Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les logiques spatiales de l’innovation sportive

 | 
Jean-Paul Callède
, 
André Menaut

Introduction

Jean-Paul Callède et André Menaut

Texte intégral

1Avant de proposer quelques éléments de présentation du séminaire organisé le jeudi 3 février 2005, il nous faut remercier les co-directeurs du programme quadriennal de recherche Les Logiques Spatiales de l’innovation : une mise en perspective transdisciplinaire (2003-2006), le professeur Christophe Bouneau, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, et le professeur Yannick Lung, économiste à l’Université Bordeaux IV, qui ont encouragé ce projet de rassemblement scientifique et sa concrétisation. L’accueil de la manifestation – le matin dans les locaux de la MSHA et l’après midi à la Faculté des Sciences du Sport de l’Université Bordeaux 2 – atteste des liens directs et des collaborations soutenues entre les deux institutions.

2À vrai dire, le sport permet d’éclairer avec une originalité et une pertinence certaines les logiques spatiales de l’innovation ; et cela, quelles que soient les disciplines à partir desquelles on envisage de l’appréhender : l’histoire, l’économie, la science politique, la géographie et l’aménagement, les sciences de l’éducation, la sociologie, les sciences du marketing ou du management...

3Ainsi l’historien est-il susceptible de s’intéresser avec profit à l’implantation du sport – de tel ou tel sport – en France. Que peut-il observer et analyser ? Le sport est un phénomène confidentiel à ses débuts, apparu dans le dernier quart du xixe siècle, avec les Athletics, en provenance d’Outre-Manche, ou plus tardivement, au milieu du xxe siècle, comme pour le judo et les arts martiaux venus d’Orient, ou encore comme le surf-riding importé d’outre-Atlantique qui va connaître un essor spectaculaire à la fin des années 1980.

4Toute implantation d’un sport se prolonge par une phase de diffusion progressive, puis de fixation, voire de réappropriation active qui tend à informer des dynamiques identitaires. Pour chacune de ces étapes, l’historien pourra sans difficulté constater l’importance de l’innovation, tout en indiquant ce qu’elle doit à des innovations facilitantes (placées en amont) et en identifiant des logiques spatiales caractéristiques (en amont et/ou en aval) qui sous-tendent telle ou telle forme d’innovation qu’est l’introduction – ou importation – d’un sport.

5Dans le sport, les modèles culturels et récréatifs, la culture technique, les modèles d’entraînement, la pédagogie, les méthodes d’acquisition des savoirs et des savoir faire, l’engagement volontaire des personnes, par exemple, sont traversés de façon plus ou moins centrale par la problématique de l’innovation.

6Même les sports qui se sont développés et modernisés « sur place », en France, comme la plupart des disciplines de pelote basque, témoignent également d’une transformation complexe qui se double d’innovations sociales, techniques et culturelles. Aujourd’hui, la pratique compétitive féminine y est valorisée (elle n’était pas pensable dans le cadre du jeu traditionnel). Circonscrite initialement dans le périmètre de l’Euskal Herria (les provinces basques de France et d’Espagne), la pelote basque a pu figurer à plusieurs reprises au programme des Jeux Olympiques, en qualité de « sport de démonstration ». En outre, le sport de pelote basque s’appuie sur une organisation fédérale – locale, nationale et internationale – dont l’efficacité concourt à son rayonnement et à sa diffusion.

  • 1 Bayeux P., Le sport et les collectivités territoriales, Paris, PUF, 1996.

7En France, pour limiter ici le propos à ce pays, l’institution fédérale du sport utilise les ressources qu’offre la puissance publique à ses différents niveaux de mise en œuvre (l’État, la Commune, les collectivités territoriales intermédiaires que sont le Département et/ou la Région). S’il existe des installations sportives de gestion privée et lucrative, il convient de rappeler que l’essentiel des équipements et aménagements sportifs est le fait des collectivités territoriales1. Ce domaine des infrastructures lui aussi est susceptible d’être étudié sous l’angle d’une innovation technologique et urbanistique, conçue par des architectes et/ou ingénieurs, et portée par les politiques publiques.

Le sport et les pratiques sociales structurées autour du sport

8Le propre du sport de performance, une pratique qu’on distinguera ici de la simple activité physique et sportive, peut être identifié par la compétition, la victoire ou la recherche du meilleur classement et/ou du meilleur résultat possible. Cette quête stimule les passions et contribue à l’affirmation des identités collectives. Elle aiguise également l’inventivité et engendre des modalités nouvelles ou renouvelées de coopération (autour et au sein du club, de l’équipe, du champion ou de la championne...), d’organisation et de répartition des tâches dont l’objectif est de mobiliser les ressources adéquates qui permettent – ou permettront – de prendre l’avantage sur l’adversaire. Telle est la logique du sport.

9Dans ce contexte, l’innovation peut se traduire de différentes façons :

  • Par une recomposition des ressources économiques, techniques, humaines qui sera qualifiée de novatrice. À ce titre, ultérieurement, la nouveauté donnera lieu à des emprunts, imitations, inspirations qui contribueront tôt ou tard à sa banalisation... On pense par exemple à ce que peut apporter la professionnalisation de certains postes de « travail » dans une structure associative : réorganisation fonctionnelle, meilleure division du travail, amélioration dans la qualité des services, élévation du niveau de performance, etc.
  • Par l’invention d’un modèle de jeu qui est considéré comme étant supérieur à ceux mis en pratique, éventuellement sous certaines conditions, ou sur un point du jeu, comme dans le cas du rugby à XV du début des années 1990 on a pu vanter les mérites de la « tortue béglaise » mise au point par l’équipe qui allait remporter le championnat de France, ou encore l’invention d’une technique corporelle radicalement nouvelle (le Fosbury Flop pour le saut en hauteur) et ses effets en chaîne, à commencer par l’amélioration spectaculaire des « performances » réalisées par tout un chacun en saut en hauteur.
  • Par des innovations technologiques décisives (la mise au point de la perche en fibre de verre2, l’invention de la planche à voile au moment où la pratique de la voile marquait une certaine stagnation...). Pour s’en tenir aux seuls sports de glisse, on sait que l’innovation est quasi constante, par amélioration technologique des matériels, par différenciation des spécialités (planches de régate, de saut, de vitesse...), par hybridation des spécialités sportives qui engendre de nouvelles disciplines (fly-surf désormais dénommé kite-surf...)3.
  • 4 Gay-Lescot J.-L., « L’éducation physique et le sport dans les thèses de médecine de la Faculté de B (...)

