Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Première Partie. Innovations locales et développement économique territorial

1. La yole ronde en Martinique : innovation culturelle, expression identitaire et mobilisation socio-économique

Maguy Moravie

Texte intégral

Introduction

1Notre étude envisage le développement de la yole ronde « sport traditionnel » pratiqué en Martinique, département français d’outre-Mer qui rassemble environ 350 000 habitants auxquels viennent s’ajouter de nombreux flux touristiques (décembre, carnaval en février et période estivale).

2À la Martinique, la diffusion du sport, généralement présenté comme une valeur humaine universelle, est passée par une négation de la culture autochtone. Malgré la pression du modèle dominant, la pratique de la voile est restée sous sa forme traditionnelle et se pratique avec des embarcations « typiques » comme la yole ronde. Cette pratique s’est donc développée en marge des autres disciplines sportives actuelles, pour la plupart importées d’Europe.

  • 1 Moravie M., « La yole ronde en Martinique : facteur d’innovation sociale », Rapport du Conseil Nati (...)

3L’étude de cette activité s’inscrit globalement dans le champ des recherches conduites essentiellement sur le territoire métropolitain concernant le passage des « jeux traditionnels » aux « sports modernes », mettant l’accent sur l’évolution des jeux traditionnels au contact de l’ère contemporaine. Ce genre d’approche envisage le processus de « sportivisation ». Certaines de ces recherches ont servi de point de départ à notre étude. Pour autant, la yole ronde présente des aspects singuliers qui la distinguent de toutes les autres pratiques traditionnelles étudiées jusqu’à maintenant sur le territoire métropolitain. En effet, à travers le développement de la yole, qui a pour cadre la Martinique, se lisent les mutations d’une société colonisée, extra-métropolitaine, qui parachève son processus de modernisation1.

4Au cours de son histoire, la yole ronde a connu de profondes mutations qui ont irrémédiablement transformé les formes de pratique et remis en question son caractère traditionnel. Il est intéressant d’analyser comment le milieu spécifique de la yole (effet d’un particularisme traditionnel et conservateur) a su s’adapter afin de créer du nouveau à partir des modes d’organisations pré-existants. Comment un milieu tel que celui de la « yole », réputé répulsif à l’innovation, a-t-il pu devenir source du changement à la fois en termes de pratiques, d’équipements, de savoirs technologiques et scientifiques, de communication sociale, et de modes organisationnels ? Ces innovations ont participé à l’émergence d’un véritable phénomène économique, culturel et identitaire, dans lequel se jouent des enjeux financiers importants, et qui valorise le savoir, l’habileté, et la richesse culturelle d’une société en construction. Sous cet angle, la logique spatiale de l’innovation concerne une des parties très excentrées du territoire national.

5Par les informations recueillies au travers de sources documentaires, mais surtout par les témoignages d’acteurs qui vivent et font de la yole au quotidien, cette étude vise à démontrer que la yole ronde sert de renfort expressif à une société toujours en quête d’une identité qui lui serait propre. Nous verrons dans quelle mesure on peut appréhender la mobilisation collective autour de la yole en termes d’innovation culturelle. L’innovation peut se définir comme le résultat d’un acte de transformation intense conduisant à des solutions nouvelles dont les effets et les bénéfices sont mesurables sur le long terme. De ce point de vue, les courses de yoles sont un fait social qui a été réactualisé et surtout réinterprété. Auparavant, ces manifestations étaient locales et ne touchaient que la population maritime, les pêcheurs, alors qu’aujourd’hui, elles ont une envergure martiniquaise, et sont devenues un véritable « référent » culturel, ciment de l’identité martiniquaise et propice à l’émergence d’une « conscience nationale ».

6Notre propos est de montrer que le processus d’innovation à l’œuvre dans la yole, en se complexifiant, a produit une configuration systémique à laquelle sont liés des enjeux socio-économiques et politiques. Ainsi à travers une approche analytique nous tâcherons d’éclairer ce processus d’innovation, source de changement autant en termes de pratiques, d’équipements, de savoirs technologiques et scientifiques, de communication sociale, que de modes organisationnels.

7Afin de mettre en exergue les étapes de ce processus – d’innovation – conduisant à la structuration d’un véritable système d’action collective à l’œuvre dans la yole ronde, il nous a fallu dans un premier temps, effectuer un recueil d’informations (archives de journaux, vidéos, traitement iconographique) qui ont été complétées par des entretiens semi-directifs auprès des différents acteurs de la yole. Une première série d’entretiens auprès des « pionniers » et des nouveaux pratiquants de la yole s’est avérée indispensable pour reconstituer l’histoire de ce « sport pieds-nus », et dégager les transformations des formes de pratique dues à l’émergence d’innovations techniques et technologiques favorables à l’affirmation d’un « système » compétitif.

