Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Le vignoble de Bordeaux aujourd'hui

Chapitre 7. Les dynamiques du système actuel

Texto completo

1Dans ce système dont la permanence est manifeste, ainsi que nous l’avons souligné en première partie, qu’est-ce qui ne fonctionne plus ? Quelles sont les multiples facettes de la crise qui la secoue depuis le début du XXIe siècle ?

Le temps des crises

2Les difficultés contemporaines sont indiscutablement liées au positionnement des vins de Bordeaux sur un marché désormais mondialisé.

Une crise économique

  • 1 Arnaud Francis, « La filière du vin de Bordeaux : actualité et perspective », Entreprise & Patrimo (...)

3La crise contemporaine a fait l’objet de multiples analyses, principalement de la part des économistes et comme toujours ont été identifiées des causes conjoncturelles et structurelles. Ainsi sont le plus souvent retenues le ralentissement des exportations, l’évolution du marché français sous l’effet cumulé de la baisse tendancielle de la consommation de vin et d’une conjoncture internationale défavorable, la diffusion de la crise aux « équipementiers » de la filière, la mondialisation de la concurrence avec la compétitivité croissante de vins des Amériques, d’Afrique du Sud et d’Australie, une mauvaise image de certains vins et une lisibilité difficile des étiquettes bordelaises qui atteste d’un marketing insuffisant avec 57 AOC différentes, 8 000 châteaux…1

  • 2 « Vin et société », article publié le 03/08/2011 suite à l’entretien réalisé avec Roland Feredj, d (...)
  • 3 Haussalter Georges, « Bordeaux ne connaît pas la crise », Terre de Vins, 18 décembre 2012, http:// (...)

4Cette crise économique, si l’on suit les analyses des professionnels, relèverait aujourd’hui du passé : « 2010 est une année de reprise après les conséquences de la crise de 2008. Ainsi, nous avons constaté un effondrement des vins sortis de la propriété de-20 % entre janvier 2008 et septembre 2009, soit une perte de 1,2 million d’hl2. » Ce constat est confirmé en 2012 par le président du CIVB Georges Haussalter : « Si la conjoncture actuelle et future reste difficile les résultats économiques pour l’année 2012 peuvent être considérés comme satisfaisants3. » Seule ombre au tableau, le fléchissement du marché français (-2 %) qui serait dû à une évolution culturelle avec les jeunes et les femmes plus attirés par les vins rosés ou blancs alors que le rouge représente 90 % du vignoble bordelais.

5Pourtant, sur le terrain les manifestations d’exaspérations se poursuivent. Le mal paraît en effet plus profond pour certains et la crise économique se double d’une profonde crise sociale.

Une crise sociale

6La responsabilité pourrait en être attribuée à l’inadaptation de la production aux marchés, comme ce fut souvent le cas dans le passé, avec en première ligne une mauvaise segmentation qui contraint les producteurs de bordeaux à suivre des cahiers des charges écrits pour la production de vins de terroirs géographiques qui sont le cœur du marché des vins intermédiaires. Or tous les vins produits en Gironde ne peuvent trouver place sur ce marché et doivent donc se replier en partie sur le marché des vins « basics » en mettant en péril les exploitations.

  • 4 Compadre César, Sud Ouest, 13/10/2012.

7La crise de 2007 a ainsi mis les trésoreries d’une partie de la filière dans le rouge. Sur les revenus de l’année 2010, et pour les viticulteurs au régime fiscal du réel, 23 % d’entre eux ont un bilan en déficit. Plus encore (27 %) ont dégagé moins de 10 000 euros de revenu, sachant que le Smic est à 17 000 euros brut, les deux tiers des producteurs sont en dessous, regrette Bernard Solans, président des coopératives d’Aquitaine.4

8Cette crise sociale est notamment visible à travers l’émergence de « collectifs » de viticulteurs mécontents qui traduit cette impossibilité pour de nombreux viticulteurs de faire vivre leur exploitation aux conditions actuelles du marché du vrac des vins d’appellation régionale « bordeaux ». Ils contestent le plus souvent les choix du CIVB et prônent une meilleure organisation et surtout la régulation du marché.

  • 5 http://www.sudouest.com/221107/vil_gir_langon.asp?Article=221107aP1164033.xml (3 sur 4) 22/11/2007
  • 6 Ibid.

