Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Thème 2 - Représentations et défense de l’image

Chapitre 12. Le Jurançon, un vignoble entre tradition et recomposition

Alain Cazenave-Piarrot

Texte intégral

1Le Jurançon s’étend sur environ 1 000 hectares : c’est un vignoble exigu. Il court sur la rive gauche du Gave entre Haut-de-Bosdarros au sud-est et Lucq-de-Béarn au nord-ouest, mais la partie la plus vivante va de Gan à Monein en un ovale de trente kilomètres de long. La réputation du Jurançon lui donne une importance bien plus grande que le laisserait penser la modestie des superficies. Identifié à des moments forts de l’histoire française et béarnaise, le Jurançon opère actuellement une intégration rapide dans les systèmes vitivinicoles français et européen.

2La problématique de notre approche consiste à déterminer si les mutations que vient de subir le vignoble en moins d’une génération le laissent encore ancré dans ses traditions et une culture bien identifiée, ou en font un vignoble nouveau à l’instar du Somontano aragonais, du Cahors et bien sûr des vignobles des outremers comme le Chili ou le Mexique. Ces lignes se proposent de placer le curseur sur cette situation d’entre-deux.

Jeux d’images sur le vignoble de Jurançon

3La spécificité et la renommée du Jurançon dont les manifestations sont bien supérieures à ce que l’on pourrait attendre de 1 000 hectares plantés se nourrissent de paysages paradoxaux et des représentations qui s’y attachent, du jeu d’acteurs antagonistes et d’une référence permanente à l’histoire.

Carte 33 – Le Jurançon dans l’ensemble des vignobles AOC pré-pyrénéens.

Carte 33 – Le Jurançon dans l’ensemble des vignobles AOC pré-pyrénéens.

Tableau 10 – Superficies et productions en Jurançon (Source : INAO).

Années

Superficie en hectares

Production en hectolitres

1980

524

15 109

1981

610

22 935

1982

504

26 367

1983

495

16 949

1984

484

17 284

1985

527

27 969

1986

537

31 046

1987

550

24 225

1988

557

25 960

1989

615

23 565

1990

634

33 640

1991

643

25 425

1992

673

33 349

1993

728

30 602

1994

769

33 705

1995

814

43 349

1996

820

42 770

1997

821

39 560

1998

853

42 582

1999

908

45 041

2000

945

46 957

2001

961

46 330

2002

981

35 828

2003

1 024

43 920

2004

1 024

52 074

Présentation et représentations du Jurançon

  • 1 Delfaud J. et Dutilh J.-F., « Vignobles du piémont pyrénéen. Terroirs, hommes et vins », Les feuill (...)

4Le paradoxe premier tient dans les paysages : le vignoble ne s’y voit guère. Les petites parcelles de vignes sont camouflées dans un monde de coteaux trapus dont l’altitude s’abaisse de 400 mètres à Haut-de-Bosdarros à 200 mètres sur Monein. L’érosion a gravé de profondes vallées dans le flysch marneux crétacé au sud-est, dans la molasse au nord, que revêtent des placages d’argiles à galets conservés sur les parties sommitales1. L’encaissement du moindre ruisseau au fond de pentes vigoureuses – les cures en gascon –, l’importance du manteau forestier et des haies, le maintien d’une polyculture dominée par le couple maïs-élevage, dispersent le vignoble dans les finages. Traditionnellement planté près des fermes, il se trouve maintenant dans les combes et sur les pentes les mieux exposées au soleil et abritées des vents d’ouest porteurs de pluies. Cependant, au-dessus de Monein et sur les coteaux de Saint Faust-Aubertin, les parcelles toujours plus nombreuses se voient davantage dans les paysages, tandis que les ronds-points routiers autour de Gan se parent de plusieurs hautains. Quelques communes de la vallée du gave de Pau ont droit à l’appellation, à commencer par Jurançon elle-même. Partout, la croissance urbaine paloise mange les espaces agricoles : ici, la vigne a reculé. Ce vignoble discret est aussi à l’écart des grandes voies de communication : la Route des vins emprunte souvent des chemins sinueux, dans les virages desquels la vigne apparaît de façon fugitive.

  • 2 Bonnemaison J., La géographie culturelle, Paris, Éditions du CTHS, 2000.
  • 3 Laulheret R., « La montagne de l’ours », La République des Pyrénées, 3 octobre 2003.

5Il s’agit au sens plein d’un vignoble de piémont, entre plaine et montagne. Ici, la plaine est en fait la large vallée alluviale du gave (ribeyre en gascon). La montagne constitue le fond des paysages avec une sky-line de sommets dont la couleur varie au gré des saisons. Parmi ceux-ci, le Pic du Midi, gigantesque batholite au sommet ébréché, détache ses 2 884 mètres dans l’échancrure de la vallée d’Ossau. La montagne sert de référence au vignoble de Jurançon, de gardien tutélaire au fond de chaque paysage. La Route des vins reprend la silhouette du Pic dans son logo, les sites Internet des producteurs montrent les parcelles avec en arrière-plan la dentelle enneigée des sommets pyrénéens. La géosymbolisation de la montagne2 repose sur une évidence topographique. Dès que le regard se porte vers le sud, que ce soit à travers les maisons des rues de Pau ou par l’échancrure des paysages collinéens, la montagne s’impose à l’œil. Elle joue un rôle climatique important en provoquant une augmentation sensible des précipitations, y compris sur le piémont, elle laisse passer le vent d’Espanha, un fœhn qui joue un rôle particulier dans la maturation des raisins au cours de l’arrière-saison, comme nous verrons. Mais la montagne sert aussi de référence culturelle, tout particulièrement le Pic du Midi d’Ossau qui se dresse plein sud, au droit du vignoble. Une génération de pyrénéistes l’a renommé « Jean-Pierre », d’autres Béarnais l’appellent « la montagne de l’ours », car son sommet formerait une tête d’ours pour peu que l’on tourne l’image d’un quart de tour. Dans tous les cas : « L’Ossau, c’est notre Fujiyama à nous, la matérialisation de l’idée de montagne, la montagne qui précède les autres3. » En Jurançon, la montagne constitue un marqueur culturel.

  • 4 Jung C.G., Dialectique du moi et de l’inconscient, Paris, Gallimard (Coll. Folio Essais), 1988.

6Mais la montagne à l’arrière-plan, tout comme la plaine en contrebas et la méridionalité revendiquée sinon avérée avec soleil, palmiers et luminosité, nourrissent des représentations nombreuses, souvent évidentes, parfois décalées, voire inconscientes sur le vignoble de Jurançon. Entre la montagne au sud, le plus souvent montrée avec le jeté des premières neiges d’automne sur les sommets, les terres basses des contrebas avec une campagne opulente et les villes où poussent les palmiers comme à Pau, le vignoble se place au centre de l’union de forces contraires, représentant un équilibre à la fois subtil et vigoureux, tout comme le vin produit. Une telle représentation se retrouve autour du roi Henri IV – souverain largement utilisé comme référent historique du vignoble comme nous verrons – qui a su ramener la paix civile après les affrontements religieux, idéologiques voire économiques des guerres civiles qui ravagèrent le royaume de France au xvie siècle. La même représentation nourrit le déroulement du jeu à 15, quand, de la masse titanesque de la mêlée poussée par les avants, jaillit l’agile demi qui fait gicler la balle, jusque-là peu visible, vers les lignes arrières d’où un ailier aérien s’élance pour aller aplatir l’essai. Le vin de Jurançon, venu d’un pays de collines tourmentées, arrive de la même façon, mordoré et parfumé, dans le verre du consommateur. Les producteurs du vignoble sponsorisent à des degrés divers les nombreux clubs de rugby du Comité de Béarn, en particulier la Section Paloise qui a joué dans le Championnat Top 14. Dans tous les cas, les représentations sur le Jurançon partent de l’espace géographique au centre duquel naît le vin et se nourrissent de l’histoire, de la culture et des archétypes4 du corps social béarnais.

