Version classiqueVersion mobile

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Première Partie. Innovations locales et développement économique territorial

2. L’image sportive de la compétitivité d’une Région

D’Aquitaine Innovations à Médiatis Région Aquitaine, du skipper Yves Parlier

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Introduction

  • 1 La politique sportive de la Région Aquitaine est analysée dans un des chapitres de la troisième par (...)

1Les Régions constituent une catégorie de collectivités territoriales récentes, nées de la décentralisation, quand bien même certaines de leurs racines « administratives » puisent dans un passé moins immédiat. Après l’entrée en vigueur de la Décentralisation (lois du 2 mars 1982, du 9 janvier 1983 et du 23 juillet 1983), les Régions ont eu autant à se structurer dans leur organisation politico-administrative qu’à s’affirmer en termes d’efficacité, d’image et de communication, parmi tous les autres niveaux d’intervention de la puissance publique. De fait, en Aquitaine, le sport s’est imposé logiquement comme un domaine d’activités permettant de conjuguer un vaste répertoire d’images positives. Le sport est un excellent vecteur d’expression identitaire, ayant sa place au sein d’une palette où l’entreprise, l’emploi, la formation des jeunes, la recherche, le tourisme, la culture, l’éducation, la diversité des territoires, le développement durable, par exemple, sont autant d’images fortes du dynamisme aquitain1.

2Dans les limites de ce chapitre, nous allons étudier le processus de mobilisation collective, reposant sur un partenariat dense et complexe constitué au début des années 2000 autour du projet Médiatis Région Aquitaine. Le navigateur Yves Parlier est au centre de ce dispositif. Il s’agit d’un marin d’exception qui possède dans le domaine de la course au large un palmarès plutôt prestigieux, établi tout au long des années 1980 et 1990. Depuis 1986, cet ingénieur en matériaux composites bénéficie d’un soutien financier conséquent de la part de la Région. Il a contribué à ce que l’Aquitaine soit associée à des innovations gagnantes sur différents théâtres d’opérations sportives.

3L’intention de départ, visée par cette étude, est de parvenir à définir le programme Médiatis Région Aquitaine dans ses caractéristiques morphologiques et dans ses fonctions. Cet espace de coopérations interdépendantes constitué autour de la problématique de l’innovation technologique aquitaine dessine un vaste réseau. Le découpage du programme en séquences chronologiques assez bien individualisées a été jugé indispensable pour analyser la phase de gestation du programme, sa mise en place et sa réalisation.

La « maturation » du projet Médiatis Région Aquitaine

Yves parlier : un nom de navigateur, une réussite sportive

4Lorsque le projet Médiatis Région Aquitaine est sur le point d’être défini dans ses moindres détails, Yves Parlier est un marin confirmé. Son palmarès est éloquent : vainqueur de la Mini-Transat 1985 Brest-Pointe-à-Pitre, vainqueur de la Première étape du Figaro 1990, champion de France Solo 1991, vainqueur de la Solitaire du Figaro la même année, vainqueur et recordman de l’Europe 1 Star/Transat Anglaise 1992. Il reste détenteur du record de cette épreuve (Plymouth-Newport) en monocoque, avec 14 jours, 6 heures, 1 minute et 30 secondes, à bord de Cacolac d’Aquitaine.

5Son bateau porte haut les couleurs de la Région Aquitaine qui lui accorde son soutien. Le nom de Parlier est associé à d’autres succès qui jalonnent la décennie : quatrième dans le Vendée Globe 1992-93, vainqueur de la Route du Café 1993, vainqueur du Boc Transatlantic 1994, vainqueur de la course du Rhum 1994, participant au Vendée Globe 1996-97 à bord d’Aquitaine Innovations, son nouveau 60 pieds, vainqueur de la Fastnet 1997 (60 pieds Open), vainqueur avec Éric Tabarly de la Transat Jacques Vabre 1997, vainqueur de la Route de l’Or 1998, vainqueur de la Course de l’Europe en équipage 1999...

6C’est d’ailleurs lors de la 8ème édition de cette Course de l’Europe (été 1999) qu’Yves Parlier a choisi de remonter à bord d’Aquitaine Innovations. Après onze mois d’absence dans la compétition, suite à un accident de parapente, le navigateur arcachonnais revient à la course en équipage avant de s’aligner au départ de la Transat Jacques Vabre en octobre 1999, en duo avec Ellen MacArthur. leur bateau terminera 4ème de la course.

7Ainsi, au moment où le projet d’hydraplaneur soutenu par la Région Aquitaine est en train de prendre forme, l’ingénieur en matériaux composites possède une sérieuse carte de visite et une image positive alliant « sa maîtrise légendaire de la météo » « à ses qualités de marin ».

8Au tout début des années 2000, Parlier décide de signer sa véritable entrée dans le club des multicoques par la mise à l’eau d’un bateau d’un concept nouveau. Celui-ci sera baptisé Médiatis Région Aquitaine : un projet soutenu par la Collectivité régionale et par tout un ensemble d’entreprises partenaires.

  • 2 « Aquitaine Innovations à Bordeaux. Yves Parlier à votre rencontre », Sud Ouest du samedi 24 mars 2 (...)

9Pour ce faire, il s’agit conjointement de parfaire l’image du navigateur et de ses récents exploits sur les mers. À la fin du mois de mars 2001, Aquitaine Innovations est exposé à proximité de l’ancien Hangar 5, face à l’esplanade des Quinconces2. Une exposition, une rencontre avec Yves Parlier sont organisées pour la circonstance. Un film : La Soif de vaincre, qui a pour thème le Vendée Globe 1996-97 et Yves Parlier à bord de son monocoque Aquitaine Innovations est projeté le samedi 24 mars. On peut trouver « les meilleurs moments du Vendée Globe sur le site Internet www.parlier.org. », indique le journal Sud Ouest qui annonce la manifestation avec un encadré récapitulant les soutiens et partenariats du marin : Région Aquitaine, Bordeaux Ville Escale, France Télécom, CEA Cesta, EDF, Colas Sud-Ouest (une entreprise de BTP), Ociane (une mutuelle), le journal Sud Ouest, etc.

10Pour autant, l’effet d’image exploité en cette fin du mois de mars 2001 repose sur la superposition de deux événements sportifs : le Vendée Globe 1996-97, dans lequel Yves Parlier figure honorablement, et l’édition suivante de cette même épreuve, le Vendée Globe 2000-2001 qu’il termine en étant... hors course. Nous reprendrons tous ces éléments dans leur enchaînement chronologique.

Les conditions d’émergence d’un nouveau projet d’innovation technologique

11Envisager cette question suppose d’apporter des éléments relatifs à plusieurs aspects complémentaires. Quels sont les atouts mobilisables par le héros aquitain ? Il n’est point besoin de revenir sur les qualités de marin et de compétiteur, qui viennent d’être détaillées, ni sur la formation initiale et le métier exercé par l’intéressé : le navigateur est ingénieur en matériaux composites.

12En revanche, il convient d’insister sur la capacité de Parlier à rassembler des partenaires et à mobiliser des ressources pour réaliser des projets, des « programmes » ambitieux. Cette capacité repose en partie sur les qualités individuelles qui viennent d’être rappelées. Il faut compter aussi avec le souci manifesté par le Conseil régional d’Aquitaine de développer une image de marque crédible, associant vitrine technologique, innovation, applicabilité sportive et transferts possibles, dans un domaine d’expression liant l’imaginaire de la course au large et l’ancrage historique de la vocation maritime propre à l’Aquitaine.

  • 3 Georjan T., Vendée Globe. La course la plus folle du monde, Éditions Gérard de Villiers/La découvra (...)
  • 4 Ibid., p. 14.
  • 5 Ibid., p. 66.
  • 6 Ibid., p. 68.

13Le navigateur Yves Parlier bénéficie depuis de nombreuses années d’une aide conséquente de la Région pour la compétition de course au large. Hier lorsque la majorité du Conseil régional penchait à droite, et aujourd’hui alors qu’elle est située à gauche. L’Arcachonnais a concouru d’abord sur Cacolac d’Aquitaine, au tournant des années 1990, puis sur Aquitaine Innovations mis au point pour la deuxième édition du Vendée Globe (1996-1997), une épreuve réservée aux voiliers de 60 pieds (soit 18 mètres 33). « Le voilier le plus révolutionnaire de la course » était celui d’Yves Parlier3. Le skipper « avait tout misé sur une technologie de pointe dans le but de surclasser ses adversaires. Construit avec les matériaux les plus sophistiqués, notamment en fibre de carbone, son Aquitaine Innovations ne pesait que sept tonnes »4. Le navigateur au palmarès impressionnant avait annoncé au Salon de la navigation 1995 son projet de voilier. « Le bateau s’appellera Aquitaine Innovations. Une trentaine d’entreprises aquitaines sont impliquées dans la mise en œuvre d’un projet qui se veut fédérateur de savoir-faire local »5. Des seize bateaux à prendre le départ de l’épreuve, c’est aussi le voilier qui aura coûté le plus cher. Coût de construction : « six millions de francs »6.

