Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Thème 2 - Représentations et défense de l’image

Chapitre 14. Sainte-Foy-Bordeaux : l’éthique protestante au service de la distinction sociale et du marché

Chantal Creen-Gired

Texte intégral

  • 1 Le château de Duras entièrement reconstruit va servir de socle patrimonial à l’édification du terr (...)
  • 2 Il n’est pas certain que le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux soit perçu comme utile par la majorité d’ (...)

1Si les régions viticoles de Bergerac et de Duras1 ont été contraintes depuis quinze ans déjà de mettre en avant leur particularité, les viticulteurs et vignerons foyens2 ne pensaient pas qu’il était utile de se distinguer de l’appellation Bordeaux. Les membres du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux justifient ce manque de projection dans l’avenir par leur appartenance à l’appellation Bordeaux/Bordeaux supérieur. Malheureusement, aujourd’hui, les cuves sont pleines, nombreux sont ceux qui déposent leur bilan, arrachent et vendent leurs vignes pour construire des lotissements, par exemple. L’appellation Bordeaux ne confère plus la certitude de vendre correctement les bouteilles de l’année. On est passé d’une consommation quantitative massive d’un vin-aliment à une consommation réduite quantitativement et dite « de qualité ». Le vin a toujours été fortement valorisé symboliquement, mais la consommation des vins bien classés était l’apanage d’une minorité de connaisseurs. Aujourd’hui, un nouvel intérêt pour le vin se développe dans une dimension massive. Ainsi le vin ne peut-il être uniquement considéré en fonction de ses caractéristiques organoleptiques. Son existence est liée à une définition sociale et culturelle qui varie dans le temps et dans l’espace et qui contribue largement à l’affirmation de sa valeur (Stanziani). Il est donc intéressant d’identifier les tactiques et les stratégies utilisées par les acteurs de la vigne et du vin pour le valoriser. Dans ce contexte, l’observation de la réutilisation du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux donne l’avantage de mettre en évidence d’une part la construction par les hommes d’un terroir, que l’on va tenter de baser sur des particularités géologiques afin de donner une matérialité au territoire, et d’autre part la légitimité recherchée par l’épaisseur historique supposée de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux, pour être efficace dans la renaissance de la particularité d’un vin du Pays Foyen. Entre adhérents et détracteurs du « tout tradition », la vie quotidienne du syndicat permet donc de s’interroger sur le couple tradition/modernité qui traverse aussi le monde viticole de manière plus générale.

2L’incertitude de vendre la récolte émerge paradoxalement dans un contexte d’intérêt accru pour le vin. La nouvelle « culture du vin » largement pratiquée par des amateurs éclairés de plus en plus nombreux se nourrit d’un discours qui met en évidence la technicité œnologique concernant le choix des cépages, les méthodes de vinification, etc. Aussi montrerons-nous ici comment la patrimonialisation du terroir foyen s’appuie sur des connaissances techniques vitivinicoles en un processus qui répond à des modalités concrètes et qui ne relève pas du hasard. La démarche des vignerons du syndicat consiste à créer de la reconnaissance et de la distinction selon des logiques politiques et économiques actuelles, alors que d’autres s’en sentent exclus et que d’autres encore considèrent le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux comme « déjà dépassé » (Monsieur S., ancien membre du syndicat). Nous nous attarderons particulièrement sur les « vignerons » qui se disent « protestants ». Acteurs massivement engagés dans la coopération par le passé, ils sont aujourd’hui nombreux à être membres du syndicat (près de la moitié des adhérents sont identifiés comme protestants). Quelle place ont-ils occupé dans la construction du Pays Foyen ?

Un peu d’histoire… et de géographie3

  • 3 Cette partie s’inspire de Crenn C. et Hinnewinkel J.-C., « Entre distinction et précarité, nouvell (...)
  • 4 Althabe G., « Production des patrimoines urbains », in Jeudy H.-P. (dir.), Patrimoines en folie, Pa (...)

3Excroissance girondine en Dordogne, situé à 70 kilomètres à l’est de Bordeaux entre Saint-Émilion et Bergerac, le Pays Foyen est une superposition de territoires administratifs, vécus mais aussi imaginés. Territoire de confins, il s’est construit dans ses relations avec les territoires voisins, le Bergeracois et le Duracois. Comme nous le verrons, ces appartenances passées multiples permettent à certains habitants contemporains de revisiter l’histoire à diverses périodes et de la réutiliser dans leur construction imaginaire. Cette histoire doit conférer au Pays Foyen la preuve d’une « centralité »4 toute particulière, tout en restant inscrit dans le Bordelais.

4Le Pays Foyen a pour centre la ville de Sainte-Foy-la-Grande, bastide fondée au xiiie siècle par Alphonse de Poitiers et gouvernée par un Conseil (la ville fête cette année ses 750 ans). Jouissant d’une indépendance politique, religieuse et commerciale, Sainte-Foy a très longtemps bénéficié de privilèges particuliers pour l’exportation de ses vins par la Dordogne, évitant ainsi Bordeaux. Ce commerce, dirigé essentiellement vers l’Angleterre, ouvrit ainsi très tôt le pays sur l’extérieur.

  • 5 Huguenot : terme qui les a désignés à partir du xvie siècle, et qui reste couramment employé, soit (...)

5La vigne et le vin furent très certainement des éléments fondateurs dans la construction d’un Pays Foyen situé entre Bergerac et Libourne, ceci du fait de son port et de son négoce local. Comme en Bergeracois, les protestants y ont occupé une place centrale. En effet, au xvie siècle, l’émigration « huguenote »5 vers les pays d’Europe du Nord engendre des échanges commerciaux avec les Pays-Bas. À partir du xviie siècle, la spécialisation du Pays Foyen vers la production de vins blancs doux est également à mettre en relation avec ce négoce hollandais.

6Toutefois, le Pays Foyen n’a jamais eu d’existence administrative indépendante. Le projet de création d’un département intermédiaire, entre Gironde et Dordogne, lors de la mise en place de la géographie administrative actuelle en 1792, n’a pas eu de suite. Malgré cela, d’un point de vue strictement viticole, on peut dire qu’au-delà de la période révolutionnaire et à la fin du xixe siècle, il y avait autour de Sainte-Foy-la-Grande un pays viticole producteur de blanc moelleux appelé le Petit Sauternes du Libournais.

