Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Première Partie. Innovations locales et développement économique territorial

3. La filière glisse en Aquitaine : d’une croissance spontanée à un développement consolidé l’innovation par la coopération territorialisée

Sophie Herrera-Cazenave

Texte intégral

Introduction

  • 1 Elle constitue une étape de travaux de recherches en cours.

1La contribution1 qui suit vise à analyser les étapes et les mécanismes de la conversion progressive d’une activité sportive (le surf) en une filière économique (la glisse) par une double approche : territoriale et stratégique.

2L’identification des formes d’intervention des acteurs (institutions, entreprises, organisations…), la transformation de leurs modalités de coopération et la diffusion spatiale de leurs actions constituent les supports de ces réflexions et légitiment leur intégration au thème « Innovations locales et impacts économiques ».

  • 2 Apparu au début des années 1980 puis, plus largement diffusé à la suite de la publication de l’ouv (...)
  • 3 Note de synthèse. Université d’été des SPL, Clusters et pôles de compétitivité. Bordeaux, 11 et 12 (...)

3Depuis plus d’une vingtaine d’années, l’Aquitaine est associée à la Glisse2 au point de former désormais des identités confondues. À l’évidence, il s’agit d’un territoire « marque »3.

  • 4 Sud Ouest Eco, 1999.
  • 5 Los Angeles Times (pages économiques), 11 mai 2003.
  • 6 L’Équipe Magazine, 19 août 2000.
  • 7 Le Monde, 13 décembre 2000.
  • 8 Vagues dont le déferlement est particulièrement favorable à la pratique du surf.

4« Glissicon-vallée »4, « Petite Californie »5, « Côte en or »6, « Eldorado de la glisse »7 … ces quelques titres extraits de la presse nationale et internationale témoignent de la confusion des identités entre le Sud de l’Aquitaine et les sports de glisse, l’activité économique et le territoire. Originales et partagées par les observateurs extérieurs, ces représentations résultent de l’interaction entre la richesse naturelle remarquable en spots8 de la côte basco-landaise à partir de laquelle s’est opérée la diffusion spatiale et sociale du surf depuis 1957 et les effets économiques de ce développement.

L’Aquitaine et la glisse. Une identité forte, des modalités originales de constitution

  • 9 Disponibles sur le site de l’Observatoire de la glisse : www.board-europe.com. Projet du Système p (...)
  • 10 En 1957, Peter Viertel, cinéaste américain séjournant sur la Côte Basque (Biarritz), prête sa plan (...)

5Les retombées économiques significatives9 induites de manière directe et indirecte par la présence de l’activité surf sur le territoire local constituent le versant tangible d’un processus original initié à partir des années soixante10 dont la dynamique résulte de facteurs sociologiques, sportifs, culturels, urbanistiques.

La convergence entre Sport, Culture et Territoire

  • 11 Initialement des villages de pêcheurs.

6La qualité des vagues, la diversité des sites de pratique, leur accessibilité, la température de l’eau, offrent dans le Sud de l’Aquitaine des conditions optimales uniques en Europe pour la pratique du surf. De plus, la localisation des villes et villages de la Côte Basque11 (Biarritz, Bidart, Guéthary…) à proximité immédiate de l’Océan, intègre les vagues et les évolutions des surfeurs dans le paysage urbain littoral assurant ainsi une visibilité réciproque et un lien permanent entre la ville et la mer, l’activité urbaine quotidienne et la pratique sportive. Ce contexte géographique constitue la ressource première à partir de laquelle s’est ancrée de façon pérenne une activité sportive à forte dimension culturelle, réunissant les surfeurs locaux et leurs homologues étrangers. Les premiers trouvaient dans cette activité une expression renouvelée de leur culture balnéaire et un moyen privilégié de se rapprocher du modèle culturel californien des années soixante ; les seconds en provenance des pays nordiques puis, majoritairement anglo-saxons étaient attirés par la qualité des vagues et par le caractère retour aux sources de leur séjour dans la « vieille » Europe.

7La mixité culturelle originelle des pratiquants du surf sur la Côte Basque, au-delà de son intérêt sociologique, représente un analyseur pertinent en matière de structuration économique d’une activité issue de la rencontre contingente, mais fructueuse entre sport et territoire.

L’interaction permanente entre pratique sportive et activité professionnelle

8La pratique du surf n’est possible que dans certaines conditions de marée, or, la qualité des vagues dépend de nombreux facteurs : conditions météorologiques, vent,… qui varient fortement selon les heures d’une même journée. Le caractère aléatoire et quasi imprévisible des conditions nécessaires à la pratique constitue le principal motif pour lequel les surfeurs ont cherché à assurer leurs revenus par une activité d’interface, leur permettant de vivre à proximité immédiate des plages et de calquer leur temps de vie professionnelle et personnelle sur celui des conditions de surf.

  • 12 Économie générée par le surf. Le terme anglais est utilisé dans le cadre de cette communication po (...)

9L’assujettissement du temps de travail quotidien à la variation des éléments naturels qui rythment la pratique, au-delà de son impact direct sur les modes de vie des surfeurs constitue le fondement du Surf business12. Les allers et retours permanents entre sport-plage-travail, sources d’une interdépendance consolidée entre ces trois lieux d’activité et ces trois temps ont façonné l’originalité et la créativité d’une approche du marketing centrée sur le lien Pratique-Territoire-Image-Produits qui peut être qualifiée d’innovation par le lien, par l’univers.

  • 13 De la Côte Basque.
  • 14 « Jo Moraiz qui créa son surfshop en 1965 en croyant toucher à un eldorado semblable à l’or blanc (...)
  • 15 Cette « orthodoxie locale » s’avéra également contre-productive dans le domaine de l’innovation te (...)
  • 16 … et par là même conformément à la référence contre-culturelle californienne nécessairement désint (...)
  • 17 Quiksilver et Rip Curl, marques créées en Australie (Torquay), ont ouvert en 1985 leurs filiales f (...)
  • 18 Renforcé par l’usage de l’anglais comme langue de communication au sein des entreprises.

