le cadre de cette problématique, les deux études mettent en évidence l’intérêt de coupler ces investigations sociologiques et technologiques des productions techniques avec une perspective psychologique plus clinique centrée sur l’activité humaine10 au sein des systèmes socio-techniques11.

Un rugby aquitain ou la guerre des styles ?

  • 12 Villepreux P., Formation au rugby de mouvement, Toulouse, CEPADUES, 1993 ; Devaluez J., op. cit. ; (...)
  • 13 Pociello C., op. cit.

2Le rugby au cours de ces sept dernières années a subi des modifications importantes. Le passage au professionnalisme en 1995 en constitue l’élément déclencheur. Il oblige les clubs à passer de l’association à l’entreprise, du bénévolat au salariat, du désintéressement au profit. Le rugby, symbole de lutte collective, de solidarité, de convivialité (la fameuse 3ème mi-temps), d’esprit de famille est en train de changer d’âme. La professionnalisation instaure une logique de concurrence, de médiatisation, de spectacle qui contraint les clubs à la victoire systématique. Mais ces transformations se répercutent également au niveau du jeu. Les différentes coupes du monde ont mis en évidence la suprématie des équipes de l’hémisphère Sud. Ces constats amènent une transformation du rugby dans l’hémisphère Nord qui se tourne vers le rugby qui gagne. Quelles que soient les analyses12, il apparaît que le rugby moderne s’appuie sur des conceptions de jeu qui dépassent les formulations anciennes du jeu d’avants et jeu de trois-quarts et se réfère à un rugby total. La guerre des styles évoquée par Christian Pociello13 entre le rugby du poids, de la force, du courage, de la solidarité et le rugby de la finesse, de la mobilité, de la vitesse, de l’adresse, de l’évitement semble être démodée. Le rugby évoluerait vers un jeu qui gommerait les particularités culturelles au profit d’un jeu idéal de mouvement vers lequel tout le monde devrait tendre.

3Le rugby a-t-il perdu ses singularités culturelles au profit d’un rugby de la « gagne » ou possède-t-il encore ses géographies secrètes, son légendaire, ses liturgies, son langage ? Cette recherche de la performance, somme toute compréhensible, signifie-t-elle l’abandon systématique des caractéristiques culturelles et des ancrages locaux plus traditionnels ? Le jeu envisagé par les équipes tend-il à l’uniformisation ou garde t-il toute sa diversité ?

4Nous proposons de donner des éléments de réponses à ces questionnements au travers d’une analyse de l’identité et du projet de jeu de quelques clubs de rugby en Aquitaine.

Modèle aquitain ou identité sportive locale ?

5Notre étude, réalisée en 2001, a porté sur six clubs de la région Aquitaine qui possède une histoire rugbystique forte. Nous avions deux clubs professionnels de l’Élite 1 (Agen et Bègles-Bordeaux) et quatre clubs amateurs appartenant à deux niveaux différents : Fédérale 2 (Fumel et Stade Bordelais) et Fédérale 3 (Salles et SC Villeneuve-sur-Lot). À l’intérieur de chaque club, le président, l’entraîneur et le capitaine de l’équipe ont été interviewés. Ces personnes représentent les différents pôles de responsabilités de la vie d’un club sur et en dehors du terrain. Deux grands thèmes ont été abordés au cours de chaque entretien semi-dirigé : 1) identité du club et 2) projet de jeu. Notre corpus se compose de 18 entretiens de 30 minutes (3 entretiens par club).

  • 14 Crozier M. et Friedberg E., op. cit.
  • 15 Perrin J., art. cit.
  • 16 Callède J.-P., op. cit.
  • 17 Darbon S., Rugby d’ici, Paris, Autrement, 1999.

6Le fonctionnement d’un club constitue une articulation complexe que l’on peut rapprocher de l’articulation système-individu proposé par Michel Crozier et Andrew Friedberg14 et de l’analyse d’un système sociotechnique15. Il serait le résultat de l’action des acteurs qui évoluent en son sein et dans son environnement. Ces acteurs, ce sont des groupes d’individus (les dirigeants, l’équipe technique, les équipes), et les individus eux-mêmes (les joueurs entre autres). Ils doivent tous se soumettre aux règles (au sens large) de l’organisation (la fédération, le championnat, le club, l’équipe) et, en même temps, de par leurs actions, ils participent à l’évolution de ces règles. Chaque club comme le soulignent Jean-Paul Callède16 et Sébastien Darbon17 donne à voir une spécificité et une identité.

7Nous avons extrait de nos entretiens trois composantes qui jouent un rôle dans la construction identitaire d’un club de rugby :

  • l’identité sportive représentée par le palmarès rugbystique du club ;
  • l’identité locale représentée par l’impact du club sur le plan local (en terme d’appartenance communautaire) ;
  • l’identité de jeu représentée par la culture de jeu du club (ou style de jeu) ;

8Nous avons ensuite situé nos clubs par rapport à ces trois composantes.

