Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Thème 1 - Facteurs et marqueurs de la construction des terroirs viticoles

Chapitre 8. Le vignoble du Sud-Ouest

Une entité géographique confuse

Hélène Douence

Texte intégral

1La crise que traverse la viticulture en France, la mondialisation de l’économie avec la concurrence des vins du Nouveau Monde mais aussi l’évolution des goûts et des modes de consommation ou la modification des circuits de distribution sont autant de paramètres qui s’imposent aux diverses régions viticoles françaises avec plus ou moins d’acuité, les obligeant à s’adapter. Les professionnels français du vin se trouvent aujourd’hui en situation d’effectuer une véritable révolution culturelle. Il s’agit de construire une nouvelle culture œnophile qui place d’avantage le consommateur au cœur du système et qui oblige les vignerons à repenser leurs habitudes et leur organisation économique en s’intégrant mieux à l’aval de la filière. Le monde viticole français se trouve à un tournant qu’il est contraint de prendre avec succès s’il veut exister demain sur les marchés nationaux et étrangers.

2Cependant, la culture de clocher française incite trop facilement à penser que le fait d’être différent du village voisin rend unique. Aussi, si la France avec ces quelques 450 AOC a créé un modèle économique puissant et reconnu, aujourd’hui c’est un véritable « casse-tête géographique » qui n’amuse plus le public de la scène internationale.

3À l’échelle des grandes régions viticoles françaises, on va s’intéresser à la région du Sud-Ouest. On peut se demander ce que représente cette entité géographique que l’on dénomme « Sud-Ouest ». Est-ce que le Sud-Ouest viticole existe vraiment ? Quelles en sont les limites ? Quels sont les vignobles qui le composent ? Quelles sont les images qui lui sont associées ?

4Cet article propose d’identifier cette entité Sud-Ouest, notamment au travers de divers documents cartographiques et en évoquant les réalités locales qu’ils recouvrent. Le vin est une propriété collective portée par des hommes, c’est donc en terme de développement territorial qu’il faut aborder ce vignoble. Il s’agit de comprendre une dynamique territoriale en cours de construction.

5Ce vaste territoire viticole du Sud-Ouest s’appuie sur la diversité de ses productions, tant dans la typicité des produits qu’il propose que dans la multiplicité des terroirs qui les portent. Il crée alors son unité de cette forte volonté de reconnaissance à l’échelon international et des efforts fournis pour transformer cet obstacle de la diversité en un atout collectif.

Le Sud-Ouest : un espace viticole d’une grande diversité

6Le Sud-Ouest viticole n’existe pas… comme en témoigne cette carte datée de 1900 (Carte 27) qui illustrait un manuel scolaire d’un cycle de formation agricole. On voit ainsi la dénomination générique de vins de Bordeaux apparaître sur l’ensemble de la zone du sud-ouest de la France, et particulièrement le long du réseau hydrographique garonnais. Cette carte permet alors de pointer un paramètre essentiel de développement de nombreux vignobles : l’indispensable présence d’un cours d’eau. Autrefois, cette contrée, située en amont du vignoble girondin et dont les vins devaient être transportés par la Garonne et la Dordogne jusqu’à la mer pour atteindre les ports d’Angleterre et de Hollande, était appelée le « Haut Pays ». C’est une expression qui aujourd’hui désigne uniquement l’arrière-pays albigeois ou toulousain, où sont situées les appellations de Gaillac et de Cahors.

7Sans entrer dans les détails de la riche et complexe histoire du prestigieux vignoble du Bordelais, quelques remarques de cadrage peuvent être posées : le vignoble du Haut Pays a été développé beaucoup plus tôt que celui de la Gironde, mais il a connu des reculs considérables lorsque le Bordelais, favorisé par d’importants privilèges fiscaux et douaniers que lui accordait la Couronne d’Angleterre, a commencé à développer ses propres vignobles. Au fil du temps, le port de Bordeaux est devenu plus un handicap pour l’ensemble de l’arrière-pays qu’une ouverture sur le monde. Les habitants de Bordeaux arrivaient toujours à faire embarquer leurs vins avant ceux des autres régions.

