Version classiqueVersion mobile

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Thème 2 - Représentations et défense de l’image

Chapitre 11. Le syndicalisme viticole en Sauternais jusque dans les années 1930 : naissance, actions, limites

Jérôme Calauzenes

Texte intégral

  • 1 Napo F., 1907, la révolte des vignerons, Toulouse, Privat, 1971.

1On a traditionnellement coutume d’avancer que le syndicalisme viticole à proprement parler, c’est-à-dire revendicatif et efficace, reste l’apanage d’un Midi anciennement rouge et qui s’est particulièrement illustré lors de la crise viticole des années 1906-19071. Le Bordelais, quant à lui, ferait alors figure de parent pauvre en matière de syndicalisme viticole. En guise d’explication, on avance souvent des raisons peu évidentes : la structuration autour de grandes propriétés, l’encadrement séculaire des grands crus et la pratique du patronage par les grands propriétaires tendraient à se substituer à toute organisation et à poser des jalons qu’il n’est pas apparu nécessaire de doubler.

2À l’échelle de la région bordelaise, le Sauternais fait même encore plus figure de mauvais élève en matière de syndicalisme : alors que le syndicat des grands crus du Médoc, le syndicat de Cadillac ou d’autres, notamment à Saint-Émilion, font parler d’eux et s’engagent très tôt dans la défense de leurs produits ou dans les grandes causes vinicoles nationales, le pays des grands vins blancs liquoreux semble rester relativement à part, discret et replié. Enfin, l’image véhiculée par la notion de syndicalisme correspond finalement peu à celle du Sauternes, où on a du mal à imaginer revendications et révoltes, manifestations spectaculaires et violences démonstratives.

3Pourtant, l’existence depuis 1908 d’un syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac remet en cause cette vision et appelle à s’interroger sur la réalité d’un syndicalisme discret mais cependant efficace, sur les raisons de sa formation, sur ses actions et sur ses limites pour pouvoir en évaluer la portée et les enjeux.

4On étudiera plus particulièrement le premier tiers du xxe siècle, depuis la création du syndicat jusqu’aux années 30, période troublée pour la viticulture et où la nécessité d’un groupement se fait le plus cruellement sentir. Il s’agit aussi de la période où les appellations d’origine se sont mises en place afin notamment de lutter contre la fraude, et on verra le rôle du syndicat dans la défense des droits des viticulteurs.

5À ce titre, l’essentiel des sources repose sur les archives privées de la famille de Lur Saluces, dont les membres ont toujours été à la tête de ce syndicat ; elles consistent principalement en des registres de comptes-rendus des assemblées générales ordinaires et extraordinaires du syndicat, des registres de comptes-rendus des réunions de la chambre syndicale, ainsi que des pièces afférentes aux grandes affaires traitées par le syndicat. Une liasse sur le syndicat de Cadillac permet aussi quelques comparaisons. Toutefois, on déplore l’impossibilité d’évaluer réellement le nombre de syndiqués, et surtout le fait que seules les assemblées générales restent accessibles à tous les membres ; les interventions des simples membres ne sont que rares ou non relatées dans les comptes-rendus. Il est donc difficile de savoir ce que l’on pense de ce syndicat dans le Sauternais. Par ailleurs, les documents comptables manquent et les archives postérieures aux années 30 restent introuvables à Fargues.

Une naissance tardive et difficile

Des origines tardives

6L’idée de la création d’un syndicat du Sauternais remonte en fait au début du xxe siècle. Le 5 juillet 1903, Paul Defolie, propriétaire de Rieussec, écrit au comte Eugène de Lur Saluces, témoignant bien d’un certain nombre de blocages :

Il m’a toujours paru que nous vivons trop en dehors les uns des autres, dans ce beau pays de Sauternes ; chacun fait ses petites affaires en cachette pour ainsi dire et il n’existe entre les propriétaires aucun contact […]. Pourquoi ne pas nous grouper, nous syndiquer en un mot, pour nous entendre sur la qualité et la valeur de nos vins, sur les prix à demander au commerce pour défendre nos marques et nos intérêts bien souvent compromis ? Le Médoc nous a donné l’exemple, 53 crus classés sur 56 se sont syndiqués.

7La prise de conscience se fait surtout à cette époque car, outre le fait que l’autorisation légale des syndicats ait porté ses fruits depuis 1884, le vin de Sauternes, comme la plupart des grands vins, subit une crise importante : la concurrence des excédents des vins du Midi, l’augmentation vertigineuse du nombre de produits frelatés, la baisse de la qualité voire la concurrence des autres boissons (cidres, bières, eaux minérales…). Les débouchés extérieurs restent encore difficiles et sont une des préoccupations majeures de l’époque. La nécessité de s’unir se fait donc sentir pour défendre des intérêts dont on se rend désormais compte qu’ils peuvent être communs.