  • 6 Encore aujourd’hui dans le bulletin de l’association des Amis du Moulin de Maître Pierre et de la (...)

7Cette position intermédiaire qui lui donnerait sa spécificité et donc sa centralité est aujourd’hui revendiquée par certains. Elle est aussi reflétée dans les discours tenus sur l’histoire locale par ceux qui souhaitent faire apparaître aux yeux de tous la particularité du territoire et ceux qui tentent de se positionner comme leaders locaux. Particulièrement, les descendants des familles se prévalant d’un héritage protestant associent le Pays Foyen et son terroir à l’esprit libre et indépendant des grands penseurs protestants, mais qualifient aussi leur région de pays d’accueil de tous les hérétismes et de toutes les résistances6.

  • 7 Cabanel P., « Qu’est-ce qu’un protestant ? Qu’est-ce qu’une nation protestante ? Problèmes de défin (...)
  • 8 Cabanel P., art. cit.
  • 9 Poutignat Ph. et Streiff-Fenart J., Théorie de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995.
  • 10 Weber M., L’éthique protestante ou l’esprit du capitalisme, Paris, Agora, 1916.
  • 11 Élisée Reclus, géographe anarchiste de renommée internationale, a vécu à Sainte-Foy-La-Grande.

8Bien entendu, utiliser la dénomination « protestant » n’est pas sans risque. Qu’est-ce qu’être protestant aujourd’hui ? C’est un vrai casse-tête pour la chercheuse que nous sommes. Aucune statistique ne permet de les recenser. Pourtant, à l’instar de Roger Bastide, nous constatons depuis la seconde moitié du xxe siècle le poids croissant de la mémoire et d’une « culture dite “protestante” alors que les temples semblent se vider. Aussi nous a-t-il paru intéressant dans cet article de prendre en compte “un protestantisme implicite” »7 afin d’interroger le lien entre construction d’un terroir viticole et héritage religieux dans le contexte contemporain de recherche de la qualité. Nous nous attarderons sur la manière dont l’histoire du groupe, la nomination du groupe « les huguenots », la frontière avec d’autres groupes et les éléments culturels dits protestants et l’avant-gardisme, vont être utilisés pour élaborer le processus de différenciation du terroir viticole foyen. Selon Patrick Cabanel8, le terme « huguenot » est l’élément central d’une définition du protestant français qui s’appuie sur la mémoire (puis l’histoire dans une collectivité surchargée d’historiens locaux) de la persécution, de l’exil, de la solidarité, du secret… Nous retrouvons cette même « saillance »9 de la mémoire, de la persécution et de la résistance dans la définition du groupe protestant du Pays Foyen. La question de « l’esprit du capitalisme »10 est également affichée. Selon Monsieur V., ancien président de cave, « les “protestants” sont là où il y a de l’argent ». Ils ont également conscience du fait de leur rôle de leader et de l’imprégnation de la société foyenne (et française) des idées protestantes. L’objet de cet article est donc d’interroger les enjeux d’authentification et de la mise en scène de la différence de ce terroir viticole ; il est aussi de questionner le sens de l’utilisation du terme « terroir » pour signifier cette distinction à laquelle sont associés entre autres les frères Reclus11 dans le contexte contemporain de valorisation « des produits de terroir ».

Identifier et patrimonialiser un terroir viticole : des mots, des concepts…

9Toutefois, avant de nous lancer dans l’analyse du processus d’authentification du terroir foyen, il nous a paru indispensable de faire un point conceptuel sur les termes de terroir, de patrimoine, etc., et ainsi de recontextualiser les démarches des vignerons dits protestants dans les cadres sociaux de la société française contemporaine. Comme dans de nombreuses régions de France, les vignerons du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux patrimonialisent leur terroir. Ce phénomène, polyphonique et polysémique, repose notamment sur des processus d’identification/différenciation dont nous examinerons ici les mécanismes. D’une manière générale, les nouveaux usages du monde rural font qu’on se trouve de plus en plus face à ce que l’on appelle la patrimonialisation de l’histoire locale, des bâtiments anciens, de l’environnement et donc de la vigne.

10Dans le jeu de la patrimonialisation, la notion de « terroir » occupe une place significative qui nécessite quelques explications. De la famille du mot latin terra, c’est-à-dire formé de « terre », le mot territorium a donné vie à plusieurs mots, dont celui de « territoire », qualifiant un espace approprié, en particulier dans son sens politique, puis celui de « terroir », qui nous intéresse particulièrement ici, se référant à la terre, dans sa relation à l’agriculture. Le terme « terroir », largement utilisé par nos interlocuteurs, occupe une place particulière dans la viticulture. Il désigne techniquement les qualités propres à un sol, au microclimat local, à l’exposition des coteaux… Le terme « terroir » permet de répertorier les vignobles caractéristiques des crus connus et reconnus pour leur excellence. La légitimité de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux se fonde en partie dans cet échange presque particulier, singulier, au sol dont la matérialité est immédiatement transcendée par la dimension respectueuse et sublimée des savoir-faire développés autour de la production et de la transformation. Le terroir du Pays Foyen est auréolé de caractéristiques et de qualités géologiques que le travail du viticulteur transcende (en 2002, un géologue a d’ailleurs été chargé par le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux de signifier sa singularité).

11Si l’on s’en tient à la définition du « terroir » qui met en avant les qualités propres du sol relativement à l’action du viticulteur, ce dernier ne fait que parachever des données naturelles. Son action viticole ne fait finalement que s’ajuster aux qualités immuables et presque magiques d’un bout de terre. Car en effet, le terroir ici décrit est bien plus que le lieu de développement de la vigne ; c’est un sol à qualités morales et sociales qui se répandent concrètement et symboliquement au raisin, aux autochtones et à ceux qui le cultivent.

  • 12 Micoud A. (dir.), Des Hauts Lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNR (...)

12Associés au terme de « terroir », ceux de « patrimoine » et de « patrimonialisation » méritent également quelques explications. Sous le concept de « patrimonialisation », anthropologues et sociologues désignent les processus par lesquels des éléments désignés comme propres au territoire vécu par des individus sont rapportés à la ruralité et érigés en patrimoine, mais cette définition nous semble restrictive. Nous nous accordons plutôt avec celle donnée par André Micoud12 pour qui le patrimoine peut être englobé dans une définition plus large comme l’ensemble des attributs sensibles par lesquels un groupe donne à voir, à un moment donné, son identité dans un temps donné (par exemple, ce qui nous intéresse ici est de savoir comment et quand les vignerons donnent à voir leur identité protestante).

