Version classiqueVersion mobile

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Bordeaux, vignoble durable ?

Chapitre 10. Le terroir pour règle

Texte intégral

1Considérer le terroir géographique comme la clé de voûte du vignoble bordelais revient à l’inscrire dans la flèche du temps long de sa construction. C’est aussi redonner à la notion de bien commun toute sa valeur et donc replacer celle-ci dans la durabilité des terroirs bordelais.

Pour que Bordeaux reste Bordeaux

2Parler de bien commun vitivinicole est avant tout parler de patrimoine. Parler de « patrimoine viticole » c’est parler d’un patrimoine qui ne peut être assimilé ni à un objet figé, ni à un élément isolé de son contexte, ni même à une réalité complètement objective. Parler de « patrimoine viticole » oblige à le penser autrement que sur le mode de la préservation immobilisante rompant le fil du temps. Protéger un patrimoine viticole, c’est au contraire gérer une relation socio-spatiale, contrôler et parfois infléchir une dynamique, et construire la valeur du vignoble en croisant les regards dont il fait l’objet. Parler de patrimoine viticole ne revient pas à parler d’une forme ou d’un élément paysager particulier (chais et châteaux, etc.), mais d’un ensemble d’artefacts viticoles ayant leur cohérence sociale et technique (formant un tout sociotechnique), qu’il convient d’associer aux éléments clés de leur environnement. Parmi ceux-ci, quatre nous paraissent mériter une attention toute particulière.

Le contrôle territorial et les vins géographiques, des vins de l’offre

3Nous rappellerons simplement que l’histoire du « bordeaux » est celle d’un contrôle territorial toujours plus performant dans la longue durée établi à partir du XIIe siècle. Les Bordelais se dotent alors d’un arsenal juridique et financier hors du commun dans sa forme et dans sa force, connu sous l’expression de « Privilèges de Bordeaux ». Ils définissent aussi le « premier » terroir du bordeaux dont l’aire géographique est celle de la sénéchaussée. Ce contrôle est confirmé à partir du XVIIe siècle avec l’affirmation des terroirs géographiques, renforcé au début du XXe siècle avec l’appellation Bordeaux, précisé en 1935-1936 avec les AOC communales et régionales structurées autour de noyaux d’élite.

4Ce contrôle territorial est à l’origine des vins géographiques de l’offre peu à peu affirmée à partir du XVIIIe siècle et « institutionnalisé au XXe siècle avec les AOC de 1936 versus AOP aujourd’hui mais aussi des vins de châteaux « paysans » et « bourgeois » prépondérants dans l’image des vins de Bordeaux et assurant la vitalité des campagnes de la région.

5En résumé, le premier pilier du vignoble de Bordeaux est constitué par ses vins géographiques dont le vin de château est l’expression la plus aboutie.

L’export et les vins d’opérations, des vins de la demande

6Les vins de Bordeaux sont des vins nés de leur proximité avec des ports fluviaux. Ils se sont s’affirmés au Moyen Âge grâce aux exportations vers l’Angleterre, confirmées aux temps modernes avec l’essor du marché de l’Europe du Nord (Hollandais puis Hanséates) et celui outre-mer vers l’Amérique. Leur succès pendant les XIXe et XXe siècles fait du Bordelais le premier vignoble exportateur de vin dans le monde.

7Mais les vins de Bordeaux sont aussi des vins d’opérations techniques issus du coupage pour assurer la qualité recherchée sur les marchés destinataires (vins de la demande) et la fiabilité de la marque. Enfin, ce sont des vins dits de qualité, nés de la concurrence sur un marché de plus au plus mondialisé.

8En résumé, le deuxième pilier est représenté par des vins « d’opération » dont les vins de marque sont la traduction moderne.

Des hiérarchies

9Le premier des classements connu est à rechercher dans les mercuriales dont la plus ancienne conservée remonte à 1647. Celui-ci est confirmé au XIXe siècle par le non moins fameux classement de 1855. Le classement des vins de Graves de 1953, révisé en 1959, celui des vins de Saint-Émilion depuis 1954 et révisable tous les 10 ans, enfin le classement des crus bourgeois du Médoc devenu en 2009 une Sélection officielle annuelle en sont des versions modernes.

10Cette hiérarchisation s’appuie sur le renforcement de noyaux d’élites fondateurs, source d’émulation et d’amélioration constante des qualités des vins. Dans les vignobles de la coopération, le rôle du « noyau d’élite » est presque toujours joué par la cave coopérative à l’origine de la résurrection du vignoble.

11En résumé le troisième pilier est cette hiérarchisation interne, entre « noyaux d’élite » mais aussi à l’intérieur de chacun d’eux.

Des vins d’assemblages

12Comparé à son grand rival bourguignon, le vignoble bordelais se caractérise par un encépagement complexe lié en grande partie au choix de cépages en limite de zone de culture, pour une meilleure expression de ses caractéristiques, donc une culture toujours un peu risquée pour une meilleure « typicité ».

13Cette complexité a été aussi rendue nécessaire (et possible) par la variabilité des sols viticoles girondins tout comme celle des conditions climatiques. Lors de la reconstitution post-phylloxérique, les cépages retenus le furent pour leur adaptabilité aux porte-greffes américains mais aussi afin de faire face le mieux possible à cette grande diversité des conditions naturelles.

14Les vins de Bordeaux sont ainsi des vins d’assemblage, ce qui pour beaucoup leur confère une « complexité » et une « finesse » que ne peuvent qu’exceptionnellement retrouver les vins mono-cépage. En résumé, le quatrième pilier est constitué par ces vins d’assemblages originaux, peu reproductibles.

15Ces valeurs patrimoniales rappellent, ainsi que nous l’avons souligné ci-dessus, que le vignoble bordelais doit être considéré comme un système double, avec vins de terroirs géographiques et vins de marques. Si le respect de ces valeurs paraît imposer un renforcement de la filière aval pour les vins génériques, il conduit tout naturellement vers une reterritorialisation en renforçant ses terroirs géographiques.

Reterritorialiser une partie de la production

16Il est généralement admis aujourd’hui que l’avenir du vignoble bordelais repose en partie sur un équilibre entre des vins de terroirs géographiques clairement identifiés, commercialisés à des prix suffisamment rémunérateurs et des vins plus basiques à prix plus modérés. Les premiers sont indispensables pour maintenir en place le potentiel d’entreprises paysannes capables de les faire vivre. On doit alors accepter un renforcement de la gouvernance locale.

Une gouvernance du terroir renforcée

17C’est donc à la gouvernance du terroir qu’il faut s’attacher. Définir le terroir implique alors de prendre aussi en considération son mode de gouvernance. Pour assurer la durabilité, il faut associer au concept de terroir toutes les caractéristiques d’une gouvernance, véritable pouvoir partagé et troisième voie de la gestion publique fondée sur une logique entrepreneuriale, avec une redéfinition des rapports entre les pouvoirs publics et les administrés, mais aussi entre le local et le global.

  • 1 Gaudin Jean-Pierre, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Scienc (...)

18Ce processus de l’action collective décrit souvent comme un changement de style de gouvernement1 apparaît comme une constante, dès l’origine des terroirs, dans les analyses géo-historiques menées sur les terroirs vitivinicoles. La gouvernance de ces derniers paraît être une réalité très ancienne et une preuve, parmi d’autres, de la valeur de modèle du terroir comme mode de gestion contemporaine des espaces ruraux. Ce sont les acteurs qui ont structuré et structurent véritablement le terroir car ils gèrent les interrelations entre toutes les composantes du système.

19La question de l’avenir du terroir devient dès lors celle de la façon de gouverner le local de sa production dans le cadre d’une politique publique qui, de nationale, est devenue européenne et qui demain sera sans doute mondiale.

20Se pose dès lors la question du lieu du pouvoir. Où sont et surtout où seront les véritables pouvoirs décisionnels ? Dans le terroir ? À Paris ? À Bruxelles ? Dans les nombreuses récriminations des acteurs, le poids du « centre » est toujours vécu comme un obstacle alors même que les filières agricoles sont très largement autogérées. Ce vécu, qui paraît en contradiction avec la réalité, est lié essentiellement à un fonctionnement aléatoire des instances locales où seuls quelques acteurs impliqués ont trouvé leur place. La majorité silencieuse observe et manifeste mais participe peu. Or l’avenir des terroirs passe bien par la responsabilisation de chacun des acteurs locaux et dans la nouvelle loi, le rôle des collectivités locales est fondamental. Or, une fois encore, cette loi est vécue comme une contrainte imposée. Elle ne correspond en rien à un projet des communautés de producteurs concernés ou des collectivités incluant les producteurs. Nous retrouvons ici la question de la démocratie locale et du droit à l’expression. C’est en suscitant des ODG, organismes de défense ( !) et de gestion, dynamiques, responsables dans tous les sens du terme, réactifs et donc décisionnels, y compris dans des choix menaçant la vie du terroir, que l’on permettra au plus grand nombre de terroirs de vivre. L’avenir des terroirs et la diffusion du modèle dans le monde requièrent des systèmes ouverts sur des projets plutôt que fermés sur des règlements, assurant la médiation plus que la protection et le repliement, des OMG (organisme de médiation et de gestion) plus que des ODG.

21Sans doute aussi cela implique une plus grande rigueur dans la gestion de la marque collective qu’est l’appellation d’origine contrôlée par les syndicats de producteurs : l’assurance de la qualité est devenue un enjeu désormais incontournable et la mobilisation du plus grand nombre des adhérents est le véritable enjeu pour une nécessaire opérationnalité stratégique. Mais il n’est pas douteux aujourd’hui que l’existence des terroirs repose sur une politique publique menée en France par l’INAO. On lui reproche un fonctionnement trop administratif et surtout une certaine ingérence dans les affaires locales, sous-entendu un poids trop important dans la gouvernance des terroirs. « Ne jetons pas l’INAO avec l’eau du bain » devait lancer René Renou, président de l’INAO en 2000. Ce serait en effet la pire des solutions. L’existence de l’Institut a été et reste un atout incontournable du succès des terroirs. Il reste le seul garant du respect de la politique publique mise en œuvre depuis le début du XXe siècle. L’enjeu est aujourd’hui de fixer clairement les missions de ses agents dans le respect des responsabilités qui seront confiées aux ODG.

  • 2 Berthomeau Jacques, Rapport au ministre de l’Agriculture sur la filière vin française, 11 juillet (...)

22Par ailleurs, promouvoir l’agriculture de terroir à l’européenne sous-entend le renforcement incontournable de l’organisation de la filière. Au moins autant que l’émergence de grands opérateurs, comme le suggère le rapport Berthomeau2, seule l’amélioration de l’efficacité des interprofessions vitivinicoles, voie originale de cogestion de la filière par la profession, est capable de maintenir compétitifs les vignobles européens. Sans doute la solution passe-t-elle par des regroupements comme cela vient de se faire dans la vallée de la Loire ou en vallée du Rhône. Il faut en effet regrouper les moyens financiers pour lutter à armes égales avec les grands opérateurs anglo-saxons.

  • 3 Les Privilèges de Bordeaux pendant la période anglaise et sous l’Ancien Régime, la délimitation de (...)

23Cette réflexion sur l’organisation interprofessionnelle de la filière vitivinicole est une des clés de la réussite des vignobles traditionnels européens face aux difficultés annoncées. Après une longue période d’euphorie, l’avenir est incertain et c’est par le renforcement de sa spécificité, de sa culture vitivinicole et de son organisation, donc de ses terroirs que l’Europe assurera celui-ci. Si dans le passé, la protection de la rente a été subordonnée à la territorialisation3 à toutes les échelles, aujourd’hui, dans la mondialisation, l’avenir de la viticulture européenne repose sur la promotion de cette dimension territoriale. Le terroir géographique devient donc l’élément central et emblématique d’une politique publique revisitée. Ainsi mobilisé, il devient tout à la fois une arme pour la défense d’un patrimoine collectif, pour le maintien de campagnes vivantes et pour la promotion du vin.

24L’évolution climatique est aujourd’hui pour les acteurs une remise en cause du monde vitivinicole dans l’espace comme dans le temps. C’est un démenti cinglant pour tous ceux qui croyaient aux vertus d’un « terroir » idéal et éternel assurant pour toujours la renommée et la suprématie des vins qui y sont produits. Ce terroir « naturel » n’est qu’une pièce d’un puzzle complexe, d’un système géographique « terroir » qui, comme tout système, a besoin de se renouveler pour survivre. Cette donc cette capacité d’innovation, d’adaptation aux mutations de l’environnement, qu’il soit naturel, économique ou social qui assurera l’avenir des terroirs et avec eux des vignobles.

25Processus de coordination des acteurs, expression de leur personnalité à l’œuvre pour faire d’un produit une véritable signature du territoire, le terroir géographique devient bannière, signe distinctif en respectant les principes fondamentaux d’appartenance et d’identité. L’avenir du terroir paraît aujourd’hui essentiellement lié aux synergies avec les politiques de développement local, tant il est devenu un puissant outil de mobilisation et d’ancrage local.

26C’est à ce prix, nous semble-t-il, que le terroir peut participer au maintien d’une viticulture durable sous nos latitudes tempérées occidentales. Avec l’échelle locale est posée d’emblée la question de la gouvernance territoriale. À l’échelle du terroir géographique, celle-ci est exercée aujourd’hui par les nouvelles ODG.

Appellation, terroir et ODG, quelle cohérence territoriale ?

27Cette question est posée d’emblée par les textes où apparaît principalement le contrôle du produit. La réponse peut être développée en 4 points.

L’ODG, la gestion d’un produit et non d’un terroir

28Appelés à remplacer les syndicats d’appellation, les ODG traduisent la volonté de séparation entre deux missions, hier confiées aux syndicats de défense de l’appellation : le contrôle des signes de qualité et d’origine d’une part, celui leur défense et leur gestion de l’autre.

