Version classiqueVersion mobile

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Bordeaux, vignoble durable ?

Chapitre 9. Gérer les modifications de l’environnement

Texte intégral

1Faire vivre les terroirs, c’est d’abord prendre un certain nombre de mesures techniques permettant de sauvegarder le potentiel technique existant

Des mesures techniques

2Elles constituent l’essentiel des recommandations et des projets de la filière pour permettre aux vignobles en place de se maintenir face aux menaces que représente l’évolution climatique. Il est possible de les regrouper en trois ensembles :

31) Les possibilités d’adaptation de la vitiviniculture actuelle aux nouvelles conditions climatiques paraissent nombreuses. Elles souvent inspirées par les viticultures subtropicales chilienne, argentine ou australienne, voire algérienne :

  • augmenter la densité de plantation pour protéger les grappes du rayonnement ;
  • enraciner les pieds plus profondément ;
  • enherber les sols pour réduire l’évaporation de l’eau ;
  • croiser les cépages qui sont au nombre de « presque 5 000 dans le monde » ;
  • maîtriser les rendements ;
  • retarder la maturité.
  • 1 Goutouly Jean-Pascal, « Réchauffement climatique. Les pistes possibles pour adapter le vignoble », (...)

4« L’année 2003 aura finalement été une bonne chose. Comme elle est l’équivalent de ce que sera très certainement le climat de la fin du siècle (2100), elle aura servi d’alerte, de répétition, d’année de référence pour le futur ; on sait maintenant ce qu’ont donné les vignes en termes de qualité et on peut s’en servir… Par exemple, nous pourrions nous inspirer de ce que font déjà nos voisins espagnols, avec une conduite en cordon déployé… Avec des pratiques appropriées, on peut adapter la conduite de la vigne à des situations de contrainte hydrique plus élevée. De plus, le recours à l’irrigation reste à discuter en fonction du partage de cette ressource entre les différentes composantes de la société qui en ont aussi besoin… on peut aussi réfléchir à jouer sur l’interception du rayonnement, dans le cadre de l’implantation d’un nouveau vignoble, en changeant l’orientation des rangs… Inadaptés dans le contexte climatique des années 1960 et 1970, [certains] clones sont désormais de nouveau à l’étude, afin peut-être de faire de leurs défauts d’antan des qualités pour le futur : leur caractère tardif recalerait ainsi la période de maturité vers les périodes moins chaudes de la fin de l’été, et leur caractère moins riche en sucre pourrait être un moyen d’obtenir des vins avec des taux d’alcool plus faible… L’ultime recours sera sinon de trouver et agréer des cépages autres que les cépages bordelais pour les remplacer1. »

5L’objectif est toujours d’adapter à la chaleur certains pieds de vigne au sein d’un même cépage, tout en luttant contre les effets pervers sur le goût du vin d’une trop forte chaleur (teneur en sucre et degré d’alcool trop élevés par exemple).

  • 2 Moncomble Dominique, « Stratégie des organisations professionnelles : l’exemple de la Champagne », (...)

6Mais les stratégies des organisations professionnelles vont au-delà de cette seule adaptation technique et engagent la filière sur la voie de la prévention. L’exemple du CIVC2 en Champagne est à ce propos une très bonne illustration.

72) L’agriculture raisonnée comme alternative à l’intensive :

8L’action du CIVC s’inscrit dans une logique de généralisation d’une viticulture plus respectueuse de l’environnement. Leur projet majeur est d’assurer un passage progressif vers une viticulture raisonnée. C’est par une information auprès des viticulteurs que l’opération commence. Dès 2001, le CIVC envoie à ses 15 000 viticulteurs trois documents :

  • un référentiel sur la viticulture raisonnée : 140 points à respecter, de l’aménagement à la préservation des sols ainsi qu’un mémento sur la traçabilité des produits ;
  • un autodiagnostic, avec un système de notation et une traduction des résultats par des plans de progrès ;
  • un guide de conseils techniques.

9Ce travail est complété en 2002 par une analyse environnementale. L’objectif est de fournir une vision précise des impacts environnementaux de tous les gestes techniques. La méthode appliquée consiste, d’une part, à mesurer l’importance de chaque geste (par des enquêtes, analyses et expertises) et, d’autre part, à multiplier cette quantité de carbone consommé par une cotation en impact environnemental et en impact image. De ces deux actions découle tout naturellement le bilan carbone réalisé en 2003.

  • 3 Descottes Arnaud et Moncomble Dominique (CIVC), « Bilan carbone et plan climat de la Champagne », (...)