  • 7 « Le bricoleur héroïque », titre le journal Sud Ouest du 4 janvier 2001, avec un éditorial de Frank (...)
  • 8 Morin J.-M., « Entreprise/entrepreneur », dans Borlandi M., Boudon R., Cherkaoui M. et Valade B., D (...)
  • 9 art. cit., p. 237.

14Cette année-là, Parlier ne peut pas inscrire son nom et celui de son monocoque au palmarès de l’épreuve. Il en ira de même à l’occasion de l’édition suivante. Pourtant, en ce début d’année 2001, l’échec sportif est transformé en une véritable épopée qui souligne l’obstination du navigateur en attendant son retour au port d’attache7. L’image du champion le cède à celle d’une sorte de Robinson Crusoë futuriste ou plutôt d’un héros de Jules Verne chez qui l’ingéniosité technique le partage avec l’astuce et l’intelligence de situation. Le crédit de confiance dont il bénéficie auprès du Conseil régional et des partenaires économiques paraît intact. Comment l’expliquer ? Certes, la « gestion d’image », pour utiliser le vocabulaire du sponsoring, est fort bien maîtrisée et elle bénéficie de la complicité des médias régionaux. Mais il y a plus. Le marin se double d’un expert : l’ingénieur en matériaux composites. Dans le vocabulaire propre à la sociologie, Parlier est un entrepreneur. Dans une terminologie schumpetérienne, il fait montre d’une capacité à « mobiliser du crédit », c’est-à-dire à rassembler les ressources indispensables pour réaliser un projet. Pareille initiative peut se concrétiser grâce au « crédit de confiance » dont jouit l’intéressé. En d’autres termes, il est engagé dans une entreprise. Le mot « “entreprise” évoque depuis des siècles l’idée d’une aventure collective liée à une prise de risque calculée », indique Jean-Michel Morin8 tout en faisant référence aux travaux de H. Vérin. Et l’auteur de compléter sa définition d’un « objet [qui] reste difficile à cerner » par le trait selon lequel « les entrepreneurs ont un rôle beaucoup plus mystérieux [que les propriétaires ou les managers], souvent occulté »9. Nous verrons par la suite que ces trois types de profils ont chacun une pertinence opératoire pour le thème abordé.

15De fait, il faut à la fois une capacité de persuasion, qui repose en partie sur un crédit de confiance, d’une part, acquis sur la base de la maîtrise d’expériences antérieures conclues avec réussite et, d’autre part, projeté dans l’avenir avec des projets séduisants et novateurs. Dans le cas concret de Parlier, la maîtrise d’expériences réussies (son palmarès sportif le prouve) et quelques contre-performances sportives (l’audace n’est pas toujours payée de retour) s’équilibrent. Cependant, les notions mises en avant par Jean-Michel Morin à propos de la figure de l’entrepreneur (« aventure », « prise de risque », part de mystérieuse alchimie accompagnant une entreprise de ce type...) sont, à leur manière et de façon quelque peu paradoxale, des facteurs facilitant l’adhésion des partenaires financiers au projet.

L’étude de la presse locale

16L’étude de la presse locale est particulièrement utile dans le genre de travail que nous souhaitons conduire. Pourquoi la presse locale ? Il s’agit d’un corpus d’enquête pré-défini, disponible et dont l’analyse peut être soumise à vérification. Pour ce faire, nous avons retenu principalement le journal Sud Ouest et le bulletin d’information du Conseil régional : L’Aquitaine.

17S’il n’est pas besoin de présenter l’organe majeur de la presse quotidienne régionale de l’Aquitaine (avec ses multiples éditions locales, qui rayonnent au-delà des limites de la région proprement dite, il n’en va pas de même pour le bulletin L’Aquitaine.

  • 10 Éditorial du Président, L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002.

18Le premier numéro de ce bulletin de liaison, au rythme de parution quasi trimestriel, date de février-mars 2002. Il s’agit d’un périodique destiné autant aux Aquitains qu’aux non Aquitains pour informer les uns et les autres des réalisations majeures de la Région et des actions qu’elle soutient : « qu’il vous éclaire sur ce qu’est, sur ce que fait notre collectivité, la plus jeune et sans doute la plus innovante dans le paysage institutionnel de notre pays », indique le Président Alain Rousset10.

19Chaque numéro accorde un intérêt particulier au(x) sport(s) (articles, photographies commentées, annonce d’événements et de manifestations à venir, portraits...). Évidemment, le fait sportif est traité conformément à la hiérarchie des rubriques qui composent l’action de la Région. Du premier numéro (février 2002) au dernier numéro publié, on constate un souci d’équité et d’équilibre dans l’information fournie sur l’ensemble des sports en Aquitaine.

D’Aquitaine Innovations à la conception d’un hydraplaneur futuriste

D’un projet à l’autre : ou l’art de rebondir ?

  • 11 L’Arcachonnais a démâté aux confins des cinquantièmes. Il va réussir à rejoindre une crique de l’îl (...)
  • 12 L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002, p. 4.
  • 13 Le redan est une saillie placée sur les flancs de coque, qui diminue la surface de celle-ci au cont (...)
  • 14 L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002, p. 4.

20La période envisagée ici correspond schématiquement aux deux premières années du programme (printemps 2001-printemps-été 2003). Après son échec dans la troisième édition du Vendée Globe (2000-2001)11, Yves Parlier va se tourner vers un nouveau projet, ou plus exactement creuser une idée qui le préoccupe depuis un certain temps. Dans le numéro qui inaugure la série du nouveau bulletin du Conseil régional L’Aquitaine, au mois de février 2002, on peut lire : « Yves Parlier repart à l’aventure, l’Aquitaine le soutient »12. L’ingénieur en matériaux composites, passionné d’innovations, s’inspirera de cette prouesse de la nature qu’est gerris, une petite araignée qui se déplace à la surface de l’eau... On reprendra des techniques, comme la coque à redan, mise au point pour les hydravions par d’éminents chercheurs aquitains comme jadis Latécoère13. L’objectif visé est de « développer une industrie nautique de pointe en Aquitaine ». Le projet coûtera environ 100 000 euros (soixante millions de francs) dans les six ans à venir14.

  • 15 À l’évidence, « pour prendre la mesure de la mobilisation de cette somme de compétences, et en prem (...)

21Le bulletin L’Aquitaine no 4 (décembre 2002) présente un projet beaucoup plus élaboré. « En Aquitaine s’inventent bateau, voile et skipper du 3ème millénaire ». Testé sur un catamaran de 7,50 mètres, le principe des redans s’avère être supérieur aux performances d’un catamaran foiler : « aussi performant, beaucoup plus fiable et plus polyvalent », souligne Parlier. Le programme est détaillé depuis sa genèse (1998 mais surtout 1999) jusqu’à la construction du chantier naval de Larros, situé à Gujan-Mestras, à quelques encablures d’Arcachon, dont les huit salariés se consacrent exclusivement au projet. Tout un réseau de partenariats, associant grandes entreprises et pme [que détaille l’article15] est structuré et « déjà une trentaine d’emplois a été créée ». La Région Aquitaine soutient massivement le projet. « L’argent investi par le conseil régional (4,5 millions d’euros de 2001 à 2006) est réinvesti à 100 % en Aquitaine et nous, nous investissons 10 millions », précise le skipper arcachonnais. Comment se répartit cette somme ? Aux 5 millions d’euros accordés par Médiatis viennent s’ajouter 2 millions d’euros apportés par la publicité Média et 3,5 millions d’euros par 23 autres partenaires techniques, de recherche (principalement France Télécom) et autres fournisseurs.

  • 16 L’Aquitaine, no 5, avril 2003.

22Le bulletin suivant (no 5, avril 2003) informe le lecteur de l’avancement du projet. La construction d’un hydraplaneur de soixante pieds susceptible de naviguer à plus de 40 nœuds, « avec une fiabilité totale, grâce à un procédé inspiré de l’hydravion ». À cette étape du projet, ladite « fiabilité totale », est-il besoin de le rappeler, ne repose que sur une extrapolation à partir des observations faites à bord d’un catamaran prototype de 7,5 mètres, sur des essais en simulation artificielle et sur une intime conviction. « Une technologie de pointe et des créations d’emplois » en perspective. À ce moment-là, le projet a déjà généré de nombreux emplois sur la région : depuis août 2001, 4 sociétés et 35 emplois ont été créés, et 60 emplois induits. Le projet sera présenté au public à la Foire Exposition de Bordeaux (mai-juin 2003), sur le stand du Conseil régional. « Avec Yves Parlier, une nouvelle “race” de skipper est née, celle des skippers-managers et chercheurs »16. À cette étape du projet, l’analyse des rôles et des attentes qui régissent l’interaction ne présente pas de difficulté majeure. Les aspects en sont aisément repérables.

