Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Conclusion générale

Les vignobles d’Aquitaine, entre gestion et construction des terroirs

Nicolas Boivin et Jean-Claude Hinnewinkel

Texte intégral

1Première région française productrice de VQPRD avec 130 600 hectares de vignes, l’Aquitaine fournit en moyenne huit millions d’hectolitres de vins d’appellations, soit un peu moins du tiers de la production de la France, premier producteur mondial. L’Aquitaine peut-elle être qualifiée de territoire vitivinicole associant infrastructures géographique, historique et économique bien marquées par le vin à une superstructure idéologique et politique qu’elle conforte en retour ? Est-elle pour autant un plus grand terroir viticole que toute autre région occitane ?

L’ambition identitaire vitivinicole de l’Aquitaine

2La question régionale dans le monde vitivinicole en Aquitaine est posée avec la création du Conseil Régional des Vins d’Aquitaine (CRVA) en 1993, au cours d’une période euphorique sur le plan vitivinicole. L’idée est venue du conseil régional qui souhaitait disposer d’un interlocuteur régional. En face, les syndicats de défense des appellations et les interprofessions ne voyaient pas d’un mauvais œil la création d’un organisme au sein duquel ils se retrouveraient pour définir une stratégie commune.

3À son arrivée à la présidence régionale en 1999, Alain Rousset, conscient de la place symbolique et du poids économique de la vigne en Aquitaine, souhaite renforcer cette structure qui jusqu’alors avait peu fonctionné et nomme un animateur. Celui-ci n’est autre que Pierre Cambar qui fut pendant dix ans le directeur du syndicat des bordeaux et bordeaux supérieur et qui de 2000 à 2008 tente de structurer la filière vitivinicole régionale.

4Cette association Loi 1901 de nature interprofessionnelle a alors pour objectif d’assurer un rôle d’information et d’animation de la filière vitivinicole dans les domaines économiques et réglementaires ainsi que sur les actions conduites par la Région dans ce secteur. Elle répond aux vœux de la nouvelle équipe dirigée par Alain Rousset qui souhaite voir la Région prendre toute sa place dans la dynamique vitivinicole, dans le droit fil des propositions de l’Association des Régions Européennes Viticoles (AREV).

5L’AREV est elle aussi une association regroupant plus de cinquante régions de l’Union Européenne, fondée en 1988 et qui réunit au même niveau le Collège régional (représentants politiques et administratifs des régions associées) et le Collège professionnel (représentants des organisations interprofessionnelles) pour défendre et promouvoir les régions viticoles européennes, leurs spécificités et la diversité qui les caractérise. C’est une organisation tournée vers la concertation interrégionale et la représentation auprès des principales instances de décision ou de négociation. C’est un bel exemple de regroupement d’acteurs privés et publics pour défendre et promouvoir les espaces vitivinicoles.

6En fédérant tous les acteurs des vignobles aquitains, producteurs, metteurs en marché mais aussi politiques et chercheurs, le CRVA se positionne sur le même registre organisationnel et apparaît comme un outil d’une gouvernance renouvelée de la vigne et du vin dans la région. Les responsables du CIVB, dont la plupart voit souvent dans cette opération une ingérence politique, ne cessent de dénoncer les objectifs du conseil régional en terme de communication et collaborent a minima. Le CIVB accepta cependant de piloter avec le CRVA un projet de pôle de compétitivité, « Bordeaux, Innov’ Vin », qui n’a pas encore été retenu.

7Cette tentative de mise en place d’une gouvernance régionale est menée alors que parallèlement sont lancées les concertations en vue de la mise en place des bassins de production. Les comités de bassins de production sont créés par Dominique Bussereau à la suite du rapport Pomel. Pour Pierre Cambar, le bassin le plus cohérent est un bassin Sud-Ouest regroupant tous les vignobles des Charentes aux confins du Languedoc. Il se caractérise par une grande cohérence géographique, une cohérence économique liée au rôle naturel et historique du négoce bordelais et une cohérence culturelle appuyée sur des valeurs communes, une histoire, des traditions gastronomiques « Sud-Ouest », un esprit « Sud-Ouest » fait de convivialité, du sens de la fête… Tout cela justifiait l’utilité d’une réflexion approfondie dans ce sens, mais les problèmes sémantiques centrés sur la mobilisation du nom « Bordeaux » ont constitué un blocage initial fort.