Graphique 2 - Caractérisation de l’identité rugbystique des clubs étudiés

Graphique 2 - Caractérisation de l’identité rugbystique des clubs étudiés

9Sur l’axe 1 s’opposent les clubs (Bègles-Bordeaux, Stade Bordelais, SC Villeneuve-sur-Lot) qui sont dans un changement, un renouvellement ou dans une construction identitaire et les clubs (Fumel, Agen, Salles) qui ont au contraire une identité plus assurée.

10L’axe 2 oppose l’identité locale (appartenance communautaire) à l’identité sportive (palmarès, trophées). La culture de jeu pouvant être interprétée comme le lien entre le local et le sportif.

  • 18 Desthomas V. (soumis), La gestion du club de rugby professionnel : stratégie identitaire et genèse (...)

11Ce graphique nous montre donc que, ni le niveau, ni le département ne sont caractéristiques d’une quelconque identité. Il n’existe pas de modèle départemental, ni d’unité régionale. La construction identitaire se passe au niveau du club et il n’y a donc pas non plus de reproduction stricte et identique d’un modèle international dominant. Le club est donc à la fois influencé par son passé sportif (palmarès), son appartenance communautaire, sa culture de jeu, mais aussi par l’évolution démographique, l’évolution des pratiques et la professionnalisation son identité naît donc tant de son caractère unique et original que de la congruence sociale. À ce sujet, Vincent Desthomas18 dans un travail sur la gestion du club de rugby professionnel d’Agen, a également montré que la réussite sportive de ce club s’est construite par la mise en place d’un projet identitaire. Ce projet correspond à une stratégie qui respecte les conditions organisationnelles et historiques du club, les ressources locales disponibles, ainsi que les intérêts des acteurs associatif et économiques.

Le projet de jeu du club

12Sur le plan du jeu envisagé, nous avons également obtenu des résultats intéressants. Nous présentons ci-dessous deux tableaux qui présentent les éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs selon le département et le niveau du club.

13X/n dans le premier tableau se lit comme x club de 47 ou de 33 sur n prend en compte cet aspect dans son projet de jeu.

14X/n dans le second tableau se lit comme x club amateur ou professionnel sur n prend en cet aspect dans son projet de jeu.

Tableaux 6 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs en Lot-et-Garonne et Gironde

Tableaux 6 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs en Lot-et-Garonne et Gironde

Tableau 7 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs professionnels et amateurs

Tableau 7 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs professionnels et amateurs

15Ces deux tableaux nous permettent de répondre à quelques questions. Le département n’a aucune influence sur les éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs. Le projet de jeu, quel que soit le niveau, suit l’évolution du rugby représenté par le jeu pratiqué à haut niveau. Cette évolution n’empêche pas de continuer à prendre en compte la culture de jeu du club. La prise en compte de la culture du jeu n’est pas l’apanage du rugby amateur.

16La prise en compte des résultats semble être plus importante pour le rugby professionnel que pour le rugby amateur. La notion de spectacle est très peu prise en compte que ce soit pour le rugby amateur et pour le rugby professionnel. Le plaisir des joueurs est également négligé dans les projets, que ce soit pour le rugby amateur et professionnel.

  • 19 Pociello C., op. cit.

17Enfin, une analyse plus qualitative des entretiens concernant le jeu envisagé par les clubs nous a permis de constater que la confrontation aux évolutions du rugby moderne oblige les équipes à renouveler leurs styles de jeu traditionnels pour se tourner vers les standards de la performance. Le jeu tend donc vers une nouvelle logique de l’efficacité qui dépasse les vieilles querelles d’écoles décrites par Christian Pociello19 et qui donne l’impression d’être la même pour toutes les équipes.

  • 20 Marchet F., Bouthier D., et Menaut A., « Rugby(s) Aquitain(s) : analyse comparative du jeu envisagé (...)

18Cependant nous avons pu constater qu’il existait une diversité dans les définitions des composantes de ce jeu et surtout dans la mise en œuvre sur le terrain. Nous avons également montré20 qu’une certaine diversité stylistique commence à émerger sur une base que l’on croyait vouée à l’uniformisation. Nous avons pu différencier un jeu de mouvement stratégique, programmé, où tous les mouvements collectifs sont déterminés à l’avance suivant une hypothétique réaction de l’adversaire et un jeu de mouvement tactique plus autonome où tous les mouvements collectifs sont adaptés à l’action de l’adversaire. D’un côté le jeu vient des prescriptions de l’entraîneur et de l’autre de l’activité du ou des joueurs.

  • 21 Bouthier D., « Diversifier les éclairages », dans Duboscq P. (ed.), Rugby parabole du monde, Paris, (...)

