Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Deuxième Partie. Les « systèmes de jeux » : créativité et/ou normalisation…

4. Le système de production du jeu sportif : innovation ou contre productivité ?

L’exemple du football

André Menaut

Texte intégral

Introduction

1Le sport en général et le football en particulier pris comme analogon (cf. infra) est un remarquable moyen d’analyser les changements sociaux qui surviennent dans le monde actuel. Il permet par exemple de constater que la machine sociale qu’était le football à la fin du xixe siècle, dont le but fondamental (au sens de fondateur et d’essentiel) était de créer du lien social et participait de et à une politique de territorialisation et de régulation sociale, s’est transformée à la fin du xxe en une énorme machine économique générant des flux financiers considérables tout en fabriquant de la violence et de l’exclusion. Nous allons essayer de montrer par des études de terrain prenant souvent la forme d’une observation participante comment cette innovation qu’est le système des compétitions sportives organisant la vie sociale depuis plus d’un siècle s’enferme dans un cercle vicieux conduisant inévitablement à une contre-productivité. Le champ de l’innovation sociale peut produire, s’il n’est pas régulé par le politique, des effets pervers qui dénaturent, à tout le moins déterminent des mécanismes de dérégulation de l’ensemble du système football.

Emergence du système de compétitions comme innovation sociale

  • 1 Certains auteurs de tendance freudo-marxiste considèrent que le sport moderne est né avec la sociét (...)
  • 2 Augéa M., « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, no 19, 1982. (...)

2Nul doute que les changements de toute nature (sociaux, économiques, géopolitiques, techniques et culturels), qui, au milieu du xixe siècle anglais ont accompagné la naissance et le développement du football – et du sport moderne d’une façon générale – n’aient à voir avec l’essor du capitalisme 1 et/ou avec l’émergence de ce que Marc Augé appelle un rituel qui organise et structure le temps occidental autour « d’activités qui suffisent à donner un sens à la vie des hommes dès lors qu’elles donnent une forme sensible aux attentes individuelles qu’elles contribuent à créer »2. Nul doute encore que la société sportive qui s’élabora durant la seconde moitié du xixe en Angleterre d’abord, sur le continent européen et dans le monde ensuite, parce que fondée sur un principe isonomique, ne participe de et à cette « sacralité laïque » en proposant des lieux et des temps pour que s’accomplissent les rites laïques que sont devenus les matchs de football ponctuant la semaine. Nul doute enfin que la ferveur grandissante et l’accroissement du nombre des « fidèles pratiquants » qui s’assemblent à l’occasion de ces rituels ne démontrent la capacité du football à incarner l’idéal des sociétés démocratiques en nous montrant par le truchement de leurs héros que n’importe qui peut devenir quelqu’un, que les statuts ne sont pas acquis dès la naissance mais se conquièrent au cours de l’existence.

3Il est au demeurant symptomatique que les compétitions sportives aient pris corps dans des sociétés où se réalisait l’idéal démocratique, où était possible au moins une forme d’autoproduction du social (la Grèce antique, l’Angleterre du xixe), c’est-à-dire là même où la compétition sociale, la remise en cause des hiérarchies étaient concevables.

4Pour incarner cet idéal, pour matérialiser la règle d’or des sociétés contemporaines basées sur l’évaluation des compétiteurs il a fallu inventer avec le sport des mécanismes instaurant des procédures de classement aussi rigoureuses que rapides compte tenu du nombre croissant d’équipes.

5Même si il est significatif que le tout premier procédé utilisé pour désigner la meilleure équipe ait reposé sur l’élimination directe (Formule coupe), le système de compétition mis en place par les Britanniques à la fin du xixe fondé sur la double formule coupe/championnat s’imposa dans le monde entier. Avec leur pragmatisme habituel, les Anglais comprirent très vite que pour des raisons économiques (fidéliser un public de plus en plus nombreux), éthiques (désigner la meilleure équipe sur la durée) et de simple organisation (augmentation du nombre de clubs), il fallait créer une formule répondant aux contraintes d’un temps cyclique – « la saison de football » – ce qui a pour effet de limiter le nombre des équipes, tout en respectant l’équité de l’épreuve (matchs aller/retour) en même temps que son ouverture (hiérarchisation des catégories ou divisions et maillage du territoire) grâce aux mécanismes de promotion et de relégation. Enfin, la notion de progrès inhérente à toute activité compétitive ou concurrentielle conduisit à un nécessaire entraînement impliquant le professionnalisme. Le mouvement populaire fut d’une telle ampleur dès la fin du xixe siècle en Angleterre que le professionnalisme en football submergea le monde dirigeant et imposa à celui-ci de le reconnaître en 1885 et de créer en 1888 la Football League qui, autonome mais organiquement liée à la Football Association, eut à gérer le football professionnel.

Mondialisation et médiatisation des compétitions

  • 3 Voir Menaut A., « De la place de l’entraîneur au sein du système sportif. Exemple du football profe (...)
  • 4 Emprunté à la biologie des systèmes vivants développés par Maturana H.R., Varelav F.J., Autopoïesis (...)

6Si pendant plus d’un siècle l’autonomie autoproclamée des règles sportives internationales a contribué à entretenir l’illusion d’une forme d’extraterritorialité par rapport aux normes publiques, la rencontre par exemple du droit communautaire et des règles sportives à l’occasion de litiges entre des sportifs professionnels et leurs employeurs démontre que le système sportif – le système de production du jeu3 – ne peut être compris que par rapport à un environnement – la société globale – à l’égard duquel il possède un certain degré d’autoorganisation. Ceci signifie dans la perspective de la théorie des systèmes autopoïetiques4, que le système sportif est à la fois ouvert sur cet environnement dont il suit le degré croissant de complexité et relativement fermé dans la mesure où il ne peut pas tirer de cet environnement ce qu’il utilise comme unité de base pour sa propre reproduction (ses éléments, ses processus, ses règles, bref ses communications).