8Pourtant, quand fin août 2004 fut levé le verrou bordelais contre la création d’un vin de pays, comme nous le verrons ci-dessous, beaucoup pensèrent que le bassin Sud-Ouest pourrait voir le jour. C’était sans compter avec le vin de pays du Comté Tolosan qui refusa tout chevauchement d’aire. Le découpage du vin de pays de l’Atlantique fut donc calqué sur les limites de son voisin tolosan.

Quel(s) bassin(s) pour les vignobles aquitains ?

  • 1 Pomel B., « Réussir l’avenir de la viticulture en Fance », rapport au Premier ministre remis le 23 (...)

9Le décret du 15 juin 2006, reprenant les conclusions du rapport Pomel1, confie la gestion des espaces viticoles à des bassins de production, à l’échelle desquels une interprofession doit devenir un outil d’efficacité pour répondre à la crise. L’objectif est de fédérer dans un organisme régional les différents acteurs de la filière vin afin d’assurer la gestion de la production de l’ensemble des vins, avec ou sans indication géographique. Dix bassins ont ainsi été progressivement institués, couvrant l’ensemble des vignobles français, ainsi que le montre la carte 37.

  • 2 Extrait de Boivin N., Gouvernance territoriale, jeux d’échelle et pouvoirs dans les espaces du vin (...)

Carte 37 – Les dix bassins de productions viticoles en France2.

Carte 37 – Les dix bassins de productions viticoles en France2.

10La pertinence de cette innovation est indiscutable pour constituer des ensembles économiques conséquents à partir des nombreux vignobles d’extension modeste qui composent le monde viticole français ; c’est le cas dans les régions Midi-Pyrénées ou Centre par exemple. Mais elle ne va pas sans poser de problème quand la région qui nous intéresse est dominée par un vignoble étendu et puissant comme le vignoble bordelais. Il n’est pas simple de fédérer autour de lui d’autres acteurs tant son poids est prépondérant et tant ses acteurs sont peu enclins à partager une notoriété dont ils jouissent jusqu’alors sans partage. Avec 120 000 hectares (le sixième environ des vignes françaises et une production annuelle moyenne de sept millions d’hectolitres – plus du dixième de la production nationale), le vignoble bordelais peut à juste titre se considérer comme un bassin de production à lui tout seul.

11En face, les vignobles du Sud-Ouest correspondent, à quelques exceptions près, à ceux qui constituèrent jusqu’au début du xxe siècle ce qui était alors dénommé le « Haut Pays » bordelais, car approvisionnant le port de Bordeaux. Ainsi, au début des années 1900, la moitié des vins qui quittaient le port de la Lune n’étaient pas produits dans le département de la Gironde. L’ensemble ainsi délimité regroupe environ 180 000 hectares, répartis entre 84 AOC et AOVDQS et une dizaine de dénominations de vins de pays, sans compter les espaces consacrés aux vins de table. La production annuelle est de l’ordre de 10 millions d’hectolitres, soit environ un cinquième de la production française. Ce constat a incité certains, nous l’avons vu, à envisager un grand bassin de production Sud-Ouest dont la personnalité façonnée par l’histoire et marquée par celle de Bordeaux est assez peu discutable. Cette option répondait au moins à des logiques géo historiques et sans doute correspondait assez bien aux objectifs des promoteurs des bassins de production en créant un espace suffisant pour une réelle gestion des productions, d’autant que certains vins sont à cheval sur les deux régions. C’est le cas des AOC Madiran et Vic-Bilh et de plusieurs aires géographiques de vins de pays. Mais l’idée était loin de plaire à tous les acteurs concernés, notamment en Aquitaine où les politiques s’invitèrent très tôt dans le débat.

12En effet, le bassin Sud-Ouest était en concurrence avec un éventuel bassin Aquitaine. Or, les acteurs du premier ont commencé le projet de délimitation avant les Bordelais, une interprofession du Sud-Ouest existant déjà et favorisant la mise en place d’un bassin Sud-Ouest qui englobe pour partie les vignobles du sud de l’Aquitaine. Et puis, au moins du côté des élus aquitains, c’est l’option strictement régionale qui avait la préférence, ainsi qu’en témoigne la création du CRVA. Aussi, après des négociations tendues, un bassin Sud-Ouest est officialisé, incluant une partie des Pyrénées-Atlantiques et les vignobles du Lot-et-Garonne qui ne sont pas en AOC. Restent alors les vignobles de Gironde, de Dordogne et ceux en AOC du Lot-et-Garonne pour constituer un bassin dont la dénomination a été bien problématique, les producteurs bordelais refusant que le nom de Bordeaux soit utilisé.