8Le catalyseur reste cependant l’année 1907, où la question des délimitations régionales administratives se posait, et notamment à Bordeaux. Dans le Sauternais, la délimitation de la sous-région avait d’ailleurs donné lieu à de multiples conflits, d’autant que la commission avait conclu qu’il fallait attribuer à quinze communes du département le nom de Sauternais. Immédiatement, les cinq communes de Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes réagissent : le conseil municipal de Sauternes évoquait ainsi dans sa délibération du 3 août 1907 le classement de 1855 où seuls des crus des cinq communes avaient été retenus comme les meilleurs et réclamait que l’appellation en question ne puisse être accordée qu’à ces cinq communes :

Rien ne peut justifier l’extension à 15 communes d’un droit appartenant jusqu’ici aux communes de Sauternes, Bommes, Fargues-de-Langon, Preignac et Barsac, dont les terrains d’une nature spéciale ne ressemblent en rien à ceux des autres communes que l’on voudrait leur adjoindre, pas plus que le mode de taille, comme le prouve entre autres la différence de production qui est de 10 à 12 hectolitres par hectare dans les communes précitées, pour s’élever jusqu’à 40 et même 50 hectolitres dans certaines autres communes, par exemple celles de Sainte-Croix-du-Mont et Loupiac sur la rive droite de la Garonne. La différence de prix est aussi considérable.

9Le comte Eugène de Lur Saluces s’engage dès lors aussi dans la bataille, notamment dans un article paru dans Le Nouvelliste de Bordeaux le 11 décembre 1907, intitulé « Les droits d’une commune ». Il y écrit :

C’est ainsi qu’on voit des gens venir au monde les uns fort doués du côté de l’intelligence, les autres déplorablement stupides ; ceux-ci sont vigoureux et ceux-là débiles. Mais on aura beau faire, ce n’est pas en gratifiant à son baptême un malingre du nom d’Hercule qu’on lui donnera des biceps, pas plus qu’en appelant Sauternes un vin quelconque qu’on en fera du bon vin.

10C’est dans ce premier but que le 23 janvier 1908, le syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac est formé, régi par la loi du 21 mars 1884. Il s’agit donc bien d’une naissance tardive puisqu’elle vient bien après la majorité des grands syndicats de la région : dès 1884, un syndicat est créé à Saint-Émilion ; en 1886, Cadillac, Podensac et La Réole font de même. De plus, il s’agit de créer une organisation qui réponde à un but précis : faire poids pour montrer à la commission de délimitation des sous-régions que sa décision reste infondée et inique. Dès lors et jusqu’à présent, en dépit des crises successives qui n’ont pas épargné le Sauternais, on avait pu faire sans syndicat. L’évolution des grands propriétaires dans les mêmes cercles de sociabilité leur permettait sans doute de se côtoyer et ainsi d’évoquer les « politiques » à adopter sur leurs domaines, notamment en matière de prix à demander au négoce. Mais la défense d’une appellation naissante exigeait la création d’une entité juridique propre à faciliter les requêtes judiciaires.

11Une fois la décision prise de former un syndicat, restait cependant à s’entendre sur l’ouverture ou non de cette structure, et sur le type de syndicat que l’on recherchait.

Quel syndicat ?

12Au départ, il ne s’agissait pas, dans l’esprit de certains grands propriétaires à l’initiative du projet, de créer un syndicat large et qui pourrait se targuer d’englober tout le Sauternais. En outre, la structure ne devait pas être contraignante et le but affiché reste le maintien des prix face au commerce. Paul Defolie le dit bien en appelant littéralement à créer un « syndicat des premiers crus » :

Isolés, nous ne pouvons rien. Groupés, nous représentons les premiers vins du monde, nous sommes une puissance ! Il n’y aura pas obligation, bien entendu, pour chacun, d’obéir à une convention établie. Chacun conservera sa liberté d’action pleine et entière. Mais nous aurons des réunions dans lesquelles nous échangerons nos vues, nos idées, nos appréciations, en convenant de ce qu’il y aura lieu de faire suivant les circonstances.

13On a donc ici au départ un projet élitiste et qui vise à servir les intérêts des grands crus ; à mettre en place, sur le modèle du Médoc, un forum de discussion entre des grands propriétaires parfois absentéistes et qui n’ont que rarement le loisir de tomber d’accord. Ce procédé viserait à provoquer des discussions régulières. La plupart des propriétaires en question semblait d’accord : le vicomte de Pontac à Rayne-Vigneau, Drouillet de Sigalas (à Rabaud Promis), James Maxwell (à Guiraud) et Adrien Promis (qui acquiert en 1903 la moitié du Château Rabaud Promis) approuvent d’ailleurs le projet. Il s’agirait même de s’unir ensuite au syndicat des grands crus du Médoc. Et un projet de statuts d’une Union Syndicale des Propriétaires des 1ers crus de Sauternes et de Barsac voit le jour.

14Cependant, le comte Eugène de Lur Saluces, à Fargues et Yquem, ne semble pas approuver le projet. Il est très favorable à l’idée d’une union, mais se dit partisan d’un groupement de tous les propriétaires, comme il le mentionne dans sa réponse à Paul Defolie datée du 7 juillet. Defolie souligne bien au comte cette divergence de vues dans sa réponse du 12 juillet 1903 : « Je veux un syndicat tout local pour ainsi dire tandis que vous le voudriez général. » Il le déplore ailleurs, dans une autre lettre du 26 juillet 1903 : « M. de Lur Saluces me disait qu’étant en principe très partisan du syndicat, il se demandait pourquoi, au lieu d’un syndicat limité aux premiers crus, ne pas y comprendre tous les propriétaires des vins blancs. Ma réponse était bien simple : pour la raison qu’une entente entre 10 propriétaires des premiers crus me paraissait facile, tandis que grouper sur un grand nombre d’intéressés était chose beaucoup plus difficile. » Afin de résoudre la crise de mévente, le comte voudrait même une association encore plus large de toute la profession, comprenant la Propriété et le Négoce. Le but serait d’englober ici le commerce pour éviter des conflits sempiternels, des attitudes frauduleuses et des accusations ruineuses entre deux maillons de l’histoire du vin.