23Le nouveau projet, présenté par le navigateur en forme de « défi » technologique, est grandiose. Toutefois, ne procède-t-il pas de l’art de rebondir, afin d’assurer l’avenir d’une carrière de navigateur ? Certains indices autorisent à poser au moins la question...

Dissonances cognitives et voix contradictoires...

  • 17 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »), « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquita (...)

24Tandis que le périodique L’Aquitaine met en avant la capacité mobilisatrice du marin, les exploits et autres expérimentations technologiques d’Yves Parlier et de son équipe, quelques articles parus dans le journal Sud Ouest font entendre un son de cloche sensiblement différent. Interrogé au mois de septembre 2003 par un journaliste de Sud Ouest pour La « Question du dimanche »17, le vice-président du Conseil régional, Sylvano Marian, avoue avoir trouvé « insupportable » que le navigateur basque Pascal Bidegorry ait été contraint de disputer la Solitaire du Figaro 2001 sur Île-de-France, alors qu’il était le vainqueur de l’édition précédente. « À partir de là, je me suis battu pour que ça ne se produise plus ». À l’évidence, la gauche plurielle à la tête de la Région Aquitaine a dû sur-monter des tensions internes assez vives.

25En d’autres termes, la Région Aquitaine se doit à l’avenir d’aider tous ses meilleurs sportifs, et parmi eux Yves Parlier, sans doute, mais également Didier Munduteguy, Pascal Bidegorry et Arnaud Boissières (qui s’exile régulièrement en Bretagne et en Charente-Maritime) : des navigateurs « qui portent haut et loin les couleurs de l’Aquitaine ». Après « vingt-quatre mois de combat », cela aboutira à une subvention de 70 000 euros permettant au skipper basque Pascal Bidegorry de terminer quatrième de la Solitaire sur Région-Aquitaine. En cette fin du mois d’août 2003, l’honneur est sauf et les tensions paraissent apaisées.

26Le journaliste Nicolas Le Gardien a la plume assez dure lorsqu’il évoque les choix opérés dans ce domaine par la Région même si d’autres acteurs locaux sont à critiquer. « La Région, elle, souffle depuis longtemps dans les voiles d’Yves Parlier, lui offrant 4,5 millions d’euros pour la période 2001-2006 et son hydraplaneur. Elle a en revanche longtemps ignoré les autres [navigateurs] ».

  • 18 « Vogue l’Aquitaine ! », L’Aquitaine, no 6, juillet 2003, p. 2. « Le conseil régional d’Aquitaine p (...)
  • 19 L’Aquitaine, no 7, octobre 2003, p. 7.

27C’est, nous semble-t-il, en fonction de cette situation pour le moins inégale et des éléments publiés dans le quotidien régional, au mois de septembre 2003, qu’il faut lire une information parue dans le no 6 de L’Aquitaine, juillet 200318 et comprendre la pleine page intitulée : « La Région aime le grand large », publiée dans le no 7 de L’Aquitaine19. Soit un véritable triptyque. « Didier Munduteguy : le cap-hornier qui sait parler aux lycéens », « Yves Parlier : recherche, innovation et création d’emplois », « Pascal Bidegorry : la passion de la compétition ». Un encadré présente l’association Aquitaine Jeunes Talents. Elle a permis à une vingtaine de jeunes aquitains de participer – en se relayant – à la dernière édition du Tour de France à la voile. Ils ont bénéficié d’un soutien de la région d’un montant de 15 000 euros.

Des réajustements nécessaires dans l’aide du Conseil régional

28Le Conseil régional d’Aquitaine opère ainsi de sérieux réajustements dans ses aides financières, sous la forme de subventions, et dans sa propre stratégie de communication et d’information. Visiblement de tels changements étaient devenus indispensables.

  • 20 Mais il est vrai que dans le cas de Parlier, après l’annonce très médiatique du programme de l’hydr (...)
  • 21 Voir L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 10.
  • 22 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »), art. cit., Sud Ouest Dimanche du 14 septembre 200 (...)
  • 23 « Et les marins d’appeler de leurs vœux la création d’une structure type Port-la-Forêt, où ont été (...)

29Durant l’été 2003, la Région va repenser son soutien à la voile au large, y compris sous l’angle de la communication. L’aide accordée à Yves Parlier relève de l’innovation technologique20. Ce n’est pas sur le chapitre sport qu’est soutenu le navigateur et ingénieur d’Arcachon mais sur les chapitres création ou innovation21. « Il utilise des matériaux composites de la région, sous-traite avec des entreprises locales pour un projet unique », reconnaît Sylvano Marian dans son interview publiée au mois de septembre 200322. Il faut soutenir les champions, certes, « mais il y a un moment où l’on ne peut pas faire seuls », indique le vice-président de la Région. Ce dernier élargit le cadre de référence de l’aide publique en faveur de la voile. Il rappelle une autre décision des élus régionaux destinée à compenser « le manque de dynamisme de la voile en Aquitaine ». « Nous avons donc décidé d’aider l’accès au haut niveau, notamment à travers Aquitaine Jeunes Talents ». « En aidant les skippers, nous voulons montrer ce que ça peut rapporter en terme d’image ». Une manière aussi de montrer l’exemple. Mais il est vrai qu’en Aquitaine, les entreprises sont assez peu sensibles au sponsoring sportif, et elles le sont moins encore pour la voile. Si l’on en croit Nicolas Le Gardien, il manque aussi un véritable pôle de haut niveau implanté sur le littoral aquitain, à l’exemple de Port-la-Forêt, en Bretagne23.

30La Région Aquitaine, un des fleurons de l’Arc Atlantique, ne se doit-elle pas de montrer la voie pour renouer sérieusement avec une vocation océane provisoirement contrariée ? C’est évident mais cela suppose une mobilisation des acteurs concernés et une inscription précise sur l’agenda politique avec des partenariats de qualité. Le programme développé par Yves Parlier est, somme toute, d’une autre nature.

Le programme Médiatis Région Aquitaine en cours de réalisation (2004-2006)

Bilan plutôt mitigé au terme de l’année 2004

  • 24 Maryan Charruau, « Gujan-Mestras (33) L’hydraplaneur de Parlier mis à l’eau sous la pluie », Sud Ou (...)

31L’année 2004 débuta sur un grand rassemblement de plus de 3 000 personnes, à l’occasion de la mise à l’eau de l’hydraplaneur, le 31 janvier 2004, dans le port de Gujan-Mestras, en présence de nombreuses personnalités dont Alain Rousset, Président de la Région Aquitaine, les dirigeants des autres partenaires du programme et Pierre Jeantet, président-directeur général de Sud Ouest. Le journal Sud Ouest consacra deux pleines pages illustrées de photographies dans son édition du dimanche24 à la mise à l’eau de cet engin « high tech », avec ses deux coques à redans, ses deux mâts et sa double voilure... C’est le fruit de six années d’études, d’expérimentations et de fabrication. Le public est visiblement impressionné par les dimensions de l’hydraplaneur : 18,20 mètres de long, 15,05 mètres de large, et quasiment à l’aplomb de chacune des deux coques se dresse un mât pivotant de 22 mètres de haut. Pour l’heure, le président de la Région Aquitaine parle d’un triple pari engagé : « un pari technologique, d’image et économique ». L’optimisme est entier et chaque partenaire impliqué dans le programme envisage l’avenir avec confiance.

  • 25 L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 10.

32Le bulletin L’Aquitaine de mai 2004 consacre une pleine page à l’hydraplaneur baptisé Médiatis Région Aquitaine. Elle est intitulée : « Comment apprivoiser un pur-sang ? »25 Parlier met l’accent sur le travail qui attend son équipe pour accéder à la maîtrise progressive du voilier. Thierry Eluère, le patron du chantier naval de Lauros, est à la tête de la seule entreprise capable de construire des bateaux de ce type. Le soutien actif de la Région est rappelé, ainsi que l’effet d’entraînement du programme : 4 créations d’entreprises, création de 95 emplois directs ou induits. Les deux principaux partenaires du projet, aux côtés du Conseil régional, expriment leurs propres objectifs. Le groupe Médiatis (une entreprise de crédit à la consommation) et France Télécom, pour laquelle ce programme sera l’occasion d’expérimenter diverses innovations technologiques.

  • 26 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »). « Que peut-on retenir de la première saison de l’ (...)

