Version classiqueVersion mobile

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Bordeaux, vignoble durable ?

Chapitre 8. Le monde vitivinicole et le changement

Texte intégral

1La culture de la vigne est presque aussi ancienne que la sédentarisation des sociétés humaines. Paradoxalement confrontée aujourd’hui au paradigme du développement durable comme toutes les activités humaines, la production vitivinicole est contrainte très directement par l’achèvement en cours de la mondialisation des marchés des vins comme par l’évolution climatique dont les effets se font sentir tant dans les rangs de vigne que dans la fraîcheur des chais. Depuis quelques années, cette situation inquiète certains acteurs de la filière alimentant leurs craintes quant à l’avenir des terroirs qui constituent un des indéniables avantages comparatifs de la viticulture européenne.

2Les changements contemporains sont ainsi devenus des enjeux qu’il faut replacer dans l’évolution de la culture viticole depuis ses origines avant d’en aborder les conséquences contemporaines.

L’évolution climatique, une constante dans la longue durée

3Les sociétés ont réussi à acclimater la culture de la vigne, plante d’origine méditerranéenne, sous des climats extrêmement divers. Ces acclimatations ont été plus ou moins réussies, mais ont toujours été accompagnées d’une certaine prise de risque rendant, sous d’autres cieux « moins » méditerranéens, cette culture aléatoire. Ceci explique que bien souvent les vignobles correspondent à de véritables niches climatiques où prospèrent une ou deux variétés adaptées aux conditions moyennes du lieu. Ainsi la Bourgogne avec le pinot noir ou le chardonnay, le Bordelais avec les cabernets ou le sémillon, les Côtes-du-Rhône avec le syrah ou le viogner… mais c’est, le plus souvent, dans des conditions limites de culture que sont produits les plus grands vins, c’est-à-dire c’est là où la vigne croît avec difficulté que les arômes et les tannins sont le mieux valorisés.

4On saisit ainsi aisément les craintes de nombreux producteurs de vins fins pour lesquels toute modification du climat, même de faible ampleur, peut remettre en cause le fragile équilibre du terroir et pourrait entraîner des changements fondamentaux dans les conditions de culture et d’élevage des vins. La niche perdrait alors ses caractéristiques et les vins leurs qualités, contraignant le vigneron soit à délocaliser son vignoble vers une autre niche aux caractéristiques proches des actuelles conditions de production, soit à changer de cépages pour utiliser des variétés plus adaptées.

  • 1 Des Champenois exploreraient le sud de l’Angleterre où ils retrouvent un climat frais favorable à (...)

5C’est ainsi que certains chercheurs et professionnels parlent d’implanter des cépages des Côtes-du-Rhône en Bourgogne, que d’autres partent à la recherche de vignobles mieux positionnés climatiquement car, au moins autant que le sol, le climat est une des composantes essentielles du terroir vitivinicole1.

6Or le changement climatique est aujourd’hui vécu comme une réalité pour le monde du vin comme pour l’ensemble de la société. Ses impacts sur le vignoble sont nombreux tant du point de vue de la culture et de l’œnologie (échelle de la parcelle) que de celui de sa géographie (l’échelle du monde). Son point d’orgue est de toute évidence la crainte de sa délocalisation, la production de vin devenant une activité économique à faible ancrage territorial comme beaucoup d’autres (échelle intermédiaire du terroir et des AOC).

  • 2 Agenis-Nevers Marc, « Impacts du changement climatique sur les activités vitivinicoles », ONERC (O (...)
  • 3 Colloque international « Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles » (Di (...)

7À l’échelle locale, celle de la parcelle, la « canicule 2003 » a fait fonction de révélateur des changements climatiques en cours en donnant un aperçu du futur contexte climatique. Ces effets sur les vinifications (document 29) ont amené viticulteurs et œnologues à s’intéresser aux conséquences à court, moyen et long termes des modifications en cours et que dénoncent le rapport de l’ONERC remis en 20052 et le récent colloque de la Chaire Unesco « Culture et tradition du vin3 ».

8Dans ceux-ci est en effet analysé avec précision la manière dont l’évolution du climat affecte la vigne avec :

  • les influences directes liées à l’élévation de la température, la raréfaction de l’eau et l’augmentation de CO² ;
  • les influences indirectes dues au rayonnement, à l’apparition de nouvelles maladies, de parasites et d’adventices.