103) La lutte contre l’évolution climatique pour en limiter les effets3 :

11Le bilan carbone est un diagnostic de l’ensemble des émissions de gaz à effets de serre liées aux activités de production et de commercialisation. À partir de celui-ci, les professionnels champenois vont élaborer ensuite un plan climat dont l’objectif est de réduire de 20 à 30 % les émissions de gaz. Les principales pistes retenues sont les actions sur :

  • les consommations énergétiques avec l’utilisation progressive d’énergies alternatives les émissions non-énergétiques comme le protoxyde d’azote provenant des engrais azotés minéraux en les remplaçant par des engrais organiques ;
  • les emballages qui représentent 30 % des émissions en étudiant la possibilité d’emploi de bouteilles allégées ;
  • les transports qui interviennent pour 15 % dans le bilan avec passage progressif au fret ferroviaire pour les exportations ;
  • les achats avec pour objectif de faire entrer l’ensemble de leurs fournisseurs dans un cercle vertueux de réduction de leurs propres émissions.

12Ce bilan carbone de la filière a été élaboré dans un souci d’anticipation. Il s’agissait, d’abord, de se positionner dans le cadre d’une évolution défavorable du contexte réglementaire. La réglementation s’oriente en effet vers une maîtrise des émissions obligatoires (le Protocole de Kyoto, une future directive européenne engageant les entreprises à prendre en compte les émissions, la législation française avec la loi NRE, etc.). Il importait ensuite pour la filière de prendre en compte une demande sociale croissante. Enfin, l’enjeu était d’améliorer la filière par la filière elle-même dans un souci de notoriété.

  • 4 Descottes Arnaud, CIVC, « La Champagne lance le plan climat, Réussir Vigne Avril 2007 - 07/05/07 » (...)

13Ce plan « climat » ambitieux et en quelque sorte auto-produit et auto-géré, répond ainsi à de nombreux objectifs : « D’un point de vue strictement économique, nous avons intérêt à faire évoluer nos pratiques… même si cela peut sembler une approche un peu cynique… Mais lutter contre le réchauffement climatique est aussi une question morale, citoyenne et écologique. On nous bassine avec le développement durable que personne n’arrive d’ailleurs clairement à définir. Cela devrait pourtant être simple : arrêtons d’enrichir l’atmosphère en gaz à effet de serre. Ce qui suppose, dès demain matin, de diminuer par deux nos émissions au niveau mondial. Pour la France, cela implique une division par quatre de ses émissions. Cet objectif à l’horizon 2050 est d’ailleurs inscrit dans la loi française. La Champagne a donc décidé de coller à cet objectif national4. »

14Depuis, d’autres vignobles comme celui de Bordeaux ont suivi l’exemple champenois et initié un bilan carbone.

  • 5 En plagiant Corinne Lepage, « Le temps de l’économie durable est arrivé », Le Monde, 23/08/2008.

15Mais toutes ces mesures relèvent de la seule entrée technique du système vitivinicole. Pour prendre en compte la totalité du système, pour entrer pleinement dans le temps des sociétés durables5, c’est un véritable changement de regard qu’il faut, à notre sens, opérer en considérant toutes les entrées du système, soit la complexité.

  • 6 Colloque Chaire Unesco, op. cit.

16Cette complexité dans l’analyse de l’attitude des sociétés vitivinicoles face aux changements questionne toute la recherche des impacts territoriaux et sociaux par les sciences sociales. Celui-ci est, de façon générale, abordé bien plus du point de vue des sciences techniques que des sciences humaines et sociales. Le récent colloque de Dijon6 en est une preuve parmi d’autres.

  • 7 O’Connor Martin, « La lutte contre l’effet de serre ne peut être imposée par le haut », Le Monde, (...)

17Et pourtant, « le changement climatique est une question complexe, qui ne se réduit pas à des simulations numériques ou des calculs coût-bénéfice. Entrent en jeu le problème de la répartition du risque – inégale selon les régions du monde, le degré de développement des pays et le niveau de vie des individus –, celui de l’impact des politiques énergétiques mises en œuvre – c’est-à-dire aussi de la justification et de l’acceptation de ces politiques –, ainsi que celui de la responsabilité collective et individuelle. Tout cela relève des sciences sociales et des humanités : l’économie, la sociologie, la psychologie, la philosophie… sont en première ligne. La meilleure expertise scientifique, le meilleur rapport de synthèse ne suffisent pas…7 »