10L’innovation relative au sport peut prendre aussi des aspects inattendus. Lorsque les sports athlétiques s’imposent dans les principales villes d’Aquitaine, dès les années 1890, un peu plus tôt pour la vélocipédie (le cyclisme), ils vont devenir rapidement autant de sujets de mémoires de thèse de médecine pour des étudiants qui les pratiquent avec passion. Le corpus des thèses de médecine soutenues à la Faculté de Médecine de Bordeaux (sujets traités et directeurs de thèse), entre 1893 et 1945, étudié par Jean-Louis Gay-Lescot est éclairant4. Le monde médical dispose d’une information de première importance sur les accidents sportifs, les types de blessure, etc., avec des spécificités en fonction des disciplines pratiquées. Ces nouvelles connaissances donnent lieu à des innovations sportives. Les entraîneurs vont intégrer ces connaissances et adapter les méthodes d’entraînement, mieux appréhender également la prévention des risques de blessure, la récupération de l’effort, l’importance de la nutrition des athlètes. Aujourd’hui, l’optimisation des moyens requis pour la performance, aux enjeux économiques sans précédent, l’innovation y côtoient le « bricolage » des apprentis-sorciers.

L’innovation comme objet d’étude : les cinq cas identifiables selon Joseph A. Schumpeter

11À travers les quelques illustrations qui viennent d’être proposées, on retrouvera sans peine tel ou tel des cinq cas-types d’innovation identifiés par l’économiste autrichien Joseph A. Schumpeter, à savoir l’objet de l’innovation :

  1. La fabrication d’un bien nouveau.
  2. L’introduction d’une méthode de production nouvelle.
  3. La réalisation d’une nouvelle organisation.
  4. L’ouverture d’un débouché nouveau.
  5. La conquête d’une nouvelle source de matières premières ou de produits semi-ouvrés5.

12Ces aspects permettent de caractériser le fait sportif, depuis sa genèse jusqu’à sa réalité complexe d’aujourd’hui, en passant par son essor progressif et différencié. D’un point de vue macroscopique, on peut mentionner quelques innovations décisives :

  1. le sport est un bien nouveau procédant d’une « fabrication » qui combine culture matérielle et culture symbolique ;
  2. le sport engendre des flux économiques spécifiques, tels le sport spectacle, le tourisme sportif, les Mouvements d’éducation sportive de la jeunesse, etc., avec leurs agents spécialisés et leurs modèles d’organisation et/ou d’action ;
  3. le sport réalise d’ailleurs une nouvelle organisation – et des créations d’entreprises ou d’association – dont l’impact économique, juridique, les liens entre individus et/ou groupements sont inédits.
  4. l’ouverture d’un débouché nouveau peut être illustrée par la structuration de divers marchés du sport qui ont connu un essor spectaculaire à partir des années 1960, avec une structuration efficace, dont les biens d’équipement vestimentaire (pensons aux entreprises commerciales comme Decathlon, Go-Sport, Surfwear...) ;
  5. la conquête de nouvelles sources de « matières premières » peut être illustrée par la maîtrise – sportive – des éléments naturels : le vent, l’air et ses propriétés thermiques, l’eau (les vagues, des courants artificiels), les pentes du relief, etc., qui suppose l’invention d’un matériel sportif et d’équipement de la personne adéquat tout en révélant aux adeptes des nouveaux sports de nature des « sources d’énergie naturelle » restées inemployées.
  • 6 Van Hoecke J. (dir.), Le sport loisir. Conseils de choix du matériel, introduction de Christian Poc (...)

13Au milieu des années 1980, les pratiquants sportifs qui opèrent en dehors des structures associatives deviennent plus nombreux que les licenciés. En 1984-85, plusieurs enseignants-chercheurs de l’UEREPS de l’Université Bordeaux 2 (actuellement la Faculté des Sciences du Sports) participent à une importante étude sur les matériels sportifs : Alain Lofi et Patricia Moniot (INRES), Yves Chateaureynaud et Pascal Bernadet sur le canoë-kayak, Yves Chateaureynaud et Jean Bonnebaigt sur le vélo, D. Jarry et Alain Lofi sur le tennis de table, H. Cosnard et Alain Lofi sur le matériel de patinage et de hockey sur glace, Alain Lofi encore sur le matériel de ski. Cette enquête, qui mobilise plus d’une vingtaine de spécialistes, est caractéristique de l’essor spectaculaire que connaît la pratique sportive en France6. « L’accroissement du temps de loisir coïncide avec l’apparition sur le marché de nombreux modèles de matériels sportifs ». Cet « éventail de choix laisse le pratiquant quelque peu désemparé. (...) Bien choisir un matériel, c’est-à-dire choisir selon son âge, sa morphologie, son niveau technique ou son style, voilà l’objet de cet ouvrage », indiquent les auteurs. Innovation sociale et culturelle, d’une part, innovation technologique dans les équipements de sport, d’autre part, conduisent à la question du « bon choix » que doivent opérer les pratiquants sportifs utilisateurs potentiels de ces équipements. Placée « sous le haut patronage du ministère de la Jeunesse et des Sports », la synthèse publiée en forme de guide au particulier pour le choix du matériel est, par elle-même et pour l’époque, une réponse pédagogique innovante à une demande sociale encore mal satisfaite. Il s’agit d’une innovation dans l’offre de conseil aux consommateurs. Aujourd’hui, les magasins spécialisés dans le sport, à l’exemple de l’enseigne Decathlon, accordent beaucoup d’importance à l’activité de conseil personnalisé, qui est une façon de satisfaire la clientèle et de la fidéliser.