33Il convient de tirer un bilan, à l’issue de la première année de maniement sur l’eau de Médiatis Région Aquitaine. Le supplément Sport du journal Sud Ouest Dimanche consacre une pleine page à l’hydraplaneur d’Yves Parlier, au terme d’une année de réglages et de mises au point pratiques. La « Question du dimanche », posée par le journaliste Nicolas Le Gardien, est la suivante : « Que peut-on retenir de la première saison de l’hydraplaneur d’Yves Parlier, mis à l’eau il y a treize mois, et qu’attendre de la deuxième ? » Rappelons que l’entretien a été réalisé en novembre 200426.

  • 27 Nicolas Le Gardien, « Les partenaires clament leur confiance et attendent », Sud Ouest Dimanche du (...)

34Le catamaran a traversé deux fois l’Atlantique sans difficultés. La quatrième place dans la Transat anglaise (en solitaire) Plymouth-Boston est un résultat correct. La Transat en équipage Québec-Saint-Malo a révélé un certain manque d’homogénéité du bateau, montrant la supériorité des trimarans de 60 pieds, « polyvalents, très évolués et conçus pour ces parcours », reconnaît Parlier. Le navigateur explique cette différence par le parti pris retenu pour la conception de l’hydraplaneur. « C’est un projet de recherche. Et la recherche paye rarement à court terme ». Cependant, comme l’indique le journaliste, le Girondin a accepté lui-même la référence sportive en se mettant à la jauge Orma (Ocean Race Multihall Association) régissant les multicoques 60 pieds. Renonçant à construire une « machine radicale », destinée aux records, il a opté pour une « version mixte record-course ». Des améliorations ont été apportées au bateau. La prudence est restée le maître mot de cette année de familiarisation avec l’hydraplaneur. « Une grosse casse dans les premiers mois aurait pu rompre les accords avec certains partenaires », commente le journaliste. Dans le second article, qui complète le dossier, les partenaires sont amenés à s’exprimer27. Alain Anziani vice-président du Conseil régional d’Aquitaine, se félicite « des 35 emplois directs, 70 emplois induits, des 3 créations d’entreprises et des 9 millions d’euros de retombées attendues sur trois ans ». Du côté des deux principaux partenaires économiques, on se montre à la fois satisfaits et confiants. Si les tentatives de records ont un impact sur le grand public, ceux-ci restent toutefois « plus confidentiels médiatiquement » et la participation à une course transocéanique par saison (Jacques Fabre 2005, Route du Rhum 2006) sont un incomparable « vecteur médiatique ». Au point de « contractualiser » cet aspect « comme seule obligation du programme », indique le journaliste. L’orientation que prend le programme et les attentes exprimées par les deux principaux sponsors privés coïncident-elles encore ?

35Chez Yves Parlier, l’audace et l’intelligence ont toujours payé mais lui-même et son équipe rapprochée vont être soumis désormais à la dure « loi » de l’obligation de résultats sportifs...

« Changement de cap » au terme de l’année 2005 !

  • 28 Médiatis Région Aquitaine, plaquette illustrée, 41 p.

36À la fin de l’année 2004, les trois principaux partenaires (Région Aquitaine, Médiatis et France Télécom) publient un descriptif et un calendrier du programme en forme de calepin rédigé en français et en anglais, qui rassemble tout un éventail de fiches techniques illustrées28. L’une des cartes postales de la série éditée par le Conseil régional représente l’hydraplaneur Médiatis Région Aquitaine et son skipper en action sur l’océan.

37Si l’on examine la série des cinq bulletins du Conseil régional qui couvrent l’année 2005, force est de constater qu’on ne trouve aucune mention de l’hydraplaneur aquitain. Il faut dire qu’au moment où le premier bulletin est distribué aux Aquitains, en ce mois d’avril 2005, le catamaran de l’Arcachonnais vient de chavirer et il se trouve entre deux eaux, au large des Îles Canaries...

  • 29 Les Entretiens Nelson Paillou : L’avenir du sport est-il marchand ?, 7 et 8 avril 2005, « Entretien (...)

38La dernière opération de communication d’envergure à destination du grand public et du monde sportif aquitain, autour du programme, est antérieure au chavirage du prototype. Elle est faite à l’occasion du lancement des Premiers Entretiens Nelson Paillou qui doivent se dérouler au Palais des Congrès de Bordeaux, les 7 et 8 avril 2005. Un « entretien avec Yves Parlier » fait partie d’une série de témoignages recueillis auprès de sportifs et de dirigeants du sport, qui compose le dossier de presse29. À un rappel descriptif des caractéristiques du programme, font suite trois questions-réponses.

39La première question porte sur les raisons qui ont conduit Yves Parlier à associer l’économie locale à la construction de [ses] bateaux. Pour le marin, la voile nécessite des budgets importants. « Depuis mon premier bateau, j’ai choisi de m’installer dans une région où je savais qu’il y avait des équipes de recherche et des industries de pointe ». L’innovation et la recherche technologique sont un atout de l’Aquitaine. L’aide accordée par le Conseil régional agit indirectement comme un stimulant pour les entreprises mobilisées ou mobilisables. « Soutenu par le Conseil régional d’Aquitaine, j’intègre toujours l’économie régionale dans mes projets », souligne Parlier. « En avril 2001, nous avons contribué à la création du chantier naval de Larros sur le Bassin d’Arcachon ».

40La question suivante envisage le lien psychologique que le compétiteur, engagé dans une course, entretient avec le « mode économique » qui le soutient. « Évidemment, on se sent porteur d’une grande responsabilité. Cela compte quand on est au milieu d’un océan et c’est encore plus vrai dans une compétition en solitaire. (...) On se dit vraiment (...) que l’on navigue pour toute une région ». Le skipper indique aussi l’inconfort psychologique qu’engendrent certains aléas de la compétition. « Dans notre sport, il nous arrive de subir des avaries, de la casse. Alors on culpabilise pour ceux qui ont cru en nous. On s’aperçoit qu’ils sont parfois encore plus déçus que nous ».

41La dernière question porte sur le partage des rôles de chacun. Le soutien, qui est indispensable (l’argent, les sponsors) ont-ils parfois poussé le navigateur à franchir des limites du raisonnable ? Non, répond Parlier, car chacun reste dans son rôle. Mais il est évident que la réussite doit être l’objectif visé. « La course au large, c’est avant tout une compétition. Nous savons aussi que pour continuer à convaincre, il nous faut des résultats ». Pour l’équipe « à terre » comme pour l’équipage, « l’argent ne doit pas être la motivation première, cela doit bien évidemment rester la passion et le sport ».

42Nous avons choisi de donner de larges extraits de ce témoignage fourni par Yves Parlier car il restitue bien l’environnement au sein duquel ce dernier est engagé dans son projet d’invention et de promotion d’un modèle innovant de bateau pour la course à la voile.

  • 30 Sud Ouest du mardi 12 juillet 2005.
  • 31 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. Alors qu’il ne se consacrera qu’aux records av (...)

43Peu après, Médiatis Région Aquitaine va connaître malheureusement de sérieux problèmes alors que le navigateur procède à des essais au large des Îles Canaries. Il faut rapatrier le bateau à Gujan-Mestras, tirer les conclusions de cette fâcheuse expérience et procéder aux modifications et améliorations qui s’imposent. Au mois de juillet 2005, le navigateur girondin fait savoir qu’il ne participera pas à la 7ème Transat Jacques Vabre30. Un entretien réalisé par le journaliste Nicolas Le Gardien, publié dans le journal Sud Ouest à la fin de l’année 2005, intitulé « Changement de cap », n’est sûrement pas fait pour rassurer certains partenaires – publics ou privés – qui soutiennent le programme de l’hydraplaneur31. On sent que le marin est à un tournant de sa carrière de navigateur-concepteur. Le programme en cours vient d’être révisé à la baisse, « réorienté en accord avec les sponsors » [il s’agit principalement de Médiatis, de la Région Aquitaine et de France Télécom], tandis qu’un nouveau projet est en train de prendre forme... Désormais, l’hydraplaneur sera destiné à l’établissement de records. L’hydraplaneur est considéré comme trop peu polyvalent pour être compétitif avec les trimarans 60 pieds. Il s’agit, ainsi que le note le journaliste, d’un « véritable manque à gagner médiatique et [d’]un échec sportif par rapport au programme initial », mais à l’évidence le multicoque est essentiellement « un engin de vitesse pure ». L’hydraplaneur doit être prochainement remis à l’eau à Gujan-Mestras.

  • 32 Ironie du sport, quelques temps auparavant, la Banque Populaire du Sud-Ouest a diffusé largement da (...)