15La question reste somme toute assez importante et assez difficile à résoudre pour que l’on ne prenne pas de décision avant cinq années. C’est finalement la vision du comte de Lur Saluces qui l’emporte officiellement, même si on se rend compte dans les faits que l’on est tout proche d’une vision élitiste. L’article 4 des statuts stipule en effet : « Peuvent faire partie du Syndicat à titre de membres effectifs, tous les propriétaires viticulteurs des cinq communes de Sauternes, Bommes, Fargues-de-Langon, Preignac et Barsac. » Le syndicat est même ouvert aux « salariés des deux sexes attachés à un titre quelconque à l’exploitation des propriétés agricoles de la région » et aux fermiers et métayers. Le syndicat accueille par ailleurs les propriétaires de vigne blanche comme ceux de vigne rouge.

16Dès la déclaration, le but est bien de multiplier les adhésions. On vote en ce sens la publication d’une circulaire affichée dans les cinq communes. Ainsi, après l’assemblée constitutive du 23 janvier 1908 où les 14 membres fondateurs ont approuvé les statuts et défini leurs fonctions respectives, lors de la séance du 13 février 1908 on compte déjà 133 propriétaires membres du syndicat, à savoir 37 membres pour Sauternes, 36 pour Bommes, 23 pour Fargues, 20 pour Preignac et 3 pour Barsac, sans compter les 14 membres fondateurs. À la fin de l’année, on est à 163 membres. Si on compare ces chiffres aux déclarations de récolte pour l’année 1908, on peut obtenir un pourcentage du nombre de propriétaires récoltants (vin blanc et vin rouge) qui ont décidé d’adhérer au syndicat. On peut considérer que plus de la moitié des propriétaires a décidé d’adhérer au syndicat l’année de sa création, du moins pour les trois communes de Sauternes et Bommes (60 % pour Sauternes avec 61 propriétaires déclarés en 1908 ; 55 % pour Bommes avec 65 propriétaires déclarés en 1908). Le pourcentage est plus faible pour Fargues (30 %) dans la mesure où le nombre de propriétaires est important (en 1908, 76 propriétaires à Fargues font une déclaration de récolte), mais où aussi beaucoup de propriétaires ne produisent que du vin rouge et ne se sentent donc a priori que peu concernés par un syndicat dont la dénomination fait immédiatement référence aux grands vins blancs liquoreux. Les chiffres encore plus bas de Preignac et surtout de Barsac s’expliquent quant à eux par la préexistence du syndicat de Barsac, qui tend à faire pièce, sinon concurrence, à celui de Sauternes et Barsac.

Fonctionnement et buts

17La recherche du plus grand nombre d’adhésions participe aussi de la volonté de recueillir un maximum de cotisations propres à mener des actions d’envergure, notamment en matière de lutte contre la fraude. Le syndicat trouve en fait trois sources principales de financement : les cotisations des membres, les subventions des mairies des cinq communes et les appels de fonds spéciaux auprès des membres pour des actions ponctuelles. Les cotisations se font proportionnellement au nombre d’hectares déclarés et en fonction du statut du cru. Ainsi, l’article 7 des statuts du syndicat dispose que « la cotisation annuelle est fixée par hectare de vigne cultivée d’après le tarif suivant : deux francs pour les premiers crus classés ; un franc cinquante centimes pour les deuxièmes crus classés ; un franc pour les autres crus, les vignes rouges étant assimilées à ces derniers ».

18Les subventions municipales restent annuelles mais aléatoires : en 1908, Bommes et Sauternes par exemple versent 150 francs. Pour 1909, les conseils municipaux des deux communes votent une subvention de 250 francs, ce qui est finalement assez peu dans le budget annuel.

19Quoiqu’il en soit, le budget du syndicat reste très variable en fonction des années : en 1908, année normale et qui plus est de démarrage, les recettes sont estimées à l’assemblée générale ordinaire du 27 décembre à 3 502 francs. En 1910, elles atteignent 6 443 francs et même 12 188 francs en 1912. L’augmentation du budget est en outre régulière puisqu’en 1922 on a des recettes qui sont estimées à 6 902 francs et à 16 804 francs l’année suivante.

Tableau 9 – Dépenses et recettes du syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac pour la période 1908-1927 (d’après les comptes-rendus des assemblées générales).