Carte 34 – Organisation de l’espace du vignoble de Jurançon.

Carte 34 – Organisation de l’espace du vignoble de Jurançon.

Les acteurs du vignoble : un tumultueux ménage à trois

7Trois groupes d’acteurs se partagent les destinées du vignoble de Jurançon. Il s’agit de la Cave coopérative des producteurs de Jurançon, des producteurs Indépendants (association née d’une scission au sein des coopérants de la Cave) et de la Confrérie des vins de Jurançon (filiale de Castel, puissant groupe de négoce bordelais, nouveau venu qui permet désormais de faire jeu à trois).

  • 5 Diot J., Le vignoble de Jurançon hier et aujourd’hui : entre nécessaire adaptation à l’évolution gé (...)
  • 6 Diot J., op. cit., p. 134.
  • 7 Delfaud J. et Dutilh J.-F., op. cit., p. 53.

8La Cave coopérative est fondée en 1949 après une longue période de décadence commencée au début du siècle dernier. La création constitue un sursaut devant la baisse de la qualité couplée à celle des superficies cultivées. La Cave des producteurs de Jurançon installe ses bâtiments à Gan, en bordure de la RN 134 qui monte vers l’Espagne et qu’empruntent de nombreux touristes. Malgré sa position excentrique par rapport au vignoble, cette implantation souligne la volonté des fondateurs de commercialiser au maximum en vente directe leur production. La recherche de la qualité constitue le second axe de la politique de la Cave pour conquérir le marché. Il s’agissait de « donner une image haut de gamme du vignoble, sans toutefois rentrer dans le produit de luxe » analyse M. Lahutte, ancien maître de chai à la Cave5. Enfin, la Cave recherche un marché de niche basé sur le terroir, les cépages et un savoir-faire qui plonge ses racines dans l’histoire. Les résultats se marquent par un spectaculaire renouveau du vignoble d’une part au niveau des quantités obtenues, avec une véritable explosion à partir des années 80, et d’autre part avec l’image très positive du produit, aussi bien en Béarn que dans le grand Sud-Ouest. Mais la situation de quasi-monopole de la Cave pendant plus d’une génération provoqua un hégémonisme de la structure coopérative sur tous les autres acteurs du vignoble. Ce « despotisme éclairé » à la manière du xviiie siècle suscita une scission au sein des coopérateurs. La raison officielle fut un sordide différent sur le paiement des cotisations auprès du syndicat des viticulteurs. Il éclata à la fin des années 70. La Cave estimait « qu’elle représent[ait] une seule unité, et donc qu’elle ne d[evait] payer qu’une seule cotisation au syndicat »6, tandis que ceux qui vinifiaient une partie de leur production – les mêmes qui devaient faire scission – estimaient que chaque producteur de raisin aurait dû payer. En fait, le différent enregistrait le clivage entre producteurs de raisins qui remettaient leur collecte à la Cave et une frange de jeunes viticulteurs qui, poussés par l’embellie du vignoble, entendaient s’émanciper de la tutelle de la Cave. C’est ainsi que se forma le groupe des Indépendants. La Cave reste cependant un acteur majeur du vignoble. Elle regroupe 350 coopérateurs qui cultivent environ 500 hectares et elle produit environ 50 % du vin7.

  • 8 Diot J., op. cit., p. 133.
  • 9 Cortijo S., Les producteurs indépendants du Jurançonnais, entre tradition et modernité, TER de géog (...)
  • 10 Diot J., op. cit., p. 134.

9Les Indépendants, qui sont actuellement une soixantaine, cultivent environ 350 ha et produisent autour de 45 % du Jurançon. Il s’agit d’anciens coopérateurs pour les plus âgés, de jeunes agriculteurs dotés d’un BTS viti-œno, plus rarement de doubles actifs, comme ce chirurgien palois qui a planté le clos Vignau-La Juscle à Aubertin. Les Indépendants se revendiquent viticulteurs, se distinguant ainsi des coopérateurs. « Nous ne faisons pas le même métier : les coopérateurs sont producteurs de raisins, nous sommes producteurs de vin », souligne Mme Guilhendou, installée à Gan8. Chaque Indépendant possède sa propriété qui, pour être rentable, doit occuper en moyenne quatre hectares, vinifie et élève tout ou partie de sa production. Cependant, certaines propriétés sont bien plus grosses, surtout sur la commune de Monein. L’individuation est marquée aussi bien sur les étiquettes des bouteilles, les panneaux de la Route des vins, les dépliants de la Maison des vins et du Terroir du Jurançon située à Lacommande, que sur le site Internet du groupement. Sur la Route des vins, la dénomination des propriétés est variée, allant de « châteaux » avec un petit air de Bordelais pour 3 d’entre elles, à « clos » pour 11, tandis que « domaine » est le plus répandu avec 33 mentions. Outre la qualité de leurs produits, les Indépendants mettent en avant la spécificité de leurs productions, la qualité de l’accueil et le maintien de la tradition du Jurançon. Toutefois, la corporation n’est pas homogène et se subdivise en trois sous-ensembles qui en 1994 regroupaient respectivement 14, 10 et 36 membres9. En tête vient le « groupe moteur » : il s’agit de producteurs qui intègrent trois critères. Ils obtiennent un vin de haute qualité, en particulier grâce à l’utilisation du groupe froid comme nous verrons. Ils sont le plus souvent mono-viticulteurs et pratiquent une forte activité promotionnelle. Le « groupe poursuivants » possède un des trois critères. Enfin, le « groupe peloton », très hétérogène, regroupe les Indépendants qui ne maîtrisent aucun des critères : ils sont polyculteurs, ne possèdent pas de groupe froid et font peu de promotion. De plus, il s’agit souvent de producteurs âgés. La montée en puissance des Indépendants et les conditions de la scission ont accumulé les tensions avec la Cave. Les ressentiments sont vifs de part et d’autre, d’autant qu’il s’agit d’une petite société dans laquelle chacun connaît les autres : « Il faudra qu’une génération passe, les rancœurs entre les personnes en place étant trop importantes », redoute M. Lahutte10. Pour le moment, la Cave ne participe pas à la Route des vins alors qu’elle exploite directement trois propriétés sur la commune de Gan.