  • 7 Hurtebise C., « Géopolitique de la genèse, de la diffusion et des interactions culturelles dans la (...)

14Dans le domaine du sport, l’innovation est, au moins pour une part, le résultat d’une innovation qui concerne la société dans son ensemble, plus précisément tel secteur de l’activité scientifique, technique et économique. On sait, par exemple, que la diffusion spatiale des sports athlétiques à la veille du xxe siècle, dans la plupart des pays de l’Europe occidentale, s’explique en partie par l’innovation qui caractérise la généralisation du chemin de fer. La banalisation des moyens de transports modernes accompagne ainsi la diffusion des sports. Pour l’exemple évoqué, l’innovation sportive est quelque peu subordonnée à une autre innovation de nature techno-industrielle aux incidences économiques évidentes7. À ce trait de subordination, on peut ajouter des exemples de simple transposition. La recherche sur les matériaux engagée dans le cadre de l’aérospatiale, destinée à améliorer la protection des cosmonautes, a permis la mise au point de vêtements et de combinaisons pour la pratique des sports en condition extrême (alpinisme, navigation en solitaire, parachutisme...). Les matériaux composites qui intéressent les constructeurs d’avions sont largement utilisés dans la confection des prototypes et autres bateaux destinés à la course au large et à l’établissement de records transocéaniques...

  • 8 Galy L., L’ asb des années de gloire, 1971-1984, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Mont (...)

15En se focalisant sur une échelle de proximité, on pourrait sans peine mentionner des innovations qui transforment radicalement une situation observable dans la durée : un environnement géographique local (avec une mise en valeur de nouveaux sites de pratiques de pleine nature), un cadre organisationnel d’exception, comme le fut le club de rugby de Béziers qui a régné en maître incontesté du ballon ovale de 1971 à 19848, un enrichissement dans l’éventail des métiers du sport, un nouveau répertoire de pratiques culturelles, etc. Les contributions proposées dans le présent volume d’actes fourniront, nous semble-t-il, quelques illustrations particulièrement pertinentes.

Innovation et soutien de la puissance publique. Une réalité française singulière

  • 9 Mondialement connu, l’architecte Roger Taillibert a réalisé le stade olympique de Montréal (Canada (...)
  • 10 C’est une filiale d’EDF qui est actuellement leader mondial dans la réalisation de bassins d’eaux (...)

16La France constitue sans nul doute un cas d’espèce, dans le domaine du sport. Nous l’avons déjà signalé mais il convient de détailler cette spécificité. En effet, l’histoire des clubs – l’histoire du modèle culturel qu’est le club sportif – va recouper une autre histoire, pluriséculaire celle-là : l’exercice de la puissance publique de l’État, considéré comme exercice légitime. Historiquement, durant l’entre-deux-guerres, le sport va devenir un thème « social » repensé au nom de l’intérêt général et susceptible, à ce titre, d’être accessible – ou devant être considéré comme accessible – à tout un chacun (au nom de la démocratisation du sport, par exemple). Sous cet angle, la mise en œuvre des politiques sportives territoriales – les Communes tout d’abord, dès les années 1960, les Départements et les Régions avec la réalisation de la décentralisation, dès le milieu des années 1980 – a introduit des solutions novatrices et des innovations : équipements et aménagements sportifs, services proposés, soutien direct aux clubs, aide apportée aux représentants du sport de haut niveau... De même, l’exportation d’un savoir-faire français, hier ou aujourd’hui, se traduit le cas échéant par des innovations en tous genres. On mentionnera, par exemple, les innovations en matière d’équipements sportifs9 ou d’aménagement de sites10 destinés à accueillir de grands événements sportifs internationaux.

  • 11 Morvan Y. (dir.), Activités économiques et territoires. Changement de décor, s.l., Éditions de l’Au (...)

17La construction de l’Europe n’est pas sans incidence sur le développement sportif observable en France. La libre circulation des sportifs professionnels, la lutte anti-dopage, les questions de l’harmonisation des diplômes permettant d’accéder aux métiers du sport, pour ne mentionner que ces quelques aspects, donnent lieu à des changements, à des négociations et à des innovations, à l’échelle de l’Europe. De même, de nouvelles Euro-régions se dessinent à partir de formes de coopérations inédites. Les liens Aquitaine-Euskadi (Pays basque espagnol) participent de cette recomposition de l’architecture européenne. Cet espace de coopération transfrontalière constitue un fragment de l’Arc Atlantique sans se réduire cependant à la façade maritime de la zone. Le réseau des Facultés des Sciences du Sport (Bordeaux, iup de Bayonne, Vitoria, Bilbao...) est particulièrement actif dans les domaines de la formation des étudiants, de l’organisation régulière de colloques et pour les stages d’insertion professionnelle proposés aux étudiants de Master. Il s’agit là d’un exemple concret de ces « nouvelles orientations stratégiques » – à composante sportive – sur lesquelles insiste Yves Morvan11.

  • 12 La loi de finances pour 2005 du 22 décembre 2004, dans son article 24, a institué la notion de pôl (...)
  • 13 Projet de contrat de Pôle de compétitivité SPORALTEC, version du 15 septembre 2005.