29La première est à la charge des nouveaux organismes de contrôles « indépendants ». La seconde est dévolue désormais à l’ODG qui constitue un engagement collectif de tous les opérateurs puisque l’adhésion est obligatoire pour obtenir la labellisation d’un produit. L’ODG a pour mission la gestion et la défense de l’appellation : conditions de production (rendement, cépages, plantation), conseils techniques aux producteurs, défense de l’appellation. Il élabore ainsi le cahier des charges, mais il a également une mission de contrôle interne auprès des producteurs sur les conditions de production. C’est également lui qui propose les plans de contrôle et d’inspection et choisit l’organisme pour le mener à bien. Les cotisations d’adhésion à l’ODG sont désormais obligatoires. A contrario, les cotisations syndicales sont volontaires. Enfin, un ODG correspond à une appellation, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent, plusieurs syndicats pouvaient coexister au sein d’une même appellation. En revanche, il est possible d’avoir un ODG pour plusieurs appellations.

30Au-delà d’une incontestable clarification de son rôle, la création de cet organe de base de la filière vitivinicole pose indirectement la question des terroirs. Beaucoup y ont vu une occasion de repenser la gouvernance pour donner au terroir tout son sens : un espace construit et façonné par une société qui au fil du temps a su donner à ses vins typicité et renommée. Il n’est pas certain, à l’heure de la mise en œuvre, qu’ils aient encore raison. L’ODG gère, en effet, des produits et non des lieux puisque sur un même espace peuvent coexister plusieurs produits relevant d’appellations et donc d’ODG différents.

31Or ne devait-on pas profiter de cette réforme pour mener à bien cette nécessaire clarification territoriale qui aurait permis d’éviter sur un même espace viticole la superposition de pouvoirs et de réglementations ? Ne fallait-il pas saisir l’opportunité de donner aux structures de base du vignoble une dimension territoriale capable de lui assurer les moyens de son fonctionnement dans un environnement extrêmement complexe ?

32Nous aborderons maintenant ces deux points ici soulevés à travers des exemples du Bordelais.

ODG et gouvernance des terroirs : quelle clarification ?

33Les nombreux rapports publiés lors de la préparation de la réforme recommandent une clarification de l’offre au travers d’une meilleure segmentation des vins. L’avenir de nombreux vignobles français et européens est en effet lié à l’avenir de la rivalité entre les vins de terroirs et les vins dits « industriels », tels que nous les avons définis. Les seconds sont des vins dont la typicité est essentiellement dépendante des choix techniques de l’entreprise productrice. Les premiers sont des vins géographiques dont la personnalité est liée à un terroir lui aussi géographique.

34C’est donc la complexité du système géographique « terroir » qu’il nous faut prendre en compte pour en mobiliser tous les ressorts. Et parmi eux, il en est un, trop peu souvent mis en exergue, le système d’action, lieu des jeux conflictuels entre les acteurs du terroir. Ce sont les acteurs qui structurent le terroir et en font un système. Sans société pas de terroir ! Ce sont les hommes qui construisent et gèrent les interrelations entre toutes les composantes du système (document 3).

35La question de la gouvernance devient donc essentielle pour construire l’avenir des terroirs ; il s’agit bien de construction dans la mesure où rien n’est jamais acquis, la crise récente l’a bien démontré. Or il est de plus en plus clair que cet avenir passe par une réelle gouvernance, telle qu’évoquée plus haut, associant tous les partenaires de ce territoire complexe qu’est le terroir. Défendre et gérer un terroir, c’est, répétons-le, renforcer la gouvernance locale en associant tous les partenaires, producteurs, metteurs en marché, politiques locaux mais aussi les consommateurs. C’est assurer la coordination d’un groupe d’acteurs à l’œuvre pour faire d’un produit une véritable signature du territoire, le terroir devient bannière, signe distinctif en respectant les principes fondamentaux d’appartenance et d’identité.

36Dans cette optique, la référence devient le terroir-territoire et non plus seulement le terroir-produit comme bien souvent dans le système des syndicats d’appellation. Or, si appellations et terroirs se superposent assez (trop) souvent, en Bordelais comme ailleurs, il est des situations complexes où sur un même espace les appellations se superposent avec des cahiers des charges différents et des syndicats d’appellation différents. L’exemple le plus probant est sans conteste celui des Bordeaux et Bordeaux supérieurs. Ces vins peuvent être produits sur l’ensemble des espaces délimités de la Gironde alors que sur certaines parcelles la possibilité est donnée aux viticulteurs de produire des vins d’autres appellations, comme des médocs, des graves ou des sauternes mais aussi bien sûr des grands crus classés.

37Si la logique de mise en place des ODG reste celle des appellations, ce qui paraît devoir être le cas, quelle gestion territoriale pour ces terroirs qui dépendront de plusieurs organismes, avec possibilité d’en changer au gré des déclarations de récoltes ? Quelle gestion du terroir sera possible dans le sud des Premières Côtes de Bordeaux où un producteur pourra, pour la même parcelle encépagée en blanc, relever soit de l’ODG Bordeaux et Bordeaux supérieur, soit de l’ODG Premières Côtes de Bordeaux et Cadillac, soit d’une ODG de vins liquoreux regroupant les appellations Loupiac, Sainte-Croix-du-Mont ? (document 28).

Document 28 - L’emboîtement des appellations en rive droite de la Garonne entre Langon et Bordeaux

Document 28 - L’emboîtement des appellations en rive droite de la Garonne entre Langon et Bordeaux

L’ensemble des coteaux de rive droite bénéficie également des appellations « Bordeaux » et « Bordeaux supérieur ».

38Une simplification est réclamée par l’ensemble de la profession. Une bonne gestion des terroirs pour adapter les productions aux marchés ne commande-elle pas une gouvernance des terroirs géographiques, entre les mains d’un seul ODG par terroir viticole ? Celle-ci pourrait concerner plusieurs appellations puisque souvent en Gironde il est possible de revendiquer « bordeaux » et une dénomination locale. De plus ne faudrait-il pas rejeter la possibilité d’y inclure les vins de pays ? Il aurait fallu sans aucun doute une réforme plus en profondeur de la carte des appellations mais n’est-ce pas à ce prix que l’on aurait pu donner à l’ODG-terroir les moyens d’une bonne défense et gestion ?

39C’est bien là que devrait se situer uns des objectifs de la réforme, ce qui pose aussi la question de la taille requise pour des ODG efficaces et opérationnels.

ODG et structuration spatiale des vignobles

40La pertinence des ODG renvoie à la question des moyens et donc à celle d’un volume de cotisations suffisant pour accomplir les « tâches » de gestion rendues obligatoires par la loi, complétées par d’autres revenus pour mener à bien les actions nécessaires à la bonne défense de la ou des appellations concernées. Ceci pose dès lors la question de l’échelle de la gouvernance des terroirs que nous illustrerons par le cas d’un des terroirs emblématiques du Bordelais puisque inscrit au Patrimoine mondial par l’Unesco.

41L’appellation Saint-Émilion est mondialement connue et constitue l’un des trois noyaux d’élites du Bordelais avec le Médoc et le Sauternais. L’actuel syndicat regroupe une centaine de viticulteurs, répartis sur les neuf communes de l’ancienne juridiction médiévale et de l’actuelle communauté de communes. Il était présidé, jusqu’en avril 2013, par un winemaker mondialement connu, Hubert de Boüard, propriétaire du château l’Angelus.

42Pour accroître les moyens et l’efficacité de la communication, il a entrepris très tôt de fédérer au sein d’une Union des Vins de Saint-Émilion, Fronsac, Pomerol, les nombreuses appellations locales et a proposé de créer une ODG avec l’union des Satellites de Saint-Émilion (Montagne-Saint-Émilion, Lussac-Saint-Émilion et Puisseguin-Saint-Émilion). Mais, très vite, Montagne-Saint-Émilion a refusé le projet et a préféré rester indépendante, par peur d’être englouti par une machine géante et d’être inféodé à Saint-Émilion. Nous retrouvons-là, comme dans les développements de l’intercommunalité, les craintes traumatiques de perdre pouvoir, autonomie et à terme son identité. Finalement, seuls deux satellites se sont associés à ce projet. Cette ODG s’appelle Conseil des vins de Saint-Émilion. Les 37 membres du Conseil d’administration se répartissent de la façon suivante (document 29) :

Document 29 - Répartition des sièges au Conseil d’administration de l’ODG Conseil des vins de Saint-Émilion

Nombre de sièges

AOC Saint-Émilion et Saint-Émilion Grand Cru

AOC satellites de Saint-Émilion

Opérateurs non récoltants

Coopération

4

0

0

Crus Classés

6 (dont 1 Grand Cru Classé)

0

0

Crus Indépendants non classés

11 (dont 3 pour la commune de Saint-Émilion et 1 par commune de l’appellation)

8 pour l’AOC Lussac Saint-Émilion
6 pour l’AOC Puisseguin-Saint-Émilion

0

Négoce

0

0

1

43Cet exemple souligne bien la difficulté de dépasser le cadre des structures traditionnelles tant les producteurs sont enfermés dans des logiques de production avec une grande difficulté à se projeter dans le monde et dans le futur et ce même quand un leader trace la voie à suivre. Il se pose aussi la question essentielle de la structuration d’un vignoble autour de noyaux d’élites, lieu de production des innovations (voir cartes 12 et 15).

44Mais les pesanteurs organisationnelles et finalement une remise en cause a minima par les seuls professionnels de la filière n’a pas, semble-t-il, permis une réforme en profondeur jugée pourtant incontournable au vu de l’importance de la crise jugée plus structurelle que conjoncturelle.

45Notons toutefois que l’on observe tout de même quelques situations qui paraissent évoluer dans le sens d’une clarification territoriale. Ainsi en Bordelais, le Médoc et le Haut-Médoc se sont unis au sein d’un même ODG. Saint-Émilion, nous venons de le voir, coopère avec certains satellites.

46Au-delà du choix de l’échelle de gouvernance des terroirs, la nature même de la gouvernance est aussi objet de débat et, une fois encore, Saint-Émilion est un exemple particulièrement pertinent.

ODG et terroir : quelle gouvernance ?

47Saint-Émilion a été le premier paysage viticole inscrit au Patrimoine mondial par l’Unesco. Sans revenir sur la genèse de cette inscription, il semble que l’initiative fut essentiellement « politique », le président (un viticulteur) de la Communauté de communes (dont le périmètre est celui de l’appellation) répondant à une sollicitation du ministère de la Culture. L’affaire fut promptement montée avec le concours des Bâtiments de France afin qu’un vignoble français fût le premier inscrit sur une liste qui aujourd’hui s’allonge. Très vite le syndicat de l’appellation manifesta une profonde désapprobation, s’estimant, à juste titre, tenu à l’écart.

48Loin d’entrer dans la polémique qui oppose toujours les deux organismes dans la gestion de ce label, la question de la gouvernance d’un terroir apparaît comme centrale. En effet, il existe un problème de délimitation des pouvoirs entre les différents acteurs de l’appellation. Les viticulteurs membres des conseils municipaux pensent qu’ils représentent le monde viticole au sein des assemblées territoriales auxquelles ils participent. Et lorsque le syndicat tente de faire comprendre à ces élus qu’ils ne peuvent pas mélanger les missions inhérentes à leurs mandats, même de bonne foi, ils se sentent agressés, soumis à un pouvoir autoritaire du syndicat. Cette situation est souvent source de quiproquos et de tensions entre les différentes organisations, comme ce fut le cas lors de l’inscription de l’ancienne juridiction au patrimoine mondial. Qui de la Communauté de communes ou du syndicat de l’appellation, tous deux gestionnaires de ce territoire, avait le plus de légitimité pour porter le dossier ? Qui est le plus à même de permettre le maintien du site dans ce classement ?

49Les deux, bien sûr ! Cependant, si aujourd’hui le président du syndicat participe aux réunions de la Communauté de communes consacrées aux territoires viticoles, le dossier est entre les mains de la collectivité territoriale alors qu’il devrait au moins être cogéré par les deux organisations.

50Nous avons là un cas exemplaire dans la mesure où il y a une parfaite superposition des deux territoires, un territoire politico-administratif de la Communauté de communes et le terroir viticole. Pourtant, la « gouvernance » ne fonctionne pas ou très mal. On n’y trouve pas, en effet, un processus continu de coopération et d’accommodement entre intérêts divers et conflictuels, ainsi que l’exige la « bonne » gouvernance.

51Celle-ci est avant tout une forme interactive de gouvernement dans lequel les acteurs publics et privés, tout comme les autres groupes d’intérêts de citoyens, participent à la définition des affaires publiques, de la politique. La gouvernance requiert la participation de l’ensemble des acteurs du territoire concerné, politiques, professionnels, usagers (citoyens). On en est loin à Saint-Émilion, comme pour beaucoup de terroirs viticoles.

  • 4 L’Office national interprofessionnel des fruits, des légumes, des vins et de l’horticulture, appel (...)

52En parallèle à cet échelon organisationnel de base de la filière des vins de qualité, la réforme en cours vise également à restructurer l’ensemble du monde vitivinicole avec la mise en place d’un échelon intermédiaire entre celui-ci et le niveau national. Ses bras armés en sont l’INAO, Viniflhor4 et les bassins de production. Ceux-ci ont pour mission de mieux gérer l’adéquation entre la production et les marchés. Leur rôle est essentiel pour les vins de pays ainsi que pour les vins régionaux. Leur fonctionnement est donc directement lié à une bonne segmentation de la production avec des vins de terroir bien identifiables en regard de vins régionaux ou génériques.

Une meilleure segmentation

53Une meilleure segmentation est indiscutablement une des clés de l’avenir des vins de terroirs, et donc des territoires viticoles en Bordelais. Celle-ci pose le problème, déjà ancien mais jusqu’ici irrésolu, de la cohabitation entre des vins de qualités différentes.

Bordeaux et la mixité, d’hier à aujourd’hui

54À Bordeaux, la diversité de la production, et donc la cohabitation de vins de qualités différentes remontes au moins au XVIIIe siècle avec, nous l’avons noté, l’arrivé des marchands hollandais acquéreurs de vins nouveaux : des vins blancs surtout moelleux très prisés dans les pays du Nord de l’Europe ; des vins noirs dits vins de cargaison pour l’exportation vers les colonies et les autres marchés lointains ; des vins blancs de chaudières pour la production d’eau-de-vie. Parallèlement, le déclin du claret, concurrencé par les vins du Douro sur le marché anglais a contraint certains producteurs à s’adapter à l’évolution du goût anglais. Le marché des vins connaît alors une véritable révolution qui se traduit par une diversification de plus en plus marquée de la production et par une identification toujours plus affirmée des territoires de production. Des phénomènes de distinction introduisent ainsi une fragmentation du vignoble avec une spécialisation de régions entières dans un type de vin ou un autre. Cette mixité de la production est ainsi directement liée à la demande et se traduit par l’affirmation de terroirs géographiques déjà bien identifiés.