Gérer les effets territoriaux

18L’essor des nouveaux pays exportateurs de vin depuis quelques décennies et les craintes de délocalisation qui l’accompagne pose la question de l’avenir de région entière, consacrée à la monoculture de la vigne. On imagine aisément les problèmes économiques et sociaux que le déclin voire la disparition de cette culture entraînerait en Bordelais. Mais sans aller jusque-là, la plus grande variabilité à venir du climat prévue par les scientifiques dans le cadre du réchauffement de la planète devrait faire de la viticulture une activité plus risquée sur le plan économique. Les vignerons pourront-ils seuls assumer ces risques pour permettre à une économie vitale pour le territoire de perdurer ? La collectivité territoriale porteuse du vignoble ne devra-t-elle pas assumer une part de ce risque pour voir son activité mais aussi son attractivité, sa renommée, son patrimoine… conservés ?

19C’est bien le territoire dans son ensemble qui risque d’être remis en cause par les modifications de l’environnement. Son identité même est menacée soit par la disparition de la culture de la vigne dans les cas les moins favorables, soit par la « migration des cépages » vers le Nord avec une mutation consécutive de la qualité des vins. Que deviendrait le « bordeaux » si l’on devait remplacer le cabernet par du syrah ? L’image du vin de Bordeaux en serait de toute façon fortement modifiée, le marché des bordeaux sans nul doute perturbé et avec lui toute l’économie de la région.

20Nous avons noté ci-dessus que le vignoble Bordeaux a connu dans le passé des mutations importantes et que le système a toujours, depuis le Moyen Âge eu une formidable capacité d’adaptation aux contraintes exogènes. Celle-ci est due principalement à la capacité d’adaptation et d’innovation de la société locale face au changement politique (la fin de la guerre de Cent Ans), économique (l’évolution du marché vers des vins plus forts au XVIIIe siècle, les NPE aujourd’hui) comme aux fluctuations du climat (petit âge glaciaire).

21Après quelques années de turbulences en ce début de XXIe siècle, le vignoble de Bordeaux apparaît en mesure de surmonter les mutations récentes du marché mondial générées par l’irruption des nouveaux concurrents de l’hémisphère sud. Alors, l’un des enjeux (essentiel ?) de l’évolution climatique n’est-il pas de donner aux acteurs du monde vitivinicole la capacité de faire face à ce nouveau défi ?

22Derrière ce questionnement nous retrouvons l’une des interrogations majeures de nos sociétés contemporaines : comment gouverner l’échelle locale dans un contexte de mondialisation ? Comment harmoniser des groupes d’acteurs aux intérêts et logiques différents ? Comment reconstituer un terroir malmené ? Derrière toutes ces questions émerge bien sûr la question de la gouvernance.

  • 8 http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/dossiers-presse/plan-modernisation/downloadFile/ Fichie (...)
  • 9 Compadre César, « Un plan qui tourne à vide », Sud Ouest, 30/05/2008.
  • 10 Feredj Roland, OPA sur la viticulture, Bordeaux, Éditions Féret 2007.

23La gouvernance de la filière vitivinicole est de plus un sujet d’actualité brûlant car lié au plan gouvernemental de modernisation de la filière viticole8 qui suscite de nombreuses controverses9. Il paraît utile de remarquer que de nombreux analystes relèvent une « OPA sur la viticulture10 » par le pouvoir central. Or cette réforme est une tentative de réponse à la crise économique qui traverse le vignoble français et que les organismes en place ont été incapables d’anticiper, faute de moyens, de clairvoyance ou de liberté d’action…

  • 11 Darré Jean-Pierre, L’Invention des pratiques dans l’agriculture. Vulgarisation et production local (...)
  • 12 O’Connor Martin, op. cit.
  • 13 Ibid.

24C’est donc toute la question de la capacité des sociétés locales à répondre au changement qui est de fait posée. Par ailleurs, les Sciences humaines et sociales dans leur ensemble ont depuis longtemps souligné que seules les réformes acceptées par les groupes ou communautés concernés atteignent leurs objectifs. Cela induit forcément que l’ensemble des acteurs d’un territoire soit, en amont, impliqué dans la réflexion. Cela peut s’initier dans ce que l’anthropologue Jean-Pierre Daré11 nomme d’un sigle assez peu mobilisateur « GPL » (Groupe local de production). Ces groupes associent les acteurs locaux et les scientifiques comme co-constructeurs des savoirs et des projets adaptés aux réalités vécues du territoire. L’intérêt d’une construction partagée est évident car elle permet aussi de dépasser les paradoxes qui traversent les sociétés. Par exemple, si « la tempête de l’hiver 1999, la canicule de l’été 2003 et la banalisation de températures saisonnières “hors normes” ont sensibilisé à “l’idée que le climat est en train de se modifier”, il demeure que les Français présentent un paradoxe. Ils ne s’opposent pas “à l’engagement d’une politique volontariste de lutte contre l’effet de serre”, mais “ils restent plutôt fatalistes devant un phénomène naturel « qu’ils n’ont d’autre choix que de s’adapter” dont ils ont le sentiment qu’il leur échappe et sont très récalcitrants devant des réformes politiques ressenties comme contraignantes ou injustes12. » Il est donc indispensable de « d’abord permettre aux citoyens de comprendre, puis s’appuyer sur leurs initiatives pour trouver des solutions qu’ils auront eux-mêmes validées. Une politique de contrôle à sens unique par une administration centralisée ne peut être que contre-productive13. »