Document 26 - Les effets du changement de climat sur la filière vitivinicole, d’après ONERC

Document 26 - Les effets du changement de climat sur la filière vitivinicole, d’après ONERC
  • 4 Le « petit âge glaciaire » a marqué l’Europe occidentale entre 1550 et 1850 avec une extension de (...)
  • 5 Duchêne Éric et Schneider Christophe, « Grapevine and Climatic Changes : A Glance at the Situation (...)

9Les modifications de l’environnement paraissent considérables et dans bien des vignobles, la culture de la vigne menacée. Pourtant depuis sa domestication sur les flancs méridionaux du Caucase, la vigne a connu de nombreux aléas climatiques et les sociétés vitivinicoles ont su adapter sa culture aux mutations de l’environnement. Mais depuis le « petit âge glaciaire4 », le monde a connu un mouvement de réchauffement très progressif. La brutale accélération de celui-ci, à partir des années 1980 principalement dans l’hémisphère nord, est imputée, selon les scientifiques, pour une bonne part aux activités humaines. Ses conséquences contraignent ainsi aujourd’hui le monde vitivinicole à se pencher sur la question de la durabilité de cette activité et à ouvrir ses réflexions sur une autre instance que l’économique. L’augmentation des températures qui paraît, aux yeux des professionnels, de loin la plus préoccupante, même si la violence renforcée des averses n’est pas sans incidence sur les sols des vignobles de coteaux et encore plus de montagnes. En effet, le réchauffement climatique se marque à peu près partout par une croissance plus rapide de la vigne, une maturation précoce des sucres et une perte d’acidité, donnant des vins plus alcoolisés et souvent déséquilibrés et, en tout cas pour de nombreux experts, moins aptes au vieillissement5.

10Pour beaucoup de scientifiques, les épisodes de type 2003 sont susceptibles de se reproduire avec leurs vagues de chaleur et de sécheresse alternant avec des épisodes plus frais et pluvieux. Cette variabilité interannuelle pourrait se doubler d’une plus grande variabilité au sein d’une même saison faisant se succéder, sur un temps très court, pics de températures et froids prononcés. On image assez bien la difficulté des viticulteurs à trouver à la fois les bons cépages susceptibles de s’adapter à ces fluctuations que les experts annoncent de plus en plus amples et surtout l’accroissement de la difficulté à produire d’année en année un vin aux qualités constantes afin de fidéliser leur clientèle.

11En France, cette évolution du climat a déjà provoqué une avancée des vendanges de trois à quatre semaines par rapport aux moyennes observées au milieu du XIXe siècle. Au cours des cinquante dernières années, dans de nombreuses régions viticoles la fréquence des jours de gel a chuté permettant une plus grande régularité des récoltes. Par ailleurs, les périodes chaudes se faisaient plus nombreuses favorisant une meilleure maturation des raisins. Ainsi, les premières conséquences sont positives dans les vignobles septentrionaux, comme la Champagne et l’Alsace où la maturation des raisins se fait mieux et la qualité des millésimes s’améliore. Mais, parallèlement, dans les régions viticoles où les conditions climatiques sont déjà optimales pour les cépages utilisés, l’accroissement des températures se traduit souvent par une baisse de l’acidité, un vieillissement prématuré des vins et surtout une perte de typicité. C’est le cas de nombreux vignobles méridionaux, en France comme dans les « nouveaux pays producteurs » comme la Californie, l’Australie ou le Chili.

12Outre l’augmentation de la température, les excès de carbone liés aux fortes émissions de gaz à effet de serre entraînent une plus grande vigueur des vignes qui donnent des raisins plus sucrés et donc des vins plus alcoolisés. D’où, là encore, une perte de typicité se traduisant par un certain écrêtage dans la hiérarchie des vins. Par ailleurs sur les pentes, l’érosion liée à la violence des épisodes pluvieux contraint à imaginer de nouvelles pratiques culturales comme l’enherbement.

  • 6 Trioli Gianni, « Vinidea Italie, Le vrai danger provient de la variabilité », Infowine : http://ww (...)
  • 7 Groupe d’experts inter-gouvernemental sur l’évolution du climat.