8La deuxième série d’entretiens auprès des acteurs politiques, économiques et médiatiques de la yole a permis de préciser le rôle, le type d’engagement et les attentes des partenaires institutionnels (les autorités locales), et économiques (secteurs de référence, modalité d’aides, etc.). Ces entretiens, auprès des partenaires institutionnels, politiques et économiques ont facilité la mise en évidence des enjeux économiques et sociaux inhérents au développement singulier de cette pratique qui se situe à mi-chemin entre la tradition et la modernité.

La yole ronde : un phénomène identitaire

Le bateau utilisé jadis par les marins pêcheurs

  • 2 Chamoiseau P. et Confiant R., Les lettres Créoles, Paris, 1994, p. 20.
  • 3 Anonyme, Dissertation sur les Pesches aux Antilles, 1776.

9La yole ronde est une embarcation légère sans quille, sans lest, sans dérive ni gouvernail, à faible tirant d’eau, susceptible de naviguer à une ou deux voiles, qui peuvent totaliser cent mètres carrés de surface et dont l’équilibre n’est maintenu que par le poids des équipiers. L’idée la plus largement répandue est que la technique de construction de la yole serait héritée des civilisations précolombiennes. Cette ère, « tant bruyante et si muette »2, qui va de-3000 avant J. C. jusqu’à 1502, est une période qui pourrait être qualifiée de silence historique. Cependant, il existe des documents écrits qui décrivent la vie des Caraïbes et leurs techniques de pêche. Parmi ceux-ci, le texte anonyme de la Dissertation sur les Pesches des Antilles3, montre non seulement les engins et les pratiques des Caraïbes, mais aussi ceux et celles des esclaves et des libres. Ces textes, qu’ils soient l’œuvre d’anonymes ou de chroniqueurs datant des xviie et xviiie siècles, mettent en évidence que les Caraïbes étaient de vaillants marins, pêcheurs et guerriers qui possédaient une grande connaissance des techniques de navigation et d’appropriation de la ressource fluviale ou marine.

  • 4 de Rochefort C. et Breton R., Histoire naturelle et morale des Îles Antilles de l’Amérique, tome 2, (...)

10L’existence de ces coutumes ou pratiques corporelles laisse supposer une large influence dans l’implantation géographique du gommier, ancêtre de la yole. Les techniques de construction du gommier découlent des connaissances des Caraïbes et de leur savoir-faire ; excellents navigateurs qui pêchaient, « guerroyaient » et pratiquaient des régates sur de grandes pirogues propulsées à l’aide de pagaies ou à la voile comme l’atteste César de Rochefort en 1667 : « Le caracolis [médaille de cuivre en forme de croissant] c’est le butin le plus rare et le plus prisé qu’ils remportent des courses qu’ils font tous les ans dans les terres des Arouägues, leurs ennemis »4.

11Le savoir-faire concernant la fabrication des canots et certaines techniques de pêche a été transmis aux nouveaux arrivants, dès le début de la colonisation au xviie siècle. Les esclaves noirs, les libres, les affranchis, et quelques blancs acquièrent un savoir-faire auprès des Caraïbes pendant que se développent d’autres techniques apportées par les Européens.

12Ce patrimoine, transmis de génération en génération a subi de multiples transformations techniques au cours des siècles. C’est au début des années 1940, qu’apparaît la première yole « Gaby » inspirée à la fois du gommier et de la yole européenne.

Les courses de yole : expression d’une identité socio-professionnelle locale

13Au cours du temps, la yole n’a pas eu les mêmes utilités ni même occupé les mêmes fonctions au sein de la communauté des pêcheurs dans un premier temps, et plus récemment au sein de la société martiniquaise.

14À l’origine, la yole est avant tout un autre type d’embarcation pour la pêche, une innovation technique par rapport au gommier, inadapté aux conditions de pêche sur la côte Atlantique. Par conséquent, les villes les plus attachées à la yole sont celles situées sur la côte Atlantique.

15Jusque dans les années 1950, les yoles étaient manœuvrées à la voile, avec un gouvernail, et l’équipage constitué d’un barreur « patron » et de deux équipiers tout au plus. L’équilibre de l’embarcation était obtenu par l’homme posté à l’avant qui faisait contrepoids en se mettant debout sur le bord en tenant l’écoute de la « grand’voile ». Il faut noter que ce principe de navigation a été maintenu pour les courses de yoles actuelles. Les canots de course ont des formes inspirées des yoles de pêche, mais sont plus effilés, moins larges et plus longs. Ils sont équipés de « bwa drésé » – bois dressés – au nombre de huit ou neuf qui sont essentiels au maintien de la stabilité du bateau ; puisque l’équilibre des embarcations n’est maintenu que par le poids des « coursiers » en appui sur ces « bwa drésé ».

  • 5 Boisson locale traditionnelle au rhum.
  • 6 Dubost I., De soi aux autres… un parcours périlleux : la construction d’un territoire par les pêche (...)