7Un siècle plus tard, le monde connaît une nouvelle grande mutation que d’aucuns appellent la seconde révolution capitaliste. Elle résulte d’un faisceau de transformations émanant de trois domaines : technologique avec l’informatisation de tous les secteurs de l’activité humaine ; économique ensuite, les nouvelles technologies favorisant l’expression de la sphère financière ; sociologique enfin, les deux domaines précédents mettant à mal les prérogatives traditionnelles de l’État-nation et ruinant une certaine conception de la représentation politique et du pouvoir. Ces trois grands changements se produisent simultanément ; ce qui accentue l’effet de choc et provoque un état chaotique des sociétés. D’autre part, et en même temps, deux des piliers sur lesquels reposaient les démocraties modernes et fondaient le modèle sportif – le progrès et la cohésion sociale – sont remplacés par deux autres – la communication et le marché – qui changent non seulement la nature de la société globale – mais aussi, mutatis mutandis – celle du sport et du football en particulier.

  • 5 La mondialisation de l’économie libérale accélérée et accentuée par les médias entraîne le football (...)
  • 6 ENIC de Robert Murdoch, le groupe Canal +, ou le GEIE du G 14.
  • 7 L’Équipe, 12 mai 2005 ; Sepp Blatter est à l’époque le président de la FIFA en excercice.
  • 8 Bernard Jeu considère que l’on se trouve en plein paradoxe puisque dans le football la société glob (...)
  • 9 Sepp Blatter fustige la Fédération Allemande de Football (Bundesliga) qui veut passer à 20 clubs et (...)

8La communication dans la société du spectacle et notamment du spectacle sportif (et ce n’est pas le moindre des paradoxes) nous fait pénétrer dans un monde où l’essentiel n’est plus le réel mais le virtuel et où s’impose la tyrannie de l’urgence et de la téléprésence. Ainsi les vecteurs de communication s’érigent en système. Loin de se cantonner dans le rôle neutre de « media », ils se structurent en nouveaux lieux d’influence pour imposer au système sportif la logique de leurs exigences (tie-break, but en or ou en argent, heure des rencontres, etc.)5. Cette logique des médias est confortée par le fait que le marché a désormais tendance à inonder toutes les activités humaines, à les réglementer. Le sport comme la culture ou la religion sont à leur tour absorbés par sa sphère. Tous ces changements structurels ou conceptuels ont produit un désordre du Sens. Des concepts géopolitiques comme État, pouvoir, démocratie, n’ont pas la même signification, au point que dans le fonctionnement réel de la vie internationale on constate que les acteurs ont changé. À l’échelle du sport mondial les principaux protagonistes sont désormais les associations d’États (Union européenne) ; les entreprises globales, les grands groupes médiatiques ou financiers6 et les organisations non gouvernementales (FIFA, UEFA, CIO). Le plus grave est que le vote démocratique n’a aucune incidence sur le fonctionnement interne des trois nouveaux acteurs. Cette mutation du monde sportif en particulier s’est mise en place comme un effet de système sans que les responsables politiques eux-mêmes en soient conscients. Au total, Sepp Blatter7 peut certes affirmer que « le jeu, le football, doit rester humain », il n’en reste pas moins que cette relative autonomie du social sportif dont les dirigeants se réclament tout en la refusant, est en réalité le résultat d’individus qui « agissent » des phénomènes collectifs plus complexes que les individus qui les ont engendrés, phénomènes qui n’obéissent qu’à leur propre loi. Ces phénomènes collectifs finissent par prendre l’apparence et la réalité d’une hiérarchie enchevêtrée ou d’une hétérarchie effaçant toutes les différences hiérarchiques entre les éléments et le tout8. Cette dimension paradoxale du football envisagé comme un système, ne va pas sans poser la question du sens. Les dérives s’accentuent et conduisent à se poser le problème de sa contre-productivité, comme semble en prendre conscience le président de la FIFA, Sepp Blatter9.

La Ligue des champions comme révélateur des contradictions du système de compétition

9Le phénomène Coupe(s) d’Europe et Ligue des champions est exemplaire des tensions internes et externes qui s’exercent sur l’état du système de compétitions aussi bien nationales qu’internationales. De ces tensions émerge un état fluctuant du système, souvent remis en question du fait des contradictions qui naissent et révèlent à cet endroit les oppositions souvent très fortes entre les intérêts économiques des clubs et des fédérations et les enjeux strictement sportifs. Il s’agit d’un remarquable révélateur des conflits et/ou des complémentarités qui existent d’un point de vue géopolitique entre le niveau loco-régional et le niveau global qu’il soit national ou international.

  • 10 Rappelons que ce n’est pas la première fois dans l’histoire que la fondation d’une organisation spo (...)
  • 11 Pour les saisons 2004-2005 et 2005-2006, la somme globale redistribuée aux clubs engagés et à leurs (...)