55Ces « terroirs » sont confirmés tout au long du XIXe siècle par les classements qui fixent les hiérarchies puis par la mise en place de zones d’appellations d’origine qui deviennent contrôlées en 1935-1936, donnant au vignoble le visage que nous lui connaissons aujourd’hui. Jusque dans les années 1960, cette diversité s’articule autour de deux grandes catégories de vins : les AOC et les vins de table. La Gironde est alors un gros producteur de vins de consommation courante, surtout des vins blancs constituants à eux seuls à peu près la moitié des récoltes annuelles. Le vignoble bordelais participe ainsi aux deux marchés que le monde du vin à toujours connu, celui des vins de soif et celui des vins dits de qualité.

56C’est une décision « politique » des acteurs de la filière qui engagea le monde viticole bordelais dans le tout AOC et, par conséquent, dans l’unanimisme du « château » actuel. Parallèlement, le vignoble bordelais, aujourd’hui essentiellement producteur de vins rouges, connaissait une production beaucoup plus équilibrée entre les différentes couleurs. Ainsi, en 1970, les vins blancs représentaient plus de la moitié des volumes, soit 2,8 millions hl, répartis entre blancs moelleux et liquoreux et blancs secs contre 2,6 pour les vins rouges et rosés.

57On peut se demander aujourd’hui si le choix du « tout AOC » et le glissement de la quasi-totalité de la production vers les vins rouges n’est pas à l’origine des difficultés de vins régionaux « bordeaux » dont une partie relèverait davantage de la catégorie des vins de pays que d’AOC digne de ce concept. Y a-t-il la place sur le marché mondial pour trois millions d’hectolitres de bordeaux régionaux rouges chaque année, dans la catégorie des « vins branchés (super premium wines) » ? Or cette catégorie est la seule apte à permettre de supporter les frais de production dans nos vignobles traditionnels. Ou bien faut-il revenir vers un vignoble à deux vitesses ?

58Du point de vue de la segmentation de l’offre des vins de Bordeaux, ces interrogations trouveraient une réponse dans une clarification plus géographique où, à l’ombre des grands crus, des vins de terroirs valoriseraient une viticulture paysanne alors que des vins régionaux constitueraient les vins d’entrée de gamme concurrentiels sur le marché mondial (document 30).

59Au début du 3e millénaire, le vignoble de Bordeaux reste structuré suivant les deux logiques qui l’ont animé tout au long du XXe siècle avec l’appellation bordeaux et les appellations régionales. Plus que la distinction, c’est le maintien de deux marchés du vin qui paraît, en effet, être le moteur essentiel du monde du vin. L’existence de ces deux marchés pose alors la question de la relation entre l’image du bordeaux et la diversité de ses composantes. Se dessine le rapport paradoxal entre la production d’un ensemble et celle de ses parties constituantes, le resserrement ou l’écartèlement des liens logiques initiaux, l’emboîtement des appellations (voir document 28).

  • 5 Extrait de Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs des vins d’AOC, op. cit.

Document 30 - Pour une clarification géographique de l’offre des vins de Bordeaux5

Document 30 - Pour une clarification géographique de l’offre des vins de Bordeaux5

60Image brouillée, Bordeaux paraît hésiter depuis bien longtemps entre viticulture de terroir et viticulture industrielle. Ce n’est certes pas le seul paradoxe, mais il est sans doute l’un des plus constitutifs du vignoble car il en conditionne le fonctionnement, la gestion des terroirs et de leurs composantes visibles, les paysages. La prise en compte de ce paradoxe est déterminante pour l’avenir.

La mixité aujourd’hui : une gestion délicate de l’image

61Dans ce système complexe, la qualification par les paysages est devenue depuis quelques années un enjeu pris en compte par la filière, notamment en relation avec l’essor du tourisme vitivinicole. Aujourd’hui le paysage fait partie du patrimoine viticole, il est intimement lié à l’image du vin de Bordeaux. Pour les professionnels de la filière, toute dégradation de ces paysages porte atteinte à la réputation du bordeaux.

62À partir du récent classement au registre du patrimoine mondial de l’Unesco du vignoble de Saint-Émilion, il paraît possible de définir un prototype du paysage de qualité en Gironde. Celui-ci serait composé de coteaux partiellement aménagés en larges terrasses couvertes par le damier ordonné des parcelles viticoles de taille souvent modeste ; quelques bosquets composent, avec les ripisylves des fonds de vallons et les couronnes boisées des sommets de coteaux, un paysage de campagne-parc, parsemé de châteaux. La qualité paraît dès lors requérir ordre, méticulosité, soin, esthétique « à la française » mais aussi respect des traditions, de l’histoire ; elle repose sur le labeur visible et compréhensible fondé, sur le respect tout aussi visible de l’environnement. Que donne alors ce modèle du beau paysage viticole appliqué aux autres vignobles de renom du Bordelais ? Quels sont les écarts au modèle ?

Le paysage des « grands terroirs », un patrimoine culturel

63En Médoc, comme en Sauternais (photo 4) ou dans les Graves de Pessac-Léognan, se dévoile le même jardinage, encore plus accentué en Médoc où la densité atteint près de 10 000 pieds à l’hectare. On y découvre la même structure de l’habitat dominée par les « châteaux ». Par contre, le modelé est plus doux ; il correspond aux pentes atténuées des croupes graveleuses, résultat du démantèlement des terrasses de la Garonne. Finalement, les éléments déterminants de la beauté du paysage seraient non pas liés au milieu naturel mais bien davantage au labeur humain. Le beau paysage viticole est un paysage construit, un paysage social plus que naturel, un paysage anthropique. Comme dans de nombreuses activités dites de « terroir », les producteurs vendent aussi autant un lieu qu’un produit ou un savoir-faire.

Photo 4 - Un château Grand Cru classé, Yquem

Photo 4 - Un château Grand Cru classé, Yquem

© Jean-Claude Hinnewinkel.

Le paysage des vignobles régionaux, la marque du productivisme

64Ailleurs en Bordelais, les paysages des régions productrices des vins régionaux « Bordeaux et Bordeaux supérieur » invitent à une lecture différente voire opposée. Leurs paysages portent la marque d’une logique productiviste. En Entre-deux-Mers central et oriental (photo 5), la monoculture de la vigne est une option assez récente ; elle s’est largement répandue depuis un quart de siècle environ. Sur les douces ondulations de ces plateaux karstiques, les vastes parcelles résultant d’un remembrement officiel ou spontané composent un paysage assez monotone que viennent à peine troubler les boqueteaux de chênes et de pins mêlés qui signalent des buttes résiduelles avachies. Là, règnent les vignes larges et hautes, moins de 3 000 pieds à l’hectare où l’utilisation de désherbant est systématique réduisant ainsi les travaux. C’est à ce prix que les viticulteurs peuvent soutenir la concurrence et alimenter les linéaires de la grande distribution avec des vins attractifs, au moins en ce qui concerne le prix. L’impression de jardinage que l’on a à Saint-Émilion ou dans le Médoc n’apparaît pas ici. Dans ce vignoble, somme toute assez récent, pas de constructions ostentatoires des XVIIIe et XIXe siècles, mais des caves coopératives et des châteaux viticoles qui se signalent plus par leurs hangars métalliques et leurs citernes extérieures que par leur qualité architecturale. Certes le paysage reste dans l’ensemble soigné, l’habitat ancien ayant été le plus souvent restauré, signe d’une richesse économique certaine. Mais il ne s’agit que très peu d’un paysage dentelé, finement entretenu et donnant l’impression d’une construction ancienne et douloureuse. Les exploitations sont dans l’ensemble de grande taille, et si la vente directe à la propriété se développe sous l’influence du tourisme, elles alimentent principalement le grand négoce bordelais. La taille des tracteurs rencontrés et la faible densité humaine accroissent l’impression de grande culture. Un paysage du même type se retrouve dans le nord de la Gironde. La marque d’une logique productiviste l’emporte sur celle de la tradition

Photo 5 - Vignoble Entre-deux-Mers : la dominance des vignes larges

Photo 5 - Vignoble Entre-deux-Mers : la dominance des vignes larges

© Jean-Claude Hinnewinkel.

Les paysages des vignobles « entre-deux »

65Entre ces deux modèles paysagers, les autres régions girondines offrent l’image de territoires qui cherchent leur identité. Ce sont d’abord, en rive droite de la Garonne (photo 6), entre Langon et la métropole, les Premières Côtes de Bordeaux, puis, bordant la Gironde au nord, Bourgeais et Blayais. Enfin le long de la Dordogne, les Côtes de Castillon en rive droite font face à Sainte-Foy-Bordeaux et aux coteaux du nord de l’Entre-deux-Mers sur la rive gauche. Toutes sont des régions d’ancienne tradition viticole, où sur des pentes souvent assez fortes, la vigne est depuis au moins la période anglaise une culture spéculative de première importance. On y trouve des appellations de renom, comme Sainte-Croix-du-Mont, Loupiac ou Cadillac pour les vins liquoreux, Bourg, Graves de Vayres pour des vins rouges ou des vins secs ou encore les Côtes de Castillon, appellation qui « monte », avec un excellent rapport qualité/prix, si l’on reprend les conclusions des spécialistes. Ces régions de côtes offrent à l’observateur un patchwork complexe car elles associent dans un même lieu des exploitations relevant, les unes de la grande culture viticole et d’autres du jardinage. Il s’en suit un paysage assez hétéroclite. La mosaïque des petites pièces de vigne disposées en tous sens, répondant ainsi aux nuances topographiques, se mêle aux vastes parcelles issues d’un remembrement spontané accompagné d’un vigoureux remodelage de la pente ; celui-ci mis en œuvre pour privilégier la longueur des rangs et ainsi faciliter la mécanisation, au prix d’une érosion souvent importante. Le plus souvent, les premières sont à densité de pieds assez élevée, du type Saint-Émilion ou Graves avec 4 500 pieds à l’hectare ; le sol est soit enherbé, soit travaillé, de plus en plus souvent les deux en alternance un rang sur deux ; ce sont les caractéristiques d’une viticulture de qualité. Les autres se rapprochent des conditions de la viticulture productiviste avec des vignes larges et désherbées. La diversité paysagère est renforcée par l’existence de friches qui couvrent parfois, comme à Sainte-Croix-du-Mont, les pentes les plus fortes. Celles-là même qui, au siècle dernier, étaient le fleuron de la production de vin de qualité. La même opposition se retrouve d’ailleurs dans le bâti avec la cohabitation de véritables châteaux, héritiers des domaines du XIXe siècle et, souvent à faible distance, les cuves inox en plein air de grosses exploitations plus récentes où la tôle l’emporte sur la pierre.

66Ce patchwork est bien sûr la matérialisation visuelle des incertitudes que connaissent les appellations régionales ou locales dont le positionnement intermédiaire dans l’échelle des prix n’assure pas toujours une bonne valorisation de la qualité. D’où des déclarations en vins génériques importantes en lieu et place des appellations locales et, faute de revenus suffisants, des structures syndicales d’appellations locales peu efficientes dans leur combat en faveur de la requalification des vins. Entre le choix de dividendes substantiels procurés par la vente des vins génériques ces dernières années et celui des plus-values, bien souvent aléatoires, d’une politique de qualité, les assemblées générales de viticulteurs sont souvent houleuses et les positionnements personnels tranchés. L’identité de l’appellation reste ainsi mal affirmée. Nous retrouvons ici encore le problème de la gouvernance territoriale.

Photo 6 - Vignoble de côtes : vignes larges et vignes traditionnelles mélées

Photo 6 - Vignoble de côtes : vignes larges et vignes traditionnelles mélées

© Jean-Claude Hinnewinkel.

Une délicate cohabitation

67Cette cohabitation entre une vitiviniculture du terroir et une vitiviniculture plus industrielle est la source essentielle des difficultés de gouvernance du vignoble bordelais comme de ses terroirs. La viticulture de terroir repose sur des territoires vitivinicoles locaux et régionaux de plus en plus structurés avec un encadrement professionnel et économique marqué. Le cru en est le concept de base. La viticulture industrielle s’articule sur une autre représentation culturelle du vin, basée sur le concept d’assemblage de vins différents pour un produit de qualité constante, génératrice de vins plus techniques, des vins sans terroir, des vins de marque et/ou de cépages.

68Concilier les deux sur un même espace relève parfois de la gageure. Pourtant c’est la situation de la plupart des appellations régionales, sinon communales. C’est aussi ce problème que doivent résoudre aujourd’hui les membres de la filière avec l’apparition en Gironde des vins de pays de l’Atlantique. Sur une même exploitation, comme en Languedoc, citernes de vin de pays issus d’une viticulture industrielle peuvent côtoyer les barriques des vins de terroir. L’agrément des exploitations prévu dans le cadre de la réforme en cours devient un acte essentiel de la reconnaissance d’une appellation.

69Si Bordeaux, poussé par le succès des vins rouges dans les années 1980 puis surtout 1990 s’est laissé glisser vers une « monoproduction » de vins rouges de qualité supérieure en délaissant à d’autres le marché des vins blancs, ne le doit-il pas à un déficit de gouvernance, à des choix laissés aux seuls professionnels du vin, ou plus exactement à une partie influente de ceux-ci, à savoir le syndicat des bordeaux ? Leur projet n’a-t-il pas péché par manque de considération pour la complexité du vignoble bordelais ? Poser cette question, c’est bien évidemment rappeler que le devenir des terroirs, celui des territoires qui les portent est essentiellement une question de projet et tout particulièrement de projets de renforcement, de consolidation des terroirs géographiques.

Réinventer les terroirs géographiques

  • 6 Voir ci-dessus, Première partie.

70Compte tenu de sa trajectoire sur la flèche du temps, l’avenir d’une partie du vignoble bordelais paraît bien passer par une réactivation de ses terroirs géographiques qui ont constitué l’un de ses piliers essentiels. La permanence de ceux-ci reposant tout particulièrement sur la force des noyaux d’élites6 ; les renforcer ou les développer pourrait sans doute être une piste fructueuse pour les prochaines décennies.