25Au côté de l’économie, la dimension sociale et culturelle est essentielle. Une fois les conclusions scientifiques rédigées, c’est à la société d’estimer risques et mesures à prendre en fonction des coûts engendrés. C’est aux sociétés locales de les intégrer dans leurs projets de développement, alors que l’un des plus grands défis de l’industrie du vin n’est peut-être pas celui de l’environnement climatique mais des conséquences légales de la réglementation de la consommation. Et nous nous retrouvons bien là encore face à un problème de territoire et de société. Pour être pris en compte dans les prospectives, dans les projets de développement, les changements en cours doivent être bien pris en compte et considérés d’égale importance par tous les protagonistes de l’agriculture.

  • 14 Organisation internationale de la vigne et du vin, Résolution OIV/VITI 333/2010, Tbilissi, le 25 j (...)

26Or, comme énoncé plus haut, le terroir géographique (document 3) n’est pas seulement un sol viticole dont il faut s’inquiéter du devenir face aux agressions des modes de mise en valeur. Il n’est pas non plus seulement un « climat » dont il faut anticiper les modifications dans les décennies à venir. Il n’est pas davantage la seule mise en relation de ces deux facteurs, mais interactions de ceux-ci avec les pratiques, les expériences, les savoirs et les savoirs faire des groupes sociaux et professionnels qui en ont la charge. C’est le sens de la définition rédigée au sein d’un groupe de réflexion INRA/INAO et reprise en 2010 par l’OIV14 : « Le “terroir” vitivinicole est un concept qui se réfère à un espace sur lequel se développe un savoir collectif des interactions entre un milieu physique et biologique identifiable et les pratiques vitivinicoles appliquées, qui confèrent des caractéristiques distinctives aux produits originaires de cet espace. Le “terroir” inclut des caractéristiques spécifiques du sol, de la topographie, du climat, du paysage et de la biodiversité. » Il y a dans les propositions en cours une avancée majeure par rapport au dogme des lendemains de la Seconde Guerre mondiale où régnait l’impérialisme pédologique.

27Mais pour que le terroir géographique se maintienne durablement, plus que pour le défendre, les acteurs quels qu’ils soient ne peuvent se satisfaire de considérer, en plus des composantes techniques (agronomiques comme œnologiques), les seules composantes économiques (valeur centrale de l’agriculture productiviste), et culturelles (dans une dimension patrimoniale plus que dans une dynamique identitaire). La composante sociale, l’organisation des acteurs du terroir qui prennent part au projet de développement local durable est sans aucun doute vitale. Elle est la seule apte à maintenir en vie le système tout en ménageant une ouverture permanente à des principes extérieurs c’est-à-dire en s’appuyant sur une dynamique d’actions et d’identité. Les difficultés actuelles des vignobles français ne sont-elles pas avant tout une preuve de l’immobilisme dans lequel se maintient la filière ?

28Faire vivre le terroir revient donc à gérer des mécanismes de coopération, à réguler les jeux entre tous les acteurs du système dans son environnement aussi proche que lointain et par ce fait même y inclure le Politique qui, lui seul, peut modifier les règles et susciter de nouveaux jeux dans les situations de crise. Faire durer le terroir revient finalement à mettre en œuvre des médiations pour gérer la complexité du système.

29Gérer la complexité du terroir géographique ne revient-il pas à prendre en compte le système des acteurs et donc de la gouvernance comme ressort premier du système global, plus que le spatial, le culturel ou l’économique ?

Gouvernance et échelles spatiotemporelles

  • 15 Hinnewinkel Jean-Claude, Les terroirs des vins d’AOC : des constructions sociales dans la longue d (...)