10À l’origine, la création en 1955 de la Coupe d’Europe des clubs champions, d’après un concept du journaliste français Gabriel Hanot, reposait sur le principe de la participation du seul champion national des fédérations appartenant à l’UEFA et sur la formule par élimination directe avec des matchs aller et retour. Cette épreuve novatrice dans la mesure où elle préfigurait une communauté européenne déjà très élargie10, connut un tel succès et une telle audience médiatique que, d’une part, elle fut « exportée » dans les autres confédérations et que, d’autre part, non seulement son élargissement permit d’intéresser un nombre plus important de clubs mais encore et surtout sa structuration en Ligue des Champions en 1991 en fit un produit commercial télévisuel hautement rentable. Cette compétition renouvelée, baptisée Champion’s League, est fondée depuis 1991 sur une formule mixte entre élimination directe (par matchs aller et retour) et phase de poules (mini championnat) cherchant à concilier les intérêts sportifs, spectaculaires et surtout financiers, le marché prenant le pas sur l’éthique sportive ! Depuis la première version de cette nouvelle formule, il n’y eut pas moins de quatre modifications portant sur le nombre d’équipes (16, 24 et enfin 32 actuellement), le nombre de groupes (2, 4 et enfin 8 groupes de 4 équipes dans la dernière version), voire le nombre de phases de poules (1 ou 2). Bref l’objectif est clairement de rentabiliser l’épreuve. L’avant-dernière restructuration, en 1999-2000, fut le résultat d’un bras de fer entre l’UEFA et les grands clubs européens, organisés depuis novembre 2000, en groupement européen d’intérêt économique (statut juridique) appelé le G14. Il s’agit des 14 clubs les plus puissants ayant tous gagné au moins une Coupe d’Europe ; en réalité ce groupement compte 18 clubs, l’Olympique Lyonnais étant un des quatre invités surprises. Ce groupe de pression qui cherche à s’imposer comme l’interlocuteur des instances sportives (FIFA, UEFA) et politiques (Union européenne, Commission européenne, Parlement européen) exige, par exemple, un nouveau système de vente des droits commerciaux de la Ligue des champions (redistribution plus avantageuse pour les grands clubs ou dédommagement pour la mise à disposition de leurs joueurs en équipe nationale). Il menace surtout, de manière récurrente, de créer en liaison avec la société Media Partner (interface entre les médias et le marketing sportif) une super ligue fermée sur invitation permettant aux « meilleurs » de ne plus avoir à subir les aléas des résultats sportifs dans leur compétition nationale respective. Après un certain nombre de réunions et de (contre) propositions, qui a permis au G14 de se structurer et à l’UEFA de réaffirmer la prééminence du sportif sur l’économique, un compromis fut trouvé autorisant l’UEFA à proclamer que la réforme adoptée allait bien dans le sens de l’histoire, en tout cas dans celui des intérêts propres au groupe des 14. Ces derniers ont su utiliser cette arme potentielle pour obtenir par la pression, sinon le chantage, tout ce qu’ils souhaitaient (ou presque) de l’UEFA. Sportivement, d’une part, puisque selon l’indice UEFA les grands pays de football en Europe peuvent avoir jusqu’à 4 équipes qualifiées pour le premier tour de la ligue des champions, financièrement, d’autre part, puisque sur les 3,2 milliards de francs que les sponsors et les droits TV doivent rapporter à la nouvelle formule, 800 millions iront à11 l’UEFA et les 2,4 milliards restant tomberont dans la trésorerie des clubs !

  • 12 L’ancien secrétaire général de l’UEFA, Gerhard Aigner, avait dès 1996 signalé les risques d’essouff (...)
  • 13 Cet argument a été repris par Sepp Blatter, Président de la FIFA, pour fustiger l’attitude des club (...)

11Ce bel édifice, d’abord prolongé jusqu’en 2006 – contrats obligent – a changé la saison 2003-2004. Un certain nombre d’éléments ont joué en faveur de cette modification. D’une part, les audiences télé et les affluences dans les stades ont contribué à faire réagir l’UEFA12 en supprimant la 2ème phase des poules de la Ligue des champions au profit des dix-huitièmes de finale avec élimination directe pour le plus grand bonheur des (télé) spectateurs sans doute mais pas pour celui des grands clubs européens privés ainsi de rentrées financières sûres. D’autre part, les mauvais résultats obtenus par les équipes nationales des grandes nations du football en Europe lors de la Coupe du Monde 2002 en Asie et à l’Euro 2004 au Portugal, liés sans aucun doute à la fatigue constatée de joueurs trop sollicités, furent un facteur non moins décisif de cette transformation surtout dans la perspective de la Coupe du Monde en Allemagne en 200613.

  • 14 Selon Jacques Ferran (journaliste à France Football et artisan de la création de la Coupe d’Europe (...)

12Que ce soit au plan national ou au plan international, dont Jacques Ferran14 fait remarquer que les grandes compétitions se sont organisées d’une manière quasi simultanée et vivaient jusqu’à récemment dans un état de coexistence quasi pacifique, le fait majeur à retenir est, à la fois, l’augmentation du nombre des matchs due à l’accroissement des effectifs (joueurs et clubs) et le nombre des compétitions qui croît au rythme de l’évolution du marché.

13Cet équilibre fragile est menacé par les accès de fièvre des grands clubs européens ou bien encore par les projets, aboutis ou en cours, de la FIFA (coupe des confédérations depuis 1991, championnat du monde des clubs en 2005) qui créent de nouvelles tensions sur le système des compétitions.

14C’est ainsi que le nombre des équipes participant à la phase finale de la Coupe du Monde a régulièrement augmenté depuis 1930. Il est passé, pour des raisons économiques (augmentation du nombre de matchs, de téléspectateurs) et politiques (places supplémentaires aux confédérations minoritaires [Afrique, Asie, Océanie]) – ce qui assurait ainsi la réélection de Joao Havelange –, de 24 à 32 équipes en 1998 pour le Mondial en France et, en 2002 en Asie. C’est aussi au niveau national les tentatives pour dénaturer la Coupe de France au profit des clubs professionnels, en atténuant les effets de surprise dûs au système d’élimination directe. Ou bien encore le passage de 18 à 20 clubs en Ligue 1 en 2002-2003, matériellement impossible une année auparavant, qui apporte certes quatre recettes supplémentaires mais en même temps divise le gâteau des droits TV en 20 parts au lieu de 18 ! Productivité ou contre-productivité ? Cette situation n’est pas sans incidence sur les difficultés que rencontrent les producteurs du jeu, c’est-à-dire les joueurs pour être performants à l’occasion des quelque 50 matchs qu’ils jouent par saison (auxquels s’ajoutent les matchs internationaux).