19En accord avec Daniel Bouthier21, nous pensons donc que cette renaissance stylistique, cette reconstruction culturelle est inéluctable car une équipe de rugby se compose de quinze individus possédant chacun sa propre personnalité.

  • 22 Deleplace R., Le rugby, Paris, Armand Colin, 1966.
  • 23 Clot Y., La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, 1999.
  • 24 Clot Y. et Faïta D., art. cit.
  • 25 Ibid., p. 15.

20Cependant, considérer que la personnalité de tel ou tel rugbyman joue un rôle dans la construction d’une stylistique collective semble contradictoire avec une analyse strictement cognitiviste de l’activité telle que celle proposée par René Deleplace22. Pour dépasser cette contradiction, il convient donc de repenser les rapports entre culture et personnalité sous un éclairage nouveau. Yves Clot propose une conception de l’activité au travail qui concilie les impératifs collectifs et la possibilité d’une expression personnalisée23. Il définit le genre comme « une mémoire impersonnelle et collective qui donne sa contenance à l’activité personnelle en situation »24 (ce qui renvoie dans notre perspective à la culture du club) et le style comme « une métamorphose du genre en cours d’action »25 (ce qui renvoie dans notre perspective à l’expression personnelle et créative du joueur). Le genre oriente l’action, donne un cadre, marque une appartenance à un groupe mais n’est en aucun cas prescriptif et laisse à l’individu la possibilité d’exprimer ce qui relève de son expérience propre, son style.

  • 26 Mouchet A., Uhlrich G. et Bouthier D. (soumis), Conditions d’efficacité de la continuité du jeu en (...)

21Qu’en est-il au niveau international ? Alain Mouchet, Gilles Uhlrich et Daniel Bouthier ont des éléments de réponse à cette question à la suite d’une recherche sur les repères et les solutions pris par différentes nations pour assurer la continuité du jeu de mouvement26.

Rugby international : uniformisation ou diversification du jeu ?

  • 27 Duboscq P., op. cit.

22Dans le cadre du double phénomène de professionnalisation et de mondialisation du jeu27, il s’agit ici de cerner la dynamique de production du jeu des équipes nationales à l’occasion de la Coupe du Monde 1999.

  • 28 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, Paris, Éditions EPS, 1979.

23Nous analysons les pratiques effectives des équipes afin de discuter un point de vue dominant dans les discours des entraîneurs et dans les médias, sur l’existence d’une tendance lourde d’uniformisation du jeu, autour d’un modèle unique véhiculé par les équipes de l’hémisphère Sud. Nous essayons ainsi de caractériser l’existence d’un ou plusieurs modèles pragmatiques dans le jeu de mouvement général où les joueurs et le ballon sont en mouvement28, en nous penchant sur les éventuels rapports différenciés aux systèmes de jeu.

Étude de la dynamique de production du jeu de mouvement : enjeux et méthode

  • 29 Clot Y. et Faïta D., art. cit.

24Ce souci répond également à des préoccupations scientifiques en psychologie. Nous considérons, d’une part, que les concepts de genre et style valorisés en psychologie clinique de l’activité29, sont susceptibles d’éclairer cette dialectique entre l’uniformisation et la différenciation du jeu de mouvement. Nous estimons, d’autre part, que cette étude contribue aux débats scientifiques sur les conduites décisionnelles en sport, entre :

  • L’idée de planification préalable appliquée stricto sensu, défendue par la perspective cognitiviste du Système de Traitement de l’information30.
  • Une planification souple autorisant des décisions circonstanciées dans l’approche de l’action située31.
  • Une émergence des décisions en cours de situation, selon le courant de l’énaction32.
  • 33 Gréhaigne J.-F., Godbout P., et Bouthier D., « The Teaching and Learning of Decision Making in Team (...)

25Nous considérons que ces différents modèles sont à rapprocher des concepts pragmatiques de stratégie et de tactique, entendues comme programmation préalable et adaptation en cours d’action33. L’étude des modalités de fonctionnement des équipes est alors susceptible d’apporter des éléments de réponse sur l’exclusivité ou la complémentarité des modèles scientifiques.

  • 34 Mouchet A., Uhlrich G. et Bouthier D., « La continuité du jeu en rugby : théorie et méthodologie d’ (...)
  • 35 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, op. cit.