18Plus récemment encore, la mise en place en France des Pôles de compétitivité a permis à des sites complexes (production, recherche, expérimentation, innovation, formation...) et bien inter-reliés d’être per-formants à l’échelle internationale. Le pôle SPORALTEC-Industrie des Équipements de Sports et Loisirs est situé sur la région Rhône-Alpes12. La « structure de gouvernance du pôle » est domiciliée à l’Université de Saint-Étienne. Le pôle s’est défini plusieurs objectifs : à court terme (1 an), à moyen terme (3 ans), à long terme (10 ans), avec une stratégie d’ensemble basée principalement sur trois axes de recherche : « mieux étudier et comprendre les phénomènes d’interface homme-matériel », « adapter et créer de nouveaux matériels pour l’homme en mouvement », mettre en place « un laboratoire de détection des pratiques et des technologies émergeantes » permettant « aux industriels d’anticiper leur offre de produits et de services »13. Les objectifs sont détaillés dans l’article 2 du projet de contrat du pôle :

  • développer la capacité de recherche, développement et innovation des industriels des équipements de sports et de loisirs ;
  • maintenir le leadership mondial des entreprises rhône-alpines sur leurs marchés, renforcer leur compétitivité par l’innovation, et préserver leur fonction stratégique sur le territoire régional ;
  • devenir un pôle mondialement attractif où sont inventés les pratiques sportives, les loisirs et les équipements sportifs de demain14.

19Un Pôle de compétitivité « Glisse », localisé celui-là en Aquitaine, permettra bientôt de compléter la mise en valeur de l’excellence française.

Les logiques spatiales de l’innovation sportive : entre déterminismes et réappropriations

20Si l’on envisage d’examiner la question de l’innovation sous l’angle des logiques spatiales qui permettent son éclosion, la conditionne ou la favorise, l’observateur attentif sera amené à considérer différentes échelles de référence déjà évoquées.

  • 15 Praicheux J., « Une lecture géopolitique des Jeux olympiques », Sport et politique, revue Géopoliti (...)

21La réussite sportive récente de plusieurs pays dits émergents en athlétisme, en football, par exemple, résulte de changements organisationnels, de décisions réfléchies, d’investissements conséquents. Pour autant, la façon d’appréhender la logique spatiale de l’innovation sportive, en se limitant par exemple aux Jeux olympiques, suppose de considérer la complexité des plans de référence. La logique spatiale de l’innovation sportive montre l’avantage des nations prospères, vieilles ou récentes, installées sous des climats tempérés15. L’innovation que peut représenter la réussite récente de nations qui possèdent d’autres caractéristiques (climat équatorial, faible développement national du sport, modestes ressources économiques au titre du PNB) doit permettre d’envisager au moins deux cas de figure novateurs : la mise en place dans ces nations de structures innovantes dont la vocation est de détecter des jeunes talents et de les former, afin qu’ils opèrent au plus haut niveau ; l’accueil de cette toute jeune élite sportive, en provenance des pays en développement, au sein de structures spécialisées de formation installées dans des pays à climat tempéré...

22Toutefois, ce qui est apparu dans la période des années 1970-90 comme une coopération constructive et innovante montre aujourd’hui ses limites, et un « retournement » de sens et d’usage, si l’on considère les naturalisations à l’avantage du Vieux continent qui fleurissent de nos jours à la veille des grandes échéances sportives internationales…

23On peut considérer que cette dynamique Nord-Sud, qui fait régulièrement l’objet d’analyses diverses, parfois critiques, ne doit pas faire oublier une dynamique Occident-Orient (ou Ouest-Est) moins spectaculaire mais tout aussi réelle. L’introduction du judo en Occident, son intégration dans les sports dits olympiques (Jeux olympiques de Tokyo, 1964) peuvent être examinées sous l’angle des logiques spatiales de l’innovation, avec un nouveau sport qui vient enrichir l’ancien « système » des sports, au point d’en modifier certains de ses contours. Dans le sens inverse, on rappellera que des sports inventés à l’Ouest, comme le hockey sur gazon ou le badminton, voire le tir à l’arc, sont devenus la quasi-propriété culturelle de certains pays d’Asie qui règnent aujourd’hui en maîtres incontestés de ces disciplines.

  • 16 Pociello C., Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Éditions Métailié, 1983.

24Pour revenir à l’échelle de la France, on sait bien que l’appropriation historique du football-rugby par la Capitale, par quelques métropoles dont Bordeaux, Lyon, Toulouse, Bayonne, Perpignan, puis par de multiples localités méridionales s’est accompagnée de l’invention de « styles de jeu » qui ont dominé la scène des championnats, au gré du renouvellement des suprématies de clubs16. La remarque vaut également pour le football, avec d’autres foyers d’innovation dont la compréhension suppose la prise en considération de logiques spatiales opératoires favorisant au fil des décennies la conjonction de facteurs favorables.

L’innovation : progrès et résistances, « destruction créatrice », logiques contre-productive...

25Sans doute faut-il ne pas concevoir a priori l’innovation sportive comme un processus de progrès linéaire et irréversible. Différents cas de figure peuvent être identifiés. Des résistances et des blocages accompagnent, perturbent ou retardent certaines innovations.

  • 17 Larique B., « Le développement des sports d’hiver. 1890-1940. Entre résistance et coopération », Le (...)

26En montagne, initialement, la mise en valeur des sites, pendant l’hiver et/ou durant les mois d’été, a pu engendrer des tensions et des refus parmi la population paysanne. Cependant, dès lors que cette dernière a compris comment elle pouvait intervenir directement dans la maîtrise de ce processus d’innovation culturelle, elle s’est elle-même engagée dans une logique de modernisation et d’adaptation novatrice qu’est l’accueil touristique, la mise en valeur sportive des sites de nature et l’acquisition de compétences (guide, moniteur, accompagnateur...) permettant d’assurer l’encadrement des touristes en séjours de vacances sportives17. Rapidement, l’amélioration de la capacité d’accueil (hébergement, restauration, loisirs) a alors introduit de nouveaux changements (limitation de l’exode rural, fixation des populations, essor économique local…).