Une mosaïque de « petits vignobles »

8Aujourd’hui, partant du constat simple que le vignoble du Bordelais est clairement localisé puisque ces limites correspondent exactement à celles du département de la Gironde, on est en mesure de se demander à quoi correspond ce Haut Pays d’autrefois. Aujourd’hui, ce que l’on nomme « vignoble du Sud-Ouest » correspond-t-il à un espace clairement identifié ? Quels sont les éléments permettant de caractériser cet espace ? Sur la scène viticole actuelle, il est important de comprendre comment s’organise et se délimite cette région viticole, car la confusion ancienne, voire le mélange même de ces productions, n’a pas manqué de poser problème au début du xxe siècle lorsqu’il a fallu déterminer leurs aires de production.

9C’est pour répondre à une situation complexe et assainir des contextes locaux confus que la France invente en 1935, et sous l’égide de l’INAO, un modèle économique qui fera école : la notion d’Appellation d’Origine Contrôlée. La volonté nationale d’identifier son patrimoine viticole par une référence au terroir a conduit, après moult péripéties et débats avec les syndicats de défense des appellations, à la création des AOC. L’officialisation par décret de cette classification des vignobles d’appellations peut se lire aujourd’hui dans une expression cartographique simple (Carte 28) faisant état d’un Sud-Ouest viticole clairement localisé. On observe alors une mosaïque spatialement discontinue de petits vignobles. En effet, ces entités locales, dont l’extension spatiale est plus ou moins importante et parfois confidentielle, se disséminent sur un vaste ensemble territorial.

Carte 27 – Les grandes régions viticoles en 1900

Carte 27 – Les grandes régions viticoles en 1900

Source : Drouard Ch. et Drouard P., Leçons de Sciences physiques et naturelles, André Lesot, Paris, 1900, cité in Commets J. et Gougaud J. (documents rassemblés par), La vigne et le vin : présentés aux écoliers avant 1920, Carcassonne, Musée de l’école de la cité de Carcassonne (Coll. Mots & images de l’école d’autrefois), 2003

Carte 28 – La mosaïque des vignobles d’appellation du Sud-Ouest de la France (AOC et VDQS).

Carte 28 – La mosaïque des vignobles d’appellation du Sud-Ouest de la France (AOC et VDQS).

Figure 1 – L’organisation spatiale des vignobles du Sud-Ouest : une influence bordelaise ?

Figure 1 – L’organisation spatiale des vignobles du Sud-Ouest : une influence bordelaise ?

10Ce schéma propose une analyse qui sous-tend la forte influence du vignoble bordelais dans l’organisation des vignobles du Sud-Ouest. Contigu au vignoble girondin, un premier ensemble de vignobles voit son développement fortement marqué par cette situation de proximité et de continuité. Ce sont principalement les vignobles de la région du Bergeracois (regroupant treize AOC), mais aussi les Côtes de Duras et les Côtes du Marmandais. Ces vignobles satellites constituent une première couronne périphérique du vignoble bordelais et sont sous forte influence de celui-ci.

11Plus en amont sur la Garonne, lien fédérateur de cette zone de production viticole mais marqué cette fois par une discontinuité spatiale, trois vignobles indépendants et isolés se démarquent en position intermédiaire : Cahors, Buzet et Bruilhois. On peut y voir une deuxième couronne périphérique du Bordelais.

12Toujours sur le même réseau hydrographique du bassin de la Garonne, mais dans la mouvance de la région toulousaine (la ville étant un autre facteur historique de développement d’un vignoble), on retrouve les vignobles du Haut Pays (Gaillac, Fronton, Coteaux du Quercy et Lavilladieu), et ceux plus à l’amont sur le Tarn (Côtes de Millau), sur le Lot et l’Aveyron (appellations de Marcillac, Entraygues et Fel, et les vins d’Estaing).