26La méthode vise à analyser le jeu de six nations performantes, représentatives d’une volonté de produire du jeu de mouvement, et appartenant à des horizons culturels différents. Chacune d’entre elles est étudiée dans trois matchs à enjeu important, à travers les enregistrements télévisés. Une méthodologie d’analyse systémique, basée sur l’observation des images, à la fois quantitative et qualitative34, permet d’étudier le jeu de mouvement efficace en utilisant les trois plans d’opposition définis par René Deleplace35. Nous cernons ainsi la dynamique de production des séquences efficaces sur le plan collectif total, l’organisation du soutien offensif en zone cruciale de rencontre attaque/défense sur le plan collectif partiel, et la technicité du porteur de ballon lors des duels décisifs. Les séquences efficaces sont sélectionnées, puis catégorisées en fonction de leur origine et des actions ou enchaînements d’action effectués. L’efficacité s’exprime par la création d’un déséquilibre dans le rapport de force, avec franchissement du premier rideau défensif et de la ligne d’avantage, gain de terrain et conservation du ballon, voire essai.

Facteurs d’efficacité dans la production du jeu de mouvement

  • 36 Villepreux P., op. cit.

27Un genre commun semble prédominant : l’utilisation des séquences complexes. Nous pouvons en effet constater en première lecture une tendance forte dans le jeu des six nations : l’utilisation massive dans les séquences efficaces, des séquences complexes qui présentent l’enchaînement de plusieurs formes de jeu36. Cette tendance est particulièrement développée chez l’Angleterre (80 %) et l’Argentine (85,19 %). La Nouvelle-Zélande (NZ), l’Australie et la France qui constituent trois des quatre demi-finalistes, ont des pourcentages assez proches (respectivement 66,67 ; 70,37 ; 73,53) alors que les Fidji sont très en dessous (50 %). Le résultat de l’équipe des Fidji va donc à l’encontre des idées reçues, puisque cette équipe qui est la moins performante des nations étudiées, ne produit pas un gros volume de jeu efficace, en tout cas dans cette Coupe du Monde-là.

28Nous voyons toutefois apparaître dans le graphique 3 ci-après, une distinction en deux blocs hémisphère Sud/hémisphère Nord, l’Argentine étant atypique. Les deux nations majeures de l’hémisphère Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, sont plus efficaces sur les séquences déclenchées sur leurs lancements (touches et mêlées), alors que les autres nations sont plus à même d’exploiter des déséquilibres fugaces à partir de ballons récupérés sur l’adversaire.

Graphique 3 - Origine des séquences complexes efficaces

Graphique 3 - Origine des séquences complexes efficaces

29Cela met en avant un jeu sans doute plus programmé chez l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et un jeu plus adaptatif chez les autres nations.

30Une étude plus approfondie concernant les différentes catégories de lancement (touches, mêlées, autres) valorise encore plus les particularités entre les nations, comme en atteste le graphique 4.

Graphique 4 - Répartition des séquences efficaces sur phases de lancements

Graphique 4 - Répartition des séquences efficaces sur phases de lancements

31Il est ainsi possible de ne pas faire un amalgame entre les nations de l’hémisphère Sud. En effet, nous pouvons constater que les Australiens valorisent par exemple les touches comme rampe de lancement, avec 70,59 % des actions, alors que Fidji est plus efficace à partir des mêlées qui représentent 63,64 %. La Nouvelle-Zélande présente un pourcentage équilibré entre les lancements sur touche et sur mêlée, tout comme l’Argentine qui ne se réfère donc pas seulement à une tradition culturelle importante pour la mêlée avec la fameuse technique de la bajadita.

32L’approfondissement sur les différents types de récupération comme les contre-attaques depuis le premier rideau défensif (CA1) ou depuis le deuxième et troisième rideau (CA2), ou encore les coups francs (CF) rapidement joués, souligne également l’existence de styles qui ressortent dans le graphique 5.

Graphique 5 - Séquences efficaces sur ballons de récupération

Graphique 5 - Séquences efficaces sur ballons de récupération

33Nous pouvons ainsi observer que la défense australienne, particulièrement efficace durant cette compétition puisque cette équipe n’a encaissé aucun essai, constitue réellement un point fort car elle s’avère aussi constituer la meilleure source de production de séquences efficaces, à partir de ballons récupérés en premier rideau défensif (45,45 % de CA1). C’est la seule nation qui présente cette caractéristique et nous pouvons parler de style particulier. Signalons également que l’Angleterre et l’Argentine, à savoir les deux nations qui produisent le plus de séquences complexes, exploitent davantage que les autres équipes les ballons vite joués sur coups francs et pénalités, profitant du déséquilibre momentané existant dans le rapport de force avec un désorganisation passagère de la défense.

34Il est enfin notable de repérer l’importance d’une bonne exploitation des CA2 qui constituent en règle générale un moyen opportun de créer un déséquilibre dans le rapport de force et d’assurer la continuité du jeu. Cette tendance forte est particulièrement accentuée pour la France (55 %), Fidji (55,56 %), et la Nouvelle-Zélande (57,14 %). Il faut sans doute y voir l’expression des caractéristiques culturelles, qui se manifestent dans la sélection de joueurs performants dans les contre-attaques profondes, spectaculaires mais jugées risquées par d’autres nations. Pour la France et Fidji, il est aussi possible que ce soit encouragé pour compenser le faible nombre de récupérations de ballons en premier rideau défensif ; des facteurs culturels, techniques et athlétiques sont sans doute à l’origine de ce problème.