13Ainsi, le partage territorial acquis, la gestion du nouveau bassin de production a nécessité un certain nombre de réunions car, déjà problématique par la présence du vignoble bordelais, la création de ce bassin est rendue encore plus complexe par l’existence d’un « autre grand vignoble d’Aquitaine », celui de Bergerac. Les divergences entre Bordeaux, Bergerac et les vignobles du Lot-et-Garonne apparaissent dès l’été 2006 et les premières réunions. Schématiquement, pour le CIVB, le bassin est un mal rendu obligatoire par la loi, et doit donc avoir un pouvoir réduit. Pour les autres partenaires, il doit devenir le lieu véritable de la gouvernance des vignobles du nord de la Région. Finalement, les représentants bordelais acceptèrent à contrecœur et sous la pression des pouvoirs publics une officialisation d’un bassin « Bordeaux-Aquitaine ».

  • 3 Ibid.

Carte 38 – Le bassin de production Aquitaine, la captation du nom d’un ensemble par une partie3 !

Carte 38 – Le bassin de production Aquitaine, la captation du nom d’un ensemble par une partie3 !

14Après l’arrêté du 15 juin 2006 délimitant le bassin, il a fallu régler la composition du conseil de bassin, le texte ministériel prévoyant la répartition entre l’État et les organisations professionnelles. Pour Bordeaux, la question était alors surtout : « Un bassin, pour quoi faire ? ». En l’absence de réponse claire, devant la crainte de reprise en main de la filière par l’État et au cas où le bassin permettrait un transfert de pouvoir des interprofessions vers le comité, Bordeaux a cherché à contrôler la structure en exigeant seize sièges sur les trente réservés aux professionnels. En l’absence d’un texte réglementaire clair, l’année 2007 est des plus calmes. Le conseil de janvier 2008, réuni sur saisine du ministère de l’Agriculture pour aborder la question des AOC à deux vitesses, se passe très mal avec une nouvelle prise de position de Bordeaux qui rejette le bassin Bordeaux-Aquitaine, sous la double pression du CIVB et de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGVB). Notons toutefois les hésitations du négoce sur ce dossier.

15Par la suite, Bordeaux réclame un bassin « Bordeaux » limité au seul département de la Gironde, ce que le ministère refuse en acceptant toutefois de renommer le bassin « Aquitaine ». Bordeaux a réussi à priver les autres vignobles de la région de la renommée de sa métropole.

16Certes, pour l’instant, cette querelle sémantique n’est pas essentielle dans la mesure où cette mention ne figure pas sur les étiquettes. Mais elle est révélatrice des difficultés à créer une gouvernance régionale.

17Fin 2008, le CIVB, ne souhaitant plus financer le CRVA, quitte le conseil. À quoi peut alors servir un organisme régional privé de 85 % du vignoble de la région ? Le maintenir pour parler de quoi ? C’est pour l’heure une mise en sommeil et le départ de son animateur pour l’Association Aquitaine de Promotion Agroalimentaire (AAPRA). Au final, pour Pierre Cambar, c’est la fin du processus d’intégration régionale et d’un dialogue entre les professionnels et la collectivité territoriale.

18Un comité national chapeaute les différents bassins. Deux représentants siègent à ce comité. Pour Bordeaux-Aquitaine, ce sont le président du CRVA (un viticulteur de Bergerac) et un représentant du négoce bordelais (donc un élu du CIVB) ; le partage semble alors équitable.

  • 4 Un responsable de l’interprofession bergeracoise, syndicalisé.