10La densité de ces influences réciproques a donné naissance à un fonctionnement entrepreneurial initialement individuel, puis collectif, devenu un modèle économique original dont la validité n’était pas a priori acquise, y compris auprès des pratiquants. Ainsi, certains surfeurs locaux13 précurseurs ayant perçu le potentiel professionnel sous-jacent à leur passion sportive, ont vu leurs initiatives marginalisées par les obstacles culturels14 liés au localisme15, à une représentation idéalisée de la pratique16. Cette approche, quasi sacralisée du surf des années 1960-70 rendait philosophiquement impossible son exploitation par les pionniers aquitains dans le cadre d’une activité commerciale. A contrario, quelques années plus tard (1985), les entrepreneurs australiens puis américains expatriés sur la Côte Basque importaient avec pragmatisme et succès le surf business déjà expérimenté en Australie17. Ces modalités différenciées de conversion progressive de la pratique sportive et de son environnement en activité économique de subsistance, puis en véritable source de profit sont à l’origine du poids des marques anglo-saxonnes en Europe et de la coexistence de cultures managériales différenciées au sein des entreprises. Ces divers facteurs ont engendré des modalités particulières de gestion et largement contribué à la diffusion dans l’environnement régional d’une image résolument atypique voire marginale de la filière18. Le poids et la persistance de ces représentations forgées dans les années soixante-dix ont incontestablement « retardé » la prise en considération par l’environnement socio-économique territorial du secteur Glisse comme un interlocuteur économique fiable.

  • 19 Cette expérience originale n’a fait l’objet d’aucune véritable valorisation externe par les instit (...)

11Cet isolement local relatif contraste fortement avec la richesse des échanges internationaux établis entre les sièges sociaux européens sud aquitains, et ceux des marques « mères » australiennes et américaines dont la pratique quotidienne a doté les entreprises d’une solide expérience en matière de coopération internationale19 et d’une intégration précoce de la mondialisation.

Une croissance remarquable, des menaces externes exacerbées par des enjeux économiques croissants

  • 20 À compter de 1985, année d’implantation des premières marques.

12Le développement de l’économie associée au surf s’est opéré sur une période relativement courte20 de moins de quinze ans ; il est caractérisé par une concentration géographique en grappe, sur la bande côtière basco-landaise des acteurs majeurs de la filière Aquitaine dont l’influence s’est progressivement étendue à l’ensemble du marché européen. La permanence, voire le renforcement de l’ancrage des sièges sociaux sur le territoire originel résulte d’un processus interactionniste économie-territoire. Les externalités de réseau liées à la proximité d’activités de sous-traitance, l’accessibilité des spots favorisent cette concentration spatiale, qui qualifie le territoire, diffuse une image de marque et provoque, par un effet d’aimant l’implantation de nouvelles entreprises qui renforcent à leur tour l’identité Glisse du territoire. Les effets induits par ce cercle vertueux, cet effet cluster bénéficient à l’ensemble des acteurs. Elles se déclinent principalement en attractivité et développement local pour les institutions, économie liée aux externalités de réseau (sous-traitants, partenaires) pour les entreprises, d’image, d’identité pour l’ensemble des acteurs.

L’effet levier de la convergence culturelle : l’innovation par l’anticipation

  • 21 Cf. infra.

13Le succès de la filière Glisse repose sur des facteurs endogènes, ces derniers ne peuvent toutefois expliquer à eux seuls son impact économique régional : en 200521, 385 entreprises génèraient environ 3 200 emplois et réalisaient à partir de l’Aquitaine un chiffre d’affaires d’environ 1,1 milliard d’euros sur les marchés européens.

Graphique 1 – Un poids différencié en terme d’emploi. Estimation emplois filière Glisse Aquitaine, juin 2005

Graphique 1 – Un poids différencié en terme d’emploi. Estimation emplois filière Glisse Aquitaine, juin 2005
  • 22 Le segment textile représente plus de 90 % du chiffre d’affaires des principales marques (Source :(...)

14Des variables exogènes d’ordre sociologique (transformation des pratiques et des valeurs sportives), technologiques (innovations matérielles), médiatiques (images relayées par des supports diversifiés), commerciales (omniprésence des images dans les stratégies marketing…) ont induit une véritable convergence culturelle entre les valeurs sociales auxquelles s’identifient les adolescents, et celles liées au style de vie relayées par les marques du surfwear22.

15Les spécificités de cette économie, de ses valeurs initialement décalées, « contre-culturelles » se sont converties à compter des années 1985-90 en un atout majeur positionnant les entreprises du surfwear comme des précurseurs en matière de perception de tendances. L’innovation par l’anticipation culturelle, qui s’est produite selon un mécanisme quasi spontané dans sa phase initiale, fait aujourd’hui l’objet de stratégies élaborées et coûteuses destinées à maintenir ce « temps d’avance » vis-à-vis des évolutions sociologiques… et concurrentielles.

  • 23 Loret A., Génération Glisse, Paris, Éditions Autrement, no 155-156, 1995, Série Mutations.
  • 24 Les valeurs énumérées ne constituent pas des références exhaustives d’autant que les points de vue (...)
  • 25 Siège social localisé à Saint-Jean-de-Luz (64, Pyrénées-Atlantiques), Aquitaine.
  • 26 Implantée à Moirans (38, Isère), Rhône-Alpes.
  • 27 Implanté à Anneyron (26, Drôme), Rhône-Alpes.
  • 28 Implantée à Mérignac (33, Gironde), Aquitaine.

