Version classiqueVersion mobile

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Deuxième Partie. Les « systèmes de jeux » : créativité et/ou normalisation…

Présentation

Texte intégral

1Le deuxième thème du séminaire porte sur les transformations observées dans les deux sports de balle les plus populaires et les plus médiatisés, le football et le rugby depuis leurs origines dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 1 Patrick Mignon parle à ce propos de l’affirmation et de « l’importance des styles nationaux en ce (...)

2Il s’agit, d’une part, d’analyser comment l’innovation sociale que fut le système des compétitions sportives qui structure et rythme la vie sociale depuis plus d’un siècle1, s’est enfermé, sous l’effet des lois du marché, dans un cercle vicieux conduisant inéluctablement à une contre-productivité. D’autre part, la mondialisation de l’économie libérale accélérée et accentuée par les médias conduit-elle le football et le rugby vers une harmonisation des styles de jeu comme le prétendent un certain nombre de discours réduisant par là même la dimension identitaire locorégionale ?

3La première étude proposée par André Menaut utilise le phénomène Coupe(s) d’Europe et Ligue des champions comme exemplaire des tensions qui s’exercent sur l’état du système des compétitions tant nationale qu’internationales. Ces tensions révèlent notamment les oppositions entre les intérêts économiques des clubs et des fédérations et les enjeux strictement sportifs. Il s’agit d’un remarquable révélateur des conflits et/ou des complémentarités qui existent d’un point de vue géopolitique entre les niveaux locorégionaux et le niveau global qu’il soit national ou international.

4Lorsqu’on observe les différentes modifications de cette compétition qui préfigurait, dès sa création en 1955, l’Union Européenne, on peut s’interroger sur les finalités du pilotage politique de ce système ; ou bien alors doit-on le laisser à sa seule régulation et naviguer à vue au gré des lois du marché en direction d’un quelconque « attracteur » catastrophique. En réalité, qu’il s’agisse des crises d’autorité et des déficits de démocratie des institutions nationales et internationales, ou qu’il s’agisse des ressources financières des clubs qui font appel de plus en plus à des capitaux privés, tous ces éléments démontrent que la rationalité économique qui structure de plus en plus depuis deux décennies le football devient à partir d’un certain seuil « contre-productive ». À partir de ce concept de la critique illichienne, l’auteur démontre qu’un seuil critique a été franchi et qu’après avoir instrumentalisé le système des compétitions en fonction du seul profit, de la seule rentabilité financière, en particulier en décidant d’augmenter le nombre de compétitions, cette évolution a généré une dérégulation, une désorganisation du système du football et de son environnement, désorganisation qui échappe alors à tout contrôle. Dès lors que cette innovation sociale qu’était le football à la fin du xixe est devenue, au début du xxie, une énorme pompe à finances, s’est mis en place un cercle vicieux conduisant inévitablement à des effets pervers.

5Par ailleurs, l’observation participante révèle que cette contre-productivité se manifeste aussi au niveau des structures et du fonctionnement des institutions. Non seulement le football échappe à ceux qui le dirigent mais aussi et surtout à ceux qui le pratiquent. Les instances dirigeantes dont la fonction originelle était d’organiser la production du jeu et de favoriser les capacités autonomes de création des joueurs sont désormais des obstacles à la réalisation de ces objectifs en se renfermant sur elles-mêmes. D’autre part, dans le fonctionnement, tout se passe comme si les quatre groupes d’acteurs directement concernés par la production du jeu loin d’être en « synergie positive », tendaient à s’opposer en vertu de l’état de nature, de la guerre « de tous contre tous » et à se refermer sur eux-mêmes, à s’auto-protéger.

6Pour retrouver la dynamique d’un cercle vertueux il conviendrait de favoriser l’innovation sociale en (re) donnant du sens au mode de production autonome de l’action collective ou plus simplement en rendant la parole aux acteurs.

7La seconde contribution est apportée par Alain Mouchet, Frédéric Marchet, Gilles Ulhrich et Daniel Bouthier. Les auteurs s’interrogent sur la pertinence d’un certain nombre de discours selon lesquels la mondialisation du rugby international et professionnel conduirait à une homogénéisation du jeu. Cette problématique est déclinée à l’aide de deux études, l’une consacrée à l’analyse des conceptions locorégionales du rugby et du projet de jeu voulu au sein du club, l’autre à celle du jeu produit par les équipes majeures du rugby international. Autrement dit entre « guerre des styles » et professionnalisation et mondialisation du jeu, l’évolution est-elle aussi univoque et homogène qu’il y paraît ?

  • 2 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, Paris, Éditions EPS, 1979.

8La première des études a porté sur six clubs de la région Aquitaine qui possèdent une histoire rugbystique forte. À partir des interviews de trois personnes clefs de chaque club, deux grands thèmes ont été abordés : l’identité du club et son projet de jeu. Les résultats montrent que la construction identitaire se situe au niveau du club et qu’il n’y a donc pas une reproduction stricte et uniforme d’un modèle internationale dominant. Concernant le projet de jeu, une analyse qualitative a permis de constater une tendance vers une nouvelle logique de l’efficacité qui dépasse les querelles d’écoles. Néanmoins, un examen plus approfondi nuance le constat précédent en révélant une certaine diversité stylistique sur une base que l’on disait homogène. Qu’en est-il sur le plan international ? C’est la question à laquelle essaie de répondre la seconde étude. Les auteurs analysent le jeu de six nations performantes dans la production du jeu de mouvement mais appartenant à des horizons culturels différents. L’observation des images télévisuelles de trois matchs à enjeu important de chacune des nations a été réalisée d’un point de vue aussi bien quantitatif que qualitatif à partir des critères de René Deleplace2. Si une première lecture confirme une forte tendance à l’uniformisation du jeu des différentes nations, une analyse plus fine révèle l’existence de styles particuliers dans la production et la dynamique de développement du jeu de mouvement de chaque équipe.

9Ces deux études (à un niveau régional et à un niveau international) confirment l’influence d’une forme de jeu de haut niveau composée de séquences de jeu plus longues et plus complexes. Toutefois, cette tendance ne se traduit pas au-delà des apparences par une homogénéisation du jeu produit, tant au niveau locorégional qu’au plan international. Il semblerait que là comme dans les autres domaines de l’activité de l’homme, toute innovation technique offre un grand nombre d’actualisations possibles qui laissent toute sa place à la créativité des acteurs.

Notes

1 Patrick Mignon parle à ce propos de l’affirmation et de « l’importance des styles nationaux en ce qu’ils concrétisent une identité nationale et la rupture avec le modèle anglais », cf. La passion du football, Paris, Éditions Odile Jacob, 1998, p. 42-46.

2 Deleplace R., Rugby de mouvement, rugby total, Paris, Éditions EPS, 1979.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search