Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Première Partie. Innovations locales et développement économique territorial

Présentation

Texte intégral

1Cette première partie s’intéresse aux liens entre innovation(s), développement économique et impulsion politique apportée par les collectivités territoriales. Il est abordé à partir de trois exemples qui peuvent être considérés comme fournissant des illustrations à la fois singulières et complémentaires les unes des autres, en termes de méthodologie de recherche.

2L’étude proposée par Magy Moravie envisage l’essor spectaculaire des courses de « yole traditionnelle » à la Martinique. Cette manifestation et les longs préparatifs qui rendent possible ce tour à la voile de l’île donnent lieu à un intense processus de mobilisation collective. Il s’agit pour les insulaires d’exprimer une identité culturelle partagée. Aujourd’hui, l’innovation technologique qui favorise une amélioration sensible des performances se double d’une mobilisation conjointe des collectivités territoriales et de nombreux acteurs du monde économique local. Cette mise en scène symbolique est un espace-temps consensuel susceptible, par les partenariats et coopérations matérielles qu’elle implique, d’abolir – faut-il dire provisoirement ! – les tensions qui traversent les rapports sociaux. Elle introduit des ressources et des procédés qui sont ceux de la modernité. L’innovation culturelle produit ainsi du changement dans les rapports socio-économiques et dans l’administration politique de l’île. Ce phénomène profite grandement à la mise en valeur touristique de la Martinique.

3Avec une étude qui s’intéresse au programme d’hydraplaneur développé par le skipper arcachonnais Yves Parlier, réalisée par Jean-Paul Callède, on découvre la gestation et le développement d’un microprojet soutenu à la fois par la Région Aquitaine et par quelques grandes entreprises, dont Médiatis, un organisme de crédit à la consommation, et France Télécom, auxquels viennent s’agréger d’autres partenaires locaux plus modestes. Ce micro-projet ambitieux s’appuie sur un réseau régional de compétences scientifiques, technologiques et sportives, tissé pour la circonstance. Outre le caractère futuriste du bateau, il faut souligner la logique d’innovation collective qui a permis de générer 35 emplois directs, 70 emplois induits et trois créations d’entreprises. Il s’agit d’une véritable « vitrine technologique » de l’Aquitaine. Du printemps 2001 à l’année 2006-2007, l’évolution du programme et les difficultés rencontrées permettent d’examiner l’attitude des différents partenaires...

4La troisième illustration prend en considération un cas à tout le moins exemplaire du développement sportif qu’est l’essor du surf en Aquitaine. L’étude est conduite par Sophie Herrera-Cazenave. Bénéficiant d’opportunités naturelles et géographiques (la façade atlantique de la Région), la structuration récente du surf s’est homogénéisée autour de dimensions culturelles, économiques, éducatives et politiques. D’une croissance spontanée et confidentielle au tournant des années 1960, la dynamique socio-économique qui caractérise aujourd’hui le surf s’appuie sur un développement maîtrisé. Aux acteurs historiquement identifiables : la Fédération française de Surf, ses comités et clubs, s’ajoutent des PME, voire des TPE, et des grands groupes bien en vue sur le marché des articles de sport (vêtements, combinaisons isothermes, planches, matériels divers...). Le marché de la formation à l’encadrement ou de l’accompagnement de projets socio-économiques (fédération, université, animation touristique, développement territorial...) y trouve sa place, avec des formules novatrices. La Région, qui soutient le surf depuis le début des années 1990, a pour objectif imminent de susciter la création d’un Pôle de compétitivité « Glisse ».

5Ainsi, avec des différences de complexité et des échelles socio-géographiques variées, cette première partie met l’accent sur la localisation des activités d’innovation. Les innovations spécifiques qui voient le jour sont réinscrites et amplifiées dans un processus d’innovation qui s’appuie sur la coordination des efforts, la mobilisation des ressources et sur la recherche d’excellence dans les savoirs et les savoir-faire.

  • 1 Lung Y., Raillet A. et Torre A., « Connaissance et proximité géographique dans les processus d’inn (...)
  • 2 Voir par exemple le dossier « Territoires : les défis du sport », Pouvoirs locaux. Les Cahiers de (...)

6On peut considérer que ces études de cas, à des degrés variables, s’inscrivent globalement dans une problématique conceptualisée par Yannick Lung et ses collègues dans un article connu1. Le prétexte sportif donne matière à analyser l’innovation, avec des logiques spatiales de formalisation qui contribuent à l’expression d’enjeux territoriaux et identitaires2. Les contributions qui suivent témoignent de la diversité des niveaux d’expression de ces enjeux.

Notes

1 Lung Y., Raillet A. et Torre A., « Connaissance et proximité géographique dans les processus d’innovation », Géographie, économie, société, vol. 1, no 2, p. 281-306.

2 Voir par exemple le dossier « Territoires : les défis du sport », Pouvoirs locaux. Les Cahiers de la Décentralisation, no 49, II/2001, p. 29-90.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540