Version classiqueVersion mobile

Essai géographique sur la crise du Bordeaux

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Nathalie Corade
, 
Hélène Velasco-Graciet

Introduction

Comprendre la crise en cours…

Texte intégral

1Depuis le début du XXIe siècle, le vignoble bordelais connaît, comme de nombreux vignobles européens, une crise que beaucoup jugent plus grave que les précédentes car plus structurelle que conjoncturelle. Comprendre cette crise impose donc de faire la part des deux grandes familles de causalités pour essayer d’apprécier ce qui, sur la flèche du temps, a changé pour mettre en péril les fondements d’un vignoble plus que millénaire et jusqu’alors au firmament des vignobles mondiaux. Les ouvrages décrivant la profonde crise économique que traverse le vignoble bordelais sont nombreux et loin de nous l’idée de les reprendre. Notre ambition, ici, est d’en proposer une analyse géographique (document 1).

Document 1 - Une analyse géographique

Aujourd’hui, être Géographe c’est chercher à comprendre le monde qui nous entoure. Ce n’est pas se contenter de dire où sont les objets mais pourquoi ils sont là et comment ils ont changé et viennent à l’être.
Être géographe, c’est donc à la fois repérer les héritages (physiques ou humains) et les dynamiques (démographiques, socio-économiques, culturelles, climatiques, etc.) d’un territoire et de la société qui l’habite. Le géographe est donc un scientifique qui interroge « les traces » laissées par les sociétés (l’implantation d’un vignoble…) ou la nature (érosion des sols, impact du climat…) et les dynamiques qui ont été et sont en œuvre aussi bien dans les sociétés (évolution du marché des vins) qu’au sein de l’environnement physique (changement climatique…).
Mais être géographe ce n’est pas être x % de géologue, x % de sociologue, x % d’historien… c’est être praticien d’une approche globale de la compréhension du monde avec comme entrée première la lecture et l’interprétation des marques de l’activité des hommes sur la Terre. La géographie a pour ambition de rendre le monde intelligible dans sa complexité, de rendre compte et d’analyser les rapports qui unissent les sociétés à leur espace.
Pour mettre en place ce système explicatif, le géographe mobilise les grands champs de la connaissance que sont le champ relevant de la nature, l’économique, le social et le politique, le culturel et le psychanalytique. Mais il exclut la notion « d’ordre » qui se dégageait des déterminismes simplistes et aujourd’hui, il est passé de la recherche de la causalité unique (un phénomène est expliqué par une cause) à la complexité : un phénomène est expliqué par plusieurs causes liées entre elles et agissant à des degrés variables sur le phénomène étudié en le transformant.
Cette invitation à traiter de la complexité, à mettre en lien l’ordre et le désordre a été initiée par les physiciens et repris progressivement par les sciences sociales et humaines. C’est Edgar Morin qui en est le plus grand défenseur.
En fait, l’idée générale est que des situations stables peuvent se transformer en situations instables vice-versa. Il ne faut pas parler de situation mais de système défini comme un ensemble d’éléments qui, quel que soit leur type, entretiennent entre eux des relations : ils forment ainsi une unité.
L’étude d’un système revient à étudier ces relations, son organisation, son comportement, son évolution, etc. L’analyse géographique invite :
1 – à reconnaître les composantes spatiales du système
2 – à identifier et à analyser
non seulement la trame des territoires mais la structure, c’est-à-dire l’ensemble des liaisons entre les composants du système, et en particulier les transports (curieusement ignorés) et surtout la fonction, c’est-à-dire l’organisation de l’ensemble des flux qui le parcourent, flux de touristes, flux de capitaux, de main-d’œuvre, d’information, de technologie… Tous ces flux concernent directement l’espace puisqu’ils contribuent à le structurer, à le hiérarchiser, à l’animer, l’organiser. Ainsi aurait été abordé le problème essentiel des relations entre l’espace viticole et son environnement local, régional, national, voire international, et aurait été évité la grave erreur de présenter certains espaces touristiques comme « fermés ».
3 – à rechercher les moteurs du système,
4 – à étudier
non seulement les formes inscrites dans l’espace mais aussi les processus de la prise de possession de cet espace
5 – à ne pas limiter les problèmes à l’un des champs mais à porter l’attention sur la relation entre éléments plus que sur les objets.