9« Politiques assassines5 », c’est ainsi que Didier Cousiney, président du Collectif des viticulteurs du Sud Gironde qualifie en 2007 la politique du CIVB lors d’une manifestation dans la capitale girondine. Il s’insurge alors contre ce qu’il appelle « une désinformation grotesque ». Selon lui, le discours officiel n’aurait rien à voir avec la réalité : « Le prix à la production est issu d’une soustraction entre le prix de vente consommateur et les différentes marges des distributeurs. Apparemment, ils se situeraient en bordeaux générique aux alentours de 900 euros ». Comme alternatives pouvant permettre de survivre aux producteurs commercialisant dans ce segment de marché, il propose la réduction des intermédiaires, le changement de segment de marché ou encore l’adaptation des coûts de production : « 50 hectolitres par hectare à 900 euros le tonneau, cela ne permet pas de couvrir les coûts de production. Il faudrait 62 hl/ha pour relancer la dynamique économique, être présents sur les marchés, être attractifs pour nos distributeurs, pour rester dans le goût désiré par notre fraction de consommateurs et garder un outil de travail performant », résume-t-il avant de s’en prendre à l’arrachage, la distillation, la réduction de rendement, qu’il qualifie de « politiques assassines ». Et de poursuivre : « Pour s’en sortir nous demandons une grève des paiements des taxes interprofessionnelles et fiscales liées au vin tant que les volumes revendiqués ne sont pas obtenus, mais aussi de pouvoir commercialiser le vin d’autres vignerons quand certains en manquent alors que d’autres bradent leurs stocks. Nous demandons de ne pas créer de nouvelles contraintes afin que nous puissions sortir la tête de l’eau. Si Bordeaux ne s’est pas souvent illustré par de grands élans de solidarité, méfions-nous tout de même des réactions isolées d’individus désespérés6. »

10On retrouve là l’épineuse question de la segmentation et du positionnement de certains bordeaux sur le marché…

11Leur manifestation est la marque visible des difficultés d’une économie paysanne qui a été l’un des fondements du vignoble bordelais jusqu’à ces dernières décennies. Rappelons seulement ici que ce sont ces petits viticulteurs qui furent à l’origine des appellations au début du XXe siècle, puis de la création des caves coopératives (une bouteille de Bordeaux sur quatre) dans les années 1930. Le paysage du Bordelais leur doit une grande partie de sa physionomie. En cela, cette crise sociale est une vraie crise structurelle. Ce sont bien les fondements du vignoble bordelais qui sont aujourd’hui menacés par la multiplication des friches, signes les plus visibles de la déprise des terroirs avec le déclin de la viticulture paysanne (photo 3).

Photographie 3 - La côte à Sainte-Croix-du-Mont : une déprise ancienne de plus en plus visible

Photographie 3 - La côte à Sainte-Croix-du-Mont : une déprise ancienne de plus en plus visible

© Jean-Claude Hinnewinkel.

Une crise des terroirs

12Cette crise des terroirs ne se marque pas seulement dans les paysages avec une extension des friches. Nous avons noté plus haut la crise des appellations. Celle-ci se traduit par un potentiel humain qui se délite avec des exploitations sans repreneur mais aussi des difficultés à recruter des actifs pour la viticulture, les centres de formations étant loin de faire le plein. La viticulture paysanne est menacée et avec elle toute l’organisation des terroirs du Bordelais et donc du vignoble. Porter uniquement l’attention sur les seules exploitations jugées économiquement rentables, c’est-à-dire les plus grandes ne peut qu’accélérer ce déclin et avec lui le déclin de toutes les campagnes girondines que quelques grands châteaux prestigieux disséminés ici et là ne parviendront certainement pas à maintenir en vie. Ce sont notamment les bourgs ruraux, situés à distance de la métropole bordelaise, et vivant principalement des services dédiés au monde viticole qui vont souffrir de la perte de potentiel économique de leur arrière-pays. C’est aussi l’entretien des paysages qui ne sera plus assuré, marque d’une déprise territoriale bien connue dans d’autres régions agricoles sinistrées comme le Gers par exemple.

13C’est donc un plan d’urgence pour sauver les terroirs que la crise contemporaine requiert de la part non seulement des professionnels mais aussi, et comme toujours, en pareil cas, des politiques. La solution ne sera pas seulement économique mais globale et donc territoriale.

Les réponses apportées à la crise

14Elles sont de deux ordres, gérer l’urgence et préparer un avenir plus serein.

Gérer l’urgence, entre collectif et individualisme

15Les réponses à la crise sont souvent le fait d’entreprises individuelles. Les propriétaires de châteaux s’orientent vers des productions susceptibles de conquérir de nouveaux marchés comme les vins « bio » ou les vins boisés. Ils accentuent leurs actions de communication, proposant une nouvelle image de leurs produits avec par exemple la mise en avant de vins de femmes. L’œnotourisme prend de l’essor.