  • 15 Sepp Blatter, L’Équipe du 12 mai 2005 et L’Équipe Magazine du 19 février 2005. Voir supra note 9.

15Les tensions qui s’expriment de plus en plus souvent à propos du système des compétitions fondent l’hypothèse selon laquelle la compétition entre clubs serait susceptible de prendre le pas sur les compétitions entre sélections nationales15. D’une part, l’engagement contractuel du joueur avec le club est à la fois de plus en plus gratifiant et contraignant et, d’autre part, nous assistons à la dilution du sentiment national dans des systèmes à visée purement économique. À plusieurs reprises, les sélectionneurs nationaux se sont plaints des difficultés de plus en plus grandes qu’ils rencontraient pour obtenir la présence des joueurs lors des rassemblements des équipes nationales. Les grands clubs renâclent à libérer leurs joueurs et réclament de la FIFA un dédommagement de l’ordre de 5 000 à 18 000 euros par jour et par joueur. On sent très bien que les joueurs ne pourront plus défendre longtemps tout à la fois « la veuve et l’orphelin ». Nous avons déjà évoqué les risques de dénaturation du football (et du sport en général) si les politiques – les dirigeants sportifs – ne font pas preuve de volonté et d’autorité. Sans parler encore de « dénaturation » on peut affirmer aussi que, à tous les niveaux hiérarchiques, des signes forts de dérégulation de l’ensemble du système sont identifiables, voire des fissures dans les structures qui laissent envisager à terme des bouleversements profonds qui peuvent être salutaires s’il y a quelques pilotes éclairés. Y en a-t-il ? Ou bien doit-on laisser le système à sa seule régulation et naviguer à vue, au gré des lois du marché en direction d’un quelconque « attracteur » étrange et catastrophique ?

  • 16 L’exception française avec l’augmentation des droits télévisuels offerts par Canal + pour la périod (...)

16Qu’il s’agisse de la crise récurrente du football français dont les comptes virent au rouge et qui connaît un déficit d’autorité de ses institutions et de ses élus ; qu’il s’agisse aussi de la mascarade de la réélection de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA, le 30 mai 2002, qui a mis au grand jour des dossiers brûlants voire explosifs : ainsi la répartition des places en Coupe du Monde, la dualité associations/confédérations, les règlements des transferts de joueurs, la rotation de la Coupe du Monde etc. ; qu’il s’agisse encore des ressources financières du football national, européen et international, la crise que traversent les chaînes de télévision en Europe va entraîner inéluctablement une baisse16 du montant des droits TV ; ou qu’il s’agisse enfin de l’introduction (ou non) des clubs en bourse ou de leur rachat par des groupes financiers, ces quelques éléments démontrent que la rationalité économique qui structure depuis deux décennies le football, devient à partir d’un certain seuil, « contre-productive ».

Trop de football tue le football ou de la contre-productivité…

  • 17 Au fondement de la critique que fait Illich du mode industriel de production se situe la logique de (...)

17Le concept clé de la critique Illichienne17 – la contre-productivité – permet de mieux comprendre ces phénomènes d’auto-dérégulation, cette réaction quasi autodestructrice échappant à tout contrôle que l’on observe dans le système du football. Toute valeur d’usage peut être produite de deux façons en mettant en œuvre deux modes de production : un mode autonome et un mode hétéronome. On peut par exemple rendre service à quelqu’un qui vous demande de l’aide ou on peut lui répondre qu’il y a des services pour cela. Or contrairement à ce que produit le mode hétéronome de production, ce que produit le mode autonome ne peut en général être mesuré, évalué, comparé et/ou additionné à d’autres valeurs. Les valeurs d’usage produites par le mode autonome échappent à l’emprise de l’économiste et du comptable. Il ne s’agit certes pas de dire que le mode hétéronome est un mal en soi ; c’est un mal nécessaire lié à l’évolution du système autonome vers toujours plus de complexité structurelle et fonctionnelle. Il ne s’agit pas de nier que précisément la production hétéronome peut intensifier les capacités autonomes de production de valeurs d’usage. Il faut simplement souligner que l’hétéronomie « nécessaire » n’est alors dans ce cadre-ci qu’un « détour de production » au service d’une fin qu’il ne faut pas perdre de vue : l’autonomie des acteurs.

18La grande question que pose Illich est celle de l’articulation entre ces deux modes, en énonçant qu’une « synergie positive » n’est possible que dans certaines conditions très précises. Passés certains seuils critiques de développement, la production hétéronome engendre une complète réorganisation du milieu social, institutionnel et symbolique telle que les capacités d’autonomie sont paralysées voire ignorées sinon exclues. Se met en place ce cercle vicieux divergent qu’Illich a nommé contre-productivité.

  • 18 Cf. supra Sepp Blatter, note 9.

19L’appauvrissement des liens qui unissent l’homme à lui-même, aux autres et au monde devient un puissant générateur de demande de substituts hétéronomes qui permettent de fonctionner, sinon de survivre dans un environnement de plus en plus aliénant tout en renforçant les conditions qui les rendent nécessaires. Le résultat est paradoxal. Les seuils critiques franchis, plus la production hétéronome croît, plus elle devient un obstacle à la réalisation des objectifs mêmes qu’elle est censée servir : la médecine corrompt la santé, le transport immobilise,… trop de football tue le football18.

20Il est probable que le seuil critique de production hétéronome a été franchi et qu’après avoir instrumentalisé le système de compétition producteur de jeu en fonction du seul profit, de la seule rentabilité financière, cette évolution a généré une dérégulation, une désorganisation du système football et de son environnement, désorganisation qui échappe alors à tout contrôle.