10Le Négoce vient d’effectuer son retour avec la Confrérie du Jurançon, filiale du groupe Castel. Cette venue modifie le jeu des acteurs et s’avère porteuse de dynamiques nouvelles. Les négociants étaient présents dans le Jurançon d’antan. Il s’agissait de marchands de vins qui achetaient aux producteurs du Jurançon mais aussi dans les vignobles voisins voire en Bordelais et Languedoc. Parmi ces maisons de négoce locales émergent les établissements Menjucq, installés à Morlaàs. Ils furent rachetés par le groupe Castel à la fin des années 80. Une modification du décret d’AOC qui précise que la vendange doit être vinifiée au sein même de l’aire de production, provoque un basculement de la politique de Castel en Jurançonnais. Le groupe décide alors de produire du Jurançon sous le label « Confrérie du Jurançon », en pratiquant la politique de qualité qui asseoit la réputation du nouveau vignoble Jurançonnais. La Confrérie du Jurançon fait partie de la Route des vins. À partir de 1997, la Confrérie du Jurançon achète des raisins à 15 producteurs, et vinifie ses vendanges, dans un premier temps dans les installations de Château Jolys, un Indépendant. L’activité monte en puissance. À partir de 2000, la Confrérie du Jurançon construit un chai de vinification ultra moderne à l’entrée de Monein, se rapprochant ainsi de ses fournisseurs de raisins, et le flanque d’un magasin de vente directe à l’enseigne du « Canon de Montanin ». En 2001, la production dépasse 4 000 hectolitres, grâce aux apports de 52 vignerons. Elle est commercialisée sous la marque « Séduction de la Beaugravière ». Les vendeurs de raisins sont soit d’anciens coopérateurs, soit des Indépendants parmi les moins dynamiques qui, ayant du mal à écouler convenablement leur production, préfèrent vendre une partie de leur raisin. Dans cette situation en évolution très rapide, il convient de préciser que le groupe Castel est un géant de l’activité vitivinicole : premier négociant en vins d’Europe et no 3 mondial avec pour 2003 un chiffre d’affaires de 979 millions d’euros, 461 millions de bouteilles vendues et 3 229 employés. À côté des vins, Castel possède une activité presque aussi importante dans le domaine des bières et dans celui des eaux minérales. Le Jurançon, tous acteurs confondus, est un fétu face au géant Castel. Pour l’instant, le réseau commercial du groupe permet de faire connaître le Jurançon bien au-delà de son aire de diffusion habituelle. C’est un avantage dont peuvent bénéficier aussi bien les Indépendants que la Cave. Mais dans la situation de mutation rapide que connaît le Jurançon, qu’adviendrait-il si le groupe Castel décidait d’acquérir un château ou de planter de nouveaux vignobles avec les moyens énormes dont il dispose ?

11Le jeu des acteurs, marqué par un antagonisme parfois passionnel entre la Cave et les Indépendants, se marque par une recomposition permanente des rapports de force. Mais les oppositions sont tactiques comme nous verrons, tandis qu’au niveau stratégique ressortent de solides convergences : poursuivre la politique de qualité, augmenter les productions, conforter l’image positive du vignoble.

L’histoire à l’appui du vignoble : légitimation ou référence dépassée ?

  • 11 Attal B., « Jurançon, crus paysans, “bi de rey” », Le Rouge & le Blanc, Paris, Les Éditions du Vin, (...)
  • 12 Loubergé J., Jurançon, un vin d’hier pour aujourd’hui, Anglet, J & D, 1993, p. 5-125.
  • 13 Mendras H., La fin des paysans, suivi de La fin des paysans vingt ans après, Arles, Actes Sud (Coll (...)

12Bi dou Rey, Rey dou Bi (« Vin du Roi, Roi du vin »), proclame en gascon et en graphie phonétique le fronton de la mairie de Jurançon. Cette antienne forgée à la fin du xixe siècle pour asseoir la réputation du vignoble est toujours reprise, même dans les publications récentes11. L’histoire, ici mâtinée de légende et de mythe, raconte que le futur Henri IV, né en 1553 au château de Pau, où on peut encore voir son berceau qui était une carapace de tortue géante, aurait eu, lors de son baptême, les lèvres frottées d’une gousse d’ail et humectées d’une goutte de Jurançon. On laisse entendre que cette opération est à l’origine des qualités de fougue, courage et virilité du souverain. Cette tradition fut relayée lors de la construction de l’histoire républicaine par Lavisse, quand se mit en place le système éducatif primaire. Le vignoble récupère ainsi à son profit l’image positive du « bon roi Henri », qui parvint à clore les guerres de religion et ramena la prospérité dans le Royaume. La dimension historique fut reprise dans de nombreuses études qui, en juxtaposant une première partie historique et une seconde consacrée au vignoble actuel, instrumentalisent de la sorte l’histoire pour donner au Jurançon une légitimation par le passé12. L’histoire permet toutefois de caler le vignoble de Jurançon dans une évolution. Commencée au xiie siècle avec la mention « juransoo » dans un document ecclésiastique de 1123, le vignoble connaît une première phase d’expansion à partir de 1460 avec l’installation de la Cour des vicomtes de Béarn à Pau. Elle dure tout au long des xviie et xviiie siècles sous l’impulsion de la noblesse de robe du parlement installé à Pau, de la bourgeoisie mais aussi d’une paysannerie de riches viticulteurs. Le xixe siècle et la première moitié du xxe marquent le « long sommeil du Jurançon ». Le vignoble reste certes renommé, porté par le tourisme anglais à Pau, mais voit baisser qualité et homogénéité tandis que les crises de l’oïdium (1860-1870), du phylloxéra (1892), du black rot et du mildiou réduisent son importance. Actuellement, l’héritage historique se place à différents niveaux. Il s’agit tout d’abord de l’héritage technique dans les façons de la vigne, que nous retrouvons dans le pack technique du vignoble actuel. L’histoire a légué une tradition paysanne de producteurs qui se perpétue chez les Indépendants, même si en Jurançon, « la fin des paysans »13 est effective comme partout ailleurs en France. Enfin, le dynamisme commercial actuel, à partir du marché local, trouve ses racines dans le vignoble de Cour, de Parlement, de région touristique que fut successivement le Jurançon jusqu’au grand basculement des années 60. Cependant, l’expansion actuelle du vignoble est fondée sur des critères autrement plus tangibles que les traces de l’histoire, aussi glorieuse soit-elle.

Du terroir au territoire : un vignoble en expansion et en pleine affirmation

13Les 1 000 hectares de l’appellation Jurançon s’appuient sur un terroir et des pratiques viticoles qui transforment toujours plus l’espace de l’appellation en territoire.

Le package viticole d’un vignoble exigu

  • 14 George P., Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 1970.
  • 15 Voir l’article de Hinnewinkel J.-C., « Appellations et terroirs en bordelais », et celui de Sal o m (...)

14Les caractères viticoles du Jurançon sont conditionnés par les terroirs, les cépages utilisés et des conduites particulières de la vigne. Les différentes acceptions du mot « terroir » en font « un piège de la géographie »14, d’autant que le terme a quitté la géographie agricole pour déborder dans les domaines de l’agroalimentaire et du marketing. Nous entendons le mot « terroir » au sens d’un espace cultivé présentant les mêmes caractéristiques topographiques, géologiques et d’exposition dont la combinaison engendre des paysages particuliers15.

15Malgré son exiguïté, l’appellation Jurançon possède trois terroirs. Au sud, entre Lasseube, Estialescq et Haut-de-Bosdarros, un premier terroir s’étend sur les marnes et surtout sur les flyschs, c’est actuellement la partie la moins touchée par le renouveau du vignoble. À l’est, un terroir se dégage sur les poudingues autour de Jurançon-Chapelle de Rousse ; c’est le cœur historique. Enfin, à l’ouest, le terroir des molasses de Monein est en pleine expansion viticole.