30La crise que traversent actuellement de nombreux vignobles occidentaux, et le vignoble bordelais en particulier, invite donc les chercheurs en Sciences humaines et sociales à s’intéresser au problème de gouvernance dans une filière qui, de longue date, est caractérisée par une prise en main très marquée de sa gestion par les professionnels eux-mêmes15. Ce regard est alors l’occasion de s’interroger sur le fonctionnement des espaces viticoles et sur les outils mobilisés afin de prendre en compte la totalité des aspects qui font et ont fait qu’un vignoble existe ici et pas ailleurs. C’est aussi avoir la certitude que son avenir dépend certes de mesures générales prises dans le cadre d’une politique publique de plus en plus mondiale mais aussi, et peut-être surtout, de choix locaux qui maintiendront en vie une communauté viticole tout entière et assureront une certaine visibilité.

  • 16 Dans une tradition bien française, géographes et historiens voient encore souvent leurs parcours s (...)

31Dans cette nécessaire approche globale du système géographique viticole localisé, deux éléments de la complexité, le temps et l’espace, confèrent aux géographes16 une légitimité dans l’analyse du fonctionnement de la filière. Les vignobles apparaissent en effet des lieux d’excellence pour les spécialistes de cette discipline construite à l’intersection des deux autres et où ont œuvré de grands historiens (comme Fernand Braudel, etc.) mais aussi de grands géographes, notamment sur la thématique vitivinicole (Roger Dion et, plus récemment, Philippe Roudié). Leurs travaux soulignent, sans exception, la nécessaire prise en compte des approches spatiale et temporelle, et tout particulièrement l’importance des questions d’échelles.

32Le choix de l’échelle spatiale retenue est en effet crucial : peut-on aborder les problèmes de production à la même échelle que les problèmes de commercialisation ? Peut-on retenir la même échelle d’analyse quelque soient les vins considérés, vins de terroirs ou vins de cépages, pour ne retenir que les deux grandes catégories (simplistes !) qui s’opposent aujourd’hui ? Mais l’omission récurrente lorsqu’on parle d’avenir est que les vignobles, comme tous les « systèmes » fonctionnent avec des temporalités multiples. On peut en effet y distinguer le temps long de la permanence, le temps court de la gestion quotidienne mais aussi un temps intermédiaire, celui des crises et des phases de prospérité qui se succèdent suivant des cycles économiques bien repérables.

33Analyser simultanément ces trois temporalités est indispensable pour comprendre le fonctionnement du système ; l’oublier semble mettre en danger le système lui-même. Nous les avons précisées ci-dessus, voyons maintenant quelles peuvent en être les incidences sur le fonctionnement des territoires viticoles.

34La crise contemporaine a, comme souvent, au moins le mérite de contraindre les acteurs à se poser des questions, celles qui fâchent généralement en période d’euphorie où il est urgent de ne rien faire. La question de la gouvernance est de celle-là. Les dernières années de prospérité se sont ainsi faites l’écho d’une demande de plus de liberté de la part des producteurs, le système AOC étant alors jugé trop contraignant comparé aux conditions faîtes aux producteurs dans de nombreux pays de l’hémisphère sud. Le retour de la crise et la demande de plus de régulation à toutes les échelles de gestion conduisent à s’interroger notamment sur le choix de la plus adaptée au vignoble. « Si nous ne nous engageons pas encore plus vers l’aval, une partie de notre vignoble sera compromise ». Parmi les innombrables prises de position publiques sur la situation actuelle du vignoble, en Bordelais comme ailleurs, celle du président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde paraît résumer au plus juste la nature du débat. Un débat fondateur, un éternel débat : Qui doit gérer le vignoble ? L’amont soit la production ? L’aval soit la commercialisation ?

35Après des siècles de gestion dominée par le négoce, le XXe siècle a été celui de la production avec une succession de réglementations créant et structurant les AOC françaises puis les AOP européennes. Le XXe siècle a été le temps des « indications géographiques de provenance », l’AOC n’ayant pas réussi à devenir une garantie de qualité. La prospective s’ouvre donc sur plusieurs possibles :

  • le retour sur une gestion de la production par le négoce après l’ère du « tout château », ce qui revient à un changement de système et l’adoption du mode de gestion « anglo-saxon » ;
  • le maintien du système en cours d’une production gérée par les seuls producteurs, avec seulement adaptation du système « AOC ». il s’agirait d’une forme de résilience maintenant la cohabitation du système européen avec le système anglo-saxon ;
  • l’émergence d’un nouveau système sur des bases innovantes ou mêlant les deux, en fonction du type de vin produit et donc de l’échelle de gestion retenue.