  • 7 Corade Nathalie, « The Wine Cooperatives of Gironde : What Future Prospects ? », Oenometrie XV, Co (...)

16Comme souvent par le passé, la profondeur de la crise se traduit par un retour du collectif. Les actions collectives sont alors principalement le fait des caves coopératives qui accentuent leur regroupement sur le plan commercial7 pour peser davantage sur le marché, face ou en partenariat avec le négoce.

17Mais l’on constate aussi un renouveau des solidarités avec la formation de « collectifs de viticulteurs » qui, comme dans le sud de la Gironde, se regroupent pour commercialiser directement leurs vins en vrac et tenter ainsi contourner le négoce. D’autres, enfin, s’associent pour là encore mutualiser leur force de vente pour des vins en bouteilles cette fois.

  • 8 http://lapiolette.fr/vigneron-aquitaine-commerce-equitable.pdf (consulté le 17/10/14).
  • 9 Le GIE Vignerons d’Aquitaine mise sur le commerce équitable, César Compadre, Sud Ouest, 17/05/2011
  • 10 http://www.lejournalduvin.com/2011/05/gie-vignerons-d%E2%80%99aquitainel%E2%80%99union-fait-la-for (...)

18Le GIE Vignerons d’Aquitaine8, réunit 30 vignerons principalement bordelais et 2 coopératives9. Ce GIE a montré son utilité après un an d’exercice, et permis d’écouler 775 000 bouteilles de vins, dans une large fourchette de prix qui va, en gros, de 3 à 9 euros la bouteille. L’export représente la moitié des ventes. Ce GIE met en marché une soixantaine de références et de vins différents, et donne à ses membres une opportunité commerciale que le négoce ne procurait qu’à des prix très bas, ou bien en vrac. Devant ce premier bilan prometteur, le GIE envisage d’ouvrir bientôt un bureau à Londres10. « Chacun d’entre nous avait régulièrement des demandes de clients impossibles à satisfaire : quantités trop importantes, couleur ou niveau de prix indisponibles… En toute transparence, ces informations circulent désormais entre nos membres, qui deviennent les uns pour les autres des apporteurs d’affaires », précise Jean Renaud, animateur de la structure et vigneron dans le Sud Gironde.

19Le GIE dispose d’un catalogue avec une soixantaine de vins dans trois catégories : entrée de gamme (3,5 à 4,50 euros TTC la bouteille), coup de cœur (5 à 6 euros) et grands vins (7 euros et plus). Via ce système d’entraide, chaque producteur y a mis ses références disponibles. En un coup d’œil, tout vigneron peut ainsi informer un contact commercial. « Autant de ventes qui auraient pu être perdues. Grâce à cette aventure humaine, j’ai réalisé ma première expédition à l’export et une première animation en grande surface, au Leclerc de Langon, où des vins du GIE étaient en tête de gondole début mai », témoigne Jean-Christophe Crachereau, responsable des expérimentations à la Chambre d’agriculture de la Gironde, il est aussi gérant de l’exploitation familiale (château Rozier-Morillons, 20 hectares à Donzac).

20En un an, 775 000 bouteilles ont été écoulées, via le groupement, auprès d’une vingtaine de clients ; pour moitié à l’export, notamment en Chine. « Des quantités valorisées en bouteilles en moyenne à 40 % de mieux que les cours du vrac (environ 800 euros par tonneau de 900 litres). Ce qui aurait été le tarif si la transaction avait eu lieu par l’intermédiaire du négoce. La valeur ajoutée est restée à la propriété », se réjouit J. Renaud. « D’autant que notre action s’inscrit dans une démarche citoyenne : au-dessus de 2 euros HT prix départ, nous pouvons apposer sur l’étiquette notre logo Commerce équitable français, vigneron paysan, par ailleurs déposé à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) », précise Daniel Sanfourche, à la tête du château Loupiac-Gaudiet.