16Le climat est conditionné par la montagne et par l’océan. Les précipitations sont fortes. À cause de la montagne, elles vont toutefois en augmentant du nord-ouest au sud-est de 440 à 600 mm par an. Quant aux températures moyennes maximales, celles qui permettent la maturation des raisins et leur chargement en sucres, promesses des degrés d’alcool et du moelleux à venir, elles se situent entre 24 et 24,5° sur la majeure partie de l’appellation. Le Jurançon est un vignoble ensoleillé, surtout en automne. C’est ici que joue au maximum l’effet microclimat. Une pente plein sud ou une combe abritée permettent de gagner de précieux degrés de température, de se mettre à l’abri des vents d’ouest porteurs de pluies fraîches au printemps et en automne, des orages de grêle de l’été qui hachent menu grappes et pampres. L’influence des Pyrénées se marque aussi par la fréquence du fœhn (vent d’Espanha en gascon), vent chaud et sec qui descend de la montagne. En été et surtout en automne, le fœhn aère le vignoble et provoque une sur maturation naturelle avec concentration de sucres. C’est un des facteurs du passerillage comme nous verrons.

  • 16 Delfaud J. et Dutilh J.-F., op. cit., p. 50.
  • 17 Beringuier Ch., Itinéraire des vins midi-pyrénéens, Paris, Éché, 1985, p. 71.

17Les cépages plantés en Jurançon sont blancs. Ils permettent d’obtenir des vins secs et moelleux autorisés par l’INAO. Les cépages rouges, même ceux plantés dans l’aire d’appellation Jurançon, sont appelés « Rouges de Béarn ». Il existe un cépage dénommé Jurançon ; il est rouge. On le trouve en Aquitaine orientale entre Lot et Gers, mais pas dans notre vignoble16. Cinq cépages spécifiques, tous autochtones, constituent l’appellation : petit manseng, gros manseng, courbu (pour l’essentiel), camarlet et lauzet (pour 15 % maximum des assemblages17). Dans cet éventail, le petit manseng est le cépage noble. Avec leurs faibles rendements, les grappes aux grains serrés donnent au vin de Jurançon à la fois le moelleux et la verdeur qui assurent un bon vieillissement.

18La conduite de la vigne en Jurançonnais présente tout un ensemble de particularités. La taille la plus communément pratiquée est la Guyot avec un courson à deux yeux et 3-4 longs bois au maximum de 9 à 15 yeux selon les cépages, que l’on rabattait traditionnellement vers le sol pour concentrer la sève dans les grappes, pratique qui se perd. Depuis la fin du xixe siècle, les vignes sont plantées sur des hautains, à l’origine échalas à double croix que l’on retrouvait dans tous les vignobles pré-pyrénéens, du Pays Basque à la Bigorre. Encore avant, la vigne courait entre des arbres fruitiers, le plus souvent plantés sur le pourtour des parcelles dans une coltura promiscua pyrénéenne qui a presque totalement disparu des paysages ruraux béarnais. On peut en remarquer quelques survivances entre Haut-de-Bosdarros et Lasseube, dans les allées qui mènent de la route vers la maison, pour peu qu’il reste quelqu’un sur l’exploitation, capable de conduire ces façons très onéreuses en temps. Les hautains des plantes nouvelles sont moins élevés et surtout plus homogènes qu’auparavant. Ils donnent des paysages moins dépenaillés, surtout si la vigne est plantée sur des terrasses suivant les courbes de niveaux, dispositif cultural qui se répand depuis une vingtaine d’années grâce à l’utilisation des bulldozers. Dans tous les cas, les hautains garantissent la vigne contre les gelées printanières, favorisent l’aération de la plante et offrent des conditions d’exploitation à hauteur de main quand il s’agit de tailler, de lier, d’effeuiller et de vendanger sur des parcelles le plus souvent en pente. La dernière particularité du Jurançon vient du passerillage. En fin d’automne, quand souffle le vent d’Espagne ou que les journées sont très ensoleillées, les grains de raisins, surtout les mansengs, se dessèchent sur la grappe en concentrant les sucres qui assureront un moelleux accru au vin. Il faut alors décaler les vendanges en novembre, voire en décembre, et surtout les fractionner en tries successives pour ramasser les grains à la bonne maturité. Le passerillage est la cause des « Vendanges tardives », dernière qualification acquise par l’appellation.

Carte 35 – Le vignoble de Jurançon dans son cadre naturel.

Carte 35 – Le vignoble de Jurançon dans son cadre naturel.

19L’appellation Jurançon fut obtenue dès 1936 par les viticulteurs. Après la période de décadence que nous savons, l’AOC constitue la base du renouveau du Jurançon. Elle concerne uniquement les blancs moelleux. L’appellation pour les vins secs fut obtenue en 1975 grâce aux efforts de la Cave pour diversifier les productions et les adapter aux goûts du public. La saga des appellations se termine en 1994 avec l’obtention, après dix ans de durs combats administratifs, de la mention « Vendanges tardives » que le Jurançon partage en France avec seulement l’Alsace.

Les recompositions spatiales du vignoble s’opèrent à toutes les échelles

20Le vignoble du Jurançon est traversé par toute une série de redistributions de son espace. À grande échelle, elles s’opèrent dans chacune des exploitations, mais jouent en même temps sur l’ensemble du vignoble et concernent enfin, à petite échelle, la place du Jurançon par rapport aux espaces voisins, agricoles et de plus en plus périurbains.

21La grande échelle concerne les rapports spatiaux entre les parcelles de vigne et la maison – l’ostau en gascon, prononcer « oustaou » – qui traditionnellement lui correspond. Dans ce dispositif, la vigne se trouve le plus près possible de l’habitation et du chai. La parcelle est souvent enclose de murs pour empêcher les incursions du bétail et constituer un ultime rempart contre les coups de vents et de gelée. Le lien entre la maison et son occupant reste très fort dans la société béarnaise. On est davantage d’une maison que d’une famille, à tel point que l’on peut désigner une personne par son nom de maison plutôt que par celui de sa famille. Ce dispositif est renforcé par le droit d’aînesse intégral, en vigueur jusqu’à l’instauration du code civil et qui faisait du premier né des enfants, garçon ou fille, l’héritier de la maison. La vigne qui, en Jurançonnais, dut son succès premier, aux xviie et xviiie siècles, à l’appui d’une solide paysannerie vigneronne, amplifie la prédominance du nom du lieu sur celui de la lignée. Cette filiation a retrouvé tout son sens avec le développement des Indépendants. Ceux-ci ont un nom de famille, mais surtout un nom de terre, à tel point que l’on distingue mal les deux, comme Ramonteu/Cauhapé, Loustalot/Bru-Baché à Monein, pour reprendre le cas de deux personnalités marquantes. Cependant, l’association oustau/parcelle – qui se maintient sur les étiquettes des Indépendants – ne joue pas pour la Cave qui vinifie les raisins d’une galaxie de petits producteurs. Toutefois, ce besoin de lien avec un lieu comme légitimation de l’appartenance au vignoble, se marque avec l’acquisition de trois propriétés, qui permettent à la Cave de revendiquer trois ancrages spatiaux précis : Domaine Lasserre, Château de Navailles et Château des Astous, dont les mentions apparaissent, riches de toute leur signification, en gascon sur les prospectus publicitaires, les étiquettes des flacons et les bordereaux de commande. Le lien se distend de fait sur le terrain, avec la pratique, dès que c’est possible, des cultures en terrasses qui obligent à s’éloigner de l’oustau. Plus impérative encore est la politique de qualité. Elle pousse à rechercher la meilleure combe, toujours en s’éloignant de la maison, souvent en défrichant au bulldozer quelque châtaigneraie ou prairie. L’emplacement des anciennes vignes proche des maisons apparaît parfois, marqué par le maintien du mur d’enclos de la parcelle.