  • 18 Schumpeter J. A., Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capita (...)
  • 19 À Bordeaux, il existe actuellement six artisans réparateurs de vélos, sur l’ensemble de la ville. (...)

27À propos de l’innovation, Joseph Schumpeter parle de « destruction créatrice » en replaçant cette problématique générale dans la succession de vastes cycles qui correspondent aux révolutions industrielles successives18. Que faut-il entendre par cycle ? À la suite d’une innovation majeure, l’économie – du moment – entre dans une phase de modernisation, de croissance, de création d’emplois. Ce processus de création a conjointement un rôle déstabilisateur, voire destructeur. En effet, il s’accompagne progressivement d’un déclassement des formes plus anciennes d’entreprises constituées autour de compétences spécifiques, qui sont sur le point d’être dépassées et détruites... Le sport fourmille d’exemples qu’il serait sans doute prématuré de rapporter aux grands cycles – ou « business cycles » – définis par Schumpeter. Pour autant, ils en sont une illustration au second degré. L’industrie chimique (mise au point de tissus de verre, fibres, résines...) a ouvert des perspectives nouvelles pour la construction de voiliers. De fait, l’apparition de la résine synthétique et sa maîtrise technique ont condamné bien des entreprises de construction de petits dériveurs en bois et contreplaqué marine qui, dans les décennies antérieures, furent prospères... Aujourd’hui, avec l’abaissement du prix de vente des vélos et VTT (une marchandise de consommation de masse en provenance de certains pays d’Asie à faible coût de main d’œuvre), et malgré une augmentation constante des ventes, le métier de réparateur de vélos, prospère dans les années 1950 et jusqu’au début des années 1970, a quasiment disparu19. Le sport de l’aviron, étudié dans sa phase de développement ancienne dans le présent ouvrage, montre bien le renouvellement des bois de référence en fonction des techniques d’assemblage des pièces. Aujourd’hui seuls les nostalgiques et les « puristes » font revivre pour nous ces antiques embarcations et autres vieux gréements.

  • 20 Darbon S., Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-Vincent-de-Tyrosse, Paris, Éditions Je (...)

28Compte tenu des transformations qui s’opèrent actuellement, et de façon accélérée, dans le sport, il doit être possible de réexaminer le poids de cette propriété ambivalente de l’innovation, à la fois créatrice et destructrice, qu’elle soit effective ou potentielle. La professionnalisation récente des clubs de rugby, en France, qui peut être analysée au cas par cas, permettant de relever des indices de « destruction créatrice », desquels une ligne d’évolution générale n’est pas, à ce jour, aisée à formuler. Des clubs « formateurs » comme celui de Saint-Vincent-de-Tyrosse, dans les Landes20, ou des clubs « historiques » comme celui d’Aurillac, dans le Cantal, risquent de disparaître définitivement du paysage du haut niveau rugbystique. L’argument utilisé dans le nouveau monde de l’Ovalie, consistant à rappeler que « le football est bien parvenu à assumer cette mutation », cache à l’évidence trop de différences (et autant de variables) sociales, historiques, économiques qui sont à analyser...

29À quels facteurs, cependant, peut-on associer la réussite de certains clubs de rugby ou l’échec pour d’autres, dans le cadre de cette mutation du rugby ? Autre exemple, promouvoir la professionnalisation de certaines tâches au sein des clubs omnisports dans lesquels les bénévoles et dirigeants bénévoles remplissent l’essentiel des fonctions engendre un gain d’efficacité et de rationalisation des tâches. Cependant, les cas de réussite ne permettent pas d’affirmer comment il est – et à l’avenir il sera – possible, dans ce type de structure associative élémentaire, d’abonder chaque année des lignes budgétaires rigoureusement maîtrisées, dans certains contextes socio-géographiques. La tendance qui consiste à considérer que le domaine du sport représente aujourd’hui une sorte de « gisement d’emplois » résulte en partie d’une impuissance à résorber le chômage des jeunes et conjointement d’une croyance en la professionnalisation systématique de multiples fonctions exercées dans le domaine sportif. En outre, concevoir de manière isolée la croissance des services sportifs à la personne revient à décontextualiser une question qui dépend des autres formes de la croissance économique (plein emploi, salaires favorables, satisfaction des besoins élémentaires, consommation de services sportifs, etc.).

  • 21 Dans une étude socio-historique particulièrement fouillée, Philippe Lacombe indique que la « récla (...)

30Dès lors on entrevoit d’autres interrogations complémentaires qui se précisent. Une innovation ne peut-elle pas avoir un effet pervers, soit en déstabilisant une situation antérieure sans véritablement la dépasser, soit en modélisant une organisation nouvelle mais raisonnablement peu viable ? Le passage hâtif au professionnalisme de certaines sections de clubs (hand-ball, volley-ball) en fournit une illustration maintes fois commentée. De même, pour revenir sur un exemple déjà mentionné, le progrès technologique que représente l’usage des résines synthétiques par rapport au bois, dans la conception et la confection des voiliers dériveurs, s’est accompagné de « distorsions » économiques. La maîtrise technologique n’allant pas de pair avec la réduction maîtrisée des coûts de revient21. Par ailleurs, dans d’autres contextes organisationnels, comme les Centres de formation pour le sport de haut niveau, qui possèdent a priori un caractère innovant, n’observe-t-on pas des logiques contre-productives qui prennent le dessus ? À quoi bon, pour les clubs français, former en nombre de jeunes joueurs, y compris des Africains, si ces derniers sont recrutés ensuite par des clubs étrangers ? Par ailleurs, dans ces mêmes centres de formation, les attentes de l’équipe d’encadrement vis-à-vis des jeunes sont relativement stéréotypées. De fait, la conformisation des comportements et de l’agir sur le terrain de sport l’emporte souvent sur le principe de l’élan novateur qui est à l’origine de la création de ce type d’organisme de formation.