Revenir aux fondements des terroirs géographiques

71L’ancrage géographique des appellations d’origine est une donnée incontestable. Ce sont des groupes de viticulteurs organisés en syndicats d’appellation par quelques leaders locaux qui ont délimités leur terroir en fonction des « usages locaux, loyaux et constants » au début du XXe siècle. Cette territorialisation a incontestablement favorisé le développement d’une filière de production de vin de qualité, les vins d’AOC au côté de celui des vins courants. Dans le cadre d’une meilleure segmentation des vins de Bordeaux, le renforcement de celle-ci ne peut qu’assurer une meilleure performance des appellations. Pour y parvenir trois directions de recherche nous paraissent aujourd’hui essentielles.

Faire vivre les territoires par d’authentiques projets de territoire

72Les territoires identifiés, l’objectif a été de les maintenir et de les développer dans le temps face aux incertitudes conjoncturelles, face à la concurrence et aux tentatives des négociants d’accaparer l’essentiel de la plus-value aux dépens des producteurs. La survie d’un territoire viticole, sa durabilité apparaît ainsi largement fonction de la capacité des producteurs à construire leur avenir. Les histoires des vignobles de Porto comme de Bordeaux, mais aussi de Champagne, de La Rioja et de bien d’autres en sont des preuves manifestes. Finalement, les appellations d’origine sont des constructions « syndicales ». Elles sont, avant la lettre, des projets collectifs de développement pour un territoire local de production. C’est ce projet collectif qui, au fil du temps long, a permis à la rente d’appellation de devenir rente territoriale à travers les conflits avec le négoce et les concurrents pour fixer la production contre les velléités de délocalisation. Dès lors, l’avenir des AO, le fonctionnement du territoire ou aire d’AOC revient à la gestion des mécanismes de coopération entre les partenaires, viticulteurs et négociants, mais aussi acteurs politiques, associatifs et économiques locaux. Le fonctionnement des AO revient à la régulation du Politique dans les situations de crise, à la gestion des relations du système avec son environnement. L’appellation, ensemble des mécanismes de coordination et d’incitation mis en place pour la piloter, devient ainsi un ordre local, caractérisé par un contexte d’action structurée par l’interdépendance des acteurs, par leurs échanges économiques ou politiques, mais aussi par l’échange négocié de comportements.

73C’est cet ordre local impliquant tous les partenaires territoriaux concernés, et pas seulement l’ODG, qui doit construire et faire vivre le projet de développement du territoire qu’est l’appellation contrôlée. Comme toutes les constructions territoriales, ensembles organisés d’interactions entre les éléments qui les composent, d’une part, et leur environnement, d’autre part, l’appellation peut disparaître. Sa durabilité implique une efficace gestion de la rente territoriale que seule une bonne gouvernance locale peut assumer.

Faire vivre les territoires par une incontournable gouvernance locale

74Ce processus de l’action collective décrit souvent comme de nouvelles conduites de gestion apparaît comme une constante dans les analyses géo-historiques des territoires vitivinicoles. La gouvernance y paraît être une réalité déjà très ancienne et une preuve, parmi d’autres, de la valeur de modèle viticole comme mode de gestion contemporaine des espaces ruraux. Ce sont les acteurs qui ont structuré et structurent véritablement le projet de territoire car ils gèrent les interrelations entre toutes les composantes du système, s’appuyant sur les valeurs de participation, de négociation et de coordination. Or ces valeurs sont souvent remises en cause par le processus de mondialisation et la pensée néo-libérale qui le sous-tend et paraissent être d’un monde et d’un temps aujourd’hui dépassé.

75La question de l’avenir du territoire devient donc en grande partie celle de la gouvernance locale de la production qui se fonde sur ces valeurs, dans le cadre d’une politique publique qui, de nationale, est devenue européenne et qui demain sera sans doute mondiale. Se pose dès lors la question du lieu du pouvoir. Nous avons vu que dans les nombreuses récriminations des acteurs, le poids du « centre » est toujours vécu comme un obstacle alors même que les filières agricoles sont très largement autogérées. Ce vécu qui paraît en contradiction avec la réalité semble lié essentiellement à un mauvais fonctionnement des instances locales où seuls quelques acteurs impliqués prennent leur part dans la gestion du système. La majorité silencieuse observe et manifeste mais participe peu, se pliant à une sorte d’asservissement volontaire. Or l’avenir des appellations passe par la responsabilisation des acteurs locaux et dans la nouvelle loi, le rôle des collectivités locales est fondamental. Une fois encore, cette loi est vécue comme une contrainte car elle ne correspond pas à un projet des communautés de producteurs concernés ou des collectivités incluant les producteurs. Nous retrouvons ici la question de la démocratie locale.

76Par ailleurs, promouvoir une viticulture de terroir à l’européenne sous-entend le renforcement incontournable de l’organisation de la filière. Au moins autant que l’émergence de grands opérateurs, comme le suggère le rapport Berthomeau de 2001, seule l’amélioration de l’efficacité des interprofessions vitivinicoles, voie originale de cogestion de la filière par la profession, est capable de maintenir compétitifs les vignobles européens. Sans doute la solution passe-t-elle par des regroupements comme cela vient de se faire dans la vallée de la Loire ou en vallée du Rhône : il faut regrouper les moyens financiers pour lutter à armes égales avec les grands opérateurs anglo-saxons, nous le rappelons.

77Cette réflexion sur l’organisation interprofessionnelle de la filière vitivinicole est une des clés de la réussite des vignobles traditionnels européens face aux difficultés annoncées. Après une longue période d’euphorie, l’avenir n’est plus aussi assuré et c’est par le renforcement de sa spécificité, de sa culture vitivinicole et de son organisation, donc de ses territoires que l’Europe assurera celui-ci. Dans la mondialisation, aujourd’hui comme dans le passé, la protection de la rente est subordonnée à la territorialisation à toutes les échelles, L’avenir de la viticulture européenne repose sur la promotion de cette dimension territoriale, avec ce qui la sous-tend, lui donne du sens, la gouvernance collective dans le cadre d’une politique publique. Le territoire ainsi mobilisé devient tout à la fois une arme pour la défense d’un patrimoine collectif, pour le maintien de campagnes vivantes et pour la promotion du vin.

78Projet de développement local durable, le territoire viticole paraît largement porteur d’avenir si l’on veut lui accorder une dimension géographique suffisante pour que le projet lui-même puisse « vivre » et se développer.

Des territoires de projet viables vers un projet de territoire

79Aujourd’hui, le vignoble de Bordeaux compte 57 appellations avec un enchevêtrement quasi inextricable et pas toujours lisible surtout pour le consommateur. Parmi elles, un nombre important sont « défendues et gérées » par des ODG aux moyens bien réduits, tant du point de vue financier faute d’adhérents que du point de vue spatial. Le territoire d’intervention est souvent partagé avec un ou plusieurs autres organismes, notamment celui des Bordeaux - Bordeaux supérieurs.

  • 7 Lavaud Sandrine, « Les liquoreux de la rive droite de la Garonne : origine et construction de leur (...)
  • 8 Hinnewinkel Jean-Claude, « Le territoire vitivinicole, un projet sociétal », art. cit.

80Reprenons, par exemple, le cas des vignobles de coteaux de la rive droite de la Garonne, en amont de Bordeaux (voir document 31). L’appellation de vins blancs liquoreux « Loupiac » est un des plus anciens sites viticoles du Bordelais avec sa villa gallo-romaine ; c’est aussi, dans l’état actuel des connaissances, un des plus anciens centres de production de vins liquoreux7. Elle est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle l’un des foyers les plus actifs de la lutte pour la reconstitution du vignoble après le phylloxera8. Principalement producteurs de vins blancs liquoreux, ses vignerons optent alors pour une appellation communale réservée à ce type de vin exclusivement, qu’ils obtinrent sans difficulté en 1936. Comme tous les autres territoires de Gironde, les viticulteurs de Loupiac peuvent toutefois aussi revendiquer les appellations « Bordeaux », en blanc comme en rouge. Si tel est le cas, ils dépendent, pour la gestion de leurs parcelles, de deux syndicats, celui du Loupiac et celui des Bordeaux.

  • 9 http://www.bordeaux-cotes.com (consulté le 17/10/14).

81Loupiac apparaît nettement sur une carte comme une enclave en « Premières Côtes de Bordeaux », appellation qui fût jusqu’en 2009 à la fois une appellation de vins moelleux et une appellation de vin rouge. À partir de cette campagne, les vins rouges relèvent de la nouvelle appellation « Côtes de Bordeaux » avec la mention « Cadillac - Côtes de Bordeaux9 ». Les enclaves de Loupiac et de Sainte-Croix-du-Mont étaient exclues de l’aire d’appellation « Premières Côtes de Bordeaux ». La crise des vins blancs et l’essor des vins rouges les incitèrent à demander leur intégration dans le vignoble des « Côtes », ce qu’ils obtinrent à sa création. Désormais, un viticulteur, propriétaire d’une parcelle à Loupiac peut choisir entre six revendications pour ses vins. En blanc, ce peut-être Loupiac bien sûr mais aussi Premières Côtes de Bordeaux et Bordeaux. En rouge, ils peuvent choisir entre Bordeaux, Bordeaux supérieur ou Côtes de Bordeaux-Cadillac.

82Quelle gouvernance durable des terroirs est alors possible quand un producteur peut, au gré de ses choix, modifier sa revendication et l’appartenance de ses vins ? La récente réforme de la filière avec la mise en place des ODG n’a rien changé au fonctionnement du système : la gestion « territoriale » n’est pas davantage prise en compte dans les nouvelles ODG que dans les anciens syndicats d’appellation. La pertinence et l’efficacité de ce puzzle des territoires viticoles forcent aujourd’hui à s’interroger sur son avenir surtout si l’on considère que la complexité de la carte des territoires productifs du vin à Bordeaux n’est qu’une des facettes du formidable chevauchement territorial qui affecte le monde du vin : aux limites des appellations se superposent celles d’espaces d’intervention d’autres acteurs concernés par l’identité vitivinicole, au premier rang desquels nous trouvons ceux du tourisme mais aussi les territoires politico-administratifs. Un toilettage « territorial » n’est-il pas pour le moins indispensable afin de permettre l’émergence de projets territoriaux viticoles viables ? Celui-ci serait sans doute plus aisé à mener dans le cadre des noyaux d’élites que dans celui quelque peu figé des ODG.

Des noyaux d’élites dynamiques

83Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, les noyaux d’élites ont été et sont des éléments structurants du vignoble bordelais, l’exemple du vignoble des Graves n’étant qu’un des exemples probants parmi d’autres. Ce poids déterminant dans l’organisation spatiale du vignoble, il le doit aux caractéristiques du milieu naturel mais aussi au rôle prépondérant des organisations humaines qui l’ont construit et qui l’animent en lui permettant de s’adapter aux évolutions de l’environnement. L’histoire du vignoble de Cadillac en est une belle illustration.

Cadillac, un « noyau d’élite » viticole du Bordelais

  • 10 Lavaud Sandrine, « Les liquoreux d’a rive droite de la Garonne : origine et construction de leur i (...)

84En bordure de la Garonne, le pays de Cadillac occupe la ligne de coteaux argilo-calcaires qui marque la retombée du plateau de l’Entre-deux-Mers sur la vallée et, au-delà, les vastes espaces landais. Les conditions microclimatiques y sont assez comparables à celles de la rive gauche sauternaise avec, notamment, les fameux brouillards d’automne aux effets bienfaisants sur la pourriture noble. La présence humaine y est ancienne et pérenne. Elle se manifeste par l’essor urbain de Cadillac, alors que dans le Sauternais aucun centre urbain d’importance n’émerge au-delà de Langon, en direction de Bordeaux. Au total, les conditions y apparaissent plus favorables qu’en Sauternais pour un développement précoce de la vigne10.

  • 11 Ibid.

85Les « côtes » de rive droite de la Garonne comptent parmi les terroirs viticoles les plus anciens du Bordelais. Pour le haut-Moyen Âge, Charles Higounet note dans son Histoire de Bordeaux : « Sur les versants formés des “côtes” calcaires, les terroirs des villas et des vici de Loupiac, Cadillac, Neyrac (Béguey), Rions, Langoiran, Baurech, Bouliac, Floirac, le long de la Garonne, pouvaient donner l’impression d’une occupation humaine agraire continue ». Toutefois, dans celle-ci, la vigne est bien loin d’être la seule spéculation et les études réalisées révèlent l’existence d’une polyculture à dominante viticole dans les paroisses riveraines de la Garonne entre Saint-Martin-de-Sescas et Bordeaux, à la fin du Moyen Âge11.

86Si la culture de la vigne apparaît dominante aux environs immédiats de Bordeaux, en remontant le cours de la Garonne, elle décroît assez sensiblement et, vers 1500, si à Bouliac et Quinsac, vignes et joualles occupent encore près de 50 % de l’espace agricole, à Baurech le taux descend à 17 %. Ensuite, en dehors de Langoiran, pour lequel a été relevée une valeur de 70 %, la vigne est rarement la première spéculation, même dans les terres basses comme à Rions où l’on relève 22 % pour les vignes dans la paroisse, à Béguey ou à Saint-Hilaire-de-Paillet où les céréales l’emportent. La vigne retrouve une relative primauté autour des villes que sont Cadillac, Saint-Macaire et La Réole. Sur le plateau, non seulement les terres dominent, mais la vigne est bien souvent concurrencée par les bois, comme cela est relevé pour Cardan et Laroque.

  • 12 Bochaca Michel, « Cadillac et le sud du pays de Benauges, au début du XVIe siècle », dans Benauges (...)

87Sur cet espace, l’emprise foncière des bourgeois de Cadillac ou de Saint-Macaire est déjà effective dès la fin du Moyen Âge et au début du XVIe siècle, la bastide de Cadillac exerce une tutelle assez marquée sur le pays rural entre Rions et Saint-Macaire et débordant sur le sud du pays de Benauges : « Présente dans 30 % des parcelles (quatorze vignes seules et six terres et vignes), la vigne venait au second rang. Alors que les cépages rouges dominaient largement en Bordelais, les environs de Cadillac (paroisse Saint-Jean-de-Cadillac, Loupiac, Gabarnac, Sainte-Croix-du-Mont) étaient partiellement plantés en vignes blanches12. »

  • 13 Lavaud Sandrine, 2003, op. cit.