19Le décret prévoit cinq catégories d’acteurs dans la composition du comité de gestion du bassin. Tout d’abord, dans la première catégorie sont nommées des institutions d’État, et tout le monde s’accorde à dire que ces acteurs sont incontournables. La deuxième n’est autre que l’interprofession, ce qui ne pose problème à personne. Les personnes désignées (cooptées) par le préfet de région constituent la troisième catégorie. La quatrième s’articule autour des consulaires et collectivités territoriales. Enfin, les cooptés de chaque vignoble composant le bassin forment la dernière catégorie. Et c’est cette dernière qui crée des conflits. Bordeaux représente 85 % des ventes des produits du bassin. Les différents acteurs du bassin conçoivent que la majorité revient à Bordeaux. Mais le découpage électoral ne satisfait pas les différentes parties concernées. La répartition initiale se concrétise ainsi : sept sièges pour Bordeaux, trois pour Bergerac, un pour Marmande, un pour Buzet, un pour Duras. Un siège pour chaque vignoble du Lot-et-Garonne, tout le monde était d’accord. Bergerac a le même poids que le Lot-et-Garonne, ce qui au point de vue économique n’est pas tout à fait vrai, puisque Bergerac pèse un peu plus, mais aucun acteur n’a trouvé de quoi faire un scandale. Mais les négociants de Bordeaux ont voulu plus de poids dans ce conseil régional de bassin. Ils ont souhaité que Bordeaux pèse autant que dans le ratio économique, soit 85 %. Le CIVB demande alors 15 représentants. Bergerac se sent en danger, et ses représentants décident de demander plus de sièges. « Banco, très bien. Si vous êtes 15, vous voulez une représentation lourde, mais nous 3 ce n’est pas assez. On en veut 54. » Le Lot-et-Garonne s’estime bien servi, donc les syndicats n’en ont pas demandé plus. Après des débats houleux, le CIVB, l’interprofession de Bergerac, les élus de Marmande, Buzet et Duras entérinent cette décision. Ces discussions animées ont duré les quatre mois de l’été 2006. Il était grand temps de rendre sa copie à l’État car le 28 décembre, ce dernier officialisait la naissance des dix bassins de production.

  • 5 Voir à ce sujet Feredj R., OPA sur la viticulture. Entre fatalité et espoir, Bordeaux, Féret, 2007

20Ces méandres montrent à quel point la mise en place d’une nouvelle structure décisionnelle d’un nouvel échelon territorial se traduit par une mise en marche complexe due essentiellement aux divergences entre les acteurs en jeu. Cette complexité est d’autant plus grande lorsqu’elle met en relation des acteurs décentralisés de l’État et d’autres favorables à un désengagement de celui-ci aussi marqué que possible5.

21Les motifs invoqués sont « institutionnels » (multiplication des organismes, hétérogénéité des acteurs pour des missions similaires), mais les divergences sont plus profondes. Les producteurs bordelais n’ont accepté le vin de pays de l’Atlantique que du bout des lèvres. De même, ils n’entérinent le bassin de production Bordeaux-Aquitaine que contraints par la loi alors que le CRVA a été porteur de ces deux innovations dans le domaine territorial. Et puis il faut replacer le tout dans un contexte d’élections municipales opposant le président de la région Aquitaine à Alain Juppé…

22Dans sa réponse en forme de lettre transmise à tous les membres du CRVA, le président Laurent de Bosredon maintient cependant le cap :

  • 6 Laurent de Bosredon, lettre adressée aux membres du CRVA, le 13 mai 2008.

Au-delà de cette date, seule la structure juridique sera maintenue, avec la possibilité, en réponse aux sollicitations qui pourraient être faites, d’assurer sa fonction de représentation professionnelle régionale, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des futurs modes de gouvernance de la filière viticole régionale. Il paraît évident, et une volonté très largement partagée semble s’exprimer à ce sujet, que la recherche de lieux de rencontre et de concertation au plan régional et la définition de thèmes consensuels regroupant l’intérêt commun s’avèrent plus que jamais nécessaires6.

23Derrière ce positionnement du viticulteur bergeracois, c’est toute la question de la place du « public » qui est posée, c’est la nature de la collaboration entre politiques et professionnels d’une part, privé et public de l’autre qui est soulevée. Aujourd’hui, le CRVA est de plus en plus fragilisé, le bassin glisse vers une cogestion des instances semi-publiques (CIVB) et des négociants. Le public laisse la place au privé, créant ainsi un paradoxe : le bassin (contesté par les « nouveaux Girondins ») d’inspiration jacobine se gouverne par un comité mixte… une deuxième interprofession en quelque sorte.

24Sans revenir sur les raisons de bonne gestion économique affichées par le gouvernement, il est intéressant de noter que ces mêmes bassins peuvent être lus à la fois comme une volonté affichée de décentralisation mais aussi comme une volonté de reprise en main de la filière par le pouvoir politique. C’est dire les enjeux de pouvoir qui se cachent derrière cette innovation organisationnel.

« Un bassin pour quoi faire » ?

25En effet, la question des bassins de production soulève celle de la décentralisation : quelle régionalisation ? Quelle réforme administrative (INAO/ONIVINS) et dans quel but ?