16La transformation des pratiques sportives est à l’origine de la conversion du marché du surf en marché de la glisse. Ce concept élargi recouvre les activités (surf, snowbord, skate) qui revendiquent une culture commune, à l’image de leurs pratiquants qui transcendent les cloisonnements traditionnels entre pratiques sportives, et exercent alternativement sur des territoires différenciés : mer, ville, montagne. La généralisation de l’usage du terme spot pour désigner l’ensemble des sites favorables à la Glisse, symbolise cette évolution : la Génération Glisse23 revendique son appartenance à des valeurs références24 : primauté de la sensation et de l’esthétique, recherche de la trajectoire idéale, pratique « libre » hors institution et compétition, prise de risque… Les principales marques ont, en réponse à ces nouvelles références, modifié leurs stratégies, par des adaptations internes « classiques » : diversification de leurs gammes, création des nouveaux produits, communication… et des adaptations externes plus inhabituelles dans cette filière. Le rachat en 2005, par Quiksilver25, leader du marché du surf, de la marque Rossignol26, marque historique des sports de montagne, et l’intégration par Lafuma27 (montagne) de la marque Oxbow28 (mer) relèvent, en dépit de flux géographiques inversés, de stratégies de croissance externe similaires, qui modifient fortement les territoires d’influence de la filière par un rapprochement « réciproque » mer-montagne.

17Ces rachats, au-delà de leur volet financier suscitent au sein des groupes ainsi reconstitués des rencontres entres équipes imprégnées de cultures d’entreprises fortement différenciées : à dominante marketing dans le surf, à dominante industrielle et technique dans le ski et le snowboard. Les échanges professionnels au sein de ces nouveaux groupes de collaboration constituant des opportunités renouvelées en matière de confrontation culturelle et d’enrichissement mutuel, ces modalités renouvelées de coopération pourraient à terme constituer un levier favorable à l’innovation.

  • 29 Créée en 1999 sur le modèle de SIMA (Surf Industry Manufacturers Association) fondée aux États-Uni (...)
  • 30 L’inauguration des bureaux de la Division Montagne s’est déroulée le 20 juin 2005 à Annecy (74), c (...)

18Soucieuse d’accompagner cette recomposition territoriale, de manière collective, l’association EuroSIMA29 s’est dotée en 200530 d’une antenne dans les Alpes (Annecy) afin de donner une visibilité double à son action et de favoriser les interactions entre les entreprises installées sur les deux territoires.

  • 31 Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques a conduit depuis 2005 plusieurs campagnes de communica (...)

19Les deux versants de la Glisse sont également relayés dans le champ du marketing territorial. Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques a construit son identité visuelle autour de cette double identité, il a financé depuis 2002 plusieurs campagnes de communication régionales et nationales visant à promouvoir son soutien aux territoires de la glisse, ce slogan étant illustré par des images valorisant ses atouts mer-montagne31.

20Initiée par les pratiquants sportifs, intégrée par les entreprises, puis relayée par les institutions, l’extension du marché du surf au marché de la glisse s’est traduite par une extension des stratégies et des territoires d’intervention de l’ensemble des acteurs, une nouvelle configuration spatiale de la filière.

  • 32 Presse locale.

Photo 1 - Campagne de communication locale du Conseil général 64. 1er trimestre 200532

Photo 1 - Campagne de communication locale du Conseil général 64. 1er trimestre 200532

Un marché attractif qui suscite des convoitises

  • 33 La progression totale du chiffre d’affaires du marché européen de la glisse généré depuis l’Aquita (...)

21La croissance à deux chiffres du chiffre d’affaires33, les opérations de rachat, le développement des marchés émergents (Europe du Sud et Europe centrale), la cotation en bourse (juillet 2004) de l’entreprise Oxbow démontrent le niveau de maturité atteint par le secteur de l’économie de la Glisse sur la dernière décennie. Cette évolution caractérisée par sa rapidité confronte la filière à des problématiques renouvelées et diversifiées :

  • Sur le plan interne, les acteurs économiques doivent assurer de manière simultanée la croissance quantitative (voire la massification) de leur marché tout en maintenant leur capital image. Il leur appartient également de diversifier leurs produits (textiles, accessoires, bagagerie, horlogerie, lunettes, produits sportifs…) tout en conservant leur identité de marque. La satisfaction simultanée de ces exigences parfois contradictoires suppose l’adaptation permanente de leur organisation et la mobilisation ou la recherche des ressources et compétences associées.
  • Sur le plan externe, les enjeux se situent principalement au niveau international. Les plus grandes marques du marché du sport et du Sportswear proposent d’ores et déjà des produits directement inspirés de « l’esprit » surfwear. Concomitamment, le groupe Quiksilver a atteint la troisième place mondiale des sports de nature derrière Nike et Adidas. Le changement d’échelle progressif de la concurrence, du niveau local des origines, au niveau mondial actuel, et son accentuation liée aux enjeux financiers constituent des incitations à la recherche de collaboration entre acteurs fondateurs de la filière, jusqu’alors concurrents. Les menaces externes ont exercé un rôle de facilitateur des coopérations34. La création d’EuroSIMA par les cinq marques majeures35 du surfwear résulte de la volonté d’élaborer des stratégies collectives de protection d’un marché devenu attractif pour d’autres sociétés « nouvelles entrantes » considérées, à ce titre comme moins authentiques sur le plan sportif, historique, culturel et… territorial. La non intégration à EuroSIMA de la marque Tribord (groupe Decathlon), spécialiste des sports d’eau délocalisée de Villeneuve-d’Ascq à Hendaye36, démontre que la localisation du siège social sur le territoire référence constitue un critère nécessaire mais non suffisant en matière d’intégration dans le système Glisse, la légitimité de l’appartenance appréciée par des pairs repose sur des exigences cumulatives.

Figure 1 - Entreprises de la glisse : les défis du développement

Figure 1 - Entreprises de la glisse : les défis du développement

22Les marques présentes en Aquitaine sont également confrontées à des problématiques mondiales, certes non spécifiques au secteur de la glisse mais susceptibles d’affaiblir les entreprises : protection des innovations, délocalisations. L’augmentation significative de la contrefaçon contraint les marques à protéger chacune de leur création par des démarches complexes, et coûteuses. Plus directement menaçantes en terme de marché et d’emplois, les importations de textile en provenance d’Asie représentent un risque majeur mais relativement intégré puisque la quasi-totalité des marques de surfwear ont délocalisé depuis de nombreuses années une grande partie de leur production dans de nombreux pays émergents, et tout particulièrement en Asie.

23En matière d’emplois, l’enjeu principal réside pour les acteurs socioéconomiques régionaux, dans le maintien, sur leur site actuel des postes « hors production » liés aux fonctions de direction, création, innovation, design, marketing, financiers,… a priori moins « délocalisables ».