2Pour ce faire, nous sommes appelés dans une première partie à replacer ce vignoble dans sa dimension géohistorique (document 2), en cherchant les causes de son extraordinaire longévité (près d’un millénaire) par-delà les crises qui n’ont entaché ni son prestige ni son image de référence mondiale.

Document 2 - Géographie historique et géohistoire

Selon Charles Higounet, historien médiéviste bordelais, Professeur à l’Université de Bordeaux de 1946 à 1979 : « la géographie historique peut s’entendre aujourd’hui comme la restitution, à un moment donné, d’un état géographique qui a pu échapper d’ailleurs aux hommes de cette époque. C’est la reconstitution du passé géographique. »
Dans sa leçon d’ouverture du cours de géographie historique de la France, Collège de France, le 4 décembre 1948, Roger Dion précise : « La géographie historique de la France se présente à la fois comme une archéologie, une histoire de l’occupation du sol et une interprétation du paysage humanisé… une archéologie au sens large, plus souvent les signes concrets du labeur humain, les agglomérations que les édifices isolés. » Cette conception le guide dans la rédaction de son ouvrage phare, Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au XIXe siècle paru en 1959, réédité en 1977 puis en 2010. Il y retrace « la longue suite d’ambitions, d’entreprises et de succès à laquelle nous devons d’avoir hérité d’un vignoble sans égal ». Ce retour sur le passé, cette recherche de la genèse des grands vignobles lui permet notamment de développer une thèse sur le grand rôle du climat et de la circulation dans le développement de la vigne, beaucoup plus dépendante des conditions du marché que de la qualité des terroirs…
Ainsi, « Roger Dion a montré l’intérêt d’une analyse synchronique, dévoilant les multiples rapports qui s’établissent entre les éléments d’une structure et en assurent la compréhension ; mais il a témoigné en même temps de la fragilité d’études à plat qui ne feraient pas intervenir le temps, ne distingueraient pas les éléments selon leur âge, leur durée, leur résistance, leur aptitude à se dissocier ou se recomposer selon des schémas ou des logiques différents » (M. Roncalayo, « Une leçon de géographie », dans Roger Dion, Le Paysage et la vigne, essais de géographie historique, Paris, Payot, 1990, p. 290.
C’est pour résoudre à la question fondamentale de la qualité vinicole à l’origine des grands vins que René Pijassou fait appel à la Géographie historique. R. Dion affirmait qu’à la fin du Moyen Âge tout était déjà en place. Or, pour René Pijassou, le Médoc posait problème et demandait « de reprendre l’enquête sur nouveaux frais et de se laisser diriger vers de nouvelles conclusions par les documents eux-mêmes » (René Pijassou, « Grands vins et géographie historique », Hérodote, Géographie historique, 1994, no 74/75, pp. 22-31). L’objectif ne se limitait pas à seule reconstitution d’un passé viticole lointain mais de poursuivre l’analyse jusqu’à l’époque la plus contemporaine, l’actuel. Il ne s’agissait pas d’explication du présent par le passé, mais de compréhension du processus évolutif qui éclaire le présent. Très vite confronté au problème de l’influence des terroirs dans la qualité des grands crus. « Fallait-il suivre Roger Dion, et les spécialistes de l’université Davis en Californie et privilégier l’influence du climat ? Et alors pourquoi pas réussite partout en Médoc où conditions homogènes ? » C’est alors la mise en valeur du rôle des hommes avec la lente prise de conscience de la notion de terroir privilégié dans la production de vins de qualité, de la colonisation viticole du Médoc par l’aristocratie urbaine à partir de 1670 avec création des châteaux comme de l’importance de l’action des grands régisseurs. La géographie historique permit ainsi de la mise en place du long processus de notoriété qui explique celle du Médoc contemporain.