13Sur le bassin hydrographique voisin – le bassin de l’Adour – on identifie aussi quelques appellations, d’ouest en est : Irouléguy, Jurançon, Béarn, Tursan, Madiran et Pacherenc du Vich Bilh, Côtes de Saint-Mont.

14Comme un trait d’union entre ces deux secteurs, l’aire d’appellation de l’Armagnac ancre fortement la tradition viticole de la région et cette eau-de-vie se décline aujourd’hui avec une production de vin de liqueur connue sous la dénomination de Floc de Gascogne. Ces trois derniers secteurs correspondraient alors à une troisième couronne périphérique plus éloignée de Bordeaux et sous moindre influence.

15L’histoire de ces vignobles du Sud-Ouest est indéniablement marquée par un attachement fort au grand frère bordelais, ne serait-ce que par le cordon ombilical du fleuve de la Garonne. Cependant, ces vignobles connaissent depuis un demi-siècle un important renouveau et la volonté de distendre voire de couper ce cordon. Aujourd’hui, il faut se demander vers quelle identité tendent ces vignobles. La notoriété d’un ensemble d’appellations permet-elle son identification ?

16Les appellations du Sud-Ouest se retrouvent dans cette définition simple d’un terroir, précisant qu’une AOC combine de façon unique un sol, un climat, un savoir-faire humain, un ou plusieurs cépages, et que le lien intime entre tous ces éléments donne des caractéristiques organoleptiques que l’on ne peut reproduire nulle part ailleurs. Ce résumé intellectuel de la notion de terroir semble valable pour ces appellations locales alors qu’elle peut être discutable pour des espaces relativement vastes. L’AOC semble encore avoir un sens à l’échelle de ces petites appellations.

17Cependant, dans le cadre actuel des débats internationaux sur l’utilité d’une distinction par l’AOC, à l’heure de la double concurrence des vins du Nouveau Monde et des vins de pays, la question de l’avenir de ce modèle se pose. L’objet n’est pas ici de débattre de ce sujet mais bien de poser la question de l’enjeu de l’utilisation de ce concept dans la conception d’une identité Sud-Ouest. D’autres caractéristiques permettent aussi d’identifier cette région.

Un outil culturel et cultural : la mixité du vignoble du Sud-Ouest

18C’est en 1968 qu’un décret marque l’apparition de la notion de vin de pays mis sous contrôle de l’ONIVINS (Office National Interprofessionnel des Vins). Et dès 1970, l’organisation commune du marché du vin a pris en compte la particularité des vins de pays qui deviennent des « vins de table à indication géographique ». À l’image des productions d’AOC, le vin de pays est une propriété collective reposant sur un syndicat de défense qui regroupe tous les producteurs utilisant la dénomination. Et dans ces régions mixtes, ce sont généralement les mêmes producteurs qui produisent à la fois des vins d’appellations et des vins de pays. Cette orientation vers une production mixte offre aux viticulteurs une plus grande souplesse dans le fonctionnement de leurs exploitations, un élargissement dans leur gamme de produits, une adaptabilité en fonction des aléas du climat et/ou du marché, etc.

19Le Sud-Ouest peut alors se caractériser comme une région mixte (Carte 29). Ces vins de table, personnalisés par une provenance géographique, lui permettent de s’appuyer sur une notion territoriale. En effet, en répondant à des conditions de production fixées par décret, un vin de pays doit provenir exclusivement de la zone de production dont il porte le nom.

20On peut alors distinguer trois catégories de vins de pays :

  • des vins de pays à dénomination régionale : le Comté Tolosan est l’un des cinq vins régionaux de France ;

  • des vins de pays à dénomination départementale : la Gironde a été exclue de ce type de label et ne possède aucun vin de pays départemental, le vin de « pays de l’Atlantique » créé récemment relevant de la catégorie suivante ;

  • des vins de pays à dénomination de zone : on dénombre alors treize vins de pays dans le Sud-Ouest sur des aires d’extension plus ou moins grandes.