La coopération intraterritoriale comme source d’innovation

  • 37 Facilitée par la réalisation d’enquêtes et la publication de données économiques fiables (cf. supr (...)

24L’intégration progressive par les acteurs socio-économiques régionaux des enjeux37 et des risques qui pèsent sur la filière glisse, la « nouvelle donne » provoquée par la croissance ont favorisé l’émergence d’initiatives nouvelles en matière de coopération, portées exclusivement ou conjointement par des acteurs économiques, institutionnels et publics, au service d’objectifs sectoriels ou transversaux.

  • 38 À titre d’exemple : la perspective de la délocalisation de la marque Tribord (Secteur Sports d’eau (...)

25Elles s’inscrivent dans le cadre d’une compétition à deux versants : économique et territoriale née du renforcement de la compétition entre territoires dans le contexte d’une régionalisation des leviers de l’action économique38.

Des conditions favorables à la coopération

  • 39 Cette proximité cognitive est liée à des convergences en matière de formation et de culture managé (...)

26La proximité géographique, la culture sportive commune des dirigeants « historiques », la mobilité accrue des personnels entre sociétés concurrentes, la relative harmonisation des cultures managériales, l’accès à des postes de responsabilité d’interlocuteurs porteurs de cadres d’analyse communs39 – en dépit de la diversité de leurs secteurs d’intervention et de leurs rattachements institutionnels – ont forgé un terreau facilitant le passage d’une simple coprésence sur le territoire à la mise en réseau des acteurs concernés (entreprises, collectivités locales, organismes consulaires, universités, centres de formation…).

Tableau 2 - La filière Glisse : l’émergence d’actions collectives

Date

Intitulé

Chef de file

Objectif(s)

Pérennité

1990

Surfrider Europe

Tom Curren Champion du monde de surf

Défense de l’environnement

OUI

1992

Gliss’expo

Jeunes entrepreneur locaux (AS-RHC)

Création d’un salon spécialisé (transposition modèle américain)

NON
Fin 2002

Septembre 1999

DESS Ingénierie Sports de Glisse

Université Bordeaux 2 (UB 2) Partenariat CCI BPB

Réponse à des besoins émergents en matière de compétences

OUI
Master 2003

Décembre 1999

SPL Surf (1) Labélisation DATAR

C.R des Métiers et Association des shapeurs d’Aqutaine

Regroupement des Artisans Constitution du SPL Surf (DATAR)

OUI
A.S.A

1999

EUROSIMA

Rip Curl, Quiksilver Gotcha Rusty Hoff

Protection Projets communs Modèle américain

OUI

2000

Contrat PIuriannuel Recherche d’investisseurs recrutement chargé de mission

C.C.I Bayonne PB C.G 64 -CABAB

Favoriser l’implantation des entreprises

OUI 2/3 (CCI -CG)

2003

Salon A.S.R

Eurosima A.S.R (organisateur salons américain)

Salon spécialisé

NON
2 éditions

Novembre 2005

SPL (2) Glisse 2 Labelisation DIACT

CCI- Eurosima -UB 2 (montage 2003 -2005) Etat-CRA-CG 64 -CCI 40- CDM64-

Extension du SPL à l’ensemble de la filière Développement de nouveau projets

OUI

Septembre 2006

Dépôt dossier candidature Pôle de compétitivité Glisse

Estia innovation et ensemble des acteurs du SPL

Renforcement du volet RD. Positionnement international

En cours

  • 40 Cf. infra tableau 1.
  • 41 L’analyse du contexte d’émergence et de l’évolution de chacun des projets (tableau 1), de leurs in (...)

27La nature des initiatives en matière d’actions collectives, leur chronologie40 révèle leur diversité en terme d’objectifs et de partenaires mobilisés. La pérennité41 ou la précarité des actions constituent des facteurs de différenciation de leur pertinence au regard de leur intégration dans l’environnement, et de l’implication durable des acteurs.

  • 42 En particulier EuroSIMA, la CCI Bayonne Pays Basque et l’Université de Bordeaux 2. Ginsbourger F.,(...)

28Les statuts des chefs de file et leurs positionnements : sportifs, entrepreneurs, entreprises, artisans, associations professionnelles, université, institutions, collectivités locales et territoriales, État… témoignent de la « mobilisation » socio-professionnelle horizontale et verticale du territoire, de la révélation progressive, puis de l’affichage de ses compétences collectives et de la fonction maïeutique de certains acteurs42.

D’initiatives individuelles à des projets communs

29La diversification des projets démontre que l’expérience acquise, capitalisée est convertie en un gain mutuel dans la culture de l’action collective qui peut être transférable aux projets ultérieurs. Les relations tissées au travers des premières actions contribuent à forger une histoire commune, à établir des rapports de confiance favorables à l’exploration ultérieure de formes d’échanges élargies.

30L’existence de paliers d’apprentissage de l’action collective est illustrée par le passage progressif d’une approche parcellaire et souvent individuelle des initiatives à des projets collectifs structurants. L’entrée enjeu des collectivités locales (SPL, Projets de Pôle) et la labellisation des dispositifs (SPL) par l’État peuvent être interprétées comme une reconnaissance par les institutions de la fiabilité des projets et de la maturation collective de la filière et de ses partenaires.

  • 43 En effet, de par son histoire, son mode de développement et sa culture les liens établis entre cet (...)

31La commande en décembre 2005 par le Conseil régional, d’une étude d’opportunité relative à la candidature de l’Aquitaine à un Pôle de compétitivité Glisse s’inscrit dans le prolongement de ce processus d’appropriation par l’institution régionale des enjeux économiques territoriaux. Elle affiche ainsi sa volonté d’accompagner la filière afin de renforcer sa visibilité européenne et mondiale, et de stimuler son potentiel d’innovation recherche-développement43.

  • 44 Ce terme qui désigne les artisans fabriquant des planches de surf souvent orthographié dans sa ver (...)

