Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Le vignoble de Bordeaux aujourd'hui

Introduction

Texte intégral

1Aujourd’hui l’aire du bordeaux correspond au département de la Gironde, à l’exception de sa partie sud-occidentale et occidentale couverte par les sables landais. Plus vaste ensemble d’AOC français, le vignoble bordelais couvre aujourd’hui environ 115 000 hectares. La vigne y occupe à peu près tous les types de sols disponibles, en dehors des fonds de vallée. Le vignoble de Bordeaux se caractérise par un système territorial d’une grande complexité où voisinent la plupart des types de terroirs et d’exploitations qu’il est possible de rencontrer dans le monde vitivinicole.

2La complexité territoriale du vignoble de Bordeaux s’exprime au travers de ses quelques 60 appellations d’origine contrôlée (AOC) qui composent une marqueterie de pays viticoles des plus variées où se côtoient vignobles producteurs de vins prestigieux et vignobles de vins plus courants. S’en dessine une mosaïque de terroirs agronomiques très différents avec des vignobles de graves en rive gauche de la Garonne alors que, de part et d’autre de la Dordogne et en rive droite de la Gironde, dominent les sols argilo-calcaires. Les variations d’expositions, celles des faciès pédologiques en font un ensemble multi-faces où la monotonie n’est ressentie que dans les confins orientaux de l’Entre-deux-Mers.

3Mais tout autant que la nature du sol, l’histoire plus ou moins longue de chaque vignoble est à l’origine de la production de vins bien identifiés. Leurs caractéristiques relèvent sont bien souvent le fruit d’organisations de producteurs plus ou moins dynamiques responsables de l’émergence dans le temps de « noyaux d’élites viticoles plus ou moins performants et surtout ayant donné naissance à des espaces géographiques assez différenciés.

4Quel point commun entre le vignoble de l’Entre-deux-Mers, véritable « Languedoc » bordelais avec son réseau dense de caves coopératives et le vignoble du Médoc et ses châteaux du XIXe siècle promus au rang de crus classés en 1855 ? L’on pourrait établir une géographie des terroirs du Bordelais avec autant de personnalités que d’espaces structurés par les organisations de producteurs qui ont modelé les paysages du Bordelais à leur image. Il s’en suit, selon les terroirs, des visages sensiblement différents

5Dans le Médoc, des constructions ostentatoires sont disséminées sur les meilleures croupes de graves entre des bourgs abandonnés aux ouvriers agricoles et le plus souvent assez mal valorisés. À l’opposé, les campagnes de l’Entre-deux-guerres offrent à l’observateur un habitat modeste et dispersé, perdu au milieu d’une mer de vignes. Entre ces deux cas exemplaires, toutes les situations intermédiaires existent. Elles vont de Saint-Émilion, aujourd’hui classé patrimoine mondial par l’Unesco pour ses paysages autour du bourg, dont le patrimoine architectural est de longue date valorisé aux constructions plus modestes du Médoc mais de belles factures situées au milieu de leur parc entouré de vignes. Chacune de ces situations correspond à une organisation sociale originale et à une plus ou moins grande notoriété. Cette diversité bordelaise permet finalement d’y retrouver toutes les formes organisationnelles des espaces vitivinicoles et c’est au niveau des terroirs que peuvent ici s’apprécier les rapports entre le modèle organisationnel, l’organisation sociale, le fonctionnement des pouvoirs et leurs incidences sur les paysages et sur les qualités des vins.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540