L’intérêt de revisiter la culture sportive sous l’angle des logiques spatiales de l’innovation

31Si une innovation introduit un ou des changements significatifs, il n’est pas acquis qu’un ou des changements décidés comme tels engendrent nécessairement une innovation... Un changement peut s’avérer être, à l’usage, une mauvaise décision, une fausse piste ou une solution infructueuse. Un changement qui se donne à lire comme une alternance, comme c’est le cas en politique ( !), peut n’être qu’un renouvellement des procédés (et des élites politiques !), sans que la voie de l’innovation, dont le « changement » se réclame (dans bon nombre de discours !), soit un fait bientôt établi. Une modification apportée à une situation donnée peut être sans incidence significative, voire engendrer une régression par rapport à une situation antérieure, même si l’habillage idéologique qui l’accompagne travestit la nature du changement ou son impact réel en l’affublant de divers superlatifs.

  • 22 Altter N., L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2001, p. 86, coll. « Sociologies ».

32L’innovation et fondamentalement un processus de construction du sens et d’appropriation du changement. Elle est une socialisation réussie de l’invention même si elle comporte une part d’incertitude et de risque. Elle est transgression car elle peut aller jusqu’à « une inversion des normes dans un univers hiérarchisé »22.

  • 23 Duret P. et Trabal P., Le Sport et ses affaires. Une sociologie de la justice de l’épreuve sportive(...)
  • 24 Duret P. et Trabal P., op. cit., p. 171.

33Une innovation est toujours plus qu’un changement. Dans le domaine du sport, l’innovation est la réponse à une question précise (améliorer une situation – d’abord singulière : celle d’un champion, d’un club, d’une nation... – au point de permettre de prendre le dessus sur tous ses adversaires, ou sur la plupart d’entre eux), et ceci de façon licite et non répréhensible, et dans le strict respect des règlements sportifs. la généralisation de l’innovation (au niveau de la « communauté sportive » se ralliant à cette solution avantageuse) contient en elle-même sa négation puisqu’elle est vouée à être supplantée par une prochaine innovation qui s’avérera plus rentable. Il peut advenir aussi qu’une innovation ne soit pas acceptée. Dans un ouvrage récent, Pascal Duret et Patrick Trabal23 envisagent ce cas dans un chapitre intitulé : « Lorsque l’innovation modifie l’épreuve ». Les auteurs évoquent par exemple le cas de Graham Obree, modeste cycliste écossais, qui, le 17 juillet 1993, bat le record du monde de l’heure sur un « vélo » de sa fabrication, « avec les moyens du bord et un budget ridicule, celui d’un chômeur »24. Rapidement, l’aspect insolite de la prouesse et le crédit de sympathie dont bénéficie le génial inventeur sont éclipsés dans le monde du cyclisme professionnel par un débat plus « traditionnel ». Les discours autorisés convergent. Ils privilégient la prouesse physique au détriment de l’innovation technologique, minimisant ainsi la performance d’Obree, au point de nous faire oublier que la plupart des records de ce genre suscitent le plus souvent des débats analogues.

34Ceci étant noté, le sport est bien un domaine ou l’innovation s’impose souvent de façon non équivoque, au moins par comparaison avec d’autres domaines de la vie sociale. La « performance » y est peu contestable. En revanche, dans l’action politique, dans le domaine de l’art ou de la culture, de la pédagogie peut-être, pour nous limiter à ces quelques domaines, bien des discussions argumentées laissent les débatteurs sur leurs positions respectives sans que les uns emportent l’assentiment des autres. Au niveau du sport, la réussite dans la confrontation avec l’adversaire (la « loi du meilleur »), la « loi du nombre » ou d’autres faisceaux d’indices (autour de la conception d’un matériel performant, de sa diffusion et de son prix de vente, de l’établissement d’un budget de club, d’un programme ou d’une méthode d’entraînement, par exemple) sont mieux maîtrisables. Le sport hiérarchise les niveaux d’excellence et de réussite. La maîtrise de l’innovation et l’obligation de maintenir la recherche de solutions nouvelles sont un facteur d’accès à la réussite sportive.

35Un autre intérêt d’envisager les logiques spatiales de l’innovation sportive tient au fait qu’il y a lieu de chercher à dégager la morphologie des processus étudiés. Existe-t-il des configurations propices à l’innovation sportive et à la réussite dans ce domaine d’expression qu’est le sport ? Inscrites dans un espace restreint ou un espace élargi, les logiques spatiales de l’innovation sportive sont susceptibles de former différentes figures : constellation(s), essaimage(s), réseau(x), chaîne(s), avec des modalités d’articulation qui portent sur des agrégations, des complémentarités, des applications ou des transferts de compétences, et d’autres figures sans doute. Par-delà les études de cas proposées dans l’ouvrage, il conviendra d’examiner attentivement cet aspect.

  • 25 Bouillon F., « Les frontières de l’innovation », La Vie de la Recherche Scientifique, no°365, avril (...)
  • 26 Le géographe Michel Marguerite envisage ces aspects dans son ouvrage Géo-sport dans le monde, Noid (...)