44L’autre projet, qui est en train de naître, constitue une sorte de « mixte » des expériences vécues par Parlier « en F 40, en Figaro, sur le Vendée Globe ». Le principe est de « créer un circuit de courses, dont un tour du monde en solitaire, où les skippers s’aligneraient sur des trimarans de 80 pieds (24,50 mètres) identiques ». « J’y pense depuis longtemps, insiste Parlier, et ça a commencé à se concrétiser début 2004 ». Il ne s’agira pas de faire concurrence aux multicoques de 60 pieds. « Les 60 pieds resteront les bateaux les plus fabuleux, des formidables vecteurs de recherche », résume l’Arcachonnais32. Le changement de cap annoncé se doublerait-il d’une révision des certitudes ?

  • 33 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. », art. cit.

45Le journaliste résume bien la situation. « Sur le plan personnel, Parlier réalise un grand écart puisqu’il avait lancé l’hydraplaneur pour en appuyer l’innovation, à l’opposée de la monotypie »... Certes, « le bonhomme a de la ressource »33, rappelle le journaliste, mais on peut aussi penser que l’art de rebondir n’est pas loin d’atteindre ses limites.

  • 34 Morin J.-M., art. cit.
  • 35 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. », art. cit.
  • 36 Morin J.-M., art. cit.

46En termes de crédit de confiance, n’y a-t-il pas un risque de fragilisation d’une situation jusque-là favorable au skipper arcachonnais ? En ayant en mémoire les distinctions qu’établit Jean-Michel Morin34 entre « entrepreneurs », « propriétaires » (ou « capitalistes ») et « manageurs », on peut commenter le propos de Nicolas Le Gardien35. « Parlier a donc décidé cette fois-ci, d’abandonner son ciré de marin pour le costume de promoteur : celui d’une nouvelle classe qu’il a imaginée » (à savoir celle des trimarans de 80 pieds). Parlier compte renforcer son équipe, s’associer à un organisateur parisien. Il a déjà débuté les études avec plusieurs architectes et dit posséder le financement (privé et fonds propres) pour la conception et la construction des moules. Il doit sonder les armateurs et les skippers au prochain Salon nautique... « Moi, je ne serai pas au départ », prend-il soin d’ajouter. S’agit-il d’une reconversion prochaine, annonciatrice d’une retraite anticipée de navigateur et d’un reclassement dicté par l’insuccès sportif ? Dans ce type de dispositif, la figure de l’entrepreneur risque de s’effacer rapidement derrière celle(s) qui s’apparente(nt) à deux autres catégories : celle des propriétaires (qui « détiennent les moyens de production » et/ou celle des managers (qui « mobilisent la force de travail », selon les propres termes de Jean-Michel Morin36. Dans ce cas, la confiance mise dans le porteur du programme de l’hydraplaneur risque de s’éroder rapidement.

Une année 2006 qui doit être impérativement couronnée de succès

  • 37 Éric Becquet, « Yves Parlier à l’épreuve de l’eau », Metro du lundi 9 janvier 2006, p. 5, « Bordeau (...)

47L’année 2006 doit voir l’aboutissement du programme 2001-2006, soutenu par la Région Aquitaine. Le samedi 7 janvier 2006, le skipper aquitain procède à la mise à l’eau, pour la seconde fois, du multicoque novateur. Éric Becquet, qui signe pour le quotidien Metro un article au titre à la fois accrocheur et ambigu : « Yves Parlier à l’épreuve de l’eau », se fait l’écho de l’événement et des interrogations du moment37.

  • 38 Ibid.

48Le 31 janvier 2004, plus de 3 000 personnes s’étaient déplacées à Gujan-Mestras, sous la pluie, pour assister au lancement du bateau d’Yves Parlier. En ce 7 janvier 2006, elles ne sont plus que 500 environ, venues pour cette nouvelle mise à l’eau. Le monstre des mers est toujours aussi impressionnant ; cependant, on sait désormais que l’hydraplaneur accuse certaines faiblesses. Pour 2006, le programme envisagé est marqué du sceau de la prudence. Il faut rassurer les sceptiques, convaincre des partenaires qui se sont mis à douter, en séduire de nouveaux... « Au départ, tout le monde a été unanime autour du projet », rappelle le navigateur. « Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il y a des sceptiques, et c’est normal »38.

  • 39 Ibid.

49Le « génial Yves Parlier » doit rappeler qu’il sait gagner et prouver avec son hydraplaneur à l’allure d’ovni... Éric Becquet insiste sur le caractère insolite d’un tel défi. « Yves Parlier est et restera à jamais un grand navigateur, un aventurier des temps modernes empreint de folies et de mystères ». Pour autant, « au-delà de cette part de rêve, il faut être clair, souligne le journaliste : le projet d’hydraplaneur est pour l’instant un échec sportif »39.

  • 40 Sud Ouest Dimanche du 8 janvier 2006.

50Le lendemain de la remise à l’eau du bolide des mers, Sud Ouest Dimanche du 8 janvier 2006 consacre deux pages illustrées à l’événement, sous la plume de Chantal Roman et celle de Julien Duby40. Les heures sombres du chavirage d’avril dernier sont oubliées. Parlier est un battant : « mon équipe et moi sommes confiants ». Le skipper ne manque pas de rendre hommage à ses partenaires et notamment à la Région Aquitaine qui le suit depuis 21 ans. Le marin est conscient qu’il engage sa crédibilité sur ce projet très coûteux dont l’aboutissement est encore incertain. Il est contraint d’annoncer que le bateau ne participera pas à la Route du Rhum en 2006. Or on sait bien que le partenaire Médiatis attendait beaucoup de ce type de défi sportif. Erwan Lapeyre, qui exprime le point de vue de l’établissement de crédit à la consommation, raisonne en vrai sportif : « quand on s’engage dans un projet révolutionnaire, il y a forcément des risques et on l’accepte (...) ça fait partie des aléas du sponsoring ».

  • 41 Bordeaux. « Parade sur la Garonne pour l’hydraplaneur », p. 1. Alexis Fricker, « Médiatis en parade (...)
  • 42 Ibid.

51Quelques mois plus tard, le fameux hydraplaneur fait des ronds dans l’eau, le long de la façade xviiie de la capitale girondine. À l’évidence, le programme pluriannuel dont le calendrier est déjà largement déroulé ne laisse pas entrevoir la réussite initialement attendue. Un an après le chavirage au large des Canaries, l’hydraplaneur parade, le samedi 11 mars 2006... sur la Garonne, « entre pont d’Aquitaine et pont de pierre », tout en faisant la une du journal Sud Ouest (édition Bordeaux), photographies en couleur à l’appui. Les essais de navigation se poursuivront le lendemain dimanche... autour de Port-Médoc. Il s’agit pour Yves Parlier et son équipage de « procéder à quelques réglages » et de « montrer l’hydraplaneur » au public. Un article détaillé figure en page 12, complété par une belle photographie de cette « Formule 1 des mers »41. On y trouve, à nouveau, un condensé historique des péripéties qu’a connues le prototype futuriste. Viennent s’y ajouter quelques échos des exigences formulées par « le » contribuable aquitain. « Eh puis, c’est notre argent qui est là sur l’eau ! » « Et moi, quand je finance, je veux voir des résultats ! »42. Autant dire, dans un monde ordonné par la logique du rêve, qu’il est plus facile de se mettre à peu de frais dans la peau d’un armateur embourgeoisé que dans celle d’un marin d’exception.

52Parlier et son équipe ont redéfini un programme précis de mises au point, « step by step ». Le groupe reste soudé : un équipage de marins confirmés, une équipe technique, une équipe administrative et de communication. Les tentatives de records annoncées dès le milieu du mois de mars sont couronnées de succès, deux mois plus tard. Pourtant, ces prouesses n’ont pas la même visibilité médiatique que la participation à une grande « transatlantique ». C’est évident.

Esquisse d’un bilan sociologique

53Jusqu’au mois d’avril 2006, dans le déroulement du programme Médiatis Région Aquitaine, c’est sans doute la notion de confiance partagée qui est la clé de compréhension pertinente de la mobilisation collective autour de l’entreprise, tandis que la réussite de l’hydraplaneur aquitain sur les mers est incertaine depuis un an déjà. Confiance du navigateur en sa propre expérience, en ses propres intuitions et dans leur traduction technologique innovante, confiance également en sa propre équipe de spécialistes soudée autour du projet. Pareille situation, mettant en jeu la confiance, implique également une relation non équivoque avec les partenaires financeurs, qu’ils soient publics ou privés. Ces deux sous-ensembles (une équipe qui travaille à la réalisation du projet, une équipe qui le soutient financièrement) tendent à définir un cadre dans lequel les mécanismes de la confiance composent avec le risque, supposant une capacité à appréhender et à circonscrire la notion de risque. Risque multiple, lié à l’incertitude sportive des lendemains, aux difficultés qui surgissent, à l’échec, au retrait possible de certains partenaires, à la part d’illusion et de rêve associé à une entreprise hors du commun et qui pourrait s’évanouir brusquement...