  • 13 Bérard L. et Ma r c h e n a y Ph., Les produits de terroir : entre cultures et règlements, Paris, É (...)
  • 14 Guillaume M., La politique du patrimoine, Paris, Galilée, 1980.

13Une discussion plus approfondie sur les raisons qui poussent nos concitoyens à se jeter à corps perdu dans la patrimonialisation peut être étayée par l’ouvrage de Laurence Bérard et Philippe Marchenay13, intitulé Les produits de terroir, dans lequel, pour expliquer ce phénomène de patrimonialisation, les auteurs évoquent le rapport spécifique des sociétés marchandes et technico-scientifiques à l’adaptabilité en dehors de tout enracinement local pour assurer leur croissance, leur rationalité et leur productivité. Ainsi la patrimonialisation généralisée doit-elle, selon ces auteurs, être également mise en lien avec un rapport au temps de plus en plus incontrôlé et par conséquent mal vécu. Toujours selon Laurence Bérard et Philippe Marchenay, le processus de patrimonialisation trahit l’urgence de la compensation, voire le refus moderne « d’assurer l’impératif économique de destruction – lié à la consommation – auquel sont subordonnées nos sociétés ». L’acte de patrimonialisation tiendrait sa force de ce « qu’il se nourrit de toutes les nostalgies qu’engendre un monde qui disparaît et n’assure plus un minimum vital de symbolicité »14.

  • 15 Fischler C., L’Homnivore, Paris, Odile Jacob, 1990.

14Si l’on suit ces auteurs, nos sociétés contemporaines modifient la relation au temps et gomment le sens des lieux, elles perturbent également la relation aux aliments, dont le vin. Comme le faisait remarquer Claude Fischler, l’aliment est devenu un artefact mystérieux dont on ne sait plus reconnaître les ingrédients ni le tour de main. Or, incorporer un aliment c’est faire devenir soi une partie de ses propriétés, tant sur le plan imaginaire que biologique. « Or, si nous ne savons pas ce que nous buvons ni ce que nous mangeons, dit Claude Fischler, il devient difficile de savoir ce que nous allons devenir mais aussi ce que nous sommes15. »

  • 16 Dans la charte du Pays Foyen, « le premier point incontournable » selon les élus est celui de la c (...)

15Dans ce contexte, alors que la communication est reine, les racines, les traditions et l’authenticité sont grandement sollicitées. Nombreux sont les acteurs impliqués dans la construction d’images faisant référence à ces notions. Beaucoup de collectivités locales sont à la recherche d’une identité. C’est le cas de la communauté de communes16 du Pays Foyen, qui rejoint ainsi les préoccupations des producteurs vignerons du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux. D’ailleurs, parlant de la spécificité du Pays Foyen, le maire n’hésite pas lors d’une réunion avec le syndicat et les chercheurs de l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 (à laquelle nous participions) à affirmer : « La tradition n’est pas encore dans toutes les têtes mais nous allons œuvrer pour qu’elle y soit… ». Ainsi étions-nous témoins de la mise en patrimoine du Pays Foyen.

  • 17 On peut à ce sujet consulter la recherche de Jean-Michel Mezuret (1998-1999) en ce qui concerne le (...)
  • 18 Démossier M., Hommes et vins : une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, EUD, 1999.

16Dans ce grand mouvement de libre interprétation, chacun argumente à sa façon, en fonction de la place qu’on occupe sur l’échiquier politique et économique local, pour donner consistance à ce terroir foyen17. Pendant l’enquête que nous menons actuellement, implicitement nos interlocuteurs font tous référence aux notions d’identité et de pouvoir. En effet, les membres du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux se situent dans le registre identitaire puisqu’il s’agit de choisir des éléments du passé que l’on va ériger en emblème « de la communauté viticole imaginée » associée toute entière à la « communauté de production » locale, pour reprendre une expression de l’anthropologue Marion Démossier18, alors que tous ne se reconnaissent pas dans ce syndicat. Dans le contexte contemporain de globalisation économique et de mobilité, l’identification à un terroir viticole qui sous-entend l’appartenance à un ensemble concret d’individus, pris dans des rapports d’interconnaissance et liés par un lieu concret de travail, peut sembler paradoxale entre mondialisation du marché, réglementation européenne pour la qualité, espace géographique identifiable et vins de cépages facilement reconnaissables par le plus grand nombre. Quels sont les emblèmes territoriaux qui vont servir à signaler aux « autres » (aux acheteurs potentiels) des singularités positives, sources de commerce pour des vignerons qui se disent protestants ? Dans cette contrée à fort héritage protestant, comment la ressource symbolique du terroir est-elle articulée à la promotion réfléchie d’une image de la modernité vitivinicole et à la réussite économique ?

  • 19 Monsieur B., vigneron, accuse la génération de son père d’avoir détruit le terroir en usant d’engr (...)

17Nous verrons qu’il s’agit d’une histoire et d’un environnement naturel du Pays Foyen choisis, représentés, racontés… Il s’agit ici d’asseoir l’image et la notoriété d’un terroir dans un contexte où l’AOC n’est pas seulement un moyen de catégorisation spatiale mais aussi un moyen de classement hiérarchique entre entités concurrentielles sur le marché des vins. Sur la carte du site Internet du syndicat, le terroir est d’abord situé en France (haut lieu de la viticulture dans le monde), puis en Bordelais (grand vignoble français), et enfin entre les terroirs de Saint-Émilion, de Monbazillac et de Duras, terroirs de qualité renommés dans le monde entier. Les stratégies utilisées ici répondent aux attentes prétendues des consommateurs et sont ramenées à l’exaltation d’une tradition locale, d’un environnement naturel singulier. Dans ce contexte foyen, le nouvel intérêt pour le vin, dans sa dimension de masse, a été parfaitement évalué par l’ensemble des membres du syndicat que nous avons rencontrés. Toutefois, tous ne sont pas d’accord sur les modalités à suivre pour créer la confiance. Ainsi paraît-il inopportun aux vignerons rencontrés dits protestants de fonder la qualité de leur vin uniquement sur le patrimoine historique (ou du moins dans sa version figée) du Pays Foyen. La dimension moderne de l’œnologie paraît pour les vignerons dits protestants un élément à valoriser auprès des consommateurs. Le président du syndicat (protestant) n’hésite pas à mettre en avant « sa modernité œnologique » lorsque nous le rencontrons sur sa propriété. Il modère les propos de ceux qui produisent un discours encensant le passé, dénigrant leurs pères qui ont opté pour la modernisation19. C’est dans la continuité de l’héritage familial qu’il situe son métier de vigneron. Les points de vue divergent également entre vignerons dits protestants. Selon Madame S., la confrérie et son costume, bâtis sur le modèle de Saint-Émilion, décrédibilisent leur image professionnelle en premier lieu orientée vers la qualité du produit et non dans la théâtralisation et l’imitation. Pour elle, le costume ne dit rien de la manière dont elle a réalisé son vin.