26Le bassin est un échelon territorial nouveau qui ne possède pas encore de véritable notoriété. Il connaît même des réticences de la part des professionnels bordelais. Des voix s’élèvent au CIVB, le bassin est alors fortement décrié. Ce nouveau découpage spatial est perçu comme une simple déconcentration des pouvoirs de l’État. Quelques acteurs comparent le bassin à un appareil étatique, ne répondant pas assez aux besoins de la filière : « L’État ne fait que remettre de l’État à l’échelon local ». Lors d’une réunion avec le préfet, le directeur du CRVA annonce publiquement que des responsables de Bordeaux ne soutiennent pas assez le bassin, présenté par ces derniers comme un « zinzin de l’État ». L’intervention étatique reste une peur bordelaise, comme aime le rappeler P. Cambar (responsable du CRVA). Le problème majeur du bassin est l’empiètement de ses pouvoirs sur ceux de l’interprofession, elle-même mise en concurrence par différents organismes comme les syndicats viticoles (notamment pour la promotion des vins).

27Voilà la question récurrente posée par les interventions publiques des responsables lors des réunions de travail. Est-ce que le bassin va devenir aussi puissant que l’interprofession ? Ou est-il seulement un moyen supplémentaire (et surtout un échelon) pour rendre efficace le monde du vin ? Le flou demeure. Il s’installe à cause du manque de précisions de la part de l’État. De plus, les différents acteurs ne lisent pas la décentralisation de la même façon. Pour le conseil régional, la décentralisation n’est autre que le transfert de compétences locales aux bassins, mais l’État garde la main sur les décisions d’ampleurs nationale et régionale. Le bassin se conçoit alors comme un outil de concentration des moyens, offrant une lecture territoriale plus simplifiée : l’INAO (l’INOQ aujourd’hui) contrôle les appellations, le vin de table s’insère dans la logique des bassins, l’interprofession reste maître de la mission économique et promotionnelle. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité, bien au contraire. Le CIVB, partisan d’une plus grande autonomie du secteur viticole, souhaite utiliser le bassin comme un outil libéral, à savoir lui confier une grande indépendance, sans mainmise de l’État ; une semi-privatisation en quelque sorte. Le souhait bordelais ne se réalise pas, bien au contraire. L’État justifie son positionnement par rapport à une dimension géo historique. Pendant plusieurs années, les Bordelais ont planté et aujourd’hui l’Europe demande un arrachage. Puisque les régions viticoles n’ont pas su s’autogérer, certains représentants de l’État n’hésitent pas à dire : « Pourquoi donner un pouvoir à des organisations qui n’ont pas su gérer leurs rendements depuis des décennies, qui n’ont pas su évaluer les risques depuis dix ans ? ». L’expérience de cette crise ne va pas en faveur de la liberté. Les pouvoirs publics choisissent donc d’être les garants du bon fonctionnement et imposent le bassin comme moyen de régulation. Le bassin est alors un territoire du public, et non pas du privé comme l’auraient souhaité quelques hauts responsables des institutions bordelaises. L’État se positionne clairement : donner de l’autonomie aux différents acteurs de la filière tout en continuant à surveiller leurs actions en confiant de plus en plus de pouvoir aux bassins au fur et à mesure du bon fonctionnement de ces derniers. Mais l’évolution n’est pas celle choisie au départ, les bassins annoncent la fin du CRVA. C’est bien un échec d’un projet de gouvernance de la filière vin dans le cadre régional associant les politiques aux professionnels.

  • 7 Hinnewinkel J.-C., « La signature du territoire », AREV 1988-2008, XXe anniversaire, Assemblée des (...)

28Ceci pose finalement la question du partage des compétences entre ce qui relève des pouvoirs publics – l’appellation comme patrimoine – et ce qui est du ressort du domaine privé. C’est en confiant aux organismes de défense et de gestion la part la plus grande possible de la gouvernance du terroir que l’on pourra, dans le domaine vitivinicole comme ailleurs, redonner toute sa vigueur à l’AOC et au terroir. Cette partition des compétences entre public et privé est aussi celle des rapports entre le global – ici la politique publique désormais européenne – et le local, la gouvernance du terroir. Comment éviter les excès de réglementation qui découragent les initiatives ? Mais aussi comment redonner au local toute sa place dans la gouvernance sinon en faisant appel au primat de la négociation et à la contractualisation (« Personne n’est obligé de produire un vin AOC ») ? La gouvernance des terroirs et donc des AOC doit reposer avant tout sur la participation active des viticulteurs. Le terroir deviendra ainsi le lieu de la gouvernance réelle de l’AOC que les organisations locales doivent chercher à dynamiser7.