16Une des principales distractions des pêcheurs martiniquais était d’organiser des « tiraj », sorte de défis lancés pendant la pratique de la pêche ; « à celui qui rentrerait le premier à terre avec le canot chargé de poissons ». Ces défis engendrent une revanche le dimanche après la messe mais avec le « canot à vide ». Ces défis de retour de pêche avaient un véritable enjeu : le fruit du travail du collègue, à la fois voisin, ami et concurrent. En plus d’offrir son poisson, le dernier arrivé était également tenu d’offrir le « Ti-punch »5 aux autres. Le vainqueur, lui, avait la satisfaction de raconter ses prouesses et vanter ses qualités de marin autour du Ti-punch traditionnel, comme le décrit Isabelle Dubost, « les discussions sont terriblement animées dans les cafés. Le lundi, les régates de canots qui ont eu lieu la veille sont commentées comme les matchs de football… on se raconte toutes sortes d’histoires mais la conversation la plus importante c’est la pêche et les courses de “yole”. Il n’y a jamais de bagarres mais la raison du plus fort est toujours la meilleure »6.

17Il est intéressant de comprendre le processus qui est à l’origine de la transformation de ces défis en une nouvelle pratique sportive porteuse de valeurs et de représentations favorables à la (ré) affirmation d’une identité locale et maritime.

  • 7 Colons métropolitains installés en Martinique qui forment aujourd’hui une véritable caste. Les « b (...)
  • 8 Traduction littérale : courses de canots arrêtées. Défi amical que se lançaient les marins-pêcheur (...)

18Ces revanches du Dimanche sont rapidement devenues prétextes à parier pour les békés7 pouvant « jouer des fortunes » sur la yole qui représentait leur commune ou leur quartier d’origine. Ainsi, à partir de 1945, les békés ont pris l’initiative d’organiser des défis qui opposaient deux yoles de communes limitrophes : des « kous kannot arété8 ».

19Ces courses sont à l’origine des premières expressions identitaires autour de la yole. Attirant chaque fois un peu plus de monde, les municipalités de la côte Est de l’île (villes du François, Vauclin, Robert et Marin) ont pris en charge, dans le cadre de leurs fêtes patronales d’organiser et de financer ces courses.

20Dans le cadre des fêtes patronales, ou d’autres fêtes comme celle de la Saint Jean, chaque ville présente sa yole, et les pêcheurs sont les uniques protagonistes de ces courses. Les équipages étant constitués entre voisins, la yole représente avant tout la commune et le quartier. Ces courses sont l’expression d’une identité professionnelle et communale, et transposent une concurrence professionnelle en une compétition ludique et sportive. Les rivalités et concurrences entre pêcheurs de communes et de quartiers différents, sont transférées sur un plan ludique et permettent de ritualiser les antagonismes latents afin d’éviter les débordements. Ainsi il n’est pas étonnant de constater l’utilisation des mêmes rites et pratiques magiques protectrices de la pêche. Le même système de protection agit contre les actions engendrées par la suspicion et la jalousie des « autres ». Ces rituels magico-religieux intensifient d’autant plus le processus d’intégration de ces régates dans une société de pêcheurs, et de manière plus globale à la société martiniquaise.

Carte 1 - Carte de la Martinique

Carte 1 - Carte de la Martinique

21Pendant de nombreuses années, les courses de yoles se sont déroulées lors des fêtes patronales. Dans les années 1960, leur popularité croissante et l’esprit de compétition exacerbé qui s’était installé entre les communes côtières du Robert et du François, ont incité les propriétaires des embarcations à réfléchir à une organisation structurée de ces manifestations.

22Contrairement à ce qui est généralement affirmé, c’est en 1964 et non pas en 1972, que la Société des Yoles et Gommiers de la Martinique est créée. Cette association est chargée de promouvoir et d’organiser des courses de yoles et de gommiers en Martinique. Mais le besoin croissant des dirigeants et constructeurs de yoles, d’allier la tradition à la modernité a conduit l’équipe dirigeante a procéder en janvier 1981 à la scission de la Société des Yoles et Gommiers de Martinique en deux associations : le Club des Gommiers à Voile de Martinique et la Société des Yoles Rondes de Martinique (SYRM). En effet, les acteurs de la yole désiraient apporter des innovations technologiques et y introduire le sponsoring, tandis que ceux du gommier demeuraient plus attachés à une pratique « traditionnelle ».

23Cette séparation a été bien plus profitable à la SYRM, micro-fédération qui regroupe les associations de yoles, chacune propriétaire de leurs embarcations. La SYRM s’attache à une idéologie sportive, ses objectifs étant de promouvoir et d’organiser les courses de yoles partout où cela est possible en Martinique. La pratique de la yole est aujourd’hui institutionnalisée et réglementée : la taille et le poids des embarcations, le nombre d’équipiers, les matériaux de construction… sont clairement définis par le règlement. Aujourd’hui, le nylon a remplacé les voiles en coton.

24Il faut noter une volonté marquée de ne pas dépendre des institutions sportives françaises. Ne serait-ce pas là un moyen de préserver l’identité culturelle de la pratique ? La yole représenterait alors la seule activité créée et développée en Martinique, capable de survivre « sans » aide extérieure, et uniquement financée par les entreprises « locales ».