  • 1 Pour les amateurs de statistiques, c’est dans le Gers qu’on trouve la plus grosse structure individ (...)

21Ces vins de pays sont donc une catégorie relativement récente sur la carte des vignobles, mais ils connaissent une expansion importante1. Les Côtes de Gascogne viennent encore d’élargir leur périmètre de production, se superposant aujourd’hui à l’aire traditionnelle de l’Armagnac. Il faut noter l’importance de cette notion d’indication géographique qui permet l’ancrage territorial et la défense de sa spécificité sur un plan national et international, même si les critères de production sont plus souples que pour les AOC. En effet, cette identification géographique offre une intéressante possibilité de personnalisation. On peut citer des initiatives de promotion collective de différentes productions issues d’un même terroir, comme par exemple les regroupements de producteurs d’Armagnac, de Floc de Gascogne et de vin des côtes de Gascogne… La montée des vins de pays et la polémique sur les AOC imposent une réflexion globale pour ces régions mixtes : c’est un chantier d’actualité.

Vers un bassin de production « Sud-Ouest » ?

22Un nouvel outil va sans doute amener à repenser la hiérarchie des vins mise à mal dans le contexte actuel de concurrence mondiale et d’évolution des demandes des consommateurs.

23Une volonté politique actuelle se fait jour par la création d’un nouveau découpage territorial : les bassins de production. L’idée est d’associer dans la gestion les vins d’appellations et les vins de pays et de remettre de l’ordre dans les structures de gestion. L’accord du 21 juillet 2004 signé entre les professionnels et le gouvernement stipule ce principe d’une gestion globale par grand bassin de production. Il propose de réunir dans une interprofession commune, ou du moins dans une association d’interprofessions, les représentants de tous les types de vins d’une grande région. L’objectif est de promouvoir en même temps les vins de pays et d’appellation, sur le territoire national mais aussi à l’étranger. Bien que permettant d’optimiser et de mutualiser la gestion promotionnelle des vins, le risque est d’ajouter un nouveau type d’organisation professionnelle dans un univers qui n’en manque pas.

24Plusieurs régions avancent sur ce dossier d’une gestion des affaires viticoles par bassin. En Languedoc-Roussillon, premier bassin français avec un tiers environ de la production viticole, la mixité est un outil maîtrisé depuis la reconversion de cet ancien vignoble de masse, et la volonté est nette pour chacun des acteurs de la filière de s’engager dans cette procédure avec l’intégration du vin de pays d’Oc.

25En Val-de-Loire, troisième bassin français, ce type de gestion semble aussi s’imposer comme une évidence en associant les appellations locales avec des vins de pays du jardin de la France.

  • 2 « Bassins de production, l’organisation à petits pas », Viti, no 306, avril 2005.

26Dans ce que l’on pourrait nommer un « grand Sud-Ouest », qui représente le deuxième potentiel viticole français, les tensions sont vives et la situation complexe. La principale question est de définir les limites géographiques de ce bassin de production sur lequel sera adossé le vin de pays. Alors que cette nouvelle structure se donne pour mission de gérer économiquement et politiquement une aire géographique de production mais aussi de gérer les conflits au sein de la filière, plusieurs visions s’opposent et marquent la difficile prise en compte des spécificités de chacun, et notamment la cohabitation délicate de la Gironde avec ses voisins. Une vision aquitaine tend alors à défendre un bassin atlantique qui intègre une façade atlantique des Pyrénées aux Charentes et qui donnerait son nom au vin de pays alors que les viticulteurs et vignerons d’un Sud-Ouest à cheval sur les deux régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et soutenus par le Comité Interprofessionnel des Vins du Sud-Ouest (CIVSO) se sont déjà clairement manifestés pour une identification en bassin de production indépendant de la région bordelaise. « Ce qui me semble important, c’est qu’une collaboration entre les deux futurs bassins de production s’engage au sein d’un comité de coordination […]. La notion de bassin Sud-Ouest est un concept franco-français qui n’évoque rien en dehors de nos frontières. Nous devons mutualiser nos moyens et capitaliser sur des valeurs communes telles que la gastronomie, le tourisme et la notoriété du nom Bordeaux », conclut Pierre Cambar, directeur du Conseil Régional des Vins d’Aquitaine, en charge du projet2.