21Parallèlement, compte tenu de l’importance économique du monde viticole dans le département de la Gironde, les collectivités territoriales apportent des réponses politiques. Aux premiers rangs de celles-ci, sont impliqués le Conseil régional d’Aquitaine et le Conseil général de la Gironde. Parmi les actions promues par la Région nous en retiendrons deux : la création de l’ISVV et le label « Destination vignobles » (voir ci-dessus). Le Conseil général de la Gironde, comme ses devanciers de l’entre-deux-guerres, apporte un soutien direct aux exploitations en difficulté Le rôle des acteurs publics vise souvent à redonner à Bordeaux l’image d’une capitale mondiale du vin avec la volonté de faire de l’aéroport une porte d’entrée du vignoble, avec la Fête du vin sur les quais à Bordeaux, tous les deux ans en alternance avec Vinexpo, avec surtout la Maison des civilisations du vin à l’entrée du port de « La Lune ». Il semble que la volonté soit de se recentrer pour mieux s’ouvrir sur l’extérieur, logique de communication que l’on retrouve en première ligne dans le « Plan Bordeaux ».

Plan « Bordeaux Demain »11

  • 11 http://nemesis-fc.fr/wp-content/uploads/2014/03/Plan_Bordeaux_Demain__Projet_19_juillet___v9__2_in (...)
  • 12 Titre donné par « Vin et société » à l’article publié le 03/08/2011 suite à l’entretien réalisé av (...)
  • 13 http://www.vinetsociete.fr/magazine/article/bordeaux-un-plan-pour-une-reconquête (consulté le 17/1 (...)

22C’est la réponse des organisations professionnelles bordelaises. Communiquer, vendre et se vendre, se regrouper sont les maîtres mots de « Bordeaux un plan pour une reconquête12 ». Selon, Roland Feredj, le directeur du CIVB de l’époque : « Le Plan “Bordeaux Demain” propose donc une approche globale qu’il s’agisse de l’organisation du marché, de la compétitivité des entreprises, de la diversification et valorisation de l’offre, du recentrage des actions interprofessionnelles, du développement d’activités annexes ou de la protection des terroirs…13 »

  • 14 Ibid.

23Comme le soulignent les cinq mesures d’urgence retenues (document 28), la logique commerciale et libérale a été alors privilégiée. La seule durabilité qui soit réellement abordée est celle de l’environnement « naturel », à travers le respect des contraintes environnementales et la protection/conservation des terroirs agronomiques. « Nous veillons, avec notre commission terroir (au sein d’une commission terroir à laquelle participe la Chambre d’agriculture, l’Inao, les collectivités, le Sysdau et naturellement les syndicats d’appellation autour de leur fédération), à pister les atteintes aux paysages et aux dérives d’une urbanisation mal conduite sans hésiter à mener des actions “punchy” devant les tribunaux. Il est important pour nous de veiller à la préservation de l’espace et de l’outil de production » renchérit le directeur du CIVB14.

Document 25 - Le Plan « Bordeaux Demain »

24Extrait de la présentation du lundi 19 Juillet 2010, p. 124.

  • 15 Ibid.

25Par contre, la durabilité des terroirs géographiques est passée sous silence. Tout juste est-il possible de les retrouver à travers un autre volet de développement, l’œnotourisme : « Dans ce domaine, la Route des Vins d’Alsace, est exemplaire. C’est le rêve de tout le monde ! Mais notre vignoble est plus grand… Nous travaillons donc avec la ville de Bordeaux, qui fait un gros travail, le Département et la Région. Nous développons un système de géolocalisation des exploitations viticoles sous forme d’application Smartphone pour faciliter l’accès aux propriétés et négoces du vignoble. Nous espérons bien sûr que le volet hôtellerie/restauration va se développer en même temps… [car] avec la crise, il faut développer les activités complémentaires de revenus, revoir les modalités d’accueil et les durées d’ouverture. Le vignoble possède des centaines de très beaux châteaux ! Bien accueillir les visiteurs, c’est une façon de fidéliser les gens. C’est aussi un moyen de développer la vente directe. Nous encourageons aussi le développement d’un tourisme doux, avec la création de pistes cyclables… » précise Roland Feredj15.

26Le volet social paraît indigent, principalement limité à abonder les mesures d’arrachage proposées au niveau européen. Tout comme sont quasi absents, en dehors de l’oenotourisme, les terroirs géographiques. Pourtant ils sont bien un des piliers du vignoble bordelais.

Quelle prise en compte des terroirs, des noyaux d’élite » ?

  • 16 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenirs, Bordeaux, Éditions Féret, (...)

