Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Conclusion générale

Texte intégral

1En proposant une analyse géographique du vignoble bordelais pour déterminer quels peuvent être les facteurs des difficultés inégales des multiples appellations qui le composent, nous nous sommes positionnés dans une prise en compte de la complexité de terroirs géographiques dont les fondements ne sauraient se limiter à des variables économiques. Un terroir géographique est, nous espérons l’avoir montré, un territoire où la part de l’humain est au moins aussi importante que le milieu physique mais aussi, et surtout, où le social et le territorial ont autant d’importance que l’économique.

2Cette analyse géographique nous a amené à identifier deux modèles territoriaux, le terroir géographique au niveau local et, à l’échelle inférieure, le noyau d’élite, véritable embryon de cluster, qui le plus souvent fédère plusieurs terroirs géographiques. Le noyau d’élite peut correspondre à un vignoble de taille moyenne, comme celui de Sancerre que nous avons convoqué. Dans le cas d’un vignoble de grande envergure, comme l’est le Bordelais, ils sont de véritables pôles viticoles internes qui assurent sa structuration.

3Si l’on suit notre cheminement il paraît donc souhaitable, pour que Bordeaux reste Bordeaux, que toutes les appellations soient partie prenante d’un pôle structurant et que la compétition entre les pôles soit la plus équilibrée possible. Une revitalisation des pôles les moins performants, sous la forme sans doute de clusters revisités, comme l’émergence de nouveaux pôles là où les terroirs géographiques n’ont pas peu en générer, serait donc l’essence même d’un projet global pour le vignoble bordelais.

4Celui-ci passe obligatoirement par une revitalisation des vins de terroir géographique (projets locaux), avec une prise en compte de toutes ces composantes, telles que nous les avons répertoriées sur le document 3. Compte tenu de la capacité du marché mondial à absorber des vins de terroirs dignes de ce segment, à des prix permettant aux vignerons de faire vivre décemment leur exploitation, une segmentation claire des vins de Bordeaux est incontournable, ainsi que nous l’avons définie ci-dessus. Seule une identification claire des vins de terroirs et des vins régionaux permettra de repartir sur des bases clarifiées susceptibles de rétablir la confiance avec les consommateurs.

5Revaloriser les terroirs géographiques, redynamiser ou créer des noyaux d’élites sous la forme de clusters, segmenter clairement les vins de la filière bordelaise ne pourront se faire qu’avec l’adhésion du plus grand nombre de viticulteurs soutenus pour les pouvoirs territoriaux et les consommateurs. Rien de tout cela ne se fera sans la mise en place d’une gouvernance locale renforcée, dotée d’un pouvoir de décision effectif dans le cadre d’une politique publique clairement définie, aujourd’hui dans le cadre européen.

6Ainsi les vignerons bordelais seront sans doute en mesure de reprendre leur destin en main comme le firent les Bourgeois de Bordeaux au Moyen Âge et leurs ancêtres moins lointains, il y a un siècle, au début du XXe siècle. Le premier XXIe siècle sera alors celui d’une nouvelle étape dans la longue destinée des vignobles de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540