Le Tour de Martinique des Yoles rondes

25C’est la création du « Tour des Yoles de la Martinique » en 1985 qui donna aux yoles son envergure martiniquaise. Avec le Tour de Martinique, les yoles sont devenues un spectacle. Auparavant ces manifestations étaient locales et ne touchaient que la population maritime, les pêcheurs, alors qu’aujourd’hui, de plus en plus de « terriens » participent à ces manifestations, de fait ou en tant que spectateurs, à tel point que les pêcheurs sont quasiment exclus de ces régates.

26Véritable Tour de France local, le « Tour des yoles » est aujourd’hui l’événement sportif incontournable. Plus qu’une simple manifestation sportive, c’est une fête collective aux élans de manifestation identitaire. Il est même difficile de rendre compte de la portée de cette manifestation et de la fonction qu’elle occupe au sein de la société martiniquaise.

27L’épreuve dure une semaine et se décompose en 7 étapes. Entre 40 et 80 000 spectateurs assistent au départ et à l’arrivée de chaque étape. La popularité du tour des yoles ne cesse de croître car c’est le moment où le quotidien banal se paralyse pour laisser place à l’exultation du peuple. La manifestation réunit chaque année des milliers de personnes que ce soit sur l’eau ou à terre. Une mer couverte de bateaux, avec de nombreux catamarans loués par les entreprises et destinée à la réception des clients privilégiés et fournisseurs ; musique et rhum sont les ingrédients obligatoires sur la plage comme sur l’eau ! Pendant une semaine, c’est comme si la vie normale s’arrêtait, la Martinique ne vit plus qu’au rythme des yoles : on ne travaille plus sur l’île et pendant ce temps d’exception et d’effervescence, toute la Martinique – le « béké », le « nègre », en passant par le « mulâtre », du plus jeune au plus vieux – se donnent rendez-vous autour de cet événement et laissent à penser que cette parenthèse sociale marque l’abolition des différences socio-raciales.

Négritude, usage du créole et relation à la mer

28Plus fondamentalement, la yole est devenue le support de l’identité culturelle et patrimoniale martiniquaise, et le symbole de l’originalité d’une culture qui a su se pérenniser malgré les contraintes imposées par l’histoire. Elle est l’« illusion d’être » d’un peuple en quête d’identité. L’unique activité créée, développée et financée en Martinique, la seule qui n’ait pas été importée du Vieux Continent. Cette dimension est d’autant plus importante que la Martinique est économiquement « assistée » et dépendante de la France métropolitaine.

  • 9 Affergan F., Anthropologie à la Martinique, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences po (...)

29Francis Affergan le souligne également : « la société martiniquaise n’existe pas ou est éclatée, ou encore est asociale, puisqu’elle ne produit rien de directement relié aux besoins matériels et économiques »9. Cette dépendance n’est pas seulement économique et politique, mais également sociale et culturelle. On comprend mieux pourquoi cette activité sert de repère majeur à une société toujours en quête d’une identité qui lui serait propre en lui conférant cette part d’originalité qui lui fait défaut.

30D’autre part, en tant qu’innovation culturelle, la yole facilite la légitimation de la plupart des interdits sociaux. La yole est avant tout une pratique de marins pêcheurs, et cela nous renvoie à la vision paradoxale du pêcheur et de son statut au sein de la société martiniquaise. D’une part, les pêcheurs sont des êtres exceptionnels, de véritables héros, les esclaves « libres » qui ramenaient la nourriture (le poisson) aux autres esclaves en bravant les multiples dangers de la mer. D’un autre côté, le métier de marin pêcheur demeure dénigré, considéré toujours comme dangereux, que l’on pratique sans décence vestimentaire et qui implique d’être isolé de tous, aux confins du monde social. En plus d’être « Noirs », les pêcheurs s’expriment la plupart du temps en créole, et ne parlent quasiment pas le français, langue qui symbolise l’ascension sociale. Dans cette société qui privilégie une hiérarchie socio-raciale, les « Noirs » ont tout intérêt à s’exprimer en français s’ils veulent gravir des échelons.

31Nous abordons ici un aspect de la société martiniquaise particulièrement ambigu et complexe à décrire. On peut affirmer que cette société, en tant que société colonisée, vit dans une dualité permanente ; elle est paradoxale dans sa construction. Elle vacille entre les valeurs véhiculées par sa culture (usage du créole, braver « l’interdit » en quittant l’île comme le fait le pêcheur…) et les valeurs sociales propres à la culture occidentale (s’exprimer en français, accéder à la culture, avoir une situation sociale et financière stable…). On peut résumer cette situation par la formule suivante : se sentir blanc est meilleur socialement que culturellement, se sentir nègre est meilleur culturellement que socialement. D’un côté, il faut croire à la norme produite par une histoire qui s’est sédimentée en valeurs inconscientes : la négritude, la résistance au labeur, le coup de main au voisin, l’usage du créole. D’un autre côté, il est nécessaire de croire aux valeurs d’importation, sans lesquelles, il n’y a aucune chance d’ascension sociale et de reconnaissance : le français, la clarté du teint, le nom, la fortune de chacun...