88C’est alors un vignoble essentiellement paysan qui affirme rapidement son identité avec l’apparition au XVIIe siècle des vendanges tardives symptomatiques d’une production de vins liquoreux. Mais c’est dans la seconde moitié du XVIe siècle que le vignoble prend réellement son essor. Cette identité viticole à l’époque moderne s’accompagne d’un besoin accru de main-d’œuvre pour agrandir le vignoble. Alors les maîtres du sol inaugurent de nouvelles formes de faire-valoir dont celui du « prix-fait » qui n’en porte pas encore le nom. « Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont passeraient alors pour le lieu d’émergence de ce mode de faire-valoir dont on sait le succès dans le vignoble bordelais les siècles suivants. C’est en tout cas une preuve de la capacité d’innovation des bâtisseurs du vignoble de Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont13. » Tandis qu’en Sauternais de grands notables de Bordeaux achètent les terres pour générer de grands domaines, sur la rive droite, les acteurs sont les bourgeois de Cadillac qui acquièrent des métairies et inaugurent une nouvelle forme de contrat. On trouve ainsi des contrats de construction de chais et caves. Le clairet se maintient, mais les mentions de vins blancs se multiplient.

  • 14 Ibid.

89Dès lors la progression du vignoble s’accélère. Le vin blanc prend de plus en plus l’importance. Si en Sauternais les mentions de vendanges tardives apparaissent dans les décennies 1650-1660 et les vendanges à tries au début du XVIIIe siècle, sur la rive droite, à Sainte-Croix-du-Mont, des conflits paraissent opposer dès la décennie 1630 les tenanciers aux propriétaires soucieux de vendanger le plus tard possible, « ce qui ferait du vignoble de Sainte-Croix-du-Mont, dans l’état actuel de nos connaissances, l’initiateur en matière de vendanges tardives et donc de vin moelleux14. »

90Les vins blancs liquoreux l’emportent de plus en plus quand les conditions climatiques le permettent :

  • 15 Texte de l’abbé Bellet, chanoine de la collégiale Saint-Blaise à Cadillac, « Observations sur le p (...)

« On a commencé à vendanger au mois de septembre vers le 28 ou le 29 feste de Saint-Michel, et on a commencé par le raisin rouge pour empêcher que le vin n’en fût doux […] Les raisins blancs des plaines et des lieux bas n’ont pas eu toute la douceur requise par un effet de trop fréquentes pluyes qui les ont fait pourrir avant que d’estre meurs et puis on a été obligé de trier ce pourri pour ne le perdre pas, en attendant que le reste meûrit et s’adoucit […] Les vendanges ont été finies le 16 novembre…15 »

91Dans la taxation des vins du Bordelais de 1647, réalisée fin octobre en présence de marchands flamands et anglais, les vins blancs de Sainte-Croix-du-Mont viennent en quatrième position, juste derrière, les vins de Barsac et Preignac. Ainsi, à la fin de l’époque moderne, l’identité viticole du pays de Cadillac paraît bien affirmée et, associé au Sauternais, il constitue un pôle d’innovation décisif pour le devenir du vignoble bordelais, à côté des Graves et avant le Médoc.

  • 16 Roudié Philippe, « Cadillac centre d’innovations viticoles du XVIIIe au XXe siècle », dans L’Entre (...)

92Ce dynamisme ne s’est ensuite jamais démenti au cours des siècles : « La vallée de la Garonne girondine est remarquable par la densité et la présence quasiment continue depuis le XVIIIe siècle de personnalités assez exceptionnelles qui ont voué tout ou partie de leur activité aux choses de la viticulture16. » À la fin du XIXe siècle, ces hommes furent les chevilles ouvrières de deux organisations agricoles à la base de la formation dans le pays cadillacais d’un véritable pôle de services et de compétences pour une meilleure valorisation de la production viticole locale, alors dominée par les vins blancs.

  • 17 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), Paris, Éditions du CNRS, 1988, p (...)

« Les ceps de vigne de la région sont comme dans la plupart des vignobles français, décimés par le phylloxera apparu en Gironde entre 1865 et 1869 et dont l’expansion date de 1873. C’est en Bourgogne que la résistance des plants américains au phylloxera fut révélée. C’est en Languedoc que naquit l’idée de greffer les vignes françaises sur des vignes américaines. Mais le développement des porte-greffes américains fut extrêmement lent. Leur succès a été véritablement assuré avec la greffe dite de Cadillac et en 1889 le greffage était devenu en Gironde une opération courante17. »

93Cette expression « greffe de Cadillac » désigne :

  • 18 « La reconstitution des vignobles dans le canton de Cadillac », rapports sur les travaux du Comice (...)

« un système de reconstitution dont l’originalité consiste à greffer au mois d’août, sur un porte-greffe en pleine sève, non décapité, avec des greffons provenant de bois de l’année… Dans la deuxième quinzaine d’août, les façons de l’année sont terminées et la vigne chaussée ; une cuvette est ouverte autour de chaque pied. On pratique alors, à 12 centimètres au-dessus du sol ferme, sur le bois principal du porte-greffe et non sur les pousses de l’année, une section dirigée obliquement vers la moelle. C’est dans cette section, de 4 centimètres de longueur, qu’on introduit le greffon, taillé comme pour la greffe en fente ordinaire, et portant deux yeux… Les greffons ont été pris au moment du greffage sur des vignes françaises encore vigoureuses et sur des bois de l’année un peu aoûtés. Chaque greffe est buttée jusqu’au dernier œil du greffon…18 »

94La question du greffage résolue, restait le choix du porte-greffe pour sélectionner ceux qui résisteraient le mieux à la chlorose. En effet, si le Riparia et le York’s Madeira furent très vite réputés comme les plus résistants, le premier se révéla très rapidement sensible à l’excès de calcaire. Les travaux furent alors principalement entrepris dans le canton de Cadillac pour découvrir la meilleure adéquation sol/porte-greffe. Le comice assura également la diffusion de l’incision annulaire, opération qui a pour but d’atténuer la coulure.

  • 19 Reinhold Dezeimeris est né à Paris le 11 avril 1835-1913. Devenu viticulteur à Loupiac, président (...)
  • 20 Barthelémy-Georges Cazeaux-Cazalet est né à Loupiac (Gironde) le 23 avril 1861. Il fut, avec Reinh (...)

95Ce dynamisme des vignerons locaux se concrétisait par la création du premier syndicat agricole girondin dès le 19 avril 1884, soit près de huit mois avant celui de Saint-Émilion, qui a vu le jour le 14 décembre de la même année. Le syndicat du comice agricole de Cadillac et cantons limitrophes fut créé sur l’initiative d e R. Dezeimeris19, conseiller général, de Bonnefou x, conseiller d’arrondissement et maire de Cadillac, du Dr. Guilbert et de G. Cazeaux-Cazalet20 Les objectifs en sont présentés en 1884 par R. Dezeimeris dans un premier bulletin :

  • 21 « La reconstitution des vignobles dans le canton de Cadillac », op. cit.

« À notre création, on s’est demandé pourquoi nous voulions établir un Comice dans le canton de Cadillac, alors que nous avions autour de nous ceux de Créon et de La Réole. Beaucoup ne voyaient là qu’une affaire politique, et, préjugeant nos intentions, donnaient le nom de manœuvre électorale à une fondation éminemment utile21. »

  • 22 Ibid., p. 185.

96Pour R. Dezeimeris il s’agissait de fédérer les bonnes volontés pour aider « le pays qu’ils aiment… à recouvrer sa prospérité perdue […] C’est quand les vins de notre beau canton étaient menacés de disparaître que nous nous sommes émus […] Nos règlements comportent l’établissement de cours de greffage, de démonstrations publiques, soit dans des conférences, soit dans des explorations sur le terrain22. »

  • 23 Ibid., p. 60.

97Outre des assemblées générales mensuelles, des conférences régulières assuraient une véritable formation des viticulteurs adhérents. Ainsi M. Millardet présenta les vignes américaines. Le Dr. Guibert exposa ses conclusions sur la résistance des cépages aux attaques du mildiou. Un viticulteur d’Omet, M. Ballan, fit part de ses expérimentations sur le greffage d’été… ou sur l’incision annulaire : « La portion de l’haste comprise depuis l’incision jusqu’à son extrémité, profitant seule, pendant quelques jours, de toute la sève qui y était accumulée a beaucoup plus grossi que l’autre partie qui se rattache au pied ; et cela sur tous les pieds, quoiqu’à des degrés divers23. » Le but était alors d’étudier et diriger la reconstitution des vignobles en vulgarisant les conseils des scientifiques.

98La fête annuelle du comice était l’occasion de présenter également tous ces travaux, toutes ces innovations. Le traditionnel banquet, outre les classiques discours de circonstances des élus invités, était aussi le moment des bilans :

  • 24 Bonnefoux M., « Fête du comice à Cadillac, le 30 septembre 1888 », dans Bulletin du comice viticol (...)

« Après quatre ans de son existence, je viens à vous, fier d’avoir tenu les promesses faites, heureux d’avoir obtenu des résultats plus beaux peut-être que nous n’osions les espérer alors… nous avons pu, sans hésiter, faire un pas en avant… Nos greffeurs ont fait des cours de greffage… nous avons soigneusement étudié tous les genres… l’adaptation des plants afin de bien connaître l’espèce à choisir, suivant la qualité du terrain… Nous avons également étudié et expérimenté avec les plus grands soins les effets de l’incision annulaire, si utilement remise en pratique dans notre Comice par M. Pinsan de Preignac… Tout en aidant à la vulgarisation des bonnes doctrines, [le Comice] a apporté sa pierre à l’édifice général et a su y marquer sa place. La greffe popularisée par M. Ballan d’Omet, et désignée depuis sous le nom de greffe de Cadillac, est aujourd’hui connue de tout le monde viticole24. »

99Un bilan plus complet fut dressé en 1893 par R. Dezeiméris :

  • 25 Dezeimeris Reinhold, « Fête du Comice, le 10 septembre 1893 », dans Journal du comice viticole et (...)

« Lorsque quelques-uns d’entre vous entreprirent il y a dix ans de constituer le comice agricole de Cadillac, ils estimaient que dans des conjonctures désastreuses, il fallait courir au plus pressé. Un grand fléau dévastait ce pays, autrefois fortuné. Il ne s’agissait pas de se faire savants pour disserter sur les causes : il fallait, au plus vite, mettre en commun les faits d’observations et d’expérience recueillis par chacun, en vue du relèvement de tous ; faire par élan et sans s’en vanter, acte de solidarité sociale. Cette mission, d’autres diront si notre Société l’a remplie avec zèle et avec succès ; ou plutôt, personne n’a besoin de le proclamer, plaines et coteaux le montrant de tous côtés par la muette splendeur de nouveaux vignobles… Le malheur nous a admonestés d’une façon plus rude et ramenés dans des voies moins hasardeuses ; mais nous y serions revenus plus vite, si, de tout temps, chacun de nous avait pris davantage l’habitude de considérer la culture des champs comme un art véritable, art impérieux, exigeant, au lieu de la pratiquer d’une façon trop souvent empirique et irraisonnée ; si nous avions surtout daigné l’envisager comme le sujet le plus digne d’exercer le bon sens, de susciter la réflexion et d’élever la pensée humaine…25 »

100Le comice a été également à l’origine de l’École primaire supérieure et professionnelle d’agriculture.

  • 26 Ibid.

« Dans le passé, lorsqu’un père de famille de nos cantons ruraux songeait à l’éducation de son fils, par les établissements de l’État, il avait à choisir entre deux alternatives : ou limiter la culture de son enfant à ce que peut fournir l’enseignement primaire proprement dit, ou l’envoyer dans un lycée éloigné, le plus souvent dans la grande ville. La première hypothèse présentait l’inconvénient d’offrir un développement un peu étroit et médiocrement adapté à la carrière de propriétaire cultivateur… Mais bien plus défectueuse encore était la seconde éventualité… les attraits de la grande ville, ceux de la vie d’étudiants et le prestige trompeur de carrières réputées plus brillantes éloignaient, pour longtemps, de ses parents et des champs héréditaires le fils de l’agriculteur… C’est pour répondre à ces besoins impérieux de développement intellectuel que le Comice de Cadillac a songé à la création, au chef-lieu de canton, d’un établissement d’instruction intermédiaire, plus élevé que l’école primaire ordinaire, plus pratique et approprié que le lycée, sans nécessité, comme celui-ci, l’éloignement du pays natal mais en donnant aux jeunes gens un degré de connaissances qui leur permît de ne se trouver déplacés en aucun lieu où les circonstances et leur valeur propre puissent les acheminer26. »

101Cette école a été ouverte le 1er octobre 1893 avec quatre professeurs, trois pour les lettres et les sciences et un pour l’agriculture, ce dernier titulaire en même temps de la chaire d’agriculture créée à Cadillac par arrêté du ministre en date du 16 mars 1893. Ce professeur devait faire, en dehors de son service à l’école, des cours d’adultes à la mairie de Cadillac, du mois d’octobre au mois de mars, deux fois par semaine, le soir. Il devait également, pendant l’été, donner des conférences dans les communes avoisinantes. L’école fut implantée rue du Cros et un champ d’expérience lui fut annexé. La scolarité durait trois années et au sortir les élèves avaient un bagage leur permettant, soit de suivre leur carrière d’agriculteur, soit de présenter les concours des écoles nationales d’agriculture.

102Les buts de l’école ont été fixés le 17 janvier 1892 devant le Conseil d’administration du comice par M. Cazeaux-Cazalet, alors secrétaire général.

  • 27 Capus Joseph, « L’école primaire supérieure de Cadillac », dans La Reconstitution des vignobles da (...)

« La culture de la vigne forme la principale richesse du canton. Combien cette culture n’exige-t-elle pas aujourd’hui de savoir, d’esprit d’observation et de méthode ? L’enseignement agricole ne peut être donné aux adultes par des conférences toujours peu nombreuses et forcément incomplètes. Seuls, des cours réguliers, accompagnés d’applications, avec la constante action d’un professeur sur l’esprit des élèves, pourraient leur faire acquérir des connaissances et les facultés nécessaires aux viticulteurs modernes. L’École primaire supérieure de Cadillac serait pour l’agriculture ce que sont pour l’industrie et le commerce celles de Bordeaux et des départements voisins… L’école de Cadillac constitue un type unique en son genre, véritable pépinière de jeunes agriculteurs d’où sortiront des hommes éclairés, ennemis de la routine sous toutes ses formes27. »

  • 28 Joseph Capus (1867-1947) est né à Marseille. Diplômé de l’École d’Agriculture de Grignon, il est n (...)