Genre commun et styles de jeu propres aux équipes

  • 37 Duboscq P., op. cit. ; Devaluez J., op. cit.
  • 38 Deleplace R., op. cit.
  • 39 Clot Y. et Faïta D., art. cit.

35Une première lecture confirme donc une mouvance générale d’uniformisation du jeu des différentes nations37. La combinaison de plusieurs formes voire plusieurs temps de jeu est souvent nécessaire pour déséquilibrer des systèmes défensifs très organisés comme c’était le cas durant cette Coupe du Monde. Nous pouvons considérer que l’organisation d’un premier rideau défensif très dense, couvrant la largeur et sans cesse renouvelé, détermine par nécessité l’utilisation de séquences complexes pour parvenir à franchir ce dernier à la main. En effet, le jeu déployé étire la défense qui, si elle ne peut être contournée, devient susceptible d’être transpercée par le jeu groupé, et inversement38. Et lorsque le jeu à la main n’est plus possible, c’est que les conditions sont favorables pour le jeu au pied. Nous considérons donc qu’existe un genre commun relatif à l’utilisation prédominante de séquences complexes, et que confirme la Coupe du Monde 200339.

  • 40 Ibid.

36Toutefois, des analyses plus fines mettent en évidence l’existence de styles particuliers dans la production et la dynamique de développement du jeu de mouvement de chaque équipe40. Le modèle dominant de l’Hémisphère Sud n’écrase pas complètement les particularités. De plus, l’existence de l’unicité de ce modèle du Sud est elle-même battue en brèche d’après certains de nos résultats sur l’origine et le déroulement des séquences. La production de séquences complexes requiert ainsi plusieurs facteurs d’efficacité sur le plan de l’organisation collective. Cela se traduit par la capacité à construire le rapport dialectique entre :

  • La possibilité de franchir vite la défense, y compris sur le premier temps de jeu à partir des lancements par des combinaisons stratégiques.
  • La possibilité de conserver le ballon et patienter pour créer ultérieurement un déséquilibre dans le rapport de force, auquel les joueurs s’adapteront par création tactique.
  • La possibilité de créer du danger en exploitant un déséquilibre existant fugacement sur des ballons de récupération.
  • 41 Devaluez J., op. cit.
  • 42 Lagarce X., « La fin de l’exception rugbystique ? Le rugby à l’heure de la mondialisation », Le Mon (...)

37Cette capacité est incontestablement déterminante, car cette triple menace est non seulement synonyme d’efficience mais aussi source d’incertitude, que ce soit durant un match donné, pour l’équipe adverse, ou pour les prochains adversaires qui utilisent l’espionnage vidéo afin d’identifier un style de jeu et d’anticiper pour mieux s’y opposer. L’utilisation préférentielle de certaines de ces priorités traduit donc l’expression de styles garantissant à la fois une prise en compte de la logique interne et des principes fondamentaux du jeu, et d’une interprétation originale. Nous considérons qu’un style traduit la recherche par l’entraîneur, d’une adéquation judicieuse entre ses propres conceptions, les contraintes inhérentes aux règles fondamentales et aux principes fondamentaux qui constituent les invariants incontournables41, les caractéristiques des joueurs, et la culture nationale du jeu. La construction d’une identité nécessite la prise en compte de cette interaction, sinon elle risque d’aboutir à la production de pâles imitations d’un modèle provisoirement dominant au regard des résultats obtenus. Par conséquent, nous pouvons considérer qu’il existe non pas un modèle unique mais plutôt une diversité relative de modèles pragmatiques du jeu de mouvement. Ces données participent aux récents débats médiatiques sur l’identité d’un jeu à la française, débats dont l’absence momentanée était déplorée par Xavier Lagarce42.

  • 43 Barthès D. et Bouthier D., « Caractérisation des conceptions en rugby. Approche sémiographique de l (...)
  • 44 Gréhaigne J.-F., Godbout P., et Bouthier D., art. cit.
  • 45 Pavard B., Systèmes coopératifs : de la modélisation à la conception, Toulouse, Octarès, 1994.
  • 46 Mouchet A., Caractérisation de la subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs d’Élite 1 e (...)