  • 8 Hinnewinkel J.-C., « L’avenir du terroir : gérer de la complexité par la gouvernance locale », Médi (...)

29Mais responsabiliser les seuls groupements de producteurs ne comporte-t-il pas un risque pour la société locale ? Le terroir est en effet toujours un patrimoine collectif, celui d’une société et pas seulement celui des producteurs. Les terroirs vivent et meurent comme tous les organismes et leur durabilité est toujours le fruit d’une œuvre collective, celle de tous les acteurs territoriaux, producteurs mais aussi marchands, politiques et associatifs… L’avenir des terroirs, leur gouvernance locale, dans le cadre de l’espace de production, passe par l’implication de l’ensemble des acteurs de la communauté territoriale. Promouvoir un terroir doit être un projet local de société. Il doit reposer sur des organisations capables de porter ce projet que doit avant tout être le terroir. Promouvoir un terroir ne peut être abandonné aux seuls « techniciens de la production ». Il doit être projet global du territoire qui le porte jusqu’à s’identifier à lui8.

30Les difficultés du CRVA et du Bassin aquitain illustrent aussi la question de l’espace de gouvernance de la filière dans l’Aquitaine et, par voie de conséquence, dans tout le Sud-Ouest.

Le poids de Bordeaux

31Dans la lignée des « privilèges » de Bordeaux, faut-il voir dans le « fier isolement » une des constantes des organisations vitivinicoles bordelaises sinon un des fondements de leur réussite ?

32Il est bon de rappeler que la réorganisation du vignoble bordelais au lendemain des gelées de 1956 reposa sur le choix du « tout AOC ». Bordeaux produisait alors autant de vins dits de consommation courante que de vins AOC, autant de vins blancs que de vins rouges. Comme dans tout grand système viticole, la mixité permettait au négoce d’être présent sur tous les marchés. Piloté par l’amont surfant sur la montée en puissance des vins de qualité en lieu et place des vins de consommation courante, la filière fit le choix de l’excellence au lieu de maintenir à Bordeaux les deux types de production. Pendant près d’un demi-siècle, la prospérité au rendez-vous leur donna raison. La crise du début du xxie siècle s’est chargée toutefois de ramener les acteurs à la réalité du marché qui plus que jamais reste duale et surtout redonne à l’aval une place qu’il n’aurait sans doute jamais dû quitter dans la gouvernance de la place de Bordeaux. Celui-ci en profite pour relancer le débat sur la mixité en réclamant la création d’un vin de pays qui, selon le président du syndicat des négociants, doit leur permettre de répondre aux sollicitations du marché sans être contraints d’aller chercher dans d’autres vignobles les produits demandés par leurs clients.

33La question est délicate tant Bordeaux, par sa taille comme par sa complexité, paraît disposer de tous les atouts pour réussir seule.

34Pourtant, aujourd’hui comme hier, il paraît légitime de s’interroger sur l’importance de l’ancrage territorial dans cette réussite. Que serait devenu au fil des siècles le vignoble de Bordeaux sans les « privilèges » d’antan ? Que sera-t-il à la fin du xxie siècle sans une osmose forte entre son implantation foncière et un territoire porteur de valorisation à travers des représentations positives tant du point de vue économique que social et environnemental ?

35Une partie de la consommation de demain ne sera-t-elle pas une consommation citoyenne ? Soutenus par une image régionale positive, les vins de Bordeaux ne seront-ils pas plus à même de conserver leurs marchés sinon d’en conquérir de nouveaux ?

36L’ancrage territorial des espaces viticoles ne doit-il pas, comme celui des autres productions « de qualité », s’articuler plus nettement avec celui du politique et de la participation citoyenne ? Il y a là une question de fond qui soulève celles de la régionalisation, de la décentralisation, y compris au sein de la filière vitivinicole, mais aussi et surtout celle de l’implication de l’ensemble de la société dans la gestion des « marques » patrimoniales que sont les AOC et autres IGP. C’est toute la question de la gouvernance des vignobles qui est ainsi posée. Question récurrente depuis l’origine des vignobles commerciaux ou presque tant leur avenir a toujours été lié aux interventions de la puissance publique.