  • 20 Notre fréquentation assidue du monde viticole a d’ailleurs amené une jeune commerciale en vin à no (...)
  • 21 Albert J.-P., « L’image des vins en Midi-Pyrénées : faut-il taire la nouveauté ? », Sud-Ouest Europ (...)

18S’ils mettent l’accent sur leur esprit protestant avant-gardiste pour justifier la nécessaire évolution du syndicat perçu déjà comme « ringard » à l’extérieur, ils se sont armés de conseillers en communication et marketing (dans la Feuille de vigne d’avril 2004, il est fait état de formations pour les vignerons) qui s’appuient d’ailleurs sur les sciences humaines20 pour tenter de définir le nouveau profil du consommateur de vin. Comme le note Jean-Pierre Corbeau, les nouveaux clients du vin font parfois partie de groupes de dégustateurs et, s’ils n’ont pas les moyens de posséder uniquement des bouteilles de grands crus, ils souhaitent néanmoins déguster des vins moins prestigieux mais tout de même porteurs de distinction et de singularité : « De nouvelles appellations, ou la relance de vignobles ayant déjà une certaine notoriété, ont permis de développer une gamme de vins de qualité à des prix abordables, dont la valeur symbolique se construit dans la rencontre de critères de rareté, de singularité ou d’authenticité avec un discours capable de dire la différence et, partant, la valeur21. » Ce qui nous importe ici, c’est de voir comment les vignerons qui se disent protestants au sein de syndicat Sainte-Foy-Bordeaux induisent la modernité dans leur tradition, et comment ils répondent à ces nouvelles manières de boire. C’est au croisement des logiques commerciales conscientes, des représentations de ce qui fait vendre (engageant une certaine présentation de son produit, un rapport au patrimoine local), et d’une culture de la profession associée au protestantisme que nous interrogerons ici la construction sociale du vin produit sous l’appellation Sainte-Foy-Bordeaux.

Le syndicat « d’un terroir de qualité et de convivialité »

Un pays de cocagne

  • 22 Le syndicat regroupe des membres aux profils sociaux divers et variés : néo-ruraux, héritiers du v (...)

19L’appellation Bordeaux-Sainte-Foy existe depuis 1937 et portait alors uniquement sur des vins blancs. Le syndicat22, dilué puis relancé dans les années 90, consiste en un regroupement volontariste autour de l’appellation, rebaptisée Sainte-Foy-Bordeaux, afin, disent les membres, de se démarquer des Bordeaux et Bergerac-Monbazillac. C’est sous l’impulsion de Monsieur H., qui se dit vigneron installé depuis plusieurs générations à Sainte-Foy-la-Grande, puis de Madame F., spécialiste en communication, que l’on peut qualifier de « néo-rurale », que le syndicat a revu le jour de manière plus officielle. Le syndicat a en effet une histoire plus ancienne faite de hauts et de bas, mais qui reste à écrire. L’AOC se décline maintenant dans les trois couleurs du vin et couvre 19 communes et 7 000 hectares. Les membres comptent 38 propriétaires de chais particuliers et 36 viticulteurs coopérateurs sur 474 viticulteurs recensés sur le Pays Foyen. Plus de la moitié des adhérents au syndicat Sainte-Foy-Bordeaux se disent ou sont reconnus par les autres comme étant protestants. L’un d’entre eux, Madame L., a d’ailleurs mis peu de temps à mobiliser, ce 28 février 2003 à la Maison des vins du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux, toutes « les personnalités protestantes » qui ont ou ont eu à voir de près ou de loin dans la construction du territoire viticole du Pays Foyen.

20Le site Internet évoque des « vignerons indéfectiblement attachés à une terre sur laquelle ils reconduisent, jour après jour, les gestes d’une tradition ancestrale de la qualité ». On retrouve ici un discours très en vogue alors, dans lequel le passé est considéré comme un modèle de loyauté par opposition au spectre d’une production vitivinicole en grande quantité, nuisible à la qualité et à la santé. Tout est fait ici pour se détacher de cette image dégradante des viticulteurs foyens accusés par certains « de vendanger avec des moissonneuses batteuses » (Monsieur M., membre du syndicat Bordeaux-Bordeaux Supérieur). Il s’agit de renouer avec l’image idéalisée « de petit Sauternes du Libournais » (Monsieur C., membre du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux). La référence au passé s’impose comme un gage supplémentaire de sécurité et de bonne foi sanitaire et écologique…

  • 23 Voir le site internet du syndicat : www.saintefoy-bordeaux.

21Cultivant l’image « d’un pays de cocagne », comme bien d’autres appellations, le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux et ses membres ont amorcé depuis quinze ans un mouvement de valorisation du terroir, mettant en avant les petits producteurs, les parcelles de terre, la convivialité du monde rural… Le site insiste aussi sur la douceur du paysage de cette vallée de la Dordogne : le terroir ici proposé est celui d’une campagne authentique où douceur du paysage et rapports humains harmonieux vont de pair (site Internet du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux). Il met en évidence un mode de vie qui privilégie la convivialité des rapports humains : « Les fréquentes réunions syndicales, marquées par des débats enthousiastes autour de l’option de la qualité, insufflent une forte dynamique de groupe, profondément ressentie par chacun des adhérents. En interrogeant en effet les uns et les autres sur la manière dont ils perçoivent l’image de leur syndicat, on obtient des réponses où reviennent très régulièrement les mots de “vivant”, “gai”, “uni”, “humour”, “cohésion”… »23.

  • 24 Fischler C., op. cit.