32Le dépôt du dossier de candidature auprès des services de l’État en septembre 2006 constitue la dernière étape d’un processus engagé depuis 1999 par la création d’un Système productif local (SPL) Surf initié par la Chambre régionale des métiers et les artisans shapeurs44. Limité à une institution et destiné aux seuls artisans dans sa version initiale (1999), le SPL s’est ensuite (2003) élargi et consolidé sous l’impulsion conjointe de la CCI, d’EuroSIMA et de l’Université créant les conditions favorables à l’émergence du projet de pôle.

Tableau 3 - les principales actions collectives du SPL Glisse

Tableau 3 - les principales actions collectives du SPL Glisse

33Le changement d’échelle spatiale des zones d’influence des dispositifs suppose une mobilisation croissante des acteurs, tant par leur nombre que par la diversité de leurs appartenances. Il s’est traduit par une recomposition des espaces de projet, un maillage densifié du territoire régional, une évolution des modes de gouvernance.

  • 45 Équivalent d’un département français en superficie. Bénéficie d’une très fort autonomie fiscale et (...)
  • 46 Université de la Communauté Autonome Basque.
  • 47 École Supérieure des Technologies Industrielles Avancées. École d’ingénieurs de la CCI Bayonne Pay (...)
  • 48 L’Université de Bordeaux 2, la Diputación du Guipúzcoa et l’Université du Pays Basque conduisent r (...)

34L’élargissement des échelles spatiales s’inscrit également dans une perspective de coopération transfrontalière, par la création d’un réseau eurorégional et européen centré sur le Sport et l’innovation sociale et technologique (SPORTIS) dont le porteur est un Cluster espagnol GAIA qui regroupe des entreprises spécialisées dans l’informatique et les télécommunications. Son engagement dans un programme Sport-technologie repose sur un pari stratégique selon lequel les liens entre sport et technologies de l’information et de la communication vont croître et générer de nouvelles opportunités industrielles. Le réseau SPORTIS réunit depuis 2005 : la Diputación Foral du Guipúzcoa45, l’Université du Pays basque46, l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 et l’ESTIA47, il organise un séminaire international annuel. L’émergence de ce réseau s’inscrit dans le prolongement direct de collaborations initiées depuis de nombreuses années48 entre certains de ses membres, il constitue ainsi, un transfert de l’expérience acquise au service d’une nouvelle dynamique collective.

35Parallèlement à ces dispositifs fonctionnels, d’autres projets visent à renforcer la qualification et l’attractivité du territoire par la réalisation d’infrastructures.

Tableau 4 - Les projets territoriaux structurants, marqueurs du territoire

Tableau 4 - Les projets territoriaux structurants, marqueurs du territoire

36Trois d’entre eux se trouvent en phase pré-opérationnelle voire opérationnelle. Le premier, à portée principalement touristique réside dans la construction, à l’initiative de la ville de Biarritz (64) d’une « Cité du surf et de l’Océan », bâtiment de 3 200 m2 dédié à la culture du surf, de l’océan, de l’environnement ; le second, à dimension économique porte sur la réalisation par la CCI et la commune d’Anglet (64) d’une zone d’activité, implantée à proximité immédiate de l’Océan destinée à l’accueil exclusif d’entreprises du secteur Glisse ; le troisième, principalement financé par le Conseil général des Landes vise à édifier à Hossegor-Port d’Albret (40), un nouveau siège au bénéfice de la fédération française de surf et de son centre de formation.

L’innovation par le décloisonnement des organisations et la diffusion des compétences

37À la différence des filières universitaires « classiques », les diplômes universitaires professionnalisés offrent une marge de négociation aux porteurs de projets. Cette dernière apparaît comme une contrainte et une ressource. Une contrainte, car il s’agit de valider hors champ universitaire la pertinence de la formation et les perspectives d’emplois ouvertes aux diplômés ; une ressource, car cette phase de concertation préalable facilite les interactions ultérieures entre l’université et les entreprises et institutions locales.

Figure 2 – De la mise en œuvre de dispositifs nationaux à une démarche de projet : un espace d’innovation

Figure 2 – De la mise en œuvre de dispositifs nationaux à une démarche de projet : un espace d’innovation

L’université partie prenante de la dynamique régionale

38La conception du master professionnel « Management et ingénierie des sports de Glisse » s’est inscrite dans cette logique de projet par l’intégration précoce des acteurs économiques et institutionnels locaux à la phase de consultation destinée à valider l’opportunité de la formation et sa cohérence avec les besoins présents et émergents de la filière en matière de compétences.

  • 49 Le Master est implanté sur la technopole Izarbel (Bidart) au sein de l’école d’ingénieur ESTIA dan (...)

39Ouvert à la rentrée 1999, le Master Management et Ingénierie des Sports de Glisse intègre une double dimension : territoriale par sa localisation sur la Côte basque49, à proximité immédiate des entreprises et des lieux de pratique sportive, socio-économique par le poids de la composante « professionnalisation » au sein du cursus.

  • 50 Chaque année, plusieurs étudiant(e) s intègrent le Master sous le régime de la formation continue.
  • 51 « Nos collaborateurs doivent connaître les codes de la Glisse pour être crédibles auprès de notre (...)
  • 52 « … La glisse cherche à se développer là-bas loin de son berceau aquitain. Aussi présente-t-elle e (...)

40Le lien permanent entre formation, et professionnalisation relève d’un choix stratégique : doter les étudiant(e) s-stagiaires50 de compétences managériales adossées à une intégration authentique de la culture sportive Glisse afin de contribuer ainsi à la pérennisation du « modèle » original fondateur du succès de la filière51, et aujourd’hui encore indispensable à son développement.52

Figure 3 - Le Master Glisse. Une approche systémique et territoriale

Figure 3 - Le Master Glisse. Une approche systémique et territoriale

41La prise en compte simultanée des objectifs et des contraintes, la valorisation des ressources locales résulte d’une véritable alchimie constitutive de l’ingénierie de formation qui a précèdé l’ouverture de ce diplôme universitaire professionnalisé.