  • 18 Cortijo S., op. cit., p. 91.
  • 19 Ibid., p. 39-40.

22Le renouveau du vignoble de Jurançon introduit un autre rapport à l’espace cultivé. Il existe une étroite corrélation entre le degré de modernité et les surfaces plantées. Nous avons défini les critères de modernité en termes de techniques, d’activité commerciale et de monoculture. La part de la superficie en vigne augmente selon le degré de modernité. Parmi les Indépendants, ceux du « groupe moteur » possèdent en moyenne 10,4 ha de vignoble, contre 3,3 ha pour ceux du « groupe peloton » et 7,2 ha pour le « groupe poursuivants ». Les plus grandes exploitations valorisent le mieux les productions aussi bien du point de vue technique que commercial18. L’exiguïté des superficies cultivées est le discriminant essentiel qui explique la démarche des membres de la Cave ou des vendeurs de raisins au Négoce. Pour les Indépendants du Jurançon, la vigne reste un élément du système polycultural béarnais avec 22 % de la SAU en 1994, lui associant les binômes maïs-grain (26,5 % de la SAU) et élevage-bovin, destiné à la production de viande pour les trois quarts. Sur les 60 exploitations d’Indépendants enquêtées, 11 pratiquent la monoculture de la vigne, les autres associent à la vigne, maïs et/ou élevage, tandis que trois cultivent aussi des fruits et des légumes19. L’embellie viticole s’est marquée depuis dix ans par une augmentation des surfaces en vignes, et par un recul de l’élevage au prix d’une simplification aussi bien des systèmes culturaux que des paysages qui vont avec. Discrètement, la vigne scelle les paysages de la nouvelle économie rurale du Jurançonnais.

  • 20 Lerat S., L’Aquitaine, Paris, Larousse (Coll. Découvrir la France), 1974.

23À petite échelle, les reconfigurations spatiales s’opèrent entre espaces agricoles et espaces urbanisés et péri-urbanisés. La ville de Pau depuis 50 ans et celle de Mourenx au début des années 60 ont vu augmenter spectaculairement leur population20. Les dynamiques actuelles se marquent par une périurbanisation intense sous forme de pavillons individuels qui ont envahi la vallée du Gave de Narcastet à Abos, faisant partout reculer la campagne. Ici, la vigne n’a pas joué le même rôle d’espace de résistance à l’urbanisation que dans les Graves autour de Bordeaux ou en même Béarn que les cultures maraîchères au sud de Pau, comme à Meillon. Sur les coteaux, la marée pavillonnaire est moins intense que dans la plaine du Gave. Les constructions se noient dans de vastes parcelles dans les coteaux ou s’égrènent sur les lignes de crête pour bénéficier du point de vue, tout en polluant celui de l’autre. Le mitage des paysages y est cependant effectif. Comme les terrains à bâtir se vendent plus cher que les terres agricoles en général, la pression existe, le déclin industriel du bassin de Lacq étant compensé par le dynamisme de l’agglomération paloise. Toutefois, la place ne manque pas encore pour étendre les superficies en vigne, extension que les viticulteurs entendent par ailleurs maîtriser.

Le Jurançon dans la constellation des vignobles pré-pyrénéens

24Dans le chapelet des vignobles d’AOC qui s’égrènent le long du front nord pyrénéen, vient d’abord le txacholi de Guetaria en Guipúzcoa. Le Jurançon se situe ensuite entre le vignoble d’Irouléguy à l’ouest, en Basse Navarre, celui de Béarn qui le jouxte au nord-ouest immédiat, et ceux du Madiran et du Tursan à une quarantaine de kilomètres au nord-est. Pour ces derniers, il s’agit déjà de vignobles des plaines de Gascogne, les Pyrénées ne sont plus qu’un lointain décor pour les journées de temps clair. On retrouve des vignobles AOC pré-montagnards bien plus à l’est, dans le domaine du climat méditerranéen. Les systèmes sous-pyrénéens du versant nord abritent les vignobles de Limoux dans l’Aude, ceux de Maury, des Aspres et des Albères dans les Pyrénées-Orientales. Le vignoble de Collioure-Banyuls est quant à lui planté sur la riviera des Albères, ultime chaînon pyrénéen qui plonge dans la Méditerranée.

  • 21 Huetz de Lemps A., Vignobles et vins du Nord-Ouest de l’Espagne, thèse de Doctorat d’État, Universi (...)

25Les vignobles de versant sud des Pyrénées s’alignent de la Navarre à la Catalogne. Parmi les vignobles navarrais, seul celui de la Baja Montaňa sur la vallée du Rio Aragon est planté vraiment au pied des Pyrénées. Les autres se situent en contrebas, tous sont dans l’orbite de la Rioja21. De même pour les AOC d’Aragon, seul le Somontano – comme son nom « sous la montagne » l’indique – se situe au pied du massif pré-pyrénéen de la Sierra de Guara. Ces deux vignobles s’incluent dans le domaine du climat méditerranéen continental. Les vignobles pré-pyrénéens catalans comme leurs voisins de la partie française jouissent d’un climat méditerranéen classique très favorable à la vigne. Il s’agit des Costières du Sègre (Costers del Sègre), de l’Ampurdan (Empordan et Costa Brava) et du Pla de Bages.

26Chacun de ces vignobles, tout comme le Jurançon, se réclame à des degrés divers d’une proximité avec les Pyrénées qui deviennent ainsi un des identifiants de leur personnalité. Mais leur dispersion entre différents domaines climatiques, la diversité des cépages et des terroirs, et les différences de fonctionnement des organismes de régulation (étatique en France avec l’INAO, régionaux en Espagne avec un conseil régulateur au fonctionnement différent pour chacune des Autonomies) font que ces vignobles sont difficiles à comparer. Il n’existe pas de vignoble pyrénéen, mais une constellation d’appellations. La seule avec laquelle le Jurançon puisse faire l’objet d’une démarche comparatiste quant à la mise en regard des deux agro-filières est le Somontano, comme nous verrons.

27Par rapport à ses voisins, le vignoble de Jurançon doit d’une part s’affirmer dans son entièreté, mais d’autre part laisser chacun des trois acteurs exprimer sa différence et jouer une tactique spécifique au triple point de vue commercial, financier et aussi spatial.

  • 22 Cazenave-Piarrot A., « La filière gras des Pays de l’Adour à la croisée des chemins : quel avenir e (...)

28La Cave a fusionné en septembre 2001 avec celle de Bellocq. Financièrement, il s’agit de la fusion-absorption d’une petite coopérative (en 2000, 160 hectares et un peu plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires), criblée de dettes à cause d’une gestion aléatoire, par une structure beaucoup plus grosse (en 2000, 600 hectares et 1,07 millions d’euros de chiffre d’affaires). Commercialement, la fusion permet à la Cave de présenter une gamme de vins rouges sous l’AOC Béarn, complément des blancs de l’appellation Jurançon. Spatialement enfin, la fusion constitue pour la Cave l’opportunité de prendre pied au nord immédiat du Jurançon. Comme dans un immense jeu de go, elle prend ainsi à revers d’une part les Indépendants très nombreux dans le secteur de Monein, et d’autre part le négoce, centré sur la même ville, avec son usine à vin et son magasin de vente directe. Une telle stratégie spatiale, qui consiste à prendre en tenaille la concurrence, se retrouve dans de nombreuses filières de l’agroalimentaire comme celle du Gras et constitue un marquage de territoire. De plus, les coopérateurs, ceux de la Cave tout comme ceux de Bellocq, enracinent le vignoble, d’abord dans l’espace agricole au point de vue économique et plus généralement dans l’espace rural au point de vue social22.