Année

Recettes en francs

Dépenses en francs

1908

3 502,60

3 181,30

1909

3 010,50

983,50

1910

6 443,45

4 540,05

1911

4 609,10

1 656,10

1912

12 188,80

6 826,55

1913

8 651,10

2 288,65

1914-1918

NC

NC

1919

3 924,80

315,60

1920

NC

NC

1921

NC

NC

1922

6 902,05

3 318,80

1923

16 804,80

7 218,60

1924-1926

NC

NC

1927

26 711,80

22 815,90

20La chambre syndicale comprenant les membres du bureau se réunit environ tous les mois au château d’Yquem. C’est lors de ces réunions que les décisions sont prises, à la majorité. Les décisions importantes (notamment les modifications de statuts) se font en assemblée générale (ordinaire ou extraordinaire), les assemblées générales ordinaires ayant lieu traditionnellement à la fin du mois de décembre. Lors de ces dernières, le principe est que le nombre de voix est proportionnel à la cotisation acquittée « à raison de une voix par deux francs payés avec droit à un minimum de une voix et à un maximum de vingt voix par domaine » (article 14 des statuts). Par ailleurs, les maires des cinq communes sont membres de droit du bureau et bénéficient de vingt voix. On a donc un soutien important des communes qui sentent évidemment les intérêts qu’elles ont à embrasser la cause du syndicalisme.

21L’article 3 des statuts définit enfin l’objet du syndicat. On avance en premier lieu la défense de la viticulture en général, mais ensuite et surtout il s’agit de défendre les particuliers et les communes contre les fraudes et parvenir à les réprimer. Le but est donc clairement mentionné et rejoint en cela même un objectif global de protection d’une appellation en cours d’élaboration et surtout de délimitation et qui, au final, sert les intérêts des grands comme des petits domaines.

22Avec un budget honnête et relativement utilisé (en général, plus de 50 % du budget est dépensé), une organisation strictement définie et entérinée et des objectifs clairs, le syndicat naissant pouvait donc se lancer dans des actions importantes qui restent toutefois traditionnelles et cantonnées à la sous-région du Sauternais. Elles visent d’abord à sensibiliser les viticulteurs aux innovations et aux questions d’actualité ; elles passent aussi par la promotion du Sauternes. Enfin, il s’agit surtout de lutter bec et ongles contre un des fléaux majeurs de l’entre-deux-guerres, la fraude, afin de protéger une appellation dont on prend vite conscience de la valeur et des enjeux.

Des actions traditionnelles et localisées

Un forum de concertation et d’information

23Le rôle du syndicat est en effet tout d’abord celui d’un lieu de discussion et d’échanges sur les grands problèmes de la viticulture d’alors. C’est l’occasion pour les membres de la chambre syndicale de se retrouver entre grands propriétaires pendant deux ou trois heures. Dès 1908 par exemple, se pose le problème de la tolérance de certains pays en acide sulfureux dans les vins blancs. Alors que la France autorise 350 milligrammes d’acide sulfureux par litre de vin, certains pays décident de baisser le taux accepté, limitant voire interdisant l’exportation des vins de Sauternes. C’est le cas notamment du Brésil ou, plus grave, de la Belgique qui, à partir de 1909, n’autorise qu’un maximum de 200 mg par litre de vin. Lors de la réunion de la chambre syndicale du 9 décembre 1909, les inquiétudes sont à leur comble et le comte Eugène de Lur Saluces, président du syndicat, parle d’une « exclusion absolue de nos vins blancs ». Les États-Unis, tout en continuant d’accepter jusqu’à 350 mg d’acide sulfureux, parlent d’exiger des normes plus strictes, notamment au niveau de l’indication précise de la proportion de désinfectant du vin. Le gouvernement russe, à cette date, semblait vouloir préparer des exigences encore plus sévères. Un émissaire, James Maxwell, est désigné pour enquêter plus avant et entamer une campagne de presse. Des actions identiques sont menées pour que le gouvernement obtienne l’abaissement de certains tarifs douaniers prohibitifs, notamment en Belgique et en Allemagne. Le but est ici, en 1910, de faire pression sur les sénateurs français pour qu’ils ne votent pas un projet d’augmentation des droits français sur les produits étrangers et qu’ils évitent ainsi des représailles de la part de certains pays européens. Dans la séance du 1er février 1910, le président rappelle la nécessité de faire pression sur les sénateurs de la Gironde « pour appeler leur attention sur les dangers certains qui menacent notre exportation des vins et eaux-de-vie et de les engager à s’entendre avec les sénateurs des autres régions. Et que le nécessaire soit fait pour empêcher la ratification pure et simple par le Sénat du projet de révision douanière voté par la Chambre des Députés ».

24Le syndicat se propose aussi des conférences de spécialistes sur des questions diverses afin de sensibiliser les membres, le plus souvent lors des assemblées générales. Le 26 décembre 1909, G. Bord donne une conférence sur les porte-greffes en vue de l’achèvement de la reconstitution post-phylloxérique. Le 26 décembre 1910, Rocherol évoque la question des fumures et des engrais de la vigne. En 1912, Numa Médéville aborde le thème de la défense contre les gelées et la nécessité de s’organiser en prenant l’exemple de Cadillac, suite aux fortes gelées du printemps 1912. Il propose notamment l’achat de foyers roulants dont l’efficacité est supérieure aux foyers fixes. À plusieurs reprises, Maître de Roquette Buisson, avocat du syndicat, vient donner des conférences sur la législation des appellations d’origine et leur protection. On a donc une volonté pédagogique forte dont le but affiché est de faire pénétrer l’actualité au cœur de la région et de préparer les esprits à l’union et à la lutte.