Le Master professionnel management et ingénierie des sports de glisse

  • 53 Créasport 5ème Journée rencontre centrée sur la créativité et l’innovation dans le domaine du spor (...)
  • 54 L’apport du Master MISG en matière d’innovation au sein du SPL est analysé et valorisé dans l’étud (...)

42La présence de cette formation de troisième cycle dans l’environnement géographique immédiat des entreprises contribue à la création d’interfaces par la mobilisation de personnes ressources (professionnels, enseignants, chercheurs…), la diffusion des connaissances (stages en entreprise de 6 mois, projets collectifs en réponse à des commandes en provenance des secteurs professionnels…), la valorisation des méthodes et résultats de la recherche (thèses CIFRE, réalisation d’études et d’enquêtes…), le décloisonnement des organisations (organisation de Journées rencontres thématiques53, participation des professionnels aux jury, soutenances…). Ces interactions relèvent de registres différents et complémentaires, elles contribuent à la fertilisation croisée formation-recherche-économie du territoire, à la croissance du potentiel d’innovation54, à sa diffusion, à la compétitivité de la filière.

43L’analyse des relations entre recherche, formation et milieux professionnels met en évidence, au-delà de leurs spécificités des points de convergence forts en terme d’enjeux autour desquels peuvent s’articuler les initiatives à valeur ajoutée commune.

Tableau 3 - Recherche-Formation-Milieux professionnels Des secteurs différenciés, des enjeux partagés

Tableau 3 - Recherche-Formation-Milieux professionnels Des secteurs différenciés, des enjeux partagés
  • 55 Figure 5.
  • 56 À l’issue d’une procédure d’orientation-sélection.
  • 57 Figures 6 et 7.
  • 58 En mars 2000, les pays de l’Union européenne ont pris l’engagement commun de placer l’Union europé (...)

44La présence du master renforce l’identité du territoire et enrichit l’offre régionale en matière de ressources spécifiques adaptées aux besoins des entreprises et de formation tout au long de la vie. Il est intégré à l’argumentaire développé par les opérateurs locaux (CCI, Conseil général…) en direction des entreprises « extérieure » afin de les inciter à s’implanter sur le territoire sud-aquitain. La formation bénéficie, en retour de cet environnement et de sa lisibilité externe. La contribution spécifique du Master Glisse à l’attractivité du territoire est illustrée par le pourcentage d’étudiants (plus de 70 %55) en provenance d’autres régions françaises qui intègrent la formation56. Cette tendance est logiquement inversée pour les stages, la plupart des étudiants effectuent leur stage en aquitaine (76,7 %) avec une très forte concentration sur la Côte sud Aquitaine (Landes-Pays Basque)57 corrélée à la concentration des industries et des services. L’effet cluster est particulièrement sensible pour ce diplôme qui concilie une forte attractivité externe en matière de ressources spécialisées, et la richesse des échanges de proximité, qui bénéficient d’un effet de réseau qu’ils contribuent à conforter. L’attraction du potentiel en ressources humaines spécialisées et la capillarité assurée par les interfaces permanentes (formation-milieux professionnels) conjuguent leurs effets au bénéfice d’une véritable « économie de la connaissance »58.

Carte 2 - Activité du diplôme : « effet » Master Contrat quadriennal actuel

Carte 2 - Activité du diplôme : « effet » Master Contrat quadriennal actuel

Carte 3 - Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (a)

Carte 3 - Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (a)

Carte 4 – Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (b)

Carte 4 – Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (b)

Conclusion

45La conversion progressive et spectaculaire d’une activité sportive « marginale » en une véritable filière économique s’est opérée dans un creuset culturel, sportif, sociologique, géographique… qui a façonné cette transformation et fortement influencé ses modes de fonctionnement internes et ses représentations externes.

46La mise en œuvre d’actions collectives témoigne de la construction progressive de projets, qui, au-delà de leurs diversité, révèlent l’appropriation progressive d’une culture de l’action collective qui légitime la conversion du territoire de la glisse à des projets de territoire pour la glisse.

47Les enjeux territoriaux inhérents au développement de la filière confrontent les acteurs économiques et institutionnels, directs et indirects, à des problématiques renouvelées nationales et internationales qu’ils abordent en situation de responsabilité partagée.

48La consolidation future de ce secteur constituera un révélateur privilégié de l’efficience de collaborations qui devront concilier deux exigences complexes et parfois paradoxales : exigence globale par l’engagement collectif significatif du territoire dans la compétition économique mondiale fortement évolutive, instable et exigence locale par le renforcement des connexions de proximité.

  • 59 Et nécessairement, à court terme « co-territorial » dans le prolongement des collaborations déjà i (...)
  • 60 Ce terme renvoie à un territoire dont les contours sont fixés par l’échelle spatiale du projet (pé (...)

49Compétitivité mondiale et enrichissement du réseau territorial59 constituent les versants interdépendants du défi auquel est confronté le territoire. La pertinence de sa réponse dépendra de l’ensemble acteurs, de leur capacité à dessiner de nouvelles trajectoires pour l’innovation, par l’exploration d’alliances renouvelées et originales, qui, au-delà des cloisonnements organisationnels et des tentations d’appropriation… garantiront l’émergence d’un territoire de projet pour la Glisse60.

Bibliographie

Bibliographie

Augustin Jean-Pierre (dir.), Surf Atlantique, les territoires de l’Éphémère, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1994.

Bessas Yves, La Glisse, Paris, Fayard, 1982.

Bontemps Mathieu, La construction d’une économie du surf en Aquitaine depuis 1958, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2004.

Bouchet Patrick et Sobry Claude, Management et marketing du sport : du local au global, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2005.

Dupuy Claude et Burmeister Antje (dir.), Entreprises et territoires. Les nouveaux enjeux de la proximité, Paris, La Documentation française, 2003.

Greffe Xavier, Le développement local, Paris, Éditions de l’Aube, DATAR, 2002, « Bibliothèque des territoires ».

Herrera-Cazenave Sophie, « L’interface entre formations professionnelles et recherche en milieux industriels et commerciaux : les voies de la valorisation », Revue Européenne de management du sport, no 15, octobre 2006, p. 82-85.