21C’est ainsi que le détour par l’hétéronomie fut une nécessité pour organiser et densifier le mode autonome de production du jeu dont le but originel était de fabriquer de la cohésion sociale. Cela est toujours aussi nécessaire. Mais dès lors que cette machine sociale qu’était le football à la fin du xixe siècle est devenue en ce début du xxie siècle une énorme pompe à finances, s’est mis en place un cercle vicieux conduisant inévitablement à une contre-productivité.

  • 19 Le monde du football est fondé sur la compétition mais une compétition qui – à l’opposé de l’économ (...)
  • 20 En Italie, les salaires représentent près de 80 % du budget du Milan AC. À la Lazio de Rome c’est 1 (...)

22Poussé par sa nature19 même, le football a connu un développement international rapide. Celui-ci s’exprime certes par la croissance du nombre de pratiquants (estimé à près de 170 millions dans le monde), ce qui nécessite la conquête de nouveaux espaces et temps de jeu mais cette croissance a aussi et surtout besoin d’être alimentée par des événements et des spectacles nationaux et planétaires de plus en plus nombreux. Tout club professionnel est certes une entreprise d’un type particulier mais qui ne peut pas se développer sur son simple marché national. Il lui faut s’ouvrir aux compétitions internationales. Cette ouverture accroît ses ressources grâce aux droits TV mais, dans le même temps, pour participer aux compétitions internationales les clubs doivent être de plus en plus compétitifs c’est-à-dire aligner les meilleurs joueurs possible en qualité et en nombre suffisant pour faire face aux différentes compétitions nationales (championnat, deux coupes) et internationales (coupes d’Europe). Cette évolution accroît mécaniquement les charges. Les salaires en particulier se sont envolés20 durant la dernière décennie, sous l’effet de l’arrêt Bosman autorisant la libre circulation des joueurs, non seulement dans la Communauté européenne mais aussi dans l’ensemble des pays membres de l’UEFA. À l’accroissement de l’endettement des clubs vient s’ajouter celui des chaînes de télévision touchées à la fois par la dure loi du marché financier et par la lassitude des téléspectateurs. Même si au plan national la situation financière des clubs dont les pertes avoisinaient, en 2003, 150 millions d’euros, semble s’assainir progressivement grâce à la DNCG et même si la manne de Canal+ pour les trois saisons à venir – 600 millions d’euros – va contribuer à remettre les compteurs à zéro, il y a fort à parier que dans un système concurrentiel international les clubs, voulant garder les meilleurs joueurs, soient conduits à payer et que la masse salariale s’envole à nouveau. Qui s’inquiète des 127 millions d’euros de perte du Chelsea FC ? Certes les clubs se défendent en faisant valoir l’accroissement de leurs capitaux propres en particulier les joueurs eux-mêmes. Mais quelle valeur d’échange dans un marché en récession ? Enfin la longueur du banc – les joueurs remplaçants – est une nécessité compte tenu de l’exigence des compétitions mais cela à un coût qui impose au club de « dégraisser » avec les incidences économiques et sociales que ce phénomène génère. En effet, l’UNFP – le syndicat des joueurs – constate une augmentation régulière du nombre des chômeurs en dépit du passage de la Ligue 1 de 18 à 20 clubs.

23Trop de football tue le football. La croissance de la production hétéronome est devenue un obstacle à la réalisation des objectifs qu’elle est censée servir, à savoir la créativité des producteurs de jeu : les joueurs ! Vers quels substituts hétéronomes les dirigeants vont-ils se tourner pour réaliser les objectifs ? Vers l’argent public à nouveau ? Il est clair qu’en Europe sans l’intervention de l’État dans plusieurs pays, la folle inflation salariale de ces dix dernières années aurait déjà du être fatale à de nombreux clubs. Sans l’initiative du Premier ministre italien Silvio Berlusconi avec le décret surnommé « Salvacalcio » de février 2003 qui permet d’étaler l’amortissement des transferts sur dix ans, le football italien aurait certainement mis la clé sous la porte. Ou bien vers l’argent privé sous la forme des franchises nord-américaines ?

Quand le football échappe aux acteurs ou de l’absence de démocratie dans le sport

  • 21 Reprenant la critique illichienne, Jean-Pierre Dupuy remarque que celui qui est animé par l’esprit (...)

24Un autre aspect de contre-productivité nous semble émerger des structures et du fonctionnement des institutions. Pour l’avoir vécu de l’intérieur, je pense que tout se passe comme si, en reprenant la métaphore de Jean-Pierre Dupuy21, celui qui « recule pour mieux sauter garde les yeux fixés sur l’obstacle qu’il entend franchir. S’il recule en regardant dans la direction opposée, il risque d’oublier son objectif et tenant la régression pour un progrès va prendre les moyens pour les fins ». Autrement dit, les instances fédérales dont la finalité originelle était d’organiser la production du jeu et de créer les conditions matérielles de l’expression du « jouer », de son épanouissement, de son développement et de vivifier grâce à leur posture de « détour hétéronome », les capacités autonomes de création des joueurs sont souvent devenues des obstacles à la réalisation de ces objectifs. Les instances se réunissent très rarement – pour ne pas dire jamais – pour débattre de l’essentiel à savoir du jeu et des joueurs ; elle se réunissent d’abord pour parler d’elles-mêmes !

  • 22 Cf. supra Menaut A., note 3. Il est fréquent que les instances du football utilisent le terme de fa (...)
  • 23 Pour sortir de cet état de nature – de la guerre de tous contre tous – ou pour éviter d’y retourner (...)