  • 10 Le lavaj sert à désinfecter le canot de toutes ses impuretés, et à le protéger de tous les actes m (...)
  • 11 Le pêcheur fustige son canot avec des branches d’acacias, de tamarin, de calebasse attachées ensem (...)

32De plus, les pêcheurs martiniquais sont connus comme étant un groupe social extrêmement attaché aux pratiques magiques, qui leur confèrent une efficacité majeure dans leur métier, la pêche. Aussi tout pêcheur doit-il s’armer pour augmenter ses chances de réussite et se protéger, non seulement des éléments naturels, mais aussi des hommes jaloux et de leurs actes malveillants qui peuvent mettre en péril sa production. Ces rites magico-religieux et ces actes de sorcellerie dépassent le simple domaine de la pêche puisqu’ils s’inscrivent dans un vaste ensemble martiniquais de représentations et de valeurs sociales et s’insèrent au-delà dans une dynamique sociale créole. Cette croyance en des forces surnaturelles se traduit dans le domaine sportif, par le recours à des procédés visant soit à protéger le sportif, l’association (ou le canot) contre d’éventuels maléfices, soit à envoûter ou amoindrir les forces de l’adversaire. L’usage de ces pratiques dans la yole ronde n’est un secret pour personne en Martinique, même si la plupart des acteurs de cette activité évite le plus possible d’aborder ce sujet. Les yoles de régates doivent subir de nombreux rituels (rite du baptême, bains ou lavaj10, bastonnades11, etc.) afin que la chance soit au rendez-vous et que l’équipage non seulement gagne, mais évite aussi tous les problèmes qui pourraient avoir pour origine un acte sorcier.

  • 12 Ibid., p. 144.
  • 13 Ibid., p. 147.

33La yole est par excellence le lieu du créole, et par conséquent elle a réhabilité l’usage de cette langue : sur une yole on ne s’exprime qu’en créole, langue interdite, langue « sale » à côté du français qui symbolise l’évolution et la réussite sociale. Selon Francis Affergan12, « le créole est une langue-résultante des multiples liens qui se sont créés entre les diverses communautés dominantes et dominées dans le contexte essentiel de l’acculturation ». Par conséquent, selon cet auteur, elle ne peut être qu’une langue de lutte et de guerre ; « l’emphase, la réduplication, l’itération, l’amuïssement, le martèlement, en témoignent : le créole est la respiration du dominé tout en étant la propriété du Maître ». La langue française est par conséquent une langue qui n’appartient pas au dominé. Ce dernier doit s’en emparer s’il veut en faire usage. Elle est perçue, comme la langue « propre » face au créole qui est la langue « sale ». Le français est alors parlé avec précaution et respect tandis que le créole est parlé « en laissant aller toute sa violence et son pathos »13.

34Le français est donc la langue officielle pour s’exprimer dans les administrations ou dans toutes les sphères politiques, économiques, tandis que le créole est la véritable langue vernaculaire qui renforce tous les liens sociaux. Le créole est toujours décrit comme un vulgaire patois qui ne mérite aucun intérêt. Notamment, certains patrons de yoles prétextent la barrière de la langue pour justifier l’absence de femmes au sein de leur équipage : il est inconcevable de s’adresser à une femme en créole ! Ce sport « pied-nus » hérité des pêcheurs qui nécessite force et endurance est par excellence un sport d’hommes. Au début des années 1990, certaines femmes (filles de marins pêcheurs) ont pris l’initiative de créer une yole mixte, « Les femmes à la barre », qui concourt jusqu’à présent face aux autres équipages masculins. La stratégie émancipatrice mise en place par ces femmes constitue un changement radical dans les rapports sociaux, l’asymétrie des statuts liés au sexe s’en est trouvée irrémédiablement bousculée.

35La yole ronde en tant que sport de mer a également « réconcilié » le Martiniquais avec la mer. Le Martiniquais s’est longtemps tenu éloigné de cet espace mythique « interdit », celui qui a rendu possible la colonisation. C’est par la mer que sont venus les premiers colons et esclaves, et c’est encore elle qui sépare le Martiniquais de ses origines : l’Afrique. D’un autre côté, la mer était le seul espace libre et domesticable qui n’appartenait pas aux colons, ni à leur histoire, et c’est d’elle que vivent aujourd’hui des communautés au sein desquelles on essaye de retrouver une mémoire vivante : les pêcheurs.

La yole ronde : une innovation sportive

36Si la yole est à la fois un support d’identité culturelle et patrimoniale, elle est aussi un vecteur d’innovation et de modernisation des rapports sociaux. Le sponsoring est à l’origine de l’évolution de la pratique, aussi bien dans les techniques que dans son organisation. La stratégie adoptée par les acteurs de la yole a privilégié une politique de communication axée sur la médiatisation. Le processus de diffusion et de modernisation de l’activité s ‘ est trouvé alors enclenché.