54La prise de risque, dans le domaine de l’innovation technologique et de la création, donne une tournure particulière aux manifestations de confiance réciproque qui se sont initialement instaurées. Accorder sa confiance à un entrepreneur, à un porteur de projet est une chose. La fiabilité, la crédibilité d’un entrepreneur, d’un porteur de projet en est une autre. Un climat général de confiance a pour traduction tout un ensemble de relations et de rapports fondés sur la loyauté des engagements et la sincérité de chacun. C’est vrai dans la phase de montée en puissance du projet. Cependant, dans un défi à la fois sportif et technologique, qu’on le veuille ou non, une part d’incertitude demeure, que le mécanisme de la confiance intègre et accepte comme telle. Cela relève du risque admis. Dès lors que le succès sportif n’est pas au rendez-vous, d’anciens partenaires vont refaire « l’historique du projet » avec un regard critique aiguisé par le désenchantement et la déception. Certains reprochent à Parlier d’avoir introduit simultanément trop de nouveautés pour la mise au point de son bolide des mers. Deux partis pris ont été traités de manière indissociable : deux coques à redans et deux grands mâts donnant naissance à un prototype très éloigné des multicoques à un seul mât. Bien sûr, les simulations permettaient de conclure à la faisabilité du programme mais c’est l’épreuve de la mer qui reste la seule épreuve de vérité. Si le raisonnement est recevable, cela signifierait que les deux options majeures présentées comme innovantes exposaient au risque d’impasse technologique. Elles ont amené à définir une structure complexe (le bateau) pour laquelle il n’était plus possible de faire varier de façon efficace un paramètre bien contrôlé sans condamner la structure elle-même.

55Notre étude s’est appuyée sur l’exploitation de la presse, tout en intégrant le point de vue des journalistes (spécialisés et experts). Elle ne prend pas directement en considération deux facteurs matériels importants. L’un renvoie au registre de l’innovation technologique. Quel que soit le niveau de réussite reconnu au programme Médiatis Région Aquitaine, il faudrait compléter l’analyse en prenant en considération les expérimentations, les micro-innovations et les progrès technologiques, les inventions et les transferts favorisés par un tel programme pluriannuel. Or ces acquis, qui ont été de nature à entretenir la confiance des partenaires mobilisés, voire à la renforcer, ne sont pas négligeables. L’autre facteur à considérer renvoie aux flux économiques engagés. Certes ceux-ci peuvent être retraduits en termes de coûts et de dépenses mais ces aspects sont à relativiser. 70 à 80 % du budget propre au programme ont été réinvestis dans la région, par exemple, ainsi que le président de la Région l’a toujours rappelé. Pareil budget, c’est également un soutien à la création d’emploi dans des profils de compétence spécialisée qui produisent et produiront de la valeur ajoutée, marque d’un incontestable savoir-faire Aquitain. Il est vrai cependant qu’un partenaire comme Médiatis ne saura en tirer un bénéfice analogue.

56Jusqu’à la fin de l’année 2004, on peut considérer que le climat de confiance ne laissa apparaître aucune ombre. Le consensus autour du projet en cours se traduisait par des partenariats engagés sereinement. Par la suite, le consensus fut moins général. Les deux principaux sponsors attendaient des résultats en compétition (janvier 2005) et le doute commença à gagner quelques partenaires (second semestre 2005)... Le programme de l’hydraplaneur ne peut-il pas déboucher sur une sorte d’impasse technologique globale, quand bien même il démontrerait des acquis et des innovations sur quelques points ?

57Ces éléments, parmi d’autres sans doute, caractérisent une situation d’ensemble mais ils éclairent aussi, de façon singulière, des temps d’ajustement d’une stratégie personnelle annoncée (en l’occurrence celle d’Yves Parlier). Cette situation peut être abordée tant sur un plan d’approche théorique que sur un plan psychologique ordinaire. Ce que nous avons appelé plus haut une « capacité à rebondir », lorsqu’une situation impliquant l’intéressé est marquée par une opportunité (du palmarès conquis à bord de Cacolac d’Aquitaine à Aquitaine Innovations) ou un échec patent : substituer à la contre-performance enregistrée dans la 3ème édition du Vendée Globe (2000-2001) à bord d’Aquitaine Innovations le projet d’hydraplaneur ; annoncer un projet grandiose de circuit autour du monde pour multicoques de 80 pieds au point de relativiser alors le programme de recherche portant sur l’hydraplaneur Médiatis Région Aquitaine... Parlier est-il toujours crédible à annoncer ainsi qu’il a en tête (et depuis quelque temps déjà !) un nouveau « programme » alors que l’année décisive du programme en cours est encore à venir ? Peut-on développer simultanément deux projets d’un tel niveau d’ambition sans faire douter ses partenaires institutionnels ?

  • 43 Gambetta D., « Confiance », dans Borlandi M., Boudon R. et al., Dictionnaire de la pensée sociologi (...)

58En se situant sur le plan de la psychologie ordinaire, on pourrait penser que l’escalade dans l’opportunisme est à la mesure de l’énormité grandissante qui accompagne une série de projets plus ou moins aboutis. Doit-on considérer, d’un point de vue plus sociologique, qu’on passe d’une situation pour laquelle la confiance est ou serait « bien placée » à une situation pour laquelle la confiance est ou serait « mal placée » ? L’auteur qui propose cette distinction, Diego Gambetta, précise comment on peut facilement passer de l’une à l’autre des deux situations en recourant à des usages qu’il désigne comme relevant de « la théorie des signaux »43. Il rappelle également que ce secteur est largement exploré par la théorie des jeux. Dans le cas qui nous occupe, on entrevoit qu’un partenaire entend continuer à « jouer » quand d’autres songent plutôt à « quitter le jeu »…

  • 44 L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 9.
  • 45 Sud Ouest Dimanche du 4 décembre 2005.

59Sur le plan de l’analyse sociologique, il faut accorder de l’importance aux glissements sémantiques dont la presse s’est faite explicitement l’écho. L’image du navigateur inventeur entrepreneur qu’est à l’origine Yves Parlier se déplace vers le profil « complémentaire » de quasi-propriétaire d’une « rente » publique octroyée par le Conseil régional (dénoncée comme telle par le vice-président du Conseil régional au milieu de l’année 2003), tout en étant présenté dans L’Aquitaine comme un véritable44 skipper-manager [et chef de projet], ou comme un futur promoteur [non navigateur] d’événements sportifs45... Or, dans le prolongement de l’analyse proposée par Jean-Michel Morin, on sait que la légitimité sociale de chacun de ces profils s’appuie sur des traits spécifiques. Dans le domaine du sport, ne sont-ils pas, en partie tout au moins, comme autant de séquences successives d’un parcours de vie ? Un passé glorieux de navigateur, auquel le diplôme d’ingénieur en matériaux composites apporte un crédit supplémentaire, peut-il longtemps fédérer les énergies autour d’un programme technologique hautement complexe ? Et si oui, à quelles conditions ? Le fait d’annoncer un autre projet en gestation alors que ce programme est loin d’être bouclé est-il fait pour rassurer les partenaires du marin ? Non, évidemment.

  • 46 Au moment de la seconde remise à l’eau de l’hydraplaneur, Éric Becquet n’est pas loin de penser que (...)

60Fort de ces considérations appréhendées toutes ensemble, et sachant que la prise de risque fait partie du jeu, du défi, il est clair qu’aucun commentaire désobligeant ne sera exprimé – entre gens de bonne foi – au moment où s’achèvera, dans quelque temps, le programme de recherche Médiatis Région Aquitaine. Si Parlier parvient à décrocher un ou deux titres sportifs avec l’hydraplaneur, tout ira bien pour lui car il aura regagné un crédit de confiance auprès de ses partenaires. Détaillons plutôt la situation si la victoire n’est pas au rendez-vous. Soit « on » enchaînera sur un nouveau projet, avec les mêmes décideurs et acteurs (continuité, hypothèse A, au demeurant bien improbable)46, sans qu’ils aient à se désavouer les uns les autres, soit de nouveaux acteurs s’impliqueront dans de nouveaux projets (rupture, hypothèse B).

61Si la première hypothèse (hypothèse A) se vérifie, on pourra en tirer deux leçons générales.

  • 47 Une thèse du « non épuisement du crédit de confiance » défendue par Diego Gambetta dans : Gambetta (...)

1) On sera autorisé à remettre en question l’idée selon laquelle la fiabilité est une matière – un crédit – rare qui s’épuise au fur et à mesure qu’on l’utilise47. On considérera rétrospectivement comme courageux l’engagement pris en 2002-03 par Sylvano Marian, alors vice-président du Conseil régional, pour introduire un changement et ouvrir plus équitablement l’aide publique de l’Aquitaine à d’autres navigateurs confirmés de la course au large (et qui étaient/sont en train de consolider leur propre palmarès ; ce qui n’est plus le cas pour Yves Parlier).