25On le voit dans les structures où il y a une sous-représentation des acteurs du jeu : ce qui laisse entrevoir un décalage inévitable entre la réalité du terrain et les décisions prises. Ce fait fut souligné par Michel Platini au moment de prendre la coprésidence du Comité d’organisation du Mondial 98 lorsqu’il évoquait le fait qu’il avait vu les présidents tout décider en matière de technique et de terrain ! Dans le fonctionnement aussi où tout se passe comme si chaque segment de production – les quatre groupes de production ou les quatre familles !22 – et/ou comme si chaque niveau hiérarchique au lieu « d’être en synergie positive » les uns ou les autres, au lieu d’être un détour de production au service d’une fin qu’il ne faudrait jamais perdre de vue, la production autonome du jeu, tend à s’opposer aux autres en vertu de l’état de nature – de la guerre « de tous contre tous » cher à Hobbes23 ou qu’à se refermer sur lui même, et à s’auto-protéger. C’est ainsi que l’on observe une dualité entre les confédérations et les associations nationales. De la même manière, les syndicats de joueurs et d’entraîneurs nationaux ou internationaux réclament reconnaissance et pouvoir ; la LFP remet en cause le Décret Buffet relatif à la négociation des droits TV de manière que les clubs puissent vendre eux-mêmes certains matchs en différé. D’autre part, le football amateur exprime son malaise et menace de bloquer le fonctionnement de la FFF en refusant de voter le budget fédéral, comme il le fit en 2002.

26Enfin, un dernier fait montre que les « détours de production » ont perdu de vue la finalité et l’essence même de leur existence : la lutte pour le pouvoir au sein de clubs. La pression des supporters sur les dirigeants notamment à l’Olympique de Marseille et au Paris Saint-Germain ou sur les entraîneurs, le putsch des joueurs à Nantes et la mainmise de Canal + sur le football télévisé conduisent à se poser la question : qui dans le football français (c’est aussi le cas à l’étranger) détient le pouvoir ? En dépit de la volonté des supporters – quelquefois bien fondée – de dépasser leur rôle, le football reste à l’évidence détenu par les dirigeants actionnaires. Mais la lutte souvent instrumentalisée se tend de plus en plus. L’exemple récent du club de Manchester United révèle cette tendance : la prise de pouvoir par l’homme d’affaires M. Glazer n’a pu être contrecarrée par les petits actionnaires et autres supporters qui défendaient l’âme et la dimension patrimoniale de ce vieux club créé par des cheminots en 1870, alors qu’ils avaient réussi à faire échouer les tentatives de R. Murdoch et R. Maxwell quelques années plus tôt !

Conclusion : Quelques pistes de réflexion pour un renouveau de l’innovation sociale dans le football

  • 24 Voir supra Vautrot M., arbitre international et ex-Président de la DTNA, « Le football c’est la jun (...)

27Cette forme hétérarchique des rapports entre les différents niveaux et entre les différents sous-systèmes constitutifs de l’ensemble football loin de dynamiser le système, de le solidariser par « synergie positive » étant donné que justement plus est riche et diverse la complexité organisationnelle, plus certes les risques de crises sont grands mais plus aussi le système est capable de surmonter celles-ci voire d’en tirer profit pour son développement. Cette forme héterarchique tend au contraire à transformer la complémentarité entre les différents groupes d’acteurs – « les familles » – du football, en oppositions et en antagonismes24 parce que le système a une organisation non active, non réorganisatrice et que les énergies s’immobilisent.

28Parmi les procédés qui permettent de lutter efficacement contre l’effet desintégrateur des antagonismes, nous en retiendrons deux qui sont révélateurs de l’état actuel du système. Il s’agit, d’une part d’intégrer et d’utiliser le plus possible les antagonismes dans le sens d’une meilleure organisation : ce qui implique une autorité des institutions manifeste et acceptée par tous. Or, non seulement le Conseil de la Concurrence en juin 2001 mais aussi un récent rapport parlementaire (2005) concernant le football professionnel est accablant pour les instances dirigeantes de la LFP et de la FFF. Selon ce rapport il règnerait dans le football le même sentiment d’impunité qui prévalait en politique il y a encore quelques années et au sein duquel en l’absence de règles bien définies, chacun finalement se débrouille comme il l’entend ! Bref c’est l’état de nature !

  • 25 « Le ton monte », L’Équipe, 11 décembre 2001.

29Il convient, d’autre part, de renouveler l’énergie en la puisant dans l’environnement et de régénérer ainsi l’organisation : ce qui nécessite une vraie démocratie ouverte et efficace. Or comme le souligne Joël Muller25, le président de l’UNECATEF, tout se décide entre quelques personnes sans que les acteurs soient écoutés ! Cette remarque va dans le sens de ce que souhaitait Roger Bambuck, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, lorsqu’il plaidait pour un sport démocratique. Mais comment parler de démocratie si le droit le plus élémentaire – celui de la critique – n’est pas respecté ! Nous avons nous-même pu constater cet état en affrontant un « conseil de discipline » de la LFA au prétexte que nous avions critiqué publiquement le fonctionnement de cette institution ; que dire alors de la mascarade de Séoul en 2002 à l’occasion du congrès extraordinaire de la FIFA précédant l’élection présidentielle au cours duquel le Président sortant Sepp Blatter – qui se représentait – refusa de laisser s’exprimer son concurrent, le Président de la CAF : Issa Hayatou. Vous avez dit démocratie ?

  • 26 Voir Dupuy J.P., op. cit.

30Ce qui est ici en question c’est certes la critique du projet « technicien » qui caractérise le monde actuel. On entend par projet « technicien » avec Jean-Pierre Dupuy26, la volonté de remplacer le tissu social, les liens de solidarité qui constituent la trame d’une société « sportive », par une simple fabrication « d’objets sociaux » c’est-à-dire le projet inédit de produire la relation des hommes à leur voisin et au monde comme on fabrique des vêtements ou des automobiles. Mais il faut aussi essayer de comprendre pourquoi et comment cette auto-dérégulation – clairement identifiée par l’évolution des compétitions – du système football se trouve liée à l’autonomisation de celui-ci et des éléments qui le composent. Les acteurs (sportifs) peuvent-ils rester sans réagir alors que cela vide la démocratie de son sens ? Et si en définitive l’innovation sociale consistait tout simplement à (re) donner du sens au mode de production autonome de l’action collective en rendant la parole aux acteurs ?