22Le vin de niche que constitue celui de l’appellation Sainte-Foy-Bordeaux se vend et se consomme conformément à des représentations et des usages qui sont partagés par les membres d’une classe sociale qui cherche à se distinguer, à « se différencier des viticulteurs lambda » (Madame B., vigneron installée dans les années 90). En s’appropriant un passé nationalement reconnu, celui de Montaigne, qui lie le local à la « grande Histoire », les membres du syndicat donnent à voir un vin symboliquement bien classé. Par ce procédé, ils tentent le rapprochement avec les grands vins de Bordeaux. Pour Madame B., le terroir foyen offre la promesse d’un vin de qualité et de distinction. Comme le souligne Claude Fischler24, on assiste depuis les années 90 à « une escalade du haut de gamme », avec des variétés et des marques de plus en plus sophistiquées, à des prix de plus en plus sélectifs : des produits et des marques d’élite, capables de distinguer symboliquement leur consommateur, d’enrichir et de nourrir sinon leur portefeuille, du moins leur ambition et leur identité sociale.

23Dans ce contexte, les vignerons qui se disent protestants fondent la qualité de leur produit sur un héritage différent : le protestantisme. Pour ces vignerons, l’enjeu de la distinction n’est pas exactement le même. Ils se moquent de la référence faite à Montaigne par ceux qu’ils appellent les « néo-ruraux », les « commerçants parisiens ». Même s’ils se prétendent nouveaux en opposition aux anciens parce que souvent revenus au pays par choix et après une formation à l’extérieur, les questions de la notabilité et de l’appartenance au terroir ne se posent pas pour eux de la même manière. D’un côté, les vignerons dits protestants possèdent les tombes familiales dans le jardin depuis le xvie siècle. Même si les tombeaux familiaux ne sont pas toujours entretenus, ils sont situés au cœur du vignoble et impliquent des droits de passage, bref ils se mêlent au terroir et marquent du sceau du protestantisme le vignoble foyen. Bien qu’ils remémorent un passé de domination (exclusion des cimetières catholiques), ces cimetières permettent dans la concurrence symbolique de l’appartenance au lieu d’affirmer que l’on se trouve en terroir foyen. De l’autre, face aux anciens, c’est-à-dire ceux qui sont installés depuis longtemps en Pays Foyen et qui le plus souvent sont catholiques mais qui refusent de modifier leurs manières de produire du vin, ces tombes témoignent, malgré la souffrance et l’exclusion, de leur résistance aux situations difficiles, de leur avant-gardisme ainsi que de leur place d’élite et de leur fidélité aux ancêtres.

La valorisation des lieux et du groupe d’appartenance

24Pour beaucoup de vignerons protestants rencontrés, le passé occupe une place centrale dans les récits de vie. Les maisons héritées d’un grand-père ou d’une grand-mère qu’ils ont souvent rénovées vont servir de tremplin pour légitimer leur enracinement. Les tombes familiales nichées au cœur des vignobles, associées au patrimoine naturel, sont réutilisées comme les décors incontournables d’un vin de qualité. Cette association de la généalogie familiale et de l’environnement naturel n’a d’autre raison que de rendre possible l’éventuelle vérification de sécurité alimentaire (traçabilité et authenticité sont ici associées) jusqu’au domaine de la zone géographique de production.

25Notre visite est fréquemment l’occasion d’évoquer ou de ressortir plusieurs cartons d’archives familiales toujours associées à la « grande Histoire » (participation à la progression de la pensée au niveau international grâce à Élysée Reclus, alors que la pensée raciste de son frère Onésime est passée sous silence).

  • 25 Les « anciens » sont ceux qui sont restés dans un modèle hérité des lendemains de la Seconde Guerr (...)

26Plutôt que de taire la contradiction d’une tradition prise entre optimisation technologique et ordonnance immuable, ces vignerons fondent sur l’éthique protestante – dont ils se disent les héritiers directs – leurs pratiques vitivinicoles, entre tradition et innovation. Réussite économique, sociale et naturelle, et liberté de penser assortie d’une grande curiosité intellectuelle, sont mises en avant pour tracer les contours d’un terroir viticole singulier. D’ailleurs, nous l’avons dit, nombre d’entre eux se targuent d’être des « nouveaux », puisqu’ils sont revenus, disent-ils, au pays après l’acquisition d’une formation à l’extérieur. Être des nouveaux en opposition aux anciens25 signifie aussi pour eux être à l’avant-garde et ce malgré la dissidence que cela induit et le fait d’être en minorité (dissidence qu’ils cultivent). Si la grande majorité des vignerons protestants estime que leur appartenance religieuse n’a plus l’impact qu’elle a pu avoir par le passé, toutefois nombreux sont ceux qui revendiquent cette appartenance pour expliquer leur présence au sein du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux. La référence à un passé idéalisé de résistance et de réussite économique et intellectuelle devrait, par sa simple évocation, rejaillir sur le présent. En effet, comme on l’a vu, le développement économique et intellectuel de cette région a été pris en main par les protestants, constitués en réseaux avec des ramifications à l’étranger, leur conférant un grand pouvoir politique, intellectuel et économique.

27Le vin de terroir revendiqué ici ne serait-il alors qu’un habillage mercantile destiné à servir « l’esprit du capitalisme » ? Les motivations des membres dits protestants du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux sont-elles plus rarement sanitaires et gastronomiques qu’idéologiques et marchandes ? Elles sont tout cela à la fois.

Un « vin éthique »26 fondé sur un héritage protestant résolument ancré dans la modernité

  • 26 J’emprunte cette expression à Hélène Velasco-Graciet qui, suite à mon intervention au colloque int (...)
  • 27 Nous invitons le lecteur à lire l’article que nous avons co-rédigé avec Isabelle Téchouèyres en 20 (...)

28Depuis les temps médiévaux, bien des choses se sont modifiées dans le travail de la vigne. Celui qui vit de plain-pied avec son époque a recourt aux engins mécaniques, aux désherbants, aux engrais, etc. De ces transformations, une sorte de morale faisant référence à l’éthique protestante nous est livrée par nombre de nos interlocuteurs, qui se qualifient eux-mêmes de vignerons et de protestants27.

