Version classiqueVersion mobile

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Bordeaux, vignoble durable ?

Introduction

Texte intégral

1L’histoire le rappelle, une fois reconnu, un terroir géographique se maintient dans le temps si la société qui l’a fait naître est suffisamment structurée et organisée pour le permettre. Son histoire et la compréhension des conditions de fonctionnement se succédant dans le temps permettent d’expliquer sa permanence et sont des éléments indispensables à une bonne prise de décision des acteurs. Ces derniers peuvent ainsi maintenir la trajectoire la plus favorable assurant la résilience du système territorial.

2Nous avons abordé plus haut la longue construction du vignoble bordelais et de ses terroirs, faite d’âges d’or, de crises et de phases de résilience conduisant vers un nouvel équilibre. C’est le sens que nous donnons au développement durable, pris dans sa dimension de permanence. Il n’a, pour nous, de signification que dans le cadre d’une prise en compte globale de l’espace géographique considéré. Il s’agit en effet d’analyser les conditions de développement durable des terroirs géographiques en considérant d’égale importance ses dimensions économique, environnementale, culturelle, sociale et politique. Ne considérer que l’un de ces facteurs est en effet réducteur et peu efficace.

3Pour saisir toutes les facettes de la complexité du développement durable d’un vignoble, il paraît indispensable de retracer son histoire, quelle que soit l’échelle retenue et d’en reconstruire les étapes de son développement. Car pour les acteurs territoriaux, le développement durable repose sur leur capacité à lier le passé, champ du pouvoir judiciaire, le présent qui est celui de l’exécutif et l’avenir celui du politique. Nous nous trouvons d’ailleurs là le cœur de la difficulté de tout exercice de prospective, dans la mesure où il impose ce grand écart entre le temps du chercheur qui se fait prévisionniste et celui de l’exécutif qui reste celui de l’action.

4Nous avons, dans la première partie, essayé d’éclairer les conditions de la durabilité du vignoble bordelais en mettant l’accent sur sa longue construction territoriale appuyée sur un arbitrage du politique, tutelle de ce territoire. Il paraît nécessaire maintenant, pour aborder la phase prospective de notre réflexion, de changer d’échelle spatiale pour nous situer désormais au niveau des terroirs géographiques. C’est donc à la durabilité de ces terroirs qu’il convient, à ce stade de notre réflexion, de porter plus particulièrement notre attention.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search