25Enfin, le syndicat vise à harmoniser les politiques de chaque domaine et notamment au niveau des prix. L’assemblée générale du 18 novembre 1923 décide par exemple que les vins de Sauternes ne pourraient être cédés par les propriétaires syndiqués en dessous de prix minima : on décide 7 000 francs pour les premiers crus, 5 500 francs pour les seconds crus ou assimilés, 3 500 francs pour les autres vins de Sauternes. Dans des circulaires régulières, les positions adoptées par le syndicat pour enrayer la chute des prix sont assénées. On lit notamment, en fin de page : « Guerre à la chaptalisation clandestine, à l’emploi des producteurs directs ! Guerre aux fausses déclarations de récolte ; à l’usurpation du nom de Sauternes par des non ayant droit ! Guerre à la fraude sous toutes ses formes ! Syndiqués, chacun dans votre ressort individuel, aidez en tout ceci l’action de votre syndicat. »

La promotion du Sauternes

26Le syndicat viticole a aussi pour fonction de promouvoir le vin de Sauternes, notamment par l’organisation de réceptions dans la région. Le 18 septembre 1923 par exemple, le syndicat organise une réception et une visite officielle pour des personnalités canadiennes : le programme comprend notamment la visite de Climens, La Tour Blanche, Filhot, Guiraud, Yquem et Suduiraut.

27Le syndicat participe aussi régulièrement à des expositions : en 1930, les vins de Sauternes sont présents sur les stands d’une foire à Liège et à Anvers. Chaque année depuis 1918, le syndicat tient à participer, avec les meilleures retombées, à la foire de Francfort en octobre. De même, la participation à la foire de Bordeaux s’avère incontournable, au mois de juin. Le principe est que l’on réclame des subventions aux propriétaires désirant participer ainsi que l’envoi gratuit de bouteilles ou d’échantillons de dégustation. Le syndicat s’occupe de la mise en place et de l’organisation du stand.

28Il s’agit aussi de faire une publicité raisonnée. La correspondance du syndicat regorge d’ailleurs de propositions d’insertions dans divers périodiques. Les Grands Vins de France notamment (y compris dans ses éditions étrangères et surtout allemande) est très prisée, de même que la revue Le Golf. En 1928, un numéro spécial de la revue Tourisme consacre une partie aux vins de Sauternes, en des termes particulièrement élogieux. La presse locale, a fortiori, est privilégiée et se fait un écho, souvent gratuit, des aléas du Sauternais. Cela est d’autant plus appréciable pour le syndicat que les tarifs des grandes revues sont souvent prohibitifs.

29La promotion passe aussi par l’envoi de bouteilles lors de déjeuners mondains. Ainsi, La Vie Technique et Industrielle organise des déjeuners mensuels. Le 8 décembre 1927, l’un d’eux s’est déroulé à l’Hôtel Scribe à Paris. Les 110 invités y ont bu du Château Rieussec 1922 (offert par la Maison Calvet à Bordeaux) et du Château Climens 1921 (offert par Marcel Gounouilhou).

30Dans les archives du syndicat, on a même la trace d’un projet d’un certain Boireau de monter une publicité sur le vin filmée en octobre 1929. C’est la société Éclair-Journal, dont le directeur est Charles Jourjon, qui se propose, par lettre du 2 septembre 29, à la suite du succès du film Le blé et le pain, de faire La vigne et le vin en y insérant un volet sur le Sauternes. Le prix est de 5 000 francs.

La lutte contre la fraude et la protection de l’appellation Sauternes

31Le but principal du syndicat reste cependant la lutte contre la fraude qui se multiplie dès le début du xxe siècle. Au départ, elle semble issue du commerce, mais après la Première Guerre mondiale, elle provient essentiellement des producteurs. On cherche à usurper des appellations non encore clairement définies. Plusieurs courriers, anonymes ou non, dénoncent les méfaits de la fraude auprès du syndicat et lui demandent d’agir. La fraude peut venir de la région bordelaise elle-même, lorsque des propriétaires de communes voisines, productrices de vin blanc liquoreux, vendent leur vin sous l’appellation Sauternes. Dans une lettre du 12 décembre 1929, James Maxwell informe le président du syndicat d’un mouvement créé par les communes de Toulenne, Roaillan et Saint-Pierre-de-Mons, qui avaient à plusieurs reprises manifesté le désir d’être englobées dans l’aire d’appellation Sauternes, pour créer la marque « Sauternes 2e zone », comme cela avait pu se faire en Champagne. De multiples appellations voient aussi le jour, profitant de la loi de 1919 qui permettait à n’importe qui de se prévaloir d’appellation sous réserve que les vins proviennent « de cépages et d’une aire de production consacrés par des usages locaux, loyaux et constants et d’en faire mention dans les déclarations de récolte ». À Toulenne notamment, on note un extraordinaire éventail d’appellations (Toulenne Sauternes, Haut-Toulenne Sauternes). On trouve même l’appellation Langon Sauternes.

32À l’étranger même, on usurpe aussi le nom de Sauternes. Dans un courrier du 16 mai 1928, les établissements J.F. Vernet, sis à Harbin, en Chine, informent M. le marquis de Lur Saluces que la Mandchourie regorge de contrefaçons et que la clientèle locale rechigne sur une qualité compromise. En Espagne, en 1929, on commercialise du vin sous l’appellation Brillante estilo Sauternes. Au Danemark, la même année, deux bouteilles ont été remises au vicomte de La Rochebrochard, propriétaire du Château La Montagne à Preignac, comportant les appellations Sauternes et Haut Sauternes. En fait, on parvient à prouver que ces vins provenaient de Tarragone en Espagne, qu’ils étaient coupés au Danemark, notamment avec de l’eau, et ensuite pasteurisés « afin que le vin se tienne brillant ». Dans le même pays, on a réussi à récupérer des étiquettes sur lesquelles était apposée la mention « Château Yquem liquoreux », crus 1916 et 1921.