Le soutien des sponsors et les stratégies de communication publicitaire

37L’enjeu de ces courses est aussi économique. Quel meilleur outil marketing qu’une voilure de 100 m² uniquement réservée aux entreprises (d’autant plus que le nom du sponsor est directement associé au nom de l’embarcation, exemple : les yoles Géant/Orange, Rosette/France Télécom, Nouvelles frontières…) et une couverture médiatique assurée pendant près d’un mois ? Le budget pour la construction d’une yole, son entretien et celui du matériel étant très lourd, ce sont les entreprises privées qui le prennent en charge. Les sponsors donnent leur nom aux canots ; inscrit sur la voile, il leur assure une publicité efficace sur les lieux publics. Les yoles sont devenues un puissant outil marketing, d’autant plus qu’avant et pendant le Tour de Martinique, soit environ trois semaines, les yoles et leurs sponsors font l’objet d’un véritable matraquage médiatique.

38Par moment, le Tour de Martinique des yoles rondes a des airs de Tour de France cycliste : la semaine du tour des yoles est l’occasion rêvée pour les entreprises locales de se faire connaître, d’entretenir leur image et d’accroître leur notoriété. Le village du Tour ressemble à une véritable marché itinérant : nombreux stands et agents commerciaux chargés de faire la promotion, de ville en ville, des nouvelles offres et produits proposés durant la semaine du tour. Des chapiteaux sont soit réservés aux partenaires financiers de la SYRM, soit loués aux sponsors de yoles ou à des marchands ambulants qui saisissent là l’occasion de doubler leur chiffre d’affaires de l’année. La location (entre 500 et 1 000 euros) ou le prêt gratuit de ces chapiteaux sont le résultat de nombreuses négociations et accords (le plus souvent tacites) passés avec les différentes municipalités et la SYRM.

L’amélioration technologique des nouvelles yoles

39D’ailleurs les sponsors n’ont-ils pas contribué à la transformation même de la pratique de la yole ? Une voilure plus grande pour une plus grande visibilité n’a-t-elle pas entraîné une adaptation des embarcations (de 8,50 m à 10,50 m et pesant jusqu’à 800 kilos…) mais aussi des techniques de course (on est passé de 3-4 équipiers à aujourd’hui des équipages de 15 à 18) ? Les règles relatives à la construction des embarcations n’évoluent-elles pas en fonction de l’apparition de nouveaux matériaux (coton, nylon puis kevlar ou encore fibre de carbone…) ? Quoiqu’il en soit, technologie et publicité ont joué un rôle décisif dans l’évolution de la pratique en confortant et renouvelant en permanence la sponsorisation.

Tableau 1 - Associations de yoles

Tableau 1 - Associations de yoles
  • 14 « Olivier Oudry entame la construction d’une yole martiniquaise de 10,50 m destinée à l’associatio (...)

40Aujourd’hui une yole coûte un peu plus de 40 000 euros et une voile environ 3 000 euros. Si l’on ajoute, en guise de précision, que chaque yole possède une dizaine de voiles, il est aisé de constater que le budget mobilisé par chacun des bateaux est conséquent. Les équipes les mieux sponsorisées se permettent le luxe de construire une yole chaque année. Les précédentes étant abandonnées sur le bord des plages. Des études de densité de bois sont effectuées sur des essences rares venues d’Amérique Latine ou d’Europe. Même les compétences des charpentiers de marine martiniquais sont remises en cause : certaines yoles sont aujourd’hui construites en France14 et arrivent en Martinique par conteneur, symbole de la dépendance du Martiniquais ! La yole ne devient-elle pas une activité « importée » au même titre que toutes les autres ?

Les enjeux économiques et socio-politiques liés à la yole

41Les courses de yoles sont aujourd’hui une véritable « course à l’armement » qui se joue hélas en petit comité : seules quatre associations ont instauré depuis des années une hiérarchie très difficile à bousculer. Elles disposent d’un financement colossal, en moyenne 150 000 euros par an (1 million de francs), possible grâce à un nouveau mode d’organisation : le doublement de sponsors. Le doublement de sponsors est un phénomène récent. Il s’agit d’un partenariat favorable aux deux entreprises : les entreprises peuvent bénéficier des retombées de leur sponsoring moyennant un financement moindre. Ces partenariats résultent de choix stratégiques qui font partie de la politique marketing de chaque entreprise.

La mobilisation des collectivités territoriales

42Mais si les entreprises ont contribué au développement de la yole, les institutions politiques ont également joué un rôle déterminant. Les collectivités locales (Conseil général, Conseil régional et les municipalités) ont également intégré dans leur stratégie de développement et de rayonnement local, la pratique de la yole.

43Leur priorité est de faire des yoles non seulement le support de l’identité martiniquaise, mais également le principal atout touristique susceptible de faire « vendre » la Martinique, destination très peu prisée en comparaison avec les îles avoisinantes : des forfaits touristiques sont vendus comprenant voyage, hôtel et réservation de catamaran pour suivre le Tour. On se rend compte que la yole est le support d’innovation dans le domaine de l’action collective.

  • 15 Propos tenus par M. Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil régional, lors de la remise des réco (...)