36Ajoutons enfin que la problématique de l’innovation sportive ne doit pas être dissociée de celle de la création. Notre propos qui précède le laisse entrevoir. Dans l’innovation sportive, est bel est bien à l’œuvre un processus créatif25. En matière de sport, quand bien même il peut exister des situations de création fortuites, occasionnelles, la recherche – en innovation – répond le plus souvent à des préoccupations précises et à des problèmes d’usage : mobiliser les ressources optimales, ou encore, en tenant compte de la limitation des ressources disponibles, s’efforcer d’optimiser ses propres atouts, face à l’adversaire. Que la compétition se déroule sur le terrain culturel, sur le terrain économique ou autre. L’imagination au travail, l’imagination créatrice peuvent ainsi concevoir des solutions innovantes. Et tout en rappelant que cet effort de création repose sur un « collectif » localisé ou localisable, et que derrière ces phénomènes il y a toujours des hommes concrets qui réfléchissent et qui agissent, il n’est pas besoin d’ajouter que les logiques spatiales de l’innovation constituent un angle d’approche particulièrement pertinent pour aborder le fait sportif. Notre présentation générale, esquissée à grands traits, incite à cette réflexion. Les logiques spatiales de l’innovation technologique, par exemple, sont indissociables des niveaux d’échelle spatiale auxquels jouent les phénomènes de coopération, les stratégies concurrentielles et les hiérarchies internationales26.

37Les chapitres qui composent l’ouvrage ont donné lieu, de la part de chacun des auteurs, à des compléments d’enquête et à des approfondissements. L’examen de ces quelques problématiques appliquées au sport, pour reprendre le sous-titre du séminaire de recherche organisé en février 2005, regroupées dans quatre ateliers thématiques, a l’ambition d’apporter aux lecteurs sinon la preuve précise de cette pertinence majeure du fait sportif, tout au moins d’en proposer une illustration diversifiée.

Bibliographie

Bibliographie

Projet de contrat de Pôle de compétitivité SPORALTEC, version du 15 septembre 2005, (44 p. multigr.).

Altter N., L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2001, coll. « Sociologies ».

Augustin Jean-Pierre et Callède Jean-Paul (textes réunis par), Sport, relations sociales et action collective, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, 782 p.

Bayeux Patrick, Le sport et les collectivités territoriales, Paris, PUF, 1996.

Bouillon François, « Les frontières de l’innovation », La Vie de la Recherche Scientifique, no 365, avril-juin 2006.

Darbon Sébastien, Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-Vincent-de-Tyrosse, préface de Marc Augé, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1995.

Defrance Jacques, « L’adoption de la perche en fibre de verre », dans Sport, revue Culture technique, noo13, janvier 1985.

Duret Pascal, Trabalt Patrick, Le Sport et ses affaires. Une sociologie de la justice de l’épreuve sportive, Paris, Métailié, 2001.

Erraïs Borhane, Mathieu Daniel et Praicheux Jean (sous la dir.), Géopolitique du sport (actes du colloque de Besançon, mars 1990), Éditions de l’Université de Franche-Comté, 1990.

Galy Laurent, L’ASB des années de gloire, 1971-1984, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Montpellier, Centre Montpelliérain d’Études Européennes, 1994, 241 p. multigr.

Gay-Lescot Jean-Louis, « L’éducation physique et le sport dans les thèses de médecine de la Faculté de Bordeaux (1893-1945) », dans Augustin J.-P. et Callède J.-P. (textes réunis par), Sport, relations sociales et action collective, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995.

Hillairet Dieter, Sport et innovation : stratégies, techniques et produits, Paris, Hermès science publications, 2005, 448 p.

Hurtebise Claude, « Géopolitique de la genèse, de la diffusion et des interactions culturelles dans la culture corporelle et le sport », dans Erraïs B., Mathieu D. et Praicheux J. (dir.), Géopolitique du sport (actes du colloque de Besançon, mars 1990), Éditions de l’Université de Franche-Comté, 1990.

Lacombe Philippe, « Sport et société ou... de la démocratisation de la voile en France (1945-1970) », dans La démocratisation du nautisme, Les carnets des STAPS, Université de Bretagne Occidentale, no 4, 2003.

Larique Bertrand, « Le développement des sports d’hiver. 1890-1940. Entre résistance et coopération », Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, colloque international du programme Les Logiques Spatiales de l’Innovation, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 19-20 novembre 2004.

Larique Bertrand, « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890-1940 », Innovations et territoires, Flux, no 63-64, janvier-juin 2006.

Lasserre Benoît, « Vélo. Les artisans réparateurs ne sont plus que six à Bordeaux. Et la relève n’est pas toujours assurée », Sud Ouest du lundi 6 janvier 2006.

Marguerite Michel, Géo-sport dans le monde, Noidans-lès-Vesoul, impr. Lidag, 2002 (7ème éd.).

Maunoury Jean-Louis, « Innovation », Encyclopaedia Universalis, Paris, 1985.

Morvan Yves (dir.), Activités économiques et territoires. Changement de décor, s.l., Éditions de l’aube, Datar, 2004, coll. « Bibliothèque des territoires ».

Pociello Christian, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Éditions Métailié, 1983.

Praicheux Jean, « Une lecture géopolitique des Jeux olympiques », Sport et politique, revue Géopolitique, no 66, 1999.

Schumpeter Joseph A., Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, New York/London, 1939 (2 vol.).

Taillibert Roger, Construire l’avenir (préface de Jean Drapeau, maire de Montréal), Paris, Presses de la Cité, 1977.

Van Hoecke Jacques (dir.), Le sport loisir. Conseils de choix du matériel, introduction de Christian Pociello, avec le concours de l’Institut National de Recherche et d’Essais sur le Sport, Paris, INSEP et CAMIF, 1985, 334 p., ill.

Notes

1 Bayeux P., Le sport et les collectivités territoriales, Paris, PUF, 1996.

2 Defrance J., « L’adoption de la perche en fibre de verre », dans, Sport, revue Culture technique, no 13, janvier 1985, p. 256-263.

3 On connaît dans ce secteur les recherches conduites par Dieter Hillairet sur l’importance de l’innovation dans le renouvellement des matériels et engins qui sont utilisés dans les sports de glisse. Ultérieurement à la tenue du séminaire, l’auteur a publié un ouvrage aux perspectives plus larges. Hillairet D., Sport et innovation : stratégies, techniques et produits, Paris, Hermès science publications, 2005.