38Ensuite les résultats précédents alimentent le débat sur la nature des prises de décisions qui constituent un facteur d’efficacité important dans la recherche de continuité du jeu. La distinction établie par Daniel Bouthier et Didier Barthès43 puis Jean-Francis Gréhaigne, Paul Godbout et Daniel Bouthier44, entre les aspects stratégiques, avec des schéma préétablis, et les aspects tactiques, avec régulation en cours d’action au regard de la mouvance des situations, mérite d’être discutée au regard des données empiriques présentées ici. En effet, nous avons montré que ces deux aspects sont présents dans ce type de phase de jeu en rugby, que ce soit sur la durée du match et la succession des séquences, ou lors de l’enchaînement des actions dans une même séquence. Certes, des priorités existent selon les nations, mais plutôt qu’une séparation exclusive entre ces deux modes de fonctionnement décisionnel, l’analyse révèle plutôt la nécessité et l’intérêt de l’articulation entre ces deux pôles. Nous considérons avec Bernard Pavard45 que les plans constituent alors un cadre général ou une ressource pour l’action et sont faits pour être en permanence renégociés, interprétés et adaptés à chaque occasion en référence aux particularités de la situation. C’est bien dans ce rôle d’arrière-plan que nous situons les stratégies, favorisant la coordination tout en autorisant l’autonomie et les régulations tactiques des joueurs. Nous considérons alors qu’il est intéressant d’envisager une complémentarité des modèles scientifiques qui offrent un regard particulier sur les conduites décisionnelles. De plus, une étude menée en ce qui concerne l’activité décisionnelle des joueurs d’élite 146, souligne notamment les rapports singuliers et subjectifs entretenus par les joueurs aux repères collectifs, ainsi que la flexibilité chez plusieurs individus entre des décisions en acte et des décisions plus réfléchies, de type délibératoire. Or cette compétence experte est sans doute source d’adaptation aux circonstances et de créativité.

Conclusion

  • 47 Deleplace R., Le rugby, op. cit. ; Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, op. cit.

39Cette étude à deux niveaux, régional et international confirme l’influence du jeu de haut niveau à travers l’aspiration généralisée à pratiquer un rugby plus dynamique, dit « jeu de mouvement » reposant notamment sur des séquences de jeu plus longues et plus complexes. Ainsi le rugby total théorisé par René Deleplace dés la fin des années soixante47 et médiatisé en France à travers le jeu et les performances du Stade Toulousain ces vingt dernières années, devient un des éléments caractéristique du rugby moderne.

40Toutefois cette aspiration à un jeu plus dynamique ne se traduit pas au-delà des apparences par une uniformisation du jeu produit. Les équipes phares de Gironde et du Lot-et-Garonne ne donnent pas lieu à un modèle départemental ni régional, ni ne reproduisent strictement a fortiori un modèle national ou international. Le rugby aquitain ou du Sud-Ouest, conserve des originalités locales fortes, fruit à la fois de l’identité du club et du métissage des contributions individuelles.

41De même, l’idée d’un modèle hégémonique des nations du Sud qui s’imposerait à tous, ne se vérifie pas dans la production effective des meilleures équipes mondiales. Si l’avènement d’un jeu plus dynamique est patent, les formes que celui-ci prend, les conditions de sa production, et le poids dont il pèse sur le jeu dans son ensemble varient selon les nations.

  • 48 Feenberg A., Alternative Modernity. The Technical Turn in Philosophy and Social Theory, Los Angeles (...)
  • 49 Clot Y., op. cit.

42Ainsi l’idée force de la sociologie de la technique, comme quoi toute innovation technologique offre un grand nombre d’actualisations possibles, semble se vérifier48. Nous constatons de même que les intérêts et la vision du monde des acteurs s’expriment dans les techniques à la conception et la mise en œuvre desquelles ils participent. Il se dégage bien une influence internationale qui peut être assimilée au « genre rugby moderne ». Mais il émerge aussi nettement une interprétation variée de cette partition, elle-même moins homogène qu’il n’y paraît, qui manifeste un « style »49 lié à la fois à la créativité individuelle et à l’effet de l’identité culturelle locale. C’est donc à une vision plus dynamique et plus dialectique de l’évolution des techniques corporelles que nous invite cette étude.

Bibliografía

Bibliographie

Bidal Jean, Rugby tactique, lancements d’attaques et enchaînements de jeu, Paris, Amphora, 2001.

Barthès Didier et Bouthier Daniel, « Caractérisation des conceptions en rugby. Approche sémiographique de la représentation graphique auprès des entraîneurs », Science et Motricité, 41, 2000.

Bouthier Daniel, « Diversifier les éclairages », dans Duboscq P. (ed.), Rugby parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998, « Conjonctures Politiques ».

Bouthier Daniel et Durey Alain, « Technologie des APS », Impulsions, 1, 1994.

Callède Jean-Paul, L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987.

Clot Yves, La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, 1999.

Clot Yves et Faïta Daniel, « Genres et styles en analyse du travail. Concepts et méthodes ». Travailler, 4, 2000.

Combarnous Maurice, Comprendre les techniques et la technicité, Paris, Éditions Sociales, 1984.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977.

Darbon Sébastien, Rugby d’ici, Paris, Autrement, 1999.