29Les Indépendants ne jouent pas dans le même registre à cause de leur émiettement même. Ici, la spécificité se place dans la constitution de réseaux. Avec leurs voisins d’Irouléguy et de Madiran – les « copains », pour reprendre l’expression d’un journaliste –, ils ont noué des relations commerciales en vendant leurs produits dans le magasin de la Commanderie. Spatialement, les Indépendants ont créé la Route des vins qui met en réseau chacun des membres par le lacis des routes et chemins du Jurançonnais. Des panneaux aux carrefours et des cartes sur les dépliants touristiques indiquent les propriétés et permettent de retrouver le producteur spécifique. Ils indiquent aussi le chemin de la Commanderie à Lacommande, dans une connotation qui renvoie au chemin de Saint-Jacques dont un des itinéraires passait précisément par le Béarn. Toutefois, avec l’inflation de poteaux indicateurs que connaissent actuellement toutes les routes de France, il arrive que les panneaux de la Route des vins se noient au milieu d’autres, sites d’exploitation de gaz naturel et de pétrole compris.

  • 23 Site Internet de Castel : www.groupe-castel.com (consulté en 2005).

30Le Négoce participe à la Route du vin, contrairement à la Cave. Dans le magasin de vente directe à l’enseigne « Canon de Montanin », le groupe Castel vend non seulement du Jurançon, mais aussi tous les vins commercialisés par le groupe. Par ailleurs, il distribue dans tout son réseau français et européen ses vins de Jurançon. Ici, le réseau s’étend aux dimensions d’une multinationale. L’ancrage territorial en Jurançonnais est nul, sinon factice. Le nom « Canon de Montanin » ne veut rien dire, ni par rapport à l’onomastique, ni par rapport à la toponymie gasconnes, sinon qu’il sonne bien à l’oreille avec les syllabes « ta-nin » et peut être une assonance avec le château de Montaner, forteresse ayant appartenu à Gaston Fébus, un des princes qui fondent l’histoire de Béarn. De même, l’étiquette « Séduction de la Beaugravière » ne renvoie à aucun lieu précis et la publicité est elle-même spatialement très vague : « deux vins issus des coteaux ensoleillés des Pyrénées Atlantiques [sic] et du Gers »23.

  • 24 Cazenave-Piarrot A., « El Somontano, un viñedo en construcción », Geographicalia, Zaragoza, no 45, (...)
  • 25 Clairveul L., « Le vin de la vanité » (éditorial), Le Monde, 22 avril 2006, et du même auteur, « De (...)

31Les trois acteurs du Jurançon, tout comme leurs voisins pré-pyrénéens du versant français, ont les yeux tournés vers le Nord. Ils se positionnent par rapport au marché français, voire européen, en ignorant presque complètement leurs voisins espagnols, en particulier le Somontano, vignoble aragonais, quasiment sur le même méridien que le Jurançon. Ce jeune vignoble dominé par d’énormes bodegas, à la fois usines à vins et maisons de négoce, coopératives ou entreprises capitalistes aux participations croisées, est en pleine expansion, à l’image du Jurançon24. Le conseil régulateur du Somontano, apparemment moins pointilleux que l’INAO français, a autorisé l’introduction de nouveaux plants, comme d’étonnants Chardonnay et Gewurztraminer. Qu’adviendrait-il s’il décidait d’autoriser le manseng et autre courbu ? D’autant qu’en Somontano, la règle est de produire des vins de cépage, option qui divise toujours le monde vitivinicole français25.

Une agro filière aux dynamiques à la fois rivales et associées

Les caractéristiques de la filière se définissent au triple point de vue de la vinification, des productions et de la distribution

  • 26 Caubet J., « Une quintessence esthétique », La République des Pyrénées, 16 décembre 2004.
  • 27 Cortijo S., op. cit., p. 91.

32La vinification relève dorénavant en Jurançon d’une technologie de pointe, comme il existe une industrie du même nom. Tout commence par des vendanges échelonnées en tries successives, jusqu’aux Vendanges tardives qui ont lieu en décembre, voire début janvier. Henri Ramonteu, propriétaire du Domaine Cauhapé, parle de haute viticulture en comparant les ultimes façons qu’il conduit à de la haute couture ou à « du cousu main »26. Puis vient la cuvaison des grains sans la rafle et toutes les opérations de fermentation, avec refroidissement des moûts et filtrage poussé des jus. On retrouve en Jurançon toute la geste œnologique actuelle, en vigueur dans les deux hémisphères, largement diffusée dans le monde par la faculté d’œnologie de Bordeaux, peu avare en l’occurrence de ses secrets de vinification. L’utilisation d’un groupe froid est le premier stade de cette œnologisation de la vinification. Celle-ci se marque dans le paysage par des caves aux tuyauteries nombreuses et où le nombre des cuves inox pour la fermentation et/ou le stockage, celui des barriques neuves pour le vieillissement, traduisent l’importance du vignoble. Le groupe froid, qui était il y a une dizaine d’années la marque de la modernité chez les Indépendants27, est devenu un équipement de base nécessaire.

33La hausse des productions joue aussi bien sur les quantités que sur la qualité. En 2004, le Jurançon a produit 52 074,63 hectolitres pour 1 024 hectares plantés. Les chiffres marquent une véritable explosion des productions comme des superficies, avec un doublement en dix ans (Tableau 10).

  • 28 Caubet J., « Une quintessence esthétique », art. cit.

34L’amélioration de la qualité va de pair. Initiée par la Cave dès sa création, elle s’est continuée chez la plupart des Indépendants et se poursuit avec le Groupe Castel, nouveau venu en Jurançon. La dynamique du Jurançon contraste avec l’asthénie qui touche nombre de vignobles français, à commencer par le Bordeaux. Elle est provoquée par la mévente, consécutive entre autres aux concurrences des nouveaux vignobles de l’hémisphère sud. Le Jurançon, quant à lui, a trouvé un créneau de vente porté par trois facteurs. Tout d’abord, grâce à la qualité des vins produits, mais aussi par le retour des vins blancs au goût des consommateurs, et enfin (dans un premier temps au moins) par des prix abordables comparés à ceux des Barsac, Sauternes, Loupiac et Sainte-Croix-du-Mont. La qualité passe par une homogénéisation des vins produits qui met le consommateur à l’abri des mauvaises surprises d’antan, quand trop de bi-sulfitage ou des fermentations mal maîtrisées ne donnaient pas forcément le vin attendu. Il n’empêche que le revers de la médaille se trouve dans des vins d’œnologue, tous élevés dans le même registre d’un bout à l’autre de la planète. Si les producteurs du Jurançon communiquent beaucoup sur le terroir et les différentes façons jusqu’à la récolte, ils escamotent sur la vinification. C’est à ce niveau que se place le basculement. Si on peut trouver dans le Jurançon « des arômes de pâte de fruit, de nèfles, de pommes cuites au four […] des goûts torréfiés qui accentuent la féerie des saveurs »28, est-il encore possible d’avoir la surprise d’une bonne bouteille du Jurançon paysan d’antan, sorti d’une cuvée unique, élevé dans une vieille barrique, au risque d’autres productions calamiteuses ?