33Ces vins sont en outre proposés à des prix cassés. Il s’ensuit donc une baisse de la réputation des grands vins blancs et des prix tirés sans cesse vers le bas, dans une période où la crise viticole sévit déjà. Dès lors, le syndicat joue pleinement son rôle, tout d’abord en se tenant informé, puis en menant des actions en justice.

34Le syndicat constitue d’abord un groupe de discussion où on tente d’inventer des solutions. C’est ainsi que l’on s’achemine peu à peu vers la mise en bouteille au château pour éviter le transport des vendanges et les mélanges de vins, notamment par Mme Veuve Petit de Forest.

  • 2 Roudié Ph., Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), Pessac, PUB, 1994.

35Mais à une époque que Philippe Roudié qualifie de « situation anarchique »2, le syndicat décide surtout, à chaque affaire, en liaison avec le syndicat girondin de défense contre la fraude, de se porter partie civile pour faire respecter les droits de l’appellation. Pourtant, les succès s’avèrent relativement aléatoires. Le 4 décembre 1928, la cour d’appel de Rennes acquitte Pierre Horrière qui avait, en 1926, mis en vente sous l’appellation d’origine Côtes Cadillac Vignobles du Sauternais un vin blanc qu’il savait ne pas correspondre à cette dénomination, après qu’en 1926 il eut été condamné à 5 000 francs de dommages et intérêts.

  • 3 Le Château Respide se verra plus tard refuser le bénéfice de l’appellation.

36Le syndicat a plus de chances contre les communes voisines qui, profitant des hauts prix de vente, usurpaient l’appellation Sauternes sous différentes formes. Par un jugement du Tribunal de Bordeaux en date du 6 février 1922, confirmé en appel le 28 mai 1923 pour Pujols, Cérons, Podensac et définitivement acquis contre ces deux communes le 17 mai 1926, le syndicat de Sauternes se voit confirmé dans ces droits. L’avis premier de la commission de délimitation des sous-régions est donc remis en question. En revanche, le 19 décembre 1927, Toulenne s’était vu confirmée dans l’appellation Sauternes. Mais en appel et en cassation, ce droit lui fut finalement refusé à partir d’août 1932. À Saint-Pierre-de-Mons, le propriétaire du château Respide, Rodiès, obtint néanmoins pour ses vins l’appellation Sauternes. Dès lors, le syndicat viticole de Saint-Pierre-de-Mons, fort de ce succès limité, revendiqua l’usage du nom Sauternes pour toute la commune. Cette demande fut écartée le 11 juillet 1923 par le tribunal de Bazas mais admise en appel à Bordeaux en 1925. La cour de cassation cassa l’arrêt en 1931. En 1932 donc, le syndicat de Sauternes et Barsac avait donc obtenu que sa vision de l’appellation Sauternes soit reconnue : l’appellation ne pouvait être donnée qu’à des vins produits sur les cinq communes ainsi que la partie du Château Respide située dans Saint-Pierre-de-Mons3.

37À l’étranger, les affaires sont plus difficiles à gagner ; en Palestine par exemple, où une fraude sur le Sauternes avait aussi eu lieu, l’affaire est perdue.

38Afin d’ailleurs de peser de plus de poids, le syndicat de Sauternes soutient le syndicat girondin de défense contre la fraude. Il a joué un rôle non négligeable dans l’affaire Horrière précitée. Dans une lettre datée du 14 janvier 1927, le comte de Lur Saluces mentionne un certain Boyé, membre du syndicat girondin, et souligne le rôle qu’il a pris dans l’affaire de Podensac. Il mentionne aussi des tournées d’inspection en Bretagne dans laquelle il a relevé « un nombre considérable d’infractions à la loi sur les appellations ; les résultats de ses prélèvements nous arrivent maintenant et sont édifiants ». C’est aussi à ce titre que le syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac subventionne annuellement à hauteur de 1 000 francs le syndicat girondin de défense contre la fraude.

39En guise de bilan, et pour insérer la dimension chronologique, on pourrait dire qu’avant la Première Guerre mondiale, la mise en route du syndicat lui interdit des actions d’envergure. On cherche à augmenter le nombre d’adhésions et à mener des actions ponctuelles (contre la grêle, contre les gelées, pour le maintien des exportations…), qui restent d’ailleurs souvent des déclarations de principe. Après la mise en sommeil pendant la guerre (on considère qu’environ un quart des syndiqués et membres du bureau a été mobilisé, dont le comte de Lur Saluces), les années 20 sont casacrées à la défense de l’appellation et l’essentiel des énergies est mis dans les procès. Cependant, la question de l’efficacité et des limites du syndicat doit désormais être posée. Et avec elle celle de sa pertinence.

Entre efficacité et limites : quel bilan ?