27À travers ce survol rapide des mesures et propositions pour lutter contre la crise, il ressort que sont surtout envisagées des mesures à caractère économique pour soutenir ou relancer le marché. L’une des pistes les plus pertinentes est notamment celle d’une meilleure « segmentation » du marché qui pour être indispensable16 n’en comporte pas moins des dangers réels pour les terroirs bordelais. En effet, la logique mise en place ne peut que se traduire par une déconnexion du terroir-territoire avec un quasi-rejet de l’appellation dont on ne retient qu’une marque « commerciale » sans encrage véritable quand le Bourgogne tend à se confondre avec ses « climats ». On ne trouve à peu près aucune piste de réflexion concernant le maintien du potentiel de production de cette viticulture paysanne qui est à l’origine de la plupart des terroirs du Bordelais, y compris des plus prestigieux. On ne voit pas de mesures susceptibles de revaloriser ou d’encourager les multiples « noyaux d’élites » qui ont fait leur renommée. S’il est question de développement durable de la filière, il est purement économique. Sans volonté d’un aménagement territorial, durable pour sacrifier à la mode, il n’y aura pas de durabilité pour les terroirs et ce qui en fait leur vitalité : le maintien d’un vivier d’exploitations dense, seul susceptible de maintenir la vie dans les cantons ruraux.

Conclusion

28Au sein d’une viticulture de plus en plus diversifiée, il est possible d’identifier aujourd’hui trois grandes catégories de situations :

  • des grandes exploitations disposant de toutes les compétences ;
  • des exploitations moyennes faisant appel à un réseau de services et donc dépendantes de la structuration du vignoble ;
  • des petites exploitations menacées de disparition en dehors de la coopération par manque de moyens.

29Or le modèle bordelais repose depuis des siècles sur ces trois grandes catégories de producteurs regroupées autour de ses noyaux d’élites. En sacrifier une sur l’autel de la rentabilité économique, au prix d’un désengagement territorial, c’est renoncer à maintenir le vignoble de Bordeaux sur la flèche du temps qui a été la sienne jusqu’alors. C’est sacrifier les terroirs pour satisfaire les enjeux financiers, une fois de plus.

30Est-il d’autres solutions pour maintenir et rendre plus compétitives les exploitations moyennes, pour éviter le pire au plus grand nombre des plus petites, que de renforcer les mailles du réseau de noyaux d’élites existant ?

31C’est toute la question de la durabilité du vignoble bordelais qui est ici posée.

Notas

1 Arnaud Francis, « La filière du vin de Bordeaux : actualité et perspective », Entreprise & Patrimoine, http://www.mbacapital.com/fr/article-impression.html?id=filiere-vin-bordeaux-actualisé (consulté le 31/10/2011).

2 « Vin et société », article publié le 03/08/2011 suite à l’entretien réalisé avec Roland Feredj, directeur du CIVB, http://www.vinetsociete.fr/magazine/article/bordeaux-un-plan-pour-une-reconquete (consulté le 17/10/14).

3 Haussalter Georges, « Bordeaux ne connaît pas la crise », Terre de Vins, 18 décembre 2012, http://www.terredevins.com/bordeaux-ne-connait-pas-la-crise/ (consulté le 17/10/14).

4 Compadre César, Sud Ouest, 13/10/2012.

5 http://www.sudouest.com/221107/vil_gir_langon.asp?Article=221107aP1164033.xml (3 sur 4) 22/11/2007.

6 Ibid.

7 Corade Nathalie, « The Wine Cooperatives of Gironde : What Future Prospects ? », Oenometrie XV, Collioure, 29-31 mai 2008.

8 http://lapiolette.fr/vigneron-aquitaine-commerce-equitable.pdf (consulté le 17/10/14).

9 Le GIE Vignerons d’Aquitaine mise sur le commerce équitable, César Compadre, Sud Ouest, 17/05/2011.

10 http://www.lejournalduvin.com/2011/05/gie-vignerons-d%E2%80%99aquitainel%E2%80%99union-fait-la-force/ (consulté le 17/10/2014).

11 http://nemesis-fc.fr/wp-content/uploads/2014/03/Plan_Bordeaux_Demain__Projet_19_juillet___v9__2_integral.pdf (consulté le 17/10/14).

12 Titre donné par « Vin et société » à l’article publié le 03/08/2011 suite à l’entretien réalisé avec Roland Feredj, directeur du CIVB : http://www.vinetsociete.fr/magazine/article/bordeaux-un-plan-pour-une-reconquete

13 http://www.vinetsociete.fr/magazine/article/bordeaux-un-plan-pour-une-reconquête (consulté le 17/10/14).

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Hinnewinkel Jean-Claude, Les Terroirs viticoles : Origines et Devenirs, Bordeaux, Éditions Féret, 2004.

Índice de ilustraciones

Título Photographie 3 - La côte à Sainte-Croix-du-Mont : une déprise ancienne de plus en plus visible
Leyenda © Jean-Claude Hinnewinkel.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4057/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4057/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 206k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540