Herrera-Cazenave Sophie, « La création du DESS “Sports de Glisse” : du diagnostic territorial à la valorisation des ressources locales d’indispensable partenariats », Actes de la 8ème université sportive d’été UFOLEP USEP, Territoires et développement local, 2000, p. 76-83.

Ginsbourger Francis et Pallez Frédérique, SPL et stimulation de l’innovation. Le SPL Glisse, Centre de gestion scientifique, École des Mines de Paris, étude commandée par la DIACT (à paraître).

Jacquet Nicolas et Darmon Daniel, Les pôles de compétitivité. Le modèle français, Paris, La Documentation française, 2005.

Levet Jean-louis, Localisation des entreprises et rôle de l’État : une contribution au débat, (Rapport), Paris, Commissariat général du plan/La Documentation française, 2005.

Loret Alain, Génération Glisse, Paris, Éditions Autrement, no 155-156. 1995, Série Mutations.

de Soultrait Gibus, Histoire et enjeux du surf business en Europe, communication dans le cadre des rencontres EUROSIMA, octobre 2003 (non publiée).

Teisserenc Pierre, Les politiques de développement local, Paris, Economica, 2002, « Collectivités locales ».

Notes

1 Elle constitue une étape de travaux de recherches en cours.

2 Apparu au début des années 1980 puis, plus largement diffusé à la suite de la publication de l’ouvrage d’Yves Bessas, La Glisse, Paris, Fayard, 1982. Ce terme désigne les activités sportives, surf, skate, snowboard, kite-surf,…, qui, au-delà de certaines caractéristiques communes dans la pratique (pratique hors institutions, recherche de sensations, prise de risque, environnement « naturel », dimension technologique,…), revendiquent une culture commune (cf. infra II a).

3 Note de synthèse. Université d’été des SPL, Clusters et pôles de compétitivité. Bordeaux, 11 et 12 septembre 2006, p. 4.

4 Sud Ouest Eco, 1999.

5 Los Angeles Times (pages économiques), 11 mai 2003.

6 L’Équipe Magazine, 19 août 2000.

7 Le Monde, 13 décembre 2000.

8 Vagues dont le déferlement est particulièrement favorable à la pratique du surf.

9 Disponibles sur le site de l’Observatoire de la glisse : www.board-europe.com. Projet du Système productif Local (SPL) piloté par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Pays Basque, l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 et EuroSIMA (association européenne des industriels de la Glisse).

10 En 1957, Peter Viertel, cinéaste américain séjournant sur la Côte Basque (Biarritz), prête sa planche de surf importée des États-Unis à des jeunes sportifs locaux qui dès lors adoptent cette pratique et fabriquent leurs propres planches.

11 Initialement des villages de pêcheurs.

12 Économie générée par le surf. Le terme anglais est utilisé dans le cadre de cette communication pour des raisons culturelles et historiques (cf. infra).

13 De la Côte Basque.

14 « Jo Moraiz qui créa son surfshop en 1965 en croyant toucher à un eldorado semblable à l’or blanc du ski, m’avoua avoir été particulièrement déçu de voir son magasin boudé par les surfeurs. C’est sûr, la culture anti-système d’après 1968 qui berçait le surf ne favorisa pas l’établissement reconnu d’un surf business », de Soultrait G., Histoire et enjeux du surf en Europe, communication dans le cadre des rencontres EUROSIMA, octobre 2003 (non publiée).

15 Cette « orthodoxie locale » s’avéra également contre-productive dans le domaine de l’innovation technologique. George Hennebute inventeur du leash (lien qui relie le surfeur à la planche) fut l’objet de moqueries de la part de ses pairs, elles le conduisirent à abandonner son invention dont le brevet fut déposé quelques années plus tard par des Américains.

16 … et par là même conformément à la référence contre-culturelle californienne nécessairement désintéressée.

17 Quiksilver et Rip Curl, marques créées en Australie (Torquay), ont ouvert en 1985 leurs filiales françaises implantées respectivement à Saint-Jean-de-Luz et Soorts Hossegor. À la même époque, Oxbow, marque française, naissait en Seine-Maritime (le transfert du siège social à Mérignac date de 1989), ses créateurs français revendiquant leur approche professionnelle résolument différenciée vis-à-vis de l’amateurisme ambiant du milieu surf de cette époque.

18 Renforcé par l’usage de l’anglais comme langue de communication au sein des entreprises.

19 Cette expérience originale n’a fait l’objet d’aucune véritable valorisation externe par les institutions locales.

20 À compter de 1985, année d’implantation des premières marques.

21 Cf. infra.

22 Le segment textile représente plus de 90 % du chiffre d’affaires des principales marques (Source : Observatoire de la Glisse).

23 Loret A., Génération Glisse, Paris, Éditions Autrement, no 155-156, 1995, Série Mutations.

24 Les valeurs énumérées ne constituent pas des références exhaustives d’autant que les points de vue divergent en matière de délimitation et de classification des sports de Glisse, selon les époques, les auteurs, les critères de référence (sociologiques, philosophiques, technologiques, écologiques, mécaniques…).

25 Siège social localisé à Saint-Jean-de-Luz (64, Pyrénées-Atlantiques), Aquitaine.

26 Implantée à Moirans (38, Isère), Rhône-Alpes.

27 Implanté à Anneyron (26, Drôme), Rhône-Alpes.

28 Implantée à Mérignac (33, Gironde), Aquitaine.

29 Créée en 1999 sur le modèle de SIMA (Surf Industry Manufacturers Association) fondée aux États-Unis en 1989. EuroSIMA est implantée à Capbreton (40), elle regroupe 58 entreprises et 31 membres associés.

30 L’inauguration des bureaux de la Division Montagne s’est déroulée le 20 juin 2005 à Annecy (74), cette initiative résulte « … de la volonté de l’association européenne des industriels de la glisse de se rapprocher des entreprises de la montagne et de représenter plus largement les sports de glisse… ».