37L’épisode du CRVA n’a toutefois pas été inutile puisque cette instance régionale a réussi à porter la création d’un vin de pays dans le nord de la région avec le vin de pays de l’Atlantique, sans toutefois valoriser le nom de la région. Le CRVA a été aussi un acteur essentiel de l’élaboration du projet « Bordeaux, Aquitaine Innov’ Vin ».

L’impossible vin de pays d’Aquitaine

38La création du vin de pays de l’Atlantique illustre aussi les hésitations, sinon les incohérences de la gestion territoriale des vins dans le nord de l’Aquitaine, mais pose surtout celle du pilotage de la filière par l’amont ou par l’aval. Ce vin de pays en Bordelais a été un nouvel objet de conflits qui finalement a débouché sur un nouvel ancrage territorial, complexifiant un peu plus la gouvernance de la filière vin dans la région Aquitaine.

39Pour de nombreux observateurs, un vin de pays est une réponse à la complexité des marchés des vins. L’idée en a été lancée par le CRVA avant même l’émergence des bassins de production. Il y avait là incontestablement la possibilité d’ancrer davantage l’Aquitaine dans la territorialité viticole et, lors des premières discussions, l’éventualité d’un vin de pays d’Aquitaine a été souvent avancée. Cependant, le CIVB n’a pas souhaité que la réflexion se poursuive sur la notion de vin de pays en Gironde. Ce fut donc un frein puisqu’il n’est pas possible de faire une opération régionale que 85 % des acteurs rejettent. Mais par la suite, l’insistance des négociants et celle de la Région, s’appuyant sur les recommandations des instances nationales (note INAO/ONIVINS du 21 juillet 2004) ont permis de remettre au goût du jour ce vin de pays. Les représentants des producteurs de la Gironde ont fini par accepter, à contrecœur, la naissance d’un vin de pays de l’Atlantique, nom finalement donné pour permettre l’intégration des producteurs des Charentes. Ce « label » est la marque du difficile accouchement de ce nouveau produit. Au-delà des rivalités entre les différents partenaires professionnels et politiques, il traduit l’absence d’une légitimité territoriale forte sur laquelle aurait pu se dégager un consensus. Les vignobles du sud de l’Aquitaine, tournés vers les Midi-Pyrénées et le futur bassin de production Sud-Ouest, n’étaient pas partants. Une partie du Lot-et-Garonne, producteur de vin de pays d’Oc, n’était pas éligible. Restaient alors surtout le Bergeracois et le Bordelais, ce dernier avec l’enthousiasme évoqué ci-dessus. La solution charentaise devenait de la sorte possible, impliquant ainsi la création d’un nouvel espace de production qui ne recouvre aucun autre et qui surtout aux yeux de nombreux acteurs ajoute de la confusion.

40Le vin de l’Atlantique connaît un succès mitigé puisqu’en mars 2007, sur environ 8 millions d’hectolitres produits dans le bassin Bordeaux-Aquitaine, il ne représente que 35 000 hectolitres, soit 0,6 %. Le syndicat compte 76 membres, producteurs et caves (dont 63 en Gironde), répartis dans cinq départements : Charente, Charente-Maritime, Dordogne, Lot-et-Garonne, Gironde. Ce vin concerne environ 200 producteurs. Au-delà d’une victoire du négoce et des autres vignobles du nord de la région, nous retrouvons là toute la bataille pour la constitution et la dénomination d’un bassin de production incluant les vignobles bordelais.

41La situation a été en apparence plus consensuelle dans l’élaboration d’un projet de pôle de compétitivité sur le vin.

Le pôle « Bordeaux, Aquitaine Innov’ Vin »

42L’initiative revient aux politiques dont l’objectif est d’aider les professionnels à s’adapter à la mondialisation. Dès le départ, le CIVB a compris tout l’intérêt d’un tel projet et s’impliqua aux côtés du CRVA et de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) nouvellement créé. Les partenaires se sont entendus pour faire appel à une mission d’assistance extérieure et le projet a été présenté en grande pompe par le président de la Région le 6 avril 2008 au palais des congrès à Bordeaux. À ce jour, il n’est toujours pas retenu par l’État mais demeure dans les objectifs régionaux.