27Le dossier « Bassin Sud-Ouest » devait aboutir rapidement. On assiste sans doute aujourd’hui à ce que l’on pourrait qualifier de « révolution identitaire » au sein de cette région, et qui représente un enjeu fort pour l’ensemble des acteurs de la filière dans leurs stratégies individuelles et collectives à venir. Le contexte très spécifique de cette région fortement marquée par la proximité géographique avec Bordeaux illustre combien le poids de l’histoire est fort mais non déterminant, et combien le rôle des hommes, bâtisseurs de leur territoire, a une importance sans égale dans sa construction.

Renaissance et volonté de reconnaissance d’un Sud-Ouest viticole

28Le vignoble du Sud-Ouest est né de la volonté politique de plusieurs petits vignobles séparés les uns des autres et que rien ne prédestinait à se regrouper, si ce n’est l’ambition de la qualité et de la reconnaissance. Longtemps dans l’ombre de leur puissant voisin, Bordeaux, ils se sont fédérés pour se faire connaître. Issus de régions climatiques et pédologiques très différentes, les vins du Sud-Ouest forment une famille de vins très diversifiés. Les cépages autochtones sont nombreux, attestant une longue tradition viticole.

Unis par la diversité

29C’est sur les bases d’un paradoxe qu’ils appuient leur image ; leur diversité les unit : diversité des appellations et des cépages, diversité des gammes de production proposées, diversité des structures de production associant caves coopératives et vignerons particuliers… Et cette capacité de fonctionnement collectif permet d’aboutir aujourd’hui à une certaine complémentarité plutôt qu’à une véritable concurrence. Leur unité vient d’un sentiment d’appartenance à une même culture et un même territoire, dans un « esprit Sud-Ouest ».

30Et malgré des découpages complexes, hérités de l’histoire, et une faiblesse de l’investissement vers l’aval de la filière, les acteurs du monde vitivinicole du Sud-Ouest se regroupent, créant diverses structures dont l’objectif final est d’aboutir à une meilleure promotion des productions viticoles locales qui passe par une meilleure identification dans la filière commerciale. L’enjeu est donc de savoir s’unir pour devenir plus gros, en dépassant le handicap de l’éparpillement des appellations. La méthode est de créer une image des vins du Sud-Ouest permettant une meilleure identification par le consommateur qui doit pouvoir s’orienter dans le linéaire viticole de la grande distribution pour dénicher une bouteille classée au rayon Sud-Ouest (Photographie 5).

31Dans ce contexte de débats identitaires, et après plusieurs décennies d’efforts de reconnaissance, les viticulteurs souhaitent fortement un affichage clair de l’aire géographique qui les caractérise. Ces petits vignobles tentent aujourd’hui de construire une image qui leur est propre, et marquent ainsi leur volonté de s’affirmer et de s’afficher dans le contexte de mondialisation actuel.

32Depuis un demi-siècle, la recherche de qualité orientée vers une typicité de chacune des appellations est notable, notamment au travers des efforts de labellisation portés par ces vignobles pour accéder au statut d’AOC. Selon un précepte très français qu’un grand vignoble est forcément ancien, ces petits vignobles se défendent bien, l’ancienneté de leurs appellations en est la preuve.

L’ancienneté des vignobles du Sud-Ouest

33Le concept d’Appellation d’Origine Contrôlée est apparu en 1936 alors que le label Vin Délimité de Qualité Supérieure est attribué à partir de 1955 pour identifier des produits de qualité sur un cahier des charges moins contraignant. Ce sont ces deux appellations qui forment aujourd’hui le label européen de Vin de Qualité Produit dans des Régions Déterminées (VQPRD).