Mais l’histoire des vignobles ne saurait se limiter à la reconstitution linéaire de « la longue suite d’ambitions d’entreprises et de succès à laquelle nous devons d’avoir hérité d’un vignoble sans égal » (Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au XIXe siècle, Paris, Clavreuil, 1959). Elle ne saurait se contenter de la seule quête dans l’histoire des éléments favorables pour la politique de communication, fruit d’un fonctionnement « paresseux » par rapport à l’histoire, simplement à la recherche d’explications historiques permettant d’échapper au déterminisme physique. Elle doit prendre en compte la flèche du temps pour valoriser le site et ses rapports avec les autres espaces, un temps qui de cadre devient acteur de la construction du vignoble car, tout objet géographique il est parcouru par de multiples temporalités dans leurs rapports à l’espace.
En effet, pour comprendre la manière dont fonctionnent les sociétés contemporaines, il apparaît nécessaire de « chercher la manière dont les temps historiques inscrits dans l’espace s’affrontent, se bousculent, s’excluent ou fusionnent pour donner naissance aux territoires d’aujourd’hui » (Guy Di Méo, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998, p. 54). Il faut construire des modèles dynamiques pour montrer comment on est arrivé là en reconstituant les modèles statiques de chaque grande phase pour les comparer avec prise en compte de multiples temporalités que sont notamment le temps long (permanence), le temps court (crises et phases de prospérité) sans négliger le temps intermédiaire (succession des différentes organisations ou systèmes géographiques (voir doc. 3) en relative stabilité).
C’est alors que l’on élabore la reconstitution géohistorique d’un vignoble. En effet, celle-ci n’est pas seulement récit des faits qui ont marqué son histoire mais reconstitution des systèmes qui ont marqué les étapes de son développement. Le seul essai systématique d’une telle reconstitution a été consacré au vignoble languedocien. Il a bien souligné comment, au-delà des crises, les facteurs de résistance aux volontés de réduction du vignoble par les pouvoirs publics ont assuré la pérennité des éléments constitutifs du système jusqu’à la crise actuelle. Dans cette démarche le temps perd son seul statut de contrainte pour devenir un principe explicatif de l’espace géographique. Le vignoble comme tout objet géographique est doté d’une certaine permanence, d’une certaine stabilité ; chaque phase du temps y est organisation de l’espace influencée par des contraintes inscrites dans l’espace, certes physiques mais aussi et surtout résultantes des actions des générations antérieures. L’ensemble constitue la trajectoire du vignoble.
La géohistoire est donc cette branche de la géographie qui analyse la construction des espaces, comme les vignobles, sur la longue durée. Elle recherche les modalités d’organisation des systèmes géographiques qui aux différentes étapes de leur genèse ont permis l’affirmation de leur personnalité. Elle étudie les soubresauts de la flèche du temps que les crises en s’attachant aux phénomènes de résilience qui assure la continuité dans la longue durée tout en permettant le changement.

3Cette géohistoire nous entraîne dans une seconde partie à analyser les contours de cette crise et à nous positionner face aux réactions qu’elle a suscitées. La crise n’est pas seulement, selon nous, de nature économique. Elle n’est pas une crise lointaine, subie, sans visage et sans corps, insidieuse. Elle n’est pas que cela. Elle est aussi locale, construite, ancrée dans le terroir.

4À la faveur des résultats de cette analyse, nous ouvrons, dans une troisième partie, des pistes de réflexion afin d’élargir le champ des possibles susceptibles de permettre au vignoble bordelais de poursuivre la trajectoire initiée au moins depuis le Moyen Âge, par ce qu’on n’appelait pas encore un projet de territoire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search