29Avant-gardisme et innovation associés à un développement personnel apparaissent dans les propos de nos interlocuteurs comme des valeurs protestantes permettant de produire un vin de qualité. Madame S. : « Il faut se remettre en question » ; Madame C. : « Mon mari était toujours curieux de tout, mon père aussi, quitte à être en porte-à-faux avec la majorité » ; Monsieur S. : « Toujours à l’avant-garde, c’est comme ça, il y a une sorte de transmission familiale, mon père a été président de cave, moi j’en suis sorti, sans qu’il y ait contradiction ».

  • 28 Albert J.-P., art. cit.

30Le principe même d’un enracinement dans sa dimension « éthique protestante » liée à la réussite économique, au prestige, à l’avant-gardisme, n’est absolument pas en contradiction avec les valeurs du présent de plus en plus orientées vers les particularismes mais aussi vers l’individualisme. La figure du vigneron dit protestant illustre ainsi la représentation sociale de plus en plus répandue d’une modernité de la tradition28.

Le vigneron passionné, créateur et respectueux de l’environnement

31Les récits que nous avons recueillis tentent de mettre en évidence un rapport renouvelé au territoire, au métier de vigneron. En effet, à la dénomination « viticulteur » ils préfèrent celle de « vigneron », plus proche, disent-ils, de leur réalité : entre histoire de leur exploitation attachée à une longue lignée de vignerons (associé à une forme de noblesse en relation avec la qualité du produit), activité de création qu’est devenu l’art de la vigne (ils peuvent du fait de leur savoir-faire offrir des produits rares et prestigieux) et innovation mise en tension entre tradition et haut niveau de compétence œnologique. Ils se situeraient ainsi entre une sorte d’aristocratie bordelaise du vin et un monde paysan proche de la nature (ce terme mériterait à lui seul une réflexion anthropologique). Certes, ils s’estiment héritiers d’une histoire (localement et nationalement glorieuse), mais ils s’estiment aussi acteurs de leur temps. L’éthique protestante sur laquelle ils prétendent s’appuyer leur permettrait de « s’adapter au nouveau contexte et de regarder “demain” en s’interrogeant sur les options à prendre pour produire un vin de qualité afin de continuer à vivre de leur héritage considéré comme choisi », héritage et choix individuel devant forcément se répercuter sur la qualité du vin et donc légitimer leur terroir.

  • 29 Éditorial du président, « La feuille de vigne », site Internet www.saintefoy-Bordeaux.com, avril 2 (...)

32Pour construire la figure du vigneron protestant, ils n’hésitent pas à argumenter autour de la modernité qu’ils vont qualifier d’« éthique » ; « la tradition est perdue » et la retrouver n’est possible que grâce à un haut niveau de compétence œnologique, nous l’avons dit, mais aussi en développant des valeurs contemporaines en faveur de la nature, du pays. Sur Internet, l’éditorial d’avril 2004 de la revue du syndicat met en évidence l’intérêt (certes obligatoire) porté aux normes internationales relatives, par exemple, aux traitements du bois d’emballage. Les propos du président29 invitent chaque viticulteur à se rapprocher « de son fournisseur qui a dû lui-même s’enregistrer auprès de la Direction Régionale de l’Agriculture (Service des Végétaux), le traitement des bois étant attesté par l’apposition d’un logo spécifique ». Le président insiste sur les risques de pollution du vin que constituent les traitements pour le bois.

33La référence à la nature, à l’harmonie, est ici associée à une volonté techniciste consciente. Selon certains de nos interlocuteurs, le passé n’est pas à glorifier totalement ; ce serait oublier, selon eux, la violence de la chaîne alimentaire, la prolifération des miasmes, etc. Ils ont conscience que les vins ne se laissent déguster qu’une fois les craintes sanitaires dépassées. Leur méta-tradition mobilise discrètement une politique de contrôle et de maîtrise qui passe par une agriculture raisonnée (nous avons eu une conversation avec un vigneron qui évoque, grâce à la prohibition des herbicides, le respect de l’environnement et notamment de la faune adventive comme les coccinelles), bien loin d’une nature brute. Tout en requérant des infrastructures sanitaires optimales, l’imaginaire de ces vignerons s’attribue les bénéfices d’un progrès qu’ils habillent au prime abord dans un modèle présumé originel.

  • 30 Lauraire R., « La honte, la coopérative viticole languedocienne », Une histoire à soi, figuration d (...)
  • 31 Monsieur V., ancien président de cave, explique le départ de son fils par le fait que le contexte (...)

34Dans le même éditorial, les vignerons sont invités à développer une stratégie de gestion du paysage viticole réorganisé vers le patrimoine naturel. Respecter l’environnement se double désormais de nouvelles pratiques d’aménagement de l’espace. Dans l’éditorial, le président renseigne ses adhérents sur les aides attribuées à ceux qui paysagent leurs vignes en plantant des bosquets d’arbres et de haies. Cette démarche s’inscrit dans la volonté affichée par ces vignerons de s’atteler à une agriculture raisonnée (tout en ayant conscience, disent-ils, de ses limites) qui a renoncé aux traitements « tout chimique » des parcelles. Cette dimension paysagère et écologique valorisée par les vignerons de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux témoigne du souci de s’éloigner de la dépréciation des vignobles qui ressemblent « à des champs de blé de la Beauce ». Ils sont associés aux caves coopératives, fort nombreuses du reste dans la région, et dans lesquelles pourtant la moitié des membres du syndicat dépose son vin. Il s’agit là de cultiver l’image du « vigneron-jardinier »30 afin d’éradiquer le stigmate de la production viticole industrielle, associée à l’image d’un vin de piètre qualité (le « gros rouge »), et de se rapprocher dans l’imaginaire du prestige des « petits jardins de vignes » du Saint-Émilion ou du Pomerol voisins. D’ailleurs, la phase coopérative de la famille n’est pas d’emblée racontée à l’anthropologue. Toutefois, s’ils sont interrogés sur l’implication de leurs pères dans la coopération et la production industrielle, ils ne la renient pas mais la recontextualisent en argumentant : nécessité de se regrouper à l’époque pour survivre, position de leader des pères dans la coopération, possibles progrès œnologiques… Paradoxalement, ceux qui ont quitté les caves coopératives s’inscrivent dans la continuité paternelle (et vice versa, les pères expliquent pourquoi leurs enfants ont quitté les caves31) en prenant en compte les contingences contemporaines. Pour répondre à la désaffection des caves coopératives, la question de la maîtrise totale du produit et de la distinction est mise en avant. Ici s’opposent la figure du viticulteur et celle du vigneron. Avant-gardistes, novateurs, les pères avaient œuvré pour la coopération dans une logique d’enrichissement économique et de progrès social. Aujourd’hui, selon certains anciens présidents de cave, la coopération n’est plus ce qu’elle était : produire du vin sans s’interroger sur le sens de l’action qu’on mène entraînerait forcément selon eux une dépréciation du produit. Pour certains, sortir de la cave constitue le moyen de perpétuer leur place d’élite. Le redéploiement économique de la viticulture a eu pour effets de remodeler l’identité du vigneron et d’ouvrir des possibilités d’action. La maîtrise du produit de bout en bout suggère l’image de la distinction et du vigneron créateur. Par exemple, Monsieur T. retarde le plus possible ses vendanges, il aime contrôler avec son œnologue l’évolution de son vin qu’il considère non pas comme une production mais comme une création. « Amener la vendange à la cave et ne plus rien maîtriser du tout, ça nous réduit à pas grand-chose. À la cave, j’avais demandé à participer à toutes les étapes mais on me l’a refusé… Ailleurs, cela se fait pourtant. » Plusieurs fois médaille d’or à la foire internationale de Bordeaux, Monsieur T. se targue d’offrir un produit très spécifique, très tannique, alors que la mode est plutôt aux vins légers. « Sa création » s’inscrit dans la figure dialectique de la tradition perdue mais qui n’est possible que grâce au haut niveau de compétence œnologique de son œnologue.