4 Gay-Lescot J.-L., « L’éducation physique et le sport dans les thèses de médecine de la Faculté de Bordeaux (1893-1945) », dans Augustin J.-P. et Callède J.-P. (textes réunis par), Sport, relations sociales et action collective, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 91-99.

5 Maunoury J.-L., « Innovation », Encyclopædia Universalis, Paris, 1985, p. 1189-1191.

6 Van Hoecke J. (dir.), Le sport loisir. Conseils de choix du matériel, introduction de Christian Pociello (p. 5-17), avec le concours de l’Institut National de Recherche et d’Essais sur le Sport, Paris, INSEP et CAMIF, 1985.

7 Hurtebise C., « Géopolitique de la genèse, de la diffusion et des interactions culturelles dans la culture corporelle et le sport », dans Erraïs B., Mathieu D. et Praicheux J. (dir.), Géopolitique du sport (actes du colloque de Besançon, mars 1990), Éditions de l’Université de Franche-Comté, 1990, p. 87-114.

8 Galy L., L’ asb des années de gloire, 1971-1984, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Montpellier, 1994.

9 Mondialement connu, l’architecte Roger Taillibert a réalisé le stade olympique de Montréal (Canada) ainsi que d’autres infrastructures sportives monumentales, comme le Parc des Princes, le centre de préparation olympique de Font-Romeu (Pyrénées) ou le vélodrome couvert de Bordeaux-Lac, qui témoignent d’un parti pris novateur. Taillibert R., Construire l’avenir (préface de Jean Drapeau, maire de Montréal), Paris, Presses de la Cité, 1977.

10 C’est une filiale d’EDF qui est actuellement leader mondial dans la réalisation de bassins d’eaux vives. Pour les épreuves de canoë-kayak, elle a réalisé le « bassin » des Jeux olympiques de Sydney (2000), celui des Jeux olympiques d’Athènes (2004) et bien d’autres équipements analogues.

11 Morvan Y. (dir.), Activités économiques et territoires. Changement de décor, s.l., Éditions de l’Aube, DATAR, 2004, p. 162-163, « Bibliothèque des territoires ».

12 La loi de finances pour 2005 du 22 décembre 2004, dans son article 24, a institué la notion de pôle de compétitivité regroupant dans une zone géographique délimitée des entreprises, des établissements d’enseignement supérieurs et des organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à travailler en partenariat pour développer des projets de recherche à dominante technologique et industrielle. Le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire du 12 juillet 2005 a attribué le label « Pôle de compétitivité » au projet dénommé SPORALTEC.

13 Projet de contrat de Pôle de compétitivité SPORALTEC, version du 15 septembre 2005.

14 Op. cit., p. 3.

15 Praicheux J., « Une lecture géopolitique des Jeux olympiques », Sport et politique, revue Géopolitique, no 66, 1999, p. 94-98.

16 Pociello C., Le rugby ou la guerre des styles, Paris, Éditions Métailié, 1983.

17 Larique B., « Le développement des sports d’hiver. 1890-1940. Entre résistance et coopération », Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, colloque international du programme Les Logiques Spatiales de l’Innovation, MSHA, 19-20 novembre 2004. Larique B., « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890-1940 », dans Innovations et territoires, Flux, no 63-64, janvier-juin 2006, p. 7-19.

18 Schumpeter J. A., Business Cycles. A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, New York/London, 1939, 2 vol.

19 À Bordeaux, il existe actuellement six artisans réparateurs de vélos, sur l’ensemble de la ville. Dans les années 1970, on en dénombrait pas moins d’une trentaine, rien que dans les quartiers suds proches de la gare. Lasserre B., « Vélo. Les artisans réparateurs ne sont plus que six à Bordeaux. Et la relève n’est pas toujours assurée », Sud Ouest du lundi 6 janvier 2006, p. 12-13.

20 Darbon S., Rugby mode de vie. Ethnographie d’un club : Saint-Vincent-de-Tyrosse, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1995.

21 Dans une étude socio-historique particulièrement fouillée, Philippe Lacombe indique que la « réclame » qui accompagne en 1951 le dériveur populaire qu’est le vaurien (construit en feuilles de contreplaqué) est : « un bateau au prix d’une bicyclette ». Aujourd’hui, la sophistication des matériaux et la course à l’accastillage font que le rapport entre un dériveur classique et la bicyclette est quelquefois de 1 à 40 (...bicyclettes ordinaires). Lacombe P., « Sport et société ou... de la démocratisation de la voile en France (1945-1970) », dans La démocratisation du nautisme, Les carnets des STAPS, Université de Bretagne Occidentale, no 4, 2003, p. 5-23.

22 Altter N., L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2001, p. 86, coll. « Sociologies ».

23 Duret P. et Trabal P., Le Sport et ses affaires. Une sociologie de la justice de l’épreuve sportive, Paris, Métailié, 2001. Voir p. 170-175.

24 Duret P. et Trabal P., op. cit., p. 171.

25 Bouillon F., « Les frontières de l’innovation », La Vie de la Recherche Scientifique, no°365, avril-juin 2006, p. 12-14.

26 Le géographe Michel Marguerite envisage ces aspects dans son ouvrage Géo-sport dans le monde, Noidans-Lès-Vesoul, impr. Lidag, 2002 (408 p., 7ème éd.). La « force de la technologie dans la puissance nationale » se traduit par des innovations décisives et l’évolution technologique du sport peut donner lieu à un traitement cartographique utile, comme pour le dépôt des brevets, faisant apparaître à l’échelle mondiale ce que l’auteur appelle des géo-territoires et des pôles technologiques. Voir p. 368 et carte page suivante.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540