36Alors changement de système avec rejet de l’AOC ? Résilience ? Si oui, sous quelles formes ? Quelles voies possibles pour résoudre la crise de surproduction qui perturbe le fonctionnement des vignobles européens ? On est bien obligé de constater que les modalités de gestion de la production doivent être en partie revisitées, soit dans le cadre actuel soit par mutation profonde. Le vignoble bordelais et tous les grands vignobles de notoriété internationale se caractérisent par une grande complexité et une diversité profonde des types de vin produits. Certains jouent la mixité des systèmes comme en Languedoc où cohabitent vins de pays, souvent vins de cépages et vins d’AOC. D’autres comme le Bordelais ou la Bourgogne restent entièrement dans la catégorie des vins AOC.

  • 17 Ultra premium wines (vin d’expression) / super premium wines (vins branchés) / popular premium win (...)
  • 18 Hinnewinkel Jean-Claude, Entre traditions et innovation, entre spéculation et plaisir, quel(s) bor (...)

37Or « y a-t-il place sur le marché mondial pour trois millions d’hectolitres de bordeaux générique rouge chaque année, dans la catégorie des vins branchés (super premium wines17), la seule apte à permettre de supporter les frais de production de nos vins traditionnels ? Ou bien faut-il aller vers un vignoble à deux vitesses ? ». Cette question posée à Porto en 200118 paraît aujourd’hui bien banale tant elle est devenue d’actualité mais elle souligne le caractère structurel de la crise actuelle. La question sous-jacente était en effet « combien de temps mettra-t-on à se rendre compte que la politique du tout château ruine le concept de château ? ». La réponse a été, il faut le reconnaître, plus rapide que l’on pouvait le prévoir (ou l’espérer) et avec elle, la remise en cause du système.

38Outre l’omission récurrente de prendre en compte des échelles temporelles multiples, ce résultat est indiscutablement à mettre en relation avec une absence totale de différenciation des échelles spatiales relatives à la production : un vin générique fournissant trois millions d’hectolitres peu-t-il se gérer à la même échelle qu’un vin de terroir offrant au plus quelques centaines de milliers d’hectolitres, et souvent beaucoup moins ? Cela nous conduit à aborder ainsi la question : quelle échelle pertinente pour quelle gestion du vin

Les multiples échelles spatiales de la gestion des vignobles

Document 27 - Le jeu des échelles spatiales dans le marché des vins

Document 27 - Le jeu des échelles spatiales dans le marché des vins

39Nous retenons ici trois échelles correspondant chacune à un type de gestion de la production : l’échelle locale pour les vins de « terroirs », l’échelle régionale pour les vins génériques, de pays et/ou de cépages et la « petite échelle » des politiques publiques vitivinicoles (document 27).

L’échelle locale de la gouvernance des terroirs

40La réussite du concept de château comme une des clés de la valorisation de l’excellence a conduit à sa banalisation. De même, l’incapacité de la notion d’AOC à promouvoir l’idée de qualité conduit aujourd’hui de nombreux acteurs et chercheurs à se tourner ou à se retourner vers le terroir géographique, construit, non reproductible dans le temps, non-délocalisable dans l’espace. Il correspond à une production « typique » destinée à une catégorie de consommateurs bien identifiée. C’est pour cela que le vin de terroir doit être identifié par une batterie de caractéristiques générales relativement normées et acceptées au moins par la majorité des producteurs, il est donc consensus. Ce terroir ne peut donc correspondre à un vignoble (trop) étendu et relève donc d’une seule échelle, la plus petite, l’échelle locale. À cette échelle, les vins produits sont des vins de l’offre dont la gestion relève des producteurs organisés pour les gérer.

41Une telle conception impose une série de questions dont nous ne pouvons faire l’économie :

  • quel type de vin et quelle qualité pour accéder à une dénomination « vin de terroir » ?
  • ne faut-il pas protéger une dénomination « vin de terroir » pour éviter la dérive « château » ?
  • quel(s) pouvoir(s) pour quelle organisation locale avec quels moyens ?
  • quelle échelle spatiale entre une appellation infra-communale comme les climats bourguignons et l’appellation « bordeaux » ?
  • quelle gouvernance pour un développement durable des terroirs ?

42Nos propositions vont dans le sens d’une organisation forte des producteurs dans le cadre d’une structure dotée de moyens financiers et humains adéquats. Ceci impose forcément de réfléchir à la une taille minimale, pour remplir une exigence de vins de type super premium wines. Cette organisation devra être ouverte à des non-viticulteurs, soit les autres acteurs de la filière ainsi que les autres acteurs du territoire concerté, politiques comme associatifs. Le « terroir » est un patrimoine collectif, un bien public et, comme tel, il est la propriété symbolique de tous. La production de vin de terroir doit correspondre à une adhésion forte pour un projet collectif de développement territorial durable, à la différence sans aucun doute, des vins de pays et même des vins génériques.