Bibliographie

Bibliographie

Augé Marc, « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, no 19, 1982.

Augustin Jean-Pierre et Callède Jean-Paul (textes réunis par), Sport, Relations sociales et actions collectives. Actes du Colloque du 14 et 15 octobre 1993 à Bordeaux, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994.

Brohm Jean-Marie, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992.

Coles Robert W., « Football as a Surrogate Religion » dans Hill M., A Sociological Yearbook of Religion in Britain, Londres, SCM Press, 1975.

Dupuy Jean-Pierre, Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Dupuy Jean-Pierre, Introduction aux sciences sociales, Paris, Ellipse, 1992.

Dupuy Jean-Pierre, Ordres et désordres, Paris, Éditions du Seuil, 1982.

Dupuy Jean-Pierre, et Robert Jean, La trahison de l’opulence, Paris, PUF, 1976.

Ferran Jacques, « Les compétitions internationales. Le Football », Encyclopédie des sports modernes, Genève, Éditions René Kister, 1954, p. 81-93.

Hayek Friedrich, Droit, législation et liberté, 2 vol., Paris, PUF, 1980-1981.

Hobbes Thomas, Léviathan, 1651, traduction française F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971.

Illich Ivan, Nemesis médicale. L’expropriation de la santé, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

Illich Ivan, Une société sans école, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

Jeu Bernard, « Définition du sport », Revue Diogène, no 80, 1972.

Luhmann Niklas, Politique et complexité, Paris, Éditions du Cerf, 1999.

Mason Tony, Association Football and English Society 1863-1915, Brighton, The Harvester Press, 1980.

Maturana Humberto R., Varela Fransisco J., Autopoïesis and Cognition. The Realization of Living, Dordrecht, Springer, 1980.

Menaut André, « De la place de l’entraîneur au sein du systèmes sportifs. Exemples du football professionnel », dans Augustin J.-P. et Callède J.-P. (textes réunis par), Sport, Relations sociales et actions collectives. Actes du Colloque du 14 et 15 octobre 1993 à Bordeaux, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994.

Vallet Odon, « Entre Politique et religion, Manière de voir », Le Monde Diplomatique, no 39, mai-juin 1998, Football et Passions Politiques.

Vasquez Montalban Manuel, « Une religion laïque, Manière de voir », Le Monde Diplomatique, no 39, mai-juin 1998, Football et Passions Politiques.

Vassort Patrick, Football et Politique, Paris, Éditions de la Passion, 1991.

Notes

1 Certains auteurs de tendance freudo-marxiste considèrent que le sport moderne est né avec la société capitaliste industrielle et est inséparable de sa structure et de son fonctionnement. Voir Brohm J.-M., Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992 ; Vassort P., Football et Politique, Paris, Éditions de la Passion, 1991, qui considère que le football en tant que paramètre de domination est l’affirmation d’une dialectique moderne qui oscille idéologiquement entre le capitalisme libéral et une obédience fasciste (totalitariste). Voir également à ce sujet les textes réunis dans Manière de voir, no 39, mai-juin 1998, « Football et Passions Politiques ».

2 Augéa M., « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, no 19, 1982. Dans l’article « Le Football un sport ou un rituel » de la revue Manière de voir, op. cit., cet auteur reprend les travaux de Mason T., Association Football and English Society 1863-1915, Brighton, The Harvester Press, 1980 et ceux de Coles R. W., « Football as a Surrogate Religion », dans Hill M. A Sociological Yearbook of Religion in Britain, Londres, SCM Press, 1975, p. 61-77. Voir aussi les articles de Valletv O., « Entre Politique et religion » ou de Vasquez V Montalban M., « Une religion laïque », dans revue Manière de voir, op. cit.

3 Voir Menaut A., « De la place de l’entraîneur au sein du système sportif. Exemple du football professionnel », dans Augustin J.-P. et Callède J.-P. (textes réunis par), Sport, Relations sociales et actions collectives, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994, p. 271-222. Dans un précédent travail, nous avons proposé un modèle de production d’un jeu sportif : le football. Ce modèle est l’expression d’un système d’interactions reliant les 4 groupes d’acteurs que sont les joueurs, les arbitres, les dirigeants et les entraîneurs. Ce système ne peut être compris que par rapport à un environnement social, économique, et politico-administratif à l’égard duquel il possède certes un certain degré d’autonomie, mais dont il suit en même temps le degré croissant de complexité.

4 Emprunté à la biologie des systèmes vivants développés par Maturana H.R., Varelav F.J., Autopoïesis and Cognition. The Realization of Living, Dordrecht, Springer, 1980, ce concept d’autopoïesis vise à expliquer la manière dont un système s’autoreproduit de façon récurrente et homéostatique et dont l’invariant fondamental est sa propre organisation. Ce concept a été repris par des sociologues, des économistes ou des politologues pour rendre compte des transformations successives des systèmes sociaux face à leur environnement, dont ils se différencient mais qui ne cesse de les influencer. Ce concept d’autopoïesis des systèmes sociaux expliquerait leur logique et leur développement interne de manière purement autoréférentielle. Voir Dupuy J.-P., Introduction aux sciences sociales, Paris, Ellipse, 1992 ; Hayek F., Droit, législation et liberté, 2 vol., Paris, PUF, 1980-1981 ; Luhmann N., Politique et complexité, Paris, Éditions du Cerf, 1999.

5 La mondialisation de l’économie libérale accélérée et accentuée par les médias entraîne le football vers une large globalisation dont une des conséquences néfastes s’exprime à travers l’uniformisation d’une culture football et une homogénéisation des styles de jeu. À la différenciation des écoles régionales de football (britannique, d’Europe centrale, latine, sud-américaine...) selon l’expression du journaliste M. Pefferkorn s’est substituée une indifférenciation des formes culturelles et des systèmes de jeu. Par ailleurs, depuis l’arrêt Bosman (1995) qui a permis aux équipes d’aligner autant de joueurs étrangers que souhaité, le football a en quelque sorte perdu toute identité des différentes formations professionnelles.