40On constate en effet que l’efficacité du syndicat reste aléatoire et dépend des actions menées. Elle se borne en fait à des actions dont il est difficile de mesurer la portée : publicité, pédagogie, concertation. Quelques actions ont porté leurs fruits comme notamment la mise en place d’un syndicat de défense contre les gelées printanières à Sauternes en 1923. La participation des grands domaines aux manifestations promotionnelles les plus importantes est indéniable, mais on peut se demander si ce ne sont pas les grands propriétaires, à la tête du syndicat, qui ont poursuivi des habitudes déjà acquises au sein du syndicat sans que le syndicat lui-même, grâce à un effet de synergie, n’ait le bénéfice des plus importantes initiatives.

41En matière de justice, les résultats se font aussi attendre et en dépit de lois qui précisent la valeur et la réalité des appellations d’origine, tous les procès ne sont pas immédiatement gagnés ; il faudra pour cela attendre les années 30 et les précisions apportées par la loi de 1927 (encépagement). Quoiqu’il en soit, et même si ses actions dépendent en fait étroitement de syndicats plus larges et notamment du syndicat de défense contre la fraude, le dynamisme du syndicat n’est pas à remettre en cause. Toutes les causes sont régulièrement portées devant la justice, régulièrement suivies en réunion de la chambre syndicale avec un bilan fait lors de chaque assemblée générale. Les pourvois en cassation sont nombreux et les réseaux de relations des propriétaires des grands domaines ont beaucoup joué, notamment par l’intermédiaire de l’avocat du syndicat, Roquette Buisson.

42Par ailleurs, l’efficacité du syndicat a pu se vérifier lors des revendications salariales des ouvriers agricoles au début des années 20, et particulièrement au printemps 1923. Au sortir de la guerre, en effet, des mouvements plus ou moins spontanés, encouragés parfois par la CGT, naissent dans les grands domaines et menacent de la grève. Le 14 mai, Filhot est en grève, et à Yquem, le régisseur Garros surveille de près les ouvriers agricoles. La question reste en suspens pendant toutes les années 20. Le syndicat lance immédiatement des enquêtes sur le coût de la vie, des comparaisons sur les salaires entre les ouvriers des villes et ceux des campagnes, tendant à prouver que les avantages en nature compensent plus que largement des salaires jugés trop bas. Mais on remarque que dans la gestion de la crise faite par le syndicat, des divergences sont apparues parmi les propriétaires, touchés ou non. Une lettre du vicomte de La Rochebrochard au comte de Lur Saluces le 24 août 1926 le montre bien : le premier est pour l’augmentation des 5 % qui a eu lieu afin d’éviter la reconstitution du syndicat des ouvriers de Sauternes, dans la mesure où le coût de la vie a réellement augmenté. Mais il s’oppose en cela à James Maxwell et il écrit :

Les propriétaires du Sauternes seraient très coupables car enfin nous n’avons pas à nous plaindre des prix qui nous sont offerts. Pour ma part, je ne m’en plains pas. Le personnel de La Montagne ne se plaint pas encore. Je dois vous avouer que m’inspirant de ce qui se fait dans les Chemins de fer je leur donne une gratification basée d’abord sur le travail fourni pendant toute l’année et ensuite sur la quantité de tonneaux récoltés. Ce n’est pas une grosse dépense mais ce geste a fait plaisir, si j’en juge par les réflexions qui m’ont été rapportées. Je vous dis cela entre nous ; je crois que cela se pratique un peu partout. Ce sont des accessoires auxquels le personnel est toujours sensible, surtout lorsqu’il s’est vu supprimer le médecin, le pharmacien.

43Au-delà des divergences – presque normales – d’opinion, il reste à souligner que cette crise des salaires agricoles a semble-t-il plus été gérée au cas par cas, domaine par domaine, sans que le syndicat ait pu déterminer une ligne de conduite à proprement parler. À sa décharge, on peut aussi affirmer que le syndicat outrepassait peut-être aussi ses droits en cherchant à s’immiscer dans la gestion particulière des domaines et qu’il empiétait sur une sorte de domaine réservé des propriétaires.

44Le syndicat, en dépit de quelques démissions épisodiques, n’a pas non plus connu de remises en question majeures. On pourrait lui reprocher son élitisme, ou en tout cas de n’être dirigé que par les propriétaires des grands domaines. C’est indéniablement le cas. Le bureau de 1908 a ainsi comme président le comte de Lur Saluces. Les vice-présidents sont le vicomte de Pontac (propriétaire de Rayne-Vigneau) et Henri Gounouilhou (propriétaire de Climens) ; le secrétaire est Adrien Promis (Rabaud Promis) et le trésorier Édouard Bannel (Rieussec). Sont également assesseurs Mme Veuve Petit de Forest (Suduiraut), James Maxwell (Guiraud), Drouillet de Sigalas (Rabaud Promis) et Frédéric Grédy (Peyraguey). Pourtant, il semble que la volonté du président tende à en faire un organe qui se soucie de l’ensemble de l’appellation.

45Pour abonder dans ce sens, on peut avancer que le nombre d’adhésions ne diminue pas. Pourtant, on est en droit de se demander si les syndiqués attendent réellement quelque chose de leur syndicat. L’absentéisme aux assemblées générales est important. Alors que les grands propriétaires, jugés parfois et souvent à tort absentéistes, sont en général assidus aux plus nombreuses réunions de la chambre syndicale, les membres se déplacent peu. En décembre 1908, seulement 64 sont présents. En 1909, seuls 45 syndiqués prennent part aux votes sur les 185 annoncés. En 1911, il y a 36 présents. Les chiffres ne dépassent jamais les 50 membres après 1918.