La gestion des vins régionaux et des vins de cépages

  • 19 Voir à ce sujet le site « vigneronsdeseve.org » qui reprend les thèses de René Renou.

43L’échelle régionale apparaît comme la seule échelle de production capable de fournir des vins aptes à concurrencer les vins des nouveaux pays producteurs. Ces vins sont ceux de la demande si l’on suit les propositions de l’ancien président de l’INAO, René Renou19. Les caractéristiques principales de ces vins doivent bénéficier, à en croire les spécialistes de communication, d’une identification rapide sinon facile. Ils doivent donc répondre à des critères génériques aisément repérables. Bien sûr, les vins de cépages sont de ceux-là, avec leurs arômes reconnaissables parfois simplistes, une structure des tanins élémentaire et surtout une régularité que le respect du terroir ne peut que difficilement assurer. Ces vins apparaissent bien plus comme des vins techniques que l’on peut produire sur tous les bons sols viticoles. Ils n’ont finalement que de très faibles rapports avec la géographie au sens plein du terme, c’est-à-dire le milieu et la société qui les produit. Ces vins correspondent à une demande croissante car ils prennent la place des vins de consommation courante dans la palette offerte aux consommateurs. Le marché ne peut les ignorer et la taille du vignoble bordelais oblige les producteurs à s’y intéresser car ils constituent un débouché possible voire désirable pour les gros volumes.

44Nous ne devons pas oublier qu’il y a une génération à peine, la moitié de la production bordelaise était issue d’hybrides producteurs de vins dits alors de table. Une partie des actuels bordeaux ne relèvent-ils pas de ce registre, avec des conditions de productions (vignes larges, rendements élevés, etc.) qui leur correspondent ? Pour cette gamme de vins, sans aucun doute le regard doit être porté sur l’importance de la commercialisation, celle qui assure le succès des vins de Gallo et des autres « grosses » structures de productions anglo-saxonnes. Ce segment de la production ne doit-il pas alors être piloté par l’aval ? Seules des entreprises de négoce de taille suffisante sont, à notre avis, susceptibles de s’assurer d’un réseau mondial et d’une communication efficace dans ce domaine. Les mutations sans précédent du marché mondial sont là pour nous appuyer.

  • 20 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenirs, op. cit.

45Vins de terroir pilotés par la production et vins de pays (ou génériques !) et de cépages pilotés par l’aval offriraient ainsi une segmentation claire du marché qui fait aujourd’hui défaut. Sortir du flou et de l’indistinction permettrait au consommateur quel qu’il soit d’opérer ses choix au sein d’un univers plus lisible. Ces deux sphères ne pouvant se tourner le dos, une coordination apparaît comme nécessaire. Une structure « interprofessionnelle » de médiation entre les deux champs (champ des vins de terroir et champ des vins générique) serait chargée d’assurer l’arbitrage entre les producteurs et la sphère de la commercialisation intégrant les grandes surfaces dont la part ne cesse de croire dans la mise en marché. Il serait sans doute nécessaire, pour une vraie gouvernance d’y associer les collectivités territoriales concernées. Car il serait dangereux d’oublier que dans la construction des vignobles européens, les pouvoirs publics ont toujours eu un rôle de premier plan20, à commencer par les rois anglais en Bordelais. Ce qui conduit à aborder la troisième échelle de gestion, la petite, celles des arbitrages nationaux et de plus en plus internationaux.

La petite échelle des politiques publiques

46Cette petite échelle pour les géographes correspond à la plus grande pour le grand public. Ici, elle est l’échelle de la médiation globale entre la filière et la société à l’intérieur d’un espace territorial délimité, qu’il s’agisse d’une région administrative et politique, d’un État ou de l’Europe. L’histoire rappelle là encore le poids considérable des autorités publiques dans la gestion collective de la filière vitivinicole. Celle-ci est l’une des plus réglementées, des mieux encadrées, avec des dispositions qui essaient d’assurer une concurrence loyale sinon parfaite entre les divers types de producteurs.

  • 21 Ibid.