34La carte 30 propose un aperçu des dates de création des appellations viticoles au travers des dates de parution des décrets d’origine de ces appellations. S’il est difficile d’affirmer l’existence d’une spécificité locale à cette trajectoire de construction, il est notable que l’histoire marque un poids certain dans leur reconnaissance et que ces vignobles sont présents sur cette scène dès l’origine.

Photographie 5 – L’identification des vins du Sud-Ouest dans le linéaire d’une grande enseigne commerciale.

Photographie 5 – L’identification des vins du Sud-Ouest dans le linéaire d’une grande enseigne commerciale.

35On observe deux moments forts dans l’apparition des AOC. Une première période de création, dès l’origine de l’INAO, entre 1936 et 1948 (en rose foncé sur la carte), atteste de la volonté précoce de quelques vignobles de se hisser au rang de grands. C’est le cas du Jurançon, de l’Armagnac, Madiran, Gaillac, Bergerac… Une deuxième période plus récente, entre 1970 et 1990, permet de remarquer une nouvelle série de vignobles (en rose clair sur la carte). Certains vignobles passent d’un statut de VDQS à celui d’AOC, répondant ainsi à une stratégie de construction territoriale.

Carte 30 – Historique d’apparition des appellations viticoles du Sud-Ouest

Carte 30 – Historique d’apparition des appellations viticoles du Sud-Ouest

36Concernant les VDQS, étage inférieur dans la hiérarchie des appellations, on distingue aussi deux périodes nettes, dès leur origine entre 1955 et 1965 puis un regain d’intérêt entre 1980 et 2000.

37La mention AOC identifie un produit agricole qui tire son authenticité et sa typicité de son origine géographique. Cette mention garantit un lien intime entre le produit et le terroir. Cette notion de terroir englobe donc des facteurs naturels et humains et signifie que le produit qui en est issu ne peut être reproduit hors de son territoire. La mention AOC vise donc à protéger une notoriété dûment établie. Or, dans le Sud-Ouest, cette notoriété fait date. Et l’histoire de chacun de ces vignobles atteste aussi leur ancienneté.

38De même, une analyse des dates de révision de ces décrets, attestant de modifications de périmètres et de redélimitations parcellaires, permettrait de rendre compte du dynamisme dont font preuve ces appellations pour faire vivre leurs caractéristiques de qualité.

39Mais nous l’avons déjà évoqué, ce critère d’identification est aujourd’hui en crise et les porteurs de ces appellations du Sud-Ouest vont devoir réagir pour anticiper un avenir meilleur.

Le rôle des regroupements collectifs pour gérer la diversité

40Ces petits vignobles, conscients du handicap de leur taille face au marché national et mondial, tentent alors de se regrouper sous diverses formes et créent des interprofessions qui jouent un rôle important dans la construction d’une image, gage d’une lisibilité pour les consommateurs et d’une identification à différents échelons commerciaux.

41Deux grandes interprofessions s’identifient nettement dans cet espace Sud-Ouest (Carte 31).

42Le Comité Interprofessionnel des Vins de la Région de Bergerac (CIVRB) regroupe treize appellations AOC. Tout en affichant la volonté de créer une image d’elle-même, cette zone construit une stratégie liée à sa proximité bordelaise. C’est l’autre grand vignoble d’Aquitaine.

43Le CIVSO est en cours de structuration. Aujourd’hui, il regroupe lui aussi treize appellations (les trois AOC des Pyrénées-Atlantiques venant de quitter la structure : Jurançon, Irouléguy, Béarn). Cette entité interprofessionnelle joue la carte de l’identification géographique en utilisant explicitement le terme de « Sud-Ouest » et inscrit son empreinte géographique de manière transversale, à cheval sur les deux régions Aquitaine et Midi-Pyrénées.