46Tout se passe donc comme si les propriétaires les plus modestes avaient accepté l’idée du syndicat mais, en vertu de certaines habitudes prises, qui ne changeaient peut-être pas tant ou que le syndicat ne venait qu’officialiser, laissaient le soin aux plus grands de le gérer ; en témoigne aussi le fait que la très grande majorité des décisions prises en assemblée générale le sont à l’unanimité. On a donc conscience que les décisions prises, notamment au niveau des procès, le sont pour le bien de tous. La structure syndicale permet en effet de se porter partie civile dans les procès sans que ce soit un seul propriétaire qui le fasse lorsqu’il est lésé par des contrefaçons. Des critiques étaient à coup sûr émises mais de façon discrète et sûrement de bonne guerre.

47En guise de limites, on peut avancer que le syndicat ne fait pas figure de pionnier, comme on l’a déjà dit plus haut. Son investissement au-delà de la région sauternaise reste aussi limité. À plusieurs reprises, on se rend compte qu’il y a refus de soutenir des actions au niveau de la viticulture girondine, le plus souvent en raison de problèmes budgétaires. À l’échelle locale, on peut conclure à un certain dynamisme et à une certaine efficacité. À une échelle plus large, ce n’est pas le syndicat qui rayonne par son action, c’est plutôt le fait de grands propriétaires qui occupent des places de choix, et souvent d’honneur, au sein d’autres organismes, à l’instar du comte de Lur Saluces, vice-président de l’Union girondine des syndicats agricoles. Ces organismes multiples, dont on pourrait penser qu’ils nuisent à la lisibilité des hiérarchies, profitent en fait de la fonction de relais de ces petits syndicats locaux.

Conclusion

  • 4 Guyon J.-R. (ancien ministre), Au service du vin de Bordeaux. Un demi-siècle de défense et d’organi (...)

48« La défense de la viticulture girondine fut, à l’origine, essentiellement l’œuvre des viticulteurs eux-mêmes. Les événements économiques, les crises commerciales, firent jaillir les bonnes volontés, naître les premières organisations. Il y eut certes des tâtonnements, des erreurs, des rivalités qui aujourd’hui peuvent paraître difficilement explicables. Mais il fallait partir du néant : nulle expérience n’était là qui pouvait servir de guide et l’individualisme était encore trop ancré dans les mœurs et les esprits », écrivait Jean-Raymond Guyon4.

49Le syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac n’échappe pas à ces affirmations. Né en 1908, il a dès le départ pour but premier la défense du nom de Sauternes. Il s’élargit certes ensuite à d’autres actions, telles que la promotion ou la concertation. Il reste cependant un syndicat à vocation large qui englobe la majorité des propriétaires de la région, suivant l’initiative du comte Eugène de Lur Saluces.

50Si ses réussites peuvent paraître limitées, notamment géographiquement, si on peut dire que l’ensemble des propriétaires s’implique peu et fait peu jouer la solidarité girondine, son existence et ses actions interdisent en tous les cas d’affirmer sans réserve l’absence de dynamisme de la région du Sauternais en matière syndicale. C’est bien à l’initiative du syndicat que les procès sont entamés et font au final reconnaître la notion de Sauternes comme réservée aux cinq communes de Sauternes, Bommes, Fargues, Barsac et Preignac. C’est le syndicat qui pousse à s’investir en matière de promotion et d’innovation. C’est enfin un syndicat qui s’étale dans la durée, qui, à l’heure des plus grandes crises de l’entre-deux-guerres, ne remet pas en cause sa propre existence et qui ne connaît pas de contestation majeure. Il n’a certes pas résolu tous les problèmes de la viticulture girondine mais cela n’était pas, au final, son but et aucun syndicat viticole n’a d’ailleurs été véritablement une panacée.

51Le syndicat viticole de la région de Sauternes et Barsac pose en tout cas la question de la gouvernance d’un terroir aux multiples possibilités qui reste l’apanage – notamment mais pas uniquement par le biais du syndicat – des plus grands domaines, seuls à même d’organiser, de concerter, d’informer et d’attaquer. En ce sens, le syndicat, outil juridique neuf, ne remet pas en cause l’organisation traditionnelle de la région de Sauternes et tend même à renforcer l’emprise de la grande propriété sur le reste de la viticulture, que cette emprise soit acceptée ou subie. Le syndicalisme reste donc ici un outil que la grande propriété a su utiliser pour conserver, du moins pour les années de l’entre-deux-guerres, son hégémonie sur la région et qui s’est substitué à d’autres formes de domination telles que le paternalisme ou la valorisation d’une supériorité sociale rarement contestée.

Notes

1 Napo F., 1907, la révolte des vignerons, Toulouse, Privat, 1971.

2 Roudié Ph., Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), Pessac, PUB, 1994.

3 Le Château Respide se verra plus tard refuser le bénéfice de l’appellation.

4 Guyon J.-R. (ancien ministre), Au service du vin de Bordeaux. Un demi-siècle de défense et d’organisation de la vini-viticulture girondine, Bordeaux, Delmas, 1956.

Auteur

Professeur agrégé d’Histoire, CEMMC (Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain), Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search