31 Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques a conduit depuis 2005 plusieurs campagnes de communication locales et nationales déclinée autour du terme Glisse : « Ici la glisse est au sommet »…

32 Presse locale.

33 La progression totale du chiffre d’affaires du marché européen de la glisse généré depuis l’Aquitaine est de 27 % entre 2004 et 2005. Source : Le marché des sports de Glisse   : l’industrie du Surf , Skate , Snow. Août 2006 . Étude réalisée par l’Observatoire de l’économie de la glisse (CCI de Bayonne, Université Bordeaux 2, EuroSIMA).

34 Cf. infra.

35 Quiksilver , Rip Curl , Billabong , Gotcha , Rusty , Hoff.

36 Depuis août 2005, plus de 70 personnes occupent les fonctions qui s’exercent de la conception des produits à leur commercialisation.

37 Facilitée par la réalisation d’enquêtes et la publication de données économiques fiables (cf. supra).

38 À titre d’exemple : la perspective de la délocalisation de la marque Tribord (Secteur Sports d’eau de Decathlon) à donné lieu à une compétition farouche entre villes : Lisbonne, Brest, Lorient, Vannes, La Rochelle, Marseille, Anglet et Hendaye étant en lice. L’action conjointe de l’ensemble des collectivités concernées (Commune, département, région) et de la Chambre de Commerce et d’Industrie explique en grande partie le choix d’Hendaye par le premier distributeur/fabricant d’articles de sport en France (plus de 50 % du marché).

39 Cette proximité cognitive est liée à des convergences en matière de formation et de culture managériale.

40 Cf. infra tableau 1.

41 L’analyse du contexte d’émergence et de l’évolution de chacun des projets (tableau 1), de leurs interactions fait l’objet d’une recherche en cours.

42 En particulier EuroSIMA, la CCI Bayonne Pays Basque et l’Université de Bordeaux 2. Ginsbourger F., Pallez F., SPL et stimulation de l’innovation. Le SPL Glisse, Centre de gestion scientifique, École des Mines de Paris. Étude commandée par la DIACT, 2006 (à paraître).

43 En effet, de par son histoire, son mode de développement et sa culture les liens établis entre cette filière et l’innovation ont principalement reposé sur l’innovation marketing. cf. supra II a.

44 Ce terme qui désigne les artisans fabriquant des planches de surf souvent orthographié dans sa version anglaise shapers et utilisé ainsi dans la dénomination de plusieurs associations professionnelles, ce qui justifie l’usage des deux versions shapers et shapeurs.

45 Équivalent d’un département français en superficie. Bénéficie d’une très fort autonomie fiscale et d’un transfert important de compétences de l’État espagnol.

46 Université de la Communauté Autonome Basque.

47 École Supérieure des Technologies Industrielles Avancées. École d’ingénieurs de la CCI Bayonne Pays Basque.

48 L’Université de Bordeaux 2, la Diputación du Guipúzcoa et l’Université du Pays Basque conduisent régulièrement, depuis plus de quinze ans des actions de collaboration (études communes, enseignements délocalisés, organisation de rencontres thématiques et séminaires…) dans la cadre de conventions bilatérales.

49 Le Master est implanté sur la technopole Izarbel (Bidart) au sein de l’école d’ingénieur ESTIA dans le cadre de la convention signée entre l’Université de Bordeaux 2 et la CCI Bayonne Pays Basque.

50 Chaque année, plusieurs étudiant(e) s intègrent le Master sous le régime de la formation continue.

51 « Nos collaborateurs doivent connaître les codes de la Glisse pour être crédibles auprès de notre cœur de cible » V. Stuhlen, Sports Marketing and Communication Manager Oxbow. Courrier Cadres. février 2006. Les nouvelles pistes de la «   Glissbusiness   ».

52 « … La glisse cherche à se développer là-bas loin de son berceau aquitain. Aussi présente-t-elle encore de belles perspectives d’emploi pour des cadres qualifiés, mobiles, maîtrisant les langues étrangères, prêts à s’inscrire dans une vision européenne… » F. Payot, Président de l’euroSIMA et cofondateur de la marque Rip Curl Europe. Ibid.

53 Créasport 5ème Journée rencontre centrée sur la créativité et l’innovation dans le domaine du sport a réuni sur la technopole Izarbel (Bidart) plus de 250 personnes (professionnels, entrepreneurs, créateurs, chercheurs, enseignants, étudiants…).

54 L’apport du Master MISG en matière d’innovation au sein du SPL est analysé et valorisé dans l’étude « SPL et diffusion de l’innovation » réalisée par l’École des Mines (Paris), en réponse à une commande de la DIACT.

55 Figure 5.

56 À l’issue d’une procédure d’orientation-sélection.

57 Figures 6 et 7.

58 En mars 2000, les pays de l’Union européenne ont pris l’engagement commun de placer l’Union européenne au premier rang mondial de la société de la connaissance afin d’améliorer sa compétitivité.

59 Et nécessairement, à court terme « co-territorial » dans le prolongement des collaborations déjà initiées. Cf. supra III.

60 Ce terme renvoie à un territoire dont les contours sont fixés par l’échelle spatiale du projet (périmètre évolutif). Il est préféré dans le cas présent à celui de projet de territoire qui désigne un projet dont les limites (fixes) renvoient à un périmètre administratif prédéfini. Dans le premier cas, le projet définit le territoire, dans le second, le territoire se dote d’un projet. Dans une situation « idéale », les deux seraient confondus.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Un poids différencié en terme d’emploi. Estimation emplois filière Glisse Aquitaine, juin 2005
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 1 - Campagne de communication locale du Conseil général 64. 1er trimestre 200532
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 1 - Entreprises de la glisse : les défis du développement
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 3 - les principales actions collectives du SPL Glisse
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 4 - Les projets territoriaux structurants, marqueurs du territoire
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 2 – De la mise en œuvre de dispositifs nationaux à une démarche de projet : un espace d’innovation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Figure 3 - Le Master Glisse. Une approche systémique et territoriale
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 3 - Recherche-Formation-Milieux professionnels Des secteurs différenciés, des enjeux partagés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Carte 2 - Activité du diplôme : « effet » Master Contrat quadriennal actuel
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Carte 3 - Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (a)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Carte 4 – Types de structures et lieux de stages en milieu professionnel (b)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4168/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540