44Quelques vignobles isolés (Buzet, Cahors, Marmandais…) se situent dans une position intermédiaire entre les deux groupes précédents, mais les évolutions à venir imposeront des choix de rapprochement et de regroupement stratégiques.

Carte 31 – Les regroupements interprofessionnels du Sud-Ouest

Carte 31 – Les regroupements interprofessionnels du Sud-Ouest

45Les efforts réalisés dans la création et l’utilisation de supports promotionnels leur permettent de construire une image renouvelée et modernisée de leurs vignobles et de véhiculer leur représentation sur les marchés local, national et mondial. Le rôle de l’événementiel est non négligeable aujourd’hui dans une identification à des fins commerciales. Aussi, les grandes manifestations de promotion à l’échelle du commerce international (type Vinexpo et Vinisud) nécessitent un positionnement clair de ces productions. À l’échelon local, c’est l’événementiel souvent porté par une relation de proximité urbaine qui crée une certaine dynamique : chaque vignoble se fait fort de proposer une fête du vin, une journée portes ouvertes, un circuit touristique de découverte, avec mise en scène d’une confrérie ou autres référents historiques… Ces propositions répondent alors souvent à une demande de citadins en quête d’espaces récréatifs.

46La mise en place d’une démarche marketing adaptée et développée sur l’ensemble des supports de communication correspond à la problématique très actuelle de s’engager vers l’aval de la filière, car l’objectif est avant tout d’écouler un volume de production via les circuits de distribution existants. Mais il faut d’abord savoir répondre à ce type de question : « qui sommes-nous ? » et « quelle image voulons-nous donner ? ». En effet, il faut savoir paraître et se mettre en scène, tout en se donnant les moyens de se connaître pour cibler son marché.

Une lisibilité complexe de l’entité Sud-Ouest

47L’ancienneté de ces vignobles ne crée pas l’unité et l’éparpillement des vignobles du Sud-Ouest, visible dans cette mosaïque de petits vignobles, pose des problèmes de gestion.

48Si l’on prend le seul exemple du vignoble de Madiran, celui-ci se trouve à cheval sur deux régions (Aquitaine et Midi-Pyrénées) et sur trois départements (Gers, Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques). Un aspect aussi spécifique que celui de la gestion sanitaire du vignoble met bien en exergue les types de problèmes quotidiens que rencontrent les responsables de ces appellations : en effet, en situation d’infection parasitaire, les services sanitaires ne prônent pas forcément les mêmes méthodes : lutte raisonnée sur les quelques foyers de parcelles contaminées ou traitement systématique sur l’ensemble des parcelles.

49L’exemple du CIVSO dans sa localisation transversale est aussi révélateur de structures inadaptées à cette entité géographique Sud-Ouest. En effet, si l’on identifie les délimitations spatiales des délégations de certains organismes régulateurs de ces appellations, tels que l’INAO et l’ONIVINS, celles-ci répondent à des découpages qui divisent la zone Sud-Ouest en deux.

50La collecte de données statistiques peut aussi s’avérer fastidieuse lorsque les services fournisseurs de données répondent à des découpages départementaux voire régionaux, et diffusent les données de manière agrégée (la DRAF pour la statistique agricole, le service des douanes, etc.).

51Concernant une possible intégration dans une logique touristique, on se heurte encore à un découpage administratif, lié aux démarches respectives des régions et des départements en matière de promotion touristique des territoires. Les diverses politiques de création d’images promotionnelles posent donc des problèmes de découpage spatial de ces terroirs et de volonté d’appartenance de ces espaces. Les divers sites Internet de promotion touristique sont particulièrement éloquents à ce sujet : le Centre Régional des Vins d’Aquitaine (CRVA) par exemple, propose diverses Routes des vins sur les limites strictes de son territoire.