13Un autre danger pour le viticulteur (le principal ?) viendra de la plus grande variabilité du climat qui pourrait caractériser l’évolution climatique6. Parallèlement l’eau deviendra un véritable enjeu. Le GIEC7 prévoit par exemple une augmentation des précipitations en hiver en Europe mais aussi une baisse en été obligeant, dans de nombreuses régions, les viticulteurs à avoir recours à l’irrigation. Enfin, en plus des problèmes de production et d’utilisation de l’eau, les viticulteurs seront confrontés à ceux de la consommation d’énergie. Nous le savons le bilan carbone du produit final deviendra un élément de plus en plus important pour le consommateur nécessitant de prendre en compte le poids des transports, de la fabrication de la bouteille et du refroidissement des moûts déjà identifiés comme majeurs dans bilan carbone.

  • 8 Voir la récente crise subie par les vins européens et tout particulièrement français face à la con (...)

14L’environnement dit naturel de la vigne comme l’environnement économique8 change. Ce n’est pas une nouveauté, c’est même dans la longue durée de l’histoire de la vigne et du vin, une constante. La grande inconnue reste l’intensité du phénomène et surtout sa distribution dans le temps et dans l’espace.

La mondialisation, une géographie toujours renouvelée

15La géographie du vignoble mondial (carte 16) est le fruit d’une très longue et permanente évolution rythmée par son expansion progressive depuis le Caucase où la plante aurait pour la première fois été domestiquée mais aussi par des fluctuations de moindre ampleur liées aux changements climatiques du passé. Dans son Histoire de la vigne et du vin en France, Roger Dion décrit les vignes de la France septentrionale, celles de Laon et Soissons mais aussi de Cambrai. Les ducs de Normandie possédaient alors un domaine viticole près de Caen. En Europe, lors du « petit optimum médiéval » (environ 900-1300 apr. J.-C.), avec des températures estimées de 1°C au-dessus des températures actuelles, la vigne était implantée sur les côtes de la Mer Baltique et au sud de l’Angleterre. Les vignes de l’évêque de Liège dominaient la ville et Richard Cœur de Lion possédait un vignoble près de la forêt de Rockingham.

  • 9 Le Roy Ladurie Emmanuel, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 2007

16Les dates de récolte conservées depuis presque mil ans montrent qu’au cours du haut Moyen Âge (XIIe et XIIIe siècles), les vendanges se déroulaient au début du mois de septembre. Puis dès le XIVe siècle, la chute spectaculaire des températures et le raccourcissement de la période végétative lors du « petit âge glaciaire » ont entraîné la disparition des vignobles les plus septentrionaux où la récolte des raisins était devenue difficile9.

17Il paraît utile de noter toutefois qu’en plus des données climatiques, la géographie vitivinicole médiévale était fortement marquée par les difficiles conditions de transport qui rendaient souvent indispensable une production locale de vin de qualité médiocre afin de pouvoir célébrer l’Eucharistie. Si les Anglais se sont tournés très tôt vers les vins de France, de Normandie puis d’Anjou et enfin de Saintonge avant de se replier sur l’Aquitaine à la suite de la reconquête progressive des terres de l’ouest français par les armées des rois capétiens, ils le doivent certes en partie à l’arrivée du « petit âge glaciaire » mais aussi aux opportunités du transport maritime, déclenchant ainsi au départ de Bordeaux le plus gros trafic médiéval.

18Il fallut attendre la révolution industrielle pour voir la culture de la vigne se concentrer dans les régions européennes des latitudes moyennes, entre les 30e et 50e parallèles et, au sein de celles-ci sur les terroirs les plus favorables à l’essor d’une viticulture commerciale. Ceux-ci correspondent d’abord à des régions permettant un transport aisé d’un produit longtemps pondéreux puisque conditionné en barriques, récipient destiné à l’origine au transport. Ce n’est que plus tard, pour les grands vins essentiellement, qu’elles devinrent des récipients d’élevage vinaires puis même de véritables adjuvants de la vinification avec l’emploi de barriques neuves apportant aux vins leurs tannins. Ainsi donc ce furent les vignobles situés en bordure des axes fluviaux puis à proximité d’une voie ferrée qui retinrent l’intérêt des investisseurs et devinrent soit de grands fournisseurs de vins dits de consommation courante soit des vignobles de renom. Et cette situation initiée dès la fin du Moyen Âge perdura jusqu’à la fin des années 1980.