  • 32 Pourtant, un président de cave lui prête des capacités de triage des impuretés égales à celles des (...)

35Dans le même ordre d’idées, les vendanges sont peu exploitées dans la construction de l’image du vigneron. En fait, l’engagement pour produire « un vin dit de terroir » amène également les membres du syndicat (qu’ils soient ou non protestants) à se plier aux nouvelles réglementations sanitaires et aux contraintes contemporaines du marché. En effet, si à travers leur engagement dans le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux il est question de réintroduire de la diversité, de la qualité, du lien social, il n’en reste pas moins que qualité, diversité et lien social doivent s’intégrer dans la logique industrielle des échanges économiques. Au-delà du discursif, nos interlocuteurs sont tous confrontés à la crise du vin et aux réalités économiques. Ils avouent réfléchir aux choix les moins onéreux. Les travaux viticoles sont de plus en plus réalisés par des salariés d’entreprises viticoles. La vendange est mécanisée (achat groupé de machine à vendanger), la mise en bouteilles se fait par groupe automatique. Les vignerons tentent de tout mettre en œuvre pour gagner en souplesse (cela permet de gérer les différents vins, d’éviter le stockage) afin disent-ils de survivre à la crise. Plus spécifiquement, on peut lire ici une stratégie d’évitement des références à la modernité agricole dans sa dimension technique la moins viticole. Le machinisme agricole lié à des images de productivité et de quantité n’a pas bonne presse32 : « La machine à vendanger n’est pas porteuse, vendanger comme on moissonne est mal vu » (Madame H.).

36Le vigneron ici défendu se doit de maîtriser l’ensemble du processus de production et de vente tout en restant un professionnel identifiable et avec qui un lien interpersonnel peut être établi. Pour ces vignerons, le château, les tombes familiales et le terroir traduisent les meilleures garanties de singularité et d’authenticité. À la réalité technico-économique font écho les valeurs caractéristiques du monde du vin (priorité classificatoire des terroirs sur les cépages) et le principe avant-gardiste et d’individualisation qui domine l’éthique protestante.

Conclusion. Vigneron de l’éthique et de la distinction

  • 33 A contrario, le mariage avec un ou une vigneron(ne) protestant(e) permet à quelques néo-ruraux en (...)
  • 34 La question du business et de l’identité protestante reste encore à élucider dans cette enquête qu (...)
  • 35 Albert J.-P., art. cit.

37Loin de nous l’idée de vouloir participer à la réification d’un « groupe dit protestant » du Pays Foyen. La réalité est bien plus complexe. Le processus d’individualisation a fait son œuvre. Les viticulteurs et vignerons dits protestants ne sont pas tous membres du syndicat, beaucoup portent leur récolte à la cave et la déclarent sous l’appellation Bordeaux/Bordeaux Supérieur et en Bergerac. Nombreux aussi sont ceux qui fustigent l’orientation que prend le syndicat considéré comme trop tourné vers le passé… Il serait, selon eux, déjà dépassé. Toutefois, ce focus sur le syndicat nous a permis de montrer comment l’utilisation de l’enracinement protestant permet de cultiver l’excellence33 et de continuer à rivaliser avec les néo-ruraux venus de l’extérieur (quelques industriels ou commerçants parisiens reconvertis dans la viticulture) et avec les plus grandes appellations en termes d’authenticité et d’éthique. L’image du vigneron créateur, technicien et commerçant34 semble émerger de cette enquête. Héritiers d’une logique avant-gardiste, les vignerons protestants estiment que les vins de l’appellation Sainte-Foy-Bordeaux seront d’autant plus acceptables (donc consommables) qu’ils rejoindront les figures contemporaines de la modernité associées à l’éthique et à l’esthétique35.

Notes

1 Le château de Duras entièrement reconstruit va servir de socle patrimonial à l’édification du terroir duracois.

2 Il n’est pas certain que le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux soit perçu comme utile par la majorité d’entre eux.

3 Cette partie s’inspire de Crenn C. et Hinnewinkel J.-C., « Entre distinction et précarité, nouvelles territorialités dans le vignoble foyen », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 19, 2005, p. 39-48.

4 Althabe G., « Production des patrimoines urbains », in Jeudy H.-P. (dir.), Patrimoines en folie, Paris, Édition de la MSH, 1990.

5 Huguenot : terme qui les a désignés à partir du xvie siècle, et qui reste couramment employé, soit comme épithète (la croix huguenote qui est bijou et signe éclatant de reconnaissance), soit comme nom collectif, surtout pour désigner les protestants du Midi. On utilise aussi le terme « parpaillot ».