62D’ou :

2) la proposition générale suivante. Dans ce domaine particulièrement spécifique qu’est ce sport, non seulement la fiabilité ne s’épuise pas au fur et à mesure qu’on l’utilise mais, proposition complémentaire au sens inversé, la fiabilité – comme crédit – peut s’épuiser ou s’éroder du fait de n’être pas utilisée... Rappelons que l’hypothèse (hypothèse A) nous semble aujourd’hui très improbable.

63Si c’est au contraire la seconde hypothèse (hypothèse B) qui l’emporte, on trouvera confirmation de la validité des propositions suivantes :

  1. La fiabilité – comme crédit – est capitalisable dans un premier temps, car se rapportant à des situations maîtrisées et inspirées par une ambition relative (façon projet Cacolac d’Aquitaine, actualisé bien sûr au niveau des exigences requises aujourd’hui pour être compétitif dans la course au large) et elle est susceptible de se fragiliser si le succès n’est pas au rendez-vous (Aquitaine Innovations, Médiatis Région Aquitaine...).

    • 48 De façon à tester ce jeu d’hypothèses, il doit être possible d’identifier plusieurs navigateurs rép (...)

    Dans ce cas, en se plaçant sur une courte ou moyenne durée, il faut s’attendre à ce que la première hypothèse (continuité et transition, hypothèse A) garde provisoirement de sa pertinence (« il n’est pas question pour la Région de laisser tomber Yves Parlier qui est aidé depuis plus de vingt ans »...), mais, rapidement et sur une plus longue durée, elle sera finalement supplantée par une nouvelle hypothèse (rupture, hypothèse B), selon laquelle « une page est tournée », cédant la place à de nouveaux projets impliquant surtout de nouveaux acteurs48.

64Le sport contribue de façon non négligeable à l’intégration symbolique de la Région Aquitaine. Pour autant, la problématique « sportive », un peu comme la problématique « artistique » ou « culturelle » d’ailleurs, comporte plusieurs facettes. En choisissant d’insister sur celle qui correspond à la vitrine de l’innovation technologique de l’Aquitaine maritime, « construite » autour de la course au large à la voile, nous avons exploré un domaine de l’excellence sportive dans lequel la créativité technologique, la part de risque (ou d’incertitude) et le non rationnel font bon ménage. Des innovations technologiques, liées à l’emploi, à la façon de concevoir des partenariats, etc., sont à mettre à l’actif du programme fédéré par Yves Parlier. C’est évident. Mais le programme Médiatis Région Aquitaine, qui s’est déroulé sur plusieurs années, oblige à compléter le cadre de référence initial. De fait, notre intention de départ était de caractériser, d’un point de vue morphologique, les organismes et secteurs d’activités mobilisés en réseau(x) (années 2001-2004) et les fonctions remplies, à l’échelle de la Région. Elle s’est avérée insuffisante par elle-même dès lors que l’exploit sportif n’était pas au rendez-vous (années 2005 et 2006). Dans ce cas, une approche plus psycho-sociologique autour des ressorts du maintien de la confiance a pris logiquement le relais.

  • 49 On retrouve ici des mécanismes fort bien analysés par Lucien Karpik, « Dispositifs de confiance et (...)

65La confiance permet de transformer des engagements à risque, voire problématiques, en défi(s) à relever, en engagements crédibles. Les modalités de jugement sont fondées à la fois sur la confiance personnelle (le « réseau » de Parlier) et sur la confiance impersonnelle (le palmarès du navigateur, son « image » positive). Elles permettent de réduire le doute et le risque de dérive aventureuse49. Pour ces mêmes raisons, l’irréversibilité du processus de la recherche d’innovation risque d’ici peu de mettre un terme au « programme » de l’hydraplaneur.

66À des fins de comparaison internationale, ajoutons un trait caractéristique. En matière de modèle(s) de course au large et de compétition, ce qui est souvent présenté comme une lutte symbolique sur le « contrôle » de la suprématie des mers – par compétitions et/ou par défis sportifs interposés (on pense aussi à l’America Cup) – fait apparaître une spécificité française bien connue par ailleurs : le fort soutien économique de la puissance publique au sport, avec ses aides combinées. Sous cet angle de vue, la Région Aquitaine n’a fait que jouer son rôle. En outre, un tel trait n’enlève rien à la passion humaine partagée et à la part de rêve collectif qui en constituent le véritable noyau à la fois concret et symbolique.

Bibliographie

Bibliographie

Articles de presse

L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002.

L’Aquitaine, no 2, février 2002.

L’Aquitaine, no 4, décembre 2002.

L’Aquitaine, no 5, avril 2003.

L’Aquitaine, no 6, juillet 2003.

L’Aquitaine, no 7, octobre 2003.

L’Aquitaine, no 9, mai 2004.

Éric Becquet, « Yves Parlier à l’épreuve de l’eau », Metro du lundi 9 janvier 2006.

Sud Ouest du samedi 24 mars 2001, « Aquitaine Innovations à Bordeaux. Yves Parlier à votre rencontre ».

Sud Ouest du 4 janvier 2001.

Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »), « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquitains de course au large ou de séries olympiques quittent-ils la région ? », Sud Ouest Dimanche du 14 septembre 2003 (Cahier Sport).

Sud Ouest du lundi 26 janvier 2004.

Maryan Charruau, « Gujan-Mestras (33) L’hydraplaneur de Parlier mis à l’eau sous la pluie », Sud Ouest Dimanche du 1er février 2004, p. 20-21.

Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. Alors qu’il ne se consacrera qu’aux records avec l’hydraplaneur, Parlier veut lancer un nouveau circuit », Sud Ouest Dimanche du 4 décembre 2005.

Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »). « Que peut-on retenir de la première saison de l’hydraplaneur d’Yves Parlier, mis à l’eau il y a treize mois, et qu’attendre de la deuxième ? ». Économie. « Médiatis et le Conseil régional d’Aquitaine, principaux partenaires, sortent heureux et gagnants des premiers mois ». Sud Ouest Dimanche du 16 janvier 2005 (Cahier Sport).

Nicolas Le Gardien, « Les partenaires clament leur confiance et attendent », Sud Ouest Dimanche du 16 janvier 2005.

Sud Ouest du mardi 12 juillet 2005.

Sud Ouest Dimanche du 8 janvier 2006.

Sud Ouest du lundi 13 mars 2006.

Ouvrages et articles

Médiatis Région Aquitaine, plaquette illustrée, 41 p.

Borlandi Massimo, Boudon Raymond, Cherkaoui Mohamed et Valade Bernard, Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, 770 p.

Gambetta Diego (ed.), Trust, Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford, Blackwell, 1988.

Georjan Thierry, Vendée Globe. La course la plus folle du monde, Éditions Gérard de Villiers/La découvrance éditions, 1997.

Karpik Lucien, « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, 1996, no 4, p. 527-550.

Notes

1 La politique sportive de la Région Aquitaine est analysée dans un des chapitres de la troisième partie du présent ouvrage. Voir p. 169.

2 « Aquitaine Innovations à Bordeaux. Yves Parlier à votre rencontre », Sud Ouest du samedi 24 mars 2001.

3 Georjan T., Vendée Globe. La course la plus folle du monde, Éditions Gérard de Villiers/La découvrance éditions, 1997. Le Vendée Globe est une course autour du monde, à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance. Notons que si l’auteur de l’ouvrage indique le soutien de plusieurs entreprises de pointe et leur contribution dans l’équipement du bateau, il ne fait aucune référence à l’aide du Conseil régional d’Aquitaine...

4 Ibid., p. 14.

5 Ibid., p. 66.

6 Ibid., p. 68.

7 « Le bricoleur héroïque », titre le journal Sud Ouest du 4 janvier 2001, avec un éditorial de Frank de Bondt : « Devoir de marin ». Dans un entretien avec Hervé Mathurin, Parlier raconte comment « il va tenter de rallonger son mât ». « Un véritable exploit technique et athlétique que raconte ce marin hors norme », p. 17.

8 Morin J.-M., « Entreprise/entrepreneur », dans Borlandi M., Boudon R., Cherkaoui M. et Valade B., Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, p. 236-237.

9 art. cit., p. 237.

10 Éditorial du Président, L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002.

11 L’Arcachonnais a démâté aux confins des cinquantièmes. Il va réussir à rejoindre une crique de l’île Steward, au sud de la Nouvelle-Zélande, et parvient à bricoler un mât de fortune. Se nourrissant « d’algues et de poissons volants », il franchit la ligne d’arrivée en héros trente-trois jours... après le vainqueur de l’épreuve. Une ample opération de communication qui, à l’époque, n’est pas faite pour déplaire aux différents sponsors du marin aquitain.