43L’ambition de ce pôle de compétitivité est de redonner à l’Aquitaine sa place de leader mondial dans la production et le négoce de vin dans les années à venir. Pour cela, la stratégie mise en place consiste à comprendre les consommateurs, analyser la concurrence et adapter la filière pour :

  • augmenter les parts de marchés des vins d’Aquitaine,
  • commercialiser de nouveaux produits,
  • mieux structurer la filière,
  • optimiser la production, de la vigne au verre,
  • développer les potentialités des terroirs aquitains, le tout dans une logique de développement durable.

44Tous les acteurs régionaux concernés par la filière, professionnels, politiques et scientifiques, ont ainsi été réunis autour d’un projet régional. Si en tant qu’institution le CRVA peut être considéré par son ancien directeur comme un échec, l’une de ses actions est déjà un succès dans la mise en place progressive d’une réelle gouvernance régionale dans le domaine du vin.

45Au terme de ce parcours géo historique au sein des terroirs vitivinicoles d’Aquitaine, nous notons que la mondialisation est toujours vécue comme une fatalité, comme une punition alors que pour Bordeaux elle a tout au long de son histoire été « sa » chance. Bordeaux n’a jamais été aussi florissante qu’au temps du Haut Pays. Les questions qui se posent aujourd’hui au niveau régional ne sont-elles pas celles de l’avenir des vignobles périphériques que sont Bergerac, Duras, Marmande et Buzet, trop longtemps tenus à l’écart du pôle d’excellence qu’est Bordeaux, véritable noyau d’élite de tous les vignobles du Sud-Ouest ? L’avenir de Bordeaux sur un marché mondial ne passe-t-il pas par un renforcement continu de ce rôle au sein de l’espace régional ? C’est donc sur l’intégration des vignobles bordelais dans un système multiscalaire qu’il faut indiscutablement faire porter la réflexion.

46Or, cette réflexion sur le système n’a pas vraiment eu lieu et les acteurs se sont référés en permanence à un seul élément du système : le marché. L’omniprésence de l’économique dans un univers rongé par le totalitarisme de l’idéologie libérale conforte un positionnement dans la mondialisation s’appuyant sur un seul élément du système sans prendre en compte son pendant incontournable : le local. Dans toute l’histoire de la vitiviniculture, la gestion de la dialectique local/global a été essentielle pour la réussite des vignobles et l’on ne peut pas dire que les acteurs actuels l’aient parfaitement intégré.

47Or, la gouvernance du local avec retour du local dans la gestion des territoires n’est pas un frein mais une opportunité pour mieux positionner les vins de terroir sur les marchés mondiaux. Les vins de terroir ne sont-ils pas l’avenir de nombreux vignobles ? Cet avenir ne peut se concevoir sans prise en compte de la complexité du système vitivinicole mondial. Il n’y a jamais d’avenir durable pour les solutions simplistes.

Document 12 – La présentation du pôle le 6 avril 2006, le 1er résultat concret d’une gouvernance régionale ?

Document 12 – La présentation du pôle le 6 avril 2006, le 1er résultat concret d’une gouvernance régionale ?

Notes

1 Pomel B., « Réussir l’avenir de la viticulture en Fance », rapport au Premier ministre remis le 23 mars 2006.

2 Extrait de Boivin N., Gouvernance territoriale, jeux d’échelle et pouvoirs dans les espaces du vin, Thèse de géographie, Pessac, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3/ADES, 2008, consultable sur www.msha.fr/cervin/modules/archives/downloads/thèse.pdf

3 Ibid.

4 Un responsable de l’interprofession bergeracoise, syndicalisé.

5 Voir à ce sujet Feredj R., OPA sur la viticulture. Entre fatalité et espoir, Bordeaux, Féret, 2007.

6 Laurent de Bosredon, lettre adressée aux membres du CRVA, le 13 mai 2008.

7 Hinnewinkel J.-C., « La signature du territoire », AREV 1988-2008, XXe anniversaire, Assemblée des Régions Européennes Viticoles, 2008, p. 19-28.

8 Hinnewinkel J.-C., « L’avenir du terroir : gérer de la complexité par la gouvernance locale », Méditerranée, Presses Universitaires de Provence, no 109, 2007, p. 17-22.

Table des illustrations

Titre Carte 37 – Les dix bassins de productions viticoles en France2.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Carte 38 – Le bassin de production Aquitaine, la captation du nom d’un ensemble par une partie3 !
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Document 12 – La présentation du pôle le 6 avril 2006, le 1er résultat concret d’une gouvernance régionale ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540