  • 29 Diot J., op. cit., p. 115.
  • 30 Coudouy J.-C., « Lo hilh de puta », Bayonne, Agorila, 2005 (compact disque).

35La distribution du Jurançon passe essentiellement par la vente directe. Ce fut la pratique du vignoble d’antan, puis celle de la Cave lors de sa création et celle des nouveaux acteurs ultérieurement. Il s’agit de faire de chaque visiteur un client et ensuite un diffuseur du Jurançon. Les achats en magasin sont suivis de bons retours, c’est-à-dire de nouvelles commandes, directes ou par correspondance. Ainsi, pour la Cave, délibérément installée sur une route à grande cir-culation, vente directe et vente par correspondance font respectivement 20 %, la grande distribution fournit 40 % par le biais de six chaînes et les exportations le reste. Soulignons qu’il s’agit de quantités limitées – 10 000 à 11 000 hl de vin blanc doux pour la Cave – ce qui représente peu, aussi bien face aux grands vignobles d’une part, que dans le volume commercialisé par les chaînes de distribution d’autre part29. Les ventes au loin, jusque dans les villes de la Baltique qui furent importantes aux xviie et xviiie siècles, sont maintenant peu développées. Elles se dirigent pour l’essentiel vers la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Il existe là des marchés à conquérir. La distribution du Jurançon est enracinée dans la société béarnaise, essentiellement dans les classes moyennes urbaines et péri-urbaines, pour lesquelles il est avant tout un vin de fête et de convivialité. Les grandes sociétés industrielles installées en Béarn, comme Elf ou Turbomeca, utilisent le Jurançon pour leurs vins d’honneur, repas d’affaires ou cadeaux aux visiteurs, couplant ainsi la modernité revendiquée de leurs activités avec un produit identifiant la région. On ne note toutefois pas en Jurançon, comme en Aragon avec le Somontano ou en Catalogne avec les vins régionaux, une forte connotation politique entre vin et identité régionaliste. En revanche, le lien est très fort dans le domaine culturel, où nombre d’histoires ou de chants font référence au vin de Jurançon pour affirmer l’appartenance béarnaise30. Soulignons que dans le dépliant Route des vins, 10 Indépendants sur les 58 proposent une visite de leurs installations en Béarnais.

36La gamme des prix est très ouverte. Pour la Cave, elle va de 3,80 à 15,20 euros la bouteille de 75 cl, avec des remises à partir de 120 bouteilles. Il en va de même dans le Négoce et les Indépendants, au magasin de Lacommande. Ainsi, un Jurançon peut se vendre au même prix qu’un Monbazillac ou qu’un vin de Loire, mais en haut de gamme côtoie dorénavant les Barsac-Sauternes, surtout avec les Vendanges tardives. Cette distorsion constitue un des éléments de la recomposition du vignoble.

Expression de la concurrence et de la complémentarité en Jurançon par lappartenance vitivinicole, le projet et lintégration aux autres productions agroalimentaires de qualité

  • 31 Diot J., op. cit., p. 116.

37Le projet, pour tous les vignobles, revient dorénavant à choisir entre vin de cépage et vin de terroir. La Cave a hésité un temps. Cette attitude d’entre-deux s’est marquée, entre 2000 et 2002, par la production de « vins de cépage, avec particulièrement des vins doux élaborés uniquement avec du petit manseng »31. L’argument mis en avant était celui de la qualité. En fait, il s’agissait de répondre au questionnement qui traverse toute la filière vitivinicole française face à la déferlante des nouveaux vins espagnols et de l’hémisphère sud. La réponse est dorénavant donnée : la Cave a abandonné cette option. Il en va de même pour le Négoce et surtout pour les Indépendants qui ont opté d’emblée et par nécessité pour les premiers (pour la référence au terroir) et vendent des vins d’assemblage. Cette option constitue un ancrage dans une tradition revendiquée, même si nous savons combien le Jurançon est un vignoble neuf. Dès lors, il s’agit de vendre le Jurançon comme un vin de terroir et d’assemblage de cépages spécifiques. La démarche souvent présentée comme impossible devant la déferlante des vins de cépages venus d’Espagne ou de l’hémisphère sud est pertinente pour le Jurançon, qui décline ses productions comme des produits uniques à l’image des parfums parisiens, de la haute couture ou, pour rester dans le domaine de l’agro-industrie, comme les productions dotées d’une IGP.

38Dès lors, les oppositions que nous avons pointées entre les acteurs, avivées par les médias comme nous verrons, ne sont que jeux de force antagonistes tactiques, tandis que s’impose la convergence stratégique déjà mise en évidence : affirmer une solide identité et assurer la promotion vitivinicole du Jurançon.

  • 32 Mourgues R., « Le vin donne la pêche », La République des Pyrénées, 1er août 2005.
  • 33 Charbonneau B., Un festin pour Tantale. Nourriture et société industrielle, Paris, Sang de la terre (...)

39Les complémentarités se placent aussi dans la mise en relation avec les autres productions agroalimentaires du piémont pyrénéen : le foie gras et les magrets de canards, le jambon et toute la gamme charcutière, le fromage des Pyrénées que les Béarnais continuent d’appeler « du Pays », les fruits, avec une promotion particulière en faveur de la pêche rousanne produite dans la région de Monein32, les confitures, voire l’armagnac dont la région de production est toute proche. C’est toute une gamme de mets de qualité qui se place dans une galaxie dont le Jurançon entend être l’une des étoiles les plus brillantes, en opposition avec les nourritures standardisées produites en quantité par la grande industrie agroalimentaire33.

Le poids des médias

40Dorénavant, toute entreprise commerciale doit se faire connaître du public par le biais des médias : publicité payante et publicité rédactionnelle sont les deux passages obligés, auxquels le vignoble de Jurançon n’échappe pas.

  • 34 Caubet J., « Plein feu sur le paradis des beaux chais », La République des Pyrénées, 8 août 2005.

41Les médias locaux, deux journaux (La République des Pyrénées et Sud Ouest), plusieurs radios locales dont Radio Païs qui émet en gascon et un bureau de France 3 installé à Pau relaient l’actualité et la geste du Jurançon avec une fidélité à toute épreuve. Comme très souvent quand il s’agit de vin, le ton devient dithyrambique, les formules choc flashent les titres (« Quand la vigne éveille les sens34 ») et le rédactionnel est truffé de superlatifs. Ainsi, les médias locaux annoncent, relatent, répercutent en l’amplifiant au besoin l’actualité du Jurançon, qu’il s’agisse d’annoncer la fête des vendanges en décembre, de présenter un circuit touristique au plus fort des grandes vacances, ou de faire part des essais de vendanges plus ou moins tardives. Ici, les antagonismes entre acteurs sont soigneusement gommés. Cave et Indépendants sont traités avec équité, dans ce consensualisme béarnais un peu hypocrite qui affecte de rester unis en façade pour mieux s’opposer en coulisse, peut-être une lointaine conséquence des guerres de religion et de ce qui s’ensuivit.