12 L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002, p. 4.

13 Le redan est une saillie placée sur les flancs de coque, qui diminue la surface de celle-ci au contact de l’eau avec la prise de vitesse du bateau.

14 L’Aquitaine, no 1, février-mars 2002, p. 4.

15 À l’évidence, « pour prendre la mesure de la mobilisation de cette somme de compétences, et en premier lieu de toutes ses énergies régionales, autour d’un projet porteur de recherche, de transfert de technologie, d’innovation et d’image » (L’Aquitaine, no 4, p. 8), il convient de mentionner les principaux organismes impliqués. Sous la houlette du CEA CESTA, citons EASD Launch Vehicules qui met à disposition des moyens permettant de vérifier en vraie grandeur les propriétés mécaniques des matériaux, la DGA, l’Agence Spatiale Européenne (ESA), IBM, la Société Nationale des Poudres et Explosifs (SNPE) et ses capacités de calcul numérique essentiels à la modélisation du plan de voilure et à l’anticipation des performances en termes de traînée et de portance, Télécom Mobiles Satellite Communication, etc. Parmi la liste des PME et des laboratoires qui travaillent au projet, indiquons le CTA (calculs de structures), RETEC (Recherches et Études Techniques), l’ENSICA, Profil Composites, Epsilon Composite, Aquitaine Accastillage, l’IXL (un laboratoire d’étude de l’intégration des composants électroniques), le LABRI (simulation en trois D), Star Voiles, etc.

16 L’Aquitaine, no 5, avril 2003.

17 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »), « Pourquoi la plupart des meilleurs marins aquitains de course au large ou de séries olympiques quittent-ils la région ? », Sud Ouest Dimanche du 14 septembre 2003 (Cahier Sport).

18 « Vogue l’Aquitaine ! », L’Aquitaine, no 6, juillet 2003, p. 2. « Le conseil régional d’Aquitaine poursuit sa politique de soutien à la voile de haut niveau en s’associant avec le skipper basque Pascal Bidegorry ». « Part de la Région : 75 000 euros ».

19 L’Aquitaine, no 7, octobre 2003, p. 7.

20 Mais il est vrai que dans le cas de Parlier, après l’annonce très médiatique du programme de l’hydraplaneur, la réussite se fait quelque peu attendre.

21 Voir L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 10.

22 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »), art. cit., Sud Ouest Dimanche du 14 septembre 2003.

23 « Et les marins d’appeler de leurs vœux la création d’une structure type Port-la-Forêt, où ont été mis en place cours de météo, de navigation, de nutrition ». Il manque « une personnalité fédératrice, que n’est pas Yves Parlier, trop pris par son projet. La région est, elle, prête à soutenir un pôle France à Arcachon si la Fédération accepte de le développer », conclut Nicolas Le Gardien, art. cit., 14 septembre 2003.

24 Maryan Charruau, « Gujan-Mestras (33) L’hydraplaneur de Parlier mis à l’eau sous la pluie », Sud Ouest Dimanche du 1er février 2004, p. 20-21. Voir également Sud Ouest du lundi 26 janvier 2004.

25 L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 10.

26 Nicolas Le Gardien (« la question du dimanche »). « Que peut-on retenir de la première saison de l’hydraplaneur d’Yves Parlier, mis à l’eau il y a treize mois, et qu’attendre de la deuxième ? ». Économie. « Médiatis et le Conseil régional d’Aquitaine, principaux partenaires, sortent heureux et gagnants des premiers mois ». Sud Ouest Dimanche du 16 janvier 2005 (Cahier Sport).

27 Nicolas Le Gardien, « Les partenaires clament leur confiance et attendent », Sud Ouest Dimanche du 16 janvier 2005. Les attentes de Médiatis, qui a déjà fait une première expérience de sponsoring sportif dans le football, et celles de France Télécom ne se situent pas sur le même plan. Pour le premier organisme cité, seule la victoire acquise dans des compétitions largement médiatisées peut susciter une image de prestige doublée d’une intention d’adhésion – à Médiatis – chez des clients potentiels. Pour France Télécom Mobile Satellite Communication, il s’agit surtout d’associer la compétition sportive à l’expérimentation technologique. Le catamaran est équipé « des outils de communication les plus performants à ce jour ». Le président de France Télécom MSC, Jean-Louis Charlety, décrit cet aspect du programme : « des moyens de transmission de la voix en qualité hi-fi et une connexion haut débit à Internet ; il [Y. Parlier] pourra établir une visio-conférence avec son PC et envoyer des images en direct. Il bénéficiera de services de localisation et de sécurité, afin de transmettre sa position, recevoir de la cartographie et envoyer des messages de détresse. Les principales innovations résident dans les nouvelles normes de traitement et de compression » [de l’information].

28 Médiatis Région Aquitaine, plaquette illustrée, 41 p.

29 Les Entretiens Nelson Paillou : L’avenir du sport est-il marchand ?, 7 et 8 avril 2005, « Entretien avec Yves Parlier », service de presse [février-mars 2005, n.p.]. Les partenaires des « Entretiens » sont le Comité Régional Sportif d’Aquitaine, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, la Région Aquitaine, Congrès et Expositions de Bordeaux.

30 Sud Ouest du mardi 12 juillet 2005.

31 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. Alors qu’il ne se consacrera qu’aux records avec l’hydraplaneur, Parlier veut lancer un nouveau circuit », Sud Ouest Dimanche du 4 décembre 2005, p. 11.

32 Ironie du sport, quelques temps auparavant, la Banque Populaire du Sud-Ouest a diffusé largement dans la presse régionale une page publicitaire avec le slogan « Entreprendre avec audace. Gagner avec ténacité » sur le thème « Banque Populaire vainqueur de la Transat Jacques Vabre, Champion du Monde ORMA 2005 (Multicoques 60 pieds Open). Bravo à Pascal Bidégorry et Lionel Lemonchois... »

33 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. », art. cit.

34 Morin J.-M., art. cit.

35 Nicolas Le Gardien, « Initiative. Changement de cap. », art. cit.

36 Morin J.-M., art. cit.

37 Éric Becquet, « Yves Parlier à l’épreuve de l’eau », Metro du lundi 9 janvier 2006, p. 5, « Bordeaux-Sports ».

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Sud Ouest Dimanche du 8 janvier 2006.

41 Bordeaux. « Parade sur la Garonne pour l’hydraplaneur », p. 1. Alexis Fricker, « Médiatis en parade », photographies de Philippe Taris, p. 12, Sud Ouest du lundi 13 mars 2006.

42 Ibid.

43 Gambetta D., « Confiance », dans Borlandi M., Boudon R. et al., Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 118-120. « La confiance mal placée est souvent précédée par un épisode de simulation au cours duquel un opportuniste ne s’est pas contenté d’attendre qu’on lui fasse confiance, mais a persuadé l’autre de lui faire confiance en émettant de faux signaux ». (cit. p. 129). Dans notre étude, il ne s’agit pas de suggérer que Parlier ait pu émettre de faux signaux mais qu’ont été pris pour des signaux vrais et forts des intentions marquées par des signaux plausibles, mi-vrais mi-faux... Son projet, au fur et à mesure de sa réalisation, laisse entrevoir de nombreuses inconnues qui s’avèrent contrarier les objectifs initiaux.

44 L’Aquitaine, no 9, mai 2004, p. 9.

45 Sud Ouest Dimanche du 4 décembre 2005.

46 Au moment de la seconde remise à l’eau de l’hydraplaneur, Éric Becquet n’est pas loin de penser que Parlier est susceptible de... rester dans la course : « pour battre son propre record de longévité avec la Région Aquitaine (vingt et un ans de partenariat », et au point de « séduire encore France Télécom et Médiatis, qui le suivent (ou le suivront) dans de futurs projets (une classe de 80 pieds) », art. cit., 9 janvier 2006.

47 Une thèse du « non épuisement du crédit de confiance » défendue par Diego Gambetta dans : Gambetta D. (ed.), Trust, Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford, Blackwell, 1988.

48 De façon à tester ce jeu d’hypothèses, il doit être possible d’identifier plusieurs navigateurs réputés, spécialistes de la course au large, installés dans telle ou telle localité maritime de France, qui bénéficient – ou ont bénéficié – d’un soutien financier similaire (collectivités territoriales et partenaires économiques privés) autour de programmes comparables à Médiatis Région Aquitaine. Il s’agit, nous semble-t-il, d’un « moment » caractéristique. La notion de « séquences » constitutives d’un « itinéraire de vie », évoquée plus haut, pourrait être pertinente pour étudier tel ou tel type de mobilisation collective et de programme, informés par des variables univoques : âge, palmarès, crédit auprès des partenaires potentiels, auprès des médias, auprès des jeunes passionnés par la voile, etc.

49 On retrouve ici des mécanismes fort bien analysés par Lucien Karpik, « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, 1996, no 4, p. 527-550.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search