47Mais la mondialisation met à mal ce système réglementaire européen en lui imposant l’ultra-libéralisme des pays anglo-saxons. Faire table rase de son organisation serait sans doute une erreur mortifère pour les vignobles européens et les pouvoirs publics semblent l’avoir compris en soutenant l’Organisation Internationale du Vin dans le cadre des négociations au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce et de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle21. De ce constat découle le nécessaire maintien d’un organisme comme l’INAO qui tout à la fois propose au Ministre de l’agriculture les mesures législatives à prendre mais aussi veille à la bonne application de la politique publique ainsi définie. Toutefois ne peut-on se demander si certaines des tâches qui lui sont confiées ne relèvent pas d’une gouvernance forcément locale plutôt que d’une administration centralisée et tatillonne ?

48Responsabiliser davantage les acteurs locaux constitue un enjeu majeur de réappropriation du terroir par ceux qui le font vivre. Ici, un autre chantier se dévoile qui, mené à son terme, devrait conduire à une clarification des rôles de chacun. L’INAO perdrait son rôle de censeur (le gouvernement du vignoble revenant à la filière elle-même), ne lui attribuant, conformément à la réalité institutionnelle, que le rôle valorisant de gardien du temple.

49Ainsi, la mise en place d’une gouvernance locale de la production des vins de terroirs ne revient-il pas à remettre le terroir géographique au cœur du système ?

Notes

1 Goutouly Jean-Pascal, « Réchauffement climatique. Les pistes possibles pour adapter le vignoble », Agrisalon 30/05/13, http://www.agrisalon.com/fr/permalien/article/6999303/ Les-pistes-possibles-pour-adapter-le-vignoble.html (consulté le 03/10/2014).

2 Moncomble Dominique, « Stratégie des organisations professionnelles : l’exemple de la Champagne », dans http://www.liendelavigne.org/HOME/FR/defaultFR.htm, rapports des conférences, Paris, le 4 avril 2003, La viticulture mondiale face à l’évolution du climat.

3 Descottes Arnaud et Moncomble Dominique (CIVC), « Bilan carbone et plan climat de la Champagne », dans Colloque international « Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles », Dijon-Beaune, 28-30 mars 2007, op. cit.

4 Descottes Arnaud, CIVC, « La Champagne lance le plan climat, Réussir Vigne Avril 2007 - 07/05/07 », http://vigne.reussir.fr/actualites/environnement-la-champagne-lance-le-plan-climat:32622.html (consulté le 17/10/14).

5 En plagiant Corinne Lepage, « Le temps de l’économie durable est arrivé », Le Monde, 23/08/2008.

6 Colloque Chaire Unesco, op. cit.

7 O’Connor Martin, « La lutte contre l’effet de serre ne peut être imposée par le haut », Le Monde, 03/05/2008.

8 http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/dossiers-presse/plan-modernisation/downloadFile/ FichierAttache_1_f0/plandemodernisation.pdf ?nocache=1134040585.85 (consulté le 17/10/14).

9 Compadre César, « Un plan qui tourne à vide », Sud Ouest, 30/05/2008.

10 Feredj Roland, OPA sur la viticulture, Bordeaux, Éditions Féret 2007.

11 Darré Jean-Pierre, L’Invention des pratiques dans l’agriculture. Vulgarisation et production locale de connaissance, Paris, Karthala, 1996.

12 O’Connor Martin, op. cit.

13 Ibid.

14 Organisation internationale de la vigne et du vin, Résolution OIV/VITI 333/2010, Tbilissi, le 25 juin 2010.

15 Hinnewinkel Jean-Claude, Les terroirs des vins d’AOC : des constructions sociales dans la longue durée, HDR, Univ. Bordeaux 3, 2002 ; repris en 2004 dans Les Terroirs viticoles : Origines et Devenirs, Bordeaux, Éditions Féret.

16 Dans une tradition bien française, géographes et historiens voient encore souvent leurs parcours s’entremêler et si les objectifs des sciences historiques et géographiques sont différents, les deux disciplines se retrouvent au sein d’une géo-histoire, popularisée par Fernand Braudel et aujourd’hui revisitée par de nombreux géographes. Il y a aussi Roger Dion qui parle d’une géographie rétrospective

17 Ultra premium wines (vin d’expression) / super premium wines (vins branchés) / popular premium wines (vins faciles d’accès) / basic premium wines (vins de masse)

18 Hinnewinkel Jean-Claude, Entre traditions et innovation, entre spéculation et plaisir, quel(s) bordeaux au 3ème millenaire ?, in DOURO, Estudos & Documentos, Instituto do Vinho do Porto, 2012, p. 257-270.

19 Voir à ce sujet le site « vigneronsdeseve.org » qui reprend les thèses de René Renou.

20 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenirs, op. cit.

21 Ibid.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search