Deleplace René, Le rugby, Paris, Armand Colin, 1966.

Deleplace René, Rugby de mouvement, rugby total, Paris, Éditions EPS, 1979.

Desthomas Vincent (soumis). La gestion du club de rugby professionnel : stratégie identitaire et genèse du consensus organisationnel, 2005, (doc. multigr.).

Devaluez Jean, Pour un nouveau rugby. De la coupe du monde 1999 au Super 12 et au Tri Nation 2000, proposition de jeu, Paris, Chiron, 2000.

Duboscq Pierre, Rugby parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998.

Feenberg Andrew, Critical Theory of Technology, New-York, Oxford University Press, 1991.

Feenberg Andrew, Alternative Modernity. The Technical Turn in Philosophy and Social Theory, Los Angeles, University of Califormia Press, 1995.

Gréhaigne Jean-Francis, Godbout Paul, et Bouthier Daniel, « The Teaching and Learning of Decision Making in Team Sports », Quest, 53, 2001.

Haudricourt André-Georges, La technologie science humaine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1987.

Lafont Lucile et Bouthier Daniel, « Plaisir d’enseigner, désir d’apprendre : techniques corporelles et techniques d’intervention, enjeux et usages en didactique de l’EPS », dans Carlier G., Enseigner l’EPS ou si l’on parlait du plaisir d’enseigner, Paris, AFRAPS, 2004.

Lagarce Xavier, « La fin de l’exception rugbystique ? Le rugby à l’heure de la mondialisation », Le Monde, 10 octobre 2003.

Marchet Frédéric, Bouthier Daniel, et Menaut André, « Rugby(s) Aquitain(s) : analyse comparative du jeu envisagé à différents niveaux de pratique », communication au 2ème colloque de l’Association pour la Recherche sur l’Intervention en Sport, UFRAPS, Université de Rennes II, 12-14 décembre 2002.

Mouchet Alain, Uhlrich Gilles et Bouthier Daniel (soumis), Conditions d’efficacité de la continuité du jeu en rugby : tendances communes et particularités, Sciences et Motricité.

Mouchet Alain, Caractérisation de la subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs d’Élite 1 en rugby, thèse pour le Doctorat de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2003, non publiée.

Mouchet Alain, Uhlrich Gilles et Bouthier Daniel, « La continuité du jeu en rugby : théorie et méthodologie d’une étude comparative entre nations », Impulsions, 4, 2005.

Pavard Bernard, Systèmes coopératifs : de la modélisation à la conception, Toulouse, Octarès, 1994.

Perrin J., « Méthodologie d’analyse des systèmes techniques », dans Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

Pociello Christian, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Métaillé, 1983.

Rabardel Pierre, Les hommes et la technologie, Paris, Armand Colin, 1995.

Schmidt Richard A., Apprentissage et performance motrice, Paris, Vigot, 1993.

Suchman Lucille, Plans and Situated Actions : The Problem of Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Varela Francisco, Invitation aux sciences cognitives, Paris, Seuil, 1996.

Vigarello Georges, Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont-EPS, 1988.

Vigarello Georges, « Histoire des techniques sportives », Spirales, 4, 1992.

Villepreux Pierre, Formation au rugby de mouvement, Toulouse, CEPADUES, 1993.

Notas

1 Devaluez J., Pour un nouveau rugby. De la coupe du monde 1999 au Super 12 et au Tri Nation. 2000, proposition de jeu, Paris, Chiron, 2000.

2 Pociello C., Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Métaillé, 1983.

3 Duboscq P., Rugby parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998.

4 Crozier M. et Friedberg E., L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

5 Callède J.-P., L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987.

6 Haudricourt A.-G., La technologie science humaine, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1987.

7 Combarnous M., Comprendre les techniques et la technicité, Paris, Éditions Sociales, 1984.

8 Vigarello G., Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont-EPS, 1988 ; Vigarello G., « Histoire des techniques sportives », Spirales, 4, 1992, p. 102-105 ; Bouthier D. et Durey A., « Technologie des APS », Impulsions, 1, 1994, p. 95-124 ; Lafont L., et Bouthier D., « Plaisir d’enseigner, désir d’apprendre : techniques corporelles et techniques d’intervention, enjeux et usages en didactique de l’EPS », dans Carlier G., Enseigner l’EPS ou si l’on parlait du plaisir d’enseigner, Paris, AFRAPS, 2004.

9 Feenberg A., Critical Theory of Technology, 1991.

10 Clot Y. et Faïta D., « Genres et styles en New York, Oxford University Press, analyse du travail. Concepts et méthodes ». Travailler, 4, 2000, p. 7-42.

11 Perrin J., « Méthodologie d’analyse des systèmes techniques », dans Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

12 Villepreux P., Formation au rugby de mouvement, Toulouse, CEPADUES, 1993 ; Devaluez J., op. cit. ; Bidal J., Rugby tactique, lancements d’attaques et enchaînements de jeu, Paris, Amphora, 2001.