103Cette école d’agriculture ne fut pas la seule réalisation concrète du syndicat. En 1898, la première station d’avertissements agricoles en France est créée à Cadillac sous la direction de Joseph Capus28, dans le but d’aider les viticulteurs à lutter contre le mildiou par des traitements faits au moment opportun. En 1904, elle devint la première station agronomique de la Gironde. Elle fut transférée après la guerre à la Grande Ferrade, siège actuel de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et de l’Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV) à Villenave-d’Ornon.

  • 29 Georges Bord fut l’un des fondateurs du syndicalisme agricole. Secrétaire général du syndicat de C (...)
  • 30 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais 1850-1980, Bordeaux, Éditions Féret, 1988, p. (...)

104Malgré son audience et son dynamisme, le syndicat du comice ne capta pas toutes les énergies et la fin du XIXe siècle vit également la création à Cadillac d’un syndicat régional agricole dont le renom dépassait très largement la sphère locale, tout particulièrement grâce à l’engagement de son secrétaire général, Georges Bord29. En 1892, celui-ci regroupait 550 membres. Il s’agit de ce que l’on appelle parfois un syndicat-boutique dont « le but primitif était de favoriser les achats en commun, notamment ceux d’engrais chimiques30. » Créé en 1886, son rôle au service des agriculteurs locaux est parfaitement traduit dans une synthèse rédigée en 1900 :

  • 31 Comte de Rocquigny, Les Syndicats Agricoles et leur œuvre, Paris, Armand Colin, 1906, p. 246.

« L’œuvre viticole du Syndicat régional agricole de Cadillac et Podensac (Gironde) est à mentionner ; car ce syndicat a, pour ainsi dire, synthétisé les services de toute nature organisés par les autres syndicats et il a ainsi exercé une influence considérable sur les progrès de la viticulture dans une contrée de riche production. Les viticulteurs de cette région doivent au syndicat de Cadillac des concours de charrues sulfureuses, pulvérisateurs à grand travail, pressoirs continus, etc. ; des essais publics de nombreux instruments propres à donner à la vigne les façons d’été, d’appareils de vinification, de charrues vigneronnes, de foyers contre les gelées de printemps, etc. ; des essais de tous les spécifiques proposés contre le phylloxéra ; des expériences sur le traitement de la chlorose et sur les traitements d’hiver des maladies cryptogamiques ; des enquêtes sur le traitement de l’anthracnose, sur l’emploi de la bouillie au carbonate de soude (inventée par M. G. Perboyre, trésorier du syndicat) dans le traitement du mildiou, sur la résistance de certains plants à la chlorose, sur l’adaptation du Riparia et son affinité pour les greffons locaux, etc. En outre, le syndicat a installé des champs d’expériences d’hybrides, donné de nombreuses conférences viticoles, traité dans son bulletin périodique les questions intéressant les viticulteurs, vulgarisé l’usage de la greffe au bouchon perforé, organisé des expositions collectives de vins en France et à l’étranger…31 »

105Cette activité d’encadrement technique des adhérents au syndicat confirme que le syndicat agricole et viticole de Cadillac et Podensac est ainsi un acteur de premier plan, au même titre que le syndicat du comice, dans la régénération du vignoble après le funeste épisode du phylloxera, avec toutefois une audience géographique plus large et couvrant tout le sud du département de la Gironde. Mais son rôle ne s’arrête pas là :

  • 32 Ibid., p. 296.

« À Cadillac, [l’Association viticole du haut-Bordelais] a été fondée, il y a plusieurs années, par un viticulteur d’avant-garde, qui est devenu le pionnier de l’idée de coopérative dans la viticulture bordelaise : M. Georges Bord, Secrétaire général du puissant Syndicat régional de Cadillac, Podensac et cantons limitrophes et de l’Union du Sud-Ouest des Syndicats agricoles. C’est une participation de vente, organisée sous le titre d’Association viticole du haut-Bordelais. Composée d’une douzaine de propriétaires seulement, elle a la prétention d’écouler la production d’un certain nombre, qui peut aller croissant avec le débouché, de vrais producteurs et celle de livrer à la consommation un vin honnête et authentique. Elle publie un prix courant annuel et a réussi à nouer des relations suivies avec plusieurs groupes de syndicats agricoles. Elle avait vendu en 1898-1899 plus de 600 barriques de vins de cru, sans compter les livraisons en bouteilles32. »

106Cette « Association vinicole du haut-Bordelais » est :

  • 33 Ibid.

« une société en participation groupant des producteurs dans le but de faire connaître les vins qu’ils récoltent, d’en faciliter la vente, d’en garantir l’authenticité. Elle recherche la clientèle des consommateurs isolés et des collectivités par divers moyens de publicité, participe aux expositions, envoie des échantillons, etc. Les vins destinés à la vente au détail sont entreposés dans un chai loué par l’association, à Barsac, et y reçoivent tous les soins nécessaires. Pour la vente en gros, les vins demeurent à la disposition de la société dans les caves du récoltant et à sa charge, l’expédition devant se faire directement de la propriété. Les prix de vente sont fixés par un comité de trois membres. Les bénéfices sont répartis en trois parts : 1° à la direction ; 2° au personnel intéressé au succès de l’entreprise (participation des employés aux bénéfices) ; enfin aux sociétaires33. »

  • 34 Journal du Syndicat du commerce des vins et spiritueux de Bordeaux (1886-1890).

107La commercialisation des vins est en effet, comme toujours, le talon d’Achille des organisations de producteurs, même si le pays cadillacais possède un groupe de négociants assez important qui constitue un pôle rural du négoce bordelais34. Le négoce bordelais est déjà largement sous la domination de Bordeaux dont le groupe recense 205 adhérents en 1890, mais les négociants sont nombreux aussi dans les villes et bourgs ruraux de tout le département où ils constituent des groupes plus ou moins importants. Sans surprise, celui de Libourne est le deuxième avec 15 adhérents et Cadillac et La Réole sont les troisièmes avec dix. D’autres groupes sont alors en formation à Arcachon (2), Bourg (5), Langon (8) et Sainte-Foy (11).

108Celui de Cadillac, comme le syndicat agricole et viticole, est implanté à la fois sur les deux rives de la Garonne avec des négociants à Cadillac, bien sûr, mais aussi à Cérons et à Podensac sur la rive gauche. Cela confirme l’existence de relations anciennes et étroites entre les deux rives autour du seul franchissement possible de la Garonne entre Bordeaux et Langon et que la Révolution française a, un temps, concrétisé sous la forme d’un district.

109Ainsi, au lendemain de la grande crise phylloxérique, le pays cadillacais est doté d’une infrastructure assez exceptionnelle en Gironde, une école professionnelle spécialisée, une station de pathologie végétale et d’avertissement agricole, un groupe de négociants substantiel et un encadrement des viticulteurs particulièrement structurant, tant dans le domaine de la recherche et de l’enseignement que dans celui de l’approvisionnement en produits agricoles de plus en plus indispensables à la conduite des vignobles. L’action collective animée par des acteurs de premier plan paraît alors être décisive dans un monde viticole pourtant réputé individualistes.

110Toutefois, cette dynamique avait ses limites et la tentative de création d’une coopérative fut vouée à l’échec, alors que le mouvement coopératif gagnait de nombreux vignobles français : la Gironde restait à l’écart en ce début de XXe siècle.

  • 35 Berget Adrien, La Coopération dans la viticulture européenne, Lille, A. Devos imprimeur éditeur, 1 (...)

« M. Bord aurait voulu aller plus loin. Il a préconisé, depuis plusieurs années, dans sa commune de Loupiac, pays de vins blancs très estimés, l’organisation d’une cave coopérative sur le modèle des Winzervereine… Malheureusement, M. Bord ne put réussir à convaincre assez d’intéressés et dut momentanément renoncer à son projet. Il semble pourtant ne l’avoir pas abandonné, car il a fondé depuis à Loupiac un petit Syndicat qui paraît devoir être l’école préparatoire de la cave coopérative future35. »

111La création de ce « petit syndicat » est l’une des premières manifestations de l’organisation des viticulteurs pour défendre leur marque collective, principalement contre le négoce. Ce mouvement va prendre de l’ampleur à la veille de la Première Guerre mondiale. Il est à l’origine des décrets-lois de 1935-1936 qui mirent en place le système des appellations d’origine contrôlée en France, sous l’autorité de Joseph Capus. Après la délimitation de l’aire « Bordeaux » en 1909 qui réserve l’appellation au seul département de la Gironde, une commission dirigée par G. Cazeaux-Cazalet fut chargée de dresser la carte des appellations pluri-communales et communales du vignoble bordelais. En pays de Cadillac, la dynamique syndicale pouvait laisser penser qu’un des deux syndicats prendrait en charge la défense d’une marque collective appuyée sur le nom de la bastide. Il n’en fut rien et les viticulteurs du pays partirent en ordre dispersé, souvent organisés en groupements communaux.

  • 36 Règlement du syndicat contre le phylloxera, commune de Loupiac-de-Cadillac, art. 4, archives commu (...)
  • 37 Statuts du syndicat des vignerons de Loupiac (Gironde), art. 3, archives communales.

112Ainsi en fut-il à Loupiac. Dans cette commune, les crises de la fin du XIXe siècle avaient, dès 1887, conduit quelques viticulteurs à proposer la création d’un syndicat de lutte contre le phylloxera. Leur demande, acceptée par un arrêté du préfet de Bordeaux du 26 mai 1887, a surtout pour objectif d’obtenir une aide de l’État dans la lutte contre le néfaste insecte36. Mais cela exprime aussi une volonté de coopération qui débouche en 1900 sur la création du Syndicat des vignerons de Loupiac. Son rôle est alors de « défendre les intérêts économiques, viticoles et communaux de ses membres37 », face notamment aux difficultés de commercialisation des vins.

  • 38 Celestin Pierre, Les Appellations d’Origine Bordelaises, Bordeaux, 1932.

113Le 19 octobre 1919, le syndicat des vignerons de Loupiac accorde le droit à l’Appellation d’Origine Loupiac à onze communes qui sont Loupiac, Gabarnac, Cadillac, Monprimblanc, Béguey, Omet, Donzac, Laroque, Saint-Maixant, Verdelais, Semens. Ce droit n’est reconnu que sous certaines conditions : en ce qui concerne la localisation des vignes, seuls les vins récoltés sur les communes précédemment citées hormis les secteurs de palus, ont droit à l’Appellation d’Origine Loupiac. Pour ce qui est des cépages utilisés, les vins prétendant à cette appellation doivent être élaborés à partir de sémillon, de sauvignon et de muscadelle, touchés par la pourriture noble et vendangés tardivement par triées successives38. « Loupiac » devient ainsi une appellation pluri-communale.

114Cependant, la poursuite des problèmes de commercialisation, la « fraude » de certains viticulteurs qui auraient commercialisé sous l’appellation « Loupiac » des vins issus de territoires extérieurs à la zone définie, amènent, quelques années plus tard, le syndicat des vignerons de Loupiac à demander que l’aire soit réduite aux communes de Loupiac, Gabarnac, Monprimblanc et Cadillac. Ainsi, entre 1925 et 1930, sont intentés de nombreux procès par toutes les communes concernées. Le syndicat de Loupiac doit faire face aux réclamations de sept communes voisines. À la suite de quoi, le tribunal civil de Bordeaux interdit l’appellation à Béguey, Omet, Laroque et Donzac. Enfin, un arrêt de la cour de Bordeaux, datant du 28 juillet 1930, réforme le jugement du tribunal civil et décide que seuls les vins récoltés sur la commune auront désormais droit à l’appellation hormis ceux des terres d’alluvions, les palus. Ce que confirme le décret-loi promulgué le 30 juillet 1935, consacrant les Appellations d’Origine Contrôlées (AOC).

115Dans le même temps ont lieu d’autres tentatives de regroupements communaux et vers 1930, à la veille de la loi sur les AOC de 1936, à la suite d’une multitude de procès initiés par la loi de 1919, la région des coteaux de rive droite de la Garonne entre Bordeaux et Langon est alors partagée entre sept syndicats qui traduisent assez bien l’organisation du vignoble. Les décrets de 1935-1936, créant le Comité national des Appellations d’Origine, sous l’égide de Joseph Capus, consacrent les deux appellations historiques de vins blancs liquoreux que sont Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont. Les autres communes productrices de vins blancs doivent se satisfaire d’une appellation régionale « Premières Côtes de Bordeaux », avec toutefois la possibilité d’y ajouter leur nom : Premières Côtes de Bordeaux-Donzac, par exemple. Pour les vins blancs doux, cette appellation couvre les coteaux de la rive droite depuis Le Tourne inclus à Saint-Macaire exclu. Pour les vins rouges, l’appellation s’étend de l’agglomération bordelaise au nord, à Saint-Macaire exclu, au sud. Notons que cette même appellation correspondait à deux appellations distinctes, avec deux syndicats indépendants, l’un implanté à Cadillac (celui des vins blancs moelleux), l’autre à Quinsac (celui des vins rouges). Ce n’est que très récemment que les deux syndicats ont fusionné en un seul installé à La Closière, dans l’ancienne demeure de G. Cazeaux-Cazalet.

116Cette réorganisation du vignoble fut en grande partie interrompue par la Seconde Guerre mondiale et il fallut attendre les lendemains du conflit pour assister à la naissance d’un nouveau vignoble dans le pays de Cadillac, comme ailleurs en Bordelais. Le monde viticole connaît d’abord une courte période de prospérité tant la demande est forte après les privations. Mais le renversement de la conjoncture du marché du vin au début des années 1950, la revalorisation brutale des salaires agricoles (80 % à 90 % de hausse entre mai 1950 et mai 1952) obligent les viticulteurs à réagir. Très vite il apparaît à beaucoup que les problèmes essentiels sont d’origine technique : il s’agit de diminuer les prix de revient.