44Depuis des années, la concurrence entre le Conseil régional et le Conseil général est particulièrement intense, même si les représentants de ces deux Assemblées sont tous partisans du OUI pour une Assemblée unique, qui favoriserait la mise en place d’une politique commune. Si le Tour des yoles mobilise toutes les composantes de la population martiniquaise, il est loin de réunir toutes les classes politiques, qui se lancent une lutte féroce autour de cet événement. Il laisse d’ailleurs apparaître tous les conflits politiques latents qui opposent les représentants de ces deux Assemblées. Le Tour des Yoles est devenu un label qu’il est primordial de s’accaparer. Mais le conflit demeure avant tout politique. D’un côté, à la Région, on retrouve les nationalistes représentés par M. Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil régional depuis 1998 et chef du Mouvement Indépendantiste Martiniquais (MIM), particulièrement attaché à l’histoire et à la culture du « pays » martiniquais, et de l’autre, on retrouve le Conseil général à gauche sur l’échiquier politique, représenté par M. Claude Lise. Le Conseil régional prône la mise en place d’une véritable politique sportive régionale « une Martinique qui gagne ! », qui se traduit par la mise en place d’une structure capable de transformer le paysage sportif martiniquais. La région aspire à avoir un rôle incitatif et accompagnateur du développement du sport. L’une des finalités de la mise en place de cette politique sportive est de vendre la destination « Martinique » jugée trop peu connue. Il s’agit d’utiliser le sport comme moyen de développement économique, développement qui passe nécessairement par le tourisme ; « Nous avons investi, je le répète, dans l’homme et la femme martiniquaise »15.

45Si le Tour des yoles de Martinique est aujourd’hui perçu comme un excellent « label touristique » c’est qu’il fait l’objet d’un « matraquage » médiatique, et ce pendant près d’un mois, financé en grande partie par les collectivités : 3 heures de direct quotidien (télévisions et radios), magazine spécial de 26 minutes tous les soirs, édition spéciale France-Antilles, pages spéciales consacrées au Tour des yoles, diffusion de l’événement sur Internet, etc.

46Les municipalités sont le principal « investisseur » à hauteur de 115 956 euros. Cette forte augmentation traduit la concurrence accrue entre les villes due au changement de politique de la SYRM qui a lancé un appel d’offres aux municipalités afin de faire monter les enchères. Ainsi pour accueillir le Tour de Martinique, une ville doit verser une somme qui varie entre 8 000 et 75 000 euros, seuls quelques membres de la SYRM ont connaissance des raisons des variations de tarifs d’une ville à l’autre. Le tour des yoles est devenu une priorité pour les municipalités, à la fois facteur de développement économique, social et marqueur identitaire. La yole est alors un élément distinctif. Elle est productrice de notoriété et de visibilité externe mais aussi valorisation interne de la politique locale et de son représentant.

Au cœur des enjeux et tensions identitaires

  • 16 Extrait du journal Antilla no 1104, « L’après tour des yoles ne rassemble pas les élus », p. 6, 18 (...)

47Au niveau social, le Tour des yoles participe au développement d’une identité culturelle et favorise la cohésion et l’insertion sociale. « La seule manifestation capable de drainer près de 100 000 personnes et de rassembler sur un seul espace toutes les catégories sociales et les races à l’arrivée d’une dernière étape, car les Martiniquais aiment l’ambiance du Tour »16. En effet, des milliers de Martiniquais se pressent pour assister au départ et à l’arrivée de chaque étape. Les estimations chiffrées parues dans les médias comptabilisent environ 80 000 spectateurs lors du départ et de l’arrivée du Tour des yoles, et approximativement 40 000 personnes aux arrivées des étapes intermédiaires.

48Par conséquent, année après année, l’apport des collectivités locales ne cesse d’augmenter. Ainsi, entre 2003 et 2004, les subventions allouées à la SYRM ont doublé de plus de 150 000 euros. Depuis 1998, année de l’élection de M. Marie-Jeanne (considéré comme le « Fidel Castro » martiniquais !) à la Présidence de la Région, on constate une augmentation de près de 70 % de l’aide accordée à la Société des Yoles Rondes de Martinique. En tant que patrimoine culturel, la yole fait partie des « référents culturels » auxquels le Martiniquais peut ou doit se rattacher en vue de construire sa propre identité, et par voie de conséquence, une « conscience nationale ».

49Ne retrouve-t-on pas là les idées politiques véhiculées par le mouvement politique indépendantiste à la tête de cette Assemblée ? À terme, n’exploite-t-on pas cet événement à des fins partisanes ? N’en fait-on pas un outil idéologique ?

50À l’évidence, le registre coutumier est utilisé pour servir des desseins politiques et économiques nouveaux qui n’ont, en réalité, plus rien de traditionnel, mais dont les enjeux sont des profits, matériels ou symboliques, générés par la nouvelle organisation politique.