13 Pociello C., op. cit.

14 Crozier M. et Friedberg E., op. cit.

15 Perrin J., art. cit.

16 Callède J.-P., op. cit.

17 Darbon S., Rugby d’ici, Paris, Autrement, 1999.

18 Desthomas V. (soumis), La gestion du club de rugby professionnel : stratégie identitaire et genèse du consensus organisationnel.

19 Pociello C., op. cit.

20 Marchet F., Bouthier D., et Menaut A., « Rugby(s) Aquitain(s) : analyse comparative du jeu envisagé à différents niveaux de pratique », communication au 2ème colloque de l’Association pour la Recherche sur l’Intervention en Sport, UFRAPS, Université de Rennes II, 12-14 décembre 2002.

21 Bouthier D., « Diversifier les éclairages », dans Duboscq P. (ed.), Rugby parabole du monde, Paris, L’Harmattan, 1998, « Conjonctures Politiques ».

22 Deleplace R., Le rugby, Paris, Armand Colin, 1966.

23 Clot Y., La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, 1999.

24 Clot Y. et Faïta D., art. cit.

25 Ibid., p. 15.

26 Mouchet A., Uhlrich G. et Bouthier D. (soumis), Conditions d’efficacité de la continuité du jeu en rugby : tendances communes et particularités, Sciences et Motricité.

27 Duboscq P., op. cit.

28 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, Paris, Éditions EPS, 1979.

29 Clot Y. et Faïta D., art. cit.

30 Schmidt R. A., Apprentissage et performance motrice, Paris, Vigot, 1993.

31 Suchman L., Plans and Situated Actions : the Problem of Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

32 Varela F., Invitation aux sciences cognitives, Paris, Seuil, 1996.

33 Gréhaigne J.-F., Godbout P., et Bouthier D., « The Teaching and Learning of Decision Making in Team Sports », Quest, 53, 2001, p. 59-76.

34 Mouchet A., Uhlrich G. et Bouthier D., « La continuité du jeu en rugby : théorie et méthodologie d’une étude comparative entre nations », Impulsions, 4, 2005, p. 79-99.

35 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, op. cit.

36 Villepreux P., op. cit.

37 Duboscq P., op. cit. ; Devaluez J., op. cit.

38 Deleplace R., op. cit.

39 Clot Y. et Faïta D., art. cit.

40 Ibid.

41 Devaluez J., op. cit.

42 Lagarce X., « La fin de l’exception rugbystique ? Le rugby à l’heure de la mondialisation », Le Monde, 10 octobre 2003.

43 Barthès D. et Bouthier D., « Caractérisation des conceptions en rugby. Approche sémiographique de la représentation graphique auprès des entraîneurs », Science et Motricité, 41, 2000, p. 77-85.

44 Gréhaigne J.-F., Godbout P., et Bouthier D., art. cit.

45 Pavard B., Systèmes coopératifs : de la modélisation à la conception, Toulouse, Octarès, 1994.

46 Mouchet A., Caractérisation de la subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs d’Élite 1 en rugby, thèse pour le Doctorat de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, 2003, non publiée.

47 Deleplace R., Le rugby, op. cit. ; Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, op. cit.

48 Feenberg A., Alternative Modernity. The Technical Turn in Philosophy and Social Theory, Los Angeles, University of Califormia Press, 1995.

49 Clot Y., op. cit.

Índice de ilustraciones

Título Graphique 2 - Caractérisation de l’identité rugbystique des clubs étudiés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 145k
Título Tableaux 6 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs en Lot-et-Garonne et Gironde
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 71k
Título Tableau 7 - Éléments pris en compte dans le projet de jeu des clubs professionnels et amateurs
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 70k
Título Graphique 3 - Origine des séquences complexes efficaces
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 117k
Título Graphique 4 - Répartition des séquences efficaces sur phases de lancements
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 109k
Título Graphique 5 - Séquences efficaces sur ballons de récupération
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4186/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 166k

Autores

Groupe Intervention Didactique en Éducation et Entraînement Sportif (Idées, EA 498), docteur en STAPS.

Groupe d’Étude Didactique de l’Intervention en Activité Physique et Sportive (GEDIAPS), Université Paris 12 et EA 498, docteur en STAPS.

Professeur en STAPS, IUFM d’Aquitaine ; Groupe Intervention Didactique en Éducation et Entraînement Sportif (Idées) de l’équipe Vie sportive : Tradition, Innovation, Intervention (EA 498), Université Victor Segalen Bordeaux 2.

Groupe d’Étude Didactique de l’Intervention en Activité Physique et Sportive (GEDIAPS), Université Paris 12, docteur en STAPS.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540