117Dans le canton de Cadillac, les jeunes agriculteurs sous la direction d’un des leurs, Joseph David, décident alors de s’impliquer dans la mécanisation d’une activité jusque-là manuelle, car le matériel agricole n’était pas adapté aux travaux de la vigne, les tracteurs étant trop larges pour circuler dans des vignes traditionnellement étroites. Dès 1949, une première démonstration de motoculture est organisée à Loupiac sur les terres du Château du Cros, chacun venant avec son matériel pour montrer les bienfaits de la mécanisation. Le succès de la première demi-journée, organisée au printemps 1949, fut tel que Joseph David et son équipe du Cercle des Jeunes Agriculteurs du Canton de Cadillac décident de renouveler l’expérience les années suivantes à Béguey, Laroque, puis à partir de 1952 à Cadillac dans le cadre des foires du 1er mai.

118Devenue avec l’appui de l’ITV (Institut Technique du Vin) un événement majeur régional, la démonstration de moto-viticulture, qui attire plusieurs dizaines de milliers de visiteurs, prend de la hauteur en quittant les rives de la Garonne pour s’implanter en 1956 à Donzac, dont Joseph David avait été élu maire en 1952.

119Une des trois manifestations de cette ampleur en France avec celles de Colmar et de Montpellier, les Démonstrations internationales de moto-viticulture de Donzac associent alors expositions, démonstrations, conférences et accueillent orchestres et artistes de renom. Ces journées connurent un grand retentissement, attirant selon le journal Sud-Ouest, jusqu’à 40 000 personnes. Pendant une dizaine d’années, elles deviennent l’événement majeur du printemps dans la filière bordelaise, offrant le spectacle d’un monde qui bouge, qui s’adapte aux nouvelles exigences de l’économie grâce à la mécanisation la viticulture étant, en effet, restée jusqu’à la guerre une activité de main-d’œuvre, faute d’outils spécialisés pour réaliser les différentes façons.

120Joseph David a parfaitement compris que l’avenir de nombreuses exploitations et, avec elles, de l’économie de la région passait par la mécanisation de la plus grande partie des travaux de la vigne. D’où l’idée d’organiser des démonstrations de matériels adaptés afin d’en vulgariser l’emploi :

  • 39 Joseph David, « Président du Comité de Motoculture de Donzac-Cadillac », Sud-Ouest 21/04/1963.

« Le but de cette XIVe Démonstration est, d’une part, de présenter le matériel valable et, d’autre part, de le rendre vivant. Voir les tracteurs est certes plein d’intérêt, les voir évoluer avec leurs outils dans des conditions normales de travail est encore plus profitable. Le choix d’un ensemble est délicat et doit répondre à certaines normes. Il doit avant tout correspondre aux besoins de l’exploitant, être robuste, puissant, maniable, d’un prix accessible, mais il faut aussi qu’il puisse être réparé rapidement sans trop de frais. Les divers essais constituent bien sûr une attraction intéressante, mais les conférences prévues répondent à quelques-uns des principaux soucis des viticulteurs. Tout d’abord, la défense anticryptogamique et antiparasitaire du vignoble. En machinisme, une question importante pour l’utilisateur : la sécurité. Vient ensuite le point de vue médical sur la sécurité du travail en agriculture. La commercialisation des vins mérite aussi une grande attention. Il est recommandé aux vignerons de produire au meilleur prix, mais à condition que ce soit un vin de qualité. Malheureusement, il ne suffit pas de bien réussir en récoltant un vin agréable à boire, il faut encore trouver un acheteur. Ces difficultés sont d’autant plus graves qu’une propagande insidieuse, dans la plupart des cas, sape le moral du consommateur. Le viticulteur est-il le bienfaiteur de l’humanité ou son destructeur ? Sur ce sujet délicat, il est urgent de faire le point et de savoir ce que l’on doit penser du rôle du vin dans l’alimentation humaine. Ces grandes questions doivent donc attirer, intéresser et contribuer à la véritable expansion de l’agriculture de notre pays et de notre civilisation39. »

121Dès 1952, d’après le compte rendu de l’Union girondine de juin, « les quatre roues motrices ont vivement intéressé tous ceux qui cherchent le maximum d’adhérence…. Une décavaillonneuse semi-automatique réalisée et présentée par son inventeur M. Techeney, a vivement retenu l’attention des amateurs de nouveauté… » Les journées de démonstration organisées à Donzac, puis à Sauternes ont été aussi l’occasion d’aborder la plupart des grandes questions posées à la filière : traitement des vignes, amendement des sols, mais aussi vin et santé, sécurité au travail, commercialisation… C’est une interrogation sur le métier de vigneron qui ainsi proposée aux participants ainsi qu’une vulgarisation et une invite à la formation.

  • 40 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), op. cit.

122La modernisation du vignoble par la seule mécanisation ne suffit pas à tous les viticulteurs et nombre d’entre eux se tournèrent aussi vers la rénovation des méthodes de conduite de la vigne, remettant en question les modes de culture traditionnels qui n’avaient guère été affectés par les deux révolutions du phylloxera et de l’introduction de la motorisation. C’est ainsi qu’est créé en 1952 le CETA de Cadillac sous la présidence de Pierre Médeville, viticulteur à Cadillac (Château Fayau), mais aussi sur la rive gauche de la Garonne. Il regroupe 163 viticulteurs, principalement implantés sur les cantons de Cadillac et Podensac. Les objectifs visent principalement à mettre au point un nouveau mode de conduite du vignoble, adapté à la mécanisation et peu exigeant en main. Un premier vignoble à grand écartement de 2 ou 2,5 mètres, est créé en avril 1954 à Cérons chez M. Jean Perromat. La hauteur du palissage est relevée pour suppléer à la diminution de la surface foliaire. Ce nouveau mode de conduite permet d’économiser la main-d’œuvre, de mécaniser au maximum, une meilleure aération, une taille très longue et la suppression des rognages. Les essais paraissant concluant, en quelques années, « la vague des vignes hautes a déferlé de façon très spectaculaire à partir du foyer central de Cadillac. Vers 1965, c’est plus de la moitié des vignobles du centre-sud de l’Entre-deux-Mers et des Premières Côtes, qui a été convertie en vignes larges et hautes, donnant ainsi au paysage viticole une tout autre allure40. »

123Comme à la fin du siècle précédent, cette effervescence viticole se traduit également par le renforcement des infrastructures locales, avec notamment la création d’un laboratoire œnologique de l’ITV grâce aux profits réalisés par les démonstrations de moto-viticulture. Il fut alors possible au comité d’organisation d’acheter, en 1959, à Cadillac une ancienne boulangerie pour 280 000 francs, afin de créer le premier laboratoire d’œnologie dans le canton, sous la présidence de Joseph David et la vice-présidence de Pierre Médeville. En désaccord sur la manière d’envisager l’avenir de la viticulture, ils se retrouvaient volontiers sur le terrain de la défense de celle-ci.

  • 41 Peynaud Émile, Le Vin et les jours, Paris, Dunod, 1988.
  • 42 Ibid.

124Les années 1950 sont celles de la montée en puissance de la science œnologique. Jusque-là, l’œnologie est surtout une pratique plutôt empirique qui se limite à atténuer les défauts des vins. En 1949, Jean Ribereau-Gayon est nommé directeur de la Station œnologique de Bordeaux créée en 1880 par son grand-père, Ulysse Gayon, collaborateur de Pasteur et co-inventeur de la bouillie bordelaise. Les travaux de Jean Ribereau-Gayon et son élève Émile Peynaud montrent alors que la fermentation malolactique non seulement n’altérait pas les vins mais les « rendait meilleurs et comment il fallait s’y prendre pour la contrôler41. » Ces recherches faisaient passer l’œnologie d’un ensemble de savoir-faire empiriques à la véritable science qu’elle est aujourd’hui. La création d’un enseignement pratique d’œnologie pour les professionnels « a fait connaître, à sa source, cette nouvelle œnologie développée par Jean Ribereau-Gayon, explicative, approfondie, détaillée, adaptée à toutes les situations, une œnologie qui a réponse à tout42. » Joseph David et Pierre Médeville s’inscrivent très tôt dans cette dynamique et initient ainsi la création d’un laboratoire permettant d’appliquer dans les chais les préconisations de l’équipe bordelaise, un atout essentiel pour la bonne commercialisation des vins locaux.

125Ce centre est par la suite repris par la Chambre départementale d’agriculture qui en fait le centre que nous connaissons sur le site des Vergers, proposant un service de proximité et de qualité aux viticulteurs sur un vaste espace, du sud Langonnais jusqu’au nord des Graves et Pessac-Léognan.

126Ce pôle de service est toujours animé par le syndicat agricole de Cadillac et Podensac et des cantons limitrophes dont le siège est maintenant implanté à Loupiac et qui rayonne sur tout le sud du département avec ses magasins de Langon, Targon, la Brède… Il est complété par une multitude d’équipements commerciaux et de services aux vignerons qui font de Cadillac et des communes alentour un noyau d’élite vitivinicole.

127Le dynamisme vitivinicole local se traduit sur le plan réglementaire par la création d’une nouvelle appellation régionale, avec le retour du nom de la bastide que les décrets de 1935-1936 avaient quelque peu oublié, la marque « Cadillac ». La création d’une appellation régionale de vins blancs liquoreux portant le nom de la bastide ne fut acceptée par l’INAO qu’en 1973 pour des vins dont :

« la récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur le territoire des communes suivantes du département de la Gironde : Baurech, Béguey, Cadillac, Capian, Cardan, Donzac, Gabarnac, Haux, Langoiran, Laroque, Lestiac, Monprimblanc, Omet, Paillet, Rions, Saint-Germain-de-Grave, Saint-Maixant, Semens, Tabanac, Le Tourne, Verdelais et Villenave-de-Rions. Ils doivent être issus des cépages suivants : muscadelle, sauvignon blanc, sauvignon gris et sémillon. La densité de plantation est au minimum de 4 500 pieds à l’hectare… La charge maximale moyenne à la parcelle est fixée à 8 000 kilogrammes par hectare avant sur-maturation. Cette charge correspond à un nombre maximal de 14 grappes par pied. Les vins proviennent de raisins récoltés à sur-maturation (présence de pourriture noble et / ou passerillage sur souche). Ne peuvent être considérés comme étant à bonne maturité les raisins présentant une richesse en sucres inférieure à 255 grammes par litre de moût.

  • 43 Extraits du décret du 10 août 1973 créant l’AOC Cadillac pour les vins blancs liquoreux.

Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 15 %43. »

  • 44 http://www.bordeaux-cotes.com/presentation (consulté le 17/10/14).

128« Cadillac » est ainsi une appellation de vins blancs liquoreux de qualité à l’instar des Loupiacs, des Sainte-Croix-du-Mont et des Sauternes, prenant en compte les méthodes de conduite traditionnelles et refusant la modernisation mise en avant par le CETA de Cadillac et qui sera réservée aux vins des appellations « Bordeaux ». Plus récemment, le nom « Cadillac », jusqu’alors réservé aux vins blancs liquoreux, a été remis à l’honneur avec la création, en 2009, pour les vins rouges, de l’appellation « Cadillac-Côtes de Bordeaux44 » dans le cadre d’une appellation régionale « Côtes de Bordeaux » regroupant désormais avec les Côtes de Blaye, Castillon, Francs et bien sûr Cadillac. Les « Premières Côtes de bordeaux » disparaissent ainsi pour les vins rouges mais demeurent pour les vins blancs moelleux seulement.

129Ce récit replace ce pôle viticole d’excellence qu’est le pays cadillacais dans la grande histoire de la construction des terroirs bordelais, au même titre que ceux de la fin du XIXe siècle. Ils soulignent la pérennité de ce « noyau d’élite » vitivinicole en Bordelais. Face au Sauternais, il demeure un pôle d’excellence pour la production de vins blancs moelleux et liquoreux. Cette durabilité de la viticulture locale est à n’en pas douter, largement tributaire des élites qui, lors des grandes crises que connut le vignoble bordelais, ont su mobiliser les viticulteurs pour faire face tout à la fois aux catastrophes naturelles mais aussi aux aléas des marchés. Seule l’action collective a permis au plus grand nombre de franchir sans trop de mal ces périodes difficiles. Sans aucun doute un exemple à méditer en ces périodes à nouveau troublées pour le monde du vin, tout comme le sont les expériences de prise en charge de leur destin au travers de projets innovants dans d’autres vignobles.

L’union des compétences a transformé le vignoble Sancerre en succès45

  • 45 Valéry Michaud, http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2014/02/1439-lunion-des-competences-tra (...)

130C’est également le fonctionnement d’un noyau d’élite viticole que conte le magazine en ligne HBR (Harvad Business Review le 26/02/2014) avec le vignoble de Sancerre. Celui-ci repose sur des décisions prises au sein de ce vignoble tout au long du XXe siècle et qui montrent :

  • 46 Idem.

« la persistance d’une vision stratégique qui s’est inscrite dès le départ dans une perspective de long terme. On peut résumer cette vision stratégique autour de trois éléments clés : réguler les volumes pour conserver un certain niveau de prix dans tout le vignoble, améliorer en permanence la qualité du vin, défendre une marque ombrelle au travers d’une AOC (Appellation d’origine contrôlée) : la marque “Sancerre”46. »

131De l’histoire du vignoble sancerrois, l’auteure retient plusieurs enseignements. Le premier est une vision collective commune aux 350 vignerons pour maintenir le même cap grâce à une gouvernance forte assurée par des « leaders visionnaires sur 4 générations » dans le cadre d’une « Union » des syndicats locaux. Le second enseignement est la « polycompétence des vignerons » dont l’origine est à chercher dans une filière où 80 % des producteurs sont des vignerons indépendants et seulement 10 % des vins de Sancerre sont distribués par le négoce.

  • 47 Idem.