  • 35 Jacques Dupont dans Le Point, cité in Diot J., op. cit., p. 119.

42Les médias nationaux sont beaucoup plus distants avec le Jurançon. Quand ils en parlent, ils jouent souvent sur les oppositions entre acteurs, voire les exacerbent, avec un penchant en faveur des Indépendants face à la Cave. Il est dès lors aisé de présenter ces derniers comme des rebelles face à un organisme hégémonique et dont le nom « coopérative » est de plus connoté avec un collectivisme qui n’a plus la cote depuis le triomphe du capitalisme à partir des années 90. Les réactions de la Cave, qui se protège tout en contre-attaquant, font qu’elle est qualifiée de « bunkerisée »35, le tout passant pour baigner dans une atmosphère clochemerlesque dont raffolent les médias parisiens quand il s’agit de relater les rapports de force en province.

  • 36 Parker R. et Rovani P.-A., Guide Parker des vins de France, Paris, Solar, 2004.
  • 37 Nossiter J., Mondovino, film de 132 mn, production Goatworks Films & Films de la Croisade, 2004.

43Les médias internationaux ne touchent le Jurançon qu’à l’occasion d’un article général ou par le Guide Parker des vins de France36. Celui-ci est divisé en neuf régions. Le Jurançon est regroupé avec les vins du Sud-Ouest. En revanche, dans le film Mondovino37, le Jurançon est présenté du côté positif dans la partition manichéiste de l’œuvre, avec le domaine de Souch à Laroin et une interview de sa propriétaire Yvonne Hégoburu.

44Le nouveau Jurançon est donc bien intégré médiatiquement dans des coquilles emboîtées qui vont du local au mondial. Il joue de sa spécificité, refuse la globalisation et se dynamise de la concurrence entre les acteurs. Boire du Jurançon est médiatiquement présenté comme allant bien au-delà de la simple absorption d’une boisson fermentée.

Conclusion

45Un vignoble nouveau a émergé en moins d’une génération. Il puise sa spécificité dans le terroir, dans l’histoire de l’ancien vignoble, dans l’identité béarnaise et pyrénéenne. Mais il vit aussi de toute la technique viti-œno actuellement pratiquée dans tout vignoble moderne, de marketing judicieusement mené avec image cultivée auprès des médias, produits associés et fidélisation de la clientèle. Il s’agit d’une agro-industrie lourde pour laquelle les équipements sont d’autant plus difficiles à amortir que les superficies sont exiguës. La croissance actuelle des productions, couplée avec un rapport qualité-prix attractif, même pour les productions haut de gamme, permet pour le moment de dépasser cette contradiction. Depuis dix ans, le basculement va en s’accélérant. Ces recompositions devraient rapidement placer le Jurançon devant de nouveaux carrefours avec l’arrivée d’un nouvel acteur dans le jeu actuel, avec le choix de l’augmentation ou non des superficies, avec les relations face aux vignobles voisins y compris espagnols.

Notes

1 Delfaud J. et Dutilh J.-F., « Vignobles du piémont pyrénéen. Terroirs, hommes et vins », Les feuilles du Pin à Crochets, Pau, Le Pin à Crochets, no 4, 2003, p. 54.

2 Bonnemaison J., La géographie culturelle, Paris, Éditions du CTHS, 2000.

3 Laulheret R., « La montagne de l’ours », La République des Pyrénées, 3 octobre 2003.

4 Jung C.G., Dialectique du moi et de l’inconscient, Paris, Gallimard (Coll. Folio Essais), 1988.

5 Diot J., Le vignoble de Jurançon hier et aujourd’hui : entre nécessaire adaptation à l’évolution générale et respect des traditions, mémoire de Maîtrise de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2002, p. 112.

6 Diot J., op. cit., p. 134.

7 Delfaud J. et Dutilh J.-F., op. cit., p. 53.

8 Diot J., op. cit., p. 133.

9 Cortijo S., Les producteurs indépendants du Jurançonnais, entre tradition et modernité, TER de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1994, p. 91.

10 Diot J., op. cit., p. 134.

11 Attal B., « Jurançon, crus paysans, “bi de rey” », Le Rouge & le Blanc, Paris, Les Éditions du Vin, no 77, 2005.

12 Loubergé J., Jurançon, un vin d’hier pour aujourd’hui, Anglet, J & D, 1993, p. 5-125.

13 Mendras H., La fin des paysans, suivi de La fin des paysans vingt ans après, Arles, Actes Sud (Coll. Babel), 1991.

14 George P., Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 1970.

15 Voir l’article de Hinnewinkel J.-C., « Appellations et terroirs en bordelais », et celui de Sal o m o n J.-N., « L’effet terroir : facteurs naturels et vins », in Travaux du laboratoire de géographie physique appliquée, Pessac, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, no 17, 1999.

16 Delfaud J. et Dutilh J.-F., op. cit., p. 50.

17 Beringuier Ch., Itinéraire des vins midi-pyrénéens, Paris, Éché, 1985, p. 71.

18 Cortijo S., op. cit., p. 91.

19 Ibid., p. 39-40.

20 Lerat S., L’Aquitaine, Paris, Larousse (Coll. Découvrir la France), 1974.

21 Huetz de Lemps A., Vignobles et vins du Nord-Ouest de l’Espagne, thèse de Doctorat d’État, Université de Bordeaux, 1967.

22 Cazenave-Piarrot A., « La filière gras des Pays de l’Adour à la croisée des chemins : quel avenir entre logique territoriale et intégration industrielle ? », Actes des Journées de géographie rurale. Dynamiques agro-industrielles et dynamiques rurales, Arras, septembre 2002.

23 Site Internet de Castel : www.groupe-castel.com (consulté en 2005).

24 Cazenave-Piarrot A., « El Somontano, un viñedo en construcción », Geographicalia, Zaragoza, no 45, 2004.

25 Clairveul L., « Le vin de la vanité » (éditorial), Le Monde, 22 avril 2006, et du même auteur, « De si grands petits vins », Le Monde, 24 septembre 2006.

26 Caubet J., « Une quintessence esthétique », La République des Pyrénées, 16 décembre 2004.

27 Cortijo S., op. cit., p. 91.

28 Caubet J., « Une quintessence esthétique », art. cit.

29 Diot J., op. cit., p. 115.

30 Coudouy J.-C., « Lo hilh de puta », Bayonne, Agorila, 2005 (compact disque).

31 Diot J., op. cit., p. 116.

32 Mourgues R., « Le vin donne la pêche », La République des Pyrénées, 1er août 2005.

33 Charbonneau B., Un festin pour Tantale. Nourriture et société industrielle, Paris, Sang de la terre, 1997.

34 Caubet J., « Plein feu sur le paradis des beaux chais », La République des Pyrénées, 8 août 2005.

35 Jacques Dupont dans Le Point, cité in Diot J., op. cit., p. 119.

36 Parker R. et Rovani P.-A., Guide Parker des vins de France, Paris, Solar, 2004.

37 Nossiter J., Mondovino, film de 132 mn, production Goatworks Films & Films de la Croisade, 2004.

Table des illustrations

Titre Carte 33 – Le Jurançon dans l’ensemble des vignobles AOC pré-pyrénéens.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Carte 34 – Organisation de l’espace du vignoble de Jurançon.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Carte 35 – Le vignoble de Jurançon dans son cadre naturel.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

Auteur

Maître de conférences en Géographie (HDR), IUFM de Tarbes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540