Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Les fondements géohistoriques du vignoble

Introduction

Texte intégral

1L’analyse du développement d’un vignoble dans la longue durée requiert une prise en compte des multiples temporalités qui régissent les rapports entre passé, présent et avenir. Outre celle de la longue durée, il nous faut aussi retenir les temporalités du temps court mais aussi celles des temps intermédiaires.

La longue durée qui est le temps des réputations

2C’est le temps de la construction des images, le temps de la succession des systèmes vitivinicoles qui, lors de chaque remise en cause, a permis de générer un nouveau vignoble sur les décombres de l’ancien. Pour rester dans le cas du Bordelais, il est ainsi possible de repérer aisément un système « vignoble de Bordeaux médiéval », reposant sur le succès du claret et le marché anglais, un système « vignoble de Bordeaux moderne », avec la diversification des productions suscitées par les marchands hollandais et les classements et un système « vignoble de Bordeaux contemporain » tout entier structuré par les AOC. À travers l’analyse de ces systèmes, ce qui compte c’est la recherche des fondements idéels et structurels, les constantes qui ont fait, qu’ici et pas ailleurs, un vignoble a pu perdurer par-delà les crises et les difficultés. Ces dernières nous rappellent qu’il faut enfin prendre en compte un troisième type de temporalité, celle de l’adaptation permanente aux changements de l’environnement socio-économique, aux mutations du monde vitivinicole.

L’intermédiaire, temps de la construction des « terroirs »

3Lorsque nous parlons de terroirs, il s’agit de terroirs géographiques (document 3). Philippe Roudié a mis en relief l’ambiguïté du terme, suite à une évolution sémantique complexe et récente. Sans entrer dans le débat, nous appréhendons le terroir dans son sens le plus large, celui des autres productions agricoles, celui des médias et du grand public. Nous le considérerons donc comme un espace de production promu (et donc défendu) par un groupement de producteurs organisés, espace de projet, tout à la fois naturel, juridique, sociétal, culturel, patrimonial et bien sûr espace économique soit un espace global, un espace géographique. Ce qui nous conduit à parler de système complexe vitivinicole.

Document 3 - Le terroir géographique

Document 3 - Le terroir géographique

Source : Hinnewinkel Jean-Claude, « L’avenir du terroir : gérer la complexité par la gouvernance locale », Méditerranée, Aix-en-Provence, no 109, pp. 17-22.

4Au-delà des avantages comparatifs qui ont présidé à leur création, la permanence des terroirs géographiques est dépendante de la valorisation de la rente territoriale par les sociétés qui les exploitent. Il est donc d’abord un espace social ancré dans un milieu physique original dont l’excellence éventuelle n’est que le fruit, dans la longue durée, de l’organisation humaine. Le terroir est, à ce titre, le cadre historique et patrimonial de la production d’un vin, forgé par des producteurs, doté d’une image patiemment construite non seulement par les membres de la filière mais aussi par tous les autres acteurs du territoire. Le terroir n’est finalement rien d’autre qu’un territoire originel consacré par une production agricole et comme tel non délocalisable.

  • 1 Résilience : dans l’analyse des espaces géographiques, capacité de ces derniers à absorber un choc (...)

5Ce temps intermédiaires est celui de l’épanouissement d’un état du système. Depuis le Moyen Âge, le vignoble de Bordeaux en a connu au moins trois. Ils répondent à une organisation du système, tel que le montrent les documents 5, 6 et 8. Ces grandes phases d’affirmation du vignoble font l’objet d’une attention détaillée, ci-dessous, dans notre chapitre 1. Pour chacune d’elles, les crises profondes correspondent à des phases de résilience1 génératrices d’un nouvel état d’équilibre du système. Conjoncturelles, ces crises sont aussi et surtout structurelles. Est-ce le cas de la crise actuelle ou bien celle-ci relève-t-elle d’une simple crise conjoncturelle relevant de temps court ?

Le temps court, des crises et des « âges d’or »

6La courte durée est celle des cycles socio-économiques qui, à l’intérieur d’un système donné, soulignent que le développement ne fut (et ne sera sans doute jamais !) linéaire, continu et sans heurts. Quel que soit le système considéré, le médiéval, le moderne comme le contemporain, tous connurent des phases difficiles avec des mutations douloureuses, donnant au développement durable du vignoble une forme sinusoïdale bien connue, incontournable selon les économistes et bien difficiles à supporter pour les acteurs de la filière. La « résilience » du système permit à chaque fois une sortie de crise avec une filière « modernisée », adaptée aux nouvelles conditions d’un environnement toujours changeant. Ainsi, le XXe siècle vit se succéder pas moins de trois crises profondes : la première consécutive à la réorganisation du vignoble après l’épisode phylloxérique de la fin du siècle précédent, la seconde dans l’entre-deux-guerres à la suite de la crise de 1929 et la troisième avec la modernisation du vignoble après les terribles gelées de 1956. Cela ferait une crise toutes les générations !

7Alors vivons-nous la première du XXIe siècle ? De façon récurrente, ces crises se traduisirent comme aujourd’hui par une confrontation entre producteurs et marchands. À chaque fois, la profession et les pouvoirs publics vont réagir en proposant des changements plus ou moins profonds dans l’organisation de la filière avec les AO dans un premier temps, devenues AOC dans un second, avec la généralisation des interprofessions et la mise en place des agréments dans un troisième. Quelles seront les réformes qui suivront ? Il est bien sûr impossible de répondre tant les débats sont animés, mais l’objectif des réflexions doit bien sûr être de rechercher à atténuer les effets de ces phases critiques. Les solutions passent toutes par une amélioration de la gouvernance de la filière en général, de toutes ses composantes en particulier. Celle-ci implique de mieux prendre en compte un autre système d’échelles, les échelles spatiales qui presque toujours sont oubliées dans les débats.

8La courte durée est le temps de la gestion du court et du moyen terme, celui que nous qualifierons de « quotidien », au sein des phases de construction des terroirs. C’est le temps du fonctionnement du système vignoble contemporain, celui de l’action. C’est celui de l’analyse du fonctionnement de la filière, des rapports entre les producteurs et le monde du négoce, des relations entre les organisations locales et l’environnement régional, national et mondial. C’est aussi celui du couple innovation/tradition, celui de la gouvernance du vignoble. Cette gouvernance doit en permanence être replacée dans la longue durée qui lui donne sens et épaisseur historique pour mieux ménager l’avenir, le présent étant essentiellement passerelle entre les deux.

9Si l’on suit cette logique temporelle, l’histoire du vignoble de Bordeaux, vieille de près de deux millénaires, est très largement liée à la lente affirmation de ses « terroirs » appuyée sur la patiente émergence d’un système institutionnel dont la création du CIVB (Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux) aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale n’est que l’une des nombreuses étapes.

Notes

1 Résilience : dans l’analyse des espaces géographiques, capacité de ces derniers à absorber un choc en résistant à la destruction des structures fondamentales, celles qui expliquent leur permanence dans la longue durée. Dans le cas de Bordeaux, ces structures sont décrites dans notre 3ème partie (chapitre 10).

Table des illustrations

Titre Document 3 - Le terroir géographique
Légende Source : Hinnewinkel Jean-Claude, « L’avenir du terroir : gérer la complexité par la gouvernance locale », Méditerranée, Aix-en-Provence, no 109, pp. 17-22.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540