6 Encore aujourd’hui dans le bulletin de l’association des Amis du Moulin de Maître Pierre et de la mise en valeur du patrimoine d’Eynesse sous toutes ses formes (mai 2005), Monsieur Jacques Sicard écrit dans une rubrique : « Eynesse, son histoire, son patrimoine, comment sa famille (protestante) a su résister à la famine pendant l’été 1944. Alors que la résistance a pour mission d’empêcher les Allemands de rejoindre la Normandie en faisant sauter les ponts de la Dordogne, le village va manquer de farine, les batteuses ne peuvent plus accéder à la commune. Un chantier de battage provoqué par la solidarité villageoise va être réalisé dans la plus grande discrétion, permettant aux Eynessois de ne pas manquer de pain. Une de ses nièces, qui constitue pour nous une sorte “d’informatrice principale” », (personne ressource s’il en est dont on a tendance à omettre la place centrale au moment de l’écriture), nous a procuré le bulletin de l’association et cache mal sa satisfaction de découvrir les bienfaits de sa famille pour le village d’Eynesse au moment de l’occupation allemande. Elle associe cet esprit de solidarité et d’ingéniosité au protestantisme.

7 Cabanel P., « Qu’est-ce qu’un protestant ? Qu’est-ce qu’une nation protestante ? Problèmes de définition et de sociologie », Bastidiana : sociologie et protestantisme, no 25-26, janvier-juin 1999, p. 117. Crenn C., « Ethnicité et protestantisme. Qu’est-ce qu’une nation protestante ? », Bastidiana, no 25-26, Sociologie et protestantisme, janvier-juin 1999.

8 Cabanel P., art. cit.

9 Poutignat Ph. et Streiff-Fenart J., Théorie de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995.

10 Weber M., L’éthique protestante ou l’esprit du capitalisme, Paris, Agora, 1916.

11 Élisée Reclus, géographe anarchiste de renommée internationale, a vécu à Sainte-Foy-La-Grande.

12 Micoud A. (dir.), Des Hauts Lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

13 Bérard L. et Ma r c h e n a y Ph., Les produits de terroir : entre cultures et règlements, Paris, Éditions du CNRS, 2004.

14 Guillaume M., La politique du patrimoine, Paris, Galilée, 1980.

15 Fischler C., L’Homnivore, Paris, Odile Jacob, 1990.

16 Dans la charte du Pays Foyen, « le premier point incontournable » selon les élus est celui de la culture. Une antenne artistique rurale, une école de musique et des troupes de théâtre sont ainsi chargées de donner corps à la culture du Pays Foyen. La confrérie vineuse du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux occupe à cet égard une place centrale dans la construction du haut lieu que doit devenir (ou redevenir ?) le Pays Foyen.

17 On peut à ce sujet consulter la recherche de Jean-Michel Mezuret (1998-1999) en ce qui concerne les nuits du patrimoine à Sainte-Foy-la-Grande. Mezuret J.-M., « La fête des pierres ou la fête des maires ? », ss. dir. Bernard Traimond et Pierre Bidart, Université Victor Segalen-Bordeaux 2, 1999.

18 Démossier M., Hommes et vins : une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, EUD, 1999.

19 Monsieur B., vigneron, accuse la génération de son père d’avoir détruit le terroir en usant d’engrais et de mécanisation à outrance. Pour les vignerons protestants rencontrés, la violence symbolique des propos tenus par Monsieur B. paraît inconcevable.

20 Notre fréquentation assidue du monde viticole a d’ailleurs amené une jeune commerciale en vin à nous proposer d’apporter en association des « idées » aux vignerons (sic).

21 Albert J.-P., « L’image des vins en Midi-Pyrénées : faut-il taire la nouveauté ? », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 14, 2002.

22 Le syndicat regroupe des membres aux profils sociaux divers et variés : néo-ruraux, héritiers du vignoble paternel, vignerons et viticulteurs. Plus de la moitié sont identifiés comme protestants.

23 Voir le site internet du syndicat : www.saintefoy-bordeaux.

24 Fischler C., op. cit.

25 Les « anciens » sont ceux qui sont restés dans un modèle hérité des lendemains de la Seconde Guerre mondiale où l’agriculture s’est modernisée à marche forcée : mécanisation de l’outillage agricole et essor de l’industrie agro-alimentaire. Les anciens sont pour eux ceux qui ne perçoivent pas la nécessité de changer les manières de produire du vin, qui ne perçoivent pas le changement du profil des consommateurs.

26 J’emprunte cette expression à Hélène Velasco-Graciet qui, suite à mon intervention au colloque international sur la vigne et le vin en mai dernier à Bordeaux, a qualifié le vin de certains vignerons foyens d’« éthique » en s’inspirant de la référence que nous effectuions à l’ouvrage de Max Weber, op. cit.

27 Nous invitons le lecteur à lire l’article que nous avons co-rédigé avec Isabelle Téchouèyres en 2004, concernant le président de l’appellation qui « se disant » et « étant désigné comme protestant » témoignait par son parcours exemplaire dans la sphère vitivinicole locale des tactiques et stratégies de son groupe d’appartenance religieuse et professionnelle.

28 Albert J.-P., art. cit.

29 Éditorial du président, « La feuille de vigne », site Internet www.saintefoy-Bordeaux.com, avril 2004.

30 Lauraire R., « La honte, la coopérative viticole languedocienne », Une histoire à soi, figuration du passé et localité, Paris, Éditions de la MSH, (Coll. Ethnologie de la France), Cahiers 18, 2001, p. 295.

31 Monsieur V., ancien président de cave, explique le départ de son fils par le fait que le contexte a beaucoup changé. L’innovation et l’excellence ne sont plus dans la coopération. Ceux qui étaient autrefois dirigés se retrouvent selon Monsieur V. aux postes à responsabilité. Les bons élèves des familles locales ont quitté le monde viticole, optant pour des métiers plus valorisés pour faire carrière dans l’administration.

32 Pourtant, un président de cave lui prête des capacités de triage des impuretés égales à celles des vendangeurs, tandis que sa femme viticultrice loue l’utilisation de la machine et la fin des équipes de vendangeurs dont il fallait se préoccuper (logement, repas) des semaines durant.

33 A contrario, le mariage avec un ou une vigneron(ne) protestant(e) permet à quelques néo-ruraux en quête de notabilité et d’archives familiales de s’offrir de la distinction à l’heure où le vin, dans sa prolongation des expressions beaucoup plus anciennes de la valorisation des grands crus, reste un objet de prestige.

34 La question du business et de l’identité protestante reste encore à élucider dans cette enquête qui, rappelons-le, est en cours.

35 Albert J.-P., art. cit.

Auteur

Maître de conférences en Anthropologie, IUT Carrières sociales, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540