« La structure courte du Sancerre va conduire les 350 vignerons locaux à maintenir des compétences tant en matière de viticulture (travail sur les vignes), qu’en matière de vinification (travail sur le vin) qu’en matière commerciale (culture du client) en France comme à l’étranger… Cette structure courte explique également une préoccupation pour l’équilibre entre l’offre et la demande tout au long du XXe siècle47. »

132Le troisième enseignement est le choix d’une marque ombrelle unique « Le Sancerre » fédérant sous une même bannière 350 entrepreneurs en concurrence avec un management permettant de respecter les spécificités voire l’unicité des 350 vignerons. Le quatrième enseignement est le développement de l’auto-surveillance entre vignerons. Tout repose sur une politique commune avec dès 1973 une « commission taille » pour contrôler qualité et volumes, avec des aides pour permettre aux jeunes de reprendre les exploitations… Enfin cinquième enseignement, « la spirale vertueuse R&D/innovation/investissement » pour maintenir le vignoble de vin blanc face aux sirènes du vin rouge, en s’appuyant sur une collaboration locale entre chercheurs et vignerons pour améliorer sans cesse la qualité du vin.

  • 48 Idem.

« De ce processus d’échanges et de création de nouvelles connaissances tant sur la vigne (viticulture) que sur la vinification (œnologie), va faire émerger l’idée d’un autre pari visionnaire que va faire le Sancerre : se doter de son propre outil collectif de recherche et développement. La création du « SICAVAC » (qui appartient aux vignerons) au milieu des années 1990 constitue donc un moment très important pour les Sancerrois. Cet investissement continu en R & D fait apparaître ici encore le Sancerre comme particulièrement en avance et pertinent48. »

133Incontestable noyau d’élite viticole tel que l’imaginait Georges Kuhnholtz-Lordat, le vignoble du Sancerrois est aussi, notamment par sa forte gouvernance, ce qui le distingue du Cadillacais, un véritable cluster. Et c’est sans doute en cela qu’il peut servir de modèle pour un projet de régénération de ces appellations girondines en difficultés.

Le cluster viticole, projet fédérateur de réactivation des terroirs géographiques

134Un « cluster » ou un pôle de compétitivité correspondent, sur un territoire donné, au regroupement en réseau d’entreprises d’une même filière. Lorsqu’il atteint une masse critique, celui-ci est générateur d’externalités positives, suivant en cela les principes de la théorie des avantages comparatifs énoncés par l’économiste classique David Ricardo pour qui un pays ou une région a intérêt à se spécialiser là où il est relativement le meilleur. Les économies d’échelles ainsi réalisées constituent alors un avantage relatif décisif face à la concurrence. La prospérité ainsi apportée tend à se propager aux autres activités locales, notamment de service et de sous-traitance. Cluster ou pôle de compétitivité s’appuient également sur les savoir-faire, la formation et la recherche.

135Remis au goût du jour dans les années 1980 par Michael Porter, ces concepts ont permis de comprendre comment des territoires comme la Silicon Valley ont pu devenir des leaders mondiaux en concentrant dans un espace donné des entreprises d’un même secteur économique en concurrence. L’exemple de Sancerre met bien en valeur les facteurs qui ont permis sont succès.

  • 49 Idem.

136En appliquant la théorie des clusters au vignoble girondin, il sera sans doute possible de mieux comprendre les facteurs clés de succès ou d’échec de ses différentes composantes, de mieux comprendre « quels sont les facteurs qui expliquent le succès d’un vignoble par rapport à un autre vignoble ?49 ». Elle permettra ainsi de poursuivre notre analyse de la structuration géographique du vignoble avec des noyaux d’élite (voir carte 12). Pourquoi et comment les deux pôles « vins rouges » fonctionnent plutôt bien, même si bien des choses peuvent être améliorées pour que toutes les appellations bénéficient de l’effet d’entraînement des grands crus classés ? Pourquoi le pôle « vins blancs » du Sud-Gironde (voir carte 17) autour de Sauternes, autrefois prospère, est aujourd’hui en peine avec des cépages blancs qui régressent et de petits producteurs en grande difficulté ?

Carte 17 - Le noyau d’élite des grands vins blancs du Sud-Gironde, un potentiel cluster vitivinicole à réactiver pour relancer les vins liquoreux

Carte 17 - Le noyau d’élite des grands vins blancs du Sud-Gironde, un potentiel cluster vitivinicole à réactiver pour relancer les vins liquoreux

137Il faudrait aussi analyser le devenir des noyaux d’élites secondaires come Cadillac étudié ci-dessus ou encore le Blayais-Bourgeais. Et puis encore, quelle place pour un vignoble de l’Entre-deux-Mers dans le concert de compétitivité girondin comme mondial ? Autant de questions, autant de projet à construire…

138Une des causes de la crise apparaît être la difficulté à construire collectivement un projet autour du produit vin. Les acteurs de la filière comme ceux du territoire sont en peine pour porter ensemble ce projet. Et en l’absence de projet, il s’avère difficile de trouver une solution en dehors de la reconstruction d’une gouvernance territoriale.

139Par gouvernance territoriale, rappelons que nous entendons un mode de coordination territoriale permettant à l’ensemble des acteurs du territoire de l’appellation d’en être gestionnaire. La gestion et le devenir d’une appellation ne peuvent se réduire à une affaire de filière. Même si à ce niveau les coordinations sont à reconstruire, celles qui mettent en lien filière et territoire sont à inventer. Les ODG, organismes de Défense et de Gestion pourraient jouer ce rôle et intégrer dans leurs membres des acteurs qui, sans être impliqués directement dans les filières, contribuent à ou agissent sur l’avenir de l’appellation.

Notes

1 Gaudin Jean-Pierre, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 1999.

2 Berthomeau Jacques, Rapport au ministre de l’Agriculture sur la filière vin française, 11 juillet 2001.

3 Les Privilèges de Bordeaux pendant la période anglaise et sous l’Ancien Régime, la délimitation de Pombal au Portugal, la réglementation des Médicis en Toscane ou la loi de 1905 sur les appellations en France sont autant de signes, parmi d’autres, de la nécessaire territorialisation du vignoble.

4 L’Office national interprofessionnel des fruits, des légumes, des vins et de l’horticulture, appelé Viniflhor et créé par le décret du 30 décembre 2005, était l’office agricole français chargé d’appliquer, en France, certaines mesures prévues par la Politique agricole commune, et de réaliser certaines actions nationales en faveur des différentes filières agricoles. Ses activités sont, depuis le 1er avril 2009, reprises par l’Établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, FranceAgriMer, qui en reprend les prérogatives.

5 Extrait de Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs des vins d’AOC, op. cit.

6 Voir ci-dessus, Première partie.

7 Lavaud Sandrine, « Les liquoreux de la rive droite de la Garonne : origine et construction de leur identité », dans, L’Entre-deux-Mers et son identité, Actes du neuvième colloque tenu à Cadillac les 24, 25 et 26 octobre 2003, CLEM, 2005, pp. 271-278.

8 Hinnewinkel Jean-Claude, « Le territoire vitivinicole, un projet sociétal », art. cit.

9 http://www.bordeaux-cotes.com (consulté le 17/10/14).

10 Lavaud Sandrine, « Les liquoreux d’a rive droite de la Garonne : origine et construction de leur identité », dans L’Etre-deux-Mers et son identité, Actes du neuvième colloque tenu à Cadillac les 24, 25 et 26 octobre, CLEM 2003, pp. 271-278.

11 Ibid.

12 Bochaca Michel, « Cadillac et le sud du pays de Benauges, au début du XVIe siècle », dans Benauges, essai historique, Bordeaux, ASPECT, 1999, pp. 105-110.

13 Lavaud Sandrine, 2003, op. cit.

14 Ibid.

15 Texte de l’abbé Bellet, chanoine de la collégiale Saint-Blaise à Cadillac, « Observations sur le pays de Cadillac de 1717 à 1738 », dans Lavaud Sandrine, 2003, op. cit., p. 278.

16 Roudié Philippe, « Cadillac centre d’innovations viticoles du XVIIIe au XXe siècle », dans L’Entre-deux-Mers et son identité, Actes du neuvième colloque tenu à Cadillac les 24, 25 et 26 octobre 2003, CLEM, 2005, pp. 297-301.

17 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), Paris, Éditions du CNRS, 1988, p. 154.

18 « La reconstitution des vignobles dans le canton de Cadillac », rapports sur les travaux du Comice de 1884 à 1990, Bordeaux, 1999, p. 51-52.

19 Reinhold Dezeimeris est né à Paris le 11 avril 1835-1913. Devenu viticulteur à Loupiac, président du Conseil général de la Gironde il publia : « D’une cause de dépérissement de la vigne et des moyens d’y porter remède » (1887) dans le Bulletin du comice de Cadillac qui devint à partir de 1893 Le journal du comice. Conservateur de la Bibliothèque municipale de Bordeaux, il découvrit des notes manuscrites de Montaigne et fit acheter par la bibliothèque les cartes d’Aquitaine de Claude Masse. Il fut membre de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, du Comité des travaux historiques et scientifiques de 1877 à 1901, membre correspondant de l’Institut de France, membre de la Société archéologique de Bordeaux et de la Société des bibliophiles de Guyenne.

20 Barthelémy-Georges Cazeaux-Cazalet est né à Loupiac (Gironde) le 23 avril 1861. Il fut, avec Reinhold Dezeimeris, l’un des fondateurs et des animateurs du comice agricole et viticole de Cadillac, créé en 1884. Il publia de nombreuses communications sur la greffe, la taille, les maladies et le traitement de la vigne, mais il était préoccupé également par les questions commerciales. Il fut l’un des fondateurs de l’Association syndicale des propriétaires viticulteurs de la Gironde qui devait obtenir la délimitation « Bordeaux » contre la volonté du négoce. Élu en 1893 conseiller général du canton de Cadillac, il présida à l’installation dans le château de cette commune d’un institut œnologique et viticole. En 1896, il devint maire de Cadillac, où il avait, dès 1893, fait ouvrir une école primaire supérieure agricole qu’il dota de l’éclairage électrique et d’un réseau d’adduction d’eau. En pleine crise viticole, il se présenta aux élections générales législatives de 1902, comme candidat républicain et comme viticulteur. Il se proclamait libéral, attaché à l’initiative privée, mais partisan de la coopération et de la mutualité, adversaire du socialisme d’État et du collectivisme. Il présida comme député la sous-commission pour la délimitation des régions d’appellation d’origine en Bordelais. À la Chambre, il contribua à l’adoption de dispositions protégeant des appellations des crus d’origine. Réélu en 1906 il fut battu aux élections de 1910 et mourut l’année suivante, en novembre 1911, à Cadillac, âgé seulement de 50 ans.

21 « La reconstitution des vignobles dans le canton de Cadillac », op. cit.

22 Ibid., p. 185.

23 Ibid., p. 60.

24 Bonnefoux M., « Fête du comice à Cadillac, le 30 septembre 1888 », dans Bulletin du comice viticole et agricole du canton de Cadillac (1884-1888), pp. 129-140.

25 Dezeimeris Reinhold, « Fête du Comice, le 10 septembre 1893 », dans Journal du comice viticole et agricole du canton de Cadillac (1893-1895), pp. 214-216.

26 Ibid.

27 Capus Joseph, « L’école primaire supérieure de Cadillac », dans La Reconstitution des vignobles dans le canton de Cadillac, op. cit., p. 80.

28 Joseph Capus (1867-1947) est né à Marseille. Diplômé de l’École d’Agriculture de Grignon, il est nommé professeur d’agriculture à l’École supérieure de Cadillac où il dirige la station de pathologique végétale. Il y créé aussi la première station d’avertissement météorologique. Ses belles études sur les maladies de la vigne sont nombreuses et conduisent à des méthodes de traitement contre les parasites animaux végétaux qui décimaient les vignobles. Député (1919-1928) puis sénateur (1930-1940) de la Gironde, il est nommé ministre de l’Agriculture du 29 mars au 14 juin 1924. Il devient en 1935 le grand législateur des appellations d’Origine Contrôlée en déposant sur le bureau du Sénat une proposition de loi dont les dispositions furent ensuite intégrées par Édouard Barthe dans le décret-loi du 30 juillet 1935 dit « Loi Capus ». Celle-ci permit la fondation d’un « Comité national des appellations d’origine des vins et des eaux-de-vie » qui allait devenir, par décret du 16 juillet 1947, l’Institut national des appellations d’origine des vins et des eaux-de-vie et, surtout, de constituer légalement une nouvelle catégorie des vins et eaux-de-vie à appellation d’origine dite « contrôlée ».

29 Georges Bord fut l’un des fondateurs du syndicalisme agricole. Secrétaire général du syndicat de Cadillac dès sa fondation en 1886, il fut délégué en 1888 à la première assemblée générale de l’Union centrale des syndicats des Agriculteurs de France… Fondateur du syndicat de lutte contre le phylloxéra de Loupiac en 1887 puis du syndicat de producteurs de Loupiac en 1900, M. Bord fut choisi en 1895 comme secrétaire général de l’Union du Sud-Ouest des syndicats agricoles qui comprenait neuf départements. En 1906, à la fondation de l’Union girondine des syndicats agricoles, M. Bord fut nommé vice-président et le resta jusqu’au 25 janvier 1944 où il fut nommé président d’honneur.

30 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais 1850-1980, Bordeaux, Éditions Féret, 1988, p. 86.

31 Comte de Rocquigny, Les Syndicats Agricoles et leur œuvre, Paris, Armand Colin, 1906, p. 246.

32 Ibid., p. 296.

33 Ibid.

34 Journal du Syndicat du commerce des vins et spiritueux de Bordeaux (1886-1890).

35 Berget Adrien, La Coopération dans la viticulture européenne, Lille, A. Devos imprimeur éditeur, 1902, p. 464-466.

36 Règlement du syndicat contre le phylloxera, commune de Loupiac-de-Cadillac, art. 4, archives communales.

37 Statuts du syndicat des vignerons de Loupiac (Gironde), art. 3, archives communales.

38 Celestin Pierre, Les Appellations d’Origine Bordelaises, Bordeaux, 1932.

39 Joseph David, « Président du Comité de Motoculture de Donzac-Cadillac », Sud-Ouest 21/04/1963.

40 Roudié Philippe, Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), op. cit.

41 Peynaud Émile, Le Vin et les jours, Paris, Dunod, 1988.

42 Ibid.

43 Extraits du décret du 10 août 1973 créant l’AOC Cadillac pour les vins blancs liquoreux.

44 http://www.bordeaux-cotes.com/presentation (consulté le 17/10/14).

45 Valéry Michaud, http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2014/02/1439-lunion-des-competences-transforme-le-vignoble-sancerre-en-succès/ (consulté le 20/11/2014).

46 Idem.

47 Idem.

48 Idem.

49 Idem.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search