Carte 16 - Les vignes en production dans le monde au début du 3e millénaire

Carte 16 - Les vignes en production dans le monde au début du 3e millénaire

19Parallèlement, l’expansion coloniale européenne fut marquée dans la seconde moitié du XIXe siècle par l’expansion des vignobles ecclésiastiques implantés après les grandes découvertes. En Californie, au Chili, en Argentine, Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande prirent forme des vignobles qui explosèrent un siècle plus tard.

  • 10 Robinson Jancis, « La globalisation du terroir », Géo, hors-série, La Folie des vins du monde, Pri (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

20Plus récemment : « […] la multiplication des passionnés du vin, séduits par l’idée bucolique de sa production et le “style de vie” qu’elle engendre, ont repoussé les limites de la viticulture dans les deux hémisphères10. » Apparaissent alors les vignobles du Chili méridional (Mulchen), de l’île du sud en Nouvelle-Zélande, de la Colombie britannique ou du Danemark mais aussi de l’Asie… Cette dernière expansion se caractérise notamment par l’émergence de nouveaux producteurs sous climat tropical : « Les techniques actuelles de la viticulture tropicale, adaptées aux cycles et à la quantité des pluies, sont si précises que des industries viticoles fleurissent en Bolivie, en Équateur, au Kenya, en Namibie, au Venezuela et surtout au Brésil, où la nouvelle région de Vale de Sao Francisco, abondamment irriguée, se situe à neuf degrés seulement en dessous de l’Équateur11. » Pour comprendre cette viticulture des nouvelles latitudes, il faut prendre en compte « l’adoption générale des technologies modernes, en particulier la réfrigération, pour que les producteurs du Nouveau Monde soient capables d’exporter dans le monde entier des quantités importantes de vins de table stables, jeunes et fruités12. »

21Avec le changement climatique, l’enjeu spatial, à l’échelle du monde, est donc la future cartographie du vignoble mondial avec comme outils la projection des modèles scientifiques. Quelles sont les modifications potentielles ? Quels vignobles sont menacés ? Quelles nouvelles terres seront acquises à la production de vin ?

22Selon le rapport de l’ONERC, le réchauffement climatique entraînera probablement « une progression significative des zones favorables à la culture de la vigne vers le nord. » En effet, alors que les experts prévoient une augmentation de la température supérieure d’un degré dès 2035-2050, pour l’hémisphère nord « une augmentation de 1 degré correspondrait à un déplacement des régions viticoles de 180 km » vers le nord en moyenne alors que les principaux perdants sont les vignobles méditerranéens, appelés à disparaître en grande partie. En France, les vignobles non méditerranéens subsisteraient. En même temps, de nouvelles implantations pourraient se multiplier en France septentrionale. D’où les interrogations des acteurs de la filière vitivinicole sur le devenir des AOC et plus généralement des terroirs.

Inquiétudes pour les terroirs

Des cahiers des charges à revoir ?

23Toujours en suivant les conclusions du rapporteur de l’ONERC, l’une des questions majeures à grande échelle pour le monde vitivinicole est : « comment concilier les changements climatiques avec la notion de terroir ? ». Derrière cette interrogation c’est toute la logique des AOC (Appellation d’origine contrôlée) qui est interrogée.

  • 13 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenir, Bordeaux, Éditions Féret, 2 (...)
  • 14 Schultz Hans R., « Réchauffement climatique, conséquences probables à l’échelle du vignoble mondia (...)