6 ENIC de Robert Murdoch, le groupe Canal +, ou le GEIE du G 14.

7 L’Équipe, 12 mai 2005 ; Sepp Blatter est à l’époque le président de la FIFA en excercice.

8 Bernard Jeu considère que l’on se trouve en plein paradoxe puisque dans le football la société globale joue aussi avec elle-même. Cet auteur introduit pour rendre compte de ce jeu le concept de « ruse d’une double sociabilité » et définit le sport comme une contresociété contredite dans « Définition du sport », Revue Diogène, 1972, no 80, p. 153-167.

9 Sepp Blatter fustige la Fédération Allemande de Football (Bundesliga) qui veut passer à 20 clubs et considère que ce projet est contre-productif : « Trop de foot tue le foot » ? L’Équipe 12 mai 2005. Comment alors expliquer la création d’un Mondial des clubs voulu par le même Sepp Blatter ? « L’éthique ou le marché ? », L’Équipe, 2 mars 2004.

10 Rappelons que ce n’est pas la première fois dans l’histoire que la fondation d’une organisation sportive internationale précède celle d’une organisation politique. La création de la FIFA date de 1904, la Société des Nations de 1919 et l’ONU de 1945.

11 Pour les saisons 2004-2005 et 2005-2006, la somme globale redistribuée aux clubs engagés et à leurs fédérations est passée à 580 millions d’euros (soit 3,8 milliards de francs). La seule participation à la 1ère phase rapportera 3,5 millions d’euros à chacun des 32 clubs. Le vainqueur recevra 6,5 millions d’euros.

12 L’ancien secrétaire général de l’UEFA, Gerhard Aigner, avait dès 1996 signalé les risques d’essoufflement de cette formule en disant qu’il y avait trop de football à la télévision, L’Équipe, 5 décembre 1996.

13 Cet argument a été repris par Sepp Blatter, Président de la FIFA, pour fustiger l’attitude des clubs qui selon lui jouent trop ! et a exigé que les championnats nationaux soient « bouclés » le 14 mai 2006 pour permettre aux joueurs de se reposer au profit bien évidemment de la FIFA, L’Équipe, 19 février 2005.

14 Selon Jacques Ferran (journaliste à France Football et artisan de la création de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1955), tout s’est passé comme si les premiers organisateurs du Football avaient considéré qu’il était plus urgent d’organiser le football à l’échelle européenne et mondiale qu’à l’échelon national. Voir « Les compétitions internationales », dans Le Football, Encyclopédie des sports modernes, Genève, Éd. Kister et Schmid, 1954, p. 81-93.

15 Sepp Blatter, L’Équipe du 12 mai 2005 et L’Équipe Magazine du 19 février 2005. Voir supra note 9.

16 L’exception française avec l’augmentation des droits télévisuels offerts par Canal + pour la période 2005-2008 (600 millions d’euros) peut à terme se révéler dangereuse et contre-productive… !

17 Au fondement de la critique que fait Illich du mode industriel de production se situe la logique de détour, qui, de son point de vue, trouve sa racine dans le religieux, le sacrificiel. La rationalité économique serait d’abord une économie morale : c’est la gestion rationnelle du sacrifice. Le sacrifice est un coût de production, c’est le détour indispensable à l’obtention du maximum de bien-être : Illich I. Nemesis médicale. L’expropriation de la santé, Paris, Éd. du Seuil, 1975. Voir aussi Une société sans école, Paris, Éd. du Seuil, 1980. Les idées de Ivan Illich furent introduites en France notamment par Dupuy J.-P. et Robert J., La trahison de l’opulence, Paris, PUF, 1976 et aussi Dupuy J.-P., Ordres et désordres, Paris, Éd. du Seuil, 1982.

18 Cf. supra Sepp Blatter, note 9.

19 Le monde du football est fondé sur la compétition mais une compétition qui – à l’opposé de l’économie libérale – ne peut se conclure par la disparition du vaincu sans quoi il n’y aurait plus de compétition !

20 En Italie, les salaires représentent près de 80 % du budget du Milan AC. À la Lazio de Rome c’est 101 millions d’euros pour 100,7 millions d’euros de recettes ! En France, malgré des efforts, il se situe à 69 % du budget, L’Équipe magazine du 26 mars 2005.

21 Reprenant la critique illichienne, Jean-Pierre Dupuy remarque que celui qui est animé par l’esprit de détour peut se laisser prendre à son propre jeu et en venir à perdre de vue que le détour n’est précisément qu’un détour. Voir Dupuy J.-P., Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Le Seuil, 2002.

22 Cf. supra Menaut A., note 3. Il est fréquent que les instances du football utilisent le terme de famille pour désigner les 4 groupes d’acteurs du système de production du jeu. Ce terme est, on le sait, fortement connoté.

23 Pour sortir de cet état de nature – de la guerre de tous contre tous – ou pour éviter d’y retourner, les individus veulent la paix civile mais ils sont paradoxalement incapables de l’obtenir par eux-mêmes. La solution hobbesienne à ce problème consiste en ce que tous contribuent à la construction d’un « tiers » artificiel – le Léviathan – qui peut prendre la figure de Dieu, du Prince, de la Nation ou de la Loi. Voir Hobbes T., Léviathan, 1651, traduction française F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971.

24 Voir supra Vautrot M., arbitre international et ex-Président de la DTNA, « Le football c’est la jungle », Sud Ouest, 21 septembre 1993.

25 « Le ton monte », L’Équipe, 11 décembre 2001.

26 Voir Dupuy J.P., op. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540