51La yole constitue dorénavant un puissant outil idéologique, utilisé par les élites politiques locales qui se sont rendu compte des enjeux tant économiques (impact sur le tourisme, moyen de promotion de l’île), que politiques liés à cette pratique hautement symbolique.

Conclusion

52Aujourd’hui, la « yole » n’est plus à proprement parler une pratique traditionnelle, ni seulement une pratique sportive, mais elle constitue une innovation culturelle (par inversion « sportive » de l’échelle du prestige social), résultant d’un long processus de modernisation. L’étude de cette pratique permet d’éclairer la dynamique de l’innovation, d’en saisir la complexité et confirme l’intérêt de l’aborder comme un processus inscrit dans la diachronie.

53La yole est conjointement une innovation dans sa logique spatiale d’expression : une innovation de périphérie pénétrée par les usages de l’économie marchande, puis du soutien des collectivités territoriales qui ont amplifié l’innovation technologique et sportive. Ce déplacement des enjeux a-t-il affaiblit le registre initial de l’innovation culturelle ? Ce n’est pas certain. À l’évidence, toute mise en scène symbolique d’une pratique traditionnelle introduit des ressources ou des procédés qui sont ceux de la modernité. C’est en ce sens que l’on peut parler d’effets de système (culturel, économique, et politique) pour articuler ces composants.

54Pour autant, l’ensemble des acteurs de ce système y trouvent leur intérêt, qu’ils s’agissent des acteurs de base (coursiers et dirigeants) ou des élites locales, qu’elles appartiennent au monde politique ou à la vie économique. Ce compromis consensuel est-il innovant au point de produire de la cohésion sociale ? Ou bien fait-il accepter, en-deçà de l’effervescence festive ponctuelle les différences et différenciations sociales qui marquent la société insulaire ? En l’état actuel de nos enquêtes, disons que les deux dimensions sont perceptibles. Il conviendra ultérieurement de mieux caractériser cette réalité.

Bibliographie

Bibliographie

Affergan Francis, Anthropologie à la Martinique, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences politiques, 1983.

Anonyme, Dissertation sur les Pesches aux Antilles, 1776.

Chamoiseau Patrick et Confiant Raphaël, Paris, Les lettres Créoles, 1994.

DE Rochefort César et Breton Raymond, Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l’Amérique, tome 2. Paris, 1658.

Dubost Isabelle, De soi aux autres… un parcours périlleux : la construction d’un territoire par les pêcheurs martiniquais, Mémoire de thèse de doctorat en Sciences sociales, Université Toulouse 2, 1996.

Notes

1 Moravie M., « La yole ronde en Martinique : facteur d’innovation sociale », Rapport du Conseil National des Activités Physiques et Sportives, Sport et innovations sociales, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Paris, 2004.

2 Chamoiseau P. et Confiant R., Les lettres Créoles, Paris, 1994, p. 20.

3 Anonyme, Dissertation sur les Pesches aux Antilles, 1776.

4 de Rochefort C. et Breton R., Histoire naturelle et morale des Îles Antilles de l’Amérique, tome 2, Paris 1658, p. 374

5 Boisson locale traditionnelle au rhum.

6 Dubost I., De soi aux autres… un parcours périlleux : la construction d’un territoire par les pêcheurs martiniquais, Mémoire de thèse de doctorat, Sciences sociales, Toulouse 2, 1996, tome 2, p. 416.

7 Colons métropolitains installés en Martinique qui forment aujourd’hui une véritable caste. Les « békés » ont fait fortune grâce à l’exploitation des terres du pays.

8 Traduction littérale : courses de canots arrêtées. Défi amical que se lançaient les marins-pêcheurs entre eux. On « arrêtait » un jour pour disputer ces défis. Étant donné qu’il y avait peu de yoles à l’époque ce type de manifestations était possible en l’absence de structures.

9 Affergan F., Anthropologie à la Martinique, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences politiques, 1983, p. 46.

10 Le lavaj sert à désinfecter le canot de toutes ses impuretés, et à le protéger de tous les actes malveillants qui auraient pu être commis. Ce nettoyage-désinfection se fait avec une mixture réalisée avec différents produits : crésyl, alcali, éther, térébenthine, essences…

11 Le pêcheur fustige son canot avec des branches d’acacias, de tamarin, de calebasse attachées ensemble afin de chasser tout ce qui est mauvais.

12 Ibid., p. 144.

13 Ibid., p. 147.

14 « Olivier Oudry entame la construction d’une yole martiniquaise de 10,50 m destinée à l’association de coureurs Bouée-Mitan. Cette unité a été dessinée par Philippe Roulin, architecte au cabinet Van Petteghem-Lauriot-Prévost, bien connu pour ses trimarans de course… La charpente achevée à Mézidon, la yole est partie par conteneur en Martinique ». Le Chasse-Marée, no 126.

15 Propos tenus par M. Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil régional, lors de la remise des récompenses du Tour des Yoles 2004.

16 Extrait du journal Antilla no 1104, « L’après tour des yoles ne rassemble pas les élus », p. 6, 18 août 2004.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Carte de la Martinique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tableau 1 - Associations de yoles
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540