24Reposant sur un cahier des charges qui vient d’être réécrit pour toutes les appellations viticoles françaises dans le cadre de la réforme de la filière en cours, les AOC sont le résultat de la lutte des organisations de producteurs pour protéger leur « label » et défendre l’identité de leurs vins. Initiée au début du XXe siècle avec le vote en France des premières mesures sur la délimitation des appellations, celle-ci aboutit en 1936 aux décrets créant l’INAO et les appellations d’origine contrôlées (AOC)13. Celles-ci définissent les conditions de production, tout particulièrement de culture incluant le choix des cépages, mais aussi de vinification pour garantir aux consommateurs une certaine qualité liée à une certaine origine. Elles reposent sur un environnement particulier et tout changement de celui-ci risque de remettre en cause le fragile « équilibre entre le site viticole, climat, sol, cépage et les systèmes de cultures qui ont parfois évolué au cours des siècles14. » Le rapport de l’ONERC met en avant le cas très évocateur des vins de Sauternes dont les spécificités sont liées au développement d’un champignon, le botrytis cinerea, dans le cadre d’un microclimat très particulier conjuguant faibles précipitations, températures douces et brouillard humide. Il est vraisemblable que le changement climatique en perturbant celui-ci se traduit, en cas de températures plus élevées, par des conditions trop sèches pour le développement du champignon et donc pour la production du sauternes. Faudra-t-il alors avoir recours à d’autres techniques pour obtenir le vin liquoreux ? Devra-t-on réorienter la production vers d’autres types de vins ? Tiendra-t-on compte de la nouvelle donne climatique pour redéfinir les conditions d’obtention de l’AOC, qui n’est refusée actuellement qu’à quelques millésimes, ou bien le label sera-t-il « délocalisé » ? Quoi qu’il en soit, le cahier des charges devra être profondément modifié et c’est le terroir du Sauternes qui est ainsi menacé. Partout la préoccupation est l’avenir de la typicité des vins. Car rapidement il faudra répondre à la question « quels cépages pour quels vins et sur quels vignobles ? ».

Quels vignobles ?

  • 15 Source : http://www.viti-net.com/actualite/international/article/la-viticultureaustralienne-face-a (...)

25Selon les différents scénarii, les vignobles les plus menacés correspondent aux plus méridionaux, comme ceux d’Australie où, dans certaines régions, des phénomènes de sécheresse durent depuis plus de cinq ans15. Ce serait également le cas en Californie, au Chili et en Europe dans les régions méditerranéennes où les prévisions annoncent excès de chaleur, sécheresse et récurrente et érosion des sols exacerbée.

  • 16 Pérard Jocelyne, Chabin Jean-Pierre, Madelin Malika, « Le réchauffement climatique et ses impacts (...)

26À l’opposé, les vignobles septentrionaux seraient favorisés par une meilleure maturation des raisins, cas de la Champagne et de l’Alsace en France et les experts prévoient même une extension des vignobles en latitude avec, dans l’hypothèse haute (+ 4° à +5° C), la réimplantation de la vigne en Suède ainsi que ce fut le cas avant le Petit âge glaciaire16.

27Entre ces deux extrêmes, les vignobles intermédiaires seraient confrontés à la question de l’adaptabilité des cépages et de leur éventuel remplacement.

Quels cépages ?

  • 17 Institut national de la recherche agronomique.
  • 18 Seguin Bernard, « Le réchauffement climatique est ses conséquences pour la viticulture », Colloque (...)

28Certains cépages se caractérisent par une grande plasticité qui leur a d’ailleurs permis de conquérir le monde. Ainsi chardonnay, cabernet, sauvignon ou syrah sont susceptibles de supporter des évolutions climatiques assez marquées. Par contre le pinot ou le riesling seraient moins adaptables, ce qui contraindrait les viticulteurs à adopter d’autres cépages. L’INRA17 a étudié, avec succès, la possibilité de cultiver la syrah en Bordelais, Cognac, Val-de-Loire, Alsace et Champagne. Mais bien sûr « le produit obtenu sera de toute façon différent de celui connu traditionnellement18. » Les terroirs en seraient alors profondément affectés, et avec eux la typicité des vins, l’une des valeurs principales des AOC.

Quels vins ?

29Quel que soit le scénario (+2° C ou +4° C), le vinificateur européen devra faire face à :

  • une avancée de tous les stades phénologiques ;
  • une augmentation de la biomasse et des rendements due aux teneurs élevées en CO2 de l’atmosphère ;
  • une augmentation des degrés alcooliques et des pH de plus en plus élevés.
  • 19 Cassagnes Juliette, « Réchauffement climatique. Le devenir de nos vins : “Un nivellement des quali (...)
  • 20 Pitte Jean-Robert, « L’augmentation du sucre dans les vins : réchauffement du climat ou changement (...)

30À chaque avancée, cette évolution rapprochera un peu plus les terroirs européens actuels des conditions des vignobles de l’hémisphère sud, menaçant la planète vitivinicole d’un nivellement, une sorte d’uniformisation qualitative des appellations, les cépages atteignant tous leur optimum qualitatif19. C’en serait alors fini de la typicité des vieux terroirs viticoles ! La menace d’une uniformisation mondiale n’est malgré tout pas à porter au seul crédit de l’évolution climatique. Elle est aussi imputable, pour partie, à la mode des vins « sucrés20 ».