Carte 32 – Des découpages complexes de l’espace Sud-Ouest

Carte 32 – Des découpages complexes de l’espace Sud-Ouest

Conclusion

52À l’issue de cet itinéraire de présentation du Sud-Ouest viticole, peut-on véritablement parler d’une entité Sud-Ouest ? Nous avons effectivement affaire à un vaste territoire regroupant une mosaïque de petits vignobles aux caractéristiques très différenciées. Les niveaux d’organisations professionnelles y sont complexes. Le renouveau de ces vignobles depuis le milieu du xxe siècle et le positionnement dans le contexte actuel de mondialisation passe par une nécessaire démarche collective d’identification sur l’échiquier national et international, mais aussi local par une identification forte au territoire dans sa globalité. Or, ces exploitations viticoles du Sud-Ouest ont fait preuve d’une grande adaptabilité de leurs structures pour en arriver où elles sont aujourd’hui.

53Cependant, l’identification à une entité géographique aussi floue que le terme « Sud-Ouest » n’est pas sans poser de question. Cette construction s’appuie sur une commodité cartographique dans une situation d’entre-deux, entre deux territoires viticoles clairement identifiés que sont le Bordelais, vignoble de prestige, et le Languedoc-Roussillon, ancien vignoble de masse en reconversion.

54Le projet de gestion des affaires viticoles par bassin de production risque d’être un tournant historique pour le Sud-Ouest. Et les acteurs locaux actuels ont un rôle majeur à jouer dans la création et la diffusion d’une image collective de ce vignoble du Sud-Ouest. Le choix d’un non-rattachement au vignoble de Bordeaux pose une question sérieuse : est-ce une position défendable et acceptable à l’échelon international ? Quoiqu’il en soit, le Sud-Ouest est un espace en construction, en phase de recherche identitaire. Et les structures d’encadrement de la profession ne lui sont pas toujours adaptées, ce qui pose parfois des limites dans l’émergence de structures collectives fortes. Pourtant, depuis le milieu du xxe siècle, ces vignobles en renaissance cherchent à affirmer leur existence et leur dynamisme.

55La construction d’une image du Sud-Ouest reprend un impératif de promotion commerciale. Et, alors qu’une région viticole comme Bordeaux semble s’enfermer dans une histoire restreinte à celle du vin, la région viticole du Sud-Ouest dispose de référents culturels multiples qui lui permettent de vivre cette région dans sa globalité. Terre de gastronomie, de nature et de fêtes, elle se conçoit, pour ceux qui la vivent, comme un ensemble cohérent de valeurs à partager.

Notes

1 Pour les amateurs de statistiques, c’est dans le Gers qu’on trouve la plus grosse structure individuelle de production française, le Domaine de Tariquet, qui vinifie à lui seul 1 000 hectares environ (Revue française d’œnologie, no 210, janvier-février 2005).

2 « Bassins de production, l’organisation à petits pas », Viti, no 306, avril 2005.

Table des illustrations

Titre Carte 27 – Les grandes régions viticoles en 1900
Légende Source : Drouard Ch. et Drouard P., Leçons de Sciences physiques et naturelles, André Lesot, Paris, 1900, cité in Commets J. et Gougaud J. (documents rassemblés par), La vigne et le vin : présentés aux écoliers avant 1920, Carcassonne, Musée de l’école de la cité de Carcassonne (Coll. Mots & images de l’école d’autrefois), 2003
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Carte 28 – La mosaïque des vignobles d’appellation du Sud-Ouest de la France (AOC et VDQS).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 1 – L’organisation spatiale des vignobles du Sud-Ouest : une influence bordelaise ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 31 – Les regroupements interprofessionnels du Sud-Ouest
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photographie 5 – L’identification des vins du Sud-Ouest dans le linéaire d’une grande enseigne commerciale.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte 30 – Historique d’apparition des appellations viticoles du Sud-Ouest
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Carte 32 – Des découpages complexes de l’espace Sud-Ouest
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3888/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

Auteur

Maître de conférences en Géographie, SET (Société Environnement Territoire), UMR CNRS 5603, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540