  • 21 Seguin Bernard, art. cit.

31Boisés ou non, sucrés ou pas, les vins du futur seront différents des vins actuels comme les vins actuels sont différents de ceux du Moyen Âge. De ce fait, « les terroirs du futur seront différents des terroirs d’aujourd’hui21 ». Mais alors, quelle pourrait être leur configuration dans une perspective de permanence ? Finalement comment les faire vivre dans un contexte environnemental en mouvement ?

Notes

1 Des Champenois exploreraient le sud de l’Angleterre où ils retrouvent un climat frais favorable à la production de vin mousseux et des sols crayeux semblables à ceux de la Champagne.

2 Agenis-Nevers Marc, « Impacts du changement climatique sur les activités vitivinicoles », ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique) http://www.developpement-durable.gouv.fr/Note-technique-no3-Impacts-du.html (consulté le 17/10/14).

3 Colloque international « Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles » (Dijon-Beaune, 28-30 mars 2007), http://chaireunesco-vinetculture.u-bourgogne.fr/colloques/actes_clima/Accueil.htm (consulté le 17/10/14).

4 Le « petit âge glaciaire » a marqué l’Europe occidentale entre 1550 et 1850 avec une extension de la banquise Arctique et à une avancée des glaciers en montagne. Le paroxysme de froid est atteint entre les années 1570 et 1730. Auparavant, l’Europe du Nord, le Canada et l’Asie orientale avaient connu un épisode chaud entre 900 et 1000, à l’époque de la conquête du Groenland, le « Pays vert » par les Vikings.

5 Duchêne Éric et Schneider Christophe, « Grapevine and Climatic Changes : A Glance at the Situation in Alsace », Agron Sustain, Dev. 25, 2005, pp. 93-99.

6 Trioli Gianni, « Vinidea Italie, Le vrai danger provient de la variabilité », Infowine : http://www.infowine.com/default.asp?scheda=5457 (consulté le 21/10/2014).

7 Groupe d’experts inter-gouvernemental sur l’évolution du climat.

8 Voir la récente crise subie par les vins européens et tout particulièrement français face à la concurrence des nouveaux producteurs de l’hémisphère sud.

9 Le Roy Ladurie Emmanuel, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 2007

10 Robinson Jancis, « La globalisation du terroir », Géo, hors-série, La Folie des vins du monde, Prisma presse, pp. 8-9. Il manque l’année.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenir, Bordeaux, Éditions Féret, 2004.

14 Schultz Hans R., « Réchauffement climatique, conséquences probables à l’échelle du vignoble mondial », Revue des Œnologues, n ° 124, 2007, pp. 7-9.

15 Source : http://www.viti-net.com/actualite/international/article/la-viticultureaustralienne-face-a-la-menace-du-rechauffement-climatique-12-35795. html (consulté le 17/10/14).

16 Pérard Jocelyne, Chabin Jean-Pierre, Madelin Malika, « Le réchauffement climatique et ses impacts sur les vignobles », Revue des Œnologues, no 125, 2007, pp. 7-9.

17 Institut national de la recherche agronomique.

18 Seguin Bernard, « Le réchauffement climatique est ses conséquences pour la viticulture », Colloque « Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles ? », 28-30 mars 2007. http://chaireunesco-vinetculture.u-bourgogne.fr/colloques/actes_clima/Actes/Article_Pdf/Seguin.pdf (consulté le 21/10/2014).

19 Cassagnes Juliette, « Réchauffement climatique. Le devenir de nos vins : “Un nivellement des qualités organoleptiques à travers les appellations” », Viti-net, http://www.viti-net.fr/outils/fiches/fichesdetail.asp?id=39633 (consulté le 21/10/2014).

20 Pitte Jean-Robert, « L’augmentation du sucre dans les vins : réchauffement du climat ou changement de goût ? », Colloque « Réchauffement climatique, quels impacts probables sur les vignobles ? », 28-30 mars 2007, http://chaireunesco-vinetculture.u-bourgogne.fr/colloques/actes_clima/Actes/Article_Pdf/J-R.Pitte.pdf (consulté le 21/10/2014).

21 Seguin Bernard, art. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search